Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élites du monde nomade touareg et maure

 | 
Pierre Bonte
, 
Hélène Claudot-Hawad

L'exemple maure

L’« émir de la paix » : Aḥmed uld M’Ḥammed (1872-1891)

Conceptions ḥassân et zawâya du pouvoir politique dans la société émirale ouest-saharienne avant la colonisation

Pierre Bonte

Résumé

Les émirats maures se sont établis, à la fin du XVIIe et au XVIIIe siècle sur la base de l’affirmation des valeurs tribales hassân, guerrières, et en opposition avec les valeurs religieuses assumées par un autre groupe social, celui des zawâya, qui développent une conception islamique du politique. Le règne de l’« émir de la paix », Ahmed uld M’Hammed, dans la seconde partie du XIXe siècle illustre la perméabilité de ces valeurs politiques, mais aussi les limites de celle-ci.

Texte intégral

  • 1 Rappelons que la société émirale ouest-saharienne était divisée en trois ordres : les Ḥassân, guer (...)

1A maints égards, dans la galerie des portraits des grands personnages politiques de l’Adrâr, que j’ai contribuée à rassembler, et dont j’ai aussi souvent croqué les traits (Bonte, 1998a), la figure de l’émir Aḥmed uld M’Ḥammed est bien particulière. Non par les circonstances dramatiques de son règne - il succède en 1872 à son grand-père Aḥmed ‘Aydda, mort en 1861, au terme d’une longue crise de succession qui a vu l’assassinat de son père, M’Ḥammed, à l’initiative de deux de ses cinq oncles, ‘Uthmân et Muḥammed, qui périront un peu plus tard dans des guet-apens, il meurt lui-même assassiné en 1891 - qui relèvent du lot commun des émirs, mais par la quasi-sanctification de son règne dont l’on trouve de nombreux échos, historiques et contemporains, tranchant sur les caractères guerriers et une certaine indifférence à l’égard des affaires de la religion, que l’on attribue généralement à la famille émirale et à l’ensemble des Ḥassân.1

Un pieux émir

2Tranchant avec l’absence de documents historiques qui a été le lot de mon travail sur l’Adrâr, je disposais d’une longue bibliographie consacrée à l’émir Aḥmed uld M’Ḥammed, au début de la période coloniale par l’interprète principal Mamadou Ba, en poste alors à Atâr. Ce travail publié en 1929, complété en 1932 dans le cadre d’une étude plus générale de l’émirat entre 1&32 et 1908, qui prend en compte le règne d’Aḥmed uld Sîd’Aḥmed (1891-1899) et la situation de l’émirat avant la conquête française (1909), est l’œuvre d’un personnage dont il est intéressant de comprendre le parcours.

3Mamadou Ba est issu d’une grande famille halpulaar de la vallée du Sénégal, et des écoles françaises de « fils de chefs » au Sénégal. Musulman, sans doute adepte de la voie tijâniyya, connaissant parfaitement l’arabe, il est appelé au poste d’interprète principal d’Atâr en 1917, dans des conditions bien particulières : le précédent interprète, d’origine saharienne, avait épousé la sœur de l’émir Sîd’Aḥmed uld Aḥmed uld Sîd’Aḥmed, que les Français, après qu’il ait mené une longue résistance à la conquête de l’Adrâr, avait réinvesti comme émir en 1913 du fait de son prestige auprès des populations du massif. Sîd’Aḥmed avait utilisé cette position de son beau-frère pour manipuler les autorités françaises et conforter, aux dépens d’autres tribus, les Idayshilli, les Kunta, les Awlâd Qaylân, ses pouvoirs émiraux. Les difficultés qui en résulteront amèneront les autorités coloniales à changer l’interprète principal en place, avant que Sîd’Aḥmed ne soit temporairement destitué (1918-1920). Il en résultera une haine intense entre l’émir et Mamadou Ba.

  • 2 Sur cette période située entre 1872 et 1908, il a pu bénéficier, ayant été lui-même présent en Adr (...)

4D’où vient cet intérêt de Mamadou Ba pour l’histoire émirale de l’Adrâr ? Sans doute de sa formation double de lettré musulman et d’élève des écoles républicaines françaises. D’une certaine fascination aussi pour le pouvoir traditionnel qui s’explique par sa position sociale. De ses fonctions enfin d’interprète qui l’amènent à vivre dans les coulisses de cette histoire émirale, fut-elle soumise à la colonisation. En 1932, année de publication de sa synthèse, Sîd’Aḥmed part en dissidence et, après avoir éliminé un détachement venu l’arrêter, il est tué par les troupes coloniales. Les analyses de Mamadou Ba, tout en conservant une certaine objectivité, et en rendant compte précisément des faits historiques2, sont centrées sur l’opposition entre l’« émir de la paix », Aḥmed uld M’Ḥammed, célébré pour son sens de l’État, sa foi religieuse et son souci de la justice, et l’« émir de la guerre », Aḥmed uld Sîd’Aḥmed, le père de son « ennemi » Sîd’Aḥmed, dont les combats contre le Tagânt contribuent à la grandeur de l’Adrâr, mais qui incarne les valeurs ḥassân : bravoure certes, mais aussi esprit de pillage, de luttes civiles et familiales, sources d’anarchie et de désordre.

5Cette mise en situation était nécessaire avant que je ne reproduise in extenso, le portrait que consacre Mamadou Ba à l’émir Aḥmed uld M’Ḥammed :

« Solide de complexion, la taille ramassée, les jambes longues et bien musclées, l’allure martiale, mais dégagée de toute afféterie, le regard d’une inquiétante fixité rendu encore plus sévère par la couleur écarlate des yeux, la barbe avare, Ahmed ould M’Hamed avait une physionomie peu attirante. Il le déplorait surtout à cause de l’impression défavorable qu’elle pouvait faire naître chez ceux qui l’approchaient. Aussi, se préoccupait-il visiblement dans les audiences qu’il accordait, de rassurer ses visiteurs et de les mettre à l’aise. Tout le monde avait les mêmes facilités d’accès auprès de lui, en quoi il différait de tant d’autres souverains de l’Adrâr. Bien qu’il fut doué d’une grande facilité de parole, il était peu communicatif et encore moins expansif. Il possédait le don de condenser sa pensée dans quelques idées claires et précises. Il ne riait jamais aux éclats, et, devant lui, une attitude sérieuse était de rigueur pour tous. L’usage du tabac sous toutes ses formes était prescrit en sa présence; de même les plaisanteries légères. Il possédait un grand empire sur lui-même. Lorsqu’il sentait la colère le gagner, il se retirait seul sous sa tente et y attendait d’être affranchi de l’influence de « Satan », qu’il ne cessait alors de réprouver.
Dès son avènement, Ahmed ould M’Hamed se signala par la rigueur de ses principes et la simplicité de ses manières. Il détestait la coquetterie mais tenait à une mise décente. Il affectionnait particulièrement les effets provenant du village soudanais de Mourdiah, dont les procédés de teinture à l’indigo donnent aux vêtements une couleur qui flattait agréablement la vue et l’odorat des nomades de la haute Mauritanie.
De bonne heure, Ahmed ould M’Hamed manifesta pour les griots, dont l’influence sur les souverains indigènes est généralement aussi fâcheuse que grande, une invincible répulsion que l’âge et la raison devaient accentuer. Les audaces de ces bardes populaires où s’ébauchent habituellement des idylles et des intrigues et où la pudeur est souvent outragée, étaient formellement prescrites dans son entourage. Néanmoins, il ne leur ménageait pas ses largesses, ainsi qu’il est de tradition dans l’aristocratie maure. Car Ahmed ould M’Hamed professait un véritable culte pour les traditions de ses ancêtres, et il entendait pratiquer tout ce qu’elles avaient de noble, de juste et de libéral.
S’il s’interdisait les plaisirs dont raffolent généralement ses pareils, par contre le jeune émir se passionnait pour l’étude. Doué d’une mémoire sûre, il avait appris le Qoran par cœur : il n’en devait rien oublier jusqu’à sa mort. Il étudia aussi le code de Khalil et ne cessa d’approfondir à la fois ses connaissances juridiques et canoniques. Mais c’est surtout de l’histoire qu’il était curieux, et de toutes les histoires celle des Abbassides l’enthousiasmait au plus haut point. Peut-être nourrissait-il l’ambition de laisser le souvenir d’un digne émule de Haroun-Al-Rashid. Au fait, comme le grand calife de Bagdad, il exerça la souveraineté avec dignité et probité. Comme lui-aussi, il se préoccupait du bien-être de ses tribus. Sa sollicitude allait surtout aux gens sans défense, c’est à dire aux marabouts et aux tributaires. Sa clairvoyance avait discerné le rôle de premier ordre que ces castes pouvaient jouer dans le relèvement économique de son pays.
Le sentiment religieux chez Ahmed ould M’Hamed était vigoureusement enraciné. Même par les froids rigoureux, il ne manquait jamais de procéder aux ablutions qui précédent la prière. Durant le Ramadhan, il s’interdisait tout déplacement par vénération pour le mois sacré. Il se livrait isolément à de longues dévotions qui avaient fini par exercer une certaine influence mystique sur son caractère.
L’émir témoignait une grande considération pour les personnages religieux et surtout pour Cheikh Mohamed Fadhel ould Abeïdi qu’il ne cessa de soutenir contre ses rivaux. En retour, ce saint homme mit sans réserve à son service l’influence religieuse considérable qu’il exerçait sur les Oulad Ghaïlane » (1929 : 545).

  • 3 Dont le modèle littéraire est le Shyam az-zawâya de Muḥammed al-Yadâlî rédigé au milieu du xviiie (...)

6C’est bien certes le portrait d’un « saint homme », c’est à dire, dans les valeurs de référence saharienne, d’un zawi3 que nous trace là Mamadou Ba d’Aḥmed uld M’Ḥammed : austérité, simplicité et dignité du comportement personnel, éducation religieuse et respect des pratiques de l’islam, souci de la justice et sens aigu du bien collectif. Les antécédents de Mamadou Ba et les circonstances de ses écrits l’ont-elles amené à forcer le trait dans le sens de l’hagiographie ? Sans doute pour une part, mais d’autres témoignages recueillis par Mamadou Ba ou moi-même sur l’émir vont dans le même sens.

7L’étiquette d’« émir de la paix » attribuée à Aḥmed uld M’Ḥammed n’est pas pure invention de Mamadou Ba, pas plus que la réputation de justice et de paix civile qui entoure son règne et dont rend compte le poème suivant attribué à uld Mubârak et contemporain de son règne :

  • 4 L’expression, « le corbeau est passé au dessus de la tête » signifie que la fin de la paix est arr (...)
  • 5 Case sédentaire : le sédentaire et le nomade vivent en harmonie.
  • 6 Shaykh uld Ḥamayti, Idayshilli, 3/6/1977, Atâr.

« A partir de la paix imposée par Aḥmed uld M’Ḥammed, personne ne peut plus voler à quiconque, si ce n’est les nouvelles. Il y a beaucoup à dire sur cela, contables et non contables, notamment en ce qui concerne les Awlâd Damân, Idayqûb, Idab-l-aḥsân et Awlâd al-Mukhṭâr. Tous ceux qui étaient faibles sont devenus du fait de cette paix les plus forts, tous ceux qui étaient forts ont acquis du fait de cette paix un cœur d’outarde y compris les plus braves guerriers. Le corbeau de la peur ou le corbeau contre la peur4 est passé au dessus de la tête des faibles. Les pauvres peuvent maintenant se montrer avares vis-à-vis de n’importe qui. A toi voyageur de dire à qui tu veux que cette paix s’est répandue dans le Tijîrit, Ishiq, Lakdâym, al-Grara, Nara et tout l’entourage de Tiwîlit, Ben ‘Amayra, ‘Aywân Laḥmar. Celui qui a imposé la paix dans tous ces endroits du Nord l’a imposé aussi à Agdâjit, al-Khatt, et à partir d’al-Khatt jusqu’à Atâr. Sont construits côte à côte et face à face la tente et la tikît.5 Les nouvelles peuvent maintenant circuler librement. Tu peux avoir la nouvelle annoncée dans cette poésie avec les passants d’Agmûjit, de Néma et à travers Agassar. Si tu viens à Atâr et que tu rencontres des étrangers à Atâr, à Shingîti, et la nouvelle de l’établissement de la paix est aussi partie avec les caravanes de Tishît, tous les gens qui entendent cette nouvelle savent franchement que je n’ai pas dit le quart de ce qui doit être dit concernant la paix d’Aḥmed uld M’Ḥammed6

8Une série d’anecdotes, qui toutes concernent des tribus zawâya, vont dans le sens de cette hagiographie dont Mamadou Ba ne s’est pas fait le seul chantre. Je me contenterai d’en citer quelques exemples. En empruntant d’abord à Mamadou Ba :

« On raconte que désireux de manifester à M’Hammed ould M’Hamed leur reconnaissance pour la prospérité que l’état de paix avait valu à leur cheptel, les Ideïqoub lui envoyèrent de riches cadeaux portés par une délégation dont tous les membres étaient uniformément montés sur des chameaux de quatre ans. A la vue des notables, l’émir marqua ainsi sa surprise : « sans doute vos montures sont belles, mais qu’elles sont jeunes !». « Seigneur lui fut-il répondu, nous n’avons jamais réussi à en élever d’aussi grandes que depuis votre avènement » (1929 : 551).
Toujours du même auteur, le fait suivant met en évidence, non seulement l’appui intéressé des zawâya, mais aussi le consentement des ḥassân eux-mêmes à cette politique de l’émir :
« A la même époque attirés eux-aussi par cette prospérité, les Mechdouf qui vivaient jusqu’alors de pillages et de brigandages, tantôt accolés aux Oulad Delim, tantôt dans le sillage des Oulad Bou Sba, demandèrent à être admis en Adrâr. L’intention d’Ahmed ould M’Hamed était de leur faire verser une forte contribution de guerre à répartir entre les marabouts ayant souffert de leurs pillages. Mais une délégation des Zouaïa conduit par le chef du ksar d’Atar, Ahmed ould Sidi Baba, vint lui déclarer que la fortune toute entière des Mechdouf ne suffirait pas à réparer tous leurs méfaits, que d’ailleurs les victimes de ces méfaits s’estimaient suffisamment dédommagées des pertes subies si les Mechdouf cessaient leurs incursions et rentraient dans la bonne voie.
Les Mechdouf prirent l’habitude de nomadiser avec les Abid Ahel Othman qui constituaient la garde de l’émir. La réunion de leurs deux groupements s’appela ‘hella zarga’ ou campement pie, les Abid étant noirs et les Mechdouf blancs. Parmi les guerriers qui se pressaient autour d’Ahmed ould M’Hammed, les Mechdouf El Koori ould Lekrama et El Hemada ould M’Haimed faisaient bonne figure (1929 : 549). »

9Le renom d’Aḥmed uld M’Ḥammed dépassait les limites de l’Adrâr, ainsi qu’en témoigne une dernière anecdote, qui concerne les Tajâkanat du Trârza.

  • 7 Il s’agit des moutons sans laine du sud, la plupart des moutons de l’Adrâr étant des moutons noirs (...)
  • 8 Aḥmed uld ‘Aleyya, Awlâd ‘Ammonni, 8/5/1975, Nouakchott.

10Ceux-ci avaient été chassés du sud par la famine et vinrent se réfugier dans l’Adrâr avec de nombreux moutons blancs7. Ils voulaient pâturer dans le Tîris, et ils envoyèrent à l’émir un certain nombre de cadeaux pour obtenir sa protection. L’émir refusa ces cadeaux et envoya à chaque tente une shanna (outre) de dattes et un mouton en guise de bienvenue. Les Tajâkanat composèrent un poème où ils disaient entre autres : « l’émir ne ressemble pas à notre âne bleu », visant sous ce terme l’émir du Trârza. Ce poème lui ayant été répété, celui-ci les dépouilla de tous leurs biens pour trancher avec la générosité de son rival8.

11L’image que voulait donner de lui Aḥmed uld M’Ḥammed s’imposait en fait aux ḥassân eux-mêmes, si l’on se réfère à ce récit qui explique l’origine du conflit entre l’émir du Trârza et celui de l’Adrâr, à la fin des années 1880 :

  • 9 Insigne du commandement au Trârza.
  • 10 Ahmed uld Mageyya, Awlâd Salmûn, Awlâd Qaylân, 10/6/1981, Shingîti.

« ‘Amar Salûm, émir du Trârza, envoya une lettre à l’émir Aḥmed uld M’Ḥammed pour lui demander l’une des juments ghzâlât, ceci en termes orgueilleux. Aḥmed uld M’Ḥammed se fâcha et ‘Amar Salûm lui demanda pourquoi. Sur sa réponse il dit : « tu l’as mérité, car tu vis comme un zawi’. Aḥmed uld M’Ḥammed réunit sa jamâ‘a et dit : « je vais aller lui demander des comptes’. C’était en pleine gatna et on lui objecta qu’il faisait trop chaud pour monter un ghazi. Il répondit : tant pis. Ils s’organisèrent et surprirent le maḥsâr de l’émir du Trârza à Tigent, entre Rosso et Nouakchott et la pillèrent une journée durant, tuant 55 hommes. L’émir du Trârza abandonna son épouse, son sarwâl (pantalon) blanc,9 son tambour et ses troupeaux. Au retour ils furent poursuivis par ‘Amar Salûm qui avait un autre sarwâl posé en travers de son cheval. Il attaqua les gens de l’Adrâr au tiers du chemin du retour mais ceux-ci tuèrent à nouveau 12 hommes du Trârza et les mirent en fuite. Le sarwâl de l’émir fut saisi une seconde fois. Les exilés de l’Adrâr au Trârza, sauf Laḥzam, attaquèrent alors l’émir Aḥmed uld M’Ḥammed et lui coupèrent la route. Braḥîm uld Mageyya dit alors : voilà nos cousins à combattre. Le combat a repris et les gens de l’Adrâr tuèrent à nouveau 15 des assaillants. Le reste dut s’enfuir et ils se présentèrent devant Laḥzam dans le maḥsâr de l’émir du Trârza. Laḥzam leur dit : je savais que les choses se passeraient ainsi, car vous aviez affaire à des lions et vous ne deviez pas partir seuls »10.

12La réponse d’Aḥmed uld M’Ḥammed, j’y reviendrai, est celle d’un guerrier ḥassân, et d’un émir jaloux de ses prérogatives et de son honneur. Se dessine ainsi une contradiction entre les conceptions ḥassân et zawâya du pouvoir politique, qui me servira de fil directeur pour relire, à travers les textes de Mamadou Ba, et mes propres informations alimentées de la riche tradition orale, le déroulement du règne d’Aḥmed uld M’Ḥammed.

Un homme d’État…

13Deux expressions proverbiales, issues des milieux zawâya, permettront peut-être de mieux comprendre ce que j’entends ici par État : la première a la forme du proverbe :

« Pour tenir un bœuf, il faut une corde en peau de bœuf, et pour tenir le pays des Ahl ‘Uthmân il faut un homme des Ahl ‘Uthmân ».

14Se conjuguent ainsi la dimension territoriale de l’émirat et son organisation dynastique, même si ce dernier terme est sans doute impropre (Bonte, à paraître), qui renvoie plus aux conceptions musulmanes du pouvoir qu’à l’organisation première des émirats.

« Il est préférable d’être sous la coupe d’un État injuste qu’en l’absence totale d’État ».

  • 11 Voir note 3.

15Cette phrase, prononcée par la jamâ’a de la tribu zawâya des Smâsîd, les propriétaires de la palmeraie d’Atâr, lorsque le colonel Gouraud, chef des troupes françaises, occupe la ville en janvier 1909, nous fournit de manière raccourcie l’essence de la conception zawâya du pouvoir émiral en Adrâr. Ce pouvoir est injuste, ne correspond pas aux règles de la ḥisba, de la « commanderie du bien et de l’interdiction du mal », qui ne peuvent être appliquées par les Ḥassân, mais il est préférable à l’anarchie totale, et même aux tentatives d’État musulman que pourraient être tentées de mettre en application certaines tribus zawâya, en se référant à la tradition almoravide ou à celle de Sharr Bubba11. Vision volontiers eschatologique, mais aussi d’un grand réalisme, voire opportunisme, vis-à-vis des structures politiques en place.

16La nature du pouvoir émiral, issu des hiérarchies tribales et des alliances factionnelles (Bonte 1982, 1997a, 1998a) s’inscrit dans un autre système de représentations et de pratiques politiques. Il n’est pas totalement détaché de l’islam, comme en témoigne l’adoption originelle du terme d’émir (Abdel Wedoud ould Cheikh 1997), mais repose sur les alliances factionnelles qui permettent de sélectionner, dans une lignée émirale qui s’est constituée à la fin du xviiie siècle, les compétences individuelles et les réseaux cognatiques et affinaux qui favoriseront l’accession au pouvoir. Celui-ci, structurellement, est lié à la dissidence (ajâr, de la racine JWR qui a donné simultanément ijâra, la protection due à l’étranger par exemple, et jâr, voisin, que l’on se doit de protéger, serait-ce sur le mode la réciprocité), qui dans cette société nomade se traduit par l’éloignement et l’exil (zawga). C’est dans le cadre de ces pratiques de compétition, que ne peut gérer définitivement de génération en génération un principe de filiation agnatique, que se développent, et parfois s’épuisent, les enjeux politiques tribaux. Cette atmosphère de constantes luttes civiles, et les principes hiérarchiques sur les bases desquelles les Ḥassân levaient sur les autres tribus des taxes constituées comme « injustes » par les Zawâya, ne pouvaient qu’alimenter la vision eschatologique que ceux-ci avaient de l’ordre politique émiral.

17Comment et pourquoi se construit dans ce contexte l’image d’un émir homme d’État imprégné des valeurs zawiyya ? Il semble que se conjuguent les orientations particulières qu’Aḥmed uld M’Ḥammed a donné à sa politique, et une conjoncture favorable à l’émergence d’un ordre de nature étatique en Adrâr.

L’évolution de l’émirat sous Aḥmed uld M’Ḥammed

18La capacité que manifestera l’émir Aḥmed uld M’Ḥammed, juste après son accession au titre, de réduire les prétentions factionnelles de ses « cousins » ḥassân, les luttes périphériques victorieuses qui contribuent à fixer les limites territoriales de l’Adrâr, un contexte économique et international favorable, vont jouer un rôle essentiel, fut-il conjoncturel, pour expliquer le profil d’homme d’État qui lui est attribué. Reprenons rapidement ces différents points.

19Aux lendemains de son accession au pouvoir, Aḥmed uld M’Ḥammed voit s’ouvrir un conflit sanglant avec ses cousins ja’vriyya qui refusent l’alliance factionnelle qu’il a nouée à cette fin avec les Awlâd Qaylân, dirigés par Braḥîm uld Mageyya, qui sont les responsables de la mort de son père, en 1862, et contre lesquels il ont lutté durant les dix années de crise qui ont accompagné la succession d’Aḥmed ‘Aydda, son grand-père. Mamadou Ba s’en fait l’écho, masquant la dimension factionnelle des conflits et mettant en avant les seules intentions pacifiques et pieuses de l’émir :

  • 12 Des Awlâd Akshâr.
  • 13 En fait cette famille descend de Sîd’Aḥmed uld Lavdhîl, l’un des frères du premier émir Uthmân et (...)

« Ne pouvant se résigner à une étroite sujétion, certains Oulad Jaafrya conçurent l’idée de se débarrasser d’un souverain qui les privait de leurs fructueux revenus. Le complot avait à sa tête un prétendant à l’émirat : El Moctar ould Mhamed ould Othman, et comptait parmi ses adhérent Lahzam ould Maayouf, dont la réputation guerrière était connue.
L’émir s’étant rendu dans un campement voisin avec un seul compagnon, les conjurés crurent le moment venu d’exécuter leur projet. Ils tendirent une embuscade sur le chemin par où devait rentrer le souverain. Par bonheur, un certain Ely ould Babakar ould Kleib12 eut vent du piège et courut en aviser Ahmed ould M’Hamed qui, déjà, était en route et qui s’empressa de prendre un chemin détourné. L’attente se prolongeant au delà du temps prévu, les conjurés quittèrent leur abri pour aller aux informations. Recoupant les traces toutes fraîches d’un chameau allant à vive allure, ils comprirent d’où provenait leur déconvenue et se lancèrent à la poursuite de celui qu’ils considéraient déjà comme à leur merci. Ils firent tant d’effort qu’ils arrivèrent à apercevoir l’émir à l’horizon. C’est alors que Ely ould Cheikh, qui montait en croupe derrière le souverain, sauta de chameau pour lui permettre d’accélérer sa course. Trouvant des chevaux en liberté sur sa route, l’émir enfourcha l’un d’eux, réussit aisément à distancer ses poursuivants et regagna la hella alors campée à Bou Aleïba dans le Moyen Tiris.
En prévision de ces opérations d’urgence, dès son avènement, l’émir avait ordonné l’acquisition d’une centaine de montures ainsi que d’un certain nombre de chevaux. Ces montures devaient, jour et nuit, être tenues prêtes. Aussi l’émir ne perdit-il pas de temps. A la tête d’une quarantaine de guerriers, chiffre qui était aussi celui des conjurés, il engagea la poursuite contre les rebelles qui avaient déjà pris le chemin de l’exil. En passant par Atar, le jeune émir félicita le chef des Smacide, Aḥmed ould Sidi Baba et sa djemaa pour avoir réussi à empêcher les insurgés d’incendier ‘Amacine’, traditionnel bouquet de palmiers à Kanaoual, près d’Atar, et sous lequel la tradition voulait que les émirs tinssent les palabres qui s’imposaient pendant la saison des dattes. L’ennemi fut accroché à Aioun Lebgar. La soudaineté de l’attaque démoralisa l’adversaire qui s’enfuit en débandade, laissant le prétendant El Moctar sur le terrain, ainsi que 12 de ses meilleurs guerriers, parmi lesquels les Oulad El Bamaoui, une famille connue pour ses tendances à l’oppression13. Les assaillants, eux, n’eurent qu’un tué.
L’émir qui faisait ses premières armes, manifesta au cours du combat une ardeur et un sang-froid qui firent l’admiration des rudes guerriers qui l’entouraient. Brahim ould Mogueya, son vizir de guerre, proposa d’exploiter le succès. Mais Ahmed ould M’Hamed s’y opposa, déclarant qu’assez de sang avait été versé. Pieusement, il rendit les derniers devoirs aux morts et on remarqua qu’il se recueillit longuement sur la tombe de son cousin El Moctar. Il reprit ensuite le chemin de Bou Alaïba (1929 : 546-47). »

20Ce type de conflit, si l’on fait abstraction du ton que lui donne Mamadou Ba, est classique dans l’histoire de l’émirat. Il se poursuivra jusqu’en 1876, date à laquelle Aḥmed uld M’Ḥammed réussit à déloger du Trârza les principaux dissidents ja’vriyya, à la suite d’une série de combats qui verront le retour en Adrâr de son cousin, et futur successeur, Aḥmed uld Sîd’Aḥmed. Seul Laḥzam uld Ma’yûv ne se soumit pas et se réfugia chez les Awlâd D’laym du nord auxquels le liaient d’anciennes alliances. Mais les velléités de dissidence des ḥassân de l’Adrâr sont bien réduites à partir de cette date.

21Il en résulte, j’y reviendrai, une bien relative paix civile, contribuant à renforcer l’image d’un ordre politique émiral en Adrâr, que confortent les luttes périphériques opposant l’émirat à d’autres émirats et tribus extérieures, et qui dessine une certaine unité territoriale de l’émirat, distinguant plus nettement qu’auparavant, dans un contexte de nomadisme pastoral généralisé, les tribus de l’Adrâr et celles qui ne relevaient pas de son émirat.

22Deux courts épisodes guerriers, dans la seconde partie du règne d’Aḥmed uld M’Ḥammed, iront en ce sens. Les relations entre l’Adrâr et le Trârza, deux « puissances régionales », étaient tendues depuis le conflit qui avait opposé Aḥmed ‘Aydda et Muḥammed al-Habîb à la fin des années 1860. Le fils de Muḥammed al-Ḥabîb, ‘Alî, et Aḥmed uld M’Ḥammed auront des relations difficiles mais sans que n’éclatent de conflits majeurs. Après qu’Aḥmed uld M’Ḥammed ait réussi à triompher des dissidents de l’Adrâr, qui avaient trouvé refuge au Trârza, une rencontre pacifique eut lieu, en 1884, en terrain neutre, dans le maḥsâr (campement de chefferie) des Awlâd Bûsba’, une puissante tribu d’origine marocaine, très impliquée dans le trafic caravanier, qui nomadisait entre Adrâr et Trârza. Ce vaysh, compétition d’honneur entre de hauts personnages, fut l’occasion d’une joute mémorable entre les émirs :

« Cette entrevue fut accompagnée d’un étalage de magnificence dont on n’a pas encore perdu le souvenir. Bien qu’il fut le plus âgé des deux souverains, Ely ould Mohamd El Habib voulut rendre le premier visite à l’émir de l’Adrâr pour montrer le cas qu’il faisait de la haute extraction des Ahel Othman. Là ne se bornèrent pas d’ailleurs les bonnes intentions d’Ely. Au cours d’une réunion à laquelle assistaient les principaux personnages des deux pays et les Oulad Bou Sba, après un échange de paroles d’union et de concorde, l’émir du Trârza rendit un éclatant hommage aux belles vertus d’Ahmed ould M’Hamed et fit l’éloge de son œuvre qui avait dit-il exercé la plus heureuse des influences sur les pays voisins. En guise de conclusion, il trouva une figure qui provoqua l’hilarité générale : « Mes guerriers, s’écria-t-il, respectent biens et liberté d’autrui, moi seul me conduis comme un tyran au Trârza. Les Oulad Yahia Ahel Othman au contraire, sont aussi oppresseurs les uns que les autres. Leur émir personnifiant la justice, on pourrait donc dire de l’Adrâr qu’il est un sac rempli de crottes de chameaux et dont l’orifice est bouché par une datte » (1929 : 548).

23L’attitude de ‘Alî est bien ambiguë. Il reconnaît les talents d’homme d’État de son adversaire, pour mieux souligner les désordres que provoquent les turbulentes tribus ḥassân de l’Adrâr. Après l’assassinat de ‘Alî, son successeur, ‘Amar Salûm, se révélera moins diplomate, qui envoie la lettre précédemment évoquée où la reconnaissance des talents d’homme d’État d’Aḥmed uld M’Ḥammed est conçue comme le fait d’un zawi, incapable de défendre son honneur d’émir et de ḥassân. La réaction d’Aḥmed uld M’Ḥammed emprunte plus au second registre et se termine par une série de ghazw victorieux menées contre le Trârza en 1888 qui marquent les qualités guerrières des tribus de l’Adrâr.

24Celles-ci se manifestent aussi à l’occasion des combats contre les Awlâd D’laym, qui sont encore la puissance dominante dans la région du Sahîl, entre l’Adrâr, as-Sagya al-Ḥamra (qui marque les limites des influences maghrébines) et l’Océan Atlantique, au milieu du xixe siècle. Depuis la création de l’émirat de l’Adrâr, au milieu du xviiie siècle, les Awlâd D’iaym sont de dangereux voisins qu’ont pratiquement affrontés tous les émirs. Les oncles d’Aḥmed uld M’Ḥammed, Uthmân et Muḥammed, se sont ouvertement alliés à eux pour imposer leur pouvoir dans l’Adrâr : alliance politique qui s’est traduite par la captation dans le campement du chef des Awlâd D’laym, Braḥîm uld Khalîl, de plusieurs des juments (ghzâlât) de l’émirat de l’Adrâr, dont Aḥmed uld M’Ḥammed s’empressera de revendiquer la restitution dès lors qu’il accède à l’émirat.

25L’histoire des conflits qui se nouent autour de ces juments alimente la tradition orale dont je suis obligé de retenir l’essentiel, aux dépens de la richesse poétique de ses divers épisodes. Les ghazw n’ont jamais cessé entre gens de l’Adrâr et Awlâd D’laym. En 1877, Sîd’Aḥmed Bûrish, l’un des chefs de la faction Awlâd Qaylân qui soutient l’émir, après une légère brouille entre les deux hommes, retrouve la confiance d’Aḥmed uld M’Ḥammed en reprenant deux des juments des Ahl ‘Uthmân. En 1882, les combats n’ayant pas entre temps réellement été interrompus, Braḥîm uld Khalîl est tué par les gens de l’Adrâr. L’année suivante une trêve est signée entre les deux partis, et les dernières juments, et leurs produits, sont restitués à Aḥmed uld M’Ḥammed.

26Cet épisode, qui correspond autant au triomphe militaire des Adrârois qu’au déclin des Awlâd D’laym, menacés dans leur suprématie sur les routes du nord par les Rgaybât et les Awlâd Busba’, marque cependant une présence accrue de l’émir de l’Adrâr sur ses frontières septentrionales, qui tient aussi au contexte international. Citons à nouveau Mamadou Ba, même si le ton apparaît là nettement, et par trop, apologétique :

  • 14 Il s’agit du chef des Tekna dont nombre de représentants s’installent alors effectivement dans l’A (...)
  • 15 Il s’agit de ressortissants de deux tribus du Sahîl : les al-‘Arusîyîn et les Awlâd Tidrarîn.

« Dans le Sahel, la renommée d’Ahmed ould M’Hamed ne cessait de grandir. Sa politique bienveillante et ferme en même temps avait fixé les Regueïbat aux abords de l’Adrâr. Chez eux il comptait des amitiés solides et dévouées, notamment parmi les Ahel Aryète (Brahim ould Hemmadi, Aḥmed Salem ould el Ouali) et parmi les Ahel Abdalla ould Oumar (Abdel Haï). Il sut admirablement les utiliser et il était considéré par ses ombrageux nomades comme l’arbitre de tous les conflits importants. Sa renommée s’étendait jusque dans l’Oued Noun, chez Dahman ould Beirouk dont l’autorité dans le Sud-marocain était alors incontestée14.
Vers 1880, le Sultan du Maroc envoyait à l’émir qui était alors campé aux environs de Terouaka une délégation chargée de lui remettre de magnifiques cadeaux et une lettre dans laquelle le Commandeur des croyants confirmait Ahmed ould M’Hamed dans ses fonctions et le félicitait pour la façon dont il administrait l’Adrâr.
Vers 1886, l’émir reçut la visite d’une mission espagnole alors qu’il nomadisait aux environs de la Kédia d’Idjil. Composée de trois Européens, cette mission n’eut avec l’émir qu’un bref entretien dans lequel on envisagea l’établissement de rapports commerciaux avec les factoreries espagnoles.
En 1888, les pluies ayant été exceptionnellement abondantes dans le Sahel, les Oulad Yahia Ben Othman et un grand nombre de marabouts et tributaires montèrent dans le Zemmour et gagnèrent ensuite l’Imrikli dont la récolte de blé et d’orge permit à toutes les tribus de se constituer des réserves pour plusieurs années. Pendant que l’émir séjournait dans ces lointaines régions, un notable Oudeïki, Cheikh ould el Ouroussi tua d’un coup de feu un pauvre Tidrarini15 qui avait eu le malheur de protester contre les abus dont il était accablé.
Prenant prétexte de ce que l’incident s’était produit dans le voisinage de l’émir, les Oulad Ghaïlane, toujours en quête d’un pillage fructueux, voulurent saccager les campements Oulad Delim voisins. Ahmed ould M’Hamed s’y opposa. Comme ils paraissaient surpris de cette décision, l’émir leur déclara : « Si je vous laissais agir, vous déclencheriez encore la guerre. Je veux tout en réprimant le crime qui a été commis, satisfaire vos appétits et épargner les maux de la guerre à nos tribus ». Il exigea des Oulad Delim le paiement immédiat d’une indemnité considérable ; puis s’emparant d’un proche de l’assassin, il le livra aux parents de la victime qui lui appliquèrent le talion. Ce ne fut pas tout. Connaissant la haine des Ahel Bellao (Regueïbat) contre les Oulad Delim en général et les Loudeïkat en particulier, il les jeta contre ces derniers. La guerre fut acharnée et se termina en 1890 par l’écrasement des Oulad Delim au combat d’el Araida. Par la suite, les Oulad Delim perdirent à peu près complètement leurs redevances sur les Oulad Tidrarine et les Oulad Abdel Ouahed » (Mamadou Ba 1929 : 550-51).

27La légende forgée par Mamadou Ba n’est sans doute pas aussi dorée qu’il ne veut le laisser entendre. D’autres informations recueillies en Adrâr laissent penser que le départ vers les pâturages abondants d’as-Sagya al-Hamrâ était aussi lié à la succession d’années de sécheresse dans l’Adrâr et que les luttes qui furent menées dans le nord furent parfois plus difficiles qu’il n’est rapporté.

28La pression exercée par l’émirat de l’Adrâr vers le nord est néanmoins significative et doit être associée au développement économique et commercial de l’époque : l’essor des échanges avec le Maroc, que traduit peut-être la lettre et les cadeaux du Sultan, mais aussi la mission des Espagnols qui commencent à dépasser leurs comptoirs de la côte atlantique et à s’aventurer vers l’intérieur, l’installation des Tekna à Shingîti et les relations privilégiées entre Aḥmed uld M’Ḥammed et les Ahl Bayrûk, en sont peut-être autant d’indices. Mamadou Ba traduit l’essor de l’Adrâr à cette époque, dont il faut attribuer une part à la politique d’Aḥmed uld M’Ḥammed, mais qui tient aussi à cette conjoncture, ultime période faste du commerce saharien avant que ne le ruine la conquête coloniale.

« Sous le règne d’Ahmed ould M’Hamed furent créées ou étendues les palmeraies de Toueïzekt, de Tazagrese, de Taraouane et de Greira qui forment dans la région d’Atar, un chapelet de riantes oasis représentant une valeur considérable ; de même les palmeraies de Jouali, Tiniale, Tirabane et une partie de Loudeï dont la région d’Oujeft s’enorgueillit à juste titre. De cette époque aussi, 1875, date la création de la petite palmeraie de Jraïf. De cette époque datent également l’aménagement de la passe de Jdeïda ainsi que le forage de plusieurs points d’eau importants, dont Bir Taleb.
Pour récompenser l’émir de ses vertus disent les chroniqueurs, Dieu répandait dans son pays ses grâces et ses bénédictions sous la forme de bienfaisantes pluies dont quelques unes furent si abondantes qu’elles causèrent çà et là des dégâts importants. Assurés de jouir de leurs récoltes, les propriétaires donnèrent dans les ‘graïrs’ comme dans les palmeraies une grande extension aux cultures de céréales. L’élevage des bœufs dans le sud, et celui des chèvres, des moutons et des chameaux dans tout l’Adrâr, prirent un développement qui n’avait jamais été atteint…
De 1875 à 1891, l’exploitation des salines d’Idjil atteignit un maximum qui ne fut jamais égalé depuis. C’est de cette époque que datent les vastes carrières (maintenant délaissées) aux corridors tortueux qui apparaissent aux voyageurs arrivant à la Sebkha comme de véritables ruines antiques et le remplissent d’étonnement. Tichit, Oualata et le Hawd qui traversaient alors une prospérité florissante envoyaient chaque année des milliers de chameaux à Chinguetti, la grande métropole du sel. En plus des esclaves, ces caravanes apportaient de l’or, des arachides, du mil, des plumes d’autruche, des étoffes teintes d’indigo, et divers produits soudanais recherchés dans le Sahel. La sécurité était si complète, qu’en plus de la gabelle, les caravaniers versaient volontairement des droits supplémentaires au budget de la couronne…
La police des pistes étant assurée, les commerçants du Sahel venaient également nombreux en Adrâr apportant de beaux tapis, les amples hiyak et autres articles du sud-marocain, les céréales d’Imrikli, les chevaux du Sahel, le sucre et les étoffes du Sénégal. Ils appréciaient tellement la liberté et la protection dont ils jouissaient qu’ils acquittaient sans difficulté le ‘ghafer chedde’ ou droit d’importation. Ils en étaient même arrivés à penser que la fraude dans ces opérations, risquait de faire péricliter les affaires » (Mamadou Ba, 1929 : 551-52).

29Quelle que soit l’influence qu’ait eu la politique de l’« émir de la paix » sur le développement économique et commercial de l’Adrâr à l’époque de son règne, il est clair que cette prospérité a contribué largement aux options politiques d’Aḥmed uld M’Ḥammed. Mamadou Ba note bien que cette prospérité est générale au Sahara occidental et concerne aussi les qsûr du Ḥawd, on peut ajouter la zone de la Gebla. Elle a donc d’autres causes, cependant l’essor des échanges, ainsi que celui des palmeraies et des terrains de culture, créaient un terrain éminemment favorable pour les choix politiques de l’émir.

30L’émirat tire d’importants bénéfices des redevances levées sur les palmeraies et les grâyr quand elles sont cultivées par les znâga ; il tire aussi d’importants revenus du développement des mouvements commerciaux et c’est à cette époque que semble s’organiser la levée de redevances systématique sur les caravanes. Il est vraisemblable enfin que l’essor économique a contribué à une certaine mise en sourdine des luttes factionnelles, les Ja‘vriyya tirant aussi d’importants bénéfices de l’essor de l’agriculture et de l’élevage et pouvant être moins motivés par les bénéfices des armes. Le rapprochement entre l’émirat et les tribus zawâya, qui sont les principaux moteurs et les principaux bénéficiaires de cet essor économique, se justifie enfin dans ce contexte.

Une politique musulmane ?

31Il serait vraisemblablement faux, cependant, d’expliquer la politique de l’émir Aḥmed uld M’Ḥammed par cette seule conjoncture favorable aux intérêts économiques, sociaux et politiques de l’émirat, et de l’Adrâr, sans tenir compte de ses propres engagements. Conformément à la démarche que j’ai suivi jusqu’à présent, je reviendrai d’abord au texte de Mamadou Ba :

  • 16 Une importante fraction des ḥassân Awlâd Qaylân.

« Comme il a été dit plus haut, il avait le dessein de donner un grand essor à la prospérité du pays. Il savait que rien de durable ne se fonde sans la justice. Il aimait à rappeler une recommandation que Bakkar ould Soueïd Aḥmed lui répétait dans sa jeunesse : « Tu te souviendras, mon enfant, que si la dynastie des Ahel Soueïd Aḥmed se maintient grâce aux aumônes et aux offrandes, celle des Ahel Othman est liée à la justice et à l’équité que les détenteurs du pouvoir font régner dans le pays ». Ainsi, de même qu’il aimait à s’entourer des hommes les plus aguerris et les plus sages de ses tribus, il tenait à avoir autour de lui une ‘makhama’ ou cour de justice. Assurés d’une indépendance et d’une sécurité absolues, les juges se prononçaient avec impartialité. Leurs sentences étaient exécutoires, quelles que fussent leur rigueur et la personnalité des condamnés.
Dès la première année de son règne, l’émir donna la mesure de son énergie en prenant contre les Oulad Cilla16 coupables d’homicide des mesures de rigueur comportant l’incendie des tentes et des condamnations à de lourdes amendes. Une autre fois, il sévit contre les Oulad Ammonni qui, rentrant du Brâkna, s’étaient permis d’utiliser deux chamelles d’autrui trouvées dans l’Aoukar. Trouvant la punition infligée disproportionnée avec la peccadille commise, les notables Oulad Ammonni essayèrent de fléchir l’émir en alléguant que les délinquants étaient excusables d’avoir pris deux chamelles pour échapper à des ennemis qui les poursuivaient. D’une voix indignée et n’admettant pas de réplique, l’émir déclara : « Votre intervention en faveur de deux malfaiteurs ne me surprend pas car vos pères et vous-mêmes, vous vous seriez comportés comme eux. Mais apprenez que moi, qui descend d’Othman ould Levdhil (fondateur du régime des émirs en Adrâr), j’assume devant Dieu et devant l’Univers la responsabilité de la sécurité dans le pays qui va du Khatt (limite entre le Tagant et l’Adrar) au Rag Lem’houne (au nord de l’Adrâr Soutouf). J’entends qu’elle y règne complètement. Je serai impitoyable pour tous ceux qui y porteront atteinte ».
A quelque temps de là, l’émir fut amené à expulser du territoire de l’Adrâr son cousin Aḥmed ould Sid Aḥmed, qui devait lui succéder, et qui s’obstinait à pressurer à son profit des gens sans défense.
Ces différents incidents fournirent au souverain l’occasion de prendre son célèbre édit disposant que tout mouton égorgé sans droit serait remboursé quatre fois sa valeur, que toute monture d’autrui utilisée donnerait lieu au paiement d’une indemnité quatre fois égale au prix normal de location pour le trajet parcouru, que toute exaction entraînerait des réparations quatre fois supérieures au dommage subi, le tout sans préjudice des peines légales dont l’appréciation était réservée à sa makhama.Répétées de bouche en bouche, répandues à tous les échos, ces sages dispositions firent rapidement le tour de l’Adrâr alarmant les uns, rassurant les autres, donnant à tous l’impression qu’une nouvelle ère commençait » (1929 : 546).

32Multiples sont les anecdotes qui courent sur l’efficacité de la justice et de l’ordre qui régnaient sous l’émir Aḥmed uld M’Ḥammed. L’une des plus célèbres est celle du mouton égorgé et cuit que l’émir aurait un jour fait circuler, durant la gatna, posé sur un âne, un couteau planté dans la chair à point. Telle était la crainte qu’inspirait la justice de l’émir que personne n’osa de la journée et de la nuit toucher à cette viande appétissante et offerte à tout venant.

33La politique d’Aḥmed uld M’Ḥammed, inspirée des valeurs de l’islam, est fondée sur l’application de la shaî‘a dont l’émir se veut le garant. Il s’entoure pour cela d’une « cour de justice » c’est à dire de qâdî et hommes de loi réputés pour leur compétence et auquel il garantit une autonomie des jugements. Il renforce les capacités répressives de l’émirat en édictant des régies spécifiques destinées à taxer chaque infraction quatre fois le montant du préjudice subi, quelle qu’en soit la nature.

34Cette politique est essentiellement dirigée contre les pillards et ceux qui abusent de leur autorité, et elle vise avant tout les ḥassân enclins à profiter de leur monopole des armes. Il semble qu’elle se soit révélée relativement efficace puisqu’après les mouvements de dissidence factionnelle qui suivent l’avènement de l’émir, la plupart des ḥassân de l’Adrâr accepteront l’ordre émiral. Maître du jeu factionnel pendant la plus grande partie de son règne, l’émir semble bien avoir réussi à bloquer la dynamique d’opposition et de dissidence, principale source de troubles internes, et à garantir effectivement la « paix » qui s’est attachée à son nom.

  • 17 Même s’il semble avoir été aussi un fidèle disciple de Shaykh Muḥammed Fadhîl uld ‘Abaydi, qui s’é (...)

35« Emir de la paix », « émir de la justice », responsable de l’application de la shaî‘a et des commandements de la hisba, les traditions qui se sont attachées au règne d’Aḥmed uld M’Ḥammed m’apparaissent en définitive justifiées. Les influences des valeurs zawâya sont évidentes et mériteraient d’ailleurs d’être creusées, à partir d’autres investigations. C’est la tradition soufie qui apparaît en effet privilégiée dans l’éducation de l’émir, sous ses formes les plus rigoristes, d’inspiration tijâniyya17. Son attitude à l’égard des griots, de l’usage du tabac, son souci de remplir toutes les obligations de l’islam, et jusqu’à son austérité personnelle et d’autres traits de son comportement, vont en ce sens. Les références musulmanes se retrouvent dans son sens de ce qu’il faut bien appeler l’« État » dont le concept est principalement construit à partir de ces valeurs musulmanes. Épuisent-elles cependant l’analyse des comportements politiques du personnage ?

… et pourtant un chef ḥassân

36La paix que fait respecter Aḥmed uld M’Ḥammed repose aussi sur les moyens répressifs qu’il se donne. Dès son avènement, il s’était constitué une monte de chameaux et de chevaux, constamment disponibles à proximité de la ḥella pour pouvoir répondre à toute menace. Entouré de guerriers dévoués, il n’hésite pas à lancer des troupes importantes pour réprimer une dissidence, mais aussi pour intervenir dans les feuds et guerres tribales. Son règne est aussi marqué d’une série de guerres extérieures. L’émir assume les traditions guerrières des ḥassân et de l’émirat, mises au service en l’occurrence de valeurs islamiques d’inspiration étatique. Dans un poème célèbre, il revendique d’ailleurs lui-même cette origine guerrière et la noblesse qui en découle :

  • 18 Shaykh uld Ḥamayti, Idayshilli, 3/6/1977, Atâr.

« Le cavalier des longues montagnes d’Amagjar, du Baṭen, du Dhahr et de Tifûjar. Sa pensée est plus destructrice que les balles du fait de sa bravoure, au vrai sens du terme. Sa façon de tendre la main n’est pas celle d’un homme sans éducation, ceci aussi bien quand il tend la main avec générosité que quand il manie le fusil. Qu’il s’agisse d’un seul homme ou de tout un campement. Plus l’ennemi l’affronte au combat et plus sa bravoure s’aiguise. Quand les hommes sont inquiets et fatigués du combat, se manifestent les premières étincelles de sa gaieté. Que Dieu accorde la meilleure santé au responsable suprême pendant la sécheresse comme pendant l’abondance, pendant la paix comme pendant la guerre. Au ravitailleur des caravanes et des caravaniers, au distributeur de guinée aux habitants des qsûr et aux nomades, à celui qui porte sans faille la charge de la tente émirale, à celui qui est sans discussion le plus glorieux des guerriers »18.

37Faut-il s’étonner de l’ambiguïté du personnage ? Il faudrait faire abstraction des conditions de son accès au pouvoir, et des possibilité qu’il peut y avoir d’une autre lecture que celle que nous suggère Mamadou Ba des principaux aspects de son règne, pour s’étonner réellement des contradictions qu’il recèle.

  • 19 La constitution d’une ḥella distincte est un signe de dissidence au sein de la famille émirale, ou (...)

38Voyons d’abord le nasab, et les alliances qui ont amené Aḥmed uld M’Ḥammed au pouvoir en 1871. Ils s’inscrivent clairement dans les pratiques ḥassân et émirales du pouvoir qui se sont mises en place un siècle auparavant. Aḥmed est le fils de M’Ḥammed, que son père Aḥmed ‘Aydda avait choisi de son vivant même comme son successeur, lui créant une hella séparée19 et lui confiant de nombreuses missions diplomatiques et militaires. Il sera assassiné quelques jours après la mort de son père par ses frères demi-germains ‘Uthmân et Muḥammed. L’épouse de M’Ḥammed, Khadîja Bi, la sœur de l’émir Bakkar uld Swayd Aḥmed du Tagânt, contribuera à mobiliser les alliances factionnelles au profit de son fils Aḥmed au terme d’une longue crise qui voit la disparition de la plupart des fils d’Aḥmed ‘Aydda. Avec l’aide de l’émir du Tagânt, elle jouera un rôle décisif dans l’accession de son fils au pouvoir, après un mariage léviratique avec l’un des frères de son mari, ‘Alî Shandura, qui contribue à la localisation du titre dans sa tente. Aḥmed uld M’Ḥammed ne deviendra cependant émir de l’Adrâr, en 1872, que grâce à l’appui de la faction des Awlâd Qaylân qui a combattu, et assassiné son père, dirigée par Braḥîm uld Mageyya qui restera son fidèle conseiller tout au long de son règne.

39S’il réussit immédiatement à réduire les ambitions de ses cousins ja’vriyya, dont-il ne sollicite pas les appuis, Aḥmed uld M’Ḥammed restera désarmé pour intervenir dans les luttes factionnelles qui se nouent au sein des Awlâd Qaylân et plus particulièrement parmi les leaders de la faction qui le soutient. Celle-ci regroupe Braḥîm uld Mageyya, le plus proche, Sîd’Aḥmed Bûrish uld Tegeddi, autre leader des fractions qaylân qui sont installées à proximité de Shingîṭi et de Wadân, et Sîdi Ḥurma uld Khtayra, qui, originaire des Ṭûrsh du Dhahr, s’est installé en ligne maternelle parmi les Naqmûsha du Baṭen, contribuant à une nouvelle scission de ceux-ci après celle qui a vu se mettre en place la chefferie des Ahl Tegeddi.

40Le rôle joué par Sîd’Aḥmed Bûrish auprès de l’émir, après qu’il ait récupéré les juments de l’émirat chez les Awlâd D’laym, crée contre lui un front des Awlâd Qaylân, qui organiseront son assassinat en 1883. Les Ahl Mantalla, responsables de cet assassinat seront en partie exterminés par l’émir, mais celui-ci se révèle en fait incapable de maîtriser le jeu politique factionnel, même si quelques années plus tard il négocie le retour en Adrâr des survivants des Ahl Mantalla, qui ont entre temps été accueillis au Tagânt par son oncle maternel, Bakkar.

41L’émir du Tagânt, qui est en place depuis 1836, joue un rôle croissant dans le nouveau contexte inter-émiral que j’ai précédemment décrit. Bakkar est l’oncle maternel d’Aḥmed uld M’Ḥammed dont il a soutenu les prétentions au pouvoir. C’est au Tagânt que se réfugient nombre des « exilés » (zuwwâg) et dissidents de l’Adrâr, en particulier les Idayshilli qui partagent la même origine lantûna que les Ahl Swayd Aḥmed, la famille émirale du Tagânt.

42Les Idayshilli, qui ont le statut de znâga, depuis la création de l’émirat, sont restés une tribu puissante démographiquement et militairement. Leur leader, au milieu du xixe siècle, Shaykh uld Nwaysri, a pu profiter de la crise qui a suivi la succession d’Aḥmed uld ‘Aydda, pour tenter de reconstruire un pouvoir politique autonome de cette tribu par ailleurs traditionnellement éclatée et agitée de conflits segmentaires qui en rendent l’unification difficile.

43Une série de meurtres, pour une part manipulés par l’émir, et les fractions qaylân qui soutiennent son pouvoir, Braḥîm uld Mageyya en particulier, découlant pour une autre part des rapports politiques complexes au sein des Idayshilliu eux-mêmes, vont déboucher sur l’assassinat de Shaykh uld Nwaysri, qui s’effectue sous la tente même de l’émir, dont il tient les piquets centraux, signe de protection. A cette occasion, Aḥmed uld M’Ḥammed se trouve impliqué dans des conflits meurtriers qui ont peu à voir avec les valeurs zawâya d’ordre et de justice que sa tradition lui attribue. Quelques mois plus tard, les Idayshilli, afin de venger Shaykh uld Nwaysri, et avec l’accord de Bakkar uld Swayd Aḥmed, son oncle maternel, l’assassineront sous sa tente, ainsi que Braḥîm uld Mageyya, et les principaux leaders ja’vriyya qui le soutenait.

44Aḥmed uld M’Ḥammed meurt ainsi assassiné, comme son père et ses oncles, comme nombre de prétendants au titre émiral, sans que les circonstances de sa mort ne puissent être réellement rapportés à l’aune de la légende qui s’est construite autour de son personnage. De ces circonstances, Mamadou Ba accuse son oncle maternel, Bakkar, qui sera l’un des principaux opposants à la conquête coloniale et mourra, les armes à la main, devant les troupes françaises, en 1905, à plus de 90 ans. Le rôle qu’a joué celui-ci est évident, et rapporté par la tradition orale. Mais comment expliquer les décalages qui se manifestent aussi entre deux faces d’un même personnage : le pieux émir, Aḥmed uld M’Ḥammed qu’a retenu la tradition, et le chef ḥassân qui meurt assassiné après qu’il ait laissé tuer sous sa tente, à l’encontre de toutes les valeurs de ce groupe, l’un de ses principaux adversaires politiques, homme aussi de grand prestige, qui sollicitait sa protection et son appui ? Et qui choisira comme successeur, faute d’avoir lui-même d’enfant mâle, son cousin parallèle patrilatéral, Aḥmed uld Sîd’Aḥmed, qu’il a un temps exilé au Trârza, et dont il se méfie, à juste titre, des engagements politiques reflétant son adhésion sans équivoque aux valeurs des Ḥassân.

Conclusions : des compromis difficiles

45La figure écartelée de l’émir, car il n’est pas plus de raison de mettre en doute la sincérité de sa foi et de sa volonté d’appliquer les règles de la religion, que son attachement à la tradition ḥassân, à la noblesse de ses origines et aux traits de comportement qui en découlent, illustre en fait les contradictions entre ces valeurs zawâya et ḥassân. Ces contradictions ont leur fondement historique : même si l’importance du fait a sans doute été exagérée (Abdel Wedoud ould Cheikh 1991a), les traditions rapportent volontiers à la guerre Sharr Bubba, dans la seconde partie du xviie siècle, l’opposition entre la vision politique musulmane des Zawâya, le règne sur terre de la religion, et la construction des émirats, qui met en évidence les hiérarchies tribales, qui suivra cette guerre. Les données de l’histoire sont cependant insuffisantes pour les comprendre.

46En effet, dans l’Adrâr en particulier, les tribus zawâya n’ont pas participé à Sharr Bubba et se sont même opposées, par l’intermédiaire des plus grands savants, au message messianique de ses promoteurs. Des conflits factionnels, et même des guerres tribales opposent entre elles les tribus des qsûr orientaux, et même d’Atâr, durant toute la première partie du xviiie siècle (Bonte 1997b). Ce n’est d’ailleurs qu’assez tardivement que Shingîṭi et Wadân verront s’exercer les influences du pouvoir émiral par l’intermédiaire des fractions ḥassân qui s’installent dans leur proximité. Les tribus zawâya qsûriennes échapperont généralement aux systèmes de protection qui s’instaurent dans le cadre des hiérarchies tribales de la société émirale.

47En Adrâr du moins, l’histoire des relations entre Ḥassân et Zawâya traduit donc plutôt un clair évitement qui n’est pas incompatible avec une forte compétition. Celle-ci s’exerce surtout pour le contrôle des hommes, les Zawâya, de par leurs pouvoirs économiques, intellectuels et spirituels, étant susceptibles de subvertir la hiérarchie ḥassân : accueil des guerriers « repentants », tiyyab (Bonte 1988), rachat des droits sur les Znâga, etc. (Bonte 1990).

48Les fondements de ces oppositions entre la vision politique des ḥassân et celle des Zawâya apparaissent dès lors plus structurel. Pour résumer une démarche que j’ai développée dans ma thèse, il me semble que cette opposition devait être construite dans l’histoire de manière irréductible pour qu’un certain nombre de tribus, échappant ainsi à la bipolarité que produit la mise en place du système émiral (Ḥassân/ znâga), légitiment politiquement les espaces sociaux, économiques et culturels de leur autonomie dans la société émirale. C’est au Trârza, au milieu du xviiie siècle que se construit le modèle culturel et comportemental de la société zawâya, inscrit dans le Shyam az-zawâya de Muḥammed al-Yadâlî. Le rôle de la jamâ’a, de l’assemblée qui « lie et qui délie » comme émanation temporelle de cette autonomie politique des tribus zawâya est aussi souvent mis en avant (Abdel Wedoud ould Cheikh, 1991b), sans représenter un critère absolu : il existait aussi de puissantes chefferies dans ces tribus, de nature confrérique soufie ou non. Bref les distinctions concrètes entre les tribus zawâya et ḥassân me semblent moins le produit d’histoires qui auraient fortement divergées que de modèles de représentation destinés à éviter tout compromis entre les valeurs qu’ils véhiculaient.

49Ces représentations sont fortement inscrites dans la culture zawiyya, s’appuyant sur certains traits de la culture ḥassân : les taxes injustes levées sur les Musulmans et autres pillages, point central qui concerne à vrai dire très concrètement les Zawâya, l’exclusion des femmes de l’héritage de ces taxes.., et surtout le non respect des règles de la religion, et de celles de la shai’a en particulier. Ces représentations portent moins sur un comportement réel – certains ḥassân avaient reçu une éducation religieuse complète et on trouve, dans les Hawd par exemple, des savants ḥassân réputés -, même si celui-ci est souvent attesté - en témoignent les assassinats, pillages et luttes civiles qui émaillent l’histoire émirale - que sur un comportement assigné.

50L’attribution à certains émirs, dont Aḥmed uld M’Ḥammed est le meilleur exemple en Adrâr, de valeurs zawâya vise aussi cet effet d’assignation. Mamadou Ba s’en fait d’ailleurs l’interprète, volontaire ou involontaire, en mettant en avant les figures respectives de l’« émir de la paix » et de l’« émir de la guerre ». Il est d’autres traits encore de cette subversion zawi du système émiral. L’idée par exemple, largement partagée au sein de l’émirat lui-même, que les émirs détiennent une baraka, un pouvoir d’essence surnaturel qui se traduit par la « paix », des conditions climatiques favorables, bref l’ordre et l’abondance dans le pays. Cette baraka est généralement attribuée aux relations spirituelles qui se sont établies entre un grand personnage religieux et un émir, et favorisée l’accession de celui-ci au pouvoir.

51Enfin ces assignations de valeurs musulmanes au pouvoir émiral, par l’intermédiaire de personnages exceptionnels comme Aḥmed uld M’Ḥammed, dont l’histoire prend alors un tour quasi-hagiographique, traduit aussi l’idée, qu’expriment clairement les Smâsîd au colonel Gouraud, fortement marquée dans la tradition sunnite, qu’il est préférable de souffrir d’un État injuste que de l’absence d’État, et que les volontés de réforme sont parfois plus dangereuses que les injustices de l’ordre établi. L’émir Aḥmed uld M’Ḥammed, à travers ses propres contradictions, reflète l’efficacité de ces effets d’assignation, mais aussi le caractère difficile et limité des compromis qui peuvent en résulter.

Bibliographie

Bibliographie

BA Mamadou Ahmadou, 1929, Une grande figure de l’Adrar. L’émir Ahmed ould M’Hammed, Renseignements coloniaux, 16, 543-553.

– 1932, L’émirat de l’Adrar mauritanien de 1872 à 1908, Bulletin trimestriel de la société de géographie et d’archéologie d’Oran, 53 (190-191), 83-119 et 263-298.

BONTE P., 1982, Tribus, factions et État. Les conflits de succession dans l’émirat de l’Adrar, Cahiers d’Études Africaines, Paris, 87-88 (3-4), 489-516;

– 1984, L’émirat de l’Adrar après la conquête coloniale et la dissidence de l’émir Sidi Aḥmed 1909-1932, Journal des Africanistes, Paris, 54-2, 5-30

– 1988, Krieger und Buber : die Towba und die politische Umwandlung der maurischen Emirate, in E. Conte (éd.), Macht und Tradition in Westafrika, Francfort/main, Campus, 175-202.

– 1990, L’habitat sédentaire ‘qsûrien’ en Mauritanie saharienne, in H.P. Frankfort (textes réunis par), Nomades et sédentaires en Asie centrale. Apports de l’archéologie et de l’ethnologie, Paris, Editions du CNRS, 57-68.

– 1991, (avec E. Conte, C. Hamés et Abd el Wedoud ould Cheikh), Al-Ansâb. La quête des origines. Anthropologie historique de la société tribale arabe, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme et Cambridge University Press.

– 1994, (sous la direction de) Épouser au plus proche. Inceste, Prohibitions et Stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, Paris, Ed. de l’EHESS.

– 1997a, La constitution de l’émirat de l’Adrar. Essai sur les formations politiques tribales, Maghreb Review, 22 (1-2), 40-54.

1997b, Shingîti au début du xviiie siècle. L’enjeu saharien. Conflits économiques, luttes politiques et identités tribales dans une société qsûrienne, Colloque « Villes et territoires au Maghreb : mode d’articulation et formes de représentation », Rabat, IRMC, ronéo (à paraître ultérieurement).

– 1998a, L’émirat de l’Adrâr. Esquisse historiques, Nouakchott, Centre de Recherches inter-africain en Archéologie.

– 1998b, Fortunes commerciales à Shingîti (Adrâr mauritanien) au xixe siècle, Journal of African History, 39, 1-13.
(à paraître), Tentes et campements. Peut-on parler de dynasties émirales au Sahara occidental, in P. Bonte, E. Conte et P. Dresch (éds), Tribu, parentèle et État en pays d’islam.

OULD CHEIKH Abdel Wedoud, 1991a, Herders, Traders and Clerics : The Impact of Trade, Religion and Warfare on the Evolution of Moorish Society, in J. Galaty et P. Bonte (eds), Herders, Warriors and Traders. Pastoralism in Africa, Boulder, San Francisco, Oxford, Westview Press, 199-218.

– 1991b, La tribu comme volonté et comme représentation. Le facteur religieux dans l’organisation d’une tribu maure, les Awlâd Abyayri », in P. Bonte, E. Conte, C. Hamés et Abdel Wedoud ould Cheikh, Al-Ansâb. La quête des origines. Anthropologie historique de la société tribale arabe, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 201-238.

– 1997, Les fantômes de l’amîr : note sur la terminologie politique dans la société maure précoloniale, The Maghreb Review, 22 (1-2), 56-74.

Notes

1 Rappelons que la société émirale ouest-saharienne était divisée en trois ordres : les Ḥassân, guerriers, réputés d’origine arabe, au sein desquels se sont constitués les émirats ; les Zawâya, préoccupés de la gestion des affaires de l’islam et des activités économiques et commerciales ; les Znâga, considérés d’origine berbère sanhâja, tributaires des Ḥassân.

2 Sur cette période située entre 1872 et 1908, il a pu bénéficier, ayant été lui-même présent en Adrâr à partir de 1917, de témoignages directs de personnes ayant participé à ces faits.

3 Dont le modèle littéraire est le Shyam az-zawâya de Muḥammed al-Yadâlî rédigé au milieu du xviiie siècle par un membre de la tribu des Tashûmsha qui a été liée aux événements politiques qui ont accompagné, un siècle auparavant, Sharr Bubba : le conflit entre le mouvement théocratique initié par Nasîr ad-Dîn et les chefs ḥassân qui vont créer les émirats.

4 L’expression, « le corbeau est passé au dessus de la tête » signifie que la fin de la paix est arrivée.

5 Case sédentaire : le sédentaire et le nomade vivent en harmonie.

6 Shaykh uld Ḥamayti, Idayshilli, 3/6/1977, Atâr.

7 Il s’agit des moutons sans laine du sud, la plupart des moutons de l’Adrâr étant des moutons noirs à laine.

8 Aḥmed uld ‘Aleyya, Awlâd ‘Ammonni, 8/5/1975, Nouakchott.

9 Insigne du commandement au Trârza.

10 Ahmed uld Mageyya, Awlâd Salmûn, Awlâd Qaylân, 10/6/1981, Shingîti.

11 Voir note 3.

12 Des Awlâd Akshâr.

13 En fait cette famille descend de Sîd’Aḥmed uld Lavdhîl, l’un des frères du premier émir Uthmân et cette proximité peut expliquer leur constante revendication d’autonomie vis-à-vis de l’émirat. On notera aussi que le futur émir Aḥmed uld Sîd’Aḥmed a sa mère originaire de cette famille qui n’est pas visée sans arrières-pensées par Mamadou Ba.

14 Il s’agit du chef des Tekna dont nombre de représentants s’installent alors effectivement dans l’Adrâr pour des raisons commerciales (Bonte, 1998b).

15 Il s’agit de ressortissants de deux tribus du Sahîl : les al-‘Arusîyîn et les Awlâd Tidrarîn.

16 Une importante fraction des ḥassân Awlâd Qaylân.

17 Même s’il semble avoir été aussi un fidèle disciple de Shaykh Muḥammed Fadhîl uld ‘Abaydi, qui s’était installé au milieu du xixe siècle dans l’Adrâr et était lui-même adepte de la fadhîliyya. Celle-ci en effet a pour particularité d’accorder le wird de l’ensemble des confréries soufistes.

18 Shaykh uld Ḥamayti, Idayshilli, 3/6/1977, Atâr.

19 La constitution d’une ḥella distincte est un signe de dissidence au sein de la famille émirale, ou peut traduire le choix d’un successeur.

Auteur

Pierre Bonte est anthropologue, directeur de recherche au CNRS (Centre national de la Recherche scientifique), membre du Laboratoire d’anthropologie sociale (Paris).

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter