Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le partenariat et la « relance » des Zep

 | 
Françoise Lorcerie

Les ZEP de Marseille : quelques données de leur construction

Texte intégral

Les périmètres opérationnels du développement social urbain

1La carte n°1 a été réalisée par la Ville de Marseille en 1991, pour une plaquette d’annonce de la mise en place des chefs de projet. Elle montre la disposition des sites contractualisés dans l’espace municipal marseillais. Son échelle (non indiquée) est approximativement de 1/150 000°. On note que six périmètres sur onze coupent des limites d’arrondissement.

2La Ville souligne que les périmètres opérationnels ont été identifiés en tenant compte, d’une part, des zones (quartiers, grands ensembles) à réhabiliter en priorité, et d’autre part en y incluant les “noyaux villageois” proches, anciens villages jadis égrenés le long des voies de communication vers Marseille, aujourd’hui sertis dans la métropole et à l’écart des grands axes, mais qui conservent une certaine centralité (commerces et quelques services). Des opérations de “requalification” urbaine doivent “mailler” entre eux ces espaces.

La carte des ZEP

Les ZEP ne sont pas des “zones”

3La carte n° 2 présente ce que donnerait grossièrement la projection des ZEP sur l’espace marseillais, si les ZEP étaient des périmètres. Ce qu’elles ne sont pas. Elles furent conçues comme des zones proprement dites dans leur première version, qui était peu institutionnalisée. Lors de la “relance” de la politique des ZEP en 1990, l’octroi d’une prime de sujétion spéciale aux enseignants a obligé à des remodelages. Les critères de classement en ZEP ont dû être élaborés de sorte à déterminer un classement hiérarchique des écoles, par ordre de priorité d’inclusion en ZEP. L’indice construit à cette fin par le service académique de statistiques prend en compte le pourcentage de parts de bourses et le taux de retards de deux ans ou plus (pondéré selon les niveaux de classe, et sur plusieurs années). Selon la valeur qu’il prend, l’établissement est classé “très sensible”, “sensible” ou autre. Les “ZEP” sont donc issues d’un classement d’écoles et d’établissements secondaires publics réalisé sur la ville. Elles regroupent finalement 75 écoles sur 261 (12 335 élèves de l’élémentaire sur 45 338, - pour l’année 1989-1990) et 21 collèges sur 57 (10 259 élèves sur 29 346).

4Ces établissements ont ensuite été regroupés en ensembles, les nouvelles zones d’éducation prioritaire. L’agrégation des “paquets” d’établissements en zones semble avoir tenu compte en particulier de considérations administratives internes à l’Éducation nationale. La marge de négociation laissée à la Ville lors des négociations du printemps 1990 aurait été très limitée. Les tableaux 1 et 2 montrent la distribution des différents établissements dans les six zones constituées à Marseille. Ils font apparaître les traits suivants :

  • une ZEP de Marseille regroupe entre 4 500 et 6 500 élèves, hors L.P. ;
  • relevant de l’enseignement préélémentaire, élémentaire, et secondaire obligatoire ;
  • et appartenant à plusieurs collèges et bassins de collèges. Les secteurs de recrutement des collèges n’ont pas été dissociés : chaque collège n’appartient qu’à une seule ZEP, ce qui n’est pas le cas des L.P., bien qu’en 1991-1992 ceux-ci aient été administrativement répartis entre les ZEP.

Carte n° 1. Les sites DSU de Marseille
(Source : Ville de Marseille)

Carte n° 1. Les sites DSU de Marseille(Source : Ville de Marseille)

Carte n° 2. Zones d’éducation prioritaire et sites DSU à Marseille.
(essai de projection)

Carte n° 2. Zones d’éducation prioritaire et sites DSU à Marseille.(essai de projection)

Tableau n° 1. Population scolaire des ZEP de Marseille
(source : IA 13)

Tableau n° 1. Population scolaire des ZEP de Marseille(source : IA 13)

Tableau n° 2. Regroupement des établissements dans les ZEP
(source : FEN 13)

Tableau n° 2. Regroupement des établissements dans les ZEP(source : FEN 13)

5Un quatrième trait ne se lit pas sur les tableaux :

6- la réunion en une même ZEP des écoles de plusieurs bassins de collège est fonction des circonscriptions d’inspection primaire autant que possible. Toutes les ZEP ont été confiées à la responsabilité des IEN des circonscriptions concernées.

L’articulation ZEP/DSU : Une cote mal taillée ?

7En gros, tous les établissements classés ZEP sont en site DSU. L’inverse n’est pas vrai, pour les raisons exposées plus haut, mais les établissements scolaires situés sur les secteurs difficiles des sites DSU sont bien classés ZEP. L’unique exception est le site DSU 9. Classé aussi site-pilote pour l’intégration à l’automne 1990, il n’est pas identifié comme ZEP, car il n’a qu’un groupe scolaire, et le collège dont il dépend a un recrutement majoritairement bourgeois. Les moyens humains et financiers sont toutefois accordés à l’école. Il y a donc au total un assez bon recouvrement des territoires concernés par la politique des ZEP et par celle du DSU : les secteurs en ZEP sont à l’ordinaire inclus dans les secteurs en DSU.

8Au niveau des collèges, cependant, la coïncidence est moins bonne : plusieurs ont des secteurs de recrutement mixtes. Surtout, dans le détail, la correspondance est médiocre entre les périmètres opérationnels du DSU et les regroupements ZEP. On n’a jamais une correspondance terme à terme entre site DSU et zone ZEP, correspondance qui réaliserait l’idéal de l’intégration de la logique sectorielle de l’Éducation nationale avec la logique territoriale des opérations de réhabilitation urbaine. La carte n° 2 montre que le site où la correspondance ZEP/DSU est la meilleure est le centre-ville (secteur DSU 10 ; ZEP 3). Toutefois deux groupes scolaires de la ZEP 3 font partie du secteur DSU 11, et un autre du secteur 8. Un autre site où la correspondance est devenue bonne en 1991-1992 est la partie Nord de la ZEP 4. Cette ZEP était initialement sans unité géographique ni administrative : elle avait été constituée de sorte à rattacher les deux groupes scolaires difficiles du secteur de l’Huveaune (DSU 8, 11e arrondissement de Marseille, 7e circonscription d’inspection primaire, sans collège classé ZEP) au secteur de Frais-Vallon La Rose (secteur DSU 7, avec quatre collèges). Cette situation difficile a provoqué la protestation puis la démission de la coordonnatrice de la ZEP, en juin 1991, avec le soutien de son inspecteur. La solution trouvée pour 1991-1992 est plus favorable au travail de proximité : deux coordonnateurs ont été nommés, l’un pour la partie Nord de la ZEP, correspondant au secteur DSU 7, l’autre pour les deux écoles de la vallée de l’Huveaune (qui se retrouvent dans une situation formellement similaire à l’école du secteur DSU 9).

9Les ZEP 1, 2, 5, et 6 sont chacune en intersection avec plusieurs sites DSU ; et réciproquement : quatre sites DSU sur dix sont en intersection avec plusieurs zones. Les ZEP 2, 5 et 6 sont les plus éclatées à cet égard, puisqu’elles ont rapport avec trois sites DSU chacune. Dans tous ces cas, la solution appliquée par l’Éducation nationale est la suivante : on distingue entre “animation pour la ZEP” et “suivi des dossiers pour le DSU”. La première fonction est assumée dans le cadre de la circonscription E.N., par le coordonnateur mis en place et contrôlé par l’IEN du secteur. Pour la seconde mission, les sites opérationnels sécants à plusieurs zones ont été répartis entre les coordonnateurs concernés, de sorte que l’un seulement d’entre eux soit l’interlocuteur du DSU sur un site donné, - la Ville ayant refusé d’avoir plusieurs interlocuteurs pour un même site. A charge pour les coordonnateurs de s’entendre sur les modalités du passage de témoin.

Les arrangements banalisés par la multilatéralisation du partenariat

10En 1990-1991, cette solution paraissait boiteuse aux agents scolaires comme à ceux de la Ville : il est délicat de suivre un dossier qu’on n’a pas monté, correspondant à un secteur où l’on ne va pas puisqu’il relève d’une autre circonscription. En 1991 -1992, la difficulté est relativisée. Plusieurs causes semblent y concourir. D’abord, la distribution des rôles, si compliquée qu’elle soit, commence à être “habitée” par les acteurs. Les conclusions ont été tirées de certains faux pas. Des procédures de liaison entre coordonnateurs de ZEP différentes se sont rodées pour les sites dissociés entre ZEP et DSU.

11Plus généralement, et selon des formules variables, les responsables de zone ont eu tendance à différencier leur dispositif d’intervention de façon pragmatique, et à le déconcentrer pour mieux l’ajuster aux problèmes à traiter ou aux unités géographiques et humaines que sont les quartiers. Ici, deux coordonnateurs et un animateur suivent chacun un sous-secteur géographique ; là un seul coordonnateur anime un réseau d’animateurs affectés chacun à un groupe scolaire et un quartier ; ailleurs, une répartition des rôles s’est établie entre un coordonnateur en titre et son adjoint en fonction des actions engagées. A contrario, des protestations s’élèvent d’une ZEP où ce genre de différenciation des rôles n’a pas eu lieu, personne n’ayant été déchargé d’enseignement pour soutenir le coordonnateur.

12Par ailleurs, l’installation tardive des équipes de DSU sur les sites a favorisé les arrangements de type interne à l’Éducation nationale. Les chefs de projet n’ont pris leurs fonctions qu’à l’automne 1991. Sauf dans un site où le chef de projet était déjà en place depuis plusieurs années, sans le titre (site 11), les équipes opérationnelles ne sont donc à pied d’œuvre que depuis quelques mois. Sollicités sur tous les fronts, les chefs de projet ont tendance à laisser toute autonomie aux coordonnateurs de ZEP pour la préparation et l’instruction des actions Éducation du DSU.

13Enfin, avec la volonté politique affichée de recentrer sur les ZEP l’action des pouvoirs publics et de leurs partenaires dans les zones difficiles, c’est à un véritable entrelacs de périmètres que l’on a affaire. Au comité d’environnement social de la ZEP 1, par exemple, participent des représentants de la Mission locale, de la DISS, de la police, de la justice, de l’ADDAP (actions de prévention)... Ni les uns ni les autres n’ont un secteur d’action concordant normalement avec la ZEP ou avec les périmètres opérationnels DSU. Mais tous sont incités par leurs institutions respectives à développer des liens de partenariat avec les autres. Dès lors, ce qui apparaissait lors de la relance des ZEP comme une négociation inaboutie fait plutôt figure de banalité.

14Les effets de ces discordances ne sont pas négligeables : notamment les différences d’échelle de secteur d’intervention induisent chez les partenaires des différences de disponibilité. Mais les questions institutionnelles en sont a priori relativisées Peut-être même de telles discordances ont-elles favorisé, dans un premier temps au moins, la perception des convergences fonctionnelles entre les partenaires, l’établissement de liaisons interpersonnelles, indépendamment des statuts, et la focalisation sur le problème à résoudre, dans des configurations partenariales à géométrie variable.

15Il reste que les zones d’éducation prioritaire de Marseille, telles que constituées en 1990, ne correspondent pas à la morphologie urbaine. Malgré les correctifs qui ont été apportés de facto par l’I.A. à un découpage considéré comme réglementaire pour trois ans, malgré les arrangements que la multilatéralisation du partenariat autour de l’école a pu amener, les ZEP demeurent des unités relativement arbitraires pour le sens commun. Il est peu probable, par exemple, qu’un “projet” collectif, au sens anthropologique du terme, puisse s’y engendrer - nous reviendrons sur la question.

16Il faut connaître les usages internes à l’E.N. pour appréhender les contours des “zones”, et la localisation des bureaux de leurs responsables. Pour autant, un autre type de discordance, cette fois interne à l’Éducation nationale, n’a pas pu être toujours évité : le rattachement à une ZEP donnée d’écoles qui dépendent d’une autre circonscription que la circonscription centrale de la ZEP, celle dont l’IEN est le responsable de la zone. Pour leurs actions pédagogiques spécifiques, ces écoles reçoivent leurs financements Éducation nationale de deux sources : leurs crédits PAE-FAI, de l’IEN de leur circonscription ; leurs crédits ZEP (sur les mêmes actions souvent), du responsable de la zone. “Un tel imbroglio rend plus difficile la cohérence et l’efficacité des moyens”, note un avenant de projet ZEP (1992).

Table des illustrations

Titre Carte n° 1. Les sites DSU de Marseille(Source : Ville de Marseille)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2767/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 905k
Titre Carte n° 2. Zones d’éducation prioritaire et sites DSU à Marseille.(essai de projection)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2767/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Titre Tableau n° 1. Population scolaire des ZEP de Marseille(source : IA 13)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2767/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Tableau n° 2. Regroupement des établissements dans les ZEP(source : FEN 13)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2767/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter