Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie de l’immigration

 | 
Gilles Boëtsch
, 
Jean-Noël Ferrié

II. Elements de methodologie

Comportements alimentaires et paradismorphisme chez les jeunes Gitans à Turin

Emma Rabino-Massa

Texte intégral

  • * Laboratoire d’Écologie Humaine (Université de Turin)

1Note portant sur l’auteur*

2L’origine des Tziganes - qui apparaissent pour la première fois en Europe vers la fin du xivème siècle - est restée pendant très longtemps entourée de « mystère ». Dès leur apparition, différents hommes d’étude ont cherché à découvrir qui étaient ces gens à la peau foncée, aux vêtements colorés, qui parlaient une langue incompréhensible. Généralement, les hypothèses énoncées ont intégré les légendes que les Tziganes eux-mêmes racontaient quant à leurs origines.

3C’est ainsi que les Tziganes furent tour à tour décrits comme les descendants de Cus, le fils de Cham, fils de Noé, dont ils porteraient aujourd’hui encore la malédiction, car descendants du forgeron qui forgea les clous qui crucifièrent Jésus ; ou bien comme les descendants des Egyptiens rescapés de la Mer Rouge ; ou bien encore des soldats d’Hérode qui massacrèrent les enfants de Bethléem. D’autres croyaient que les Tziganes descendaient de magiciens syriens ou chaldéens, de druides celtes ou de prêtres égyptiens, de la déesse Isis ou bien des habitants de l’Atlantide.

4Ce fut l’étude de leur langue qui permit de résoudre, en partie au moins, le mystère de leurs origines. En 1763, en Hollande, un pasteur protestant hongrois, Etienne Vali, écouta la conversation d’un groupe d’étudiants indiens. Il s’aperçut que de nombreux mots de leur langue étaient semblables à ceux de la langue parlée par les Tziganes. Cette intuition fut ensuite reprise et approfondie par de nombreux philologues qui, à travers la langue, arrivèrent à reconstituer l’origine indienne des Tziganes et les principales étapes de leur voyage vers l’Occident. Aujourd’hui encore, on ne possède aucune connaissance précise sur les dates et les circonstances de leur départ et, encore moins, sur qui ils étaient et sur ce qu’ils faisaient avant de quitter leur pays d’origine.

Les Tziganes en Italie

5Il est possible de tracer une carte approximative de la répartition des Tziganes en Italie, sur la base de la période d’arrivée et des régions où ils sont établis. Ainsi, il est possible de déterminer trois phases d’immigration auxquelles correspondent des groupes qui, par leur mode de vie et l’expression de certains traits culturels, peuvent sembler très différents l’un de l’autre.

  1. Les Tziganes établis apparemment depuis de nombreux siècles. Leur présence est signalée à partir de la première moitié du xvème siècle. Ils se sont installés dans l’Italie méridionale et centrale, et sont sédentaires ou semi-sédentaires. Ils travaillent le métal (cuivre, fer, aluminiun), sont commerçants ou sont employés dans le bâtiment ; ils se définissent sur la base de la région où ils se sont installés : Roms abruzzains, napolitains, calabrais, du Molise, etc. Dans l’Italie septentrionale, ils sont surtout nomades ; ils se consacrent à des spectacles itinérants, au petit commerce, à l’élevage et au commerce des chevaux ; ils sont aussi mendiants. Ils se définissent selon la région où ils sont établis : Sintis, Piémontais, Lombards, Emiliens, des Marches ; ou bien Gackanès (provenant de l’Autriche) ou Havatis (provenant de l’Istrie).
  2. Tziganes venus en Italie après la Première Guerre mondiale. Il s’agit de Roms parlant le dialecte « vlahs » (de Valachie) et provenant de l’Europe orientale où ils ont séjourné pendant longtemps. Ils sont chaudronniers, commerçants, ils pratiquent la mendicité. Ils se définissent Roms Kaldershas, Lovaras, Churaras.
  3. Tziganes de toute récente immigration. On observe, depuis 15-20 ans, une forte émigration de Tziganes de Yougoslavie vers les pays les plus industrialisés, parmi lesquels le nôtre. En Italie, ils sont nomades ou semi-nomades, avec une certaine tendance à la sédentarisation. Les Xoraxanès, qui viennent de la Yougoslavie méridionale (Bosnie, Monténégro, Kosovo), sont musulmans, travaillent le cuivre et mendient. On rencontre en outre des Rudaris provenant de Roumanie, des Lovaras de Pologne et des Roms Kanjarja de la Serbie (Marcolungo et Karpati, 1985).

Economie

6Lors de leur première venue en Europe, les Tziganes ont adapté leur économie aux besoins locaux. Ils exercent le métier de forgeron, le commerce de chevaux, proposent des spectacles itinérants. Les femmes complètent ce que gagnent leurs maris en prédisant l’avenir et, si cela ne suffit pas, en demandant l’aumône. Aujourd’hui, les produits industriels ont pratiquement éliminé l’artisanat tzigane, les formes actuelles de divertissement ont fait disparaître les spectacles itinérants et le déclin du monde rural rend le commerce des chevaux superflu.

7Certains groupes tziganes arrivent, aujourd’hui encore, à vivre de l’artisanat en réparant des casseroles pour les grandes cantines d’entreprises ou les hôpitaux et en réparant des outils et des ustensiles ; d’autres continuent à travailler le cuivre, d’autres encore arrivent à survivre en travaillant dans les cirques et les luna-parks ou en exerçant de petits commerces. Mais, pour de nombreux Tziganes, la seule source de gains reste la mendicité pratiquée par les femmes ou les enfants ou bien les petits expédients et les activités illicites.

Bio-anthropologie

8Une étude d’anthropologie bio-médicale conduite sur les jeunes Gitans vivant à Turin a permis de mettre en corrélation l’alimentation avec les altérations du rachis et la constitution de cette population nomade immigrée à Turin. Nous avons suivi la méthode de Truswell (1987) consistant dans les questions suivantes :

  1. que mange-t-on chaque jour ?
  2. qu’a-t-on mangé 24 heures avant ?
  3. que mange-t-on les jours ouvrables et les jours de fête ?
  4. questionnaire sur la fréquence et la quantité de certains aliments.

9Nous avons éprouvé beaucoup de difficultés à cause de la langue et du comportement méfiant des Gitans. Toutefois, les résultats doivent être considérés comme valables par le soin et la précision du questionnaire et parce que les données sur les aliments utilisés ont été directement relevées dans le campement des Gitans. Après avoir eu connaissance de la consommation alimentaire d’une journée typique (autant en ce qui concerne les jours ouvrables que les jours de fête), les valeurs nutritives de chaque aliment ont été calculées en utilisant le tableau de composition des aliments de la Société italienne de Nutrition. De cette manière nous avons obtenu des indications qui, si elles n’ont pas la valeur d’une analyse biochimique, peuvent néanmoins fournir une bonne approximation qualitative et quantitative de la nourriture consommée, en montrant surtout les déséquilibres alimentaires. Pour l’examen des paradis-morphismes (altération du rachis) nous avons utilisé la méthode clinique connue sous le nom de « one minute test » qui s’est révélée très convenable malgré le comportement méfiant des jeunes Gitans (Pellicciota et alii., 1985).

10Nous avons examiné 101 sujets Roms Sintis des deux sexes et d’âge compris entre 3 et 17 ans. Comme les sujets de 9 ans étaient les plus nombreux nous avons choisi, pour la comparaison des régimes alimentaires, les menus calculés pour les enfants italiens à partir du tableau de l’Institut National de Nutrition. A propos des habitudes alimentaires des jeunes Gitans, nous avons remarqué qu’il est possible de les diviser en deux échantillons différents. On s’aperçoit que :

  1. Chez les Polonais et les Sintis l’alimentation totale est plus riche en calories par l’apport des protéines et des glucides, mais révèle une quantité réduite d’oligoéléments, de vitamines A, niacine et de fibres végétales. Ils boivent aussi beaucoup de boissons alcoolisées et de café pour leur jeune âge.
  2. Les Roms Slaves et les Korakanés ont une alimentation hypocalorique, hyperprotéique mais hypoglicidique et est déficiante en fibres végétales, en oligoéléments (Fe, Ca) et en vitamines B1, B2, A et PP. 

11Ils boivent aussi du vin, de la bière, de la liqueur et du café. Il convient de considérer que l’augmentation des protéines y est un fait positif pour ces jeunes qui sont exposés durant une grande partie de la journée aux intempéries. Mais toutefois, il faut signaler que dans la plupart des cas les aminoacides de l’alimentation des Gitans dérivent de protéines animales. Les déséquilibres les plus graves sont le manque d’oligoéléments. Tous les jeunes Gitans manquent de Fe, de Ca (sauf les Polonais), de vitamines A, B1, B2 et PP (Pellicciota et alii, 1990).

12On peut observer une plus haute fréquence des paradismorphismes chez les Gitans par rapport aux jeunes Italiens. On peut supposer que les causes de paradismorphismes, en plus des facteurs génétiques, sont la mauvaise nourriture et les habitudes de vie très pénibles (Pellicciota et alii, 1988). En conclusion, la comparaison entre le régime alimentaire de jeunes Italiens et celle de jeunes Gitans, a mis en évidence l’existence de déséquilibres quantitatifs et qualitatifs dans l’alimentation des Gitans. Ces déséquilibres sont dus, en partie, aux traditions alimentaires typiques de cette ethnie qui utilise une grande quantité de graisses animales (la viande, les charcuteries) et aussi des boissons alcoolisées. Les conséquences évidentes de ce déséquilibre sont :

  1. L’utilisation préférentielle des protéines animales au lieu de celles végétales. Les graisses animales ont un haut pourcentage d’acides gras saturés qui, produisant des peroxydes, sont des facteurs de maladies cardiovasculaires. La quantité réduite de fibres végétales fait augmenter ce risque, car on sait que les fibres végétales ralentissent l’absorption des acides gras du cholestérol et du glucose, en réduisant le risque de pathologies cardiovasculaires, de néoplasie, de polyposes et de diverticuloses du colon.
  2. L’alcool est une nourriture très énergétique qui en basse quantité peut donner des avantages dans la vie pénible des jeunes Gitans, mais, en apport élevé, peut augmenter la valeur du cholestérol et des triglycérides.
  3. Enfin les manques d’oligoéléments de croissance et de développement ostéomusculaires et causer ainsi des maladies dégénératives et immunologiques.

13Pour conclure, il faut souligner que la biotypologie microcosmique des Gitans peut être, à la fois, liée à des facteurs génétiques et à une mauvaise alimentation ; en outre, il est possible que le pourcentage de paradismorphisme du rachis chez les Karakanés puisse être lié au déséquilibre alimentaire. Ces hypothèses sont en accord avec les examens radiologiques qui ont montré un retard dans la maturation du squelette chez les jeunes Gitans. En effet, on sait que l’accroissement du squelette est dû à la fois aux facteurs endogènes et aux facteurs exogènes et, parmi ces derniers, les plus importants sont d’ordre alimentaire (hypo-vitaminose).

14Après avoir vérifié l’existence des déséquilibres alimentaires chez les jeunes Gitans, il serait donc souhaitable d’entreprendre la réalisation d’un programme d’information d’hygiène alimentaire pour compenser les déséquilibres alimentaires.

Bibliographie

Références bibliographiques

Marcolungo (E.) et Karpati (M.), 1985. Chi sono gli Zingari ? Turin : Einaudi.

Pellicciotta (E.), Rabino-Massa (E.) ét Reddavid (M.), 1985. I paradismofismi rachidei nelle populazioni nomadi. Medicina sociale, n° 35 : 67-74.

Pellicciotta (E.), Viotti (F.) et Palazzo (Z.), 1988. I percifosi e scoliosi funzionali e strutturali in gruppi di giovaninomadi. Medicina sociale, n° 38 : 13-20.

Pellicciotta (E.),Ceffa (S.),.Merengo (M.) et Reddavid (M.), 1990. Abitudini alimentari e patologia correlata nei giovani nomadi in Piemonte. Rivista Italiana di Medicina Sociale e Preventiva, vol. 40, n° 2 : 145-153.

Rabino-Massa (E.) et.Masali (M.), 1987. Gli zingari - note antropologiche. Federazione Medica, vol. XL, n° 3: 247-252.

Truswell (A.S.), 1987. Valutazione delle stato di nutrizione. ABC supplément au British Medical Journal : 32 : 32-45 (édition milanaise).

Truswell (A.S.) et et Brand (J.C.), 1987. Altre carenze nutrizionali in comunita agiata. ABC supplément au British Medical Journal : 32 : 60-63 (édition milanaise).

Notes de fin

* Laboratoire d’Écologie Humaine (Université de Turin)

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter