Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tunisie au présent

 | 
Michel Camau

I - Racines. Aux origines de la Tunisie contemporaine

2- Espace et société l’équation tunisienne

Moncer Rouissi

Texte intégral

  • 1 Julien (Ch. A.), Histoire de l’Afrique du Nord, Tome i, Paris, Payot, 1956. 2e édition.

1Considérons cette Jeziret Al Maghrib ou Ile du couchant des Arabes, qui constitue la partie la plus septentrionale du continent africain. C’est un « vaste quadrilatère de hautes terres »1 dans lequel les chaînes de montagnes semblent comme dresser un rempart entre les côtes méditerranéennes ou atlantiques et l’arrière-pays. Il est cependant une région de cette Ile du couchant où les hauteurs se meurent et laissent ainsi profondément pénétrer les influences méditerranéennes et sahariennes à la fois.

2Voici donc un espace allongé et étroit, entre désert, mer et montagnes ou hauts plateaux. Plat pour l’essentiel, puisque l’altitude moyenne par rapport au niveau de la mer n’y dépasse guère 300 mètres, sur deux faces baignées par la Méditerranée dont il commande, avec la Sicile, la communication entre les deux bassins oriental et occidental, et qui dessine sur ses côtes hospitalières trois larges golfes de Nord en Sud-Est, faisant ainsi face à l’Europe dont les côtes les plus méridionales ne sont guère qu’à quelques 140 kilomètres, cet espace s’ouvre largement sur le Sahara, le pays des Noirs et le monde de l’Orient à travers les ramifications de la longue voie qui, du Djérid à Gabès, en passant par le désert libyen et l’Egypte, atteint la lointaine Asie.

3Cet espace se subdivise en six grandes régions très fortement individualisées.

4La première subdivision, c’est le relief, tout autant que le climat, qui la commande. Elle laisse apparaître très nettement un Nord, un Centre et un Sud. Les massifs montagneux de la Dorsale qui courent en s’abaissant progressivement de Sud-Ouest en Nord-Est, depuis Kasserine et jusqu’à l’orée de la presqu’ile du Cap Bon, constituent une frontière naturelle entre l’Ifriqiya ou région du Tell au Nord, verte et relativement bien arrosée et, d’une part, la Byzacène, au centre, ou pays des steppes et d’autre part le Sud, pays saharien parsemé d’oasis et de Ksours, ou villages de montagne, au delà de la ligne Gafsa-Gabès.

5La seconde subdivision trouve son fondement dans le contraste entre une étroite bande côtière qui s’étend de Bizerte à Zarzis et représente moins de 10% de la superficie totale de cet espace, où se pressent villes et villages peuplés de vieux sédentaires vivant de négoce, d’artisanat, de pêche ou exploitant de riches vergers alentours, et un pays intérieur peuplé pour l’essentiel de pasteurs et de céréaliculteurs.

6C’est cette contrée toute en nuances et en contrastes, vouée par sa situation, stratégique, aux échanges et aux synthèses, qui donna son nom à l’Afrique toute entière. L’Africa des Romains, devenue l’lfriqiya pour les Arabes musulmans, participe tout à la fois de l’histoire du Maghreb dont elle est partie, de la Méditerranée et de l’Orient. Située au carrefour de grandes voies de communication et de commerce, méditerranéen et saharien, il est peu de civilisations de ce vaste domaine dont elle n’ait participé et qui ne l’ait durablement marquée de son empreinte.

7Les origines de son peuplement se perdent dans la nuit des temps. On sait peu de choses de ces Lebou, ces Grecs, Libyens, Numides et autres Gétules des Romains, devenus « baraber » ou berbères pour les Arabes, et depuis connus sous ce nom, sinon leur permanente présence sur le sol de l’Africa et du Maghreb. Eux mêmes ne semblent guère s’être donnés de nom générique, autrement peut être que comme des Amazighs, ou hommes libres, et se présentent à nous plutôt comme hommes de tribus, le plus souvent nomades. De même qu’ils ne semblent guère avoir connu l’écriture ni s’être souciés de nommer l’espace de leurs ancêtres.

8Constamment nourri des immigrations les plus diverses, au point qu’il est difficile de parler à leur propos de race unique, le fond autochtone fait preuve d’une âpre opiniâtreté à conserver son autonomie, quitte à se réfugier dans le désert ou à peupler les montagnes les moins hospitalières, et d’une remarquable aptitude à la survie.

9Il eut fallu, pour que cet espace fût un pays, ou une patrie qu’un projet et une ambition marient les nuances en une composition originale et unique, trouvent la synthèse des vocations méditerranéennes et sahariennes toujours potentiellement contradictoires, fondent sur la complémentarité et les échanges la diversité régionale au lieu que celle-ci se mue en adversité, réconcilient hommes des villes, des villages, des montagnes et du désert et assignent à leurs génies comme une commune visée, structurent l’espace autour d’un centre et d’une capitale, symbole de leur union, bref, que d’une « poussière d’individus » ou de peuplades et d’une multitude de « nations » naquit un peuple conscient de sa destinée commune, substratum d’un Etat légitimé et légitime.

10La solution de « l’équation tunisienne » tourne inlassablement et, pourrait-on dire, indéfiniment, autour de ces thèmes : quel projet ou quelle vocation ? quel espace ? quelle légitimité ?

11Le territoire – Carthage et ses dépendances, Africa, Ifriqiya, Proche Maghreb ou Maghreb oriental, Berbérie orientale, Sadjak de Tunis, pays barbaresque et enfin Tunisie – naît à l’histoire avec la Carthage punique. Celle-ci développe une civilisation millénaire, une des plus vieilles civilisations de l’humanité, sur une étroite bande qui court le long des côtes maghrébines et qui s’enfle dans l’espace qui va du golfe des Syrtes jusqu’à Tabarka. Elle porte à son apogée la vocation maritime du pays et dessine les contours de son aire de mouvance méditerranéenne depuis les côtes andalou-ses et jusqu’à la Sicile. Lebou ou Libyens sont pour l’essentiel cantonnés dans leur espace intérieur et n’arrivent que tardivement à se reconnaître en un Chef, Massinissa et à se tourner vers une capitale, Cirta, l’actuelle Constantine.

12Le proconsulat romain, s’il agrandit l’espace de domination de Carthage à l’intérieur des terres africaines, réduit le pays au rang d’une province et d’une colonie. Mais il le structure et il met en place une armature urbaine qui résistera pour l’essentiel aux vicissitudes du temps. En un demi-millénaire d’une domination par l’une des administrations les plus efficaces de l’Antiquité, les Africains se latinisent, se christianisent et donnent à Rome et à la Chrétienté quelques-uns de leurs plus illustres défenseurs.

13Cependant, Carthaginois et Romains – comme Vandales et Byzantins – délimitent un espace utile, parce que facilement colonisable, refoulant au Sud ou dans les montagnes la berbérité irréductible. Rien ne symbolise mieux cette coupure du pays en deux que le limès romain, mouvant certes, mais séparant nettement un pays urbanisé et pour l’essentiel tourné vers la Méditerranée, d’un Sud nomade et toujours à l’affût des moindres signes de faiblesse du pouvoir étranger et du peuple et de la compromission, implantés plus au Nord derrière des fortifications.

14Ce sont les Arabes musulmans qui réalisent pour la première fois dans l’histoire l’esquisse d’un projet d’unification de l’espace et du peuplement et réconcilient pour ainsi dire Carthage et la Numidie. Ils structurent l’espace autour d’une nouvelle capitale, Kairouan, qui constitue à la fois le centre de gravité géographique et sociologique du pays, aux frontières de la haute steppe et du Byzacium romain tourné vers la mer, sensiblement à égale distance de Bizerte au Nord et de Gafsa et Gabès au Sud-Ouest et au Sud-Est. Ils réalisent la synthèse des vocations maghrébine, méditerranéenne, saharienne et orientale du pays. L’Islam dont ils portent le message, jette les fondements de l’égalité des hommes en droit. Ce faisant, ils postulent la réconciliation des nomades et des sédentaires sur la base de la complémentarité et des échanges et créent en un mot les conditions d’émergence d’un Etat légitime et d’une communauté nationale unie.

15L’Islam, on le sait, est à la fois une théodicée et un principe de gouvernement. Né dans la société nomade par excellence, ignorante du commandement et des constructions étatiques, il est, pour l’essentiel, une propédeutique de la citoyenneté et du civisme à l’intention des peuples barbares. Il donne à l’Etat son principe de légitimité en même temps d’ailleurs qu’il fournit à la masse des sujets l’argument du recours contre l’Etat oppresseur. Cette théocratie égalitaire institue une communauté des croyants, cadre indispensable de l’exercice de la foi, fondée sur la paix civile et la fraternité religieuse et garante des conditions de stabilité nécessaires à la bonne administration des hommes. La foi est bien sûr vécue dans la communion individuelle avec Dieu mais surtout à travers les manifestations de la vie collective.

16Tant s’en faut que le message s’impose d’un coup. Mais l’Islam excelle dans l’art d’aménager les étapes et de s’accommoder des coutumes ancestrales, des spécificités et des originalités. Comme il excelle dans la technique de la boule de neige. A partir d’un noyau initial de berbères islamisés et après que les armées venues d’Arabie, de Syrie et d’Egypte aient balisé l’aire à conquérir en parcourant l’axe principal, ce sont les berbères eux-mêmes qui étendent l’aire d’influence de cette nouvelle conquête du Dar El Islam et islamiseront et arabiseront leurs frères de race.

17L’Ifrikya était tôt ou tard promise à l’autonomie la plus large autant à cause de la faiblesse numérique du conquérant arabe qu’en raison du caractère propre de cette foi simple et dépouillée.

  • 2 Gautier (E.F.), Le passé de l’Afrique du Nord. Les siècles obscurs, Paris, Payot, 1937.

18« Il s’est produit là une révolution immense. Le pays a franchi la cloison, étanche partout ailleurs, qui sépare l’Occident de l’Orient... C’est la conquête totale jusqu’au fond de l’âme, de l’Ifrikya, c’est-à-dire des citadins latinisés... Désormais tout ce qui a au Maghreb un cerveau cultivé, tout ce qui sent le besoin impérieux d’une langue écrite, d’une littérature, tout cela en totalité a passé à l’Islam sans réserve... Si redoutables que puissent rester les barbares, au point de vue militaire, intellectuellement ils n’existent pas, ils sont condamnés à suivre »2.

19La Wilaya Ifrikyenne, l’espace le plus urbanisé du Maghreb, pétri d’histoire, domaine de contribuables disciplinés et dociles, s’organise en province jouissant d’une très grande autonomie à partir de l’an 800, sous le commandement d’Ibrahim Ibn Al Aghlab, jusque là gouverneur du Zab, au sud de Constantine.

20Trois faits majeurs sont à retenir de l’ère aghlabide :

21L’espace de l’Ifrikya est délimité. Sa double vocation orientale et méditerranéenne, cette dernière symbolisée par l’occupation de la Sicile notamment, est établie. Son originalité islamique et son caractère national propre est affirmé par son adhésion au rite malékite, le plus rigoriste du sunnisme orthodoxe, sous l’impulsion énergique de l’Iman Sahnoun.

22L’espace de l’antique Carthage et de l’ancienne Numidie restera uni, sous le contrôle dynastique stable jusqu’en 910. De plus, le fait est considérable, les changements dynastiques de 800 à 1050 se passent dans l’ordre en dépit de la prise du pouvoir par les Fatimides d’abord puis sa transmission des Fatimides aux Zirides. Le Mahdi Fatimide Abu Abdallah entra dans Kairouan et les « Kairouanais vinrent à sa rencontre. Ils furent bien reçus et il leur promit la sécurité. Il fit ramasser les biens de Ziayadat Allah (le dynaste aghlabide vaincu) ainsi que ses armes et ordonna qu’elles soient conservées en même temps que soient épargnées et préservées ses courtisanes » (3).

  • 3 Ibn Khaldoun.

23Le fait marquant de l’ère fatimide fut le transfert de la capitale à Mahdya. « Abu Abdallah partit lui-même à la recherche (d’un site pour sa capitale). Il passa par Tunis et Carthage et finit par trouver une péninsule ayant la forme d’une main avec son poignet. Il y traça les plans de Mahdya et en fit le siège de son gouvernement... Puis il ordonna que l’on taillât dans la colline un arsenal pouvant contenir 100 galères »3.

  • 4 Ibn Khaldoun.

24Une date, 973, est une date capitale entre toutes : elle voit le transfert du pouvoir en Ifrikya aux berbères Kutama, sédentaires. Lorsque le fatimide Al Moiz résolut de transférer le siège du califat au Caire « il envoya chercher Bolokkin Ibn Ziri, qui était engagé dans des guerres avec les Zenata (nomades) et lui confia les affaires de l’Ifrikya et du Maghreb, en dehors de la Sicile... et de Tripoli... Il lui donna le nom de Youssof au lieu de Bolokkin, lui accorda le surnom de Abou-l-Foutouh (l’homme des victoires) et le titre de Seif-ed-Daoula (glaive de l’Etat)... Il lui fit trois recommandations : de ne jamais renoncer à maintenir suspendue l’épée sur la tête des Berbères, de ne jamais renoncer à faire payer l’impôt aux nomades et de ne jamais confier un commandement à aucun membre de sa famille »4.

25Ce texte d’une grande concision et chargé de toute une symbolique, comporte tout un programme.

26Nul doute que les Berbères dont il s’agit ne soient ces Zénètes alors insuffisamment arabisés et ennemis de tout pouvoir central. Eux et les nomades ne font qu’un et ceux-là doivent être maintenus sous le joug de la contrainte et de la force. Bolokkin, alias Youssof, était d’ailleurs invité à les poursuivre jusque dans leur réduit marocain pour parer à leur péril.

27Les deux siècles et demi qui vont de 800 à 1050 sont une ère de prospérité jamais égalée plus tard. Le paysage et la société ont considérablement changé. Une multitude de travaux hydrauliques et l’introduction de nouvelles cultures impriment à l’agriculture un développement considérable. On voit naître et se développer des spécialisations régionales et une intense activité d’échanges. Le Sud et le Centre du pays, en particulier, sont florissants grâce aux progrès de l’agriculture, au développement des activités artisanales et au commerce caravanier. Le monde urbain s’accroît et les villes, notamment en bordure de la côte et le long de la route des caravanes, connaissent une grande animation.

28En plus des vieux citadins berbères, la population de la Wilaya d’Afrique comprend les Arabes, les tribus nomades, les Afariq ou chrétiens africains — berbères, descendants des romains, « roums » ou restes de byzantins – ainsi que des Juifs, qui s’illustrent notamment dans la médecine et dans l’univers intellectuel.

29Tous les équilibres sont rompus – et pour une longue période – juste au milieu du xie siècle. Une date et un fait, qui valent beaucoup comme un raccourci symbolique de plus amples changements : 1050 et le déferlement, par vagues successives, des cohortes d’hommes en armes, de femmes, de vieillards et d’enfants, des tribus des Banu Hilal suivis des Banu Sulayam. Qu’ils aient été les artisans de la décadence de l’Ifrikya et de la réémergence des fractures séculaires dans l’espace et la société, on n’en est pas sûr. Mais à coup sûr ils précipitent une décadence et donnent le coup de grâce à un ordre largement fissuré.

30En fait le transfert du siège de la dynastie Fatimide en Egypte et la fondation du Caire ont considérablement affaibli l’Ifrikya et l’ont privé de toute une élite d’administrateurs, de techniciens et d’artisans.

31De même l’éclatement, au tout début du xie siècle, du royaume Ziride en deux dynasties rivales – Zirides en Ifrikya et Hammadides, leurs cousins, en Algérie avec la Kalaa des Beni Hammad comme capitale – a eu entre autres conséquences de perturber le commerce caravanier qui faisait la prospérité de la Wilaya d’Afrique et d’ajouter ses effets néfastes à l’émergence en force de royaumes Zénètes plus à l’ouest, aux sources mêmes de ce commerce caravanier.

32C’est sur ce fond qu’interviennent les nomades venus d’Est et qui transforment durablement l’espace et la société Ifrikyennes.

33Trois ordres de fait méritent d’être relevés à cet égard :

  • D’abord ils arabisent à ce point l’Ifrikya que les tribus berbères s’inventent une ascendance et une généalogie arabes et Ibn Khaldoun consacrera quelques unes des pages de son histoire des berbères à réfuter ces allégations.
  • Ensuite, ils rompent l’équilibre démographique entre citadins et ruraux entre nomades et sédentaires et désarticulent le tissu urbain. Le nomadisme pénètre les interstices de la société et de l’espace urbain. Ils asphyxient villes et villages qu’ils refoulent pour l’essentiel sur la côte et accessoirement dans les réduits montagneux, s’agissant de quelques berbères irréductibles. Le commerce s’en trouve désarticulé et la terre rendue au troupeau.
  • Enfin, et en conséquence de tout cela, l’Etat central est détruit et l’unité politique de l’Ifrikya est rompue. Le pays éclate en de multiples principautés autonomes, barricadées dans leurs particularismes et recherchant, chacune selon ses moyens, un modus vivendi avec les nomades : Banu Khurassan à Tunis, Banu-el-Ward à Bizerte, Banu Jami à Gabès, Banu-er-Rand à Gafsa et au Djerid, Banu Allai à Tébourba...

34Qui plus est, les côtes ifrikyennes voient déferler sur eux l’envahisseur normand et Roger ii de Sicile s’installe sur un territoire qui s’étend de Tripoli à Tunis.

35Ainsi donc, une fois de plus, le pays se voit éclaté en trois espaces sociologiquement différents et pratiquement ennemis :

  • une côte dominée par les Chrétiens, tournée vers la Méditerranée Occidentale et formant une société pluri-ethnique et pluri-religieuse;
  • des villages intérieurs, le plus souvent directement administrés par les nomades ainsi que des réduits montagneux de citadins nomades;
  • les plaines du Nord et du Centre entièrement dominées par les tribus arabes ou les tribus berbères arabisées.

36Il fallut attendre l’intervention des Almohades venus du Maghreb occidental pour chasser les Normands et soulager l’Ifrikya d’une partie de ses bédouins, transplantés de force sur les plaines atlantiques plus à l’ouest. C’est à partir de cette période notamment qu’à l’arabisation quasi-intégrale du pays s’ajoute l’islamisation totale des Afariq : le christianisme autochtone disparaît à tout jamais de la terre ifrikiyenne. Les Chrétiens d’origine européenne continuent cependant à exercer leur commerce sur les côtes et sont organisés en « nations » sous l’autorité de leurs consuls. On voit même apparaître une milice chrétienne au service des princes hafçides, gouverneurs almohades de l’Ifrikya.

37Ce sont les hafçides qui, en l’espace de trois siècles rétablissent, de manière toute relative, l’unité de l’espace et du peuplement. Ils prennent Tunis pour capitale et proclament en 1236 l’indépendance de l’Ifrikya par rapport à la dynastie almohade.

38L’administration du pays reflète parfaitement les fractures encore existantes de l’espace et de la société : à côté des villes de la côte placées directement sous le contrôle du pouvoir, il y avait d’une part, les tribus qui jouissaient d’une large autonomie et étaient administrées par les cheikhs cooptés par elles et agréés par le pouvoir central et les villes du Sud d’autre part qui étaient dirigées par de grandes oligarchies locales dans un rapport de suzeraineté par rapport au pouvoir central.

39Les fractures nées du milieu du xie siècle s’avèreront profondes et durables. Il n’est jusqu’à l’Islam qui n’éclate entre un Islam citadin fondé sur l’exégèse du texte et un Islam populaire et maraboutiste, confrérique et mystique. Le danger potentiel était à ce point sérieux que l’Imam Ibn Arafa, ennemi juré et rival d’Ibn Khaldoun, déclara l’effort d’interprétation clos.

40Ce sont les beys mouradides d’abord, hysseynites ensuite et surtout qui déclarent la guerre aux nomades et tentent vigoureusement de rétablir un Etat central fort et l’unité de la communauté autour des valeurs de la société citadine. Ils furent aidés dans leur tâche par une armée régulière utilisant des armes à feu dont étaient dépourvues les tribus nomades.

41Ils inaugurent leur règne par une délimitation précise de l’espace de leur Etat : en 1613, ils récupèrent Jerba sur le beylicat de Tripoli et signent un traité de frontière avec les deys d’Alger qui pose le principe de la territorialité des populations.

42Ils intègrent quelques tribus dans le système étatique en en faisant des tribus Makhzen pourvoyeuses de forces supplétives à l’armée régulière en contrepartie d’exonérations fiscales et de rémunérations de service.

43Après quoi ils entreprennent de briser, de démanteler et de disperser les puissantes confédérations tribales des confins ouest et sud de leur Etat, au point que le nom même de ces tribus disparaît :

  • la tribu des Ouled Bellil, au Nord-Ouest est réduite au rang de fraction de tribu sédentarisée dans les plaines de Béja;
  • la confédération des Ouled Channouf, dans la région du Kef, voit son nom disparaître à tout jamais de la carte tribale de la Tunisie;
  • la confédération des Hanancha, dans l’Ouest du pays, est réduite à la vassalité;
  • les Oulad Saïd au Sud supportent sur quinze ans les assauts répétés de l’armée régulière aidée de ses supplétifs et finissent par être vaincus et dispersés. Leur bastion, El Hamma de Gabès, est rasé en 1636 et la route est ainsi ouverte à une lutte sans merci contre les Wirghimma et les Matmata du Sud-Est.

44C’est ensuite la lutte contre les réduits montagneux des Jebels Ouislat, au Centre, Amdou, au Nord, et Ayach au Sud. Le Jebel Ouislat en particulier est vidé de sa population, dispersée entre plusieurs localités et ses villages sont détruits.

45L’Etat pouvait alors réduire les confédérations tribales moins puissantes après les avoir privées de leurs refuges et de leurs alliés. Il multiplia les garnisons militaires sur les principaux axes routiers et assigna aux tribus l’aire de leurs déplacements, sous l’autorité de gouverneurs nommés par lui.

46Mais les deys mouradites d’abord, les beys husseinites ensuite, entreprennent, plus ou moins consciemment, de rétablir une construction politique qui leur a largement préexisté et de parfaire l’unité, fondée sur une somme de diversités complémentaires, des tribus, des villages et des cités qui investissent, par un réseau de relations aussi variées que plusieurs fois séculaires, un espace assez fortement individualisé.

  • 5 Braudel (Fernand), La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe ii, Tome ii. P (...)

47Car enfin, une entité et une identité proprement tunisiennes s’imposent très tôt dans l’histoire, dans cet espace qui s’étend de l’Ouest d’Alexandrie jusqu’aux rivages de l’Atlantique. Dans ce vaste domaine de la berbérité, il n’est « pas de maison plus nettement délimitée que le vieux pays urbain de l’ancienne Africa, l’Ifriqya des Arabes, l’actuelle Tunisie... »5.

  • 6 Braudel (Fernand), op. cil.

48Il a fallu bien des guerres et des souffrances, bien des mutilations et des refoulements, bien des ruses et des compromis pour que des entités problématiques, constamment en quête de légitimation, voient le jour. La Tunisie, pourrait-on dire, est le fait du destin et de la providence; elle préexistait à tout projet et à toute ambition; elle était latente depuis la nuit des temps. On dirait que, pour s’y accomplir, le destin s’était servi des ambitions et de la vanité des hommes : « la nature a préparé le logement »6, une lente accumulation de l’histoire a fait le reste, je veux dire ce patient investissement de l’espace par le travail des hommes et ce laborieux travail de la société sur elle-même.

  • 7 Martel (André), Les confins Saharo-Tripolitains de la Tunisie (1881-1911), Paris, PUF, 1965, Tome (...)

49Considérons en effet le pays que délimite l’occupation française à la fin du xixe siècle et au tout début du xxe : l’espace qu’il recouvre est, à peu de choses près, celui de cette province hafçide qui, au tout début du xiiie siècle, est promue à l’indépendance par les princes qui le gouvernent. Le territoire que prennent en charge les Français est, en bien des endroits, délimité par des frontières dûment attestées par des traités. En d’autres, par exemple du côté libyen, les frontières alors fixées « traduisent... la réalité profonde du pays à laquelle les nouveaux venus doivent s’adapter car... (elles) s’inscrivent dans le sens d’une évolution déjà nettement affirmée au moment de la conquête française »7.

50Sur cet espace aux contours assez bien définis, une manière d’être tunisien, une identité tunisienne et une entité politique tunisienne s’élaborent patiemment et sûrement. Essayons d’en recenser les indices les plus incontestables.

  • 8 Le Tourneau (Roger), Les Villes musulmanes d’Afrique du Nord in Annales de l’Institut d’Etudes Ori (...)

51C’est d’abord l’historiographie qui repère cette entité et cette identité tunisienne et qui en rend compte. Ibn Abi Dinar inaugure, à compter de 1681, l’histoire d’un domaine Ifriqya, avec Tunis pour capitale, qui s’étend de « l’Oued Ettin jusqu’au pays de Baja » et que structure un réseau urbain relativement dense. Son Munis fi Akhbar Ifriqya wa Tunis fait débuter l’histoire de la Tunisie avec l’arrivée de l’Islam et ne consacre que quelques passages au Carthaginois et aux Romains : mais c’est que les Arabes musulmans ont profondément remanié et restructuré l’espace de l’Ifriqya au point que la continuité entre l’aire de l’Afrique punique et du proconsulat romain d’une part et la wilaya ifriqyenne d’autre part, en fut devenue difficilement perceptible8.

52Les historiens qui viendront après lui enrichiront cette histoire proprement tunisienne et, aux travers de la geste des princes dont ils sont les zélés laudateurs, rendront compte de l’irrésistible ascension de cette identité tunisienne. Ben Dhiyaf, au xixe siècle, comme ceux qui l’ont précédé d’ailleurs, inscrit son histoire dans le droit fil d’une tradition qui, d’Ibn Khaldun à Zarkachi à Ibn Abi Dinar et au Wazir Sarraj, s’attache à relater les faits relatifs à « ce royaume de Tunis » ; il a le sentiment d’appartenir à un « pays », un « terroir », qui, à travers les bruits et les fureurs de l’histoire, constitue une unité.

53C’est aussi ce « marché tunisien » aux contours bien délimités et dont rend compte si admirablement l’historien Sghaier Ben Youssef, au début du xviiie siècle, dans son Machraâ El Mulki. Cet espace économique c’est l’aire de relations et d’échanges entre trois entités régionales complémentaires : L’Ifriqya, pays du blé, le Sahel, pays de l’huile et le Sud pays des dattes. L’ancienneté, la permanence et la régularité des échanges entre ces trois ensembles, fondent et légitiment une véritable spécialisation régionale et un réseau dense de marchés ou souks témoigne de l’importance des relations de complémentarité entre des populations dont on a si souvent et si indûment souligné la diversité pour ne pas dire les différences.

54C’est, de même, ce vaste réseau administratif, judiciaire, confrérique, de medersas, de borjs ou casernes... qui se tisse et unifie les hommes et leur espace et qui signifie leurs communes appartenances.

55C’est, enfin, cette manière d’être tunisien, attestée par des mœurs plus douces qu’ailleurs en Berbérie, une forme de tolérance, un parler spécifique, un art culinaire, une façon de se vêtir, une manière d’être musulman... que relèvent les voyageurs venus du Nord de la Méditerranée et dont rend compte Bayram V dans son Safwat Al I‘Tibar, au point que pour paraphraser Laroui, on pourrait parler d’un domaine du burnous, de la jebba et de la chechia.

56Ainsi, lorsque Ahmed Bey, en 1838, écrit à la Sublime Porte en arabe pour la première fois, il parlera au nom d’une entité qui a largement pris corps, cette Tunus, qui désigne cette fois « la Tunisie » et non point Tunis, « dont la superficie habitée est l’équivalent d’un parcours de six jours et dont les habitants vivent de la production de l’huile et du froment, de la laine et du poil de chameau ».

  • 9 Braudel (Fernand), L’identité de la France, Tome i, Paris, Arthaud-Flammarion, 1986 : « La divisio (...)

57Certes, cet espace et cette société ne manquent guère de diversités. Mais « toute nation est divisée, vit de l’être »9.

58Le même Bayram v, précédemment cité, après avoir souligné que la langue de tous les habitants est l’arabe et que le parler du pays est le plus proche qui soit de la langue classique, bien qu’il ait fait maints emprunts au berbère, à l’italien et au turc, relève que l’Ariana, « à quatre lieues de la capitale », se distingue de Tunis par une façon à elle de dire la langue du pays et ajoute que l’homme averti pourrait aisément reconnaître l’appartenance villageoise d’un homme à la tonalité qu’il imprime à ce parler commun.

59Ainsi pour bien délimité qu’il soit, ce pays recouvre bien des « patries » ou watan qui sont autant de particularismes que nourrissent un genre de vie aussi bien qu’une histoire. Un watan est un « pays », un district de sédentaires par opposition à une tribu nomade. Watans et tribus correspondent à des caïdats, les premières territoriales, les secondes ethniques; Ganiage recense au début du règne de Sadok Bey 22 caïdats de district et une quarantaine de caïdats de tribus. Fort significatifs à cet égard, sont les documents des tribunaux charaïques d’Alexandrie et du Caire, publiés par Abderrahman Abderrahim dans la Revue d’Histoire Maghrébine : un homme se définit comme Un Tel fils d’Un Tel, maghrébin, de Mahdia (ou de telle ville ou village) et éventuellement de tel rite. Ainsi donc, pourrait-on dire, entre le Watan, ou la tribu, le Maghreb et la Umma, il n’est point d’autre pôle d’allégeance où ait pu se loger cette Tunisie.

60Ce que Khélifa Chater appelle « les pôles affectifs » font que les frontières politiques, maraboutiques et ethniques ne coïncident jamais.

61Mais enfin dans cette société plurielle, une construction s’ébauche, qui relève du pari raisonnable.

  • 10 Martel : op. cit. Tome i.

62Dans les interstices de cette société fragmentée à souhait mais qui le plus souvent se scinde en deux ligues rivales, Youssef et Chaddad, Bachia et Hassania, des minorités ethniques ou religieuses, des groupes sociaux plus entreprenants que d’autres, des marabouts et des chefs confrériques, opèrent des jonctions, pratiquent l’art de négocier, et par la même se trouvent être les tenaces artisans d’une construction proprement nationale, aux côtés de la double progression du pouvoir politique et du réseau urbain. « On rencontre des artisans fixés à Djara de Gabès où quelque forgerons fabriquent des mors et des instruments aratoires, à Menzel où existent des tisserands et à El Hamma où des selliers-bourreliers confectionnent des harnachements. Toutefois les maréchaux-ferrants, armuriers, selliers et menuisiers viennent de Sfax travailler saisonnièrement dans les principaux centres. De même quelques bijoutiers de Djerba, israélites, s’établissent plus ou moins longuement dans les oasis et le Djerid qu’ils parcourent avec une pacotille. La plupart de ces objets se vendent sur le marché de Menzel car le pays Cheddad est condamné à graviter commercialement autour d’un souk Youssef... Lorsque la moisson ou la récolte de dattes a été satisfaisante, le marché de Menzel connaît une vive animation. Les tissus fins, les bijoux de Djerba trouvent acquéreurs. De Sfax arrivent, par caravanes ou par barques, les chéchias ou les vêtements brodés de Tunis, les étoffes, les armes, la quincaillerie européennes. Les cotonnades et la poudre viennent de Malte, par de nombreux petits bâtiments que la fin de la course délivre de toute inquiétude. C’est vers Sfax aussi que partent la laine, l’huile, ou les grains achetés pour le compte des maisons marseillaises. Mais si l’année est mauvaise on vient emprunter aux boutiquiers du Souk, des juifs de Djerba souvent... Les possesseurs de chameaux partent alors vers Gafsa, Kairouan, Sfax pour acheter des grains »10.

63Autant dire que ce sont les hommes, jouant de leur diversité, plus que l’Etat niveleur, qui inventent cet espace de cette société.

  • 11 Dhimmi, protégés non musulmans, soumis à l’impôt. Ce sont les Aghlabides qui introduisent une inno (...)

64Car enfin c’est un pays de Dhimmi11 que traversent régulièrement les Mahalla ou camps beylicaux chargés de collecter les impôts du Nord, du Centre et du Sud.

  • 12 Voir infra la contribution de Nourredine Sraïeb.

65La révolte de 1864, tribale autant que citadine et villageoise, a failli inaugurer un pouvoir national et populaire. Le chef de la révolte, Ali Ben Ghdahem, promu à la dignité de « Bey des Arabes », mit en danger de mort un pouvoir déjà largement affaibli et inféodé aux puissances européennes. Les tribus et les ruraux fraternisèrent et le peuple de l’anarchie se révéla capable d’union et de discipline12.

66L’œuvre coloniale de la France paracheva la tâche du pouvoir beylical : elle brisa définitivement les structures tribales, soumit la population et l’espace à un contrôle administratif rigoureux et intégra l’économie, réduite à la stricte dépendance, au système capitaliste international.

Notes

1 Julien (Ch. A.), Histoire de l’Afrique du Nord, Tome i, Paris, Payot, 1956. 2e édition.

2 Gautier (E.F.), Le passé de l’Afrique du Nord. Les siècles obscurs, Paris, Payot, 1937.

3 Ibn Khaldoun.

4 Ibn Khaldoun.

5 Braudel (Fernand), La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe ii, Tome ii. Paris. Armand Colin, 1982, 5e édition.

6 Braudel (Fernand), op. cil.

7 Martel (André), Les confins Saharo-Tripolitains de la Tunisie (1881-1911), Paris, PUF, 1965, Tome ii.

8 Le Tourneau (Roger), Les Villes musulmanes d’Afrique du Nord in Annales de l’Institut d’Etudes Orientales, vol. 12, 1954. Alger, Institut d’Etudes Supérieures Islamiques, La Maison des Livres, 1957.

9 Braudel (Fernand), L’identité de la France, Tome i, Paris, Arthaud-Flammarion, 1986 : « La division est dans la nation française, dont l’unité n’est qu’une enveloppe, une superstructure, un pari ».

10 Martel : op. cit. Tome i.

11 Dhimmi, protégés non musulmans, soumis à l’impôt. Ce sont les Aghlabides qui introduisent une innovation impie : l’impôt foncier sur les terres exploitées par les musulmans.

12 Voir infra la contribution de Nourredine Sraïeb.

Auteur

Moncer ROUISSI, Professeur (sociologie-démographie) à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Tunis.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable