Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule Arabique aujourd’hui. Tome I

 | 
Paul Bonnenfant

Présentation démographique des pays de la péninsule Arabique

Philippe Fargues

Texte intégral

INTRODUCTION

1La démographie de la péninsule Arabique est une démographie de contrastes. A l’opposition séculaire entre les zones de peuplement rural du sud – montagnes du ‛Asîr et du Yémen, Hadramawt et Jabal Akhdar – et le désert nomade, s’ajoute depuis peu l’opposition entre ces zones traditionnelles de peuplement et les bassins pétroliers, nouvelles aires d’urbanisation.

2C’est aussi la démographie qui, dans le monde actuel, connaît les transformations les plus accélérées. Deux types presque inversés de reproduction de la population s’y juxtaposent et s’y complètent partiellement.

3Dans les pays producteurs de pétrole, l’abondance de capitaux a rapidement suscité une énorme demande de main-d’œuvre, si bien qu’aujourd’hui, c’est l’immigration qui y assure l’essentiel de la reproduction. Cela conduit à un triple déséquilibre de population : entre nationaux et étrangers, déjà majoritaires dans la plupart des émirats du Golfe ; entre sexes, puisque l’immigration est surtout masculine ; et entre groupes d’âge en raison de la sur-représentation des âges actifs chez les immigrants. Cela aboutit à un peuplement qui, dans sa forme actuelle, est tout à fait artificiel sur le plan démographique : pyramides des âges asymétriques, variations aberrantes de la masculinité selon l’âge, prédominance de la migration nette sur l’accroissement naturel dans l’accroissement global.

4A l’inverse, le faible niveau de développement des forces productives dans les pays non producteurs de pétrole continue d’y occasionner une importante émigration, en sorte que la reproduction démographique naturelle y est assez largement entamée par une migration nette négative. Dans ces régions aussi, on observe un triple déséquilibre de population, même s’il est moins frappant que dans le premier groupe : au sein des nationaux, entre résidents et expatriés, et au sein des résidents, entre sexes (sur-représentation des femmes qui émigrent moins que les hommes) et entre groupes d’âge (sous-représentation des âges actifs).

5L’opposition presque terme à terme entre ces deux groupes de pays ne suffit pas à faire de l’ensemble de la péninsule une région de reproduction démographique endogène. En effet, si la majorité de l’émigration des deux Yémen est destinée aujourd’hui aux pays producteurs de pétrole de la péninsule, ces derniers reçoivent une importante immigration de pays situés hors de la péninsule, au moins telle qu’on l’a délimitée pour cet ouvrage : pays arabes du Proche-Orient (à Kuwait, par exemple, la population originaire de Palestine, Jordanie, Syrie, Liban et Egypte représente plus de 63 % de l’ensemble des immigrés, et les seuls Palestiniens, de nationalité palestinienne ou jordanienne, 39 %), et pays d’Asie (toujours à Kuwait, les Iraniens, Indiens et Pakistanais constituent 18 % des résidents étrangers). Ces chiffres suffisent à montrer que, pas plus sur le plan démographique que sur le plan économique, on ne saurait traiter la péninsule Arabique ni comme une région homogène ni comme une région fermée.

6Dans cet article, nous aurons toujours le souci de donner une présentation comparative des pays de la péninsule, pour en faire ressortir l’hétérogénéité interne. Nous aborderons successivement le problème que pose au démographe la rareté des sources statistiques, puis la présentation démographique proprement dite de la région, pour terminer par une évocation des aspects démographiques de la main-d’œuvre, tant les questions relatives à l’emploi sont déterminantes de l’évolution démographique actuelle de la péninsule. Par contre, nous n’entrerons pas dans le détail de l’analyse des populations immigrées ou émigrées, cette question faisant l’objet des articles de S. de Klebnikoff, de H. Steffen et 0. Blanc, et J. Swanson.

7Nous précisons enfin que nous nous sommes refusé à l’exercice de style qu’aurait représenté la réalisation de projections de population. Tout d’abord en effet, les populations de la péninsule ne sont pas connues dans leur histoire, même récente (qui intervient dans la projection des tendances à venir), puisque ces pays viennent seulement de mettre en place des systèmes d’enregistrement statistique. Ensuite et surtout, ces pays sont saisis aujourd’hui dans une phase exceptionnelle de leur démographie, trop largement tributaire de la conjoncture économique mondiale (avenir du pétrole notamment) pour que l’on puisse se risquer à des hypothèses démographiques, même de moyen terme. Le lecteur pourra toujours consulter certaines de nos références bibliographiques consacrées à des essais de ce genre : la contradiction entre les résultats proposés par divers auteurs le convaincra du caractère artificiel de ces essais.

1. ÉTAT DE LA CONNAISSANCE DÉMOGRAPHIQUE

8Si aucun des pays de la péninsule Arabique n’a de tradition d’enregistrement des effectifs et des mouvements de la population, certains d’entre eux se sont nettement démarqués des autres de ce point de vue au cours des vingt dernières années, et ont mis en place un système de collecte des données qui permet déjà de connaître assez bien leur population présente.

TABLEAU n°I.1. Sources des données sur la population

TABLEAU n°I.1. Sources des données sur la population

9Dans sept pays sur huit, les faits d’état civil (naissances, décès et mariages) ne sont pas enregistrés. S’ils le sont, c’est avec un taux de couverture si faible qu’il en interdit toute exploitation par le démographe. Kuwait, doté maintenant d’un système efficace d’enregistrement des principaux mouvements de la population, fait figure d’exception.

10Les recensements, par contre, y ont connu un sort plus heureux, surtout depuis 1970.

11Kuwait et Bahrain en ont déjà réalisé plusieurs à intervalles réguliers. L’afflux de main-d’œuvre vers les petits émirats producteurs de pétrole y impose rapidement la nécessité de connaître numériquement la population, afin de régulariser l’immigration ; or, parmi ces émirats, Kuwait et Bahrain sont ceux où l’extraction pétrolière est la plus ancienne, et ceux qui ont connu les premières vagues d’immigration vers le Golfe : rien d’étonnant à ce qu’ils aient dû réaliser les premiers recensements. Ce sont aussi les deux émirats où les revenus pétroliers ont été le mieux mis à profit pour diversifier les activités économiques, surtout à Bahrain, déjà entré dans l’ère de l’après-pétrole ; la planification des ressources humaines y a donc imposé par ailleurs un certain degré de précision et de détail dans les recensements.

12Les Émirats Arabes Unis, où l’exploitation du pétrole a démarré plus tardivement et où l’investissement sur place des capitaux pétroliers est très récent, ont pris un léger retard par rapport à Kuwait et à Bahrain, mais le troisième recensement démographique y est déjà planifié.

13En R.A. du Yémen et en R.D.P. du Yémen, un recensement seulement a été mené au niveau national. On ne doit pas non plus attendre une périodicité plus courte que dix ans entre deux recensements successifs. Il faut dire que l’organisation d’une telle opération y est incomparablement plus lourde et plus difficile que dans les émirats, en raison du faible revenu de ces deux pays, bien sûr, mais aussi du volume et de la dissémination de leur population, à grande majorité rurale. Le recensement s’y est notamment appuyé sur des opérations préliminaires de cartographie et de localisation des points de peuplement, très onéreuses dans ces deux pays aux voies de communication sommaires. Ces coûts sont négligeables dans les émirats où la population est presque totalement concentrée dans quelques agglomérations urbaines. Par ailleurs, ni le Yémen du Nord ni celui du Sud n’accueille une population étrangère nombreuse, créant une urgence politique à recenser la population.

  • 1 Les données officielles sont d’ailleurs contradictoires entre elles. Le second plan quinquennal de (...)

14Viennent ensuite l’Arabie Saoudite et Qatar. Dans ces deux pays producteurs de pétrole, beaucoup des données que l’on pourrait tirer de l’unique recensement de population qui a été réalisé restent tenues secrètes. Encore faut-il ajouter que ces deux recensements sont de qualité douteuse et que les résultats qui en sont publiés restent très sujets à caution. En Arabie Saoudite en particulier, l’effectif global de la population résidente publié par les autorités du Pays – 7 013 000 en 1974 – pourrait avoir été artificiellement gonflé1. Cette attitude provient sans doute partiellement du souci de minimiser la participation effective de la main-d’œuvre étrangère dans l’économie nationale. L’on sait par exemple qu’à Qatar les étrangers représentent 83 % de l’ensemble de la force de travail et 77 % de la population active dans les services gouvernementaux (données confidentielles du recensement). En Arabie Saoudite, en outre, la publication d’un effectif global de population non gonflé aurait peut-être été perçue par les autorités comme de nature à réduire leur crédibilité. On retrouve d’ailleurs une préoccupation de cet ordre, même si elle n’a pas abouti au même secret statistique, dans les E.A.U. qui ont publié la plupart des résultats de leur recensement de 1975 sans distinction de nationalité.

15Oman est le seul pays de la péninsule à n’avoir réalisé encore aucun recensement de la population, ni même une enquête démographique d’ampleur nationale. C’est aussi le pays dont les structures administratives étaient restées les plus archaïques jusqu’à la destitution du sultan Ibn Taymûr en 1970. L’on n’a pratiquement aucune idée fondée de sa démographie (par exemple, on peut seulement affirmer que l’effectif global de la population est compris entre 300 000 et 1 500 000 résidents...), et, sans les travaux de terrain de l’équipe de l’Université de Durham, il aurait été impossible d’inclure Oman à cette étude.

16La pauvreté des sources statistiques dans la péninsule Arabique contraint le démographe à recourir à de nombreuses techniques de traitement des données incomplètes pour estimer les principaux paramètres démographiques, en particulier pour déduire les indices de mouvement de la population des données des recensements (qui rendent compte de l’état de la population). Nous avons choisi d’épargner systématiquement au lecteur – non spécialiste de la démographie – toute référence aux techniques utilisées. Par ailleurs, chacun des tableaux que nous donnons dans le texte fait référence à de nombreuses sources (à la limite, chaque chiffre peut avoir sa source propre) : sources officielles lorsqu’il s’agit de calculs élémentaires découlant directement des données de base, ou travaux de démographes consacrés aux pays de la région. Pour ne pas alourdir la présentation des tableaux, nous ne mentionnerons pas les sources, toutes regroupées dans la bibliographie. Nous marquerons cependant d’un astérisque tous les indices qui, résultant de nos propres calculs ou ajustements, peuvent être sujets à contestation.

2. MOUVEMENTS ET ÉTAT DE LA POPULATION

17Peuplée de 18 millions d’habitants aujourd’hui (14,5 millions en 1975) répartis sur 2 967 000 kilomètres carrés, la péninsule Arabique est, dans son ensemble, une région de très basse densité démographique (6 habitants par km2 en moyenne). En fait, on peut y distinguer nettement trois zones de peuplement.

TABLEAU II-1. Données sur la répartition de la population

TABLEAU II-1. Données sur la répartition de la population
  • 1 Estimation de l’auteur.

Note *1

  • Une zone de peuplement rural ancien, moyennement dense : le sud-ouest de l’Arabie Saoudite, le R.A. du Yémen et les zones non désertiques de la R.D.P. du Yémen. L’urbanisation y est très faible : à part Aden et Sanaa, aucune ville n’y dépasse 100 000 habitants.

  • Les régions pétrolières du Golfe, de peuplement très récent et essentiellement urbain : l’est de l’Arabie Saoudite, Kuwait, Bahrain, les E.A.U. et Qatar (bientôt Oman, sans doute). La densité de population y est plus élevée ; très élevée, même, en ne retenant que les régions habitées de cette zone (410 habitants/km2 à Bahrain, par exemple). Les agglomérations de plus de 100 000 habitants n’y sont pas encore très nombreuses, mais le rythme de la croissance urbaine y est tel que l’on peut attendre que, dans dix ou vingt ans, presque la totalité des habitants du Golfe seront concentrés dans quelques grandes agglomérations.

  • Les zones désertiques de la péninsule, qui combinent deux types de peuplement : un peuplement traditionnel très disséminé (nomades et sédentaires des oasis), de densité presque nulle, et une population urbaine à taux de croissance très rapide (d’après le rencesement, 5 villes de cette zone de l’Arabie avaient plus de 100 000 habitants en 1974 : Riyadh, 667 700, Jedda, 561 000, La Mekke, Médine et Taif). Cette population urbaine ne correspond plus guère à l’ancien noyau commerçant des villes du désert et résulte aujourd’hui essentiellement d’un double apport : immigration étrangère et sédentarisation des bédouins.

2.1. Une croissance démographique très inégale

18L’absence totale de données sur l’histoire démographique, même récente, des pays de la région empêche malheureusement d’apprécier avec un minimum de sérieux leur croissance jusqu’aux toutes dernières années. Une chose est cependant acquise : cette croissance a été et demeure très différenciée. Beaucoup plus forte dans les pays producteurs de pétrole que dans les autres, elle entraîne une modification rapide de la carte du peuplement de la péninsule. Les régions riveraines du Golfe, peuplées seulement de quelques dizaines de milliers d’habitants au début du siècle, réunissaient en effet, vers 1975, près de 3 millions d’individus, soit sans doute le cinquième de la population de toute la péninsule. De plus, cette proportion est appelée à s’élever rapidement.

19Les taux d’accroissement naturel (différence entre les taux de natalité et de mortalité) se situent tous entre 2 et 4 % par an. Il s’agit de valeurs très élevées puisqu’elles signifient que, sous le seul effet de l’excédent naturel des naissances sur les décès, la population est amenée à doubler en une période comprise entre moins de 20 ans (Kuwait) et un peu plus de 30 ans (deux Yémen).

20Les différences d’accroissement naturel que l’on observe tiennent surtout aux différences de mortalité, car la fécondité est partout très forte (voir en 2.1.1.) ; elles résultent aussi de différences de structure par sexe, l’accroissement naturel diminuant, toutes choses égales d’ailleurs, lorsque la proportion d’hommes s’élève. Le taux relativement plus faible au Yémen (Nord et Sud) ainsi qu’à Oman y résulte de la mortalité encore très forte dans ces pays ; à l’opposé, la baisse profonde de celle-ci à Kuwait et à Bahrain y a entraîné une accélération sensible de la croissance démographique naturelle (elle est parmi les plus élévées au monde). Les E.A.U., ainsi probablement que Qatar sur lequel on n’a pas de données très récentes, font exception : l’accroissement naturel modéré y provient, non pas d’une mortalité encore forte, ni d’une fécondité en baisse, mais du déficit impressionnant de femmes en âge de procréer (voir en 2.2.) ; malgré la très haute fécondité, la natalité n’y est pas élevée.

TABLEAU II-2. Taux de croissance démographique vers 1975

TABLEAU II-2. Taux de croissance démographique vers 1975

- : indice non calculable faute de données

21Les taux d’accroissement global (somme des taux d’accroissement naturel et de migration nette) offrent un cas unique au monde de diversité. Partant de niveaux relativement moyens dans les pays du sud de la péninsule (1,8 % en R.A.Y., par exemple, entraînant le doublement de la population en 39 ans) en raison de l’émigration que ceux-ci continuent à entretenir, ils atteignent des niveaux record dans les émirats producteurs de pétrole : plus de 6 % par an à Kuwait, plus de 8 % à Qatar et 17,5 % par an dans les E.A.U. (ce qui implique un doublement de leur population en 4,5 ans, une multiplication par 5 en 10 ans !). Il s’agit, et de très loin, des valeurs les plus élevées, enregistrées actuellement dans le monde, qu’explique exclusivement l’afflux de main-d’œuvre étrangère dans ces pays. Il est très probable que l’on ne continuera pas longtemps encore à enregistrer de tels taux de croissance démographique, qui correspondent strictement à la phase actuelle d’investissement des capitaux pétroliers (travaux d’infrastructure, construction, création d’industries), ne serait-ce qu’en raison du profond déséquilibre – entre hommes et femmes, entre actifs et inactifs, entre étrangers et nationaux... – que suscite cette forme de croissance, et des problèmes sociaux et politiques qu’elle ne manquerait pas de créer en se prolongeant.

2.1.1. La fécondité n’a pas amorcé de baisse

  • 2 Le taux brut de natalité (m), ou nombre annuel moyen de naissances vivantes pour 1 000 habitants de (...)

22S’ils se différencient un peu entre eux du point de vue de la natalité (plus faible lorsque les pyramides des âges sont excédentaires en hommes, comme dans les E.A.U. et à Qatar), les pays de la péninsule connaissent par contre tous la même fécondité élevée : les femmes continuent d’y mettre au monde en moyenne 6 à 7 enfants durant leur vie féconde et les taux de fécondité atteignent à chaque âge un niveau proche de la fécondité « naturelle »2. De toute évidence, la limitation volontaire des naissances n’a pas fait son apparition, tout au moins à un niveau statistiquement perceptible. Cela tient sûrement aux réticences culturelles couramment invoquées pour expliquer, dans beaucoup de pays du tiers-monde, le retard que la baisse de fécondité prend sur la baisse de mortalité. Cela tient aussi à la combinaison de divers facteurs socio-économiques et politiques propres à la région. Dans les pays non producteurs de pétrole (y compris de larges zones de l’Arabie Saoudite et Oman jusqu’à ces dernières années), la prédominance de la main-d’œuvre dans les forces de production agricoles et l’organisation familiale du travail nécessitent une fécondité élevée pour la reproduction de la force de travail. Cela joue d’autant plus que la mortalité conserve un niveau élevé : une femme devra mettre au monde 4 enfants pour que la famille conserve, parmi eux, un homme qui survivra durant sa période d’activité économique, et le double pour en conserver deux... Par ailleurs, actif très jeune, l’enfant ne reste pas longtemps une charge pour sa famille. Au contraire, l’absence de système de sécurité sociale et de retraite fait reposer sur les producteurs familiaux – jeunes en particulier – l’entretien de la famille, vieillards et inactifs compris. On peut enfin mentionner que, dans l’organisation tribale de la société, le nombre contribue à conférer la puissance.

TABLEAU II-3. Indices de natalité et de fécondité vers 1975

TABLEAU II-3. Indices de natalité et de fécondité vers 1975
  • 2 la « fécondité cumulée », somme entre 15 et 50 ans des taux de fécondité par âge, mesure le nombre (...)
  • 3 le « taux net de reproduction » combine la mortalité et la fécondité pour mesurer le remplacement d (...)
  • 4 mentionnons pour mémoire la valeur de 50,0 ‰ avancée par l’ECWA pour le taux de natalité à Qatar et (...)

- : indice non calculable faute de données
* : estimation de l'auteur
Note a2
Note b3
Note c4

TABLEAU II-4. Indices de natalité et de fécondité à Kuwait, en 1975, selon la nationalité

TABLEAU II-4. Indices de natalité et de fécondité à Kuwait, en 1975, selon la nationalité

(estimations de l’auteur)

23Dans les régions productrices de pétrole, ces incitations économiques à une fécondité élevée n’existent plus, depuis quelques années : le maintien d’une forte fécondité y provient à la fois de l’inertie des comportements collectifs face aux transformations économiques rapides et de la politique implicitement nataliste des États du Golfe. La forte fécondité des nationaux permet en effet d’y atténuer l’accélération du déséquilibre démographique entre étrangers et ressortissants de ces pays, qui continuent d’accueillir une immigration massive alors que leur population résidente est déjà composée en majorité d’étrangers. A Kuwait par exemple, les Kuwaitiens de nationalité conservent une fécondité, et surtout une natalité, plus fortes que celles des résidents étrangers. Cela provient sans doute moins de traditions plus natalistes chez les Kuwaitiens que chez les étrangers (qui proviennent majoritairement de pays à forte natalité : pays arabes, pays musulmans d’Asie) que de la conjonction d’une position économique différente (niveau de vie supérieur chez les Kuwaitiens, leur permettant d’assumer des charges de familles plus nombreuses, rareté de l’activité économique féminine chez les Kuwaitiennes), et d’une politique différente (incitations natalistes implicites pour les Kuwaitiens).

24Cette fécondité élevée provient aussi d’une nuptialité particulièrement intense et précoce chez les femmes des pays de la région. On observe en effet assez uniformément, dans les pays producteurs de pétrole comme dans les autres, que :

  • Presque la totalité des femmes se marient : la proportion du « célibat définitif » chez les femmes (mesurée par la proportion de célibataires à 40-44 ou 45-49 ans) n’est que de 1 à 2 %, ce qui est remarquablement faible (en Europe elle est environ 10 fois plus élevée). Les femmes étrangères résidant à Kuwait font exception, avec un célibat définitif de l’ordre de 5 %, tenant sans doute à l’existence d’une migration féminine purement professionnelle à Kuwait, à côté de la migration familiale des femmes.

  • L’âge moyen des femmes au mariage (sauf chez les Kuwaitiennes) est inférieur à 20 ans, c’est-à-dire très jeune ; dès 25-29 ans, aux âges donc où la fécondité future est encore élevée, plus des 9/10e des femmes ont déjà contracté leur premier mariage. La différence d’âge moyen entre les époux (de l’ordre de 7 ans), très élevée, est sans effet sur la fécondité.

TABLEAU II-5. Proportions de célibataires selon l’âge (p. 1000)

TABLEAU II-5. Proportions de célibataires selon l’âge (p. 1000)

25La précocité et l’intensité de la nuptialité féminine sont traditionnellement liées à la fonction économique des femmes (reproductrices de la force de travail), et continuent à s’expliquer ainsi dans les régions rurales de la péninsule. Dans les émirats pétroliers, il faut plutôt y voir une résistance des modèles culturels aux bouleversements rapides de la structure économique de ces pays. On a toutefois des raisons de penser que ce modèle d’une nuptialité féminine précoce est appelé à s’atténuer assez vite maintenant, sous l’effet de la politique de scolarisation des filles, qui commence à produire ses premiers résultats, ainsi que sous celui du développement de l’activité économique des femmes.

26Les tables de nuptialité que l’on a pu construire pour Kuwait, en distinguant trois niveaux d’éducation des femmes (analphabètes ; diplômées du primaire ou ayant suivi un enseignement primaire incomplet ; diplômées d’un niveau dépassant le primaire : intermédiaire, secondaire ou universitaire), montrent en effet que la scolarisation exerce une double action sur la nuptialité féminine : elle en réduit (assez peu il est vrai) l’intensité puisque, de 18 ‰ dans le groupe des analphabètes, le célibat définitif atteint 48 ‰ dans le groupe le plus instruit. Elle en réduit aussi la précocité, mais seulement à partir d’une éducation dépassant le primaire. L’âge moyen au premier mariage s’établit en effet comme suit dans ces trois groupes, d’après les tables : 19,96 ans chez les analphabètes, 19,97 ans au niveau primaire ou inférieur et 24,80 ans au niveau supérieur au primaire.

TABLEAU II-6. Tables de nuptialité des femmes kuwaitiennes, selon le niveau d’instruction (générations nées avant 1960)

TABLEAU II-6. Tables de nuptialité des femmes kuwaitiennes, selon le niveau d’instruction (générations nées avant 1960)

Note : la « table » de nuptialité est un modèle très simple à interpréter, puisqu’il décrit la nuptialité dans une génération de 1 000 célibataires pris à dix ans et suivis jusqu’à 50 ans : Cx désigne ceux qui restent célibataires à l’anniversaire x et m(x,x + 5) les premiers mariages entre les anniversaires x et x + 5. Les tables présentées ici résultent de calculs et d’un corps d’hypothèses dont le présent article ne justifie pas qu’on en expose la complexité. Elles sont tirées de données du recensement de 1975.

  • 3 A Bahrain, émirat où la scolarisation féminine est la plus ancienne, l’on note déjà une baisse sens (...)

27Par le biais de l’élévation en âge au mariage qu’elle entraîne, mais aussi peut-être par les modèles culturels différents qu’elle véhicule, l’école commence ainsi à exercer une influence sur la fécondité, dont elle a tendance à entraîner la baisse. Que cette baisse reste statistiquement négligeable provient seulement de ce que la scolarisation des filles est trop récente pour avoir touché un nombre suffisant de femmes aujourd’hui en âge de procréer3. Il n’en est pas moins vrai qu’un niveau d’éducation en hausse modère la fécondité.

TABLEAU II-7. Nombre moyen d’enfant par femme et niveau d’éducation (femmes non célibataires)

TABLEAU II-7. Nombre moyen d’enfant par femme et niveau d’éducation (femmes non célibataires)

28On voit clairement que l’influence de l’éducation n’est sensible qu’à partir d’un niveau supérieur au primaire. Dans les deux sous-tableaux (II-7) cependant, l’âge au mariage (qui s’élève lui-même avec la scolarisation) exerce un effet parasite : à âge égal de la femme (Kuwait), la durée du mariage s’abaisse, et donc le nombre moyen d’enfants diminue, toutes choses égales d’ailleurs, lorsque le niveau d’éducation augmente ; à durée égale du mariage (E.A.U.), l’âge au mariage, et donc l’âge actuel de la femme, s’élève avec le niveau d’éducation, entraînant ainsi, toutes choses égales d’ailleurs, une fécondité moindre. A elles seules, les différences d’âge au mariage peuvent donc très bien expliquer la totalité de la relation trouvée entre éducation et fécondité, en sorte que l’on ne peut pas dire si la scolarisation exerce ou non un effet autonome sur la baisse de fécondité (par la diffusion de comportements moins natalistes).

29D’autres facteurs affectent la fécondité. Par exemple, on observe, dans les E.A.U. en particulier, que les femmes urbaines ont à chaque âge une fécondité inférieure à celle des femmes rurales. Il nous semble toutefois inutile de présenter ici ces résultats qui alourdiraient l’article. En effet :

  • les catégories urbain et rural ne sont pas aisément comparables au Yémen et à Kuwait ou Bahrain ;

  • la distinction urbain/rural ne joue sans doute pas en tant que telle sur la fécondité, mais par l’intermédiaire de facteurs comme la scolarisation ou le genre d’activité économique des femmes.

2.1.2. La mortalité est très différenciée

30La mortalité est un phénomène plus sensible que la fécondité aux transformations économiques : une élévation de revenu, pour peu qu’elle s’accompagne d’un minimum d’investissements en matière de santé, peut se traduire assez vite par une baisse prononcée de mortalité. C’est bien ce que l’on observe dans les pays de la péninsule, où les niveaux de mortalité s’étagent aujourd’hui presque des plus hautes valeurs connues à des niveaux déjà voisins des plus bas, alors qu’ils devaient être uniformément élevés il y a seulement une trentaine d’années.

31On ne connaît avec précision la mortalité qu’à Kuwait, seul pays à publier les décès selon l’âge et le sexe, avec un taux de sous-enregistrement négligeable. Partout ailleurs, on doit faire appel à diverses méthodes d’approximation pour estimer les indices essentiels de mortalité. Pour cette raison, nous nous contenterons d’une approche sommaire du phénomène, puisqu’il n’y a qu’à Kuwait qu’on pourrait l’étudier dans le détail à partir des tables de mortalité par âge et par sexe.

TABLEAU II-8. Indices de mortalité vers 1970-75

TABLEAU II-8. Indices de mortalité vers 1970-75

32D’après ce que l’on en sait, le quotient de mortalité infantile (probabilité, pour un enfant né vivant, de décéder avant son premier anniversaire) varie de moins de 40 ‰ à Kuwait (où il est d’ailleurs plus faible chez les étrangers, 34,1 ‰, que chez les Kuwaitiens, 43,4 ‰), ce qui est un niveau que les pays européens connaissaient il y a 20 ou 30 ans, à environ 200 ‰ dans les deux Yémen (un enfant sur 5 y meurt avant 5 ans), ce qui correspond à l’une des plus fortes mortalités enregistrées actuellement, puisque seuls quelques pays africains dépassent ce niveau.

33L’espérance de vie à la naissance (durée moyenne de la vie) varie presque du simple au double : entre moins de 40 ans au Yémen du Nord et 70 ans à Kuwait.

34Quant au taux brut de mortalité (nombre annuel moyen de décès pour 1 000 habitants), il varie dans une fourchette encore plus large : de 6 ‰ à Kuwait, à 25‰ au Yémen du Sud. Il résulte en effet de la combinaison de structures par âge de la population et de niveaux de mortalité selon l’âge, tous deux très variés dans les pays de la péninsule. Les pays où sont sur-représentés les groupes d’âge à faible mortalité (âges actifs) étant aussi ceux où la mortalité à chaque âge est la plus faible (pays pétroliers), leur taux brut de mortalité est de trois à quatre fois plus petit que celui des pays à forte mortalité par âge, où les groupes d’âge à mortalité élevée (enfants de moins de cinq ans) sont les plus nombreux.

35L’ampleur des variations de ces divers indices suffit à illustrer l’inégalité devant la mort qu’a suscitée l’afflux de capitaux dans les pays producteurs de pétrole. Quelques représentations graphiques font ressortir certains éléments de cette inégalité.

GRAPHIQUE n° 1. Espérance de vie à la naissance (« eo ») et indices divers

GRAPHIQUE n° 1. Espérance de vie à la naissance (« eo ») et indices divers

36On voit d’abord une assez bonne corrélation positive entre le revenu par habitant et l’espérance de vie à la naissance dans l’ensemble des pays de la péninsule. On note aussi qu’elle n’est pas parfaite : Bahrain, dont le revenu par tête n’est pas particulièrement élevé pour la région (2 340 dollars), a pourtant la mortalité la plus basse enregistrée dans la péninsule, juste derrière Kuwait. C’est qu’une hausse brutale de revenu n’occasionne pas mécaniquement une chute de mortalité. Celle-ci passe notamment :

  • par l’effort qui est consenti dans le domaine de la santé ; on voit la bonne corrélation négative entre le nombre d’habitants par médecin et l’espérance de vie à la naissance. De ce point de vue, Bahrain se situe en très bonne position ;

  • par l’accessibilité du dispositif sanitaire mis en place : un même dispositif touchera d’autant plus de monde, et d’autant plus efficacement, que la population sera concentrée autour de ce dispositif : les pays les plus urbanisés (dont, encore, Bahrain), qui sont aussi ceux où les voies de communication sont les meilleures, sont donc d’emblée avantagés par rapport aux pays les plus ruraux, comme le montre la corrélation nettement positive entre l’espérance de vie à la naissance et la proportion de population urbaine ;

  • par la disposition collective à recourir à la médecine : l’alphabétisation (voir la corrélation graphique avec l’alphabétisme masculin) contribue sûrement à faire baisser la mortalité. Indirectement en élevant le niveau des connaissances générales de la population, et directement, lorsqu’est donnée une éducation en matière d’hygiène publique (émirats du Golfe, Yémen du Sud).

37Sur tous les graphiques, on observe que Qatar s’écarte assez nettement des courbes d’ajustement. Il se peut simplement que les estimations de la mortalité soient plus mauvaises à Qatar que dans les autres pays. Mais, en raison d’une fortune pétrolière beaucoup plus récente qu’à Kuwait et Bahrain, il est probable cependant que la mortalité y ait moins profondément baissé.

38Sans que l’on ait les moyens de l’affirmer, on doit s’attendre à ce que l’écart se creuse encore, dans les court et moyen termes, entre les pays à forte mortalité et à progrès sanitaires lents (Yémen du Nord et du Sud, Oman, Arabie Saoudite) et les pays à faible mortalité où l’hygiène publique continue de s’améliorer rapidement. La baisse de mortalité, à Kuwait, par exemple, se poursuit fermement : de 1970 à 1975, l’espérance de vie à la naissance est montée de 66,5 ans à 70,0 ans et la mortalité infantile a presque diminué de moitié, passant de 65,59 ‰ à 38,9 ‰.

2.1.3. Les migrations externes sont le facteur principal de croissance

39On ne dispose d’aucune estimation précise de la population étrangère résidant en Arabie Saoudite, le pays de la péninsule qui abrite pourtant le plus d’étrangers. De même, il est difficile d’avancer un chiffre plausible sur le solde migratoire à Oman. Cela réduit donc sérieusement l’intérêt d’une étude systématique des migrations. Nous nous contenterons ici d’apprécier globalement le phénomène, sans entrer dans les détails de sa description pour les deux pays dont les statistiques le permettent vraiment (Bahrain et Kuwait, où l’on peut en particulier faire une étude assez précise de l’immigration par pays de provenance).

TABLEAU II-9. Indices de migrations externes vers 1970-1975

TABLEAU II-9. Indices de migrations externes vers 1970-1975
  • 5 Le taux de migration nette est calculé comme la différence : taux global d'accroissement - taux d’a (...)
  • 6 Les pourcentages présentés en colonne de stock sont calculés ainsi :
    - pour les pays d'immigration (...)
  • 7 35 000 est la balance annuelle moyenne des entrées et des sorties d’étrangers de 1970 à 1975. On su (...)
  • 8 Nous avons déduit cette estimation de la migration nette des données réévaluées par Birks et Sincla (...)
  • 9 Il s’agit de la migration nette des étrangers seulement (moyenne annuelle 1973-1976). On ne peut en (...)
  • 10 Les estimations de la population nord-yéménite expatriée varient de 635 000 (dont 385 000 émigrants (...)

Note (a)5
Note (b)6
Note (1)7
Note (2)8
Note (3)9
Note (4)10

40Que l’on considère les flux ou les stocks migratoires, on distingue nettement dans la péninsule les deux groupes de pays, et la coexistence de deux époques migratoires : émigration traditionnelle des pays du sud, et immigration moderne vers les pays riverains du Golfe.

41Dans les pays non producteurs de pétrole, on continue à enregistrer une émigration d’origine ancienne. Un Yéménite sur cinq environ (Nord et Sud réunis) réside hors de son pays, et la vague d’émigration se poursuit, à un taux encore élevé au Yémen du Nord. Au Yémen du Sud, il semble plutôt s’agir maintenant d’un phénomène résiduel, le chiffre de 800 000 expatriés indiquant son importance dans le passé (toutefois, l’examen de la pyramide des âges amène à nuancer ces estimations : voir en 2.2.). L’émigration yéménite se destine aujourd’hui principalement aux pays producteurs de pétrole de la péninsule (Arabie Saoudite surtout), alors qu’elle se dirigeait avant vers d’autres pays riverains de l’océan Indien (Afrique de l’Est, Asie). L’on n’a aucun moyen de savoir si Oman continue d’alimenter un mouvement d’émigration parallèlement à l’immigration qui a suivi le démarrage de l’exploitation de son pétrole.

42C’est surtout dans les émirats producteurs de pétrole que les migrations revêtent un caractère exceptionnel. Dans les Émirats Arabes Unis, 89 % de la croissance démographique actuelle s’explique par l’immigration (qui, à elle seule, entraîne un doublement de la population résidente en 5 ans !), à Qatar 64 %, à Kuwait, encore 41 % malgré la diminution relative de l’immigration depuis 10 ans. A Bahrain, où l’extraction pétrolière a presque cessé mais où l’accumulation réalisée durant la période d’extraction a permis une reconversion de l’économie, l’immigration n’aurait plus contribué qu’à 3 % de la croissance démographique dans les années 65-71, mais elle peut fort bien avoir très sensiblement repris depuis 1972. Ces chiffres soulignent en eux-mêmes le caractère artificiel du peuplement de ces pays, et laissent entrevoir les problèmes posés par une croissance aussi déséquilibrée, réalisée beaucoup plus par l’afflux d’une population étrangère d’hommes actifs que par l’excédent des naissances sur les décès chez les autochtones.

43A Kuwait, à côté de la diminution relative de l’immigration, les naturalisations ont permis de réduire partiellement le déséquilibre entre nationalités qu’entraînait l’immigration. La croissance plus rapide de l’immigration de femmes (et d’enfants, puisque la migration familiale tend à s’y développer au détriment de la migration d’hommes seuls) a eu pour résultat d’atténuer peu à peu aussi le déséquilibre entre sexes.

TABLEAU II-10. Taux annuels moyens de croissance intercensitaire à Kuwait, par sexe et nationalité, p. 1000

TABLEAU II-10. Taux annuels moyens de croissance intercensitaire à Kuwait, par sexe et nationalité, p. 1000
  • 4 De 1965 à 1975, la proportion d’étrangers parmi les résidents à Kuwait est restée constante (53 %), (...)

44On voit que les taux d’accroissement de la population de nationalité kuwaitienne excèdent largement le taux d’accroissement naturel de cette même population (de l’ordre de 30 à 40 ‰). Comme les retours de Kuwaitiens établis à l’étranger (étudiants surtout) n’interviennent que pour une part négligeable dans ces taux, il faut y voir le résultat d’une politique de naturalisation des étrangers, destinée à résorber le déséquilibre entre nationalités. On observe d’ailleurs que le taux d’accroissement de la population kuwaitienne, qui était inférieur à celui des étrangers jusqu’en 1965-70, l’a dépassé à partir de 1970 sous l’effet de la politique de naturalisation des étrangers4.

  • 5 L’Orient Le Jour du 20.10.1979 (Beyrouth). Le même article indique que, de novembre 1978 à septembr (...)

45L’on peut penser que la vague énorme d’immigration vers les pays du Golfe est appelée à se ralentir dans quelques années. En effet, l’immigration y est strictement contingentée par la création d’emplois nouveaux, et un inactif, sauf s’il accompagne un membre actif de sa famille directe, ne peut pas y obtenir un permis de séjour. Ainsi par exemple il semble que l’Arabie Saoudite ait expulsé 88 000 ressortissants étrangers de juin à septembre 1979 pour « séjour illégal » dans le royaume (séjour prolongé au-delà de la période du contrat de travail en particulier)5.

2.2. Des structures par sexe et âge profondément déséquilibrées

46Telles qu’elles ressortent des recensements, les répartitions par sexe et âge sont entachées d’erreurs, dues principalement :

  • au sous-enregistrement systématique de certains groupes d’âge (moins de 5 ans notamment), plus particulièrement pour le sexe féminin (10 à 25 ans, âges élevés) ;

  • aux mauvaises déclarations de l’âge, entraînant des reports systématiques de certains groupes d’âge sur d’autres. Ces données se prêtent donc assez mal à un étude minutieuse des structures selon le sexe et l’âge. Cependant, les pyramides des âges des pays de la péninsule présentent de telles distorsions, par rapport à des pyramides « classiques », que les données de base, malgré leur imprécision, suffisent à faire ressortir leur particularité. Là encore, les deux groupes de pays s’opposent l’un à l’autre.

TABLEAU II-11. Répartition par sexe et grands groupes d’âge (en pourcentage de tous les résidents)

TABLEAU II-11. Répartition par sexe et grands groupes d’âge (en pourcentage de tous les résidents)
  • 11 Structure ajustée par Courbage et Kjurciev.

- : donnée non disponible
Note (1)11

GRAPHIQUE N° 2. Pyramides des âges (Effectifs moyens d’une année d’âge p. 10 000 résidents au total)

GRAPHIQUE N° 2. Pyramides des âges (Effectifs moyens d’une année d’âge p. 10 000 résidents au total)

GRAPHIQUE N° 2. Pyramides des âges (suite)

GRAPHIQUE N° 2. Pyramides des âges (suite)

GRAPHIQUE N° З. Rapports de masculinité selon l’âge (Effectifs d’hommes pour 100 femmes à chaque âge)

GRAPHIQUE N° З. Rapports de masculinité selon l’âge (Effectifs d’hommes pour 100 femmes à chaque âge)

GRAPHIQUE N° З (suite)

GRAPHIQUE N° З (suite)

47Au Yémen, Nord et Sud, on observe deux caractéristiques majeures :

  1. Une population très jeune où les moins de quinze ans représentent respectivement 46,8 et 47,8 % de tous les résidents. Ces proportions sont d’ailleurs sous-estimées en raison du sous-enregistrement des enfants âgés de moins de cinq ans. On voit en effet sur la pyramide des âges de la R.A.Y. un « rétrécissement » à la base (groupe 0-4 ans) purement fictif, puisque, pour ne pas l’être, il devrait provenir d’une baisse marquée de la fécondité, que l’on n’a pas observée par ailleurs. Le même phénomène apparaît aussi, quoique moins nettement, sur la pyramide de la R.D.P.Y. La jeunesse des populations yéménites s’explique par la conjonction de leur fécondité élevée, et de l’émigration qui touche les âges au-delà de quinze ans (ce qui élargit encore, en valeur relative, la base des pyramides).

  2. Un déficit très profond en hommes d’âges actifs : le groupe d’âge 15-59 ans, pour le sexe masculin, ne représente respectivement que 20,7 et 21,3 % des résidents. Ce déficit entraîne un double déséquilibre : entre groupes d’âges et entre sexes. Dans la population totale, le groupe d’âge 15-59 ans est sous-représenté (47,6 % au Yémen du Nord et 45,5 % au Sud), ce qui fait peser sur les actifs une forte charge démographique. La population totale et surtout la population d’âge actif sont plus féminines que masculines : les hommes ne représentent que 47,6 % de tous les résidents au Nord et 49,3 % au Sud ; dans le groupe d’âge 15-59 ans, il n’y a que 77 hommes pour 100 femmes au Nord et 88 au Sud. Ce déficit s’explique presque entièrement par l’émigration qui touche seulement les hommes au Yémen. On pourrait peut-être y voir également un effet résiduel de la guerre civile au Yémen du Nord. Mais il doit être faible, car dans les générations les plus impliquées dans cette guerre – hommes âgés de plus de trente ans en 1975 – on observe au contraire que le déficit commence à se résorber par rapport au groupe d’âge 15-29 ans, trop jeune pour avoir combattu dans les années 60.

  • 6 114 % au Nord et 123 % au Sud – 103 % serait une valeur correcte – provenant manifestement d’un sou (...)

48L’examen de la courbe de masculinité selon l’âge en R.A.Y. et en R.D.P.Y. permet d’avancer certaines hypothèses sur l’émigration. Partant d’une valeur anormalement élevée à 10-14 ans6, ce rapport descend brutalement jusqu’à un minimum dans le groupe d’âge 20-24 ans où il n’est plus que de 65 % au nord et 76 % au sud. On voit aussi que, sur les pyramides des âges, ce groupe d’âge est le plus déficitaire (en femmes également, en R.D.P.Y.). Il s’agit en effet des âges les plus touchés par l’émigration actuelle : cela prouve au passage que le Yémen du Sud continue de connaître une émigration dont l’ampleur est sans doute voisine, en valeur relative, de celle du Yémen du Nord, et qui affecte aussi les femmes (le taux de migration nette donné au tableau II-9 pour le R.D.P.Y. est donc sans doute sous-estimé : on n’a cependant aucune donnée pour le corriger). A partir de 25 ans, le rapport de masculinité remonte assez régulièrement, pour n’atteindre des valeurs « normales » (proches de l’unité) qu’au delà de 50 ans : cela montre l’ancienneté et la continuité dans le temps de l’émigration des hommes yéménites, puisque ce rapport est en-dessous de l’unité ; mais sa remontée montre néanmoins soit une augmentation assez récente de cette émigration, soit encore le caractère temporaire de la majorité de l’émigration, qui serait généralement suivie d’un retour au Yémen après quelques années passées à l’étranger.

49Dans les Émirats Arabes Unis, à Kuwait et à Qatar (dont la pyramide de 1970 est trop incertaine pour qu’on la reproduise ici), on observe, à l’inverse, les deux traits principaux suivants :

    • 7 Le rétrécissement de la pyramide de Kuwait à moins d’un an au recensement de 1970 provient exclusiv (...)

    Une population moins jeune (E.A.U. et Qatar seulement, où les moins de quinze ans ne sont respectivement que 28,2 % et 37,8 %), malgré la forte fécondité qui se manifeste par le rétrécissement rapide de la pyramide lorsqu’on passe du premier groupe d’âge (0-4 ans) au troisième (10-14 ans)7.

  1. Un excédent considérable d’hommes âgés de 15 à 59 ans : ils représentent à eux seuls 52,5 % de tous les résidents dans les E.A.U., et encore 30,8 % à Kuwait.

50Ces deux caractérisques résultent entièrement de l’immigration, qui provoque dans ces pays un double déséquilibre symétrique de celui qu’on a observé au Yémen, Nord et Sud.

    • 8 « Apparemment », car l’on sait qu’une bonne partie du revenu des expatriés résidant dans ces pays s (...)

    Déséquilibre de la répartition par âge. Les groupes d’âge actif sont surreprésentés : la population résidente totale est composée à 68,3 % d’individus âgés de 15 à 59 ans dans les E.A.U. (à Abu Dhabi, ils représentent 72,3 % de toute la population), à 58,4 % à Qatar, et encore à 53,1 % à Kuwait. Cela montre les très faibles charges démographiques qui pèsent apparemment8 sur la population active de ces pays.

  • Déséquilibre de la répartition par sexe. Les populations résidentes des pays du Golfe sont essentiellement masculines : 225 hommes pour 100 femmes aux E.A.U. (273 à Abu Dhabi), 182 à Qatar et 121 à Kuwait. En ne considérant que le groupe d’âge 15-59 ans, le rapport de masculinité passe à 332 dans les E.A.U. (420 à Abu Dhabi) et à 138 à Kuwait. Ces chiffres suffisent à montrer que les populations des émirats ressemblent autant, démographiquement parlant, à la population d’une entreprise qu’à celle d’un pays. Ils laissent aussi entrevoir les problèmes sociaux (par exemple l’impossiblité numérique, pour trois hommes sur quatre, de trouver sur place une conjointe) qui ne manqueraient pas de se développer si cet état de choses devait se prolonger longtemps, ou simplement si l’immigration de court terme se transformait en immigration de moyen ou de long terme.

51L’examen des courbes du rapport de masculinité selon l’âge montre d’ailleurs bien ces aberrations démographiques. Normal aux âges jeunes (avant 15 ans, on immigre en famille, indifféremment selon le sexe), ce rapport monte en flèche dès 15 ans pour atteindre un maximum de 420 hommes pour 100 femmes à 30-34 ans dans les E.A.U. (527 dans le seul émirat d’Abu Dhabi !), et de 191 à Kuwait à 45-49 ans. Ce n’est qu’au delà de 70 ans que l’on retrouve une masculinité normale...

  • 9 L’irrégularité de la pyramide des Kuwaitiens en 1965 tient à la moins bonne qualité du recensement (...)

52Lorsque l’on distingue sur la pyramide des âges la nationalité des résidents (exemple de Kuwait sur le graphique n° 2), on constate évidemment que ces distorsions sont principalement le fait des étrangers. Les pyramides des Kuwaitiens de nationalité apparaissent très régulières : pyramides à base large, signe de la haute fécondité, et à rétrécissement régulier au fur et à mesure que l’âge s’élève, signe qu’aucun accident particulier n’a marqué leur démographie9. A y regarder de plus près toutefois, leur masculinité selon l’âge accuse quelques variations significatives autour d’une courbe « normale » : de 15 à 29 ans, la surreprésentation des femmes (86 hommes pour 100 femmes à 25-29 ans) tient à la fois à l’émigration temporaire des étudiants (surtout des hommes) et à l’acquisition de la nationalité kuwaitienne par de jeunes étrangères qui se marient à des Kuwaitiens. A l’inverse, la légère sur-masculinité que l’on observe après 35 ans provient de la naturalisation de certains travailleurs étrangers (surtout des hommes).

53L’évolution de la structure par âge et sexe à Kuwait, de 1965 à 1975, est intéressante à observer si l’on peut y voir la préfiguration de l’évolution à venir dans les pays d’immigration beaucoup plus récente (E.A.U. et Qatar). Elle s’est progressivement régularisée, exclusivement sous l’effet de l’aplanissement des distorsions de la pyramide des étrangers, étant donné que celle des Kuwaitiens ne s’est pas sensiblement modifiée. De même, on constate une diminution régulière, à chaque âge, du rapport de masculinité des étrangers, entre 1965 et 1970 puis entre 1970 et 1975 : il culminait à 493 en 1965 (40-44 ans), à 369 en 1970 (45-49 ans) et encore à 260 en 1975 (45-49 ans). La tendance de l’immigration familiale à se substituer à l’immigration de travailleurs isolés, ainsi que la diminution relative de l’immigration, permettent à la reproduction démographique « naturelle » de reprendre peu à peu le pas sur la reproduction par immigration.

54Bahrain offre un cas intéressant de pays où ce processus de régularisation paraissait en voie d’achèvement en 1971 (mais qu’en est-il depuis ce rencensement déjà ancien, surtout si l’immigration a repris ?). En raison d’une baisse de la migration nette au cours des années 60, la structure par âge a retrouvé peu à peu une allure équilibrée, intermédiaire entre celle des deux Yémen et celle des autres émirats du Golfe. La répartition par grands groupes d’âge y est d’ailleurs très voisine de celle de l’échantillon rural à Oman, peu touché par les mouvements migratoires. La similitude s’arrête là, car il subsiste à Bahrain un assez fort déséquilibre entre sexes de 20 à 60 ans, où le rapport de masculinité oscille entre 130 et 150 hommes pour 100 femmes. Cela provient de ce que, si les soldes sont presque nuls, les migrations ne le sont pas : il est probable que les entrées et les sorties se compensent à peu près numériquement, qu’il s’agisse principalement de migrations masculines, et que l’âge moyen des émigrants (retours dans leur pays d’origine) soit plus élevé que l’âge moyen des immigrants, ce qui expliquerait le pic sur la courbe du rapport de masculinité à 20-24 ans.

3. ASPECTS DÉMOGRAPHIQUES DE LA MAIN-D’ŒUVRE

55Il n’est pas question pour nous de développer ici les approches démographiques de l’activité économique : par manque de place, mais aussi faute de données qui permettraient une perspective comparative. Nous tenterons simplement de dégager dans leurs grandes lignes, à l’aide de quelques indices sommaires, les liens entre l’activité économique et les migrations, principal facteur de la reproduction démographique dans la péninsule.

3.1. Mesures de l’activité économique

3.1.1. Mesures globales

56On utilise couramment deux indices pour rendre compte de la participation à l’activité économique d’un pays :

  • le taux brut d’activité, rapport des actifs – chômeurs ou occupés – à la population totale, donne notamment une bonne idée des charges qui pèsent sur les actifs (par son complément à l’unité, par exemple) ;

  • le taux d’activité aux âges actifs (de 10 ou 15 ans à 60 ou 65 ans, suivant les pays), ou taux épuré d’activité, reflète la participation effective aux activités économiques de la population qui est susceptible d’y participer : il a, par rapport à l’indice précédent, l’avantage d’éliminer les effets de la structure par âge sur la mesure de l’activité économique.

57Ces deux indices, toutefois, sont très imparfaits, car l’on sait les difficultés à cerner la notion d’activité économique : auprès des femmes, et particulièrement des femmes rurales, et auprès des chercheurs d’emplois, actifs selon la définition consacrée, mais se déclarant souvent inactifs. Pour cette dernière raison, nous ne présenterons de données ni sur le chômage, ni sur le sous-emploi, toujours mal estimés.

58Le taux brut d’activité varie du simple au double à l’intérieur de la péninsule. Un individu seulement sur quatre est actif au Yémen, Nord et Sud, en raison de trois facteurs défavorables : structure par âge très jeune, déficit d’hommes en âge d’exercer une activité économique et faible participation féminine aux activités économiques. Cela veut dire que chaque actif a la charge, en moyenne, de trois inactifs, ce qui est très élevé. A l’opposé, un individu sur deux environ est actif dans les E.A.U. et à Qatar. La pyramide des âges très excédentaire en d’hommes d’âges actifs est évidemment le reflet de cette haute participation à l’activité économique. Chaque actif n’assure donc en moyenne la charge que d’un inactif. Cette comptabilité est bien sûr sommaire puisqu’elle ne rend pas compte de l’exportation d’une part de leur revenu par les travailleurs expatriés, qui réduit la charge qui pèse sur les travailleurs yéménites (rapatriement de revenus vers le Yémen : voir l’article de Jon C. Swanson dans cet ouvrage), et augmente celle des travailleurs étrangers dans les pays du Golfe.

TABLEAU III-1. Mesures globales de l’activité économique

TABLEAU III-1. Mesures globales de l’activité économique

- : non disponible
* : intervalle correspondant aux deux estimations de la population totale (l’officielle et la nôtre)
** : notre estimation
ε : valeur négligeable

59Cette différenciation provient du poids de la main-d’œuvre étrangère, qui est très inégal selon les pays. Les courants migatoires étant essentiellement encore composés de main-d’œuvre et non pas de familles, le taux brut d’activité est d’autant plus élevé que la proportion d’étrangers est elle-même élevée. On constate d’ailleurs que, chez les autochtones, la participation à l’activité économique est très peu variable d’un pays à l’autre, et se situe aux environs de 20 % (ce qui est très faible : à titre de comparaison, la valeur moyenne mondiale du taux brut d’activité est de 42,5 %). Celle des Yéménites (pays agricoles où l’on entre très jeune en activité) devient même sensiblement supérieure à celle des ressortissants des émirats producteurs de pétrole. Chez les étrangers, la participation à l’activité économique est partout plus forte que chez les autochtones, mais très variable selon les pays. Elle est plus élevée dans les pays d’immigration très récente, E.A.U. et Qatar, que dans ceux où l’ancienneté de l’immigration a suscité l’apparition d’une migration familiale, qui permet à la population expatriée de commencer à se reproduire sur place (Kuwait et Bahrain).

60Quant à la participation effective à l’activité économique de la population en âge d’y participer, on voit qu’elle est relativement uniforme d’un pays à l’autre : huit à neuf hommes et une femme sur dix appartiennent à la population active. La valeur plus faible du taux épuré d’activité au Yémen du Nord exprime vraisemblablement plus le sous-emploi dans ce pays que l’inactivité au sens strict. S’y ajoute aussi le biais qu’introduit l’émigration de main-d’œuvre masculine : en réintégrant les 364 000 hommes actifs émigrants de « court terme » dans le calcul du taux épuré d’activité masculine, ce dernier indice passe de 73,8 % à 79,6 %, et en réintégrant également les 250 000 émigrés de « moyen terme », il passe à 82,3 %, c’est-à-dire à une valeur comparable à celle des autres pays. Le même calcul ferait passer le taux épuré d’activité des hommes sud-yéménites au-dessus de 90 %. Dans ces deux pays, par ailleurs, on peut penser que l’estimation du taux épuré d’activité des femmes, 8,6 et 8,9 % respectivement, se situe bien en-deçà de la réalité. Ce sont deux pays à économie principalement agricole, et il est notoire que, dans la région plus encore qu’ailleurs, les femmes rurales sont déclarées inactives en raison de leur activité ménagère, et malgré leur participation à part entière aux travaux agricoles. Ces deux valeurs ne reflètent donc sûrement pas le niveau réel de l’activité féminine au Yémen, vraisemblablement beaucoup plus élevé que dans les pays non agricoles de la péninsule.

61Le niveau du taux épuré d’activité dépend lui aussi de la proportion d’étrangers dans la population active, chez les hommes comme chez les femmes. L’examen des variations des taux d’activité par âge à Kuwait (graphique n° 4), montre en effet :

  • Pour le sexe masculin, une participation à l’activité économique beaucoup plus élevée, à chaque âge, chez les étrangers que chez les Kuwaitiens, ainsi qu’un schéma de variation selon l’âge assez différent. Les étrangers entrent nettement plus jeunes en activité que les Kuwaitiens, et surtout en sortent beaucoup plus âgés : la courbe des Kuwaitiens n’atteint des valeurs élevées qu’à partir de 30 ans et décroît sensiblement dès 40 ans, alors que celle des étrangers est haute dès 20 ans et ne décroît nettement qu’au delà de 65 ans... Pour l’ensemble des âges actifs, on obtient un taux (épuré) d’activité de 91,4 % chez les étrangers contre seulement 67,2 % chez les Kuwaitiens (ce qui constitue un niveau extrêmement bas, inférieur même à celui du Yémen du Nord avant correction).

  • Chez les femmes, la différence entre autochtones et étrangères est encore plus spectaculaire. Le niveau moyen d’activité aux âges actifs est quatre fois plus élevé chez les secondes (24,1 %) que chez les premières (6,1 %), et surtout la structure selon l’âge diffère totalement d’une communauté à l’autre. Le taux des étrangères augmente régulièrement jusqu’à 40 ans pour ne redescendre qu’à partir de 55 ans : son ascension entre 15 et 45 ans ne signifie pas, à notre avis, que les femmes étrangères entrent particulièrement tard dans la vie active à Kuwait, mais reflète plutôt l’hétérogénéité interne de la communauté féminine étrangère. Elle est composée d’une part de femmes qui ont suivi leur mari employé à Kuwait, et d’autre part de femmes qui ont immigré pour des raisons professionnelles. Les premières sont généralement inactives et sont également plus jeunes en moyenne que les secondes, étant donné que l’immigration familiale commence seulement à se développer à Kuwait. Cette hétérogénéité dans les motifs d’immigration se traduit donc par une activité économique chez les jeunes femmes inférieure à celle des plus âgées. De leur côté, les taux d’activité des Kuwaitiennes, qui décroissent dès 30 ans pour devenir pratiquement nuls à partir de 40 ans, expriment à la fois un phénomène typique de l’activité des femmes urbaines dans les pays du Moyen-Orient, et une transition vers des comportements différents qui commence à s’amorcer, les deux causes cumulant leurs effets pour expliquer l’allure de la courbe :

  • parfois active avant son mariage ou avant la naissance des premiers enfants, la femme cesse toute activité économique dès que sa famille se constitue ou s’agrandit, et n’en reprend aucune plus tard (à la différence de très nombreux pays où l’activité féminine reprend à partir de 35 ans) : effet de l’âge ;

  • la position des jeunes générations féminines face à l’activité économique est en train de se démarquer de celle des générations plus anciennes, probablement sous l’effet de la scolarisation et des débuts de l’acquisition d’une formation professionnelle par les femmes. La chute de la courbe à partir de 30 ans exprime donc également cette coupure des générations et l’apparition, chez les plus jeunes, d’un comportement différent : effet de la génération. Si cet effet de la génération s’avérait plus fort que l’effet de l’âge, le point où la courbe des taux d’activité féminine a tendance à s’annuler se déplacerait avec le temps vers les âges plus élevés. Il est encore trop tôt pour le savoir.

GRAPHIQUE N° 4. Taux d’activité par âge selon le sexe et la nationalité à Kuwait, 1975

GRAPHIQUE N° 4. Taux d’activité par âge selon le sexe et la nationalité à Kuwait, 1975

62Nous pensons que l’exemple de Kuwait illustre assez bien ce que l’on pourrait observer dans les autres émirats, si leurs statistiques le permettaient.

3.1.2. Répartition sectorielle de la population active

TABLEAU III-2. Répartition de la population active par branches d’activité (pour 1 000 actifs des deux sexes) vers 1975

TABLEAU III-2. Répartition de la population active par branches d’activité (pour 1 000 actifs des deux sexes) vers 1975
  • 12 Notre estimation
  • 13 Données peu fiables.

Note *12
Note (1)13

63Nous laissons aux économistes le soin d’analyser en détail, dans cet ouvrage, la répartition par branches de la population active, pour n’en retenir que les aspects qui sont directement liés à la migration. De ce point de vue, il nous semble que trois types de pays ressortent, combinant chacun un modèle migratoire et une répartition sectorielle de la population active :

  1. Les pays d’émigration (Yémen du Nord et du Sud, et peut être les zones rurales d’Oman) sont des pays où l’agriculture domine les activités économiques. Au Yémen du Sud, on voit en outre une hypertrophie relative du secteur des services, due à l’importance démographique de la ville d’Aden, malgré la baisse de ses activités portuaires et de transit.

  2. Les pays d’immigration relativement ancienne et en voie de régularisation démographique : Kuwait, Bahrain et vraisemblablement l’Arabie Saoudite. Le secteur des services y est le plus important (dominé encore par l’agriculture en Arabie Saoudite, dont de larges zones s’apparentent d’ailleurs au premier type), et le commerce y est plus développé que dans les autres pays.

  3. Les pays d’immigration récente, massive et déséquilibrante sur le plan démographique : Émirats Arabes Unis, Qatar et maintenant partiellement aussi Oman. Le secteur de la construction y domine l’ensemble des activités économiques (à Qatar, les données sont trop peu fiables pour que l’on puisse affirmer le contraire), et le secteur des services y occupe déjà une place importante.

64Ce regroupement très schématique montre un peu la nature des migrations qui affectent la péninsule. Les campagnes constituent les seuls réservoirs de main-d’œuvre internes à la région (évidemment, si l’on étendait la région au Proche-Orient arabe, on constaterait que les principaux réservoirs de main-d’œuvre sont urbains). Dans les pays d’accueil, les premières vagues de main-d’œuvre sont appelées pour des travaux de construction : travaux d’infrastructure, mais surtout construction des villes, puisque les premiers investissements sont immobiliers ; il s’agit alors d’une main-d’œuvre non qualifiée qui peut être recrutée en bonne partie dans la région (Yémen). Peu à peu, la destination économique des migrants se transforme, puisque le secteur des services en absorbe de plus en plus, et l’on peut penser que leur qualification moyenne s’élève : les zones rurales de la péninsule ne peuvent plus fournir ces secondes vagues de migrants (à Kuwait et à Bahrain, les effectifs de Yéménites sont négligeables) alimentées principalement par une main-d’œuvre qualifiée des pays arabes riverains de la méditerranée.

3.2. Les migrations ne réalisent dans la péninsule qu’une forme tronquée d’intégration

65La juxtaposition, au sein de la péninsule, de réservoirs de main-d’œuvre et de pôles d’attraction migratoire peut donner l’impression d’une complémentarité entre ces régions, et d’une relative intégration de l’ensemble.

66En effet, les courants migratoires qui traversent la péninsule sont l’expression de l’inégalité de développement des forces productives en son sein, puisqu’ils s’effectuent des pays où la main-d’œuvre disponible est abondante mais où le capital est faible, vers ceux où l’on observe le déséquilibre inverse entre main-d’œuvre et capital.

67Avec la migration, s’effectue une circulation de valeur, monétaire ou non : rapatriement d’une partie de leur revenu par les travailleurs yéménites émigrés, mais aussi, on a trop souvent tendance à l’oublier, transfert de valeur du pays qui a produit la main-d’œuvre sans être rémunéré pour cette production (coût de la production d’un individu avant son entrée en activité), vers le pays qui exploite cette main-d’œuvre, c’est-à-dire principalement du Yémen vers l’Arabie Saoudite. Ce second transfert est d’autant plus important que, lorsque l’on a affaire à une migration temporaire de travailleurs isolés (cas de l’immense majorité de la migration yéménite), ces derniers ne bénéficient d’aucun des avantages sociaux destinés à l’entretien de leur famille ni eux-mêmes au-delà de leur vie productive (retraite). Cela revient à dire que le travail du migrant est rémunéré à un niveau qui couvre seulement l’entretien de sa force de travail, mais pas le coût de la reproduction de cette force de travail, ce coût étant assuré par l’économie de la région de départ. L’on voit bien que, loin de tendre à résorber les inégalités de développement, les migrations internes à la péninsule contribueraient plutôt à les accentuer.

  • 10 Nous développons beaucoup plus cet aspect de la circulation de main-d’œuvre dans « Réserves de main (...)

68S’ajoute en outre à ces transferts de valeur l’effet déstructurant que la migration de main-d’œuvre exerce sur l’économie des zones de départ. L’économie agraire yéménite repose essentiellement sur la prépondérance de la force de travail dans les forces productives, étant donné que les équipements et les consommations intermédiaires dans l’agriculture sont très réduits (faible mécanisation, utilisation rare d’engrais chimiques, etc.). L’émigration de main-d’œuvre la prive donc des moyens de se reproduire et contribue, à terme, à entraîner son déclin. On voit aisément que c’est ainsi un simulacre d’intégration que réalise cette circulation de main-d’œuvre et de revenus entre les pays de la péninsule (Yémen du Nord et Arabie Saoudite surtout), et qu’en fait, le développement inégal dans la région s’auto-entretient grâce à ce processus10.

69A un autre titre la complémentarité est illusoire. Pas plus que leur économie, la démographie de l’Arabie Saoudite et des émirats du Golfe n’a procédé d’une dynamique interne à la région (tout au moins au sens limitatif proposé dans cet ouvrage). Les villes ne se sont pas plus constituées sur un surplus de population issu de zones rurales avec lesquelles elles auraient entretenu des rapports économiques que l’accumulation de capital dans ces pays n’a procédé de rapports endogènes à la région. La démographie montre bien aussi l’extraversion totale des nouveaux pôles d’immigration du Golfe, puisque leur main-d’œuvre est constituée pour les deux-tiers d’une population étrangère à la région, et en constant renouvellement.

VUE D’ENSEMBLE

70A l’examen de la démographie de la péninsule Arabique, on retire une double impression de désarticulation et de transition.

71Désarticulation parce que la dynamique des populations des régions les plus riches de la péninsule leur vient plus de mouvements qui s’effectuent avec l’extérieur que de mouvements internes à la péninsule, entre les zones traditionnelles de peuplement et les nouvelles. Transition parce que l’on ne peut envisager que les tendances actuelles se poursuivent sans entraîner de profonds changements démographiques.

72On observe actuellement deux types de reproduction de la population, tous deux en transition. Dans les zones de peuplement ancien, c’est un type commun à de nombreux pays du Tiers-Monde. Avec l’amorce d’une baisse de mortalité et le maintien d’une fécondité haute, on assiste à une accélération de la croissance démographique naturelle. Une partie de celle-ci est absorbée par une émigration importante, laquelle affecte par ailleurs les équilibres démographiques naturels. La transition vers une croissance ralentie, qui supposerait une baisse préalable de fécondité, ne paraît pas encore se dessiner.

73Dans les zones nouvelles de peuplement, la croissance naturelle s’est beaucoup plus accélérée grâce à une baisse beaucoup plus prononcée de la mortalité. Mais surtout, cette croissance naturelle est minime par rapport à la croissance due à l’immigration constante d’une population étrangère très mobile, qui a pu, en quelques années ou décennies, constituer la majorité des habitants de ces régions. Les structures naturelles de ces populations ont été totalement déséquilibrées par cet apport exogène, et il n’est pas question de faire la moindre projection des tendances de ces populations au-delà du très court terme.

74Malgré leur opposition presque terme à terme, et la complémentarité qu’ils pourraient introduire entre capital et main-d’œuvre, ces deux types de reproduction démographique ne suffisent pas à créer une base d’intégration démo-économique de la péninsule. Au contraire, la circulation de main-d’œuvre à l’intérieur de la péninsule pourrait très bien contribuer à accentuer le développement inégal dans la région.

75Beyrouth, novembre 1979

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

I – Sources des données officielles

ARABIE SAOUDITE

– Statistical yearbook, 1975, Central Department of Statistics.

– Second five-years plan, 1975-1980, Ministry of Planning.

BAHRAIN

– Statistics of the population census, 1971, Statistical Bureau.

– The population of Bahrain, trends and prospects, draft report. Directorate of Statistics, sept. 1978.

ÉMIRATS ARABES UNIS

– 1975 population census of the United Arab Emirates, part III, Ministry of Planning, 1977.

– Statistical abstract, 1977.

KUWAIT

– Population census, 1970 et Population census 1975, Central Statistical Office, Census Division.

– Annual Statistical Abstract, 1975, 1976, 1977, Central Statistical Office.

OMAN

– Statistical yearbook, 1975-1977, Development Board, National Directorate General of Statistics.

QATAR

– Population census, 1970, preliminary results (confidentiel).

RÉPUBLIQUE ARABE DU YÉMEN

– Recensement de la population et de l’habitat de 1975 en R.A.Y., résultats préliminaires, en arabe (polycopié).

– Statistical Yearbook, 1976-1977, Central Planning Organization, Statistics Department.

RÉPUBLIQUE POPULAIRE ET DÉMOCRATIQUE DU YÉMEN

– 1973 population census. Some tabulations based on a sample of census resultats, 1974, Central Statistical Office.

– Annual bulletin of migrations and tourism, 1974-1976, Central Statistical Office.

COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L’ASIE DE L’OUEST

– Statistical abstract of the region of E.C.W.A., 1968 1976, second issue, ECWA, Beyrouth, 1978.

– Demographic and related socio-economic data sheets for countries of the E.C.W.A., n° 2, E.C.W.A., Beyrouth, 1978.

– Development of an integrated transport system for western Asia, Modal reports, Part II E/ECWA/TRANS/2, Beyrouth, 1979.

II – Ouvrages et articles d’analyse

Al-Adashi (A.K.). – Some technical problems encountered in the population census in the Y.A.R. Population Bulletin, n° 10-11, E.C.W.A., Beyrouth, 1976.

Birks (J.S.) and Sinclair (C.A.). – International Migration Project. Department of Economics, University of Durham (England) :

Country case study : Kuwait, 1977.

A re-evaluation of the size of the expatriate comunity in Kuwait, 1977.

Country case study : the State of Oman, 1977.

– Movements of migrant labour from part of the north of the sultanate of Oman, 1977.

Aspects of the demography of the Sultanate of Oman, 1977.

Country case study : the United Arab Emirates, 1978.

Country case study : the State of Bahrain, 1978.

Country case study : the State of Qatar, 1978.

Birks (J.S.) and Sinclair (C.A.). – Migration for Employment Project, I.L.O., Genève, 1978 :

Nature and process of labour importing : Kuwait, Bahrain, Qatar and the U.A.E.

The Sultanate of Oman : economic development, the domestic labour market and international migration.

The Kingdom of Saudi Arabia and the Libyan Arab Jamahiriyya : the key countries of employment.

Courbage (Y.), and Fargues (P.). – La population des pays arabes d’Orient. Population, (I.N.E.D.), Paris, n° 6, 1975.

Courbage (Y.) and Kjurciev (A.). – Alternative population projections and analysis of the essential data in Bahrain. Population Bulletin, n° 6, E.C.W.A., Beyrouth, 1974.

Fargues (P.). – Réserves de main-d’œuvre et rente pétrolière. Etude démographique des migrations de travail vers les pays arabes du Golfe. C.E.R.M.O.C. & Presses Universitaires de Lyon, Beyrouth, 1980.

Hassan (S.S.). – Socio-economic development and in-migration in Qatar. Demographic aspects of socio-economic development in some arab and african countries, Le Caire, Cairo Demographic Centre, 1974.

Hill (A.G.). – The demography of the population of Kuwait. Population Bulletin, n° 13, E.C.W.A., Beyrouth, 1977.

Hill (A.G.). – The demography of the kuwaiti population of Kuwait. Demography, vol. 12, n° 3, Washington, 1975.

I.B.R.D. – Report of mission to Oman. I.B.R.D., EMA, 55 a, 1972.

Al-Madani (A.R.). – The demographic situation in the kingdom of Saudi Arabia. Population Bulletin, n° 10-11, E.C.W.A., Beyrouth, 1976.

Saleh (A-A.) and Shuabi (М.А.). – Estimation of mortality and rate of population growth in the P.D.R.Y. Population Bulletin, n° 10-11, E.C.W.A., Beyrouth, 1976.

Sivamurthy (М.) and Abdo (M.A.). – Economic development in relation to population growth and labour supply in Kuwait. Demographic aspects of socio-economic... (cité).

Y.A.R. – Final report of the airphoto interpretation – project of the swiss technical cooperation service. Université de Zurich, 1978.

Notes

1 Les données officielles sont d’ailleurs contradictoires entre elles. Le second plan quinquennal de développement (1975-80) s’appuie d’une part sur une population active estimée en 1975 à 1 522 100 individus et d’autre part sur un taux brut d’activité de l’ordre de 33 %. La combinaison de ces deux valeurs correspondrait à une population globale de seulement 4,5 millions d’habitants en 1975, soit un an après le recensement... En tout état de cause, les estimations plausibles de la population résidente du royaume vont de 4 à 8 millions d’habitants, sans que l’on ait des moyens sérieux de trancher à l’intérieur de cette fourchette ! Dans une autre étude, en nous fondant sur diverses évaluations, nous avons abouti à une ré-estimation de 5 834 000 résidents en Arabie Saoudite en 1974 (P. Fargues, Réserves de main-d’œuvre et rente pétrolière. Étude démographique des migrations de travail vers les pays arabes du Golfe, Beyrouth, CERMOC, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1980, 148 p.). Nous la maintenons ici sous toutes réserves. Elle reste inférieure à celle de Birks et Sinclair (J.S. Birks& C.A. Sinclair, The kingdom of Saudi Arabia and the Libyan Arab Jamahiriyya ; The key countries of employment, Report of the « World employment Programme research », Bureau International du Travail, Genève, 1979). La S.E.D.E.S., par contre, propose une estimation plus basse (5 277 700 en 1978)...

2 Le taux brut de natalité (m), ou nombre annuel moyen de naissances vivantes pour 1 000 habitants des deux sexes et de tous âges, est lié aux taux de fécondité générale par âge, ou nombre annuel moyen de naissances pour 1 000 femmes d’âge x (fx, x variant entre 15 et 50 ans) par la relation suivante, qui fait apparaître les effectifs Px de femmes dans le groupe d’âge x :
Image 4.jpg
où P désigne la population totale.
Cette relation montre bien, qu’à fécondité égale, la natalité varie avec la structure par sexe et âge de la population.

3 A Bahrain, émirat où la scolarisation féminine est la plus ancienne, l’on note déjà une baisse sensible de la fécondité au niveau de l’ensemble de la population. Le cumul des taux de fécondité générale serait passé de 6,82 enfants par femme en 1961-66 à 5,23 en 1966-71 (Courbage et Kjurciev).

4 De 1965 à 1975, la proportion d’étrangers parmi les résidents à Kuwait est restée constante (53 %), d’après les données des recensements. Birks et Sinclair (A re-evaluation of the size of the expatriate community in Kuwait) pensent qu’il s’agit d’un ajustement délibéré des autorités kuwaitiennes pour minimiser la proportion d’étrangers. En se fondant sur les statistiques de l’emploi, contradictoires avec celles du recensement, B. et S. concluent à une sous-estimation de 77 000 résidents étrangers à Kuwait en 1975, ce qui porterait leur effectif total à 600 000 et leur proportion à 56 % de l’ensemble des résidents (ré-évaluation minimale pour B. et S.).

5 L’Orient Le Jour du 20.10.1979 (Beyrouth). Le même article indique que, de novembre 1978 à septembre 1979, « près d’1 million d’étrangers ont été engagés en Arabie, auxquels se sont adjoints 500 000 membres de leur famille », selon le ministre saoudien de l’Intérieur. On ne saurait en conclure que l’immigration s’est chiffrée à 1 500 000 pour cette période – chiffre énorme – car on a sûrement tenu compte des renouvellements de contrat. S’y ajoute en outre une certaine fantaisie dans les évaluations numériques, propre à un pays où il n’y a pas de comptabilité sérieuse...

6 114 % au Nord et 123 % au Sud – 103 % serait une valeur correcte – provenant manifestement d’un sous-enregistrement des filles âgées de plus de 10 ans : phénomène assez général dans les pays de la région, où le chef de famille omet volontairement de déclarer ses filles nubiles non mariées.

7 Le rétrécissement de la pyramide de Kuwait à moins d’un an au recensement de 1970 provient exclusivement d’un sous-enregistrement des enfants de 0 an lors de ce recensement, et n’est le signe d’aucune baisse de fécondité.

8 « Apparemment », car l’on sait qu’une bonne partie du revenu des expatriés résidant dans ces pays sert à l’entretien de leur famille restée dans le pays d’origine.

9 L’irrégularité de la pyramide des Kuwaitiens en 1965 tient à la moins bonne qualité du recensement de 1965, où les erreurs de déclaration de l’âge ont été assez importantes.

10 Nous développons beaucoup plus cet aspect de la circulation de main-d’œuvre dans « Réserves de main-d’œuvre et rente pétrolière,... » (ouvrage cité).

Notes de fin

1 Estimation de l’auteur.

2 la « fécondité cumulée », somme entre 15 et 50 ans des taux de fécondité par âge, mesure le nombre moyen d'enfants qu’aurait une femme durant toute sa vie, en l’absence de mortalité et dans des conditions de fécondité invariables dans le temps.

3 le « taux net de reproduction » combine la mortalité et la fécondité pour mesurer le remplacement des générations (dans le long terme, un taux égal à l’unité signifierait une croissance nulle de la population)

4 mentionnons pour mémoire la valeur de 50,0 ‰ avancée par l’ECWA pour le taux de natalité à Qatar et dans les E.A.U.. Elle nous paraît hautement fantaisiste, compte-tenu de la structure par âge et sexe de ces pays, très déficitaire en femmes : elle impliquerait une fécondité cumulée moyenne de l’ordre de 12 à 15 anfants par femme ! nos estimations reposent sur la combinaison des données de structures par âge et sexe dans ces pays, et de l’adoption d’une série de taux de fécondité par âge plausible.

5 Le taux de migration nette est calculé comme la différence : taux global d'accroissement - taux d’accroissement naturel. L’effectif absolu de la migration nette en est déduit.

6 Les pourcentages présentés en colonne de stock sont calculés ainsi :
- pour les pays d'immigration nette: population immigrée/population résidente ;
- pour les pays d’émigration nette : population émigrée/(population résidente + population émigrée).

7 35 000 est la balance annuelle moyenne des entrées et des sorties d’étrangers de 1970 à 1975. On suppose que la population de nationalité saoudienne a une balance migratoire nulle. 1 234 000 est notre estimation de la population étrangère résidant en Arabie Saoudite à la date du recensement de 1974 (pour cette réévaluation, voir P. FARGUES, Réserves de main-d’œuvre et..., déjà cité).

8 Nous avons déduit cette estimation de la migration nette des données réévaluées par Birks et Sinclair (J.S. BIRKS & C.A. SINCLAIR, Country case study : the State of Bahrain, “International migration project”, University of Durham, Durham 1978). La situation migratoire à Bahrain semble toutefois avoir beaucoup fluctué au cours de la dernière décennie. A s’en tenir aux données du recensement de 1971 et aux taux d’accroissement global et naturel que l’on peut en déduire, on aboutirait pour les années 1965-71 à une migration nette positive de l’ordre de 300 individus par an seulement (taux de 1,2 ‰). L’immigration pourrait avoir sensiblement repris durant les années 1972- 76. De source officielle (The population of Bahrain, trends and prospects), on fait état d’un solde des entrées et des sorties de +31 523 pour les années 1973-76, soit une moyenne annuelle de +7 900 correspondant à un taux de migration nette de + 31,5 ‰, et donc à un taux d’accroissement global de 66 à 67 ‰. Ces chiffres nous semblent élevés et sont, de toutes façons, contradictoires avec le taux d’accroissement global de 34 ‰ avancé dans le même rapport officiel...

9 Il s’agit de la migration nette des étrangers seulement (moyenne annuelle 1973-1976). On ne peut en déduire aucun taux, ne connaissant ni la migration nette des Omanais (est-elle devenue positive ?), ni la population totale.

10 Les estimations de la population nord-yéménite expatriée varient de 635 000 (dont 385 000 émigrants de court terme : évaluations de la mission suisse), à 1 234 000 (estimation officielle).

11 Structure ajustée par Courbage et Kjurciev.

12 Notre estimation

13 Données peu fiables.

Table des illustrations

Titre TABLEAU n°I.1. Sources des données sur la population
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre TABLEAU II-1. Données sur la répartition de la population
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre TABLEAU II-2. Taux de croissance démographique vers 1975
Légende - : indice non calculable faute de données
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre TABLEAU II-3. Indices de natalité et de fécondité vers 1975
Légende - : indice non calculable faute de données* : estimation de l'auteurNote a2Note b3Note c4
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre TABLEAU II-4. Indices de natalité et de fécondité à Kuwait, en 1975, selon la nationalité
Légende (estimations de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre TABLEAU II-5. Proportions de célibataires selon l’âge (p. 1000)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre TABLEAU II-6. Tables de nuptialité des femmes kuwaitiennes, selon le niveau d’instruction (générations nées avant 1960)
Légende Note : la « table » de nuptialité est un modèle très simple à interpréter, puisqu’il décrit la nuptialité dans une génération de 1 000 célibataires pris à dix ans et suivis jusqu’à 50 ans : Cx désigne ceux qui restent célibataires à l’anniversaire x et m(x,x + 5) les premiers mariages entre les anniversaires x et x + 5. Les tables présentées ici résultent de calculs et d’un corps d’hypothèses dont le présent article ne justifie pas qu’on en expose la complexité. Elles sont tirées de données du recensement de 1975.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU II-7. Nombre moyen d’enfant par femme et niveau d’éducation (femmes non célibataires)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre TABLEAU II-8. Indices de mortalité vers 1970-75
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre GRAPHIQUE n° 1. Espérance de vie à la naissance (« eo ») et indices divers
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre TABLEAU II-9. Indices de migrations externes vers 1970-1975
Légende Note (a)5Note (b)6Note (1)7Note (2)8Note (3)9Note (4)10
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre TABLEAU II-10. Taux annuels moyens de croissance intercensitaire à Kuwait, par sexe et nationalité, p. 1000
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre TABLEAU II-11. Répartition par sexe et grands groupes d’âge (en pourcentage de tous les résidents)
Légende - : donnée non disponibleNote (1)11
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre GRAPHIQUE N° 2. Pyramides des âges (Effectifs moyens d’une année d’âge p. 10 000 résidents au total)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre GRAPHIQUE N° 2. Pyramides des âges (suite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre GRAPHIQUE N° З. Rapports de masculinité selon l’âge (Effectifs d’hommes pour 100 femmes à chaque âge)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre GRAPHIQUE N° З (suite)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre TABLEAU III-1. Mesures globales de l’activité économique
Légende - : non disponible* : intervalle correspondant aux deux estimations de la population totale (l’officielle et la nôtre)** : notre estimationε : valeur négligeable
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre GRAPHIQUE N° 4. Taux d’activité par âge selon le sexe et la nationalité à Kuwait, 1975
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre TABLEAU III-2. Répartition de la population active par branches d’activité (pour 1 000 actifs des deux sexes) vers 1975
Légende Note *12Note (1)13
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2523/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540