Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule Arabique aujourd’hui. Tome I

 | 
Paul Bonnenfant

Les travailleurs immigrés de la péninsule

Serge de Klebnikoff

Texte intégral

« Le manque de main-d’œuvre qualifiée est toujours pour notre pays le problème n° 1. C’est en fait notre problème n° 1, 2 et 3... ! »
Shaykh ‛Abd al-‛Azîz al-Qurayshî, gouverneur de l’Agence monétaire saoudienne, automne 1979.
« Chaque Saoudien devrait se fixer pour objectif de remplacer un travailleur étranger »
Shaykh Hishâm Nâzer, ministre saoudien du plan, été 1979.

1Ces deux réflexions montrent bien l’inquiétude qui s’est emparée, ces dernières années, de l’ensemble des dirigeants arabes de la péninsule devant l’accroissement considérable du nombre de travailleurs immigrés qu’il leur faut accueillir.

2Facteur essentiel de l’extraordinaire développement qu’ont entrepris, surtout depuis 1973, les pays producteurs de pétrole, ces travailleurs pèsent, en effet, d’un poids important sur l’évolution économique, sociale et politique que connaît actuellement la péninsule Arabique. Longtemps ignorés, encore mal contrôlés, ils représentent pourtant aujourd’hui près de 30 % de la population totale de la péninsule. Venus d’horizons de plus en plus lointains, ils occupent presque tous les postes d’exécution, ne laissant aux nationaux que les responsabilités souvent purement formelles.

3Certes les autorités des différents pays concernés ont commencé à prendre des mesures pour essayer d’endiguer ce flot exceptionnel, mais leur effort est encore insuffisant. Le dilemme est de taille : renvoyer les étrangers n’est pas concevable pour des pays qui, en raison de leur faiblesse démographique, ont un besoin impérieux de cadres et de main-d’œuvre pour mener à bien leur développement économique. Les garder, ou en voir augmenter le nombre, peut mettre en danger l’identité même des pays qui les reçoivent et, en tous cas, présente un risque de déséquilibre régional certain.

4Il reste que des initiatives urgentes s’imposent pour remédier à cet état de fait. Elles impliquent des modifications sensibles dans les esprits et dans les attitudes, et peuvent toucher les domaines les plus divers : politique d’assimilation, égalité sociale, formation professionnelle, promotion de la femme.

5La présente étude se propose donc dans une première partie, de mesurer l’importance de l’immigration dans la péninsule Arabique, puis d’en mesurer les conséquences sur le développement de la société arabe, enfin d’analyser les perspectives d’évolution de ce problème particulièrement grave.

L’IMPORTANCE DE L’IMMIGRATION DANS LA PÉNINSULE ARABIQUE

6Alors que pendant près de quatorze siècles, par vagues successives, les populations arabes de la péninsule avaient porté la foi musulmane vers des territoires de plus en plus lointains, le xxe siècle a marqué l’arrêt puis le renversement de ce courant migratoire.

7Quatre raisons principales peuvent expliquer ce retournement : la politique de sédentarisation des bédouins par les premiers monarques saoudiens qui ont ainsi mis fin aux déplacements traditionnels de population ; l’apparition de frontières politiques au lendemain de la première guerre mondiale ; les différents conflits israélo-arabes qui ont entraîné l’exode de centaines de milliers de personnes vers les pays du Golfe ; enfin, la découverte du pétrole et son exploitation intensive qui ont entraîné l’arrivée massive de travailleurs étrangers.

8Avant de chercher à déterminer le volume exact de la main-d’œuvre immigrée actuellement établie dans les pays pétroliers de la péninsule, il est nécessaire de prendre en considération deux éléments importants : le problème général des statistiques dans les pays du Golfe, et la définition de l’état de « travailleur immigré ».

9L’obtention de données statistiques sur le problème précis des immigrés relève de la plus haute difficulté. Celles-ci sont, en effet, soit inexistantes, soit tenues secrètes, soit encore volontairement déformées (seul le Kuwait a pour règle de présenter une évaluation précise de ses immigrés). On peut penser que cette attitude est la conséquence d’une volonté de certains pays de masquer une présence trop importante de travailleurs étrangers sur leur sol. Mais alors, le danger d’une telle position est de ne jamais pouvoir mesurer avec exactitude l’importance réelle du phénomène, et d’écarter à jamais toute action efficace, que ce soit de la part d’organismes nationaux et internationaux, ou de responsables décidés.

10Il est vrai que le recensement des travailleurs immigrés n’est pas aisé dans la mesure où il faut distinguer les mouvements de population survenus au sein de la péninsule Arabique des transferts de main-d’œuvre d’origine plus lointaine. Au nom du concept de « nation arabe », certains dirigeants se refusent à qualifier « d’étrangers », des travailleurs venus d’un pays arabe frère. D’autres encore insistent sur le caractère temporaire de la présence étrangère, et qualifient les immigrés de guest-workers (travailleurs invités) sans pour autant les faire apparaître dans les statistiques.

11Tout ceci fait que l’on est obligé d’entourer de la plus grande prudence les chiffres proposés dans la présente étude. Il est d’ailleurs aussi important de retenir des ordres de grandeur, tant il est vrai que leur lecture n’enlève rien à la gravité du problème étudié.

12Dans le même esprit, il nous a apparu plus exact d’employer le terme de « non-nationaux » pour désigner les travailleurs qui n’ont pas la citoyenneté du pays dans lequel ils résident.

13Il est généralement admis que ceux-ci sont au moins 3,5 millions dans la péninsule Arabique. Répartis de façon assez inégale, ils atteignent parfois des pourcentages élevés au sein des populations autochtones : plus de 75 % dans les Émirats Arabes Unis (E.A.U.) et au Qatar, près de 70 % au Kuwait, 35 % en Arabie Saoudite. Par contre, à Bahrain, ils ne représentent que 20 % de la population, et en Oman moins de 30 %.

14Plus de 50 nationalités sont présentes dans la péninsule Arabique. Essentiellement arabe, venue du Croissant fertile puis des autres pays du Moyen-Orient, la main-d’œuvre immigrée est très vite devenue multiraciale et multiconfessionnelle : Africains, Indo-Pakistanais puis Asiatiques ont afflué en grand nombre, attirés par l’or noir. Les travailleurs d’origine occidentale n’ont jamais dépassé le dixième de la population étrangère de la péninsule.

15Examinons maintenant la place des immigrés dans les différents pays concernés par ce phénomène :

KUWAIT

16Majoritaires dans la population totale du Kuwait, les étrangers représentent aujourd’hui 71 % de la population active (voir tableau 1). Bien que leur pourcentage diminue régulièrement depuis 1965, leur nombre total a augmenté de 71 459 en 10 ans. Cette évolution, exceptionnelle dans les pays de la péninsule,est surtout due au fait que les femmes kuwaitiennes ont contribué à combler l’écart formé (de 2,5 % de la population active en 1965, elles sont passées à 8,2 % en 1975).

TABLEAU 1. Kuwait. Évolution de la population active (1965-1975)

TABLEAU 1. Kuwait. Évolution de la population active (1965-1975)

(Source : Kuwait Census 1965, 1970, 1975)

17Les prévisions officielles donnent, pour l’année 1980, une population active de 435 000 personnes, dont 305 000 non-nationaux, ce qui maintiendra le pourcentage des étrangers autour de 70 %.

18Le tableau 2 montre que la majorité des emplois offerts se situent dans le secteur des services sociaux et domestiques qui, à lui seul, en 1975, couvrait 61,2 % des emplois. Valable pour les nationaux, cette remarque l’est aussi pour les étrangers dont près de la moitié sont utilisés dans des emplois non productifs.

TABLEAU 2. Kuwait. Répartition de la population active par secteur (1970-1975)

TABLEAU 2. Kuwait. Répartition de la population active par secteur (1970-1975)

(Source : Kuwait Census 1970, 1975)

19L’analyse de la communauté étrangère du Kuwait, toujours en 1975, donnait la physionomie suivante :

20Les non-nationaux d’origine arabe représentaient 80,1 % de l’ensemble des immigrés (soit près de 420 000 personnes). Le reste des étrangers se répartissait entre Indo-Pakistanais (10,5 %) Iraniens (7,8 %) et divers (1,4 %).

21La colonie jordano-palestinienne était de loin la plus importante et se montait à elle seule à 204 178 personnes, soit 39 % du total. Venaient ensuite les Égyptiens (60 534, soit 11,6 % du total), les Irakiens (45 070, soit 8,6 %), les Syriens, les Libanais, les Yéménites etc. Au nombre de 35 121, les travailleurs du sous-continent indien ne représentaient pas alors une communauté très importante.

BAHRAIN

22Entre 1941 et 1971, la population de Bahrain a plus que doublé, mais la proportion de non-nationaux est restée la même, soit environ 21 %. (178 393 nationaux contre 37 910 non-nationaux, en 197l). Ce rapport change cependant lorsque l’on prend en considération la population active. Cette même année, celle-ci comptait 60 000 personnes, mais 37 % d’entre elles venaient de l’étranger.

PHOTOS 22, 23 et 24. – Scènes de marché au Yémen.
La R.A. du Yémen avait il y a dix ans un des plus bas revenus par tête du monde. Une partie importante de la population active masculine a quitté, pour des travaux mieux rémunérés dans les pays pétroliers, ses emplois à faibles revenus : ci-dessus à gauche, artisans réparant un narghileh, madâ‛a, dans un souk de Sanaa ; à droite, vendeur de pain de millet à Ibb ; ci-dessous, meuniers tournant leurs moulins à bras au souk de Bâjil (Photos et légende : Paul Bonnenfant).

23Parmi ces dernières, 32 % étaient originaires du sous-continent indien, 28,4 % d’Oman et 16,4 % venaient d’autres pays arabes.

24Il est remarquable de constater que Bahrain a toujours su se garder d’une trop forte présence étrangère. Le tableau 3 souligne bien la stabilité de la colonie étrangère, du moins en pourcentage.

TABLEAU 3. Bahrain. Répartition de l’emploi par sexe et par nationalité (1965-1976)

TABLEAU 3. Bahrain. Répartition de l’emploi par sexe et par nationalité (1965-1976)

(Source : J. SOCKNAT : Projections of manpower demand and supply 1971 /1986, Bahrain, Ford Foundation, 1974).

25L’absence de recensement précis sur la nature de l’immigration à Bahrain interdit aux observateurs de tirer des éléments sur l’évolution survenue ces dix dernières années. Par le calcul des départs et des arrivées de travailleurs immigrés, certains experts ont avancé quelques estimations reprises dans le tableau 4. Il est intéressant d’y noter, au sein de la population d’origine arabe, la diminution sensible du nombre d’Omanais, de même que l’on est frappé par le quadruplement du nombre d’Indo-Pakistanais en six ans. L’augmentation globale de la population étrangère paraît raisonnable.

TABLEAU 4. Bahrain. Composition de la population active étrangère (1971-1977)

TABLEAU 4. Bahrain. Composition de la population active étrangère (1971-1977)

(Sources : J. SOCKNAT, 1974. J.S. BIRKS &C.A. SINCLAIR : Nature and process of labour importing, the Arabian Gulf States of Kuwait, Bahrain, Qatar and the U.A.E. Genève, I.L.O., 1978).

26L’analyse du recensement de 1971 permet également de remarquer que les non-nationaux occupaient, à Bahrain, 68 % des emplois de l’hôtellerie ou de la restauration, 57 % des postes dans les industries de transformation, 40 % dans la construction, 35 % dans les transports et 33 % dans le commerce et le secteur bancaire. Étant donné la stabilité de la répartition de l’emploi dans cet émirat, il est permis de penser que cette répartition n’a guère changé.

QATAR

27Comme pour Bahrain, le manque d’informations récentes sur la composition de la population active au Qatar interdit une analyse correcte de la main-d’œuvre immigrée. Seule une étude faite en 1974, par le Bureau International du Travail, peut servir de référence sérieuse.

28En 1970, un recensement attribuait au Qatar une population d’environ 100 000 habitants, dont la moitié d’étrangers. En 1975, une estimation officielle donnait le chiffre de 200 000 avec la même proportion de non-nationaux. Il semble qu’aujourd’hui ce dernier chiffre soit nettement dépassé, ce qui répond à un taux de croissance assez régulier. Cependant, le rapport entre nationaux et non-nationaux paraît avoir lui aussi changé, mais dans une proportion plus favorable aux étrangers.

29L’écart est plus net lorsque l’on considère la population active. En 1975, sur un total de 66 350 travailleurs recensés, 12 500 (18,8 %) étaient Qataris et 53 850 (soit 81,2 %) étrangers.

30Il est vrai que tous les chiffres avancés dans ce cas précis doivent être pris avec prudence, dans la mesure où les autorités du Qatar ne font jamais apparaître dans leurs statistiques le chiffre des étrangers travaillant au profit du gouvernement, des armées ou de la police. Seule la répartition des permis de travail délivrés au secteur privé peut nous éclairer.

TABLEAU 5. Qatar. Répartition par nationalité des permis de travail délivrés en 1976

TABLEAU 5. Qatar. Répartition par nationalité des permis de travail délivrés en 1976

(Source : J.S. BIRKS & C.A. SINCLAIR, op. cit., p. 76).

31La lecture de ce tableau permet de réaliser la part faite aux travailleurs du sous-continent indien par rapport à ceux originaires des pays arabes. Il apparaît que ces derniers sont peu attirés par un pays dont les emplois sont très limités. Mais alors que penser d’une population étrangère dont moins de 20 % des habitants sont de souche arabe ?

32Les secteurs d’activité où l’on retrouve ces étrangers sont traditionnellement ceux des postes de direction, pour les Occidentaux et les quelques cadres arabes, et ceux des chantiers ou des services pour la grande majorité des Indiens, Pakistanais, Thais, Coréens, Cinghalais ou Malaisiens qui forment la vraie ossature du développement du Qatar.

ÉMIRATS ARABES UNIS (E.A.U.)

33Comme les autres émirats du Golfe, les E.A.U., riches en pétrole, sont confrontés à des problèmes de développement à cause de leurs ressources humaines limitées.

34La crise de la main-d’œuvre y fut si grave qu’en quinze ans il a fallu multiplier par 10 la population existante. Alors qu’en 1964 les É.A.U. ne comptaient que, 85 000 habitants, en 1978, on comptait plus de 860 000 personnes réparties dans les sept émirats de la Fédération (613 700 hommes et 248 000 femmes). Sur ce total, la part de la population active était de 35 %, soit environ 300 000 personnes, et se trouvait concentrée dans le secteur tertiaire, comme le montre le tableau 6 :

TABLEAU 6. Émirats Arabes Unis. Répartition de la population active par secteurs (1968-1975)

TABLEAU 6. Émirats Arabes Unis. Répartition de la population active par secteurs (1968-1975)

(Source : Georges AL-RASSY, in L’Économiste du Tiers-Monde, décembre 1978).

35Par le recensement des permis de travail délivrés au cours des années 1975 et 1976, on peut déterminer l’origine de la main-d’œuvre immigrée qui atteint désormais 80 % de la population active de la Fédération :

TABLEAU 7. Émirats Arabes Unis. Permis de travail par pays d’origine (1975-1976)

TABLEAU 7. Émirats Arabes Unis. Permis de travail par pays d’origine (1975-1976)

(Source : Ministère du travail, Abu Dhabi, 1976).

36La répartition géographique de ces travailleurs dans les É.A.U. était alors la suivante : Abu Dhabi 20 %, Dubayy 48 %, Sharja 23 %, Ra’s al-Khayma 5,3 %, autres Émirats 3,7 %.

37Vertigineuse, la progression des chiffres au cours de ces dernières années place les É.A.U. en tête des pays dont la structure démographique a été la plus modifiée. La totalité des structures économiques et sociales a eu à souffrir d’une telle évolution, et les planificateurs ne savent comment enrayer ce phénomène. Il est vrai que le caractère fédéré de cet ensemble politique n’aide pas les responsables, et que les intérêts de chaque Émirat passe parfois avant l’intérêt collectif.

ARABIE SAOUDITE

38Le cas de l’Arabie Saoudite est de loin le plus délicat dans la mesure où les statistiques disponibles sont contestées par la plupart des organismes internationaux compétents. Dès lors, il devient impossible de suivre une évolution démographique et d’en tirer des conclusions.

  • * Voir la contribution de Philippe FARGUES ci-dessus.

39Le recensement effectué en 1974 par le gouvernement saoudien laissait apparaître une population totale de 7 012 000 habitants. Aujourd’hui, les chiffres officiels approchent les 9 000 000. Les avis étrangers, pour leur part, ne donnent à l’Arabie Saoudite qu’une population de 4 à 5 000 000 d’habitants*.

40Quoiqu’il en soit, on estime à 1 600 000 le nombre de travailleurs étrangers qui vivent dans le royaume saoudien. D’après un sondage d’origine américaine, 65 % de ces immigrés viendraient d’autres pays arabes (du Yémen en particulier), 21 % de pays asiatiques, 10 % d’Europe et 4 % des États-Unis.

41L’attraction qu’exerce ce pays, dont la réputation d’austérité n’est pourtant plus à faire, est due essentiellement à la stabilité du régime saoudien, à la prospérité économique et aux richesses financières fabuleuses du premier pays exportateur de pétrole.

  • Voir les contributions de H. STEFFEN et O. BLANC sur la démographie yéménite, et celle de J. SWANS (...)

42Formant une colonie très nombreuse, les Yéménites occupent surtout les emplois de manœuvres, d’ouvriers peu spécialisés, de gens de maison et de petits commerçants pour le compte de propriétaires saoudiens. Ils ne dépasseraient pas 385 000 migrants.

43De nombreux Soudanais et Nubiens leur font d’ailleurs concurrence, tout en partageant avec les Éthiopiens – souvent des musulmans venus d’Erythrée – le monopole des services domestiques. Les Pakistanais occupent généralement des emplois dans les professions libérales et de nombreux petits emplois dans l’administration et dans l’armée. L’artisanat est presque totalement entre les mains des Palestiniens.

44Ces derniers se retrouvent également en grand nombre dans l’administration où ils partagent avec les Libanais, les Égyptiens, les Syriens et quelques Pakistanais des postes souvent importants.

45A la présence arabo-musulmane s’ajoute l’afflux des expatriés occidentaux, techniciens, experts, hommes d’affaires qui viennent parfois en grand nombre dans le pays. Les Américains seraient plus de 60 000 en Arabie Saoudite, les Anglais environ 10 000 et les Français 3 000.

LES RISQUES ENGENDRÉS PAR L’IMMIGRATION

46Véritablement envahis par une masse de travailleurs étrangers qui ne cesse de croître, les pays de la péninsule Arabique ont donc à faire face à un certain nombre de menaces. Celles-ci sont essentiellement de trois ordres : économique, social et politique.

Le risque économique

47Celui-ci est dans l’immédiat le plus dangereux. En effet, multinational, l’emploi est encore très hiérarchisé dans les pays arabes du Golfe, et la répartition du travail dépend très souvent des origines sociales ou géographiques du demandeur.

48Ainsi, on peut constater que les principaux postes de direction formelle sont toujours tenus par des membres des familles régnantes. Les postes de techniciens de haut niveau sont attribués aux fils de ces grandes familles, ces derniers étant en général formés dans les universités occidentales. Les postes de supervision ou de direction vont encore aux nationaux, mais ceux-ci sont presque toujours secondés pour la gestion par des non-nationaux, le plus souvent d’origine arabe. Les postes d’exécution réelle, le commerce, l’artisanat et les emplois manuels sont, eux, tenus par des non-nationaux de toutes origines.

PHOTOS 25, 26 et 27. – Ci-dessus, agriculture en R.A. du Yémen. En Arabie Saoudite et dans les États du Golfe, de grandes propriétés se sont constituées avec des moyens modernes (ci-dessous). Possédées par des nationaux, elles sont le plus souvent gérées par des Égyptiens ou des Palestiniens et cultivées effectivement par des Yéménites (au milieu, travaux d’irrigation) ou plus récemment par des Pakistanais (Photos et légende : Paul Bonnenfant).

49Cette situation est porteuse d’un danger subtil : celui de voir les nationaux sans prise sur les véritables problèmes économiques par manque de compétence technique ou d’envie réelle de les résoudre. C’est là le problème essentiel.

50Autre élément important qui nuit à la prise en charge des économies nationales par les populations autochtones : la participation réelle des travailleurs locaux qui ne dépasse pas, en chiffres bruts, les 20 %. Les taux bruts de participation des pays arabes pétroliers sont en effet très insuffisants :

TABLEAU 8. Taux bruts de participation dans les pays producteurs de pétrole (1978)

TABLEAU 8. Taux bruts de participation dans les pays producteurs de pétrole (1978)

(Sources : J.S. BIRKS & C.A. SINCLAIR, op. cit.).

51Trois raisons essentielles sont à l’origine de cette situation : la jeunesse de la population, le développement de la scolarisation, la faible participation des femmes.

52a) Dans chaque état pétrolier, les populations sont très jeunes. Le tableau suivant situe le pourcentage des jeunes de moins de 15 ans aux alentours de 45 %.

53b) Le développement considérable de la scolarisation explique également la faible part des nationaux dans la vie active de leur pays. Maintenus dans le secondaire et surtout dans les universités, les jeunes gens n’entrent plus dans les affaires ou dans les ateliers à 18 ans, ce qui crée un vide, provisoire certes, mais qu’il est urgent de combler.

54c) En raison de traditions sociales et religieuses très attentives, mais aussi à cause de leur faible niveau d’instruction, les femmes n’accèdent pas à beaucoup d’emplois. Seuls quelques secteurs leur sont ouverts, comme l’enseignement et la santé.

TABLEAU 9. Éléments démographiques concernant certains pays de la péninsule (1975)

TABLEAU 9. Éléments démographiques concernant certains pays de la péninsule (1975)

(Source : J.S. BIRKS &C.A. SINCLAIR, op. cit.).

55Les États pétroliers de la péninsule se sont donc donnés pour objectif de développer au maximum leurs ressources humaines et de donner à leurs ressortissants un rôle significatif dans les économies nationales. Mais tout aussi décidés, ils ont cherché à faire bénéficier ceux-ci des immenses richesses qu’ils avaient accumulées grâce au pétrole. Ce faisant, ils ont ouvert grand les portes des administrations centrales et des ministères, dans lesquels on retrouve d’ailleurs aujourd’hui la majorité des nationaux de chaque pays.

56Sur-payés, bénéficiant d’avantages en nature non négligeables (allocations de logement, de voyage, de mariage), tous ces fonctionnaires s’entassent dans des bureaux où ils sont par définition improductifs. L’exemple du Kuwait est, à cet égard, très significatif :

TABLEAU 10. Kuwait. Évolution de l’emploi, par secteur économique (1970-1975) (nationaux exclusivement)

TABLEAU 10. Kuwait. Évolution de l’emploi, par secteur économique (1970-1975) (nationaux exclusivement)

(Source : Kuwait Census 1970, 1975).

57Dans un rapport publié par le Bureau International du travail (WEP 2-26/ WP 20 d’août 1978), les professeurs J.S. Birks et C.A. Sinclair, spécialistes des problèmes de main-d’œuvre au Moyen-Orient écrivaient :

58«... Bon nombre de secteurs de la société arabe du Golfe sont devenus si riches que le besoin de travailler pour atteindre cette richesse n’apparaît pas chez eux du fait même qu’ils sont devenus riches au-delà de tous leurs espoirs sans faire le moindre effort physique. Dans de telles conditions, on comprend qu’ils ne soient pas enclins au travail. Ils ne raisonnent pas en termes de salaire et de travail... ».

59Peut-être un peu sévère, cette appréciation de l’état d’esprit d’une population nantie n’est pas à mettre systématiquement à la charge des nationaux ainsi comblés. Il s’agit là d’une situation de fait. Les jeunes générations des pays producteurs de pétrole travaillent aujourd’hui uniquement pour l’avenir de leur pays et non pas pour subvenir à leurs besoins.

60Voilà autant de constatations qui font que le nombre de travailleurs étrangers est appelé à augmenter sans cesse. Se persuader de leur présence temporaire n’est pas raisonnable, car désormais les nationaux de ces pays nantis ne sont pas prêts de prendre en compte des emplois qu’ils sont en train de dédaigner. Certaines catégories d’emplois sont, à l’avenir, définitivement réservés à la main-d’œuvre immigrée. Le risque est clair et les pays importateurs de main-d’œuvre doivent le savoir.

  • Voir au tome 2 la contribution de M. STEFFEN et O. BLANC, et celle de J. SWANSON.

61Menaçant pour les pays arabes pétroliers, ce risque économique existe également pour les pays exportateurs de main-d’œuvre. En effet, ces derniers bénéficient d’une ressource inespérée grâce aux devises étrangères envoyées par leurs travailleurs immigrés. Mais ils payent cet avantage par une fuite de « cerveaux » et de main-d’œuvre qualifiée dont ils ont parfois cruellement besoin. C’est le cas en particulier du Soudan, de l’Égypte, du Bengladesh et du Yémen.

62Par ailleurs, si les transferts de fonds contribuent, comme le montre le tableau 11, à fournir des sommes considérables qui améliorent sans doute la balance des paiements des pays qui en bénéficient, ils ne doivent pas devenir une condition essentielle du développement interne de ces pays.

TABLEAU 11 Montant des transferts de fonds vers les pays exportateurs de main-d’œuvre (en millions de dollars U.S.) (1973-1977)

TABLEAU 11 Montant des transferts de fonds vers les pays exportateurs de main-d’œuvre (en millions de dollars U.S.) (1973-1977)

(Source : F.M.I. International financial Statistics, in : Problèmes économiques, n°1595, 1/11/1978, p. 30 (La Documentation française, Paris).

63Il est également vrai que les pays les plus peuplés, en envoyant une main-d’œuvre généralement peu qualifiée, peuvent par ce biais alléger les pressions sur la consommation interne et parfois même diminuer quelque peu leurs importations. Cependant, leur marché intérieur risque de se trouver déséquilibré par des demandes de salaires plus élevées ou un besoin de consommation accru au moment du retour des travailleurs émigrés.

64Enfin et surtout, que penser des conséquences que pourraient avoir, pour les pays exportateurs de main-d’œuvre, une décision soudaine des pays arabes de limiter ou d’interdire d’un coup l’entrée de nouveaux travailleurs étrangers, ou encore d’en expulser un grand nombre. Les répercussions auraient alors une dimension non seulement économique mais encore politique. C’est ce qui explique la volonté actuelle des pays concernés par cette question de mettre en place des accords bilatéraux qui puissent leur offrir un minimum de garanties.

Le risque social

65Plus diffus, mais tout aussi importants, les changements sociaux entraînés par la présence étrangère dans les sociétés arabes de la péninsule sont lourds de conséquences.

66De nouveaux groupes sociaux ont émergé et sont venus s’intercaler entre les classes hiérarchisées traditionnelles : ingénieurs, officiers, chercheurs, avocats, agents commerciaux, techniciens de tous niveaux etc. Dans le même temps, une nouvelle intelligensia est née, créant, ici ou là, de nouveaux courants de pensée, moderniste ou réformiste.

67Certes, nombre de nationaux font partie de ces nouveaux groupes, mais pour la plupart, ils ont fait leurs études ou des stages en Occident (pour la seule Arabie Saoudite, on estime à 15 000 le nombre d’étudiants qui, en 1979, ont suivi des stages aux Etats-Unis). Ce sont, en fait, les immigrés qui, même s’ils sont venus pour une période limitée, composent l’essentiel de ces classes sociales récentes. Leur influence est sans doute variable suivant les domaines où ils agissent, mais leur nombre suffit à leur donner un poids important.

68A chaque classe sociale nouvelle correspond un mode de vie nouveau, des aspirations différentes ou une idéologie particulière. Il s’agit donc, pour chacune d’elles, de se trouver une place dans la société arabe au risque de heurter son caractère traditionnel et parfois même rigoriste. Si ce groupe social est représenté par une communauté ethnique importante, il peut avoir une influence non négligeable sur son environnement. Nombreux sont ceux qui pensent que « l’identité arabe » est aujourd’hui menacée, en particulier dans les émirats du Golfe.

69Autre danger, plus visible certes : l’urbanisation soudaine des pays importateurs de main-d’œuvre. Celle-ci a augmenté au point de modifier considérablement la composition des populations citadines et la configuration des tissus urbains traditionnels. Certaines principautés du Golfe comptent aujourd’hui parmi les plus urbanisées du monde et atteignent parfois des taux proches de 90 %. Or cette croissance urbaine élevée est due, pour les deux-tiers, aux mouvements migratoires.

70Il est vrai qu’en n’accueillant que des travailleurs non accompagnés de leur famille, les pays importateurs de main-d’œuvre ont pensé pouvoir éviter de construire des équipements collectifs tels que logements familiaux, dispensaires, écoles ou lieux de culte, dont ils disaient qu’ils n’auraient eu qu’un caractère provisoire. Pourtant des structures d’accueil minimales étaient nécessaires pour absorber cette masse de travailleurs, même célibataires. Or, trop souvent, ces mesures n’ont pas été adoptées et il n’est pas rare de voir, en périphérie des villes, des quartiers faits de bâtiments « provisoires » et parfois de bidonvilles.

71Les conditions de vie de milliers d’hommes, séparés de leur famille, privés de femmes, bénéficiant d’un confort plus que réduit, ne sont donc pas sans poser de problèmes. Il ne peut être question de confiner ces travailleurs sur leur chantier en leur interdisant toute pénétration du milieu environnant. Même l’organisation de « bases-vie » par les grandes sociétés internationales, ne peut effacer l’amertume que ressent un travailleur qui, en participant activement au développement du pays qui l’accueille, n’a aucune chance d’en partager les avantages.

TABLEAU 12. Taux moyens d’urbanisation dans le péninsule

TABLEAU 12. Taux moyens d’urbanisation dans le péninsule

72Il serait dangereux de penser que l’étranger n’est là que pour l’appât du gain représenté par un salaire élevé. L’écart entre le niveau de vie des populations autochtones et celui des masses laborieuses étrangères ne cesse de croître. Les populations immigrées ne pourront toujours rester insensibles à la provocation que constitue parfois un environnement richissime auquel elles n’ont pas accès. De social, ce risque peut donc devenir politique.

Le risque politique

73La dimension politique de certains mouvements sociaux survenus ces dernières années sur les chantiers des pays du Golfe n’est plus contestable. Il est intéressant, à ce sujet, de noter que la plupart des conflits sociaux ont été déclenchés par des communautés d’ouvriers non-arabes : Pakistanais en 1977 à Dubayy, Indiens à Bahrain en 1974 et en Oman en 1978, Turcs et Pakistanais en Arabie Saoudite en 1976, Coréens en Arabie Saoudite en 1977...

74Certes, la vigilance des autorités locales est toujours restée vive, et les mesures de répression se sont avérées impitoyables. Mais l’on peut se demander si ces événements, qui sont appelés à se répéter sans doute, ne pourraient pas un jour prendre une ampleur toute autre en paralysant, totalement ou en partie, un secteur vital de l’économie d’un pays. On peut également penser qu’il y a, dans cette masse d’émigrés, un terrain de choix pour tout agitateur décidé, qu’il soit ou non manipulé par une puissance étrangère.

75Menace potentielle par leur nombre global, les travailleurs immigrés peuvent l’être également par l’importance numérique de certaines de leurs communautés. Trois d’entre elles méritent une attention particulière : Les Yéménites, les Palestiniens et les Asiatiques.

PHOTOS 28 et 29. – Dans les pays producteurs de pétrole, de très nombreux magasins sont possédés par des nationaux mais gérés quotidiennement par des étrangers. Dans la boutique ci-dessus, gérant et client sont palestiniens. La présence de nombreux étrangers et l’élévation du niveau de vie ont entraîné une évolution profonde des habitudes alimentaires en Arabie Saoudite. Ci-dessous, un repas typique d’une famille moyenne entre 1975 et 1980 : la kebsa de riz, plat national, avec de la sauce ; du poulet rôti, un ragoût de légumes, du pain en galette et du lait caillé, le tout servi dans un plateau sur le tapis (Photos et légende : Paul Bonnenfant).

76a) L’immigration yéménite est de loin la plus importante. De tous temps, les habitants du sud de la péninsule Arabique sont partis chercher du travail, soit de l’autre côté de la mer Rouge, soit plus simplement chez leur voisin saoudien.

77Aujourd’hui, l’immigration yéménite en Arabie Saoudite a pris des proportions considérables, en partie à cause du fait que la présence des Yéménites dans ce pays n’est pas liée à l’existence d’un permis de travail, et qu’ils peuvent donc aller et venir à leur guise. Il est couramment admis, qu’au cours de sa vie active, chaque Yéménite (au moins celui de R.A. Yémen) a été ou ira travailler au moins une fois au profit de l’économie saoudienne.

78Malgré le fait que les Yéménites ne soient pas l’objet d’une grande considération de la part de la population saoudienne, ils sont cependant très nombreux en Arabie Saoudite. Les estimations vont de 1 000 000 à 3 000 000 ; le chiffre retenu ici, soit environ 385 000, paraît plus raisonnable.

79Sans être toujours aigu, un climat de tension existe cependant entre les communautés. Or, si l’on considère que tout événement politique qui touche l’un ou l’autre des Yémens prend une résonance particulière dans la communauté yéménite émigrée, on peut concevoir qu’il y a, en Arabie Saoudite, un risque d’affrontement potentiel.

80b) Les Palestiniens posent un tout autre problème. En effet, leur présence dans la péninsule Arabique est la conséquence d’un conflit d’ordre politique et non pas le résultat d’un transfert de main-d’œuvre comme pour les autres communautés.

81Le nombre exact et la répartition des Palestiniens sont sujets à caution, car il est difficile de distinguer dans les statistiques les réfugiés de Palestine et les citoyens jordaniens ; les deux sont généralement confondus.

82On peut penser que le nombre de Palestiniens installés dans la péninsule approche les 500 000. Parmi ceux-ci, plus de 400 000 sont considérés comme étant économiquement actifs.

TABLEAU 13. Répartition de la population palestinienne

TABLEAU 13. Répartition de la population palestinienne

(Source : Valeurs actuelles, 10/3/1980, p. 19)

83Le tableau ci-dessus montre que, dans certains pays, leur pourcentage atteindrait donc, au sein de la population active, près de 30 % (39 % même au Kuwait).

84Sans écarter le risque que peut représenter une population à la recherche d’une terre d’asile depuis plus de trente ans, et dont l’impatience, sinon le désespoir, ne cesse de croître, il paraît plus important de mesurer le poids réel que cette communauté a sur les économies nationales.

85En effet, avec les Égyptiens, les Palestiniens comptent parmi les travailleurs étrangers les plus qualifiés. Possédant en général un niveau d’instruction élevé, formés dans les meilleures universités occidentales, ils occupent partout des postes de haut niveau dans les administrations, ou des positions-clés dans l’organisation économique des pays qui les accueillent.

86Au Kuwait, où ils sont donc les plus nombreux, ils occupent par exemple : 10,8 °o des postes requérant un diplôme universitaire, 35,9 % des postes techniques, 22,7 % des postes administratifs et 14,2 °o des postes manuels qualifiés ou semi-qualifiés (Sources : Kuwait Census 1975, table 95).

87Par leur influence, plus que par leur nombre, les Palestiniens occupent bien une place importante dans la péninsule Arabique.

88c) D’origine essentiellement indo-pakistanaise avant 1975, l’immigration asiatique s’est considérablement développée ces dernières années, au point de dépasser l’immigration d’origine arabe dans certains pays de la péninsule.

TABLEAU 14. Population d’origine asiatique. Estimations 1975

TABLEAU 14. Population d’origine asiatique. Estimations 1975

(Source : J.S. BIRKS & C.A. SINCLAIR, International migration and development in the arah region. Geneva, I.L.O., 1980).

89Le tableau 14 montre en effet que, dès 1975, ce phénomène s’était déjà produit au Qatar, à Bahrain et surtout aux E.A.U. et en Oman.

90Cette tendance n’a cessé de se confirmer et l’on peut sans crainte prévoir que le nombre de travailleurs d’origine asiatique atteindra très rapidement un million si les gouvernements arabes ne prennent pas de mesures autoritaires.

91Ceci tient au fait que la main-d’œuvre venant du sous-continent indien ou d’Extrême-Orient est assez bon marché et que son recrutement est fort bien organisé. La majorité des travailleurs immigrés sont en effet acheminés par le biais d’agences spécialisées dans l’évaluation des besoins des pays importateurs de main-d’œuvre, et dans la recherche et l’acheminement des travailleurs requis.

92Malheureusement, si de grandes sociétés ont pignon sur rue et bénéficient même parfois d’une aide gouvernementale, telles que la KODCO (Korean Overseas Development Corporation) à Séoul ou la TURNER MORRISON à Bombay, nombreuses sont encore les officines dont la moralité douteuse transforme les transferts de main-d’œuvre en véritables trafics d’hommes. C’est une des raisons qui rendent les accords bilatéraux absolument nécessaires.

93Le cas des travailleurs sud-coréens est significatif du triple souci des responsables arabes de lier désormais les problèmes de contrôle de l’immigration, l’efficacité dans le travail et l’isolement des chantiers. Présents surtout en Arabie Saoudite, les Sud-Coréens sont organisés de façon quasi-militaire : arrivant par avions spéciaux, ils sont installés dans des camps où règne une discipline exceptionnelle. Sur les chantiers, encadrés sinon surveillés, ils font preuve d’une ardeur et d’une efficacité qui fait l’admiration des milieux spécialisés. Au bout d’un an, sans qu’ils aient pratiquement quitté leur lieu de travail, ils sont rapatriés vers leur pays et remplacés sur le champ.

94La solution que les pays arabes ont adoptée avec la Corée du Sud tend à être appliquée petit à petit pour tous les accords entre pays importateurs et exportateurs de main-d’œuvre. En confiant au bénéficiaire du contrat l’acheminement, le logement, la surveillance et le rapatriement dès la fin des chantiers, les autorités rendent l’employeur responsable. Ainsi, ils peuvent mieux contrôler les travailleurs étrangers.

95Seulement, de telles relations ne sont concevables qu’avec des pays qui disposent eux-mêmes d’une organisation suffisamment stricte de leur marché du travail, ce qui n’est pas le cas de tous.

LES PERSPECTIVES D’ÉVOLUTION

96Devant la gravité des problèmes posés par l’immigration, l’attitude de la plupart des gouvernements de la péninsule est restée très timide. Quelles qu’aient pu être les mesures prises, mesures de coercition ou de planification, celles-ci n’ont jusqu’à présent été que des dispositions passagères.

97Certaines autorités ont cherché à limiter le nombre des visas d’entrée, à exiger des contrats très stricts sur la durée de séjour des étrangers ou encore à expulser les fauteurs de troubles ou les immigrants entrés illégalement. D’autres ont autoritairement imposé aux sociétés étrangères d’avoir un minimum de nationaux parmi leurs personnels.

98Il ne s’agit là que de timides efforts. Les solutions passent par des politiques plus radicales, qui – tout en préservant les coutumes et les traditions qui ont fait la force des pays de la péninsule – doivent engager leurs auteurs dans des voies de progrès.

99Plusieurs domaines paraissent aujourd’hui prioritaires. Ils concernent le contrôle de la population immigrée et son assimilation au moins partielle, les politiques de formation professionnelle dont les femmes ne semblent plus pouvoir être écartées, enfin l’organisation de structures permanentes entre les États importateurs et exportateurs de main-d’œuvre.

100Des études sont actuellement entreprises dans chacune de ces voies, mais la volonté d’aboutir ne paraît pas encore affirmée.

L’attitude des autorités face à l’immigration

101Il est clair que la première des mesures à prendre par les autorités responsables des pays importateurs de main-d’œuvre est de pouvoir recenser avec exactitude l’origine et le volume de la population étrangère qui séjourne sur leur territoire. Dans les différentes capitales de la péninsule, les statistiques doivent être crédibles.

102Comme nous l’avons déjà souligné dès le début de la présente étude, les autres pays disposent de chiffres accessibles au public. Il ne faut plus que les experts ou les chercheurs manipulent des visas d’entrée et de sortie, des statistiques de pèlerinage ou des répartitions de main-d’œuvre active pour pouvoir cerner le problème des populations étrangères dans leur ensemble.

103Les informations actuellement disponibles datent, lorsqu’elles existent, de 1975 en général. Or, le flux de travailleurs immigrés a connu ces derniers temps des variations sensibles. D’une part, la main-d’œuvre étrangère s’est considérablement accrue depuis 1977, et d’autre part, ses origines géographiques se sont modifiées au profit des pays asiatiques. Aucun recensement n’a été effectué depuis.

104Quels que soient les risques engendrés par la publication de la véritable situation démographique d’un pays (prise de conscience de la véritable dimension de sa population, apparition d’une majorité de non-nationaux, présence d’une ethnie dominante..), il apparaît nécessaire sinon urgent que chaque gouvernement suive l’exemple des autorités kuwaitiennes. Aucune mesure efficace ne saurait être prise sans cela.

105Il faut aussi souligner ici la nécessité pour tous les pays concernés de mettre fin, ou au moins de limiter au maximum l’immigration clandestine qui sévit dans des proportions qualifiées d’inquiétantes par les autorités responsables.

106Les travailleurs clandestins arrivaient essentiellement sur la côte est de la péninsule Arabique à bord d’embarcations de fortune qui venaient du Balouchistan iranien ou pakistanais, et de la côte ouest des Indes. Cette voie d’accès, dont la tradition historique remonte à plusieurs siècles, est aujourd’hui utilisée d’une manière plus organisée et à plus grande échelle par de véritables trafiquants de main-d’œuvre qui, se fournissant dans les populations des pays les plus démunis d’Asie, introduisent dans les pays arabes une part importante de travailleurs non-qualifiés.

107Une autre source d’immigration clandestine est, sans aucun doute, le pèlerinage à La Mekke qui amène chaque année plusieurs centaines de milliers de musulmans étrangers sur les lieux saints de l’Islam. Malgré le contrôle de plus en plus strict exercé par les autorités saoudiennes, une partie non négligeable (3 à 5 %) des pélerins parvient à rester en Arabie Saoudite.

108Une fois contrôlée donc, cette population immigrée doit faire l’objet d’une attention toute particulière. Or, les politiques nationales vis-à-vis des travailleurs immigrés sont encore trop timides, nous l’avons dit. Leur seul point commun est le peu d’empressement que les autorités montrent pour assimiler ces populations étrangères, pourtant si nécessaires à leur économie, et dont certains ressortissants sont parfois déjà sur le territoire depuis de nombreuses années.

TABLEAU 15. Recensement des pélerins étrangers venus à La Mekke entre 1970 et 1977

TABLEAU 15. Recensement des pélerins étrangers venus à La Mekke entre 1970 et 1977

(Source : Statistiques du ministère de l’intérieur, Riyadh, 1978)

109La vraie question est, en fait, celle de la législation sur le travail et sur la citoyenneté. Aucun syndicat n’est toléré, le droit de grève est presque partout refusé. Les conflits sociaux doivent être réglés par médiation. Les permis de travail sont généralement accordés pour une année, mais l’embauche comme le licenciement ne sont assortis d’aucune garantie. Rien ne favorise l’intégration des étrangers : le parrainage est partout obligatoire pour résider sur le territoire, les immigrés n’ont pas le droit de se faire représenter dans aucune instance légale, qu’elle soit professionnelle ou politique.

110On peut se demander pourtant si les gouvernements en place ne devraient pas, alors que leur population n’est manifestement pas suffisante, faciliter l’assimilation d’une partie au moins de leurs travailleurs étrangers. Ils en auraient largement les moyens financiers, mais cela imposerait qu’ils éliminent auparavant la réticence dont font preuve leurs propres citoyens en voyant des étrangers prétendre aux bénéfices d’une partie des richesses de leur pays.

L’éducation et la formation professionnelle

111L’enseignement reste un problème critique pour le développement harmonieux des économies nationales. En effet, tous les efforts faits pour prendre en main les destinées d’un pays sont vains si les programmes d’éducation, dès l’école secondaire, ne sont pas adaptés aux besoins. Déjà peu nombreuse, la population des pays de la péninsule est de surcroît mal instruite, malgré les sommes fabuleuses mises à la disposition des ministères pour l’alphabétisation et l’éducation scolaire et universitaire.

112Cela tient pour une grande part à la nature même de l’enseignement dispensé. Les écoles coraniques sont longtemps restées les seuls lieux d’éducation. De caractère strictement religieux et réservées aux garçons, elles se sont avérées inadaptées pour répondre aux exigences du prodigieux développement des pays pétroliers.

PHOTO 30. – Le prix très élevé des loyers en Arabie Saoudite oblige souvent les Yéménites à vivre dans des baraquements où ils côtoient des familles saoudiennes originaires de régions rurales, ou à s’entasser très nombreux en appartements.

PHOTO 31. – Répartition des tâches.
Commentaire d’un Yéménite émigré en Arabie Saoudite en voyant cette photo : « Tu vois, le Saoudien commande l’ouvrage, le Syrien conseille, et c’est le Yéménite qui travaille ! » (Saoudien : debout à gauche, en thûb blanc ; Syrien : au centre, en pantalons ; Yéménite : à droite, en fûta et calotte blanche). (Photos et légende : Paul Bonnenfant).

113Les nouveaux systèmes d’instruction mis en place dans les années soixante étant largement d’inspiration occidentale, les programmes d’enseignement prirent un caractère littéraire et classique qui ne débouchait nullement sur les ouvertures techniques ou commerciales faisant défaut aux cadres nationaux. Aspirant aux lauriers de l’université, les étudiants n’étaient pas prêts à prendre la relève des cadres étrangers.

114Si l’on ajoute à ce tableau le peu d’empressement naturel que montrent les nationaux pour tout ce qui est enseignement technique, considéré comme menant obligatoirement à un travail manuel, on comprend que ces nationaux se retrouvent dans la vie active dans les secteurs d’emplois à caractère administratif. Les centres de formation professionnelle n’admettent dès lors que des candidats de niveau médiocre.

115Les efforts des gouvernements ne manquent pourtant pas. L’exemple de l’Arabie Saoudite mérite d’être cité : dès 1963, une direction de l’enseignement technique, rattachée au ministère du travail et des affaires sociales, est créée. En 1979, son budget était de 15,7 milliards de riyals (près de 20 milliards de FF) et devait servir à financer l’installation et le fonctionnement de centres de formation professionnelle dans presque chaque ville ou bourgade du Royaume. Les jeunes Saoudiens sont périodiquement exhortés à suivre les enseignements techniques pour lesquels, en plus de la pension et des frais de déplacement, ils touchent une prime mensuelle qui peut atteindre 1 500 riyals (soit près de 2 000 FF). Et pourtant le recrutement ne connaît pas un grand succès.

116Les autres pays de la péninsule consacrent également des budgets importants à la formation professionnelle de leurs jeunes nationaux, mais ils se heurtent aux mêmes problèmes.

117A ce manque d’attirance pour le secteur technique, qui va donc à l’opposé des besoins, s’ajoute l’incohérence d’une situation qui fait que, dans la plupart des pays, les femmes, représentant souvent près de 50 % de la population active potentielle, sont volontairement écartées des emplois les plus adaptés à leurs compétences.

La question du travail des femmes

118Les États pétroliers du Golfe se privent en effet des services de près de la moitié de leur population active, en écartant autoritairement les femmes. Les ressources ne manquent pourtant pas :

TABLEAU 16. Répartition de la population active par sexe

TABLEAU 16. Répartition de la population active par sexe
  • § Estimation.

Note (1)§
Source : Annuaire statistique de l’O.N.U., 1978, Section Asie occidentale.

119Les quelques emplois accessibles aux femmes le sont, par ailleurs, exclusivement en milieu féminin.

120Ces dispositions, souvent draconiennes, s’appliquent avec plus ou moins de rigueur aux femmes d’origine étrangère, ce qui ne va pas sans poser des problèmes dans la mesure où cette discrimination est ressentie avec amertume par les citoyennes des différents pays de la péninsule.

121Il est vrai qu’aujourd’hui les écoles s’ouvrent de plus en plus aux filles. Après la création de l’instruction primaire, la progression s’est poursuivie régulièrement, pays par pays, avec la création d’un enseignement féminin secondaire, puis supérieur. Les universités accueillent désormais un nombre toujours plus grand de filles. Seulement l’accès à un emploi reste encore très limité.

122Tant que subsistera cet état de fait, la situation de l’emploi dans les pays arabes de la péninsule ne pourra évoluer. Or, certains responsables reconnaissent qu’il y a une contradiction flagrante entre la volonté de « nationaliser » un maximum de professions et la nécessité de faire appel à des étrangers pour occuper des postes que des femmes pourraient au demeurant fort bien tenir. Sans éliminer totalement la présence étrangère, une plus grande participation des femmes à la vie active du pays contribuerait à résoudre en partie le problème.

L’organisation du marché de la main-d’œuvre

123Condamnés à dépendre pendant plusieurs années encore de la main-d’œuvre étrangère, les pays pétroliers doivent essayer de mettre en place des structures qui permettent des transferts de main-d’œuvre pour une durée et dans des domaines de qualification donnés. Le dialogue entre pays importateurs et pays exportateurs de main-d’œuvre est donc plus que nécessaire.

124Un des premiers exemples a été fourni par l’accord signé en 1974 par l’Égypte et le Qatar, et qui prévoyait l’envoi, sur cinq années, de 9 000 travailleurs égyptiens. En fait, en novembre 1977, près de 13 000 permis de travail avaient été délivrés par le gouvernement du Qatar, ce qui montre bien le succès de tels contrats.

125Ces accords ont été repris sous d’autres formes entre organismes spécialisés ou officiels. Aujourd’hui, plusieurs ont été signés par certains pays arabes avec des pays du sous-continent indien (Inde, Pakistan, Bangladesh) ou d’Extrême-Orient (Philippines, Corée du Sud).

126Ces arrangements bilatéraux, tout en étant fortement recherchés par les uns et les autres, ne satisfont cependant pas les pays exportateurs de main-d’œuvre. Ces derniers protestent en effet contre le peu de profits qu’ils tirent de l’envoi, dans des pays souvent beaucoup plus riches qu’eux, d’une main-d’œuvre dont l’usage leur fait parfois défaut.

127Par la voix du prince héritier Hassan, la Jordanie a, en 1977, demandé clairement la création d’un « fonds de compensation » pour les pays exportateurs de main-d’œuvre. Le but de celui-ci serait de financer, sur une base plus équitable, les plans de développement des pays les plus démunis. On peut penser que cette idée, non encore adoptée à ce jour, trouvera un écho toujours plus grand dans les années à venir.

128Pour le moment, une nouvelle forme de coopération apparaît dans les capitales arabes de la péninsule. Afin de mieux contrôler les transferts de main-d’œuvre et de répondre avec efficacité tant aux besoins des pays importateurs qu’aux exigences des pays exportateurs, les parties concernées commencent à échanger des fonctionnaires, véritables « attachés du travail », dont le rôle est de coordonner les actions des gouvernements respectifs en matière de politique d’emploi.

129Il reste que ces premières démarches ne peuvent résoudre un problème dont la solution est à rechercher, au minimum, au niveau régional. Il est clair que seule une réunion de tous les pays exportateurs et importateurs de main-d’œuvre, sous l’égide du Bureau arabe du travail ou du Bureau international du travail, peut prétendre mettre de l’ordre dans une situation encore assez désordonnée.

130Cette réunion pourrait, dans un premier temps, ne concerner que les pays arabes, puis – en cas de succès – s’élargir aux pays musulmans.

131Le premier stade proposé ne paraît pas insurmontable dans l’état actuel des choses.

***

132L’importance de l’immigration étrangère dans les pays arabes pétroliers continuera, ces prochaines années, à croître. L’importation de main-d’œuvre restera un élément essentiel du développement économique de chacun des pays concernés. Même des événements politiques graves ne devraient pas changer fondamentalement cette tendance.

133Aussi les mesures à prendre sont-elles urgentes et doivent-elles être élaborées dans les plus brefs délais. Non pas individuellement, en fonction d’intérêts nationaux, mais collectivement – à l’échelle régionale, pour que s’harmonisent enfin les politiques de formation, d’emploi et de transfert des travailleurs attirés par les pays de l’or noir.

134Mais la condition essentielle d’un quelconque succès est le réalisme : toute mesure prise unilatéralement, autoritairement, serait lourde de conséquence tant pour le pays importateur que pour le pays exportateur de main-d’œuvre. C’est donc bien un dialogue qui doit s’instaurer entre les parties concernées, dialogue d’où sortiraient des solutions bénéfiques à tous.

135Les grands organismes régionaux tels que la Ligue arabe ou la Conférence islamique ont déjà confié à leurs experts l’étude de ce problème particulier. L’Organisation des Nations Unies, dans le cadre de son programme de recherche sur l’emploi dans le monde (W.E.P. research), a lancé de nombreuses études sur le sujet.

136Les recommandations qui concluent les ouvrages ou les conférences spécialisées sont riches d’enseignements. Il reste aux pays concernés à les prendre en considération, dans la mesure où elles contribuent déjà à l’élaboration d’un avenir meilleur pour une région du monde menacée aujourd’hui de perdre sa souveraineté.

137Paris, mars 1980.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

En langue anglaise

Abu-Lughod (J.). – Recent migrations in the Arab World. In : Mc Neill (W.H.) and Adams (R.S.), eds., Human migrations. Bloomington (Ind.), Indiana U. Press, 1978.

Azzam (H.T.). – Labour migration in the Arab region : A structural analysis. Regional Seminar on Population, Employment and International migration in the Gulf Countries, Arab Planning Institute. Kuwait, 16-18 Dec. 1978.

Anthony (J.D.). – Arab States of the lower Gulf. People, politics, petroleum. Washington, Middle East Institute, 1975.

Birks (J.S.) and Sinclair (C.A.). – Nature and Process of labour importing. The Arabian Gulf states of Kuwait, Bahrain, Qatar and the United Arab Emirates. Geneva, ILO, World Employment Programme Research working paper, 1978.

Birks (J.S.) and Sinclair (C.A.). – Some aspects of the labour market in the Arabian Gulf with special reference to Kuwait. J. of Gulf and Arabian Peninsula Studies, Jan. 1979.

Birks (J.S.) and Sinclair (C.A.). – Some aspects of the labour market in the Middle East with special reference to the Gulf States. J. of Developing Areas (Macomb, III.), April 1979.

Birks (J.S.) and Sinclair (C.A.). – The international migration project : An enquiry into the Middle East labour market. International Migration Review (New York), Spring, 1979.

Farrag (A.M.). – Migration between Arab countries. In : ILO, Manpower and Employment in Arab Countries, some critical issues. Geneva, 1975.

Fenelon (K.G.). – The United Arab Emirates, an economic and social survey. London, Longman, 1973.

Hill (A.G.). – The demography of the population of Kuwait. Population Bulletin of the United Nation Economic commission for Western Asia (Beirut), July 1977.

Mabro (R.E.). – Employment, choice of technology, sectoral priorities. In : I.L.O., Manpower and Employment in Arab Countries, some critical issues. Geneva, 1975.

Sadik (M.T.) and Snavely (W.P.). – Bahrain, Qatar and the United Arab Emirates : Colonial past, present problems and future prospects. Lexington (Mass.), Lexington books, 1972.

Stone (R.A.). – OPEC and the Middle East. The impact of oil on societal development. New York, Praeger, 1977.

En langue française

George (P.). – Les migrations internationales. Paris, PUF, 1976.

Lamois (Ph.). – Les Emirats arabes du Golfe : Koweit, Bahrain, Qatar, Fédération des Émirats Unis. Paris, Nagel, 1976.

Djalili (M.R.). – Le Golfe Persique, problèmes et perspectives. Paris, Dalloz, 1978.

Joukhadar (A.H.). – Les étrangers au Koweit. Population, vol. 3, n° 1, jan.-fév. 1980, pp. 57-82.

Khader (В.). Les Palestiniens au Koweit. L’Afrique et l’Asie Modernes, n° 119, 4e trimestre 1978.

Shaw (R.P.). – Les migrations et l’emploi dans le monde arabe. L’industrie de la construction, facteur décisif. Revue Internationale du Travail, vol. 118, n° 5, Genève 1979.

Townsend (j.). – Le développement industriel dans les États pétroliers du Machrek : un choix difficile. Maghreb-Machrek, n° 86, oct.-déc. 1979.

Townsend (J.). – L’industrie dans les Émirats Arabes Unis. Maghreb-Machrek, n° 87, jan.-fév.-mars 1980.

Divers

Séminaire franco-arabe sur la formation professionnelle des adultes (16/19 juin 1975). Chambre de commerce franco-arabe, Paris.

2e colloque franco-iranien sur le golfe Persique et l’océan Indien (26/27 fév. 1977). Université de Téhéran, Centre des hautes études internationales.

Bureau international du travail : Rôle des organisations d’employeurs dans les pays arabes. Table ronde tenue à Alexandrie (Égypte) du 16 au 22 oct. 1976. Série relations professionnelles n° 54, Genève, 1976.

Bureau international du travail :

Documents de la série législative : Arabie Saoudite 1/1969. Bahrain 1/1976. Year-book of labour statistics, 1977.

Labour force 1950-2000, vol. 1 (Asia), 1977.

Notes de fin

* Voir la contribution de Philippe FARGUES ci-dessus.

Voir les contributions de H. STEFFEN et O. BLANC sur la démographie yéménite, et celle de J. SWANSON sur l’émigration yéménite, tome 2 de cet ouvrage.

Voir au tome 2 la contribution de M. STEFFEN et O. BLANC, et celle de J. SWANSON.

§ Estimation.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Kuwait. Évolution de la population active (1965-1975)
Légende (Source : Kuwait Census 1965, 1970, 1975)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre TABLEAU 2. Kuwait. Répartition de la population active par secteur (1970-1975)
Légende (Source : Kuwait Census 1970, 1975)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende PHOTOS 22, 23 et 24. – Scènes de marché au Yémen.La R.A. du Yémen avait il y a dix ans un des plus bas revenus par tête du monde. Une partie importante de la population active masculine a quitté, pour des travaux mieux rémunérés dans les pays pétroliers, ses emplois à faibles revenus : ci-dessus à gauche, artisans réparant un narghileh, madâ‛a, dans un souk de Sanaa ; à droite, vendeur de pain de millet à Ibb ; ci-dessous, meuniers tournant leurs moulins à bras au souk de Bâjil (Photos et légende : Paul Bonnenfant).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre TABLEAU 3. Bahrain. Répartition de l’emploi par sexe et par nationalité (1965-1976)
Légende (Source : J. SOCKNAT : Projections of manpower demand and supply 1971 /1986, Bahrain, Ford Foundation, 1974).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre TABLEAU 4. Bahrain. Composition de la population active étrangère (1971-1977)
Légende (Sources : J. SOCKNAT, 1974. J.S. BIRKS &C.A. SINCLAIR : Nature and process of labour importing, the Arabian Gulf States of Kuwait, Bahrain, Qatar and the U.A.E. Genève, I.L.O., 1978).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre TABLEAU 5. Qatar. Répartition par nationalité des permis de travail délivrés en 1976
Légende (Source : J.S. BIRKS & C.A. SINCLAIR, op. cit., p. 76).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre TABLEAU 6. Émirats Arabes Unis. Répartition de la population active par secteurs (1968-1975)
Légende (Source : Georges AL-RASSY, in L’Économiste du Tiers-Monde, décembre 1978).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre TABLEAU 7. Émirats Arabes Unis. Permis de travail par pays d’origine (1975-1976)
Légende (Source : Ministère du travail, Abu Dhabi, 1976).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende PHOTOS 25, 26 et 27. – Ci-dessus, agriculture en R.A. du Yémen. En Arabie Saoudite et dans les États du Golfe, de grandes propriétés se sont constituées avec des moyens modernes (ci-dessous). Possédées par des nationaux, elles sont le plus souvent gérées par des Égyptiens ou des Palestiniens et cultivées effectivement par des Yéménites (au milieu, travaux d’irrigation) ou plus récemment par des Pakistanais (Photos et légende : Paul Bonnenfant).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre TABLEAU 8. Taux bruts de participation dans les pays producteurs de pétrole (1978)
Légende (Sources : J.S. BIRKS & C.A. SINCLAIR, op. cit.).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre TABLEAU 9. Éléments démographiques concernant certains pays de la péninsule (1975)
Légende (Source : J.S. BIRKS &C.A. SINCLAIR, op. cit.).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre TABLEAU 10. Kuwait. Évolution de l’emploi, par secteur économique (1970-1975) (nationaux exclusivement)
Légende (Source : Kuwait Census 1970, 1975).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre TABLEAU 11 Montant des transferts de fonds vers les pays exportateurs de main-d’œuvre (en millions de dollars U.S.) (1973-1977)
Légende (Source : F.M.I. International financial Statistics, in : Problèmes économiques, n°1595, 1/11/1978, p. 30 (La Documentation française, Paris).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre TABLEAU 12. Taux moyens d’urbanisation dans le péninsule
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende PHOTOS 28 et 29. – Dans les pays producteurs de pétrole, de très nombreux magasins sont possédés par des nationaux mais gérés quotidiennement par des étrangers. Dans la boutique ci-dessus, gérant et client sont palestiniens. La présence de nombreux étrangers et l’élévation du niveau de vie ont entraîné une évolution profonde des habitudes alimentaires en Arabie Saoudite. Ci-dessous, un repas typique d’une famille moyenne entre 1975 et 1980 : la kebsa de riz, plat national, avec de la sauce ; du poulet rôti, un ragoût de légumes, du pain en galette et du lait caillé, le tout servi dans un plateau sur le tapis (Photos et légende : Paul Bonnenfant).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre TABLEAU 13. Répartition de la population palestinienne
Légende (Source : Valeurs actuelles, 10/3/1980, p. 19)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre TABLEAU 14. Population d’origine asiatique. Estimations 1975
Légende (Source : J.S. BIRKS & C.A. SINCLAIR, International migration and development in the arah region. Geneva, I.L.O., 1980).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre TABLEAU 15. Recensement des pélerins étrangers venus à La Mekke entre 1970 et 1977
Légende (Source : Statistiques du ministère de l’intérieur, Riyadh, 1978)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende PHOTO 30. – Le prix très élevé des loyers en Arabie Saoudite oblige souvent les Yéménites à vivre dans des baraquements où ils côtoient des familles saoudiennes originaires de régions rurales, ou à s’entasser très nombreux en appartements.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende PHOTO 31. – Répartition des tâches.Commentaire d’un Yéménite émigré en Arabie Saoudite en voyant cette photo : « Tu vois, le Saoudien commande l’ouvrage, le Syrien conseille, et c’est le Yéménite qui travaille ! » (Saoudien : debout à gauche, en thûb blanc ; Syrien : au centre, en pantalons ; Yéménite : à droite, en fûta et calotte blanche). (Photos et légende : Paul Bonnenfant).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre TABLEAU 16. Répartition de la population active par sexe
Légende Note (1)§Source : Annuaire statistique de l’O.N.U., 1978, Section Asie occidentale.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2525/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540