Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élites du monde nomade touareg et maure

 | 
Pierre Bonte
, 
Hélène Claudot-Hawad

L'exemple touareg

La construction coloniale d’une élite touaregue

Le cas des Kel Intessar, Soudan français (fin du xixe siècle – années quarante)

Florence Camel

Résumé

Les Kel Intessar ont été présentés par le discours colonial comme un groupement touareg modèle qui donnait satisfaction en tout point (impôt, lutte contre les pillages, adoption des écoles nomades…). L’histoire de la rencontre entre Kel Intessar et Français permet de comprendre comment ce groupement a pu passer du stade de résistant à l’occupation française (en 1893-1894) à celui d’élite plébiscitée par les autorités du Soudan français.

Texte intégral

1La rédaction de la thèse qui m’occupe en ce moment m’avait déjà amenée à plusieurs reprises à m’interroger sur le cas des Kel Intessar qui avait incontestablement pris une place à part dans le discours colonial ; cet important groupement touareg, nomadisant au Nord de Goundam et de Tombouctou, était, en effet, constamment présenté comme un groupe modèle, qui payait à temps son impôt, qui participait aux forces de police, dont le chef encourageait la première expérience des écoles nomades au Soudan en 1917… Or, le thème choisi pour la table-ronde aixoise des 18 et 19 septembre, concernant la formation et la transformation des élites du monde touareg, a relancé et réorienté mon interrogation. En effet, si l’on définit une élite comme « un ensemble de personnes considérées comme les meilleures, les plus remarquables d’un groupe, d’une communauté » (Dict. Robert), les Kel Intessar, vus à travers le discours colonial, en fournissaient un excellent exemple.

  • 1 Mohamed Ali ag Ataher 1990.

2Pourtant, deux contradictions apparaissaient : tout d’abord, on ne peut oublier que les Kel Intessar avaient participé au mouvement de résistance à la conquête de Tombouctou par les troupes françaises (1893-94), ce qui peut sembler contradictoire, à première vue, avec ce statut d’élite conféré dans le cadre colonial. D’autre part, le discours tenu par Mohamed Ali, chef Kel Intessar de 1926 à l’indépendance, dans un article paru en 19901. tranche nettement avec l’image laissée par les textes coloniaux : il y affirme, en effet, avoir voulu, à travers l’acceptation de l’enseignement français, développer une stratégie de résistance qui s’oppose totalement à l’image de soumission et de fidélité développée par les Français.

3Comment les Kel Intessar, résistants de la fin du xixe siècle à l’avancée française vers le Sahara, ont-ils été portés au rang d’élite touarègue par l’administration coloniale du xxe siècle ? Et, surtout, pourquoi l’ont-ils été après des débuts si conflictuels avec les Français (alors que d’autres groupements touaregs comme les Kel Adagh avaient tout de suite été présentés comme des Touaregs « pacifiques ») ?

4Quels critères définissaient cette élite ? Dans quels domaines l’administration coloniale aurait-elle aimé les voir jouer un rôle de modèle pour les autres groupements ?

  • 2 Nous nous sommes aussi interrogé sur la place des Kel Intessar dans le monde touareg précolonial : (...)

5Enfin, nous nous sommes interrogé sur la façon dont l’élite Kel Intessar avait pu vivre cette « promotion » : tous les Kel Intessar avaient-ils conscience d’appartenir à une élite à cette époque et ont-ils tous accepté ce rôle ? De façon plus générale, comment les Kel Intessar étaient-ils regardés au sein du monde touareg2 ?

6C’est à ces multiples questions que nous allons essayer d’apporter quelques éléments de réponse en tentant de surmonter les contradictions manifestes au premier abord entre les deux discours (touareg et colonial).

Comment et pourquoi les Kel Intessar ont été portés au rang d’élite dans le discours colonial ?

7Afin de répondre à la première interrogation, il est nécessaire de revenir sur les débuts de la rencontre Français — Kel Intessar à la fin du xixe siècle. Nous avons déjà rappelé que cette rencontre fut conflictuelle ; les Kel Intessar avaient, en effet, participé au mouvement de résistance à la pénétration française dans la région de Tombouctou qui avait notamment abouti à la destruction du groupe du lieutenant-colonel Bonnier en décembre 1893. Le chef Kel Intessar N’Gouna devait lui-même trouver la mort au combat contre les Français en 1898.

  • 3 Nous choisissons d’écrire entre parenthèses ce nom de famille visiblement francisé par les adminis (...)

8Son fils et successeur Mohamed N’Gouna fut vite éclipsé par son oncle Allouda (pour des raisons qui nous restent inconnues mais qui, semble-t-il, ne remettaient pas en cause les règles de transmission du pouvoir en usage). Au début du xxe siècle, alors que les Kel Intessar avaient finalement signé un acte de soumission aux Français, c’est la succession d’Allouda qui allait amener un changement d’importance dans le groupement. Les Français, en effet, ne rechignaient pas, à cette époque, à intervenir directement dans un groupement touareg afin d’y placer le chef qui leur convenait. C’est ainsi qu’Allouda vieillissant, ils décidèrent de lui adjoindre un « coadjuteur » pour l’aider dans ses fonctions de commandement, « coadjuteur » appelé ensuite à le remplacer à sa disparition ; or, au lieu de faire appel à Mohamed N’Gouna, le neveu d’Allouda, à qui aurait dû revenir cette fonction, les Français imposèrent alors Attaher. P. Marty (1920) en donnant la généalogie des grandes familles Kel Intessar mettait en valeur le fait qu’Attaher n’avait aucun lien avec la famille traditionnelle des chefs, celle que les autorités coloniales nommaient les « Havalane »3.

Selon P. Marty, Études sur l’Islam et les tribus du Soudan, 1920, tome 1

9La suite ne se fit pas attendre ; en 1914, à la mort d’Allouda et lorsque les Français confirmèrent la nomination d’Attaher à la tête de la chefferie, la famille des chefs fit clairement entendre son opposition aux Français ainsi qu’au nouveau chef en place. Mohamed N’Gouna fut ainsi soupçonné de donner asile aux razzieurs du Sud marocain (derniers insoumis du Sahara qui venaient régulièrement ponctionner les groupements soumis aux Européens et les Européens eux-mêmes) dont les Kel Intessar étaient fréquemment la cible dans cette région. Pendant les révoltes touarègues de 1914-18, sans être lui-même entré en révolte ouverte contre les Français, il fut également accusé d’avoir reçu des Igawdaren et des Kel Gossi, Touaregs du Gourma révoltés. Il fut finalement arrêté, condamné à trois mois de prison et à un an de résidence obligatoire à Ségou ; libéré en mars 1917, il décédait subitement en juin suivant probablement des conséquences de son emprisonnement.

10En 1924, un nouvel épisode de l’opposition des « Havalane » est rapporté par les sources coloniales. A cette date, en effet, c’est Mohamed Ali, fils d’Attaher qui fut nommé « coadjuteur » de son père confirmant par là l’élimination de la famille de N’Gouna de la chefferie Kel Intessar. Nous ne possédons guère de détails sur cette opposition mais un des membres de la famille « Havalane » fut à cette occasion déporté à Dakar en guise de représailles.

  • 4 Rapport sur la région de Tombouctou, officier-interprète Mansour 17/4/1924, Archives d’outre-mer d (...)

11Ce fut, semble-t-il, la dernière manifestation d’opposition des « Havalane » aux chefs imposés par les Français. En 1924, ceux-ci pouvaient se targuer d’avoir réussi, à première vue, à imposer une nouvelle famille de chefs (Attaher et Mohamed Ali étant aussi bien notés l’un que l’autre parmi les autorités coloniales) à la tête d’un groupement touareg résistant de la première heure. Cette citation tirée d’un rapport de l’interprète de la région de Tombouctou de 1924 témoignait du sentiment de réussite des Français à ce sujet4 :

« Aux Kel Antessar, nous avons donné comme chef Taher ould al Mahdi, instruit, habile, dévoué à la cause française, imbu des principes de commandement orientaux, il est arrivé rapidement à bien asseoir son autorité après avoir fait sombrer la famille de N’Gouna, chef légitime de la tribu (notre cause est loin d’en avoir pâti) ».

12Pourquoi avoir choisi Attaher ? Nous sommes dans l’incapacité de répondre, preuve à l’appui, à cette question ; en revanche, on imagine facilement pourquoi le choix des Français ne s’est pas porté sur Mohamed N’Gouna : si celui-ci avait légitimement droit à la chefferie en tant que neveu de Allouda, il avait aussi contre lui d’être le fils d’une grande figure de la résistance dans la région : N’Gouna. Comme la politique française du début du siècle ne s’encombrait pas de principes d’administration indirecte et de respect des chefferies traditionnelles, les gages de fidélité et de soumission probablement donnés par Attaher avaient suffi à faire de lui le chef idéal dont rêvaient les Français pour ce groupement.

13Mais le dévouement des Kel Intessar menés par Attaher ne nous semble pas un facteur suffisant à faire d’eux une véritable élite, un modèle, aux lendemains des révoltes. En effet, les Kel Adagh, présentés dès les débuts de l’occupation française comme un groupement pacifique parce qu’ils s’étaient soumis sans résistance violente, ne tenaient pas cette place d’élite dans le discours colonial.

14Ce qui faisait aussi la caractéristique des Kel Intessar pour un administrateur français comme P. Marty, c’était leur statut d’« Iguellad » (terme signifiant « rois » en berbère), statut défini par des caractéristiques historiques et culturelles particulières. Les « Iguellad » (parmi lesquels, outre les Kel Intessar, P. Marty distinguait aussi les « Kel Haoussa » et les « Cheurfig ») étaient présentés par cet auteur en 1920 comme « une confédération d’origine arabo-berbère, actuellement targuisée » ; selon lui, ils auraient une lointaine origine arabe mais auraient adopté la langue, le vêtement et les mœurs des Touaregs. Cette histoire particulière ferait d’eux des individus ayant développé une culture plus riche, plus fine peut-être car ils « ont mêlé dans leur sein avec cette double ascendance, les caractères des deux races, les traditions et les données des deux histoires, les mœurs des deux civilisations ». Ce fonds culturel imaginé plus riche que chez les « Touaregs purs » (selon la terminologie de l’époque) avait probablement contribué à rapprocher les Français de ce groupe touareg.

15Enfin, le facteur de la proximité géographique entre Kel Intessar et Français ne doit pas être négligé. En effet, P. Marty précisait également dans son ouvrage que les Kel Intessar constituait un groupe « qui semi-nomadis[ait] dans la région de Tombouctou, dans un cercle de 150 km autour de la ville ». Ce groupe se situait donc très près d’un centre important du pouvoir colonial : la ville de Tombouctou était le centre de la région administrative du même nom qui, avec un commandant de région à sa tête, centralisait l’administration de l’ensemble des Touaregs du Soudan de Ménaka à Kidal et à Goundam. En outre, les Kel Intessar étaient décrits comme des « semi-nomades » c’est-à-dire comme des Touaregs qui ne s’éloignaient jamais à trop lointaine distance de ce pôle majeur de l’autorité coloniale qu’était Tombouctou ; les relations, les transmissions d’ordres devaient donc en être facilitées.

16Ainsi, il pouvait apparaître utile, pour les autorités de Tombouctou, d’avoir à portée de main un groupement en apparence dévoué, dont on ne craignait pas les mouvements de mauvaise humeur et sur qui on pouvait s’appuyer pour contrôler les autres nomades de la région. Or, proche des Kel Intessar, se trouvait justement un groupe touareg en qui les autorités coloniales n’avaient aucune confiance : les Tinguereguif. Non seulement ceux-ci étaient aussi intervenus pour contrer la progression française à la fin du xixe siècle mais ils avaient également contre eux d’avoir conservé à leur tête le chef meneur de la résistance aux Français : Chebboun. Il parait étonnant d’ailleurs, étant donné ce qui était advenu de la famille de N’Gouna, que Chebboun ait pu conservé sa chefferie une fois les Français installés dans la région. Deux hypothèses peuvent être avancées : on peut supposer que l’absence de successeur présentant toutes les garanties nécessaires aux yeux des Français les ait fait renoncer à un changement de chefferie jugé risqué étant donné l’aura de Chebboun parmi les siens ; mais il n’est pas impossible que la présence proche d’Attaher désormais à la tête des Kel Intessar les ait aussi convaincus que le bon exemple incarné par le chef Kel Intessar suffirait à faire contrepoids et à inviter Chebboun à le suivre. Une élite touarègue dans cette région ne pouvait que servir les autorités coloniales de la Région de Tombouctou.

Une élite dans quels domaines ?

17Le rôle principal de cette élite devant être, dans l’esprit du colonisateur, de servir d’exemple aux autres groupements touaregs dans la voie de la soumission, les autorités coloniales ont particulièrement bien noté les fonctions qui servaient leur administration. Or, après les révoltes touarègues de 1914-18, on sait maintenant que les autorités coloniales se sont vues contraintes pour diverses raisons (mais essentiellement par manque de moyens financiers et par manque de personnel) de pratiquer ce que l’on définit comme une administration indirecte. Contrairement aux vœux des premiers militaires pénétrant en Afrique occidentale et rêvant de remplacer les chefs par des fonctionnaires européens, les administrateurs de l’après-révoltes avaient pris conscience de l’impossibilité matérielle de mettre en œuvre une telle politique et du danger qu’elle pouvait représenter : considérant que les Touaregs s’étaient en grande partie révoltés à cause de l’ingérence des Européens dans leur société (libération des serviteurs, suppression de certaines chefferies…), les Français se targuèrent par la suite de respecter les traditions et de laisser accéder aux chefferies ceux que la « coutume » y désignait. Dans les faits, les Français gardèrent toujours un droit de regard sur les nominations des chefs d’autant plus que leur but, désormais, était de se servir de plus en plus d’eux comme intermédiaires avec la population touarègue, comme transmetteurs d’ordres, percepteurs, recenseurs, etc. (faute de pouvoir compter sur un nombre suffisant de fonctionnaires européens).

18Dans le cadre de cette administration indirecte, Attaher allait fournir le modèle parfait du bon chef que l’on pouvait donner en exemple aux autres chefs touaregs et que l’on exhibait aussi devant les autorités supérieures de Dakar ou de Paris pour faire valoir la bonne politique menée dans la région. L’élite Kel Intessar était donc avant tout (et c’est ce qui intéressait le plus les autorités coloniales) une chefferie d’élite qui accumulait toutes les qualités du bon chef. La première qualité reconnue à Attaher, aussi bien qu’à Mohamed Ali, fut d’avoir été de bons « fermiers généraux » (le terme fut employé par l’interprète de la Région de Tombouctou en 1924). Le commandant de cercle de Goundam, auquel étaient rattachés administra-tivement les Kel Intessar, signalait régulièrement leur zèle dans ce domaine. En 1925, par exemple, il affirmait dans un rapport politique trimestriel :

« Cette tribu qui payait, en 1916, 8000 francs d’impôt, en verse aujourd’hui près de 129 000, proportion qui dépasse beaucoup l’augmentation des taux actuels et celle des autres tribus ».

19D’autre part, à une époque où les rezzous venus du Sud marocain dirigeaient en particulier leurs actions vers Tombouctou et Goundam, lieux centraux de l’autorité coloniale dans le Nord du Soudan, les Kel Intessar allaient également fournir une troupe efficace pour la protection de la zone ; cette troupe était constituée de « partisans », c’est-à-dire de guerriers participant volontairement (contrairement aux tirailleurs sénégalais recrutés) à des opérations ponctuelles, lorsqu’un rezzou était signalé, ou participant pendant plusieurs mois à la défense du lac Faguibine pendant la période dite « active des rezzous » (il s’agit de la période pendant laquelle les rezzous marocains, encouragés par l’abondance relative des points d’eau dans le désert étaient particulièrement fréquents dans les régions méridionales). Cette troupe était toujours dirigée par le chef Kel Intessar qui recevait des subventions coloniales pour armer et récompenser ses hommes. Les razzia sud-marocaines symbolisant la résistance à l’occupation coloniale, le fait de s’opposer à eux aux côtés de troupes françaises plaçait les Kel Intessar, aux yeux des Français, dans le camp des soumis et des alliés sûrs.

  • 5 Voir F. Camel, 1993.

20La perception de l’impôt et l’exercice de la police constituaient les devoirs de souveraineté prioritaires aux yeux de l’administration coloniale, qui ne pouvait que se réjouir de les voir aussi parfaitement assurés par un chef touareg. Mais, dans l’esprit des administrateurs coloniaux, Attaher alla encore plus loin dans le dévouement quand il accepta d’ouvrir chez lui les premières écoles nomades5. Celles-ci furent ouvertes dans les campements d’Attaher et de Chebboun à la rentrée 1917. Les administrateurs français étaient persuadés qu’Attaher était véritablement motivé par l’expérience alors que Chebboun ne l’aurait accepté que pour ne pas être en reste vis-à-vis de son « concurrent » trop bien vu à Tombouctou. Il semblerait donc que l’élite Kel Intessar ait joué efficacement son rôle de modèle suivi sur le bon chemin par le récalcitrant Chebboun (même si la motivation était loin d’être semblable des deux côtés). Là encore, les autorités coloniales pouvaient pavoiser. Mais l’action d’Attaher dans ce domaine n’allait pas s’arrêter là : en 1927, les écoles de campements étaient fermées par l’autorité coloniale qui estimait qu’elles coûtaient trop cher alors pour un nombre d’élèves qui restait faible ; mais, Mohamed Ali s’efforça alors de scolariser ses propres frères dans les écoles sédentaires de Goundam ou de Tombouctou et œuvra auprès des autorités en faveur de leur réouverture jusqu’à ce qu’il obtienne gain de cause en 1940 ; son action servait alors une nouvelle fois de modèle puisque son exemple était suivi non seulement dans le cercle de Goundam par les Tinguereguif, les Kel Haoussa…, mais aussi dans le cercle de Gao et au Niger en 1947.

21L’histoire des écoles nomades faisait de Mohamed Ali un serviteur zélé de l’administration coloniale aux yeux de cette même administration car elle n’y voyait que l’exécuteur d’ordres venus des Français. Pourtant, l’avis de Mohamed Ali différait très nettement de ce discours comme nous allons le voir.

Une élite touarègue pour qui ?

22Arrivé à ce stade de l’analyse, on est en droit de se demander si le rôle de modèle que les autorités coloniales voulaient faire jouer aux Kel Intessar a réellement fonctionné au sein de la société touarègue. Comment les autres groupements touaregs ont-ils considéré les Kel Intessar à cette époque ? Ont-ils accepté ce modèle qu’on leur proposait ?

