Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule Arabique aujourd’hui. Tome I

 | 
Paul Bonnenfant

Les fonds nationaux arabes de développement : la coopération financière des pays arabes et la période post-pétrolière

Traute Wohlers-Scharf

Note de l’éditeur

Ce chapitre sur les fonds nationaux arabes est basé en partie sur une publication antérieure du même auteur, à savoir, La Coopération Trilatérale, (Paris, OCDE, Centre de Développement, 1978). Les données de base et les informations ont été mises à jour. L’auteur a tenu compte de l’évolution récente, en particulier du deuxième choc pétrolier et des stratégies qui en découlent pour le monde arabe dans la situation actuelle, mais aussi dans la perspective de la période post-pétrolière.

Texte intégral

Je tiens à remercier particulièrement M. Philippe GUILLOT pour sa collaboration en ce qui concerne la ventilation des statistiques relatives aux fonds nationaux.

« Notre monde exige que l’on résolve des problèmes d’une complexité infinie dans un délai infiniment court ».
Paul VALÉRY,
Variétés, Œuvres, I, 1941.

I. INTRODUCTION : LA PHILOSOPHIE ET LA CONCEPTION DE L’AIDE ARABE

1L’augmentation du prix de la source d’énergie principale, comme de la matière première la plus importante pour l’industrie chimique, a introduit un nouveau type de rapport entre les différents groupes de pays. Les changements importants du prix du pétrole depuis 1973 ont introduit un élément neuf dans la dualité des relations qui existait jusque là entre économies riches et pauvres. On assiste désormais à l’apparition d’un faisceau d’interactions et d’un courant de relations multiples entre :

  1. anciens pays riches,

  2. nouveaux pays riches (exportateurs de pétrole), et

  3. pays pauvres en développement.

2Le deuxième choc pétrolier, en 1979, a mis encore plus en relief les mêmes questions fondamentales :

  • Est-ce que ce transfert du pouvoir financier a un caractère temporaire ou permanent ?

  • Quel lien y a-t-il entre la création des actifs financiers et la création des actifs productifs dans l’optique des pays exportateurs de pétrole ?

  • Comment le surplus pétrolier est-il utilisé dans l’économie mondiale ? Dans cette analyse, l’accent est mis sur le rôle des fonds nationaux arabes dans le Tiers Monde ; cependant, l’interdépendance des problèmes exige que l’on situe les paramètres du sujet dans un contexte global. L’interdépendance croissante – entre économies nationales, régionales et internationales ; économies capitalistes et socialistes ; développées, semi-développées ou en voie de développement – ne permet plus une analyse isolée d’un phénomène comme l’aide arabe sans le situer dans le contexte du recyclage des pétrodollars, et sans réflexion sur la période post-pétrolière.

3L’aide arabe est un phénomène à la fois récent et limité en temps (10 à 30 ans) dans l’histoire du développement. Ces flux de capitaux ne sont pas basés sur une capacité de production, mais sur la capitalisation d’une ressource en voie d’épuisement. Ces faits ont des implications considérables sur les objectifs de l’aide arabe ainsi que sur les formes possibles de coopération dans une situation économique internationale en pleine mutation.

4Pour les raisons mentionnées ci-dessus, l’aide des pays arabes n’est pas un facteur résiduel des budgets, mais un instrument servant à établir une nouvelle structure des relations internationales en préparation de la période post-pétrolière. Il s’ensuit que l’assistance arabe n’est pas seulement une facette mais une fonction de la politique extérieure ; elle est aussi liée, d’une part, au développement interne des pays et de la région arabe, et d’autre part, à la gestion du pétrocapital pour des investissements dans le Tiers Monde ainsi que dans les pays industrialisés.

  • 1 Cf. Khouja and Sadler, The Economy of Kuwait, London, 1979, p. 4.

5La spécificité de l’aide arabe est aussi fonction de nouveaux paramètres des économies pétrolières importantes qui ne suivent plus les modèles de croissance connus (dans lesquels il existe une contrainte financière par rapport à la capacité d’épargne) et qui ne se limitent pas à l’économie nationale (nécessité d’acquérir une partie des avoirs économiques à titre permanent en dehors des frontières nationales, soit dans les pays industrialisés ou dans le Tiers Monde)1.

6L’objectif de ce travail est de présenter et d’analyser – dans le contexte susmentionné – le mandat, les opérations et les perspectives des fonds arabes nationaux, établis par les pays de l’OPEP ayant le plus grand surplus du capital pétrolier : l’Arabie Saoudite, le Kuwait et Abu Dhabi. Ces pays ont, d’une part, une capacité d’absorption très limitée et, d’autre part, un souci d’assumer des fonctions importantes dans le cadre de la région ou Umma arabe, ainsi que sur la scène internationale.

7Le rôle des fonds arabes doit être apprécié dans le contexte des changements structuraux dans le domaine du financement. La compréhension de la philosophie et de la conception de l’aide arabe après le premier choc pétrolier pourrait offrir quelques indications sur les stratégies et formes de coopération possibles après le deuxième choc, ainsi que sur les perspectives et scénarios de l’utilisation du capital pétrolier dans l’économie mondiale.

II. ÉVALUATION DE L’AIDE ARABE BILATÉRALE ET DE SES INSTITUTIONS FINANCIÈRES

8L’un des faits marquants des années 70, en ce qui concerne le financement du développement, réside dans la rapide augmentation du nombre des intermédiaires financiers arabes. La création de ces organismes témoigne de l’intention et de la volonté des pays exportateurs de pétrole d’affecter une partie de leurs fonds excédentaires à des projets de développement.

9Il ne faut pas se fier aux appellations de « fonds » et de « banque » pour définir les ressemblances et les différences entre les institutions de financement. A l’origine, le terme de « fonds » était employé pour désigner une institution de financement qui tirait ses ressources de contributions budgétaires et transférait ces capitaux à des projets de développement sous forme de concours à des conditions libérales. Les établissements bancaires se caractérisaient de leur côté par le fait qu’ils avaient un capital autorisé, la capacité de mobiliser des ressources et se spécialisaient dans les opérations de caractère commercial. Mais cette distinction est devenue de plus en plus floue au fil de l’histoire du financement du développement, et ces deux termes s’emploient maintenant indifféremment. Cette évolution du vocabulaire explique que les organismes de financement arabes portent des noms officiels similaires, sans pour autant avoir ni les mêmes objectifs, ni le même style, ni les mêmes méthodes d’opération.

10La création de la majorité des fonds et des banques de développement a coïncidé avec le quadruplement du prix du pétrole, une modification des rapports de puissance économique entre les différents groupes de pays et la formulation du principe d’un nouvel ordre économique international. L’augmentation considérable du nombre des intermédiaires arabes est aussi attribuable au désir qu’ont les pays exportateurs de pétrole d’exercer davantage d’influence sur l’emploi de leurs capitaux qu’ils ne pourraient le faire dans le cadre des mécanismes d’aide au développement établis de longue date. Ces pays ont aussi l’intention de participer à divers groupements régionaux et fonctionnels, destinés à assurer une intégration économique plus étroite de la région arabe, à renforcer la solidarité entre pays en développement, et à instaurer un nouveau système de relations avec le reste du monde.

  • 2 Les principaux intermédiaires et sociétés d’investissement arabes, qui affectent la totalité ou une (...)

11A première vue, la création en un court laps de temps de plusieurs intermédiaires de développement dans une région géographique déterminée pourrait faire penser que ces institutions ont des attributions analogues, voire même que leurs activités se chevauchent. Mais une analyse plus approfondie des statuts des institutions du monde arabe2 met en lumière les différences qui les séparent et l’importance particulière des fonds nationaux dans la stratégie globale.

12Pour situer l’aide arabe bilatérale dans le nouveau contexte du financement du développement, quelques remarques générales semblent nécessaires. L’évolution du financement du Tiers Monde dans les années 70 présente trois caractéristiques majeures :

  • l’augmentation des sommes transférées au Tiers Monde, auquel répond celui de la dette et du service de la dette ;

  • l’accroissement des apports privés qui tendent à se substituer aux apports publics ;

  • la pénétration relativement importante des pays arabes exportateurs de pétrole au sein des donneurs d’aide dans le Tiers Monde, tandis que l’aide des membres du CAD stagne à 0,35 % du PNB et que les pays à économie planifiée réduisent leur aide.

13L’aide occasionnelle fournie par les pays de l’OPEP en termes de pourcentage du PNB a atteint 2,94 % en 1975, 2,43 % en 1976, 2,12 % en 1977, 1,38 % en 1978 et 1,44 % en 1979. Les principaux donneurs en fonction de leur richesse sont, en 1979, l’Arabie Saoudite (5,60 % du PNB), les Émirats Arabes Unis (5,42 %) et le Kuwait (5,14 %). Cette tendance à la concentration des donneurs d’aide arabe va continuer.

14Si les versements des fonds multilatéraux arabes sont déterminés par des considérations telles que la solidarité avec le Tiers Monde, l’intégration arabe et islamique, la coopération arabo-africaine, etc., les fonds nationaux répondent aussi à ces objectifs. Cependant, les fonctions de ces derniers incluent la réalisation de la politique extérieure de leurs pays. Ceci les oblige à adopter des stratégies différentiées, liées à l’avenir de la position de la région arabe dans l’espace mondial. Ils doivent voir plus loin que l’allocation budgétaire annuelle, que la présidence d’une personnalité donnée, etc. et inclure l’optique de la période post-pétrolière avec l’interaction future des différents groupes économiques.

15Comme tous les pays exportateurs de pétrole ont développé leurs méthodes propres à coopérer avec le Tiers Monde, un tour d’horizon de tous les donateurs importants du Golfe va permettre de situer la politique spécifique et les motivations principales de chaque pays.

  • 3 Kuwait Fund for Arab Economic Development.
  • 4 Demir (Soliman), The Kuwait Fund and the Political Economy of the Arab Regional Development, New Yo (...)
  • 5 Alhamad (A.Y.), Bilateral Development Aid :The View from the Kuwait Fund, Kuwait Fund, 1974, p. 10.

16Le Kuwait est non seulement l’un des plus grands donneurs de l’OPEP, mais ce pays occupe aussi une position matricielle parmi les donneurs, en développant des stratégies pour l’utilisation du pétro-capital. La majeure partie de l’aide est distribuée par le ministère des Finances, d’une part en soutenant les balances des paiements des pays arabes déficitaires, et d’autre part en contribuant au financement des organisations multilatérales. Cependant la réputation d’important donneur d’aide faite au Kuwait repose principalement sur les activités du Fonds du Kuwait de Développement Économique Arabe (KFAED)3. Ce Fonds de développement ayant été créé en 1961, il a devancé de dix ans tous les autres fonds arabes et occupe une position unique parmi toutes les institutions d’aide arabes. Il est fondamentalement un instrument de la politique étrangère du Kuwait, dans la mesure où il sert à susciter à son égard les dispositions favorables des pays bénéficiaires arabes et à asseoir sa légitimité en tant qu’État indépendant au sein de la communauté des États arabes4. A l’époque de sa création, il représentait un type tout nouveau d’institution dans le domaine de l’aide extérieure, qui offrait les avantages suivants5 :

  • assurer des apports d’aide continus ;

  • combiner la participation du secteur privé et celle du secteur public, grâce à la présence de représentants de l’un et de l’autre à son conseil d’administration ;

  • opérer dans le style dit « entreprise » et en fonction de critères financiers rationnels ;

  • recruter son personnel dans plusieurs pays arabes.

  • 6 Ibid., p. 5.
  • 7 Le Fonds du Kuwait octroie des crédits mais ne peut prendre des participations au capital des entre (...)

17Les opérations d’aide effectuées par le Fonds du Kuwait dans les pays arabes sont censées être « strictement apolitiques »6. C’est à dessein qu’il lui est laissé une grande indépendance et, en particulier, une grande liberté, pour décider des demandes de prêt à retenir et juger de la rationalité des projets individuels proposés. Spécialisé dans l’aide à des projets7, le Fonds du Kuwait n’accorde pas de concours à des fins générales, au titre du soutien de la balance des paiements ou d’une aide de secours. Cette forme d’aide est directement fournie par le gouvernement du Kuwait – comme susmentionné – le plus souvent sous forme de dons financés sur un « compte de réserve spécial » du ministère des finances.

18Le deuxième organisme d’aide kuwaitien, « l’Administration générale pour l’Arabie du Sud et le Golfe », plus petit et moins connu que le Fonds du Kuwait, concentre ses activités dans les domaines de l’éducation et de la santé à Bahrain, Oman et dans les deux Yémen. Les versements de l’Administration sont uniquement des dons.

19Pour l’essentiel, l’aide des Emirats Arabes Unis est octroyée sous forme de dons bilatéraux par le département des finances à’Abu Dhabi. Il n’y a pas d’information exacte sur l’importance de cette assistance. La Jordanie et la Syrie sont probablement demeurés les principaux bénéficiaires de cette forme d’aide après que l’Egypte ait perdu son éligibilité. Les contributions multilatérales ont décru par suite d’une réduction considérable des paiements effectués à l’Organisation du Golfe pour le développement de l’Égypte (OGDE).

  • 8 Abu Dhabi Fund for Arab Economic Development.

20Le succès remporté par le Fonds du Kuwait a suscité la création d’un Fonds similaire pour les Émirats Arabes Unis. Ainsi on a fondé, en 1971, le Fonds d’Abu Dhabi pour le développement économique arabe (ADFAED)8. Au contraire de son modèle, il peut prendre des participations dans les projets, mais celles-ci restent modestes. Son autonomie politique dans les activités d’aide est aussi réelle. Il a surtout participé à des grandes opérations conjointes avec la BIRD et des autres fonds arabes nationaux et multilatéraux. En 1974, le Fonds a élargi son champ opérationnel (la région arabe) vers l’Afrique et l’Asie, mais pas vers l’Amérique Latine.

21L’Arabie Saoudite est l’un des plus importants donneurs d’aide dans le monde et le premier parmi les pays de l’OPEP. La masse d’aide est distribuée sous forme de dons à d’autres pays arabes, au titre de l’aide générale de soutien. Sauf le cas de l’OGDE, les contributions multilatérales ont sensiblement augmenté récemment.

  • 9 Saudi Fund for Development.
  • 10 Cf. Annexe 1, tableau synoptique et comparatif des fonds nationaux arabes.

22Le Fonds saoudien de développement (SFD)9 a été fondé en 1975. Il est celui dont les conditions sont les plus favorables en octroyant seulement des frais administratifs, mais pas des intérêts. Ses engagements ont déjà dépassé ceux du Fonds du Kuwait. Dès le commencement de ses activités, le Fonds saoudien était le plus ouvert au Tiers Monde. Il accorde un peu plus que la moitié des prêts à la région arabe10, le reste est partagé entre l’Asie et l’Afrique au sud du Sahara. Le Fonds s’est fortement concentré sur l’infrastructure. Les pays les moins avancés reçoivent un tiers des nouveaux engagements, les pays les plus gravement touchés presque la moitié.

23Pour que la présentation de l’aide arabe dans les pays du Golfe soit complète, il fallait inclure brièvement l’aide fournie par le Qatar. Ce dernier est un pays qui préfère agir individuellement. Le Qatar n’a pas créé de fonds de développement, cependant en 1976 le taux de son assistance au Tiers Monde en comparaison du PNB était le plus haut du monde avec 12 %. L’aide a fortement décru dans les années suivantes. Ce fut la conséquence de plusieurs facteurs, à savoir, la situation difficile de la balance des paiements, l’étude plus minutieuse des demandes d’aide et les difficultés rencontrées dans les pays bénéficiaires lors des versements. La réapparition d’un excédent dans le budget ainsi que l’importance des engagements souscrits lors de la réunion au sommet de Bagdad, indique que le Qatar accroîtra le volume de son aide à partir de 1979.

III. LE FONDS DU KUWAIT POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ARABE

1. Historique, mandat et capitalisation

  • 11 Loi n° 35 (1961) portant création du Fonds du Kuwait. Loi n° 35 (1974) pour la réorganisation du Fo (...)

24Le Fonds du Kuwait11 a été créé en 1961 comme organisme d’aide du Gouvernement kuwaitien aux autres pays arabes ; il a commencé ses opérations en 1962.

25Le Fonds du Kuwait a été la première institution de développement dans le monde arabe. Il sert toujours comme modèle à d’autres fonds arabes nationaux et multilatéraux dont la majorité a été établie plus de dix ans plus tard, lors de l’émergence des richesses pétrolières.

26Pendant les douze premières années de son existence, ses activités étaient relativement limitées : son champ d’opérations couvrait les pays arabes et ses ressources étaient relativement modestes en comparaison avec la période suivante. Cependant, ce fut durant cette période que le Fonds du Kuwait a établi ses politiques, procédures et pratiques ; il a acquis sa réputation internationale et un prestige dont le gouvernement du Kuwait est fier.

27Le capital autorisé initial du Fonds du Kuwait, 50 millions de dinars kuwaitiens (DK), a été porté à 200 millions de DK en 1966. Il a été à nouveau augmenté en 1974 et porté à 1 milliard de DK (soit 3,4 milliards de dollars des États-Unis), ce qui lui assure la plus large surface financière de tous les Fonds. Cet accroissement de capital s’est accompagné d’une ouverture de son mandat vers l’ensemble des pays du Tiers Monde. Cependant, le Fonds n’a pas encore commencé son assistance en Amérique Latine. Il peut emprunter à concurrence du double de son capital et de ses réserves. Mais le Fonds n’a pas encore exercé ce pouvoir, parce que cela risquerait d’augmenter le coût d’emprunt des bénéficiaires.

2. Formes d’assistance et conditions

  • 12 Khouja and Sadler, The Economy of Kuwait, London, 1979, p. 229.

28La charte du Fonds définit seulement les grandes lignes du type d’aide que cette banque de développement peut assurer. En principe, les quatre formes suivantes en sont déduites12 :

  1. Prêts directs à des conditions libérales ;

  2. Assistance technique en liaison avec l’identification des projets, des études sectorielles, des études de faisabilité, préparation aux projets, etc. ;

  3. Services de conseils techniques, économiques, financiers, juridiques, etc. ;

    • 13 La provision des garanties semble devenir une forme importante dans l’avenir. Le « Development Comm (...)

    Garanties pour les obligations des gouvernements et des institutions semi-gouvernementales13.

29La dichotomie entre prêts au titre de projets et prêts au titre de programmes ne semble pas encore un sujet de préoccupation pour les institutions arabes de financement du développement. Cette orientation s’explique par trois grandes raisons :

  1. La polarisation sur l’aide aux projets est une tradition qui a été transmise par la BIRD à travers ses activités d’assistance technique et d’aide en matière d’organisation ;

  2. Les prêts affectés à des projets rendent plus facile le contrôle de l’utilisation des fonds, chose importante pour des institutions qui cherchent à imposer leur image de marque en tant qu’organismes de prêts ;

  3. L’aide hors-projet (soutien de la balance des paiements, aide de secours, inter alia) est acheminée par d’autres institutions arabes dont les décisions reposent en grande partie sur des critères d’ordre non-économique.

  • 14 Al-Hamad (A.), Bilateral Development Aid : The view from the Kuwait Fund, Kuwait Fund, 1974, p. 9.

30De plus, le directeur général du Fonds du Kuwait14 a exposé les raisons de cette préférence pour l’aide aux projets, raisons qui sont probablement aussi partagées par la majorité des intermédiaires de financement du développement de la région arabe :

31« Nous n’avons tout simplement pas les ressources nécessaires pour prendre en charge, ne fût-ce qu’en partie, les programmes de développement d’ensemble de plus de douze pays bénéficiaires. Nous ne sommes pas non plus en mesure de fournir des concours adaptés aux besoins d’une économie tout entière... Nous ne pouvons ni ne voulons intervenir dans les plans de développement nationaux, d’autant que les lignes d’un plan s’estompent parfois entre son élaboration et sa fabrication ».

32Suivant les critères retenus pour le choix des interventions, les projets qui peuvent bénéficier de concours du Fonds du Kuwait et – in extenso – par d’autres institutions arabes sont les suivants :

  1. Projets entrant dans le cadre des priorités fixées par les gouvernements des pays bénéficiaires ;

  2. Investissements propres à transformer les structures socio-économiques et à réduire les goulots d’étranglement qui entravent le développement ;

  3. Projets à forte intensité de capital pour lesquels l’intervention de l’intermédiaire arabe permettra de mobiliser d’autres fonds en provenance d’autres sources ;

  4. Projets susceptibles de contribuer à l’édification d’un appareil institutionnel.

  • 15 Cf. annexe 2, Répartition géographique et sectorielle des projets financés par des fonds arabes nat (...)

33Jusqu’à présent, les concours des fonds de développement ont essentiellement porté sur des projets concernant l’infrastructure dans le sens le plus large du terme15 :

34Le Fonds peut apporter une aide à tous les types de projets susceptibles d’avoir un puissant impact sur le développement économique d’un pays. Il concentre son aide sur l’infrastructure physique dans les secteurs, par ordre décroissant, des communications (transports/entrepôts), de l’énergie (électricité), de l’agriculture (irrigation) et de l’industrie (lourde). Par suite, les « projets sociaux » sont évités. En fait, le Fonds poursuit une politique évolutive et les priorités sont dialectiquement fonction, d’une part, de celles choisies par le pays assisté, et, d’autre part, de l’expertise accumulée.

35Cependant si le Fonds du Kuwait met ainsi l’accent sur l’infrastructure physique, ce n’est pas seulement parce qu’il considère que le développement économique passe obligatoirement par des projets d’infrastructure, mais aussi parce que ces projets de coût élevé nécessitent des concours financiers à des conditions libérales qui ne peuvent être fournis par d’autres sources.

36La méthode d’analyse des projets utilisée par le Fonds du Kuwait suit les progrès accumulés dans la littérature économique et notamment dans les institutions financières internationales. Une mission composée d’économistes spécialisés dans les projets, d’analystes financiers, d’ingénieurs, de spécialistes des études de marché, etc. se rend sur place et établit (après son retour) un rapport d’appréciation qui doit être approuvé par le conseil d’administration. Ce travail prend de deux à quatre mois. Une fois le projet en train, des rapports sont soumis sur l’état d’avancement des travaux et des missions vont contrôler si les prêts du Fonds du Kuwait sont utilisés comme il convient. Lorsque le projet est devenu opérationnel, le Fonds n’exerce aucune surveillance sur sa gestion.

37Les conditions de prêt dépendent essentiellement de la nature du projet et de la situation économique générale du pays bénéficiaire. La durée des prêts varie entre 10 et 35 ans, mais dans des cas exceptionnels elle peut être portée à 50 ans. Le délai de franchise est normalement égal au temps de mise en œuvre du projet plus un an, à concurrence de 10 ans. Les taux d’intérêts peuvent se situer entre 0 et 6 % ; normalement, ils sont de 2,5 % pour les projets agricoles et de 3,5 % pour les projets industriels, plus 0,5 % de commission de service.

38L’élément de libéralité des projets individuels varie de 30 à 85 %. En 1978, l’élément moyen de libéralité était de 44 %, soit des conditions légèrement adoucies par rapport à 1977, mais plus rigoureuses qu’en 1976, année où l’élément de libéralité moyen avait atteint 49 %.

3. Opérations et répartition géographique et sectorielle

  • 16 OCDE, Coopération pour le Développement, Examen 1979, Paris, 1979, pp. 155 et 156.

39Les activités de prêts du Fonds du Kuwait ont subi plusieurs grands changements. Une période initiale fiévreuse a été suivie par une réduction des opérations d’aide à la fin des années 1960 ; la reprise de ses activités au début des années 1970 a été interrompue en 1973 où un seul prêt a été approuvé. Depuis 1974, les engagements de prêts sont en nette progression16.$ 143 millions en 1974, 343 millions en 1975, 317 millions en 1976 et 548 millions en 1977. Par contre, les engagements, en 1978, sont descendus à 201 millions, moins de la moitié du volume qu’ils avaient atteint l’année précédente, soit leur plus bas niveau depuis 1974. A partir de 1979, les activités de prêts ont repris : les engagements entre janvier 1979 et juin 1980 se chiffrent à US $ 530 millions.

40Parmi les pays bénéficiaires, les pays non-arabes ont reçu des financements accrus depuis le second semestre 1974, lorsque le Fonds promulgua cette ouverture sur le Tiers Monde dans son mandat. Ainsi en 1978-79, l’Asie a reçu près du quart et l’Afrique près du cinquième des financements totaux. Cependant, le monde arabe reçoit encore un peu plus de la moitié des financements du Fonds.

Répartition géographique et sectorielle des projets financés par le Fonds du Kuwait (janvier 1978 – juin 1980). En % et nombre de projets entre parenthèses

Répartition géographique et sectorielle des projets financés par le Fonds du Kuwait (janvier 1978 – juin 1980). En % et nombre de projets entre parenthèses

Source : Informations primaires : Kuwait Fund Commitments, janvier 78 – juin 1980, – document interne du Fonds du Kuwait, reçu pendant la réunion des membres du CAD et les organismes d’aide arabe, OCDE, Paris, 18-20 juin 1980.
[Taux de change : taux moyen 1979 IMF. 1 dinar kuwaitien = US $ 3,6203 (DK)].

41Au niveau sectoriel, le Fonds du Kuwait favorisait, dans une première période (1963-1977), l’industrie (31,5 %) au détriment de l’agriculture (24,6 %), l’électricité (21,9 %) et les transports (22 %). Dans les deux dernières années, on note un transfert des prêts de l’industrie (moins 10,2 %) et de l’agriculture (moins 13 %), vers l’énergie (plus 7,9 %) et l’infrastructure (plus 15,3 %). Ces deux derniers secteurs concentrent maintenant les deux-tiers des projets financés.

42Le montant moyen octroyé par projet est de $ 22,8 millions pour tous les pays en voie de développement et $ 28,86 millions pour les pays arabes, soit un financement unitaire supérieur de 26,3 % à la moyenne.

4. Modes de coopération

43Le Fonds du Kuwait a co-financé une part considérable de ses projets avec des organismes de financement du développement de la région arabe et avec des organismes de financement du développement internationaux et bilatéraux. La formule du со-financement présente à ses yeux un double avantage : elle lui permet d’abord de mobiliser des fonds supplémentaires pour des projets de développement importants et, en second lieu, de bénéficier de l’expérience d’intermédiaires financiers qualifiés, en particulier pour les opérations effectuées en dehors de la région arabe.

44L’expérience acquise grâce à des opérations menées conjointement par des intermédiaires arabes, des pays en développement et des pays industrialisés a beaucoup contribué à une meilleure compréhension mutuelle de la philosophie du développement des trois groupes en cause et à l’édification d’une base pour des systèmes d’aide plus intégrés.

  • 17 Il y a, par contre, un « Secrétariat de coordination » pour toutes les institutions financières ara (...)
  • 18 Cf. annexe 3, Arrangements du co-financement arabe avec les pays industrialisés et des institutions (...)

45Le style d’intervention du Fonds du Kuwait dans les opérations de co-financement est en principe dicté par les circonstances, chaque intervention n’étant valable que pour le projet considéré. Le Fonds semble préférer conserver son indépendance pour chaque opération financière et se refuse à établir des relations préférentielles avec des institutions non arabes17. Il existe, néanmoins, une certaine forme de continuité dans ses relations de travail avec le groupe de la Banque mondiale18, par exemple : le Fonds choisit, notamment, à partir d’une liste de projets déjà analysés par la BIRD, ceux qui présentent un intérêt à ses yeux et qui sont susceptibles de bénéficier de son intervention.

46Dans les opérations conjointes d’aide au développement, le Fonds du Kuwait accorde la priorité :

  1. au co-financement de projets à forte intensité de capital, tels que des projets d’infrastructure, l’implantation d’usines d’engrais, etc. ;

  2. à des projets de développement régional pour le monde arabe ;

  3. à des projets de développement importants hors de la région arabe ;

  4. à l’assistance technique pour la mise au point et l’amélioration de propositions de projets ;

  5. à l’échange d’informations sur d’éventuels projets conjoints.

47Le Fonds du Kuwait s’intéresse à la recherche de formes de coopération pour remplir sa mission de développement qui, depuis 1974, s’étend par son mandat aux trois continents en développement.

48Le Fonds du Kuwait a été le premier intermédiaire arabe à entreprendre des opérations de co-financement. Il peut se prévaloir aujourd’hui d’une grande expérience pratique acquise grâce à des opérations conjointes avec le groupe de la Banque mondiale et d’autres organismes internationaux, régionaux et bilatéraux de financement, notamment les organismes des Nations-Unies, la Banque africaine de développement, le Fonds africain de développement, la Banque asiatique de développement.

  • 19 Cf. Annexe 1, paragraphe 14 :« Restrictions statutaires ».

49Le Fonds du Kuwait a pour objectif fondamental, dans ses opérations de co-financement, d’augmenter le volume total de l’aide fournie aux pays en développement, sans pour autant se substituer aux sources traditionnelles de financement du développement. Ses activités de développement conjointes offrent au Fonds la possibilité de s’inspirer de l’expérience des autres organismes de prêt pour mettre au point son propre style d’opération ; chose importante pour le Fonds depuis qu’il a décidé, en 1974, d’étendre à tous les continents en développement le champ de ses interventions jusqu’alors limité à la région arabe. Les restrictions19, en matière de prêt, imposées au Fonds par ses statuts (il ne peut pas, par exemple, financer plus que de la moitié du coût total d’un projet et couvrir en général les dépenses en devises), peuvent l’inciter à rechercher des associés pour financer conjointement avec lui des projets de grande ampleur et à forte intensité de capital.

50Toutefois, il est possible que les modalités de co-financement de projets conduisent à modifier les clauses habituelles des accords du Fonds. Il va falloir harmoniser les conditions des autres prêteurs avec des exigences du Fonds du Kuwait, notamment en ce qui concerne sa position juridique, qui doit être au moins égale à celle du prêteur chef de file. Les conditions de prêt de l’intermédiaire financier (souvent plus libérales que celles des autres institutions financières) vont en partie dépendre de l’attitude des autres prêteurs.

  • 20 Shihata (Ibrahim), The Kuwait Fund for Arab Economic Development, a legal analysis, Kuwait, 1973, p (...)

51Le Fonds du Kuwait en tant qu’organisme de développement peut plus aisément s’identifier aux intérêts de ses emprunteurs que ne le feraient d’autres sources étrangères de financement. Dès lors, il risque dans certains cas d’avoir à jouer deux rôles apparemment contradictoires : celui d’un co-prêteur éventuel et celui de défenseur des intérêts de l’emprunteur vis-à-vis des autres parties20.

  • 21 OCDE, Direction de la Coopération pour le Développement, Co-financement de projets de développement (...)
  • 22 Cf. Annexe 3, op. cit.
  • 23 Cf. Annexe 1, Tableau synoptique et comparatif des fonds nationaux arabes.

52Le Fonds du Kuwait a participé au quart (65 projets)21 et 2223 de tous les projets co-financés par des fonds arabes jusqu’à la fin de 1979. Au total, 251 projets ont fait l’objet d’engagements fermes ou ont été définitivement approuvés au cours de la période 1973-1979. Les engagements du Fonds du Kuwait à titre de co-financement dépassent un milliard de dollars ($ 1 080 millions). Le montant moyen octroyé par projet co-financé est de $ 17,14 millions. Les partenaires du Fonds dans ces interventions sont la Banque mondiale, le PNUD, la Banque et le Fonds africain de développement, la Banque asiatique de développement, le Fonds européen de développement, et les institutions financières des pays industrialisés, comme l’Allemagne, le Canada, la France, les États-Unis, le Japon, les Pays-Bas et la Suède.

IV. LE FONDS D’ABU DHABI POUR LE DÉVELOPPEMENT ARABE

1. Historique, mandat et capitalisation

  • 24 Loi n° 3, 1971, portant création du Fonds d’Abu Dhabi. Loi n° 7, 1974, pour la réorganisation du Fo (...)

53Le Fonds d’Abu Dhabi24 a été créé en 1971 comme organisme d’aide à l’étranger du gouvernement d’Abu Dhabi et a commencé ses opérations en 1973. Comme le Fonds du Kuwait, le Fonds d’Abu Dhabi fournit essentiellement une aide aux projets en fonction de critères économiques. Des engagements spéciaux sont prévus en faveur des pays les plus gravement touchés sous la rubrique de l’aide gouvernementale directe.

54L’activité du Fonds reflète partiellement la politique extérieure des Émirats à l’égard des autres pays arabes et du Tiers Monde. L’organe de décision du Fonds, le conseil d’administration, est d’ailleurs dirigé par le prince héritier.

55Le mandat du Fonds était d’abord limité à assister le développement économique des nations arabes. Les amendements introduits en 1974 ont élargi le champ d’opérations à l’Afrique au sud du Sahara et à l’Asie. En plus, le fonds peut assumer de nouvelles fonctions qui relèvent d’opérations de banque commerciale : créer des institutions financières et prendre des participations dans de telles institutions pour mettre en place un marché financier à Abu Dhabi et recevoir des dépôts d’organismes publics.

56Le capital initial du Fonds d’Abu Dhabi s’élevait à 500 millions de dinars bahrainis (DB) ($ 125 millions) et a été porté à 2 milliards de dirhams des Émirats Arabes Unis (Dh ÉAU) ($ 500 millions) en 1974.

57Le Fonds peut augmenter à concurrence du double de son capital et de ses réserves. Comme le Fonds du Kuwait, il n’a pas encore utilisé cette possibilité.

2. Formes d’assistance et conditions

58Le Fonds d’Abu Dhabi peut accorder des prêts, prendre des participations dans des projets de développement et apporter une assistance technique pour des études exploratoires et d’autres efforts d’investissement technique. Toutefois, la forme de concours la plus importante est de loin les prêts aux projets. Jusqu’à la fin 1979, le Fonds n’a pris que deux participations directes, l’une dans un projet de tourisme ($ 3,25 millions en 1974 et l’autre dans un projet industriel ($ 30,41 millions en 1979), tous les deux localisés en Tunisie.

59L’assistance technique et le financement des études ont été accordés surtout aux pays arabes. Trois pays d’Afrique au sud du Sahara, le Sénégal, le Lesotho et le Cap Vert ont bénéficié, seulement en 1979 et 1980, de projets d’assistance technique de petite taille.

Assistance technique du Fonds d’Abu Dhabi, 1975-1979 (en milliers de $)

Assistance technique du Fonds d’Abu Dhabi, 1975-1979 (en milliers de $)
  • 1 Don.
  • 2 Ce projet d’assistance technique est inclus dans la répartition géographique et sectorielle des pro (...)

Source : Informations primaires, Abu Dhabi Fund, « Projects financed by Abu Dhabi Fund for Arab Economic Development, 1974-1979 » – document interne du Fonds d’Abu Dhabi, reçu pendant une réunion des membres du CAD et les organismes d’aide arabes, OCDE, Paris, 18-20 juin 1980.
Note 1)1
Note 2)2

60En plus des prêts qu’il octroie, le Fonds d’Abu Dhabi gère des prêts au nom du gouvernement. Les versements effectués au titre des prêts gouvernementaux sont estimés à près de $ 100 millions.

61L’intérêt des prêts se situe entre 3,5 % et 5,5 %, plus 0,5 % de commission de service. La durée varie de 10 à 25 ans, le délai de franchise de 3 à 5 ans. Les conditions de prêt ne sont pas très libérales, l’élément de libéralité est même passé de 35 à 25 % récemment.

3. Opérations et répartition géographique et sectorielle

62Les engagements de prêts annuels se sont élevés à $ 58 millions (9 projets) en 1974, à $ 48 millions (4 projets) en 1975, et ont atteint S 173 millions (16 projets) en 1976. Le volume d’aide a diminué en 1977, se chiffrant à $ 141 millions (14 projets) pour s’élever à $ 220 millions (10 projets) en 1978. En 1974 et 1979, les engagements incluent les deux participations en capital dans les deux projets en Tunisie sus-mentionnés.

  • 25 Cf. annexe 2, Répartition géographique et sectorielle des projets financés par des fonds arabes nat (...)

63L’évolution de la répartition géographique des projets financés par le Fonds d’Abu Dhabi montre une concentration dans la région arabe, 71 % de ses opérations jusqu’à la fin 197725. Pendant la période 1978 et 1979, le Fonds a encore renforcé sa focalisation sur le monde arabe qui représente actuellement près de 90 % de ses prêts. Dans la première période de l’analyse (1973-1977), l’Asie et l’Afrique recevaient respectivement 17,4 et 10,9 % ; dans la deuxième période, 5 et 4 %.

Répartition géographique et sectorielle des projets financés par le Fonds d’Abu Dhabi, 1978 et 1979 (en % et nombre de projets entre parenthèses ()

Répartition géographique et sectorielle des projets financés par le Fonds d’Abu Dhabi, 1978 et 1979 (en % et nombre de projets entre parenthèses ()

Source : Informations primaires, Abu Dhabi Fund, « Projects financed by Abu Dhabi Dund for Arab Economic Development, 1978-1979 ».
(Taux de change : taux moyen 1979, IMF
1 $ = 3,8157 dh EAU
1 dh = 0,2957 $.)

64Sectoriellement, le Fonds d’Abu Dhabi s’est concentré sur l’industrie : 45,6 % jusqu’à la fin 1977, puis 81,3 % pour 1978 et 1979 (+ 23 %). Il est donc assez éloigné des stratégies des autres Fonds nationaux, abstraction faite de ses ressources et interventions beaucoup plus réduites : le Fonds d’Abu Dhabi a octroyé pendant 1978 et 1979 deux fois moins de prêts que le Fonds du Kuwait et trois fois moins que le Fonds saoudien. Ainsi, l’industrie du monde arabe a représenté 80 % de ses prêts mais avec seulement quatre projets, soit moins d’un quart du nombre de projets totaux (l7 projets).

65Enfin, le montant moyen octroyé par projet est de S 19,56 millions, mais de $ 39,09 millions pour le monde arabe, soit près du double.

4. Modes de coopération

66La philosophie du Fonds d’Abu Dhabi et ses raisons de participer au co-financement sont, dans une certaine mesure, analogues à celles du Fonds du Kuwait : il s’agit de créer une forme d’association supplémentaire pour des actions conjointes de développement. Toutefois, le Fonds d’Abu Dhabi voit surtout dans le co-financement un moyen de bénéficier de l’expérience d’autres partenaires financiers ayant déjà élaboré des projets pour des opérations à l’intérieur et à l’extérieur de la région arabe, en particulier en Afrique au sud du Sahara et en Asie.

  • 26 Cf. Annexe 1, paragraphe 14 : Restrictions statutaires.

67Pour le Fonds d’Abu Dhabi, le co-financement garantit une évaluation approfondie des projets et, par conséquent, la viabilité des projets conjoints qui sont financés. Cette forme de coopération lui permet, en outre, de compenser les restrictions statutaires26 relatives à ses prêts qui sont limités à 50 % du coût total du projet et destinés en principe à couvrir les dépenses en devises. Le co-financement aide à surmonter le manque de personnel et renforce la portée de l’action du Fonds.

  • 27 Cf. Annexe 3, Arrangements de co-financement arabe avec des pays industrialisés et des institutions (...)

68Le style d’intervention du Fonds d’Abu Dhabi27 dans le cadre de l’aide conjointe est comparable à celui du Fonds du Kuwait : il s’agit d’une intervention dictée par les circonstances, définie pour chaque projet de développement. Le Fonds d’Abu Dhabi ne semble pas disposé à établir des relations préférentielles avec des co-prêteurs non-arabes ; néanmoins, il a passé, par exemple, un accord officiel de consultation avec la BIRD sur des questions d’aide conjointe à des projets. Dans les opérations conjointes de développement, le Fonds d’Abu Dhabi accorde la priorité à l’identification et au financement de projets arabes régionaux, au co-financement de projets d’importance vitale en dehors de la région arabe, à des études de faisabilité et des études sectorielles intégrées qui ont pour objet de susciter des projets en Asie et en Afrique au sud du Sahara.

69Le Fonds d’Abu Dhabi a participé à 25 projets co-financés par des institutions arabes et d’autres organismes d’aide dans la période 1973-1979. Le montant des engagements se chiffre à $ 396 millions. Le montant moyen octroyé par projet co-financé est de $ 15,84 millions. C’est la plus petite contribution par projet cofinancé. Les partenaires du Fonds d’Abu Dhabi sont aussi moins nombreux que dans le cas des autres Fonds arabes ; par exemple, ni le PNUD, ni la Banque asiatique de développement ne participent aux arrangements.

V. LE FONDS SAOUDIEN DE DEVELOPPEMENT28

1. Historique, mandat et capitalisation

70La Fonds saoudien de développement a été créé en 1974, il a commencé ses opérations au milieu de 1975. Cet intermédiaire financier intervient comme organisme du gouvernement pour fournir au Tiers Monde une aide aux projets. Ainsi, l’activité du Fonds détermine l’évolution du type et les conditions de l’aide extérieure de l’Arabie Saoudite ; en particulier, le remplacement de l’aide de soutien des balances de paiements par des prêts-projets dans le Tiers-Monde.

71L’objectif fondamental du Fonds est de financer des projets dans des pays en développement, des pays « amis », arabes et musulmans en leur accordant des prêts à des conditions libérales. Le Fonds de développement élaborera dans le détail un projet pour les programmes d’aides de l’Arabie Saoudite.

72Le Fonds saoudien a été doté d’un capital de 10 milliards de riyals saoudiens (RS) ($ 2,86 milliards). Ce capital peut être seulement augmenté par décision du conseil des ministres.

2. Formes d’assistance et conditions

  • 29 UNCTAD, Financial Solidarity for Development, Genève, 1977, p. 47.

73L’essentiel des activités du Fonds saoudien de développement est constitué par des prêts aux projets. Il peut aussi prendre des participations. En principe, le Fonds ne finance pas des études de faisabilité, sauf si celles-ci font partie de la réalisation du projet ; dans ce cas, les coûts peuvent être couverts par le prêt29.

74Les critères principaux de financement d’un projet sont les suivants :

  1. Grande priorité pour le développement économique et social du pays bénéficiaire ;

  2. La garantie des sources complémentaires pour financer le coût total du projet :

75Au cours d’une conférence des présidents des fonds de développement à Riyadh, en juin 1976, le Fonds a été invité à étudier la création d’une agence-conseil inter-arabe. A la même occasion, une proposition de création d’un centre de recherche spécialisé dans les projets techniques a été adoptée.

  • 30 Cf. Annexe 1, partie B : modalités d’action.

76Les conditions de prêt30 dépendent de la situation économique du pays, de sa classification parmi les « pays les plus gravement touchés » ou « les moins développés ». La durée du prêt varie entre 20 et 30 ans, le délai de franchise entre 6 et 10 ans. Les frais administratifs varient entre 2 et 4 %. Ce dernier est appliqué à 90 % des opérations du Fonds. Les prêts aux pays les plus pauvres peuvent bénéficier de conditions plus libérales. Les projets industriels en revanche peuvent être assortis de conditions plus rigoureuses.

77En général, les conditions d’aide sont devenues plus libérales dans les trois dernières années. L’élément de libéralité qui, de 46 % en 1976, était passé à 51 % en 1977, a progressé encore à 57 % en 1978. Parmi tous les fonds arabes nationaux et multinationaux, le Fonds saoudien est celui dont les conditions sont les plus favorables.

3. Opérations et répartition géographique et sectorielle

78L’aide sous forme de projets porte principalement sur l’infrastructure. Les engagements se sont élevés à $ 513 millions (20 projets) en 1975, ont augmenté de plus de 65 % (S 859 millions) pour financer 45 projets dans l’exercice juin 1975-juin 1976. Dans la période suivante, 1976/77, les prêts accordés s’élevèrent à $819 millions pour 29 projets. Les engagements ont ensuite continué à diminuer : $ 775 millions en 1977/78 (39 projets) ; $ 687 millions en 1978/79 (23 projets) et $ 339 millions (22 projets) pour le premier semestre de 1980.

  • 3 Saudi Arabia. Policy under review : aid, Financial Times Survey, avril 1979.

79Le Fonds reste stable dans sa structure géographique. Il est le plus ouvert vers le Tiers-Monde dès le commencement de ses opérations. Plus de la moitié de son assistance va au monde arabe ; le deuxième groupe de bénéficiaires est l’Asie non-arabe, au sein de laquelle l’Inde et le Bangladesh ont reçu des sommes importantes pour financer des projets. L’Afrique non arabe prend la troisième place. En Amérique Latine, le Brésil a reçu un prêt de 30 millions pour un projet d’électricité3).

Répartition géographique et sectorielle des projets financés par le Fonds Saoudien

Répartition géographique et sectorielle des projets financés par le Fonds Saoudien

Source : Informations primaires, The Saudi Fund for Development, Basic information on Loan Commitment, 18 février 197S – 14 mai 1980, – document interne du Fonds saoudien, reçu pendant une réunion des membres du CAD et les organismes d’aide arabe, OCDE, Paris, 18-20 juin 1980.
(Taux de change : Taux moyen 1979 IMF, 10 Riyal Saoudien (RS) : 0,2975 $)

  • 31 Cf. Annexe 2, Répartition géographique et sectorielle des projets financés par les fonds arabes nat (...)

80Sectoriellement, le Fonds saoudien s’est fortement concentré sur l’infrastructure routière, portuaire et l’énergie. Une comparaison des périodes 1975-7731 et 1978-mi 1980 montre une augmentation de 13 % du secteur infrastructure et de 10 % du secteur électricité. Ce développement s’est réalisé au détriment de l’industrie (moins 8 %) du développement rural (moins 10 %) et des projets sociaux (santé et éducation). Le Fonds saoudien est d’ailleurs la seule institution financière arabe à financer des projets sociaux.

81Le montant moyen octroyé par projet est avec $ 22,8 millions le plus grand des trois fonds nationaux. Le montant moyen pour les projets arabes est de $ 28,84 millions (soit plus 26,5 %). La moyenne des trois fonds nationaux est de $ 17,8 millions pour le Tiers Monde en général et de $ 29 millions pour le monde arabe (plus 54 %).

4. Modes de coopération

82Quoique le Fonds saoudien soit la plus jeune des institutions arabes nationales, c’est lui qui a dépassé les engagements cumulatifs même du Fonds du Kuwait, établi 13 ans plus tôt. Cette performance a été rendue possible par le recours du Fonds saoudien au co-financement pour assurer l’analyse des projets. En général, il suit les motivations et stratégie des autres fonds arabes, mais ses ressources lui permettent un impact d’une plus grande envergure.

  • 32 Cf. annexe 3, Arrangements de co-financement arabe avec des pays industrialisés et des institutions (...)

83Le Fonds a participé à 40 projets32 co-financés. Ses contributions à ce titre se chiffrent globalement à $ 1,5 milliard. Cela signifie à peu près 10 % du montant total des engagements souscrits au titre de projets co-financés. Le montant moyen octroyé par projet en co-participation est de $ 36,9 millions, plus que le double du Fonds du Kuwait. Les partenaires du Fonds saoudien dans les arrangements de co-financement sont, à quelques exceptions près (par exemple, la Banque interaméricaine du développement), les mêmes que ceux du Fonds du Kuwait.

VI. PERSPECTIVES ET PRÉPARATION DE LA PÉRIODE POST-PÉTROLIÈRE

84« Premièrement, nous sommes très conscients que les revenus du pétrole ne sont pas des revenus dont nous pouvons disposer au même titre que des revenus agricoles ou industriels. Les revenus du pétrole ne sont qu’une autre forme de notre patrimoine, la forme monétaire de réserves pétrolières de notre sous-sol.

85« Deuxièmement, ces réserves s’épuisent relativement vite, de sorte que, si nous n’adoptons pas une politique de développement rationnelle, nous risquons, un jour, de nous retrouver, du point de vue social et humain, dans une situation peut-être pire qu’avant l’ère du pétrole. Les trente, cinquante années ou plus, que peuvent durer encore nos réserves actuelles de pétrole ne sont, en fait, que de courts instants dans la vie d’une nation ».

  • 33 A. Al-Hamad, Arab Funds and International Economic Co-operation, Kuwait Fund, 1973, p. 4.

86A. Al-Hamad33

87L’augmentation du prix du pétrole en 1973 a ouvert à la région arabe de nouvelles perspectives en lui donnant la possibilité d’accélérer son développement économique et de peser d’un poids plus lourd dans les affaires internationales. Les pays arabes exportateurs de pétrole à faibles capacités d’absorption utilisent leurs recettes suivant un ordre de priorités et un style d’opérations qui leur sont propres. Ils ont créé des fonds de développement nationaux et régionaux, qui matérialisent leur volonté d’aider les pays en développement non exportateurs de pétrole.

88L’accent mis sur les institutions arabes nationales en particulier se justifie par les raisons suivantes :

  1. les autres pays membres de l’OPEP réservent l’essentiel de leur aide à leurs voisins ;

  2. les fonds arabes de développement ont été créés surtout par des pays à faible capacité d’absorption ; ils peuvent donc être alimentés en capital pétrolier de façon plus continue et pendant plus longtemps ;

  3. les pays arabes, plus que les autres pays exportateurs de pétrole, ont l’intention de préparer « la période post-pétrolière » en créant des infrastructures, des entreprises productives et en procédant à l’intégration économique de leur région.

89Le retour du monde arabe sur le devant de la scène internationale est l’un des grands événements de la seconde moitié du vingtième siècle. Cette renaissance d’une région qui a déjà joué un rôle décisif dans l’histoire peut avoir des conséquences d’une portée considérable pour le monde entier. C’est l’alliance de ses valeurs traditionnelles et de sa richesse matérielle nouvelle qui offre à la région arabe ce nouveau rôle à assumer. Malgré des divergences de vues et de style, la stratégie des pays arabes exportateurs de pétrole comporte trois grandes lignes de force :

  1. assurer le développement de leurs propres économies, lequel fait partie intégrante de la préparation de la région arabe à la période post-pétrolière ;

  2. aider les pays limitrophes et pays amis à contribuer au développement des secteurs économiques qui complètent et étayent leurs propres branches d’activité économique ;

  3. fournir une aide « additionnelle » à d’autres pays en développement, principalement en coopération avec les pays industrialisés.

90Appartenant à la fois au groupe des pays riches, par leurs moyens financiers, et à celui des pays pauvres, par leur niveau technologique, les pays arabes exportateurs de pétrole pourraient jouer un rôle d’intermédiaires dans le dialogue entre pays riches et pays pauvres. Le schéma, jusqu’ici simplifié, des relations entre pays riches et pays pauvres est en voie d’être remplacé par un schéma plus nuancé et plus complexe. C’est là une conséquence du rôle nouveau de la région arabe.

91Sur le plan global, les intérêts mutuels du Nord et du Sud ne sont que difficilement réconciliables à court terme, étant donné que les pré-conditions d’une croissance accrue et d’un développement accéléré au Nord et au Sud sont conflictuelles dans le contexte économique actuel, par exemple :

  • La croissance du Nord dépend de l’offre d’une source d’énergie à bas prix et de l’accès aux matières premières ;

  • la croissance du Sud dépend d’un financement massif à des conditions commerciales et libérales et de l’accès aux marchés des pays industrialisés, pour l’écoulement de leur production.

92La situation pourrait être débloquée par la coopération de groupes intermédiaires. Comme les intérêts des différents groupes sont conflictuels a priori, les pays arabes, en particulier, pourraient assumer le rôle d’intermédiaire : à la fois solidaires avec la cause du Tiers Monde, mais aussi soucieux d’utiliser le pétro-capital pour industrialiser et moderniser leurs économies, et assumer un rôle plus important sur la scène internationale, aujourd’hui et dans la période post-pétrolière.

93Le développement de chaque région requiert des échanges continuels et mutuels des ressources diverses. Le contrôle des crises (énergétique, monétaire, du commerce extérieur, démographique, culturelle, socio-politiques, etc.) est un processus continu de coopération des groupes concernés. Pour le monde arabe, une coopération intégrée et continue est aussi importante, parce qu’il y a toujours le risque inhérent que les capitaux arabes n’aillent enrichir ceux qui le sont déjà et qu’à l’instar de l’Espagne du xvie siècle, la richesse monétaire n’aboutisse qu’à appauvrir encore plus les économies arabes dans leur totalité.

94La coopération financière des pays arabes est en pleine évolution. On peut distinguer trois étapes qui se chevauchent :

  1. le co-financement des projets publics (l’infrastructure dans le sens le plus large), résultant de décisions ponctuelles ;

  2. le co-financement des projets régionaux, des secteurs économiques, de programmes (l’infrastructure et les projets directement productifs liés), résultant d’une certaine coordination et programmation d’assistance dans l’espace et dans le temps ;

  3. la coordination des efforts financiers des ressources publiques et privées à grande échelle pour canaliser les flux financiers selon la plus grande efficacité mondiale, résultant d’une concertation des objectifs.

95i) La première étape constitue une coopération ad hoc, une combinaison des surplus financiers investissables des pays de l’OPEP, avec des surplus de besoins ou de potentiel de développement des pays du Tiers Monde. La coordination active des motivations des trois partenaires était la différence principale entre les arrangements traditionnels « duals-bilatéraux » (institutions financières et pays en voie de développement ; fournisseurs de la technologie et pays en voie de développement ; fournisseurs de la technologie et pays en voie de développement) et le co-financement des « projets trilatéraux ». Cette possibilité de financer des projets de développement à un rythme accéléré était prévue pour une période limitée : la période des surplus pétroliers.

96Il existe déjà une certaine concentration des efforts ; les fonds arabes eux-mêmes ont des réunions de coordination, où les représentants des trois fonds nationaux et de quatre fonds multinationaux (les 7 frères ou les 7 sœurs), ainsi que les représentants de Qatar, étudient ensemble des nouveaux projets et examinent le progrès des projets partiellement financés, mais où un financement supplémentaire est nécessaire. La dernière réunion de cette catégorie a eu lieu au commencement du mois de juin 1980, où les fonds nationaux se sont engagés à étudier beaucoup de nouveaux projets.

  • 34 La 4e réunion ministérielle du Club du Sahel s’est déroulée à Kuwait en novembre 1980 sur l’invitat (...)

97Les fonds arabes et l’OPEP se sont aussi rencontrés dans les trois dernières années au sein de l’OCDE, à Paris, pour discuter avec les pays membres du DAC des problèmes communs pour accélérer et augmenter le nombre et le volume des projets de co-financement. La dernière réunion, 18-20 juin 1980, s’est focalisée sur les pays d’Afrique sub-saharienne, y compris ceux du Sahel durement frappés par la sécheresse34.

98En outre, la Commission européenne et les agences arabes souhaitent coopérer davantage en Afrique. Une première réunion s’est tenue à cet effet le 17 juin à Bruxelles. Les discussions doivent se poursuivre en automne 1980 au Kuwait. Les fonds arabes souhaitent agrandir le cercle de leurs partenaires pour partager les risques dans les projets qu’ils financent.

99ii) La deuxième étape représente une approche plus intégrée et visant à promouvoir le développement d’une zone géographique ou d’un secteur économique, ou à mettre en œuvre des programmes intéressant plusieurs pays, une région ou une sous-région du Tiers Monde, avec le concours des pays arabes exportateurs de pétrole et le concours d’un groupe des pays industrialisés. Relèvent de cette forme tous les efforts de développement axés sur des projets régionaux et des programmes d’aide comme, par exemple, pour le Sahel. On relève aussi la coopération entre les banques arabes et les banques de développement qui opèrent dans des zones ou secteurs spécifiques des pays bénéficiaires.

  • 35 Cf. Scharf (T)., Development Banks and Trilateral Cooperation, a) Document prepared for the Sixth O (...)
  • 36 La Fédération mondiale des institutions financières de développement (World Federation of Developme (...)

100Les banques nationales de financement du développement pourraient remplir des fonctions particulières35 : elles pourraient compléter l’aide aux projets des fonds arabes en affectant des sommes mises à leur disposition par ces fonds, sous forme de lignes de crédit ou de fonds de gestion spéciaux, à certains secteurs ou à des programmes importants du pays où elles opèrent. L’intervention de ces institutions nationales de développement aurait le double avantage36 :

  • d’accroître la capacité d’absorption des pays bénéficiaires ; et

  • d’offrir aux fonds arabes la possibilité d’exercer par leurs opérations une action plus rapide et plus efficace sans, néanmoins, intervenir trop activement dans les plans de développement des différents pays.

101iii) La troisième étape est plutôt une vision de l’avenir.

102Elle introduit des changements conceptuels. Chaque décision de coopération devra dépasser le niveau du simple projet ou même du programme et avoir des objectifs « meta-projets » ou « meta-programmes ». Elle s’appuiera sur des considérations interrégionales qui détermineront les nouveaux groupements économiques, y compris les centres d’intérêt du monde arabe tant géographiques que sectoriels et fonctionnels.

103Cette étape de coopération aura un effet multiplicateur sur le volume et l’impact des ressources, tant publiques que privées, fournies aux pays en développement. Lorsqu’elle aura pris un certain essor et assurera ainsi une action intégrée des trois groupes, elle pourra contribuer à stabiliser un nouvel équilibre des intérêts et à établir une transformation de structure des relations économiques.

104C’est par des mesures et incitations spécifiques et non par des dispositions de caractère général que l’on pourra parvenir à mobiliser les surplus financiers arabes en particulier par des banques arabes. En effet :

  1. les surplus de fonds arabes constituent aujourd’hui la principale source supplémentaire importante de financement du développement ;

  2. des mesures et incitations, même de portée limitée, permettraient d’obtenir des concours beaucoup plus importants des centres financiers arabes que des autres groupes de pays donneurs et investisseurs potentiels, pour cette raison non négligeable que des barrières et préoccupations spécifiques font obstacle à ces nouveaux apports de capitaux ;

  3. l’existence de capitaux arabes disponibles permet, dans une certaine mesure, d’expérimenter des formules plus novatrices – à rendement potentiel élevé – qui, une fois qu’elles auront fait leurs preuves, pourraient être plus largement appliquées, d’abord sur une base sélective, puis de façon générale.

105La troisième étape de la coopération est basée sur les hypothèses suivantes :

  1. L’assistance et la coopération arabes ne sont pas nécessairement limitées à la période de la production pétrolière. Si les économies arabes se préparaient à fonctionner dans la période post-pétrolière, il n’y aurait aucune raison pour que leurs apports et leur stratégie de coopération se modifient.

    • 37 NOPEC : Non-oil-producing-exporting countries. Terme formulé par H. Singer.

    Les stratégies de coopération d’aujourd’hui déterminent la période postpétrolière pour les pays de l’OPEP, de NOPEC37, ainsi que pour les pays de l’OCDE. Les conséquences d’une telle stratégie de coopération sont irréversibles et nous conduisent vers une interdépendance accrue.

    • 38 Cf. Innovations dans le domaine économique et social : Firmes multinationales, banques transnationa (...)

    La mondialisation des activités économiques est une tendance irréversible38 (même s’il y a des régressions temporaires et géographiques dans quelques secteurs, sous-régions, etc.). Dans ce contexte, l’utilisation du capital pétrolier détermine l’alternative entre une évolution économique mondiale favorable ou néfaste.

106La troisième étape représente l’enjeu véritable de la coopération trilatérale. Les fonds arabes nationaux ont un rôle crucial pour aboutir à cet objectif. Leurs activités sont matricielles pour déclencher un développement intégré et cohérent entre différentes régions, secteurs, agents économiques. Les fonds nationaux sont des garants pour que le Capital Argent devienne Capital Productif, que l’exemple de l’Espagne du xvie siècle ne se répète pas au xxe siècle au sein de la région arabe.

  • 39 Projet de recherche en cours au Centre de Développement, « Trilateral venture cooperation, the role (...)

107L’infrastructure trilatérale, financée en grande partie par les fonds arabes, serait gaspillée si elle n’était pas complétée par un grand nombre de projets et programmes directement productifs. La coopération trilatérale devrait devenir une conception plus large et déboucher sur de nouvelles perspectives économiques par l’apport des banques d’affaires arabes et occidentales39.

  • 40 Cité par Ch. W. Yost, Managing the World Economy, Christian Science Monitor, Vol. 75, June 1978, p. (...)

108Une citation d’un diplomate américain donne un très bon exemple de l’idée de l’interdépendance du monde actuel : « Un club d’hommes riches (même les vieux et les nouveaux riches ensemble) ne peuvent plus prendre seuls les décisions pour les autres et attendre qu’elles se réalisent »40.

109Différents groupes du « Vaisseau spatial Monde » sont impliqués dans des « négociations planétaires », un ensemble de négociations parallèles sur des crises et problèmes importants. Une polarisation parmi les sous-systèmes régionaux est un instrument efficace pour optimiser et maximiser leurs valeurs et pour renforcer leurs positions de négociation.

110Dans ce nouveau contexte, la coopération trilatérale est basée sur les considérations suivantes :

111Dans le cas de structures des relations en mutation, la conception de l’interaction des systèmes des groupes est plus réaliste pour l’avenir que la conception d’interaction inter-étatique. Des régions en tant qu’unités des négociations prendront la relève des unités étatiques.

  1. La réalité politique a démontré que des solutions globales ne sont pas opérationnelles (échec du dialogue Nord-Sud). La réponse doit être trouvée dans une voie intermédiaire entre global et national, c’est-à-dire à un niveau régional ou fonctionnel.

  2. Le concept de la coopération trilatérale des années 80 tend à s’orienter autour des éléments nouveaux suivants :

  • Plutôt l’analyse des structures des mutations entre groupes et régions que les mutations elles-mêmes.

  • Cohérence de l’utilisation globale de pétro-dollars (aide, investissement, opérations bancaires) dans le contexte de l’industrialisation de la région arabe, le rôle arabe sur les marchés financiers internationaux, etc.).

  • Orientation vers des projets et programmes directement productifs (pour préparer aussi des relations commerciales avec les pays du Tiers Monde bénéficiaires de l’aide arabe).

  • – Intégration dans les plans de développement sous-régionaux, sectoriels ; par exemple, participation au développement de la région du Sahel, du potentiel agricole d’un continent ; nouvelles technologies agricoles, nouvelles sources d’énergie, etc.

  • Considération de la complémentarité des ressources intrarégionales et interrégionales ; affinités avec les sociétés et cultures arabes.

  • Aménagement des conflits d’intérêts par une synthèse qui se trouve à une dimension plus élevée que les éléments conflictuels (par exemple, conflits dans les pré-conditions : mutation des éléments structurels pour harmoniser les stratégies ; conflits dans les stratégies : nouvelle conception et finalité des activités socio-économiques, etc.).

112L’application de cette conception serait d’utiliser les ressources et capacités complémentaires :

  • Celles des pays industrialisés : technologie adaptée, intermédiaire et de pointe, finance ;

  • Celles du monde arabe : finance et participation ;

  • Et celles des pays en voie de développement : potentiel agricole et potentiel minier exploités à l’échelle industrielle.

  • 41 Cf. Henri Laborit, La Nouvelle Grille, Paris, 1974, p. 216 : « Une économie planétaire des ressourc (...)

113Cela devrait se réaliser dans des accords fonctionnels dont les résultats pourraient contrôler, sinon dissoudre, les crises actuelles pour qu’elles ne deviennent pas structurelles et permanentes dans une récession mondiale. L’achèvement de la coopération trilatérale doit être la constitution d’une véritable économie planétaire unifiée41.

114Traute WOHLERS-SCHARF OCDE,

  • 42 Le Centre de Développement de l’OCDE n’entend donner aucune approbation ou improbation aux opinions (...)

115Centre de Développement42 Paris, 1980.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

I. OUVRAGES

Demir (Soliman). – The Kuwait Fund and the Political Economy of Arab Regional Development, New York, 1976.

Demir (Soliman). – Arab Development Funds in the Middle East. New York, 1979.

Khouja (M.W.) and Sadler (R.C.). – The Economy of Kuwait, Development and Role in International Finance. London, 1979.

MEED. – Middle East Financial Directory. London, 1980.

Scharf (Traute) (à partir de 1979 Wohlers-Scharf). – Coopération trilatérale, Paris, Centre de développement OCDE, 1978, 2 volumes (français et anglais).

Scharf (T.) and Traumann (G.). – Panel Meeting Report on Training for Development Bankers, English and French, OECD/DSE Panel Meeting, Paris, 1978. Published by The German Foundation (DSE), Edited by the authors, Berlin, 1979.

Sid Ahmed (Abdelkader). – L’économie arabe à l’heure des surplus pétroliers, La Rochelle, 1975 (Économies et Sociétés).

Stephens (Robert). – The Arab’s New Frontier. London, 1976.

II. DOCUMENTS OFFICIELS

ABU DHABI FUND FOR ARAB ECONOMIC DEVELOPMENT :

Annual Report.

Projects financed by Abu Dhabi Fund for Arab Economic Development, 1974-79 (document interne).

Bird/IdaCo-Financing Practices and Potential. Washington D.C., 5th March, 1975.

CHASE WORLD INFORMATION CORPORATION. – Arab Aid : Who Gets It, For What, and How. New York, 1978.

KUWAIT FUND FOR ARAB ECONOMIC DEVELOPMENT :

Law n° 35 (1961) for the Establishment of the Kuwait Fund for Arab Economic Development, as amended by Law n° 9 (1963), Law n° 64 (1966) and Law n° 25 (1974) for the reorganization of the Kuwait Fund, 1961 and 1974.

Annual Reports.

Kuwait Fund Commitments, January 1978 – June 1980 (document interne).

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ECONOMIQUES :

Cofinancement de projets de développement par des pays membres du CAD et de l’OPEP et des institutions financières internationales, Paris, mai 1980 (document interne) (OCDE).

Coopération pour le Développement, Examens annuels, 1979.

SAUDI FUND FOR DEVELOPMENT :

– Basic Information on Loan Commitments, 19/2/75-14/5/80.

Saudi Arabia, A Financial Times Survey, Policy under review : aid. April 1979.

UNCTAD. – Financial solidarity for development, Efforts and institutions of the members of OPEC, Geneva, 1977.

III. DOCUMENTS DE CONFÉRENCE ET ÉTUDES

Al-Hamad (A).

Arab Funds and International Economic Cooperation. Kuwait Fund, 1973.

Building up development-oriented institutions in the Arab countries. Kuwait Fund, 1972.

Bilateral Development Aid – the view from the Kuwait Fund. Kuwait Fund, 1971.

El Beblawi (H.). – OPEC surplus countries and the Third World, Working Paper, Kuwait, 1979.

Friedman (Irving S.). – The new world of the rich-poor and the poor-rich, Fortune, May, 1975.

Scharf (Traute) (à partir de 1979 WOHLERS-SCHARF) :

Anticipatory Intelligence and Arab Funds and Banks. Conference document prepared for the « Meeting on the Knowledge Industry and the Process of Development », OECD Development Centre, Paris, 9th-12th June, 1980.

La coopération trilatérale comme stratégie du développement. Document préparé en vue d’un colloque organisé par l’Académie mondiale pour la paix sur le thème : « Les relations triangulaires Europe-Afrique-Pays Arabes ». Monaco, 24-26 avril 1980.

Arab Development Assistance for the Least Developed Countries : Philosophy and Perspectives. Paper prepared for the Development Centre Seminar on « The Prospects for the Least Developed Countries in the 80s », 12th-13th December, 1979.

New parameters of interdependance between Europe and the Arab region – Paper prepared for a conference organised by the « Pio Manzù » Research Centre on « Europe and the Arab Nation », Rimini, 30th Sept. to 2nd October, 1979.

The financial institutions of the Gulf States and Euro-Afro-Arab Cooperation. Paper prepared for a Conference organised by the « Pio Manzù » Research Centre on « Development-Interdependence-Cooperation », Rimini, lst-3rd October, 1978.

Development Banks and Trilateral Cooperation. Document prepared for the International Programme on Industrial Development Banking, jointly organised by UNIDO and the Development Banking Centre, New Delhi, Bangalore, October 1978.

Development Banks and Trilateral Cooperation. Document prepared for the Sixth Ordinary Meeting of ALIDE, Peru, August, 1976 (Published in Spanish).

Development Funds in the Middle East. Document prepared for a meeting of experts on project appraisal, Copenhagen, 8th-10th October, 1975.

Shihata (Ibrahim). – The Kuwait Fund for Arab Economic Development : a legal analysis, Kuwait Fund, 1973.

Shihata (I.) and Mabro (R.). – Le Bilan de l’Aide de l’OPEP, le Fonds Spécial de l’OPEP. Vienne, 1978.

Williams (Maurice J.). – The Aid Programms of OPEC Members. Paris, OECD, 1976.

V. PÉRIODIQUES

Financial and Economic Briefs. Abu Dhabi, Abu Dhabi Fund for Arab Economic Development.

L’Économiste arabe (anciennement L’Économie des pays arabes, Beyrouth.

Marchés tropicaux et méditerranéens, Paris.

Middle East Economic Digest, Londres.

Middle East Economie Survey, Londres.

Annexes

ANNEXE 1

Tableau synoptique et comparatif des fonds arabes nationaux

Tableau synoptique et comparatif des fonds arabes nationaux

ANNEXE 2

Répartition géographique et sectorielle des projets financés par des fonds arabes nationaux
1. Répartition géographique

Répartition géographique et sectorielle des projets financés par des fonds arabes nationaux1. Répartition géographique

Note (1)4
Source : D’après les données de « Chase World Information Corporation », New York, 1978.

2. Répartition sectorielle

2. Répartition sectorielle

Source : Chase World Information Corporation, New York, 1978.

ANNEXE 3

Arrangements de co-financement arabe avec des pays industrialisés et des institutions internationales

Arrangements de co-financement arabe avec des pays industrialisés et des institutions internationales

x = Co-financement de projets de développement.
O = Relations de travail : consultations officielles, échange d’informations, visites périodiques, etc.
+ = Accords spéciaux portant, par exemple, sur la soumission d'une liste de projets aux intermédiaires financiers arabes, une coopération pour des études de faisabilité, la formation de personnel, le financement conjoint de services de consultants, etc.
Source : SCHARF (T.), Coopération Trilatérale, op. cit., vol. I, p. 111 (mis à jour). OCDE, co-financement..., op. cit., p. 3.

Notes

1 Cf. Khouja and Sadler, The Economy of Kuwait, London, 1979, p. 4.

2 Les principaux intermédiaires et sociétés d’investissement arabes, qui affectent la totalité ou une partie de leur capital opérationnel – provenant des excédents pétroliers – à des projets de développement dans le Tiers Monde, peuvent être classés en 7 groupes :
i) fonds de développement nationaux ;
ii) fonds et banques de développement multinationaux ;
iii) banques d’affaires arabes ;
iv) sociétés d’investissements spécialisées ;
v) consortiums bancaires associant des capitaux arabes et des capitaux de pays industrialisés ;
vi) établissements bancaires bilatéraux associant un pays exportateur de pétrole et un pays en développement ;
vii) institutions bilatérales euro-arabes de transfert technologique.

3 Kuwait Fund for Arab Economic Development.

4 Demir (Soliman), The Kuwait Fund and the Political Economy of the Arab Regional Development, New York, 1976, p. 19.

5 Alhamad (A.Y.), Bilateral Development Aid :The View from the Kuwait Fund, Kuwait Fund, 1974, p. 10.

6 Ibid., p. 5.

7 Le Fonds du Kuwait octroie des crédits mais ne peut prendre des participations au capital des entreprises assistées.

8 Abu Dhabi Fund for Arab Economic Development.

9 Saudi Fund for Development.

10 Cf. Annexe 1, tableau synoptique et comparatif des fonds nationaux arabes.

11 Loi n° 35 (1961) portant création du Fonds du Kuwait. Loi n° 35 (1974) pour la réorganisation du Fonds du Kuwait.

12 Khouja and Sadler, The Economy of Kuwait, London, 1979, p. 229.

13 La provision des garanties semble devenir une forme importante dans l’avenir. Le « Development Committee » est en train d’étudier comment activer cette forme d’opérations dans les institutions financières internationales.

14 Al-Hamad (A.), Bilateral Development Aid : The view from the Kuwait Fund, Kuwait Fund, 1974, p. 9.

15 Cf. annexe 2, Répartition géographique et sectorielle des projets financés par des fonds arabes nationaux.

16 OCDE, Coopération pour le Développement, Examen 1979, Paris, 1979, pp. 155 et 156.

17 Il y a, par contre, un « Secrétariat de coordination » pour toutes les institutions financières arabes au sein du Fonds arabe à Kuwait [Coordination Secretariat at the Arab Fund for Economic and Social Development].

18 Cf. annexe 3, Arrangements du co-financement arabe avec les pays industrialisés et des institutions internationales.

19 Cf. Annexe 1, paragraphe 14 :« Restrictions statutaires ».

20 Shihata (Ibrahim), The Kuwait Fund for Arab Economic Development, a legal analysis, Kuwait, 1973, p. 30.

21 OCDE, Direction de la Coopération pour le Développement, Co-financement de projets de développement par les pays membres du CAD et de l’OPEP et des institutions financières internationales, Paris, mai 1980, pp. 1, 3 et 5.

22 Cf. Annexe 3, op. cit.

23 Cf. Annexe 1, Tableau synoptique et comparatif des fonds nationaux arabes.

24 Loi n° 3, 1971, portant création du Fonds d’Abu Dhabi. Loi n° 7, 1974, pour la réorganisation du Fonds d’Abu Dhabi.

25 Cf. annexe 2, Répartition géographique et sectorielle des projets financés par des fonds arabes nationaux.

26 Cf. Annexe 1, paragraphe 14 : Restrictions statutaires.

27 Cf. Annexe 3, Arrangements de co-financement arabe avec des pays industrialisés et des institutions internationales.

28 Cf. Annexe 1, Tableau synoptique et comparatif des fonds nationaux arabes.

29 UNCTAD, Financial Solidarity for Development, Genève, 1977, p. 47.

30 Cf. Annexe 1, partie B : modalités d’action.

31 Cf. Annexe 2, Répartition géographique et sectorielle des projets financés par les fonds arabes nationaux.

32 Cf. annexe 3, Arrangements de co-financement arabe avec des pays industrialisés et des institutions internationales.

33 A. Al-Hamad, Arab Funds and International Economic Co-operation, Kuwait Fund, 1973, p. 4.

34 La 4e réunion ministérielle du Club du Sahel s’est déroulée à Kuwait en novembre 1980 sur l’invitation du président du Fonds du Kuwait. Les grands fonds arabes assistaient à cette réunion.

35 Cf. Scharf (T)., Development Banks and Trilateral Cooperation, a) Document prepared for the Sixth Ordinary Meeting of ALIDE, Peru, août 1976 (publié en espagnol) ; 6) Document prepared fer the international programme on industrial development banking, New Delhi, Bangalore, octobre 1978.

36 La Fédération mondiale des institutions financières de développement (World Federation of Development Finance Institutions) (WFDFI) va explorer, lors de sa première réunion en juin 1981 à Madrid, la possibilité d’obtenir de la part des institutions financières arabes chaque année des lignes de crédit en faveur des banques nationales de développement.

37 NOPEC : Non-oil-producing-exporting countries. Terme formulé par H. Singer.

38 Cf. Innovations dans le domaine économique et social : Firmes multinationales, banques transnationales et multinationales ; système bancaire international, etc.

39 Projet de recherche en cours au Centre de Développement, « Trilateral venture cooperation, the role of petrocapital banks in positive recycling ».

40 Cité par Ch. W. Yost, Managing the World Economy, Christian Science Monitor, Vol. 75, June 1978, p. 27.

41 Cf. Henri Laborit, La Nouvelle Grille, Paris, 1974, p. 216 : « Une économie planétaire des ressources s’impose à plus ou moins long terme ».

42 Le Centre de Développement de l’OCDE n’entend donner aucune approbation ou improbation aux opinions émises dans cette étude : ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur.

Notes de fin

1 Don.

2 Ce projet d’assistance technique est inclus dans la répartition géographique et sectorielle des projets financés.

3 Saudi Arabia. Policy under review : aid, Financial Times Survey, avril 1979.

4 +0,9 % à Chypre et à Malte.

Table des illustrations

Titre Répartition géographique et sectorielle des projets financés par le Fonds du Kuwait (janvier 1978 – juin 1980). En % et nombre de projets entre parenthèses
Légende Source : Informations primaires : Kuwait Fund Commitments, janvier 78 – juin 1980, – document interne du Fonds du Kuwait, reçu pendant la réunion des membres du CAD et les organismes d’aide arabe, OCDE, Paris, 18-20 juin 1980.[Taux de change : taux moyen 1979 IMF. 1 dinar kuwaitien = US $ 3,6203 (DK)].
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Assistance technique du Fonds d’Abu Dhabi, 1975-1979 (en milliers de $)
Légende Source : Informations primaires, Abu Dhabi Fund, « Projects financed by Abu Dhabi Fund for Arab Economic Development, 1974-1979 » – document interne du Fonds d’Abu Dhabi, reçu pendant une réunion des membres du CAD et les organismes d’aide arabes, OCDE, Paris, 18-20 juin 1980.Note 1)1Note 2)2
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Répartition géographique et sectorielle des projets financés par le Fonds d’Abu Dhabi, 1978 et 1979 (en % et nombre de projets entre parenthèses ()
Légende Source : Informations primaires, Abu Dhabi Fund, « Projects financed by Abu Dhabi Dund for Arab Economic Development, 1978-1979 ».(Taux de change : taux moyen 1979, IMF1 $ = 3,8157 dh EAU1 dh = 0,2957 $.)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2532/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Répartition géographique et sectorielle des projets financés par le Fonds Saoudien
Légende Source : Informations primaires, The Saudi Fund for Development, Basic information on Loan Commitment, 18 février 197S – 14 mai 1980, – document interne du Fonds saoudien, reçu pendant une réunion des membres du CAD et les organismes d’aide arabe, OCDE, Paris, 18-20 juin 1980.(Taux de change : Taux moyen 1979 IMF, 10 Riyal Saoudien (RS) : 0,2975 $)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2532/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau synoptique et comparatif des fonds arabes nationaux
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2532/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Répartition géographique et sectorielle des projets financés par des fonds arabes nationaux1. Répartition géographique
Légende Note (1)4Source : D’après les données de « Chase World Information Corporation », New York, 1978.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2532/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 2. Répartition sectorielle
Légende Source : Chase World Information Corporation, New York, 1978.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2532/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Arrangements de co-financement arabe avec des pays industrialisés et des institutions internationales
Légende x = Co-financement de projets de développement.O = Relations de travail : consultations officielles, échange d’informations, visites périodiques, etc.+ = Accords spéciaux portant, par exemple, sur la soumission d'une liste de projets aux intermédiaires financiers arabes, une coopération pour des études de faisabilité, la formation de personnel, le financement conjoint de services de consultants, etc.Source : SCHARF (T.), Coopération Trilatérale, op. cit., vol. I, p. 111 (mis à jour). OCDE, co-financement..., op. cit., p. 3.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2532/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable