Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie de l’immigration

 | 
Gilles Boëtsch
, 
Jean-Noël Ferrié

I. Problèmes d'approche et premiers résultats

Remarques sur l’interdiction de la consommation du porc et de l’alcool

Jean-Noël Ferrié

Texte intégral

  • * Groupe d’Anthropologie, IREMAM, Aix-en-Provence

1Note portant sur l’auteur*

2On attire assez généralement l’attention sur le fait que les Musulmans sont censés ne pas manger de cochon et ne pas boire d’alcool. Ce double interdit nous étonne, dans la mesure où nous consommons aussi bien l’un que l’autre et que nous éprouvons du mal à comprendre pourquoi la religion, entendue comme une chose morale, s’occuperait des matières que nous ingérons. Cet étonnement nous conduit à accorder une importance sans doute indue, à la pratique et à la signification intrinsèque de ces proscriptions. Je voudrais marquer, ici, quelques réserves sur cette façon de voir.

L’interdit du cochon est arbitraire

3Le cochon est un interdit rituel indiscutable, et le Coran ne laisse aucun doute à cet égard (alors que l’on discute toujours quelque peu sur l’alcool, quoiqu’il en soit de la pertinence coranique de ces discussions). Il s’agit d’un emprunt au judaïsme, dont la logique - ainsi que l’a suggestivement montré Mary Douglas (1981 : 61-76) - est strictement classificatoire et ne correspond pas, en outre, à une nécessité taxinomique propre à l’islam. On sait que, dans le Lévitique, le cochon est une exception à la classe des ongulés ruminants, puisque ongulé il n’est pas ruminant. Le principe classificatoire retenue par les Juifs était que les animaux d’une classe devait être conforme à la totalité des critères définissant la classe, les animaux présentant des caractères différents étant alors considérés comme impur. Ce critère drastique provenait de la conception juive de la sainteté :

« Etre saint, c’est être entier, être un ; la sainteté, c’est l’unité, l’intégrité, la perfection de l’individu et de ses semblables. Les prescriptions alimentaires se contentent de développer la métaphore dans le même sens » (Douglas, 1981 : 73)

4La proscription porte donc sur les caractères partagés - être, à la fois, dans une classe et dans une autre ou être à proprement parler inclassable -, et découle d’une conception générale de l’ordre. Les justifications de l’interdit touchant le cochon sont, en conséquence, toutes postérieures à ce choix classificatoire, et ne l’expliquent pas. On ne saurait donc retenir les justifications diététiques ni perdre du temps à les réfuter. Nous retiendrons simplement, ici, l’arbitraire de l’interdit.

L’interdit de l’alcool est éthique

  • 1 Une précision s’impose : le contraire n’est pas vrai. On ne peut prétendre que la religion fut- mê (...)

5Au contraire de l’interdiction du porc, l’interdiction de l’alcool peut être considérée comme éthique, en ce sens qu’elle ne renvoie pas à une classification arbitraire mais à la crainte des substances actives. Anthropologiquement, elle ne peut être interprétée que dans cette perspective ; et relève de la même catégorie d’attitude que les interdictions successives du café dans l’Empire ottoman (Carlier, 1990). Il s’agit, en fait, de quelque chose comme l’interdiction d’une « drogue », ce que nous pratiquons aussi (e.g. Becker, 1985) mais sans utiliser la religion, sinon l’un de ses substituts fonctionnels : la science médicale.1

Les aléas et les intermittences de la pratique

  • 2 On se demande même pourquoi les « voyageurs » s’en étonnent toujours. Maints récits d’Européens vi (...)

6La pratique est bien sûr fort loin de suivre la proscription. Dans l’immigration, de nombreux Musulmans mangent du porc, de la charcuterie principalement, et davantage encore boivent de l’alcool. Cet irrespect de la règle ne découle pas, comme on pourrait le croire, de l’acculturation. Boire de l’alcool, est une chose courante au Maghreb.2 Pour ce qui est du Maroc, où j’ai travaillé, ce point ne souffre pas de discussion. Cela n’empêche pas que l’on doit y mettre les formes, que l’on ne boit pas devant tout le monde et que la vente d’alcool aux Musulmans y soit toujours interdite. Pour ce qui est du cochon, il est évidemment plus aisé de s’en procurer dans l’immigration, même si de grandes villes comme Casablanca possèdent de nombreuses charcuteries.

7Les gens qui boivent de l’alcool et mangent du porc, il faut y insister, n’ont pas le moins du monde le sentiment de cesser d’être des musulmans. Si l’on dit de quelqu’un qui mange du cochon qu’il est kafir (infidèle, athée, incrédule...), l’expression est nettement hyperbolique par rapport à la sanction sociale qui se limite à la médisance, et ne saurait conduire à l’ostracisme. Ce qui, en revanche, demeure est la relative discrétion des amateurs de charcuterie ; mais là aussi, leur comportement s’inscrit dans un système de convenances, où les choses sont montrées sélectivement (Ferrié et Radi, 1990). Manger du porc et boire de l’alcool est possible devant certaines personnes et pas d’autres ; mais le respect même de ces convenances est relatif : elles s’imposeront davantage à la première génération qu’aux générations successives. Il est probable qu’elles finiront pas disparaître, puisque la politesse que l’on a vis-à-vis d’autrui dépend de ce que l’on juge négligeable ou non de manifester, de l’ethos en général. Des gens habitués à manger normalement du cochon dans un environnement qui n’y est pas hostile, auront du mal à considérer ce geste banal comme une inconvenance.

8Une chose demande maintenant à être notée, qui n’est pas généralement signalée et qui, à ma connaissance, ne figure pas dans les enquêtes : l’intermittence dans la pratique des interdits, chez les gens qui à un moment donné les respectent. On imagine, en général, les Musulmans pratiquants comme faisant preuve d’une inaltérable constance. En fait, on peut boire et cesser de boire, manger du cochon et cesser d’en manger, avoir cessé de manger du cochon et s’y remettre, perdre le goût de l’alcool et le retrouver. Ces intermittences de la pratique doivent certainement être prises en considération, pour se faire une juste idée de la « supportabilité » d’un régime alimentaire qui se donne comme drastique, s’agissant du porc et de l’alcool. On peut s’en abstraire momentanément. Une autre façon de s’en abstraire, consiste bien sûr à manger de la nourriture contenant du porc ou de l’alcool, en feignant d’ignorer qu’il y en a. Cette ruse est assez satisfaisante et apporte un soulagement à la gourmandise.

Trois objections

9La première objection à trait à l’idée que les Musulmans seraient dégoûtés par le cochon. Il ne faut pas s’en exagérer la portée. Le cochon est réputé répugnant, ce qui n’est pas exactement la même chose. On dit généralement qu’il sent mauvais (khanz) ; et d’une personne dont l’odeur corporelle paraît trop forte, on dit qu’elle sent mauvais comme un cochon (khanz bhal alouf). Mais ces propos résultent assez rarement d’une expérience personnelle de l’odeur du cochon. En ce sens, le dégoût ne résulte que d’une absence d’apprentissage du goût dont on ne saurait exagérer la portée. Manger du cochon, implique trois conditions : suspendre l’idée que c’est un péché ; se défaire de l’idée que c’est gustativement mauvais ; et être en situation d’en manger sans avoir à fournir un effort particulier, c’est-à-dire être en contact avec des consommateurs. Pour continuer, il faut y prendre goût. Sans doute, faut-il insister sur l’importance du contact avec des consommateurs, ce qui est plus aisé dans l’immigration.

  • 3 Il ne s’agit pas d’une indication statistique ; « souvent » signifie, ici, que la pratique n’est p (...)

10La deuxième objection à trait à l’idée, généralement admise, que les Musulmans respectent davantage l’interdit du cochon que celui de l’alcool. Je ne prétends pas contester cette généralité mais en signaler les carences descriptives. A interdit religieux équivalent, il est sans doute plus facile pour les femmes de manger du cochon que de boire de l’alcool. Il arrive assez souvent3, en effet, que des femmes qui mangent du cochon sans trop se cacher ne boivent pas d’alcool, et qu’elles éprouvent même une certaine répugnance à l’idée de le faire. Cela tient à ce que boire de l’alcool typifie les prostituées. Boire, dans ce cas, c’est subir un déclassement particulièrement infamant. L’interdit social s’avère, ici, plus contraignant que l’interdit religieux.

11Une troisième objection à trait à l’assertion assez répandue selon laquelle la pratique des interdits alimentaires permettrait aux immigrés de marquer leur identité, leur conscience de groupe. Elle méconnaît qu’aucun Musulman, dans l’immigration ou hors de l’immigration, ne considère qu’il cesse d’être musulman, s’il mange du cochon ; ainsi convient-il de ne pas surestimer l’enjeu identitaire de cette prescription. Poursuivant dans cette erreur, elle ignore que nombre de gens qui ne mangent pas de cochon (la grande majorité, somme toute) ont le sentiment de se conformer à un interdit religieux et non de fournir une prestations identitaire. D’une façon plus globale, il importe sans doute d’insister sur le fait que les Musulmans ne se reconnaissent pas Musulmans sur des critères de pratique mais, généralement, sur des critères généalogiques. Elle suppose hâtivement que les personnes suivant le rite (quand il s’agit d’immigrés), seraient activement engagées dans un processus collectif de différenciation ; ce qui n’est pas le cas.

12Ceci dit, cette interprétation peut partiellement être défendue dans un cas spécifique d’acculturation, où respecter les interdits sert à s’affirmer réactivement comme communauté ethnico-religieuse. Mais cette affirmation ne va pas loin, puisque au lieu de reprendre l’attitude des Musulmans élevés dans leur culture d’origine (ceux-ci ne lient pas l’appartenance à l’islam au respect des proscriptions), les personnes qui utilisent les interdits alimentaires sélectionnent les critères distinctifs élaborés par la société dont ils veulent se distinguer. Pour eux, être musulman, c’est revendiquer l’image que les Européens se font de ce que c’est qu’être Musulman.

Les limites de l’étude des interdits

  • 4 Mais l’orthopraxie est loin de comprendre toute la religiosité.

13En fait, je crois que nous aurions tort de nous focaliser sur ce que la pratique de ces interdits peut nous apprendre ; étrangers au système culinaire des Musulmans du Maghreb, ils ne sont pas davantage des indicateurs de religiosité (s’ils sont indéniablement des indicateurs d’orthopraxie)4. Ce qui est intéressant, en revanche, est l’ensemble des jeux sociaux auxquels le respect ou le non respect des interdits donne lieu - cacher qu’on les enfreint-, et non ce que les interdits font par eux-mêmes, car ils ne font rien et ne sont signe de rien. Se borner à étudier les interdits alimentaires - constater s’ils sont respectés ou non - ne nous renseigne pas véritablement sur les attitudes pratiques des gens, et l’on ne voit pas bien le gain heuristique du ressassement en la matière.

Bibliographie

Références bibliographiques

Becker (H.S.), 1985, Outsiders (Etudes de sociologie de la déviance). Paris: Métaillé (collection Observations) (trad.de Outsiders (Studies in the Sociology of Deviance). New York: Free Press, 1963).

Carlier (O.), 1990, Le café maure. Sociabilité masculine et effervescence citoyenne (Algérie 17ème-20ème siècles). Annales ESC, 45e année (juillet-août) : 975-1003.

Douglas (M.), 1981 (1971), De la Souillure (Essai sur les notions de pollution et de tabou). Paris: Maspéro (collection Fondations) (trad.de Purety and Danger: An Analysis of Concepts of Pollution and Taboo. Londres : Routledge et Kegan Paul, 1966).

Ferrié (J.-N.) et Radi (S.), 1990, Convenance sociale et vie privée dans la société musulmane immigrée. In (B. Etienne, ed.) L’Islam en France. Paris : CNRS, p. 229-234 (Extrait de l’Annuaire de l’Afrique du Nord, t. XXVII).

Notes

1 Une précision s’impose : le contraire n’est pas vrai. On ne peut prétendre que la religion fut- même partiellement - un substitut fonctionnel de la médecine. Ce que montre précisément Mary Douglas, à propos de l’interdiction du porc. Les interdits alimentaires renvoient, en général, en des enjeux classificatoires où les aliments sont considérés métaphoriquement.

2 On se demande même pourquoi les « voyageurs » s’en étonnent toujours. Maints récits d’Européens visitant les Régences, évoquaient, déjà au 17ème siècle, les cafés où l’on boit de l’eau de vie en fumant (Carlier, 1990).

3 Il ne s’agit pas d’une indication statistique ; « souvent » signifie, ici, que la pratique n’est pas exceptionnelle et peut être assez facilement observée.

4 Mais l’orthopraxie est loin de comprendre toute la religiosité.

Notes de fin

* Groupe d’Anthropologie, IREMAM, Aix-en-Provence

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter