Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tunisie au présent

 | 
Michel Camau

I - Racines. Aux origines de la Tunisie contemporaine

3- Elite et société : l’invention de la Tunisie de l’état-dynastie à la nation moderne

Noureddine Sraieb

Texte intégral

1Pour évoluer de l’Etat-dynastie depuis l’installation des Husseinites en 1705 à la nation et l’Etat-nation de la Tunisie actuelle, la formation économique et sociale tunisienne est passée par des phases successives de son histoire.

2Notre objectif est précisément de suivre cette trajectoire et de tenter de percevoir ce qui pourrait constituer les moments forts de cette évolution d’une part, et les facteurs endogènes et exogènes qui ont favorisé l’émergence tardive de la nation tunisienne, d’autre part.

3Nous avons choisi comme point de départ de cette contribution le premier tiers du xixe siècle et comme terme, la naissance du mouvement Jeunes-Tunisiens (1906), car c’est dans cette période, nous semble-t-il, que le processus de formation est le plus visible et le plus probant. Remarquable dans sa continuité, il l’est aussi dans ses dénouements. L’introduction de la Tunisie dans la zone d’influence occidentale a désarticulé la société tunisienne dans son ensemble mais elle a en même temps engendré la réponse à cela en déclenchant la prise de conscience collective ou individuelle. Le groupe des Réformistes, dont nous analyserons l’action de manière prioritaire, est le produit de cette agression. Même si leur action est demeurée vaine et que la Tunisie fut colonisée par la France, leur « testament moral » ne fut jamais abandonné, même si au départ il pouvait paraître inadapté à la nouvelle situation que créa l’institution du Protectorat français en Tunisie. Il aura, néanmoins contribué à la poursuite d’un combat inégal, certes, contre le colonisateur dominant après qu’il aura été l’« inventeur » de la Tunisie d’aujourd’hui.

ÉTAT ET SOCIÉTÉ

  • 1 Cité par Chater Khalifa. – Dépendance et mutations précoloniales. La Régence de Tunis de 1815 à 18 (...)
  • 2 Cherif M.H. – Hammouda Pacha Bey in Les Africains, vii, Paris, Ed. Jeune Afrique : 125.

4Tous les historiens de la Tunisie s’accordent pour signaler l’autonomie acquise par la dynastie husseinite par rapport aux conquérants ottomans. Sans trop revenir en arrière, nous pouvons dire que c’est sous Hamouda Pacha (1782-1814) que ce désir s’est confirmé par une décision, d’apparence symbolique qui a consisté en la substitution de l’arabe au turc dans les correspondances. A. Rousseau parle dans ses Annales tunisiennes de ce bey « régénérateur de l’indépendance tunisienne (qui a œuvré) pour assurer la tranquillité de son pays et le bonheur de son peuple »1, et que M.H. Chérif qualifie de « despote éclairé »2.

  • 3 Julien Ch.A. – Histoire de l’Afrique du Nord. De la conquête arabe à 1850. 2e éd. corrigée et remi (...)

5Malgré l’intermède des règnes et des fluctuations qu’ils apportèrent, la Tunisie du xixe reste gouvernée par une dynastie que Ch. A. Julien et Roger Le Tourneau qualifient à leur tour de « nationale »3. Nous ne reviendrons pas sur les attributs de cette souveraineté relevés par les historiens, ni sur les relations de vassalité que la Dynastie Husseinite entretenait avec la Sublime Porte. Disons seulement que la césure commencée dès l’origine va se perpétuer sans pour autant atteindre le point de rupture totale : il est vrai que la situation internationale ne favorisait guère une telle rupture avec une puissance musulmane seule capable de tenir tête, tant bien que mal, aux puissances européennes pour lesquelles la Tunisie constituait un véritable enjeu en Méditerranée, surtout depuis l’occupation de l’Algérie par la France en 1830. Dès lors, la dynastie husseinite est allée même rechercher cette vassalité comme pourrait nous le confirmer la mission de Khérédine à Istamboul en 1871.

6Autonome vis-à-vis de l’extérieur, la dynastie husseinite régnait au plan intérieur sur un territoire qui possédait ses frontières. L’Etat disposait d’une armée, et avait, somme toute, une autorité sur ses habitants.

  • 4 Ganiage (Jean), Les origines du Protectorat français en Tunisie (1861-1881), Paris, PUF, 1959 : 17 (...)

7« En dépit de toutes les limites de son pouvoir, le Bey de Tunis apparaissait cependant comme un des princes musulmans les mieux obéis de l’Afrique du Nord (...). Les beys, comme les vice-rois, disposaient d’une masse paysanne étroitement soumise à leur pouvoir et à leur fiscalité, et pour lointaine et intermittente qu’elle fût, l’action du gouvernement maintenait la plupart des nomades dans une dépendance et une soumission relatives. Le Bey leur imposait les Caïds qu’il avait choisis; en temps normal il obtenait des contributions ou des services qui étaient autant le symbole d’une vassalité que le paiement d’un impôt régulier. Si l’insécurité restait permanente dans la steppe, du moins les révoltes étaient-elles rares, étroitement localisées. Aucune des tribus nomades ne songeait à rejeter l’autorité du Bey (...) », c’est ainsi que Jean Ganiage décrivait l’état du royaume4.

8Mais à côté de cette masse paysanne ou nomade pour adopter l’appellation Khaldounienne de Badw, existait une masse sédentaire ou Hadar.

9Dans ces mêmes groupes, des catégories sociales se créent. Pour la ville, hommes d’Etat, hauts fonctionnaires, ‘ulamā, artisans constituent ce qu’on pourrait appeler une élite, tandis que le reste de la population n’était que la plèbe, le commun des gens du royaume ‘ammat ahl al-mamlaka (B. Dhiyaf, v/23) ou la grande masse assawād al-ddam (B. Dhiyaf, iv/74), tandis que l’appartenance à la capitale conférait un titre de gloire supplémentaire (baldf) par rapport à l’afāqī habitant des autres régions du Royaume.

  • 5 Cf. Biographie de ces personnages dans Ganiage (Jean), « Les Européens en Tunisie au milieu du xix(...)
  • 6 lhid. : 410. Sur la situation économique, voir infra la contribution de Azzam Mahjoub : Economie e (...)

10Nous avons donc affaire à une société hiérarchisée où l’élite gravite autour de la Cour et détient, selon la volonté du Prince, il est vrai, les rênes du pouvoir politique et économique par son commerce avec l’extérieur, tandis que le reste de la population des villes et des campagnes reste soumis à l’oppression et où le paysannat n’acquiert la reconnaissance des autorités que lorsqu’il s’est acquitté des charges qui le jugulaient et qui, en fin de compte, allaient enrichir une administration financière qui n’avait d’autre souci que de dilapider les deniers de l’Etat à des fins strictement personnelles ou à des réalisations inutiles et de prestige. Nous ne donnerons en exemple que le cas de Ben Ayed et de Nessim Shemmama à cet égard, avec la complicité de Mustapha Khaznadar, premier ministre d’Ahmed Bey. Telle situation devait favoriser la pénétration économique européenne en Tunisie où les Consuls de France, de Grande-Bretagne et d’Italie avaient une influence considérable et devaient se plier aux exigences de plus en plus grandes de leurs puissants protégés que J. Ganiage décrit en ces termes : « [...] Par ses efforts persévérants, son entente, une génération de négociants européens avait réussi à organiser un vaste réseau commercial, à s’assurer en même temps une influence exceptionnelle auprès de la Cour de Tunis. Intermédiaires de toutes les transactions importantes du Gouvernement, les négociants avaient leurs entrées au Palais; ils discutaient d’égal à égal avec les ministres tunisiens. Van Gaver, Carcassonne, Sedriani, les Grecco5 étaient des personnages avec lesquels le Bey devait compter. Il n’était pas de prêt du gouvernement, pas d’avance sur la récolte qui fut réussi sans leur assentiment; aucun Consul de Sardaigne, d’Italie ou même de France ne pouvait espérer rester longtemps en fonction s’il se heurtait à l’hostilité résolue des principaux notables de leur colonie »6.

La Tunisie dépossédée

  • 7 lbid. ; 395 (notamment notes 19 et 20 en bas de page).
  • 8 Il s’agit du Pacte Fondamental de 1857 proclamant l’égalité civile et politique de tous les sujets (...)
  • 9 Mohammed Bey (1855-1859), onzième prince de la dynastie husseinite.
  • 10 Mohammed es-Sadok Bey (1859-1882), douzième Bey de la dynastie husseinite.
  • 11 Ganiage (Jean), art. cité: 411.

11La Tunisie du xixe siècle était ainsi l’endroit élu des étrangers qui gouvernaient les nationaux : mamelouks, commerçants étrangers, « conseillers » consulaires auprès de la Cour qui n’hésitait pas elle-même à prendre ses hauts fonctionnaires parmi les étrangers7, sans omettre un groupe de négociants juifs tunisiens ou étrangers qui commençaient à prendre une importance telle qu’ils inquiétaient à leur tour les commerçants européens et leurs chancelleries. C’est ainsi que « les négociants européens qui avaient applaudi aux réformes libérales8 des beys Mohammed9 et Mohammed es-Sadok10 commencèrent à s’inquiéter d’une concurrence qu’ils n’avaient pas prévue, à redouter des difficultés dont ils ne pouvaient encore soupçonner la gravité »11.

  • 12 Slama (B.), L’insurrection de 1864 en Tunisie, Avant-propos de Ch. A. Julien, Tunis, Maison Tunisi (...)

12Dans ce cadre, aussi complexe qu’étouffant, comment se manifeste l’existence des « nationaux » ? Ou bien par la collaboration ou bien par la révolte. Dans le premier cas, la collaboration se fait au niveau le plus élevé. Le Bey, ses ministres, son armée, consentent, quand ils n’y sont pas obligés, à exécuter les ordres de leurs « conseillers ». Chacun d’ailleurs y trouve son compte : les uns s’enrichissent, les autres consolident de mieux en mieux leurs positions, en vue d’agir plus efficacement. En effet, les navires de guerre européens en rade au port de la Goulette devenaient spectacle courant. Moyen de pression sur la cour de Tunis, ou simple mesure de prévention en vue de protéger les colonies européennes de la Régence ? C’est, en fait, un faux problème étant donné que les deux éléments n’en font qu’un : une pénétration économique engendre nécessairement, sinon une main mise du moins une influence et une pénétration politique dont les conséquences seront visibles plus tard. Une véritable colonisation anglaise, puis italienne et française s’instaure dans le pays. « Le 10 octobre 1863, la signature de la convention anglo-tunisienne confère aux sujets anglais le droit d’acheter et de posséder des terres dans toute l’étendue de la Régence : c’est la porte ouverte aux hommes d’affaires anglais : « chaque courrier dépose à Tunis un capitaliste et un industriel maltais ou juif de Gibraltar : Wood vient présenter au bey des banquiers et des ingénieurs; l’un veut créer une banque à Tunis, l’autre développer la culture du coton dans la Régence; le troisième se charger de l’exploitation des mines »12. On sent de plus en plus que, par leur avance technique, l’existence de moyens financiers importants mis à leur disposition, l’état de décadence de la Tunisie à l’époque due en grande partie à la mauvaise gestion du pays par les ministres et leurs hauts fonctionnaires presqu’exclusivement mamelouks, les Etats européens voyaient la Tunisie comme une proie facile à atteindre. D’un autre côté, les Tunisiens se trouvaient de plus en plus étrangers aux affaires de leurs pays, la masse paysanne étant de plus en plus accablée d’impôts et de charges diverses. Est-elle satisfaite de sa situation ou au contraire est-elle mécontente ? Possède-t-elle une élite qui puisse manifester son désaveu à l’égard du gouvernement tunisien d’un côté et de la pénétration étrangère de l’autre ? En un mot, peut-on dire qu’il existait une conscience nationale à l’époque ? Un évènement d’une importance capitale, semble-t-il, peut nous fournir certains éléments de réponse.

  • 13 Il faudrait préciser, en outre, que cet emprunt fait suite à l’emprunt de 1862 réalisé par Nassim (...)
  • 14 Slama (B.), op. cit. : 16-17.
  • 15 Villet, « Notes sur les causes du désordre financier », 19 mai 1972 cité par Ganiage (J.), « La cr (...)

13Le gouvernement tunisien, pour faire face à ses dépenses inutiles, se trouvait souvent en difficulté. L’un des moyens qu’il utilisait pour alimenter ses caisses consistait à lancer des emprunts soit locaux (1862) soit internationaux (1863)13. Mais ceci ne résolvait pas les problèmes; bien au contraire, ceci rendait la situation de la Tunisie de plus en plus catastrophique. En effet l’emprunt du 6 mai 1863 est de 39 346 000 francs valeur nominale, amortissable en 15 annuités et demie de 4 200 000 francs l’une. L’Etat s’engage ainsi à rembourser 65 millions : le produit de l’impôt personnel évalué à 5 millions sert de garantie à l’emprunt. De tous ces millions le gouvernement beylical ne touche que... 5 640 914 francs. Il est vrai que les banques et Khaznadar ont prélevé leurs commissions. Quant au Bey, il reçoit « d’avance » un million, « à titre de cadeau, selon l’usage en pareille matière» [...]. Cet emprunt évidemment ne résoud rien14, car, en même temps que dans les bureaux du représentant de la maison Erlanger à Tunis, on remboursait les anciens titres, un courtier du gouvernement installé dans le voisinage, reprenait du public l’argent que celui-ci venait de recevoir, en échange de nouveaux Teskérès... A la faveur de cette comédie de remboursement, la dette se trouva simplement augmentée de 15 millions à peu près... »15. Devant une telle situation, il fallait encore recourir à d’autres procédés et plus particulièrement à une augmentation d’impôts qui passeraient du simple au double. Quelle sera la source de ce financement ? Ce seront les paysans, évidemment, mais aussi les habitants des villes qui en étaient jusque-là exemptés, qui paieront.

Signification d’un soulèvement ?

  • 16 « La piastre tunisienne qui, jusqu’en 1851 valait 1 franc à 1,10 francs se mit à baisser, le mouve (...)
  • 17 A ce sujet, la source fondamentale demeure la chronique de Ben Dhiyaf, Ithāf ahl az-zamān bi ahbār (...)

14Malgré l’opposition de certains ministres dont Kheredine, Hussein, président du Conseil municipal de Tunis et d’autres encore, la décision fut prise de doubler l’impôt de la Mejba qui passerait de 36 à 72 piastres « riyal »16. Un mouvement général s’organisa au sein de la population : on refusa de payer l’impôt mais, chose plus grave encore, on porta la contestation sur d’autres points plus intéressants, auxquels nous nous arrêterons en négligeant les déroulements des événements de cette « insurrection » de 1864, plutôt connue sous le nom de la révole d’Ali Ben Ghdahem et qui ont été bien rapportés par d’autres, dans leurs menus détails17.

  • 18 Lacheraf (Mostefa), L’Algérie, Nation et Société, Paris, Maspéro, 1965 : 61. (Cahiers libres 71-72 (...)
  • 19 Ben Dhiyaf (Ahmad). – Op. cit., V/121.
  • 20 Id.

15Limitons-nous par conséquent aux revendications essentielles des insurgés. La spontanéité de la réaction montrait que la colère couvait chez les couches paysannes et de petits artisans du pays qui se trouvaient unis ainsi par un « chef national », Ali B. Ghdahem, et ses lieutenants locaux dans les diverses régions de Tunisie, auxquels toute la population obéissait. Ils organisaient la résistance dans tout le pays après avoir isolé le pouvoir central dans la capitale, tandis que dans toutes les autres régions de Tunisie le pouvoir était passé entre les mains des hommes les plus en vue de la tribu ou de la ville, car cette insurrection paysanne put obtenir aussi le soutien de la petite bourgeoisie des villes telles qu’à Sfax ou à Sousse, soit par crainte de représailles de la part des tribus nomades, soit pour conserver leurs propres avantages face à l’intrusion étrangère sur le plan gouvernemental (les Mamelouks) ou sur le plan commercial (pénétration de plus en plus grande du capital étranger qui dépossédait les Tunisiens même de leur marché national où ils étaient concurrencés par les commerçants étrangers). Aussi, constituaient-ils à leur tour de petits gouvernements locaux, formés de notables civils et religieux qui dirigeaient les affaires en commun. Ces « gouvernements locaux », baptisés chartias, que Mostefa Lacheraf considéra comme de « véritables comités libres »18, étaient élus et représentatifs des différents groupes de populations. Ces comités se sont constitués spontanément parmi les diverses tribus qui ont oublié pour un moment leurs luttes et leurs inimitiés car elles ont vu que leur « cause était commune »19, et que l’oppression qui frappait les uns touchait, de la même manière les autres, au point de se sentir solidaires pour réagir ensemble contre l’ennemi commun : le pouvoir central. Ali Ben Ghdahem le confirmera à ses compagnons en leur interdisant toute agression contre qui que ce soit, car, d’après le chef de l’insurrection, tout acte de banditisme ne pourrait que porter préjudice à leur cause, eux, qui « n’ont affaire qu’au Gouvernement »20.

  • 21 Ibid., V/123.
  • 22 Id.
  • 23 Id.

16Il semble ainsi se dessiner une certaine « éthique » du pouvoir qui n’était que pour rassurer les gens. En effet, on commençait à se rendre compte que jamais les caravanes n’étaient en aussi grande sécurité21. Certaines anecdotes rapportées par Ben Dhiyaf peuvent nous renseigner sur cet état de fait. Une caravane allant de Tozeur à Tunis a vu son chargement de dattes diminuer. Ayant appris la nouvelle, Ben Ghdahem obligea ses compagnons à restituer ce qu’ils avaient pris, malgré le refus du propriétaire qui dit à Ben Ghdahem : « Je leur pardonne car la faim les a obligés de les manger » et Ben Ghdahem de répondre : « Il faut absolument que tu récupères ton dû aux prix des ventes des dattes à Tunis même et non au Djérid ». Aussitôt dit, aussitôt fait22. « Les habitants de Tunis, ajoutera-t-il, sont nos frères. Nous savons que leurs cœurs nous pardonnent. Ils savent, en effet, que si nous venions à disparaître, ceci porterait préjudice à leur commerce et à leurs industries »23.

  • 24 Id.
  • 25 Ibid., V/121.
  • 26 Ibid., V/141.
  • 27 Id.
  • 28 Ibid., V/179.

17Il s’agissait pour les insurgés et les chartias d’établir un climat de confiance et de solidarité envers leur mouvement dans les populations, en n’attaquant que les hommes du pouvoir, caïds, féodaux, terriens et hommes de main. Il s’avère que la révolte était dirigée par la paysannerie contre ses oppresseurs. Ainsi ils se sont vengés dans la région de Kairouan, du Caïd Zar-rouk ibn Abi al-Aïssaoui. Après l’avoir obligé à nourrir trois cents cavaliers et leurs chevaux, ils exigèrent de lui qu’il leur présentât des titres d’emprunts faits en leur nom. Ils les brûlèrent et lui dirent à leur départ : « Tu ne nous a pas nourris avec ton argent ni avec celui de ton père. C’est notre argent qu’Allah nous rend »24. Il semble que les paysans se soient soulevés pour récupérer ce qu’on leur avait pris auparavant de manière arbitraire. Il semble aussi qu’ils aient pris conscience de leur condition d’opprimés; chose plus grave, ils n’hésitent plus à mettre en question l’honnêteté des hommes de religion : Si le tombeau de Sidi Abu Zum’a al-Balawî, compagnon du prophète, a été profané à Kairouan25, ils s’en prennent aussi aux théologiens « ces savants de la fin du monde, complices des oppresseurs »26 qui, « s’ils avaient essayé de corriger les torts [des gouvernants], les choses n’en seraient pas là »27. Cette « iconoclastie » se manifestera encore à M’saken qui refusait toute médiation. A chaque fois qu’un émissaire venait à M’saken en vue de négocier on le repoussait. On allait jusqu’à dire : « si quelqu’un venait chez nous, fût-il prophète, nous ne l’accepterions pas » ou encore « qu’ont-ils donc à nous dépêcher des curés alors que dans notre pays il y en a un qui pleure tous les jours dans sa mosquée »28.

18Ceci nécessite interprétation. Sans trancher, nous pouvons néanmoins émettre quelques hypothèses. Il est évident, nous semble-t-il, que les insurgés n’ont jamais remis en question l’Islam dans son ensemble. Celui-ci fait partie intégrante de leur culture. Cependant, la situation des hommes de religion se voit remise en question. Les insurgés voient en eux, incontestablement, des auxiliaires du régime d’oppression qui les accable.

19D’autre part, dans cette situation précise de troubles, la position des puissances européennes s’est souvent manifestée aux yeux des insurgés. Ils ont senti que les interventions étrangères constituaient pour eux un danger réel. Ils en rendent responsables les autorités tunisiennes et tous leurs hommes de main, y compris les cadis, muftis et autres fonctionnaires du Charaâ. C’est ce qui explique, à notre sens, l’identification des hommes de religion à des babbâs ou curés, qui, en tant que musulmans, auraient dû, dans l’esprit des insurgés être de leur côté au lieu de se placer dans le camp des « oppresseurs », au même titre que la grande bourgeoisie des villes qui, au lieu de prendre part à l’insurrection, s’est enfuie à Alexandrie ou à Tunis en vue de préserver sa vie et ses biens.

20Un autre phénomène non moins important apparaît dans les revendications des insurgés. Ils formulent, en effet, le désir ou la volonté que, dorénavant, le Caïd soit un membre de la tribu et élu par elle. Ceci remet en cause toute la politique du gouvernement qui, jusque-là, a toujours recruté ses hauts fonctionnaires parmi les mamelouks, étrangers au pays aux yeux des insurgés, et qui ne se manifestaient que pour percevoir l’impôt ou spolier des terres.

21Ainsi donc, à côté de la récupération des biens par les insurgés, on va vers une récupération du pouvoir à proprement parler, l’instauration des chartias, n’étant en somme qu’une étape transitoire dans cette récupération. Les insurgés ressentent la nécessité pour eux de participer à la marche des affaires, qui, jusque là, se faisait contre eux et à leur détriment.

22Peut-on alors parler d’une nationalisation du pouvoir ?

  • 29 En effet, Ben Ghdahem sera à un moment donné trompé par les promesses du Bey et du Khaznadar. Il « (...)

23Il est évident que l’année 1864 marque le début de cette nationalisation. Tribus nomades et citadins se trouvent unis pour une cause commune; leur chef Ali B. Ghdahem, est reconnu par tous, tout au moins au début de l’insurrection29, les décisions se prennent en commun et des accords écrits sont conclus entre les divers chefs de chartias en vue d’organiser l’insurrection et de gérer les affaires qui ne sont plus, depuis le déclenchement de la lutte, entre les mains du gouvernement central.

  • 30 Voir Slama (B.), op. cit. : 104 et suivantes.
  • 31 Agent consulaire à Sousse.
  • 32 Slama (B.) op. cit. : 105. Du côté italien voir Grandchamp (Pierre), art. cité.

24D’autre part, si aucune haine contre les étrangers ne s’est manifestée au début, l’intervention trop visible des puissances étrangères30 dans les affaires du pays la suscitera, même si certains bourgeois de Sousse ont souvent demandé à d’Espinat31 une intervention de l’armée française en vue de rétablir l’ordre dans le Sahel32. On sait par ailleurs les pressions des Anglais sur les chefs de l’insurrection en vue de restaurer l’autorité du Bey, tout en essayant, par ailleurs, de faire croire aux insurgés que tous leurs maux viennent de la politique française à l’égard de leur pays. En fait, les Anglais ne font que renvoyer la balle à De Beauval qui rendait, de son côté, les Anglais responsables de la politique des Beys.

  • 33 Wood au Bey, lettre en français, 25 janvier 1865, Archives du gouvernement tunisien, 184-1026 (cit (...)

25Les insurgés étaient-ils dupes de telles manœuvres ? Il semble que non. Devant le danger d’invasion du pays par les Etrangers, les insurgés portent leur regard vers la Sublime Porte et font des appels au Sultan en vue de les protéger. A Sfax, par exemple, le drapeau du Sultan se substitue à celui du Bey, tandis que la foule crie « vive le Sultan, à bas le Bey », dans les villes du Sahel, « on demande la déposition de la famille hussaïnite et la soumission du pays au gouvernement direct de la Sublime Porte »33.

  • 34 Le Capitaine de l’Actif au vice-amiral Bouët-Willaumez, 28 juin 1864. Affaires Etrangères Français (...)
  • 35 Ben Dhiyaf, op. cit. V/63 (cité par Slama (B.), op. cit. : 92).

26Il s’agit d’un mouvement de patriotisme authentique de populations qui se disent prêtes à défendre leur pays contre toute invasion étrangère et si « les craintes d’invasion font naître des aspirations turques »34, les Tunisiens comptent aussi sur eux-mêmes, comme nous le dira B. Dhiyaf. Certains notables, inquiets des interventions étrangères dans les affaires du pays et de leurs pressions sur le Bey diront : « nous préférons trahir un faible contre un fort, comme cela s’est passé en Algérie – et ce, dans le cas où notre Sultan ne ferait rien pour nous protéger alors qu’il est responsable de nos destinées devant Dieu – plutôt que l’on dise que notre pays a été conquis par des paroles et des manœuvres »35.

27Mais si la « Révolution de 1864 » a échoué, elle n’en a pas moins constitué pour la Tunisie une étape très importante dans son affirmation politique. Ce mouvement sans précédent a eu le mérite de faire prendre conscience à la masse paysanne et la petite bourgeoisie des villes de leur situation d’opprimés par rapport à une cour qui ne se souciait pas d’eux et qui les accablait. Cette prise de conscience s’est manifestée dans les faits par l’instauration des Chartias, l’insoumission au pouvoir central, le respect d’une organisation révolutionnaire qui dénote une intégrité morale certaine, des demandes précises en vue de l’amélioration des conditions de vie des personnes et une revendication de nationalité notamment en ce qui concerne la désignation des Caïds qui juque là étaient tous des mamelouks étrangers qui ne partageaient en rien les joies ou les malheurs de leurs administrés qu’ils ne connaissaient qu’au moment où ils venaient percevoir les impôts ou les déposséder de leurs terres.

Genèse d’une conscience

28Cette conscience politique se manifestera aussi par un refus de l’occupation étrangère et comme nous l’avons vu par l’appartenance à un pays qu’il faut défendre jusqu’à la mort.

29Patriotisme ? Nationalisme ? Il est certes difficile de dire que la Tunisie de 1864 était ce qu’elle est actuellement. Il n’en demeure pas moins que c’est à cette date-là que la Tunisie a pu s’affirmer, même momentanément, comme une nation soudée, ayant un but à atteindre, obéissant à une organisation révolutionnaire avec des objectifs politiques certains.

30Il est aussi évident que ce nationalisme reste disparate et confus. Il ne se manifestera qu’à la suite de situations précises et surtout contre tout genre d’occupation étrangère. L’insoumission des tribus du Sud au Protectorat français est encore une preuve irréfutable.

31La constante qui se dégage de ce processus c’est une prise de conscience brutale de personnes mises au ban de la société, à savoir le paysannat, les nomades et aussi les artisans et petits bourgeois des villes qui se soulèveront contre l’ordre établi et ses abus, les velléités d’intrusions étrangères et les bourgeois et féodaux terriens qui, jaloux de leur situation favorisée et de leurs prérogatives, seront presque toujours les alliés soit des forces oppressives de l’intérieur, soit des forces d’occupation. Une telle prise de conscience semble cependant confirmée au niveau de l’élite réformiste tunisienne du xixe siècle qui l’a exprimée par ses écrits et dans ses discours.

  • 36 Demeerseman (A.), « Formulations de l’idée de patrie en Tunisie (1837-1872) ». IBLA (113). 1e trim (...)
  • 37 Aqwam al-masālik fï ma rifai ahwāl al-mamālik [la plus sûre direction pour connaître l’état des nat (...)

32Le travail de R.P. Demeerseman nous semble à cet égard fort instructif36. L’auteur part d’une analyse du vocabulaire politique de trois œuvres capitales de l’historiographie tunisienne du xixe siècle3376 bis.

  • 38 Demeerseman (A.), « Formulation... » : 109.
  • 39 Darmesteter (A.), La vie des mots, Paris, 1941 : 6, cité par Demeerseman in Ibid : 109.
  • 40 Ibid. : 109. C’est nous qui soulignons la phrase de Demeerseman car elle dénote toute la démarche (...)

33Il a bien voulu mettre en évidence les objections qu’on pourrait lui formuler, aussi s’est-il empressé d’y répondre. « Certes l’attribution aux langues d’un certain lien avec la mentalité s’avère légitime »38 dira-t-il. Et de citer Darmesteter : « Formes immédiates de la pensée, instruments créés par elle pour la traduire, ce sont autant de miroirs où viennent se réfléchir les habitudes d’esprit et la psychologie des peuples »39. L’auteur ajoutera néanmoins : « Il importe toutefois de s’en aviser, le passage du linguistique au psychologique n’en reste pas moins des plus délicats et ne va pas de soi. C’est bien pourquoi, laissant de côté les spéculations hasardeuses, nous porterons notre attention sur quelques faits précis que notre analyse a dégagés et que le contexte historique a mis en relief »40.

34L’auteur essaie d’analyser, à travers les œuvres indiquées, l’emploi et l’évolution des onze concepts suivants :

  • 41 Ibid. : 39

35Tunis, pour laquelle l’auteur se demande si elle doit être traduite par Tunis, capitale du pays ou Tunisie. Après l’analyse, l’auteur conclut au caractère amphibologique du terme qui servait à désigner autant la capitale que le royaume dans son ensemble. Mais, « pouvant désigner l’ensemble du pays, le mot est encore loin d’être synonyme de patrie encore moins de nation »41.

  • 42 Id.

36Le terme Balad (pl. bilâd) signifie dans son sens large un lieu délimité, habité, le pays, la ville ou la cité. « Moins impersonnel que qutr, il évoque une implantation », dira Demeerseman42.

  • 43 Id. (les chiffres romains indiquent les tomes de l’ouvrage tandis que les chiffres arabes indiquen (...)
  • 44 Id.

37Au pluriel bilâd, il pourra être synonyme de Tunisie, « vrai terroir dont Bayram donne cette excellente définition : c’est ce pays là (hâdihi’l-bilâd) qui est le lieu où ont prospéré ses pères (manbat al-ābā) et où se sont fixés ses ancêtres (mustaqarr al-ağdâd, Bayram I/109)»43. Et l’auteur de citer quelques emplois privilégiés tels que : pacification du pays (tdmīn al-bi-lâd – Bayram I/21); prospérité du pays (umrān al-bilād, Kheireddine, 4); bien du pays (hayr al-bilâd; Kheireddine, 57); coutumes du pays (ādāt al-bilâd, Bayram I/136 II/10)...44.

  • 45 Ibid. : 43.
  • 46 Id.

38A côté de qutr qui signifie région ou contrée, le concept Umma ne reprend le sens de nation que quand il s’agit de nations étrangères. Si ‘Imâla signifie province, iyâla est la Régence. Bayt a le sens de dynastie (al-bayt al-Husaynî), la maison husseinite (Bayram, I/153); al-’ā’ ila ‘l-husayniyya fi Tunis, la famille husseinite à Tunis (Bayram, I/128, 133)... Mamlaka signifie royaume et dawla a le sens général de gouvernement, d’Etat mais il a signifié aussi : empire, monarchie, dynastie et par excellence le Califat. Quant à Watan, « vieux mot arabe (pl. awtān) peut signifier lieu où l’on est à demeure fixe, al-watan al-aslī : lieu natal ou pays d’où l’on tire son origine, patrie, enfin lieu où les troupeaux couchent habituellement »45. Istiqlāl : indépendance, « nom d’action d’une dixième forme dont on retiendra le sens de : s’emparer exclusivement de quelque chose, par exemple du pouvoir et être souverain indépendant »46.

  • 47 Ibid., 45.

39Tels sont les concepts que l’auteur s’est proposé d’étudier et telles sont leurs significations étymologiques. Dans une deuxième étape, Demeerseman cherche à dégager leurs emplois et leurs significations propres, selon les circonstances dans lesquelles ils ont été utilisés. Il en conclut que l’emploi du qualificatif tunisien (tūnusī, pl. Twānsa) attire l’attention. L’auteur y voit « en germe, une protestation de l’individualité tunisienne contre la domination des étrangers »47.

40Ce même qualificatif précédant le mot Qutr, confère au terme des intentions différentes. D’une part la manifestation d’une recherche d’indépendance. Aussi Ahmed Bey s’accordera-t-il en 1842 le titre de Amīr al-Mu’minîn bi l-Qutr at-Tūnusī Emir des croyants de la contrée tunisienne (B. Dhiyâf, IV/66). D’autre part il souligne l’autorité du Bey sur l’ensemble du pays. « S’adressant aux habitants de Djerba (14 décembre 1842), il souhaitera [Ahmed Bey] que Dieu garde cette île, mais se hâtera de mentionner en même temps toute la contrée tunisienne : sa ir al-qutr at-Tūnusī (B. Dhiyâf, IV/68).

41L’évolution du mot bilâd est aussi sensible. Ce sera la patrie, le pays, notre pays (bilādunā) dira B. Dhiyâf (IV/247), que l’on se doit de défendre comme sa propre maison (himāyat bilādinā wa-dārinā) (Ibid, IV/209). L’appartenance au pays est souvent mentionnée; parlant des juifs, par exemple, l’auteur écrira « al-yahûd at-tawānisa », les juifs tunisiens (B. Dhiyâf V/165). Ceci ressemble quelque peu à la nationalité. Ainsi les habitants du pays deviennent ses fils (abnā al-bilād, B. Dhiyâf IV/210).

42Si par ailleurs, l’auteur n’a pas rencontré l’expression nation tunisienne al-ummdt-tûnisiyya, il a par contre relevé l’emploi d’al-Umma dans le sens localisé, tunisien. Les auteurs diront al-Umma (la nation) ou hâdihi’l-umma (cette nation) et ils traiteront de tout ce qui la concerne, s’agissant bien entendu de la nation tunisienne; alors que les concepts de Imâla (province), Iyâla (Régence), Bayt (dynastie) indiquent surtout des rapports entre la dynastie husseinite et la Sublime Porte.

43Si le mot dawla (gouvernement) a pris droit de cité pour désigner le gouvernement tunisien, alors que ce mot était exclusivement employé pour le gouvernement ottoman, c’est surtout l’apparition du mot watan (patrie) qui est la plus importante pour nous.

44D’après les textes étudiés, il apparaît de plus en plus que le concept est « entré dans les mœurs politiques » sinon du pays dans son ensemble, du moins chez certaines personnes qui constituaient, ce qu’on pourrait peut-être appeler une avant-garde réformiste.

  • 48 IBLA, 113, 1er trim. 1966.
  • 49 Demeerseman, « Formulation... » : 128.

45S’il paraît inutile de paraphraser Demeerseman, il semble néanmoins intéressant de reproduire sa conclusion : « l’existence d’un patriotisme sous une forme diffuse, ne semble pas contestable. La dérivation sémantique des vocables étudiés dans notre précédent article48 suffirait à elle-seule à le prouver. Il y a une certaine « ferveur » patriotique dans les différents vocabulaires, des associations typiques, un culte de drapeau dans l’armée, une mise en relief de l’intérêt supérieur de la patrie, une insistance louangeuse sur l’amour de la patrie, la condamnation de la trahison de la patrie, un rappel de l’existence des frontières, une crainte parfois panique de l’invasion. Les discussions des historiens sur les velléités d’indépendance d’Ahmed Bey montrent à tout le moins que le problème était soulevé »49.

46A côté de tout cela, il suffit de noter la présence, dans le vocabulaire de l’époque, d’un certain nombre de mots qui dénotent l’existence d’une conscience de la nationalité. La différence entre le ahlî (homme du pays, citoyen...) et le ağnabî (l’étranger) est souvent marquée, tandis que l’idée d’appartenance à une même race, à un même territoire fait son apparition.

  • 50 Ibid. : 131.

47« Dans un discours au Bey, Khéreddine louera celui-ci d’avoir fait prédominer son amour pour la patrie et l’intérêt des fils de sa race (banī ginsihi), (B. Dhiyâf, V/60)50.

  • 51 Nous empruntons le mot à M.S. Zmerli, auteur de l’ouvrage du même titre.

48Et c’est dans ce contexte général de mobilisation en réaction à la pénétration étrangère et aux abus qu’elle a pu engendrer, à la destructuration d’une société par l’introduction du mode de production capitaliste et ses effets aussi bien sur le paysannat que sur la bourgeoisie et la petite bourgeoisie des villes, qu’un travail en profondeur s’élabore chez une élite du savoir et du pouvoir dont l’objectif explicite ou implicite est effectivement de réaliser un changement de l’intérieur et de créer les conditions favorables à la genèse et à l’affermissement de l’Etat et de la nation modernes. Ce fut l’heure des Précurseurs51.

KHEREDDINE ET LES « PRÉCURSEURS »

49Ce groupe de réformistes provenait en fait de deux écoles différentes. Le groupe des « indigènes », c’est-à-dire Le Cheikh Ibrahim Riahi, Mahmūd Qabadū, Sālim Būhāğib, Ahmed Ben Dhiyaf, Bayram V sortaient de la Zitouna. Certains des mamelouks, tels que Hussein et Roustam... étaient les élèves de l’Ecole polytechnique militaire du Bardo. Ils se retrouvaient, néanmoins, groupés autour d’une œuvre commune qu’ils tenaient à réaliser. Ils vivaient une période de transition. L’Occident commençait ses pénétrations aussi bien économiques qu’intellectuelles, en Tunisie et dans le monde musulman en général, dont l’Empire Ottoman et la Turquie particulièrement subissait les conséquences. La contestation des régimes politiques despotiques commençait. L’esprit d’indépendance nationale, la volonté de participer à la gestion des affaires publiques, s’ils n’étaient pas encore ressentis par la totalité des peuples, devenaient la préoccupation d’une certaine élite soucieuse dorénavant d’un bien-être commun. L’Etat, pour eux, ne devrait plus être le bourreau, mais un agent au service des autres. A l’époque, un tel programme constituait une véritable révolution.

50Ce groupe prenait, en outre, de plus en plus conscience du retard que le monde musulman accusait par rapport à l’Occident. Il s’avérait de plus en plus pour eux que le développement de la science était l’élément fondamental pour le redressement de la civilisation occidentale, qu’ils étaient souvent tentés de comparer à la civilisation arabo-musulmane avant son déclin. Leur déduction était nette : si l’Occident atteint un tel apogée sur le plan politique, social et technique, c’est bien par le développement de la science et des connaissances. Telle était la situation des pays musulmans. Dès lors, pourquoi ne pas redonner à la science la place qui lui revient afin de promouvoir une société nouvelle où les mots de justice, de liberté et de prospérité doivent avoir leur place ? D’autre part, pourquoi ne pas aller chercher en Occident même les éléments aidant à ce redressement dans la mesure où ils peuvent être compatibles avec les données fondamentales de l’Islam ?

51On se rendait, en effet, davantage compte de l’avance technologique de l’Europe dans tous les domaines, dès le moment où les échanges de délégations, les voyages commerciaux, les missions de tout ordre devenaient de plus en plus nombreux. Commerçants ou hommes d’Etat saisissaient de jour en jour les dangers qu’ils encouraient aussi bien sur le plan intérieur qu’extérieur.

  • 52 Abdelmoula (Mahmoud). Madrasat Bārdū al-harbiyya, Tunis, Maison Arabe du Livre, 1977, 163 p.
  • 53 Ben DhiyafIth’âf... IV/37.

52Ahmed Bey était conscient de ce retard, aussi avait-il créé l’Ecole militaire du Bardo, le 5 mars 1840, dont il confiait la Direction au Colonel Caligaris, orientaliste italien qui étudia l’arabe en Syrie et servit dans l’armée turque52. Cette école devait offrir aux éléments de l’armée du Bey un complément d’enseignement et de méthodes militaires à l’image de ce qui se faisait en Europe. L’apprentissage de la langue française était inscrit aux programmes de cette école au même titre que celui des mathématiques, de la géométrie ou autres sciences profanes... à côté d’un enseignement de l’arabe et de la religion musulmane, « de sorte que, à sa sortie de l’Ecole, l’élève sût ce qu’il lui fallait en sciences non militaires, la langue française et les sciences rationnelles nécessaires aux militaires », selon Ben Dhiyaf53.

  • 54 Snoussi (Zeinelabdine). «‘Agâ’ib wa-sudùdât Qâbàdū ». al-fikr(7). juillet 1962 : 940; et Bensalem (...)

53La direction des études en langue arabe fut confiée à Mahmūd Qabadū. Il est né en 1813, d’une famille originaire d’Andalousie qui s’était installée tout d’abord à Sfax, à Tunis ensuite où son père exerçait les fonctions d’armurier. Le génie de Mahmūd Qabadū se manifesta dès son jeune âge, où, au Kuttāb, première étape de sa scolarité, il se faisait remarquer. En effet, il apprenait par ouï-dire les sourates du Coran que son moueddeb lui dictait ou simplement en écoutant ses camarades les réciter. Lors de ses études secondaires, Qabadū savait l’arabe à la perfection, au point de dépasser ses professeurs mêmes54. A l’adolescence, Mahmūd Qabadū fut atteint d’amnésie grave, au point de tout oublier, jusqu’à rentrer chez lui le soir. Un beau jour il disparut. La nouvelle parvint alors à son père que son fils était en Libye.

  • 55 Zmerli (M.S.). Figures Tunisiennes. Les Précurseurs. Tunis. Ed. Maison Bouslama, sd.; 73.; et Bens (...)

54Là, « Le Cheikh el-Madani, instructeur réputé et d’une piété exemplaire, l’accueille avec faveur, le retient longtemps, et s’ingénie à apaiser cette soif désirante qu’aucun compatriote n’était parvenu à calmer »55.

55Qabadū mena une vie d’ascète dans cette zaouia de Misurata, et en 1835, il revint à Tunis. Il reprit ses études à la Zitouna. Son Cheikh, le professeur Ben Tahar le proposera comme précepteur du fils de Souleimen Kahia, ministre de la guerre. Trois ans après, Qabadū devait quitter la Tunisie à cause des idées ésotériques qu’il professait pour aller à Rome. De là, il devait rejoindre la Turquie qui était alors en pleine mutation. L’élément réformiste du pays avait battu le conservatisme qui lui barrait le chemin du progrès, tandis que le Sultan Abdelmajid prenait la place de son père Mahmoud II, à la mort de celui-ci (1er juillet 1839). En Tunisie, Ahmed Bey Ier (1836) entreprenait dans le même esprit, des réformes intérieures, reconstituant l’armée en la modernisant, en ordonnant de s’habiller à l’européenne... ainsi que par d’autres manifestations qui devaient confirmer cet esprit de changement dans le pays. Qabadū souscrivait à tout ce mouvement de réformes. C’était surtout par méfiance qu’il quittait le pays de crainte qu’il ne tombât victime des intrigues qui commençaient à se nouer dans la Cour.

56Lors de son séjour à Istambul, Qabadū aurait rencontré des Tunisiens qui lui auraient conseillé de rentrer en Tunisie pour cautionner la politique de réformes qui commençait à être appliquée.

  • 56 C’est ce que confirme Ahmed Ben Dhiyaf dans une note marginale où il écrit : «je trouverai à Istam (...)
  • 57 Voir Senoussi (Zeinelabdine). « Izdiwāg aš-šahsiyya fî šâ’ir Tunis Mahmūd Qâbadû » (dualité de la (...)

57Qabadū a dû donc regagner Tunis en 1842, il reprit de nouveau ses cours, mais cette fois-ci à l’Ecole militaire polytechnique du Bardo56. C’est là que Qabadū, le mystique et l’ascète, devait changer de comportement et devenir un véritable homme politique. Il cautionnera toute idée de progrès et n’hésitera pas à soutenir l’idée d’une ouverture nécessaire vers l’Occident. Il applaudira aux idées réformistes du Kalife Abdelmajid et à ses réformes bienfaisantes, « at-tandh’îmât al-kharyriyya ». Qabadū se fit aussi le défenseur de la constitution de 1861 à la rédaction de laquelle il aurait contribué57 alors qu’il était mufti du Bardo, c’est-à-dire le principal personnage religieux de la Régence, le Bardo étant le siège du gouvernement.

  • 58 Voir Zmerli (M.S.). op. cit. : 31-40.

58A la même période, des disciples de Qabadū étaient remarqués par le Bey. Hussein et Roustam avaient des postes importants au sein du gouvernement. Le premier sera membre du Haut Conseil, Président du Conseil Municipal de la ville de Tunis, Directeur de l’Imprimerie officielle, Ministre de l’Education et des Travaux Publics et après diverses péripéties dans sa vie politique, finira par s’exiler en Italie où il mourra58.

59Hussein a été souvent secondé dans ses activités diplomatiques et notamment lors de la poursuite en justice du Caïd Schemmama par un jeune professeur de la Zitouna, originaire du Sahel, nommé le Cheikh Sālim Būhāğib. Son intelligence, son savoir et son libéralisme le font accéder, malgré l’opposition déclarée ou tacite des doctes tunisois de la Zitouna, au grade de Professeur, suivant ainsi le chemin de son maître Qabadū dont il gardera l’esprit libéral et la dialectique novatrice dans l’enseignement zitounien.

60Il se fera entourer de disciples fidèles, qui essaieront de leur côté de propager les idées libérales, réformistes et novatrices du maître qui, contrairement à ses compagnons, survivra à l’occupation française et nous le retrouverons encore aussi actif à défendre les intérêts de son pays, à propager ses idées réformistes et à aider son entourage à prendre conscience des valeurs réelles de l’Islam et des réformes nécessaires à l’évolution du pays. En effet, Sālim Būhāğib, fidèle collaborateur de Khérédine, de Hussein et de leur équipe réformiste, restera après la mort de tous ceux-ci le porte-drapeau de cette génération des précurseurs, qui essaiera de remettre le flambeau aux successeurs.

  • 59 Rih’la : genre littéraire consistant à consigner toutes les péripéties d’un voyage. Il s’agit d’un (...)
  • 60 Makhlouf (Mohammed b. Mohammed), « Šağarat an-nûr az-zakiyya fi labaqāt al-mālikivva» [Biographies (...)

61Il consigna ses voyages avec le général Hussein en Italie où il resta environ six ans dans une Rih’la59, tandis qu’il contribuait à la rédaction du Aqwam al-masâlik... du général Khérédine. Il laissait néanmoins une œuvre fondamentale pour la connaissance des idées socio-politiques dans ses discours du mois de Ramadhan où il essayait d’établir les rapports entre la religion musulmane et la civilisation moderne60.

  • 61 Sur ces deux personnalités, cf. Abdesselam (Ahmed), Les historiens tunisiens des xviie, xviiie et (...)

62Avec Bayram V et Mohammed es-Senoussi61, ils seront les continuateurs de l’œuvre de Qabadū, Khérédine et autres réformistes, au-delà même des débuts de l’occupation française. En effet, Sālim Būhāğib ne mourra qu’en 1924, à l’âge de quatre-vingt-dix-neuf ans.

63Avec Khérédine, ce noyau constituera le groupe des réformistes qui essaieront de parvenir au pouvoir. La mort d’Ahmed Bey et l’avènement de M’hamed Bey, hostile à toute réforme à référence occidentale, les mettront en difficulté, mais les événements ne tarderont pas à leur donner raison et petit à petit, ils s’achemineront vers le pouvoir, avec, à leur tête, le général Khérédine qui sera leur représentant le plus authentique.

Khérédine, théoricien et homme d’Etat

  • 62 Mzali (M.S.) et Pignon (J.), « Documents sur Khérédine. A mes enfants. Mémoires de ma vie privée e (...)
  • 63 Décret du Rabî’ al-awwal 1286/5 juillet 1869.
  • 64 Mzali (M.S.) et Pignon (J.). « Documents... » : 183. D’autres biographies de Khérédine ont été fai (...)

64Les troubles de 1864 ont ébranlé les vieilles structures de la Tunisie. Une situation financière déplorable, des années de sècheresse et de famine, l’augmentation des emprunts, rendaient le gouvernement incapable de remplir ses engagements envers ses créanciers étrangers. De nouvelles pressions se feront sur le Bey. On parvint à une solution en instituant une commission financière, « en vue de régler la dette et de protéger les intérêts des créanciers du gouvernement tunisien »62. La présidence de cette Commission Internationale (France-Italie-Angleterre)63 devait revenir à une personnalité tunisienne. Le Bey choisit Khérédine, circassien d’origine, devenu tunisien par adoption et par la force des choses. Enlevé en très bas âge à sa famille par des marchands d’esclaves, il aurait été vendu à Istambul à un grand personnage, Tahsin Bey, Syndic des Chérifs, qui l’aurait vendu à son tour à un représentant du Bey Ahmed (12 octobre 1837 – 30 mai 1855) qui le prit en charge64 et l’entoura de tous ses égards.

  • 65 Zmerli (M.S.) – op. cit. : 44.
  • 66 sur l’affaire Ben Ayed, cf. Mzali et Pignon, op. cit.
  • 67 Ibid. : 184.

65Il lui fit faire des études à l’école des jeunes mamelouks, d’où « après avoir appris l’arabe, et perfectionné ses études religieuses, il passe à celle des cadets... »65. Brillant élève et probablement bon militaire, il devint général de brigade de l’armée beylicale. Or, vu son intelligence, son esprit d’organisation et ses autres qualités, Khérédine fut soudain levé de ses fonctions militaires pour d’autres missions politiques et administratives. « Ma première mission date de 1270. Le Bey m’envoya à Paris pour défendre les intérêts du Gouvernement tunisien contre le Général Mahmoud Ben Ayad66. C’était le comité du contentieux au Ministère des Affaires Etrangères de France, constitué en Tribunal arbitral qui, par délégation de l’empereur Napoléon III, arbitre dans la question, devait juger l’affaire », écrit-il67.

  • 68 Il s’agit du Conseil Suprême ou Grand Conseil. Voir Fitoussi (Elie) et Benazet (Aristide). L’Etat (...)

66A son retour à Tunis en 1857, Khérédine est désigné comme Ministre de la Marine et Président du Grand Conseil électif, organisé par la constitution de 186168. Confirmé dans sa carrière politique, il devait s’en détacher cinq ans plus tard (1863) à la suite de malentendus et d’intrigues de palais perpétrés par le ministre Mustafa Khaznadar, beau-père de Khérédine.

67Aussi, restait-il éloigné des responsabilités du pouvoir. Cependant, il acceptait d’accomplir des missions pour le gouvernement tunisien et notamment auprès des Cours européennes. Ainsi il devait visiter tour à tour l’Allemagne, la France, l’Angleterre, l’Italie, l’Autriche, la Suède, la Hollande, le Danemark et la Belgique.

  • 69 Khérédine aurait confié à Sālim Būhāğib et Mohammad Bayram le soin de rédiger le livre (voir Zmer (...)

68Ces périples seront très fructueux pour l’homme d’Etat. Ils lui permettront de constater de visu le degré d’évolution de ces peuples, déceler les causes et les effets de cette évolution, de comparer les régimes politiques de ces pays avec ceux des Etats musulmans. Tous ces éléments lui permettront de réunir ses réflexions et observations en son maître-livre « Aqwam al-Masālik fi mdrifat ah’wâl al-mamālik»69.

  • 70 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents... », Revue Tunisienne (18), 2e trim. 1934 : 191.

69Outre ces missions en Europe, Khérédine était souvent chargé de missions auprès de la Sublime Porte, en vue de resserrer les liens entre le Bey de Tunis et le Sultan de Constantinople. Favorable à ces liens, Khérédine semblait être l’homme désigné pour l’accomplissement de telles tâches. Il y parvenait d’ailleurs avec succès. Quoique volontairement éloigné du Gouvernement du pays pendant neuf ans, il devait y retourner avec la toute puissance d’un premier ministre (1873), après avoir été chargé de la Présidence de la Commission Internationale de contrôle (1869), et avoir obtenu le titre de Ministre dirigeant (1870). « Cette dernière fonction fut créée spécialement pour moi, dira Khérédine, ou plutôt pour ne pas enlever à Mustapha Khaznadar son titre de Premier Ministre, le Bey ayant voulu absolument conserver son rang à cet homme qui avait ruiné le pays et qui ne pouvait qu’entraver la tâche qui m’était confiée, car une entente entre nous était impossible »70. Malgré tout ceci, et dans des conditions vraiment difficiles, Khérédine, aidé, sans doute par la puissance et les intrigues de Mustapha Ben Smaïl auprès du Bey, devenait Premier Ministre tandis que le rival Mustapha Khaznadar était relevé de son poste.

70Ainsi pour la première fois, le « Parti réformiste » prenait le pouvoir en Tunisie. Quelles en sont les causes ?

  • 71 Ibid. : 187.
  • 72 Id.

71La mauvaise gestion des affaires publiques par le Bey et son premier ministre Mustapha Khaznadar a mené le pays à sa ruine. Les agissements de l’administration locale et provinciale ont exaspéré le peuple, à tous les niveaux. Khérédine, Hussein, Roustam et autres personnalités bien placées, ont essayé en vain de limiter les dégâts en s’opposant ouvertement à l’augmentation de la Mejba qui aurait pu éviter les troubles de 1864. Leurs propos n’ayant pas été pris en considération, la situation empira et la révolution de 1864 fit le reste. Khérédine dira à ce propos : « les Arabes ne pouvant plus supporter le régime de despotisme et d’injustice qu’on leur imposait, se soulevaient d’un bout à l’autre de la Régence; cette formidable insurrection mit le gouvernement à deux doigts de sa perte. Le Bey se trouvait dans la détresse et impuissant à réprimer la révolte, il s’attendait d’un jour à l’autre à voir les insurgés envahir la ville et sa résidence »71 et Khérédine d’ajouter : «... la révolte fut domptée et une fois les Arabes réduits à l’impuissance, on les frappa d’un impôt de guerre de cent millions de piastres (60 millions de francs) »72.

72Au lieu que le Bey tint compte de la gravité de la situation en adoptant des mesures plus indulgentes vis-à-vis de ses concitoyens, il profita, en quelque sorte de ce que la situation se retournât en sa faveur pour se venger de tous ceux qui avaient pris part à l’insurrection. Il maintint envers et contre tous son ministre Khaznadar et tous ceux qui gravitaient autour de lui, faisant fi de l’opinion publique intérieure et extérieure.

  • 73 Voir Ganiage (J.), les origines...
  • 74 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents... » op. cit., p. 199.

73En effet, Khaznadar, impopulaire aux yeux des Tunisiens eux-mêmes, ne l’était pas moins aux yeux des puissances étrangères et notamment des Français qui voyaient en lui une personne plus favorable à la pénétration anglaise en Tunisie73. En outre, les puissances étrangères étaient aussi soucieuses de l’ordre intérieur de la Tunisie, dans la mesure où un trouble pouvait avoir des répercussions sur les affaires de leurs protégés et des conséquences dangereuses pour leurs territoires et notamment l’Algérie, alors occupée par la France, car « les habitants d’un côté et de l’autre de la frontière, étant de même race et ayant les mêmes intérêts, se communiquent réciproquement l’agitation ou le calme »74. Ainsi donc une mauvaise situation intérieure pouvait avoir des conséquences néfastes sur les rapports extérieurs de la Tunisie avec les grandes puissances européennes et remettre en question son existence en tant qu’Etat constitué et indépendant. Les réformistes tunisiens en étaient bien conscients. Aussi, pour desserrer l’étau qui les étranglait, jetaient-ils le regard vers la Sublime Porte, puissance forte et musulmane de surcroît. Conscient du danger qui guettait son trône, le Bey a dû sans doute penser que le moment était venu de faire appel à Khéréddine, en qui il voyait un élément qui le préserverait des instrusions étrangères. Soucieux de l’indépendance de la Tunisie vis-à-vis des puissances occidentales, celui-ci devait aussi saisir l’occasion, de son côté, pour mettre en application ses idées en politique étrangère.

  • 75 « Aqwam al-masâlik... » a été publié en arabe à Tunis en 1867 et une traduction française en a été (...)

74Mais si ce point semble acquis pour les deux parties (Bey-Réformistes), le Bey ne craignait-il rien en appelant au pouvoir un personnage dont les idées de politique intérieure ne pouvaient être qu’un frein à l’action absolutiste du Bey et de son entourage ? Ceci d’autant plus que les idées de Khérédine étaient rendues publiques par la publication de son livre « Aqwam al-masâlik... »75 et de ses prises de position à l’intérieur du Conseil Suprême ?

  • 76 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents», op. cit. : 186.

75Dès lors, on peut penser que le Bey n’avait pas d’autre recours que d’accepter, vu le rapport des forces des parties en présence, la nomination de Khérédine à la tête du Gouvernement pour répondre aux exigences du moment et éviter ainsi de nouvelles catastrophes. Loin d’être un épiphéno-mène, l’arrivée au pouvoir de Khérédine semble motivée par des données objectives, réelles, dont la Révolution de 1864 n’est pas la moindre. Elle a pu montrer aux yeux de tous, aussi bien sur le plan intérieur qu’extérieur, les dangers que pouvait encourir la Tunisie si la situation restait inchangée. D’ailleurs, comment interpréter le fait que, ce même Bey (Mohammed es-Sadok) despote et autoritaire, qui a rendu caduque la constitution de 1861 qu’il avait juré de préserver, fasse appel à un homme dont le plus grand souci était de démocratiser le pays et de faire participer les nationaux à la gestion de leurs propres affaires, contrairement à ceux qui [le Bey et Mustapha Khaznadar] « ne se prêtaient à ces réformes que pour légitimer leurs méfaits sous le couvert des décisions émanant de ce conseil [Suprême] »76.

  • 77 Aqwam al-masâlik... : 90(6) [Les chiffres entre parenthèses correspondent aux pages originales de (...)

76Ayant accompli diverses missions auprès des cours européennes et parcouru leurs pays, Khérédine a pu se rendre compte de l’état d’évolution de ces peuples, de leur confort et leur prospérité. Appartenant lui-même à un pays où l’état de la société était désespéré et conscient de cette infériorité aussi bien matérielle qu’intellectuelle, il essaiera d’en déceler les causes et d’en trouver les remèdes. Aussi le but de son ouvrage était-il double « convaincre les hommes politiques et les hommes religieux (Ulama) de saisir les moyens susceptibles d’améliorer la condition de la communauté musulmane, de développer les facteurs de sa civilisation en élargissant, d’une part, le champs des connaissances et du savoir et en préparant, d’autre part, les voies de sa prospérité par le développement de l’agriculture et du commerce, en facilitant l’expansion des industries et en éliminant les causes du chômage. Ceci nécessite l’existence d’un bon gouvernement, garant de l’ordre, générateur d’espoir qui engendre l’application dans le travail que l’on constate de visu dans les pays européens et qui se passe de tout commentaire. La deuxième raison est de prévenir certains musulmans inconscients qui persistent à négliger tout ce qui dans le comportement des autres, est compatible avec notre loi islamique (Šar), ceci pour la seule idée incrustée dans leur esprit que, tout comportement ou toute institution adopté par un non-musulman, doit être abandonné »77.

  • 78 Ibid. : 82 [3].

77S’élevant contre le fanatisme aveugle de certains ulama, Khérédine pousse ses coreligionnaires à savoir discerner, dans ce que produit l’Occident, ce que la communauté musulmane peut garder et ce qu’elle peut rejeter à l’instar des anciens qui, dès la naissance de l’Islam, se sont intéressés à la production intellectuelle de tous les pays limitrophes et ont su en apprécier la portée gardant ainsi ce que bon leur semblait et réfutant de manière rigoureuse ce qui leur paraissait incompatible. Il était inconcevable, pour Khérédine, que des échanges ne pussent se faire dans un monde où le développement économique, technique et scientifique prédominait et où les échanges étaient devenus de plus en plus indispensables au point que Khérédine s’imaginait le monde comme « un seul pays habité par plusieurs nations »78.

78Mais l’auteur pense déceler les causes de ce refus presqu’ostentatoire. Si le manque de discernement des ulama est reconnu, les raisons qui poussent les hommes d’Etat à cette répugnance au changement sont non moins visibles. Les hommes politiques qui feignent d’ignorer ces vérités y trouvent un alibi pour gouverner de manière despotique, arbitraire et absolue.

  • 79 Ceci est également le cas de certains de ses adeptes et nous ne citerons, à titre d’exemple qu’Ahm (...)

79Or l’aversion de Khérédine pour le pouvoir absolu n’est pas à démontrer tant elle apparaît au long de son livre de manière nette et précise79. Comment donc éviter que le pouvoir, concentré entre les mains d’une seule personne, devienne un facteur d’oppression ? L’Islam semble fournir à Khérédine la première réponse : la sûra, instituée depuis l’avènement des premiers Kalifes, limite les pouvoirs abusifs du régent en le renseignant et en lui fournissant des avis. Le pouvoir corrompt, et l’existence d’un groupe de conseillers (ahl al-h’all wa’laqd) capables de comprendre et de saisir les problèmes ne peut être que louable. La Sûra corrige les erreurs d’un souverain sans vouloir se substituer à lui. En l’aidant à résoudre les problèmes de la communauté de manière juste et équitable, les conseillers ne font que le raffermir dans son pouvoir. Ainsi donc, l’existence d’une assemblée, dirons-nous, consultative est nécessaire pour la bonne marche des affaires et pour éviter les dangers réels d’un pouvoir personnel. Et Khérédine de prendre l’exemple de Napoléon cité par Thiers. « Qui aurait pensé, dira-t-il, que l’homme sage des années 1800 deviendrait un homme fou en 1812 ? Or, on aurait pu imaginer tout cela si on avait pensé que quiconque était capable de faire ce qu’il voulait, portait en lui un mal incurable, à savoir le désir de faire tout ce qui est possible, fût-ce mauvais... La leçon qu’un peuple doit tirer d’une telle situation, c’est qu’en aucun cas les affaires d’un pays ne doivent être mises entre les mains d’un seul homme ». Khérédine avait toute latitude de souscrire à ce point de vue, lui qui avait toujours combattu le pouvoir absolu dans toutes ses manifestations et qui avait pu constater et connaître la situation à laquelle était parvenue la Tunisie, situation ruinée, conséquence d’une gestion monarchique autoritaire et absolutiste, faite non pas au profit de tous mais seulement dans l’intérêt de quelques-uns.

80Le remède réside, selon Khérédine, dans l’instauration du consensus dont la nécessité était déjà reconnue par Ibn Khaldoun. Un monarque, même essentiellement bon, peut-être amené à agir selon ses propres désirs contre l’intérêt de ses sujets. Cette situation pourrait engendrer le mécontentement de ceux-ci et être ainsi cause de désordres très graves pour la monarchie. Pour pallier le mal, un monarque doit obligatoirement s’entourer d’une assemblée de notables dont la compétence et la responsabilité sont incontestables. Une telle assemblée, tout en constituant un frein aux agissements inconsidérés du monarque, donne son avis et impose ses idées sur les grandes décisions à prendre. Le monarque n’y perd pas dans la mesure où sa politique répond aux exigences de la population, tandis que celle-ci devient plus satisfaite de son monarque qui tient compte des propositions de ses représentants.

81En somme Khérédine préconise l’instauration d’une monarchie constitutionnelle où « le roi règne mais ne gouverne pas » ou tout au moins le roi gouverne en fonction de la sûra.

  • 80 Le Tourneau (Roger) – Compte-rendu du livre de L.C. Brown, The Surest path... op. cit. in Revue de (...)
  • 81 Voir par exemple Aqwam al-masâlik... : 90 et suiv. [6 sq.].

82Pour confirmer ses opinions, Khérédine puise ses arguments dans l’histoire des pays occidentaux, mais aussi, comme les docteurs de la loi musulmane « sont gens qu’il importe de n’avoir pas contre soi »80 dans les écrits des théologiens, prophètes et califes. Mawardi, le Prophète Mohammed, les Califes Omar ou Ali sont très souvent cités par Khérédine pour convaincre ses concitoyens de la véracité de ses points de vue et de leur compatibilité avec la loi musulmane81.

83Ainsi, institutionnalisé, le pouvoir n’est plus un élément d’oppression, mais de confiance. Cette confiance engendre l’espoir de la population qui pourrait ainsi, protégée contre tous les abus qui jusque là l’accablaient, participer à une œuvre de construction et de civilisation dont les profits seraient nécessairement appréciés par tout le monde. Car de la justice naît la prospérité, et si les Etats arabes étaient prospères à leur origine c’était bien parce que les préceptes de l’Islam étaient appliqués de manière précise, mettant le citoyen à l’abri de tous les abus, et qu’ils étaient tous sous la direction du même Calife. La division des Etats arabes en dynasties indépendantes (Omeyyades, Abbassides, Fatimides) a été la cause de leur déclin. La rivalité des princes agissant chacun de son côté et pour son propre profit épuisa leur puissance et les mit à la merci de l’Europe : le premier résultat fut la reconquête de l’Espagne.

  • 82 Habitants non-musulmans d’un pays musulman.

84La naissance du Califat ottoman permit à son tour de réunifier le monde musulman avec lequel les puissances occidentales devaient négocier. La puissance du Califat dura tant que les ambitions personnelles ne se prononcèrent pas. Mais dès lors que celles-ci se manifestèrent, la condition des citoyens ne fut plus garantie, l’injustice régna et les désordres s’en suivirent. Les dhimmi82 soucieux et inquiets de leur devenir se dépéchèrent de se faire protéger par des délégations diplomatiques étrangères installées dans le pays. Ainsi au danger intérieur s’ajoute un danger extérieur. Les pays, occidentaux notamment, attendront la moindre occasion pour agir et s’ingérer dans les affaires intérieures du pays, sous prétexte de sauvegarde de la vie et des biens de leurs protégés. C’est alors que, outre sa tranquilité et sa prospérité, par la rupture du « contrat social », le pays risque de perdre sa propre indépendance.

85Khérédine dégagera clairement les motifs de cette rupture du « contrat social » que constituent les Tanzimet. Ils sont d’ordre intérieur et d’ordre extérieur. Les personnes au pouvoir, inconscientes de leur rôle véritable dans une société organisée et au service de laquelle ils sont, n’hésitent pas à dénigrer, aux yeux de la masse, des institutions qui limitent leur âpreté au gain. N’appliquant pas eux-mêmes la constitution, ils s’évertuent, en outre, à la dénigrer aux yeux de la population sous prétexte qu’elle est contraire à la loi islamique et à l’esprit de l’Islam, que toute nouvelle réforme n’est qu’un produit d’importation occidental qui ne saurait en aucun cas améliorer la situation de la communauté musulmane. Ceci sera d’autant plus grave que, les puissances européennes, hostiles à un redressement du monde musulman, qui était alors leur principal concurrent, essaieront de saboter à leur tour toute œuvre de réforme en arguant de l’immaturité des populations musulmanes, de l’incompatibilité d’institutions modernes avec l’esprit de la loi coranique, de l’incompétence des juges musulmans à régler des conflits surgissant entre personnes de religions différentes... La position des puissances européennes semble pour le moins ambiguë. En effet, comment expliquer par exemple qu’elles aient imposé aux Beys de Tunis ‘Ahd al-amān de 1857 et la constitution de 1861 et que ce soient ces mêmes puissances qui les aient obligés par la suite à les « déchirer » ?

  • 83 Khérédine, Aqwam al-masâlik.... cité par Demeerseman (A.). « Au berceau des premières réformes dém (...)

86C’est alors qu’intervient le rôle fondamental des Ulama. Il leur appartient, en effet, de montrer le vrai sens d’institutions établies selon la loi coranique, de démontrer aux gens que l’amélioration de leurs conditions de vie, la protection de leurs biens et de leurs personnes ne peuvent être garanties que dans le cadre de ces institutions qui ne laissent aucune chance à ceux qui ne pensent qu’à s’enrichir de manière malhonnête au détriment des autres. Une administration dont l’organisation est basée sur des institutions bien établies et respectées par tous est un barrage contre les abus de toute sorte. Le respect de ces lois engendre une confiance chez le peuple qui saura si son travail lui profite. Dès lors il travaillera davantage et de ce travail continu et fructueux naîtra la prospérité. « L’administration politique et civile, écrit Khérédine, régie par des institutions libérales constitue un des plus grands avantages pour l’Etat et pour les citoyens; ses heureux effets sont visibles à tous les yeux dans les gouvernements constitutionnels et si l’administration politique et civile est exercée sans le contrepoids et le frein salutaire des institutions, il en résulte les maux les plus frappants et les plus désastreux. L’une et l’autre conséquences ne peuvent échapper à l’œil vigilant de tout homme qui aime sincèrement son pays »83.

87Mais accorder des libertés civiles implique, malgré tout, un certain nombre de considérations. Le législateur ou le prince doit tenir compte du degré d’évolution de la société qu’il gouverne. Il serait erroné de vouloir accorder plus de libertés à un peuple qu’il ne peut en avoir. Par conséquent, la prise de conscience du citoyen de sa condition de citoyen avec ce qu’elle implique de droits et de devoirs est absolument nécessaire. Or, cette prise de conscience ne peut se faire que par l’instruction qu’on donne au citoyen. C’est cette instruction qu’il faut par conséquent développer.

  • 84 Voir Khérédine, Aqwam al-masâlik... : p. 93 sq. [7 sq].

88Un peuple éduqué est plus à même de réfléchir, d’examiner et d’adopter ce qu’on lui propose. Il sait, en effet, distinguer le bon du mauvais. D’autre part, l’histoire du monde musulman et celle de l’Europe montrent que ces communautés ne sont parvenues à un degré d’évolution tel que du jour où l’enseignement et l’éducation se sont répandus et ont prospéré dans leur pays. La civilisation est tributaire de l’éducation. Elle permet un développement rapide de l’économie. Là encore Khérédine a su déceler le danger d’un sous-développement économique dû à la négligence de l’enseignement. Ce sous-développement peut être, en outre, la cause de l’ingérence des puissances étrangères et notamment européennes les plus puissantes dans les affaires intérieures du pays. Les richesses du pays ne pouvant être traitées sur place à cause d’un manque d’infrastructures, seront vendues à un prix dérisoire aux pays occidentaux. Ceux-ci les traiteront et exporteront leurs produits finis. Ils les revendront à des prix qui dépassent de beaucoup leur prix d’achat. Au lieu de profiter des richesses, le Tunisien est ainsi obligé de payer plus cher des produits étrangers qu’il aurait pu payer beaucoup moins cher s’il avait pu les traiter sur place. La seconde conséquence c’est que le pays exportateur de matières premières devient de plus en plus tributaire du pays industrialisé et l’introduction des produits finis sur le marché national constitue un danger très grave pour l’industrie locale. La concurrence des puissances étrangères sera un danger constant pour le pays où, chacun des pays industrialisés, voulant se préserver la part la plus importante sur le marché, n’hésitera pas à user de tous les moyens pour parvenir à cette fin. La balance commerciale s’affaiblira, le taux des importations dépassant nécessairement le taux des exportations. Le pays s’endettera et les dangers peuvent dès lors être considérables84.

89Khérédine parle en connaissance de cause. Il a vécu les années troubles en Tunisie. Ce qu’il dit, peut être considéré comme une analyse a posteriori, non seulement des Etats musulmans en général, mais de la Tunisie en particulier. Mais alors que faire pour sortir de cette situation d’infériorité par rapport au monde occidental ?

  • 85 Khérédine, Aqwam al-masâlik... : 34, cité par Demeerseman (A.).

90Pour Khérédine, le voisinage des pays occidentaux est en lui-même une sorte de déterminisme qui impose la solution. Ou bien on suit le mouvement de l’évolution de l’Occident, ou bien on est englouti par lui. Et de citer l’exemple que lui donne un personnage éminent d’Europe : « la civilisation moderne est un courant impétueux qui a creusé son lit, à travers l’Europe, renversant violemment tout ce qui s’oppose à son cours. Les peuples musulmans limitrophes doivent se tenir en garde contre lui et ils ne peuvent se garantir de ses débordements qu’en suivant le courant »85.

91Que fera-t-il donc le jour où il sera au pouvoir ?

  • 86 Ganiage (J.)Les origines... : 453.

92Avec l’aide de Villet, à la Commission financière, Khérédine est parvenu à assainir la situation : « les espoirs que Villet et Khérédine avaient placés dans l’avenir se trouvaient justifiés. Fait qui eut semblé inconcevable deux ans plus tôt, la trésorerie tunisienne était à l’aise et le crédit de l’Etat assuré »86. La situation financière qui devait mener la Tunisie à la banqueroute ayant été normalisée, il était possible à Khérédine d’envisager des réformes qu’il jugeait nécessaires.

93Son rôle au Conseil Suprême lui a sans doute fait perdre certaines de ses illusions. Aussi ne fera-t-il rien sur le plan constitutionnel. Conscient de ce que des constitutions calquées sur le type européen ne peuvent pas, à son époque, porter les fruits qu’on attend d’elles, il se limite à des réformes plus restreintes qui, dans son esprit, pourraient contribuer à rendre au pays un certain équilibre, voire une certaine évolution à la suite desquels il serait possible d’envisager des réformes en profondeur, non plus importées mais adaptées à la situation même du pays.

  • 87 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents... A mes enfants », op. cit. : 193.

94Il y avait, en outre, une priorité à accorder à certains problèmes plutôt qu’à d’autres. Aussi, Khérédine, conséquent avec lui-même, mettra-t-il en application ce qu’il a formulé en « théorie » dans Aqwam al-masâlik. Ce sont surtout les problèmes d’ordre administratif et financier qui le préoccuperont car... « la cause première de tous les maux qui accablaient la Régence, c’était une détestable administration qui avait eu pour effet immédiat de faire perdre à l’autorité son prestige et la confiance des populations et qui préparait la ruine du pays. Il fallait donc en créant un système administratif nouveau, basé sur la justice et l’équité, détruire les abus et l’arbitraire, et replaçant de la sorte le gouvernement dans son rôle sacré de protecteur du peuple, lui rendre la considération et l’ascendant qui lui sont nécessaires pour conduire le pays dans la voie de la prospérité »87.

95L’abus et l’arbitraire étaient ressentis surtout dans la perception des impôts. Ne voulant pas se limiter à la dîme (1/10 de la récolte), les autorités allaient jusqu’à demander 30 à 40 % des récoltes. Il est évident que ceci ne pouvait guère convenir aux paysans qui, pour payer leur dette, étaient obligés de s’endetter eux-mêmes, leurs produits ne pouvant suffire à couvrir leurs dépenses, à vivre et à payer leurs impôts.

  • 88 Ibid: 194.

96Ajoutons à cela les abus perpétrés par les agents du fisc, qui étaient incontrôlés et qui imposaient à leur guise et à leur propre profit la population afin de remettre au Palais ce que celui-ci exigeait d’eux mais aussi pour s’enrichir eux-mêmes. N’ayant pas de contrôle, ni de barême d’impôts préalablement établi selon les ressources de chacun, les agents du fisc avaient ainsi toute latitude pour agir de la façon qui leur convenait le mieux. C’est pourquoi Khérédine s’empressait de prendre un certain nombre de mesures. Il commençait « par une remise générale et complète de tous les arrièrés d’un poids inutile »88. D’autre part, les contributions seraient limitées strictement à la dîme qui, selon les régions, serait payée soit en nature soit en espèces, des agents honnêtes, soumis à un contrôle strict ayant été recrutés pour remplacer les anciens prévaricateurs.

97Une mesure originale était également prise en vue d’accroître et d’encourager l’agriculture. Khérédine affranchit de tout impôt pendant 20 ans toute nouvelle plantation de dattiers ou d’oliviers.

  • 89 Voir Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents sur Khérédine. V. réponse à la calomnie ». Renie Tu (...)

98Le système des mehalla établi par les Beys pour la perception des impôts était supprimé. Il s’agissait de véritables expéditions de corps d’armées commandées par le Bey du camp qui allait parcourir les régions du pays en vue de percevoir les impôts. Ces expéditions revenaient trop cher et leurs abus ne pouvaient que surexciter les populations déjà excédées89.

  • 90 Ibid: 196.

99Ces diverses mesures d’assainissement de la situation adoptées par Khérédine auront permis de calmer les esprits car, souligna-t-il « (...) une fois les impôts rendus supportables et leur répartition équitablement établie, par l’effet des nouvelles dispositions que je venais de prendre, les rentrées d’argent devinrent singulièrement faciles et régulières; car les habitants, heureux d’échapper aux anciens abus, comme aux désordres et aux dégats qui accompagnent toujours le passage d’un corps d’armée, venaient spontanément verser dans les caisses des percepteurs locaux le montant de leurs redevances »90.

  • 91 Sur cette mahalla cf. Chater (Khalifa), Insurrection et répression dans la Tunisie du xixe siècle. (...)

100Khérédine s’occupa également de la région du Sahel qui ne pouvait se relever du coup que lui avait porté le Bey à la suite de la Révolution de 1864. En effet, une fois la région « pacifiée », la population était frappée d’un lourd tribut de guerre. Pour s’en acquitter, la population n’ayant pas suffisamment d’argent devait en emprunter à des créanciers étrangers et juifs, à des taux d’intérêt très élevés (30 à 40 %). Ces redevances et les impôts réguliers accumulés faisaient en sorte que les gens se trouvaient dans l’impossibilité de payer ni les créanciers, ni l’Etat. Khérédine, en accord avec les Consuls des pays étrangers faisait baisser les taux d’intérêt à 6 % par an. Tout ceci diminuait les charges qui pesaient lourdement sur la population91.

  • 92 Sur l’œuvre de Khérédine, cf. Ganiage (J), op. cit. : 450-457. Van Krieken, op. cit. et Smida (Mon (...)

101La réorganisation des biens habous, les travaux publics, la justice ont préoccupé Khérédine. Des décrets réglementant la situation des khammès ont été promulgués, tandis que des terres vacantes tombées dans le domaine public étaient distribuées aux paysans dans la région de Sfax92.

102Un problème crucial a particulièrement intéressé Khérédine : l’enseignement. Aussi, s’était-t-il empressé d’y apporter des modifications. La réforme de l’enseignement de la Zitouna, et la fondation du Collège Sadiki ont été ses deux réalisations essentielles.

103Khérédine, tout le long de son gouvernement n’a fait que mettre sur pied une administration organisée, assainir une situation financière lamentable, créer les conditions d’un nouveau départ de la Tunisie vers le développement. Cependant, il n’est pas arrivé à instituer la monarchie constitutionnelle dont il rêvait. Il n’a pas tracé lui-même le schéma du gouvernement qui conviendrait le mieux à la Tunisie. Mais à travers Aqwam al-masâlik..., nous pouvons voir clairement par rapport à ce qu’il blâmait et ce qu’il louait ce que le gouvernement d’un pays pouvait être. C’est par une sorte de maieutique qu’il nous fait saisir cela.

  • 93 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents... Réponse à la calomnie » : 217.
  • 94 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents... A mes enfants» : 201.
  • 95 Id.

104Il semble que si Khérédine n’a pas pu instaurer le régime constitutionnel qu’il préconisait, ce fut surtout à cause de la résistance du Bey et de son entourage. Si Khérédine avait pu imposer au Bey une aide tunisienne à la Turquie pendant la guerre de Crimée, en faisant réunir une Sûra qui avait décidé d’une collecte nationale en faveur de la Sublime Porte, la Cour ne pouvait aller plus loin dans les concessions : elle était encore assez forte pour imposer de nouveau sa ligne politique. Les ennemis politiques de Khérédine pouvaient dorénavant contre-attaquer une politique qui, jusque là, allait contre leurs propres intérêts. Mustafa Khaznadar continuera à faire propager ses calomnies à travers le pays et à l’étranger, mais ce sera Mustapha Ben Smaïl qui prendra le pouvoir. Khérédine sera obligé de démissionner et le Bey ne cachera pas les causes de cette séparation. Répondant au Chargé d’Affaires de France, le Bey disait ceci : « je ne me suis pas séparé du Général Khérédine pour les mêmes raisons que j’ai eues à me séparer de son prédécesseur; ce dernier avait commis des actes coupables. Quant au Général Khérédine, il n’y avait entre nous que des divergences d’opinion au point de vue politique et vous le savez parfaitement vous-même »93. A ce propos, Khérédine dira d’ailleurs : « le Bey, tout en se montrant satisfait en apparence de mon administration, regrettait en secret l’ancien état de choses qui lui permettait, à lui comme à son entourage, de disposer sans gêne de la fortune publique et privée et de gaspiller des millions. Il poussa donc sourdement son favori Mustapha Ben Smaïl, jeune homme obscur, aussi nul et ignorant qu’ambitieux et corrompu, à intriguer contre moi »94. Il semble en effet, que la conception que Khérédine avait du pouvoir ne fût pas celle du Bey et de son entourage. Etre limité dans ses actions par des lois fixes, « propres à assurer le bien-être des habitants »95 n’était pas pour plaire à une pléthore qui, jusque là, imposait ses volontés et n’avait de comptes à rendre à personne.

105Cette situation obliga Khérédine à quitter la Tunisie pour aller s’installer à Istambul où il devint Premier Ministre.

  • 96 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Réponse à la Calomnie... », op. cit. : 223.

106Eloigné du pouvoir réel en Tunisie, Khérédine y laissa une œuvre gigantesque. Des plus importantes, en ce qui nous concerne ici, seront ses réalisations sur le plan intellectuel. C’était là la garantie de survie de ses idées et aussi la manifestation la plus frappante de sa perspicacité politique. Il l’a dit et répété que seul l’enseignement était à même de permettre la solution des problèmes de sous-développement du pays. « Ce ne sont que les politiques douteuses, les mauvais gouvernements qui reculent devant l’instruction »96.

107Or, effectivement Khérédine ne reculera pas devant l’instruction à tous les niveaux pourrait-on dire, puisque après qu’il eut créé une imprimerie officielle, après qu’il eut fait paraître le Journal Officiel ar-Râid at-Tùnisï, après qu’il eut créé une bibliothèque publique qu’il dota de plus de mille volumes, il entreprit de réorganiser l’enseignement Zitounien pour mieux le réadapter aux exigences nouvelles du développement et de créer à côté un enseignement parallèle plus moderne et permettant une ouverture sur l’Occident tout en maintenant au départ une part très large à l’enseignement arabo-islamique. Ce fut la création du Collège Sadiki (1875) qui venait pallier un manque dans l’enseignement et donner une orientation nouvelle à un enseignement resté trop archaïque ou alors créé de l’extérieur par des étrangers et qui ne répondait plus aux aspirations des dirigeants tunisiens de l’époque.

LA SUCCESSION OU EN GUISE D’ÉPILOGUE

  • 97 Voir à propos du Collège Sadiki Abesselam (Ahmed) – Sadiki et les Sadikiens. – Tunis, Cérès Produc (...)

108Nous ne reviendrons pas ici sur ces diverses réformes97. Il est cependant nécessaire de souligner les effets qu’en tira la colonisation française à ses débuts et le mouvement de libération nationale par la suite.

  • 98 Etablie par N. Sraïeb, d’après Archives du Collège Sadiki.

109Ce sont précisément les premières générations d’élèves sortis du Collège Sadiki, ayant vécu cette période transitoire où l’Etat-dynastie est remis en cause et où l’on s’achemine petit à petit vers la mise en place de l’Etat « moderne », c’est-à-dire constitutionnel qui permettait à son tour de favoriser la formation et l’affermissement de la nation, qui prendront en charge le projet réformiste. Il est vrai que les anciens élèves du Collège Sadiki n’étaient pas les seuls concernés; des cheikhs de la Zitouna, ayant participé eux-même à ce mouvement de réforme du temps de Khérédine, étaient là pour les appuyer et nous n’en citerons en exemple que le cheikh Sālim Būhāğib ou Bayram V ou Muhammed as-Sunūsī. Premières recrues des autorités coloniales du fait de leur connaissance de la langue française et de la langue arabe, ces personnalités vont occuper une place charnière d’intermédiaires entre le pouvoir et leurs concitoyens. En effet, à l’instauration du Protectorat en Tunisie, et dès 1878, une nouvelle catégorie de fonctionnaires s’était d’ores et déjà constituée : neuf secrétaires, vingt interprètes, cinq hauts fonctionnaires et gouverneurs, onze instituteurs et directeurs d’école98. Nous n’intégrons pas dans ce compte les élèves boursiers du Collège qui poursuivaient alors des études supérieures en France ou en Turquie, mais à un degré moindre dans ce pays-ci. C’étaient ceux-là mêmes qui, en fait, devaient constituer le noyau de la nouvelle administration préconisée par Khérédine et les Réformateurs, chargé d’exécuter le projet de modernisation du pays.

110L’instauration du Protectorat en a fait de simples exécutants d’une nouvelle politique conçue en dehors d’eux et aux dépens de la population tunisienne dans son ensemble.

  • 99 Julien (Ch. A.), « Colons français et Jeunes Tunisiens (1882-1912) », Revue Française d’Histoire d (...)
  • 100 Khairallah (Chedly), Le mouvement Jeune-Tunisien, Tunis, Ets. Bonici, sd : 20-23.

111S’ils adoptèrent au départ une attitude légaliste voire assimilationiste à l’égard des autorités coloniales, ils devaient affronter par la suite l’hostilité des Prépondérants dont l’influence sur le gouvernement était déterminante. Ch. A. Julien notait, en effet, que « la véritable opposition au gouvernement ne [venait] pas des indigènes, qui disposaient de peu de moyens pour la manifester, mais de la communauté française qui pouvait exprimer ses exigences dans ses journaux et dans les chambres économiques qui lui étaient réservées »99. C’est ainsi qu’au fur et à mesure que la colonisation française s’affermissait, la contestation de l’ordre établi commençait à se faire jour, et que la riposte s’organisait différemment. D’aucuns préconisaient l’action directe contre le Protectorat. Ils furent mis hors de combat et ne trouvèrent leur salut que dans l’exil; d’autres ne réagirent point tandis qu’un troisième groupe reprenait à son compte « le testament moral de Khérédine » pour reprendre la formule de Chedly Khairallah qui reproduit ce passage du ministre déchu : « la prospérité de l’Europe est due [...] non à des avantages naturels, non à sa religion, mais aux progrès dans les arts et les sciences qui facilitent la circulation des richesses et l’exploitation des trésors de la terre en encourageant constamment et avec intelligence, l’Agriculture, le Commerce, l’Industrie, conséquences naturelles de la justice et de la liberté. Ces deux choses qui, pour les Européens, sont devenues une seconde nature. Dans le passé, le monde musulman a été grand parce qu’il était alors libéral et ouvert aux progrès. Il a décliné par suite de la bigoterie et de l’obscurantisme »100.

  • 101 Cité par Julien (Ch. A.), art. cité: 120-121.
  • 102 Servier (André), Le péril de l’avenir. Le nationalisme musulman en Egypte, en Tunisie et en Algéri (...)

112Sadikiens et Zitouniens se trouvèrent réunis autour de ce projet de rénovation de la société musulmane tunisienne, par l’intérieur. Salim Buhagib et Béchir Sfar collaboraient ainsi à la rédaction d’al-Hadira que Ali Bouchou-cha fondait en 1888, avec l’aide et l’appui de la Résidence Générale. Leur action devenait de plus en plus inquiétante dans le cadre d’associations culturelles telles que la Khaldouniyya fondée en 1896 ou l’Association des Anciens Elèves du Collège Sadiki fondée en 1906 et qui finirent par constituer ce que Gramsci appelle des « appareils d’hégémonie ». Les Prépondérants ne se trompèrent pas sur le danger que de tels appareils pouvaient présenter pour eux. Ainsi Carnières, porte-parole des Prépondérants, disait à propos de la Khaldouniyya : « Si jamais il y a une insurrection en Tunisie, c’est à la Khaldounia que se recrutera l’état-major des révoltés »101, tandis qu’André Servier décrivait en ces termes les cours de Béchir Sfar dans cette même institution : « [...] Mais en dehors des cérémonies officielles, nos protégés ne laissaient passer aucune occasion de critiquer les mœurs et les coutumes européennes, de célébrer les anciennes splendeurs de l’Islam, d’exposer les phases de mouvement de régénération et d’émancipation qui se manifestait en Turquie et en Egypte. Béchir Sfar qui s’était chargé à « titre gracieux » des cours d’histoire et de géographie, excellait tout particulièrement dans ce genre d’exercices. Il s’étendait complaisamment sur les faits qui pouvaient nuire au prestige et à la dignité de la nation protectrice. Il poussait même l’esprit combatif jusqu’à s’inspirer des incidents du jour pour dénigrer nos compatriotes et se moquer agréablement de ce qu’il appelait « leurs préjugés ». Nos colons étaient, comme bien on pense, l’objet de ses plaisanteries et de ses brocards; il tournait en ridicule « leur grossièreté », leur « vanité » et leur « ignorance »; et ses jeunes auditeurs déjà fanatisés par l’enseignement religieux de la mosquée de l’Olivier, s’esclaffaient à la parole du maître »102.

  • 103 Julien (Ch. A.) – art. cité. : 103. Cf. aussi Chennoufi (Moncef), « Masādir’an rihlatay as-Sayh Mu (...)

113C’est à la Khaldouniyya, précisèment, que se manifestait l’influence du mouvement réformiste de la Salafiyya et du cheikh Mohammed’Abduh qui visita la Khaldouniyya en 1884 et plus tard en 1904. Sadikiens et Zitouniens reprenaient à leur compte la doctrine du cheikh, somme toute assez proche de celle de Khérédine et selon laquelle : « l’adaptation à la vie moderne devait s’effectuer grâce à une assimilation par le monde musulman des apports de l’Occident qui, non seulement, ne heurteraient pas les croyances fondamentales de l’Islam mais serviraient sa plus grande gloire. Cette reconnaissance imposait à l’individu et à la société des exigences éthiques et intellectuelles mais impliquait aussi l’exaltation de l’idée de patrie, le droit des peuples à réclamer à leurs gouvernements des réformes démocratiques et à résister à l’ingérence européenne dans les affaires nationales »103.

  • 104 in Khairallah (CH.)op. cit. : 90.

114Ainsi s’acheminera-t-on d’un « nationalisme culturel » vers un nationalisme politique dont les premières manifestations demeureront fort timides si l’on considère l’action du premier mouvement « nationaliste » organisé autour du journal « Le Tunisien », organe du groupe Jeunes-Tunisiens qui s’était donné pour tâche essentielle la « défense des intérêts des indigènes dans le cadre du Protectorat » car « l’absence de toute organisation constitutionnelle et politique a jusqu’ici privé les indigènes de toute représentation auprès des pouvoirs publics. Ils ne possèdent aucun corps constitué ayant pour mission de faire connaître leurs besoins et leurs aspirations. Le Tunisien sera leur porte-parole en attendant que le libéralisme du Gouvernement français leur donne droit de faire entendre leur voix au sein d’un Conseil élu... »104.

115Certes, le ton de la revendication demeure timide mais la revendication en elle-même est d’importance dans la mesure où elle concerne et désigne la population tunisienne musulmane, les « indigènes », qui seront désormais au centre de tous les débats tripartites : colons, pouvoir et nationalistes. Dès lors, ce qui n’était perçu que comme une entité par les Prépondérants s’affirmait de plus en plus comme une communauté cherchant à manifester une identité jusque là méconnue mais qui finira par s’imposer par et dans la lutte anti-colonialiste précisément qui donnera corps à la nation tunisienne moderne.

116Les Réformistes tunisiens du xixe siècle, le mouvement Jeunes-Tunisiens, le Parti Constitutionaliste tunisien et le Parti Libéral Constitutionaliste tunisien sont autant de jalons et de moments historiques témoignant du passage de l’Etat-dynastie à l’Etat-nation dans la Tunisie indépendante.

117Janvier 1986

Notes

1 Cité par Chater Khalifa. – Dépendance et mutations précoloniales. La Régence de Tunis de 1815 à 1857. Tunis. Université de Tunis, 1984 (Série Histoire, Vol. xxviii) : 28, note 12.

2 Cherif M.H. – Hammouda Pacha Bey in Les Africains, vii, Paris, Ed. Jeune Afrique : 125.

3 Julien Ch.A. – Histoire de l’Afrique du Nord. De la conquête arabe à 1850. 2e éd. corrigée et remise à jour par Roger Letourneau, Paris, Pavot, 1964 : 309.

4 Ganiage (Jean), Les origines du Protectorat français en Tunisie (1861-1881), Paris, PUF, 1959 : 174-175.

5 Cf. Biographie de ces personnages dans Ganiage (Jean), « Les Européens en Tunisie au milieu du xixe siècle (1840-1870) ». Cahiers de Tunisie, (11), 3e trim. 1955 : 393 et 394 (notes 17 et 18).

6 lhid. : 410. Sur la situation économique, voir infra la contribution de Azzam Mahjoub : Economie et société : la formation du « sous-développement ».

7 lbid. ; 395 (notamment notes 19 et 20 en bas de page).

8 Il s’agit du Pacte Fondamental de 1857 proclamant l’égalité civile et politique de tous les sujets du Bey et dont les juifs tunisiens seront bénéficiaires.

9 Mohammed Bey (1855-1859), onzième prince de la dynastie husseinite.

10 Mohammed es-Sadok Bey (1859-1882), douzième Bey de la dynastie husseinite.

11 Ganiage (Jean), art. cité: 411.

12 Slama (B.), L’insurrection de 1864 en Tunisie, Avant-propos de Ch. A. Julien, Tunis, Maison Tunisienne d’Edition. 1967 : 15.

13 Il faudrait préciser, en outre, que cet emprunt fait suite à l’emprunt de 1862 réalisé par Nassim Shemmama auprès des capitaux locaux. L’emprunt de 1863 avait pour but d’amortir la dette locale qui était à 12 % d’intérêts, en empruntant à 7 % à l’Europe.

14 Slama (B.), op. cit. : 16-17.

15 Villet, « Notes sur les causes du désordre financier », 19 mai 1972 cité par Ganiage (J.), « La crise des finances tunisiennes et l’ascension des juifs de Tunis, 1860-1880 ». Revue Africaine, 1er et 2e trimestre 1955 : 161, cité par Slama (B). op. cit. : 17 (note 1).

16 « La piastre tunisienne qui, jusqu’en 1851 valait 1 franc à 1,10 francs se mit à baisser, le mouvement était précipité par le peu de confiance dans une monnaie dont le titre variait au gré des caprices du Bey. La piastre perdait près de la moitié de son pouvoir d’achat et, à partir de 1860, ne s’échangeait plus que sur le taux de 60 à 65 centimes, valeur qu’elle devait conserver sensiblement pendant une vingtaine d’années ». Ganiage (J.), « Les Européens en Tunisie... » : 420.

17 A ce sujet, la source fondamentale demeure la chronique de Ben Dhiyaf, Ithāf ahl az-zamān bi ahbār muliūk Tunis wa’ahd al-amān. – Tunis, SEAC, 1964, Vol. v, pp. 111-193, ainsi que le volume vi, p. 30 à 70... Voir aussi Ganiage (J.) Les origines du Protectorat... (ch. v : 217-286). Ce chapitre a été traduit à l’arabe par une Commission de traduction du Secrétariat d’Etat aux affaires culturelles et édité en fascicule séparé en 1965 par la Maison Tunisienne d’Edition, dans la collection « Bibliothèque historique ». La meilleure étude d’ensemble reste, cependant, celle de Slama (B.), L’insurrection de 1864... qui contient en outre une bibliographie fort importante sur la question qu’elle a étudiée d’après les documents d’archives. Ce livre porte en outre d’importantes corrections à l’article de Grandchamp (Pierre), « La Révolution de 1864 en Tunisie ». Cahiers de Tunisie, 49 à 52, 1965.

18 Lacheraf (Mostefa), L’Algérie, Nation et Société, Paris, Maspéro, 1965 : 61. (Cahiers libres 71-72). (En effet, en 1871 des chartias ont été constitués en Algérie).

19 Ben Dhiyaf (Ahmad). – Op. cit., V/121.

20 Id.

21 Ibid., V/123.

22 Id.

23 Id.

24 Id.

25 Ibid., V/121.

26 Ibid., V/141.

27 Id.

28 Ibid., V/179.

29 En effet, Ben Ghdahem sera à un moment donné trompé par les promesses du Bey et du Khaznadar. Il « tombera dans le piège » et sera isolé de ses compagnons (voir Slama (B.) op. cit., et Ben Dhiyaf. op. cit.).

30 Voir Slama (B.), op. cit. : 104 et suivantes.

31 Agent consulaire à Sousse.

32 Slama (B.) op. cit. : 105. Du côté italien voir Grandchamp (Pierre), art. cité.

33 Wood au Bey, lettre en français, 25 janvier 1865, Archives du gouvernement tunisien, 184-1026 (cité par Slama (B.), op. cit. : 105).

34 Le Capitaine de l’Actif au vice-amiral Bouët-Willaumez, 28 juin 1864. Affaires Etrangères Françaises/Td/23. (cité par Slama (B.), op. cit. : 93).

35 Ben Dhiyaf, op. cit. V/63 (cité par Slama (B.), op. cit. : 92).

36 Demeerseman (A.), « Formulations de l’idée de patrie en Tunisie (1837-1872) ». IBLA (113). 1e trimestre 1966. 35-71 et IBLA (114-115) 2e et 3e trimestres 1966, 109-142. Voir aussi du même auteur « Catégories sociales en Tunisie au xixe siècle d’après la chronique d’Ibn Abi D- Diyaf (A.)». IBLA (117). 1er trimestre 1967 : 1-12.

37 Aqwam al-masālik fï ma rifai ahwāl al-mamālik [la plus sûre direction pour connaître l’état des nations] du général Khérédine;
Safwal al-i tibār bi – muslawda‘ al-amsār wa’l – aqtār [La quintessence de l’examen sur ce que contiennent les capitales et les pays] de Bayram v;
Ithāf ahl az-zamām bi – ahbār mulūk Tunis wa ‘ahd al-amān [Offrande aux contemporains de l’histoire des rois de Tunis et du pacte fondamental] du cheikh Ahmed Ben Dhiyaf.

38 Demeerseman (A.), « Formulation... » : 109.

39 Darmesteter (A.), La vie des mots, Paris, 1941 : 6, cité par Demeerseman in Ibid : 109.

40 Ibid. : 109. C’est nous qui soulignons la phrase de Demeerseman car elle dénote toute la démarche méthodologique précise de l’auteur qu’il ne faut pas perdre de vue.

41 Ibid. : 39

42 Id.

43 Id. (les chiffres romains indiquent les tomes de l’ouvrage tandis que les chiffres arabes indiquent la pagination).

44 Id.

45 Ibid. : 43.

46 Id.

47 Ibid., 45.

48 IBLA, 113, 1er trim. 1966.

49 Demeerseman, « Formulation... » : 128.

50 Ibid. : 131.

51 Nous empruntons le mot à M.S. Zmerli, auteur de l’ouvrage du même titre.

52 Abdelmoula (Mahmoud). Madrasat Bārdū al-harbiyya, Tunis, Maison Arabe du Livre, 1977, 163 p.

53 Ben DhiyafIth’âf... IV/37.

54 Snoussi (Zeinelabdine). «‘Agâ’ib wa-sudùdât Qâbàdū ». al-fikr(7). juillet 1962 : 940; et Bensalem (Amor). Qabadū Hayāiuh atāruh wa tafkïruh al-islāhī, Tunis. Université de Tunis. 1975. 356 p., col. du ceres. (série littéraire n° 1)

.

55 Zmerli (M.S.). Figures Tunisiennes. Les Précurseurs. Tunis. Ed. Maison Bouslama, sd.; 73.; et Bensalem (Amor) – op. cit. : 28-29.

56 C’est ce que confirme Ahmed Ben Dhiyaf dans une note marginale où il écrit : «je trouverai à Istambul un faqīh tunisien nommé Monsieur Mahmoud Qabadū qui enseignait al-Bayd’awi. Il désirait regagner sa patrie, je le secourus. Il envoya avec moi environ huit caisses de ses livres, tout en me promettant qu’il me rejoindrait par bateau. Je le retrouvai à Malte où il nous devança, il rentrera à Tunis quand l’épidémie aura disparu. Cet homme était « moued-deb » à la maison de Sidi Kahia, il quitta Tunis et s’instruisit et étudia. Actuellement il est parmi les étudiants (t’alaba) des plus éminents ». C’est lors de la mission que B. Dhiaf fit en compagnie de Khéreddine en mars 1842, à Istambul. Cf. Ithāf, IV/61.

57 Voir Senoussi (Zeinelabdine). « Izdiwāg aš-šahsiyya fî šâ’ir Tunis Mahmūd Qâbadû » (dualité de la personnalité du poète de la Tunisie Mahmoud Kabadou), al-Fikr(1). octobre 1962 : 14.

58 Voir Zmerli (M.S.). op. cit. : 31-40.

59 Rih’la : genre littéraire consistant à consigner toutes les péripéties d’un voyage. Il s’agit d’un véritable carnet de route avec de nombreuses indications de tout ordre et aussi des réflexions personnelles. Les rih’la constituent de véritables témoignages.

60 Makhlouf (Mohammed b. Mohammed), « Šağarat an-nûr az-zakiyya fi labaqāt al-mālikivva» [Biographies des hommes célèbres du rite malékite]. Le Caire, Impr. Salafiyya, 1350/1931-32; 426-428.

61 Sur ces deux personnalités, cf. Abdesselam (Ahmed), Les historiens tunisiens des xviie, xviiie et xixe siècles. Essai d’histoire culturelle., Paris, Tunis. 1973, 597 p. Sur Muhammad as-Sunūsī, cf. Chennoufi (Ali) – Muhammad as-Sunūsī. L’homme et l’œuvre. – Tunis, 1971.

62 Mzali (M.S.) et Pignon (J.), « Documents sur Khérédine. A mes enfants. Mémoires de ma vie privée et politique. Khérédine Pacha ». Revue Tunisienne (18), 2e trim. 1934 : 191. Sur la Commission financière, voir B. Dhiyaf, op. cit.. VI/115-133.

63 Décret du Rabî’ al-awwal 1286/5 juillet 1869.

64 Mzali (M.S.) et Pignon (J.). « Documents... » : 183. D’autres biographies de Khérédine ont été faites. Voir notamment Zmerli (M.S.)Les Précurseurs... : 43-58; Kerrou (Abul-Qacim Mohammed). Hayr ad-din at-Tûnisî, Tunis, impr. moderne. 1958. 82 p. Nous devons également à Demeerseman (A.). «Au berceau des premières réformes démocratiques en Tunisie». ibla(77). 1er trim. 1957 : 1-12; du même. « Idéal politique de Khéréddine. Sa valeur morale». ibla(79), 3e trim. 1957 : 179-215; id., « Aspect humain des réformes de Khérédine en Tunisie». ibla(80). 4e trim. 1957 : 317-350; idem, « La doctrine de Khérédine en matière de politique extérieure». ibla(81). 1e trim. 1958: 13-29; idem, «Indépendance tunisienne et politique extérieure de Khérédine ». ibla (83), 3e trim. 1958 : 229-277; cette série d’articles de A. Demeerseman constitue la seule grande étude d’ensemble sur Khérédine. Il est évident que nous nous tenons là aux études d’ensemble plus ou moins complètes sur Khérédine. Toute histoire de la Tunisie au xixe siècle comporte une élude ou des indications particulières sur Khérédine. Une analyse de la chronique de B. Dhiyaf constitue une des sources pour l’étude d’une partie de l’œuvre de Khérédine. En effet. Ben Dhiyaf est mort en 1874. On peut voir en outre Ganiage (J.). Les origines du Protectorat... : 437-491. Voir aussi Ben Achour (Mohammed-al-Fadhil), « al’H’araka’l – adahiyya wa’lfikriyya fi Tunis» [Le mouvement littéraire et intellectuel en Tunisie]. Le Caire, 1956. 223/193 p. L’étude la plus récente est celle de Brown ( L.C. ), The Surest Path. The political teatre of a nineteenth-century muslim statesman. A translation of Introduction to the Surest Path to Knowledge concerning the condition of countries hy khayr al-din ai-Tunisie... Cambridge, Mass. USA, 1967. 183 p. Il faut surtout voir l’Introduction. pp. 3-64. Krieken (Van) – Khayral – Din et la Tunisie (1850-1881). Leiden. E.J. Brill, 1976, 322 p. et Smida (Mongi). – Khérédine. ministre réformateur. – Tunis, MTE, 1970, 423 p.

65 Zmerli (M.S.) – op. cit. : 44.

66 sur l’affaire Ben Ayed, cf. Mzali et Pignon, op. cit.

67 Ibid. : 184.

68 Il s’agit du Conseil Suprême ou Grand Conseil. Voir Fitoussi (Elie) et Benazet (Aristide). L’Etat tunisien et le Protectorat français. Paris. Rousseau Ed., 1931 : 72-73.

69 Khérédine aurait confié à Sālim Būhāğib et Mohammad Bayram le soin de rédiger le livre (voir Zmerli(M.S.) – Les Précurseurs, pp. 86-87).

70 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents... », Revue Tunisienne (18), 2e trim. 1934 : 191.

71 Ibid. : 187.

72 Id.

73 Voir Ganiage (J.), les origines...

74 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents... » op. cit., p. 199.

75 « Aqwam al-masâlik... » a été publié en arabe à Tunis en 1867 et une traduction française en a été publiée à Paris en 1868. Une nouvelle édition que nous utilisons ici est celle de Chennoufi (Moncef), édition annotée. – Tunis, MTE, 1972, 331 p. (index et bibliographie).

76 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents», op. cit. : 186.

77 Aqwam al-masâlik... : 90(6) [Les chiffres entre parenthèses correspondent aux pages originales de l’ouvrage dans l’édition de M. Chennoufi].

78 Ibid. : 82 [3].

79 Ceci est également le cas de certains de ses adeptes et nous ne citerons, à titre d’exemple qu’Ahmed Ben Dhiyaf (cf. Ith’âf...).

80 Le Tourneau (Roger) – Compte-rendu du livre de L.C. Brown, The Surest path... op. cit. in Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée (4), 2e sem. 1967 : 194.

81 Voir par exemple Aqwam al-masâlik... : 90 et suiv. [6 sq.].

82 Habitants non-musulmans d’un pays musulman.

83 Khérédine, Aqwam al-masâlik.... cité par Demeerseman (A.). « Au berceau des premières réformes démocratiques en Tunisie », art. cité : 8 (note 9).

84 Voir Khérédine, Aqwam al-masâlik... : p. 93 sq. [7 sq].

85 Khérédine, Aqwam al-masâlik... : 34, cité par Demeerseman (A.).

86 Ganiage (J.)Les origines... : 453.

87 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents... A mes enfants », op. cit. : 193.

88 Ibid: 194.

89 Voir Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents sur Khérédine. V. réponse à la calomnie ». Renie Tunisienne(30), 2e trim. 1937 : 222.

90 Ibid: 196.

91 Sur cette mahalla cf. Chater (Khalifa), Insurrection et répression dans la Tunisie du xixe siècle. La mehalla de Zarrouk au Sahel (1864), Tunis, 1978, 230 p.

92 Sur l’œuvre de Khérédine, cf. Ganiage (J), op. cit. : 450-457. Van Krieken, op. cit. et Smida (Mongi), op. cit

93 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents... Réponse à la calomnie » : 217.

94 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Documents... A mes enfants» : 201.

95 Id.

96 Mzali (M.S.) et Pignon (J.) – « Réponse à la Calomnie... », op. cit. : 223.

97 Voir à propos du Collège Sadiki Abesselam (Ahmed) – Sadiki et les Sadikiens. – Tunis, Cérès Productions, 1975 ; et Sraïeb (Noureddine) – « Enseignement, Elites et systèmes de valeur : le collège Sadiki de Tunis». Annuaire de l’Afrique du Nord, 1971. A propos de la Zitouna, cf. Sraïeb (Noureddine) – « Université et Société au Maghreb : la Qarawiyin de Fès et la Zaytūna de Tunis ». Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée (38), 1984, 2e semestre.

98 Etablie par N. Sraïeb, d’après Archives du Collège Sadiki.

99 Julien (Ch. A.), « Colons français et Jeunes Tunisiens (1882-1912) », Revue Française d’Histoire d’Outre-mer, lix, 1967 : 97.

100 Khairallah (Chedly), Le mouvement Jeune-Tunisien, Tunis, Ets. Bonici, sd : 20-23.

101 Cité par Julien (Ch. A.), art. cité: 120-121.

102 Servier (André), Le péril de l’avenir. Le nationalisme musulman en Egypte, en Tunisie et en Algérie, Constantine, Ed. 1913 : 91.

103 Julien (Ch. A.) – art. cité. : 103. Cf. aussi Chennoufi (Moncef), « Masādir’an rihlatay as-Sayh Muhammad’Abdu ilā Tunis »; Hawliyāt al-Gàmi’a t-tūnisiyya, 1966, 71-102 et du même auteur « ’Alā’iq Rašīd Rida Sāhib magallat al-Manâr ma’a-t- Tūnisiyyîn » – Ibid., 1967 : 121-151.

104 in Khairallah (CH.)op. cit. : 90.

Auteur

Noureddine SRAÏEB, Chercheur (histoire) au CNRS/CRESM, Aix-en-Provence.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540