Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie de l’immigration

 | 
Gilles Boëtsch
, 
Jean-Noël Ferrié

II. Elements de methodologie

Habitudes alimentaires et migrations : approche méthodologique

C. Iannozzi, Y. Lepage et M. Zavatarro

Texte intégral

  • * Laboratoire d’Écologie Humaine (Université Aix-Marseille III), Aix-en-Provence

1Note portant sur l’auteur*

  • ** Laboratoire d’Anthropologie et de Génétique Humaine, Université libre de Bruxelles

2Note portant sur l’auteur**

  • *** Institut d’Anthropologie, Université de Florence

3Note portant sur l’auteur***

4Plusieurs méthodes, soit quantitatives, soit qualitatives tentent d’apporter des éclaircissements sur les habitudes alimentaires des populations. Rarement, les approches quantitatives sont liées à des approches qualitatives. Le présent travail ne cède pas à la tendance générale ; il vise essentiellement à présenter une méthode d’analyse permettant de mettre en évidence certains aspects de la transmission de systèmes de valeurs associés aux habitudes alimentaires. Les auteurs ont retenu le principe de la méthodologie des récits de vie et ont cherché à l’appliquer auprès de familles de migrants italiens venus s’installer en Belgique, dans les années 1945-1955.

Méthodologie

5Les évaluations générales des habitudes alimentaires d’une population peuvent être déduites à partir des données quantifiées publiées par la F. A.O et l’O.C.D.E. Il s’agit de bilans de la consommation alimentaire annuelle des populations d’un pays considéré. Les sources couvrent en général les années d’après-guerre et concernent principalement les pays industrialisés. Ces données présentent un avantage : elles permettent, malgré leurs défauts, de comparer l’évolution quantitative de la consommation alimentaire des populations au cours des dernières décades (Lepage et alii, 1989 ; Susanne et alii, 1990). Cette méthodologie quantitative présente des limites notables. Les renseignements relativement fiables sont limités aux pays industrialisés et, d’autre part, les résultats publiés ne donnent que des valeurs moyennes pour l’ensemble des habitants d’une zone géographique.

6Pour obtenir des renseignements quantitatifs relatifs aux habitudes alimentaires en tenant compte du statut social, de l’âge, de l’activité économique des individus, il faut recourir à d’autres moyens d’investigation. Malheureusement, les données existantes sont rarement comparables d’un pays à l’autre. Toutefois, au sein d’un même pays, des analyses quantitatives peuvent mettre en évidence des différences régionales et sociales (Lepage, 1985, 1988). La méthodologie retenue pour la collecte de ces données repose sur le journal alimentaire d’un échantillon de la population. Cette méthode demande une grande disponibilité de la part des familles observées. Celles-ci doivent consigner dans un carnet tous les aliments consommés chaque jour de la semaine par chacun des membres de la famille. Cette méthode quantitative est finalement lourde et décourage fréquemment les enquêtés après un certain temps.

7Les autres méthodes sont plus qualitatives. Ce sont : la méthode du rappel des 24 heures, qui vise à rassembler toutes les informations sur les aliments pris le jour précédant l’entretien. Cette méthode a l’avantage d’être rapide et peut être appliquée aisément auprès des jeunes ou des adolescents (Vercauteren, 1989). Elle peut être agrémentée de quelques variantes ; un jour précis de la semaine, un jour férié ou couvrir les sept jours de la semaine.

8Les diététiciens agrémentent ces enquêtes de l’opération de la pesée des aliments préparés et consommés. La méthode comprend plusieurs variantes ; la pesée de 24 heures de consommation, la pesée pendant une semaine, la pesée pendant 24 heures et analyses chimiques (F.F.N, 1988).

9La méthode retenue s’inspire de l’histoire alimentaire de familles et repose sur la méthode des récits de vie (Bouvier et al., 1980). Les familles interviewées sont constituées de migrants siciliens, venus s’installer en Belgique au cours des années 1945-1955 et de leurs descendants. Ce sont les épouses (migrantes) qui ont été principalement questionnées ainsi que leurs filles. Parmi les filles, ont été retenu : une qui a épousé un Italien et une ayant épousé un Belge. Ce choix a été motivé pour apprécier l’évolution des habitudes alimentaires au fil des générations.

Les récits de vie

10L’objet, la matière première de l’histoire de vie est la vie de la personne elle-même. L’objet de la recherche est défini par le narrateur, le champ étant défini par le narrataire notamment par le choix du contexte. Il s’agit d’une maïeutique sociale. Sociale dans le sens que la personne est interpellée en tant qu’individu social, témoin de sa culture. Maïeutique car c’est l’interrogation, à l’étonnement d’un partenaire au sujet d’une série d’événements vécus par un autre individu.

11Pour tenter de mesurer l’impact d’une migration internationale, par là une distance culturelle, sur les habitudes alimentaires, ainsi que l’évolution au cours du temps de ces habitudes, ont été interviewées des femmes de la génération migrante, dans la deuxième partie des filles ayant épousé un homme de la même communauté et des filles ayant épousé des hommes du pays d’accueil. L’objectif de cette démarche est d’observer la transmission des connaissances dans le sens mère-fille, qui nous donne un indicateur de la tradition et, dans un second temps, la relation fille-mère qui nous apporte un élément d’innovation. Les éléments culturels, issus des habitudes alimentaires sont comparés à ceux de la population d’accueil. Dans une autre étape afin de mesurer les écarts culturels que vivent les migrants lorsqu’ils sont transplantés sous d’autres cieux et les modifications qu’ils adoptent progressivement, l’interview de familles restées au pays d’origine permettra de décrire les processus évolutifs des habitudes alimentaires des populations migrantes.

12Les modalités de travail sont illustrées par le schéma 1 ci-après. Afin de nous affranchir au maximum des subjectivités de l’enquêteur, nous avons adopté la démarche qu’un lecteur étranger à toute la problématique, lise et critique le contenu des interviews intégralement retranscrits.

Explication du schéma de travail

Phase 1

  1. l’interview, intégralement enregistré sur bande magnétique et mené par l’intervieweur. Sa durée oscille entre deux et trois heures.
  2. la transcription intégrale par l’intervieweur de l’entretien, le même jour et les jours suivants si nécessaire.
  3. lecture, l’intervieweur et une tierce personne extérieure font une lecture critique et annotée de l’entretien, chacun de leur côté.
  4. interanalyse, discussion critique, entre la tierce personne et l’intervieweur sur la lecture de l’entretien.
  5. reciblage des entretiens par l’intervieweur sur base de l’interanalyse.

Phase 2

13Cette étape se compose de deux modules, un premier (B1) comprend l’interview d’une fille ayant épousé un homme de même nationalité et le second interview (B2) concerne une fille ayant épousé un ressortissant du pays d’accueil. Dans les deux cas, le schéma de travail est identique à celui adopté pour interviewer la femme migrante, c’est-à-dire la mère.

14Il semble opportun d’insister sur le rôle de la tierce personne. A notre avis, ce contrôle est essentiel pour les récits de vie, pour pouvoir respecter et suivre la logique de la personne interviewée, sans l’enfermer dans un discours unique, celui tenu par le narrataire.

15L’interview ne se déroule pas d’une manière aléatoire. Au préalable, l’intervieweur a préparé un aide-mémoire qui permet de guider le sujet dans son récit et de polariser l’entretien sur le sujet d’étude. La comparaison ultérieure de plusieurs témoignages repose sur une série de questions communes auprès des différents entretiens.

16Outre les principales caractéristiques socio-démographiques décrivant les familles interviewées, les principaux items retenus sont :

  • souvenir des repas dans le pays d’origine (repas quotidien, repas festifs),
  • modalité de trouver des produits alimentaires du pays d’origine lors de l’arrivée dans le pays d’accueil (et évolution dans le temps),
  • choix des aliments et préparation des repas, nombre de personne(s) concernée(s),
  • prise des repas en famille ou selon d’autres manières,
  • sélection des aliments au cours des principaux repas de la journée, des jours de la semaine dont plus spécialement le vendredi, le samedi et le dimanche ainsi que lors des grandes fêtes,
  • choix des aliments parmi : les graisses, viandes, légumes, fruits, produits laitiers, céréales,
  • présence d’allergies alimentaires et/ou interdits religieux,
  • modes d’acquisition des produits consommés.

Conclusion

17La méthode des récits de vie se distingue des méthodes quantitatives (données statistiques), des enquêtes bio-chimiques et des techniques d’entretiens par questionnaires directifs, par le fait qu’elle valorise le témoignage individuel et met en évidence tous les systèmes de valeurs qu’aucune autre méthode ne pourrait nous permettre d’appréhender. En effet, l’enregistrement des informations fait appel à des événements de la vie quotidienne, avec tout son poids et toute la sécurité des expériences vécues, ceux auxquels on s’identifie le plus.

18Il ne faut pas perdre de vue que l’échantillon est loin d’être représentatif de toute une population immigrée et les résultats obtenus sont loin d’expliquer tous les phénomènes évolutifs relatifs aux habitudes alimentaires. Toutefois, la méthode retenue reste valide et même pertinente pour évaluer le degré d’assimilation des modèles alimentaires à ceux adoptés dans le pays d’accueil.

SCHEMA DE TRAVAIL

SCHEMA DE TRAVAIL

Bibliographie

Références bibliographiques.

Bouvier (J.C.), Bremont (H.P.), Joutard (P.), Mathieu (G.) & Pelen (J.P.), 1980, Tradition orale et identité culturelle. Marseille : C.N.R.S.

Chabrol (C.) & Frognon (A.), 1980, Manuel d’analyse du contenu. Paris : Colin.

Farb (P.) & Armellagos (G.), 1985, Anthropologie des coutumes alimentaires. Paris : Denoël.

F.F.N. (Fondation Française pour la Nutrition), 1988, Réalisations 1988.

Lepage (Y.), 1985, Recent dietary trends in Belgium: socioeconomic apects. In: (Diehl and Lietzmann, éds) Measurment and Determinants of Food Habits and Food preferences. Euro-Nut report n° 7, Giessen,p. 109-116.

Lepage (Y.), 1988, Evolution récente des régimes carnés dans l’alimentation en Belgique. Anthropozoologica, n° spécial : 191-197.

Lepage (Y.) & Perez-Perez (A.), 1989, De la especificidad nutricional espagnola a la estandarrizacion europea. Trabajos de Antropologia, vol 21 (3) : 203-212.

Susanne (C.) & Lepage (Y.), 1991, Fats, Sugar, Animal proteins: a new way of life. Journal of Human Ecology, vol 1 (1) : 49-61.

Vercauteren (M.), 1989, Aspects de l’évolution séculaire en Belgique. Université Libre de Bruxelles : thèse de Doctorat.

Notes de fin

* Laboratoire d’Écologie Humaine (Université Aix-Marseille III), Aix-en-Provence

** Laboratoire d’Anthropologie et de Génétique Humaine, Université libre de Bruxelles

*** Institut d’Anthropologie, Université de Florence

Table des illustrations

Titre SCHEMA DE TRAVAIL
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 293k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable