Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élites du monde nomade touareg et maure

 | 
Pierre Bonte
, 
Hélène Claudot-Hawad

L'exemple touareg

Orphelins et convertis

Le discours des missionnaires sur la formation des nouvelles élites au Sahara à la période coloniale

Karima Direche-Slimani

Résumé

Cet article présente une petite communauté chrétienne autochtone du Sahara algérien à la période coloniale et étudie le discours missionnaire (Société des Missionnaires d’Afrique) qui la légitime.

Texte intégral

  • 1 Citation complète : « Christianiser l’Afrique par les Africains était le seul moyen d’exercer avec (...)

1Le discours de la Société des Missionnaires d’Afrique à la période coloniale ne diffère pas de celui des autres congrégations missionnaires sur les modalités de la formation du groupe considéré comme « l’élite » et sur les objectifs à atteindre par les membres qui le composeront. Dans le cas qui nous intéresse, il s’agit d’analyser le discours de la Société des Missionnaires d’Afrique plus connue sous le nom de la Mission des Pères Blancs fondée en 1868 par l’archevêque d’Alger et Cardinal Primat d’Afrique, Monseigneur Lavigerie. Dès la fondation de la congrégation, le discours officiel de la hiérarchie sur l’action missionnaire en Afrique est centré autour de la formation spirituelle et politique des convertis et de la place centrale qu’ils devront occuper dans leur société. Modèles de réussite d’un apostolat catholique mais surtout médiateurs par excellence, les convertis devaient répondre au principe de base de Lavigerie qui tenait avant tout à « christianiser l’Afrique par les Africains »1.

2Ce discours sera mis en œuvre par les Pères Blancs dans le Sud saharien sur une micro-communauté de sahariens convertis au christianisme. Ce groupe émerge dans le paysage saharien par une politique volontariste missionnaire et se développe à partir des années 1900. Le discours missionnaire qui le légitime et lui donne une existence présente des accents intéressants et originaux notamment par le contexte historique dans lequel il s’inscrit. Celui d’un espace saharien soumis en un demi-siècle à des bouleversements considérables aussi bien du point de vue politique qu’économique : de la pacification à l’administration coloniale, d’une société traditionnelle agro-pastorale à l’ouverture industrialisante sur le monde avec l’exploitation des hydrocarbures, d’un mode de vie spécifique à l’adoption d’une modernité acculturante…

3La société saharienne a connu ainsi en cinquante ans une série de ruptures d’équilibres et une succession de transformations qui ont été le cadre de l’action missionnaire ; un cadre de bouleversements qui leur a permis d’agir ponctuellement sur des groupes spécifiques d’individus.

4Si le Sahara a été abordé de manière mystique et a suscité de tout temps une fascination réelle de la part des Occidentaux (perçu comme la terre de l’absolu, de l’immensité et de l’humilité ; l’installation du Père de Foucauld à Tamanrasset n’ayant fait qu’exacerber ce type de représentations), la présence des missionnaires a répondu à des réalités pragmatiques dans le Sahara et s’est développée parallèlement à l’expansion coloniale et à la pacification de ce que l’on appellera les territoires du Sud. A partir des années 1880, le Sahara est progressivement encerclé : le Mzab est occupé en 1881, Ouargla, Touggourt et El Oued en 1885, In Salah en 1889 et une série de forts sahariens est édifiée (Fort Mac Mahon, Fort Lallemand…) et le Tidikelt (groupe d’oasis du Sahara algérien au Sud de Tadmaït) est sous contrôle en 1900. C’est dans ce cadre de pacification que Lavigerie, fonde en 1874 La Mission du Sahara (avec la communauté des frères armés du Sahara) dont le but à moyen terme était de mener une action d’évangélisation de grande envergure en Afrique noire.

5Cette Mission du Sahara était également (et surtout) le cadre d’un projet ambitieux qui deviendra le combat militant de Lavigerie : la campagne antiesclavagiste du Soudan. Fondateur de la société anti-esclavagiste (1888) et participant au congrès anti-esclavagiste de Bruxelles en 1889, Lavigerie veut en finir avec les pratiques de l’esclavage dans les régions du Sahel et souhaite évangéliser les populations. Son prosélytisme se soldera par un échec. L’esclavage des Noirs pratiqué dans le sud saharien ne sera éradiqué qu’après 1962.

6Cette campagne anti-esclavagiste est à l’origine de la présence des chrétiens sahariens. Elle a, en effet, stimulé toute une série d’actions qui privilégieront le groupe des orphelins ou des esclaves rachetés et installés dans les postes missionnaires des oasis sahariennes et convertis par la suite au catholicisme. Conversions sur lesquelles on fondera des espoirs et des projets de vie très précis.

Les Communautés chrétiennes du Sahara : quelques statistiques

7Les premiers convertis au Sahara, après les fondations des postes missionnaires, sont issus des enfants esclaves rachetés au Soudan qui passaient par Ouargla et In Salah. Les premières conversions ont donc été celles des esclaves rachetés et recueillis au sein des postes missionnaires. Éduqués, scolarisés, suivant un enseignement religieux et baptisés dans la foi chrétienne (souvent à l’âge adulte), ils forment une minuscule communauté chrétienne (un millier tout au plus) qui se constitue entre l’extrême fin du xixe siècle et les années 1920. Entre 1923 et 1938, on compte 439 baptêmes d’adultes et 459 catéchumènes dans les postes missionnaires anciens (Ghardaïa, Ouargla, El Goléa, Biskra).

  • 2 De 1893 à 1959 et publiés dans la Chronique de la Société des Missionnaires d’Afrique.

Chiffres tirés des rapports annuels de la Mission du Sahara2

  • 3 D. Abrous 1998.

8On a de grandes difficultés à connaître l’évolution de cette communauté, elle apparaît très rarement dans les archives coloniales, et seulement sous forme de chiffres et d’anecdotes dans les archives missionnaires. On sait qu’elle a été étroitement liée à la vie et aux activités de la mission et que ses membres exerçaient pour la plupart d’entre eux des activités professionnelles dans le cadre des œuvres créées par les Pères ou les Sœurs (ateliers, ouvroirs, hôpitaux, écoles professionnelles, etc.). Les enfants esclaves n’ont pas été les seules cibles des missionnaires. Les orphelins, les individus fragilisés ou abandonnés à leur sort ont également constitué le terrain de l’apostolat catholique. Comme pour les autres régions d’Afrique où on note une présence active des Pères Blancs (notamment en Kabylie), « l’action de la conversion a abordé cette société fragilisée par ses marges. Le christianisme s’est infiltré par des fissures qui pour certains deviendront de véritables fractures »3. Ces individus les plus défavorisés de leur société ont été pris en charge dans un cadre caritatif et éducatif très organisé. L’aide médicale et la charité ont certainement été les vecteurs déterminants de la conversion.

9Esclaves rachetés, enfants abandonnés, familles éclatées, individus paupérisés ont donné naissance à la première communauté catholique saharienne indigène autour de laquelle vont se mobiliser des enjeux et des attentes de la part des missionnaires. Cette micro-communauté va alimenter un métissage unique dans l’espace saharien mais décalé par rapport à un contexte historique colonial trop rigide pour l’accepter.

Les projets missionnaires : des modèles de réussite et des exemple à suivre ?

10Dans un Sud qui s’ouvrait de plus en plus aux technologies modernes et qui commençait à s’industrialiser, les Pères Blancs ont très vite compris l’importance de la formation de techniciens et de formateurs. Contrairement aux autres régions d’Afrique du Nord où la priorité était donnée à l’enseignement primaire, ils mobilisent une grande partie de leurs efforts dans l’enseignement technique et professionnel. Leurs centres de formation professionnelle (Ain Sefra, Colomb-Béchar, Ouargla, Laghouat et El-Goléa) ont très vite eu une réputation de sérieux et de qualité. Les directeurs de centres et les chefs d’ateliers étaient recrutés pour la plupart d’entre eux parmi le groupe de Sahariens convertis. Ils ont constitué ainsi un réservoir de main-d’œuvre qualifiée locale considérée, dans ces années là, comme une denrée rare.

11La formation professionnelle dans une région qui s’ouvrait peu à peu à l’industrialisation était déterminante pour les Pères Blancs qui voyaient là une manière de faire reconnaître l’importance de leur enseignement et surtout d’imposer par la qualité de leur formation les convertis comme un potentiel de ressources humaines et professionnelles incontournable. Parallèlement à cette formation professionnelle existaient des écoles d’enseignement traditionnel où presque seuls les convertis étaient en mesure de passer le Brevet (Ecoles supérieures de Laghouat et d’Ain-Sefra).

12Dans cette logique d’ouverture à la modernité industrialisante, les convertis devenaient ainsi (dans le discours missionnaire) et pour la société saharienne le relais incontesté entre les groupes sociaux traditionnels indigènes trop éloignés de ces considérations économiques nouvelles et des groupes dominants (colons, administration coloniale, industriels…) cantonnés à des fonctions qu’ils n’entendaient pas dépasser.

Une famille noire chrétienne et son devenir : l’exemplarité des Cadat (ou Kada)

  • 4 Brieux-Yves Cadat 1997.

13L’évolution dans le temps de cette petite communauté est difficile à appréhender et seul un essai de micro-histoire à l’échelle des familles chrétiennes peut permettre de comprendre réellement les réalités de ce christianisme et la perception de la société saharienne sur ces convertis. Pour illustrer cet épiphénomène de l’Histoire coloniale, l’exemple d’une histoire familiale a été privilégié grâce à l’article de Brieux-Yves Cadat, chercheur politologue4. Il s’agit d’un travail de généalogie familiale où l’auteur reconstitue le parcours de son grand-père Kada ben Abdallah. Il écrit lui-même que la lecture des archives familiales « ravive en moi, Brieuc-Yves Joseph Marie Alex Cadat, nègre breton, chrétien du Sahara, la mémoire des années algériennes ». L’histoire de cette famille est exemplaire car elle est parfaitement représentative des conditions de la naissance de ce groupe de Sahariens convertis et des différentes étapes assimilatrices qu’elle a eu à traverser ; elle illustre également parfaitement les attentes des missionnaires et les stratégies déployées pour faire de ces métis (dans tous les sens du terme) les modèles exemplaires de la réussite et du progrès et les acteurs actifs et potentiels des transformations économiques et sociales de l’espace saharien.

14Il s’agit de l’histoire de Kada Ben Abdallah, orphelin, originaire des tribus Hartanis de l’oasis de Timimoun, recueilli par une arabe convertie au christianisme Henriette-Zohra (orpheline recueillie et élevée par les Pères Blancs de Ghardaïa), au début du siècle à Ghardaïa.

  • 5 Notamment en ce qui concerne les projets de conversion des tribus touarègues. Une partie de cette (...)

15A El-Goléa où ils s’établissent, ils sont pris en charge par la Mission installée depuis 1897 et se convertissent au catholicisme ; Kada devient Pierre et son épouse Fatima (mariée à Timimoun selon le rite musulman) devient Marie. Ils font désormais partie de cette minuscule communauté chrétienne du Sahara et auront même des années plus tard à témoigner lors de l’instruction du procès de béatification de Charles de Foucauld vers la fin des années 70. Ils racontent également que lors du changement du cercueil en bois qui contenait la dépouille du Père de Foucauld en 1945, tous les chrétiens noirs d’El-Goléa ont assisté à l’exhumation et ont recueilli avec ferveur des morceaux du premier cercueil qui deviendront des reliques sanctifiées. On voit ainsi apparaître et vivre, dans cette histoire, le groupe des convertis. Un groupe attaché à sa foi et à sa pratique religieuse, conscient de sa différence et soucieux de préserver son identité saharienne. Ce qui explique la dévotion qui entoure le personnage de Charles de Foucauld car il est le premier à donner une légitimité à ce christianisme saharien et à avoir proclamé l’égalité de tous les hommes et condamné (à la suite de Lavigerie) les réseaux de trafic d’esclaves dans le Sahel. Pour ces convertis issus des marges de la société saharienne, Charles de Foucauld ne pouvait être que le saint de la foi chrétienne saharienne et donc celui qui légitime leur existence et leur identité. L’importance accordée à Ch. de Foucauld est très encouragée par les pères Blancs qui ont entretenu avec lui une correspondance soutenue et des actions communes5.

  • 6 Le père de l’auteur.

16Pierre qui travaille pour les missionnaires à El-Goléa voit sa situation changer après la première guerre mondiale puisqu’il obtient la citoyenneté française en 1923 et son nom se transforme de Kada en Cadat. C’est la deuxième étape dans le métissage (après la conversion) et qui marque l’assimilation des noirs convertis. La famille Cadat aura 14 enfants ; un des fils Joseph6 épousera une bretonne Denise Bricaud (troisième étape du métissage en 2 générations). Son père était jardinier, lui obtiendra un diplôme de moniteur de paysannat et prend la direction d’une exploitation agricole moderne de 30 hectares où il appliquera des méthodes d’exploitation modernes ; il devient le spécialiste d’un palmier-dattier qui produit la meilleure qualité de dattes : la deglet-nour. C’est une exploitation agricole modèle reconnue sur le plan international.

17Nous sommes dans les années cinquante ; les clivages raciaux sont très forts aussi bien du côté des colonisés que des colons et le métissage est honni. La famille Cadat est incomprise et soumise à une hostilité grandissante. Leur position sociale conjugue tous les paradoxes : noirs, catholiques, citoyens français avec une réussite professionnelle spectaculaire. Négritude et conversion religieuse auraient dû les enfermer dans des clichés réducteurs mais leur métissage leur a fait traverser des frontières jusque là imperméables.

18Pendant la guerre d’Algérie, Joseph tente l’expérience politique des élections municipales d’El-Goléa en 1959 où il présente une liste mixte contre celle exclusivement composée de colons et de militaires. Aventure électorale qui lui permet de montrer une fois de plus qu’il peut représenter, par sa position de métis, une possibilité de médiation et peut-être, pourquoi pas, une alternative politique.

19La guerre d’Algérie arrive et l’indépendance fait partir Kada-Pierre et Fatma-Marie en 1965 (soumis à des pressions et à des menaces) qui s’installent en Ardèche suivis de leurs enfants quelques années plus tard. Leur présence sinon leur existence renvoyait à trop de paradoxes et symbolisait de manière insupportable l’acculturation coloniale. Leur exil marginal (et celui des autres) passe inaperçu.

Une communauté éphémère tributaire de la Mission et dispersée par les aléas historiques

20La destinée de la famille Cadat illustre bien la position de ce que furent ces anciens orphelins souvent fils d’esclaves convertis par l’action missionnaire au catholicisme. Ils furent, malgré eux, un enjeu de taille dans la construction d’une communauté chrétienne saharienne attachée à la valorisation économique du Sahara. Encadrés, formés par un enseignement de qualité, ils ont constitué un noyau de techniciens et de dirigeants dans un Sahara qui commençait à laisser entrevoir les richesses à faire valoir. Ils ont très rapidement gravi les échelons de la réussite sociale (même modestes) et représentaient dans l’absolu les médiateurs par excellence de la société saharienne enfermée dans les clivages raciaux ; chrétiens mais noirs, arabo-berbères mais de citoyenneté française, l’idéal missionnaire était là, représenté par des individus que les aléas de l’histoire ont métissé et poussé à des engagements qu’ils n’auraient peut-être pas soupçonnés des années plus tôt et à des exils répétés qu’ils n’auraient peut-être jamais pu imaginer.

21Interface délicate et exposée dont les noirs chrétiens vont devoir s’accommoder. Ils appartiennent à deux mondes : « celui de l’Algérie saharienne colonisée berbéro-noire et musulmane et celui de l’Occident colonisateur, chrétien et français » (Cadat 1997 : 31). Reconnus nulle part, leur avenir sera étroitement lié à celui de la mission catholique au Sahara au gré des événements ou des aléas politiques qui les emportent loin de leur lieu d’origine. Il est sans doute nécessaire de multiplier les histoires comme celles de la famille Cadat pour mieux comprendre à quel point les histoires individuelles sont intégrées à des processus historiques (ici la colonisation et l’évangélisation missionnaire) qui les « subliment » et les projettent dans des destinées mouvementées à l’instar des aléas historiques qui les secouent. La micro-histoire permet de donner la mesure de la dimension dramatique sinon tragique de ces épiphénomènes en restituant toute l’humanité de ces histoires individuelles.

22Episode trop vite oublié (ou trop marginal pour être retenu ?), personnages méconnus, ils ont traversé l’histoire de manière éphémère et ont porté les espoirs vite perdus d’une impossible médiation ou d’une impossible rencontre.

Bibliographie

Bibliographie

ABROUS Dahbia, 1998, La société des Missionnaire d’Afrique à l’épreuve du mythe berbère, Études et Documents Berbères.

CADAT Brieux-Yves, 1997, Les Cadat, Chrétiens Noirs du Sahara, Sociétés-Migrations (9).

DIRECHE-SLIMANI Karima, 1987, Une action missionnaire en Algérie (Kabylie-Sahara) et en Tunisie pendant la période coloniale (1873-1950). Un exemple : La Société des Missionnaires d’Afrique, Mémoire de DEA, Aix-en Provence.

HEREMANS R., 1983, L’éducation dans les missions des Pères Blancs en Afrique Centrale (1879-1914) : objectifs et réalisations, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, Nawelaerts.

LAVIGERIE Mgr Ch., 1980, Missionnaires d’Afrique, recueil de textes et de discours, Editions SOS, Paris.

RENAULT F., 1992, Le cardinal Lavigerie (1825-1892), l’Église, l’Afrique et la France, Paris, Fayard.

Archives missionnaires (de 1879 à 1948, Maison généralice Rome)

Rapports annuels de la Mission du Sahara, publiés dans la chronique de la Société des missionnaires d’Afrique.

Volume 1 : de 1879 à 1892 (Diaires, lettres et rapports).

Volume 2 : de 1893 à 1903 (Diaires, lettres et rapports).

Volume 3 : de 1903 à 1939, (rapports sur Ghardaïa).

Volume 4 : Rapports sur Ghardaïa et Laghouat.

Notes

1 Citation complète : « Christianiser l’Afrique par les Africains était le seul moyen d’exercer avec le moins de frais possibles pour la Mission le plus d’influence dans leur pays et parmi leurs compatriotes » (Lavigerie 1980).

2 De 1893 à 1959 et publiés dans la Chronique de la Société des Missionnaires d’Afrique.

3 D. Abrous 1998.

4 Brieux-Yves Cadat 1997.

5 Notamment en ce qui concerne les projets de conversion des tribus touarègues. Une partie de cette correspondance se trouve à la maison-mère des Pères Blancs à Rome.

6 Le père de l’auteur.

Table des illustrations

Légende Chiffres tirés des rapports annuels de la Mission du Sahara2
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

Auteur

Karima Direche-Slimani, docteur et agrégée d’histoire, est enseignante et chercheur associé à l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (Aix-en-Provence).

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable