Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les institutions traditionnelles dans le monde arabe

 | 
Hervé Bleuchot

Les transformations des corporations de métiers au Caire du xviiie au xixe siècle

André Raymond

Texte intégral

  • * Professeur émérite à l’université de Provence.

1Note portant sur l’auteur*

2L’insertion de cet exposé dans le thème général de la rencontre et de la publication à laquelle elle a donné lieu, appelle deux observations. Dans le cas des corporations de métiers du Caire, la « mutation » est allée jusqu’à la disparition des corporations de métiers que l’on constate à la fin du xixe siècle, quelles que soient les reliques qui en ont subsisté jusqu’à une date relativement tardive. D’autre part, il serait erroné de ne considérer les corporations de métiers que comme des institutions « économiques » dont la disparition s’expliquerait uniquement par les transformations résultant du passage d’une économie « traditionnelle » (celle de l’époque ottomane, avant 1798) à une économie « moderne » (dont les bases furent posées par Muhammad Ali dans les premières décennies du xixe siècle). Les corporations de métiers au Caire étaient des institutions dont le rôle dans la vie administrative, urbaine et sociale était aussi important que celui qu’elles tenaient dans la vie économique. C’est donc sous des angles très variés que doit être envisagée l’évolution de l’institution au xixe siècle.

Les corporations de métiers traditionnelles en Egypte

31. Il est intéressant (et significatif) de relever d’abord qu’il n’y a pas de mot en arabe pour désigner la « corporation de métier ». Dans l’usage courant les corporations de métiers sont appelées ṭā’ifa (pl. ṭawāif) un mot qui a le sens général de « groupe » et qui s’applique aussi bien aux communautés géographiques de quartiers (ḥāra), ethniques (communautés turque, syrienne...) ou religieuses (juifs et chrétiens) et aux soufis. Hirfa signifie « métier » plutôt que « corporation », et ce n’est guère que dans les expressions arbāb al-ḥiraf ou arbāb al- ḥiraf wa l-ṣanā’i’ (maîtres des métiers, maîtres des arts et métiers) que ḥirfa prend le sens de « corporation ». Les mots ṭarīq, ṭarīqa n’apparaissent que dans les « catéchismes » de corporations (futuwā) : ils appartiennent au vocabulaire du soufisme, ce qui est intéressant pour ce qui concerne l’aspect « initiatique » de la corporation.

  • 1 Sur les corporations de métiers au Caire, voir Baer (G.), Egyptian Guilds, Jérusalem, 1965 ; Raymo (...)

4Il importe également de noter que les juristes musulmans ont traditionnellement manifesté une certaine réserve à l’égard des corporations de métiers, condamnant, en particulier, la pratique habituelle des corporations de contrôler l’entrée dans le métier. L’échange commercial, note Baber Johansen, est dominé par le principe de l’égalité des partenaires : « L’accès à cet échange commercial est ouvert à tous. Aucune hiérarchie... ne crée des privilèges ou des droits d’accès à cet échange. L’égalité règne, suprême, parmi les partenaires de cet échange »1.

  • 2 Lewis (B.), «The Islamic Guilds », Economic History Review, 1937, p. 20-37. Articles de Cahen (C), (...)

5On remarquera enfin que la tendance des historiens, depuis un colloque tenu à Oxford en 1969, et suivant les interventions de Cl. Cahen et de S. Stern, est de considérer que les thèses classiques de L. Massignon sur l’origine des corporations (reprises dans un article non moins classique de Bernard Lewis, publié en 1937) sont à peu près dénuées de tout fondement. On ne pourrait véritablement parler de corporations de métiers dans le monde arabe qu’à partir du xvie siècle, l’apparition des corporations étant liée à la conquête ottomane2. Une thèse aussi radicale que les théories de Massignon, est sans doute tout aussi discutable. Il paraît difficile de croire qu’un certain type d’organisation corporative n’existait pas avant les Ottomans : encore faudrait-il sans doute se mettre d’accord sur ce qu’était une corporation de métier, qu’on peut définir, au minimum comme une organisation professionnelle dotée d’une structure, d’une hiérarchie et d’une autorité (shaykh en Egypte, amīn en Afrique du Nord).

  • 3 Document publié par Raymond (A.), « Une liste de corporations de métiers au Caire en 1801 », Arabi (...)
  • 4 Chelebi (Evliya), Seyahatname, x, Misir, Istanbul, 1938, p. 358-386.
  • 5 Baer (G.), Egyptian Guilds, 46.

62. Il n’y a pas lieu d’insister sur un certain nombre de points qui sont bien connus. D’abord le nombre élevé des corporations, sur lequel nous disposons, pour le Caire, d’une information précise, grâce aux archives de l’expédition d’Egypte : une liste de 1801 énumère 278 corporations de métiers pour l’ensemble de l’agglomération du Caire, dont 195 pour le Caire seul3. Ce chiffre, tout à fait considérable, témoigne de la vitalité des activités économiques au Caire, mais aussi de leur extrême morcellement. On doit noter la grande variété des effectifs des corporations. D’après les décomptes (approximatifs) de Evliya Chelebi (vers 1660) les porteurs d’eau étaient 8 000, les apprêteurs de turbans trois4. Tout aussi remarquable est l’existence de corporations d’artisans et de marchands : G. Baer décompte 104 corporations d’artisans, 99 corporations de marchands, 69 corporations de transport et de services (pour 272 dans liste de 1801)5. Mais, dans nombre de métiers, les activités de fabrication et de vente étaient confondues. On doit relever enfin l’existence (ni très rigide ni très claire) d’une hiérarchie dans les métiers, les différents grades donnant lieu à des cérémonies corporatives (le shadd) : de l’apprenti (pour lequel on n’a cependant pas de nom très précis : mubtadi, ghulām), à l’ouvrier/compagnon (sāni), au maître (mu’allim, usṭā) et au shaykh (anciennement ‘arif).

  • 6 Raymond (A.), Artisans et commerçants, ii, p. 529-544.
  • 7 Le rituel est mentionné dans Lane (E.W.), Manners and Customs of Modern Egyptians. Londres, 1954, (...)

73. Un point essentiel est l’existence d’un rituel des corporations de métiers qui est exposé dans des textes assez nombreux qui portent le nom de kitāb al-Futūwa, le mot de futūwa se référant à une notion très ancienne que l’on a rapprochée de la chevalerie6. Mais la futūwa telle que nous la connaissons dans l’organisation corporative, et telle qu’elle se manifeste dans l’activité de groupes urbains, est un phénomène totalement différent. Tout permet de supposer que l’introduction de la futūwa n’a pas été antérieure à l’arrivée des Ottomans. Il convient de remarquer tout de suite que ce catéchisme corporatif, bien connu en Égypte et en Syrie, ne paraît pas avoir de correspondant en Tunisie et en Algérie qui furent, tout comme les pays arabes du Proche-Orient, soumis à la domination ottomane. Il convient aussi de remarquer que le rituel, tel que nous le décrivent nos sources (qui paraissent remonter au xviie siècle), ne concerne qu’un nombre limité de métiers (75 dans les listes les plus complètes). Enfin ces listes qui ont un évident caractère traditionnel ont fait l’objet de remaniements relativement tardifs, puisque nous trouvons dans les manuels de futūwa mention d’une corporation de cafetiers (qahwagīyaI), mais non de métiers liés au tabac (dont l’apparition est plus tardive encore). Il convient enfin de remarquer que l’information que nous avons sur la futūwa corporative nous provient entièrement de manuels spécialisés : ni les chroniques, ni les registres des qāḍi, ni les textes de fiqh ne la mentionnent, ce qui naturellement pose un problème (mais certains voyageurs, tel Lane, l’évoquent avec précision)7.

8A la base de la futūwa telle qu’elle existait au Caire à l’époque ottomane se trouvent les traditions relatives aux patrons de corporations. Par l’intermédiaire de son pīr (mot persan), chaque corporation était rattachée au prophète Muhammad : Muhammad procédait à l’initiation de Ali par la cérémonie du shadd ; puis Ali initiait 17 patrons (dont la série est très fixe d’une liste à l’autre), qui sont des « Compagnons » (aṣhāb) ; ensuite il ordonnait à Salman al-Farisi (patron des barbiers/ ḥallāqīn) de procéder lui-même au shadd des autres pīr, dont le nombre varie suivant les sources. Relevons que les 17 sont qualifiés de uṣūl (racines) et les autres de furū’ (branches). Les divergences assez considérables qui existent entre les sources (noms déformés, variantes) ne manquent pas d’être assez troublantes si ces textes étaient effectivement utilisés dans la vie courante des corporations. Relevons comme un fait également intrigant l’absence de beaucoup de métiers traditionnels dans ces listes.

9Le rituel évoqué dans les livres de futūwa a, pour moment essentiel, le shadd (qui consiste à ceindre le nouvel initié d’une ceinture à laquelle on fait un nombre de nœuds variable suivant les cas) et un serment (‘ahd). Après un long exposé sur la futūwa, ses origines et sa transmission, l’impétrant est soumis à une série de questions qui concernent la futūwa, touchent à des préoccupations religieuses et morales, mais à peu près pas aux problèmes d’ordre professionnel (le métier n’est évoqué qu’une fois). Ce rituel a survécu jusqu’au xixe siècle, et l’ordonnance des cérémonies au cours desquelles les membres de la corporation franchissaient les degrés successifs de la hiérarchie est parfaitement connue.

  • 8 Voir, sur ce problème, Raymond (A.), « Urban Networks and Popular Movements in Cairo and Aleppo », (...)

10On doit naturellement noter le caractère assez « chi’ite » de la futūwa avec le rôle prééminent qui est attribué à Ali et à sa famille dans le processus qui fait descendre le shadd, par intermédiaires successifs, de Dieu aux pīr. On ne sait si, compte tenu de l’enracinement de la vénération pour les Alides qui faisait partie du credo le plus orthodoxe au Caire, on doit en tirer des conclusions. Tout à fait négatives se sont avérées les tentatives faites pour vérifier si, comme quelques observateurs l’ont affirmé, il y avait un lien entre certains métiers et les organisations soufies. Il ne fait pas de doute que les gens des métiers étaient souvent rattachés individuellement à une tarīqa. Mais il ne semble pas qu’il y ait eu des relations « organiques » entre les corporations et les confréries et que des corporations aient été placées sous le patronage d’un saint déterminé. Lorsque des liens ont existé c’est, semble-t-il, sur la base d’une géographie commune des corporations et des confréries : tels les bouchers et les Bayyoumis du faubourg de Husayniya8.

114. Certains aspects des fonctions des corporations de métiers ont eu une grande importance dans la persistance de ces communautés au xixe siècle. L’intervention des corporations, et de leurs cheikhs, dans les différends professionnels entre les membres des corporations, ou dans les difficultés survenant entre les gens des métiers et leurs clients allait de soi. Les autorités faisaient naturellement appel aux corporations, et à leurs chefs, lorsque se posaient, en période de difficultés économiques (cherté, famine), des problèmes graves concernant les prix, les approvisionnements etc. Mais, par ailleurs, les corporations constituaient une de ces communautés qui permettaient aux autorités d’administrer la population urbaine, les hāra et les communautés ethniques et religieuses en constituant d’autres. Les cheikhs tenaient des listes de leurs administrés et les autorités avaient recours à eux pour administrer les membres des corporations, c’est-à-dire toute la population économiquement active du Caire. Par l’intermédiaire des cheikhs, il était possible de transmettre des informations, des injonctions, des demandes, en particulier fiscales. Ce rôle « para-administratif » se renforça sans doute sous les Ottomans qui favorisèrent, d’une manière générale, le développement de ces autonomies. On voit, pendant l’occupation française, entre 1798 et 1801, comment, dans les domaines de la sécurité, de la santé publique, de l’ordre urbain, les corporations de métiers constituèrent, avec les organisations de quartiers, un des rouages dont les occupants se servirent le plus communément pour administrer la population indigène, en l’absence d’administration ou d’institutions de caractère communal.

125. On ne peut enfin se dispenser de se poser quelques questions sur le système corporatif, sur sa sclérose, sur sa relative fermeture et sur son rôle dans la vie économique. Bien que l’appréciation sur les corporations ait été en général plutôt négative, les conclusions doivent être nuancées. Le système a fait preuve d’une certaine plasticité puisqu’il a pu intégrer des activités nouvelles (et même fortement discutées par les juristes les plus pointilleux), telles les métiers touchant au café et au tabac. Malgré la fermeture théorique des métiers, on ne trouve pas trace de conflits sociaux internes, et ce que nous savons des cheikhs de métiers tendrait à prouver qu’ils ne représentaient pas une caste privilégiée dans la corporation. Il n’est pas certain enfin que ce soit le cadre corporatif qui soit responsable de la stagnation de la technique et de la production, même s’il a pu contribuer à l’entretenir.

Les corporations de métiers au xixe siècle

  • 9 Fahmy (M.), La révolution de l’industrie en Egypte, Leiden, 1954.

13C’est une idée reçue que le déclin des corporations de métiers au xixe siècle est dû à la politique d’industrialisation menée par Muhammad Ali : la création, par le pacha réformateur, d’industries modernes employant, assure M. Fahmy, 200 000 ouvriers, aurait frappé à mort l’artisanat traditionnel et amené un dépérissement des corporations de métiers dans les années 1820-18409. Cette théorie a été contestée par Gabriel Baer et elle se heurte en effet à deux difficultés : la première est que nous avons des témoignages tout à fait probants indiquant que l’activité des corporations de métiers s’est poursuivie jusqu’à une date avancée au cours du xixe siècle ; la seconde est que l’industrialisation de Muhammad Ali n’a peut être pas eu l’ampleur et n’a pas remporté le succès parfois décrits.

  • 10 Martin (G.), Les bazars du Caire, Le Caire, 1910 ; Vallet (J.), Contribution à l’étude de la condi (...)

141. Les indications sur le maintien des corporations de métiers ne manquent pas, y compris chez des auteurs qui acceptent l’idée d’un déclin du système corporatif sous Muhammad Ali : voir par exemple G. Martin (Les bazars du Caire) ou Jean Vallet (Contribution à l’étude de la condition des ouvriers de la grande industrie au Caire)10. On se contentera de quelques témoignages parfaitement précis, basés sur des documents contemporains.

  • 11 Bowring (J.), Report on Egypt and Candia, Londres, 1840. Toledano (Ehud R.), State and Society in (...)

15Dans son Report on Egypt and Candia (1840), une des sources les plus précises et les plus fiables sur la situation de l’Égypte, John Bowring fait un tableau de l’organisation corporative au Caire, qui est tout à fait conforme à la situation de l’époque ottomane : nombre des corporations (164), rôle des cheikhs, activités intérieures, contrôle des autorités. « The government has, by this organization a means of action through the sheikhs, over large bodies of individuals », conclut Bowring. Ehud R. Toledano, utilisant les archives des tribunaux du Caire pour les années 1850-1853, confirme l’importance du rôle des corporations et de leurs cheikhs comme « partie du réseau urbain à travers lequel le gouvernement mettait en œuvre sa politique économique et contrôlait à la fois l’économie du souk et le marché du travail ». Les documents qu’il mentionne confirment avec netteté le double rôle, traditionnel, des cheikhs comme protecteurs des intérêts des membres de leur organisation et comme représentants de l’autorité pour l’exécution de la réglementation officielle. Enfin la loi de Ali Pacha Mubarak (8 juillet 1868) fixant le cadre de la politique d’urbanisation poursuivie par Ismaïl Pacha, qu’a étudiée G. Alleaume, est bien largement consacrée au contrôle des corporations du bâtiment, les mesures envisagées ayant pour finalités essentielles le contrôle de la qualité de leur activité et leur exploitation fiscale. Il est vrai que les stipulations de la loi constituent une critique (explicite) de l’activité de ces corporations dont il est nécessaire de redresser le fonctionnement en ce qui concerne la qualification des artisans, et la qualité du travail fourni. Mais cet effort législatif est bien aussi une preuve que, dans l’activité du bâtiment, les corporations de métiers restent, à cette date, l’élément fondamental11.

162. Il n’est donc pas douteux que les corporations de métiers ont continué à exister et à jouer un rôle actif dans la seconde moitié du xixe siècle. La question qu’on doit se poser est celle de savoir pourquoi les entreprises industrielles de Muhammad Ali n’ont pas disloqué le système corporatif.

  • 12 Marsot (A.), Egypt in the reign of Muhammad Ali, Cambridge, 1984, p. 181. Helen Rivlin, The Agricu (...)

17L’ampleur et la réussite de l’entreprise d’industrialisation de Muhammad Ali continuent de diviser les chercheurs depuis le travail de Moustapha Fahmy (1954). Voir les recherches, aux résultats très contrastés, d’Helen Rivlin (1961) qui conclut d’une manière assez négative, ou de Afaf Marsot (1984) qui reprend les thèses et les chiffres de M. Fahmy : « We can safely assume that 180 000 – 200 000 workers or 4 per cent of the population, roughly between 20 - 25 per cent of men over 15 years of age, were employed in industrial establishments, excluding cottage industries »12. Un effort industriel gigantesque qui aurait été frappé à mort par le traité de Balta Liman (1838), imposant le libre échange et interdisant les monopoles, et par le traité de 1841 qui mettait un terme aux grandes entreprises militaires et diplomatiques du pacha. Le débat entre les optimistes (M. Fahmy, A. Marsot) et les pessimistes (H. Rivlin, G. Baer, E. Toledano) ne pourra être résolu que par un recours aux archives. D’ici là, on devra se contenter d’hésiter entre deux évaluations divergentes dont l’une (200 000 travailleurs industriels) paraît un peu élevée, et l’autre (40 000) un peu trop basse. Il semble probable en tout cas que le nombre des membres des corporations traditionnelles (près de 100 000 au Caire en 1798 ?) resta très supérieur à celui des travailleurs industriels.

  • 13 Cité par Baer (G.), op. cit., p. 132.

18Il faut d’autre part considérer que les entreprises de Muham-mad Ali se développèrent dans des branches de production nouvelles, à la seule exception du tissage qui était un des points forts de l’effort industriel de Muhammad Ali ; mais dans ce cas la tentative d’instituer un monopole ne fut sans doute que partiellement suivie d’effet ; en 1870, Ali Mubarak mentionne une corporation de tisserands comptant 585 membres13. De toute manière, les corporations d’artisans qui étaient surtout affectées par l’industrialisation ne représentaient qu’une partie des corporations (38 % en 1801) le reste étant représenté par les corporations de marchands (36 %) et de services (25 %). Enfin l’effort industriel ne fut pas durable, quelles qu’aient été les raisons du déclin de l’industrie égyptienne, difficultés intérieures, ou effets de la politique libre-échangiste imposée par les grandes puissances (Grande-Bretagne essentiellement). En dehors de l’industrie du sucre (tenue par le gouvernement) et de celle du coton (entre les mains des étrangers), l’Égypte resta très peu industrialisée jusqu’au début du xxe siècle.

  • 14 Regny (E. de), Statistique de l’Égypte, Alexandrie, 1870-1871. Baer (G.), Egyptian Guilds, 46.

19Notons encore que de nouvelles corporations furent organisées au cours du xixe siècle, par exemple celle des domestiques qui est mentionnée dès les années 1830. Dans un centre comme Alexandrie qui connut un grand essor au xixe siècle, où on aurait pu s’attendre au passage à des types modernes d’organisation industrielle, l’organisation corporative se développa parallèlement à la croissance de la ville, modeste bourgade de 10 000 habitants en 1798, métropole méditerranéenne de 105 000 habitants en 1848 : E. de Regny, dans sa Statistique de l’Égypte, y énumère 140 corporations (avec 25 879 membres) en 1870. La même remarque peut être faite pour Suez, simple village en 1798, où Ali Mubarak relève, dans les années 1870, 55 corporations avec 1 527 membres14.

  • 15 Baer (G.), op. cit., p. 133.
  • 16 Toledano (E.), State and Society, p. 225-230.

203. Enfin, et ceci est un phénomène important, les corporations continuèrent à jouer un rôle essentiel dans l’organisation administrative de l’Egypte : contrôle de l’activité des membres, transmission des injonctions des autorités, levée des taxes, recrutement de travailleurs pour les chantiers du gouvernement, fixation des prix en accord avec le muḥtasib (« prévôt des marchés »). En l’absence de tout système administratif nouveau, Muhammad Ali ne pouvait que faire usage des corporations et même d’une manière plus active encore qu’à l’époque où la volonté réglementatrice du pouvoir était limitée. G. Baer a sans doute raison de conclure que ce fut la raison principale du maintien du système au xixe siècle : « Puisque le gouvernement était incapable de les remplacer par un nouveau système moderne d’administration, il lui était nécessaire de les conserver intactes afin de remplir un certain nombre de fonctions publiques importantes »15. C’est bien ce qui ressort des documents étudiés par E. Toledano dans les archives judiciaires du Caire vers 185016.

La disparition des corporations de métiers

21A la question concernant les modalités et la date de la disparition des corporations de métiers, il est difficile de donner une réponse car cette disparition ne résulta pas d’une décision gouvernementale ou administrative, mais d’un processus graduel dans lequel des éléments très variés sont à prendre en considération.

221. Un certain nombre de facteurs touchant à l’économie et à ses transformations jouèrent incontestablement un rôle important dans la dégénérescence progressive des corporations. Beaucoup de métiers traditionnels furent gravement affectés par le changement des habitudes de consommation et l’afflux progressif de biens étrangers qui se produisirent dans la seconde moitié du xixe siècle sous l’influence de la pénétration européenne. Mentionnons par exemple le travail du cuivre, un ensemble d’arts si important pour la vie quotidienne que le souk des Nahhasin, à l’époque ottomane, occupait un emplacement central au Caire, contre toute règle : les objets de fer et d’acier importés de France et d’Angleterre tendirent à se substituer aux produits de l’artisanat traditionnel. On pourrait mentionner également des activités aussi importantes que le travail du cuir ou des tissus, les produits locaux étant graduellement remplacés par des produits européens ou à l’européenne. Le changement des courants commerciaux et la mainmise progressive des étrangers sur les différents types de commerce, grand négoce, mais aussi commerce de détail (Grecs) produisirent des effets comparables sur les activités commerciales locales.

23Le développement de l’urbanisation à partir des années 1860 eut pour résultat l’afflux vers les villes, en nombre croissant, de populations d’origine rurale qui se situaient en dehors du cadre corporatif traditionnel, fondé sur un équilibre des sorties et des entrées dans les métiers (assuré par le gedik, droit - qui pouvait s’hériter, ou s’acheter - d’exercer un métier). L’essor des villes, et en particulier du Caire, dont la croissance commence vers 1860 après une stagnation presque complète depuis le début du siècle, amena l’installation de populations nombreuses n’appartenant pas aux corporations.

  • 17 Baer (G.), op. cit., p. 145.

24La modernisation de certaines activités et l’apparition de nouveaux métiers eurent les mêmes effets. Parmi les nombreux exemples que l’on pourrait mentionner, signalons : la création d’une pharmacie centrale (Clot Bey sous Muhammad Ali) et de pharmacies modernes à l’occidentale, qui marginalisa les droguistes et provoqua, à terme, leur presque totale disparition ; le développement de la distribution d’eau (le réseau est installé au Caire à partir de 1867) qui réduisit progressivement l’activité des porteurs d’eau. Tous les métiers nouveaux liés au genre de vie « moderne » qui s’imposait dans les villes, se développaient naturellement hors du cadre corporatif. Or, depuis que le pacha Saïd avait officiellement aboli les monopoles des corporations de métiers, en 1854, les corporations n’avaient aucun moyen légal de s’opposer au développement d’activités situées en dehors du cadre corporatif, ou d’interdire à des individus non membres des corporations d’exercer un métier. Il n’est pas certain que cette décision fut alors suivie d’effets. Mais elle fut confirmée et, cette fois, appliquée lorsque, vers 1887-1890, les pratiques du monopole furent abolies dans certaines professions et qu’en 1890, un décret proclama la complète liberté dans toutes les activités17.

  • 18 Idem, p. 146.

252. L’élément décisif dans le déclin et la disparition finale des corporations fut sans doute la réorganisation de l’administration égyptienne et son efficacité croissante, en particulier après l’occupation anglaise. Le nombre des fonctionnaires s’accrut et l’État fut en mesure de faire fonctionner une administration susceptible de gouverner la population, sans qu’il faille désormais faire appel à l’intermédiaire que représentaient les corporations et leurs cheikhs. Progressivement leurs fonctions administratives, fiscales et économiques se réduisirent. Il ne fut pas nécessaire de supprimer les corporations : elles disparurent d’elles-mêmes dans les dernières années du xixe siècle, entre 1882 et 1900. C’est pendant cette période que furent publiés les décrets prévoyant que les permis professionnels seraient émis par les autorités, non par les cheikhs de corporations, et que les salaires dans un certain nombre de services publics seraient fixés par les autorités. On connaît avec précision la date à laquelle les fonctions fiscales des cheikhs de corporations ont pris fin : en 1881 (donc avant l’occupation anglaise de 1882), on leur enleva la tâche de lever les taxes ; en 1890 la taxe professionnelle, dite wirkū, qui avait été créée en 1842 et qui produisait, dans les années 60, 43 % des revenus du Caire, fut abolie. Finalement la dernière des fonctions principales des cheikhs, celle de contrôler l’emploi, disparut au début du xxe siècle ; en 1902, un règlement fut pris concernant les règles d’embauche des domestiques : il ne faisait aucune mention des corporations ou de leurs cheikhs. Les cheikhs de corporations avaient donc été privés de toutes leurs fonctions, soit en vertu de mesures officielles explicites, soit du fait que ces fonctions avaient été prises en main par divers départements ministériels ou par des institutions sociales et économiques nouvelles18.

  • 19 Article publié dans le journal Images, 26 avril 1947.

263. On ne peut donc donner une date précise pour la disparition des corporations : la plupart s’éteignirent « paisiblement » sans qu’il soit possible de dire exactement quand ; on constate simplement qu’à partir d’un certain moment elles cessent d’être mentionnées, ou sont mentionnées au passé. Pour certaines, le processus fut précoce : les courtiers et les cordonniers disparurent entre 1860 et 1910; les peseurs et mesureurs ne sont plus mentionnés après 1879 ; les bouchers après 1887. Il semble qu’un nombre important de corporations disparurent dans les années 1890. Mais un certain nombre survécurent longtemps encore : les corporations de constructeurs furent réorganisées en 1889 ; celle des graveurs de sceaux en 1898 ; les âniers restèrent organisés en corporation très longtemps et le dernier décret mentionnant la corporation et son cheikh date de 1910. Les raisons pour cette longue survie sont la vigueur des traditions, la cohésion ethnique (par exemple les corporations de Nubiens) et, dans certains cas, les avantages que présentait le système pour un contrôle efficace par le gouvernement. En tout cas, après la Première Guerre mondiale, on ne dispose plus d’aucune information concernant la nomination de cheikhs ou les fonctions des corporations. Les mentions plus tardives, telle une interview, publiée en 1947, de Muhammad Cherkess, jadis cheikh de la corporation des marchands de cuivre, sur les anciens usages du métier n’ont d’intérêt que folklorique et ne constituent qu’une évocation nostalgique d’un passé depuis longtemps révolu19.

Conclusion

27L’effacement graduel, et la disparition finale, des corporations de métiers au Caire, à la fin du xixe siècle, sont donc liés aux changements survenus dans des conditions de la vie économique en Égypte. Mais ces transformations n’auraient sans doute pas suffi à entraîner cette évolution, et elle aurait sans doute été moins complète, si la structure sociale et l’organisation politique et administrative de l’Égypte n’avaient pas été profondément bouleversées, avant et après l’occupation britannique, d’une manière plus radicale encore que le changement économique.

28Le fait que la corporation se situait en dehors du système juridico-religieux dominant constitue d’autre part un élément qu’il convient de prendre en considération lorsqu’on étudie sa disparition. De ce fait les corporations ne bénéficiaient pas de l’espèce de protection que l’appartenance au complexe des institutions de caractère musulman aurait pu lui assurer : le rituel corporatif de la futūwa n’était visiblement pas ressenti comme foncièrement religieux et il ne résista guère mieux que les fonctions économiques de la corporation. Une comparaison serait intéressante entre le sort des corporations de métiers, institution non canonique, et celui de la ḥisba (préfecture des marchés), institution canonique à l’origine, mais réduite depuis trois siècles à son rôle socio-économique, et dont la disparition paraît s’être produite, au xixe siècle, dans des conditions comparables à celles des corporations.

Notes

1 Sur les corporations de métiers au Caire, voir Baer (G.), Egyptian Guilds, Jérusalem, 1965 ; Raymond (A.), Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, Damas, IFD, 1974, 2 vol. Sur les problèmes économiques, Owen (R.), The Middle East in the World Economy, 1800-1914, Londres, 1981. Sur le problème juridique j’ai bénéficié d’une communication orale de Baber Johansen et j’ai utilisé la communication qu’il a présentée au colloque « Échange commercial et hiérarchies sociales en droit musulman », dont il a bien voulu me donner le texte. Je l’en remercie très vivement.

2 Lewis (B.), «The Islamic Guilds », Economic History Review, 1937, p. 20-37. Articles de Cahen (C), « Y a-t-il eu des corporations professionnelles dans le monde musulman classique », et de Stern (S.), « The constitution of the Islamic City », dans l’ouvrage collectif sous la direction de Hourani (A.H.) et Stern (S.), The Islamic City, Oxford, 1970.

3 Document publié par Raymond (A.), « Une liste de corporations de métiers au Caire en 1801 », Arabica, 4, 1957.

4 Chelebi (Evliya), Seyahatname, x, Misir, Istanbul, 1938, p. 358-386.

5 Baer (G.), Egyptian Guilds, 46.

6 Raymond (A.), Artisans et commerçants, ii, p. 529-544.

7 Le rituel est mentionné dans Lane (E.W.), Manners and Customs of Modern Egyptians. Londres, 1954, 515 ; MUBARAK (‘Alî Pacha), Al-Khitat al-Gadīda, Bulaq, 1888, I, 101. Voir pour Damas la description classique de Qoudsi (E.), Note sur les corporations de Damas, Leyde, 1885.

8 Voir, sur ce problème, Raymond (A.), « Urban Networks and Popular Movements in Cairo and Aleppo », Urbanism in Islam, Tokyo, 1989.

9 Fahmy (M.), La révolution de l’industrie en Egypte, Leiden, 1954.

10 Martin (G.), Les bazars du Caire, Le Caire, 1910 ; Vallet (J.), Contribution à l’étude de la condition des ouvriers de la grande industrie au Caire, Valence, 1911.

11 Bowring (J.), Report on Egypt and Candia, Londres, 1840. Toledano (Ehud R.), State and Society in mid-nineteenth-century Egypt, Cambridge, 1990, p. 225. Alleaume (G.), «Politiques urbaines et contrôle de l’entreprise», Annales islamologiques, 21, 1985.

12 Marsot (A.), Egypt in the reign of Muhammad Ali, Cambridge, 1984, p. 181. Helen Rivlin, The Agricultural Policy of Muhammad Ali, Cambridge, 1961.

13 Cité par Baer (G.), op. cit., p. 132.

14 Regny (E. de), Statistique de l’Égypte, Alexandrie, 1870-1871. Baer (G.), Egyptian Guilds, 46.

15 Baer (G.), op. cit., p. 133.

16 Toledano (E.), State and Society, p. 225-230.

17 Baer (G.), op. cit., p. 145.

18 Idem, p. 146.

19 Article publié dans le journal Images, 26 avril 1947.

Notes de fin

* Professeur émérite à l’université de Provence.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable