Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule Arabique aujourd’hui. Tome I

 | 
Paul Bonnenfant

Place stratégique de la péninsule Arabique dans l’océan Indien

Henri Labrousse

Texte intégral

L’OCÉAN INDIEN D’AUJOURD’HUI POSITIONS RESPECTIVES DES DEUX SUPERPUISSANCES : ÉTATS-UNIS ET UNION SOVIÉTIQUE

1Pourquoi l’océan Indien est-il devenu le « nouveau cœur du monde », pour reprendre l’expression utilisée depuis peu par la presse internationale ?

2Cinq facteurs principaux, économiques et stratégiques, ont contribué à faire de cette région du globe le théâtre principal des grands affrontements de l’avenir, à la mesure des intérêts qui s’y heurtent. Ce sont :

  • la production et l’évacuation massive par mer des pétroles du Golfe et des pays côtiers de l’océan Indien, qui atteignent le milliard de tonnes par an ;
  • la production et la circulation des matières premières qui placent les pays de l’océan Indien en tête des statistiques mondiales ;
  • le poids démographique croissant des pays du Tiers Monde de l’océan Indien ;
  • la ténacité déployée par l’U.R.S.S. pour établir son influence en mer Rouge et dans l’océan Indien, où elle veut être l’égale des États-Unis, pour pouvoir jouer son rôle de puissance asiatique, rôle qui lui est obstinément refusé par la Chine
  • la nécessité impérieuse pour les États-Unis de conserver le contrôle de la gigantesque réserve d’énergie des pétroles du Golfe, de protéger ses approvisionnements en matières premières en provenance des pays de l’océan Indien, et, sur le plan stratégique, de tenir indirectement, les détroits malais et indonésiens qui font communiquer le Pacifique et l’océan Indien, et qui permettent la circulation des sous-marins nucléaires autour de la Chine et de l’U.R.S.S.

***

LES AMBITIONS DE WASHINGTON

  • 1 La plupart des noms de lieux de cet article (pays, îles, détroits stratégiques, bases) sont locali (...)

3Le pivot de la stratégie américaine dans l’océan Indien est sans aucun doute la base de Diergo-Garcia, dans l’archipel des Chagos1. Les stratèges américains ont toujours souligné que cette base était absolument nécessaire pour neutraliser le bénéfice que les Soviets ont tiré de la réouverture du canal de Suez. En outre, cette base permet à l’U.S. Military Air Lift Command d’atteindre Israël et le Moyen Orient, si les Açores ne peuvent être utilisées comme base de ravitaillement. Les transports de l’Air Lift Command peuvent, par la chaîne des bases du Pacifique atteindre Subic Bay, et ensuite Diégo-Garcia, où ils trouvent les facilités nécessaires pour atteindre le Moyen-Orient, sans demander d’autorisation de survol à des pays tiers.

4Diégo-Garcia complète la puissante organisation du Pacifique occidental, avec Subic Bay, aux Philippines, et Guam. En outre, les facilités que les États-Unis ont obtenues, particulièrement pour leurs avions de patrouille maritime à long rayon d’action, au Kénya, en Australie, en Thaïlande et en Oman, leur permettent de couvrir entièrement l’océan Indien, et d’y surveiller attentivement les forces navales soviétiques.

5Pour le Golfe, l’U.S. Navy a retrouvé la base de Jufayr, à Bahrain, à la suite de la conclusion d’un nouvel accord. L’aérodrome de Masîra, en Oman, et la base de Bahrain, dans le Golfe, lui permettent d’améliorer le ravitaillement de ses forces navales et aériennes, et renforcent sa position de Diégo-Garcia.

6Le fait que les États-Unis se soient réinstallés à Bahrain, au cœur du Golfe, revêt une grande importance. Tout d’abord cela confirme qu’ils sont directement engagés dans la défense des pétroles du Golfe, dans la protection de la production et de l’évacuation massive par mer de cette gigantesque réserve d’énergie. La réinstallation de l’U.S. Navy à Jufayr signifie que Washington entend jouer le premier rôle dans la défense de cette région, en rassemblant les pays arabes du Golfe. C’est une sorte d’avertissement adressé à l’Union Soviétique qui, d’ailleurs, l’a parfaitement compris.

7En second lieu, une base navale américaine à l’intérieur du Golfe signifie également que le détroit d’Ormuz sera maintenu ouvert en toutes circonstances, pour assurer le libre écoulement du flot de pétrole. Le Golfe est très vulnérable à la guerre des mines, car sa profondeur ne dépasse pas 70 mètres. Le détroit d’Ormuz l’est encore davantage, car sa largeur ne dépasse pas 21 milles marins. De nombreuses déclarations américaines ont mis en relief la vulnérabilité des chenaux de navigation qui traversent ce détroit, et qui sont empruntés par les superpétroliers. On estime actuellement, que plus de 3 millions de tonnes sortent quotidiennement du détroit d’Ormuz.

***

  • 2 Elmo R. Zumvalt Jr. and Worth H. Bagley. “New role facing U.S. in Middle East”. Navy Times, 9 avri (...)

8Des voix se sont élevées aux États-Unis pour demander qu’une politique militaire plus ferme soit définie pour protéger les intérêts occidentaux autour du Golfe et dans l’océan Indien. Elles ont particulièrement insisté pour que les efforts principaux portent sur les points suivants2 :

  • Déploiement dans l’océan Indien d’un « Task Group » autour d’un porte-avion, ou bien d’un « Task Group » amphibie ;
  • Porter à cinq le nombre de navires de guerre basés sur Bahrain, au lieu de trois ;
  • Négocier avec les pays voisins du Golfe de nouveaux droits d’escale pour les avions de patrouille maritime et les avions embarqués ;
  • Développer la base de Diégo-Garcia et lui affecter des navires-ateliers pour l’entretien des forces navales.

NOUVELLES RÉACTIONS AMÉRICAINES

9L’année 1979 a été marquée dans l’océan Indien par l’invasion de l’Afghanistan et la tension provoquée, en février, par l’attaque de l’Ambassade des U.S.A. à Téhéran, suivie en novembre par la prise des otages dans cette ville et l’incendie de l’Ambassade américaine à Islamabad. Dès le mois de mars, Washington réagissait en concentrant dans l’océan Indien d’abord un et ensuite deux très puissants groupes d’intervention, constitués autour de porte-avions nucléaires, dotés d’armes atomiques, et capables de mener des opérations offensives de grande envergure. Cependant, ces groupes restaient dans la mer d’Arabie et ne franchissaient pas le détroit d’Ormuz. A l’intérieur du Golfe, la Middle East Force basée sur Bahrain, et composée de plusieurs frégates, était prête à intervenir si la circulation du pétrole était menacée. La base américaine de Diégo-Garcia dans les Chagos connaissait une activité nouvelle, et la construction de nouvelles et très importantes installations était approuvée par le Congrès de Washington. Quoique située à 2 600 milles marins du Golfe, Diégo-Garcia est une base vitale, aussi bien logistique qu’opérationnelle, pour les forces navales américaines déployées dans l’océan Indien. Sept transports de matériels y sont maintenant basés en permanence, entièrement chargés d’équipements lourds, d’armes, de munitions, de combustible et de ravitaillement pour la brigade de marines prévue pour intervenir dans de très courts délais aussi bien dans la région du Golfe que dans toute autre région de l’océan Indien. Cependant, les experts du Pentagone considèrent que cette base est actuellement vulnérable, et qu’elle ne serait pas à l’abri d’une attaque conventionnelle aérienne et amphibie menée par des navires soviétiques comme le porte-avions de la classe « Kiev », et les navires amphibies du type « Ivan Rogov ». Aussi une forte pression est exercée sur le Congrès par le Secrétariat d’État à la Défense et le Pentagone pour doter Diégo-Garcia de moyens de défense de plus en plus puissants.

10Il faut remarquer que certains stratèges américains, comme l’Amiral T. H. Moorer, ne sont pas entièrement convaincus de la nécessité de bases terrestres dans l’océan Indien, soumises à des contraintes et des menaces, et souvent, comme Berbéra, entourées par une population plus ou moins hostile. Ils préfèrent une force mobile, sans attaches fixes, constituée par des porte-avions nucléaires et autres navires de combat, et soutenue par de nombreux navires logistiques transportant tout ce qui est nécessaire aux opérations de cette force mobile, et à son entretien. Ils reprochent aux bases terrestres, et même à Diégo-Garcia, d’être trop vulnérables aux actions de représailles. L’Amiral Hyman G. Rickover, le père de la marine nucléaire américaine, va même plus loin, et propose de supprimer les pétroliers ravitailleurs des forces navales dans l’océan Indien, et de n’envoyer dans cette zone que des navires à propulsion nucléaire dont le temps de séjour à la mer, de l’ordre de deux ans, ne nécessite aucun ravitaillement.

11D’autres arguments en faveur de la force mobile sont développés par des spécialistes de la stratégie nucléaire qui mettent en avant la formidable capacité des armes atomiques navales grâce aux missiles de croisière, dotés d’une tête nucléaire, et transportés par des avions basés sur porte-avions. La force mobile de l’océan Indien pourrait atteindre sans difficulté tout le sud de l’U.R.S.S., où les défenses sont les plus faibles, et y causer de tels dégâts que les Soviets seraient amenés à négocier. Il faut dire que Moscou perçoit parfaitement cette menace, et qu’il a toujours demandé, dans les négociations SALT, que les systèmes avancés d’armes nucléaires, comme ceux utilisant les porte-avions, soit soumis à discussion et à limitation.

12Mais les analyses sur la forme que doit revêtir la présence américaine dans l’océan Indien ont été rapidement éclipsées par la guerre somalo-éthiopienne, les événements d’Iran et l’invasion de l’Afghanistan, qui donnèrent à Washington toutes les raisons de renforcer sa présence navale. Cette tension a démontré que certaines situations terrestres ont des répercussions immédiates sur l’équilibre des forces navales américaines et russes dans une région aussi sensible que le nord-ouest de l’océan Indien. Les négociations sur la limitation de ces forces furent suspendues, et les anciens projets de « démilitarisation », de « neutralisation », et de « dénucléarisation » de cet Océan abandonnés, car les événements actuels démontrent clairement que ces projets auraient donné automatiquement à l’U.R.S.S. des avantages géopolitiques énormes, ne serait-ce qu’en raison de son voisinage avec le Golfe et les rivages de l’Asie du Sud.

13Pour Washington, le problème consiste maintenant à retourner la situation en reconstruisant dans l’océan Indien une présence militaire crédible, susceptible de stabiliser toute la région. En dehors de « l’arc de crise », qui s’étend de la Somalie au Pakistan, et qui attire les forces américaines, les U.S.A. devront restaurer dans tout l’océan Indien leur suprématie sur l’U.R.S.S. pour influencer les pays riverains, et leur démontrer que la balance des forces militaires penche maintenant en leur faveur. Le développement de leur présence navale est étroitement associée au maintien d’une certaine stabilité dans cette région du monde. Les facilités, comme l’accès aux ports et aux aérodromes, que Washington demande à certains états riverains comme le Kenya, la Somalie ou l’Oman, ne seront maintenues que si les gouvernements de ces États sont persuadés qu’ils sont protégés contre toute atteinte à leur souveraineté, et contre les pressions de l’U.R.S.S.

CARTE N° 4 – La péninsule Arabique dans l’océan Indien

14Mais c’est également par l’utilisation de ces facilités que les U.S.A. développeront leur influence auprès des pays riverains de l’océan Indien. Ceux-ci pourront ainsi vérifier la crédibilité des forces américaines, et cesseront d’imaginer, comme on l’a souvent souligné, que la présence des forces navales et aériennes des U.S.A. dans l’océan Indien n’a d’autre but que d’effectuer des manœuvres relevant d’une haute stratégie intercontinentale.

LES MENACES DE BLOCUS

15Les événements de Téhéran et la présence dans la mer d’Oman d’une puissante « Task Force » américaine avaient créé, à proximité du détroit d’Ormuz et du Golfe, une situation qui pouvait, à tout instant, éclater en opérations militaires.

16Qui pouvait bloquer le Golfe ? L’Iran pour réduire le flot de pétrole sortant par le détroit d’Ormuz ? Il n’avait pas les moyens de miner les chenaux et, d’ailleurs, cette mesure aurait été jugée inadmissible par la communauté des nations. Le détroit d’Ormuz est classé parmi les détroits servant à la navigation internationale, et le libre transit ne peut faire l’objet d’aucune contrainte. D’ailleurs les autres pays riverains ne l’aurait pas accepté, ni les U.S.A. En outre Washington a toujours déclaré que l’évacuation par mer des pétroles du Golfe était un élément fondamental, et non négociable, de sa sécurité et de celle des pays occidentaux. Toute menace de cet ordre entraînerait une réaction immédiate de leur part.

17Une opération de ce genre aurait eu cependant des répercussions sur la navigation internationale. Le Golfe aurait été déclaré « zone de guerre », à des fins d’assurance maritime, comme ce fut le cas récemment après l’avertissement lancé par Washington à propos d’attaques palestiniennes dans la région. Une augmentation très sensible des taux d’assurance – on avait parlé d’un quadruplement – aurait entraîné des frais répercutés sur les prix de transport.

18Si les U.S.A. avaient été entraînés dans des opérations de représailles, on aurait pu envisager de leur part, outre les destructions de bases, un blocus des ports principaux de l’Iran, et une semonce qui aurait consisté à mouiller des mines devant les principaux terminaux d’évacuation du pétrole iranien : Abadan et Kharg Island. Il aurait été parfaitement concevable d’imaginer le blocus des ports iraniens sans mettre en cause l’évacuation quotidienne des autres pétroles du Golfe. Le stationnement des forces de blocus au-delà de la mer territoriale de 12 milles marins n’aurait pas eu un caractère provocant, car la zone économique maritime a un statut particulier qui, tout en la distinguant de la haute mer, ne l’assimile pas à la mer territoriale. Ce stationnement aurait pu être confondu avec des manœuvres navales, et présenté comme parfaitement licite, d’autant plus que les U.S.A. avait déjà dans le Golfe une force navale basée à Bahrain. Autre méthode qui aurait pu être utilisée : un coup de semonce par l’emploi de mines sous-marines très sophistiquées, et pratiquement impossibles à draguer pour des marines secondaires. Avertissement avant des représailles plus graves. Mais, comme le blocus, ce minage serait resté une opération mineure qui n’aurait pas interdit la négociation.

19Un exemple à ne pas oublier est celui du minage du port de Haïphong, le 8 mai 1972, par la 7e Flotte des U.S.A. Il fut effectué par quelques appareils basés sur porte-avions qui larguèrent huit mines de conception très moderne juste à l’entrée du port. Vingt-sept navires de commerce, dont de nombreux cargos soviétiques, furent bloqués, et les Nord-Vietnamiens, pas plus que les Soviets ne firent aucune tentative pour draguer ces mines. Ce furent les Américains qui les retirèrent ultérieurement.

20Ces représailles maritimes, dosées avec exactitude, auraient eu pour les U.S.A. l’avantage de ne pas envenimer une situation déjà explosive. Washington a certes pensé à de telles opérations qui auraient pu être exécutées sans que la « Task Force » de la mer d’Oman ait à pénétrer dans le Golfe.

LES ÉVÉNEMENTS RÉCENTS ET LE CONTRÔLE DES ROUTES MARITIMES

  • 3 Il est passé en 1979 dans le détroit d’Ormuz une moyenne quotidienne de 77 navires, soit un navire (...)

21L’invasion de l’Afghanistan a été soulignée aux U.S.A. comme le vieux réflexe de la Russie des Tsars pour accéder aux mers chaudes de l’océan Indien. Avec la frontière sud de l’Afghanistan à 600 km de la mer d’Arabie, les avions soviétiques basés dans le sud de ce pays sont à proximité des routes maritimes du Golfe. Ils utilisent les aérodromes de Herat, Shindand et Farah, et sont beaucoup mieux placés pour intervenir dans le Golfe que s’ils étaient basés à Téhéran. Ils peuvent donc menacer le détroit d’Ormuz, artère vitale pour l’Europe qui reçoit par cette voie 60 % de son pétrole3.

22Washington est particulièrement inquiet de la situation dans le Balouchistan, à la frontière sud de l’Afghanistan, à cheval sur l’Iran du Sud-Est et le Pakistan du Sud-Ouest. Ce territoire instable a tenté durant les dix dernières années, sous la pression de ses habitants, les Balouches, de former un État indépendant, distinct de l’Iran et du Pakistan. Ce mouvement séparatiste a pris de la force, ces derniers mois, en raison des difficultés de Téhéran. Un Balouchistan indépendant chercherait certainement l’appui d’une grande puissance pour se protéger contre l’Iran et le Pakistan. En de telles circonstances, les Soviets pourraient intervenir en se servant d’un gouvernement afghan à leurs ordres. Un Balouchistan pro-soviétique possèderait trois ports sur la mer d’Arabie : Chah Bahar, Gwadar et Pasni, ainsi qu’un millier de kilomètres de côtes sur cette même mer. Les bases avancées du sud de l’Afghanistan et les ports du Balouchistan donneraient à l’U.R.S.S. une position très forte, susceptible de menacer tout le Golfe, et de neutraliser les forces navales américaines stationnées dans la région.

23Le gouvernement américain surveille aussi avec attention la situation en R.D.P. du Yémen et en Oman. A Aden, la marine soviétique a installé une base permanente qui reçoit la flotte de l’océan Indien, et même des sous-marins nucléaires. Les trois bataillons cubains stationnés au Sud-Yémen entraînent avec du matériel militaire de premier ordre une force mobile yéménite qui pourrait être utilisée pour une action dure et rapide contre l’Oman. Ce pays a déjà connu une tentative de déstabilisation jusqu’en 1974 par une guérilla dans le Dhofâr, soutenue et entretenue par le Sud-Yémen et l’U.R.S.S. Une nouvelle insurrection dans le Dhofâr, appuyée par les forces sud-yéménites et les Cubains risquerait fort de déstabiliser l’Oman, et de permettre ainsi à l’U.R.S.S. de s’attaquer ensuite à d’autres gouvernements arabes modérés comme l’Arabie Saoudite. Il suffit de se rappeler que dans l’affaire de la grande mosquée de La Mekke, en novembre 1979, près d’une centaine d’assaillants sur 500 avaient reçu un entraînement spécial au Sud-Yémen, dispensé par des Russes et des Cubains, et que des Yéménites participaient à l’assaut. On sait que des unités de l’armée sud-yéménite, encadrées par des conseillers militaire du bloc soviétique, en particulier par des Allemands de l’Est, sont concentrées le long des frontières de l’Arabie Saoudite et du Nord-Yémen où des stocks d’armes soviétiques sont constitués. Une récente analyse britannique précisait que ces concentrations étaient liées à un plan de grande envergure dont le but était de provoquer des troubles graves dans plusieurs villes saoudiennes.

24Les Soviets ont également matérialisé leur présence dans trois pays dont l’importance stratégique n’est plus à démontrer : l’Ethiopie, le Mozambique et l’Angola. En Ethiopie, ils ont établi une base à Massawa. Ils peuvent ainsi, avec Aden, dominer largement toute la zone de la mer Rouge, et menacer le trafic maritime empruntant le canal de Suez, le golfe d’Aden, et le golfe Arabo-Persique. Les aérodromes du Mozambique leur permettent d’y déployer les bombardiers « Backfire » équipés de missile anti-navires. Il en est de même en Angola. L’utilisation de tels avions pourrait interrompre le flot du trafic maritime autour du cap de Bonne Espérance, qui représente actuellement le tiers du trafic mondial. En 1974, un spécialiste soviétique observait que « l’Afrique occupait une position dominante dans le monde par ses réserves en matières premières », et il soulignait « que le transport des matières premières, en particulier celui du pétrole, est le point faible du capitalisme international. C’est en s’attaquant à ces transports maritimes que l’on peut créer facilement une gigantesque crise économique ».

25En vingt ans, l’Union Soviétique a crée une puissante marine. Il est parfaitement logique qu’elle cherche maintenant à l’utiliser, et elle a besoin de bases lointaines pour ses missions et ses exercices. En avril 1975, pendant les manœuvres « Okean », les Soviets purent déployer simultanément des forces navales sur les trois grands océans.

26Pour soutenir leur flotte de guerre, les Soviets ont construit une « flotte auxiliaire » de navires de commerce, de navires de pêche et de navires de recherche. Certains de ces navires sont munis d’un équipement électronique ultra-perfectionné. Les navires de commerce ont été dessinés pour transporter des matériels militaires comme des tanks, de l’artillerie ou des fusées nucléaires. La puissance militaire est un élément majeur de la politique étrangère soviétique, et la puissance navale continuera à être l’un des fondements les plus importants de cette puissance militaire. L’amiral Gorshkov, le commandant en chef de la marine soviétique, a toujours soutenu que cette marine devait être assez forte pour « contrer la stratégie océanique de l’impérialisme ». Ceci signifie, naturellement, qu’il faudra qu’elle arrache aux forces occidentales le contrôle des routes maritimes.

27Pour faire face à cette menace, le camp occidental doit être capable de réagir dans n’importe quel endroit du globe. Le jeu mondial est une gigantesque partie d’échecs, et il faut que les partenaires aient une vision globale, à la fois géographique et politique des intérêts et des alliances, pour ne pas être surpris. Dans ce monde d’interdépendance, tout retard, toute fausse analyse, risquent de conduire rapidement au désastre.

L’U.R.S.S., PUISSANCE DE L’OCÉAN INDIEN

28D’après les stratèges américains, les buts poursuivis par l’Union Soviétique dans l’océan Indien sont les suivants :

29« Les Soviets ont trois objectifs stratégiques dans l’océan Indien. L’un est de compléter l’encerclement de la Chine par le Sud. Un second est de pousser au pouvoir le plus possible de régimes favorables à l’Union Soviétique dans le Moyen Orient, pour influencer les relations israélo-arabes et, à long terme, pour faciliter l’accès de l’Union Soviétique aux sources de pétrole. Le troisième est de développer une capacité militaire suffisante pour menacer, et gêner, les livraisons de pétrole du Golfe au Japon et à l’Europe si l’occasion se présentait. Les deux derniers objectifs menacent directement et sérieusement les intérêts des États-Unis ».

30Il est certain que, d’une manière générale, l’Union Soviétique cherche dans l’océan Indien, à contrôler les voies par lesquelles s’écoulent les grands courants du trafic maritime mondial. Qu’il s’agisse de la route du Cap, du canal de Suez et de la mer Rouge, du Golfe, des détroits de Malacca, de La Sonde et de Lombok, elle essaie partout de mettre en place un dispositif qui, tout en appuyant ses actions politiques à l’égard du Tiers Monde de l’océan Indien, pourrait agir rapidement en cas de crise, et remplir une mission fondamentale de la marine soviétique : la rupture du courant de transports maritimes de l’Occident.

31En dehors de son installation à Aden, et des relâches que ses navires effectuent à l’île Maurice, à Madagascar, au Mozambique, en Inde, et dans d’autres pays, la marine soviétique a inauguré dans l’océan Indien une logistique entièrement nouvelle. C’est celle qui consiste à mouiller en haute mer, y compris dans les zones économiques de 200 milles marins, des coffres d’amarrage sur des haut-fonds où les navires de guerre s’amarrent solidement et procèdent, si le temps le permet, avec l’aide de navires de ravitaillement et de navires ateliers spécialisés, au renouvellement de leurs approvisionnements, à leurs démontages et à leurs visites périodiques. On trouve ces coffres d’amarrage un peu partout dans l’océan Indien. Il y en a au large de Socotra, de la Somalie, de Zanzibar, du Mozambique, de Madagascar, des Seychelles, des Chagos, et même de l’Afrique du Sud. Ce système avait été utilisé, d’une manière un peu différente, entre 1943 et 1944, dans l’océan Indien, par la marine allemande pour ravitailler ses sous-marins et ses croiseurs auxiliaires.

32Mouiller des coffres d’amarrage en dehors des eaux territoriales, mais sur le plateau continental, et dans la zone économique d’un État côtier ou insulaire sans son autorisation, pose un problème juridique important. La France, pour sa part, a toujours défendu le droit, pour l’État côtier ou insulaire, de contrôler, et d’autoriser, le cas échéant la pose sur son plateau continental, et dans sa zone économique, de dispositifs militaires qui peuvent mettre en cause sa sécurité. Or, un coffre d’amarrage peut être considéré comme une installation fixe, et, de ce fait, sa pose doit être soumise à l’autorisation préalable de l’État côtier ou insulaire. Il en est tout autrement, au-delà des 200 milles nautiques, où il serait difficile de s’opposer à une telle installation, sinon en faisant jouer une notion particulièrement vague qui est celle de « patrimoine commun de l’humanité ».

LES RIPOSTES DE MOSCOU

33L’U.R.S.S., pendant l’année 1979, a déployé sa marine sur tous les océans du monde. D’importants exercices furent organisés dans des zones maritimes considérées par la marine soviétique comme des théâtres d’opérations, et les forces navales de Moscou furent maintenues dans des zones très éloignées du périmètre défensif de l’U.R.S.S.

34Dans l’océan Indien, en dépit des dramatiques événements qui s’y sont déroulés, la présence navale soviétique n’a pas notablement augmenté par rapport à l’année précédente. En fait, pendant la majeure partie de l’année, le nombre des navires soviétiques était même en dessous de la vingtaine, moyenne des années précédentes. Il faut cependant signaler le passage d’un groupe important, rassemblé autour du « Minsk », mais il s’agissait d’un passage occasionnel vers l’océan Pacifique, et non d’une réponse directe à l’accroissement des forces navales américaines. On a remarqué également le renforcement de la surveillance maritime de l’océan Indien pratiquée par des avions soviétiques de patrouille à très long rayon d’action. Ces avions, décollant de Tashkent, en U.R.S.S., et d’Aden, furent surtout utilisés à repérer les groupes américains constitués autour des porte-avions nucléaires. Le passage dans l’océan Indien du groupe « Minsk » qui entra dans la zone à la mi-avril, venant du cap de Bonne-Espérance, a été largement utilisé par Moscou pour des escales de propagande au Mozambique, à Maurice, à Socotra et à Aden. Après le départ du groupe « Minsk » pour le Pacifique, le nombre des navires soviétiques varia de 10 à 13 jusqu’en novembre ou un net accroissement fut enregistré. A la fin de l’année, au plus fort de la tension entre l’Iran et les U.S.A., le total des forces navales soviétiques dans l’océan Indien était de 23 navires, dont 18 navires de combat.

35Le niveau relativement bas de la présence navale soviétique pendant l’année 1979 est lié à l’activité de la marine soviétique dans la mer de Chine du Sud, et au conflit sino-vietnamien. Il semble bien que la flotte soviétique du Pacifique n’a pas été suffisamment développée pour faire face à la fois à une tension dans la mer de Chine du Sud, et à un déploiement équilibré en océan Indien. Il est certain que Moscou a compris la leçon, et que cette Flotte du Pacifique recevra sous peu de substantiels renforcements. Quoiqu’il en soit, cette activité modérée en océan Indien ne doit pas être interprétée comme un manque d’intérêt de l’U.R.S.S. pour cet océan. Le 21 août 1979, S. Dimitriev écrivait dans la Pravda que la situation navale dans cet océan « intéresse directement l’Union Soviétique. Les espaces maritimes de l’océan Indien », ajoutait-il, « ses rivages, et ses États insulaires sont relativement proches de notre pays, et à la portée de ses armes stratégiques offensives. Il ne faut pas oublier que la seule route maritime libre de toute entrave qui relie les territoires européens de l’Union Soviétique à ses territoires asiatiques traverse cet océan. Il serait inconvevable que l’Union Soviétique se désintéresse de tout accroissement de puissance militaire et d’activités navales dans cet océan ».

LES CONVERSATIONS SUR LA LIMITATION DES FORCES MILITAIRES DANS L’OCÉAN INDIEN

36On sait que ces négociations ont été suspendues depuis le début de 1978, et que le climat politique qui s’est développé entre les deux superpuissances n’a pas facilité la reprise des conversations. Cependant, elles ne sont pas rompues, et d’importantes questions restent en suspens pour ce qui concerne la limitation des armements. Il faut analyser très soigneusement cette situation avant de décider que la limitation des forces militaires dans l’océan Indien, tout en améliorant la stabilité de cette zone maritime, améliorera par la même occasion les relations entre les U.S.A. et l’U.R.S.S. Les dramatiques événements de novembre-décembre 1979, à propos des investissements des ambassades américaines de Téhéran et d’Islamabad, comme l’invasion soviétique de l’Afghanistan, ont souligné pour les U.S.A. la nécessité de soutenir et de protéger ses intérêts dans l’océan Indien.

37Dans les années précédentes, la Méditerranée et l’océan Indien ont été considérées comme des zones où la compétition des superpuissances pouvait être limitée. La Méditerranée, malheureusement, a toujours été une zone étroitement liée à l’ensemble de la balance européenne des forces entre l’O.T.A.N. et le Pacte de Varsovie. En outre, l’antagonisme israélo-arabe rendait difficile une démarche vers la limitation des armements. Aussi, l’intérêt, en cette matière, s’est surtout déplacé vers l’océan Indien où il semblait possible d’arriver à un accord avant que le niveau des forces navales ne devienne un élément déterminant et immuable de la politique internationale des superpuissances.

38Peu de temps après la seconde guerre mondiale, les U.S.A. envoyèrent quelques navires à Bahrain, dans le Golfe, qui formèrent la Middle East Force, destinée à protéger les intérêts américains de la région, y compris la sauvegarde des routes maritimes de navigation pétrolière du Golfe et la sécurité des alliés de Washington dans la zone de l’océan Indien.

39Dès 1968, après le retrait des forces britanniques, l’U.R.S.S. entreprit de faire stationner d’une manière permanente ses forces navales dans l’océan Indien en maintenant dans les années 70 une moyenne de 18 navires de guerre dont la moitié était des navires de combat. Pour l’U.R.S.S., il s’agissait aussi bien de faire face à une éventuelle situation de crise, que d’agir sur un pied d’égalité avec les U.S.A.

40L’arrivée des forces soviétiques et la possibilité, pour les U.S.A., d’accroître pour cette raison leur potentiel naval, devinrent rapidement une source de préoccupations pour les pays du Tiers Monde de l’océan Indien. La Conférence des pays non-alignés à Lusaka, en septembre 1970, se prononça pour la création d’une « zone de paix » dans cet océan, hors de la rivalité des superpuissances. Cette résolution fut reprise par les Nations Unies à Genève en 1971. La plupart des pays riverains de l’océan Indien et ceux de l’arrière-pays se prononcèrent en faveur de la création de cette zone de paix. Cependant l’abstention des U.S.A., de l’U.R.S.S., de la France et de la Grande-Bretagne ne permit pas à l’O.N.U. de mettre en route les premières négociations.

41L’intérêt soviétique pour la limitation des forces navales des superpuissances dans l’océan Indien a toujours été équivoque. En juin 1971, Brejnev fit une déclaration générale pour soutenir l’idée d’une mutuelle limitation des armements navals en Méditerranée et dans l’océan Indien. Mais d’autres déclarations émanant de l’amiral Gorskhov, commandant en chef de la marine soviétique, critiquaient ouvertement les efforts déployés pour parvenir à une telle limitation. Aucune proposition ne fut faite par les Soviets après 1971, et toutes les déclarations publiques de Moscou se bornèrent à la Méditerranée.

42Les initiatives américaines, pour ce qui concerne ces négociations, ont été liées aux discussions qui eurent lieu à Washington, au Congrès, à la fin des années 60, à propos de l’installation à Diégo-Garcia d’un centre de communications et d’une base logistique pour l’U.S. Navy. Le Congrès n’était pas particulièrement favorable à cette installation, et, à la suite d’un compromis avec l’Administration Ford, il fut convenu que les crédits pour Diégo-Garcia, tout en étant approuvés, ne pourraient être utilisés qu’à partir du 15 avril 1976. Cette pause devait être mise à profit pour entrer en négociations avec l’U.R.S.S. de manière à rechercher un accord pour limiter, dans l’océan Indien, le déploiement des forces navales, terrestres et aériennes des deux pays.

43L’Administration Ford ne fit pas grand chose à ce sujet, et ce fut seulement quelques semaines après l’élection du président Carter que le gouvernement américain annonça, le 9 mars 1977, qu’il était entré en pourparlers avec l’Union Soviétique pour rechercher un accord sur la démilitarisation de l’océan Indien. Moscou avait donné une réponse positive. Un groupe spécial des Affaires étrangères et du Pentagone fut formé à Washington pour définir la position américaine. Il apparut très rapidement à ce groupe qu’un certain nombre de questions de principe et de procédure devaient être réglées en priorité. Il fallait, naturellement, que cette proposition de démilitarisation, qui était purement américaine, n’aille pas à l’encontre des intérêts des alliés des U.S.A. dans l’océan Indien. La France et l’Australie, en particulier, étaient concernées et elles ne se sentiraient nullement engagées par une négociation menée en dehors d’elles par les superpuissances. En fait, ces deux pays n’ont jamais montré un grand enthousiasme pour ces pourparlers. D’autre part, les U.S.A. avaient des raisons parfaitement légitimes de traverser l’océan Indien en allant de l’Atlantique au Pacifique, et vice-versa. Les visites de bon voisinage et de courtoisie des navires américains dans les ports des pays riverains de l’océan Indien étaient de bons atouts pour la diplomatie américaine. Il en était de même pour l’U.R.S.S. et on ne pouvait écarter délibérément cette « diplomatie navale ».

44Aussi, devant l’opposition de l’U.S. Navy, le groupe spécial abandonna en 1977 le concept original de « démilitarisation », et se prononça pour une « stabilisation du niveau des forces ». L’approche américaine fut ainsi définie :

  • 4 Dissoute en mars 1979.

45« Les U.S.A. et l’U.R.S.S., après la conclusion d’un accord de stabilisation du niveau des forces, ne pourront accroître le volume de leur présence militaire en océan Indien au-delà des déploiement prévus par l’accord. Les U.S.A. pourront poursuivre leurs activités de routine telles qu’elles ont été pratiquées jusqu’à présent. Ils (les U.S.A.) maintiendront la Middle East Force et pourront envoyer périodiquement dans l’océan Indien des groupes de forces navales. Leurs navires continueront, comme auparavant, à transiter à travers l’océan Indien, et à faire des escales de routine dans les ports des États riverains. Les U.S.A. maintiendront les facilités qu’ils possèdent à Diégo-Garcia. Leurs forces militaires continueront à participer aux exercices militaires avec l’A.N.Z.U.S. (Australie, U.S.A., Nouvelle-Zélande) et avec le C.E.N.T.O. (Central Treaty Organization)4. Les forces militaires de nos alliés ne seront pas concernées par cet accord. En résumé, un accord pourra maintenir un équilibre entre les forces américaines et soviétiques sans compromettre notre sécurité et les engagements de notre politique étrangère dans la zone ».

46Les négociations avec les Soviets s’ouvrirent à Moscou en juin 1977, et furent suivies par d’autres sessions à Washington, en octobre de la même année, et ensuite à Berne, en Suisse, en décembre 1977 et février 1978.

47Le début des pourparlers fut consacré à diverses questions concernant les définitions de base et les questions de procédure. Fallait-il inclure dans l’océan Indien la mer Rouge et le Golfe, ainsi que les Philippines et le Viet-Nam ? Comment définir une présence militaire en navire/jour, et en tenant compte du tonnage des unités ? Quel statut donner aux sous-marins ? Dans quelle catégorie devait-on placer les navires civils qui peuvent fournir un appui logistique aux navires de guerre ?

48Malgré ces difficultés, il apparut dans les derniers jours de 1977 qu’une certaine forme de « stabilisation » avait été plus ou moins mise au point pour ce qui concernait les navires de combat et les navires logistiques, ainsi que pour leur emploi éventuel dans la zone. On passa alors à la question des bases permanentes. Pour les U.S.A., c’était naturellement Diégo-Garcia, tandis que l’U.R.S.S. proposait Berbéra en Somalie. Mais en novembre 1977, le président de la Somalie, Syad Barre, expulsait les Soviets, et ceux-ci ne pouvaient plus proposer de base fixe dans l’océan Indien pour concurrencer Diégo-Garcia. Cette situation rendit les négociations très difficiles à la réunion de décembre 1977 à Berne où les Soviets repoussèrent toute forme d’accord qui reconnaîtrait aux Américains le droit de s’installer à Diégo-Garcia. Ils proposèrent alors d’attendre, pour procéder à un retrait simultané et mutuel des forces, qu’un nouvel accord soit négocié et conclu pour interdire, dans l’océan Indien, le stationnement des navires porteurs d’armes nucléaires. Cette nouvelle proposition de « dénucléarisation » de l’océan Indien rendait caduques les précédentes négociations, et les Soviets, connaissant la position américaine sur la difficulté de définir les navires porteurs ou non porteurs d’armes nucléaires, bloquèrent ainsi toute tentative d’officialiser la présence des U.S.A. à Diégo-Garcia. Devant cette impasse, les deux parties décidèrent de reconsidérer la situation, et de se rencontrer à nouveau en février 1978. Dans l’intervalle, la guerre entre la Somalie et l’Ethiopie rendait de plus en plus difficile la possibilité d’accéder à un accord sur la stabilisation des forces dans l’océan Indien. Les Soviets intervenaient en force en fournissant à l’Ethiopie des conseillers militaires, de grandes quantités d’armes, et introduisaient les Cubains dans le conflit. Cette ingérence dans les affaires d’un État africain indépendant soulevait de fortes réactions aux U.S.A., où le public et le Congrès devenaient de moins en moins favorables à la poursuite d’une coopération avec les Soviets à propos de l’océan Indien. Aussi les négociations furent elles suspendues à Berne, en février 1978. Depuis cette date, elles sont en sommeil, sans être déclarées officiellement rompues.

49Au sommet de Vienne, en juin 1979, une allusion fut faite par les deux parties à propos de la réouverture de ces pourparlers, mais rien de substantiel ne suivit.

50Cette suspension des négociations n’a pas permis, aux U.S.A., d’acquérir une position de force pour l’avenir. Le traité israélo-égyptien de mars 1979 a entraîné une détérioration des relations entre Washington et quelques capitales arabes. La révolution iranienne, et la prise des otages américains, le 4 novembre 1979, peuvent être considérées comme une récusation du rôle des U.S.A. dans l’océan Indien. L’U.R.S.S. est toujours présente en Éthiopie, et Aden, au Yémen du Sud, est devenue une base permanente pour la marine soviétique. L’invasion de l’Afghanistan et la détermination de Moscou de soutenir ses « clients » en Afrique apparaissent aux yeux de l’opinion publique mondiale comme les conséquences d’une politique activiste qui comporte différents aspects militaires et navals.

51En réponse à cette aggravation de la situation, les U.S.A. prirent, dans le courant de 1979, certaines mesures pour protéger leurs intérêts, et rassurer leurs alliés. Au printemps 1979, les porte-avions nucléaires « Midway » et « Constellation » furent envoyés dans l’océan Indien. La création d’une 5e Flotte de l’U.S. Navy fut activement discutée à Washington mais provisoirement écartée pour des raisons budgétaires. En octobre 1979, pour réagir contre les activités des Soviets à Cuba et ailleurs, le Président Carter ordonnait le renforcement de la Middle East Force, ce qui laissait peu d’espoir pour une reprise des négociations. En novembre 1979, à la suite des événements d’Iran, Washington rassembla dans l’océan Indien la plus grande concentration de navires dans l’histoire de cette zone maritime, avec des groupes de combat autour des porte-avions « Midway » et « Kitty Hawk », porteurs d’une quantité énorme d’armes atomiques.

52L’échec des négociations sur la limitation des forces militaires des deux superpuissances dans l’océan Indien résulte d’une part de la coïncidence de ces conversations avec le conflit somalo-éthiopien qui envenima les relations entre les U.S.A. et l’U.R.S.S. à un moment crucial, et aussi de la complexité des questions en cause. Il est très difficile d’arriver à un accord lorsque les deux parties ne sont pas convaincues de sa nécessité. En outre, le problème des définitions fut presque aussi compliqué que celui soulevé par les négociations S.A.L.T.

53Dans leurs commentaires, les Américains, comme les Soviets, n’apparaissent pas persuadés de l’utilité de ces pourparlers, aussi bien entre eux qu’avec les pays riverains de l’océan Indien. Les U.S.A. accusent l’U.R.S.S. d’avoir provoqué la rupture des négociations beaucoup plus par leurs activités militaires terrestres et aériennes en Afrique et au Yémen du Sud, que par leur activité navale. Washington considère que sa présence navale en océan Indien est nécessaire, rassure ses alliés, et lui permet d’éviter de s’engager, comme Moscou, dans des opérations d’assistance militaire avec pont aérien, conseillers militaires et présence permanente.

54Il est certain que pour parvenir à un tel accord il faudrait d’abord limiter au maximum les interventions des superpuissances dans les affaires des États riverains et de l’arrière pays de l’océan Indien. Pour l’instant, ce ne sont pas les ingérences de l’U.R.S.S. en Afghanistan en Éthiopie et en R.D.P. du Yémen qui pourront encourager la reprise de telles négociations.

55L’idée de limiter les forces militaires des superpuissances dans l’océan Indien n’a jamais été fortement soutenue par les négociateurs, et son opportunité était discutable. Il aurait fallu d’abord que les U.S.A. et l’U.R.S.S. soient bien convaincus de leur détermination réciproque à protéger leurs intérêts vitaux dans l’océan Indien. La moindre ambiguïté sur ce sujet pouvait être, en effet, une source de conflit. Ce critère aurait du être à la base de leurs discussions à Berne avant d’aborder la stabilisation du niveau de leurs forces respectives. Ce sont les raisons de la présence des marines américaine et soviétique dans l’océan Indien qui aurait dû être débattues et codifiées. Mais il semble bien que le problème ait été plus ou moins volontairement mal posé. Aussi il ne reste que peu d’espoir, pour l’instant, de voir un jour ces conversations reprendre dans un climat de compréhension mutuelle.

LE GOLFE DANS LA STRATÉGIE DE L’OCÉAN INDIEN

56De récentes déclarations ont souligné, aux États-Unis, l’importance que Washington attache au contrôle, à la production, et à l’évacuation massive par mer de la gigantesque réserve d’énergie que représente les pétroles du Golfe. Un rapport de 1978 d’un comité du Sénat américain sur l’énergie et les ressources naturelles contient cette phrase : « Les menaces qui auraient pour objet d’entraver le flot continu du pétrole à travers le golfe Persique mettraient tellement en danger l’économie de l’Occident et du Japon qu’elles conduiraient inévitablement à une guerre générale ».

57Le rapport de 1979 de Harold Brown, secrétaire à la défense des États-Unis, et adressé au Sénat, souligne que : « un contrôle soviétique sur la production vitale de pétrole des régions du Golfe peut détruire la cohésion de l’O.T.A.N., et peut-être même la capacité de l’O.T.A.N. à se défendre ».

58Dans une interview accordée au Washington Post, et reproduite dans l’International Herald Tribune du 4 janvier 1979, Harold Brown déclare que les États-Unis et l’Union Soviétique peuvent être entraînés dans une guerre qui aurait pour objet le maintien de l’accès aux matières premières. Il précise que les États-Unis sont en train de mettre sur pied une force d’intervention hautement spécialisée pour des actions en dehors de la zone de l’O.T.A.N. Cette force comprendrait deux divisions de l’Armée, et une division amphibie de marines, capables d’intervenir rapidement dans des régions vitales comme le Golfe. Elle serait très mobile, très fortement armée et pourrait effectuer des opérations variées.

  • 5 Remarks by the Honorable Harold Brown, Secretary of Defense, at thirty-fourth Annual Dinner of Nat (...)

59Il convient également de noter les déclarations du secrétaire d’État à la défense des États-Unis le 15 septembre 1977 :5. « En dehors de l’Europe, il y a d’autres régions dans le monde où existent des situations délicates et potentiellement explosives. Le Moyen Orient, le golfe Persique et la Corée représentent trois régions dans lesquelles les États-Unis et leurs alliés ont des intérêts vitaux. Un conflit dans l’une de ces régions, non seulement obligerait les États-Unis à intervenir avec une force militaire appropriée, mais risquerait de précéder et même de provoquer une crise ou une conflagration en Europe. L’attaque initiale pourrait être l’œuvre d’une force locale hostile. Mais cette force locale pourrait être aidée rapidement par des forces légères soviétiques acheminées par air ou par mer à partir de l’Union Soviétique. Quelque soit le cas, nous devons être en mesure de répondre et d’intervenir, aussi bien dans une affaire mineure que dans une situation militaire sérieuse ».

60Dans le même ordre d’idées, le Times du 13 septembre 1978 écrivait :

61« Il faut que l’Union Soviétique sache clairement que le pétrole du Moyen Orient représente l’un des intérêts essentiels de l’Occident. Ce fait peut tenter les plus ambitieux des stratèges soviétiques, mais il y a un gros risque. Si l’on cherche une raison valable pour que les alliés occidentaux entrent dans une guerre, ce pourrait bien être pour le pétrole du Moyen Orient. Jusqu’à présent, les Russes poussent leurs ambitions avec prudence. Ils ne prennent pas de risques et ils savent reconnaître les limites et les obstacles qu’ils rencontrent sur leur chemin. Il faut les encourager à bien reconnaître les limites qui existent dans la voie qu’ils explorent actuellement ».

62Il ne faut pas oublier que depuis 1976, 44 % des importations américaines de pétrole proviennent du pétrole arabe, et que l’Arabie Saoudite a remplacé, avec 65 millions de tonnes, le Vénézuela comme principal fournisseur des États-Unis.

63Les réserves mondiales de pétrole donnent également à l’océan Indien et aux pays qui le bordent une place de premier plan dans le monde. Sur 90 à 100 milliards de tonnes actuellement recensées, les réserves des pays du Golfe s’élèvent à 64 milliards de tonnes, soit près de 60 % du total. Jusqu’à ce que le pétrole off shore prenne la relève du pétrole terrestre, l’importance du Golfe restera capitale.

64Pour ce qui concerne les matières premières stratégiques importées par les États-Unis, un tableau publié dans le rapport de 1978 de Donald H. Rumsfeld, secrétaire d’État à la défense, prédécesseur de Harold Brown, et adressé au Sénat, souligne que sur les 18 matières premières les plus importantes au point de vue stratégique importées par Washington, 13 d’entre elles sont importées à plus de 50 % des besoins. Certains de ces minerais stratégiques, comme le manganèse, le cobalt, le chrome, l’étain, sont achetés par les États-Unis en grande quantité, et il n’est pas possible pour Washington d’abandonner les pays producteurs tels que l’Afrique du Sud, la Malaisie, l’Indonésie, les Philippines, à des gouvernements marxistes contrôlés par l’U.R.S.S. Cette situation est susceptible de changer vers 1995, lorsque l’exploitation des nodules polymétalliques des fonds marins internationaux donnera aux États-Unis une indépendance totale pour le manganèse, le cuivre, le nickel et le cobalt. Cependant, ils resteront toujours tributaires de l’étranger pour les autres minerais, en particulier le chrome et l’étain.

65Actuellement, Washington importe des pays de l’océan Indien 44 % de son manganèse, 40 % de son chrome, 47 % de son cobalt, 58 % de son uranium, 40 % de son antimoine, 38 % de son platine, 30 % de son béryllium (utilisé par les armes et les réacteurs nucléaires), et 21 % de son columbo-tantalite (indispensable pour les applications résistant aux hautes températures dans les missiles et les fusées).

66On voit que la circulation de ces matières premières dans l’océan Indien, comme celle du pétrole, est vitale pour les pays occidentaux, et toute atteinte à la liberté de navigation, que ce soit dans les détroits ou les mers fermées ou semi-fermées, deviendraient rapidement inacceptable.

  • 6 Admiral Elmo R. Zumvalt Jr., U.S. Navy (R.). On watch : a memoir, New York, Quadrangle, 1976, p. 6 (...)

67Les préoccupations stratégiques américaines dans l’océan Indien ont été portées à la connaissance de l’opinion publique des États-Unis par diverses déclarations. On peut en retenir deux qui sont particulièrement claires. La première émane de l’amiral Elmo R. Zumvalt Jr., ancien chef des opérations navales6 :

68« L’Union Soviétique est une puissance terrestre à la fois au sens économique et politico-militaire, tandis que les États-Unis sont une « world island » dont toutes les activités ont un rapport avec la mer. Si cela était nécessaire, l’U.R.S.S. pourrait vivre en autarcie, et maintenir son industrie en marche à un haut niveau sans envoyer un seul de ses navires à l’extérieur de ses eaux côtières. Elle pourrait ne pas importer de matières premières car celles-ci sont toutes situées à l’intérieur de la masse continentale. En outre, toutes les relations politiques de l’U.R.S.S. sont établies, à l’exception de celles qu’elle a nouées avec les États-Unis, à l’intérieur de la masse euroasiatique. L’U.R.S.S. peut protéger tous ses satellites, ou attaquer ses voisins, sans faire usage de la mer.

69Par contre, l’industrie et le commerce des États-Unis dépendent du trafic maritime océanique, aussi bien vers l’Est que vers l’Ouest, et ses alliés les plus importants sont séparés des États-Unis par des espaces océaniques. L’économie des États-Unis demande une grande capacité en matière de transports maritimes. Les intérêts politiques et les engagements des États-Unis dans le monde rendent nécessaire pour Washington une grande influence outre-mer. Pour ces deux raisons, les États-Unis doivent avoir une marine puissante. En fait, les États-Unis donnent deux missions principales à leur marine : garder les mers libres pour que les transports maritimes commerciaux puissent être assurés sans contrainte, et en second lieu, être capable, outre-mer, d’exercer par des moyens navals et militaires, une certaine puissance pour modifier une situation donnée ».

  • 7 Admiral James L. Holloway III, U.S. Navy. The U.S. Navy, A Bicentennial Appraisal, United States N (...)

70La seconde, qui rejoint la précédente, a été également prononcée par un chef des opérations navales, l’amiral James L. Holloway III, qui succéda à l’amiral Zumvalt7 :

71« La stratégie nationale des États-Unis est une stratégie de l’avant fondée sur des considérations de politique mondiale. Il y a deux superpuissances : les États-Unis et l’U.R.S.S. L’U.R.S.S. est entièrement localisée à l’intérieur de la masse terrestre euroasiatique. Ses principaux alliés, les nations du pacte de Varsovie, sont contigus à sa frontière occidentale. Les deux principaux adversaires de l’U.R.S.S. sont les forces de l’O.T.A.N. en Europe de l’Ouest et la Chine. Ces deux adversaires sont localisés dans la masse terrestre euroasiatique, sur les flancs de l’U.R.S.S. Les Soviets peuvent se défendre, aider leurs alliés, ou contrer leurs adversaires les plus menaçants sans avoir à traverser un espace maritime important ».

72« Au contraire, les États-Unis sont caractérisés par une position insulaire dans le continent nord-américain, sans ennemi potentiel à leurs frontières. Deux des États américains, l’Alaska et Hawaï, sont outre-mer. Tous les territoires américains du Pacifique et de l’Atlantique, et 41 nations sur les 43 avec lesquelles les États-Unis ont des traités en matière de sécurité collective, sont localisés outre-mer. Il est clair, de ce fait, que tout support à des nations alliées, et a fortiori toute attaque contre les États-Unis, doit mettre en œuvre des opérations à caractère maritime. Les États-Unis sont conduits ainsi à utiliser les océans comme barrières pour leur défense, et comme routes ouvertes pour étendre leur influence à l’étranger ».

  • 8 Admiral Elmo R. Zumvalt Jr. Ibid., p. 62.

73Les États-Unis ont toujours maintenu qu’il leur fallait tenir indirectement les détroits malais et indonésiens, qui font communiquer le Pacifique et l’océan Indien, et qui permettent la circulation des sous-marins nucléaires autour de la Chine et de l’U.R.S.S. Leur position sur les détroits a été parfaitement définie en ces termes par l’amiral Zumvalt8 :

74« Pour contrer la menace russe, les États-Unis et leurs alliés ont un grand avantage géographique : il n’y a pas de ports russes ouverts largement sur l’océan. Que ce soit Mourmansk, Vladivostock, la mer Noire ou la Baltique, les navires de guerre russes doivent traverser des détroits ou des mers resserrées pour engager l’ennemi. C’est la raison pour laquelle les États-Unis ont toujours soutenu, quelques soient leurs régimes politiques, les nations contrôlant les détroits : Grèce et Turquie, Espagne et Portugal, Norvège, Danemark et Islande, Corée du Sud et Japon, Indonésie et Philippines, etc. La manière la plus efficace de neutraliser la menace navale russe dans une situation de guerre serait de fermer les détroits à travers lesquels les navires russes devraient passer, dans un sens pour atteindre l’adversaire, mais également dans l’autre sens pour se ravitailler dans les bases et dans les ports russes ».

LE DÉTROIT D’ORMUZ

75Le détroit d’Ormuz est très vulnérable à deux sortes de menaces : le blocus et la semonce.

76C’est la raison pour laquelle il faut classer le détroit d’Ormuz, comme les détroits baltes, les détroits turcs, et Gibraltar, parmi les détroits d’importance mondiale dont le sort est lié aux échelons les plus élevés de la coexistence pacifique. Ils ont en commun, ces détroits, d’être les seules voies d’accès à des mers fermées, aussi leur sort est-il capital pour la paix du monde.

77Le canal de Suez et le détroit de Bâb al-Mandab n’ont pas cette même importance ; on peut se passer d’eux, on vient de le faire pendant huit ans. On ne peut se passer du détroit d’Ormuz.

78On peut éviter de franchir le détroit de Malacca, en passant par Lombok ou par le sud de l’Australie ; on ne peut éviter de franchir le détroit d’Ormuz pour accéder aux pétroles du Golfe dont l’importance mondiale n’est plus à démontrer.

79Le détroit d’Ormuz devrait faire l’objet d’une convention internationale particulière, comme ce fut le cas pour les détroits baltes et les détroits turcs. Cette convention, dans laquelle des droits des États riverains du Golfe et du détroit seraient respectés et protégés, aurait, par son approche régionale, un rôle à jouer dans le maintien de la paix et, en outre, elle engagerait les grandes puissances, les rapprocherait de cette « zone de paix », dont le comité spécial de l’océan Indien des Nations Unies cherche en vain depuis longtemps, à définir la nature. C’est par de tels actes que la paix du monde trouve ses meilleurs cheminements.

LES DÉTROITS STRATÉGIQUES DE L’OCÉAN INDIEN

80Les États-Unis n’ont jamais caché qu’il leur fallait tenir d’une manière ou d’une autre, les détroits malais et indonésiens qui font communiquer le Pacifique et l’océan Indien. Cette formidable barrière qui s’étend de la Thaïlande à l’Australie, est contrôlée grâce au pacte de Manille, au traité Philippines-U.S.A., à l’A.N.Z.U.S., et grâce également au support sans réserve apporté par les États-Unis à l’A.S.E.A.N. qui groupe l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande.

81Les détroits principaux, ceux de Malacca, de La Sonde et de Lombok, sont empruntés par les forces navales américaines et soviétiques qui passent d’un océan à l’autre. Celui de Lombok, en particulier, qui est un véritable « pertuis » de 12 nautiques de large et de plus de 600 mètres de profondeur est utilisé par les sous-marins nucléaires des deux superpuissances. Un détour par le sud de l’Australie, pour aller de Guam à Diégo-Garcia, représenterait un trajet supplémentaire de 3 000 nautiques.

82L’Union Soviétique se rend parfaitement compte du handicap qui pèserait sur elle si on lui fermait ces détroits en période de tension, aussi certains observateurs américains n’hésitent pas à voir dans la poussée vietnamienne vers le Cambodge, un premier pas vers la Thaïlande et la Malaisie, et peut-être même l’Indonésie, pour retirer aux États-Unis le contrôle de ces voies de passage d’un intérêt stratégique capital.

LA MER ROUGE DANS LA STRATÉGIE DE L’OCÉAN INDIEN

83Le conflit israélo-arabe qui eut pour conséquence la fermeture du canal de Suez de 1967 à 1975 avait eu de sérieuses conséquences sur la circulation maritime mondiale et sur l’activité commerciale des pays riverains de la mer Rouge. Pendant huit ans, cette œuvre de génie, dont l’utilité préoccupa l’humanité depuis l’ancienne Égypte, n’avait pas joué le rôle considérable qui lui avait été fixé par les hommes de cœur, les hommes de science, les stratèges et les penseurs. Ceux-ci avaient toujours proclamé que ce Canal était nécessaire au progrès, au bien-être des hommes, au rapprochement des continents, des peuples et des races. Sa fermeture avait crée des situations nouvelles, en général défavorables, mais que les grandes puissances avaient peu à peu dominées, tandis que les autres nations, moins bien pourvues, attendaient avec impatience sa réouverture. Celle-ci, véritable acte de foi vis-à-vis du Tiers Monde, a été le grand événement de l’année 1975.

84Les pays qui bordent la mer Rouge avaient dû s’adapter à la fermeture du Canal, tandis que les grands partenaires de notre temps, qui avaient trouvé dans cette région une scène à la mesure de leurs intérêts avaient peu à peu transformé leur stratégie pour assurer, sans le Canal, leur présence dans cette mer semi-fermée. Pendant sa longue fermeture de huit ans, le monde avait appris à se passer de cette voie d’eau internationale. Aussi, sa réouverture a nécessité une série de mesures et d’adaptations diverses qui ont été prises soit par les États, soit par les intérêts privés. Leur appréciation a demandé de longs délais, car on ne peut modifier rapidement des circuits maritimes commerciaux de l’importance de ceux qui unissent l’Europe à l’Afrique de l’océan Indien et à l’Asie. Le transport des marchandises, complexe et détaillé, ne peut être transformé que par une série d’accords publics ou privés qui nécessitent parfois des infrastructures nouvelles ou des déplacements de groupes d’intérêts. Après quatre ans de fonctionnement, depuis la réouverture du canal de Suez, la situation est la suivante : alors qu’il est passé, en 1978, 850 millions de tonnes de pétrole au large du cap de Bonne Espérance, le trafic pétrolier de la mer Rouge, pendant la même période, n’a été que de 34 millions de tonnes, soit 25 fois moins. Ces chiffres montrent bien que le pétrole n’a pas repris la route du Canal. Le nombre des transits des navires pétroliers au large du Cap a été de 10 par jour, et il s’agit de navires de plus de 100 000 tonnes. Si la route du Cap est devenue la route du pétrole, elle est également celle des matières premières. Moins vulnérable que la route par la mer Rouge, Suez et Gibraltar, elle est devenue un élément fondamental de l’économie des continents. Il est intéressant de remarquer que 80 % du trafic maritime autour du Cap, pétroliers et cargos, sont constitués par des navires appartenant à l’alliance atlantique, tandis que ceux des nations du pacte de Varsovie ne comptent que pour 3 %. Par contre, la mer Rouge est devenue la route principale des navires de l’U.R.S.S. et de ses alliés. Le nombre des transits en 1978 a été de l’ordre de 3 600 tandis qu’il n’était que de 240 au large du Cap, soit 15 fois moins. Il est certain que la réouverture du canal de Suez et la remise en service de la route de la mer Rouge ont considérablement amélioré la situation de l’U.R.S.S. dans le Moyen-Orient et l’océan Indien. Pendant les années de fermeture, elle avait dû alimenter l’essentiel de sa présence en mer Rouge et dans l’océan Indien par Vladivostock, avec tous les inconvénients que représentaient la longueur du parcours, les passages dans divers détroits, et surtout les capacités limitées des bases de la Russie orientale. Les Russes n’étaient pas préparés à la longue route du Cap, et ils durent faire un effort considérable pour adapter leur logistique à ce long trajet pour lequel leurs flottes n’étaient pas spécialement entraînées. Depuis, il est vrai, leur situation s’est améliorée avec leur installation en Angola. La remise en service du canal de Suez a radicalement changé la situation. Le voyage, de la mer Noire au Golfe, est de 3 200 milles marins au lieu de 11 000 par la Méditerranée et la route du Cap. Un stratège américain déclarait récemment que l’U.R.S.S. a deux objectifs principaux en mer Rouge ; le premier est de pousser au pouvoir le plus possible de régimes favorables à Moscou dans le Moyen Orient, pour influencer les relations israélo-arabes ; le deuxième est de développer une capacité militaire suffisante pour contrôler la route commerciale du pétrole et des matières premières à travers la mer Rouge, vers l’Europe. L’U.R.S.S. n’a pas à proprement parler de bases fixes en mer Rouge, mais elle a développé considérablement ce qu’elle appelle le « droit de relâche ». Faire escale dans un port, en temps de paix, n’implique pas de limitation, surtout si vous êtes lié à l’État du port de relâche par un traité d’amitié et de coopération. Ainsi les navires soviétiques peuvent relâcher pendant des semaines, et renouveler leurs approvisionnements, à Aden et dans les ports éthiopiens.

***

85Les pays riverains de la mer Rouge ont cherché à définir une politique commune, à majorité arabe, pour faire de la mer Rouge une zone de paix ouverte au trafic international, mais bénéficiant d’une neutralité de fait, pour écarter de cette région les forces des superpuissances, et pour prouver qu’ils sont capables d’organiser leur avenir dans la sécurité et dans la paix sans faire appel à la protection ou à l’aide de quiconque. Aussi l’U.R.S.S. a-t-elle réagi à cette initiative en signant des traités d’assistance et d’amitié avec la République Démocratique et Populaire du Yémen et avec l’Éthiopie. Elle espère ainsi contrecarrer les projets des États riverains, a majorité arabe, de la mer Rouge, et assurer sa présence au débouché sur l’océan Indien.

86Cette politique de la majorité arabe des pays riverains de la mer Rouge présente cependant des inconvénients, et se heurte à des difficultés d’application. D’une part, l’Éthiopie doit pouvoir conserver son accès à la mer. Il n’est plus possible, au xxe siècle, « d’enclaver » un pays et de mettre en cause de cette manière l’avenir de 30 millions d’habitants. A ce sujet, la rébellion en Érythrée, si elle était poussée à son extrême conclusion logique, aurait pour effet, en rendant cette province indépendante, de ne laisser à l’Ethiopie qu’un seul accès à la mer : par Djibouti. Ce serait, en quelque sorte, légaliser les revendications de l’Éthiopie sur ce pays nouvellement indépendant. D’autre part, le contrôle d’un détroit comme Bâb al-Mandab, qui donne accès à une mer fermée comme la mer Rouge, ne peut ignorer les droits et les besoins des États riverains de cette mer. Le canal de Suez commence à Port-Saïd, mais il se termine dans ce détroit de 12 milles marins de large, entre l’Arabie et l’Afrique. Il semble difficile d’instaurer deux régimes différents ; l’un pour le Canal, l’autre pour Bâb al-Mandab. Si la mer Rouge doit devenir une zone neutre, garantie par ses États riverains, elle doit pouvoir bénéficier d’un régime de libre transit qui, en rassurant les nations maritimes, les encouragera à utiliser cette route nécessaire au commercer pacifique entre les peuples. Toute restriction à la liberté de navigation, toute contrainte, ne peuvent que susciter la méfiance et détourner le trafic. Si la majorité des nations riveraines de la mer Rouge désire écarter de cette région les superpuissances, en prouvant sa capacité à maintenir la paix et l’équilibre, elle ne doit pas assortir ces bonnes intentions de conditions draconiennes. Le meilleur moyen de parvenir à ses fins serait, sans doute, d’obtenir que l’influence de l’U.R.S.S., très forte au Yémen du Sud et en Éthiopie, s’estompe et soit remplacée par une collaboration plus étroite avec les autres nations riveraines. De même, un accord est possible avec l’Ethiopie, qui donnerait à ce pays les garanties nécessaires à son accès permanent vers l’océan Indien, sans chercher à « l’enclaver » et à rendre difficile son débouché sur la mer libre. Si les pays riverains de la mer Rouge veulent faire de cette région une zone de neutralité, ouverte à tous les trafics, ils ne pourront atteindre ce but qu’en accentuant leur unité, et en resserrant leur communauté, sans laisser aux superpuissances la possibilité de peser sur les maillons les plus faibles.

87Pour ces États de la mer Rouge et de la péninsule Arabique, il ne semble pas que les hégémonies exercées jusqu’à présent soient les éléments moteurs de l’avenir. On assiste à l’éveil d’influences locales plus profondes, d’une portée plus grande, émanant des États arabes en pleine transformation. Après l’ascendant traditionnel exercé par la diaspora libanaise, les élites locales font l’apprentissage des relations internationales. On assiste à l’arrivée en force des grands États arabes, dont les influences culturelles, intellectuelles et politiques sont de plus en plus visibles, notamment dans la présence massive d’instituteurs et de professeurs, dans l’activité de fonctionnaires et d’experts au sein des administrations locales, ou dans les grandes institutions financières.

88Cette arrivée des grands pays arabes découle de l’orientation de leurs dirigeants, plus préoccupés par la croissance économique que par les théories du panarabisme. Il n’y a plus de discordance entre les préoccupations du développement économique des classes dirigeantes et les idéologies. La convergence des objectifs a permis de contrecarrer la maximalisation des éléments les plus turbulents, et de préserver la cohésion politique des divers pays de la mer Rouge. L’influence des grands pays arabes, accrue par la réouverture du canal de Suez, s’étendra de plus en plus à l’économie et aux échanges commerciaux et financiers, en mobilisant les forces et les capitaux pétroliers.

89L’avenir de la mer Rouge est un élément essentiel du progrès et de l’équilibre des continents. Même si son rôle est parfois occulté par le prodigieux développement des transports du pétrole, poussés au gigantisme, elle restera toujours, avec le canal de Suez, le trajet normal du commerce pacifique entre les peuples. Sa transformation en enjeu, en objet de négociation ou de chantage sont des actes hostiles à la paix universelle. Sa neutralisation devrait être le pivot majeur de cet avenir. Placée à l’écart de la rivalité des grandes puissances, cette mer étroite et semi-fermée, berceau de l’humanité, perdrait ainsi le caractère d’enjeu qui est le sien depuis le percement de l’isthme de Suez. Elle retrouverait son rôle, étroitement lié à celui du Canal, à la charnière de l’Afrique et de l’Asie, pour faciliter les relations pacifiques de l’Europe et du monde de l’océan Indien. La raison, la géographie, la nécessité de freiner la folie des hommes et le désir de puissance des nations n’offrent pas d’autres alternatives à ses pays riverains.

CONCLUSION

90Depuis le conflit entre le Viêt-Nam et le Cambodge, et la tension sino-vietnamienne qui en découle, l’U.R.S.S. a modifié son dispositif dans l’océan Indien. D’une part, ses bases de Sibérie orientale, dont Vladivostock, soutiennent une présence maritime active le long des côtes du Viêt-Nam, dans la mer de Chine du Sud, et dans le golfe du Siam. Basés à Cam-Ranh, sur la côte du Viêt-Nam, ces bâtiments peuvent transiter par Malacca pour renforcer la présence soviétique dans l’océan Indien. D’autre part, les bases de la mer Noire et de la Baltique qui alimentent la flotte russe de Méditerranée, sont également chargées de maintenir un niveau de forces suffisant dans l’océan Indien, par le canal de Suez, forces qui peuvent également transiter par Malacca, si la nécessité s’en faisait sentir.

91L’équilibre avec les forces américaines, qui s’inscrit dans le cadre général des négociations sur la réduction des armements des deux superpuissances dans l’océan Indien, s’il n’est pas maintenu d’une manière visible, est tout de même un élément important.

***

92D’une manière générale, la rivalité des superpuissances dans l’océan Indien suscite des réactions hostiles de la part des pays riverains de cet Océan. Le Comité spécial, la Conférence des pays non-alignés, sont en général les tribunes où s’expriment leurs protestations contre la militarisation de cet espace maritime.

93Ces déclarations, malgré leur faible portée pratique, témoignent d’une volonté croissante des pays riverains asiatiques et africains d’affirmer, avec une communauté d’intérêts, la volonté de voir les affaires régionales dépendre de ses habitants. Sans doute, cette volonté ne se marque-t-elle encore que fort peu dans le domaine économique. Les échanges d’État à État à l’intérieur de la zone de l’océan Indien demeurent très faibles par rapport aux liens économiques qu’ils maintiennent avec les anciennes métropoles. Les rapports de dépendance à l’égard des pays industriels non seulement demeurent extrêmement forts, mais encore ont tendance dans de nombreux cas à s’accentuer au détriment des relations internes. Sans doute aussi les jeunes nationalistes trouvent-ils dans les rivalités internationales, comme dans la « déstabilisation » de l’Afrique, plus matière à s’affronter, à rompre même certains de leurs liens, comme en témoignent les difficultés de l’Union économique de l’Afrique orientale, qu’à se rapprocher. Cependant, une réelle prise de conscience d’une certaine communauté s’affirme.

94Le débat est ouvert entre la lutte contre le sous-développement, la recherche d’une identité pouvant inclure traditions propres, apport européen et plans originaux de développement, et les confrontations des superpuissances, les exigences des économies industrielles, les prestiges du nationalisme et de la puissance, le surarmement.

***

95On a l’habitude de dire que les États-Unis et l’Union Soviétique se disputent le monde. En fait, ce qui est en jeu ce n’est pas, à proprement parler, la conquête du monde ; c’est l’organisation des liaisons, des relations économiques, politiques ou autres qui relieront les États, qui leur permettront de communiquer entre eux et d’échanger leur production avec plus ou moins de liberté. C’est l’organisation du monde futur. Aucune nation ne peut s’en désintéresser car, de cette organisation, dépendront les liens qu’elle pourra tresser à travers le monde, librement, avec les nations de son choix. De plus, sa vie ou sa mort en dépendront peut-être car les conflits locaux qu’engendrera cette période troublée risqueront de s’envenimer, par maladresse ou par malveillance, et de se transformer en guerre nucléaire limitée ou totale.

96Jusqu’à présent, et par une sorte d’agrément tacite entre les États-Unis et l’Union Soviétique, la défense du monde était organisée en compartiments opérationnels, ou guerres locales, dont le processus de décalage dans le temps et l’espace, sans être déterminé à l’avance, était cependant strictement limité par le non-franchissement du seuil de dissuasion. Aujourd’hui, l’apparition en Chine et aux Indes, et bientôt dans d’autres pays, d’armements nucléaires, même réduits, risque de provoquer une « spiralisation » vers un conflit étendu ou global ou peut inciter tel pays à une action préventive qui échapperait à Washington et à Moscou.

97D’autres facteurs plus complexes, issus de luttes d’influence ou de conflits locaux créent, dans l’océan Indien, des situations instables, à caractère belligène, difficiles à éviter. Mais elles ne sont que des intermèdes dans le jeu mondial que les grands partenaires de notre temps pratiquent dans l’océan Indien, sur cette scène digne des intérêts gigantesques en cause, et où les éléments sont en place. Stratégie globale, politique, économique et militaire, lutte permanente qui n’admet aucune interruption, le jeu mondial, lié à la parité dissuasive de puissance nucléaire et à la manoeuvre diplomatique, est sans faiblesse.

98La fin du conflit du Moyen-Orient, la réouverture du canal de Suez, ont atténué une tension locale qui accaparait jusqu’à présent l’attention des superpuissances, mais elles ont eu pour effet de déplacer vers l’océan Indien le jeu mondial.

99L’océan Indien apparaît bien comme le lieu privilégié de ces affrontements. Nouveau « cœur du monde » il pourrait bien être, la « clef de voûte de la grande révision stratégique des années 1980 ».

100Mars 1979

Notes

1 La plupart des noms de lieux de cet article (pays, îles, détroits stratégiques, bases) sont localisés sur la carte La péninsule dans l’océan Indien, page 347.

2 Elmo R. Zumvalt Jr. and Worth H. Bagley. “New role facing U.S. in Middle East”. Navy Times, 9 avril 1979.

3 Il est passé en 1979 dans le détroit d’Ormuz une moyenne quotidienne de 77 navires, soit un navire toutes les 19 minutes.

4 Dissoute en mars 1979.

5 Remarks by the Honorable Harold Brown, Secretary of Defense, at thirty-fourth Annual Dinner of National Security Industrial Association – Washington, D.C., 15 September 1977 – News release Office of Assistant Secretary of Defense (Publics Affairs), Washington, D.C.

6 Admiral Elmo R. Zumvalt Jr., U.S. Navy (R.). On watch : a memoir, New York, Quadrangle, 1976, p. 60 et suivantes.

7 Admiral James L. Holloway III, U.S. Navy. The U.S. Navy, A Bicentennial Appraisal, United States Naval Institute Proceedings, juillet 1976.

8 Admiral Elmo R. Zumvalt Jr. Ibid., p. 62.

Table des illustrations

Légende CARTE N° 4 – La péninsule Arabique dans l’océan Indien
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2534/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 850k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable