Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie de l’immigration

 | 
Gilles Boëtsch
, 
Jean-Noël Ferrié

I. Problèmes d'approche et premiers résultats

Aspects de l’immigration à Parme

Enzo Lucchetti et Sergio De Lasio

Texte intégral

  • * Chaire d’Anthropologie et Institut Génétique de l’Université de Parme

1Note portant sur l’auteur*

  • ** Institut de Génétique, Université de Parme

2Note portant sur l’auteur**

3La distribution de la population italienne sur le territoire national s’est considérablement modifié à la suite de migrations massives : elle serait très différente de ce qu’elle est actuellement, si elle avait évolué sous le seul effet de l’accroissement naturel. Ceci, bien sûr, varie selon les régions. C’est ainsi que les régions du Nord ont vu leur population augmenter grâce à une imposante immigration du sud du pays, alors que l’émigration de ces mêmes régions a fortement ralenti ce qu’aurait été leur croissance sous l’effet du mouvement naturel (Golini, 1984).

4L’Italie, au début du siècle, était un pays d’émigrants. La situation a changé après la Seconde Guerre mondiale, quand le développement économique du Nord a absorbé l’émigration des régions du Sud et de certaines zones du Nord, qui, auparavant, se dirigeait vers l’étranger. Le développement économique des régions du Nord-Ouest (Piémont, Lombardie et Ligurie), régions dites du « Triangle industriel » a produit une puissante force attractive sur les émigrants des régions pauvres qui n’ont plus été obligés de partir à l’étranger. Ceci a eu pour conséquence une augmentation très forte des migrations internes.

5Durant une première période, dans les années 50, pendant laquelle la migration vers le « Triangle industriel » a été le fait, soit des populations du sud de l’Italie, soit des régions du Nord-Est où le développement économique a commencé plus tard et où le surplus de force de travail des zones rurales, surtout des montagnes, s’est dirigé vers les grandes villes : Milan, Turin et Gênes. Une deuxième période, dès la seconde moitié des années 60, a été caractérisée par le développement économique des régions du Nord-Est. Ainsi, le courant migratoire de ces régions et de l’Emilie vers Milan s’est d’abord interrompu puis s’est inversé ; en même temps, le flux migratoire du Sud, non plus dirigé exclusivement vers les trois grandes villes de Milan, Turin et Gênes, s’est réparti sur une zone beaucoup plus large (Ascoli, 1979).

6La région Emilie-Romagne - et la provincia de Parme, qui est située dans la partie nord-occidentale de cette région - se situe très bien dans ce contexte (Regione, 1985). Elle est destinataire, durant les premières années qui suivent la Seconde Guerre mondiale, des flux d’émigration qui, dirigés auparavant vers l’étranger, vont alors vers les grandes villes du « Triangle industriel ». Dans les années 60, l’Emilie-Romagne commence à devenir elle aussi un pôle d’attraction pour les migrants : le flux d’émigration s’arrête ; une partie de ceux qui avaient migré, repart chez elle. Enfin, au cours des années 70, l’Emilie-Romagne devient une des régions italiennes les plus touchées par le mouvement migratoire. Le solde migratoire devient de plus en plus positif, autant en ce qui concerne l’étranger qu’en ce qui concerne les migrations intérieures. Rapporté à 1000 résidants, le solde migratoire de l’Emilie-Romagne avait une valeur négative (- 0,7 %) pendant la période 1951-61 (dans la même période les trois régions du triangle industriel, le Piémont, la Ligurie et la Lombardie, avaient respectivement les valeurs + 10,9 %, + 9,9 %, + 7,3 %). Le solde migratoire de l’Emilie-Romagne devient positif (+ 0,7 %) dans les années qui vont du 1961 à 1971 (cependant on observe les valeurs + 9,6 %, + 5,3 % et + 7,2 % respectivement dans le Piémont, la Ligurie et la Lombardie) et augmente à 2,8 % dans la période 1971-1981 (encore + 0,6 %, + 0,7 % et +1,3 % pour Piémont, Ligurie et Lombardie). Enfin dans les années 1982-1989, le solde migratoire de l’Emilie-Romagne parvient à une valeur de + 2,1 %, tandis que, dans le Piémont, la Ligurie et la Lombardie la chute du solde migratoire continue jusqu’à atteindre -1,0 %, 0,5 % et - 0,6 % respectivement. Au cours des années 70, l’Emilie-Romagne est devenue un des plus forts pôles d’attraction des flux migratoires, surtout pour ceux venant du Sud.

La population de Parme

7La population de la ville de Parme, objet spécifique de l’analyse, a subi dans les dernières années des changements assez importants, en fonction surtout des mouvements migratoires et d’une baisse de la fécondité qui a atteint, à la fin des années 80, un niveau très bas (Soliani et alii, 1992). Au mois de juillet 1991, la population de Parme était constituée par à peu près 172 000 individus. Le tableau 1 montre la composition de la population actuelle selon la région de naissance. Suivant les divisions administratives italiennes, on a distingué les individus nés dans le territoire municipal (i.e. dans la ville), ceux nés dans le territoire de la provincia de Parme, ceux nés dans les autres régions du Nord de l’Italie, ou dans les régions du Centre et du Sud. S’agissant des individus nés au dehors de l’Italie, on a séparé ceux nés dans les pays de la CEE, de ceux l’Europe de l’Est et de ceux nés dans les pays du Tiers-monde.

8Plus de 50 % des résidants actuels sont nés dans la ville et 21 % sont nés dans la provincia (i.e. la zone rurale). La fréquence des individus nés au dehors de la provincia de Parme est liée à la localisation géographique : elle diminue avec l’augmentation de la distance. A cette règle, fait exception la fréquence des personnes nées au sud de l’Italie : elles sont plus de 11 000 et représentent 6,5 % de la population résidante actuelle. Si on considère le lieu de naissance des chefs de famille (dernière ligne du tableau 1), on observe une chute nette (de 54,2 % à 42,6 %) dans la classe « nés dans la ville », à l’avantage de ceux qui proviennent de la provincia (de 21,7 % à 28,3 %) et de ceux qui viennent du Sud de l’Italie (de 6,5 % à 9.0 %). Les deux dernières catégories contiennent des enfants issus des premiers immigrés, qui sont nés dans la ville de Parme après l’établissement de leurs parents. On doit encore observer le sex-ratio : le nombre des hommes est généralement inférieur au nombre des femmes, à cause d’une espérance de vie différentielle entre les sexes - il faut souligner la présence, parmi les résidants, d’un important pourcentage des personnes âgées. Parmi ceux qui viennent du sud de l’Italie et parmi les immigrés du Tiers-monde le sex-ratio, au contraire, est favorable au sexe masculin.

9Le mouvement migratoire qui a concerné la population de la ville de Parme s’intègre bien dans le contexte décrit pour l’Emilie-Romagne, région à laquelle Parme appartient (Soliani, 1991). Il y a eu, dans la période d’après-guerre, une émigration des zones rurales, surtout de la montagne, vers le « Triangle industriel » ; ensuite, l’exode rural a continué, mais en prenant la direction de la ville de Parme, dans laquelle sont arrivées ou sont revenues une partie des personnes qui avaient émigré dans le « Triangle industriel ». Avec les années 60, la ville est de plus en plus concernée par l’immigration qui vient du sud de l’Italie, immigration qui continue encore aujourd’hui - dans la fin des années 80, cette immigration a montré une reprise très nette. Enfin, apparaît un phénomène qui va devenir très rapidement important : l’immigration des pays du Tiers-monde (surtout de l’Afrique du Nord et Centrale) et de l’Europe de l’Est.

10Il y a donc plusieurs composantes migratoires qui interagissent et qui, grâce aussi à la baisse de la fécondité, vont changer très rapidement la composition et la structure de la population de la ville. Cela peut être montré très clairement par les figures 1A, 1B et 1C qui font voir la distribution des nouveaux inscrits à l’état civil (anagrafe) selon l’année de l’inscription et le lieu de naissance de chaque individu (Fig. 1-A) et du chef de famille (Fig. 1-B). Le pourcentage des personnes nées dans la ville tombe très fortement dans les années 60 et 70 ; il était autour de 450 pour mille avant le 1950, mais, dans les 15-20 dernières années, il tombe très rapidement jusqu’à des valeurs inférieures à 200 pour mille, valeurs qui se sont maintenues jusqu’à présent. La fréquence des individus nés dans la ville parmi les nouveaux inscrits à l’anagrafe montre une remontée pendant les dernières périodes dans la figure 1-A, remontée qui n’apparaît pas dans la figure 1-B : la différence confirme la présence d’enfants issus de premiers migrants qui sont nés dans la ville de Parme après l’établissement de leurs parents.

11La fréquence des natifs de la provincia montre la coïncidence temporelle de l’exode rural et du processus d’urbanisation : il apparaîtra dans l’après-guerre, atteignant son maximum dans la période 1960-64 ; il diminuera ensuite rapidement. Aujourd’hui, ce phénomène n’est plus observable (on assisterait plutôt à un phénomène inverse).

12L’immigration des régions du sud de l’Italie représente une part négligeable dans les premières périodes de l’après-guerre ; elle devient considérable à partir des années 60 et s’accroît presque continuellement jusqu’à nos jours. Aujourd’hui, parmi les nouveaux inscrits à l’état civil, le nombre des personnes originaires du Sud est supérieur au nombre des natifs de la ville.

Immigration à Parme des régions du sud de l’Italie

13Les données analysées sont relatives à la population résidente actuelle : elles donnent donc des renseignements sur les émigrants qui ont pris leur résidence officielle et qui se sont établis dans la ville. Le flux migratoire vers la ville de Parme concerne d’une façon suffisamment homogène toutes les régions de l’Italie du Sud et les îles : 30 % provient de la Sicile, 25 % de la Campanie et encore respectivement 20 %, 12 %,8 % et 6 % des Pouilles, de Calabre, de Sardaigne et de Basilicate. Ces pourcentages reflètent la distribution de la population dans les régions du Sud : les rapports entre le nombre d’immigrés à Parme et la taille de la population résidente dans chaque région en 1971 sont assez homogènes : ils varient de 4 à 6 migrants pour 10 000 résidents.

Sex-ratio et âge

14Le sex-ratio chez l’ensemble des immigrés du Sud globalement pris, est supérieur à l’unité et indique une présence plus nombreuse du sexe masculin. L’analyse dans le temps, en fonction de la date d’inscription à l’anagrafe de Parme (Fig. 2), montre que le sex-ratio est favorable aux femmes chez les immigrés venus à Parme avant 1980 ; chez les immigrés arrivés plus récemment, les hommes deviennent de plus en plus plus nombreux, jusqu’à être maintenant à peu près le double des femmes. Les immigrés arrivés à Parme depuis une dizaine d’années ont une famille et l’on peut déjà observer l’effet de la différence de vie moyenne entre les hommes et les femmes : jusqu’à 1980 le sex-ratio chez les immigrés du Sud montre peu de différences avec le sex-ratio de la population autochtone ou chez les immigrés provenant d’autres zones de l’Italie, même si les valeurs pour le Sud sont toujours plus élevées. Dans les dernières années, au contraire, le sex-ratio devient supérieur à l’unité ; il témoigne de la forte reprise actuelle de l’immigration du Sud.

15L’âge à la migration a été évalué seulement sur les immigrés arrivés pendant les dernières années. L’âge moyen des immigrés nouvellement installés à Parme, pendant 1990 et 1991, est de 26,4 ans pour ceux qui viennent des régions du Sud et, respectivement, de 35,3 et 35,4 ans pour ceux qui viennent des régions du Centre et du Nord de l’Italie. On constate une forte différence : l’immigration qui vient du Sud est caractérisée par une plus grande fréquence d’hommes jeunes.

Etat civil

16Les données de l’anagrafe nous donnent des renseignements soit sur l’état civil actuel, soit sur l’état civil au moment de l’arrivé, ce dernier obtenu au moyen de la comparaison entre la date de l’arrivée et la date du mariage. L’analyse de l’état civil actuel, parmi les immigrés du Sud qui résident à Parme montre que la fréquence des hommes et des femmes célibataires est inversement proportionnelle au temps passé depuis le moment de l’arrivée. Il faut souligner que les données se rapportent seulement aux immigrés qui sont restés à Parme, donc ceux qui y ont trouvé un emploi et ont pu y faire venir leur famille.

17Le pourcentage des hommes encore célibataires parmi ceux qui sont arrivés à Parme avant 1970 est de 20 % : ce pourcentage va augmenter et atteindre 40 % dans la décennie suivante (Fig. 3). Jusqu’à ce moment-là, on n’observe aucune différence en fonction des régions d’origine des migrants : les comportements de ceux qui viennent des régions du Nord, du Centre ou des régions du Sud sont similaires entre eux et similaires aussi au comportement de ceux qui viennent de la provincia de Parme. La situation change chez les immigrés arrivés depuis 1980 : la présence de célibataires augmente très nettement parmi eux. Cette augmentation est très forte surtout parmi les immigrants qui viennent des régions du sud de l’Italie, où la fréquence des hommes célibataires atteint 70 %. Ainsi la caractéristique de l’immigration qui arrive à Parme des régions du sud de l’Italie apparaît-elle clairement : il s’agit d’hommes jeunes et célibataires.

18Parmi les femmes immigrées vivant actuellement à Parme, la fréquence des célibataires montre une caractéristique analogue, où le pourcentage de femmes célibataires chez les immigrées est toujours plus haut que chez les femmes autochtones. La différentiation en fonction des régions d’origine et selon la date d’arrivée n’est pas aussi marquée que parmi les hommes : même si, chez les femmes arrivées à Parme dans les dernières années, la fréquence de célibataires est plus importante chez celles qui viennent du Sud, elle reste toujours au-dessous 50 % et ne se différencie pas trop de celle qu’on trouve parmi les femmes arrivées du Centre ou du Nord.

19L’état civil au moment de la migration (Fig. 4) est déduit par la comparaison de la date de l’arrivée et de la date du mariage. Il est donc normal que parmi les immigrés restés à Parme, la fréquence de ceux qui étaient célibataires au moment de leur migration ait diminuée proportionnellement au temps passé dans la ville. La fréquence va se réduire au fur et à mesure que le moment de l’arrivée s’approche de la période actuelle, jusqu’à atteindre, pour les personnes immigrées depuis 1980, les mêmes fréquences de célibataires que chez les non migrants. Mais la figure met en évidence encore une fois une caractéristique différente de la migration qui vient du Sud, dans laquelle la fréquence des célibataires a toujours été plus élevée et continue à l’être. La différence est plus réduite chez les femmes, pour lesquelles le pourcentage de célibataires est plus proche de ce qu’on observe parmi les femmes venant des autres régions de l’Italie.

20Une question importante pour comprendre le comportement des migrants peut être la suivante : les hommes ou les femmes qui sont arrivés à Parme encore célibataires, qui y ont trouvé un emploi et qui y sont restés, avec qui ont-ils formés une famille ?

21Le pourcentage d’individus célibataires au moment de la migration et qui se sont mariés après est assez élevé (Fig. 5) ; il dépend strictement de la durée de la migration. Parmi les célibataires arrivés à Parme avant 1960, la fréquence de ceux qui se sont mariés est supérieure à 80 %. Ce pourcentage va décroître très rapidement en ce qui concerne ceux qui sont arrivés les années suivantes, jusqu’aux jeunes célibataires arrivés en 1990 et 1991, qui, presque tous, ne sont pas encore mariés. Cela s’explique très facilement, en rappelant encore une fois que nos données concernent les immigrés qui sont restés à Parme ; d’autre part, ceux qui ne se sont pas mariés ont conservé une mobilité plus grande, et peuvent avoir changé de résidence.

22Le comportement, ici, est très logique et cohérent : les migrants arrivent jeunes et célibataires ; ils trouvent un emploi, un logement, et après ils peuvent penser à former leur famille. Cela exige quelques années : la fréquence des mariés parmi ceux qui sont arrivés célibataires pendant la période 1970-1974 est de 60 % ; elle tombe à 40 % pour ceux qui sont arrivés dans la période 1980-1984 ; seule la fraction de ceux arrivés après 1985 a déjà rassemblé les conditions nécessaires pour se marier.

23La figure 5 montre que la fréquence de ceux qui sont actuellement mariés parmi les personnes arrivées célibataires, est toujours plus élevée chez les migrants qui viennent du sud et du centre de l’Italie que chez ceux venant du Nord ou de la provincia. La différence semble disparaître après 1985. L’évolution de la fréquence des femmes qui, arrivées célibataires, se sont mariées après la migration est en général très similaire et ne montre pas de différences en fonction des régions d’origine.

24Un échantillon d’à peu près 1 000 hommes et 1 000 femmes célibataires venus des régions du sud de l’Italie et qui se sont mariés après la migration, a été utilisé pour analyser les modalités de choix du conjoint.

25On observe qu’environ la moitié des célibataires (47,3 % des hommes, 45 % des femmes) ont choisi comme conjoint un immigré venu du Sud. La fréquence des hommes qui, arrivés du Sud encore célibataires, se sont mariés avec une femme de la population d’accueil (population de la ville et de la provincia de Parme) est de 28,5 % ; plus fréquents (34,1 %) sont les mariages d’une femme du Sud avec un homme de Parme.

26Les variations de ce paramètre dans le temps, examinées en fonction de la période d’arrivée à Parme des célibataires, met en évidence que la fréquence relative des mariages d’un immigré avec une femme de Parme décroît dans le temps ; au contraire, la fréquence relative des mariages entre deux immigrés célibataires à leur arrivée à Parme va augmenter au fur et à mesure que le nombre d’immigrés augmente. La même chose s’observe pour les femmes qui se sont mariées après la migration. En autres termes, la probabilité des mariages « mixtes » est relativement plus élevée quand les immigrés sont peu nombreux ; quand ils deviennent suffisamment nombreux, ils cherchent alors se marier à l’intérieur de leur propre groupe.

27Un notable attachement au groupe et à la région d’origine est aussi démontré si l’on considère la provenance par région. Le tableau 5 montre la distribution, selon les régions d’origine, des mariages des célibataires venus du Sud avec une autre (un autre) migrant, après leur arrivée à Parme. La diagonale principale, où on trouve les mariages entre deux immigrés provenant de la même région, montre des valeurs toujours bien plus élevées indiquant un choix préférentiel portant sur l’origine commune.

28Une augmentation dans le temps des couples mixtes, chez lesquels un des conjoints vient du Sud et l’autre de la population d’accueil, peut être observée pour les immigrés arrivés très jeunes et qui ont fréquenté les écoles locales ainsi que pour les enfants issus des familles migrantes et nés à Parme. Dans ce cas, le nombre des couples « mixtes » va augmenter rapidement, soit qu’on considère les mariages entre un homme d’origine méridionale et une femme de Parme, soit l’inverse.

29La migration qui vient des régions du Sud est un phénomène qui est bien loin d’être achevé ; au contraire, elle a augmenté dans les dernières années. Le nombre des migrants qui sont arrivés à Parme des régions du Sud, durant 1990 et le premier mois 1991, est déjà égal au nombre des immigrés arrivés dans les cinq ans précédents. A cette immigration, s’ajoute maintenant l’immigration qui vient des pays du Tiers-monde et des pays de l’Europe de l’Est. Il s’agit d’un phénomène nouveau, presque inexistant auparavant, qui est devenu consistant - parce qu’il est aussi facilement visible - à partir de la fin des années 80. La migration des pays du Tiers-monde est caractérisée, elle aussi, par la présence de jeunes hommes célibataires ; on peut supposer facilement que ceci, lorsqu’ils auront résolu les choses de première nécessité (un emploi et un logement), serviront de point de repère pour de nouveaux flux migratoires, alors caractérisés par une fréquence plus élevée de femmes et d’enfants en bas âge.

  • * Les auteurs remercient l’administration communale, le directeur et le personnel du CED (Centro Ela (...)

30Cela est facilement prévisible, surtout si l’on considère le changement très important observable dans la structure et dans le comportement reproductif de la population de Parme. Comme la pyramide d’âge le met en évidence (Fig. 6), les enfants âgés de 0 à 10 ans représentent moins de la moitié des jeunes âgés de 11 à 20 ans, qui, à leur tour, sont beaucoup moins nombreux que ceux âgés de 21 à 30 ans. En d’autres termes, au début du siècle prochain, il y aura un déficit très grave de personnes en âge de travailler, avec un déséquilibre soit quantitatif soit qualitatif entre l’offre et la demande d’emploi. Il y aura donc une demande qui ne pourra que susciter de nouvelles migrations*.

Figure 1 : Distribution des nouveaux inscrits à l’anagrafe de Parme, selon la période de l’inscription et selon la provenance : A (à gauche) : de chaque personne, B (à droite) : du chef de famille

Figure 2 : Sex-ratio parmi les immigrés des régions du sud, selon la période de l’arrivée

Figure 3 : Pourcentage des célibataires (à gauche) et des femmes nubiles (à droite) parmi les immigrés actuellement résidants à Parme, selon la période de leur arrivée

Figure 4 : Pourcentage des immigrés qui n’étaient pas mariés au moment de la migration (mâles à gauche, femelles à droite), selon la période de leur arrivée

Figure 5 : Pourcentage des individus, célibataires au moment de l’immigration, qui se sont mariés après leur arrivée, selon la période de l’inscription à l’anagrafe de Parme

Figure 6 : Pyramide d’âge de la population résidante à Parme au mois de Juillet 1991

Tableau 1 : Population de la ville de Parme (juillet 1991) selon la région de naissance

Tableau 1 : Population de la ville de Parme (juillet 1991) selon la région de naissance

Tableau 2 : Nombre des immigrés à Parme qui viennent du Sud de l’Italie

Tableau 2 : Nombre des immigrés à Parme qui viennent du Sud de l’Italie
  • * Valeur observée sur 15 mois.

Note *

Tableau 3 : Choix du conjoint des célibataires et des nubiles venus du Sud

Tableau 3 : Choix du conjoint des célibataires et des nubiles venus du Sud

Tableau 4 : Choix de l’épouse par les célibataires venus du Sud selon la période de l’arrivée

Tableau 4 : Choix de l’épouse par les célibataires venus du Sud selon la période de l’arrivée

Tableau 5 : Choix de l’époux par les femmes nubiles venues du Sud selon la période de l’arrivée

Tableau 5 : Choix de l’époux par les femmes nubiles venues du Sud selon la période de l’arrivée

Tableau 6 : Mariages parmi les immigrés venus à Parme encore célibataires

Tableau 6 : Mariages parmi les immigrés venus à Parme encore célibataires

Bibliographie

Références bibliographiques

Ascoli (U.), 1979, Movimenti migratori in Italia. Florence : Il Mulino.

Golini (A.), 1984, Distribuzione della populazione, migrazioni interne e urbanizzazione in Italia. Rome : Ist. Demografia.

Milioli (M.A). & Affaticati (S.), 1991, Fonti, dati e valutazione dell’immigrazione extracomunitaria in provincia di Parma. In : (Amm. Prov. Parma, ed.) Analisi e prospettive dell’immigrazione dai paesi extracomunitari. Primo rapporto provinciale, p. 41-54.

Regione Emilia Romagna, 1985, Immigrazione ed occupazione in Emilia Romagna. Realtà e prospettive. Parme.

Soliani (L.).& Lucchetti (E.), 1989, Sviluppo demografico e allocazione delle risorse. Human Evolution, supl.4: Problemi di Bioetica: 3-22.

Soliani (L.).& Lucchetti (E.), 1991, Popolazione umana e sviluppo sostenibile. Tendenze demografiche e politiche per la popolazione nel contesto italiano. Parma Economica, décembre, 1991 :13-38.

Soliani (L.), 1991, Immigrazione e situazione demografica di Parma.In : (Amm. Prov. Parma, ed.) Analisi e prospettive dell’immigrazione dai paesi extracomunitari. Primo rapporto provinciale, p. 29-40.

Soliani (L.).& Ghirardini (P.G), 1992, Un esercizio di previsione degli immigrati, per una città (Parma) in crescita economica e declino demografico. In: (collectif) Lapopolazione delle città italiane: tendenze in atto e prospettive. Bari : Cacucci, p. 453-470.

Notes de fin

* Chaire d’Anthropologie et Institut Génétique de l’Université de Parme

** Institut de Génétique, Université de Parme

* Les auteurs remercient l’administration communale, le directeur et le personnel du CED (Centro Elaborazione Dati) pour leur collaboration.

* Valeur observée sur 15 mois.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Distribution des nouveaux inscrits à l’anagrafe de Parme, selon la période de l’inscription et selon la provenance : A (à gauche) : de chaque personne, B (à droite) : du chef de famille
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Figure 2 : Sex-ratio parmi les immigrés des régions du sud, selon la période de l’arrivée
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 3 : Pourcentage des célibataires (à gauche) et des femmes nubiles (à droite) parmi les immigrés actuellement résidants à Parme, selon la période de leur arrivée
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Figure 4 : Pourcentage des immigrés qui n’étaient pas mariés au moment de la migration (mâles à gauche, femelles à droite), selon la période de leur arrivée
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2743/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Figure 5 : Pourcentage des individus, célibataires au moment de l’immigration, qui se sont mariés après leur arrivée, selon la période de l’inscription à l’anagrafe de Parme
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2743/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Figure 6 : Pyramide d’âge de la population résidante à Parme au mois de Juillet 1991
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2743/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Tableau 1 : Population de la ville de Parme (juillet 1991) selon la région de naissance
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2743/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Tableau 2 : Nombre des immigrés à Parme qui viennent du Sud de l’Italie
Légende Note *
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2743/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Tableau 3 : Choix du conjoint des célibataires et des nubiles venus du Sud
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2743/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 4 : Choix de l’épouse par les célibataires venus du Sud selon la période de l’arrivée
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2743/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau 5 : Choix de l’époux par les femmes nubiles venues du Sud selon la période de l’arrivée
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2743/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Tableau 6 : Mariages parmi les immigrés venus à Parme encore célibataires
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2743/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter