Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tunisie au présent

 | 
Michel Camau

III - Fractures. Aspects de la dynamique sociale

11- La question syndicale contradictions sociales et manipulations politiques

Khalil Zamiti

Texte intégral

1Le syndicat serait-il un appareil d’État ou bien l’une des institutions constitutives de la société civile et dressées en tant qu’écran protecteur des droits personnels menacés par l’hégémonie unilatérale de l’étatique ?

2Infléchie par le type de société envisagée, la réponse demeure liée à une question de faits, d’accentuation et de dosage. Dans la mesure où la classe ouvrière n’est pas le tout de la société au nom de laquelle s’exprime, au plan formel, le discours gouvernemental, accusé, à son tour, en Tunisie, de connivence objective avec les classes dominantes locales et exogènes, une série d’ambiguités vont accompagner la référence faite aux « masses populaires » dont chacun des protagonistes va se réclamer.

3Pour une part, le discours syndical ne manifeste pas la position des franges les plus nombreuses et les plus déshéritées de la population, dont la déstabilisation et l’éviction des formes non spécifiquement capitalistes de production ne s’est pas accompagnée de leur intégration salariale. Ainsi, les personnes recluses dans les quartiers péri-urbains de la capitale et qui ont déferlé sur les magasins lors de l’émeute du pain de janvier 1984 sont évaluées au tiers de l’effectif global de l’agglomération tunisoise, qui englobe une proportion notable de la population totale. On estime à 30 % ou 40 % de ce tiers la fraction de ceux qui se situent en dessous du « seuil de pauvreté », défini par la dénutrition, l’incapacité de payer un loyer, l’absence d’actif dans la famille et d’insertion dans un système social de soutien.

4En outre, le Syndicat affronte les intérêts patronaux sans entraîner l’adhésion de la petite paysannerie parcellaire qui, tout en englobant l’essentiel des effectifs ruraux, participe à plus de la moitié du produit agricole, ce dernier atteignant 50 % du PIB en 1985.

5Enfin, la confusion des trois pouvoirs, en situation de capitalisme dominé, restreint aussi l’espace de tolérance de la pression ouvrière.

6Telle se dispose la toile de fond où s’inscrivent les points de rupture et de fissure par lesquels chute le mouvement syndical dans la trappe que lui tend le gouvernement, sous la paille traîtresse de l’ainsi nommée « masse populaire », sur laquelle s’adosse, désoutillée, la direction ouvrière.

7Afin de rendre compte de l’annulation autoritaire des tentatives d’acquisition de l’indépendance syndicale, il est plus édifiant de clarifier l’imbrication et les modalités complexes d’oppositions et d’alliances de ces multiples classes et fractions de classes encore engluées, pour une part, dans d’autres systèmes d’appartenances régionales et parentales manipulées par la politique, plutôt que d’immerger le tout dans les notions aussi floues qu’impressionnistes de « société gélatineuse » ou « ambiguë ».

8Face au Syndicat ainsi piégé par sa modalité d’insertion dans la société, le Gouvernement s’attribue la prérogative de juguler la revendication salariale au nom de sa conjonction régulatrice avec les autres contraintes économiques, politiques et idéologiques dont l’ordre social tout entier, qualifié d’intérêt national, serait tributaire.

  • 1 La presse, 22 janvier 1986 : 5.

9Toutefois, cet ordre impliquant l’écart outrancier des revenus, issu de l’exploitation et de la domination interne et exogène, le Gouvernement va se trouver convié à briser, avec d’autant plus d’urgence qu’approchent les élections législatives de novembre 1986, les velléités d’alliance suscitées entre les forces contestatrices émanant des foyers autour desquels tendent à se polariser aussi bien les partis d’opposition, les laissés pour compte de la croissance, que les franges ouvrières et estudiantines, les premières étant confrontées au blocage des salaires et les secondes au spectre de l’« Université libre », symbole annonciateur du désengagement des pouvoirs publics de leur rôle de formateurs face au goulot des débouchés. De surcroît, le niveau du revenu moyen des fractions de classes intermédiaires subit la répercussion de la politique « d’austérité ». A dix mois des élections législatives de 1986 et bien que le trucage des précédentes, celles de 1981 ait été reconnu par le Premier Ministre, lui-même1, la poursuite éventuelle, jusqu’à cette échéance, du conflit aigu et ouvert opposant la Centrale ouvrière au Gouvernement risquait d’induire une combinaison des voix débouchant sur un score incompatible avec l’unanimisme postulé par le type absolutiste de confusion des pouvoirs monopolisés et amalgamés sous le couvert du charisme présidentiel.

10C’est au travers de cet imbroglio que va se frayer la voie suivie par l’affrontement engagé, de part et d’autre au nom de l’intérêt général, entre la Centrale syndicale et le Gouvernement.

11En dépit du caractère brutal de l’offensive, cette prise en compte de l’insertion sociale des positions conflictuelles prémunit contre la tentation manichéenne idéalisant l’Organisation syndicale, réduite à la pure passivité d’une totalité homogène, dépourvue de clivages fractionnels, d’ambivalence et d’ambiguités, autant de leviers que le Gouvernement entreprend d’actionner en mettant à contribution la technique séculaire de la promesse associée à la menace, quitte à ce que la première soit éludée au moment opportun où la seconde s’exécute.

12L’identité des pratiques étatiques dominantes et de celles qui régissent le fonctionnement interne de la hiérarchie syndicale sont ainsi à mettre en relation avec leur insertion dans le type d’exercice et de conception du pouvoir prévalent dans la formation sociale tunisienne où, se réclamant de leur participation à la lutte pour l’indépendance, ne demeurent plus que deux leaders charismatiques dont l’un dirige l’État et l’autre le Syndicat.

13Dès lors, l’accentuation de la pression revendicatrice exercée au nom de la cause ouvrière actionne la contre-stratégie de l’élimination, propre au dilemne du pouvoir di-archique. En situation de capitalisme dominé, caractérisée, mais non définie, par le régime de légitimité restreinte ou de confusion des trois pouvoirs, la prévalence du leadership individuel sur la prégnance des appareils organisés, porteurs des droits civiques institués, est donc aussi consubtancielle au pouvoir gouvernemental qu’au contre-pouvoir syndical, tous deux procédant d’une seule et même culture politique ambiante aussi longtemps que l’organisation ouvrière n’outrepasse les limites structurelles entre lesquelles se négocie sa position.

14Dans la Tunisie de la seconde moitié de l’année 1985, l’agression organisée, en régime de parti unique, par l’appareil du pouvoir gouvernemental contre l’institution du pouvoir syndical ne présume donc pas de l’absence, au sein de celui-ci, d’arbitraire, de manipulations, de complicités et de connivences diverses et multiples entretenues avec le parti-État, confronté à la crise économique de l’endettement et à la lutte fractionnelle engagée pour la succession politique.

15Cependant, face au constat de l’agression planifiée et du démantèlement des structures syndicales, foyers de la revendication ouvrière, l’interrogation se trouve portée sur la stratégie de lutte mise en application et sur les processus d’occultation idéologique accompagnant la procédure, car, depuis toujours, c’est la violence infligée à la règle instituée qui a soulevé de nouveau, la question du droit.

16Toutefois, l’interférence et la mouvance de ces tensions, de ces équilibres provisoires et de ces contradictions plus ou moins conscientes invalident le schématisme des conceptions réduisant l’organisation syndicale à n’être qu’un appareil d’État ou un élément d’une « société civile » nettement différenciée.

***

17Dès lors, il deviendra plus malaisé d’opposer, de manière tranchée, le droit à la force, le sens à la puissance, la représentativité à la coercition et la démocratie à la dictature.

18Sans la tolérance plus ou moins complice, inhérente à l’ambiance sociétale, il devient plus malaisé, au pouvoir de n’imposer l’arbitraire que par la violence. De même, en régime de démocratie parlementaire, tel qu’il fonctionne en Occident, le remplacement gouvernemental du personnel syndical devient impraticable, du moins si la procédure est menée à découvert. En Tunisie, ce spectacle se donne à voir.

19Bien qu’il ne s’agisse, ici, d’analyser qu’une conjoncture prolongée, celle-ci, grâce au démontage d’un mécanisme essentiel, révèle avec un effet amplificateur la nature structurelle, relativement durable, mais non figée, des rapports qui relient l’État, le Gouvernement et le Syndicat en situation de capitalisme dominé.

20Durant le dernier trimestre de l’année 1985, le gouvernement tunisien, prônant un nouveau syndicalisme, participatif, celui de l’entreprise, déclenche une opération de vaste envergure, assortie de mesures administratives et financières coercitives, telles que la suppression de la retenue des cotisations syndicales à la source, pour enrayer les revendications salariales en brisant la résistance de l’Union Générale Tunisienne du Travail, la puissante centrale syndicale, fondée depuis quarante années et tirant ses titres de gloire historique de sa participation à la lutte anti-coloniale. Il déloge les représentants élus pour leur substituer des éléments inféodés au parti unique. La répression s’abat sur les espaces ouvriers et syndicaux, tandis que les nouvelles de l’effondrement successif des foyers régionaux de résistance parviennent à la Direction syndicale nationale, qui assiégée, sera doublée par un « Bureau national de Coordination » organe suprême des mounassibines, les nouveaux-venus « installés » par le pouvoir. A Tunis, les premiers locaux ne seront arrachés, le 30 octobre, qu’avec l’occupation massive par la police. Tous les moyens d’action officiels seront mis à contribution pour soutenir ceux qui, face à l’accusation d’ingérence, clament l’absence de connivence gouvernementale tout en insinuant leur autonomie.

21A Gabès, ville du sud du pays, le groupe d’ouvriers occupant le local et les abords de l’Union Régionale de l’UGTT dressera, face aux manœuvres du Gouvernement, le bastion charnel le plus dissuasif. Ce n’est que l’après-midi du 28 janvier qu’intervient l’occupation, « légalisée » par la présence d’un huissier-notaire, et assortie de l’emprisonnement du Secrétariat Général de l’Union.

22Confrontée à des faits de cette nature, la dévalorisation abstraite de l’action syndicale par certains courants politiques tend à minimiser l’ampleur de l’arbitraire. L’informulé qui sous-tend pareille insinuation, jadis fustigée en tant qu’infantilisme, revient à soutenir que si le Syndicat n’est qu’un appareil d’État, sa destructuration ne renvoie qu’à un règlement de compte mineur intervenant au sein de la réaction. L’effondrement « positif » du paravent syndical de la fausse démocratie, en dévoilant le vrai visage du régime infléchirait donc la pensée et l’action vers les seules voies conséquentes allant de l’organisation clandestine à l’affrontement armé.

***

23Trois moments jalonnent le temps fort de cet épisode encore inachevé.

24En mai 1985, intervient la rupture des négociations salariales entre le Gouvernement, désormais désireux de soumettre la revalorisation des salaires à l’accroissement de la productivité du travail et l’UGTT, maintenant le principe de l’alignement de l’indice des salaires sur celui des prix.

25Réunies les 19, 20 et 21 décembre, les assises du Comité central du Parti socialiste destourien s’érigent en séances clôturales du succès de l’opération de « redressement de l’action syndicale ».

  • 2 UNTT : Union Nationale Tunisienne du Travail.

26Enfin, le 20 janvier 1986 est assainé le coup de grâce à l’occasion de la célébration gouvernementale du quarantième anniversaire de la fondation de l’UGTT. A l’adresse des membres du « Bureau National de Coordination » et de ceux du « Bureau exécutif » de l’UNTT2, organisation formée à la suite d’une scission opérée par la fraction droitière de l’UGTT, le Premier Ministre et Ministre de l’intérieur M. Mzali, lançait l’ultimatum final :

27« Vous vous trouvez aujourd’hui devant l’alternative suivante : ou vous faites preuve de circonspection et écoutez attentivement l’appel du Combattant Suprême en sa qualité de père de tous les Tunisiens, et en premier lieu des travailleurs, pour vous engager dans la voix du redressement et de l’unification et adoptez une charte syndicale nationale ou alors vous vous placez dans une situation d’incertitude et balancez dans le camp des achouristes, ce qui ne manquera pas d’aboutir à la confrontation. Mais quoi qu’il en soit, les vainqueurs seront Bourguiba, son Parti et son État ».

28L’ordre sera exécuté la nuit même suivant cette harangue, avec l’occupation des derniers locaux syndicaux de la capitale encore gardés par la Direction légale de l’UGTT. Dans le discours, tous avaient flairé le relent de mise à mort émanant de cette formulation générale : « Pour moi, l’affaire est terminée ». Pour le Premier Ministre, l’accord conclu, le 11 décembre, entre le Gouvernement et le Syndicat, au prix de l’éviction d’Habib Achour, avait été rompu par la désignation, le 12 janvier, à la tête de l’UGTT, du même Secrétaire Général, dont le Gouvernement avait demandé et fini par obtenir le limogeage.

29Ce refus de poursuivre la piste frayée par l’autre, tout en arborant les allures téméraires du chant du coq poussé par une fraction de la direction syndicale tâchant de remonter à contre-courant le torrent qu’elle avait suivi jusqu’au bord du précipice gouvernemental, valide l’interprétation dynamiste, et infirme la réduction de l’acquiescement initial à la pure passivité. Les déterminismes se combinent à la liberté de s’y soumettre.

30La décision annulant la défection initiale, ayant été adoptée dans des conditions de négociation moins propices qu’au début du processus, atteste que les attitudes et les motivations dont elle fut tributaire ne procèdent pas seulement de l’intensité des contraintes extérieures et subies, mais aussi d’un éventail de contre-stratégies individuelles et collectives allant selon le degré de conscience politique et les échelles de valeurs matérielles ou symboliques, de l’adoption active et complice de la procédure gouvernementale à son rejet. En dépit de l’ampleur des pressions et, à moins de postuler une généralisation exorbitante de l’héroïsme révolutionnaire, ceux qui cédèrent choisirent de céder.

31Achevant son discours, le Premier Ministre « suggère » alors un délai ultime de trois mois pour la tenue d’un congrès extraordinaire de l’UGTT nouvelle manière. Les élections législatives approchent, et il était temps de mettre le personnel syndical dirigeant hors la loi pour lui substituer un autre qui ferait front commun avec le Destour.

32En écho à la « proposition » gouvernementale, le « Bureau National de Coordination » rend publique, le jour même, dans l’après-midi, une déclaration où l’on peut lire : « Le Bureau National de Coordination affirme à l’opinion publique que cette suggestion qui traduit l’attachement du gouvernement à préserver l’unité des rangs ne peut se concilier avec les vœux et désirs de certains membres du Bureau Exécutif ayant à leur tête le camarade Taïeb Baccouche qui s’est érigé en défenseur des intérêts des communistes, gauchistes et extrêmistes achouristes qui ne représentent qu’eux-mêmes ».

  • 3 Raid de l’aviation israélienne, le 1er octobre 1985, sur le quartier général de l’OLP, à Hamman Ch (...)

33L’aveu gouvernemental du désaveu populaire est l’obligation où se découvrent les dirigeants de désigner l’objet sans cesse renouvelé du ressentiment. Après l’hypertrophie du « danger libyen », l’intermède israélien3, vite abrégé, la déviance syndicale, la corruption, voici qu’est maintenant réinventé le communisme.

34Face au coup de force extra-syndical, il s’avère que la confusion des pouvoirs fragilise les assises institutionnelles des droits civiques au point que l’absence de recours contre l’hégémonie de l’étatique laisse peu d’espace de négociation entre le consentement à la coercition et l’explosion insurrectionnelle. L’acceptation obligée de l’arbitraire prolonge ainsi la nature du pouvoir qui tend à saturer aussi les lieux d’expression intellectuelle des conflits.

35Pourtant, en dépit de l’évidence, l’idéologie officielle, niant l’ingérence, maquille l’entreprise présentée à l’opinion publique sous la forme d’une séquence intra-syndicale. Le gouvernement ne fut que le spectateur d’un processus intervenu hors de lui.

36Quelle est donc la raison du simulacre ? Un premier constat guide l’analyse : le camouflage prend racine dans l’espace lacunaire formé par l’absence de référent commun assignable à deux ordres irréductibles de discours, celui du labeur et celui du pouvoir.

37Pour ce dernier et au-delà des faux-semblants coutumiers incriminant, par exemple, l’anti-démocratisme pratiqué au sein de la centrale ouvrière, à l’origine était la crise.

38En effet, la loi d’airain des temps modernes sur laquelle s’adosse et s’arc-boute la justification économiste de l’intransigeance gouvernementale manifestée à l’encontre de la revendication salariale situe, aux sources initiales du raisonnement, l’ampleur, devenue prohibitive, de la dette extérieure érigée, par le gouvernement, en priorité majeure de l’action.

39Dans le même temps où chutent les revenus pétroliers, qui représentent 40 % de la valeur des exportations, et ceux des phosphates, qui totalisent avec les industries manufacturières 20 % des exportations, la dette s’amplifie pour atteindre le niveau annuel de 480 millions de dinars (MD), alors que le montant des investissements n’est que 1 800 MD.

40Cet handicap intervient malgré la performance de l’agriculture qui a contribué pour 50 % à la croissance du PIB en raison, pour une part, de la régression d’autres secteurs. Ayant reçu quelques 20 % du total des investissements, l’agriculture a fourni, grâce à une bonne pluviométrie, 20 millions de quintaux de céréales, 200 000 tonnes d’agrumes, 53 000 tonnes de dattes et 100 000 tonnes de production oléïcole.

41Afin de faire face à l’endettement, le gouvernement énonce l’impératif catégorique de dégager un excédent en devises par l’accroissement du volume, de la qualité et de la valeur des exportations.

42Mais, pour conquérir les marchés en régime concurrenciel, la compression des coûts de production, exigée par la compétitivité, oriente alors vers le blocage des salaires vu que l’action éventuelle exercée sur la composition organique du capital bute sur l’horizon bloqué par l’effet limitatif des rapports internationaux d’inégalité.

43Que dire en effet d’une économie satellisée et dépendante d’un secteur métropolitain lui-même mis en difficulté par le transfert intersectoriel des profits lorsqu’on sait que depuis 1973 l’augmentation en Occident de l’indice des prix du post-industriel (nucléaire, énergie, informatique) a atteint le double de celui des prix des industries classiques (automobile, travail à la chaîne).

44Si donc elle n’est relative, la plus-value ne saurait être qu’absolue. De là s’opère la conversion de la revendication syndicale en menace politique de déstabilisation du régime si le niveau de la ponction allouée à la consommation ostentatoire des privilégiés est maintenu.

45Le processus d’alignement forcé de la parole syndicale sur la voix gouvernementale chevauche ainsi, au plan du débat démocratique, les mécanismes politiques de la défense du taux de profit par le recours à la plus-value absolue.

46La limitation du coût de reproduction de la force de travail étant imposée par la défense politique du taux de profit, c’est le discours syndical qui se pliera à la parole étatique, la distribution des espaces de rigidité et de mouvement où évoluent les acteurs collectifs étant indissociable du jeu de positions du capital et du travail.

47Mais la violence étant patente et l’État réel ne pouvant se défaire de l’idée de l’État-représentant de l’intérêt général sans se dévoiler en tant que support déclaré de la terreur partisane, le contre-pouvoir sera contraint à énoncer lui-même les mots du Pouvoir.

48Cette émission forcée de la parole des nantis par les représentants présumés de la classe ouvrière et qui se réduit à « faire dire » au lieu de dire fait ainsi apparaître la démocratie comme étant la mauvaise conscience du Pouvoir.

49C’est alors le glissement individuel ou collectif dans l’engrenage sans fin de ce labyrinthe gradué et piégé du faire dire qui explique l’énigme apparente de ce déroutant paradoxe des changements de rôles mutant le révolutionnaire d’aujourd’hui en réactionnaire de demain et la victime actuelle en futur bourreau.

50Le Pouvoir fonde son accusation d’aujourd’hui sur un comportement qu’il a lui-même ordonné hier.

51Ainsi commence à se dévoiler l’astuce procédurière savemment planifiée et qui va bientôt être érigée en technique de gouvernement, c’est-à-dire de manipulation des hommes.

52Pour dévider le fil blanc avec lequel est conçu le système occultatif, il suffit donc de s’abstenir de placer la charrue avant les bœufs pour en arriver à restituer l’enchaînement effectif des antécédences et des conséquences. Une pression permanente est exercée par le Pouvoir sur la direction de l’UGTT pour qu’elle se dessaisisse de certains de ses éléments accusés de communisme.

53Déclenché, pour une part tout au moins, à la demande du Pouvoir, le comportement non-démocratique pratiqué par le Secrétaire général à l’intérieur de l’organisation syndicale fournit le prétexte manipulé par le Gouvernement pour asseoir son hégémonie sur les travailleurs.

54L’oppression interne à l’UGTT non seulement participe du Pouvoir mais devient le fondement de sa stratégie de destructuration de la résistance ouvrière manifestée contre le blocage des salaires.

55Une fois la figure de proue écartée — le Secrétaire Général de l’UGTT étant placé en résidence surveillée à son domicile —, la même procédure consistant à ne frapper qu’après avoir coupé l’adversaire de ses racines va maintenant décaler son point d’application d’un cran pour s’attaquer au niveau suivant de responsabilité : le Bureau Exécutif. Le Gouvernement lui demande, directement et par l’entremise menaçante de « Comités Provisoires » installés par la force, de démettre le Secrétaire Général de ses fonctions, de l’exclure de manière définitive et d’exiger des poursuites pour connivence avec l’ennemi (la Libye), mauvaise gestion des deniers de l’UGTT et conduite non démocratique.

56Le choix imposé est clair : se soumettre ou se faire démettre. Ou bien, le Bureau Exécutif s’exécute, ou alors, c’est à son tour, de subir l’assaut frontal de la machine infernale qui le menace d’élimination. Il n’accepte que de cautionner l’éviction du Secrétaire Général sans demander de jugement et procède à la désignation d’un remplaçant.

57Ainsi discrédité par ce premier recul tolérant l’arbitraire exercé à l’encontre du Secrétaire Général, le Bureau exécutif devient alors d’autant plus vulnérable que sa défection initiale restreint sa base syndicale et populaire de soutien.

58L’astuce consiste à provoquer une première désolidarisation formelle puis de prendre appui sur elle pour la manipuler, telle un argument constitutif de la preuve effective du bien fondé de l’accusation initiale que les accusateurs-malgré-eux se refusaient d’abord, de formuler.

59La retraite originelle, annonciatrice de la débacle finale, se métamorphose en pièce à conviction de la culpabilité affirmée en vue du procès réclamé.

60La réaction en chaîne fonctionnant par la tactique du « faire dire » place, à chaque recul, dans une position pire que la précédente.

61En théorie, la procédure ne saurait donc être contrée qu’en ne cédant jamais. Mais, en pratique, il demeure à établir si l’occupation du poste initial dépend des forces propres ou de celles du vis-à-vis, cette différenciation s’inscrivant sur la ligne de partage qui sépare le Politique du Syndical. Cette procédure d’incitation obligée de l’acteur à commettre le geste qui le désarticulera de sa base sociale de soutien est d’une application si générale qu’elle suggère aussi bien la technique du bûcheron confronté à un tronc trop considérable dont il entreprend d’abord de sectionner les racines qu’à la tactique militaire de coupure de l’ennemi de ses arrières. Pour une théorie de l’action, la formalisation logique de ce jeu de positions des protagonistes est simple :

62A fait pression sur B pour qu’il agresse C puis capte la désolidarisation de C de B pour agresser B sans que C le soutienne, la haine antécédente retardant la prise de conscience des nouveaux enjeux actualisés par la situation présente.

63Ensuite A convertit la neutralisation du soutien de D à C du fait qu’il a agressé B pour finir par affaiblir l’ensemble des maillons de la chaîne en dissolvant les liens de solidarité qui soudaient les éléments du groupe antagoniste.

64Si les déterminants structuraux de la démocratie et de l’autoritarisme sévissant dans les pays du capitalisme dominant ou dominé demeurent encore matière à conjecture, une ligne de partage distingue néanmoins les pratiques de ces deux types-idéaux de régimes politiques et d’agencement institutionnel des pouvoirs.

65En effet, lorsque le gouvernement et les institutions porteuses des droits civiques entrent en rapport frontal d’exclusion, c’est le premier qui encourt le risque de tomber, par voie électorale, en régime démocratique et ce sont les secondes qui tendent à sombrer en régime autoritaire. De ce point de vue, l’épisode du « Watergate » exhibe, en dépit de son intervention dans la citadelle mondiale de l’impérialisme, le contre-type de la performance tunisienne de démantèlement policier du syndicat.

66Ainsi, dans la Tunisie d’aujourd’hui, l’entreprise de démantèlement des structures syndicales conduit à l’interrogation portée sur les conditions étatiques de violation gouvernementale des droits institués et sur les processus idéologiques d’occultation de ces pratiques.

67Cette séquence rejoint la problèmatique générale du pouvoir et des droits, la raison ultime du monologue étant de biffer la vision antagonique du monde et donc d’occulter l’un des aspects constitutif du réel, chacun d’entre eux légitimant la négation de l’autre tant que se poursuit la lutte.

68Pour la définition et la délimitation de son objet, l’anthropologie politique entière demeure, en fait, tributaire de ce camouflage primordial de l’arbitraire lové dans le pouvoir.

69Les stratégies adoptées par les protagonistes ne dépendent pas que de la conscience des sujets mais aussi des moyens dont ils disposent en fonction des positions occupées et à partir desquelles se découvrent les modalités pratiques de l’action.

70Janvier 1986

Notes

1 La presse, 22 janvier 1986 : 5.

2 UNTT : Union Nationale Tunisienne du Travail.

3 Raid de l’aviation israélienne, le 1er octobre 1985, sur le quartier général de l’OLP, à Hamman Chou.

Auteur

Khalil ZAMITI, Professeur (sociologie), Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales (CERES), Tunis.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540