23Il est évidemment difficile d’évaluer cette opinion à l’aide des sources dont nous disposons (sources écrites émanant des autorités coloniales elles-mêmes), une enquête sur le terrain aurait là été nécessaire. Mais l’exemple des Tinguereguif souvent évoqué par les administrateurs coloniaux par comparaison avec les Kel Intessar fournit quelques éléments de réponse. Le chef de ce groupement, Chebboun, fut toujours présenté comme récriminant contre son « concurrent » Attaher, ce qui semble prouver que le modèle proposé fut très nettement refusé par les Tinguereguif. En fait, il est nécessaire de rappeler qu’Attaher fut, en effet, pour Chebboun, plus qu’un modèle, un « concurrent » créé par les autorités coloniales pour diminuer l’aura du chef Tinguereguif dans cette région. Nous avons vu que, pour des raisons non clairement définies, Chebboun, malgré sa résistance à la pénétration française, fut maintenu à la tête des Tinguereguif ; cependant, il devenait nécessaire de tenter de limiter son prestige et son influence politique auprès des Touaregs. C’est dans ce sens qu’Attaher fut non seulement monté en modèle mais que des actions ponctuelles de l’administration coloniale lui donnèrent un pouvoir nouveau qui en faisait le « leader » de la région au sein du système colonial. Des fractions de tribu dépendant des Tinguereguif lui furent, par exemple, octroyées, notamment les « Arkassadies », les « Imid » et les « Kel N’Tazoute » qui, à partir de 1920, durent lui verser leur impôt colonial. Le modèle devenant concurrent ne pouvait guère être apprécié par Chebboun, qui vint plusieurs fois se plaindre auprès du commandant de cercle ou de région (évidemment sans résultat) des empiétements de Attaher ou de Mohamed Ali sur son territoire ou sur ses fractions. Si le modèle fonctionna en ce qui concerne les écoles nomades, il semble bien que ce soit par simple souci de ne pas se voir à nouveau « puni », peut-être d’obtenir des subventions, bien plus que par sincère conviction de la nécessité de l’école française parmi les Touaregs.

24Au sein même des Kel Intessar, il n’est pas évident que l’ensemble de la population ait accepté ce rôle d’élite consacré par l’autorité coloniale. Nous avons vu, en effet, que l’intérêt de l’administration française était surtout de pouvoir s’appuyer sur une chefferie d’élite. Mais l’épisode des premières écoles nomades montre que l’exemple du chef ne fut pas suivi par l’ensemble des Kel Intessar. La résistance des femmes et des religieux expliquerait, selon les autorités coloniales, la faible fréquentation de ces écoles et serait la cause de leur fermeture en 1927. Mohamed Ali ne remit d’ailleurs pas en cause le fait que les Kel Intessar ne l’aient pas suivi dans la voie qu’il leur traçait, mais, selon lui, il s’agissait essentiellement d’un manque de compréhension de leur avenir politique :

« Je me suis heurté à beaucoup de résistance de la part des Touaregs qui n’avaient pas compris… Je leur ai tenu ce discours :
— Qu’est-ce que vous préférez : être les bergers de vos chèvres ou être le troupeau d’autres bergers ?
Les enfants n’ont rien compris, pas plus que certains de leurs parents ».

  • 6 Cercle de Goundam, rapport politique du premier trimestre 1925, 31/3/1925, Archives Nationales du (...)

25Selon lui, les Kel Intessar (et les autres Touaregs) n’avaient pas compris que l’école pouvait devenir un moyen de résistance, comme il en était convaincu à cette époque. Cependant, les rapports coloniaux fournissaient une autre explication : si les Kel Intessar n’avaient pas suivi Mohamed Ali dans cette voie, c’est parce qu’ils lui reprochaient sa trop grande soumission aux volontés françaises. Le principal reproche de ses opposants était, selon le commandant de cercle de Goundam, d’être « trop grand ami des Français »6. Il semblerait donc que l’ensemble des Kel Intessar n’ait retenu des actions de Mohamed Ali que le rôle d’élite que les Français lui faisait jouer, rôle que Mohamed Ali avait accepté pour mieux camoufler son double jeu. Quelles qu’aient été les réelles motivations de Mohamed Ali, les Kel Intessar dans leur ensemble ne l’ont pas suivi (et il ne s’en cachait pas dans son témoignage) et lui ont reproché le rôle d’élite qu’il avait accepté d’endosser auprès des autorités françaises.

26Il faut préciser que, du côté colonial, le fait que la majorité des Kel Intessar n’acquiesce pas aux choix faits par leur chef ne posa pas de problème majeur. Si les Kel Intessar refusaient de jouer un rôle d’élite culturelle scolarisée au sein du système colonial, la chefferie d’élite qui les menait percevait l’impôt plus que correctement et exerçait une police efficace dans la région du lac Faguibine. Les devoirs de souveraineté étaient saufs et cela suffisait largement à satisfaire les autorités de Tombouctou. Dans le cadre d’une administration indirecte, une chefferie d’élite suffisait.

  • 7 Voir notamment Emeslag ag Elaglag 1996 ; Fatimata welet Halatine 1997.

27C’est le point de vue de cette élite qui nous intéresse particulièrement par le discours antagoniste qu’elle oppose à celui des sources coloniales. En effet, Mohamed Ali semble avoir, en fait, épousé ce statut officieux d’élite pour mieux résister aux Français. Ses témoignages recueillis récemment ainsi que les témoignages d’autres Touaregs, loin d’en faire une marionnette des Français, le présentent tous comme un résistant moderne7. Mohamed Ali affirmait, en effet, avoir perçu l’expérience de la scolarisation des Touaregs, non comme un épisode de soumission, mais comme une possibilité de résistance : il fallait accaparer les armes de l’adversaire pour mieux s’en servir contre lui, il fallait aussi, au moment où les indépendances approchaient, se saisir des mêmes armes que les sédentaires scolarisés de force depuis les débuts de la colonisation. « La scolarisation moderne comme stratégie de résistance » ? Nous entrons là dans un autre débat… Ce qu’il est important de mettre en valeur ici, c’est le décalage évident constaté entre l’image incontestable d’élite qui se détache du discours colonial et le portrait de résistant moderne que se donne Mohamed Ali et que lui confèrent plusieurs discours touaregs. D’ailleurs, quand l’enseignement colonial ne lui permit plus de poursuivre dans cette voie, il fit scolariser les enfants touaregs (dont ses propres enfants) dans les universités nord-africaines et au Moyen-Orient, prouvant que son acceptation des écoles nomades ne relevait pas uniquement de sa « soumission » aux Français mais bien d’une vue à plus long terme sur l’avenir de sa société. En revanche, aucun indice ne permet dans les Archives coloniales de corroborer la lecture particulière des faits que donne Mohamed Ali quand il affirme que les autorités coloniales ont stoppé l’expérience des écoles nomades parce qu’elles avaient soupçonné l’idéal de résistance du chef Kel Intessar. Il apparaît très difficile de trancher à ce sujet car le refus de la majorité des Touaregs (cause principale avancée par les Français pour expliquer l’« échec » des écoles nomades) était réel et Mohamed Ali ne le contestait pas ; de plus, à aucun moment, l’image positive que les Français avaient de Mohamed Ali n’a été remise en cause. Aucun document ne laisse soupçonner cette volonté des Français de fermer l’accès à la scolarisation des Touaregs par peur que celle-ci ne leur donne les ferments d’une éventuelle résistance future, ce qui laisse plutôt entendre que c’est la volonté de ne pas brusquer la société touarègue globalement réfractaire à l’enseignement français (et de ne pas réitérer un mouvement de révolte semblable à celui de 1914-18) qui amena les autorités coloniales à suspendre l’expérience en 1927.

28Cet exemple semble prouver, quoi qu’il en soit, que le double jeu des chefs touaregs apparemment soumis fut une réalité. Le bon chef, à qui on attribuait des distinctions honorifiques, pouvait aussi élaborer des stratégies de résistance à cette administration qui le louait mais à laquelle il n’offrait à voir qu’une façade. Cependant, il est vrai aussi que l’administration coloniale ne s’encombrait pas d’analyses aussi fines sur les ambitions inavouées de ces chefs ; ce qui lui importait, c’étaient les actions concrètes menées et, quand celles-ci concouraient au bon fonctionnement des rouages coloniaux, le chef devenu fonctionnaire ne pouvait qu’être bien noté.

29Pour finir, on peut tout de même ajouter que ce pari des autorités coloniales comportait aussi des inconvénients : il était pratique de donner un exemple de bon chef aux autres groupes touaregs et particulièrement à Chebboun, mais cela impliquait le danger d’attiser les jalousies de ceux qui refusaient de jouer ce rôle. Chebboun manifesta à maintes reprises et très clairement son opposition au « modèle Attaher » (manifestations concrètes parfois devant les postes français avec un groupe de guerriers) mais il est vrai qu’il n’avait plus les moyens matériels de la résistance ouverte depuis les révoltes. Le risque était finalement assez limité.

30S’il faut tirer un bilan de la construction d’une élite Kel Intessar par les autorités coloniales, il faut bien avouer que celui-ci est globalement négatif. Certes, les autorités étaient persuadés d’avoir en face d’eux une chefferie d’élite mais le témoignage de Mohamed Ali tend à prouver que ce rôle n’était qu’un masque adopté pour camoufler un double jeu. D’autre part, la volonté d’en faire un modèle idéal à présenter aux autres Touaregs semble aussi avoir échoué : l’attitude de Chebboun à cet égard est restée globalement négative pendant toute la période et l’ensemble des Kel Intessar eux-mêmes ne suivirent pas leur chef dans cette voie. La tentative de construction d’une élite touarègue par les autorités coloniales est donc restée une affaire limitée à la chefferie Kel Intessar. Et, encore y a-t-il ambiguïté quant aux motivations réelles de cette élite…

Bibliographie

Bibliographie

AG ATAHER Mohamed Ali, 1990, La scolarisation moderne comme stratégie de résistance, Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée (57), Aix-en-Provence, Edisud, 91-97.

– 1996, Les Touaregs, nageurs de l’infini, in H. Claudot-Hawad et Hawad éds ; Voix solitaires sous l’horizon confisqué, Paris, Ethnies (20-21), 56-60.

AG ELAGLAG Emeslag, 1996, Porter en commun le fardeau, in H. Claudot-Hawad et Hawad éds ; Voix solitaires sous l’horizon confisqué, Paris, Ethnies, (20-21), 154-167

CAMEL Florence, 1993, L’enseignement colonial chez les nomades : les premières tentatives au Soudan français (Goundam, 1917-1947), Les Cahiers de l’IREMAM (4), Aix-en-Provence, 57-66.

CLAUDOT-HAWAD Hélène, 1993, Ecole sans savoir et savoir sans école. L’expérience touarègue, Bruxelles, La Revue Générale (10), 19-22.

MARTY Paul, 1920, Études sur l’Islam et les tribus du Soudan, tome 1er, Paris, E. Leroux.

WELET HALATINE Fatimata, 1997, L’abandon des privilèges : parcours d’une femme touarègue dans la modernité, Paris, Ethnies (22-23), 28-37.

Notes

1 Mohamed Ali ag Ataher 1990.

2 Nous nous sommes aussi interrogé sur la place des Kel Intessar dans le monde touareg précolonial : constituaient-ils une élite (et dans ce cas, quelle élite ?) au sein de la société touarègue précoloniale ? Mais nous avons abandonné cette interrogation à d’autres plus compétents en la matière que l’historienne coloniale que je tente d’être et qui s’appuie sur des sources postérieures et extérieures au problème …

3 Nous choisissons d’écrire entre parenthèses ce nom de famille visiblement francisé par les administrateurs coloniaux.

4 Rapport sur la région de Tombouctou, officier-interprète Mansour 17/4/1924, Archives d’outre-mer d’Aix-en-Provence, 2G 24-77 / 14 Mi 2621.

5 Voir F. Camel, 1993.

6 Cercle de Goundam, rapport politique du premier trimestre 1925, 31/3/1925, Archives Nationales du Mali, Fonds Récent 1E 18.

7 Voir notamment Emeslag ag Elaglag 1996 ; Fatimata welet Halatine 1997.

Table des illustrations

Légende Selon P. Marty, Études sur l’Islam et les tribus du Soudan, 1920, tome 1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteur

Florence Camel, doctorante en histoire à l’Université de Provence est associée aux travaux du groupe de recherches sur le monde touareg à l’Institut de Recherches et d’Études du Monde Arabe et Musulman (Aix-en-Provence).

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter