Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie de l’immigration

 | 
Gilles Boëtsch
, 
Jean-Noël Ferrié

I. Problèmes d'approche et premiers résultats

La difficulté de reproduire à l’identique des fêtes traditionnelles chez les Marocains de Millau

Mohamed Nachi

Texte intégral

  • * Doctorant, Institut d’Études Politiques / IREMAM, Aix-en-Provence

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 L’enquête s’est déroulée aux mois de janvier et février 1990, dans le cadre d’une recherche poursu (...)
  • 2 La répartition de la population immigrée à Millau est la suivante : 570 Marocains, 210 Algériens ( (...)

2Cette étude a été effectuée auprès de plusieurs familles d’origine marocaine, installées dans la ville de Millau (Aveyron).1 La population de cette ville s’élève à 22 500 habitants. Les communautés étrangères s’y présentent comme très minoritaires : 6,75 % de la population globale. Parmi les étrangers, les Marocains représentent le groupe le plus important, soit 570 personnes sur une population d’immigrés de 1 520 personnes2.

  • 3 Il y a en moyenne une dizaine de fêtes religieuses et/ou familiales, par an, qui sont célébrées pa (...)

3Dans ce travaille me suis intéressé à l’étude des différentes fêtes et aux formes de leur célébration. L’enquête m’a révélé l’importance de celles-ci chez les Marocains, dans la mesure où elles constituent, pour eux, des moments de reconstitution et de fusion du groupe. Aussi permettent-elles de (re)créer des liens sociaux et d’illustrer l’identité à laquelle le groupe est attaché3. Cet attachement explique, en grande partie, le respect quasi-systématique des fêtes traditionnelles auquel tiennent les gens. Mais cela ne va pas sans difficultés, car les fêtes ne peuvent pas être isolées du milieu dans lequel elles sont célébrées. Ainsi, tout au long de mon enquête, la difficulté de les reproduire à l’identique apparaît dans le discours des uns et des autres. En effet, même si, à coup sûr, les gens trouvent des solutions ponctuelles, des obstacles restent néanmoins présents.

Du respect quasi systématique des fêtes traditionnelles

4Tous les entretiens témoignent de l’attachement des migrants marocains aux fêtes traditionnelles. On peut, de surcroît, constater qu’ils les respectent davantage que leurs compatriotes vivant au Maroc. Ainsi, aussi bien les fêtes familiales que les fêtes religieuses sont-elles scrupuleusement célébrées. Les unes comme les autres sont accompagnées de riches repas et constituent des moments propices aux rencontres, aux échanges de vœux, de cadeaux, aux visites...

5On peut remarquer que la cuisine et les habitudes alimentaires restent très traditionnelles, notamment lors des fêtes, avec le pain fait à la maison, le couscous, les tajines, les gâteaux, le thé à la menthe. A propos de cet attachement aux habitudes alimentaires, considérées comme le « noyau dur » de la culture d’origine, D. Schnapper affirme que « c’est l’existence de ce noyau dur qui rend compte de l’attachement aux pratiques culinaires du pays d’origine que manifestent tous les émigrés dans tous les pays. A travers cet attachement qu’ils transmettent à leurs enfants, c’est, d’une certaine façon, tout l’ordre du monde qui s’exprime » Schnapper, 1990 : 156). Ainsi, pendant l’cAïd el Kebir, par exemple, les Marocains vont eux-mêmes, dans les fermes avoisinantes acheter leurs moutons et, avec l’accord des paysans, les y égorgent selon le rite habituel.

6En fait, malgré un environnement quotidien assez défavorable, la plupart des individus continuent à respecter les autres fêtes musulmanes. Lorsque celles-ci ont lieu, le rythme de travail, les horaires imposés opèrent une véritable inversion qu’il faut bien subir. Il faut, disent mes interlocuteurs, « tenir le coup ». Jeûner pendant le mois lunaire de Ramadan relève, dès lors, d’un effort beaucoup moins collectif que personnel, contrairement au Maroc où le jeûne s’inscrit dans un engagement collectif dont chacun se sent solidaire et où l’on partage la même liesse lors de la rupture. Cependant, il est clair qu’en dépit des difficultés rencontrées, les membres du groupe perpétuent certains rites et certaines pratiques festives.

7Plus encore, le respect quasi-systématique des fêtes se manifeste également dans la volonté des parents de les transmettre de génération en génération. C’est ainsi que les adultes exigent de leurs enfants le respect de toutes les fêtes religieuses et familiales, et leur présence lors de la célébration. Force est de constater que les enfants et les adolescents participent donc souvent aux fêtes, même s’il est vrai que leur croyance n’est pas aussi sûre que le laisse entendre leur présence. En fait, ils disent être attachés aux coutumes de leur famille et y attribuent une valeur « identitaire », identité qualifiée par D. Schnapper (1990) de « dormante ».

8Certes, le désir est vif pour la communauté marocaine de maintenir la tradition et de respecter les célébrations des fêtes ; mais elle mesure bien la distance qui s’est établie entre la célébration des fêtes au pays natal et la célébration ici. Cette difficulté de reproduction à l’identique est due, en grande partie, à des obstacles extérieurs.

De la difficulté de reproduction à l’identique des fêtes traditionnelles

9Parmi ces difficultés, on trouve, en premier lieu, les conditions de logement qui ne sont pas appropriées et ne permettent pas d’accueillir de grands groupes ; d’autant que, par le passé, de telles réunions ont provoqué des plaintes de voisins et l’intervention de la police. Peu à peu, chacun a pris le parti de s’en tenir à l’invitation d’un petit cercle familial. Certaines familles expriment leur regret face à cette situation et envient les « cousins » de Montpellier qui organisent les regroupements dans une salle commune où l’on peut, sans restriction, chanter, danser, partager des heures joyeuses et amicales. Au contraire, à Millau, chacun se heurte aux mêmes obstacles : il faut, autant que faire se peut, éviter le bruit, faire taire les enfants, ne pas réveiller les voisins qui ignorent jusqu’à l’existence de telles fêtes. Dès lors, même si chaque famille, chaque individu, développe des stratégies spécifiques de cohabitation - en fonction des voisins, de l’importance de la fête, etc. -, il n’en reste pas moins que les fêtes « n’ont plus le même sens » et seront célébrées « artificiellement » et sans trop de spontanéité.

10Par ailleurs, ces stratégies de cohabitation ont permis, malgré tout, la constitution d’un ensemble de réseaux qui permettent de continuer la célébration des fêtes, même si c’est avec une relative discrétion. Autrement dit, on constate, qu’au sein de la communauté, se sont formés de nouveaux liens sociaux entre certaines familles au détriment d’autres. Ces liens plus serrés permettent de célébrer la fête dans des groupes plus réduits. Ce sont souvent les relations familiales, de parenté mais aussi des relations sociales ou de voisinage qui sont à l’origine de ces réseaux. Ici plus qu’ailleurs, les relations interpersonnelles doivent pouvoir s’affirmer pour ne pas disparaître au milieu d’une société différente, sans provoquer ni agresser. Il faut se sauvegarder mais, dans le même temps, se mesurer, se limiter, se restreindre. C’est ce que permettent les réseaux et les nouveaux liens tissés à l’intérieur de groupes limités. La famille est l’élément le plus actif de la reconstitution de ces liens. En effet, à travers toute l’enquête, la place essentielle occupée par la famille apparaît clairement. De fait, même si plusieurs fêtes débordent le cadre collectif strictement familial, la famille demeure l’élément moteur de l’acte collectif concrétisé par la fête.

11Ces difficultés de reproduire à l’identique les fêtes, créent un décalage entre les communautés immigrées et la société de Millau. Ce décalage ressurgit à plusieurs reprises, en s’inversant lors des fêtes de Noël et du Nouvel An, faisant naître incompréhension ou rejet personnel entre personnes dont la culture et la religion sont différentes et méconnues. Pourtant, les célébrations continuent, les rites se perpétuent, voire même s’enrichissent dans certaines familles de fêtes chrétiennes. Celles-ci considèrent, en effet, que les enfants doivent bénéficier des fêtes traditionnelles du pays d’origine pour préserver leur identité, mais peuvent aussi bénéficier des fêtes chrétiennes, partager avec leurs camarades français des moments de joie et de plaisir. Ceci nous explique la présence, en décembre, du sapin et des jouets « apportés par le Père Noël » aux petits enfants. Il est vrai que ces familles vivent en France depuis les années soixante et que cette longue présence facilite l’assimilation de nouvelles pratiques, d’autres habitudes.

12Ainsi, on peut dire que, même si les fêtes perdent leur caractère ostentatoire et tendent à être célébrées à l’intérieur de groupes restreints, elles restent, néanmoins, vivantes et sont considérées comme des moments où s’échange l’affection et se manifestent les sensibilités individuelles. Elles procurent, de ce fait, des instants intenses d’émotion puisque, désormais, elles sont célébrées dans l’intimité. Il ne serait pas exagéré de dire, à cet égard, que la fête tend à se « privatiser », c’est-à-dire qu’elle s’effectue de plus en plus dans la sphère privée plutôt que publique.

13Au total, les difficultés décrites nous montrent comment le contact entre deux cultures peut être parfois mal aisé, voire conflictuel. Confrontée à cette réalité incontournable, la communauté travaille à sa propre intégration. Ceci aussi bien par des efforts d’adaptation que par la constitution de réseaux interpersonnels favorisant la préservation de certains aspects de la culture d’origine - fêtes, habitudes alimentaires, etc.- tout en les appropriant aux contraintes de la société déjà en place.

14Difficultés, certes, mais souvent surmontées ou contournées afin de préserver les fêtes et, à travers elles, l’identité culturelle du groupe. Evidemment, cela ne peut se faire sans laisser de traces ; c’est souvent au prix de métamorphoses que s’opère la concession. Cette métamorphose s’accompagne d’une redéfinition de l’identité qui va donner naissance à un processus d’intégration, se réalisant dans le quotidien. Parlant d’intégration en terme de « double référence », D. Schnapper affirme qu’« elle n’est d’ailleurs pas nécessairement conflictuelle ou dramatique : on peut souhaiter concilier magiquement la chaleur et la solidarité de la communauté familiale, tout en bénéficiant de l’indépendance et de la liberté qui caractérisent la participation à la société moderne » (1990 : 300).

Bibliographie

Référence bibliographique

Schnapper (D.), 1990, La France de l’intégration. Paris Gallimard (Bibliothèque des Sciences humaines).

Notes

1 L’enquête s’est déroulée aux mois de janvier et février 1990, dans le cadre d’une recherche poursuivie au Département d’ethnologie de l’Université de Montpellier III. Certains éléments ont été actualisés ; d’autres ont fait l’objet d’une nouvelle analyse. Ceci a été possible grâce à l’aide de mes amis de Millau ; je les remercie vivement pour leur collaboration amicale.

2 La répartition de la population immigrée à Millau est la suivante : 570 Marocains, 210 Algériens (dont 110 ayant possédé la nationalité française), 310 Portugais, 200 Espagnols, 80 Italiens ; les autres sont des Comoriens, des Guinéens, etc.

3 Il y a en moyenne une dizaine de fêtes religieuses et/ou familiales, par an, qui sont célébrées par les Marocains.

Notes de fin

* Doctorant, Institut d’Études Politiques / IREMAM, Aix-en-Provence

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable