Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule Arabique aujourd’hui. Tome I

 | 
Paul Bonnenfant

De la rente pétrolière au développement économique : perspectives et contradictions de l'évolution économique dans la péninsule

Michel Chatelus

Texte intégral

INTRODUCTION

1La tâche de présenter un bilan économique de la péninsule Arabique au début de la « décennie 1980 » est difficile et passionnante. La tentative est difficile en raison de la rapidité des changements et des ruptures toujours possibles : le bilan risque d’être dépassé avant même d’être publié. Mais la tâche est passionnante, car l’observateur se trouve devant une situation complexe et exceptionnelle : il retrouve, concentrés dans le temps et dans l’espace, certains des problèmes fondamentaux posés par le développement économique et les relations internationales. En quelques années, sur un espace précis, on peut appréhender des évolutions et des contradictions qui, ailleurs, sont diffuses dans le temps et dans l’espace.

2Les perspectives économiques offertes par les pays de la péninsule Arabique doivent être replacées dans l’évolution d’ensemble de l’économie internationale. Les problèmes spécifiques sont éclairés par les situations observées ailleurs et s’insèrent dans un système mondial qui cherche à leur conférer une certaine logique.

3Tout en essayant d’intégrer pleinement cette dimension mondiale de la situation, l’analyse présentée ici sera effectuée avant tout du point de vue des pays considérés, en recherchant ce qui peut être défini comme leur logique propre et leurs contradictions spécifiques.

4Notre objectif est de mettre en évidence les tendances, les évolutions et les contradictions les plus significatives, en dégageant les articulations majeures entre les phénomènes les plus importants. Différentes contributions du deuxième volume présentent les bilans précis pour un certain nombre de pays ; on mettra donc l’accent sur les problèmes communs et sur celles des différences ou des divergences qui permettent de mieux comprendre les problèmes posés à l’ensemble.

5Il existe en effet une interdépendance politique étroite entre les pays, et les différences éventuelles dans les politiques d’utilisation de la rente ne peuvent masquer la place dominante de l’Arabie Saoudite. Aucune des situations manifestant un certain degré de spécificité (à Bahrain ou au Kuwait, par exemple) ne résisterait à une « rupture » en Arabie Saoudite. Les deux Yémen, bien que placés dans des situations très particulières par rapport aux autres États (Arabie Saoudite, Bahrain, E.A.U., Kuwait, Oman, Qatar), n’en sont pas pour autant isolés de la « logique péninsulaire ».

6Cette logique, celle de l’enrichissement brutal, conduit au problème fondamental : comment transformer l’économie de rente, entièrement articulée sur l’extérieur, en une économie productive ? comment utiliser la richesse pour initier un véritable développement, sans provoquer un éclatement social et un « effet inverse » de déstabilisation et de dépendance plus grande encore envers l’extérieur ?

7La rente pétrolière, son accroissement brutal entre 1971 et 1973, ses nouvelles perspectives de doublement au début de 1980, posent à la région un nouveau type de problème économique et social, jamais encore observé ailleurs avec une telle intensité. De nombreuses contributions éclaireront les diverses facettes de cette accélération de l’histoire, nous essaierons, pour notre part, d’en préciser les caractéristiques économiques essentielles, dans une première partie.

8La recherche de la diversification par une certaine forme d’industrialisation constitue l’un des aspects majeurs des politiques d’utilisation de la rente pour créer une économie productive : nous consacrerons une deuxième partie de cette étude à l’examen des perspectives et des contradictions de l’industrialisation.

9Nous examinerons ensuite les problèmes posés par la diversification financière et les divers aspects de la gestion des « surplus ».

10Les deux États non producteurs de la péninsule, la R.A.Yémen et la R.D.P.Yémen, nous permettront enfin d’envisager certains aspects particuliers de l’influence des revenus et de la rente pétrolière sur des pays non producteurs : en particulier les formes « d’assistance redistributive » et les destructurations provoquées par l’émigration massive.

  • 1 Voir à ce propos les observations de Ph. Fargues, Présentation démographique des pays de la péninsu (...)

11Avant d’aborder l’analyse de la rente pétrolière, il est indispensable de présenter quelques remarques sur les statistiques et les données quantitatives relatives aux pays de la région. Il est banal d’insister sur la fragilité de certains calculs et sur les incertitudes concernant de nombreuses données, démographiques notamment mais pas uniquement. Il existe souvent un chiffre officiel et un chiffre « probable », qui peut être très différent. Toute évaluation du revenu par tête, par exemple, est aléatoire, le nombre officiel d’habitants étant délibérément faux1. Bien d’autres données sont secrètes, ou arbitrairement établies (par exemple, le montant et la ventilation des réserves financières, ou de l’aide à certains pays).

12Une seconde observation concerne plus spécifiquement la région étudiée. Compte tenu du caractère particulier des « États » et de l’écrasante prédominance des revenus pétroliers, de nombreuses catégories statistiques et comptables d’usage courant n’ont aucune signification, ou une signification très particulière. Il en est souvent ainsi, par exemple, de la distinction finances publiques-finances privées. De même, la plupart des « revenus non pétroliers » qui figurent dans le Produit National Brut sont en fait des revenus de transferts liés directement au pétrole. Ainsi, toute tentative de calculer un « P.N.B. hors pétrole » au Kuwait ou à Qatar n’a pratiquement pas de signification.

13Toutes les données chiffrées doivent donc être relativisées, et leur utilisation ne peut aller au-delà de l’identification d’ordres de grandeurs.

I. – PROBLÈMES ET PERSPECTIVES LIÉS A LA RENTE PÉTROLIÈRE

14A l’exception des deux Yémen, qui sont cependant étroitement dépendants des retombées pétrolières (surtout la R.A.Y.), les pays de la région sont, plus que jamais, au début des années 1980, des « États du pétrole ». Bien que leurs dimensions, le niveau de leurs productions et de leurs revenus, la date de leur entrée dans « la modernisation » et bien d’autres traits encore, les différencient entre eux, ils rencontrent tous le même type de problèmes et la même anxiété de « l’après-pétrole ».

15Nous examinerons d’abord les données essentielles exprimant la prépondérance pétrolière et les contrastes et ressemblances entre les différents pays. Nous évoquerons ensuite les risques de l’enrichissement massif, puis les atouts et les perspectives offertes, enfin nous aborderons les aspects contradictoires de toute « solution » envisageable.

Section I. – CONTRASTES ET SIMILITUDES DANS UNE MÊME PRÉDOMINANCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE

A) Quelques contrastes majeurs

1) Inégalités de dimensions

16Les huit États qui se partagent la péninsule sont de dimensions extrêmement variées et leur population est très inégale. Les données essentielles reflétant ces contrastes figurent dans le Tableau I. On voit que, selon les chiffres officiels (on a retenu ceux que reproduit la Banque Mondiale), quatre pays seulement dépassent le million d’habitants : l’Arabie Saoudite, les deux Yemen et le Kuwait. Bahrain atteint à peine 300 000 habitants, alors que Qatar ne dépasse pas les 200 000. Aucun des pays n’atteint le seuil de 10 millions d’habitants, considéré par beaucoup d’organismes internationaux comme une sorte de seuil de viabilité économique. On retiendra, du point de vue des contrastes, un rapport de 1 à 35 entre les chiffres officiels de population de Qatar et de l’Arabie Saoudite. Les contrastes de superficie ne sont pas moins considérables, puisque le rapport est de l’ordre de 1 à 2 000 entre Bahrain et l’Arabie Saoudite. Les espaces « utiles » ne sont bien évidemment pas proportionnels aux espaces « politiques » et, de ce point de vue, l’Arabie Saoudite et la R.A.Yemen sont très nettement privilégiées. La disponibilité en eau, en ressources minières, en ressources de la pêche et de l’agriculture, est très différente selon les États, les contraintes pesant sur la recherche de diversification et de mise en place d’une économie productive seront donc très inégales.

2) Inégalités de revenus

17Les inégalités de revenus entre les États sont, elles aussi, très manifestes. Malgré les aléas de certains chiffres, la juxtaposition de 340 dollars/tête de la R.D.P. du Yémen, en 1977, et de près de 15 000 dollars/tête dans les E.A.U. ne peut manquer de frapper l’imagination. La « moyenne » saoudienne est très supérieure au chiffre officiel, puisque le chiffre de population retenu par les autorités est largement supérieur à la réalité. Le P.N.B. total saoudien représente environ 60 % du total des P.N.B. des pays de la région, alors que les deux Yemen n’atteignent pas 3,5 % du total, avec plus de 38 % de la population.

3) Dates d’entrée dans l’ère pétrolière

18Un troisième contraste tient à l’échelonnement chronologique de l’entrée des divers États dans « l’ère pétrolière », à l’exception, évidemment, des deux Yemen, qui sont touchés par elle sans y participer. Les plus anciens producteurs-exportateurs de la région (Bahrain, première exportation en 1932, Kuwait en 1946, Arabie Saoudite en 1944, Qatar en 1949) contrastent avec les E.A.U. et Oman, dont les premières exportations remontent respectivement à 1962 et 1967. On peut donc distinguer, de ce point de vue, quatre catégories de pays dans la région. Les « anciens producteurs » de faible dimension : Bahrain, Kuwait, Qatar, qui avaient déjà une production non négligeable en 1958 et ont, au moins partiellement, commencé leur évolution dans les « années 60 » ; l’Arabie Saoudite, qui, compte tenu de ses dimensions, est vraiment devenue un État pétrolier à la fin des années 60 ; les E.A.U. et Oman, producteurs de petite dimension, devenus « pétroliers » vingt ans plus tard que le premier groupe ; enfin, les deux Yemen, qui sont hors de la zone actuellement productrice.

4) Niveau et potentiel de la production

19Le niveau de production pétrolière, le « potentiel » actuel et les réserves reconnues forment une autre série d’éléments de différenciation entre les pays de la région. Comme l’indiquent les tableaux II et III, on peut établir une hiérarchie des producteurs en fonction du volume de leur production. L’Arabie Saoudite est alors un cas particulier, exportant près des deux tiers du total. On trouve ensuite deux producteurs « moyens », dont la production s’établit aux environs de 100 millions de tonnes : Kuwait et E.A.U. Les deux « petits » sont Oman et Qatar, tandis que la production de Bahrain est négligeable. Les réserves prouvées conduisent à proposer à peu près le même classement (en prenant toutefois en compte un niveau de réserves du Kuwait à peu près double de celui des Émirats). Pour Bahrain, l’après-pétrole est déjà commencé, alors que, pour Qatar et Oman, il est proche. On remarque que l’Arabie Saoudite possède plus du cinquième des réserves mondiales et le Kuwait plus de 10 %. Ces perspectives pétrolières doivent être complétées par un aperçu des réserves de gaz naturel. Il faut noter que le montant de ces réserves est moins bien connu que celui des réserves de pétrole, et que les réévaluations sont fréquentes. La péninsule est, en effet, l’une des régions du monde dont les ressources en « gaz libre » (non associé au pétrole) sont les plus mal connues, notamment pour les E.A.U. et Qatar. Selon certaines informations, les réserves d’Abu Dhabi pourraient atteindre 2 000 milliards de m3, certains auteurs avancent même le chiffre de 10 000 milliards (le tiers des réserves soviétiques). Sans attacher trop d’importance aux estimations actuelles, on peut cependant noter que Qatar paraît mieux pourvu qu’Oman, et que le gaz naturel pourrait devenir une ressource majeure pour les Émirats : Abu Dhabi est d’ailleurs le premier producteur de la région à avoir créé une chaîne d’exportation de gaz naturel liquéfié, transporté par méthanier au Japon.

20La durée des plans et les échéances de l’après-pétrole seront fortement influencés par les réserves et les perspectives d’épuisement de celles-ci.

В – Des problèmes fondamentaux similaires

21Malgré les contrastes importants qui viennent d’être rappelés, les États de la région (sous réserve des spécificités des deux Yemen) peuvent légitimement être regroupés dans une analyse qui met en évidence l’existence de problèmes communs nés de la rente pétrolière et de son évolution. Les différences concernant « l’impact » de la rente pétrolière dans chacun des pays sont à cet égard plus quantitatives que qualitatives. Nous allons examiner rapidement les aspects qui nous paraissent les plus significatifs de cette perspective.

1) Chocs et rupture de 1973-74

22Si les différences entre pays sont notables du point de vue de l’ancienneté des revenus pétroliers, tous ont été très brutalement affectés par la rupture de tendance et la hausse très brutale de la période 1971-1973. Les revenus gouvernementaux pétroliers ne dépassaient pas 2,5 milliards de $ pour les six pays en 1970 (dont 1,2 ma pour l’Arabie Saoudite), pour atteindre environ 6 milliards en 1972 (dont plus de la moitié pour l’Arabie Saoudite) et dépasser les 45 milliards en 1974 (dont, là encore, plus de la moitié pour l’Arabie Saoudite). Après une relative stagnation (et une baisse en valeur réelle) entre 1974 et 1978, un processus de quasi-doublement intervient à nouveau en 1979. Compte tenu des variations de la production, on voit que les revenus pétroliers se sont accrus dans une proportion située entre 1 et 6 et 1 et 13. Une telle rupture ne peut manquer de poser des problèmes très sérieux aux bénéficiaires, qui doivent très rapidement modifier leurs comportements et leur politique, et subir à ce propos des pressions extérieures auxquelles ils ne sont pas nécessairement prêts à faire face. Les implications de cette « accélération de l’histoire » ont des traits communs dans tous les pays de la région.

2) Faible dimension économique et démographique

23Une deuxième perspective commune tient à la faible dimension économique et démographique de tous les pays concernés. Malgré les écarts considérables de population et de dimension déjà notés, aucun État de la péninsule n’atteint le « seuil critique » à partir duquel son « espace de développement » pourrait être significativement conçu dans un cadre national (ce qui ne signifierait évidemment pas autarcie ni même autonomie du processus de développement, mais prise en compte prioritaire des conditions et objectifs nationaux). La recherche d’espaces significatifs, dans la péninsule même, au Moyen-Orient, dans le « système mondial », constituera donc une contrainte majeure pour tous les pays, même l’Arabie Saoudite. L’extraversion est en quelque sorte une donnée de départ dans la situation actuelle de partage politique de la péninsule et du Moyen-Orient et les pressions externes joueront alors un rôle considérable.

3) Dépendance envers la main-d’œuvre immigrée

  • 2 Ph. Fargues, Présentation démographique des pays de la péninsule Arabique, et Serge de Klebnikoff, (...)
  • 3 Far Eastern Economic Review, 11 mai 1979.

24Conséquence de ces deux premiers traits, communs aux pays pétroliers de la péninsule, on constatera la même dépendance à l’égard de la main-d’œuvre immigrée. La population, on le sait, s’accroît très rapidement, en grande partie du fait de l’appel à des adultes actifs venant de l’extérieur des pays considérés. Comme le montrent les études de Ph. Fargues et S. de Klebnikoff2, et malgré les divers « camouflages » de la démographie officielle, les étrangers constituent l’énorme majorité de la population active du Kuwait, des E.A.U., du Qatar, et sans doute de l’Arabie Saoudite (pour ce dernier pays, une estimation récente du Financial Times d’avril 1979 faisait état, pour la population active, d’un million de Saoudiens pour 1,3 million d’étrangers). Les estimations les plus fréquentes retiennent moins d’un quart de nationaux dans la population résidente totale des E.A.U. et de Qatar, moins de la moitié au Kuwait. La R.A. du Yémen est un important « exportateur » de main-d’œuvre vers l’Arabie Saoudite, et les ressortissants des autres pays arabes – Palestiniens, Égyptiens, Libanais, en particulier – sont très nombreux dans tous les domaines d’activité. Cette dépendance extrême à l’égard de la main-d’œuvre arabe a conduit certains États à minimiser le « risque politique » en recourant de manière croissante à des travailleurs asiatiques (indiens, Bengalais, Pakistanais, Philippins, Coréens, etc.). Selon la revue Far Eastern Economic Review, plus de 300 000 Indiens, 200 000 Pakistanais, 100 000 Bengalais, 80 000 Coréens, etc., travailleraient au Moyen-Orient, la plupart d’entre eux dans les pays de la péninsule3. De plus en plus, les perspectives économiques et les grands projets risquent d’être remis en cause par une politique plus restrictive de l’immigration.

4) Extrême dépendance à l'égard du pétrole

25Nous retiendrons une dernière caractéristique, commune aux économies des pays de la région (toujours à l’exception des deux Yémen) : il s’agit, bien évidemment, de leur extrême dépendance à l’égard du pétrole. Certains indicateurs figurant dans le Tableau IV sont particulièrement éclairants. La part du pétrole dans les exportations ne descend au-dessous de 90 % qu’à Bahrain, et il représente la totalité des exportations de l’Arabie Saoudite, de Qatar et d’Oman. Les recettes pétrolières couvrent environ 90 % du budget de la plupart des pays, seul Bahrain étant significativement au-dessous de cette proportion. Le pétrole peut apparaître moins dominant lorsqu’on examine les Produits Intérieurs Bruts des États mais, dans la mesure où l’essentiel du « tertiaire » et la construction sont directement liés à la redistribution des revenus pétroliers, le P.I.B. « hors pétrole » n’a guère de sens, et les activités productives ne représentent pas plus de 5 à 6 % du P.I.B. dans les différents pays, sauf à Bahrain. Avec l’accroissement des revenus pétroliers, cette dépendance à l’égard du pétrole s’est évidemment accrue en pourcentage, mais, dans plusieurs cas, la valeur absolue des activités productives non pétrolières (agriculture, artisanat) a diminué, du fait des meilleures possibilités offertes aux nationaux de s’insérer dans un « circuit de redistribution » plus rémunérateur et moins pénible qu’une activité productive. On verra que l’un des objectifs économiques majeurs des États : réduire la dépendance pétrolière, aboutit souvent paradoxalement à une dépendance accrue.

Section II – LES TENTATIONS DE L’ÉCONOMIE RENTIÈRE

26La possibilité de disposer subitement d’un pouvoir d’achat extrêmement élevé n’est pas sans donner naissance à de nombreuses tentations. Ces tentations sont d’autant plus fortes que le contrôle politique et social est assuré par des groupes familiaux naturellement enclins à conserver leurs comportements traditionnels, mais avec des moyens démesurément accrus. Dans le court terme, les dépenses s’accroissent très vite et tendent à s’adapter aux revenus ; à plus long terme, des efforts plus ou moins cohérents sont entrepris pour utiliser la rente efficacement et préparer « l’après-pétrole ». Comme nous l’avons noté, les divers États de la péninsule se trouvent à des étapes différentes de cette évolution, et plus ou moins avancés dans le processus de contrôle de la rente. Tous, cependant, avec des intensités diverses, sont soumis, spécialement depuis 1974, aux tentations et aux risques de l’économie rentière. Tentations et risques sont d’autant plus grands qu’il est facile de dépenser frénétiquement des revenus acquis sans effort, alors que l’alternative vers une économie productive est peu évidente et pleine de contradictions. Nous allons évoquer dans cette section les aspects les plus importants des dangers de la rente, pour évoquer ensuite les perspectives et les contradictions.

27Bénéficiaires (par définition) de revenus élevés, qui ne sont pas déterminés par leur propre activité, mais par une insertion dans une situation internationale qui leur est favorable, les pays rentiers ont tendance à « acheter » le maintien d’un statu quo privilégié. Fondamentalement, la tentation du rentier est de consolider une position qui fait de lui, pour un temps, le bénéficiaire passif d’une situation confortable. Une sorte de « volontarisme dépensier » est censé pouvoir résoudre les problèmes essentiels de l’évolution sociale accélérée et de la création de structures productives à long terme.

A – Acheter le bien-être

28La première tentation est celle d’acheter le bien-être pour les nationaux et, partiellement, pour les étrangers. Ce bien-être ainsi distribué serait le meilleur garant de la stabilité sociale. En elle-même, cette orientation n’est pas critiquable, et l’amélioration du niveau de vie, dès lors que les moyens existent, ne peut être qu’un objectif recommandable. Les méthodes utilisées, et la rapidité de la transformation ainsi introduite, peuvent cependant avoir des effets destructurants et fortement négatifs. Octroyé par l’oligarchie au pouvoir, le bien-être (écoles, soins, salaires élevés, logements, etc.) ainsi distribué entretient et développe une mentalité de dépendance et de clientèle. Toute une population dissocie totalement l’effort productif du bénéfice des consommations qu’elle reçoit. L’important est d’être bien placé dans le circuit de la redistribution des revenus, non d’être associé à une activité productive. Une telle mentalité est foncièrement contradictoire avec toute vision du développement. De plus, les modes de consommation importés dans l’une des régions les plus pauvres du globe accélèrent la destruction des modes de vie et conduisent à des ruptures irréversibles. Les tensions sociales n’en disparaissent pas pour autant, notamment lorsque les nouveaux modes de vie heurtent les mentalités traditionnelles, et lorsque les étrangers (majoritaires le plus souvent) n’en bénéficient que partiellement. On notera enfin que les « dépenses sociales » ne créent pas en elles-mêmes les conditions d’une capacité de reproduction de la richesse : quand arrive « l’après-pétrole », elles doivent être insérées dans un schéma de développement de l’économie productive, ce qui est loin d’être toujours le cas. La généralisation d’une société de consommation et d’un mode de vie importé soulève donc de nombreux problèmes lorsque les services sociaux sont assurés en quasi-totalité par les étrangers et que les biens de consommation imposent une rupture totale avec la forme de vie traditionnelle. Les dépenses de « développement » des divers budgets comportent, pour une part importante, des investissements « sociaux », et les coûts de fonctionnement de ces services sont extrêmement élevés et rapidement croissants. De plus, dans beaucoup de cas, l’ancienne tradition des dons faits par les riches et les puissants est intégrée dans une pratique « étatique », qui conduit par exemple le gouvernement des E.A.U. à accorder des subsides directs (en monnaie) à un tiers des nationaux.

B – Infrastructures de prestige

29L’apparition d’une rente très importante dans une région au climat hostile et à l’environnement défavorable induit, plus encore qu’elle ne le ferait ailleurs, une forte tentation de fuite en avant dans la réalisation d’une infrastructure de prestige. Les raisons de la « préférence pour l’infrastructure » sont nombreuses. Les besoins en matière d’eau potable, de routes, de ports, de télécommunications, etc., sont indéniables, et il serait anormal de ne pas chercher à les satisfaire. Bien souvent, il s’agit d’opérations de grande dimension, qui peuvent être totalement confiées à des entreprises étrangères contractantes et donc n’exigent pas, de la part des États, des études complexes et l’insertion dans un réseau d’activités complémentaires. Le caractère spectaculaire des opérations permet de faire état d’une bonne utilisation des revenus du pétrole. On peut encore noter la pression constante des consultants et des entrepreneurs étrangers, souvent soutenus par leur gouvernement, qui recherchent les « grands contrats ».

30Une liste exhaustive des projets envisagés, commandés ou achevés, dans le domaine de la « grosse infrastructure » ne peut être fournie dans les limites de cette présentation. On peut cependant donner utilement quelques indications concernant les principaux aspects de la question.

31Les projets routiers et autoroutiers sont particulièrement nombreux en Arabie Saoudite, en raison des distances considérables : les travaux en cours fin 1977 représentaient plus de 1,2 milliard de dollars de contrats. Les aérodromes sont l’objet d’un véritable combat de prestige entre les dirigeants de la région. Pour les seuls Émirats Arabes Unis, on compte, à quelques dizaines de kilomètres de distance, quatre aérodromes internationaux : à Abu Dhabi, Dubayy, Sharja et Ra’s al-Khayma. On a là un exemple presque caricatural de suréquipement ostentatoire. Il faut, de plus, signaler la multiplicité des compagnies aériennes, souvent déficitaires, qui sont soutenues par les divers États : Kuwait Airlines, Saoudia, Gulf Air (cette compagnie appartenant conjointement à Bahrain, Qatar, E.A.U. et Oman). Les gouvernements ne ménagent pas leurs efforts pour développer le trafic de leurs compagnies (obligation théorique de voyager sur la compagnie nationale pour les bénéficiaires de contrats publics, par exemple).

  • 4 Informations provenant du Financial Times et des Fiches du Monde Arabe.

32Les ports et le développement de l’infrastructure portuaire jouent un rôle crucial dans la « stratégie de l’infrastructure », compte tenu du développement massif des importations et du petit nombre de rades naturelles et de ports disposant de capacités suffisantes au début de la période d’expansion des revenus. On a beaucoup écrit sur l’engorgement des ports du Moyen-Orient et les très longs délais d’attente à Jedda, Abu Dhabi ou Shu ‛ayba (Kuwait). Du fait d’énormes travaux, réalisés dans des délais assez courts et ayant entraîné des dépenses considérables, ces problèmes commencent à être résolus, alors que les extensions et les nouvelles constructions se multiplient. Fin 1977, le montant des contrats portuaires signés, ou en cours de réalisation, dans les six États, représentait près de 7 milliards de dollars4, dont près de 6 milliards pour l’Arabie Saoudite (environ la moitié de cette somme allant aux installations du futur complexe du Jubayl).

33On évoquera par la suite, à propos de la diversification de l’économie, la rapide expansion de deux grandes compagnies arabes de navigation basées à Kuwait.

34On pourrait ajouter à cette liste des infrastructures les installations de communications et télécommunications, qui connaissent de très importants développements. Dans un autre domaine, la production d’électricité et le dessalement de l’eau font l’objet de nombreux contrats, dont la réalisation entraînera une amélioration sensible des conditions de vie. En Arabie Saoudite seulement, trois projets importants, signés entre 1975 et 1977, représentaient près de 150 millions de dollars. Les installations de dessalement et celles de production d’électricité sont techniquement liées, et toutes deux constituent des préalables à la réalisation des programmes industriels. Pour la première fois dans l’histoire de la péninsule, la croissance de la population n’est plus limitée par les ressources en eau, mais le coût est considérable.

C – Dépenses de défense

  • 5 Voir à ce sujet les études de Geneviève Cayre et de Traute Wohlers-Scharf ci-dessous.

35Un troisième tentation de l’État rentier est la recherche d’une consolidation extérieure par un système de défense très coûteux et très élaboré (l’autre aspect de cette consolidation extérieure étant la redistribution d’une partie des revenus en fonction de divers critères de solidarité5. Les dépenses militaires (connues) représentent le tiers du budget saoudien, et près de 30 % de celui des E.A.U. La fin des hostilités au Dhufâr a permis à Oman de ramener son budget de défense de 42,5 à 31,3 % des dépenses totales en 1979. De tels pourcentages sont évidemment considérables. En Arabie Saoudite, aux dépenses très importantes de l’armée, s’ajoutent celles de la garde nationale, fortement armée et totalement autonome, directement placée sous le commandement de l’un des membres les plus influents de la famille royale. Les dépenses de sécurité s’élevaient à près de 13 milliards de dollars dans le budget de 1978/79. La cité militaire « roi Khâlid », construite sous la supervision du génie américain (U. S. Corps of Engineers) dans le nord-est du pays est estimée à 25 milliards de dollars. Il est intéressant de noter que, compte tenu de la coexistence des forces armées fédérales, de celles de chaque Émirat et des polices, les E.A.U. ont le rapport le plus élevé du monde entre membres des forces armées et population (50 000 pour 900 000 habitants). Il convient d’ajouter qu’une partie importante des forces armées, notamment dans les E.A.U., est constituée d’étrangers (28 nationalités dans l’armée des Émirats). Cependant, malgré cette participation des étrangers aux forces armées, un certain nombre de techniciens et spécialistes nationaux leur sont affectés et, de ce fait, font terriblement défaut à l’économie.

D – Acheter la croissance

36La tentation d’acheter la croissance comme on achète un navire ou un hôpital « clefs en main » représente sans doute le risque le plus redoutable pour les pays de la péninsule. La véritable frénésie qui s’est emparée de certains responsables après 1974 a conduit à une débauche de projets mal conçus et mal étudiés, pour lesquels manquaient la plupart des conditions de succès, excepté l’argent. Les tensions sociales, et parfois économiques (« crise monétaire » dans les E.A.U., révision en baisse du budget saoudien), ont servi de révélateurs des risques et des difficultés d’une véritable croissance, qu’on ne peut simplement acheter, et de la nécessité de respecter un délai de maturation et de consolidation économiques et sociales, et ce malgré les contraintes de temps qui imposent des transformations rapides. Après l’ère des « folles dépenses » et des projets extravagants, la nouvelle hausse des revenus en 1979 intervient dans une phase de relative stabilisation et de remise en question des choix précédents. Les atouts, les perspectives et les contradictions sont ainsi beaucoup plus apparents qu’il y a quelques années.

Section III – ATOUTS ET PERSPECTIVES DES ÉCONOMIES PÉTROLIÈRES

A – Quelques atouts intéressants

37Si les tentations sont fortes et les risques d’une inversion des modèles de développement évidents (gaspillage de la rente, éclatement de la société, dépendance accrue et « perte de contrôle » des processus en cours), les États peu peuplés de la péninsule, bénéficiaires des revenus très importants du pétrole, ont un certain nombre d’atouts et de possibilités, pour répondre aux défis inquiétants de « l’après-pétrole ».

1) Maîtrise de la production pétrolière

38La maîtrise croissante de la production pétrolière, consécutive à sa prise de contrôle par les États, permet de définir et d’appliquer plus rationnellement une politique de production et de gestion du stock en terre, respectant les besoins spécifiques et les contraintes de chaque producteur. Kuwait, par exemple, a depuis plusieurs années adopté une politique de restriction de production, que les E.A.U. (ou, plus précisément, leur plus gros producteur : Abu Dhabi) semblent vouloir imiter. Il peut y avoir évidemment conflit entre la demande croissante des pays industrialisés et les intérêts des pays producteurs, et ces derniers, dans leurs structures actuelles, ne pourraient sans doute pas survivre à un affrontement direct. Le Kuwait et l’Arabie Saoudite, en augmentant leur production en 1979, pour compenser la chute de la production iranienne, ont d’ailleurs prouvé qu’ils étaient « compréhensifs » en cas de tension. Il apparaît néanmoins que la production de pétrole est, pour les pays à fortes réserves, de plus en plus intégrée dans les perspectives d’ensemble de la politique économique et que ces dernières influencent progressivement la première, alors que la situation inverse a longtemps prévalu (production déterminée avant tout par les demandes extérieures). La hausse très forte des revenus en 1979 renforcera encore cette possibilité d’intégrer davantage la production pétrolière dans un schéma d’ensemble en la modulant selon les perspectives de ce dernier.

2) Énergie bon marché

39La possibilité de disposer d’une énergie très bon marché, en particulier de gaz naturel associé au pétrole et de gaz « libre », constitue pour un certain nombre de productions à forte « intensité énergétique » un avantage certain, notamment dans le cas où il n’y a pas de restrictions en matière de capitaux disponibles pour les installations. Cette même énergie permet de résoudre en grande partie le problème de l’alimentation en eau, par dessalement de l’eau de mer ou par traitement de l’eau provenant d’importantes nappes phréatiques, impropres à la consommation en leur état originel. L’eau et l’électricité ainsi obtenues sont « chères », mais, dans la mesure où le gaz utilisé serait brûlé dans bien des cas, le « coût d’opportunité » est très faible pour le fonctionnement, même si les installations sont onéreuses (en 1977, 86 milliards de m3 de gaz ont été produits par les 6 pays, 27 milliards seulement ont été utilisés pour réinjection dans les puits, consommation locale ou exportation, soit un taux inférieur à 32 % ; seul Bahrain utilise totalement le gaz produit, tandis que le Kuwait en utilise près des deux tiers). Compte tenu des difficultés techniques et des coûts extrêmement importants d’exportation de gaz liquéfié, les ressources en gaz représentent un potentiel très intéressant, permettant de satisfaire des besoins internes, en accroissant par là même la quantité de pétrole disponible pour l’exportation. L’Arabie Saoudite, on le verra, met en place un réseau très important (et très coûteux) de collecte du gaz.

40Il est difficile d’apprécier exactement le rôle que peut jouer un coût très bas de l’énergie dans un processus de développement et d’industrialisation, en particulier pour compenser d’autres facteurs défavorables. On peut cependant considérer que ce rôle ira croissant avec la tendance à long terme, difficilement contestable, d’une hausse généralisée des prix relatifs de l’énergie.

3) Salaires et technique achetée

41La possibilité de payer des salaires élevés et d’assurer des conditions matérielles de vie acceptables dans un environnement hostile (climat, manque de loisirs, etc.) permet d’attirer des experts qualifiés et de s’assurer ainsi des prestations techniques satisfaisantes. De même, l’importance des revenus disponibles permet une attitude, à l’égard des fournisseurs, plus rigoureuses et plus exigeante que celle que peuvent avoir des pays « assistés ». Il s’agit là d’une possibilité : les responsables économiques n’ont pas nécessairement le goût ou les qualifications requises pour en tirer profit.

4) Utilisation des dons et prêts

42Étant les bailleurs de fonds de nombreux projets à l’extérieur de la péninsule (en particulier les projets financés par les divers « fonds »), les États pétroliers peuvent s’attacher à la recherche d’espaces économiques de dimension suffisante pour pallier les handicaps de leur « poids spécifique » trop réduit. Il leur est possible de mettre en œuvre de nouvelles solidarités et de nouvelles relations de coopération, avec le reste du monde arabe ou avec d’autres régions, l’Afrique notamment, ayant une logique autre que celle des pays industrialisés dominants, qui organisent à leur profit l’espace économique mondial. Il s’agit, à notre avis, d’une perspective essentielle, bien qu’à peine ébauchée à l’heure actuelle, de l’évolution à impulser.

5) Perspectives scientifiques et technologiques

43L’atout majeur des États rentiers, au-delà des divers aspects évoqués ci-dessus, nous paraît relever des perspectives technologiques et scientifiques que peuvent ouvrir les revenus élevés dont ils disposent. Placés dans une des régions les plus déshéritées du globe, où longtemps les groupes sociaux ont vécu à la limite de la survie, les États de la péninsule doivent faire face à certaines contraintes spécifiques : rareté de l’eau potable, corrosion due à l’humidité marine, cultures en zone aride, techniques industrielles disponibles exigeant trop d’eau, évacuation des déchets, etc. Un effort important de recherche technologique spécifique concernant ces problèmes pourrait être aisément pris en charge par les États producteurs. Ils pourraient faire appel au potentiel représenté par les très nombreux chercheurs arabes travaillant en Occident, et leur fournir les moyens matériels nécessaires à leur recherche. Ils pourraient aussi stimuler et coordonner des recherches entreprises ailleurs, en apportant leur soutien. Ils seraient les premiers bénéficiaires des résultats, mais pourraient en assurer la diffusion dans les « zones semi-arides » de la ceinture tropicale. A terme, des brevets et redevances pourraient constituer des revenus de remplacement : l’exemple de la Suisse montre que de tels revenus peuvent être importants. Ces perspectives ne peuvent être que lointaines, mais des politiques les prenant en compte peuvent être envisagées dès maintenant. D’ores et déjà, par exemple, les techniques de dessalement de l’eau de mer et de récupération des eaux fossiles, utilisées dans la péninsule et mises au point par des firmes européennes, sont techniquement les plus avancées du monde. Une politique de participation active à la recherche, et non plus seulement de contrats, pourrait être progressivement adoptée.

В – Politiques et perspectives économiques

44La perspective fondamentale de tous les États est la préparation de l’après-pétrole, par la diversification de l’économie et la création de sources de revenus stables remplaçant le pétrole lorsque celui-ci, à des échéances variables (déjà présente pour Bahrain, lointaine pour Kuwait ou l’Arabie Saoudite), cessera d’être une ressource majeure. On voit s’élaborer progressivement des politiques cherchant à expliciter, sous forme d’objectifs précis, le contenu de ces perspectives, et des corrections sont apportées à ces objectifs lorsqu’apparaissent des contraintes insurmontables ou des signes de déséquilibre majeur. Comme nous l’avons indiqué, nous aborderons dans les deux prochaines parties de cette présentation les questions spécifiques de la diversification industrielle et de la diversification financière, qui sont les deux aspects essentiels de la politique économique. Il nous paraît utile de présenter auparavant au lecteur une vue synthétique des conditions d’élaboration de cette politique.

1) Rôle considérable de l'État

45L’attention doit d’abord être attirée sur le rôle considérable de l’État dans la définition et la mise en œuvre des objectifs. Certes, il faut admettre une certaine forme d’appropriation privative de l’État par des groupes familiaux ou tribaux et, de ce fait, l’intervention de l’appareil d’État n’a pas la même signification politique qu’en Europe Occidentale ou aux États-Unis. Comme nous l’avons déjà remarqué, la frontière peut être floue entre le « public » et le « privé ». Il n’en demeure pas moins que se sont développées partout des structures bureaucratiques et qu’un appareil d’État assume l’essentiel des projets de développement. Cet appareil d’État est d’ailleurs pléthorique, et le nombre de fonctionnaires est extrêmement élevé : en 1976, au Kuwait, 76 % des kuwaitiens actifs sont employés par l’État, la plupart d’entre eux exerçant aussi une activité privée. Les traitements publics sont donc un élément important de la distribution des revenus.

46Les particuliers s’intéressent essentiellement aux opérations à court terme et aux gains rapides et, par conséquent, toute mise en œuvre d’une vision cohérente du futur suppose, non seulement l’intervention coordinatrice de l’État, mais des initiatives qui viendront essentiellement de lui. Ainsi, dans le plan d’Abu Dhabi, 79 % des investissements (8,7 milliards de $ en trois ans : 1980-1982) doivent provenir de l’État. Un pourcentage à peu près identique est prévu par le plan du Kuwait (de 1976/77 à 1980/81) : 60 % des investissements industriels proviendront de l’État et 28 % des entreprises mixtes à participation d’État. Les programmes de développement de la plupart des États, y compris pour leur partie industrielle, reposent essentiellement sur les fonds publics. Il existe de nombreuses entreprises et organismes publics (parfois très importants comme Petromin en Arabie Saoudite), et certains États, tels le Kuwait, prennent des participations dans les nouvelles entreprises, puis les revendent ultérieurement dans le public. De même, les États participent fréquemment à la mise en place de banques industrielles et de banques de développement, qui contribuent de manière très efficace au financement des projets industriels. Les termes « État » ou « public » doivent, nous l’avons vu, être utilisés avec précaution du fait de la distinction floue « privé-public ». Il faut aussi prendre en compte la rivalité possible entre les divers groupes ou clans qui contrôlent les principaux instruments d’interventions étatiques. On peut ainsi expliquer certaines incohérences ou contradictions par les rivalités entre différents ministères, entre ceux-ci et les organismes spécifiques, tels que l’administration d’une zone industrielle, ou les grandes entreprises nationales, pétrolière en particulier. Lorsque l’équilibre du pouvoir repose sur un partage entre clans des domaines essentiels, la tentation est grande alors de créer au coup par coup des organismes « hors hiérarchie », dépendant directement du pouvoir au sommet. Mais, dans ce cas, les organes normalement compétents, ou les clans évincés, peuvent s’efforcer de paralyser ou freiner le nouvel organisme. Ainsi, à Abu Dhabi, le ministère du plan est-il en conflit avec l’ADNOC (1re compagnie pétrolière nationale), directement chargée du complexe industriel du Ruways. De même, en Arabie Saoudite, des « commissions royales » ont été établies, avec des pouvoirs très étendus, pour réaliser les complexes industriels de Jubayl et Yanbu‛, et les relations ne sont pas toujours faciles avec l’administration « normale » et Petromin.

2) Plans - programmes - budget

47Plans, programmes, budgets. L’une des expressions les plus accessibles des objectifs et des ambitions officielles des différents États peut, a priori, être recherchée dans les plans pluriannuels, que plusieurs d’entre eux ont élaborés. De tels essais de synthèse des objectifs et des moyens qui leur seront affectés ont été présentés par l’Arabie Saoudite (1er plan : 1971-1975 ; 2e plan : 1975-1980, avec révision pendant la période d’exécution), par le Kuwait (ler plan : 1971-1976 ; 2e plan : 1976/77-1980/81), par Oman : plan 1976-1980, par Qatar, qui s’est singularisé par un plan décennal (1972-1982) et par Abu Dhabi, qui a présenté un plan de 3 ans : 1976-1979.

48L’intérêt majeur de tels plans est de traduire les priorités reconnues par les responsables des différents États (ou le compromis sur les priorités, à partir des intérêts des divers groupes participant au pouvoir) et de regrouper par grandes catégories les domaines d’interventions et de dépenses. Il ne saurait être question d’une véritable planification, au sens contraignant, ou même rigoureux, du terme. Deux raisons essentielles au moins excluent toute planification effective : d’une part, la « philosophie politique » et l’orientation générale du système économique sont partout favorables à « l’économie d’entreprise » (même lorsque l’État y joue le rôle dominant) ; d’autre part, la dépendance externe et les aléas de l’évolution internationale rendent incontrôlables, par un État isolé, certains des paramètres les plus fondamentaux.

  • 6 Middle East Review, 1978.

49On peut donc considérer qu’à des degrés divers, les plans sont des programmes pluriannuels de dépenses, dont la mise en œuvre est effectuée par les budgets annuels, et qui explicitent, selon l’expression d’un commentateur du plan saoudien, « la liste des réalisations que le gouvernement aimerait voir entreprises. Il s’agit plus d’un symbole de l’engagement du gouvernement envers le principe de l’absorption interne maximale du revenu – nécessité émotionnelle pour tous les arabes patriotes – qu’une description détaillée d’un programme opérationnel de développement »6.

50Les plans apparaissent donc comme une liste de projets, dont l’ordre de priorité est en principe défini, de même que les complémentarités. Tous les projets ne sont pas inclus dans les plans et, inversement, une liste de projets complémentaires peut exister hors plan, qui seront éventuellement réalisés si des possibilités sérieuses apparaissent. Les modifications essentielles dans l’environnement (hausse des revenus pétroliers, par exemple), ou la prise de conscience de certains blocages (main-d’œuvre, construction...), peuvent conduire à des révisions importantes, comme ce fut le cas après la première année du 2e plan saoudien (qui devait programmer la dépense, sur cinq ans, de 142 milliards de dollars). Au Kuwait, le plan a surtout été l’occasion de porter au grand jour le débat sur l’industrialisation, sur ses risques et sur la définition des priorités nationales. Paradoxalement, les plans peuvent aussi faire apparaître clairement les blocages ou les contradictions : par exemple, en Arabie Saoudite ou à Abu Dhabi, la faille provient essentiellement des problèmes de main-d’œuvre, de l’impossibilité d’une planification de la main-d’œuvre en l’absence de statistiques fiables et d’une politique précise de l’immigration.

51Il faut encore remarquer que les plans sont davantage conçus comme des programmations de dépenses dans tous les domaines que comme l’explicitation des objectifs économiques. A titre d’exemple, le 2e plan quinquennal saoudien prévoyait, nous l’avons noté, 142 milliards de dollars de dépenses. Les « dépenses de développement des ressources économiques » ne devaient constituer que 18,5 % du total. En y ajoutant les « ressources humaines », « dépenses sociales » et « infrastructure physique », on obtenait les « dépenses de développement », qui constituaient 63,9 % du total. La majeure partie des autres dépenses devaient être consacrées à la défense.

52L’étude des budgets annuels est plus significative pour l’analyse des dépenses que celle des chiffres des plans, et les inflexions ou révisions de perspectives (par exemple la stabilisation des dépenses en Arabie Saoudite entre 1975 et 1977) ne sont souvent rendues publiques que par les modifications du volume ou de la structure des dépenses. Il faut cependant tenir compte de l’imprécision de certains documents budgétaires, et de la difficulté qu’il peut y avoir à situer les grands projets et les réalisations des organismes spécifiques, administrativement autonomes, par rapport aux activités contrôlées par les ministères du plan, des finances, de l’économie ou du pétrole.

3) Incertitudes et interrogations

53Incertitudes et interrogations. L’expérience de « l’économie de dépenses » qu’ont connue, à des degrés d’intensité divers, les États pétroliers de la région depuis 1974 a sérieusement modifié certaines attitudes et conduit à multiplier les incertitudes et les interrogations. Certes, les structures politiques locales, autant que les multiples interférences internationales, ne permettent pas un débat ouvert et généralisé. Il n’en demeure pas moins évident que de nombreux responsables, conscients des contradictions et des risques de la situation actuelle, sensibilisés par la « rupture » en Iran, inquiets des faibles résultats économiques obtenus, doutent du bien-fondé d’un certain nombre de choix. Les problèmes fondamentaux sont mieux identifiés, en même temps que la manière de les résoudre est moins évidente et peut être l’objet de débats ou de conflits.

54A court terme, l’adaptation des dépenses aux revenus, même en Arabie Saoudite, ne soulève pas de difficultés insurmontables. Les « surplus » sont très vite réduits. Le doublement des prix en 1979 sera peut-être plus long à « absorber », mais il est démontré que, techniquement, un État peut très largement s’adapter et ajuster ses dépenses à n’importe quel niveau de revenus, ce qui ne signifie pas que, politiquement et socialement, l’issue soit acceptable.

55A court et moyen terme, les bases d’une infrastructure économique et sociale peuvent être établies, plus difficilement que prévu, mais avec des résultats évidents. Les principaux goulets d’étranglement (ports, communications, électricité, eau) disparaissent. Au prix de tensions, de coûts très élevés, de retards importants, la phase infrastructure est relativement contrôlable. Avec un peu plus de lenteurs et de difficultés, il en est de même pour les équipements sociaux : hôpitaux, écoles et surtout logement. On est loin d’une solution satisfaisante partout, mais les perspectives s’éclairent en ce domaine.

56Dans le plus long terme, la diversification de l’économie et le développement d’activités productives non directement pétrolières sont beaucoup plus aléatoires, et les options à prendre moins évidentes : nous examinerons ces aspects de la question dans les deux prochaines parties. L’expérience vécue depuis 6 ans, les « crises » ou les échecs, l’abandon de nombreux projets (par exemple une aciérie au Kuwait, de très nombreux projets saoudiens) ou la réduction de projets aux dimensions excessives (le gigantesque projet de collecte de gaz saoudien a été réduit de 5,5 à 3,3 milliards de pieds cube par jour, mais son coût estimé est passé de 4,5 à 21 milliards de $ ; un projet d’aciérie de 6 millions de tonnes par an a vu sa capacité ramenée à 800 000 tonnes par an, etc.) ont conduit à une approche plus réaliste des problèmes et à la recherche d’une certaine consolidation, de préférence à une expansion illimitée. De même, une attention plus grande est accordée aux coûts et à leur dépassement, certaines firmes étrangères ont vu résilier des contrats manifestement surévalués.

57Deux questions fondamentales nous paraissent aujourd’hui devoir être posées : dans quelle mesure la « consolidation » ainsi amorcée permet-elle de mieux résoudre les contradictions essentielles de l’économie rentière, et va-t-elle résister au récent doublement des revenus ? Comment peut-on apprécier aujourd’hui le bilan des tentatives de diversification industrielle et financière ? Nous allons aborder maintenant la première question, en guise de conclusion à nos observations relatives à l’économie rentière. Les deux parties suivantes traiteront de la deuxième question.

Section IV – DIFFICULTÉS ET CONTRADICTIONS

58Au Moyen-Orient, plus intensément sans doute que partout ailleurs dans le monde, les perspectives économiques ne peuvent être examinées indépendamment de l’environnement politique et social. En essayant de repérer les difficultés et les contradictions les plus flagrantes rencontrées par les différents états, on doit donc nécessairement adopter un point de vue assez large : les problèmes posés ne sont jamais purement économiques, et l’économiste doit renvoyer largement aux analyses proposées par les spécialistes d’autres disciplines. C’est dans cette perspective que nous pensons pouvoir présenter brièvement les aspects qui nous paraissent les plus significatifs.

A – Modernisation et stabilité sociale

59Il est certainement très difficile de « réussir » la modernisation et l’industrialisation sans perturber gravement les équilibres sociaux traditionnels. L’entreprise devient une véritable gageure lorsqu’elle concerne des sociétés particulièrement conservatrices, totalement dominées par les valeurs traditionnelles culturelles et religieuses. On peut certes considérer que les pays de la péninsule sont, à bien des égards, différents de l’Iran, et que les événements de ce dernier pays ne préfigurent pas nécessairement l’évolution dans les pays arabes qui font l’objet de cette étude. Il n’en reste pas moins que la « modernisation forcée » et la « croissance à 40 % par an » ont révélé leur caractère potentiellement explosif. L’objectif de construire « la première puissance industrielle authentiquement musulmane, un pays qui maintient les valeurs traditionnelles en même temps qu’il se développe économiquement » (intention prêtée à certains dirigeants saoudiens par un observateur britannique) n’est-il pas totalement irréaliste ? Ni la forme traditionnelle d’exercice du pouvoir, ni le respect des « valeurs » ne peuvent résister à l’afflux de la richesse, des étrangers et de l’esprit de gain. Il semble bien que, depuis quelque temps, beaucoup de dirigeants soient sensibles aux risques que comporte, pour leur pouvoir lui-même, la réussite éventuelle de la politique de modernisation et d’industrialisation. De là proviennent le retard, ou le blocage, de certains projets, et une attitude assez généralisée de prudence et de circonspection face à l’avenir.

B – Pertes de contrôle et déséquilibres à court terme

60Dans le court terme, l’afflux subit de richesses conduit à des « pertes de contrôle » de l’économie, qui se traduisent par des déséquilibres graves. L’inflation a été particulièrement forte dans les années qui ont suivi la hausse des prix du pétrole (selon des estimations forcément peu précises, 40 % de hausse des prix en Arabie Saoudite et dans les E.A.U. en 1974-75) et ces taux de hausse des prix sont encore très substantiels les années suivantes. Même si l’inflation mondiale joue son rôle, les pourcentages observés traduisent un large facteur multiplicateur. La spéculation foncière et la hausse fabuleuse du prix des logements et des loyers représentent un aspect particulièrement notable, et fortement ressenti, des perturbations entraînées par les revenus pétroliers. Plus généralement, l’extrême dépendance à l’égard de l’extérieur et la très faible élasticité de l’offre intérieure entraînent de fortes fluctuations conjoncturelles ainsi qu’une très grande difficulté à maîtriser certains flux. Les « politiques de stabilisation » adoptées par plusieurs États en 1977 constituent une réaction à ces aléas, et il a fallu, au Kuwait, une intervention importante de l’État pour éviter, fin 1976, un effondrement boursier et la ruine de nombreux spéculateurs ; de même, deux banques des E.A.U. ont dû suspendre leur activité en 1977.

61Les responsables de la politique économique doivent donc faire face à la tâche très difficile de maîtriser certaines données économiques, dont l’ampleur et les variations dépassent de beaucoup leur capacité de contrôle direct. Il est indispensable de mettre en place les institutions et les dispositifs permettant d’atténuer et d’étaler dans le temps les effets des chocs en provenance de l’extérieur. Mais tout renforcement de la capacité de contrôle est en contradiction avec l’extrême dépendance extérieure et difficilement compatible avec la très faible dimension des États concernés.

C – Dépendance et recherches d’indépendance

62A plus long terme, ces problèmes de dépendance deviennent encore plus contraignants et les solutions efficientes plus difficiles à mettre au point. Toute recherche d’une économie productive pour « l’après-pétrole » conduit à accroître pour longtemps la dépendance à l’égard des hydrocarbures : installations d’industries directement liées au pétrole, comme le raffinage ou la pétrochimie, ou d’industries choisies en raison de leur forte consommation d’énergie, et qui, de ce fait, dépendent de la production de pétrole ou de gaz. Ce « paradoxe de la dépendance par la diversification » apparaît pleinement dans le cas de l’utilisation du gaz associé au pétrole. A priori, en récupérant du gaz jusque-là brûlé (et dont la liquéfaction pour exportation est souvent difficile à envisager), on récupère une énergie « gratuite » et on élimine un scandaleux gaspillage. Mais, par là-même, on perd la liberté de déterminer la quantité de pétrole produite, puisque la nécessité d’obtenir du gaz associé pour le fonctionnement des industries impose un certain niveau minimal de production.

63Les problèmes de main-d’œuvre, dont le caractère crucial est maintes fois rappelé dans cet ouvrage, peuvent aussi être abordés du point de vue de la dépendance, et ce sous plusieurs aspects. Fragilité et ambiguïté, d’abord, d’un « développement » qui exige l’introduction d’étrangers de plus en plus nombreux et de plus en plus lointains, et conduit à poser la question : investissements et développement, pour qui ? Paradoxes, ensuite, d’une industrialisation qui ne trouvera de débouchés pour ses productions de biens de consommation que grâce à l’accroissement de la main-d’œuvre étrangère, qui est précisément introduite pour assurer cette production. On peut alors mettre en doute la logique d’une situation où « on importe des gens pour servir les gens qui construisent l’économie nationale pour le compte d’une toute petite minorité de nationaux » (selon le Financial Times du 25 juin 1979). Les problèmes de main-d’œuvre et d’immigration sont ressentis avec une urgence et une intensité croissantes. L’extrême difficulté rencontrée pour les résoudre apparaît dans l’absence de données démographiques sérieuses dans plusieurs États, dans l’impossibilité, pour les États, de définir et d’appliquer clairement une politique d’immigration, dans le blocage de nombreux projets en raison de la pénurie de main-d’œuvre et dans la définition de plans ambitieux de développement, qui abordent à peine la question cruciale des travailleurs qui seront nécessaires pour les réaliser.

D – Recherches des espaces significatifs

64Une quatrième question, cruciale elle aussi, n’a pas encore reçu de réponse satisfaisante : il s’agit de la définition des espaces retenus pour mettre en œuvre la diversification et construire les bases de « l’après pétrole ». Aucun des États n’a une dimension démographique et économique suffisante pour constituer à lui seul un espace significatif pour un certain nombre de projets. De plus, il n’existe pratiquement aucune coordination entre les projets des divers États, et les entreprises concurrentes sont nombreuses, sans même évoquer à nouveau les multiples projets de ports et aérodromes rivaux. Deux cales sèches de grande dimension à Bahrain et Dubayy, deux grandes usines d’aluminium dans ces deux mêmes pays, plusieurs entreprises pétrochimiques concurrentes révèlent, entre autres exemples, une grande difficulté pour chacun à tenir compte des perspectives de ses voisins. A l’intérieur même des E.A.U., la rivalité est aiguë entre Dubayy et Abu Dhabi, chacun d’entre eux mettant à exécution son propre programme, souvent concurrent de celui de l’autre. De tous les États de la péninsule, Kuwait est le seul qui essaie de prendre en compte la complémentarité entre ses projets et ceux de ses voisins. Alors que de telles difficultés de coordination existent dans la région, la recherche de complémentarités et de débouchés dans le monde arabe et sur le marché mondial est plus problématique encore. La recherche de « joint ventures » et l’association avec de grandes entreprises étrangères susceptibles de favoriser l’accès au marché sont des éléments de solution.

65Beaucoup de grands projets envisagés ne fournissent pas une garantie assez solide de revenus pour le futur, et la recherche de l’espace industriel et financier des États de la péninsule reste une question d’actualité. Une politique d’aide et de dons peut être un moyen, dans l’avenir, d’obtenir certaines formes de complémentarités, le Kuwait semble s’orienter vers cette perspective.

II – L’OBJECTIF DE DIVERSIFICATION ET LA RECHERCHE D’ACTIVITÉS PRODUCTIVES : LE RÔLE DE L’INDUSTRIE

Section I – LES VOIES ÉTROITES DE LA DIVERSIFICATION

66Disposant d’une richesse soudaine et précaire, car épuisable et non renouvelable, les États de la péninsule doivent, dans un délai relativement bref (et variable selon les pays), assurer les conditions de reproduction d’une nouvelle forme de richesse lorsque surviendra l’après-pétrole. La très forte croissance qu’aura connue la population et l’habitude d’un très haut niveau de vie créent d’ores et déjà une situation irréversible. L’après-pétrole ne peut, tant pour des raisons démographiques et sociales que pour des raisons politiques, culturelles et morales, être accepté avec fatalisme comme un retour au désert... pour les générations futures. La recherche de solutions efficaces et sûres, qui est désormais au premier rang des préoccupations de la plupart des responsables, soulève d’innombrables difficultés, comme nous l’avons noté. L’objectif n’en est pas moins poursuivi, à travers des tentatives plus ou moins systématiques, souvent présentées et analysées comme « poursuite de la diversification de l’économie ».

A – Des niveaux différents

  • 7 Voir également les études par pays, tome 2 : Antoine Aubry pour Bahrain, André Bourgey pour Kuwait, (...)

67On peut considérer, comme nous l’avons indiqué au début de cette analyse, que l’histoire récente a placé les États de la péninsule à des étapes diverses de cette tentative. Un examen très rapide de leur situation face à ce problème dominant peut être riche d’enseignements7.

68Bahrain doit à l’ancienneté de sa production, à la faiblesse du niveau actuel et des perspectives de celle-ci, de se trouver dans la position délicate « d’avant-garde » : cet État est déjà entré dans l’après-pétrole. Sa politique de diversification a été construite, pour l’essentiel, sur certaines industries (raffinage, aluminium, cale sèche) et sur le développement d’une activité de services (services bancaires et « touristiques », notamment). Sa réussite relative ne peut, toutefois, être considérée comme susceptible de fournir un exemple généralisable, car elle repose avant tout sur la proximité immédiate de l’Arabie Saoudite et ses concours financiers, et sur les concours d’autres pays producteurs.

69Kuwait, depuis le début des « années 60 », s’efforce de créer des rentes financières sûres pour les prochaines générations par une politique de prêts, de placements et de gestion d’un fonds de réserve, alimenté par une partie des revenus pétroliers. Dans le même temps, un effort certain, mais limité, est orienté vers l’industrie.

70Qatar a opté en priorité pour d’ambitieux projets industriels, sans négliger totalement l’agriculture.

71Les E.A. U., compte tenu des orientations assez différentes de Dubayy et Abu Dhabi, n’ont pas encore vraiment précisé leur option, bien que les projets industriels paraissent fasciner certains dirigeants.

72L’Arabie Saoudite s’efforce de définir et de mettre en œuvre une politique globale de développement dans laquelle l’industrie est au premier plan.

73Oman, enfin, avec des ressources limitées, s’efforce d’améliorer son agriculture, tout en développant certaines ressources naturelles et en faisant appel à la coopération de certains de ses riches voisins.

B – L’agriculture et ses limites

74L’agriculture ne peut évidemment jouer qu’un rôle très marginal dans les perspectives de « diversification ». Du fait de l’accroissement de la population (accroissement naturel et immigration), même une réduction légère de la dépendance alimentaire, aujourd’hui presque totale sauf pour quelques produits (dates, pastèques, viande de chameau et de mouton, certains fruits...), ne saurait être retenue comme objectif réaliste. L’agriculture est cependant l’objet de l’attention de plusieurs États de la région. L’Arabie Saoudite et Oman ont des plans relativement ambitieux de modernisation et d’accroissement de la production, et leur potentiel n’est pas négligeable, à condition que puisse être résolu le problème de l’eau : le 2e plan saoudien prévoit que la production de blé devrait passer de 42 000 à 250 000 tonnes/an, celle des légumes de 276 000 à 300 000 tonnes et celle de viande de 39 000 à 75 000 tonnes. Dans les E.A.U., au Qatar et même au Kuwait, d’intéressantes expériences sont en cours, avec la participation de centres de recherches ou de firmes étrangères (par exemple, la C.F.P. à al-‛Ayn, dans les E.A.U.), pour mettre au point des techniques nouvelles de production (combinant les serres, les zones d’ombre, le dosage des engrais, l’irrigation très contrôlée, etc.). Certes, les légumes et fruits ainsi produits sont plus chers que ceux qui peuvent être importés par avion, mais le financement de telles recherches, à défaut d’une alternative productive, pourrait aboutir à la maîtrise, dans le futur, de certaines technologies spécifiques.

75Le problème essentiel de l’agriculture est celui de l’insuffisance de la main-d’œuvre (de 1975 à 1980, la proportion de la main-d’œuvre saoudienne employée dans l’agriculture est passée de 24 à 12 % ; dans les E.A.U., les propriétaires préfèrent embaucher des fermiers baloutches plutôt que travailler eux-mêmes). Dans le périmètre agricole « pilote » de al-Hasâ, en Arabie Saoudite, géré par une firme américaine, il y avait 2 500 Saoudiens au début de l’expérience, il y a 12 ans, et plus aucun aujourd’hui. On sait par ailleurs que la solution miracle des complexes agro-industriels géants, gérés avec des milliards par quelques techniciens, qui avait été envisagée un moment (en Iran, en Irak, en Algérie...), apparaît aujourd’hui comme totalement utopique et irréaliste, tant techniquement que socialement. Seul, Oman, le plus « sous-développé » des producteurs de pétrole, voit encore la majeure partie de sa population active travailler dans l’agriculture, mais ce pourcentage diminue rapidement.

76Au total donc, les efforts et les résultats ne sont pas dérisoires (en 15 ans, la surface cultivée a décuplé au Qatar, en 7 ans, elle a quadruplé dans les E.A.U.) et les expérimentations sont intéressantes ; mais le triple handicap de la rareté de l’eau (dont les ressources, même en accroissement, sont l’objet d’une très forte demande de la part de l’industrie et des centres urbains), de la faible superficie des sols convenables et de la disparition de la main-d’œuvre, ne permet pas de faire de l’agriculture une « solution de diversification », susceptible d’assurer des revenus substantiels.

77La pêche, autrefois ressource essentielle de plusieurs États (Kuwait, Bahrain, E.A.U., etc.), peut être modernisée et, bénéficiant de conditions naturelles favorables (pour les crevettes notamment), redevenir une ressource intéressante : le Kuwait et Oman essaient ainsi de moderniser et développer ce secteur.

C – Le préalable de l’infrastructure

78Le préalable de l’infrastructure dans toute perspective de diversification et de développement d’une économie productive est incontestable, notamment dans une région aux conditions naturelles aussi difficiles. Dans de nombreux cas, des opérations industrielles hâtivement engagées ont dû être arrêtées par suite de la pénurie d’énergie, de l’encombrement des ports ou de l’impossibilité de trouver des logements pour les travailleurs des chantiers. Il n’en reste pas moins que cette condition nécessaire n’est pas une condition suffisante et que la « tentation de l’infrastructure » peut servir d’alibi à une absence de véritable politique de développement. Les coûts de fonctionnement sont très élevés et absorbent une part croissante des revenus pétroliers. Si des sources alternatives de revenus ne sont pas créées, la ponction deviendra insupportable. On a aussi noté les risques « d’infrastructure ostentatoire » en l’absence, notamment, de programmes coordonnés pour la région.

79Le choix délibéré en faveur de l’infrastructure a cependant permis, de manière générale, de résoudre les problèmes les plus cruciaux et, en particulier, le développement actuellement envisagé des productions d’eau et d’électricité permettra de faire face à la demande de l’industrie : les bases existent donc largement, ou peuvent être adaptées aux besoins. Les problèmes essentiels ne se situent plus à ce niveau, mais dans le repérage et le choix des secteurs de diversification. Deux grandes orientations sont aujourd’hui retenues par les États de la péninsule : l’industrialisation et la création d’un secteur de services. Nous allons d’abord analyser les objectifs et le contenu du « choix industriel ».

Section II – L’OBJECTIF D’INDUSTRIALISATION : FORMULATION ET CHOIX DES SECTEURS

A – Rôle attribué à l'industrie

  • 8 Cf. Saoudi Introspect, dec. 1977.

80Des choix industriels ont été effectués par la plupart des États producteurs et le rôle que doit jouer l’industrie dans une perspective de diversification est explicité par certains dirigeants. Le Dr El Gosaibi, ministre saoudien de l’industrie et de l’électricité, déclarait, lors de l’inauguration des travaux du complexe industriel géant de Jubayl, fin 1977 : « Comme le développement est l’essence de notre rêve national, l’industrialisation est l’essence du développement ». D’autres dirigeants rejoignent cette position, et parlent de « début d’une société nouvelle »8. Au Kuwait, une industrialisation plus sélective n’en est pas moins considérée comme l’un des aspects essentiels de la diversification, à côté des revenus provenant des capitaux placés à l’extérieur. Le directeur de l’Industrial Bank of Kuwait déclarait récemment : « Au Kuwait, le but recherché [par l’industrialisation] est la diversification de notre économie nationale... si la rémunération de nos capitaux à l’étranger est supérieure à la rémunération de nos investissements intérieurs dans l’industrie, nous acceptons la part de différence si cela nous assure la diversification de notre économie ». Qatar, plus que tout autre État, a privilégié l’industrie : « Toute l’attention portée au futur a été concentrée sur le programme industriel, qui absorbe actuellement l’investissement au rythme de 2 milliards de dollars sur 10 ans » (Financial Times). Enfin, la « diversification » imposée à Bahrain par l’état de ses réserves et de sa production passe déjà par quelques grandes entreprises industrielles.

B – Choix des secteurs

81Les multiples contraintes que nous avons rappelées précédemment limitent fortement le nombre de secteurs industriels susceptibles d’être choisis par les responsables de la diversification économique des États de la péninsule. Main-d’œuvre, marchés, technologie, eau, constituent autant de conditions nécessaires difficiles à réunir. Trois orientations sont généralement retenues pour l’industrie :

821) Industries liées au pétrole et au gaz naturel, dont l’abondance et le faible coût peuvent compenser une série d’autres facteurs relativement défavorables. De telles industries permettent, de plus, une valorisation plus grande des ressources en hydrocarbures que leur exportation directe sous forme de brut ou de gaz naturel liquéfié. Raffinage, pétrochimie, engrais azotés, sont caractéristiques de ce type d’industries.

832) Industries à forte intensité capitalistique (c’est-à-dire exigeant une technologie élaborée et coûteuse et peu de main-d’œuvre). Il peut d’ailleurs y avoir conjonction de cette caractéristique et d’une consommation importante d’énergie, par exemple pour le raffinage de l’aluminium. Les aciéries, les chantiers de réparation navale relèvent de cette catégorie.

843) Industries destinées avant tout à desservir le marché local et à se substituer, partiellement ou totalement, aux importations. Il s’agit surtout de matériaux de construction (ciment en particulier), de produits métalliques et métallurgiques, de meubles, de produits en plastique, de verre, d’industries alimentaires et de divers biens de consommation courante.

85Le premier cas correspond à des industries de grande dimension, totalement tournées vers l’extérieur pour leur marché, qui accroissent de ce fait une forme de dépendance à l’égard du système économique mondial. Le deuxième cas peut correspondre, soit à des activités répondant aux besoins locaux ou régionaux (tubes ou ronds à béton, par exemple), soit à des activités tournées vers l’exportation, dans le cas de l’aluminium, par exemple. Dans le troisième groupe d’industries, on a souvent de petites unités (sauf pour le ciment), dont la production doit être protégée de la concurrence étrangère, et qui sont parfois caractérisées par ce qu’un observateur appelle « l’effet de souk » : lorsqu’une production (bouteilles ou boissons gazeuses par exemple) obtient du succès, plusieurs dizaines de concurrents cherchent aussitôt à suivre la même voie, créant une surcapacité et des faillites, alors que de très nombreuses autres possibilités restent négligées.

Section III – L’OBJECTIF D’INDUSTRIALISATION : MISE EN ŒUVRE ET MÉTHODES

A – Le rôle de l’État

86Nous avons déjà insisté sur le rôle déterminant de l’État et de la volonté politique dans la mise en œuvre d’une politique de diversification par l’industrie. Il s’agit d’une entreprise volontariste, que les moyens financiers disponibles permettent de mener pendant une longue période en l’absence de résultats économiques probants, et en attendant la rentabilité économique et les entrepreneurs nationaux qui prendront éventuellement le relais. Ce volontarisme est plus ou moins poussé selon les pays (l’enthousiasme de Qatar contrastant par exemple avec la circonspection du Kuwait) et s’accommode d’une dose croissante de réalisme, qui se manifeste par la suppression ou la révision en baisse de certains projets. Les pouvoirs publics ont souvent créé des organismes chargés de gérer les grands projets (par exemple, en Arabie Saoudite, Petromin, pour les projets liés au pétrole, et SABIC – Saudi Basic Industries Company – pour les autres grands projets ; au Kuwait, la National Industries Company pour de nombreuses activités industrielles ; au Qatar, la Qatar General Petroleum Corporation, qui gère le patrimoine industriel d’État, etc.). De tels organismes prennent directement en charge certains projets, en aident et en appuient d’autres. La plupart des grandes entreprises sont, en totalité ou en majorité, propriétés des États : telles la Kuwait Petrochemical Company, la Qatar Fertilizer Company, la Saudi Arabia Fertilizer Company (SAFCO), l’ALBA (Aluminium of Bahrain).

87L’abondance des revenus pétroliers dans certains États ne garantit pas que le financement des industries privées puisse être assuré de façon satisfaisante ; aussi les gouvernements ont-ils tendance à accorder des prêts à des taux d’intérêt très bas, par l’intermédiaire d’organismes spécifiques tels que le Fonds Saoudien de Développement Industriel (SIDF) ou la Banque Industrielle de Kuwait (I.B.K.). Il n’y a pas de banque industrielle dans les E.A.U., et les observateurs font remarquer qu’en dehors des réalisations prises en charge directement par l’État, il n’existe pas de projets industriels intéressants et rentables qui soient proposés par des particuliers.

B – Capital et technique étrangère

88La prédominance étatique, imposée davantage par la nécessité que par une philosophie politique, n’exclut pas la recherche d’une association avec le capital étranger et surtout avec la technique étrangère. Dans certains cas (Oman, Bahrain, ou même Qatar et Dubayy), le partenaire étranger est avant tout recherché pour le financement ou pour l’accès au marché international qu’il apportera. Le cas de l’ALBA, à Bahrain, est très intéressant à cet égard. Au départ, en 1968, le gouvernement possède 19 % des parts, et de grandes firmes étrangères (Kaiser, British Metal, le suédois Elektrokoppar, l’allemand Bretton Investment, etc.) se partagent la grosse majorité du capital. En 1976, le gouvernement de Bahrain contrôle 77,9 % du capital, Kaiser et Bretton restant les seuls actionnaires étrangers. En 1976, Bahrain a revendu à la SABIC (Arabie Saoudite) 25 % de ses parts, conservant ainsi le contrôle absolu tout en introduisant une perspective régionale. Qatar recherche des partenaires étrangers minoritaires (Norsk Hydro pour l’usine d’engrais de la QAFCO, Kobé Steel pour l’aciérie, Gaz de France pour la pétrochimie...). L’émir de Dubayy adopte la même politique.

89Dans beaucoup de cas, l’apport étranger est aussi (ou surtout) destiné à fournir une garantie technologique et, de plus en plus, une garantie de marchés et de débouchés extérieurs.

90La garantie technologique peut être recherchée par la conclusion d’accords de contrôle technique et même de responsabilités opérationnelles avec les constructeurs (et opérateurs) étrangers. Ainsi la cale sèche de Bahrain est gérée par la société portugaise LISNAVE (après avoir été construite par une firme coréenne sur un terrain dragué par une entreprise néerlandaise). L’association avec des étrangers permet surtout de limiter les conséquences des insuffisances techniques (retards, pannes, mauvaises coordinations), en intéressant des firmes expérimentées aux résultats, et d’améliorer les perspectives d’accès aux marchés internationaux. Ce dernier objectif est de plus en plus important, en raison des incertitudes croissantes concernant l’évolution de la demande mondiale de produits chimiques de base et d’engrais. La plupart des projets pétrochimiques en Arabie Saoudite sont étudiés en fonction d’une association avec des firmes pétrolières ou chimiques. C’est ainsi que, pour le complexe géant de Jubayl, plusieurs « joint ventures » sont envisagées entre la SABIC et des firmes américaines ou japonaises : SABIC et Shell (50 % chacune), SABIC-Exxon (50 % chacune), SABIC-Dow Chemical (toujours 50 % pour chacun), SABIC-Mitsubishi (60 % pour SABIC). La négociation sur ces très grands contrats est plus ou moins avancée ; les productions envisagées, d’éthylène, polyéthylène, éthylène glycol, sont très importantes : l’accès au marché mondial par l’intermédiaire des grands partenaires est une exigence aussi fondamentale que leur apport de compétence technologique. On pourrait ainsi multiplier les exemples, car, pratiquement tous les projets dont l’activité est orientée vers l’exportation sur le marché mondial doivent être réalisés avec un partenaire étranger (en principe, pour les projets saoudiens de Jubayl, le partage du financement est 50-50, mais il y a des exceptions).

C – Zones industrielles et grands complexes

  • 9 Nous avons déjà mentionné à plusieurs reprises ce projet, qui est le noyau du programme saoudien d’ (...)

91La géographie et les contraintes d’environnement, autant que le volontarisme du « projet industriel » et les perspectives de financement, conduisent les responsables à recourir de manière de plus en plus systématique aux zones industrielles, ou aux « grands complexes », plus ambitieux et plus « globalisants » encore. La géographie industrielle, mais aussi les perspectives économiques et sociales de l’industrie, sont profondément influencées par cette orientation. Il n’est pas possible, dans des espaces hostiles et désertiques, de fournir l’eau, l’électricité, le gaz, les moyens de transport, à des usines éparpillées sur le territoire, et la concentration des infrastructures et des activités apparaît comme indispensable pour réaliser des économies d’échelle et réduire les coûts généraux de réalisation. Par ailleurs, toute industrialisation exigeant une intervention étatique et une organisation rigoureuse (planification !), celles-ci s’effectuent plus facilement dans des espaces spécifiques et privilégiés, systématiquement organisés. Ainsi, à Qatar, on a la zone industrielle d’Umm Sa‛îd ; à Abu Dhabi, on édifie le complexe industriel de Ruways ; à Dubayy, l’émir de la cité met en place le programme industriel très ambitieux de Jabal ‛Alî, tandis que Kuwait regroupe depuis longtemps les activités industrielles majeures à Shu‛ayba. L’expression la plus achevée de cette concentration géographique et de la planification systématique des infrastructures (y compris les logements, les installations pour réduire la pollution, les ports, routes, aérodromes, en sus des usines de dessalement et d’électricité, de l’arrivée des réseaux de collecte de gaz, etc.) apparaît dans les projets saoudiens de complexes industriels géants de Yanbu‛ et surtout de Jubayl9.

92Notons encore que les zones industrielles ou les complexes géants supervisés et planifiés par l’État sont le seul moyen de réduire la spéculation foncière, en permettant d’offrir des terrains (voire des bâtiments achevés) aux entrepreneurs potentiels à des loyers très faibles ou purement nominaux. L’importance de cette incitation ne doit pas être sous-estimée. Ceci permet d’envisager l’installation d’industries secondaires ou de consommation, à capitaux privés, locaux ou étrangers, à côté des très grandes unités d’industries de base. De même, la zone industrielle permet des politiques d’encouragement par des fournitures, à bas prix, de gaz, d’eau, d’électricité. On peut y ajouter les exemptions fiscales assez généralisées et les prêts spéciaux à taux d’intérêt réduits. Il s’agit donc là d’un aspect majeur d’une politique d’encouragement de l’industrie, y compris la petite industrie.

93Cette approche de l’industrialisation est pratiquement la seule qui soit opérationnelle, compte tenu de l’environnement. Elle n’en aggrave pas moins certains des blocages et des contradictions que fait naître la tentative d’industrialisation. La concentration de l’industrie entraîne la concentration de la main-d’œuvre industrielle, dont nous savons qu’elle est constituée dans son immense majorité de travailleurs étrangers : si la « surveillance » et le contrôle de cette main-d’œuvre sont ainsi rendus plus faciles, la ségrégation et les tensions qui deviennent plus évidentes peuvent prendre un caractère explosif. La planification des zones industrielles accroît par ailleurs le rôle des conseillers et consultants étrangers, dont l’emprise est parfois considérable, même lorsque l’appareil administratif de l’État est adapté aux exigences du suivi du projet. C’est ainsi, par exemple, que la firme américaine Bechtel, responsable technique du complexe de Jubayl, est parfois soupçonnée d’avoir « vendu » aux Saoudiens (qui s’en défendent) l’idée et la réalisation de ce complexe. Il est indéniable, en tous cas, que Bechtel exerce une influence énorme dans la réalisation de ce gigantesque programme.

94La planification d’un ensemble très vaste, et la complémentarité des diverses installations, rendent les projets plus vulnérables aux retards et aux défaillances partielles. C’est la totalité d’une énorme machine qui risque d’être paralysée, lorsqu’un des éléments d’un ensemble très intégré fonctionne mal. Compte tenu des aléas très nombreux que rencontre tout grand complexe industriel (on songe, par exemple, aux difficultés qu’a connues en France le projet de Fos-sur-Mer, dans un environnement relativement favorable), on voit que les risques sont très grands d’accumuler les retards et les déconvenues.

95La concentration des industries, par ailleurs, peut faciliter l’apparition d’industries liées ou annexes, mais, beaucoup plus souvent, accroître l’extraversion d’activités, qui sont déjà, dès le départ, très peu articulées sur l’intérieur, et presque totalement dépendantes de l’extérieur. Quelle est la signification d’une industrie construite et gérée par des étrangers, avec des machines importées, employant des travailleurs immigrés, vendant sa production à l’extérieur ? Cette interrogation, générale à propos des grands projets, est plus pressante encore lorsqu’on examine les politiques industrielles (techniquement justifiées) des grands complexes et des zones spécifiques.

D – Espace régional

96C’est en particulier pour tenter de répondre à ces difficultés, provenant du décalage entre la très grande dimension des projets (et des marchés) et la faible capacité des marchés locaux, qu’ont été envisagés un certain nombre de projets réalisés en coopération par plusieurs États. Cette approche reste assez exceptionnelle, et souvent les rivalités l’emportent ; c’est le cas pour la production d’aluminium de l’ALBA (Bahrain) et celle envisagée par DUBAL (à Dubayy), même si l’Arabie Saoudite a préféré prendre une participation de 20 % dans ALBA et renoncer à son propre projet, prévu dans le complexe de Jubayl, à quelques kilomètres de là. L’exemple le plus probant des possibilités d’une coopération industrielle entre les États de la péninsule est fourni par l’Arab Ship Repair Yard (ASRY), qui a financé et possède la cale sèche construite à Bahrain pour la réparation des pétroliers géants. C’est l’OPAEP (Organisation des Pays Arabes Exportateurs de Pétrole) qui a pris l’initiative de l’opération et, après certains conflits (Dubayy désirant être choisi), a localisé l’entreprise à Bahrain. En fait, l’Irak et la Libye participent de manière symbolique et il s’agit bien d’une opération commune des États de la péninsule : l’Arabie Saoudite, Kuwait, les E.A.U., Qatar et Bahrain possèdent chacun 18,84 % des parts. Les premiers navires à réparer ont été accueillis en 1978 et l’entreprise compte 42 % d’Arabes parmi ses 1 100 employés. Elle s’inscrit logiquement dans une politique concertée de développement du transport maritime et des activités navales menées par les pays arabes pétroliers (activités marquées par l’accroissement rapide du nombre de navires sous pavillons d’États du Golfe, et par la création, par l’ensemble des pays de l’OPAEP, de l’AMPTC, Arab Maritime Petroleum Transport Company).

97La coopération régionale se traduit aussi par la participation assez importante du Kuwait à divers projets d’Oman : Kuwait a ainsi pris la relève d’un groupe britannique pour financer une cimenterie prévue de longue date et dont la réalisation tardait (40 % du capital sera fourni par Kuwait Cement Company, tandis que le Fonds Kuwaitien de Développement devrait financer la part omanaise avec un prêt peu onéreux). Des capitaux kuwaitiens s’intéressent aussi à des projets privés (par exemple matériaux de construction). A Bahrain, les capitaux saoudiens ont acquis, on l’a noté, 20 % de l’ALBA, et divers projets bahrainis intéressent l’Arabie Saoudite.

98La recherche d’espaces économiques significatifs pour les produits des grandes entreprises pétrochimiques peut conduire à rechercher des partenaires à l’étranger pour des opérations communes dans le pays étranger. On sait que Qatar a entrepris une opération commune avec Charbonnages de France à Dunkerque, opération partiellement remise en question du fait de la crise. La K.P.I.C. (Kuwait Petrochemical Industry Company) a cherché, pour sa part, à valoriser sa production en participant à une « joint venture » en Turquie : elle apporte une partie du capital et fournit de l’ammoniac qu’elle produit (70 000 t par an) à la société nationale turque qui fabrique des engrais azotés. Sur une base un peu différente, la K.P.I.C. participe à un complexe pétrochimique en Roumanie. Ces tentatives restent cependant assez exceptionnelles pour l’instant.

99Les nombreux projets envisagés avec divers pays arabes (Egypte en particulier) se concrétisent très difficilement, et le problème des « espaces économiques » des grands projets industriels reste largement une question à résoudre.

Section IV – BILANS ET PERSPECTIVES DE L’INDUSTRIALISATION

100Nous ne chercherons pas, dans les lignes qui suivent, à dresser un tableau précis et exhaustif des réalisations industrielles dans la péninsule, de leurs caractéristiques techniques et de leurs conditions de fonctionnement. En effet, l’objectif ici poursuivi n’est pas de rédiger un annuaire industriel, mais de mettre en évidence les perspectives et les évolutions qui sont, à notre avis, significatives. On se contentera donc d’une synthèse permettant de dégager les grandes lignes du bilan actuel de la « diversification par l’industrie » dans les divers États de la péninsule.

A – Projets et réalisations

101L’observateur, qui, en 1974, tentait de dresser une liste des contrats « fabuleux » envisagés par les pays pétroliers, dont la richesse venait de quadrupler, peut s’étonner du petit nombre de réalisations effectives opérationnelles en 1980. Dans certains cas, des retards considérables ont ajourné la mise en service bien au-delà du calendrier envisagé ; dans beaucoup d’autres cas, les projets ont été abandonnés ou considérablement réduits, les possibilités de réalisation étant beaucoup plus limitées et les coûts beaucoup plus élevés qu’on ne l’envisageait. La synthèse des réalisations effectives et des projets en voie de réalisation au début de 1980 peut être effectuée de façon relativement brève, compte tenu de l’ensemble des observations précédentes.

102Les ambitions industrielles de l’Arabie Saoudite ont été révisées en baisse après la débauche de projets des années 1974-1975. Les insuffisances de l’infrastructure, les hausses considérables des coûts (alors qu’on enregistrait une stabilisation des revenus en 1977-1978), les inquiétudes et les tensions sociales liées à la pénurie de main-d’œuvre locale et aux bouleversements du mode de vie, ont conduit à une remise en cause de nombreux projets, à la révision en baisse de beaucoup d’autres et à une attitude générale de « stabilisation » en 1978-1979. L’essentiel des dépenses de développement est toujours destiné à l’infrastructure économique et sociale. Les grandes installations actuellement existantes sont l’usine d’engrais à base d’urée, de la SAFCO à Dammâm (usine qui fonctionne depuis 1970, mais n’a jamais atteint sa pleine capacité) et des raffineries, dont l’une des plus grosses du monde à Ra’s Tannûra (plus de 20 M t/an de capacité). Pour 1985, les extensions et les nouvelles installations devraient plus que doubler la capacité actuelle de raffinage du pays pour la porter à près de 100 millions de tonnes.

103Les grandes perspectives industrielles sont aujourd’hui concentrées sur le complexe de Jubayl et, accessoirement, celui de Yanbu‛. Outre les installations pétrochimiques déjà présentées (5 grands projets en joint venture avec des « pétroliers », Mitsubishi et Dow), on mentionne une aciérie en joint venture SABIC avec la firme allemande Korf Stahl AG (850 000 t/an prévus en 1982, au lieu de 6 millions à l’origine). Deux usines de transformation (au lieu des six prévues initialement) devraient, à partir de l’acier, fabriquer des produits destinés au marché local. Il faut noter que plusieurs firmes, d’importance mondiale dans le secteur de l’acier, ont refusé de s’engager en « joint venture » pour le projet d’aciérie par réduction directe, même après diminution de la capacité envisagée des 6 millions de tonnes initiales à moins de deux. La firme allemande n’a accepté de participer qu’à un projet de 800 000 t/an, utilisant du minerai mauritanien ou brésilien. Les Saoudiens espèrent pouvoir utiliser, dans l’avenir, du minerai local. Deux usines d’engrais sont envisagées, dont l’une avec Taiwan Fertilizer, pour laquelle les pourparlers sont assez avancés. Un projet d’usine de protéines de pétrole a été abandonné, faute de perspectives assez précises concernant les débouchés de ce produit. De même, le projet d’une usine d’aluminium a été, sinon abandonné, tout au moins mis en sommeil, compte tenu de l’activité de Bahrain et de Dubayy, et en attendant que les perspectives soient plus claires. Le seul très gros projet certain est l’usine de liquéfaction de gaz sur la côte Est, à l’arrivée du projet géant de collecte de gaz (plus de 20 milliards de dollars), qui est pris en charge par l’ARAMCO (une autre usine de gaz liquéfié est envisagée à Yanbu’, sur la mer Rouge).

104Les industries de transformation et de matériaux de construction ont connu un certain essor, et plus de 800 entreprises (largement aidées dans leur financement par le Saudi Industrial Development Fund, SIDF) seraient actuellement installées. Le capital total approcherait 2 milliards de dollars. Cependant, il s’agit le plus souvent de très petites unités, avec quelques secteurs très encombrés, du fait, nous l’avons vu, de la « mentalité de souk », où chacun s’empresse d’imiter le voisin, alors que d’autres secteurs sont totalement délaissés. La production de ciment (environ 4 M t) est très inférieure aux besoins du pays, qu’elle couvre à peine à 30 %. Le système socio-politique et le recours systématique à un directeur effectif étranger ne favorisent guère l’initiative et l’esprit d’entreprise. Le coût très réduit du capital paraît être l’avantage décisif des entreprises saoudiennes : ce n’est pas suffisant pour assurer une rentabilité à long terme et la compétitivité des produits.

105Bahrain est le seul État qui tire déjà de l’industrie une partie importante de ses revenus et où le secteur industriel emploie un pourcentage important de la main-d’œuvre nationale. Une grosse raffinerie (plus de 12 M t/an), la fonderie d’aluminium ALBA (qui utilise à plein sa capacité de 120 000 t/an et envisage une extension jusqu’à 165 000 t) et la cale sèche de l’ASRY (dont nous avons déjà présenté les caractéristiques, et qui est encore loin de fonctionner à plein et de dégager des profits) sont les trois « piliers » de l’industrie à Bahrain. Trois entreprises en aval de la production d’aluminium se sont établies depuis deux ans : poudre d’aluminium, chassis et cadres en aluminium, fabrique de câbles. Une usine de liquéfaction du gaz naturel doit compléter incessamment les installations • lourdes », mais la liste des grandes opérations paraît close, seules des opérations de diversification à partir de l’aluminium paraissent possibles. Bahrain, en concurrence avec les autres producteurs de la région pour la pétrochimie et l’utilisation du gaz, et satisfait d’un ensemble industriel assez réussi, préfère tirer parti au mieux de son avantage relatif en termes de formation de la main-d’œuvre, infrastructure de communications, hôtellerie,... pour poursuivre sa diversification par les services bancaires et touristiques.

106Les E.A.U. n’ont pas encore de politique industrielle « fédérale », et il faut distinguer, voire opposer, la situation d’Abu Dhabi et celle de Dubayy.

107Abu Dhabi, qui produit 80 % du brut des E.A.U. et qui abrite les services fédéraux et leur lourde bureaucratie, finance avec ses importants revenus un « capitalisme d’État » très caractéristique de la pratique la plus répandue dans la région. Une usine importante de gaz liquéfié (à Dâs Island) lui a permis de devenir le premier en date des exportateurs de GNL de la région (vers le Japon). La zone industrielle de Ruways devrait désormais rassembler l’essentiel des projets industriels, accompagnés de l’infrastructure nécessaire. 20 milliards de dollars devraient être investis d’ici 1985 dans les industries dérivées du pétrole : terminal et usine de liquéfaction pour le gaz naturel, raffinerie, pétrochimie et engrais. Outre ces industries d’exportations (réalisées en joint venture avec des firmes étrangères), on envisage un développement d’industries de transformation et d’une usine d’éponges de fer pour desservir le marché local. Le problème essentiel, outre celui de la main-d’œuvre, est la concurrence potentielle entre ces projets et ceux de Jubayl.

108L’émirat de Dubayy, héritier d’une ancienne tradition marchande, ne disposant que de revenus pétroliers limités, s’est lancé, sous l’impulsion de shaykh Râshid, dans une entreprise d’industrialisation reposant sur le dynamisme privé et la recherche de l’efficience (et aussi un lourd endettement). La cité industrielle de Jabal ‛Alî voit ses infrastructures réalisées plus rapidement que prévu et l’usine d’aluminium de la DUBAL (135 000 t) devrait fonctionner fin 1981. Le financement de cet énorme investissement, qui risque de concurrencer l’ALBA de Bahrain, a été assez difficile, du fait des réticences de certains actionnaires d’ALBA. Dubayy construit, par ailleurs, une cale sèche géante, elle aussi concurrente directe de l’ASRY à Bahrain, et qui attend le choix (délicat) d’un gestionnaire-opérateur. Il s’agit donc là de paris sur l’avenir, dont le bien-fondé reste à prouver. On note, d’autre part, le succès de certaines industries « légères », en particulier une usine (privée) de tuyaux et objets en verre plastifié : la preuve est ainsi faite qu’on peut produire sur place, sans protection spécifique, pour un marché couvrant les pays du Golfe. Dubayy, cependant, cherche davantage sa diversification dans le domaine du commerce et des services (un « international trade center » vient d’être ouvert) que dans les grandes opérations industrielles dont l’ambition paraît démesurée à certains créanciers.

109Ra’s al-Khayma a récemment développé, avec un cofinancement du Kuwait, une industrie de matériaux de construction : ciment, chaux, concassage de roches.

110Oman n’a pas encore réellement abordé le stade de l’industrialisation par grands projets, et la priorité est accordée à l’infrastructure, en particulier électricité, dessalement et conduite de gaz naturel vers la côte. Les Kuwaitiens sont disposés à cofinancer certains projets (cimenterie, par exemple). La meilleure perspective de diversification pourrait résider dans la mise en valeur des mines de cuivre (des projets sont à l’étude mais le coût est extrêmement élevé, et les décisions définitives sont encore à prendre).

111Qatar est l’État le plus engagé dans un processus de diversification par des grands projets industriels. Dès 1975, une usine de production de gaz de pétrole liquéfié (butane, propane...) commençait à exporter sa production. Depuis lors, la zone industrielle d’Umm Sa’îd a vu la réalisation de plusieurs installations importantes, notamment la première aciérie opérationnelle de la péninsule (400 000 t/an de barres de fer en association avec le japonais Kobé Steel, qui possède 20 % du capital), tandis que se construit avec Gaz de France une importante usine pétrochimique (éthylène et polyéthylène à basse pression). L’expérience industrielle de Qatar a été durement acquise du fait des multiples problèmes de la QAFCO (Qatar Fertilizer Company, à laquelle la compagnie pétrolière norvégienne Norsk Hydro est associée pour 25 %) qui, de 1973 à 1977, a connu des difficultés techniques incessantes, culminant dans l’explosion de la chaudière produisant la vapeur en 1977. Ces ennuis sont aujourd’hui surmontés, et une extension de l’usine est en cours. Une deuxième usine de gaz naturel est aussi en projet. Qatar recourt systématiquement aux grandes firmes internationales pour accéder aux marchés extérieurs (par exemple, les engrais de la QAFCO sont surtout vendus en Inde) et surmonter les handicaps techniques, en les associant aux résultats tout en limitant leur participation. Un ensemble de projets d’industries de transformation est à l’étude. L’expérience de Qatar est particulièrement intéressante, car il s’agit de l’exemple du choix industriel le plus systématiquement défini et poursuivi de la péninsule. Il sera important d’observer avec attention les conditions de mise en œuvre et les résultats de ce choix.

В – Résultats et perspectives

112Il est prématuré de vouloir dresser le bilan de l’effort de diversification par l’industrie dans les États de la péninsule. Certes, les atouts et les difficultés sont maintenant bien identifiés, comme nous avons pu le montrer. Les perspectives sont réévaluées en baisse, dans le sens d’un plus grand réalisme, mais les interrogations fondamentales demeurent : elles expliquent en partie la prudence nouvelle et la recherche d’une certaine consolidation, remplaçant l’expansion débridée des « années folles » 74-76, dont nous avons observé de multiples signes. Les analyses et les informations présentées ci-dessus nous permettent une synthèse des principaux éléments composant le « dossier industrialisation » des États de la péninsule.

1) Peu de revenus industriels

113Au début des « années 80 », bien que, dans certains cas, le processus de diversification par l’industrie soit en cours depuis près de 10 ans (au Kuwait, au Qatar, à Bahrain), seul Bahrain tire de son industrie des revenus substantiels. La valeur ajoutée par ALBA, déduction faite des matières premières importées, devrait atteindre 130 millions de dollars en 1979, tandis que les trois industries en aval utilisant de l’aluminium fonctionnent de manière satisfaisante. Ailleurs, l’équilibre est obtenu pour certaines activités (pétrochimie kuwaitienne de la KPIC, aciérie et engrais de Qatar, etc.) mais les revenus nets sont dérisoires par rapport aux revenus pétroliers. Dans une très large mesure, l’industrie est encore « portée » par les revenus pétroliers, et le volontarisme industriel ne rapporte encore guère de dividendes.

2) Coûts et surcoûts

114Les coûts de réalisation de la plupart des projets sont très élevés et se sont démesurément accrus entre le moment de la première étude et celui de l’achèvement. La spéculation foncière, les prélèvements des intermédiaires et les commissions illicites, les retards et les goulets d’étranglement, expliquent pour partie les surcoûts encourus. Il faut y ajouter les coûts liés au milieu et à l’environnement : tout projet est plus coûteux dans la péninsule que son homologue américain ou européen. Selon les estimations (très globales) de la « Middle East Economic Review », les coûts en capital seraient 20 à 40 % plus élevés, les coûts de la main-d’œuvre expatriée ou locale beaucoup plus importants, et les dépenses d’entretien et de fonctionnement des installations (à cause du sable, de l’humidité, de l’eau saumâtre, de la nécessité d’utiliser l’air conditionné ou de refroidir les installations, etc.) très sensiblement accrus par comparaison avec des projets de même nature en Europe ou aux États-Unis. La réévaluation assez généralisée des années 1978-79 a porté notamment sur des études plus attentives des coûts et des attitudes plus fermes à l’égard des soumissionnaires.

3) « compétitivité »

115La « compétitivité » des industries installées ou en voie d’édification est difficile à apprécier, car elle ne repose pas sur les mêmes critères que dans des pays industrialisés. L’élément décisif est l’intervention des pouvoirs publics pour fournir de l’énergie, de l’eau et du financement à des prix extrêment faibles. Si le calcul de compétitivité est effectué en réévaluant à leur coût « réel » ces éléments, pratiquement aucune industrie n’est rentable. Si l’on considère, au contraire, que le gaz serait brûlé et que l’argent investi serait déposé dans des banques américaines où son pouvoir d’achat s’éroderait rapidement en l’absence de ces projets industriels, les perspectives sont très différentes et l’appréciation sur la signification économique des choix industriels doit être nuancée.

4) Dépendance envers le pétrole et marchés internationaux

116La dépendance à l’égard des ressources en gaz et pétrole et à l’égard des débouchés du marché international est évidente et conduit à s’interroger sur la portée de la diversification. Cette interrogation est plus cruciale encore devant le « flou » engendré par la crise, et le brouillage généralisé des perspectives industrielles. L’entrée dans l’industrie ne risque-t-elle pas de s’effectuer dans les secteurs peu « porteurs » dans l’avenir, tandis que le pouvoir économique de décision et la maîtrise technologique passent par de nouveaux secteurs, non pris en compte par les projets industriels des producteurs de pétrole. De même doit-on constater que la « valorisation » du gaz et du pétrole par l’industrie est d’autant moins significative que le prix du brut augmente. C’est ainsi que s’affrontent en Arabie Saoudite les partisans d’un développement de l’utilisation industrielle du gaz et les partisans de son exportation. L’accroissement massif des besoins en gaz associé peut d’ailleurs conduire, on l’a noté, à réduire la liberté de fixation du rythme de production du brut et modifier de ce fait la stratégie pétrolière.

5) Main-d’œuvre

117Les problèmes de main-d’œuvre ont été suffisamment évoqués dans cette étude et dans d’autres contributions pour qu’il soit inutile de revenir sur leur caractère crucial. Il y a là sans doute la contradiction la plus fondamentale du processus d’industrialisation, et c’est autour de cette question que se cristalliseront les conflits politiques et sociaux du futur : à la question « l’industrialisation, par qui ? », s’ajoute de plus en plus nettement la question « l’industrialisation, pour qui ? ». La compatibilité du système politique et social « bloqué » avec un système économique en évolution rapide sera de plus en plus mise en question.

6) Consultants

118Le recours généralisé (et inévitable, si l’on veut aller vite et dépenser dans des projets bien étudiés des revenus très importants) aux consultants et opérateurs étrangers ne manque pas non plus de faire problème. L’étude de vastes programmes industriels ne saurait se limiter à des analyses de « faisibilité » ou à une approche « coût-avantage », et on peut toujours s’interroger sur la logique interne de projets de plusieurs dizaines de milliards étudiés et mis en œuvre par Bechtel (Jubayl) ou par l’ARAMCO (projet de collecte de gaz). Les relations des consultants-maîtres d’œuvre avec les fournisseurs de biens d’équipement et d’installations ne permettent pas d’affirmer que le contrat est toujours attribué au plus efficient et au moins cher. La frénésie de dépenses qui a suivi les hausses de 1973 a été fortement encouragée par la perspective de « recyclage » ouverte par l’accroissement des commandes industrielles.

7) Expérience acquise

119L’expérience acquise depuis 1973 sera certainement mise à profit par les États de la péninsule lors de la révision de leurs plans, consécutive au fort accroissement des revenus pétroliers en 1979. Certaines erreurs d’appréciation seront évitées et une meilleure conscience sera prise des délais nécessaires et de la complexité de la mise en œuvre d’un projet industriel. On peut penser que davantage de réalisme prévaudra, mais la réponse aux problèmes fondamentaux des États pétroliers n’en reste pas moins à trouver.

III – LA RECHERCHE DE DIVERSIFICATION : DIVERSIFICATION FINANCIÈRE ET ÉCONOMIE DE SERVICES

120L’accroissement brutal et massif des prix du pétrole en 1973 a conduit de nombreux financiers et économistes à poser le « problème des surplus et de leur recyclage ». Des chiffres extrêmement impressionnants, concernant les « surplus cumulés », étaient alors avancés, faisant état de plusieurs centaines de milliards de dollars. Très vite cependant, on se rendit compte que les dépenses s’ajustaient sans grands délais sur les hausses de revenus : la « capacité de dépenses » des pays concernés réduisait rapidement le montant du « surplus incontrôlé ». L’augmentation des importations (31 % par an entre 1974 et 1978, en moyenne), les achats massifs de « services », les transferts de revenus et les remises des émigrés « dégonflaient » très rapidement les excédents. De plus, cet ajustement était facilité par la hausse des prix mondiaux, beaucoup plus rapide que celle du brut, le pouvoir d’achat du baril de pétrole ayant diminué de 20 % entre 1974 et 1978. C’est ainsi qu’entre 1975 et 1978, le solde des opérations commerciales des principaux pays exportateurs de pétrole (c’est-à-dire, outre les pays de la péninsule, l’Iran, l’Irak, la Libye, l’Algérie, le Vénézuéla, l’Indonésie et le Nigeria) est tombé de 53,4 à 41,2 milliards de dollars, tandis que les transferts privés et les services voient au contraire leur solde négatif passer de 18 à 35 milliars. Globalement, le « surplus à recycler » est passé de 66 milliards, en 1974, à moins de 10 en 1978.

121Il semblait donc, avant les hausses de 1979, que le « problème du surplus » avait été très exagéré, et que le « recyclage » s’était effectué sans trop de difficultés.

122En fait, la situation est plus complexe, puisqu’en dehors de la Libye, tous les pays à surplus sont aujourd’hui dans la péninsule, alors que pratiquement tous les autres membres de l’OPEP sont désormais importateurs nets de capitaux (au total, les pays de l’OPEP ont été emprunteurs de 18 milliards de dollars en 1978). On a donc coutume, dans les organisations internationales, de distinguer les « pays à excédent de capitaux » (Banque mondiale) des autres pays exportateurs de pétrole, ou les « pays peu peuplés » et les pays à population importante, ou encore les « pays à faible capacité d’absorption » et ceux à « forte capacité d’absorption » (terminologie utilisée en particulier par la Banque des règlements internationaux).

123Ce sont donc essentiellement les États de la péninsule, et plus particulièrement trois d’entre eux : Kuwait, Arabie Saoudite, E.A.U., sur lesquels se concentre l’attention des financiers, et à propos desquels on parlera de « recyclage des excédents ».

124C’est à partir de ces revenus non dépensés en courte période, de leur utilisation, de leur circulation et de leur placement, que les États que nous étudions chercheront, à côté de l’industrie, l’autre voie de leur diversification pour l’après-pétrole : celle des revenus de placements financiers externes et du développement d’une économie de services, financiers et bancaires notamment. Nous chercherons à présenter les aspects les plus caractéristiques de la situation fin 1978, car la nouvelle hausse de 1979 ne peut être directement prise en compte. Les tendances de la période 1974-1978 devraient cependant aider à appréhender l’évolution possible dans les « années 80 ».

Section I – UN SURPLUS PROGRESSIVEMENT MAÎTRISÉ (1973-1979)

A – Réduction du « surplus »

125Un très bref rappel sera suffisant pour situer les données à partir desquelles peuvent être analysées les tentatives de diversification et d’organisation financière. De 1974 à 1978, les six États producteurs de la péninsule ont reçu environ 240 milliards de dollars : le tableau suivant indique la répartition par année et par pays.

Source : Economic Intelligence Unit

126Les importations des pays de la péninsule ont augmenté de 38 % par an entre 1974 et 1978 (soit davantage que les importations de l’ensemble de l’OPEP) et dépassent largement les 30 milliards de dollars en 1978, dont 18 pour l’Arabie Saoudite, et plus de 4 pour Kuwait ainsi que pour les E.A.U.

127Les fortes augmentations de transferts de salaires par les travailleurs émigrés s’ajoutant aux autres paiements de services (brevets, redevances, honoraires des consultants, etc.) ont ramené à environ 10 milliards l’excédent global des paiements courants en 1978. Avant les hausses de 1979, on pouvait donc considérer que les « surplus massifs » avaient disparu, et que le problème qui subsistait était pour l’essentiel celui de l’Arabie Saoudite, accessoirement celui des E.A.U. et, de manière plus limitée encore celui du Kuwait.

В – Redistribution de solidarité

  • 10 Nous évoquons seulement pour mémoire cette question qui est traitée dans les contributions de G. Ca (...)

128Une partie du « surplus » est affectée aux opérations de solidarité avec les pays arabes (en particulier ceux du « champ de bataille », notamment l’Egypte jusqu’en 1977), les pays « islamiques » et d’autres pays en voie de développement, essentiellement africains. L’aide peut être bilatérale (et souvent liée à des considérations politiques qui interdisent de connaître son montant exact), ou accordée au moyen de fonds nationaux ou multinationaux, ou peut encore transiter par les organismes internationaux à vocation générale10. Le Qatar et les E.A.U. consacrent une fraction particulièrement importante de leurs revenus à ces prêts directs aux pays en développement (plus de 5 % de leur P.N.B. chaque année). Selon certaines estimations (Banque d’Angleterre), cette aide représentait 17 % des excédents des pays de la péninsule en 1977 (environ 5,5 milliards de dollars) et ce chiffre aurait été maintenu en 1978, alors que l’excédent s’était très fortement réduit : les dons et prêts auraient alors absorbé plus de 46 % du surplus des « 4 » en 1978.

С – Placements et investissements sur les marchés internationaux

  • 11 La nature de cet ouvrage ne permet pas d’indiquer de manière détaillée les sources et les référence (...)

129Pour l’essentiel cependant, les excédents font l’objet de placements et d’investissements sur les marchés internationaux et dans les pays industriels. La plupart des informations disponibles fournissent des ordres de grandeur, et non des statistiques totalement fiables. Le montant des excédents ou des surplus est, en effet, normalement obtenu par différence entre, d’une part, les exportations de pétrole, les autres exportations et les revenus nets de transfert (s’ils existent, comme c’est le cas au Kuwait) et, d’autre part, les importations et achats de services, auxquels s’ajoutent les transferts courants négatifs (par exemple les envois de fonds des émigrés). En fait, les évaluations sont souvent assez difficiles, car les catégories retenues sont parfois peu appropriées à la présentation de la situation financière des pays considérés. De plus, de nombreuses données ont un caractère confidentiel et ne peuvent donc être l’objet que d’estimations, parfois fort divergentes d’un auteur à l’autre. Ce problème est particulièrement net dans le cas (évidemment déterminant) de l’Arabie Saoudite. Comme le note un article récent de l’International Herald Tribune : « Pour les Saoudiens, le montant et la répartition des dizaines de milliards de dollars qu’ils détiennent constituent des secrets aussi bien gardés que ceux qui concernent, au Pentagone, l’emplacement des sous-marins Polaris de la force nucléaire américaine ». Le Trésor américain, qui est le dépositaire d’une partie importante de ces fonds, contribue, bien entendu, au maintien de ce secret. En fait, plusieurs difficultés se superposent : évaluation de l’excédent annuel des revenus pétroliers, montant annuel des revenus d’investissement (très importants pour le Kuwait par exemple, puisqu’ils seraient supérieurs à 2,5 milliards de dollars, alors qu’ils atteindraient 1 milliard pour les E.A.U. (en fait Abu Dhabi), montant cumulé des actifs extérieurs, ventilation de ces actifs. Selon les estimations les plus fiables (Banque d’Angleterre et Financial Times), les montants cumulés des avoirs extérieurs atteindraient entre 140 et 170 milliards de dollars à la fin de 1978. Le Kuwait détiendrait environ 40 milliards, les E.A.U. (en fait Abu Dhabi) environ 19 milliards, l’Arabie Saoudite possédant le reste (puisque la richesse de Qatar est relativement négligeable)11.

130Le doublement des revenus en 1980 posera de nouveau le problème du « surplus », mais dans des conditions différentes de celles observées depuis 1974. La « capacité de dépenses » des divers États reste élevée, et surtout, l’expérience acquise dans le domaine de la finance internationale, la consolidation des structures financières internes, le développement d’une présence sur les marchés financiers des institutions des pays producteurs, l’instabilité chronique du dollar, sont autant d’éléments susceptibles de modifier l’orientation des excédents et la politique financière des producteurs.

Section II – LA GESTION DES EXCÉDENTS PAR LES ÉTATS A SURPLUS

A – Caractères généraux de l’évolution

131Une première indication nous est fournie par les évaluations de la Banque d’Angleterre, reprises par la B.R.I. Après l’attentisme de 1974, où la masse considérable des excédents pétroliers est placée à très court terme, notamment sous forme de dépôts en devises, les dépôts bancaires tombent à moins du tiers de l’excédent total. Il y a donc un certain allongement des échéances, en particulier sous forme de titres d’État à moyen terme, notamment des bons américains dont l’Arabie Saoudite détient un volume considérable, comme nous le verrons ci-dessous.

132Une deuxième caractéristique est l’importance des placements monétaires et financiers dans les pays occidentaux, en particulier en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Le déclin des prêts aux organismes internationaux se confirmera en 1977, après la fin de la « facilité pétrolière » en décembre 1976. Les arrangements bilatéraux spéciaux sont la forme privilégiée de la répartition des excédents à fins politiques, dans la mesure où ils permettent un contrôle plus efficace des pays bénéficiaires. En 1978, la part des placements aux États-Unis tend à se réduire du fait de la faiblesse du dollar.

133On peut remarquer, en troisième lieu, que le rôle des banques et institutions financières internationales, dans le placement et la gestion des excédents pétroliers, reste déterminant, même si l’on voit apparaître une structure financière arabe, dont nous analyserons les premiers développements dans la 3e partie.

  • 12 Voir Le Monde du 16 mars 1978. L’immobilier est la forme majeure de la pénétration des capitaux pét (...)

134On constate encore que les placements à vocation industrielle et les prises de contrôle d’entreprises productives restent extrêmement limités. Les interventions des « hommes miracle » saoudiens pour sauver les entreprises françaises en difficulté paraissent davantage relever des espoirs plus ou moins fondés des travailleurs concernés que d’une attirance des milliardaires du pétrole pour la gestion industrielle. Même lorsqu’ils sont effectués dans l’industrie, les placements pétroliers ont des objectifs financiers, combinant la recherche de stabilité et celle de rentabilité. Lorsque des placements de longue durée sont réalisés, la préférence est donnée, en règle générale, aux achats immobiliers (les hôtels, manoirs et grandes propriétés, ainsi que les vastes immeubles de bureaux constituent des actifs très recherchés). 500 millions de dollars auraient été ainsi investis en Grande-Bretagne en 197612. Les acquisitions d’actions ne représentent qu’une faible proportion des placements longs.

В – Aspects spécifiques de la gestion du surplus kuwaitien13

  • 13 Rappelons que nous ne traitons pas spécifiquement des opérations des « Fonds », et en particulier d (...)

135Le Kuwait a connu le « problème » des excédents bien avant ses voisins saoudiens ou des Émirats puisque, dès le début des années 1960, sa production était importante, et ses revenus significatifs pour un petit pays à faible population et faible potentiel de diversification. Cette expérience explique certaines caractéristiques et spécificités de l’utilisation des excédents par le Kuwait.

1361) De 1974 à 1977, le surplus est à peu près stable, du fait de l’augmentation rapide des importations (30 à 35 % par an) ; en 1978, les revenus augmentent (à cause d’une production accrue) et dépassent 9 milliards de dollars, alors que les importations diminuent du fait de la politique de stabilisation. Le Kuwait dispose donc d’un important excédent courant, de l’ordre de 3 à 4 milliards de dollars par an entre 1974 et 1978.

1372) Le poste le plus significatif de la balance kuwaitienne est le solde positif important et rapidement croissant des revenus des capitaux. Selon le F.M.I., les revenus des capitaux sont passés de 834 millions de dollars en 1973 à 2 285 millions de dollars en 1976 et plus de 3 milliards en 1978. Il est intéressant de noter que les revenus de capitaux (limités à ceux qui figurent dans la balance des paiements) représentent, dès 1976, près de 25 % du montant des revenus pétroliers. La balance globale des services et revenus de capitaux du Kuwait est positive.

138Ces revenus élevés résultent d’une gestion qui « malgré quelques erreurs, apparaît plutôt comme une réussite », en fonction de la combinaison des objectifs rentabilité-sécurité. Les Kuwaitiens ont, dès 1961 (création du Fonds Kuwaitien de Développement), pris soin de distinguer les utilisations « politiques » (redistribution de solidarité, aides et dons à fins politiques, ce qui n’implique pas absence de critères économiques) et les opérations à objectif financier. La gestion financière retiendra ici notre attention. Les actifs étrangers du Kuwait se sont rapidement accrus depuis 1973 et dépasseraient largement, en 1979, 30 milliards de dollars (à comparer avec les 4 ou 5 milliards de 1973). Pour moitié, ces actifs seraient placés sous forme de titres et participations, et pour moitié en instruments du marché monétaire, la part des actifs liquides proprement dits ne dépassant pas 10 % du total à la fin de 1976. Les pertes de change entraînées par les dévaluations du sterling, puis les dépréciations du sterling et du dollar, jointes à l’efficacité des structures monétaires et financières mises en place depuis 15 ans, expliquent cette part réduite des actifs liquides.

1393) Les structures monétaires et financières du Kuwait sont assez spécifiques. Étroitement articulées sur le système monétaire et financier mondial, elles n’en ont pas moins une certaine autonomie. Comme dans tous les États de la région, la gestion du capital « public » et celle du capital des particuliers (y compris celui des membres de la famille régnante) ne font pas l’objet de distinctions très claires. Les traits suivants nous paraissent intéressants à souligner :

  • Les responsabilités financières sont pratiquement interdites aux non-Kuwaitiens, les banques étrangères ont été mises sous contrôle kuwaitien et, contrairement à la situation dans les Émirats par exemple, la création de banques et institutions financières nouvelles est étroitement limitée, voire totalement interdite.

  • Le « Fonds de Réserve », géré par le Ministre des Finances, est chargé, en quelque sorte, de capitaliser la rente pétrolière pour les générations futures. Il reçoit une partie importante des excédents gouvernementaux. Conseillé par les cinq membres britanniques du Kuwait Investment Office créé à Londres en 1964 et par les experts de diverses nationalités de l’International Financial Advisory Committee for Kuwait, il gère les réserves liquides et a constitué des portefeuilles d’actifs financiers. D’autres fonds du gouvernement sont confiés aux institutions financières privées ou semi-publiques (en particulier la K.F.T.C.I.C. : Kuwait Foreign Trading Contracting and Investment Company, fondée en 1964 et à capitaux d’État pour 80 %).

  • Les banques privées et les institutions financières publiques, semi-publiques et privées kuwaitiennes disposent, depuis 1966, d’une filiale commune londonienne (United Bank of Kuwait) qui opère en particulier pour leur compte sur le marché monétaire. A côté des institutions anciennes établies : K.F.T.C.I.C, K.I.C. (Kuwait Investment Company), ayant une filiale à Genève et s’orientant plutôt vers les placements fonciers aux États-Unis à côté de ses interventions sur les émissions obligataires, K.I.I.C. (Kuwait International Investment Company), on voit se multiplier les établissements financiers, soit orientés vers les marchés d’euro-placements, soit à orientation bancaire plus traditionnelle. Les participations kuwaitiennes aux banques ou institutions mixtes euro-arabes, américano-arabes, ou les créations d’institutions kuwaito-occidentales, se multiplient. L’insertion des fonds kuwaitiens dans les circuits financiers internationaux présente donc incontestablement des traits spécifiques qui leur confèrent une coloration propre et une certaine forme d’autonomie, et ces fonds rapportent désormais des dividendes importants constituant une rente financière significative.

140Malgré l’abondance des capitaux, certains problèmes de financement interne sont difficiles à résoudre et on constate en particulier dans le domaine industriel une insuffisance du financement interne à moyen et long termes. L’effondrement de la bourse des valeurs fin 1976 (le gouvernement a racheté 450 millions de dollars de titres pour sauver de la ruine de nombreux spéculateurs), l’ampleur de la spéculation foncière et immobilière (sur les 4 milliards de dollars du budget d’investissement de 1976-77, première année du plan 1977-1981, plus du tiers sera consacré aux achats de terrains), expriment la difficulté rencontrée par la structuration des activités financières internes. La création de l’Industrial Bank of Kuwait ne constitue qu’un élément de réponse aux besoins de financement des activités industrielles intérieures, ses prêts étant peu diversifiés vers les petites entreprises. Ainsi, paradoxalement, les emprunteurs kuwaitiens s’adressent au marché international, sur lequel ont été émis plusieurs petits emprunts obligataires (cette question sera évoquée ci-dessous). L’autre élément de réponse est la tentative de développement du marché des capitaux par création d’une institution traitant des actifs secondaires. Cette tentative s’inscrit dans un contexte plus général de création d’un marché financier local kuwaitien et régional, dont nous analyserons les perspectives dans la prochaine section.

С – Quelques perspectives sur les excédents saoudiens

141Par sa dimension comme par la nature des réponses qui lui sont apportées, et les perspectives beaucoup plus nettement politiques dans lesquelles il s’insère, le problème des excédents saoudiens est fort différent de celui posé au Kuwait. Politiquement et financièrement, l’Arabie Saoudite est beaucoup plus directement insérée dans le système mondial, par l’intermédiaire de relations privilégiées entretenues avec les États-Unis, que ne l’est le Kuwait.

1421) Les excédents saoudiens sont extrêmement importants du fait du volume considérable de la production, qui dépasse très largement les possibilités de dépense, même démesurément hypertrophiées par le gonflement des devis et la volonté de puissance. Bien que « réduit » en 1978, l’excédent commercial dépasse 18 milliards de dollars, auxquels s’ajoutent les revenus des investissements et du pélerinage (4 à 5 milliards). Une fois déduite l’aide à de nombreux pays clients ou assistés, il reste encore 10 à 15 milliards d’excédents financiers (13 milliards est le chiffre avancé le plus souvent). Les avoirs cumulés de l’Arabie Saoudite atteindraient, en 1979, 65 à 70 milliards de dollars. Les hausses de fin 1979 et début 1980 devraient entraîner leur croissance très rapide.

1432) La gestion de ces excédents est à la fois un secret politique, une affaire essentiellement américaine et la manifestation d’une persistance remarquable de la préférence pour la liquidité. L’article déjà cité du Herald Tribune insiste sur le caractère de véritable secret stratégique que revêt la gestion des avoirs saoudiens aux États-Unis. Diverses analyses du Financial Times et de Euromoney illustrent certains aspects de ces secrets. Les raisons fondamentales pour lesquelles les placements américains de l’Arabie Saoudite ne peuvent être l’objet de publicité sont très évidentes pour les deux parties. Pour l’Arabie Saoudite, le fait que 35 à 40 milliards de dollars aient été déposés par elle aux États-Unis peut apparaître comme une provocation aux yeux du Tiers-Monde, et du monde arabe en particulier. Pour les États-Unis, il y a tout autant intérêt à ne pas mettre en évidence l’importance des bons du Trésor acquis par l’Arabie Saoudite (25 à 30 milliards de dollars) et le potentiel d’intervention sur le marché monétaire américain qu’ils représentent.

1443) L’interpénétration entre les capitaux saoudiens et le capital américain ne se limite pas au soutien du Trésor américain (malgré les pertes qui peuvent être encourues en cas de dépréciation du dollar). On note en effet que les capitaux saoudiens ainsi affectés libéraient des capitaux américains, qui pouvaient, de ce fait, recevoir d’autres affectations, ce qui permit le maintien de taux d’intérêt bas aux États-Unis. De plus, les liens directs et personnels entre la S.A.M.A. (Agence monétaire saoudienne) et certaines grandes banques américaines (First National City Bank, Chase Manhattan Bank, Morgan Guaranty Trust) assurent le transit par celles-ci de fonds importants investis par les Saoudiens sur les euromarchés. Une cinquantaine de banques, essentiellement américaines, figurent sur la « liste » des établissements (il y en aurait en fait entre 54 et 58) autorisés à recevoir des dépôts à court terme saoudiens (essentiellement des certificats de dépôts). La stratégie globale d’investissement est élaborée par un comité se réunissant quatre fois par an autour du ministre des finances de l’Arabie Saoudite et se composant de trois banquiers internationaux : le directeur de Robert Fleming and Co, un ancien président de l’Union de banque suisse et un ancien président de la Morgan Guaranty Trust. Une dizaine de banques, gérant des portefeuilles de 100 à 200 millions de dollars, interviennent sur le marché des euro-obligations (et gèrent un petit portefeuille d’actions) pour le compte des Saoudiens. Dans le cas d’achat d’actions, il y a instructions impératives de ne pas contrôler plus de 5 % des parts d’une société.

1454) La préférence pour le court terme reste manifeste, même si elle assure mal la protection contre l’inflation. Selon le gouverneur de la S.A.M.A., M. Qubaishi, pour diverses raisons, les Saoudiens n’auraient, de toutes façons, guère d’autre choix pour l’instant. La prise de participation massive, ou même localisée, dans les industries américaines ou européennes n’a pas eu lieu, et les contrôles directs du capital industriel restent très limités. Une partie importante des avoirs saoudiens restent directement liquides, sous forme de réserves, essentiellement en dollars, mais leur montant est mal connu. Une brusque chute, fin 1978, de 28 à 19 milliards de dollars dans les statistiques du F.M.I., n’a pas été clairement justifiée : il y aurait à la fois retrait de 2 ou 3 milliards pour couvrir le « déficit budgétaire » et changement de nomenclature pour le reste. Les chiffres de 25-30 milliards indiquent des ordres de grandeur.

146Du point de vue technique, il semble bien qu’un autre poste, intitulé « SAMA investment » par le F.M.I. (et, en français, « autres avoirs de l’AMAS »), ait été spécialement créé en février 1977 par le F.M.I. pour enregistrer une fraction importante d’avoirs extérieurs saoudiens, en fait pratiquement liquides. Ce poste représentait, pour la dernière période de son évaluation rétrospective, 25 milliards de dollars (1er trimestre 1977). Selon les informations d’un « banquier bien informé », reprises par Euromoney, ces « investissements » de la S.A.M.A. seraient en réalité composés pour 70 % (l7,5 milliards sur 25) de fonds liquides (dépôts à vue, à très court terme et bons à échéance de 6 mois à moins de 5 ans) et de certificats de dépôts de même échéance. Pour 4 milliards, il s’agirait d’obligations et de titres primaires ou secondaires, et pour 3,5 milliards, de placements privés dans certains pays ou dans des entreprises (pour 700 millions).

1475) Si la projection extérieure du capital saoudien reste encore directement déterminée par les structures financières, à dominante américaine, dans lesquelles il s’insère, la structuration interne du secteur financier ne se développe que très lentement. Malgré le ralentissement des réalisations du plan (142 milliards de dollars, on le sait, doivent être dépensés, mais l’année 1978 a été marquée par une restriction budgétaire et un contrôle plus serré des dépenses), les besoins internes du crédit à moyen et long terme sont mal couverts, comme au Kuwait, par les structures bancaires existantes. La politique financière saoudienne paraît assez contradictoire. La « saoudisation » des banques étrangères (participation saoudienne de 60 %) s’est achevée avec celle de la City Bank, et le gouvernement voudrait créer un marché des capitaux, mais une seule banque (Saudi Investment Banking Corporation) a été créée depuis 23 ans, en sus des 12 déjà existantes. Un marché du rial saoudien se crée, mais essentiellement à Bahrain, comme nous le verrons ci-dessous. Les banques « saoudisées » restent étroitement associées aux anciennes banques auxquelles elles succèdent (c’est le cas, par exemple, de la banque Al Saudi Al Fransi, ex-banque Indo-Suez).

148Il semble donc que l’Arabie Saoudite éprouve de grosses difficultés, malgré ses capitaux énormes, à construire un système financier qui puisse rechercher une certaine autonomie et jouer pleinement son rôle dans les structures financières arabes en gestation dans la région. Maintenant qu’elle est administrateur du F.M.I., l’Arabie Saoudite doit impérativement consolider son « image financière ». La difficulté de trouver des Saoudiens compétents en nombre suffisant n’est pas le moindre des obstacles rencontrés.

D – Les excédents des Émirats et du Qatar

1491) Si le Qatar fait toujours partie des « pays pétroliers à excédent », la stabilisation de sa production à un niveau assez faible (23,5 millions de tonnes en 1978) et l’ampleur de ses programmes de dépenses et d’investissement ont réduit considérablement l’importance de son solde courant de la balance des paiements, l’excédent de 1978 étant nettement inférieur à 1 milliard de dollars (1,667 milliard en 1974). Une agence monétaire du Qatar joue le rôle, pour partie, de banque centrale, et est l’agent financier du gouverment, comme la S.A.M.A. en Arabie Saoudite. Sur les 12 banques installées à Qatar, 10 sont étrangères et assurent l’intégration des faibles excédents qatariotes dans le système mondial. L’émir de Qatar n’hésite pas, par ailleurs, à emprunter sur le marché international pour le financement de certains de ses grands projets industriels. On espère qu’en 1990, 20 % des revenus de l’État proviendront de l’industrie (la rente financière à long terme devrait rester assez limitée, contrairement au Kuwait). Les placements extérieurs sont donc conçus dans un souci de rentabilité et de sécurité, à moyen terme, et réalisés par l’intermédiaire du Qatar Investment Board, qui gère 10 portefeuilles dans 7 pays occidentaux : 50 % de ces portefeuilles seraient constitués d’actions, et moins de 10 % seraient en dollars. La valeur totale de ces actifs n’est pas rendue publique.

1502) Les Émirats Arabes Unis se trouvent, à bien des égards, dans une situation très différente des cas précédemment évoqués. A la tête de revenus correspondant à peu près à ceux du Kuwait (96 millions de tonnes de pétrole en 1978), ils n’ont ni l’expérience, ni la structure financière, ni la cohésion administrative, qui permettent au Kuwait d’adopter des structures et des comportements révélant une certaine spécificité. Sur bien des points, la politique des Émirats, marquée par la suprématie du shaykh Zâyid d’Abu Dhabi (qui contrôle 85 % des revenus pétroliers) et sa rivalité avec shaykh Râshid de Dubayy (qui ne dispose que d’environ 1,5 milliard de dollars par an, mais c’est lancé avec impétuosité, nous l’avons vu, dans une ambitieuse politique de modernisation et d’industrialisation) est contradictoire. Le problème de la répartition interne des revenus dans la fédération entre Abu Dhabi et les autres Émirats est sans cesse posé, et est au centre d’un conflit permanent relatif au renforcement de la Fédération. En même temps, Abu Dhabi consacre une part très importante de ses revenus aux prêts et dons extérieurs. Enfin, avec 800 000 habitants au total, et plus de 8 milliards de revenus, les E.A.U. dans leur ensemble sont largement excédentaires, mais Dubayy est lourdement endetté. Leurs problèmes internes et externes sont ceux d’un microcosme représentatif des contradictions et potentialités de l’ensemble de la péninsule.

151Le système bancaire, dont on a vu la relative exiguïté en Arabie Saoudite et au Kuwait, est ici extraordinairement hypertrophié, du fait de la concurrence entre émirs pour attirer les banquiers (ceci explique les difficultés de création d’une Banque centrale, dont le projet est rédigé depuis 2 ans). Il existe 52 banques (dont 31 étrangères) avec 350 branches (dont 245 étrangères), alors qu’en 1973, il y avait 30 banques avec 120 branches : le « taux de bancarisation », de loin le plus élevé du monde, dépasse une banque pour 2 500 habitants. Sur la douzaine de banques qui recueillent l’essentiel des dépôts, l’une est détenue à 30 % par la Chase, une autre est la British Bank of the Middle East, une autre la City Bank... Il n’existe pas encore de banque centrale et, en juin 1977, deux banques locales, imprudemment engagées dans des opérations de « prêts longs et d’emprunts courts » durent suspendre leurs activités. Cette « crise » reflétait la situation d’ensemble de « remise en ordre » et de ralentissement de l’expansion (et de la spéculation) que connaissent les Émirats après des années de véritable « explosion ». Depuis lors, le « Currency Board » s’efforce d’imposer une certaine discipline bancaire, mais la question est difficile à résoudre, et la récession relative rendait précaire l’équilibre de nombreux établissements lorsque, fin 1979, survint la hausse des prix du pétrole, qui ne manquera pas d’entraîner une relance de l’activité : celle-ci passe essentiellement, en effet, par une augmentation des dépenses publiques (à Abu Dhabi) et des subventions aux émirats sans pétrole.

152Les banques installées sur place se livrent surtout aux opérations commerciales et foncières (70 % des crédits vont au commerce et à la construction), alors que les fonds disponibles pour des opérations à long terme sont rares. Outre le rôle du Fonds d’Abu Dhabi pour le développement économique arabe (équivalent du Fonds kuwaitien), les placements extérieurs sont opérés par l’intermédiaire des banques et institutions étrangères, dont l’interlocuteur est l’Abu Dhabi Investment Authority, qui gère les revenus pétroliers. Les tentatives pour créer dans les Émirats une place financière internationale, rivale de celle de Bahrain, n’ont guère eu de succès jusqu’ici. Par contre, on voit se créer des institutions de placement et de gestion, comme Abu Dhabi Investment Company (60 % à l’État, 10 % à National Bank of Abu Dhabi, privée, 30 % dans le public), qui développent des activités du type de celles de la Kuwait Investment Company, et interviennent (avec la National Bank of Abu Dhabi) dans de nombreuses émissions d’euro-crédits et euro-obligations.

Section III – A LA RECHERCHE D’INSTRUMENTS FINANCIERS ARABES SPÉCIFIQUES : RÔLE DÉTERMINANT DES ÉTATS DE LA PÉNINSULE

153La hausse des revenus pétroliers en 1973-1974 a fait se multiplier les recommandations et les initiatives en faveur d’une politique financière utilisant efficacement « l’argent du pétrole », notamment au profit des pays arabes et des causes qu’ils soutenaient. L’expérience a révélé que les obstacles, sur la voie d’une monnaie et d’un marché financier arabes, étaient d’autant plus grands que leurs promoteurs désiraient des institutions autonomes à l’égard du système monétaire et financier international. La recherche d’instruments spécifiques de la « finance arabe » n’a donc pas abouti à des créations spectaculaires ni à des ruptures nettes avec les circuits du « recyclage » dont la logique dominante reste inchangée (et efficace). Les obstacles politiques ont certainement joué un rôle aussi grand que les difficultés techniques dans une telle stabilisation par intégration. Cet échec apparent des perspectives les plus ambitieuses ou les plus révolutionnaires ne doit pas cependant conduire à la conclusion que rien ne se passe et que les pays de l’OPEP, les pays arabes excédentaires de la péninsule en particulier, restent des enjeux passifs (et satisfaits) dans la grande stratégie financière mondiale. Nous avons noté, parmi les tendances observables, la mise en place dans divers pays de structures financières plus complexes, et susceptibles de mettre en œuvre des comportements plus autonomes. En prenant un peu de recul par rapport aux pays concernés et aux évolutions en cours, on peut dégager, semble-t-il, trois tendances qui peuvent, d’une manière ou d’une autre, renforcer les possibilités d’une autonomie plus grande, et rendre plus effective la solidarité financière entre les pays excédentaires et les autres : le rôle croissant des banques arabes de la péninsule et des banques mixtes dans le financement international, le développement de places financières arabes et d’émissions en monnaies des États arabes, enfin, la création du Fonds monétaire arabe. Ces développements ne signifient pas en eux-mêmes que l’autonomie financière arabe s’accroît, mais que les instruments se mettent en place, qui permettent une présence et une intervention plus efficace, éventuellement dans une perspective différente de celle d’aujourd’hui.

A – L’expansion des banques arabes et des banques mixtes

154L’association des capitaux arabes avec des banques européennes et américaines, pour développer des consortiums arabes internationaux, se réalise, dès 1969, avec la création, sous l’égide de la Société générale, de la Frab Bank, création qui fut rapidement suivie de celle de l’UBAF (l970), sous l’impulsion du Crédit lyonnais (rappelons que 20 pays arabes participent au capital de l’UBAF, qui a créé plusieurs banques associées, dont l’une au Japon). Le mouvement s’est accéléré en 1975 et 1976, le nombre de banques de ce type est désormais extrêmement important et leur activité est grande, en particulier sur les euro-marchés. Il existe d’ailleurs des consortiums purement arabes, tels que l’Arab International Bank, créée en 1973, et dont l’actif s’élevait, milieu 75, à 273 millions de livres. Banques et institutions financières arabes jouent ainsi un rôle croissant sur le marché international, en particulier sur le marché des euromonnaies et des euro-obligations, qui se trouve par ailleurs indirectement alimenté, pour des sommes très importantes, par les capitaux arabes transitant par les filiales « off shore » des banques américaines. La participation des banques arabes comme co-contractants dans les émissions d’euro-obligations a fait l’objet d’un recensement par la revue Euromoney (août 1977). Entre le début de 1974 et mai 1977, 147 émissions internationales, représentant 4,2 milliards de dollars, ont eu des co-émetteurs arabes. Plus de la moitié (2,6 milliards) étaient libellées en dollars, 7 % en Deutsch Marks, 20 % en dinars du Kuwait ou dirhams des E.A.U., le reste en d’autres monnaies. Pour l’essentiel, les capitaux provenaient des pays de la péninsule, dont l’intervention directe a continué à s’accroître en 1978, avec l’extension des interventions d’Abu Dhabi, qui a été « lead manager » de dix émissions en euro-devises en 1978, pour un montant de 1,772 milliard de dollars, par l’intermédiaire de Abu Dhabi Investment Company, tandis que la National Bank of Abu Dhabi accroîssait ses activités.

155Les interventions les plus importantes sur les euromarchés restent cependant celles des « trois К » : les trois grandes institutions financières « classiques » de Kuwait, Kuwait Investment Company (KIC), Kuwait Foreign Trading and Contracting Company (KFTCIC) et Kuwait International Investment Company (KIIC). Ces trois institutions sont souvent chefs de file et, plus souvent encore, co-participants de très nombreuses émissions, dont certaines, en nombre croissant, libellées en dinars kuwaitiens. On notera avec intérêt que la KFTCIC (qui a été fondée en 1965 et appartient pour 80 % au gouvernement kuwaitien) s’est d’abord spécialisée dans des prises de participation dans des entreprises des pays en développement, mais s’est ensuite réorientée vers les économies des pays industrialisés.

156Les banques commerciales locales, dont nous avons noté précédemment le rapide développement, sont impliquées de manière croissante dans les émissions d’euro-obligations et les syndicats d’émission : c’est le cas, par exemple, de la National Bank of Kuwait ou de la National Commercial Bank of Saudi Arabia. Cette dernière pallie ses insuffisances en expérience et en personnel par un contrat de gestion avec la First Boston ; de la même façon, la Qatar National Bank s’est rapprochée de la Chase Manhattan. On pourrait ainsi multiplier les exemples, mais il suffit, pour notre propos, d’expliciter cette tendance à l’accroissement de la présence directe des capitaux arabes de la péninsule sur les marchés financiers internationaux, parallèlement aux circuits indirects, passant par les banques multinationales.

В – Places financières arabes et émissions en monnaies des États de la péninsule

157Plusieurs facteurs jouent en faveur de la création de places financières dans la région du Moyen-Orient arabe, ces places financières étant amenées à développer l’utilisation des monnaies locales, en attendant la création de la monnaie arabe (que nous examinerons au point С ci-dessous). Il y a un objectif de diversification économique, prenant la forme d’un secteur tertiaire actif, utilisant la « matière première », la plus commune de la région avec le pétrole : l’argent. Il y a aussi le souci de mieux contrôler une partie croissante de ces capitaux et de répondre aux besoins spécifiques de la région, notamment en moyens de financement à moyen et long termes. On peut enregistrer encore le souci de se protéger contre la dépréciation du dollar, tout en obtenant des taux d’intérêt supérieurs à ceux qui peuvent être obtenus à l’intérieur des pays considérés. Deux tendances, plus ou moins contradictoires, se manifestent : d’une part, le désir de créer des places financières « off shore », localisées dans la région, mais n’y opérant pas de manière spécifique : l’équivalent, au Moyen-Orient, des Bahamas ou de Singapour ; il y a dans ce cas-là insertion totale dans le marché financier international. Une deuxième tendance conduit à envisager des marchés financiers régionaux, plus spécialement orientés vers le financement régional et l’utilisation des monnaies locales, dont le rôle dans un développement plus solidaire de la région reste à définir. Les conflits d’hégémonie qui agitent la région ne manquent pas de réagir sur les localisations et les options prises, le retard des structures financières de l’Arabie Saoudite étant un élément important dans les développements récents dont nous pouvons évoquer les aspects les plus caractéristiques.

1581) La question des localisations. L’expérience montre qu’une place financière ne se décrète pas, ou tout au moins que des décisions administratives et politiques ne sont en aucun cas des conditions suffisantes pour le succès. Tout un environnement et, parfois, des concours de circonstances heureux ou malheureux jouent un rôle souvent décisif. En 1973-1974, quatre localisations paraissaient privilégiées pour attirer et redistribuer le capital arabe : Kuwait, seul pays à fort excédent disposant d’une expérience et de structures favorables, Bahrain, Beyrouth et Le Caire, qui, à des titres divers, avaient une vocation régionale à drainer et rediffuser une partie des capitaux pétroliers. En raison de la guerre civile, l’extension du rôle de Beyrouth a évidemment été remise en cause. Quant à l’Egypte, pour de multiples raisons, et avant même la rupture officielle avec les pays arabes, elle n’a pu hisser Le Caire au rang de place financière importante dans le cadre régional. Pour l’essentiel, deux localisations émergent : Kuwait et Bahrain. Leurs objectifs et leurs politiques sont cependant très différents.

1592) Kuwait ne cherche pas, comme Bahrain, Amman, Le Caire ou Beyrouth, à devenir une place financière internationale au sens large du terme. Comme nous l’avons noté, les banques commerciales étrangères ne sont pas admises, même en participation minoritaire ; une seule, la Bank of Bahrain and Kuwait, qui est à 50 % bahraini, a été admise, en contrepartie d’une installation à Bahrain de la United Bank of Kuwait. L’objectif de « Kuwait place financière » est de développer un marché des capitaux à partir de ses propres institutions et de ses propres ressources. Divers signes révèlent que cette ambition commence à se réaliser, et des mesures efficaces sont prises à cette fin. La limitation des taux d’intérêt sur les comptes en D.K. (dinars kuwaitiens) a été élevée de 7 à 10 % en 1977, et l’obligation de dépôts auprès de la Banque centrale permet un contrôle du crédit. Une bourse des valeurs a été officiellement organisée en 1977, et les valeurs kuwaitiennes sont réservées aux seuls Kuwaitiens. Cette organisation structurée fait suite à un effondrement du marché informel, en 1976, après une vague de spéculation, surtout foncière. Le gouvernement avait dû alors avancer 450 millions de dollars pour éviter la panique. Les compagnies d’assurances, agents de change, opérateurs en valeurs mobilières, banques d’affaires, constituent les diverses composantes d’une place financière active.

160Les évolutions les plus récentes concernent la création (par l’Industrial Bank of Kuwait et la K.I.I.C.) d’un organisme financier spécialisé dans la négociation des titres secondaires : l’A.C.T.S. (Arab Company for Trading Securities). De même, se développe un marché des certificats de dépôts en dinars kuwaitiens (même non réescomptables par la Banque centrale). L’ambition des responsables est de développer un marché des titres libellés en d’autres devises de la région. Un des obstacles permanents au développement financier est l’absence de crédit interne à moyen et long termes (l’Industrial Bank of Kuwait est loin de pouvoir répondre aux besoins) et le plafonnement des taux d’intérêt créditeurs : ceux-ci sont plus bas à Kuwait qu’à l’extérieur. Pour surmonter ce blocage, la tendance actuelle est à une libéralisation des taux pour les gros dépôts, supérieurs à 250 000 D.K., de façon à éviter leur conversion systématique en devises étrangères, et assurer une plus grande liquidité interne. De même, en 1978, pour lutter contre l’évasion des D.K. vers les banques « off shore » de Bahrain, la Banque centrale a accru l’obligation de liquidité des banques locales.

161Cet accroissement des avoirs en dinars kuwaitiens détenus par les banques locales conduit à un accroissement du financement du commerce international (importations kuwaitiennes) en monnaie locale et s’accompagne d’une extension rapide des émissions d’obligations et de bons libellés en dinars kuwaitiens. Dès 1968, le premier emprunt de la Banque Mondiale en monnaie non européenne ni américaine est fait en dinars kuwaitiens. A partir de 1970, les prêts officiels et les émissions privées libellés en D.K. se multiplient et leur montant cumulé dépasse, fin 1977, l’équivalent d’un milliard de dollars (pour plus de 40 émissions, dont la plupart sont traitées sur le marché secondaire, en particulier par l’intermédiaire de l’A.C.T.C., dont la création début 1977 a été signalée ci-dessus). En 1978, 18 émissions en D.K., représentant 154 millions de D.K. (soit 330 % de plus qu’en 1977), ont été réalisées, certains emprunteurs étant considérés « de première catégorie », comme la ville d’Oslo. Fin 1978, le montant cumulé des émissions en D.K. atteignait 442,7 millions de D.K., dont 90 % vers l’étranger ; 5 émissions (45 millions de D.K.) avaient été dirigées vers le marché local.

162Si donc on ne peut encore considérer que « l’industrie bancaire » est suffisamment développée au Kuwait pour qu’on puisse y voir une véritable place financière, des éléments fondamentaux d’une telle évolution se mettent en place progressivement et sûrement.

1633) Bahrain dispose d’un secteur financier « classique » relativement développé et solide, avec 19 banques, dont une seule totalement nationale, deux mixtes, quinze arabes et étrangères et une « banque islamique ». Ce secteur n’appelle pas de remarques particulières. Ce qui constitue la spécificité de Bahrain est l’« O.B.U. », Off Shore Banking Unit.

164Le point de départ en est la possibilité, offerte en octobre 1975 par la B.M.A. (Bahrain Monetary Agency), de créer à Bahrain des banques « off shore » destinées à opérer vers l’extérieur (sauf pour certains financements à long terme jugés indispensables à Bahrain). Après un début hésitant, la tentative rencontre du succès. Mi-1979, 50 banques sont installées sous le statut « O.B.U. ». Leur actif total atteint, fin 1978, l’équivalent de 23,5 milliards de dollars, dont 15,5 milliards en dollars et 7,5 en monnaies locales. La moitié des activités sont en provenance et à destination des pays arabes dans leur ensemble, mais les États de la péninsule en représentent l’essentiel.

165Le marché à terme du riyal saoudien constitue 20 % de ces activités. Ce développement d’un marché à terme du riyal saoudien, matière première d’une fraction significative de l’industrie bancaire de Bahrain, a été favorisé par l’obligation, faite aux titulaires de contrats saoudiens, de déposer d’importantes cautions en riyals saoudiens, qu’ils empruntent à terme à Bahrain, les banques établies en Arabie Saoudite ne pouvant les fournir. Par ailleurs, de nombreux dépôts en riyals saoudiens, fuyant la dépréciation du dollar, ont afflué vers les banques établies à Bahrain. Un développement bancaire plus poussé de l’Arabie Saoudite et un changement de politique de la S.A.M.A. pourraient donc représenter un risque grave pour Bahrain (pour l’instant, le fait que deux banques saoudiennes soient bien placées dans la zone franche montre que le risque n’est pas immédiat).

166Le marché du D.K. reste très réduit (4 % du volume des affaires), mais certains observateurs estiment qu’il y a « un effort concerté des banques de Kuwait pour éliminer Bahrain ». En fait, le problème majeur est l’étroitesse des marchés de monnaies locales, qui sont essentiellement alimentés par les dépenses publiques (70 à 75 % de l’offre de riyals saoudiens est d’origine gouvernementale, la proportion est sans doute plus forte pour le dirham des E.A.U.). Tout marché régional est donc vulnérable et ne peut survivre que s’il offre une qualité de services inconnue ailleurs. Ce peut être pour Bahrain une chance de conserver l’avance qu’il a prise. Trois facteurs jouent en sa faveur : la facilité et la qualité des communications (telex, téléphones, desserte aérienne par 27 compagnies) et des commodités de séjour (hôtels...), le sérieux du contrôle exercé par la Bahrain Monetary Agency (toutes les banques installées sont solides et reconnues), enfin, la situation géographique fait que la plupart des grandes banques veulent « se placer » sur un marché qui opère la liaison entre le marché arabe et les marchés internationaux et qui fonctionne avant la fermeture de Tokyo et après l’ouverture de New York. Bahrain est donc la première place financière de la région, mais apparaît davantage comme « le Singapour du Moyen-Orient » que comme le foyer d’une intégration financière régionale spécifique.

167Il est difficile d’apprécier les avantages que procure à un pays d’accueil l’installation d’une zone franche financière du type de celle de Bahrain. Une étude récente de la Banque mondiale a cependant présenté une évaluation des gains directs imputables aux opérations bancaires « off shore » de quelques places financières. Les dépenses totales à Bahrain représenteraient entre 20 et 40 millions de dollars en 1977, et entre 37 et 50 millions en 1978 (salaires des personnels et autres dépenses). Sans être considérables, ces chiffres n’en représentent pas moins une contribution substantielle pour une économie de faible dimension comme celle de Bahrain.

С – Recherche d’une intégration monétaire et Fonds monétaire arabe

168L’évolution financière que connaît la région du Moyen-Orient et les nouvelles structures qui se mettent en place renforcent la « présence » du capital pétrolier arabe dans les institutions financières et les mécanismes internationaux. Le dollar reste cependant la monnaie dominante, tant pour le placement des excédents que pour la détention des réserves et les réglements du commerce extérieur. Les tentatives en vue d’une « monnaie arabe » n’ont guère dépassé, jusqu’ici, le stade des pétitions de principe ou de la prospective. La création du Fonds monétaire arabe (F.M.A., créé le 27 avril 1976) et le début de son fonctionnement (1977) peuvent cependant apparaître comme une étape importante.

1691) De nombreux obstacles se dressent devant toute tentative d’unification monétaire, tout spécialement lorsque les distorsions économiques et les clivages politiques sont très marqués. Les difficultés rencontrées par toutes les démarches en vue de l’unité monétaire de la Communauté européenne, et leur total échec, suffiraient à rendre compte des illusions des partisans d’une unification monétaire arabe dans de brefs délais. Nous voudrions rappeler rapidement quelques-uns des obstacles essentiels.

170Une monnaie commune ne peut être que l’expression d’une politique commune, non un moyen de créer celle-ci. En particulier, elle ne peut être conçue en privilégiant les relations de la zone monétaire envisagée avec l’extérieur, plutôt que les conditions de la circulation interne. Jusqu’ici la plupart des perspectives de « monnaie arabe » concernaient le remplacement du dollar pour le paiement du pétrole ; il ne peut s’agir là que d’un aspect dérivé de l’utilisation de la monnaie commune pour la circulation interne des capitaux.

171On rejoint alors un second aspect déterminant de la question : quel est l’espace de solidarité et la logique organisatrice de l’espace dans lequel circule la monnaie ? Il existe au moins trois, ou même quatre, espaces conflictuels : un espace international à dominante dollar, qui est l’espace du commerce du pétrole et celui des placements des excédents ; l’espace de solidarité entre pays producteurs de pétrole, spécialement les pays arabes, qui pourrait donner naissance à une « monnaie-marchandise à base pétrolière », ou encore « monnaie du Golfe » ; enfin, l’espace de solidarité arabe, ou même islamique, où la logique monétaire serait celle de la circulation, et dont il faut définir les conditions d’articulation sur l’espace monétaire mondial. Si l’on tient compte à la fois des conflits entre les espaces et des conflits d’hégémonie et d’orientation politique à l’intérieur de chacun d’eux, on se rend vite compte de l’ampleur des problèmes à surmonter.

172C’est par la recherche d’unités de compte que s’effectue généralement la première étape d’une spécificité monétaire. Depuis juin 1975, les pays exportateurs de pétrole ont adopté le DTS, unité de compte du F.M.I., correspondant à un « panier » de monnaies, pondérées par leur importance dans le commerce international, pour évaluer les prix du pétrole. Le DTS permet de minimiser les chutes éventuelles du dollar, mais ne constitue cependant en aucun cas un « étalon de valeur invariable ». Les paiements sont, de toutes façons, effectués en dollars, dont le pouvoir d’achat subit l’érosion que l’on connaît. Périodiquement, lorsque s’accélère la chute du dollar, des propositions sont faites pour qu’une monnaie de paiement spécifique soit adoptée. Une des dernières en date remonte à mars 1978, lorsque l’émir du Qatar a suggéré que, pour limiter les pertes dues à la baisse du dollar, une monnaie du Golfe soit utilisée pour les paiements. Une « monnaie du Golfe » pourrait en effet être une solution intermédiaire vers la « monnaie arabe », et il serait intéressant d’étudier l’évolution de la question. Pour l’instant, le dollar reste la monnaie de paiement, le DTS, la monnaie de compte, l’un et l’autre totalement liés au système financier international.

173Il semble qu’une brève indication suffise en ce qui concerne le dinar islamique, monnaie de compte utilisée pour comptabiliser le capital et les opérations de la Banque islamique de développement. En fait, il s’agit tout simplement d’une dénomination symbolique du DTS, le D.I. se définissant comme équivalent du DTS. Dans une perspective à court et moyen termes, la création d’une « monnaie islamique » paraît devoir être écartée des hypothèses réalistes.

1742) Le Fonds monétaire arabe représente aujourd’hui la tentative la plus réaliste, parce que progressive et structurée, de développement d’une solidarité monétaire entre les pays membres. La création d’une « monnaie-pétrole » par les P.E.P. n’est d’ailleurs pas incompatibles avec les objectifs et les statuts du Fonds, comme le mentionnait explicitement M. Mahmoud Riad, secrétaire général de la Ligue arabe, lors de la première réunion du F.M.A., à Abu Dhabi, en avril 1977. La place nous manquant pour analyser en détail les objectifs et les structures du F.M.A., on présentera en quelques lignes les aspects essentiels, compte tenu des perspectives de cette étude.

175Créé par la Ligue arabe, le F.M.A. compte 20 États membres, et ne ressemble pas au F.M.I. par sa seule dénomination. Mis au point avec l’assistance de ce dernier, il est doté de statuts et se voit attribuer des objectifs qui ressemblent beaucoup à ceux du F.M.I.

176Pour l’essentiel, les droits de vote sont fonction des souscriptions au capital : l’Arabie Saoudite et l’Algérie sont, à égalité, les deux plus gros souscripteurs, avec 15,2 % des parts pour chacune ; les États de la péninsule possèdent les 2/5e des droits de vote, mais leur influence réelle est très supérieure à leur quota. Une monnaie de compte, le dinar arabe comptable (DAC), qui vaut trois DTS, est utilisée pour mesurer les souscriptions (le capital total étant de 250 millions de dinars arabes), et l’un des objectifs du Fonds est l’étude de l’extension de l’utilisation du dinar arabe comme monnaie de compte. Les premiers prêts du Fonds ont été accordés en 1978 (Égypte et Soudan), et on estimait qu’à la fin de 1979, près de 25 millions de DAC auraient été accordés.

177Le F.M.A. doit développer son action dans le sens d’une stabilité accrue et d’un rééquilibrage éventuel des balances des paiements des pays membres ; d’un développement de la solidarité financière par l’octroi de prêts et de garanties ; d’une concertation et d’une harmonisation croissantes des politiques économiques et financières des États membres. Comme c’est le cas pour le F.M.I., le F.M.A. peut définir et imposer des conditions assez strictes pour l’octroi de crédits aux pays déficitaires. A terme, l’un des objectifs est la création d’une monnaie commune.

178Ce bref résumé marque les limites aussi bien que les perpectives offertes par le F.M.A. Ce fonds peut contribuer à définir et mettre en œuvre une certaine spécificité du développement et de son financement dans le monde arabe. Son action sera limitée par les contradictions internes entre pays membres et par son étroite insertion dans les mécanismes internationaux du financement. Sa place dans les relations pays producteurs-pays non pétroliers du monde arabe, et dans les relations pays pétroliers-reste du Tiers-Monde, sera définie par la politique qu’il saura mettre en œuvre ; le rôle de ses grands financiers : les États pétroliers de la péninsule, sera déterminant à cet égard.

QUELQUES REMARQUES DE CONCLUSION SUR L’ÉCONOMIE DE SERVICES

1791) Nous avons insisté sur les aspects financiers de la recherche de diversification par les services, car ils nous paraissent constituer actuellement la tendance la plus intéressante. Le bilan est loin d’être négatif : on peut observer l’apparition et la structuration progressive de réseaux financiers, l’accession aux responsabilités, notamment à Kuwait, d’une nouvelle génération maîtrisant les techniques complexes de la finance internationale, la mise en place de mécanisme et d’instruments susceptibles de mieux contrôler les flux de revenus et de réduire leurs effets inflationnistes, l’accroissement sensible des revenus financiers provenant de l’extérieur, l’émergence, à Bahrain, d’une place financière internationale.

180Des lacunes importantes n’en subsistent pas moins, notamment en Arabie Saoudite et dans les E.A.U. De plus, le rôle des conseillers américains et européens et la présence des banques multinationales restent encore déterminants. La vraie question cependant est ailleurs, et tient à la pérennité possible d’une rente financière qui remplacerait la rente pétrolière. D’une part, en effet, l’essentiel des activités financières n’est-il pas une « retombée » des revenus pétroliers qu’il s’agit de remplacer ? D’autre part, la vision « d’États rentiers » est-elle réaliste et crédible à long terme ? La réussite du processus de diversification financière reste donc précaire et ambigüe.

1812) La diversification par les services est aussi orientée dans d’autres directions, qui ont été évoquées au cours de l’étude. On peut résumer dans cette conclusion les perspectives qui revêtent quelque consistance.

182a) Les activités maritimes « nationales » ou « régionales », relançant une très ancienne tradition, se développent rapidement. Kuwait apparaît comme le centre privilégié de telles activités. La Kuwait Shipping Company est devenue en 1976 une entreprise commune à Kuwait, l’Arabie Saoudite, Qatar, Bahrain, l’Irak et les E.A.U. : la United Shipping Company. Elle disposait de 61 navires fin 1978. Par ailleurs, l’O.P.A.E.P. a créé l’Arab Maritime Petroleum Transport Company (dont le siège est à Kuwait). Les pays du Golfe ont apporté la majorité du capital (fin 1978, l’A.M.P.T.C. disposait de 6 pétroliers, jaugeant 1,4 M t). D’autre part, la filiale maritime de la Kuwait Oil Transport Company (la K.O.T.C.) dispose d’une flotte assez importante. L’objectif est d’accroître sensiblement la part du pétrole exporté sous pavillon arabe. La situation actuelle du transport maritime mondial ne permet pas pour l’instant de tirer des revenus des activités maritimes, mais si on ajoute les cales sèches (Bahrain, Dubayy) et les participations arabes dans les chantiers de La Ciotat, il y a des évolutions intéressantes à long terme. Le problème essentiel paraît être, comme dans d’autres domaines, posé par la pénurie de personnel et de cadres qualifiés pour « arabiser » les équipages.

183b) Certains États de la région ont été, de longue tradition, des centres de commerce et d’échanges. Kuwait, Bahrain et surtout Dubayy, ont entrepris, avec des moyens très accrus, de développer ces activités et de leur assurer l’infrastructure nécessaire (entrepôts, ports, télécommunications, « centres d’échange »). Ils peuvent ainsi accroître leurs revenus de manière substantielle. Ces activités, cependant, sont dépendantes à la fois de la situation dans les pays voisins (Iran, Inde, Pakistan), vers lesquels se dirige (pas toujours légalement) une partie des marchandises, et de l’ampleur des revenus pétroliers qui circulent dans la région. Là encore, on retrouve donc des aléas et l’ambiguïté de la « diversification ».

184c) On pourrait présenter des considérations très semblables à propos des perspectives de développement du tourisme et des activités qui lui sont liées. Le véritable tourisme, « de vacances », n’est encore qu’une vision utopique, même si le cadre naturel peut un jour le justifier, en Oman par exemple. Le « tourisme d’affaires » est, par définition, lié aux activités économiques, et donc dépendant du pétrole. Reste la perspective pour certains États (Bahrain, certains Émirats) d’attirer, par une législation et des facilités particulières, les riches titulaires de gros revenus qui désirent échapper pour de courtes périodes aux rigidités des mœurs officielles (en particulier en Arabie Saoudite). Il s’agit donc là d’une certaine forme de répartition des revenus à l’intérieur de la région, non de vraie diversification : l’apport peut cependant être important pour des États comme Bahrain, ou plus tard le Yemen, mais sa précarité est évidente. On peut expliquer par les aléas ainsi entrevus les hésitations de Bahrain à accepter la construction d’une chaussée routière reliant l’Arabie Saoudite à l’île principale.

IV – LA REDISTRIBUTION DE LA RENTE ET L’ESPACE PÉNINSULAIRE : LE CAS DES DEUX YEMEN

Section I – DES ENJEUX MAJEURS : TRANSFERTS ET POIDS DE LA GÉOPOLITIQUE

A – Approche

185La République Arabe du Yemen (R.A.Y.) ou « Yemen du Nord » et la République Démocratique et Populaire du Yemen (R.D.P.Y.) ou « Yemen du Sud », entre lesquelles est partagé le même peuple yéménite, sont des pays non producteurs de pétrole, mais placés à la périphérie de la zone productrice. Elles témoignent chacune à leur façon des influences considérables exercées par la rente pétrolière sur des sociétés insérées dans l’espace de circulation des revenus.

186Caractérisés l’un et l’autre par un « niveau de développement » qui leur vaut d’être classés parmi les « 20 pays les plus pauvres du monde », les deux Yemen sont entrés dans des processus de changements rapides et qui recherchent le volontarisme, tout en restant très fortement dépendants des concours extérieurs et des ressources d’origine externe. Notre brève présentation (qui renvoie sur de nombreux points concernant la R.A.Y. aux contributions de H. Escher sur l’infrastructure et de H. Steffen et 0. Blanc sur la démographie) mettra l’accent sur les atouts et les contraintes d’un effort de développement dans des pays très pauvres, à partir de revenus d’aide et de transferts, et sous fortes conditions « politiques ».

В – Situation géographique

187Occupant une situation géographique stratégique, qui a justifié de tous temps les luttes d’influence entre les grandes puissances, régionales (Égypte, Perse, plus tard les Ottomans...) puis mondiales (Grande-Bretagne en particulier), les deux Yemen sont plus que jamais un enjeu majeur dans une région du monde dont l’importance est croissante. Ce ne sont pas cependant des espaces vides, et les luttes d’influence actuelles s’exercent en particulier en matière d’aide économique et de contributions à l’amélioration du niveau de vie et à l’édification d’une économie moderne. Près de 5 millions d’habitants au Nord (émigrés exclus) et environ 1,7 million au Sud constituent une masse humaine importante selon les critères de la péninsule. Des P.N.B. par tête estimés à 200 dollars en R.A.Y. et 250 en R.D.P.Y., en 1975, contrastent de manière saisissante avec les énormes revenus par tête des États pétroliers. Certaines formes de transferts et de redistribution sont donc indispensables, même si leur ampleur peut paraître réduite par rapport aux possibilités des producteurs de pétrole et aux besoins des « assistés ».

С – Relations

  • 14 Voir à ce sujet les contributions de Michel Tuchscherer sur la R.A.Y. et la R.D.P.Y.

188L’histoire des relations entre les deux États frères, et celle de leurs relations avec le reste de la péninsule et l’extérieur est extrêmement chaotique et pleine de coups de théâtre et de renversements de situation. On y trouve mêlés l’idéologie, les intérêts de clans, les préoccupations nationales, les enjeux de la diplomatie du pétrole, les relances de la guerre froide, sans oublier les querelles interarabes. Il est hors de notre objet de tenter une description, même simplifiée, de l’ensemble des péripéties qui se sont succédées depuis le renversement de l’imâm, au Nord, en 1962, et l’indépendance, au Sud, en 196714 ; il nous faut cependant évoquer très brièvement les implications les plus importantes pour l’évolution de l’économie.

189Les influences extérieures, les oppositions entre les deux États et les rivalités internes traditionnelles au Nord, entretiennent en permanence des tensions qui donnent périodiquement naissance à des conflits armés. La fourniture d’armes est l’une des formes majeures d’intervention extérieure, et les projets économiques sont soumis, pour leur réalisation et leur financement, aux aléas des relations extérieures.

190Le Nord a développé des relations très spécifiques avec son grand voisin saoudien, vers lequel se dirigent la plupart des travailleurs yéménites émigrés, et qui ne cesse d’intervenir dans les affaires du pays, directement et par des pressions financières.

191Le Sud a choisi une voie « marxiste-léniniste », s’appuyant sur l’Union Soviétique, dont il reçoit des aides importantes, en échange d’avantages militaires, tandis que sa position en flèche dans le « front du refus » ne l’empêche pas d’avoir des relations parfois délicates avec des pays adoptant en principe des positions identiques (Irak). Des conflits intermittents surgissent avec l’Arabie Saoudite et Oman.

192Les relations entre le Nord et le Sud oscillent entre le conflit ouvert et les déclarations unitaires, voire de fusion. Dans tous les cas, les relations économiques entre les deux pays sont très faibles : aucune coordination des perspectives de développement n’est actuellement envisageable, sauf en matière de liaison routière et aérienne.

D – Degré de dépendance

193Dans les deux pays, le degré de dépendance s’exprime en particulièrement un taux de couverture des importations par les exportations nettement inférieur 10 %. Les progrès du niveau de vie et les réalisations économiques, limitées mais certaines, sont donc essentiellement dus, dans les deux pays, aux envois de fonds des émigrés, aux dons et prêts des pays arabes, des autres pays et des organisations internationales. Malgré des objectifs politiques et une orientation économique et sociale très différents, on ne peut nier que l’évolution des deux Yemen soit également marquée avant tout par le primat de la géopolitique et le poids de l’extérieur.

Section II – REVENUS EXTÉRIEURS ET CONTRASTES DE LA SITUATION ÉCONOMIQUE EN R.A.YEMEN

194Deux phénomènes fondamentaux ont en quelques années bouleversé l’économie et la société yéménites. Ils sont la conséquence directe des revenus pétroliers considérables dont bénéficient les producteurs de pétrole de la péninsule, l’Arabie Saoudite essentiellement. D’une part, le « pays sans pétrole où la main-d’œuvre est abondante », dont parlait encore le F.M.I. en 1975, connaît aujourd’hui, du fait de l’émigration, une pénurie croissante de main-d’œuvre, qui constitue l’obstacle majeur à la réalisation des projets de développement. D’autre part, conséquence du premier phénomène, le revenu par tête a – approximativement – doublé entre 1970 et 1976, passant, en monnaie constante, de 200 à 400 dollars (pour atteindre environ 600 en 1978). On est donc en présence d’une situation paradoxale et contrastée, dont nous examinerons les contraintes et les perspectives.

A – LES PARADOXES DE L’ÉCONOMIE YÉMÉNITE

1951) Au risque de caricaturer excessivement la réalité présente, on peut presque écrire que la R.A.Y. est une économie très pauvre, ayant trop d’argent et trop peu d’hommes. L’économie conserve toutes les caractéristiques habituellement reconnues aux pays à faible niveau de développement : faible productivité, dominance de l’emploi agricole, insuffisance des services administratifs, éducatifs, sanitaires, analphabétisme dominant, mortalité (surtout infantile) élevée, etc. Si on observe les indications fournies par la Banque mondiale, le Yemen se retrouve dans la plupart des cas parmi les pays les plus défavorisés du monde.

1962) Le critère du revenu par tête, par contre, confère au Yemen un rang honorable (il vient, en 1977, en 47e position dans le classement de la Banque mondiale, le 1er pays classé ayant le revenu le plus bas). Il faut donc considérer que la population dispose de revenus relativement importants, qui lui permettent d’accroître beaucoup sa consommation dans un délai relativement court, et d’améliorer de ce fait son niveau de vie (comme l’indique, entre autres, l’accroissement très rapide de la demande de blé). Par le biais des envois directs des émigrés, ou des dépenses publiques alimentées par des dons extérieurs, il y a donc une réduction de la « pauvreté critique » (selon la Banque mondiale), d’autant plus que l’origine de l’émigration assure une large diffusion de ces revenus dans les milieux ruraux : les milieux urbains et les commerçants n’ont donc pas été les seuls à profiter de cette amélioration. Les efforts du gouvernement pour améliorer les services publics fondamentaux suivent, avec retard, cet accroissement des disponibilités des ménages en matière de consommation individuelle. Assez paradoxalement, pour un pays aussi pauvre, on constate en 1977 un excédent important de l’épargne sur l’investissement, l’épargne atteignant 25 % du P.N.B., et l’investissement 20 % seulement. Le secteur public lui-même, longtemps lourdement déficitaire, dégage une épargne brute à peu près égale au montant des investissements publics. Cette aisance financière n’est pas sans poser de graves problèmes d’équilibre économique (gaspillage d’investissements, forte inflation). Son caractère artificiel est plus évident encore lorsqu’on examine les déséquilibres des échanges extérieurs.

1973) Un déficit commercial considérable. On peut considérer comme un phénomène normal, voire économiquement justifié, qu’un pays aux très faibles ressources et ne disposant pas de produits d’exportation (miniers ou agricoles) connaisse un déficit commercial important. Que ce déficit soit financé par des transferts financiers provenant de l’extérieur (dons, prêts, mouvements de capitaux) apparaît tout aussi logique. A cet égard, la R.A.Yemen n’est que l’un des très nombreux pays dont la balance commerciale est structurellement déficitaire.

  • 15 Voir le tableau de l’évolution de la balance des paiements dans l’annexe statistique.

198Ce qui est, par contre, spécifique à ce pays (et à quelques autres) est l’ampleur du déséquilibre et l’accroissement extrêmement rapide des importations, alors que les exportations tendent vers zéro. Entre 1972 et 1978, les exportations de la R.A.Yemen évoluent entre 8 et 15 millions de dollars par an (elles ne dépassent pas 5 millions de dollars en 1978, selon les statistiques officielles)15. Face à ces chiffres dérisoires, les importations sont pratiquement multipliées par 10 entre 1972 et 1978 (de 86 à 912 millions de dollars), et, entre 1974 et 1978, elles sont presque multipliées par 5. Le taux de couverture, qui était de 9,3 % an 1972, tombe à 5 % en 1974 et à moins de 1 % en 1978. Il s’agit sans doute là du taux le plus faible du monde pour un pays d’une certaine dimension, et on peut considérer que le Yemen dépend de recettes en devises autres que celles provenant de ses exportations pour couvrir la totalité de ses importations (qui représentent plus de 30 % du P.N.B.).

1994) Malgré ce déficit considérable, le Yemen ne connaît pas, à l’heure actuelle, de difficultés de balance des paiements. Non seulement il assure aisément le paiement des importations, mais encore il accumule des réserves en devises substantielles : leur montant est multiplié par 10 entre 1972 et 1978, et dépasse 1,2 milliard de dollars au début de 1979.

200L’insertion du Yemen dans la redistribution d’une partie des revenus des États pétroliers explique évidemment ce paradoxe, et les conséquences qu’il peut avoir pour le développement du pays.

  • Les revenus de transferts privés (essentiellement les fonds envoyés par les émigrés travaillant en Arabie Saoudite) se sont accrus plus rapidement que les importations, passant de 65 millions de dollars en 1972 à plus d’un milliard en 1977 et 1978. Cette somme est donc supérieure au montant du déficit commercial. L’économie du pays repose donc toute entière sur cette contribution de la force de travail temporairement exilée. Comme nous l’avons noté précédemment, d’ailleurs, l’augmentation des importations est une conséquence de ces revenus : on ne peut donc considérer séparément le montant du déficit et les sommes qui permettent de le couvrir.

  • Il faut ajouter à ces transferts privés les transferts gouvernementaux (dons), qui représentent plus de 100 millions de dollars par an) et les nombreux prêts à des conditions favorables qui renforcent le solde positif des entrées de capitaux.

  • Cet excédent tendra progressivement à se réduire (même si les transferts des émigrés et les aides extérieures se maintiennent) du fait de l’accroissement continu des importations entraînées par l’effort d’investissement prévu par le plan 1977-1981, alors que les perspectives d’exportation ne vont guère s’améliorer. Cette tendance apparaît déjà en 1978, l’excédent étant réduit des deux tiers par rapport à 1977, du fait surtout de l’accroissement des importations alors que les revenus envoyés par les émigrés stagnent. Ce ne sont pas cependant les problèmes de financement qui dominent actuellement l’économie yéménite ; les contraintes que doit surmonter l’effort de développement se situent ailleurs, et sont un peu la conséquence des facilités de financement. On retrouve en fait au Yemen quelques-uns des problèmes essentiels des économies pétrolières, mais avec des contraintes supplémentaires.

В – DES CONTRAINTES ANALOGUES À CELLES DES PAYS PÉTROLIERS

  • 16 World Bank Country Study. Yemen Arab Republic, development of a traditional economy, Jan. 1979.

201Un rapport récent d’un groupe d’experts de la Banque mondiale présente le bilan le plus complet et le plus détaillé actuellement disponible sur l’économie du Yemen16. Cet épais document met en évidence certaines des difficultés les plus notables que rencontre le pays pour accélérer l’effort de développement et utiliser efficacement les revenus disponibles.

202Dans une démarche très synthétique, on peut regrouper autour de trois grandes questions les obstacles que doit surmonter la politique de développement.

  • 17 Cf. l’étude sur la population du Yemen, H. Steffen et O. Blanc, tome II de cet ouvrage.

2031) Les problèmes de main-d’œuvre sont au premier rang des difficultés à résoudre. On estime que plus du tiers des hommes entre 15 et 34 ans sont temporairement émigrés17. Si la plupart des émigrés reviennent ou envisagent de la faire, et si leurs envois de fonds sont vitaux pour le pays, il n’en demeure pas moins que cet exode pèse lourd sur l’économie. D’une part, dans les campagnes, la main-d’œuvre fait de plus en plus défaut, conduisant ainsi à l’abandon de l’entretien des terrasses et à la disparition de certaines cultures. La rareté de la main-d’œuvre conduit de plus en plus à choisir des techniques de production capitalistiques, car les salaires sont beaucoup plus élevés que dans les pays de niveaux de développement comparables, voire très supérieurs. Ainsi, dans l’usine d’État de filature et tissage, le salaire horaire moyen était, en 1977, de 1,20 $, alors qu’en Egypte il ne dépassait pas 0,17 $ dans une entreprise analogue, tandis qu’en Espagne il s’établissait à 1,36 $. Par ailleurs, la plupart des émigrés sont peu qualifiés, mais le petit nombre de travailleurs qualifiés du pays émigre en grande majorité, ce qui représente une coûteuse fuite des cerveaux et oblige à faire appel à des experts étrangers. Parmi d’autres conséquences de l’émigration, il faut aussi noter l’extrême pénurie de cadres administratifs compétents, les personnes qualifiées étant rebutées par des salaires particulièrement faibles en comparaison de ce qu’elles peuvent obtenir dans les États pétroliers. L’effort incontestable de construction d’un appareil administratif moderne s’en trouve très compromis.

2042) L’afflux des revenus extérieurs sans autre contreparties possibles dans l’immédiat que l’importation, la spéculation foncière ou la détention de liquidités, ont contribué à entretenir une inflation très forte, comparable à celle des producteurs de pétrole. La masse monétaire augmente à un taux situé entre 30 et 110 % par an de 1972 à 1977 (elle est multipliée par 10 en 6 ans), tandis que le niveau des prix (les indices de prix ne fournissent évidemment que des indications très approximatives) aurait augmenté de 160 % entre 1972 et 1976, et de près de 40 % en 1977. Dans la mesure où les envois de fonds des émigrés constituent de loin la plus forte cause d’accroissement de la quantité de monnaie, les perspectives de contrôle de l’inflation sont limitées, malgré les efforts pour réduire le déficit de l’État en améliorant les rentrées fiscales.

2053) Une troisième dimension critique de l’économie réside dans les problèmes de choix des investissements et d’entretien et de gestion du capital déjà investi. L’abondance relative des ressources d’investissement élargit l’éventail des possibilités, mais réduit le caractère évident des priorités de la période antérieure. La tentation peut être forte d’investir à tout prix, trop vite et sans études préalables, ce qui peut se révéler d’autant plus coûteux à terme que le coût d’opportunité du capital reste élevé, au contraire de la situation des pays à gros revenus pétroliers. De même est forte la tendance à négliger l’entretien du capital, au profit d’une accumulation purement quantitative. C’est ainsi que le plan 1977-1981 projette un accroissement annuel de 36,8 % de l’investissement, mais ne prévoit pratiquement rien pour l’entretien et l’amélioration des conditions d’utilisation. Le Yemen doit impérativement apprendre à utiliser efficacement des ressources financières qui restent limitées et précaires.

С – DES PERSPECTIVES MODESTES DE CONSOLIDATION DE L’ÉCONOMIE

206Malgré tous les obstacles, les perspectives économiques de la R.A. Yemen ne sont pas totalement négatives. Certes, il n’est pas question de doter le pays d’une économie productive et équilibrée, et la dépendance à l’égard des revenus d’origine pétrolière restera très forte dans les années à venir. Le maintien du niveau de vie actuel, son amélioration, a fortiori, dépendent de la continuité du flux des capitaux des émigrés et des autres contributions extérieures.

2071) Les aspects positifs de l’évolution tiennent d’abord à l’amélioration de l’appareil administratif dans le domaine économique et financier. L’amélioration considérable de la situation budgétaire est une illustration intéressante de ce phénomène. Entre 1976 et 1978, les recettes courantes ont triplé, alors que les dépenses courantes doublaient seulement, et un excédent courant important permet de couvrir la totalité des investissements publics (en 1977) ou une bonne partie de ceux-ci (fortement accrus) en 1978. De même, la situation des entreprises publiques paraît plutôt favorable, compte tenu de l’environnement économique et de la pénurie de gestionnaires. L’élaboration du plan 1977-1981 a été sérieuse, et les grandes perspectives soigneusement analysées : la mise en œuvre des décisions paraît soulever beaucoup plus de difficultés. L’articulation entre l’intervention publique et l’initiative privée, et l’approche assez pragmatique des autorités paraissent aussi conduire à des résultats encourageants dans certains domaines.

208Les transports et les services doivent recevoir la majorité des investissements prévus par le plan (environ 10 milliards de rials sur les 16 envisagés), ce qui devrait contribuer à supprimer certains blocages (dans un pays au relief aussi tourmenté, les transports jouent un rôle stratégique à cet égard) et à améliorer la satisfaction, par des services publics, des besoins fondamentaux les plus évidents.

2092) Les perspectives agricoles sont limitées par la rareté des sols disponibles (1,5 million d’hectares sont cultivables, sur les 20 millions du pays, et la densité moyenne par km2 cultivable dépasse 350 habitants) et, comme nous l’avons noté, par la pénurie croissante de main-d’œuvre dans une partie du pays. Des améliorations importantes peuvent cependant être apportées (engrais, irrigation, choix des variétés, élevage à base d’aliments pour bétail et prairies artificielles) et surtout de nouvelles cultures se développent rapidement (fruits, légumes), répondant à la demande croissante pour une meilleure alimentation. Le café et le coton, cultures traditionnelles d’exportation, ne paraissent, par contre, guère promis à un avenir brillant, tandis que la culture du qât (stupéfiant consommé par la majorité de la population et exporté vers le Sud et la Somalie) reste de loin la plus rémunératrice et constitue un obstacle majeur à l’amélioration et à la diversification de la production agricole.

2103) L’industrie, en l’absence de ressources notables en matières premières, à l’exception du sel gemme, ne peut envisager des projets aussi ambitieux que ceux des pays producteurs de pétrole. Elle peut cependant assurer, dans des conditions satisfaisantes, la couverture de besoins en produits pondéreux (matériaux de construction ou boissons gazeuses, par exemple) ou de besoins pour lesquels la proximité du marché et sa spécificité confèrent des avantages à une production locale (produits alimentaires, certains textiles, par exemple). De même, la transformation de certains produits d’origine agricole peut être avantageuse. Des perspectives relativement intéressantes sont donc offertes aux initiatives locales, utilisant les capitaux disponibles. L’atténuation du déséquilibre actuel du commerce extérieur serait certainement une évolution positive, mais cette substitution aux importations est inévitablement précédée d’une phase d’accroissement des importations de machines et d’équipement.

211Les conclusions du rapport de la Banque mondiale évoqué ci-dessus nous paraissent résumer de manière très claire les perspectives et les contradictions de l’économie yéménite : «... L’économie de la R.A.Y. est susceptible de connaître une expansion viable pourvu qu’une politique prudente soit poursuivie. Cependant, du fait de la limitation des ressources internes, une telle évolution continue à dépendre de l’exportation de la main-d’œuvre comme principal moteur de la croissance. De plus, une aide extérieure au secteur public restera longtemps indispensable pour poursuivre l’amélioration du niveau de vie de la population. Il ne faut pas oublier, dans ce contexte, que la R.A.Y. demeure l’un des pays les moins développés du monde, dans lequel de nombreux besoins fondamentaux ne sont pas satisfaits ».

Section III – LES DIFFICULTÉS D’UNE RUPTURE RADICALE : LA VOIE ÉTROITE DE LA R.D.P. DU YEMEN

212Comptant environ 1 700 000 habitants pour une vaste étendue, presque totalement désertique, d’environ 330 000 km2, la R.D.P. Yemen constitue un cas tout à fait particulier au Moyen-Orient, puisqu’il s’agit du seul régime qui se proclame officiellement « marxiste-léniniste ». En proie à l’hostilité ouverte ou latente de la plupart des pays arabes, il a résisté pour l’essentiel aux attraits d’une insertion dans le circuit des pétrodollars (au prix de l’élimination de l’un de ses trois chefs historiques, Sâlim Rubayya’, en 1978). Il n’en est pas moins très largement dépendant des envois de fonds de l’émigration et des concours des pays du « camp socialiste », des organisations internationales et de certains pays arabes. Le socialisme de la pauvreté, dans le contexte géopolitique de la péninsule, apparaît comme une voie particulièrement étroite.

A – Un héritage colonial

213Les Britanniques ont occupé Aden (au détriment du Yemen) en 1839. La position clef de l’escale sur la route des Indes devint évidente après l’ouverture du canal. Par une série de traités avec les sultanats de la région désertique entourant leur base, ils s’assurèrent un cordon sanitaire dont ils se désintéressèrent totalement du point de vue économique. En 1967, le nouvel État qui accède à l’indépendance après une lutte très dure contre les Britanniques hérite d’une situation coloniale qui rend extrêmement précaire sa simple survie économique.

2141) Une économie de transit ruinée. L’État qui va regrouper Aden et les tribus de l’intérieur est très hétérogène. Politiquement, le pouvoir est confisqué par le F.L.N., représentant les paysans révoltés contre les féodaux, au détriment du F.L.O.S.Y., dont la base est urbaine (Aden) et qui est appuyé par les Egyptiens. L’évolution politique va donc renforcer la tendance inéluctable au déclin d’Aden. Or la ville représentait de très loin l’essentiel des activités. Les dépenses de la base britannique se montaient à 36 millions de livres par an, alors que 80 % des autres revenus étaient liés à l’activité du port, le reste provenant de l’agriculture (15 %) et de la grande raffinerie de B.P. (5 %). L’orientation marxiste du nouveau régime et la fermeture du canal de Suez (en 1967, année de l’indépendance) réduisent presque à néant l’activité du port, tandis que les commerçants et de nombreux autres citadins quittent la ville en masse (la population diminue entre 1960 et 1976), la ville à l’égard de laquelle les nouveaux dirigeants, issus des milieux ruraux, ne cachent pas leur méfiance. L’essentiel des emplois et des ressources disparaissent.

2152) Un arrière-pays désespérément pauvre. Longtemps abandonné à l’arbitraire des sultans ralliés aux Britanniques, l’arrière-pays, presque totalement désertique, présente toutes les caractéristiques du sous-développement le plus total. La prise du pouvoir par les comités de paysans, puis la réorganisation de l’activité selon les critères du « socialisme scientifique » (avec une inspiration chinoise marquée pendant une première période), ne produiront que progressivement les progrès espérés, et la production reste très faible. C’est donc dans une situation particulièrement défavorable que va être entreprise l’expérience de rupture radicale.

В – Rupture radicale et dépendance externe

2161) L’orientation politique va se durcir de plus en plus, et l’alignement sur l’Union Soviétique se confirmer après l’élimination de Rubayya‛ en 1978. L’extrême faiblesse des bases productives limite cependant étroitement les perspectives d’une voie originale pour la R.D.P. Yemen. Dès 1969, pour « libérer l’économie de la domination étrangère », la quasi-totalité des entreprises industrielles et de services (dont les huit banques qui sont regroupées en une seule) sont nationalisées ! Toutefois, la seule exception est de taille puisqu’il s’agit de la raffinerie de la B.P., de loin la plus grosse entreprise du pays. Elle sera finalement nationalisée en 1976. Les activités restant encore privées après 1969 (en dehors de la raffinerie) sont progressivement intégrées dans le secteur public, qui contrôle la totalité de la vie économique en 1972. La réforme agraire, promulguée en 1970, a connu des phases d’initiatives de la base et de « soulèvements », et des phases d’organisation en coopératives et fermes d’État, en passant par les tentatives d’appropriation des terres par les paysans moyens et les militants du parti. Les préoccupations politiques ne sont jamais absentes et, faute de moyens, le parti compte beaucoup sur les « initiatives » inspirées de l’idéal marxiste : « ne compter que sur soi-même ». Seul régime de la région ayant une large base rurale et s’appuyant sur la paysannerie pauvre, le régime « marxiste-léniniste » de la R.D.P.Yemen, malgré son effort d’austérité, gouverne un pays trop pauvre pour ne pas dépendre largement des concours extérieurs.

2172) La survie du pays dépend des apports extérieurs.

218a) Les remises des émigrés représentent un apport important pour la balance courante de la R.D.P.Yemen, malgré les préventions idéologiques du régime à l’égard de l’émigration et les obstacles croissants opposés aux candidats à l’émigration. En 1976, le président estimait à un million le nombre de Yéménites du Sud vivant à l’étranger. Même approximatif, ce chiffre donne une idée de l’importance de l’émigration pour un pays ayant moins de 2 millions de résidents. En 1977 (dernière année connue), les transferts de fonds des émigrés se montent à environ 62 millions de dinars du Yemen, soit près de 180 millions de dollars. Les remises des émigrés couvrent à peu près les deux tiers du déficit commercial, estimé à 100 millions de D.Y. Dans l’avenir, l’accroissement des envois des émigrés dépend très largement de la politique d’encouragement pratiquée par le gouvernement : la politique la plus favorable à cet égard peut s’avérer contradictoire avec le socialisme de l’austérité préconisé par l’équipe en place.

219b) Très isolée dans le monde arabe, la R.D.P.Yemen n’en reçoit pas moins certains concours des « pays frères ». Ceux-ci restent cependant soumis aux aléas de la politique. Ainsi a-t-on signalé les promesses saoudiennes lors du « rapprochement » de 1976, consécutif à l’arrêt des opérations au Dhufâr. Depuis lors, les relations évoluent en dents de scie. De même, l’Irak a longtemps soutenu le gouvernement d’Aden et lui a apporté des concours mais, depuis 1976, les relations se sont fortement détériorées. En fin de compte, c’est de Kuwait qu’est toujours venue, depuis 1967, la contribution financière la plus stable, quoique modeste (plusieurs prêts ont été consentis pour les réseaux d’irrigation, la pêche, les communications). Par ailleurs, le Fonds kuwaitien de développement et le F.S.D.E.S. (le Fonds Saoudien) totalisaient, à la fin de 1977, environ 130 millions de dollars d’engagements de prêts.

220c) L’orientation politique de la R.D.P.Yemen et sa situation stratégique lui ont permis de recourir à une troisième source de financement externe : les prêts des pays du COMECON et de la Chine. Dès 1968, la Chine Populaire sauvait le nouveau régime de la banqueroute en lui octroyant un prêt de 12 millions de livres. Depuis lors, la Chine et l’URSS sont en tête des prêteurs, les autres pays d’Europe de l’Est apportant de modestes contributions. Pour une bonne part, les concours prennent la forme d’assistance technique. La dette de la R.D.P.Yemen à l’égard de ses créanciers de l’Est représentait environ 220 millions de dollars fin 1977 (60 millions envers la Chine, 97 millions envers l’URSS). Il est difficile d’apprécier la nature exacte des contreparties (politiques, militaires, stratégiques...) de tels concours.

221On peut résumer l’importance des concours extérieurs exigés par la survie de la R.D.P.Yemen par les chiffres suivants (1977). Le déficit commercial a représenté 295 millions de dollars (plus des 3/5 du P.N.B.), les remises des émigrés ont apporté 205 millions, les transferts officiels 55 millions (surtout en provenance des pays arabes) et les prêts extérieurs 68 millions. En tenant compte des ajustements, la balance globale est excédentaire de 40 millions, mais cette situation est extrêmement précaire. Par ailleurs, la couverture des dépenses publiques est davantage assurée par des prêts extérieurs que par les impôts.

С – Un socialisme de la pauvreté ?

2221) Cette relative « aisance » ne doit pas faire illusion sur l’extrême pauvreté générale, et sur l’austérité draconienne qui caractérise le pays. Les salaires des fonctionnaires ont été réduits à plusieurs reprises après l’indépendance, tandis que les voyages à l’étranger étaient interdits pour économiser les devises. Les écarts de salaires après impôts sont probablement les plus faibles du monde. Les produits alimentaires les plus essentiels sont subventionnés, et ils sont de fait rationnés. Selon la Banque mondiale, la situation alimentaire de la population se serait plutôt aggravée entre 1969 et 1977, malgré les efforts (incontestables) du gouvernement.

2232) La politique volontariste du régime en matière économique et sociale s’exprime en particulier à travers la nationalisation (déjà mentionnée) de la plupart des activités, et une expérience sérieuse de planification, dont la modestie et le réalisme sont un aspect significatif (compte tenu des faibles ressources internes et des aléas des concours extérieurs). Un premier plan 1971/1972-1973/ 1974 a été suivi par le plan de 5 ans 1974/1975-1978, qui met l’accent sur l’infrastructure, l’inventaire des ressources et le développement des secteurs productifs. L’accroissement des ressources extérieures a permis d’augmenter les dotations pour investissements de 75 millions de D.Y. à 276 millions. Les difficultés majeures d’exécution tiennent à l’insuffisance des études globales (elle-même provoquée par le manque de spécialistes et l’absence de statistiques), à la pénurie croissante de main-d’œuvre et à la préférence pour des projets massifs plutôt que pour l’intensification des processus et la recherche de la productivité.

2243) L’agriculture reste l’activité dominante du pays et emploie directement 43 % de la population. Malgré un important effort d’investissement, la production est stagnante ou déclinante, notamment pour le coton et les céréales. Les résultats futurs dépendent en particulier d’une amélioration des structures (système de prix, mécanismes de distribution, adoption des nouvelles techniques, fourniture des produits), l’objectif essentiel, compte tenu du fait que 0,2 % seulement de la superficie du pays est cultivable, est l’augmentation de la productivité.

225La pêche est l’activité dont le développement récent est le plus spectaculaire : 11 % de l’investissement total entre 1971 et 1977 lui ont été consacrés. Des coopératives regroupent les artisans pêcheurs, alors que des entreprises d’État ou mixtes R.D.P.Y.-U.R.S.S. gèrent une flotte très moderne. La pêche a produit 162 000 tonnes en 1977 (et 28 000 exportées, soit 31 % des exportations en valeur). La Banque mondiale estime que la production pourrait s’élever à plus de 400 000 t/an sans mettre en danger la reproduction des espèces. D’autres experts sont plus réservés.

226Le développement industriel est fortement limité par l’absence quasi-totale de ressources naturelles. La raffinerie (ex B.P.), désormais nationalisée, ne fonctionne qu’au quart de sa capacité (1,8 Mt pour 8,5 de capacité) et ne couvre pas ses frais de fonctionnement. De gros investissements et une nouvelle politique commerciale (actuellement, la raffinerie traite sous contrat des bruts arabes) seraient nécessaires pour en faire une activité profitable. Pour le reste, une usine textile de 1 300 employés est le seul établissement important. L’ensemble des activités industrielles (y compris l’artisanat) n’emploient pas plus de 13 000 personnes. Le recours aux initiatives et capitaux privés, envisagé par le gouvernement, exigerait une inflexion sensible de la politique actuelle, celle-ci n’étant guère attractive pour les émigrés disposés à investir. Nous retrouvons là encore l’influence des facteurs externes sur l’évolution économique du pays, quelle que soit sa volonté de chercher sa propre voie.

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Présentation – Les indications qui suivent ne constituent pas une bibliographie au sens propre du terme, mais plutôt un guide sommaire des sources qui nous paraissent les plus intéressantes et les plus facilement accessibles pour approfondir et actualiser l’étude des problèmes économiques des États de la péninsule. On renvoie donc aux autres contributions pour les indications relatives aux diverses approches de la question. On s’est efforcé de citer les références les plus récentes, en tenant compte de la possibilité d’utiliser les bibliographies détaillées de plusieurs des ouvrages cités. On distingue 3 catégories :

I – Références générales sur les analyses des problèmes économiques des pays de la péninsule

Bourrinet (J.) (sous la direction de...) Le dialogue euro-arabe. Economica, 1979.

Brahimi. Dimensions et perspectives du monde arabe. Economica, 1977 (nombreuses statistiques, importante bibliographie).

Bonnenfant (P.). Utilisation des recettes pétrolières et stratégie des groupes sociaux en péninsule Arabe. Maghreb-Machrek n° 82, 1978, et n° 83, 1979.

Chatelus (M.). Stratégies pour le Moyen-Orient. Paris, Calmann-Lévy, 1974. Cet ouvrage peut être complété par des articles de la Revue d’Economie Politique (1976, n° 1) et de Mondes en développement, nos 5 (1975), 8 (1976) et 22 (1978).

Montazer Zohour. L’OPEP. Notes et Études documentaires (La Doc. française, Paris) n° 4133-4134, 1974. – Pétrole et développement au Moyen-Orient, Ibidem, n° 4481, 1978.

Morgan (D.). Fiscal policy in oil exporting countries, 1972-1978. Staff Papers, March 1979.

Sarkis (N.). Le pétrole à l’heure arabe. Paris, Stock, 1975.

Scharf (Traute). La coopération trilatérale. Paris, Centre de développement de l’O.C.D.E., 1978, 2 vol. (français et anglais).

Sid Ahmed (A.). L’économie arabe à l’heure des surplus pétroliers. Economie et Société, mars 1975, 202 p.

Sid Ahmed (A.). L’OPEP, passé, présent et perspectives. Economica, 1980.

Willermart. Dossier du Moyen-Orient arabe. Paris, coll. Marabout, 1969 (un peu ancien, mais reste très utile pour les données de base).

II – Quelques références récentes sur divers pays

ARABIE SAOUDITE

Tomiche (F.). L’Arabie Saoudite. Paris, P.U.F., 1969 (Que sais-je ? n° 1025).

Vieille (P.). Pétrole et classe fonctionnelle en Arabie Saoudite. Peuples méditerranéens, n° 1, 1977.

Problèmes économiques, n° 1636, 22.8.1979.

Financial Times, étude sur l’Arabie Saoudite, avril 1979.

L’expansion, 7-20.9.1979.

Le Monde diplomatique, janvier 1978, février 1980.

BAHRAIN

Bulletin du FMI, 27.8.1979.

Problèmes économiques, 30.4.1977.

Le Monde, suppléments du 7-8.5.78 et 1.3.1980.

Financial Times, 5 juin 1979.

E.A.U.

Bulletin du FMI, 26.2.1979.

Problèmes économiques, 26.1.77-28.2.79.

Le Monde, 1.3.80.

Le Monde diplomatique, février 1980.

Financial Times, 25 avril et 25 juin 1979.

Tur (J.J.). Les Émirats du Golfe arabe. Paris, P.U.F., 1976 (Que sais-je ? n° 1639). Concerne aussi Bahrain, Kuwait, Qatar.

KUWAIT

Bulletin du FMI, 31.7.77.

Banque, janvier et février 1977.

Le Monde, 1.3.78.

Financial Times, 26 février 1979.

OMAN

Bulletin du FMI, 16.7.79.

Le Monde, 25 et 26 décembre 1979.

Le Monde diplomatique, mars 1977.

QATAR

Bulletin du FMI, 22.8.77.

Le Monde, 23.3.1980.

R.A. YEMEN

Rouaud (A.). Les Yemen et leur population. Bruxelles, éd. Complexes, 1979. Excellente introduction aux problèmes des deux Yemen (ouvrage diffusé en France par les P.U.F.).

Banque Mondiale, Yemen Arab Republic, development of a traditional economy (en anglais), janvier 1979.

R.D.P. YEMEN

Rouaud (A.). Les Yemen et leur population. Bruxelles, ed. Complexes, 1979.

Banque Mondiale, People’s Democratic Republic of Yemen, a review of Economic and Social Development, mars 1979.

III – Informations régulières, sources statistiques, revues et périodiques

Il n’existe pas en langue française un « Annuaire du Moyen-Orient », comparable à ce qu’est, pour le Maghreb, l’Annuaire de l’Afrique du Nord. On peut donc utilement recourir à l’une des publications de langue anglaise, telles que :

Middle East Annual Review, publié par World of Information, 21 Gold Street, Saffron Walden, Essex CB 10 1 EJ, England.

The Middle East and North Africa, Europa Publications, 18 Bedford Square, WC 1 В 3 JN, London.

Arab Oil and Gas Directory, publié tous les deux ans par le Centre arabe de recherches pétrolières. Panorama complet des problèmes pétroliers et études par pays (en anglais).

En français, la source la plus commode d’informations « brutes » est constituée par Les Fiches du Monde Arabe (FMA, BP 5026, Nicosie, Chypre), qui traitent les problèmes du Moyen-Orient arabe sous forme de fiches avec mise à jour périodiques.

Certaines publications de la Banque mondiale et du F.M.I. présentent dans leurs rubriques statistiques les données disponibles sur l’ensemble des pays membres, dont la plupart des États du Moyen-Orient ; on consultera donc des numéros récents de :

• International Financial Statistics (mensuel) ;

• Balance of Payment Yearbook (mensuel et annuel) ;

Direction of Trade (mensuel et annuel) ;

• Government Finance statistics (annuel) ;

• World Debt Tables (annuel) ;

Le rapport annuel du FMI, celui de la Banque mondiale et le « Rapport sur le développement dans le monde » (annuel, Banque mondiale) apportent aussi des éléments intéressants, de même que le Rapport annuel de la Banque des règlements internationaux (Bâle).

Revues et périodiques

a) Certaines revues traitent essentiellement des pays arabes ou du Moyen-Orient.

En français, Maghreb-Machrek, revue trimestrielle publiée par la Documentation française. La consulter systématiquement. Par exemple, pour les pays de la péninsule, 2 articles importants de P. Bonnenfant, n° 82 (1978-4) et n° 83 (1979-1). Dans ce même numéro 83, deux études sur les problèmes maritimes arabes.

En anglais, citons en particulier :

Middle East Economic Survey ;

Middle East Economic Digest ;

• The Middle East.

etc.

b) D’autres revues, sans être spécialisées, traitent souvent du Moyen-Orient sous forme systématique (numéros spéciaux, ensembles d’articles) ou en fonction de l’actualité. On peut citer en particulier :

Problèmes Économiques (Documentation française) (source particulièrement commode d’accès à la presse internationale traduite en français), consacre assez fréquemment un numéro (hebdomadaire) aux problèmes du Moyen-Orient. Les tables annuelles permettent aisément de les retrouver. Par exemple, en 1979, voir les numéros 1612, 1614, 1633, 1636, 1637, et, en 1980, 1658 et 1659.

On consultera aussi avec profit, parmi beaucoup d’autres publications, Le Monde diplomatique, l’Expansion, le Nouvel Economiste, Marchés Tropicaux et Méditerranéens, Pétrole et Gaz Arabes, le Bulletin du FMI (tous les 15 jours, on y trouve de temps à autre des études sur divers pays, par exemple les E.A.U. (26.2.79), ou sur les questions d’intérêt régional (les aides des pays pétroliers, 12-2-79, etc.), Petroleum Economist (mensuel, il existe une édition en français), M.O.C.I.

On peut aussi citer les publications des banques et organismes financiers, notamment pour l’étude des « pétrodollars » et du recyclage ; par exemple :

Conjoncture (Banque de Paris et des Pays-Bas) ;

• Bulletin de l’UBAF ;

Commerce International (revue de la Banque française du commerce extérieur)

etc.

En langue anglaise, citons pour leur très grand intérêt les suppléments du Financial Times, et les revues :

Euromoney (sur les pétrodollars, les eurodollars, etc.)

European Currency Review

World Financial Markets (revue de la Morgan Guaranty Trust)

Staff Papers (revue théorique trimestrielle de la Banque mondiale).

LISTE DES TABLEAUX STATISTIQUES

TABLEAUX GÉNÉRAUX

227G.I. Population – superficie. PNB

228G.II Répartition sectorielle de la population

229G.III Principaux éléments de la balance des paiements

230G.IV Revenus pétroliers

231G.V Finances publiques. Budgets.

STATISTIQUES PÉTROLIERS

232P.I Production et réserves de gaz et de pétrole

233P.II Évolution de la production de pétrole

234P.III Évolution des prix de quelques bruts

235P.IV Industrie du raffinage

STATISTIQUES FINANCIÈRES ET MONÉTAIRES

236F.I Taux de change

237F.II Statistiques monétaires

238F.III Réserves officielles de change

239F.IV Actifs nets à l’extérieur

240F.V Émissions en monnaies de la péninsule sur les marchés internationaux.

241Lorsqu’il n’est pas fait mention de sources précises, il s’agit d’un ensemble de sources usuelles, recensées dans la bibliographie : en particulier F.M.A., diverses publications du FMI, Pétrole et gaz arabe, Arab oil and gas directory, etc.

TABLEAU G.I. POPULATION – SUPERFICIE – P.N.B.

TABLEAU G.I. POPULATION – SUPERFICIE – P.N.B.
  • 1 Voir la contribution de Philippe Fargues.

Note (1)1

TABLEAU G.II. RÉPARTITION SECTORIELLE DE LA POPULATION ET DU PIB – 1977-1978

TABLEAU G.II. RÉPARTITION SECTORIELLE DE LA POPULATION ET DU PIB – 1977-1978

TABLEAU G.III. PRINCIPAUX ÉLÉMENTS DE LA BALANCE DES PAIEMENTS
Données converties en millions de dollars des E.U. au taux de change de l’année

TABLEAU G.III. PRINCIPAUX ÉLÉMENTS DE LA BALANCE DES PAIEMENTSDonnées converties en millions de dollars des E.U. au taux de change de l’année

SOURCES : F.M.I. et statistiques nationales. Les + indiquent des rentrées, les – des sorties. Les envois des émigrés ont été isolés de la balance des services courants, pour mieux faire apparaître leur importance. Certains chiffres sont approximatifs ou sous-évalués (par exemple les envois de fonds par les émigrés travaillant au Kuwait ou en Arabie Saoudite).

TABLEAU G.IV. REVENUS PÉTROLIERS – MILLIONS DE DOLLARS

TABLEAU G.IV. REVENUS PÉTROLIERS – MILLIONS DE DOLLARS

TABLEAU G.V. FINANCES PUBLIQUES – BUDGETS

TABLEAU G.V. FINANCES PUBLIQUES – BUDGETS
  • 2 Approximations, la distinction n’est plus officiellement présentée dans le budget. La ventilation d (...)
  • 3 La répartition de l’excédent du budget du Kuwait est la suivante : 324 millions (33 %) pour le fond (...)
  • 4 Chiffre peu significatif du fait d’un très important poste en dépenses « prêts et participations » (...)

Note (1)2
Note (2)3
Note (3)4
Source : Diverses publications du F.M.I., statistiques nationales, F.M.A.

TABLEAU P.I. PRODUCTION ET RÉSERVES DE GAZ ET DE PÉTROLE

TABLEAU P.I. PRODUCTION ET RÉSERVES DE GAZ ET DE PÉTROLE
  • 5 Chiffre insignifiant.
  • 6 Approximation ou ordre de grandeur.
  • 7 Les réserves de gaz sont souvent mal connues et font l’objet de réévaluations fréquentes. Pour l’Ar (...)
  • 8 Gaz réinjecté ou utilisé en pourcentage du gaz produit.

Note (a)5
Note (b)6
Note (c)7
Note (d)8

TABLEAU P.II. ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION DE PÉTROLE (millions de T/an)

TABLEAU P.II. ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION DE PÉTROLE (millions de T/an)

TABLEAU P.III. PRIX DE QUELQUES BRUTS. 1979-80 Dollar des États-Unis

TABLEAU P.III. PRIX DE QUELQUES BRUTS. 1979-80 Dollar des États-Unis

TABLEAU P.IV. INDUSTRIE DU RAFFINAGE (1 000 tonnes)

TABLEAU P.IV. INDUSTRIE DU RAFFINAGE (1 000 tonnes)

TABLEAU F.I. TAUX DE CHANGE

Source : Bulletin du F.M.I., 11/XI/1980.

  • 9 Les unités monétaires sont présentées dans le tableau F.I.

TABLEAU F.II. STATISTIQUES MONÉTAIRES9

TABLEAU F.II. STATISTIQUES MONÉTAIRES9

TABLEAU F.II Bis. ÉVOLUTION DE LA MASSE MONÉTAIRE 1973-1978

TABLEAU F.II Bis. ÉVOLUTION DE LA MASSE MONÉTAIRE 1973-1978

Source : International Financial Statistics.

TABLEAU F.III. RÉSERVES DE CHANGE OFFICIELLES, OR EXCLU. En millions de DTS

TABLEAU F.III. RÉSERVES DE CHANGE OFFICIELLES, OR EXCLU. En millions de DTS

TABLEAU F.IV. ACTIFS NETS DE CERTAINS PAYS A L’EXTÉRIEUR (MILLIARDS DE S)

TABLEAU F.IV. ACTIFS NETS DE CERTAINS PAYS A L’EXTÉRIEUR (MILLIARDS DE S)

TABLEAU F.V. EURO-OBLIGATIONS ET EUROCRÉDITS EN MONNAIE ARABES DE 1976 AU 3e TRIMESTRE 1979. ÉQUIVALENTS EN MILLIONS DE $ DES E.U. (POUR LES UNITÉS MONÉTAIRES, VOIR LE TABLEAU PRÉCÉDENT)

TABLEAU F.V. EURO-OBLIGATIONS ET EUROCRÉDITS EN MONNAIE ARABES DE 1976 AU 3e TRIMESTRE 1979. ÉQUIVALENTS EN MILLIONS DE $ DES E.U. (POUR LES UNITÉS MONÉTAIRES, VOIR LE TABLEAU PRÉCÉDENT)

Source : BANQUE MONDIALE, Borrowing in international capital markets, janvier 1980.
Pour la signification des sigles monétaires, voir tableau F.I.

Notes

1 Voir à ce propos les observations de Ph. Fargues, Présentation démographique des pays de la péninsule, ci-dessous.

2 Ph. Fargues, Présentation démographique des pays de la péninsule Arabique, et Serge de Klebnikoff, Les travailleurs immigrés de la péninsule, ci-dessous.

3 Far Eastern Economic Review, 11 mai 1979.

4 Informations provenant du Financial Times et des Fiches du Monde Arabe.

5 Voir à ce sujet les études de Geneviève Cayre et de Traute Wohlers-Scharf ci-dessous.

6 Middle East Review, 1978.

7 Voir également les études par pays, tome 2 : Antoine Aubry pour Bahrain, André Bourgey pour Kuwait, Boutros Labaki et Jacques Lonchampt pour l’Arabie Saoudite, Bruno Le Cour Grandmaison pour l’Oman.

8 Cf. Saoudi Introspect, dec. 1977.

9 Nous avons déjà mentionné à plusieurs reprises ce projet, qui est le noyau du programme saoudien d’industrialisation. Sa réalisation devrait s’étendre sur 10 à 15 ans, et coûter plusieurs dizaines de milliards de dollars. Une étude plus systématique est présentée dans le vol. II, contribution de Boutros Labaki.

10 Nous évoquons seulement pour mémoire cette question qui est traitée dans les contributions de G. Cayre, « La solidarité des pays producteurs de pétrole et des pays en voie de développement : les fonds d’aide multilatérale » et de Traute Wohlers-Scharf, « Les fonds nationaux arabes de développement : la coopération financière des pays arabes et la période post-pétrolière », ci-dessous.

11 La nature de cet ouvrage ne permet pas d’indiquer de manière détaillée les sources et les références. En cette matière, il s’agit surtout de la Banque d’Angleterre, du F.M.I., de la Morgan Guaranty Trust et de la revue Euromoney.

12 Voir Le Monde du 16 mars 1978. L’immobilier est la forme majeure de la pénétration des capitaux pétroliers en Egypte ou en Syrie (voire au Liban avant 1975). Cette attirance explique l’énorme spéculation immobilière et le caractère exorbitant des loyers qui caractérisent aussi les pays producteurs eux-mêmes.

13 Rappelons que nous ne traitons pas spécifiquement des opérations des « Fonds », et en particulier du Fonds Kuwaitien de Développement, auxquels sont consacrées les études de Geneviève Cayre et Traute Wohlers-Scharf ci-dessous.

14 Voir à ce sujet les contributions de Michel Tuchscherer sur la R.A.Y. et la R.D.P.Y.

15 Voir le tableau de l’évolution de la balance des paiements dans l’annexe statistique.

16 World Bank Country Study. Yemen Arab Republic, development of a traditional economy, Jan. 1979.

17 Cf. l’étude sur la population du Yemen, H. Steffen et O. Blanc, tome II de cet ouvrage.

Notes de fin

1 Voir la contribution de Philippe Fargues.

2 Approximations, la distinction n’est plus officiellement présentée dans le budget. La ventilation des recettes est inconnue.

3 La répartition de l’excédent du budget du Kuwait est la suivante : 324 millions (33 %) pour le fond de réserve des générations futures, 617 millions pour la réserve générale, 50 millions pour le FKDEA

4 Chiffre peu significatif du fait d’un très important poste en dépenses « prêts et participations » qui conduit à dégager un déficit de plus de 2 milliards de Rials.

5 Chiffre insignifiant.

6 Approximation ou ordre de grandeur.

7 Les réserves de gaz sont souvent mal connues et font l’objet de réévaluations fréquentes. Pour l’Arabie Saoudite, les estimations récentes portent les réserves à 7 812 Ma de m3, le chiffre 2 643 représentant les estimations officielles de l’OPEP, le pourcentage de 8 % des réserves mondiales est sans doute sensiblement inférieur à la réalité. Pour Abu Dhabi, les estimations varient de 800 à 10 000 milliards de m3.

8 Gaz réinjecté ou utilisé en pourcentage du gaz produit.

9 Les unités monétaires sont présentées dans le tableau F.I.

Table des illustrations

Légende Source : Economic Intelligence Unit
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre TABLEAU G.I. POPULATION – SUPERFICIE – P.N.B.
Légende Note (1)1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre TABLEAU G.II. RÉPARTITION SECTORIELLE DE LA POPULATION ET DU PIB – 1977-1978
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre TABLEAU G.III. PRINCIPAUX ÉLÉMENTS DE LA BALANCE DES PAIEMENTSDonnées converties en millions de dollars des E.U. au taux de change de l’année
Légende SOURCES : F.M.I. et statistiques nationales. Les + indiquent des rentrées, les – des sorties. Les envois des émigrés ont été isolés de la balance des services courants, pour mieux faire apparaître leur importance. Certains chiffres sont approximatifs ou sous-évalués (par exemple les envois de fonds par les émigrés travaillant au Kuwait ou en Arabie Saoudite).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre TABLEAU G.IV. REVENUS PÉTROLIERS – MILLIONS DE DOLLARS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre TABLEAU G.V. FINANCES PUBLIQUES – BUDGETS
Légende Note (1)2Note (2)3Note (3)4Source : Diverses publications du F.M.I., statistiques nationales, F.M.A.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre TABLEAU P.I. PRODUCTION ET RÉSERVES DE GAZ ET DE PÉTROLE
Légende Note (a)5Note (b)6Note (c)7Note (d)8
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre TABLEAU P.II. ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION DE PÉTROLE (millions de T/an)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre TABLEAU P.III. PRIX DE QUELQUES BRUTS. 1979-80 Dollar des États-Unis
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre TABLEAU P.IV. INDUSTRIE DU RAFFINAGE (1 000 tonnes)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre TABLEAU F.II. STATISTIQUES MONÉTAIRES9
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre TABLEAU F.II Bis. ÉVOLUTION DE LA MASSE MONÉTAIRE 1973-1978
Légende Source : International Financial Statistics.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre TABLEAU F.III. RÉSERVES DE CHANGE OFFICIELLES, OR EXCLU. En millions de DTS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre TABLEAU F.IV. ACTIFS NETS DE CERTAINS PAYS A L’EXTÉRIEUR (MILLIARDS DE S)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre TABLEAU F.V. EURO-OBLIGATIONS ET EUROCRÉDITS EN MONNAIE ARABES DE 1976 AU 3e TRIMESTRE 1979. ÉQUIVALENTS EN MILLIONS DE $ DES E.U. (POUR LES UNITÉS MONÉTAIRES, VOIR LE TABLEAU PRÉCÉDENT)
Légende Source : BANQUE MONDIALE, Borrowing in international capital markets, janvier 1980.Pour la signification des sigles monétaires, voir tableau F.I.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2522/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable