Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tunisie au présent

 | 
Michel Camau

1- Tunisie au présent

Une modernité au-dessus de tout soupçon ?

Michel Camau

Texte intégral

Nous traversons le présent les yeux bandés, tout au plus
pouvons-nous pressentir et deviner ce que nous sommes en train de
vivre. Plus tard seulement, quand est dénoué le bandeau et que nous
examinons le passé, nous nous rendons compte de ce que nous avons
vécu et nous en comprenons le sens
.Milan Kundera Risibles Amours

Dans un coin du désert sans arbres, j’ai sommeillé
Et près de moi se lamentaient les oiseaux
Et le brouillard de la nuit était sombre
Et les éclairs apparaissaient, brillant
En un cumulus clair; les nuages sombres se sont groupés
Montrant la fin des nuits
L’odeur de la brise était bonne
Elle guérissait le corps des malades.
Où se trouve la fin de l’existence ?
Comment sera le visage de l’avenir ?
(La Geste Hilalienne- Version de Bou Thadi – Lucienne Saada)

1Seuls les Tunisiens eux-mêmes et quelques chercheurs obstinés prêteraient-ils à la Tunisie toute l’attention qu’elle mérite ?

2A quelques exceptions près, les médias internationaux ne s’intéressent qu’épisodiquement à ce pays pour en diffuser une image stéréotypée. Sur le thème du carrefour des civilisations, ils ont longtemps célébré une douceur de vivre, une stabilité et une modernité au dessus de tout soupçon. Lorsqu’ils renoncent, non sans difficultés, à emboucher la trompette de la renommée, c’est pour sonner l’alarme, hantés par le spectre de l’islamisme, volontiers confondu avec la « khomeinisme », et les foucades du Colonel Gueddafi.

3Pour leur part, les chancelleries des puissances engagées en Méditerranée font profession de réalisme. Mais elles ne dépassent pas toujours les limites de quelques paramètres réducteurs : un territoire exigu et une population réduite, propices à un étroit contrôle étatique, de modestes ressources en hydrocarbures et un marché intérieur étroit imposant un arrimage à la Communauté européenne, un faible potentiel militaire au voisinage de l’Algérie et de la Libye nécessitant la protection de « parapluies » extérieurs.

4Quant aux milieux académiques, ils ne sont pas à l’abri des simplifications d’un ideal-type « arabe », qui, élaboré à partir de références exclusivement moyen-orientales, confèrerait au Maghreb, en général, et à la Tunisie, en particulier, un caractère très provincial.

SUR LA TUNISIE : EXEMPLARITÉ D’UN CAS « A-TYPIQUE »

  • 1 Gilles Kepel. observe à juste titre que « l’Egypte reste un pourvoyeur de symboles et de représent (...)

5Il est vrai que la Tunisie, qui n’a ni l’ambition ni l’envergure d’une Prusse du Monde Arabe, occupe sur la scène politique et dans l’imaginaire arabes une position en retrait, comparée à celle de l’Egypte, par exemple. Pour autant, on ne saurait conclure de manière définitive et péremptoire à sa marginalité du point de vue de la connaissance du Monde Arabe1. Sauf à fonder un champ scientifique, l’aire culturelle arabe, sur les seules représentations réputées prévaloir dans les sociétés concernées, l’arabisme et l’arabité.

  • 2 Voir, à ce sujet, Brown (L. Carl), The Tunisia of Ahmed Bey, 1837-1855, Princeton, Studies on the (...)

6Il existe, de longue date, un particularisme tunisien. De cette profondeur historique témoigne – pour s’en tenir à la période moderne – la continuité de la dynastie husseinite, qui, fondée au début du xviiie siècle, a régné jusqu’au milieu du xxe siècle. Les Beys de Tunis, émanation de la domination turque instaurée au xvie siècle, avaient progressivement conquis leur autonomie au regard de l’Empire Ottoman, dont la Tunisie était censée constituer une province. Le Beylik, dans les limites d’un système patrimonial, consistait en une forme minimale d’organisation centralisée et hiérarchisée, contrôlant, sous réserve des marges de l’Ouest et du Sud, une population relativement homogène du point de vue ethnique, à l’intérieur de frontières non étanches mais recouvrant, grosso modo, le tracé actuel2. A la spécificité de l’entité tunisienne correspondait ainsi un État. Un État, qui, au xixe siècle, à la veille de l’instauration du Protectorat français, allait s’engager dans un processus de réformes tendant à réaménager son rapport à la Société dans une perspective nationale moderne. Ce réformisme, en dépit de ses avatars, devait constituer le ferment de la culture politique des élites dirigeantes du Mouvement National durant l’occupation française.

7Le régime politique issu de l’indépendance a, dans une certaine mesure, cultivé le particularisme et tenté de soustraire la Tunisie à l’influence des vents d’Est. Dans plusieurs domaines, du moins durant les quinze premières années de son existence, il a cherché à promouvoir une politique novatrice dont les référents culturels tendaient à l’affirmation d’une tunisianité distanciée de la mystique unitaire de l’Umma musulmane ou de la Nation Arabe : suppression des tribunaux charaïques et unification de la Justice, démantèlement de l’Université de la Zitouna et étatisation de l’appareil religieux, maintien de la langue française aux côtés de l’arabe, langue nationale, réforme du code de statut personnel et « émancipation » de la femme...

  • 3 Plus exactement, devrait-on se référer, en la matière, à l’histoire et la culture musulmanes. Cf. (...)

8Pour le sens commun, ce particularisme, de par ses racines anciennes et ses manifestations récentes, ferait de la Tunisie un cas atypique. En réalité, les particularités de la Tunisie, qu’elles fussent anciennes et profondes ou récentes et réversibles, ne l’ont jamais dissociée de la trame commune à l’ensemble de l’aire arabo-musulmane. En dépit ou à cause – c’est selon – du réformisme de ses dirigeants, elle est, aujourd’hui comme hier, partie prenante des contradictions qui travaillent les sociétés arabes. A l’horizon des années 1990, celle qui fait figure de dernière « république civile » du Monde Arabe connaît des problèmes dont la toile de fond s’avère commune à toutes les sociétés arabo-musulmanes3. A savoir, la tension entre particularismes et universalisme qui caractérise le rapport au politique dans l’histoire et la culture arabo-musulmanes. Dans un contexte spécifique, elle offre une illustration des enjeux du changement social face au problème non résolu d’un statut du politique recouvrant une formule durable et efficace de gestion des conflits. La spécificité tunisienne se révèle de ce point de vue, pourrait-on dire, « typiquement » arabe. Autrement dit, c’est en raison même de son particularisme et de ses limites indépassables que la Tunisie pourrait constituer un cas « exemplaire », au sens démonstratif du terme, d’une crise du politique dans le monde arabe contemporain.

9Tension entre particularismes et universalisme, changement social, statut du politique, crise du politique, ce sont là autant d’affirmations et de notions dont le pouvoir évocateur n’est pas évident pour tout un chacun et qui, de toute manière, ne sauraient être acceptées que sous bénéfice d’inventaire.

SUR LE POLITIQUE : PARTICULARISMES ET UNIVERSALISME

  • 4 Sur le domaine du politique. Cf. Balandier (Georges). Anthropologie Politique. Paris, PUF, 1967.
  • 5 Concernant la distinction autorité/puissance. Cf. Badie (Bertrand). Culture et Politique. Paris, E (...)

10On partira d’une définition minimale du politique4. Toute société, dans la mesure où les rapports entre les individus et les groupes s’y révèlent inégalitaires, est en proie à des conflits qui la menacent dans son existence même. A ce titre, elle sécrète une organisation de la domination susceptible de contenir, par la force, les antagonismes dans les limites nécessaires à la reproduction de l’ordre social. Le politique apparaît ainsi comme le domaine de la régulation des conflits par la contrainte organisée. Mais la faculté de contraindre, le pouvoir, ne se résume pas dans les attributs physiques d’une puissance qui surclasse les autres. Elle correspond également à une prérogative associée à l’autorité5. La contrainte, en effet, ne peut être monopolisée durablement sans un minimum d’intériorisation de sa nécessité de la part des dominés. Cette deuxième dimension du politique – la contrainte nécessaire – est celle de la légitimation de la domination par association du pouvoir, détenteur des moyens de coercition, à un ensemble de symboles, normes et valeurs transcendant les conflits.

11Domaine de régulation et de représentations de l’ordre social et de ses conflits, le politique a acquis, dans le cadre de l’État moderne, un statut spécifique. Il y recouvre un ensemble de valeurs et de rôles différenciés d’avec les autres champs de la vie sociale, et notamment de l’économique. En d’autres termes, il donne matière à une activité distincte, dotée de ses propres règles et acteurs. De la sorte, il fonctionne comme lieu de représentation – au sens de médiation – de l’ordre social et de ses conflits.

  • 6 La double dimension de la représentation est explicitée in Nettl (J.P.). Polilical Mobilization. A (...)

12Du fait de la double logique de la permanence du conflit et de l’impératif de cohésion, la représentation combinera deux aspects : l’articulation des intérêts particularistes et la légitimation / illégitimation de l’autorité par référence aux symboles, valeurs et normes constitutifs d’une communauté abstraite – la communauté politique – transcendant les clivages de tous ordres6.

  • 7 Badie- (Bertrand). – Culture et Politique, op. cit. : 133.

13Comme le souligne Bertrand Badie, « la signification du politique varie profondément dans l’espace et dans le temps, de même que sont différents les rapports qui le lient aux autres catégories fondamentales de l’action sociale »7. Produit de l’histoire occidentale, la conceptualisation du politique comme espace différencié et autonome n’a fait irruption dans les sociétés arabo-musulmanes qu’avec l’hégémonie de l’Occident et la diffusion du modèle de l’État-Nation.

Islam et politique

14L’Islam est censé répudier toute dissociation du temporel et du spirituel, du politique et du religieux. L’assertion, maintes fois assénée, tire sa force et ses limites d’une tradition et de sa représentation de l’Umma de l’Islam originel, communauté totalisante à vocation universelle. Elle renvoie au mythe d’un ordre social conforme à la loi divine, à une cité idéale qui, gouvernée selon le message prophétique, porterait en elle la négation du politique pensé comme domaine de la force et du consentement à une autorité humaine.

  • 8 Voir, à ce sujet l’ouvrage précité de B. Badie.

15Mais, comme tout idéal, cette conception a-politique ne prend sa pleine signification que par référence à une histoire non conforme. Elle a polarisé les aspirations d’un ensemble complexe de communautés diversifiées, engagé dans une longue lutte hégémonique avec la Chrétienté et gouverné par des pouvoirs sécularisés. Elle figure un dépassement de la diversité des Islam vécus et des formes despotiques de gouvernement que le Monde musulman a connues après les premiers Califes. Elle a recouvert dans l’histoire des sociétés arabo-musulmanes, une dissociation de facto du politique et du religieux, au prix d’une dévalorisation de l’un par l’autre. Aux différentes communautés se réclamant de l’appartenance à l’Umma, le pouvoir politique s’est imposé seulement comme puissance, détentrice des moyens de coercition, et non comme autorité, disposant d’une base de légitimité8. Le magistère des Ulama, savants de l’Islam, est venu compenser ce déficit de légitimité, dans le cadre d’une séparation des fonctions de domination et de direction de la Société. Tout en le cantonnant dans la sphère de la nécessité – la contrainte nécessaire – et en lui opposant l’idéal du Califat, il a apporté à l’État réel une justification « islamique », qui souligne ses limites : l’allégeance sera due au gouvernant dans la mesure où il sera réputé – par les Ulama – se conformer à la lettre de la loi islamique, c’est-à-dire où il fera lui-même allégeance à la seule autorité qui soit.

  • 9 La dissociation de fait entre le politique et le religieux et la dévalorisation du premier par le (...)
  • 10 A propos de la Da’wa, Cf. Etienne (Bruno). – « La moëlle de la prédication. Essai sur le prône pol (...)

16Ainsi, l’État existant, loin de concilier le particulier et l’universel, la diversité des appartenances concrètes et l’unité politique, exprime une tension entre particularismes et universalisme. Produit de la seule nécessité, il renforce la prégnance de l’utopie universaliste qui le dévalorise. Domaine de la contrainte subie, il valorise les communautés restreintes que constituent les groupes et solidarités primaires (ethnie, tribu, lignée, parentèle...)9. Il est ainsi confronté à deux types d’allégeances, l’appartenance à des communautés infra-étatiques et l’adhésion à un idéal extra-étatique, qui empêchent un développement autonome et tendent à lui conférer un caractère « périphérique » aux yeux des gouvernés. Tout pouvoir en place se trouve potentiellement menacé par une Da’wa, une prédication dénonçant son impiété et prétendant à la restauration de la cité idéale10 alors même que la prise du pouvoir, au delà de la référence universaliste, sera le fait d’un groupe particulariste.

  • 11 Arkoun (Mohammed). – «L’Islam dans l’histoire». Maghreb Machrek. 102. octobre-novembre-décembre 19 (...)

17Cette dévalorisation du politique ne saurait prêter à malentendu. Elle renvoie à des schèmes inscrits dans une histoire, celle des sociétés musulmanes sunnites, et non à des principes inhérents à une « essence » islamique du politique. « (...) Il n’est pas plus légitime, souligne Mohammed Arkoun, d’imputer au Coran la non séparation des instances qu’à Jésus l’éclatement, en Occident, de ces mêmes instances. C’est l’action des hommes en société, la façon dont ils ont traduit les messages initiaux au cours de l’histoire, qui ont imposé, de part et d’autre, des conceptions, des définitions, des institutions divergeantes11 ».

  • 12 Voir infra Larif Beatrix (Asma). – « 5 – L’État tutélaire. Système politique et Espace éthique ».
    S (...)
  • 13 Geertz (Clifford C). – Bali. Interprétation d’une culture. Paris Gallimard. 1983 : 113.
  • 14 « (...) Bien des débats, observe J.F. Bayart. sur la « nature politique » du parti unique, de l’ar (...)

18Tout en partageant ce point de vue, certains auteurs, dont Asma Larif dans les pages qui suivent, réfèrent l’hétéronomie de l’État à un « code culturel musulman »12. Chez Clifford C. Geertz, à qui elle est empruntée, la notion de code culturel désigne un ensemble de symboles à travers lesquels les individus et les groupes perçoivent et vivent leur existence. Elle sous-tend une démarche visant à dégager les sens « incarnés » dans les systèmes symboliques, « construits historiquement, maintenus socialement et appliqués individuellement »13. Autrement dit, il s’agit d’un code à déchiffrer dans ses modes d’emploi. L’hypothèse d’un « code culturel musulman » peut s’avérer fructueuse pour l’analyse politique si elle se propose de repérer la symbolique musulmane dans ses multiples ramifications et de rendre compte de la polysémie qu’elle recèle en fonction de la complexité et de la diversité des expériences vécues. En revanche, si l’on identifie purement et simplement le « code culturel musulman » à une tradition savante, on court le risque de le réduire aux dimensions d’un ensemble de préceptes qui pèseraient sur l’État et les gouvernés. Ainsi appauvrie, la notion perdrait de sa pertinence et ne se démarquerait plus suffisamment d’une interprétation essentialiste14.

  • 15 Geertz (Cl. C). op. cit. : 161.
  • 16 Voir le concept de société composite avancé par Pascon (Paul) in « La nature composite de la socié (...)
  • 17 Voir infra Krichen (Aziz). – « 12 – La fracture de l’intelligentsia. Problèmes de la langue et de (...)

19Le « code culturel musulman », à supposer que l’on parvienne à le repérer et à le déchiffrer dans sa complexité, ne constitue pas en soi un obstacle à une évolution dans le sens d’une différenciation du politique. Le changement culturel, à l’intérieur d’un même code, se joue, en définitive, sur le terrain des expériences sociales, au travers de mutations affectant la teneur, la prégnance et l’agencement des schèmes. Sa portée dépend, sans doute, de la nature et de l’ampleur de l’impact des mutations, mais encore et surtout de la localisation des points d’impact sur le système culturel, dont les articulations sont relativement lâches, C. Geertz qu’il convient de citer une nouvelle fois, compare, à cet égard, le système culturel à une pieuvre « dont les tentacules sont en grande partie intégrés séparément, mal reliés entre eux par leurs nerfs et avec ce qui chez une pieuvre tient lieu de cerveau »15. L’image, valable pour toute culture, paraît particulièrement appropriée dans le contexte des sociétés dites « en transition », comme celles du Monde Arabe contemporain. Le changement y a accentué la discontinuité culturelle, dans le cadre d’un processus de déstructuration et de restructuration sociales inachevées, amorcé par une dynamique externe, celle de l’impérialisme. Il s’est traduit par la combinaison de « faits sociaux apparemment anachroniques »16, la diffusion partielle et inégale de nouveaux modèles de comportements conférant une actualité renouvelée à d’anciens schèmes. A juste titre, Aziz Krichen propose de transposer dans le domaine culturel le concept de transition bloquée, utilisé par les économistes17. La proposition, ajoutera-t-on, vaut également et simultanément pour le politique.

État Nation et unionisme

  • 18 Leca (Jean). – « Le Monde Arabe vingt ans après. Du sommet du Caire (1964) au sommet de Fès (1982) (...)

20La confrontation avec l’hégémonie occidentale a conféré à l’État un poids nouveau. Amorcées dès le xixe siècle dans des pays comme l’Egypte et la Tunisie, les mutations du fait étatique ont affecté l’ensemble du Monde Arabe avec la désintégration de l’Empire ottoman et la fin de l’ère coloniale. L’État national est devenu le module de la configuration politique de l’aire arabo-musulmane et s’est imposé comme le principal vecteur du changement à l’échelle de « sa » société de référence. Cette primauté du politique, au double sens de primat du pluralisme étatique sur une communauté de langue et de culture et de contrôle par l’État des différents aspects de la vie sociale, n’est pas synonyme de valorisation. L’État est lui-même traversé par les contradictions du changement. Les blocages de la transition s’avèrent au premier chef les siens. Son problème majeur réside toujours dans la difficulté de convertir la puissance en autorité18, autrement dit, de résorber un déficit de légitimité. Le rapport au politique reste dominé par la tension entre particularismes et universalisme.

  • 19 Sur ce point, voir notamment Hermassi (Elbaki). – The Third World Reassessed. Berkeley-Los Angeles (...)

21L’État se trouve pris entre l’affirmation de sa souveraineté à l’intérieur de ses frontières et l’adhésion de principe à une communauté trans-étatique dont la dimension politico-culturelle, la Nation Arabe, interfère avec la dimension religieuse de l’Umma19. Plus l’État asseoit sa souveraineté, plus il risque de s’affaiblir en termes de légitimité, dans la mesure où il fige un particularisme faisant obstacle à la réalisation de l’unité. Un particularisme susceptible, au demeurant d’être tenu pour artificiel et foncièrement illégitime dans les cas où le tracé des frontières prétend réunir en une même entité des communautés disparates, elles-mêmes reliées idéologiquement ou culturellement à des groupes assujettis à d’autres États.

22Pour sortir du dilemme, l’État peut afficher son déficit de légitimité, en invoquant l’argument de nécessité; il constituerait un moment inévitable dont la finalité résiderait dans la réalisation de l’unité, autrement dit, dans son propre dépassement. C’est au nom de cette dernière qu’il fera alors étalage, voire usage, de sa force face à ses voisins, et qu’éventuellement une communauté minoritaire monopolisera le pouvoir.

23Une autre perspective consisterait dans la constitution, à l’échelle de la petite nation, d’une communauté politique suffisamment attractive pour dépolitiser et étatiser l’aspiration à l’unité. Il s’agirait, par une réforme en profondeur de la société, d’ériger l’État en lieu autonome d’identification collective. L’unité relèverait alors de la souveraineté étatique, dans le cadre d’un réseau de relations privilégiées entre États se réclamant de valeurs et d’intérêts communs.

  • 20 Dans son étude précitée. Jean Leca explicite les deux modèles dans la perspective de l’unité arabe
  • 21 Concernant le « nationalisme romantique». Cf. l’ouvrage précité d’Elbaki Hermassi.

24Les deux orientations, l’État unioniste et l’État-Nation, correspondent davantage à des ideal-types qu’aux termes d’une alternative20. Elles se combinent, à des titres et des degrés divers, chez de nombreux régimes. En effet, le poids du « nationalisme romantique »21 procède tout autant des limites de l’État national qu’il les détermine. Il ne tient pas seulement à une balkanisation subie et aux défis de la domination occidentale post-coloniale et de l’expansion israélienne. Il s’avère également le produit des contradictions des transformations socio-économiques opérées sous l’égide de l’État. L’intervention étatique a induit des mutations irréversibles mais dont les déséquilibres, en exacerbant les frustrations, ont avivé les particularismes infra-étatiques et les utopies universalistes de compensation.

  • 22 Chatelus (Michel). – « Le Monde Arabe vingt ans après – II. De l’avant pétrole à l’après pétrole ( (...)

25L’âge d’or du nationalisme arabe, les années 1960, apparaît également comme celui de l’État national. Durant cette période, sous le leadership de l’Egypte nassérienne, le discours unioniste est allé de pair avec un dirigisme étatique se fixant pour objectifs, en fonction du seul cadre national, l’industrialisation et la satisfaction des besoins essentiels de l’individu. Pour caractériser ces politiques volontaristes de développement national qui se réclamaient d’un socialisme « spécifique » ou « arabe » suivant les cas Michel Chatelus a avancé l’heureuse expression de « modèle stalino-rostovien »22. Celle-ci résume les limites inhérentes à des projets d’accumulation sous l’égide de l’État qui ont débouché sur des crises de régulation et, à travers elles, sur de nouvelles modalités d’insertion dans l’économie mondiale.

26Au reflux du nationalisme arabe consécutif à la guerre des six jours et aux réorientations de l’Egypte de Sadate a correspondu, durant les années 1970, une ouverture de l’économie des pays arabes sur l’extérieur. Le relèvement des prix du pétrole a largement contribué à cette ouverture aux lois du marché et aux impératifs de la division internationale du travail, se traduisant par une intensification des échanges de marchandises et de capitaux. Cette phase s’avère également celle d’un affaiblissement de l’État National. Celui-ci peut certes se prévaloir d’une accélération de la croissance grâce à sa politique d’ouverture. Mais cette réussite au regard des grands agrégats de la comptabilité nationale a eu pour contrepartie une aggravation des déséquilibres. Inégalités de revenus, développement régional inégal, crise de l’agriculture, distorsions entre le système des besoins et les capacités du système productif... constituent autant de sources de fissures dans l’édifice social et de traumatismes qui affectent le système culturel. Elles tendent à déstabiliser l’État d’un double point de vue. D’une part, elles donnent libre cours à l’expression de particularismes dont les attentes et demandes sont difficilement compatibles. D’autres part, compte tenu de l’instatisfaction croissante, elles offrent un terrain favorable à une utopie populiste opposant à l’immoralité de l’État existant la perpective d’un État selon l’Islam.

  • 23 ld. : 11-12.

27Dans le contexte des années 1980, la tendance à l’instabilité est accentuée par deux séries de facteurs. Le Monde arabe s’avère plus que jamais la proie de conflits ouverts ou larvés qui menacent l’équilibre de l’ensemble de la région : décomposition de l’État libanais et laminage de l’O.L.P. consécutifs à l’invasion israélienne du Liban, enlisement de l’Irak dans sa guerre avec l’Iran, coups d’État au Soudan et au Yemen, absence de perspectives de règlement de la question du Sahara occidental et menées libyennes au Maghreb... Dans le même temps, la crise de l’économie mondiale et le fléchissement des cours du pétrole réduisent considérablement la capacité régulative de l’État national. L’impératif de conversion de l’économie de rente en économie productive se heurte aux tendances dominantes des économies occidentales, note M. Chatelus, qui ajoute : « Une insertion croissante dans l’économie mondiale ne peut apporter de réponse satisfaisante »23. Ces conflits et contradictions recèlent les germes d’une crise mettant en cause la formule politique inhérente aux caractéristiques actuelles de l’État national.

  • 24 Voir infra Dimassi (Hassine) et Zaiem (Hédi). – « 7 – Industrie : Mythe et Stratégies ».

28La Tunisie participe pleinement de cette trame commune. Son particularisme, en définitive, culmine en un trait majeur : une référence franche et avouée de l’élite dirigeante au modèle de l’État-Nation, allant de pair avec une réticence non dissimulée à l’égard de toute forme de nationalisme « romantique ». La République tunisienne constitue à cet égard un pôle, un cas limite, le versant opposé trouvant son illustration, par exemple, dans la Syrie baathiste, tandis que l’Egypte occuperait une position contrastée. Pas plus qu’elle ne l’a retranchée de la scène politique et du marché idéologique arabes, cette orientation ne lui a valu une trajectoire fondamentalement différente de celle des autres États arabes. Les trois phases d’évolution de l’intervention étatique en Tunisie, mises en lumière par Hassine Dimassi et Hédi Zaiem dans leur contribution au présent ouvrage24, illustrent celles que l’on vient d’évoquer de manière très schématique. Le bilan de la spécificité tunisienne réside dans une stabilité hors du commun, aujourd’hui confronté à des enjeux communs qui conduisent à s’interroger sur le devenir de cette « dernière république civile du Monde Arabe ».

La « greffe » de l’État Nation : limites d’une métaphore

29L’État issu de l’indépendance en 1956 revêtait, entre autres significations, celle d’une tentative visant à jeter les bases d’une communauté politique de citoyens, lieu de conciliation de l’universel et du particulier, par une neutralisation des allégeances particularistes et une étatisation de l’Islam. Force est de constater, cependant, qu’il n’est pas parvenu à surmonter la tension entre particularismes et universalisme. Dans son rapport à la Société, il reproduit, suivant des modalités nouvelles, certains des traits de l’État précolonial, dans un contexte caractérisé par la rupture des équilibres précaires qui fondaient son devancier et l’absence de nouveaux équilibres susceptibles de lui conférer la stabilité. Il a impulsé un changement social dont la dynamique échappe à sa maîtrise, se soldant notamment par une montée des particularismes et d’une utopie politico-religieuse face à laquelle sa capacité de réponse se trouve amoindrie.

30Non seulement, le politique demeure englué dans la sphère de la nécessité, le rapport des intérêts particularistes à l’État s’avérant quasi-exclusivement de type instrumental. Mais encore, se sont opérées une série de fractures qui mettent en cause l’efficacité de l’État comme agent de la contrainte nécessaire : exacerbation du régionalisme, difficultés d’intégration de la jeunesse, cristallisation des clivages culturels... Ces manifestations de désarticulation sociale, dont l’énumération n’est pas exhaustive, ont largement contribué dans un passé récent, faut-il le rappeler, à des secousses menaçant la paix civile.

  • 25 On trouvera un exemple de recours à la métaphore de la « greffe »in Badie (Bertrand) et Birnbaum ( (...)

31Est-ce à dire pour autant que l’on se trouverait en présence d’une « greffe » qui aurait suscité des réactions de rejet ? La métaphore de la « greffe », souvent utilisée, présente l’inconvénient de réduire l’État Nation aux seules dimensions d’un produit d’importation et de favoriser une perception figée de la spécificité des schèmes culturels25. A supposer que l’on veuille s’y tenir, il convient de se garder de conclure hâtivement au rejet d’un « greffe » qui, au demeurant, s’inscrit dans une séquence historique dont l’amorce est antérieure à la colonisation.

  • 26 On reprend ici le titre d’un ensemble de textes réunis et présentés dans une perspective apologéti (...)

32Le fait que l’État de la décolonisation, le « Nouvel État »26, se révèle décalé par rapport à son projet fondateur, ne signifie pas nécessairement l’inanité de ce dernier. Les transformations du paysage tunisien, si elles soulignent les limites du Nouvel État, n’en confèrent pas moins une actualité renouvelée à ce qui fut sa visée.

  • 27 Concernant la thématique islamiste. Cf. Hermassi (Mohamed Elbaki). – « La société tunisienne au mi (...)
  • 28 Roy (Olivier). – L’Afghanistan, Islam et modernité politique, op. cit. : 106.
  • 29 Bayart (Jean-François). – « L’énonciation du politique », étude déjà citée.

33On trouve l’illustration du phénomène jusque chez les critiques les plus radicaux de l’aliénation culturelle, les « Islamistes ». Ces derniers dénoncent l’« occidentalisation » des concepts et des pratiques du pouvoir établi, mais non sans emprunter eux-mêmes à la conceptualisation et aux pratiques « occidentales » du politique. Leur « prédication » joue simultanément sur deux registres : la non conformité de l’État existant à l’éthique islamique, d’une part, et à ce qui était son projet de fondation d’un espace du politique, d’autre part27. Le paradoxe de la démarche islamiste réside dans une valorisation du politique, catégorie « occidentale », par l’Islam. Elle récuse l’enfermement du politique dans le domaine de la nécessité, sans postuler une restauration pure et simple de la cité idéale, qui signifierait l’abolition du politique. Son propos précisément est de réinventer le politique, de le penser du point de vue supposé de l’Islam. Olivier Roy note à propos de l’Afghanistan, mais l’observation vaut également, en l’occurence, pour la Tunisie : « Même si c’est pour récuser les principaux concepts politiques de l’Occident, par refus du mimétisme qui a trop marqué une certaine forme de réformisme musulman au siècle dernier, la référence à ces concepts crée un espace du politique nouveau peuplé de références en fait traditionnelles. L’apport de la pensée occidentale n’est pas dans les concepts mais dans la notion même d’un espace et d’une autonomie du politique : en fait une problématique de l’État »28. Libre à chacun d’apprécier selon ses propres critères la teneur du projet islamiste. A condition de ne pas perdre de vue que la force d’attraction d’un mouvement réside moins dans la cohérence intrinsèque de son discours que dans son aptitude, selon Jean-François Bayait, à « imposer à l’ensemble de la société sa propre énonciation du politique, en tant que problématique légitime au sens où l’entend P. Bourdieu »29.

  • 30 Roy (Olivier), op. cit.

34Quoi qu’on en pense, la modernité de l’Islamisme, pour reprendre une formule d’Olivier Roy30, rend quelque peu inopérant le recours à la métaphore de la greffe. Dans le cas d’espèce, on peut considérer tour à tour, suivant le point de vue adopté, que la « greffe » a irrémédiablement échoué ou qu’elle a, dans une certaine mesure, réussi.

35Par ailleurs, la poussée islamiste et la charge explosive des particularismes ne résument pas, à elles seules, l’impact du changement social. Ce dernier a débouché également sur la conquête de quelques espaces de liberté, tels que, par exemple, la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme. Pour être exiguës et fragiles, ces antichambres de la citoyenneté n’en traduisent pas moins la réappropriation par une frange de la Société du projet fondateur du Nouvel État. A ce titre, elles recèlent des potentialités favorables à une autonomisation et une valorisation du politique. Là encore, doit-on conclure, en fonction de la modestie des espaces de liberté, au rejet de la « greffe », ou, à l’opposé, tirer argument du fait même de leur existence pour constater une certaine forme de réussite ?

36Les limites de la métaphore médicalo-arboricole dessinent ainsi les contours d’une crise du politique. La configuration du politique qui a prévalu durant les trente dernières années se désagrège tandis qu’émergent des mouvements sociaux porteurs de possibles nouvelles configurations, qu’il s’agisse de l’Islamisme ou du militantisme de la citoyenneté. Mais l’ancien n’en finit pas de se désagréger et le nouveau d’émerger. L’enjeu de cette crise réside bien dans une problématique différenciation du politique qui assurerait une régulation autonome et efficace des conflits qui menacent l’édifice social jusque dans ses fondations. Ce qui ne veut point dire qu’une telle valorisation du politique corresponde à une prétendue « nécessité historique ». L’instauration d’une formule alternative de gestion des conflits suppose la réalisation d’un compromis entre les différents intérêts particularistes, dont l’éventualité s’avère pour le moins aléatoire. D’autre part, aucune formule alternative, pas plus que le Nouvel État dans le passé, n’est prémunie contre les risques de dérive. Enfin et surtout, pour qu’une formule alternative voit le jour, encore faudrait-il que face à la difficulté de l’enjeu, nul, ici ou là, ne succombe à la tentation des « solutions » autoritaire ou totalitaire, formes ultimes de dévalorisation du politique.

37Pour contribuer à une explicitation des dimensions de cette crise du politique se réunissent ici des auteurs différents à plus d’un titre : nationalité, discipline, spécialité, sites d’observation, références théoriques, méthodologie... C’est dire que leur unité procède davantage de préoccupations et d’interrogations communes en amont que d’une totale identité de vue en aval.

38Leur objectif ne réside pas dans l’établissement d’un bilan définitif et sans appel. Au pari de l’exhaustivité, ils ont préféré une approche délibérément partielle, fondée sur un choix raisonné des questions à évoquer, et tendant à poser des jalons, à fournir des repères pour l’information et, plus encore, pour la discussion.

39Ils ont mené leur réflexion suivant quatre idées directrices correspondant à autant de « parties » de l’ouvrage :

  • les racines historiques de la Tunisie contemporaine et de ses problèmes;
  • le réformisme étatique, qui a contribué au particularisme de la Tunisie indépendante, mais qui s’est avéré également source de clichés et de malentendus, y compris chez les « spécialistes »;
  • les limites du réformisme étatique telles qu’elles se donnent à voir dans une désarticulation de la société tunisienne, qu’il a favorisée et dont il subit le contrecoup;
  • les enjeux de la crise du politique inhérente aux limites du réformisme étatique et à la désarticulation sociale.
  • * L’ensemble des contributions ont été achevées en janvier 1986. Néanmoins, certaines ont été remani (...)

40Avant de donner la parole aux uns et aux autres et de laisser libre cours à l’expression de leurs différences, l’on voudrait préciser plus avant l’objet et les modalités de leur rencontre, substantif dont la polysémie n’échappera à personne. Etant entendu que, suivant la formule consacrée, chacune des contributions, à commencer par celle-ci, engage la seule responsabilité de son auteur.**

41Dans cette perspective, on évoquera brièvement le statut du politique en fonction de trois « coupes » successives du Nouvel État tunisien : son code génétique, les tendances majeures de son rapport à la Société, les enjeux d’une dynamique dont la maîtrise lui échappe.

1) ÉTATS ANTÉRIEURS : L’INDIFFÉRENCIATION DU POLITIQUE

42Nouveau de par son projet politique, son degré de centralisation et sa capacité d’intervention, l’État issu de l’indépendance s’avère le maillon le plus récent d’une chaîne de près de trois siècles.

  • 31 Infra ROUISSI (Moncer). – « 2 – Espace et Société : l’équation tunisienne ».

43En imposant leur suprématie sur le Dey et la milice turque, d’une part, et sur les tribus de l’intérieur, d’autre part, les Beys mouradites ont posé, au xviie siècle, les jalons d’un pouvoir centralisé recouvrant une entité tunisienne. Dans sa contribution au présent ouvrage, Moncer Rouissi explicite la nouvelle formulation de l’équation tunisienne consécutive à ce rétablissement d’un État central fort et de l’unité de la communauté autour des valeurs citadines dans un espace et une société profondément marqués jusque là par les fractures héritées du xie siècle31.

  • 32 lnfra Zghal (Abdelkader). – « 14 – L’Islam, les Janissaires et le Destour ».

44L’arrivée au pouvoir d’Hussein Ben Ali, à l’orée du xviiie siècle, devait asseoir sur des bases durables ces acquis un moment menacés par une crise dynastique. Abdelkader Zghal, dans sa recherche d’un « modèle conceptuel-structural » susceptible d’éclairer la « socio-genèse » de l’État tunisien contemporain, interroge la signification de « l’événement fondateur » qui a vu la désignation par les notables de Tunis du premier Bey de la dynastie husseinite32.

45Le long règne des Beys husseinites a correspondu à un approfondissement du processus de centralisation étatique au travers de l’État réformateur du xixe siècle et de l’État colonial. Il témoigne ainsi de l’antériorité et de la continuité du fait étatique. Mais il atteste également de ses limites.

46Il se caractérise, en effet, par une indifférenciation du politique d’avec les autres champs de l’activité sociale, et son corollaire, l’extériorité de l’État au regard des gouvernés. De l’État patrimonial d’Hussein Ben Ali à l’État réformateur d’Ahmed Bey et à l’État du Protectorat, le processus de centralisation étatique a donné corps à l’entité tunisienne et l’a dissociée de l’Empire Ottoman. Mais, simultanément, il a, en s’approfondissant, induit une rupture des équilibres qui fondaient l’équation tunisienne dans sa nouvelle formulation. Autrement dit, il a favorisé l’émergence de la Tunisie en tant que force historique dans le même temps où il contribuait à sa désarticulation en tant qu’ensemble objectif. Ce faisant, il a renforcé les aspirations unitaires et activé les particularismes, sans leur offrir de cadre stable et durable de conciliation. Il en est résulté un divorce entre l’État et la Nation. Le premier n’a joué qu’un rôle de catalyseur à l’égard de la seconde. Celle-ci n’a pas trouvé de canal d’expression spécifique. Elle s’est affirmée sans se dissocier de la trame des allégeances infra et extra-étatiques, fondées sur l’appartenance à des communautés particularistes et l’adhésion à un idéal communautaire universaliste. De ce point de vue, la Nation s’est, pour ainsi dire, constitutée contre l’État.

47Cette dialectique de la centralisation étatique et de la désarticulation sociale présente un double intérêt pour la compréhension de la Tunisie contemporaine.

48Elle permet de situer le Nouvel État par rapport à sa généalogie. Celui-ci est redevable de nombre de ses traits à ses devanciers, alors même que sa visée était celle d’une dissociation avec le passé. Acte fondateur, l’abolition de la monarchie beylicale en juillet 1957 symbolise tout à la fois la continuité du fait étatique et un projet de réaménagement du rapport État-Société. Mais la République n’a pas seulement hérité de l’organisation étatique édifiée par les Beys et la puissance « protectrice ». Dans sa genèse même, elle porte la marque des limites de ses prédécesseurs. N’est-elle pas issue d’un mouvement historique caractérisé par l’imbrication du fait national avec les allégeances infra et extra-étatiques ? C’est dire la contradiction inhérente au projet républicain.

49D’autre part, les effets pervers de la centralisation étatique sous la dynastie husseinite figurent un « précédent » par rapport à la trajectoire de trente années d’indépendance recouvrée. Du fait même du poids de l’héritage, la Tunisie a été, de nouveau, le théâtre, dans un autre contexte, d’une dialectique de la centralisation étatique et de la désarticulation sociale, qui ne reproduit pas le passé mais ne peut être saisie indépendamment des enseignements de celui-ci.

  • 33 Voir, par exemple en ce sens Hermassi (Elbaki). – Leadership and National Devlopment in North Afri (...)
  • 34 Larif-Beatrix (Asma). – « 5 – L’État tutélaire. Système politique et espace éthique ».

50Le Beylik de Tunis, tel qu’il se caractérisait au sortir du xviiie siècle, a été qualifié d’État patrimonial33. Asma Larif nuance l’appréciation en se référant à une combinaison « des traits de gouvernement patrimonial et extra-patrimonial »34.

51En dépit de sa centralisation et de la réalité de sa bureaucratie et de son armée, le Beylik ne correspondait pas à la constitution d’intérêts publics au sens où nous l’entendrions aujourd’hui. Il se confondait avec la « maison » du Monarque et ne recouvrait pas une hiérarchie dissociée des hiérarchies sociales. La distribution du pouvoir, dans ses dimensions politique, militaire, administrative et économique, s’opérait entre des groupes de statut dont les contours épousaient ceux des différences ethniques.

52L’entourage immédiat du Bey était constitué par les Mamelouk, esclaves affranchis, convertis à l’Islam et éduqués dans la perspective de la gestion gouvernementale. Les Mamelouk étaient à la dévotion du Bey si l’on considère que leurs carrières étaient tributaires de la confiance personnelle du Monarque. De par son mode de constitution et sa fonction, cette caste d’intellectuels produits par et pour l’État s’avérait unie. Elle n’en était pas moins segmentée, la recherche de la faveur du Prince et, à travers elle, de l’influence, donnant libre cours à des luttes de factions.

53Au regard du pouvoir beylical, les Mamelouk contrebalançaient le poids de la milice turque. Les « Turcs » formaient, en effet, une autre couche aristocratique, confinée, elle aussi, dans une carrière spécifique, en l’occurence l’encadrement de l’armée.

  • 35 Brown (L. Cari). The Tunisie/ of Ahmed Bey, op. cit.

54Quand aux Tunisiens de souche, leur participation à l’exercice du pouvoir central était principalement le fait de clercs, épine dorsale de la bureaucratie civile. Certaines grandes familles tunisiennes étaient également associées à l’exercice du pouvoir par une activité d’entrepreneurs exclusivement reliée à l’État : fermes d’impôts, monopoles étatiques, fournitures diverses de biens et services35.

55Cette faible différenciation du pouvoir husseinite d’avec la personne du Bey, les hiérarchies sociales et l’activité économique se doublait d’une coupure entre gouvernants et gouvernés. Dans la mesure où il exprimait une confusion des attributs publics et privés de la puissance, l’État n’était point « séparé » de la Société. En revanche, il s’avérait extérieur aux individus et groupes qui lui étaient soumis. Cette extériorité de l’État procédait tout autant de ses propres limites que de celles de la Société.

  • 36 Moore (Clement-Henry). Politics in North Africa. Boston, Little Brown and Co, 1970 : 23.
  • 37 Valensi (Lucette). Fellahs Tunisiens : l’Economie rurale et la vie des campagnes aux xviiie et xix(...)
  • 38 Id. : 547.

56Le tissu social tirait sa trame d’une « imbrication de tribus, clans, villages et centres urbains (où) chaque unité trouvait son identité en opposition aux autres unités, la somme des parties étant incapable d’articuler une communauté politique »36. Plaqué sur cette société segmentaire, l’État se révélait, en définitive, peu exigeant et encombrant. « La nation est pleinement soumise au Bey de Tunis, mais se gouverne elle-même », observait un témoin français du xviiie siècle, cité par Lucette Valensi37. Les individus et les groupes ne disposaient d’aucune garantie formelle contre l’arbitraire pas plus qu’ils n’étaient à l’abri d’éventuelles exactions de la part du beylik et de ses agents. Mais le rôle de l’État se limitait à un minimum de fonctions : le prélèvement de l’impôt, avec pour contrepartie la protection des cités et des paysans contre l’anarchie, la défense de l’Islam et l’administration de la justice38. Il procédait ainsi d’un compromis entre gouvernement et gouvernés, qui dessinait l’image du « bon » monarque et définissait les conditions de l’allégeance.

  • 39 Cherif (Mohamed-Hedi). Pouvoir et Société dans la Tunisie dez H’usayn Bin ‘Ali (1705-1740). Tome I(...)

57Pour autant, on ne saurait suivre Mohamed Hedi Cherif lorsqu’il recourt à la notion de légitimité pour rendre compte de l’acceptation, sur ces bases, du pouvoir instauré par Hussein Ben Ali39. Confiné dans un rôle instrumental compatible avec l’autonomie des communautés restreintes et le respect des particularismes, l’État husseinite n’avait pas, à proprement parler, de revendication propre de légitimité : il ne prétendait pas à un magistère idéologique, à l’expression, dirions-nous, d’un universel.

  • 40 Concernant le rôle des Ulama voir les ouvrages précités de Brown (L.C.) et de Cherif (M.H.).
  • 41 Zghal (Abdelkader). « 14 – L’Islam, les Janissaires et le Destour ».

58Un tel magistère était disjoint de l’État. Il était exercé peu ou prou par les Ulama, docteurs de l’Islam, qui jouaient un rôle charnière entre les différentes composantes de la Société et entre celles-ci et l’État. A défaut d’assurer pleinement l’intégration sociale, ces intellectuels traditionnels transcendaient les clivages internes et externes en exprimant l’idéal unitaire de l’Umma, dont ils étaient censés constituer l’émanation à l’échelle du Beylik. Simultanément, ils contribuaient au statu quo entre un État instrumental et une Société segmentée, en attestant de la conformité de l’État existant non pas à l’idéal islamique mais à la Loi, pour autant que celui-ci ne portait pas atteinte à leur statut40. Ils apparaissaient en quelque sorte comme les garants du compromis sanctionnant l’extériorité de l’État et l’indifférenciation du politique. Abdelkader Zghal soutient sur ce point une thèse contraire. Il croit pouvoir constater « l’autonomie et la suprématie du politique » sous le règne husseinite, alors même qu’il reconnaît le partage de la puissance et de l’autorité entre, d’une part, le Bey et, d’autre part, les Ulama41.

  • 42 Valensi (L.), op. cit. : 548.

59On chercherait en vain dans le complexe État – Société du xviiie siècle les signes d’un quelconque « âge d’or ». Néanmoins, force est de constater l’existence d’équilibres, précaires sans doute, mais réels. L’État patrimonial contribuait à une relative stabilité de l’entité tunisienne. Mais au xixe siècle, en tentant de sortir des limites de la domination patrimoniale, l’État a déstabilisé l’entité qu’il prétendait désormais représenter. Face aux menaces extérieures – reprise en mains de la Tripolitaine par la Sublime Porte, occupation de l’Algérie par la France – il s’est livré à une pression accrue sur la Société42, introduisant une série de ruptures génératrices d’une crise ouvrant la voie à la colonisation.

  • 43 Voir les observations générales d’A. Laroui sur l’État arabe du « despotisme éclairé » : L’État da (...)

60Du règne d’Ahmed Bey (1837-1855) au ministère de Khereddine (premier Ministre de 1873 à 1877), les innovations étatiques ont consisté notamment dans la tentative de mise sur pied d’une armée basée sur la conscription et organisée suivant le modèle européen, et la création d’industries annexes; la modernisation de la bureaucratie; la réforme de la Justice (remplacement des cadi par des tribunaux); l’organisation d’un système moderne d’enseignement pour la formation des élites bureaucratiques et militaires (fondation de l’Ecole Militaire du Bardo par Ahmed Bey et création du Collège Sadiki en 1876); l’accentuation de la pression fiscale43.

61Cet ensemble de mesures participait d’une problématique articulant trois éléments : la permanence de l’entité tunisienne, la réforme des institutions, la transformation de la Société dans le sens de la rationalisation. Il tendait ainsi à une refonte de la machine gouvernementale et de la Société, dont la perspective était celle de l’État moderne. Le projet réformateur se proposait de conforter la Tunisianité en empruntant à l’Occident ce qui était perçu comme la base de sa puissance, l’État. Sa force résidait dans l’émergence d’une nouvelle couche d’intellectuels acquis à sa réalisation, et sa faiblesse dans le décalage entre ces nouveaux intellectuels et le reste de la Société.

  • 44 Laroui (Abdallah). L’Histoire du Maghreb, Paris, Maspéro, 1960 : 291.
  • 45 Valensi (L.), op. cit. : 538.
    Sur l’insurrection de 1864. voir Slama (Bice). L’insurrection de 1864 (...)

62La transformation sociale « par le haut » se heurtait aux réactions de rejet d’une Société ruinée par l’accentuation de la pression fiscale et menacée dans ses particularismes par la prétention universaliste d’un État qui lui apparaissait comme « un organisme de pillage au service des étrangers »44. En effet, les innovations étatiques, loin de contrecarrer les menées des puissances européennes, les favorisaient : elles se soldaient par une crise financière livrant la Tunisie pieds et poings liés aux spéculations des financiers étrangers. Il est symptomatique, à cet égard, que la Tunisie se soit dotée, dès 1861, d’une Constitution – précédée en 1857 par la promulgation d’un Pacte Fondamental, l’Adh el Aman – et que celle-ci ait été suspendue en 1864 à la suite d’une insurrection dans les campagnes, les agglomérations du Sahel et la ville de Sfax. Les insurgés mettaient en cause la Constitution de 1861, la fiscalité, la réforme des tribunaux et l’abolition de l’esclavage. « L’ordre ancien était préféré aux innovations », note Lucette Valensi45. Sursaut des particularismes donc, mais aussi manifestation de la prégnance de la mystique unitaire de l’Umma face à l’altérité d’un système de valeurs et d’une domination.

  • 46 Mahjoub (Azzam). – « 4 – Economie et Société : la formation du « sous-développement ».. L’évolutio (...)
  • 47 Sraieb (Noureddine). – « 3 – Elite et Société : l’invention de la Tunisie... ».

63L’impact de l’État réformateur ne se résume pas dans une crise économique et sociale qui aurait fait le lit de la colonisation, et qu’évoque ici même Azzam Mahjoub46. Il réside également, comme le montre la contribution de Noureddine Sraïeb, dans le franchissement d’une étape décisive entre l’État dynastie et la Nation moderne47.

  • 48 Sur les idées de patrie et d’État chez les «Jeunes Tunisiens», voir Brown (L.C.). in Micaud (Charl (...)

64Les éléments d’une conceptualisation du politique inspirée de l’État moderne ont été transmis au futur Mouvement National par une génération d’intellectuels, les « Jeunes Tunisiens », formés à l’école de Khereddine48. Ironie de l’Histoire, la Constitution de 1861, rejetée en son temps par la Société tunisienne, est devenue, sous le Protectorat, l’un des symboles du Mouvement National, dont le parti dirigeant se référait, dans son appellation même, à la notion de Destour – en français, Constitution —.

65Pas plus que son prédécesseur, l’État colonial n’a correspondu à une différenciation du politique. Du moins, a-t-il assuré au projet réformiste les conditions de sa permanence. Par son centralisme, ses effets dissolvants sur le corps social et sa contribution à la genèse d’une nouvelle élite, il a élargi l’impact de l’État réformateur dans sa double dimension.

  • 49 Moore (Clement-Henry). – Politics in North Africa, op. cit. : 108.
  • 50 Mahjoub (Azzam). « 4 – Economie et Société : la formation du "sous-développement"... ».

66En développant la bureaucratie, la colonisation a œuvré partiellement dans le sens d’une autonomisation du politique. Mais la séparation de la bureaucratie d’avec les moyens de gestion se doublait d’une mise en tutelle de la Société par l’État. Les réformes coloniales s’inscrivait dans le cadre d’une « dictature administrative moderne »49. Au demeurant, pas plus que sous l’État réformateur, cette séparation et cette mise en tutelle n’ont revêtu de caractère achevé durant le Protectorat. La domination économique s’exerçait directement par l’État et non par le marché. Son impact sur le tissu social, analysé par Azzam Mahjoub50, a approfondi le processus de destruction des anciens équilibres sans opérer de restructuration propice à une stabilisation de l’ordre colonial.

  • 51 Voir, par exemple, Kraiem (Mustapha). Nationalisme et Syndicalisme en Tunisie 1918-1929. Tunis, UG (...)
  • 52 Montety (Henry de). Vieilles Familles et Nouvelles Elites en Tunisie. Cheam, Documents sur l’évolu (...)

67Le capitalisme colonial a miné le système de relations entre communautés restreintes – tribus, villages, cités – qui innervait la société tunisienne. Il a, suivant des modalités différenciées, subordonné les différentes composantes sociales à un nouveau mode d’organisation économique et étatique. Par là, loin d’annihiler les particularismes, il en a renouvelé le contenu. Les formes primaires d’organisation et de représentation sociales – les communautés restreintes et les engagements et disponibilités y afférents – ont été altérées dans leurs fondements tout en servant de canaux d’expression à des aspirations et engagements relevant du nouveau mode d’organisation. Ainsi, le poids des solidarités régionales a-t-il fortement marqué, dès sa naissance, le Mouvement ouvrier51. De même, la bourgeoisie tunisienne s’est constituée sur des bases régionalistes; elle a trouvé son ossature dans les bourgeoisies sfaxienne et jerbienne, sortes de « corporations ethniques » suivant la formule de Henry de Montety52. En ce sens, le régionalisme, expression moderne de l’exacerbation des particularismes, s’avère liée à l’accentuation des disparités régionales par la colonisation et à la modification des relations des communautés restreintes avec l’État. Avant la colonisation, celles-ci affirmaient leur identité les unes par rapport aux autres, le repli segmentaire trouvant sa compensation dans un idéal unitaire transcendant l’État mais sans mettre en cause l’ordre garanti par celui-ci. Avec la pénétration de l’État colonial, c’est désormais en fonction de celui-ci que les communautés restreintes affirmeront leur identité : individuellement, par rapport à l’État, en fonction de leur mode d’insertion dans l’ordre colonial; collectivement, contre l’État, en référence à un idéal unitaire illégitimant un appareil allogène de domination.

68Alors même qu’il n’en réunissait pas les conditions de réalisation, le Protectorat a contribué à la diffusion du modèle de l’État moderne.

  • 53 Id.

69Les effets conjugués de la désarticulation sociale et du système de formation ont favorisé la production de nouveaux intellectuels, qui allaient réactualiser le projet réformateur d’Ahmed Bey, de Khereddine et des « Jeunes Tunisiens ». Cette génération d’intellectuels a pris corps à la faveur de phénomènes simultanés d’ascension sociale, de déclassement et d’adaptation53 convergeant vers une même filière de socialisation, le système d’enseignement franco-arabe et, plus particulièrement, le Collège Sadiki, héritage de l’État réformateur.

70Dans une société fragmentée par la multiplicité des modes d’insertion dans l’ordre colonial et dont les Ulama n’étaient plus à même d’exprimer l’idéal unitaire, elle a conquis une position centrale. Les autorités du Protectorat avaient vraisemblablement nourri le dessein de constituer un groupe de stabilité à partir de ces « boursiers ». Mais le système colonial s’est révélé incapable de leur concéder un statut conforme à leurs aspirations et à ses intérêts. A ceux dont il aurait pu espérer faire ses mameluk il n’a offert d’autre perspective que celle de la contestation. Bien plus, il leur a donné les armes pour en prendre le leadership.

71Imprégnée des idées de progrès, de rationalité et de modernisation, la nouvelle élite intellectuelle a revendiqué l’expression d’un universel en retournant contre la colonisation les instruments de sa domination culturelle. Grâce à la diversité de ses origines géographiques et sociales, elle a su assumer les aspirations des différents secteurs de la Société. Son aptitude à manier ainsi plusieurs codes culturels lui a permis d’organiser le Mouvement national autour d’un parti, le Néo-Destour, articulant les différents particularismes et se réclamant de l’idéal unitaire de l’Umma contre l’État colonial, tout en se fixant pour objectif, au delà de l’indépendance, l’édification d’un État nouveau.

72Ce décalage entre les bases et les objectifs de la mobilisation sociale s’est révélé particulièrement efficace pour le succès de la cause nationale. Mais il portait en lui les germes des contradictions du Nouvel État, un État différent de chacun de ses devanciers, mais dont l’appareil est hérité de l’État colonial, dont le projet, par ses présupposés, l’apparente à l’État réformateur du xixe siècle, et dont le fonctionnement tend à reproduire, dans un tout autre contexte, certains des traits de l’État patrimonial. Un État qui, à l’instar de tous ses devanciers, se caractérise par son extériorité et un faible degré de différenciation. De ce point de vue, le Nouvel État correspondrait à une traditionnalisation du politique.

2) NOUVEL ÉTAT : LA TRADITIONNALISATION DU POLITIQUE

  • 54 Gramsci dans le Texte. Paris. Editions Sociales, 1975 : 536-547.

73La genèse du Nouvel État a correspondu, dans une certaine mesure, à un transformisme, à ce que Gramsci, analysant le Risorgimento, qualifiait de révolution passive : une révolution conduite suivant des modalités faisant obstacle à la formation d’une « conscience populaire-nationale répandue et opérante », les élites dirigeantes s’appuyant sur « l’intervention populaire », sans que celle-ci pèse sur les objectifs du mouvement54.

74Du moins, le Mouvement national tunisien réunissait-il deux des principales caractéristiques du transformisme ou de la révolution passive.

75D’une part, l’élite intellectuelle qui constituait le noyau dirigeant du Néo-Destour s’est employée à occuper tous les champs de la vie sociale et à absorber leurs représentants. Ainsi, a-t-elle largement contribué à la mise en place d’un réseau d’organisations professionnelles, qui lui étaient, suivant les cas, organiquement ou idéologiquement reliées. De même, elle est parvenue à contrôler, au début des années 1950, les groupes de fellagha du Centre et du Sud du pays, dont l’action, autonome au départ, s’inscrivait dans des traditions paysannes de résistance. Elle a également investi le champ religieux, ne répugnant pas à la surenchère en matière d’orthodoxie ni aux épreuves de force pour neutraliser les chioukh et les étudiants récalcitrants de la Zitouna.

  • 55 Sur les deux types de mobilisations dans la France révolutionnaire. Cf. les observations de P. Bir (...)
  • 56 Cherif (Mohamed). – « L’histoire de l’Afrique du Nord jusqu’à l’indépendance du Maroc, de l’Algéri (...)

76D’autre part, en quadrillant de la sorte la Société, les intellectuels destouriens se préoccupaient moins de diffuser et de faire partager une conception du monde que de tirer parti des potentialités susceptibles de servir un projet qui restait, en définitive, celui d’une élite. Au delà de l’indépendance, leur objectif résidait dans l’édification d’un État moderne postulant un nouveau rapport au politique. Mais leur stratégie consistait dans une récupération des allégeances infra et extra étatiques, qui caractérisaient l’ancienne configuration du politique. Autrement dit, le Mouvement national a correspondu, non pas une « levée en masse », fondée sur l’adhésion individuelle, mais à une mobilisation par les groupes primaires55. Il a assuré une convergence vers le futur État des aspirations et revendications des diverses composantes sociales, en maintenant la nouvelle communauté politique dans la trame de l’Umma et des communautés restreintes. Mohamed Cherif souligne à ce propos l’ambiguité « qui régna toujours dans le discours et l’action nationalistes, due à la confusion – voulue ou non – des concepts et des sentiments »56.

77Enfermé dans les limites d’une révolution passive, le nationalisme n’a donc pas opéré de transfert des allégeances « périphériques » sur l’État. Tout au plus, il les a canalisées, leur conférant une fonction de médiation du rapport à l’État. En tout état de cause, il a lui-même contribué à faire peser sur le Nouvel État le poids de sa généalogie.

78Au sortir de la colonisation, le phénomène étatique recouvrait, en effet, deux dimensions. D’une part, il consistait en une entité extérieure aux gouvernés, prolongeant les formes coloniale et husseinite de la puissance, mais s’identifiant désormais à une élite nationale jouissant d’une base de soutiens. D’autre part, il correspondait à un projet propre à cette élite : la fondation d’une communauté politique de citoyens, différenciée de l’Umma et des communautés infra-étatiques. Corollaire de la révolution passive, ce projet postulait une tentative de révolution par le haut : une mobilisation descendante visant à assurer, par atomisation du corps social, une allégeance directe de chaque individu à l’État.

79Dans cette perspective, il s’agissait de procéder à une réforme intellectuelle et morale, entreprise qui n’était pas sans évoquer Rousseau avec la transformation de « l’homme naturel » en citoyen, et d’initier un développement économique de nature à résorber la désarticulation sociale. Mais, compte tenu de la coupure entre gouvernants et gouvernés, dont il procédait, le projet s’est altéré au rythme de sa réalisation, reproduisant les données brutes du rapport au politique qu’il était appelé à transformer.

  • 57 Formule utilisée par Ahmed Ben Salah, alors Secrétaire d’État au Plan et à l’Economie Nationale et (...)
  • 58 Notion empruntée à Colonna (Fanny). – « Paysans et encadreurs. A propos des transferts de savoirs (...)

80Le Nouvel État a submergé l’ensemble social au nom d’une « tutelle temporaire et inévitable de l’équipe dirigeante »57. Il a élargi au maximum son contrôle sur les individus et les groupes aux fins de neutralisation des allégeances « périphériques » et de captation du potentiel unitaire de l’Islam, dans le cadre d’une plateforme centrée sur la modernisation, la sécularisation et la tunisianité. Il a quadrillé le pays suivant un nouveau découpage subordonnant étroitement les instances administratives locales au centre politique et transcendant les particularismes. D’autre part, à travers des « institutions missionnaires de modernité »58 telles que, notamment l’école et l’appareil sanitaire, il s’est proposé de diffuser de nouveaux modèles de comportement. Enfin, il s’est imposé comme instance d’accumulation du capital, biais par lequel il a tenté un profond remodelage des structures sociales. A ce mouvement de réformes, faisait défaut la participation active de ses destinataires. Il s’est soldé par une étatisation de la Société, qui, à rencontre de ses présupposés, fait obstacle à l’autonomie des institutions sociales, canaux de la citoyenneté.

  • 59 Larif-Beatrix (Asma). – « 5 – L’État tutélaire. Système politique et Espace éthique ».
  • 60 Ben Achour (Yâdh). « 6 – La réforme des mentalités. Bourguiba et le redressement moral ».
  • 61 Dimassi (Hédi) et Zaiem (Hédi). « 7 – L’industrie : mythe et stratégies ».
  • 62 Gachet (Jean-Paul). « 8 – L’agriculture : discours et stratégies ».

81Cette trajectoire de l’État tutélaire est analysée, dans ses différentes dimensions, par les contributions réunies dans la deuxième partie de l’ouvrage. Tandis qu’Asma Larif envisage l’État tutélaire du point de vue de la formule politique qu’il recouvre et des caractéristiques de son élite dirigeante59, Yâdh Ben Achour procède à un examen de la réforme des mentalités à travers le discours bourguibien60. En tant que système d’action, l’État tutélaire est, par ailleurs, saisi en fonction de deux aspects majeurs de la politique de « modernisation ». Hassine Dimassi et Hédi Zaiem traitent de l’industrialisation, identifiée par l’élite dirigeante au « développement », dans son double aspect stratégique et mythique61. De son côté, Jean-Paul Gachet appréhende le réformisme étatique au regard de ses modes d’intervention et de leurs présupposés concernant le secteur agricole62.

82En définitive, le projet fondateur du Nouvel État n’aura survécu aux vicissitudes de l’histoire étatique que sous la forme d’une thématique de la citoyenneté, décalée de la réalité du processus politique. On pourrait, à cet égard, en paraphrasant Alexandre Zinoviev, recourir à une distinction analytique entre l’État réel et l’État idéologique. Le premier désignerait un processus politique caractérisé par la traditionnalisation, tandis que le second renverrait à la thématique de la citoyenneté en tant qu’élément d’un processus contradictoire de socialisation politique.

83L’étatisation de la Société à finalité modernisante a produit du traditionnalisme par un réaménagement et une réactivation des particularismes. L’exemple fourni par les disparités régionales et la montée du régionalisme est à cet égard significatif.

  • 63 Ministère du Plan et des Finances. Note d’orientation pour la 3e décennie de développement et le v (...)

84Par son impact dissolvant sur la structure du pays, la colonisation avait induit une scission entre la Tunisie « utile » du littoral et la Tunisie « pauvre » de l’intérieur. Loin d’atténuer ces déséquilibres, l’État indépendant les a aggravés ou, à tout le moins, les a renouvelés. Le constat en a été dressé par le Planificateur tunisien lui-même. Dans un document consacré à la préparation du vie Plan (1982-1986), on pouvait lire : « La constatation que nous devons faire, aussi cruelle soit-elle, est que le pays se trouve divisé aux plans de l’infrastructure et du niveau de développement en deux parties : la région côtière, qui est dotée d’une infrastructure dépassant largement la moyenne nationale et où est concentrée l’activité économique, qu’elle soit industrielle, commerciale, administrative ou touristique : les régions de l’Ouest et du Sud, où l’infrastructure est insuffisante et où l’activité économique est réduite, à quelques exceptions près, à l’agriculture et au petit commerce... »63. L’industrialisation s’est polarisée sur Tunis et le littoral, avec pour corollaire une accentuation de l’exode rural de l’intérieur vers ces régions. D’où une concentration de la demande additionnelle d’emplois sur le littoral, et, partant, la tendance à une reproduction élargie des déséquilibres. Sans préjuger de la portée des correctifs apportés par l’État à sa politique industrielle, force est de constater que ce maintien de la division du pays en deux parties a approfondi les clivages régionalistes. Il leur a même conféré un contenu explosif, si l’on en juge par la tentative de coup de force de Gafsa en janvier 1980 et les événements de décembre 1983-janvier 1984, l’improprement nommée « révolte du pain » s’étant propagée à partir des régions du Centre et du Sud.

  • 64 Abdelkefi (Jellal). « 10 – La réponse de l’État au processus d’urbanisation ».

85Sur l’opposition entre la Tunisie du littoral et celle de l’intérieur et sur l’identification des régions à des « groupes de pression », la contribution de Jellal Abdelkefi sur le processus d’urbanisation apportera au lecteur les illustrations et les commentaires les plus pertinents64.

  • 65 Larif-Beatrix (Asma). « 5 – L’État tutélaire. Système politique et Espace éthique ».
  • 66 Voir Camau (Michel). – « L’État tunisien : de la tutelle au désengagement ». Maghreb Machrek, (103 (...)

86L’État, lui-même, n’a pas échappé à l’impact traditionnaliste de sa politique de modernisation. L’étatisation de la Société s’est doublée d’une privatisation de l’État, évoquée plus loin par Asma Larif65. Se percevant comme le dépositaire exclusif du sens de l’État par opposition à la masse des gouvernés, l’élite au pouvoir a cru renforcer celui-ci en le monopolisant, au point de s’y identifier elle-même. Cette appropriation se traduit par une gestion privée de l’État, autrement dit par un ensemble de pratiques de facture néo-patrimoniale66, qui transcendent la spécialisation des structures et procédures officiellement instituées. Le jeu politique assurera néanmoins la médiation des conflits et contradictions qui affectent la Société. Il repose sur une segmentation de l’élite dirigeante, qui offre prise aux particularismes de tous ordres. La gestion privée de l’État canalisera, ainsi, l’expression des allégeances infra-étatiques activées par une mobilisation censée les neutraliser.

87Pas plus qu’elle ne l’a libéré des particularismes, la tutelle étatique n’a favorisé l’autonomie de l’État au regard de l’Islam.

  • 67 Zghal (Abdelkader). « 14 – L’Islam, les Janissaires et le Destour».
  • 68 Ben Achour (Yådh). « 6 – La réforme des mentalités. Bourguiba et le redressement moral ».

88Abdelkader Zghal, à partir d’une fine analyse de la notion de laïcité, croit pouvoir qualifier le Nouvel État de laïc dans la mesure où celui-ci s’est subordonné les institutions religieuses et aurait revendiqué l’autonomie de la Raison par rapport à la Foi67. De même, Yâdh Ben Achour, dans son analyse du discours bourguibien, recourt à cette notion pour caractériser le système de valeurs du Père fondateur68. Ces observations ne paraissent fondées qu’au regard du seul projet étatique. En revanche, si l’on envisage l’État dans sa réalité, force est de contester l’utilisation qui est ainsi faite, même avec toutes les précautions d’A. Zghal, de la notion de laïcité. En effet, le Nouvel État n’est pas parvenu à fonder une religion politique autonome par rapport à la Religion.

  • 69 Sur le recours à « l’imagerie religieuse », Cf. Ben Salah (Hafedh). Système religieux et sixième p (...)
  • 70 Camau (Michel). – « Religion politique et Religion d’État en Tunisie » in Gellner (Ernest) et Vati (...)

89Loin de dissocier le politique du religieux, l’élite dirigeante a joué de leur confusion à des fins plus politiques que religieuses. L’étatisation de la Société n’a épargné aucun des aspects de l’Islam, qu’il s’agisse de l’appareil, de la Loi ou de l’éthique. L’État n’a plus d’interlocuteur religieux au sens où le Bey devait compter avec les Ulama. L’appareil religieux est devenu un appareil administratif d’État, avec la création de la fonction – dans une très large mesure, honorifique – de Mufti de la République et l’organisation d’une Direction du Culte, rattachée au Ministère de l’Intérieur. Le droit positif a pris des libertés avec la lettre de la Loi islamique, mais a été présenté comme compatible avec elle, voire conforme à son véritable esprit. Le Président de la République, arguant du droit d’interprétation de la Loi islamique que lui confèrerait sa charge, a justifié certaines réformes à partir de considérations tirées du Coran et de la Tradition prophétique. Enfin, par une problèmatique de la transposition ou le recours à « l’imagerie religieuse »69, les gouvernants ont diffusé des symboles tendant à transférer dans le profane, à des fins modernisantes, des valeurs à connotation religieuse, dont rend compte, par exemple, la thématique de la lutte contre le sous-développement, assimilée au Jihad. C’est dire que l’État s’approprie, pour en relativiser la portée sociale et politique, un champ de solidarité qui le transcende, dans le même temps où il l’active pour bénéficier de l’audience de ses symboles70. Cette contradiction ne peut produire, au mieux, qu’un Islam selon l’État, attestant du bien fondé des actions et initiatives du second.

90En tout état de cause, elle souligne l’hétéronomie de l’État. Ce faisant, elle favorise le repli des gouvernés sur les particularismes et une perception instrumentale du fait étatique, qui laissent le champ libre à une utopie de l’État selon l’Islam.

91Bien que, par son extériorité et son faible degré de différenciation, il se solde par une traditionnalisation du politique, le Nouvel État ne reproduit pas purement et simplement les caractéristiques de l’ancien Beylik. Au-delà de son mode privé de gestion et des analogies formelles de l’élite dirigeante avec la caste des Mamelouk, il présente une différence majeure avec l’État patrimonial, qui tient à son degré de pénétration de la Société. Le Beylik s’analysait, au xviiie siècle, en un État toléré parce que peu exigeant et encombrant. A la différence de cette forme d’État minimum, le Nouvel État s’insinue dans les différents domaines de la vie sociale. De ce point de vue, il s’apparente à l’État réformateur et à l’État colonial. Mais, contrairement au premier, dont il revit les contradictions, il est parvenu à imposer sa tutelle. Il se différencie également du second, dont il s’est approprié les moyens de gouvernement, dans la mesure où il incarne une appartenance nationale. Son intervention est redoutée pour autant qu’elle menace l’autonomie des groupes et des individus. Mais elle est, aussi, attendue, au sens où elle apparaîtrait comme un concession nécessaire à l’amélioration des conditions d’existence. Les attentes diversifiées qui ont conféré sa force au Mouvement national – la mobilisation par les groupes primaires – à défaut de valoriser le politique, fondent la tutelle étatique comme nécessité pratique.

92Cette ambivalence dessine les contours d’un compromis entre gouvernés et gouvernants, dont le contenu et la portée peuvent être explicités par la notion de clientélisme d’État: une allégeance passive et distanciée à l’égard d’une puissance extérieure et supérieure, détentrice des instruments de coercition et régulatrice des moyens de gestion matérielle de la vie sociale, qui trouve sa contrepartie dans l’allocation de ressources susceptibles de garantir un mieux vivre. Ce loyalisme sous bénéfice d’inventaire, l’adhésion à l’État, ou, plutôt, à la personne et à l’action des gouvernants, étant fonction de ses seules capacités distributives, offre à l’élite dirigeante une possible base de soutiens dans le cadre d’une citoyenneté passive.

93S’il rend compte de la modalité de discipline inhérente au processus politique, le compromis clientéliste ne résume pas, pour autant, à lui seul, le contenu du Nouvel État. Celui-ci, malgré les avatars de l’État réel, n’a jamais renoncé à une thématique de la citoyenneté, qui intervient concurremment avec le modèle clientéliste dans le processus de socialisation politique. Pour illustrer cette permanence de l’État idéologique et sa relation avec l’État réel, il est possible de se référer à l’un des principaux agents de socialisation politique, l’école.

  • 71 Voir à ce sujet Leca (Jean). – « Questions sur la citoyenneté aujourd’hui ». Les Cahiers de l’Anim (...)

94Instance clé de la citoyenneté, l’école remplit, entre autres, une fonction d’inculcation des principes d’une unité politique transcendant les différences et génératrice d’une égalité de droits et de devoirs. Elle remplit également une fonction de démonstration de l’effectivité et de l’efficacité de ces principes71.

  • 72 Weber (Eugen). – La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914. Paris, Fayar (...)

95La France de Jules Ferry et ses instituteurs, « les hussards de la République », l’avaient bien compris. Dans son étude sur la modernisation de la France rurale, Eugen Weber note à ce propos que « la plus grande fonction de l’école moderne » consistait moins à « enseigner des savoir-faire utiles qu’un nouveau patriotisme dépassant les limites naturellement reconnues par les enseignés ». Il ajoute, citant un instituteur écrivant en 1861 : « L’école était un grand agent de socialisation (...) Elle devait enseigner aux enfants les sentiments nationaux et patriotiques : expliquer ce que l’État faisait pour eux et pourquoi il exigeait d’eux des impôts et le service militaire; montrer enfin que leur véritable intérêt était la patrie »72.

  • 73 Sraieb (Noureddine). – « Laïcisation et/ou religiosité dans l’enseignement secondaire tunisien » l (...)
  • 74 Voir à ce sujet Ben Arab (Belgacem). – L’encadrement politique des jeunes. Mémoire DES. Tunis, Fac (...)
  • 75 « A propos de la grève des instituteurs : Non au chantage ». Al Amal, 15/2/84.

96Dans un autre contexte mais où le système éducatif n’est pas dépourvu de liens avec l’école de Jules Ferry, on retrouve, en Tunisie, un écho de cette pédagogie de la citoyenneté. On pourrait, à cet égard, mentionner l’institution du salut du drapeau, le matin dans les écoles primaires73, évoquer les fonctions officiellement assignées à l’école et aux programmes d’instruction civique74, ou citer des prises de position idéalisant le rôle de l’instituteur, « soldat au service d’une cause noble et sacrée »75.

97L’école s’avère simultanément un secteur stratégique du clientélisme d’État. Illustration de la « sollicitude » de l’État, entité extérieure, elle est réputée répondre à l’un des besoins essentiels de la population, en ouvrant l’accès à l’emploi et en assurant la mobilité sociale en fonction des dons et des mérites. Elle symbolise tout à la fois une société de citoyens et une société de « boursiers ». Néanmoins, loin de réaliser une complémentarité entre les deux modèles, elle fonctionnera suivant plusieurs registres, diffusant des représentations de l’ordre social et politique s’organisant en une mosaïque plutôt qu’en un système cohérent.

  • 76 Sraieb (Noureddine). article déjà cité.
  • 77 Bourdieu (Pierre) et Passeron (Jean-Claude). – La Reproduction. Eléments pour une théorie du systè (...)
  • 78 Cf. en ce sens Omrane (Nadia). – « La jeunesse en question ». Le Maghreb (87). 28/1/84 : 28-29.

98Une dissociation tendra à s’opérer entre socialisation manifeste et socialisation latente, entre la fonction d’« endoctrinement », assurée notamment par des matières telles que l’instruction religieuse, l’instruction civique et l’histoire, et la fonction d’inculcation, diffuse, d’une culture universaliste. De plus, la socialisation manifeste n’échappe pas, elle-même, à l’ambiguïté, si l’on en juge par le contenu contradictoire de l’instruction religieuse, d’une part, et de l’instruction civique, d’autre part76. Enfin, compte tenu du caractère composite des normes et valeurs qu’il diffuse, le système éducatif ne produit pas des « individus identiquement programmés » et, partant, ne dispose pas d’« agents de programmation eux-mêmes identiquement programmés ». En d’autres termes, fera défaut la symbiose entre le système éducatif et le corps enseignant, grâce à laquelle l’école se révélerait, d’après P. Bourdieu et J. Cl. Passeron, « un chef-d’œuvre de mécanique sociale », pouvant « en quelque sorte échapper à l’histoire en s’enfermant dans la production de ses propres reproducteurs comme dans un cycle de l’éternel retour »77. Le travail pédagogique deviendra le lieu d’un conflit entre les orientations officielles et celles d’une partie des enseignants, dont on trouve la trace dans le débat auquel donne lieu la pratique de l’instruction civique et religieuse78.

99Au-delà de sa spécificité, le cas du système éducatif fournit des indications valables pour l’ensemble du processus de socialisation politique. Il fait apparaître comment la contradiction entre le modèle clientéliste et la thématique de la citoyenneté met en cause l’aptitude du Nouvel État – conçu au départ comme l’éducateur par excellence – à intégrer les intellectuels qu’il produit. Par là, d’une certaine manière, il met en lumière les limites du transformisme. Cette « dissidence » des intellectuels n’aura qu’une portée relativement réduite, tant que l’État sera à même de susciter et de satisfaire des attentes clientélistes chez la majeure partie de la population. Mais, dès lors que le compromis clientéliste aurait épuisé ses possibilités, se trouveraient réunies les conditions d’une crise ayant pour enjeu une nouvelle configuration du politique.

3) ACTUALITÉ DE L’ÉTAT : LA CRISE DU POLITIQUE

  • 79 Définition inspirée de Bourricaud (François). – Le bricolage idéologique. Essai sur les intellectu (...)

100Lorsqu’on se réfère à l’intégration politique des intellectuels, il faut entendre, dans le cas d’espèce, l’absorption, au sein de l’élite politique dirigeante, des individus qui, par qualification – attestée par des diplômes – et/ou par vocation, prétendent à l’exercice d’une fonction de médiation entre les valeurs sociales communes et les intérêts particularistes79. Autrement dit, la question posée est celle du maintien du monopole de la médiation et de la mobilisation détenu par les intellectuels de la domination étatique.

101Les contradictions du processus de socialisation, par les tensions qu’elles induisent, jouent à rencontre d’une telle intégration. Mais, en elles-mêmes, elles ne constituent pas une menace majeure pour le monopole de l’élite au pouvoir, si les « indépendants » se réclament de valeurs auxquelles le mouvement social n’a pas conféré de position centrale. Dans cette hypothèse, il s’agira pour le pouvoir de les cantonner dans la marginalité politique. La situation qui a prévalu en Tunisie jusqu’au milieu des années 1970 correspond, dans l’ensemble, à ce cas de figure. Par la suite, les transformations du paysage social et la réduction de la capacité distributive de l’État ont miné les assises du compromis clientéliste et, partant, du monopole de la médiation. C’est dire qu’elles ont contribué à poser sous un nouveau jour le problème des valeurs communes et du rapport des intellectuels « indépendants » à la Société.

  • 80 Voir infra Krichen (Aziz). « 12 - La fracture de l’intelligentsia. Les problèmes de la langue et d (...)
  • 81 Chebbi (Lahbib). La fêlure. Mémoire d’un cheikh. Tunis, Editions Salammbo. 1985 : 135.
  • 82 Sur les « traditions intellectuelles ». voir l’ouvrage précité de Bourricaud (F.) : 21-22.

102Les intellectuels dont le Nouvel État n’est pas parvenu à assurer l’intégration politique relèvent schématiquement de deux pôles, qui recouvrent, en partie, la « fracture de l’intelligentsia » évoquée plus loin par Aziz Krichen, avec, d’une part, « la culture de l’“ouverture” » et, d’autre part, « la culture de l’“authenticité” »80. Dans une certaine mesure, ils correspondent également au propos de Lahbib Chebbi lorsque, recourant à la fiction des mémoires d’un Cheikh du xixe siècle pour traiter de La Fêlure de la société tunisienne contemporaine, il se réfère à l’activité de « deux groupes de recherches, l’un tourné vers la métaphysique et l’autre vers la physique »81. Si l’on raisonne en termes de « traditions » intellectuelles, c’est-à-dire de systèmes d’orientations à travers lesquels les intellectuels se présentent leur rapport à la Société82, il est possible de se référer à deux types relevant respectivement d’une tradition « réformiste » et d’une tradition « fondamentaliste ».

103Situer dans le sillage d’une tradition « réformiste » toute une génération d’intellectuels largement influencée par le marxisme peut sembler paradoxal, si l’on omet de considérer que les deux termes relèvent de niveaux différents. Le « réformisme » dont il est ici question désigne un système général d’orientations historiquement situé sur le long terme, tandis que le marxisme relève des références susceptibles d’être assumées par un système d’orientations dans une conjoncture donnée.

104Depuis le xixe siècle, s’est enracinée en Tunisie une tradition réformiste, à laquelle des générations successives d’intellectuels ont donné des expressions différentes. Son noyau dur réside dans la recherche d’une combinatoire des dimensions universaliste et arabo-musulmane de la culture. Il se caractérise par une perméabilité à la philosophie politique occidentale telle qu’elle s’est développée depuis les Lumières et, corrélativement, par une propension à relativiser la portée sociale et politique de l’Islam. Cette tradition « réformiste » dont le Nouvel État était porteur s’est retournée contre lui du fait de son inaptitude à en réaliser les présupposés. Le décalage entre l’État réel et l’État idéologique a produit un clivage durable entre l’élite dirigeante et une nouvelle génération qu’elle avait contribué à ouvrir à la tradition « réformiste ». A un système qui prétendait réformer la Société sur la base d’une citoyenneté passive et libérer l’individu sans lui reconnaître les moyens de s’exprimer, des éléments issus des premières promotions d’étudiants formés après l’indépendance ont opposé un projet révolutionnaire postulant l’intervention politique des masses. Leur plateforme, dont l’énoncé était indissociable de la position prééminente occupée, durant les années 1960, par le marxisme sur les scènes intellectuelle et politique internationales, procédait d’une tentative de réappropriation des valeurs de progrès, de liberté et d’égalité annexées par l’élite dirigeante. Son radicalisme était à la mesure du poids de la tutelle étatique sur la Société : dans un contexte dominé par l’hégémonie de l’État et l’inconsistance des institutions sociales, il donnait forme à une problématique du tout politique.

  • 83 Concernant cette génération d’intellectuels, voir Cherif-Chamari (Alya). L’itinéraire politique de (...)

105Le Pouvoir, misant sur leur isolement hors de l’Université, qu’ils ont, pour la première fois, mobilisée lors des événements de mars 1968, a exercé à l’encontre de ces intellectuels indépendants une répression sévère, jalonnée par une série de procès d’opinion. Néanmoins, il n’a pu empêcher qu’à partir du groupe Perspectives et au travers de diverses organisations dérivées de ce tronc commun, fonctionne une contre-instance de socialisation de la tradition « réformiste », dominant le mouvement étudiant pendant près de dix années83.

106Dans le contexte des années 1980, cette génération d’intellectuels indépendants ne présente plus les mêmes apparences, du fait des mutations de la Société, auxquelles elle a contribué. Elle recouvre un large éventail d’appartenances politiques, mais témoigne, cependant, d’une relative unité. Elle partage une communauté de statut social, fondé sur une haute qualification, l’expertise allant de pair, en l’occurence, avec une forte insertion dans les rares institutions sociales autonomes. Sa centralité institutionnelle la place ainsi dans une position de porte parole d’une société civile embryonnaire.

107Le décalage entre l’État réel et l’État idéologique a produit également un autre type d’intellectuels indépendants, se réclamant d’orientations qui relèvent de la tradition « fondamentaliste » par leur mise en cause de présupposés mêmes du Nouvel État.

  • 84 Cf. Abdel Moula (Mahmoud). – L’Université Zaytounienne et la société tunisienne. Tunis. 1971.

108Durant la lutte nationale, l’élite destourienne avait tenté d’absorber ceux des intellectuels qui représentaient alors cette tradition, les chioukh et les étudiants de la Zitouna. Elle n’y était parvenue que superficiellement, au prix d’affrontements parfois violents avec notamment les éléments réunis autour de La Voix de l’Etudiant Zitounien84.

109Lors de l’indépendance, la crise de direction, au sein du Néo-Destour, entre partisans d’Habib Bourguiba et de Salah Ben Youssef, secrétaire général du Parti, devait fournir l’occasion d’une ultime résistance de ce foyer oppositionnel.

110Par la suite, la tradition « fondamentaliste » a connu une apparente éclipse. Du moins, pendant une quinzaine d’années, la liquidation du « yousséfisme », le démantèlement de la Zitouna, l’étatisation de l’appareil religieux et la polarisation du mouvement étudiant sur une thématique de gauche ont permis à l’élite dirigeante de contrôler les représentants de cette tradition.

111Celle-ci n’a été progressivement réinvestie par des intellectuels indépendants du Pouvoir qu’aux débuts des années 1970. La mise en échec, en 1969, du « socialisme destourien », incarné par Ahmed Ben Salah, révélait au grand jour l’incapacité du Nouvel État à maîtriser le processus de modernisation qu’il avait impulsé, tandis que le Monde arabe dans son ensemble subissait le traumatisme de la défaite de 1967 face à Israël.

  • 85 Sur la genèse du courant islamiste, voir le témoignage d’Ahmida Enneifer in François Burgat : «Aux (...)

112Dans une conjoncture qui réactualisait en termes critiques la question de l’identité culturelle, quelques jeunes intellectuels, formés, pour certains, au Machrek, ont trouvé un terrain de rencontre dans une tentative de réévaluation du rapport Islam-Société. Une association officielle, « l’Association pour la sauvegarde du Coran », a constitué leur première structure d’accueil. Par la suite, en 1972, ils ont conquis leur autonomie d’expression en faisant reparaître le mensuel El Maarifa, dont le titre avait été créé dix ans plus tôt. Leur démarche, essentiellement culturelle au départ, ne s’est pas heurtée à l’hostilité immédiate du Pouvoir, qui a pu y voir un éventuel pôle de résistance à l’influence des mouvements de gauche sur la jeunesse étudiante. Néanmoins, compte tenu de la neutralisation de la tradition « fondamentaliste » en Tunisie pendant près de quinze années, elle allait chercher ses références chez les « Frères Musulmans » d’Egypte, et, partant, se politiser. Elle donnerait corps à un islamisme militant, une da’wa dénonçant la crise des valeurs, imputée à l’« occidentalisation » et préconisant le retour à l’Islam comme solution unique et globale aux problèmes de l’heure85.

113Le courant « islamiste » est sorti du cantonnement de l’espace de la Mosquée, de la marginalité de la secte et des simplifications de la da’wa vers le milieu des années 1970, lorsque les effets pervers de la « démocratisation » de l’enseignement se sont manifestés dans toute leur ampleur.

  • 86 Krichen (Aziz). – « 12 – La fracture de l’intelligentsia...»
  • 87 A propos de « l’inflation culturelle » en France, Cf. l’ouvrage déjà cité de Bourricaud (F.).
  • 88 Entre 1970 et 1976. l’Université tunisienne a produit 7600 diplômés environ contre 4300 entre 1962 (...)

114« (...) L’école n’est pas, en Tunisie, un facteur d’intégration sociale mais un facteur de désintégration et de marginalisation », observe Aziz Krichen. Il cite, à ce propos, un pourcentage éloquent : sur cent enfants entrant à l’école primaire, un seul d’entre eux mènera ses études avec succès jusqu’au baccalauréat86. Or, malgré l’importance considérable des « déchets » de l’enseignement, la politique de scolarisation s’est soldé également par une « inflation culturelle »87 au regard des capacités d’absorption du système productif. Les difficultés considérables d’accès à l’Université se sont doublées d’une réduction des perspectives de mobilité sociale offertes par celle-ci. Le marché de l’emploi ne pouvait plus offrir de nouvelles promotions de diplômés88, d’intellectuels par qualification, que des modalités d’insertion peu gratifiantes sur les plans matériel et symbolique.

  • 89 Concernant les Islamistes et la jeunesse, consulter Zghal (Abdelkader) « Le retour du sacré... et (...)

115Facteur d’exacerbation des contradictions du processus de socialisation, « l’inflation culturelle » a favorisé une « démotivation » pour les offres du système étatique et la culture politique héritée des générations étudiantes antérieures. Le discours islamiste pouvait capter le désarroi et l’indignation d’une jeunesse scolaire et étudiante vivant une situation d’ascension sociale bloquée. Sa critique radicale de l’aliénation culturelle de Vestablishment opérait un renversement de la hiérarchie des valeurs et des mérites et attribuait notamment à des intellectuels menacés de marginalisation une vocation de porte parole de la société authentique89.

116En gagnant l’adhésion d’une partie de la jeunesse scolaire et étudiante, le courant islamiste n’a pas seulement renforcé ses assises. Il a également renouvelé ses méthodes d’action ainsi que le champ et le contenu de sa réflexion. Le noyau dirigeant initial s’est scindé, une fraction « progressiste » rompant dès 1978 avec une interprétation unilatérale et fixiste de l’Islam, tandis que le groupe majoritaire se constituait en une organisation revendiquant le statut de parti politique, le Mouvement de la Tendance Islamique (MTI). La montée en puissance du MTI lui a valu de subir un temps la répression du Pouvoir mais aussi de s’ouvrir à la confrontation avec les autres courants de pensée. Elle l’a conduit à se distancier des « Frères Musulmans » et à se réclamer des valeurs démocratiques.

  • 90 Hermassi (E.), Burgat (F.), articles déjà cités.

117Cette trajectoire incite certains analystes à avancer l’hypothèse d’une conversion de l’Islamisme du MTI en une « force civique »90. Assurément, le discours du MTI n’est plus celui d’une simple restauration de la cité idéale. Il s’est, pour partie, sécularisé, dans la mesure, où, face à l’État existant, il déclare faire siennes les aspirations à l’autonomie sociale. En ce sens, il se prononce pour une différenciation du champ politique. Mais un fait incontournable demeure : sa problématique ne se borne pas à un réaménagement de l’espace du politique qui ferait place aux valeurs islamiques : elle prétend à une valorisation du politique par l’Islam. La question de la différenciation des champs politique et religieux reste pendante.

118La poussée islamiste et la nouvelle centralité institutionnelle des intellectuels de tradition « réformiste » participent toutes deux d’un seul et même phénomène, l’ébranlement du compromis clientéliste, qui assurait à l’élite dirigeante le monopole de la médiation.

119Le compromis clientéliste s’avère, dans son principe même, éminemment fragile. Il ne trouve pas son support dans un mode de vie relativement stable et homogène donnant lieu à des demandes concurrentes mais globalement compatibles avec les capacités et les besoins du système de production. Il porte, au contraire, sur l’instable et l’hétérogène : les mutations du mode de vie dans le cadre d’un processus de profondes transformations du tissu socio-économique.

  • 91 D’après les enquêtes de TINS sur la consommation des ménages, la proportion de la population vivan (...)

120L’amélioration du niveau de vie moyen et la modification de la structure de la consommation ont correspondu à une différenciation sociale accrue, caractérisée notamment par la constitution d’une bourgeoisie d’affaires, l’élargissement des classes moyennes, l’extension du salariat en général et la marginalisation de la fraction de la population dont les conditions de vie sont demeurées en dessous du « seuil de la pauvreté »91.

121Le phénomène a joué simultanément dans quatre directions.

  • 92 Adda (Serge). « 15 – Enjeux : le possible et le probable ».
  • 93 Sur la « bifurcation » de la société tunisienne, voir Camau (Michel). « l’État tunisien : de la tu (...)
  • 94 Charmes (Jacques). « 9 – Secteur non structuré, politique économique et structuration sociale ».
  • 95 Abdelkeei (Jellal). « 10 – La réponse de l’État au processus d’urbanisation ».

122« Développement à deux vitesses », il a, comme le souligne Serge Adda dans son évocation, en fin d’ouvrage, du « possible » et du « probable »92, figé une scission entre deux types de Tunisie. A la Tunisie reliée positivement aux circuits de production et de consommation fait face l’autre Tunisie, celle des laissés pour compte de la croissance, reliés négativement à ces mêmes circuits. Cette bifurcation93 ne saurait autoriser les simplifications, voire le simplisme. Elle ne recouvre pas purement et simplement la distinction – économique et statistique – entre « secteur moderne » et « secteur non structuré ». Jacques Charmes bouscule à cet égard un certain nombre d’idées reçues : le secteur non structuré ne constitue pas une « poche de chômage déguisé et de sous-emploi »; l’exode rural ne joue qu’un rôle « marginal » dans son fonctionnement; ses activités sont devenues une source de revenus plus rémunérateurs que le salariat dans le secteur moderne; il tend à apparaître comme « une étape vers l’intégration dans l’économie moderne »94. Sous ces réserves, « l’autre Tunisie » englobe l’agriculture de subsistance, une partie du secteur non structuré (certains petits métiers) et les éléments marginalisés par l’économie moderne, qui ne sont pas absorbés par ce secteur : « défaillants » de l’enseignement primaire – évoqués par J. Charmes – et, suivant la formule de Jella Abdelkefi95, « paysans sans terre devenus citadins sans emploi ».

  • 96 Id.
    L’aide directe de l’État en faveur des classes moyennes s’est doublée, rappelle J.A., d’une aid (...)

123D’autre part, la croissance dopée par la rente pétrolière a renforcé les particularismes, voire les corporatismes, par la diffusion – inégale – d’un modèle privatiste (propension à l’individualisme et au consumérisme) accentuant les écarts sociaux et leur perception. De cette diffusion inégale, J. Abdelkefi donne une illustration particulièrement éclairante avec l’accession à la propriété immobilière : les ressources allouées par l’État ont été concentrées sur les catégories solvables de la population96, les classes moyennes, saisies par une frénésie d’investissements ostentatoires dans la pierre.

  • 97 Bouraoui (Soukeïna). « 13 – Ordre masculin et fait féminin ». Voir également Labidi (Lilia). çabra (...)

124Contrecoup de leur impact déstabilisateur, la croissance, et, d’une manière générale, le processus de développement inégal ont également favorisé un renouveau de l’Islam comme valeur centrale d’une société à la recherche de références communes. Ils ont, de ce point de vue, contribué à attiser les contradictions entre des mutations sociales difficilement réversibles et un « stock de traditions » identifiées à l’éthique fondamentale. Sur ce sujet, on renverra principalement le lecteur à la contribution de Soukeïna Bouraoui sur « Ordre masculin et fait féminin », qui s’interroge notamment sur l’aptitude de la Société civile « à porter et à défendre » les acquis de la modernisation97.

125La croissance a, enfin, par la densification de la sphère privée et la diversification des intérêts, mis en cause la tutelle exercée par l’État sur les institutions sociales et les individus. Bien que naissant et cantonné jusqu’ici dans certains secteurs de la Société, le mouvement associatif apparaît, à cet égard, comme un fait majeur de l’évolution sociale.

126Cet écartèlement de la Société et des individus entre l’inégalité de développement, le privatisme, l’exacerbation du sens communautaire et l’aspiration à l’autonomie marque les limites instrumentales et éthiques du clientélisme d’État : il surcharge l’État de demandes de valeurs d’usage et le confronte à des recherches de sens qui disqualifient ses offres.

  • 98 Dimassi (Hassine) et Zaiem (Hédi). «7 – L’industrie : mythe et stratégies».

127Néanmoins, il n’a pleinement fait sentir ses effets qu’au terme d’une phase de transition durant laquelle l’État a pu tant bien que mal gérer les différentes demandes. Grâce à la rente assurée par les cours en hausse du pétrole et des phosphates, ainsi que le montrent Hassine Dimassi et Hédi Zaiem98, les flux financiers ont compensé les déséquilibres de la consommation et des échanges de biens et services avec l’extérieur. La capacité distributive de l’État s’est manifestée notamment sous la forme de politiques de subventions aux entreprises (mesures d’incitation à l’investissement), de relèvement des salaires nominaux, de soutien aux prix à la consommation et d’aides à l’accession à la propriété immobilière. Par ailleurs, le Pouvoir a encouragé ou, du moins, accompagné pour le canaliser, le renouveau du piétisme et de l’observance religieuse, au prix d’un revirement de ses orientations initiales : l’interprétation laxiste des obligations religieuses au nom des nécessités de la vie moderne a fait place à une attitude conformiste. Enfin, il a tenté de cantonner les aspirations à l’autonomie sociale dans des espaces de liberté contrôlée : reconnaissance de l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens (UGTT) comme canal d’articulation des intérêts, acceptation de la constitution de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH), autorisation de parution accordée à des journaux indépendants ou d’opposition, légalisation de partis d’opposition...

  • 99 Sur ces secousses. Cf. l’analyse de Liauzu (Claude). « Les mouvements urbains maghrébins : essai d (...)

128Dès lors que la Tunisie a été exposée directement aux contrecoups de la crise mondiale, cette période de relative aisance financière et de déserrement du contrôle étatique a débouché sur une série de secousses : 26 janvier 1978, 27 janvier 1980, 3 janvier 1984...99.

129Au-delà de leur causes immédiates et de la chronologie des événements, ces secousses qui ont nécessité, à chaque fois, l’intervention de l’Armée s’inscrivent dans une conjoncture dominée par une réduction critique de la capacité distributive de l’État, l’émergence de l’Islamisme comme mouvement disposant d’une base de masse et la revendication d’un élargissement des espaces de liberté.

  • 100 Zamiti (Khalil). « 11 – La question syndicale : contradictions sociales et manipulations politique (...)

130L’élite dirigeante se trouve confrontée à un dilemme. La logique du type de développement assigné à la Tunisie se traduit par une plus grande austérité, le Gouvernement entendant notamment lier l’évolution des salaires à la productivité et se désengager de sa politique de soutien aux prix. Dans une perspective de régulation des tensions, elle suppose un consensus minimum des forces sociales et politiques, et, par voie de conséquence, un élargissement de la participation politique. Mais un tel élargissement est susceptible de donner libre cours à une mise en cause des orientations et du leadership de l’élite au pouvoir. Il s’ensuit une oscillation entre « l’ouverture » et son contraire (« la fermeture » ?), scandée par des secousses. On se propose de faire adhérer l’UGTT, à un compromis durable sur les salaires et, faute de pouvoir y parvenir, on s’emploie à l’affaiblir en démantelant sa direction élue, ligne de conduite analysée dans cet ouvrage par Khalil Zamiti100. On retarde l’échéance de mesures impopulaires pour les imposer soudainement sous la contrainte de paramètres budgétaires et les reporter sous la contrainte, cette fois, de la rue. On module le contenu et l’étendue des espaces de liberté en fonction de la raison d’État : chaque concession vise à instaurer une pause reculant l’échéance de nouvelles concessions, alors que toute revendication satisfaite constitue une base d’appui pour de nouvelles revendications.

131Bien qu’évoqués à grands traits, ces symptômes s’avèrent bien ceux d’une crise du politique, de l’État comme instance de régulation des conflits. A travers la désagrégation d’une modalité de discipline et l’effritement d’un monopole, ils sont révélateurs d’une situation où les alternatives à une éventuelle « solution » autoritaire passent par un réaménagement de l’espace du politique.

132Non point que le « sens de l’histoire » assigne pour horizon à la Tunisie l’avènement d’un État dit « islamique » ou l’instauration de l’État de droit. Seul l’irrecevable argument de nécessité pourrait permettre de considérer les Islamistes ou les « Civilistes » comme de nouveaux intellectuels organiques. Les premiers ont incontestablement contribué à réintégrer la dimension islamique dans le débat politique. Leur démarche a accompagné une résurgence du sacré un temps refoulé par le réformisme étatique. Mais, sauf à méconnaître la pluralité de l’Islam vécu, on ne saurait les considérer a priori comme les représentants « naturels » d’une société préoccupée de son identité. Il reste que leur discours influence une partie de la jeunesse. Quant aux seconds, ils ont, en militant dans les syndicats et les partis d’opposition, imposé la reconnaissance d’espaces de liberté. Mais le mouvement associatif, dont ils ont jeté les bases, ne touche directement que les classes moyennes salariées. Cependant, une institution comme la LTDH, a acquis, en dépit de sa fragilité, une position charnière. Compte tenu du désenchantement dont pâtissent les partis d’opposition et de la détérioration des relations entre l’UGTT et le Pouvoir, elle apparaît comme un médiateur de plus en plus sollicité. D’autre part, elle constitue un lieu privilégié d’expression du pluralisme, réunissant des citoyens de toutes obédiences politiques, destouriens et Islamistes du MTI compris.

133Aucune formule durable et efficace de régulation des conflits ne peut être instaurée indépendamment d’une contribution de ces intellectuels à l’élaboration d’un compromis civique. Un compromis dont la signification n’est pas réductible à celle d’un front d’organisations ou d’alliances de groupes. Son objet porte non pas sur le cours du jeu politique mais sur les règles du jeu. Il s’agit de la fondation d’une communauté politique, autrement dit d’un consensus minimum sur les valeurs d’identité et de solidarité, la mobilisation et l’allocation des ressources, les droits et devoirs...

134Une telle formule entre dans le champ des possibles. C’est dire son caractère aléatoire.

135Entre-t-elle dans le champ du probable ?

136On ne saurait trancher de manière arbitraire et péremptoire entre les différents scenari avancés par Serge Adda. On observera toutefois que depuis le mois de juillet 1986, le Gouvernement tunisien, dirigé par M. Rachid Sfar, en remplacement de M. Mohamed Mzali, démis de ses fonctions de Premier Ministre, affiche une volonté de « redressement » économique et politique.

137Dans un contexte dominé par la baisse des cours du pétrole et la diminution des revenus du tourisme et de l’émigration, le vie Plan (1982-1986) se solde par des résultats lourds de menaces : baisse du taux de croissance et du taux d’investissement allant de pair avec une stagnation des créations d’emplois, diminution du taux d’épargne et doublement du taux d’endettement, déficit accru de la balance des paiements et épuisement des réserves de changes... Plus que jamais, pour faire face aux « contraintes » de la demande additionnelle d’emplois, de la balance des paiements et de la charge de la dette extérieure, s’imposerait la nécessité d’une double réorientation des flux de biens et services vers l’exportation et des flux monétaires en faveur de l’épargne. Le programme de redressement arrêté par le Gouvernement, avec le concours du FMI, s’avère particulièrement rigoureux et ambitieux, bien que ses promoteurs n’en attendent au mieux qu’un « déblocage » de la situation. Outre l’assainissement financier à court terme et la modération de l’évolution des revenus, il se propose de stimuler la compétitivité de l’économie tunisienne par un démantèlement progressif du dispositif de protection du marché intérieur suivant des modalités dont rend compte la contribution de H. Dimassi et H. Zaiem.

138Un tel programme de libéralisation, s’il était réalisé, sonnerait le glas du clientélisme d’État.

139Paradoxe d’un État tutélaire qui se fait l’avocat des bienfaits du libéralisme auprès du capital privé, il voudrait imposer à la classe d’entrepreneurs qui s’est constituée et développée à l’abri des aides et protections étatiques le libre jeu des mécanismes du marché.

140Paradoxe d’un désengagement qui impliquerait le maintien d’un dispositif de contrôle des revenus par l’État, le programme signifie aux salariés, dont le pouvoir d’achat a crû grâce aux interventions étatiques, l’ardente obligation d’une compression de la consommation et, partant, de la rigueur salariale.

141La mise en œuvre du programme risque ainsi de se heurter à une double résistance de la part du patronat et du salariat, qui attendent de l’État le maintien des situations acquises. L’avis émis par le Conseil Economique et Social est à cet égard révélateur. 11 met l’accent sur le risque économique d’une disparition d’une « grande partie des entreprises » par suite d’un « abaissement excessif des barrières douanières », et le risque social d’une aggravation du chômage et d’une stagnation, sinon d’une diminution, du pouvoir d’achat de certaines catégories sociales.

142L’adoption du programme de redressement ne préjuge donc pas nécessairement de la fin des tergiversations qui caractérisaient la période antérieure. Assurément, d’un point de vue de stricte logique économique, la situation tunisienne n’offre pratiquement la possibilité d’aucune alternative aux réformes préconisées, sinon l’adoption de mesures d’accompagnement en faveur des milieux les plus démunis. Mais la logique économique n’a pas de pertinence intrinsèque. Dès lors qu’elle procéderait d’un découpage de la réalité sociale faisant fi des autres paramètres, elle n’aurait de sens qu’au regard d’une construction abstraite. Autrement dit, le devenir du programme de redressement s’avère tributaire du politique au sens où nous l’avons envisagé. Il dépend de la réalisation ou non du compromis civique auquel nous faisions allusion. La raréfaction des ressources implique un consensus sur les modalités de leur allocation. Plus encore, la réussite du processus de libéralisation de l’économie suppose que le dépérissement de la base matérielle de l’État tutélaire (la distribution de valeurs d’usage) trouve sa contrepartie dans la constitution d’un nouveau potentiel symbolique susceptible de donner sens à la rigueur et à l’effort. La libération des mécanismes du marché passe tout autant par un désengagement de l’État conforme aux recettes du FMI que par une valorisation de celui-ci comme pôle d’identification collective pour le fellah de Kasserine, l’ouvrier de Ben Arous, l’artisant de Ksar-Hellal ou l’industriel de Sfax.

143La volonté de redressement économique se double, il est vrai, d’un souci de redressement politique. Mais, en ce domaine, redressement rime quelque peu avec raidissement.

144On ne mentionnera que pour mémoire l’intensification de la lutte contre la corruption, qui, si l’on en juge d’après la personnalité de ses principales victimes, n’est pas toujours dissociable des lendemains de disgrâce ou des veillées d’armes au sein du groupe dirigeant.

145La réactivation des thèmes modernistes du bourguibisme paraît beaucoup plus significative des orientations du moment. Le Pouvoir a pris conscience de la faible disponibilité des nouvelles générations envers les mythes fondateurs du Nouvel État, ceux de la tradition intellectuelle « réformiste ». Du moins, se prononce-t-il pour une réorganisation du système éducatif dans une perspective de plus grande ouverture des jeunes au progrès et à la positivité de la science et de la technique. Désaveu prudent de la politique d’arabisation, dont M. Mzali avait été le principal artisan, ce retour, pourrait-on dire, à Auguste Comte – que le Chef de l’État se plait à citer publiquement – se manifeste notamment sous la forme d’un renforcement de la place du français dans les programmes et horaires d’enseignement (du cycle primaire, dans un premier temps).

146L’action en direction de la jeunesse vise notamment à stopper la progression de l’islamisme parmi ses rangs. Elle se double d’un contrôle strict et rigoureux des mouvements islamistes, contraignant ceux-ci à la défensive ou à la clandestinité. La priorité affichée est celle d’une ferme reprise en mains, d’un rétablissement de l’ordre mettant fin aux oscillations de la gestion antérieure. Les partis d’opposition légalement reconnus conservent la possibilité de se réunir et d’intervenir dans la vie publique, mais leurs organes de presse se trouvent sous le coup de mesures d’interdiction ou de suspension motivées par des infractions à la législation. D’ailleurs, faute d’obtenir les garanties qu’ils jugeaient nécessaires, ils se sont abstenus de participer aux élections législatives de novembre 1986, considérées par le PSD comme la manifestation éclatante de la légitimité de son monopole de la représentation politique.

147Cependant, plusieurs indices témoignent d’une prise en compte par le groupe dirigeant de l’opportunité d’associer d’autres formations ou tendances à la mise en œuvre du programme de redressement économique. L’élimination d’Habib Achour de l’UGTT et la prise de contrôle de l’appareil de la Centrale par des éléments destouriens a fait place à une tentative d’élargissement de la direction syndicale par réintégration d’anciens responsables mis, dans un premier temps, sur la touche. D’autre part, il est envisagé d’offrir la possibilité aux partis d’opposition légalement reconnus de siéger au Conseil Economique et Social.

148Ainsi, se profilent à l’horizon de nouvelles oscillations entre « l’ouverture » et son contraire. Ce cas de figure serait celui d’une navigation à vue entre le laxisme économique et la contestation sociale. En dépit de ses coûts, il n’est vraisemblablement par le pire. Il ne mettrait pas le pays à l’abri des secousses sporadiques. Mais, sauf coup de barre intempestif, il ne l’exposerait pas au risque d’une explosion à une large échelle et contrarierait, de la sorte, les vocations de prétoriens. Toutefois, plusieurs inconnues demeurent : l’aptitude de l’équipage à mobiliser – quel que soit le devenir du programme d’ajustement économique – les aides extérieures, l’attitude des voisins immédiats de la Tunisie, l’évolution de la construction maghrébine... Sans conteste, la principale, celle dont toutes les autres sont fonctions, à un titre ou à un autre, réside dans le degré de cohésion du groupe dirigeant à l’heure de la succession.

149La succession ? Une échéance qui – évoquée ici même par S. Adda – ne cesse de hanter les professionnels de la politique et... ceux qui font profession du politique.

150Déjà, en 1966, un spécialiste, Cl. H. Moore, posait la question La Tunisie après Bourguiba ? Libéralisation ou décadence politique ?

  • 101 Moore (Clement Henry). – « La Tunisie après Bourguiba ? Libéralisation ou décadence politique ? Re (...)

151Vingt ans après, un autre universitaire, L.B. Ware, s’interroge toujours sur « La Tunisie après Bourguiba », mais en se référant, cette fois, à l’éventuel rôle de l’armée101.

152Au fil des ans, les formulations évoluent en s’efforçant de suivre le rythme de changements rarement prévus, mais la même question, lancinante, reste posée. Si l’on en croit le principal intéressé, elle nous promettrait encore de nouvelles analyses dans quelques années. Le Président Bourguiba ne s’écriait-il pas, en 1986 : « la succession n’est pas pour demain ».

153Cette affirmation de la longévité d’un leadership vaut, sans doute, rappel à l’ordre à l’intention des prétendants. S’il en était besoin, elle soulignerait le caractère inéluctable de l’échéance et l’hypothèque qu’elle fait peser sur la configuration du politique.

154Janvier 1986
Janvier 1987

Notes

1 Gilles Kepel. observe à juste titre que « l’Egypte reste un pourvoyeur de symboles et de représentations pour les autres pays arabes ». Cependant, la conclusion qu’il tire de ce constat manque par trop de nuances : « les mouvements qui se produisent en son sein (celui de l’Egypte) sont aisément lavés de leur limon nilotique pour s’élever à des « types » arabes, alors que tel phénomène tunisien, koweiti ou libanais ne détache qu’avec la plus grande peine la glèbe qui colle à ses semelles ». Resterait à définir les paramètres à prendre en compte pour l’élaboration de ces prétendus « types arabes ». Cf. Kepel (Gilles). « les Oulémas, l’intelligentzia et les Islamistes en Egypte. Système social, ordre transcendental et ordre traduit ». Revue Française de Science Politique. XXXV, (3), juin 1985 : 424-444 (note 5).

2 Voir, à ce sujet, Brown (L. Carl), The Tunisia of Ahmed Bey, 1837-1855, Princeton, Studies on the near East, 1974.

3 Plus exactement, devrait-on se référer, en la matière, à l’histoire et la culture musulmanes. Cf. en ce sens Roy (Olivier). L’Afghanistan. Islam et Modernité Politique. Paris, le Seuil, 1985 : 18.

4 Sur le domaine du politique. Cf. Balandier (Georges). Anthropologie Politique. Paris, PUF, 1967.

5 Concernant la distinction autorité/puissance. Cf. Badie (Bertrand). Culture et Politique. Paris, Economica, 1983.

6 La double dimension de la représentation est explicitée in Nettl (J.P.). Polilical Mobilization. A sociologieal analvsis of melhods and concepts. London, Faber and Faber, 1967 : 163-164.

7 Badie- (Bertrand). – Culture et Politique, op. cit. : 133.

8 Voir, à ce sujet l’ouvrage précité de B. Badie.

9 La dissociation de fait entre le politique et le religieux et la dévalorisation du premier par le second est explicitée notamment in Laroui (Abdallah). – L’Etal dans le Monde Arabe Contemporain. Eléments d’une problématique. Louvain-la-Neuve, Centre de Recherches sur le Monde Arabe Contemporain, s.d.

10 A propos de la Da’wa, Cf. Etienne (Bruno). – « La moëlle de la prédication. Essai sur le prône politique dans l’Islam contemporain ». Revue Française de Science Politique. 33. (4). août 1983 : 706-720.

11 Arkoun (Mohammed). – «L’Islam dans l’histoire». Maghreb Machrek. 102. octobre-novembre-décembre 1983 : 21-22.

12 Voir infra Larif Beatrix (Asma). – « 5 – L’État tutélaire. Système politique et Espace éthique ».
Sur le « code culturel musulman ». se reporter également a l’ouvrage déjà cité de B. Badie.

13 Geertz (Clifford C). – Bali. Interprétation d’une culture. Paris Gallimard. 1983 : 113.

14 « (...) Bien des débats, observe J.F. Bayart. sur la « nature politique » du parti unique, de l’armée, de l’Islam se clarifieraient si l’on en saisissait l’actualisation plurielle au gré des acteurs et des contextes ». Bayard (Jean-François). – « L’énonciation du politique ». Revue Française de Science Politique. XXXV. (3). juin 1985 : 343-372.

15 Geertz (Cl. C). op. cit. : 161.

16 Voir le concept de société composite avancé par Pascon (Paul) in « La nature composite de la société marocaine». Lamalif (17). décembre 1967 : 18-20; « La formation de la société marocaine ». Bulletin Economique et Social du Maroc (120-121). janvier-juin 1972 : 1-25.

17 Voir infra Krichen (Aziz). – « 12 – La fracture de l’intelligentsia. Problèmes de la langue et de la culture nationales ».

18 Leca (Jean). – « Le Monde Arabe vingt ans après. Du sommet du Caire (1964) au sommet de Fès (1982)». Maghreb Machrek, (100). avril-mai-juin 1983 : 18.

19 Sur ce point, voir notamment Hermassi (Elbaki). – The Third World Reassessed. Berkeley-Los Angeles-London, University of California Press, 1980: 93-119 (5. « Politics and Culture in the Middle East »).

20 Dans son étude précitée. Jean Leca explicite les deux modèles dans la perspective de l’unité arabe.

21 Concernant le « nationalisme romantique». Cf. l’ouvrage précité d’Elbaki Hermassi.

22 Chatelus (Michel). – « Le Monde Arabe vingt ans après – II. De l’avant pétrole à l’après pétrole (?) : les économies des pays arabes». Maghreb Machrek. (101), juillet-août-septembre 1983 : 9.

23 ld. : 11-12.

24 Voir infra Dimassi (Hassine) et Zaiem (Hédi). – « 7 – Industrie : Mythe et Stratégies ».

25 On trouvera un exemple de recours à la métaphore de la « greffe »in Badie (Bertrand) et Birnbaum (Pierre). Sociologie de l’État. Paris, Grasset, 1979 : 171 sq.

26 On reprend ici le titre d’un ensemble de textes réunis et présentés dans une perspective apologétique in Sayah (Mohamed). Le Nouvel État. Tome 1. Tunis, Dar el Amal, 1982.

27 Concernant la thématique islamiste. Cf. Hermassi (Mohamed Elbaki). – « La société tunisienne au miroir islamiste». Maghreb Maehrek (103), janvier-février-mars 1984: 39-56; Burgat (François). – « Islamismes en Tunisie : la crise ? » Grand Maghreb, (44), 11 novembre 1985 : 445-450; Dhaouadi (Zouhaïer). – « Islamismes et politique en Tunisie ». Peuples Méditerranéens. 21, octobre-décembre 1982 : 153-169.

28 Roy (Olivier). – L’Afghanistan, Islam et modernité politique, op. cit. : 106.

29 Bayart (Jean-François). – « L’énonciation du politique », étude déjà citée.

30 Roy (Olivier), op. cit.

* L’ensemble des contributions ont été achevées en janvier 1986. Néanmoins, certaines ont été remaniées, par la suite, en fonction des éléments nouveaux intervenus dans le courant de l’année 1986.

31 Infra ROUISSI (Moncer). – « 2 – Espace et Société : l’équation tunisienne ».

32 lnfra Zghal (Abdelkader). – « 14 – L’Islam, les Janissaires et le Destour ».

33 Voir, par exemple en ce sens Hermassi (Elbaki). – Leadership and National Devlopment in North Africa. Berkeley, University of California Press, 1972 : 22sq.

34 Larif-Beatrix (Asma). – « 5 – L’État tutélaire. Système politique et espace éthique ».

35 Brown (L. Cari). The Tunisie/ of Ahmed Bey, op. cit.

36 Moore (Clement-Henry). Politics in North Africa. Boston, Little Brown and Co, 1970 : 23.

37 Valensi (Lucette). Fellahs Tunisiens : l’Economie rurale et la vie des campagnes aux xviiie et xixe siècles. Thèse d’État. Paris iv, 1974 : 103.

38 Id. : 547.

39 Cherif (Mohamed-Hedi). Pouvoir et Société dans la Tunisie dez H’usayn Bin ‘Ali (1705-1740). Tome I. Tunis, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Volume XXIX. 1984 : 243-248.

40 Concernant le rôle des Ulama voir les ouvrages précités de Brown (L.C.) et de Cherif (M.H.).

41 Zghal (Abdelkader). « 14 – L’Islam, les Janissaires et le Destour ».

42 Valensi (L.), op. cit. : 548.

43 Voir les observations générales d’A. Laroui sur l’État arabe du « despotisme éclairé » : L’État dans le Monde Arabe Contemporain, op. cit.

44 Laroui (Abdallah). L’Histoire du Maghreb, Paris, Maspéro, 1960 : 291.

45 Valensi (L.), op. cit. : 538.
Sur l’insurrection de 1864. voir Slama (Bice). L’insurrection de 1864 en Tunisie. Tunis, Maison Tunisienne de l’Edition, 1967. Voir également infra. Sraieb (Noureddine). – «3 – Elite et Société : l’invention de la Tunisie. De l’État-dynastie à la nation moderne ».

46 Mahjoub (Azzam). – « 4 – Economie et Société : la formation du « sous-développement ».. L’évolution socio-économique de la Tunisie précoloniale et coloniale ».

47 Sraieb (Noureddine). – « 3 – Elite et Société : l’invention de la Tunisie... ».

48 Sur les idées de patrie et d’État chez les «Jeunes Tunisiens», voir Brown (L.C.). in Micaud (Charles). Tunisia. The Polilics of Modernization. New York, London. Praeger, 1964 : 26-30. Sur les «Jeunes Tunisiens», voir également infra, la contribution de Sraïeb (N.).

49 Moore (Clement-Henry). – Politics in North Africa, op. cit. : 108.

50 Mahjoub (Azzam). « 4 – Economie et Société : la formation du "sous-développement"... ».

51 Voir, par exemple, Kraiem (Mustapha). Nationalisme et Syndicalisme en Tunisie 1918-1929. Tunis, UGTT, 1976.
Hermassi (Elbaki). Mouvement ouvrier en société coloniale : la Tunisie entre deux guerres. Thèse, Paris Sorbonne, 1966.

52 Montety (Henry de). Vieilles Familles et Nouvelles Elites en Tunisie. Cheam, Documents sur l’évolution du Monde Musulman. Fascicule n° 3, août 1940.

53 Id.

54 Gramsci dans le Texte. Paris. Editions Sociales, 1975 : 536-547.

55 Sur les deux types de mobilisations dans la France révolutionnaire. Cf. les observations de P. Birnbaum in La logique île l’Elut. Paris, Fayard. 1982 : 193-213.

56 Cherif (Mohamed). – « L’histoire de l’Afrique du Nord jusqu’à l’indépendance du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. Le Maghreb dans l’histoire » in CRESM, Introduction à l’Afrique du Nord Contemporaine. Paris CNRS, 1975 : 44.

57 Formule utilisée par Ahmed Ben Salah, alors Secrétaire d’État au Plan et à l’Economie Nationale et Secrétaire d’État à l’Education Nationale, lors d’un «entretien-débat» avec les étudiants de HEC, en février 1969. D’après L’action. 23/2/69.

58 Notion empruntée à Colonna (Fanny). – « Paysans et encadreurs. A propos des transferts de savoirs et de modèles entre villes et campagnes en Algérie » in Système urbain et Développement au Maghreb. Tunis, Cérès Productions, 1980 : 318-340.

59 Larif-Beatrix (Asma). – « 5 – L’État tutélaire. Système politique et Espace éthique ».

60 Ben Achour (Yâdh). « 6 – La réforme des mentalités. Bourguiba et le redressement moral ».

61 Dimassi (Hédi) et Zaiem (Hédi). « 7 – L’industrie : mythe et stratégies ».

62 Gachet (Jean-Paul). « 8 – L’agriculture : discours et stratégies ».

63 Ministère du Plan et des Finances. Note d’orientation pour la 3e décennie de développement et le vie Plan. Tunis, 1980 : iii.
Sur la discontinuité spatiale entre un axe littoral dynamique et les régions de l’intérieur, Cf. Signoles (Pierre). Tunis et l’espace tunisien : capitale et état-région. Paris, Sorbonne, 1984.

64 Abdelkefi (Jellal). « 10 – La réponse de l’État au processus d’urbanisation ».

65 Larif-Beatrix (Asma). « 5 – L’État tutélaire. Système politique et Espace éthique ».

66 Voir Camau (Michel). – « L’État tunisien : de la tutelle au désengagement ». Maghreb Machrek, (103), janvier-février-mars 1984 : 8-38. Voir également Beji (Hélé). Désenchantement national. Essai sur la décolonisation. Paris, Maspéro, 1982.

67 Zghal (Abdelkader). « 14 – L’Islam, les Janissaires et le Destour».

68 Ben Achour (Yådh). « 6 – La réforme des mentalités. Bourguiba et le redressement moral ».

69 Sur le recours à « l’imagerie religieuse », Cf. Ben Salah (Hafedh). Système religieux et sixième politique. Mémoire de DES. Tunis, Faculté des Droit et des Sciences Politiques et Economiques, 1974.

70 Camau (Michel). – « Religion politique et Religion d’État en Tunisie » in Gellner (Ernest) et Vatin (Jean-Claude) Ed. Islam et Politique au Maghreb. Paris CNRS. 1981 : 224-225.

71 Voir à ce sujet Leca (Jean). – « Questions sur la citoyenneté aujourd’hui ». Les Cahiers de l’Animation, (38) : 26.

72 Weber (Eugen). – La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914. Paris, Fayard/Editions Recherches, 1983 : 480.

73 Sraieb (Noureddine). – « Laïcisation et/ou religiosité dans l’enseignement secondaire tunisien » ln Islam et Politique au Maghreb, op. cit.

74 Voir à ce sujet Ben Arab (Belgacem). – L’encadrement politique des jeunes. Mémoire DES. Tunis, Faculté de droit et des Sciences Politiques et Economiques, 1981.
Lelong (Michel). – « La formation civique morale et religieuse dans l’enseignement tunisien ». IBLA, (99), 3, 1962 : 257-270.

75 « A propos de la grève des instituteurs : Non au chantage ». Al Amal, 15/2/84.

76 Sraieb (Noureddine). article déjà cité.

77 Bourdieu (Pierre) et Passeron (Jean-Claude). – La Reproduction. Eléments pour une théorie du système d’enseignement. Paris. Editions de Minuit, 1970 : 230-238.

78 Cf. en ce sens Omrane (Nadia). – « La jeunesse en question ». Le Maghreb (87). 28/1/84 : 28-29.

79 Définition inspirée de Bourricaud (François). – Le bricolage idéologique. Essai sur les intellectuels et les passions démocratiques. Paris, PUF, 1980 : 23-25.

80 Voir infra Krichen (Aziz). « 12 - La fracture de l’intelligentsia. Les problèmes de la langue et de la culture nationales».

81 Chebbi (Lahbib). La fêlure. Mémoire d’un cheikh. Tunis, Editions Salammbo. 1985 : 135.

82 Sur les « traditions intellectuelles ». voir l’ouvrage précité de Bourricaud (F.) : 21-22.

83 Concernant cette génération d’intellectuels, voir Cherif-Chamari (Alya). L’itinéraire politique de l’opposition progressiste dans la Tunisie indépendante (1955-1970). Mémoire DES, Paris 1, octobre 1975.

84 Cf. Abdel Moula (Mahmoud). – L’Université Zaytounienne et la société tunisienne. Tunis. 1971.

85 Sur la genèse du courant islamiste, voir le témoignage d’Ahmida Enneifer in François Burgat : «Aux sources de l’islamisme en Tunisie. Entretien avec Ahmida Enneifer»; in les Intellectuels et le Pouvoir/ « Cahiers du CEDEJ », (le Caire 1986 : Diffusion : Paris : Librairie Le Point du Jour) (44), 11 novembre 1985 : 446, 450 et 451. Consulter Burgat (François) « Islamismes en Tunisie : la crise ? » : Grand Maghreb. 44, 11/11/85 : 445-450, ainsi que l’étude déjà citée de Hermassi (Elbeki). « La société tunisienne au miroir islamiste ».

86 Krichen (Aziz). – « 12 – La fracture de l’intelligentsia...»

87 A propos de « l’inflation culturelle » en France, Cf. l’ouvrage déjà cité de Bourricaud (F.).

88 Entre 1970 et 1976. l’Université tunisienne a produit 7600 diplômés environ contre 4300 entre 1962 et 1969. D’après tableau statistique annexé in Ben Dhia (Abdelaziz). L’Université Tunisienne : Le temps des questions. L’âge de nouvelles options. Tunis, juillet 1985 : 141.

89 Concernant les Islamistes et la jeunesse, consulter Zghal (Abdelkader) « Le retour du sacré... et la nouvelle demande idéologique des jeunes scolarisés. Le cas de la Tunisie », ainsi que les études précitées de Krichen (Aziz) et Hermassi (E.).

90 Hermassi (E.), Burgat (F.), articles déjà cités.

91 D’après les enquêtes de TINS sur la consommation des ménages, la proportion de la population vivant en dessous du « seuil de la pauvreté » (catégorie plancher de dépense annuelle par personne définie en fonction des critères de la Banque Mondiale) serait de l’ordre de 7,7% en 1985 contre 12.9% en 1980 et 22% en 1975. D’après Institut National de la Statistique. Note sur les résultats définitifs de l’enquête nationale sur le budget et la consommation des ménages 1985. Tunis, octobre 1986.

92 Adda (Serge). « 15 – Enjeux : le possible et le probable ».

93 Sur la « bifurcation » de la société tunisienne, voir Camau (Michel). « l’État tunisien : de la tutelle au désengagement... », étude déjà citée.

94 Charmes (Jacques). « 9 – Secteur non structuré, politique économique et structuration sociale ».

95 Abdelkeei (Jellal). « 10 – La réponse de l’État au processus d’urbanisation ».

96 Id.
L’aide directe de l’État en faveur des classes moyennes s’est doublée, rappelle J.A., d’une aide indirecte envers des couches populaires exclues du marché immobilier officiel.
Comme le montre Morched Chabbi, l’habitat spontané péri-urbain constitue une voie d’accès secondaire à la propriété d’occupation. Sous la forme d’un transfert, par des lotisseurs clandestins, de terres étatiques à la sphère privée, il opère une « redistribution tacite de l’État envers des clientèles sociales». Chabbi (Morched). Une nouvelle forme d’urbanisation à Tunis, l’habitat spontané péri-urbain. Thèse de doctorat en urbanisme et aménagement. Paris-Val de Marne, juillet 1986.

97 Bouraoui (Soukeïna). « 13 – Ordre masculin et fait féminin ». Voir également Labidi (Lilia). çabra hamcha et discours médical. Thèse de doctorat d’État ès-lettres et sciences humaines. Paris VII. 1986.

98 Dimassi (Hassine) et Zaiem (Hédi). «7 – L’industrie : mythe et stratégies».

99 Sur ces secousses. Cf. l’analyse de Liauzu (Claude). « Les mouvements urbains maghrébins : essai de lecture historique » in Enjeux urbains au Maghreb. Crise, pouvoirs et mouvements sociaux. Paris, L’Harmattan, 1985. Cahier d’études du Groupe de recherches sur le Maghreb et le monde musulman : 9-147.
Voir également les chroniques de l’Annuaire de l’Afrique du Nord si Baduel (Pierre). « Gafsa, lieu stratégique». Annuaire de l’Afrique du Nord, (XVIII), 1979.
Sur les implications des événements de janvier 1984, voir infra la contribution de Serge Adda au présent volume : « 15 – Enjeux : le possible et le probable».

100 Zamiti (Khalil). « 11 – La question syndicale : contradictions sociales et manipulations politiques ».

101 Moore (Clement Henry). – « La Tunisie après Bourguiba ? Libéralisation ou décadence politique ? Revue Française de Science Politique, xvii, 4 août 1967 : 645-667.
Ware (Lewis B.). – « The role of the tunisian military in the post-Bourguiba era ». The Middle East Journal, 39, 1 winter 1985 : 27-47.
Ware (L.B.). – Tunisia in the post-Bourguiba era. The role of the military in a civil arab republic. Air University Press. Maxwell Air Force Base, Alabama, 1986.

Auteur

Michel CAMAU, Chercheur (science politique) au CNRS/CRESM, Aix-en-Provence.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540