Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tunisie au présent

 | 
Michel Camau

I - Racines. Aux origines de la Tunisie contemporaine

4- Économie et société : la formation du « sous-développement ». L’évolution socio-économique de la Tunisie précoloniale et coloniale

Azzam Mahjoub

Texte intégral

1Pour être à même de saisir la nature du passage post-colonial, de dégager le sens de changements multiformes connus par la Tunisie au cours des trois dernières décades, l’interrogation de l’histoire n’est pas sans fondement. La Tunisie post-coloniale est le produit d’un mouvement historique; ce dernier continue dans le présent et préfigure par certains aspects le futur.

2On se propose ici, et sans grande ambition du reste, d’essayer de retracer les contours de ce mouvement, de reproduire, d’une manière certainement partielle et par là partiale, les traits nous paraissant les plus significatifs des tendances socio-économiques « lourdes » connues par la Tunisie.

3Il s’agit donc de faire ressortir les grandes lignes de l’évolution socio-économique de la Tunisie et ce depuis deux siècles.

Pourquoi deux siècles ?

4Parce que nous avançons l’hypothèse que le grand tournant historique qui intégrera la Tunisie au système polarisé de l’économie mondiale capitaliste en opérant des transformations déstructurantes profondes, ce tournant qui marquera le début du processus du « sous-développement » en Tunisie se situe au cours des troisième-quatrième décennies du xixe siècle. Or, pour comprendre la nature profonde de cette mutation, il faut revenir quelques décades en arrière et saisir, certes dans le cours historique d’une tendance baissière depuis les xve-xvie siècles le trait majeur de la formation économique tunisienne marquée par un relatif dynamisme non exempt de pesanteurs et de faiblesses structurelles.

5Aussi dresserons-nous d’abord rapidement un bref tableau de la matrice socio-économique nouée autour des rapports de propriété et de l’exploitation fiscale, ceci nous permettant de saisir, d’une part le caractère plutôt favorable de la conjoncture en cette fin du xviiie siècle, et d’autre part d’esquisser les manifestations socio-économiques profondes de la crise des années 1930.

6Par la suite, l’analyse sera centrée sur le fait colonial; ce dernier sera saisi, d’une part, à travers la mise en lumière du processus de constitution, de consolidation et de crise du système de l’économie coloniale agro-minière exportatrice, d’autre part, sous l’angle des processus socio-économiques de destruction opérées par le capitalisme colonial.

7Ici la crise des années 1930 se prolongeant d’une certaine manière aux années 1950 nous paraît comme une grande « Rupture », dans le sens de l’exacerbation forte des contradictions socio-économiques et l’approfondissement du sous-développement; crise condamnant à terme l’impérialisme français sous sa forme classique et ouvrant sous l’effet de la résistance sociale et nationale l’ère post-coloniale.

I – LES TENDANCES MAJEURES DE L’ÉVOLUTION SOCIO-ÉCONOMIQUE DE LA TUNISIE PRÉCOLONIALE

8Bien que la Tunisie précoloniale de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle se caractérise par un artisanat relativement diversifié et prospère, l’agriculture représentait l’activité dominante et faisait vivre l’immense majorité de la population et déterminait la plus ou moins bonne conjoncture économique du pays : elle était « le baromètre des affaires du pays ».

9C’est autour d’elle que se fixaient les rapports sociaux dominants.

1) LES RAPPORTS DE PROPRIÉTÉ ET LES RAPPORTS SOCIAUX DOMINANTS

10On distingue dans le régime foncier précolonial, les terres mortes, des terres vivantes : les premières incultes et sans maîtres représentaient essentiellement des terres collectives et restaient à la disposition du Bey, les deuxièmes cultivées, étaient seules susceptibles d’une appropriation sous forme de Arch, Habous ou Melk.

11Les terres Arch appartiennent collectivement aux tribus de pasteurs cultivateurs essentiellement des steppes et du Sud, et font l’objet d’un droit de jouissance et non de propriété. La grande partie du domaine tribal dénommé Arch est constituée de parcours servant de pâturages aux troupeaux.

12Tout l’intérieur du pays depuis l’Oued Medjerda jusqu’aux confins de la Libye, était le domaine de parcours de ces tribus de pasteurs cultivateurs : selon les saisons toutes ces tribus se déplaçaient de façon plus ou moins régulière.

13Là où prédomine la propriété Arch des tribus, chaque groupement tribal fonctionne comme une économie autarcique; toutefois les différences naturelles occasionnent les échanges entre tribus; un équilibre agro-pastoral caractérise l’économie de ces grands ensembles régionaux : Tell et Steppes.

14Quant aux terres Habous ce sont celles qui sont rendues inaliénables par leurs propriétaires et dont la jouissance est affectée à une œuvre pieuse ou d’utilité générale.

15Tant que les bénéficiaires intermédiaires possédaient l’usufruit, elles étaient Habous privés et répondaient au désir des propriétaires de garantir à leurs descendants une terre qui restera toujours propriété familiale (vu le caractère inaliénable des institutions Habous) et qui sera à l’abri des dangers de spoliation par le Bey. Quand l’usufruit de ces terres passait à l’œuvre pieuse, elles étaient Habous publics.

16Enfin, les terres Melk font l’objet d’une appropriation privative (le propriétaire a droit d’user et de disposer de ses terres) et comprennent :

  • les terres du Beylik ou domaine privé du souverain,
  • les terres des grandes familles, souvent d’origine turque, bénéficiaires de fiefs,
  • les terres de paysans depuis longtemps fixés au sol (Tell – Sahel – Oasis du Sud).

17La propriété Melk prédomine dans la zone à population sédentarisée circonscrite dans les régions côtières, notamment au Sahel autour des villes et au Jerid, là où les cultures sont régulières : oliviers, palmiers, arbres fruitiers et culture irriguée. Ici l’économie marchande est dominante.

  • 1 Le Khammassat. métayage au quint, serait la « forme nord africaine du servage médiéval ». En effet (...)

18Sur les terres du Beylik, fiefs des grandes familles et les domaines Habous (publics) vivaient les métayers fellahs : khammes1 Rebâa, fermiers astreints à des redevances fixées en nature le plus souvent.

19Tous ces fellahs métayers, occupants véritables de la terre, bénéficiant de l’ancienneté (Jeddara), étaient réduits à la condition de colons partiaires et devaient livrer la meilleure partie de leur récolte.

20Toutefois, et en dernier ressort, c’est le beylik qui finit par s’accaparer la plus grande part des richesses produites, grâce au prélèvement fiscal.

2) L’EXPLOITATION FISCALE ET LA POLARISATION SOCIALE

21En effet, au centre de la matrice sociale de la Tunisie à la fin du xviiie siècle, se trouvent les conditions et les formes de la réalisation de l’exploitation fiscale, exercée par la classe dominante confondue avec l’Etat beylical.

22Cet Etat beylical se présentait sous la forme d’une monarchie absolue appuyée sur les notabilités tribales et religieuses et surtout sur les mameluks, ces aristocrates prébendiers d’origine étrangère (de Turquie en particulier) monopolisant les fonctions politiques et militaires.

23L’assise économique de cette classe sociale dominante exerçant le pouvoir politique et militaire était en fait intimement liée à la réalisation de l’exploitation fiscale.

24Le pays était divisé en caïdats, divisions territoriales plus ou moins grandes, que le Bey mettait à l’enchère, et sur lesquels il délivrait le droit d’administrer la justice et de procéder aux extorsions multiples, à rencontre des travailleurs paysans ou artisans, pasteurs ou sédentaires.

25Là où prévalait la propriété collective des tribus de pasteurs cultivateurs (propriété Arch) certaines tribus (dites makhzen) recevaient, moyennant le paiement de redevances fixes au Bey et à ses agents, le droit de faire payer les impôts aux tribus montagnardes environnantes. Les tribus makhzen recevaient donc une commission d’exploitation fiscale et étaient exemptes de tout ou partie des impôts.

26Sur les terres du beylik, des grandes familles et des habous se pratiquait l’affermage des redevances, à travers la concession dite enzel. Le concessionnaire de l’enzel, le plus souvent héréditaire, auquel était remis la terre moyennant paiement de redevances, se chargeait du prélèvement fiscal. Les concessionnaires constituaient le personnel dirigeant de l’administration beylicale et disposaient en maîtres de la levée des impôts, en utilisant toute la force à leur service. L’existence de cette force militaire était rendue nécessaire pour la réalisation du rapport d’exploitation fiscale. La reproduction de la classe dominante était lié à l’exercice direct du pouvoir politique et militaire.

27C’est donc autour de la réalisation des conditions de l’exploitation fiscale que se nouaient dans la Tunisie précoloniale les contradictions sociales fondamentales. Toutes les fois qu’il était possible aux classes dominantes d’inscrire la ponction fiscale dans certaines limites, elles pouvaient se prévaloir du loyalisme et du pacifisme des populations exploitées.

28Ainsi est-il possible de définir le rapport d’exploitation de base de la Tunisie précoloniale, à travers cette rente extorquée sous forme essentiellement fiscale aux producteurs directs – paysans et artisans – pasteurs et sédentaires.

29Ce rapport déterminait les oppositions sociales fondamentales : face à l’ensemble des producteurs directs, exerçant les activités agricoles et artisanales, se trouvait l’ensemble de la classe dominante constituée par le Bey, « les dignitaires » du palais, les mameluks, les caïds et leurs subordonnés (les Khalifats), les chefs des confréries religieuses, les chefs des tribus makhzen. L’exploitation est si directement liée à l’exercice du pouvoir politique et militaire et au prélèvement de l’impôt que certains auteurs parlent d’« aristocratie de fonction », de « féodalité fiscale », de « féodalité de commandement ».

30Cette « aristocratie » tirait certes une part substantielle de ses ressources de cette rente d’essence fiscale; toutefois les activités de la mer lui permettaient d’obtenir d’importants profits.

31En effet, la classe dominante doit, non seulement, s’appliquer à l’exercice direct du pouvoir politique et militaire nécessaire au prélèvement de la rente fiscale, mais aussi à contrôler sous quelque forme que ce soit les flux d’échange intervenant entre l’intérieur et l’extérieur du pays. Ce rôle de médiation marchande est indispensable du point de vue des conditions générales de la reproduction de la classe dominante; sa monopolisation, son contrôle par cette dernière s’avère une caractéristique du mode de reproduction dans la société précoloniale tunisienne

  • 2 En fait d’après Desfontaines (1783-86) « les marchés publics c’est-à-dire tout ce qui est sujet à (...)

32Quand le personnel dirigeant de l’Etat beylical ne participe pas directement à la réalisation de profits marchands, ne s’assure pas le monopole des transactions entre l’intérieur et l’extérieur du pays, il se contente de drainer par le biais de la fiscalité une part des profits réalisés par le capital commercial2.

33Ainsi, deux formes d’exploitation se conjuguent, l’une résultant de la ponction fiscale, l’autre du mouvement du capital commercial : prélèvement d’une rente par l’exploitation fiscale, réalisation d’un profit par l’exploitation commerciale sont donc très liés. Cette liaison est exprimée socialement par l’alliance nécessaire, – le plus souvent l’identification – du personnel dirigeant de l’appareil d’Etat (détenteur du pouvoir de coercition) avec les commerçants.

3) DE LA CONJONCTURE POSITIVE DE LA FIN DU XVIIIe-DÉBUT DU XIXe SIÈCLES À LA RUPTURE DÉCISIVE DES ANNEES 1820-1830

La conjoncture économique de la fin du xviiie - début du xixe siècles

34Avant l’impact décisif produit au cours de la troisième décennie du xixe siècle, l’économie tunisienne avait ses propres structures internes dotées d’une cohérence et d’une logique relatives résultant de son histoire ancienne.

35A grands traits et malgré l’évolution générale enregistrée au cours des xvie et xviie siècles, toutes les branches de l’artisanat étaient encore présentes en cette fin du xviiie siècle. Les besoins de la population étaient quasiment satisfaits grâce à la production locale. De plus, la Tunisie n’exportait pas seulement les produits de son agriculture (huiles, céréales, laines, dattes), mais encore et dans une proportion prépondérante ceux de son artisanat où la chéchia tenait la plus grande place (plus de 50 %).

36L’importance des exportations des produits de l’artisanat et des importations de matières premières nécessaires à cet artisanat révèle le degré de dynamisme atteint par l’économie tunisienne malgré une tendance pluriséculaire plutôt régressive.

37Avec cette structure productive relativement positive se combinait par ailleurs une diversification des courants d’échanges (Afrique Noire, pays du Levant et Europe) consolidant ainsi les tendances équilibrées de l’économie tunisienne. Cela correspondait au plan intérieur à une certaine complémentarité régionale. Les éleveurs pasteurs des steppes échangeaient leur cheptel contre les céréales du Nord ou les huiles du Sahel et les pâturages du Nord permettaient aux éleveurs pasteurs des steppes d’entretenir leurs troupeaux l’été.

38Ainsi, au plan économique, nous pouvons convenir qu’il existait en Tunisie en dépit de la tendance involutive une certaine cohérence d’ensemble qui ne signifie ni l’harmonie absolue ni la stagnation totale.

39En bref, donc, la Régence connaissait ver la fin du xviiie siècle et le début du xixe siècle une certaine dynamique économique attestée par la relative prospérité « persistante » de son agriculture et de son artisanat, par l’existence d’une complémentarité régionale, et d’une structure commerciale diversifiée et bénéficiaire.

40Toutefois des faiblesses structurelles n’en existaient pas moins, rendant possible l’impact « déstructurant » de l’Europe capitaliste dès l’aube de la Révolution industrielle.

41L’artisanat était, en effet, fortement dominé par le négoce tant à l’amont (approvisionnement en matières premières) qu’à l’aval (écoulement extérieur surtout). La tendance générale était à la subordination au capitalisme marchand : ce dernier enserrait l’activité artisanale, l’intégrait à lui sans en modifier les formes techniques et sociales; il constituait plutôt un obstacle à la transformation du mode de production.

42Le cadre corporatif avec ses règles très strictes était lui aussi un obstacle : il était une entrave à la cristallisation des rapports sociaux et au changement technique.

43Au plan politique et institutionnel, l’état de guerre quasi-endémique avec l’Algérie et les dissensions au sein de pouvoir d’Etat beylical étaient des facteurs d’instabilité. L’imbrication se faisait de plus en plus forte entre l’intérêt des dignitaires beylicaux et la prospérité du négoce contrôlé par la colonie étrangère. Ces marchands européens, à la faveur des changements qui vont s’opérer au xixe siècle seront les artisans actifs de cette rupture décisive des années 1820-30.

La rupture décisive des années 1820-30

44En cette fin du xviiie - début du xixe siècles, la conjoncture historique était particulièrement favorable à la Régence de Tunisie. Les guerres et les difficultés commerciales que connurent les pays européens furent mises à profit par les groupes dirigeants du beylik pour fortifier leur indépendance et accroître leurs revenus. Mais aussitôt les guerres de la Révolution et de l’Empire achevées, le développement concurrentiel du capitalisme européen va prendre de prime abord un caractère violent et belliqueux. La politique de la canonnière systématique dès l’aube de la révolution industrielle permit au capitalisme européen d’affirmer sa suprématie pour dominer les mers et contrôler le grand commerce maritime. Les expéditions navales anglaise (1826) et française (1834 et 1830) aboutirent à l’imposition de traités commerciaux assurant des privilèges exorbitants au négoce européen dans la Régence de Tunis. La colonie marchande européenne put ainsi se donner les moyens d’une politique tendant à couper la Tunisie de ses courants d’échange traditionnels, ébranler la relative cohérence interne préexistante et entraîner une crise généralisée à l’ensemble de la société. Crise qui vit s’exacerber les contradictions sociales, s’écrouler la base financière du pouvoir beylical, et permit aux commerçants usuriers et banquiers européens de conjuguer leurs actions pour entraîner la Tunisie dans la voie du sous-développement.

La crise économique

45Les premiers effets de la pénétration commerciale européenne dans les années 1820-30 furent la transformation radicale de la structure des échanges et des axes commerciaux de la Tunisie.

46La Tunisie se spécialise en fait, durant cette phase directement précoloniale, dans la production d’articles d’origine végétale et animale destinés à titre principal à servir d’entrants dans les industries européennes de moyens de consommation : l’huile d’olive exportée servait à 75 % au cours du xixe siècle à la fabrication des savons de Marseille et d’autre part à l’éclairage; la laine, les peaux et les cuirs servaient de matières premières aux industries du textile et de la chaussure, les os d’animaux aux raffineries de sucre.

47Toute cette production était réalisée sur une base « traditionnelle », le capital européen se contentant de procéder à la collecte de ces produits.

48A l’inverse, la Tunisie devient de plus en plus importatrice de biens manufacturés : produits de luxe et produits textiles acquièrent une importance grandissante au détriment des matières premières et des produits jadis destinés à la production artisanale locale (pour la chéchia surtout). Ce changement profond dans la structure des échanges, entraîne un déficit croissant de la balance commerciale et constituera désormais, surtout dans la phase coloniale, une caractéristique structurelle de l’économie tunisienne. De plus, le capitalisme européen s’attachera à isoler la Régence de l’aire géographique et économique dont elle était jusqu’alors partie intégrante et où elle jouissait d’un certain équilibre, pour faire d’elle une annexe du marché capitaliste européen, une « chasse gardée » servant de débouchés aux produits industriels européens. Tous les secteurs de l’artisanat tunisien furent agressés par l’irruption de produits industriels similaires (tissus, vêtements, cuir, objets en métal, en faience, en céramique, matériaux de construction, meubles, etc.)

  • 3 D’après Cherif (M.H.), « Expansion européenne et difficultés tunisiennes de 1815 à 1830 ». Revue d (...)

49Quand on sait, pour ne citer que l’exemple de la chéchia, l’importance du réseau d’activités et d’échanges complémentaires qu’elle alimentait, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, son rayonnement sur tout le pourtour de la Méditerrannée, on mesure d’autant plus cette grande crise dans laquelle a été plongée la Tunisie au cours du xixe et qui a frappé toutes ses activités de production et d’échanges dont, bien sûr, l’agriculture. En effet, l’huile, un des articles principaux d’exportation vers l’Europe, connut une grave crise dans ces années 1820-30, son prix a accusé une chute de près des deux tiers au cours de cette troisième décennie. De plus, non seulement les céréales ne peuvent plus être exportés que par intermittence après 1820, mais la Tunisie devient importatrice de céréales3.

La crise sociale

50Cette rupture des années 1820-30 eut pour effet un aiguisement considérable des antagonismes sociaux.

51A défaut des revenus tirés directement ou indirectement de la mer, le pouvoir beylical s’orientera vers l’intérieur et s’engagera dans la voie de la surexploitation fiscale des populations paysannes.

52Par ailleurs, l’ouverture du pays au commerce européen, la fascination des produits de consommation de luxe, la concurrence des produits industriels et les dépenses d’armement amenèrent les beys sur la voie de l’endettement croissant; leurs besoins financiers ne cessant d’augmenter, ils durent recourir à de nombreuses pratiques aux conséquences désastreuses : aggravation sans mesure de la ponction fiscale, confiscations et spoliations arbitraires, manipulations monétaires, ventes anticipées du produit (en nature) des impôts, tentatives avortées d’accaparement du commerce extérieur.

  • 4 Il faut rappeler que le commerce de l’argent et l’usure étaient considérés comme des pratiques con (...)

53Le sort du pouvoir beylical était intimement lié à celui des groupes dirigeants de l’aristocratie et de la classe marchande, qui pratiquaient le commerce d’exportation. Toute cette classe liée au pouvoir d’Etat beylical, vit ses bases économiques s’ébranler, ses sources de profits et d’enrichissement se perdre au profit du négoce européen ou de l’usure4.

  • 5 « Les affaires commerciales qu’ils commanditaient se trouvaient réduites... alors que Y El Jerbi, (...)

54Ces groupes marchands qui n’ont jamais pu constituer un véritable embryon de bourgeoisie ne paraissent avoir eu la tentation de s’opposer au pouvoir beylical que tardivement, quand leur assise économique commençait à être sérieusement entamée5 par les assauts du négoce européen et les actions spoliatrices du souverain.

55Quant aux catégories sociales moyennes (artisans, commerçants, agriculteurs), si elles n’étaient pas liées au pouvoir d’Etat beylical, elles n’avaient pas pu se constituer une base économique relativement solide leur permettant de lutter contre la désagrégation, voire la destruction de leur forme d’économie et d’échange; la pénétration commerciale européenne, l’accaparement direct et indirect (par la fiscalité) de leurs activités par le pouvoir beylical, et aussi et surtout leur dépendance croissante vis-à-vis des usuriers locaux, des banquiers et spéculateurs étrangers entraînèrent leur ruine.

  • 6 Les deux principaux impôts frappant la production agricole étaient :
    – l’achour, impôt sur les céré (...)

56La catégorie la plus affectée fut celle des paysans qui, du fait de la ruine des activités productives et du relèvement excessif de la ponction fiscale, durent délaisser leur terroir et lui « préférer » le nomadisme et la misère des grandes villes. Quand les exigences fiscales du bey6 devenaient assez grandes, nombres de paysans étaient souvent amenés à donner toutes leurs récoltes pour rester endettés, ou quitter la terre pour devenir des nomades et se consacrer à l’élevage.

57Abandon de la terre, chute de la production agricole, développement du nomadisme sont autant d’indices révélateurs de la régression et de l’aggravation des conditions de vie des populations rurales. Les classes dominées et pressurées ne manquèrent pas d’opposer une résistance à cette dégradation de leurs conditions de vie.

  • 7 La mejba, impôt de capitalisation, est doublée en 1864 et elle frappe cette fois-ci les villes, au (...)

58Ainsi, lors de la grande révolte populaire de 1864, culmina l’opposition des classes dominées aux exactions fiscales beylicales et par là à la pénétration capitaliste européenne avec son cortège d’escroqueries, d’endettement, de dilapidations financières7.

59Cette révolte fut la manifestation violente de l’éclatement des antagonismes sociaux exacerbés au milieu du xixe siècle. Elle exprime le fait que les rapports sociaux « traditionnels » et les formes politiques et institutionnelles qui leur correspondaient ont été mis dans l’incapacité de contenir et d’orienter une évolution économique relativement autonome, et de maintenir les rapports d’exploitation dans des limites « acceptables » quant à leurs effets sur les conditions d’existence des populations. Tout l’édifice social est ébranlé, du fait que « ces limites » ont été nettement dépassées. L’opposition quasi générale au pouvoir d’Etat beylical fut d’autant plus farouche que ce pouvoir s’aliénait de plus en plus et devenait le serviteur docile de la colonie européenne et de ses alliés internes, occupant des positions dominantes dans l’appareil beylical. En effet, l’imbrication de plus en plus forte entre l’intérêt du pouvoir beylical et la prospérité du négoce, de l’usure et de la banque européenne a abouti en fait à l’accroissement de la prépondérance de la colonie étrangère, qui imposera des transformations en sa faveur, dénaturant et « extravertissant » ainsi le pouvoir beylical. La contexture politique et institutionnelle interne sera progressivement altérée pour permettre à la domination extérieure (via la colonnie européenne) d’avoir le maximum d’effets.

60Tour à tour, le négoce marseillais et génois, l’usure et la banque européenne vont être les agents décisifs du sous-développement en Tunisie. Les commerçants européens ont mené une lutte sans merci pour imposer les traités commerciaux les plus favorables et les transformations politiques et juridiques allant dans le sens de leurs intérêts; ainsi en est-il du Pacte fondamental de 1857 et de la Constitution octroyée en 1861.

61L’usure à la faveur de la dégradation économique et des désordres financiers a conjugué ses actions avec la banque européenne pour conduire la Régence au protectorat financier tripartite. Grâce aux complicités du personnel dirigeant concussionnaire, les filets de l’usure et de la banque se tendaient progressivement pour amener le beylik sur la pente de l’endettement croissant.

62La dépendance organique et l’extraversion du pouvoir beylical s’accusaient de plus en plus pour déboucher sur la main-mise financière d’abord et militaire ensuite. Quand bien même le pouvoir beylical (tel celui du Bey Ahmed) plus ou moins conscient des convoitises européennes, cherche-t-il à se doter d’une base industrielle moderne pour renforcer son potentiel militaire, il est, faute de ressources financières, dans un contexte interne dégradé, amené à recourir à une fiscalité outrancière et à s’endetter auprès de l’usure et de la banque étrangère.

63Ainsi le capitalisme marchand, d’usure et de prêt ont été les agents énergiques de la destruction, satellisation de l’économie tunisienne.

64Donc cette phase historique ouverte vers les années 1820-30 et se prolongeant sur un demi-siècle environ voit en fait apparaître « le sous-développement ». Le capitalisme sans prendre encore racine va déjà mettre l’ensemble des rapports sociaux anciens dans l’incapacité de dominer l’évolution interne et va surtout rendre possible l’implantation directe du nouveau mode de production à la faveur de la conquête coloniale.

II – LES TRANSFORMATIONS ÉCONOMIQUES ET LES CHANGEMENTS SOCIAUX DANS LA TUNISIE COLONIALE

1) LE PROCESSUS DE LA MISE EN PLACE ET DE LA CONSOLIDATION DE L’ÉCONOMIE COLONIALE EN TUNISIE : DE LA FIN DU XIXe SIÈCLE JUSQU’AUX ANNÉES 1950.

65L’implantation directe du capitalisme colonial, son essor relatif et sa crise dans les années 1930-40 ont manifestement produit une série de modifications structurelles, de mutations profondes nouvelles dans l’économie et la société tunisiennes. Ils marquent une nouvelle étape dans l’évolution du « sous-développement » en Tunisie. C’est au cours du demi-siècle allant de 1881 aux années 1930, que la Tunisie a connu sa « métamorphose » en économie coloniale.

66La première étape qui a directement suivi l’expédition militaire et l’imposition du protectorat français a été dominée par le capital privé et spéculatif; l’Etat colonial ne s’attachant qu’à garantir et à consolider le jeu de cette spéculation agraire et immobilière au profit d’un grand colonat représenté par d’importantes sociétés liées ou créées par la haute banque française.

67Dans les années 1880, va s’ouvrir la deuxième étape de cette colonisation agraire; désormais l’Etat métropolitain décide d’intégrer définitivement la Tunisie à la sphère économique française, d’aliéner au profit du colonat agraire une grande partie du domaine beylical, enfin de lever considérablement les obstacles douaniers au développement des échanges entre la métropole et la colonie.

  • 8 D’une part la « beylikisation » ou domanisalisation consista en la centralisation entre les mains (...)

68Au cours de cette étape, le colonat agraire verra, d’une part, sa base foncière s’élargir sous l’égide de l’Etat colonial8, d’autre part, les conditions du marché se transformer grâce à une nouvelle règlementation douanière (loi du 3 juillet 1890, décrets du 2 mai 1898 et du 19 juillet 1904).

69Sur cette double base, se produisit un changement profond dans les conditions de l’exploitation coloniale agraire; le capital colonial dans l’agriculture, absentéiste et spéculatif, commence à transformer les conditions et les formes de la production dans les campagnes tunisiennes. Ainsi se constitue en Tunisie au cours de cette phase une « doctrine agraire » et se forme un « parti agrarien », contrôlant de fait l’appareil d’Etat colonial, à travers la direction des affaires coloniales et de l’agriculture. Grâce à l’aide de l’Etat, et au soutien financier des établissements de crédit nouvellement installés, le colonat agraire européen commence dès la fin du xixe siècle à transformer le mode de production dans l’agriculture en introduisant le moyens et les méthodes de production « modernes », en développant le salariat agricole dans quelques spécialités à productivité du travail élevée. Ainsi se constitue en Tunisie sur la base du capital colonial un secteur agricole productif limité à la production de trois grandes cultures : l’huile, la vigne, et les céréales. D’une manière « périphérique » se créent quelques activités de transformation industrielle liées à ces cultures.

70La mise en place de ce secteur colonial dans l’agriculture a été rendue possible grâce au rôle décisif joué par le pouvoir colonial dans la construction d’une infrastructure routière, portuaire, hydraulique et ferroviaire. Pour financer ces travaux, l’effort a dû être lourdement supporté par les populations locales.

71Au cours donc de cette première phase de la colonisation, avant même que la production capitaliste dans les mines ne prenne racine en Tunisie, l’Etat colonial par la centralisation des terres, la normalisation financière et l’exploitation fiscale a pu faire œuvre d’accumulation primitive au profit du colonat agraire français. Certes, des capitaux monétaires furent importés pour l’acquisition de certaines terres, toutefois ces capitaux firent œuvre essentiellement spéculative. Et, sans l’intervention directe de l’Etat colonial pour consolider et renforcer la base foncière du capital colonial, pour pousser à la constitution d’un réseau bancaire afin de soutenir le colonat agraire, pour entreprendre enfin les travaux d’infrastructure; sans ce rôle historique fondamental joué par l’instance politique coloniale, le colonat agraire se serait limité à la spéculation immobilière sans transformation des modes de production.

72La centralisation de nombreuses terres et leur rétrocession aux colons furent la procédure utilisée par l’Etat colonial pour faire œuvre d’accumulation primitive, en ce qu’elles provoquèrent ce processus conduisant à la séparation des paysans de leurs conditions essentielles de travail (la terre) et leur paupérisation. Sur cette base, l’accumulation coloniale devenait possible. En effet, d’une part, le colonat agraire commencera à introduire des transformations substancielles dans le mode de production, d’autre part et surtout, le secteur minier connaîtra une forte croissance, la production extractive constituant une part prépondérante dans les exportations tunisiennes : plus de 40% dans les années 1910.

73L’avènement et le développement de l’industrie extractive au cours de cette période marque une transformation profonde de la structure économique de la Tunisie. A cette transformation correspondait, par ailleurs, l’achèvement de l’édification de l’infrastructure ferroviaire et portuaire. Cette infrastructure, entreprise par l’Etat colonial à travers la politique des emprunts dès 1902, a été rendue nécessaire par les exigences du développement de l’industrie extractive. Seules quelques exceptions ont été créées pour confirmer cette grande tendance caractéristique de l’appareil de production colonial : la fonderie du plomb, la fabrique d’engrais chimiques, les entreprises de matériaux de construction et l’usine de Cheddite.

74L’appareil de production minier exportateur reste fondamentalement articulé aux industries européennes de moyens de production. Il est dominé par quelques entreprises à dimension internationale liées aux grands groupes financiers, qu’il s’agisse de Pennaroya pour le plomb, de Moktaa el Hadid pour le fer, ou de la Compagnie Sfax-Gafsa pour le phosphate.

75Ces grands « trust coloniaux » ont réussi à la faveur de la colonisation et plus particulièrement au cours de la décennie précédant la première guerre mondiale à s’implanter en force en Tunisie en y trouvant et développant des conditions extrêmement avantageuses pour la valorisation de leurs capitaux, conditions qui concernent fondamentalement les formes exceptionnelles de l’exploitation de la force de travail dans la colonie.

76Ainsi, c’est au cours de cette période allant de la fin du xixe siècle jusqu’aux années 1930 que la Tunisie a connu sa métamorphose en économie coloniale soumise à la division impérialiste du travail. Le moteur de cette économie a été cet appareil agro-minier exportateur. D’une manière générale et surtout dans les années 1925-30 le secteur agro-minier enregistre un net mouvement d’accumulation productive.

  • 9 Nous reviendrons par la suite sur cette crise.

77Ce mouvement traduisait aussi la plus forte soumission de la Tunisie à la division coloniale du travail renforcée par l’union douanière de 1928. Cette structure agro-minière exportatrice ne connut pas de changement profond jusqu’à l’éclatement de la grande crise des années 1930-409.

78Au sortir de la guerre, les puissances impérialistes vont saisir l’importance stratégique des colonies notamment de l’Afrique du Nord, et vont envisager l’industrialisation de cette dernière dans le cadre d’une politique de défense globale de l’Union française. Après la guerre, du fait des destructions et de l’extrême usure d’un matériel vétusté et insuffisamment restauré, s’imposaient la reconstruction de l’outillage public, la rénovation des ouvrages essentiels, la répartition et la modernisation des installations.

79A la fin de l’année 1948, la métropole coloniale décide d’associer les pays d’Afrique du Nord au Plan Monnet. Dans ces conditions, on procéda en Tunisie à la mise en place de plans d’équipement et de modernisation.

80En fait, toute une politique fut mise en place pour favoriser une colonisation de type industriel. Il s’agissait en toute circonstance de trouver au capital européen et français notamment des placements et des formes d’activités rentables. Ainsi, à la faveur de l’après-guerre, l’Administration coloniale va donner une certaine impulsion à la création d’industries nouvelles dans la colonie. De plus, la conjoncture mondiale née de la guerre de Corée entraîna le transfert momentané de capitaux métropolitains dans les colonies d’Afrique du Nord et surtout au Maroc.

81Au sortir de la guerre un processus industriel s’engagea quelque peu à l’échelle nord-africaine. Toutefois, il faut fortement relativiser un tel processus, surtout pour la Tunisie; en effet, ce mouvement dont le moteur essentiel fut le capital métropolitain s’essouffle à partir des années 1950; les anciennes industries jusqu’alors dominantes (traduisant l’insertion de la Tunisie dans la division coloniale du travail) vont reprendre la prééminence au détriment des industries créées ou développées entre 1938 et 1950.

82Par ailleurs, et c’est un fait essentiel dans les années 1950, un net mouvement de désinvestissement se dessine se traduisant par une fuite substantielle de capitaux.

La formation brute de capital fixe (en milliards de francs)

La formation brute de capital fixe (en milliards de francs)

Source : Guen (M.) La Tunisie indépendance face à son économie. Tunis. 1961.

Les transferts de capitaux

Les transferts de capitaux

Source : Guen (M.) op. cit.

83Ce mouvement de désaccumulation illustre et confirme la crise de l’économie coloniale, crise dont les origines remontent aux années 1930. Cette crise marque l’accentuation des distorsions régionales et sectorielles, et apparaît comme celle où le « sous développement » est accusé par la paupérisation croissante significative des effets déstructurants du capitalisme colonial.

2) LES EFFETS SOCIO-ÉCONOMIQUES DESTRUCTURANTS DU CAPITALISME COLONIAL

84La main mise du colonat sur plus de 800 000 hectares situés dans les régions les plus favorisées (Nord, bande côtière), les concessions minières établies dans le Centre-Ouest et le Sud-Ouest sur plusieurs centaines de milliers d’hectares (500 000 hectares pour la seule concession des mines de phosphates), l’édification de l’infrastructure routière et ferroviaire se sont traduites, en dernière analyse, par des phénomènes d’expropriation massive, de refoulement des populations locales dans le Nord, le Centre et le Sud du pays.

85L’économie et la société des tribus du Haut Tell, des steppes et du Sud ont été touchées d’un manière frontale. Un processus de désagrégation va se dessiner et s’approfondir notamment à l’occasion de la crise des années 1930.

86Dès la fin du xixe siècle, les mouvements des caravanes de trafiquants du Tell vers les oasis sont complètement et brutalement arrêtés. L’implantation au Nord du colonat agraire adoptant la jachère non pâturée comme méthode culturale aboutit à l’interdiction de la transhumance et des courants d’échanges complémentaires Tell-Steppes.

87Les phénomènes d’expropriation de fait ou de droit, la rupture des courants d’échanges traditionnels n’ont pas manqué d’entraîner le dépècement de la société tribale. Par des procédures de partage progressives entre fractions, sous-fractions et familles, les terres arch dites « collectives » connurent surtout dans les années 1930 un processus de démembrement – individualisation.

88L’effritement tribal se dessine, mais la tendance est plutôt à la désagrégation et non à la dissolution des structures précapitalistes prévalentes.

  • 10 Bessis (A.) et Marthelot (M.). Le territoire des culed sidi Bou Aoun – Paris. PUF. 1968.

89Dans le Nord, et du fait de l’impact profond de la colonisation agraire, l’effritement tribal s’est affirmé plus fortement, d’autant plus que les tribus sont ici de dimension réduite. « Dans le Nord, l’individualisme agraire fait son apparition dès la fin du xixe siècle et la propriété privée s’étend, dans le Centre et le Sud sur les terres collectives. L’appropriation et la transmission privative des terres de culture est jusqu’aux années 1920 un phénomène aberrant »10.

  • 11 L’usure devient le recours forcé des producteurs marchands en période de soudure et de mauvaises r (...)

90Parallèlement à ce phénomène, et du fait de l’intensification des échanges extérieurs, l’économie monétaire et les rapports marchands se développent fortement. Les pratiques usuraires renforcées11 et les prélèvements fiscaux combinent leurs effets pour entraîner les petits producteurs du Sahel, du Nord et du Jerid sur la voie de l’endettement, débouchant souvent à terme sur la ruine et l’expropriation. Ces phénomènes prirent l’allure de catastrophes notamment dans le Sahel, où une succession de mauvaises récoltes à la fin du siècle avait entraîné un endettement généralisé et la main mise de l’usure sur une partie de l’oliveraie sahelienne. Le capital d’usure et de prêt joua ainsi un rôle important dans le processus de paupérisation de la petite paysannerie dans le Nord et le Sahel.

91La grande propriété « indigène » connut légalement des transformations. Une triple évolution a caractérisé la grande « propriété » gravitant autour du Beylik :

  • soit elle a alimenté pour une part les achats du colonat agraire, en profitant de la hausse des valeurs foncières et de procédures « frauduleuses » d’immatriculation ;
  • soit elle a été consolidée tout en continuant à être gérée d’une manière absentéiste par le recours à la location et au métayage au quint ;
  • soit, enfin elle s’est transformée en unité productive mise en valeur directement par l’exploitation d’une main-d’œuvre de type salarial ou quasi-salarial et l’introduction de techniques de production capitalistes.

92Seule en fait une minorité parmi les « prépondérants » du Beylik s’est mise dans les années 1920-30 à l’exploitation directe et se transformera en bourgeoisie agraire.

93Ainsi donc aussi bien la petite propriété melk que la propriété collective Arch et la grande propriété (Melk ou Habous) et les catégories sociales qui leur correspondent ont connu un ensemble de transformations sous l’effet de la colonisation et de la mise en place de l’économie coloniale en Tunisie.

  • 12 Pennec (P.), Les transformations des corps de métiers de Tunis sous l’influence d’une économie ext (...)
  • 13 L’évolution économique et sociale soumet l’ensemble de la population urbaine à un puissant effet d (...)
  • 14 Pennec. op. cit.

94Par ailleurs, l’établissement du Protectorat renforça encore plus le processus de « délabrement » de l’artisanat entamé depuis les décennies du xixe siècle. « La concurrence des produits de l’industrie européenne a été facilitée par le régime douanier et par l’absence de toute protection, d’autant plus qu’à la concurrence des produits importés va s’ajouter bientôt celle d’une industrie locale naissante »12. Les conséquences de cette concurrence et celles de la transformation de la consommation13 entraînent des modifications concomittantes de la demande et de l’offre des produits traditionnels, ces modifications agissent cumulativement et aboutissent à une désagrégation progressive du secteur artisanal et commercial traditionnel14.

95La tendance à la paupérisation de la petite et moyenne paysanneries a accentué le processus de désagrégation de l’artisanat et rompu la complémentarité Agriculture – Artisanat, d’autant que l’industrie européenne n’a pas manqué d’imiter les modèles locaux et donc d’exercer une concurrence forte grâce à des prix inférieurs aux produits artisanaux, réduisant encore plus les débouchés de l’artisanat.

96L’implantation du capitalisme colonial en Tunisie s’est donc traduite par la désagrégation – déstructuration des modes de production locaux. Toutefois ces phénomènes de déstabilisation n’ont culminé qu’à l’occasion de la grande crise des années 1930. Jusqu’alors les processus d’expropriation et de paupérisation ne se sont pas traduits par une prolétarisation massive. Du reste, la limite rencontrée par la colonisation tant agraire que minière a été justement le manque d’une force de travail libre et disponible. La relative résistance des anciens modes de production n’a pas manqué de poser au capital colonial le problème du recrutement de la force de travail jusqu’aux années 1930. Il faut rappeler à cet effet que jusqu’au début du siècle (1906) le Protectorat a reconnu la législation en vigueur depuis Khérédine (1874) sur le khamessat instituant la contrainte de corps. Le colonat s’est accommodé de cette situation où le système des avances et de l’endettement anticipé fixe le khammes et l’assujettit d’une manière durable.

  • 15 Si les Africains du Nord ou du Sud du Sahara étaient recrutés pour suppléer au manque de manœuvres (...)

97Du reste, par la suite, la mécanisation de l’agriculture coloniale a été combinée à l’emploi du khamassat. Ce n’est qu’à partir des années 1920 que les colons ont commencé à généraliser dans leur exploitation l’emploi d’ouvriers agricoles, affranchissant un grand nombre de khammes. En fait, c’est la carence de la main-d’œuvre qui est à l’origine de la généralisation de la mécanisation agricole. Ainsi, le travailleur salarié libre, principal facteur du capitalisme colonial, a constitué un élément limitatif à son développement. Cette situation se modifiera lors des années 1930. Jusqu’alors une partie de la main-d’œuvre indigène employée tant dans l’agriculture que dans l’industrie est recrutée sur place dans la population locale, une autre partie est empruntée à d’autres régions15.

98La crise des années 1930 marque l’exacerbation des contradictions sociales et économiques.

99Elle provoque des mutations en gestation depuis plusieurs décades. Elle a été le révélateur catalyseur des effets cumulatifs déstructurants du capitalisme colonial. Le moment de la crise apparaît comme celui où les distorsions se sont accusées et où les mutations en cours sont précipitées et éclatées.

100Ainsi, le processus antérieurement engagé de transformation des structures se trouve brusquement accéléré à la suite d’une crise coloniale greffée sur la crise générale. En effet, c’est à partir des années 1930 que l’explosion démographique se conjugue à la désagrégation de l’économie et de la société traditionnelles et à la crise du capitalisme. Les statistiques permettent de noter l’écart grandissant entre l’accroissement de la population et celui de quelques unes des productions connues : blé dur, blé tendre, orge, vin, alfa, pêche, phosphate, fer, plomb et zinc, ciment, super phosphate. Vibert, dans son tableau de l’économie tunisienne, les a converties en francs constants 1954. Sur cette base, nous pouvons dresser le tableau des indices suivants :

101L’écart ne cessera d’augmenter. La crise est structurelle; les bidonvilles sont le signe le plus remarquable de la mutation en cours.

102La société rurale a subi la crise d’une manière différenciée selon la région et son degré d’intégration à l’économie marchande. Dans la zone à terre melk (le Nord, le Sahel et l’Oasis), l’aspect majeur de la crise est l’endettement de la petite et moyenne propriétés marchandes vis-à-vis de l’usure et du crédit, alors que dans le Centre et le Sud, la crise se traduit par une forte paupérisation, par un nomadisme de la faim et le démantèlement des structures tribales. Au cours des années de crise la plus grande partie de la population et du cheptel du Centre et du Sud envahissent le Nord. Les effets conjugués des conjonctures économiques et climatiques ont abouti à la détresse générale. La famine menace toute la population, le nomadisme prend l’aspect d’un fléau.

103La crise des années 1930 a mis aussi un terme à l’expansion foncière de la colonisation dans les campagnes de Tunisie. L’effondrement des cours des principaux produits agricoles (vin, blé, huile) faillit entraîner la faillite d’un très grand nombre de ces exploitants lourdement endettés.

104Cette crise du capitalisme colonial issue des années 1930 condamnera à terme le colonialisme français traditionnel, en précipitant l’aggravation du « sous développement » par l’effet d’une paupérisation croissante.

105En effet, et malgré l’imprécision des données statistiques, il s’avèrera qu’à l’occasion de la crise des années 1930 et de la deuxième guerre mondiale, l’économie coloniale de la Tunisie subit une détérioration profonde. Sous le rapport des distorsions de plus en plus fortes entre la population active potentielle et la population active effectivement employée. L’accroissement de la population active sans emploi se fait parallèlement à une régression de l’emploi agricole et s’accompagne donc du grand premier mouvement massif d’exode rural.

  • 16 Tlatli (S.). Tunisie nouvelle : problèmes et perspectives, Tunis, sefan. 1957.

106Tlatli16 précise que dès 1936 on assiste à un mouvement de sédentarisation important des nomades dans les lieux où jadis ils ne se rendaient que temporairement dans le Nord. Près de 38 000 d’entre eux se sont fixés dans le gouvernorat de Bizerte, près de 30 000 dans la région de Grombalia, 10 000 dans le gouvernorat de Béjâ et surtout 180 000 dans le grand Tunis. Ce mouvement ne semble pas s’atténuer après la fin de la guerre.

  • 17 Le nombre de personnes ayant travaillé dans les chantiers d’assistance au cours des huit premiers (...)

107En moyenne, 11 200 personnes par an ont quitté le milieu rural pour s’installer dans les villes entre 1936 et 1956 et 40 % de la croissance démographique rurale se dirige vers les villes grossissant constamment les rangs du prolétariat urbain. Le nombre de chômeurs recensés varie au cours de l’année 1955 entre 270-280 000 et 325-340 000. L’Union générale des travailleurs tunisiens avance que le chiffre réel se rapproche plus de 500 000 que de 300 00017.

  • 18 Un article du Bulletin de la Confédération Générale du Commerce et de l’Industrie de 1954, intitul (...)

108Par ailleurs, des données, quoique grossières18, confirment plutôt l’idée que dans les années qui ont précédé l’indépendance, la désaccumulation du capital colonial s’est traduite par un accroissement du chômage dans l’industrie. Nous avons du reste pu vérifier pour l’industrie extractive la tendance à la stagnation de l’emploi.

Emploi dans l’industrie extractive

Emploi dans l’industrie extractive

109Malgré quelques réserves au plan des statistiques, on peut conclure que la crise de l’économie coloniale dans les années 1930 n’a été que faiblement surmontée après la guerre : le mouvement anticolonial se développe fortement dans les années 1950 et le mouvement de désaccumulation du capital colonial dans les années 1954-1956 est significatif de la crise de l’économie coloniale. Cette crise a été d’autant plus aiguë que la résistance ouvrière s’est consolidée depuis la fin de la guerre et a pris une dimension encore plus violente à l’approche de l’indépendance.

110Il apparaît que c’est au cours de cette période allant de la deuxième guerre mondiale jusqu’à l’indépendance que le mouvement ouvrier en Tunisie s’est véritablement structuré, organisé et renforcé, notamment dans les années 1950, où la désaccumulation du capital colonial est significative de l’effondrement d’une économie coloniale dont la crise majeure remonte aux années 1930.

111« La crise des années 1930 a été une rupture décisive marquant le début d’une étape de recrudescence des difficultés : les rapports sociaux critiques qui ont commencé à transparaître à travers la crise des années 1930 ont été en fait porteurs de mutations politiques contemporaines. La période de colonisation d’après la guerre en a finalement aggravé les conditions. Le maintien du pacte colonial n’a fait que retarder la mise à découvert des rapports sociaux économiques critiques (...).

  • 19 Galissot (R.), « Rapports coloniaux, rapports sociaux et Impérialisme dans l’Afrique française et (...)

112Le fait majeur de cette crise issue des années 1930 et culminant dans le milieu des années 1950 est d’accuser encore des contradictions qui ébranlent les conditions de vie et de travail des populations, qui confirment la ruine des campagnes, qui grossissent le mal d’emploi, qui dégagent cette base de masse paupérisées capables de s’affirmer dans le mouvement de libération sociale et nationale. Parce qu’ils sont critiques, ces rapports sociaux nés et consolidés par la dépendance coloniale, créent une situation critique »19.

Notes

1 Le Khammassat. métayage au quint, serait la « forme nord africaine du servage médiéval ». En effet, dans ce contrat, le propriétaire fournit la terre, le cheptel et les semences, le métayer son travail toute l’année durant; à l’heure de la moisson, la récolte est divisée en 5 parts, 4 revenant au propriétaire, une au métayer, mais cette part ne lui permettra pas de vivre jusqu’à l’année suivante, force lui est de s’endetter, et les prêts consentis viendront en déduction de sa part à la récolte prochaine. Comme il ne peut quitter la terre de son maître tant qu’il ne lui a pas remboursé ses avances, le Khammes se trouve indéfiniment rivé à la terre du propriétaire.
D’autres formes de métayage existent : métayage au quart (Rabâa) les contrats de magharsa (quand il s’agit de plantations d’arbres...).

2 En fait d’après Desfontaines (1783-86) « les marchés publics c’est-à-dire tout ce qui est sujet à consommation paye un droit affermé annuellement à un caïd ». Les douanes étaient aussi affermées; par ailleurs le commerce extérieur est régi par le système des teskerés ou licences d’importation et d’exportation délivrées par l’administration beylicale. Desfontaines : Voyages dans la Régence de Tunis el d’Alger (1783-86), Dureau de la Malle, Paris, 1838, 2 volumes. Mac Gill, en 1811, expliquait aussi que les principaux articles produits dans le pays et destinés à l’exportation sont affermés : peaux, cire, laine et tabac. Les affermataires appartenaient à une Compagnie juive, et procédaient à la collecte des produits qu’ils payaient à un prix de misère aux populations locales. Mac Gill (T.). An accouru of Tunis. Glasgow, Londres, 1811.

3 D’après Cherif (M.H.), « Expansion européenne et difficultés tunisiennes de 1815 à 1830 ». Revue d’Histoire moderne contemporaine. Tome XV, juillet septembre 1969.

4 Il faut rappeler que le commerce de l’argent et l’usure étaient considérés comme des pratiques contraires à la morale religieuse et étaient ainsi réservées de fait aux non musulmans. Les Juifs s’adonnaient d’autant plus à ces pratiques qu’ils étaient écartés de la propriété de la terre.

5 « Les affaires commerciales qu’ils commanditaient se trouvaient réduites... alors que Y El Jerbi, par exemple, finançait vers 1800 les affaires de plusieurs centaines de milliers de piastres. De plus sollicités par les produits manufacturés inondant la Régence, alors que leurs trésoreries s’amenuisaient, les membres de ces groupes s’engageaient dans le processus de l’endettement et de la faillite. L’endettement et la faillite des notables tunisiens prenaient des aspects divers : emprunts usuraires, associations d’affaires avec des négociants européens qui s’achevèrent par la ruine des Tunisiens... Ce sont les faillites en série des Hassen Bach Mameluk, des Landoulsi, des Rasses et autres commerçants tunisiens ». Cherif (M.H.), op. cit.

6 Les deux principaux impôts frappant la production agricole étaient :
– l’achour, impôt sur les céréales perçu en nature et frappant surtout les petits fellahs;
– le canoun : impôt sur l’olivier et le dattier (différent selon les régions).
Il faut ajouter à cela, en plus des nombreuses taxes additionnelles, l’impôt de capitalisation – 40 piastres par an et par habitant – (1 piastre = 1,66 F).

7 La mejba, impôt de capitalisation, est doublée en 1864 et elle frappe cette fois-ci les villes, autrefois exemptées. Ce fut la cause immédiate du soulèvement. Les tribus s’insurgèrent contre le pouvoir des caïds, symbole de l’oppression, et elles exigèrent la réduction des impôts et la suppression de l’impôt sur les transactions, sur la production agricole (achour, canoun) aux monopoles de l’exportation, au système douanier absurde, sur la main mise étrangère, à la dilapidation financière, et à ses agents intérieurs : les mamelouks. D’après Ben Dhiyaf). Sur l’insurrection, voir supra, la contribution de N. Sraïeb.

8 D’une part la « beylikisation » ou domanisalisation consista en la centralisation entre les mains de l’Etat colonial (direction de l’agriculture) de vastes étendues de terres (arch, habous) et l’allotissement en faveur des colons français moyennant facilités de paiement (terres sialines : 100 000 ha dans la région de Sfax, terres arch de Meknassy – Send – 55 000, terres de la Zaouia de Sidi Mheddeb, 50 000...)
D’autre part deux procédures juridiques (l’immatriculation et l’enzel) furent introduites pour aboutir en fait à des spoliations massives des populations tunisiennes, sanctionnées par le droit. Ces différentes pratiques ont permis de doubler la surface agraire coloniale entre 1892 et 1914 (de 443 000 hectares à 834 000 hectares). D’après Poncet (J.), La colonisation et l’agriculture européenne en Tunisie depuis 1881. Etude de géographie historique et économique, Thèse de lettres, Paris (1958), Imprimerie Nationale (1961).

9 Nous reviendrons par la suite sur cette crise.

10 Bessis (A.) et Marthelot (M.). Le territoire des culed sidi Bou Aoun – Paris. PUF. 1968.

11 L’usure devient le recours forcé des producteurs marchands en période de soudure et de mauvaises récoltes. La forme dominante d’usure est celle du Sellem, prêt en argent sous forme de vente à l’avance.

12 Pennec (P.), Les transformations des corps de métiers de Tunis sous l’influence d’une économie externe de type capitaliste. Thèse isea-an. Tunis, 1964.

13 L’évolution économique et sociale soumet l’ensemble de la population urbaine à un puissant effet de démonstration exercé par le mode de vie européen. La clientèle de l’artisanat tend donc à se réduire à la population rurale.

14 Pennec. op. cit.

15 Si les Africains du Nord ou du Sud du Sahara étaient recrutés pour suppléer au manque de manœuvres locaux, les Européens, Français, Italiens et Maltais, étaient embauchés pour le travail nécessitant quelque qualification ou spécialisation : contremaîtres, surveillants, mineurs étaient donc européens. Ces derniers représentaient de par leur position privilégiée dans le procès de production ainsi que leur nationalité (notamment française) une sorte d’« aristocratie ouvrière » de type colonial, séparée, le plus souvent opposée à l’élément tunisien ou africain.

16 Tlatli (S.). Tunisie nouvelle : problèmes et perspectives, Tunis, sefan. 1957.

17 Le nombre de personnes ayant travaillé dans les chantiers d’assistance au cours des huit premiers mois de l’année 1954-1955 atteignait 496 000.

18 Un article du Bulletin de la Confédération Générale du Commerce et de l’Industrie de 1954, intitulé « La machine et le chômage en Tunisie » montre, en ne considérant comme chômeur réel que celui qui ayant été muni d’un emploi régulier le perd ensuite, que de 1946 à 1951, dans le secteur industriel et commercial, le nombre moyen de ces chômeurs atteignait 5 000 à 6 000. Depuis 1951, ce nombre s’est élevé à plus de 10 000. A la fin de 1954, il devait être de l’ordre de 20 000.

19 Galissot (R.), « Rapports coloniaux, rapports sociaux et Impérialisme dans l’Afrique française et la crise de 1930», Revue française d’Histoire d’Outre Mer, volume 3, 1975.

Table des illustrations

Titre La formation brute de capital fixe (en milliards de francs)
Légende Source : Guen (M.) La Tunisie indépendance face à son économie. Tunis. 1961.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Les transferts de capitaux
Légende Source : Guen (M.) op. cit.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2551/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2551/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2551/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Emploi dans l’industrie extractive
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2551/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

Auteur

Azzam MAHJOUB, Maître de Conférences (économie) à la Faculté des Sciences économiques et de gestion de Tunis.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540