Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tunisie au présent

 | 
Michel Camau

II - Réformes. L'État tutélaire : système politique et formes sociales

7- L’industrie : mythe et stratégies

Hassine Dimassi et Hédi Zaiem

Texte intégral

« Soigne moi avec celle qui fut le mal »
ABU NUWAS Poète arabe du viiie siècle

1Quand on parcourt discours et documents officiels tunisiens relatifs aux questions économiques ou au développement en général, on est frappé de constater à quel point l’industrialisation s’avère une option solidement ancrée depuis l’indépendance.

  • 1 Voir, à ce sujet, Camau (Michel). « Le discours politique de légitimité des élites tunisiennes ». A (...)
  • 2 Discours du Président Bourguiba du 6 février 1961.

2Le trait tire, sans doute, ses racines de l’idéologie moderniste de l’élite dirigeante1 : le «développement» est assimilé à l’industrialisation et celle-ci à une transposition simple et progressive de ce qui se fait dans les pays industriels avancés. Le Président Bourguiba énonçait cette problématique, lorsque, en 1961, il déclarait : « Pourquoi nous ne ferions pas comme eux (les pays industriels avancés) à notre tour, alors qu’ils œuvrent en plein jour, alors que certains d’entre eux sont disposés à nous aider et à mettre à notre disposition leurs services et leur expérience acquise au cours des siècles ? Ils ne demandent qu’à nous initier à leurs techniques »2.

  • 3 Déclaration de M. Bahi Ladgham, alors Secrétaire d’Etat à la Présidence. L’Action, 6/2/69 : 5.

3Néanmoins, l’idéologie de l’industrialisation se veut paradoxalement refus des idéologies et se fixe pour objectif l’homogénéisation sociale. Les problèmes des pays sous-développés se poseraient moins en termes de choix idéologiques que de techniques de rattrapage des pays industrialisés indépendamment de leur organisation sociale et politique : « Un simple coup d’œil sur le monde qui nous entoure nous permet de constater que, indépendamment de la conception du rôle et des droits de l’individu, les pays développés de l’Est et de l’Ouest on atteint un niveau social et économique qui tend à s’égaliser. Cet équilibre est dû au progrès technologique »3.

  • 4 Perspectives Décennales de Développement 1962-1971 : 87.

4Véritable philosophie du développement, l’industrialisation était perçue par les responsables politiques comme la « solution universelle » à tous les problèmes hérités de l’époque coloniale. Ainsi, pouvait-on lire dans les Perspectives décennales de développement 1962-1971, document fondateur de la planification tunisienne : « Le développement industriel prévu par la présente perspective doit assurer une nette amélioration du niveau de vie de la population et corriger les déséquilibres actuels entre les secteurs et les régions, tout en contribuant à la solution du problème de l’emploi »4.

5L’option industrialiste témoigne d’une permanence étonnante. Plus précisément, elle a connu une réelle constance dans le rôle central qui lui a toujours été dévolu pour le dépassement des contraintes et des blocages du processus d’accumulation. Bien que, à plusieurs égards, elle ait été le facteur principal de génération de ces contraintes et blocages.

6Cette permanence et cette constance, en dépit de schémas de développement apparemment très différents, confèrent à l’industrie la valeur d’un véritable mythe qui ne semble pas près d’être remis en question. Encore que l’on puisse se demander dans quelle mesure elle traduirait moins la survivance d’une aliénation idéologique que la remise à l’ordre du jour d’une idéologie pour justifier et conserver un édifice par ailleurs fortement fissuré.

7Nous nous proposons de faire ressortir la permanence et la centralité du mythe à travers les mutations de la stratégie et le glissement imperceptible de son statut d’idéologie d’une élite vers l’idéologie d’une classe.

LES ANNÉES SOIXANTE : UNE TENTATIVE DE « DÉVELOPPEMENT CONSTRUIT »

8On se réfère aujourd’hui couramment à la « décennie soixante ». A plusieurs égards, cette période constitue une entité, en particulier au niveau de la stratégie de développement. Si l’on devait caractériser celle-ci brièvement, on parlerait de « tentative de développement construit » : une action volontaire et systématique de transformation de la société, et ce à travers des réformes structurelles visant à asseoir les bases d’un appareil productif moderne et à établir un certain équilibre, à la fois, entre les secteurs, les régions et les catégories sociales.

9Même si l’héritage colonial était là avec son cortège de chômage et de déséquilibres, ceux-ci ont constitué le point de départ pour l’élaboration d’une stratégie qui se voulait globale et cohérente.

  • 5 Bahroun (Sadok). La planification tunisienne. Tunis, MTE, 1968 : 74.

10Cette volonté apparaît, au moins et surtout, au plan des discours et des intentions qu’ils affichent. La réalité des résultats ne manquera pas de souffrir d’un certain « empirisme ». L’observation vaut en particulier pour la stratégie industrielle, comme en témoignent les propos de S. Bahroun : « Pour l’industrie, nous avons retenu tous les projets destinés à transformer sur place les matières premières exportées à l’état brut dans la mesure évidemment où ces produits transformés pouvaient être écoulés sur les marchés extérieurs, ainsi que tous les projets destinés à substituer des produits nationaux aux produits de consommation jusque là importés dans la mesure également où l’exiguité du marché tunisien permettait de fabriquer ces produits dans des conditions relativement compétitives. (...) Cela était dû au fait qu’il n’existait à l’époque que très peu de projets connus en matière industrielle. (...) Nous ne nous sommes pas par conséquent laissés enfermer dans de faux dilemmes : faut-il commencer par l’industrie lourde ou l’industrie légère, faut-il préférer l’industrie à l’agriculture etc. ? A cette époque le problème n’était pas tellement de choisir entre plusieurs possibilités mais plutôt de rechercher ces possibilités quelles qu’elles soient »5.

11Ainsi, la stratégie des années soixante en matière industrielle s’est-elle concrétisée pour l’essentiel dans la valorisation des principales matières premières exportées auparavant sous forme brute (phosphates, alfa, minerais de fer et de plomb) et l’implantation de quelques industries dites d’import substitution, en particulier dans les domaines du textile et des produits alimentaires.

12Cependant, cette forme d’industrialisation va rapidement atteindre ses limites dans la mesure où elle s’est affrontée à trois contraintes fondamentales.

13La première est la faiblesse de la demande solvable. La compression du pouvoir d’achat de la majeure partie de la population découlant de la faiblesse de la masse des salaires et des revenus des petits producteurs indépendants, n’a pas permis l’élargissement, voire même la préservation, de la demande intérieure. La faiblesse de la masse salariale est due à la fois au blocage presque systématique des salaires et au niveau restreint du nombre d’emplois créés. En effet, tout au long des années soixante, les salaires ne seront révisés qu’une seule fois en 1966 ; les créations d’emplois n’ont guère dépassé une moyenne annuelle de 13000, soit à peine la moitié de la demande additionnelle. Par ailleurs, le blocage systématique des prix à la production des principaux produits agricoles, et l’insertion forcée de la petite bourgeoisie commerçante et des paysans dans les structures coopératives ont entraîné une paupérisation prononcée de ces catégories.

14Cette compression du pouvoir d’achat a été souvent aggravée par des prix à la consommation relativement élevés, pour les produits industriels, dus à la faible maîtrise des moyens de production qui ont entraîné de lourdes charges d’exploitation surtout au niveau des frais d’amortissement et de maintenance de ces moyens.

15La deuxième limite est la faiblesse de l’emploi créé. En effet, le recours démesuré au financement extérieur, surtout sous forme de crédits fournisseurs, a imposé des techniques de production fortement capitalistiques et par conséquent très peu créatrices d’emplois. Il faut dire que la techno-bureaucratie promotrice de ces industries, fortement aliénée par les idées de modernisme et d’efficacité, a été d’emblée prédisposée à ce type de choix. Il en a découlé une destruction des activités artisanales traditionnelles, non relayée, du moins au niveau de l’emploi, par les nouveaux projets.

16Les industries créées ont, enfin, engendré de grandes difficultés au niveau des paiements extérieurs, dues au recours excessif au financement extérieur, au peu de choix quant à la taille et la nature des technologies de production et aussi au contenu en importation des investissements réalisés et des consommations intermédiaires qui leur sont liées. D’ailleurs, à la fin des années soixante, on assistera à une tendance – apparemment paradoxale – de retour à la forme agro-minière par un ralentissement des investissements dans les industries manufacturières et leur réorientation vers les industries extractives (pétrole, phosphates) et ce, à la recherche du maximum de ressources en devises. A la fin de la décennie, le taux d’endettement extérieur atteindra 49,8 % contre 21,4 % en 1961, le coefficient de service de la dette extérieure passera lui de 1,4 % en 1961 à 16,5 % en 1966 et 19,1 % en 1970.

17Ces contraintes de plus en plus étouffantes vont mener vers un blocage du schéma d’industrialisation et imposer un revirement dans la politique industrielle. Ce blocage est bien exprimé dans cette déclaration d’un ancien Ministre de l’Economie : « Une industrialisation destinée essentiellement au marché national a prouvé ses faiblesses par l’impossibilité d’atténuer l’acuité des problèmes de l’emploi et de réaliser les conditions de compétition nécessaires pour son propre épanouissement. Le développement de la sous-traitance ne constitue qu’une solution partielle eu égard à l’effort d’investissement important qu’elle nécessite sur le plan national et à l’insécurité dans laquelle se trouvent les entreprises exportatrices du point de vue marché. Il est donc indispensable de rechercher des stratégies qui répondent aux objectifs suivants :

  • création du plus grand nombre d’emplois,

  • accélération du taux de croissance de l’économie que ne permet pas de réaliser une industrie dont les objectifs restent limités au marché local,

    • 6 Conférence de presse de M. Tijani Chelly du 27 décembre 1971.

    amélioration des recettes en devises »6.

LES ANNÉES SOIXANTE-DIX : DE LA TENTATIVE D’INDUSTRIALISATION « PAR CONTAMINATION » À LA TENTATIVE D’INDUSTRIALISATION « SPONTANÉE »

  • 7 La loi du 27 avril 1972 accorde aux entreprises destinant en totalité ou en partie leur production (...)

18Ainsi, à partir du début des années soixante-dix la politique industrielle va-t-elle s’orienter de plus en plus vers l’extérieur afin de résoudre de manière simultanée les trois contraintes nées de la phase antérieure. L’appel à l’investissement direct des partenaires étrangers, surtout dans le cadre de la loi d’avril 19727, permettait d’élever le niveau des investissements et donc de l’emploi tout en levant les contraintes sur les paiements extérieurs, les partenaires étrangers – en association avec des nationaux souvent – apportant les capitaux et garantissant les débouchés.

  • 8 Conférence de presse de M. Mansour Moalla du 16 janvier 1973.

19Outre cet aspect « recette », cette orientation revêtait, dans l’esprit et le discours des responsables, l’aspect d’une stratégie c’est à dire d’un processus cumulatif et élargi aussi bien au niveau quantitatif que qualitatif, par le canal de l’élargissement de la sphère de circulation (distribution de salaires et, donc, création d’une demande intérieure substantielle), ce qui offrait marché à d’éventuels investisseurs locaux. Par ailleurs, le contact de la main d’œuvre locale et des hommes d’affaires avec les technologies ainsi installées ne manquerait pas de contribuer à constituer une classe d’entrepreneurs, et une main d’œuvre qualifiés et apte à promouvoir une industrie locale, comme le souligne un ancien Ministre du Plan : « L’objectif de la loi d’avril 1972 est double. Social d’abord, car elle promeut l’emploi et permet à nos émigrés éventuels l’économie du déracinement et de la pérégrination. Economique ensuite, dans la mesure où elle permet à nos industries naissantes de croiser le fer avec les industries européennes... d’ailleurs cette disposition législative a d’ores et déjà donné des signes avant coureurs d’efficacité puisque l’activité économique semble avoir depuis été fouettée et l’esprit entrepreneur refaire surface »8.

  • 9 Voir, à ce propos, Ben Slama (Moncef). « Croissance économique des pays de petite taille largement (...)
  • 10 Par exemple, en 1977, malgré le fait que la Tunisie était liée par un accord de coopération économi (...)

20Cette stratégie n’aura pas le temps de faire long feu. Les raisons sont multiples9 (9). Elles relèvent en premier lieu de la politique protectionniste suivie par les principaux partenaires commerciaux traditionnels de la Tunisie (la CEE en particulier) confrontés eux-mêmes à une crise de restructuration10.

  • 11 Pour preuve, cette déclaration de M. Hédi Nouira, alors Premier Ministre : « L’agriculture étant fo (...)

21En second lieu, l’avantage comparatif de la Tunisie dans cette opération – à savoir le niveau relativement bas du coût de la main d’œuvre – tendait à disparaître. En effet, la perte de la maîtrise des prix à la consommation des principaux produits servant à la reproduction de la force de travail imposait objectivement des augmentations fréquentes et substantielles des salaires nominaux ; augmentations qui entraient en contradiction avec la tentative d’ouverture sur l’extérieur et la préservation d’un minimum de compétitivité des produits tunisiens. Cette perte de la maîtrise du coût de reproduction de la force de travail trouve, en grande partie, son origine dans la marginalisation de l’agriculture, fruit elle-même d’une obsession aliénante par l’industrie11.

  • 12 Ben Slama (Moncef), étude déjà citée : 55.

22Enfin, la « contamination » espérée de l’appareil productif local n’aura pratiquement pas lieu. « La faiblesse des relations d’intégration des industries orientées vers l’exportation avec les secteurs nationaux explique l’importance des fuites (...) ces industries opèrent en quelque sorte comme des enclaves »12. Même l’effet sur l’emploi restera limité, puisque ces industries ne créeront entre 1973 et 1978 que 23000 emplois, soit le quart des emplois nouveaux dans les industries manufacturières.

  • 13 Voir Tableaux i, ii et iii en annexe.
  • 14 On entend ici par recettes pétrolières, celles provenant de la patente et de l’impôt sur les revenu (...)

23Par ailleurs, cette stratégie sera en quelque sorte « court-circuitée » par l’augmentation brutale et substantielle de certaines rentes à partir du milieu des années soixante-dix. En effet, l’augmentation subite du prix du pétrole, les recettes croissantes du tourisme et de l’émigration vont permettre, non seulement de déclasser la contrainte des paiements extérieurs, mais aussi de renfluer les caisses de l’Etat13. Les recettes de celui-ci provenant de l’exploitation pétrolière14 sont passées, à titre d’exemple, de 16,3 Millions de dinars en 1973 à 66,4 MD en 1974 et 73,5 MD en 1975. Après une relative régression leur croissance reprendra de plus belle en 1979 pour atteindre le chiffre de 395,5 MD en 1982.

24Le déclassement de la contrainte sur les paiements extérieurs dans l’échelle des priorités va permettre aux responsables de se focaliser sur la principale contrainte qui persiste, à savoir l’emploi. Dès lors ce dernier va devenir le moteur d’une dynamique industrielle fébrile et spécifique qui donnera libre cours à un nouveau type d’industries : « les industries relais de consommation » (ensachage, montage, petite transformation), vivant d’importations massives en amont, du développement du pouvoir d’achat des salariés en aval, et suscitant souvent de nouveaux besoins.

25L’implantation de celles-ci sera largement favorisée – toujours au nom de l’emploi érigé en absolu – par l’instauration d’un système de soutien financier et d’encouragements fiscaux à la faveur de l’aisance financière de l’Etat. A cet effet, une armada de textes législatifs et d’organismes spécialisés sera mobilisée (loi d’août 1974. FOPRODI, API, AFI...).

  • 15 Pour avoir une plus ample idée sur le cadre idéologique de cette stratégie, voir l’important discou (...)

26Cette dynamique, outre la solution espérée au problème de l’emploi, revêtait la dimension d’une stratégie. Le mouvement suscité et soutenu au départ s’autonomiserait progressivement et génèrerait un élargissement entretenu et durable de la base économique et une plus grande « efficacité ». Dans ce processus attendu, une foi particulière en les vertus bienfaisantes du libéralisme et de l’initiative individuelle était affichée15.

27On a glissé ainsi imperceptiblement, au niveau de la philosophie du développement industriel, de ce que nous avons appelé « l’industrialisation par contamination » à ce qu’on pourrait appeler « l’industrialisation spontanée », où l’économie est perçue comme une culture – au sens bactériologique du terme – où il suffirait de déposer le germe et d’encadrer l’évolution de la dynamique, la fermentation faisant le reste.

28Cette politique donnera, certes, quelques résultats au niveau de l’emploi. La part des industries manufacturières dans la création totale d’emplois passera, en effet, de 34 % en 1974 à 49 % environ en 1980 ; soit une moyenne de 18000 emplois créés par an contre moins de 4000 pendant les années soixante.

  • 16 Voir Tableau iv en annexe.

29Cependant cette industrialisation va s’accompagner d’un remarquable développement des importations16 et d’une forte croissance de la charge sur les finances publiques.

30En effet, la nature même des industries implantées, et qui jouaient un simple rôle de relais entre les importations et la consommation finale, se traduisait par un alourdissement croissant des importations de biens d’équipement et de demi-produits. Entre le début des années 1970 et celui des années 1980 ces importations ont été multipliées par sept.

31D’autre part, les revenus distribués et l’amélioration du pouvoir d’achat et de la demande intérieure qui en a découlé ont induit un important développement des importations des biens de consommation alimentaires et non alimentaires, nourri par un grand bouleversement des normes de consommation de larges couches de la population. En fait, contrairement aux années soixante, ces industries sont moins venues se substituer à des importations, qu’y ajouter de nouvelles à travers une demande qu’elles ont souvent suscitées ; de telle sorte qu’il est strictement impropre de les qualifier d’import substitution.

32De la même façon, et afin d’encourager ces industries, l’Etat a été amené à agir à coups d’exonérations et de subventions. Le code des investissements de 1974 et les différents textes similaires prévoyaient, non seulement, des exonérations fiscales partielles des bénéfices provenant de ces industries, mais aussi, des subventions pour leurs promoteurs, à fonds perdus. Ceci s’est traduit évidemment à la fois par un manque à gagner pour l’Etat et des charges supplémentaires pour le Budget.

33Parallèlement, l’Etat s’est chargé, dans une grande proportion, d’assurer une partie du coût de reproduction de la force de travail, et ce, à travers les dépenses de la Caisse Générale de Compensation (CGC) et/ou d’énormes subventions aux entreprises publiques fournissant des biens ou des services de consommation. En effet au cours des années 1970 les dépenses de la CGC servant pour l’essentiel à soutenir les prix à la consommation des produits alimentaires ont été multipliés par 26 (231,2 MD en 1981 contre 8,9 MD en 1972).

34En somme, toute cette dynamique industrielle aura abouti à installer une mécanique tentaculaire dont les différentes rentes constituent le carburant et le lubrifiant. Cette industrie relais de consommation est aussi une mécanique de recyclage de la rente, recyclage dont ont, certes, profité les salariés et, surtout, la classe des « industriels » qui a brutalement émergé à la faveur de tout ce système. On comprend alors que la mécanique ait commencé à grincer et à se gripper dès que la rente a amorcé une tendance à l’essoufflement. Sous l’effet de la stagnation et, même, de la régression de la production de pétrole brut, accompagnée d’une chute de ses prix, la croissance de la rente a commencé par décélérer pour s’essouffler complètement à partir de 1985 ; de sorte que l’on a assisté, pour la première fois depuis 1974, à une baisse de celle-ci en termes absolus.

35Cette tendance a eu un impact négatif, non seulement sur les recettes extérieures en devises, mais aussi et surtout, sur les recettes du budget de l’Etat. Par ailleurs, la conjoncture défavorable qui a touché le secteur touristique, combinée avec le phénomène de retour des émigrés ont contribué à rendre encore plus aigu le problème des recettes extérieures.

  • 17 Voir Er Raï, (350), 6 décembre 1985 : 3.

36Ainsi, le développement croissant des besoins en importations et le ralentissement, voire le recul, envisagé des ressources extérieures qui l’ont financé, ont amené les autorités à s’interroger sérieusement sur la possibilité de continuer ce schéma. Des pans entiers de l’appareil productif sont en question et des industries naissantes sont presque considérées comme morte-nées, comme en témoigne cette réaction d’un hebdomadaire indépendant : « L’industrie de montage automobile, officiellement considérée comme un acquis, a révélé en réalité plusieurs aspects négatifs ; on peut même la considérer comme une lourde compromission (...). Il ne sera possible de sauver cette jeune industrie que si... »17.

37En somme, outre la contrainte emploi qui reste plus que jamais pressante, on assiste à la résurrection brutale de la contrainte des paiements extérieurs qui reprend le devant et devient le paramètre clé de l’économie dans une conjoncture internationale extrêmement défavorable.

L’ÉQUATION ACTUELLE : LE DUALISME RETROUVÉ

38La situation actuelle se caractérise par une double impasse, qui constitue les deux facettes d’une même contradiction.

  • 18 Voir Tableau iv en annexe.

39La première se situe sur le plan strictement économique et consiste en cette contradiction entre la nécessité de développer, voire même de maintenir, l’emploi et celle de comprimer les importations. En effet, les importations sont composées pour trois cinquièmes de matières premières et de biens d’équipement, un cinquième de biens de consommation non alimentaires et un cinquième de biens de consommation alimentaires18. Cette structure leur confère une grande rigidité et rend toute opération de compression grandement contradictoire. Les importations de matières premières et biens d’équipement ne peuvent être comprimées sans provoquer de graves perturbations de l’appareil productif et un ralentissement de l’activité largement préjudiciables à l’emploi. Celles de biens de consommations non alimentaires ne peuvent être réduites sans causer, outre leur portée sociale, un grand préjudice à l’équilibre des finances publiques, dans la mesure où une bonne partie des ressources de l’Etat en découlent (droits de douane, taxes de consommation à l’importation...). Quant aux importations de produits alimentaires, leur réduction peut générer de graves problèmes sociaux dans la mesure où elle entraînerait des pénuries de produits sensibles et vitaux pour la majeure partie de la population (céréales, produits laitiers...).

40La catégorie sociale des salariés a profité, dans une certaine mesure, des années de « vaches grasses » et a été habituée à une amélioration régulière de son pouvoir d’achat. Elle voit depuis quelques années ses salaires bloqués – et donc son pouvoir d’achat reculer. Elle n’est pas prête à accepter cette nouvelle réalité qu’on lui impose.

41D’autre part, la classe des « industriels », produit et principal bénéficiaire de la stratégie des années 1970, n’est pas, elle non plus disposée à accepter la remise en question d’une situation d’intérêts acquis et qui ne peut, de toutes les façons, continuer, sans qu’une nouvelle source de financement vienne remplacer la rente.

42Entre ces deux catégories, une troisième réunit les exclus du système : la masse croissante des « laissés pour compte » – jeunes chômeurs et régions défavorisées – qu’il faudrait intégrer pour ne pas en faire une menace permanente pour l’ensemble de la société.

  • 19 Dans une note récente. Chedli Ayari, Professeur de Sciences Economiques et ancien Ministre de l’Eco (...)

43Cette équation sociale, conjuguée à un appareil productif tentaculaire, simple instrument de recyclage de la rente – considéré comme un acquis au regard des critères de la croissance19 –, apparaît comme l’héritage le plus lourd des années 1970. Son originalité tient au fait que les aspirations des deux premières catégories sont moins contradictoires entre elles – pour ne pas dire convergentes – qu’elles ne sont impossibles à satisfaire globalement en raison de la défaillance prévisible et déjà perceptible de la source qui permettait jusque là de les concilier. C’est – on l’a montré précédemment – au nom de l’emploi que la bourgeoisie industrielle s’est développée, et c’est dans l’amélioration du pouvoir d’achat des salariés qu’elle a trouvé les débouchés de son activité. Une réduction de celui-ci ne peut que lui poser de graves problèmes.

44L’inéluctable révision en baisse des réponses aux aspirations des uns et des autres et les proportions inégales dans lesquelles elle se fera seront fonction du rapport des forces du moment. Dans ce processus largement entamé – les salaires sont bloqués depuis bientôt trois ans –, la troisième catégorie sociale jouera le rôle de pressoir et d’alibi. L’industrie y trouvera comme par magie – étonnante permanence – un rôle central.

45La bourgeoisie industrielle ne peut plus compter sur le marché intérieur pour écouler un produit fondamentalement conçu pour celui-ci et ne dispose plus des ressources en devises nécessaires au financement des importations des intrants de sa production. Pour surmonter ces obstacles à une activité jusque là avantageuse, il lui faut trouver des débouchés à l’extérieur. La nature de ses produits industriels ne lui donnant pas d’arguments suffisants pour conquérir les marchés extérieurs, elle cherchera un palliatif dans la conjugaison de trois éléments : le recours à la recette désormais traditionnelle qui consiste à jouer sur la seule composante contrôlée du coût, le coût salarial ; la valorisation de certaines appartenances géo-politiques de la Tunisie et des solidarités qu’elles supposent, pour obtenir des marchés en l’absence de l’argument objectif de la compétitivité ; l’ambition affirmée et érigée en slogan d’assurer une compétitivité suffisante des produits tunisiens sur le marché mondial par la « maîtrise des technologies avancées », en faisant référence aux performances de certains pays du Sud Est asiatique.

  • 20 Discours prononcé par M. Mohammed Mzali, Premier Ministre, devant les Commissions sectorielles du P (...)

46A l’industrie existante, et à développer, est ainsi dévolu le rôle primordial de surmonter la contrainte extérieure et de financer le reste de l’économie. De ce fait, la solution du problème de l’emploi, dont l’acuité s’affirme plus que jamais, ne relève plus, pour l’essentiel, du domaine de l’industrie. La tendance transparaît du discours des dirigeants politiques, qui réfère la création d’emplois, non plus à la sphère capitaliste de l’économie, et, en particulier, à celle de l’industrie, mais à des activités relevant, à la limite, de la sphère pré-capitaliste, et concrétisées par l’instauration d’une multitude de programmes dits de soutien à l’emploi. On en donnera pour témoignage une déclaration du Premier Ministre devant les Commissions sectorielles du Plan : « Si nous prenons, par exemple, la conception courante de l’emploi, nous constatons qu’elle ne recouvre pas toutes les notions qu’elle devrait comprendre. Nous ne saurions, en effet, continuer à rechercher les possibilités d’emploi et transformer le pays en un immense chantier exclusivement peuplé de salariés, alors qu’il est d’autres moyens d’assurer aux citoyens des sources de revenus et d’en faire des éléments productifs dans les champs, dans les échoppes, dans les ateliers et même leur logis comme c’est le cas pour nombre de pays évolués d’Europe et d’Asie »20.

47C’est dans ce cadre qu’ont été créés ou renforcés : « Le Programme de Développement Rural » (PDR), « Le Programme de Développement Rural Intégré » (PDRI), « Le Programme de Soutien à l’Emploi des Jeunes », « Le Programme de la Famille Productive », « Le Fonds d’Action Conjoncturelle », « Le Fonds National de Promotion de l’Artisanat et des Petits Métiers »... Ceci dénote, en fait, la résurgence d’une certaine forme de dualisme volontairement reconstruit ; dualisme auquel était assimilé auparavant le sous-développement, et qu’il fallait progressivement neutraliser.

48Ce dualisme consiste donc à séparer presque totalement deux sphères :

  • une sphère à la limite pré-capitaliste, végétative assistée – l’agriculture de subsistance et les petits métiers – à laquelle est dévolu le rôle de résoudre la contrainte sociale de l’emploi. Les programmes qui constituent l’essentiel de cette sphère ont tous en commun un caractère d’assistance et, à l’exception peut-être du PDRI, un type d’activité relevant du tertiaire et du petit artisanat à marché localisé, utilisant des équipements et des demi-produits souvent totalement importés directement ou indirectement ;

  • une sphère moderne productive – l’industrie et l’agriculture capitaliste, encore embryonnaire –, à laquelle est dévolu le rôle de résoudre le problème des ressources extérieures à travers les exportations espérées. Elle doit aussi financer la sphère pré-capitaliste, ne serait-ce que pour ses besoins en devises.

  • 21 La loi de finances pour l’année 1986 réunit déjà les prémisses de cette orientation consistant pour (...)

49Tel est, du moins, le rêve des responsables politiques. Or, à l’évidence, cette sphère capitaliste « dynamique et génératrice de surplus » avait et continue à avoir, elle-même, besoin, à court et moyen termes, d’une assistance soutenue de la part de l’Etat. Cette assistance dont l’argument était l’emploi et qui devient l’exportation. En effet, comme nous l’avons signalé, elle ne peut que jouer du dumping pour réaliser ces exportations. Celui-ci n’est possible que si un ensemble de conditions sont réalisées, qui consistent à faire supporter par « la collectivité » une partie du coût, et dont l’essentiel est déjà en train d’être installé21.

50La première est matérialisée par l’armada de mesures législatives et fiscales destinées à assister les exportateurs éventuels : exonérations diverses, prise en charge directe de certains coûts et de certains risques par l’Etat... Ce qui ne peut se traduire que par un manque à gagner au niveau des finances publiques ; et on voit mal où l’Etat dont les ressources s’amenuisent avec la rente ira trouver l’argent nécessaire.

51La deuxième est la compression inévitable du seul élément contrôlé du coût, à savoir le coût salarial.

52En somme c’est la catégorie des salariés qui se trouve « sandwishée » entre deux sphères qui ont besoin d’être continuellement assistées. Autrement dit, ce n’est que la compression de manière directe et indirecte du pouvoir d’achat des salariés qui pourra permettre de résoudre, au moins momentanément, cette équation difficile. C’est dans ce sens qu’il faut lire la volonté du pouvoir de lier toute amélioration des salaires à l’amélioration de la production et de la productivité, qui ne peut signifier dans le cas d’espèce qu’une accélération des cadences. C’est aussi dans le même sens que s’inscrit la tendance au désengagement de l’Etat de la régulation de la reproduction de la force de travail à travers la réduction ou la suppression de certains transferts sociaux (compression de la compensation des prix des produits de base, réduction des subventions aux entreprises publiques, prise en charge par le citoyen d’une partie des frais de soins, d’éducation...).

53Dans le discours officiel cette « austérité » est présentée comme générale et provisoire. On peut légitimement, et à la lumière du passé et aussi du présent, se poser des questions sur la réalité de l’un et de l’autre des qualificatifs.

54Pour ce qui est de sa généralisation à toutes les catégories sociales, la réalité des faits est que les salaires sont bloqués depuis bientôt trois ans alors que les prix ont augmenté d’au moins 20 % et qu’au nom de la crise, de nouveaux systèmes de transferts sont installés en faveur de la bourgeoisie industrielle, en particulier.

  • 22 Ayari (Chedli). note précitée.

55Quant à son caractère provisoire, il suppose que l’appareil productif, pour l’essentiel habitué à l’assistance et au gain facile, puisse devenir lui même « assisteur » et compétitif. Sinon, comme le dit très bien Ch. Ayari22 il connaîtra un dérapage analogue à celui des années 1970, où le système d’assistance installé a abouti surtout à créer « une classe dite d’hommes d’affaires sans base financière... cette classe de parasitaires... est devenue l’une des dimensions de la crise de société que nous vivons aujourd’hui ».

56Dans l’esprit des responsables, cette mutation espérée doit se faire par la « maîtrise de la technologie avancée ». Le mythe est toujours là, même si les termes et le statut en ont changé.

ÉPILOGUE : D’UN MYTHE À L’AUTRE ?23

  • 23 Cette contribution a été rédigée en janvier 1986. Le dernier paragraphe a été. cependant, rédigé en (...)

57Dès la fin de 1985, l’on a assisté à une aggravation des tendances déjà observées : contrainte des paiements extérieurs, surcharge financière de l’Etat, chômage.

58Plusieurs événements ont contribué à cette aggravation, dont le plus important s’avère la vertigineuse chute du prix du pétrole. A mentionner également les effets négatifs de la rupture tuniso-libyenne sur les recettes extérieures, la baisse des recettes du tourisme et celle de la production céréalière.

  • 24 Les données citées sont extraites du document : Ministère du Plan et des Finances. Bilan global du (...)

59L’endettement extérieur24, qui était relativement acceptable à la veille du vie plan (1982-1986) avec un encours se limitant à 38 % du PNB et un service de 14% des recettes courantes, a connu une progression dangereuse. L’encours est passé à 46,8 % fin 1985 avec un service de 21,6 % à 58,4 % fin 1986 avec un service de 26,3 %.

60Les avoirs extérieurs nets qui couvraient en 1981 près d’un mois et demi d’importations de biens et services, ne correspondaient plus qu’à une semaine et demi fin 1985.

61Le nombre officiel de chômeurs est passé de 170 000 en 1980 à 245 000 en 1984 et 300 000 fin 1986 (soit un taux de chômage de 15 %), dont une grande partie de jeunes à la recherche d’un premier emploi et un grand nombre de diplômés de l’enseignement supérieur.

62Cette situation à atteint son paroxysme à la fin du premier semestre 1986 avec l’épuisement des réserve des changes. Elle a fait prendre conscience des limites inhérentes au projet dualiste et a conduit à un important changement de cap caractérisé par l’affirmation d’une volonté d’un plus grand désengagement de l’Etat et d’une foi aveugle dans les vertus du libéralisme comme garant d’une plus grande compétitivité et, partant, du redressement.

63L’économie tunisienne on le sait, n’a pratiquement pas connu, jusqu’ici de véritable libéralisme. Du moins, n’a-t-on assisté, depuis le début des années 1970 qu’à une extension du secteur privé. Celle-ci s’est opérée à la faveur de l’aisance financière et grâce à l’assistance et la bienveillance particulière de l’Etat.

  • 25 Cf. Situation de l’économie et programme d’ajustement, document en 17 pages du Ministère du Plan et (...)

64La première des mesures de « redressement » sera la dévaluation de 10% du dinar tunisien, dévaluation qui est venue consacrer une dépréciation de fait beaucoup plus grande. Elle n’était que le prélude à un ensemble de mesures structurelles plus importantes : le « programme d’ajustement », qui préfigure l’ossature de ce qui sera le VIIe plan (1987-1991)25.

65Même si ce programme est présenté par les autorités comme « purement national », et même si le processus qu’il vise à promouvoir a déjà été largement entamé par le précédent gouvernement (suppression de l’indexation des salaires, démantèlement de la Centrale syndicale, privatisation...), il n’en porte pas moins clairement la marque du FMI et de la Banque Mondiale. Le texte du programme ne s’en cache pas en signalant à plusieurs reprises que les mesures considérées ont été prises « en concertation étroite avec la Banque mondiale » ou « de concert avec la mission du FMI ».

66Le programme d’ajustement s’articule autour de deux groupes de mesures prévisibles et désormais « traditionnelles » : la réduction de la demande intérieure et la libéralisation de l’économie.

  • 26 Idem : 7.

67La demande intérieure désigne une grandeur hétéroclite où se mêlent demande finale, investissement... ; sa réduction passe par une réduction en termes réels ou en termes de croissance de la demande des ménages. Elle se réduit pratiquement et souvent à une inévitable pression sur le salaire : « au niveau de la politique des revenus notamment salariaux, la situation présente et future exige, à l’évidence, la poursuite de la politique de rigueur et de modération suivie dans ce domaine, au cours des dernières années, de façon à lier toute amélioration des revenus à l’accroissement de la productivité et à la situation financière de chaque entreprise »26.

68Cette « austérité » vise aussi une réduction du déficit budgétaire et la limitation de la croissance de la masse monétaire par la limitation des crédits à l’économie.

69Mais la nouveauté la plus importante par rapport au processus déjà entamé depuis 1983 est constituée par la « libéralisation de l’économie ». Celle ci vise :

    • 27 Idem : 11.

    la libération des prix, « de façon à éliminer à l’horizon 1991 tout contrôle de prix, à l’exception d’un nombre limité de produits pour une période déterminée »27 ; ce qui suppose la suppression de toute subvention sauf à un nombre très réduit de produits ;

  • la libération des investissements, par une réduction du contrôle de l’Etat sur ceux-ci ;

  • la continuation du processus de privatisation des entreprises publiques relevant du « secteur concurrentiel » ;

  • l’aménagement de la fiscalité dans le sens de sa simplification et de l’allègement des taux ;

  • enfin et surtout, la libéralisation du commerce extérieur et notamment des importations. Celles-ci devraient être totalement libérées à l’horizon 1991 à l’exception d’un nombre très limité de produits de luxe.

  • 28 Idem : 12.

70Cette dernière mesure devrait permettre « au-delà de l’approvisionnement de l’économie une meilleure compétitivité des entreprises, condition sine qua non au développement des exportations »28.

71L’affirmation, qui a l’allure d’une profession de foi, constitue sans doute la clef de voûte et probablement le talon d’Achille de ce programme.

72En effet, la situation de blocage dans laquelle s’est trouvée l’économie ne pouvait se résoudre que par le développement des exportations. La libéralisation de l’économie, et en particulier des importations, est sensée permettre ce développement en obligeant les entreprises à une plus grande efficacité, et une plus grande compétitivité. Celle-ci étant considérée comme la condition nécessaire et suffisante de développement des exportations.

73On pourrait, ici, émettre des réserves, devenues aujourd’hui classiques, à rencontre d’un programme devenu lui-même, et quoiqu’on en dise, un classique du genre. Nous nous contenterons de relever le caractère extrêmement aléatoire des résultats escomptés. Croire que la libéralisation est un gage de compétitivité, et que cette dernière est suffisante pour assurer une place sur le marché international relève d’une tentative d’un double saut périlleux.

74C’est oublier que la compétitivité n’est pas seulement une affaire de concurrence, et qu’au-delà de la forme d’organisation des marchés, elle renvoie à la capacité de l’appareil productif de répondre aux modifications qui affectent l’environnement, surtout en matière de technologie.

75Par delà ce premier saut, et à supposer que la libéralisation permette une amélioration de la compétitivité des entreprises, il n’est pas sûr que cette dernière soit suffisante pour pouvoir exporter. Le croire c’est ignorer que le marché international est loin d’être concurrentiel et que les apôtres du libéralisme n’hésitent pas à user des formes les plus simples du protectionnisme quand leurs intérêts sont menacés.

  • 29 Idem : 17.

76C’est dire que, face à des mesures concrètes et draconiennes, les résultats escomptés apparaissent singulièrement hypothétiques et minces, comme ne manquent pas de le signaler les auteurs du programme eux-mêmes : « les résultats attendus ne sont pas, certes, à la mesure des ambitions et préoccupations du pays : le chômage persistera probablement, l’amélioration des revenus sera modérée et limitée, le poids de la dette restera élevé »29.

  • 30 Le Conseil Economique et Social est un organe consultatif en matière économique et sociale. Il est (...)

77Par delà « l’économique », on pourrait aussi évoquer les émeutes sanglantes ou les retentissants échecs qu’ici et là de tels programmes ont engendrées ou enregistrés. Mieux, nous nous référerons pour questionner ce programme à l’avis d’un organe dont on peut difficilement contester le sérieux, même si beaucoup de réserves planent sur sa représentativité réelle : le Conseil Economique et Social30.

  • 31 Le rapport du CES sur le programme d’ajustement a été publié par le quotidien gouvernemental La Pre (...)
  • 32 Cette citation et les suivantes sont extraites du rapport du CES.

78L’avis que le Conseil a émis sur le programme du gouvernement31, exprime, tout le long de ses trois chapitres, les craintes et les réserves de toutes les catégories sociales ; et en premier lieu, celles de la bourgeoisie industrielle face aux menaces que fait peser sur elle la levée projetée des barrières douanières : « Le conseil économique et social exprime la crainte de voir une grande partie des entreprises – petites et moyennes – disparaître purement et simplement par suite d’un abaissement excessif des barrières douanières »32.

79Plus loin, le Conseil rappelle l’importance du secteur agricole et exprime – sous forme de vœux – les craintes des agriculteurs : « Son développement (celui du secteur agricole) reste conditionné par une politique des prix tendant à promouvoir la production agricole. Le CES recommande en particulier que le problème des arriérés de la dette du secteur reçoive une solution qui soit à la hauteur des enjeux et espoirs qui sont placés en lui ».

80Le Conseil reprend, par ailleurs, à son compte une revendication qui a toujours constitué une des références importantes de la Centrale syndicale en matière de politique salariale : « Le libre fonctionnement des mécanismes du marché et également le souci de la justice sociale impliquent que les revenus salariaux puissent évoluer harmonieusement avec les revenus non salariaux. Si pour stimuler l’épargne des mesures de limitation des revenus sont envisagées, les sacrifices gagneraient à être partagés entre toutes les couches de la population ».

81Enfin le rapport ne manque pas de signaler le danger social que le programme fait courir au pays et recommande qu’une attention particulière soit accordée aux catégories sociales les plus démunies.

82Résultats hypothétiques et en deçà des espoirs du pays, réserves sérieuses de toutes les catégories sociales, quel avenir pour le programme d’ajustement ?

83Est-il bon ? Est-il mauvais ? La question est autre : ne constitue-t-il pas un nouveau mythe, une vision de l’esprit totalement étrangère au corps social ?

ANNEXES

Tableau 1 – Importance des recettes rentières dans le total des recettes extérieures courantes 1974-1986

Tableau 1 – Importance des recettes rentières dans le total des recettes extérieures courantes 1974-1986
  • 1 Un dinar tunisien valait environ 10 FF en décembre 1985. Il ne vaut plus qu’environ 7,5 FF en décem (...)

Note*1
Source : Statistiques financières de la BCT. Pour les années 85 et 86 les données sont extraites du document : Bilan global du 6e plan et orientations générales du T plan.

Tableau 2 – Couverture du déficit de la balance des biens par les recettes rentières nettes 1974-1984

Tableau 2 – Couverture du déficit de la balance des biens par les recettes rentières nettes 1974-1984

Source : Statistiques financières de la Banque Centrale de Tunisie.

Tableau 3 – Importance des recettes pétrolières dans les recettes de l’Etat (titre I du Budget)

Tableau 3 – Importance des recettes pétrolières dans les recettes de l’Etat (titre I du Budget)
  • 2 Ces recettes pétrolières comprennent la patente et l’IRVM payés par les sociétés pétrolières, les b (...)

Note*2
Source :Annuaires statistiques de la Tunisie INS.
Evolution et tendance de la pression fiscale 1976-84. Institut d’Economie quantitative octobre 1984.

Tableau 4 – Structure des importations tunisiennes (produits énergétiques exclus)

Tableau 4 – Structure des importations tunisiennes (produits énergétiques exclus)

Source : Statistiques financières de la Banque Centrale de Tunisie.

Notes

1 Voir, à ce sujet, Camau (Michel). « Le discours politique de légitimité des élites tunisiennes ». Annuaire de l’Afrique du Nord, (X), 1971 : 26-68.

2 Discours du Président Bourguiba du 6 février 1961.

3 Déclaration de M. Bahi Ladgham, alors Secrétaire d’Etat à la Présidence. L’Action, 6/2/69 : 5.

4 Perspectives Décennales de Développement 1962-1971 : 87.

5 Bahroun (Sadok). La planification tunisienne. Tunis, MTE, 1968 : 74.

6 Conférence de presse de M. Tijani Chelly du 27 décembre 1971.

7 La loi du 27 avril 1972 accorde aux entreprises destinant en totalité ou en partie leur production à l’exportation, un grand nombre d’avantages fiscaux (exonération de l’impôt de la patente pendant dix ans, exonération de la taxe sur la valeur locative, de la taxe sur les revenus des valeurs mobilières, des droits de douane, des taxes sur les chiffres d’affaires pour les achats de l’entreprise sur le marché local, pendant vingt ans). En outre, la loi permet aux partenaires étrangers le libre transfert du capital investi et des revenus de ce capital.

8 Conférence de presse de M. Mansour Moalla du 16 janvier 1973.

9 Voir, à ce propos, Ben Slama (Moncef). « Croissance économique des pays de petite taille largement ouverts sur l’extérieur... » Revue Tunisienne d’Economie et de Gestion, (2), juillet-décembre 1984 : 54-55.

10 Par exemple, en 1977, malgré le fait que la Tunisie était liée par un accord de coopération économique avec la CEE, celle-ci a pris des mesures unilatérales consistant à contingenter ses importations de produits textiles en provenance de la Tunisie.

11 Pour preuve, cette déclaration de M. Hédi Nouira, alors Premier Ministre : « L’agriculture étant fortement conditionnée par les aléas climatiques, nous avons orienté nos efforts économiques vers d’autres secteurs moins vulnérables tels que l’industrie et les services afin d’édifier une économie solide et équilibrée qui ne serait pas à la merci d’une ou de deux années de sécheresse». Discours du 16 décembre 1976 devant l’Assemblée Nationale.

12 Ben Slama (Moncef), étude déjà citée : 55.

13 Voir Tableaux i, ii et iii en annexe.

14 On entend ici par recettes pétrolières, celles provenant de la patente et de l’impôt sur les revenus des valeurs mobilières payés par les sociétés pétrolières, les bénéfices de l’exploitation (royalties) et les redevances à la charge des sociétés pétrolières.

15 Pour avoir une plus ample idée sur le cadre idéologique de cette stratégie, voir l’important discours prononcé le 27 juillet 1973 par M. Hédi Nouira et placé en avant propos du document de présentation du ive Plan de développement économique et social 1973-1976.

16 Voir Tableau iv en annexe.

17 Voir Er Raï, (350), 6 décembre 1985 : 3.

18 Voir Tableau iv en annexe.

19 Dans une note récente. Chedli Ayari, Professeur de Sciences Economiques et ancien Ministre de l’Economie, écrivait : « Aidée par une conjoncture pétrolière favorable, la Tunisie allait connaître durant une bonne partie des années 1970 un boom économique sans précédent, un peu à la brésilienne, qui a fini par placer notre pays dans les rangs des pays en développement à revenus intermédiaires. Un grand acquis pour la Tunisie que les critiques, les exégètes et les historiens du développement tunisien ne devraient jamais oublier en toute équité ! » Réalités. (100), 10 janvier 1986.

20 Discours prononcé par M. Mohammed Mzali, Premier Ministre, devant les Commissions sectorielles du Plan. L’Action, 16 décembre 1980.

21 La loi de finances pour l’année 1986 réunit déjà les prémisses de cette orientation consistant pour l’essentiel en une réduction de certains impôts et taxes supportés par les industriels exportateurs et à en aggraver, par contre, d’autres, supportés fondamentalement par les catégories faibles et moyennes de la population.

22 Ayari (Chedli). note précitée.

23 Cette contribution a été rédigée en janvier 1986. Le dernier paragraphe a été. cependant, rédigé en janvier 1987 pour rendre compte des importants changements survenus depuis.

24 Les données citées sont extraites du document : Ministère du Plan et des Finances. Bilan global du vie Plan et orientations générales du viie Plan. Octobre 1986.

25 Cf. Situation de l’économie et programme d’ajustement, document en 17 pages du Ministère du Plan et des Finances. DGP 18/09/1986.

26 Idem : 7.

27 Idem : 11.

28 Idem : 12.

29 Idem : 17.

30 Le Conseil Economique et Social est un organe consultatif en matière économique et sociale. Il est composé de représentants du gouvernement, des organisations nationales et d’experts.

31 Le rapport du CES sur le programme d’ajustement a été publié par le quotidien gouvernemental La Presse du 11 janvier 1987.

32 Cette citation et les suivantes sont extraites du rapport du CES.

Notes de fin

1 Un dinar tunisien valait environ 10 FF en décembre 1985. Il ne vaut plus qu’environ 7,5 FF en décembre 1986.

2 Ces recettes pétrolières comprennent la patente et l’IRVM payés par les sociétés pétrolières, les bénéfices de l’exploitation pétrolière et les redevances à la charge des sociétés pétrolières.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Importance des recettes rentières dans le total des recettes extérieures courantes 1974-1986
Légende Note*1Source : Statistiques financières de la BCT. Pour les années 85 et 86 les données sont extraites du document : Bilan global du 6e plan et orientations générales du T plan.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 2 – Couverture du déficit de la balance des biens par les recettes rentières nettes 1974-1984
Légende Source : Statistiques financières de la Banque Centrale de Tunisie.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2558/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 3 – Importance des recettes pétrolières dans les recettes de l’Etat (titre I du Budget)
Légende Note*2Source :Annuaires statistiques de la Tunisie INS. Evolution et tendance de la pression fiscale 1976-84. Institut d’Economie quantitative octobre 1984.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2558/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 4 – Structure des importations tunisiennes (produits énergétiques exclus)
Légende Source : Statistiques financières de la Banque Centrale de Tunisie.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2558/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

Auteurs

Hassine DIMASSI, Maître de Conférences (économie) à la Faculté de Droit et des Sciences Politiques et Economiques de Sousse.

Hédi ZAIEM, Statisticien-économiste, Assistant à la Faculté des Sciences économiques et de gestion de Tunis.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540