Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule Arabique aujourd’hui. Tome I

 | 
Paul Bonnenfant

Avant-propos

Paul Bonnenfant

Texte intégral

IMPORTANCE DE LA PÉNINSULE ARABIQUE

1Pourquoi un livre sur La péninsule Arabique d’aujourd’hui ? Cette initiative est due à l’intérêt et à l’originalité que représente cette région du monde arabe.

2Depuis 1973, la péninsule Arabique se trouve au cœur de l’actualité internationale, dans tous les domaines :

  • Le volume des ressources pétrolières fait de cette région un des principaux fournisseurs mondiaux d’énergie.
  • Les flux monétaires engendrés par les hausses successives du prix du pétrole, réinvestis dans les économies des pays industrialisés ou économiquement dominés, donnent aux pays de la péninsule une place financière de premier plan dans l’économie mondiale, et leur procurent les moyens matériels d’un rôle diplomatique croissant, notamment dans les pays musulmans et en Afrique.
  • Les investissements et les marchés créés par les politiques de développement des États de la péninsule fournissent des débouchés considérables à la main-d’œuvre des pays voisins et aux produits des pays industrialisés.
  • La péninsule Arabique borde la route maritime passant par le canal de Suez en un de ses points les plus étroits, la mer Rouge, et elle est riveraine de l’océan Indien, considéré par de nombreux observateurs comme une zone de conflits potentiels considérables, en Asie comme en Afrique. Son importance stratégique ne fait que croître.
  • Les événements survenus depuis 1978 en Afghanistan, en Iran, en Iraq et à La Mekke montrent le rôle considérable que peuvent jouer certaines tendances de l’Islam dans cette partie du monde.

3Mais la péninsule Arabique est la région la moins bien connue du monde arabe, malgré cette actualité. Seuls les Britanniques s’y intéressaient autrefois pour protéger leur route des Indes. Ayant perdu jusqu’en 1940 leur antique importance économique, les pays de la péninsule Arabique sont restés très fermés aux influences étrangères jusqu’à une date récente : l’Arabie Saoudite, le Yémen et l’Oman en sont les meilleurs exemples. Ces pays offrent l’intérêt d’avoir préservé leurs structures sociales sans changement important jusqu’au début de la redistribution des revenus pétroliers. Il est donc possible d’en obtenir des renseignements de premier plan sur l’organisation et le fonctionnement ancien des sociétés arabes.

4Dans le même temps, les changements économiques et sociaux engendrés par les politiques de développement suivies y revêtent une importance exceptionnelle. Les systèmes de production et les structures sociales, restés très protégés jusqu’en 1950 ou 1970 selon les pays, sont mis en cause dans tous les domaines : distribution de salaires réguliers, mise en place de structures gouvernementales centralisées supplantant les anciens pouvoirs tribaux et religieux locaux, émigration et urbanisation, montée de la consommation, scolarisation des garçons et des filles, voyages à l’étranger pour affaires, études ou tourisme, invasion des moyens de communication (radio, télévision, magnétophones, vidéo-cassettes, revues, journaux) là où ils étaient prohibés il y a dix ou vingt ans. L’intensité et la courte période durant laquelle ces mutations surviennent introduisent de considérables tensions et contradictions. Dans les pays producteurs de pétrole, la religion très vivante exalte le dépouillement mais la consommation règne en maîtresse sur la vie quotidienne. L’égalitarisme musulman et bédouin est proclamé mais au sein d’une inégalité croissante des revenus. La loi musulmane condamne l’intérêt mais les pays pétroliers sont parmi les plus riches du monde en capitaux à placer. La pureté du sang arabe est exaltée mais la société est investie par des étrangers non-arabes. Les dirigeants veulent le maintien des « valeurs religieuses et morales » de l’Islam au moment où les choix et mécanismes économiques les assaillent de toutes parts.

5Pour répondre à cette actualité et à cet intérêt, La péninsule Arabique d’aujourd’hui s’adresse au public non spécialiste mais désireux de prendre une connaissance attentive de cette région du monde arabe.

6Le premier tome de l’ouvrage obéit à une volonté de présentation systématique de l’ensemble de la péninsule, même si tous les aspects n’ont pu être traités. Le second tome offre des études par pays, dont l’ensemble, espérons-nous, suggèrera la diversité des pays de la péninsule et l’ampleur des transformations économiques, sociales et culturelles actuellement en cours.

LES COLLABORATEURS DU TOME I

7Les études du tome I de La péninsule Arabique d’aujourd’hui ont été effectuées par les auteurs suivants, dans l’ordre alphabétique :

8Olivier Carré, docteur ès lettres, chargé de recherches à la Fondation nationale des sciences politiques, animateur du groupe Islam et politique au Centre d’études et de recherches internationales, chargé d’enseignement à la Sorbonne nouvelle, Paris III.

9Geneviève Cayre, docteur en droit, chercheur associé à l’Institute of Western Europe, Columbia University, New York.

10Michel Chatelus, agrégé de sciences économiques, professeur de sciences économiques à l’université des sciences sociales de Grenoble, où il anime un groupe de recherches et d’études sur l’économie et les sociétés de la Méditerranée et du Moyen-Orient.

11Philippe Fargues, docteur de troisième cycle en sociologie, expert démographe et diplômé d’arabe, chercheur scientifique, spécialiste des questions démographiques au Moyen-Orient et en Afrique.

12Serge de Klebnikoff, chargé de recherches au Centre des hautes études sur l’Afrique et l’Asie modernes, Paris.

13Henri Labrousse, amiral, délégué permanent à la IIIe Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer.

14Pierre Marthelot, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris, où il dirige également le Centre d’études du Maghreb et du Moyen-Orient.

15Pierre Rondot, docteur en droit, ancien directeur du Centre de hautes études sur l’Afrique et l’Asie modernes, chargé d’enseignement dans divers établissements.

16Yves Schemeil, professeur agrégé de science politique à l’Institut d’études politiques de l’université des sciences sociales de Grenoble.

17Traute Wohlers-Scharf, docteur en droit et docteur en sciences économiques, membre du bureau du président du Centre de développement de l’O.C.D.E., Paris.

18Les manuscrits ont été harmonisés et préparés pour l’impression par P.B. Les épreuves ont été relues par les auteurs, par P.B. et par Jacqueline Quiles, collaboratrice technique au C.E.R.O.A.C. d’Aix-en-Provence, qui a également regroupé les corrections.

19L’index en fin d’ouvrage a été préparé par Jacqueline Quiles. Sa saisie informatique a été effectuée par Mireille LEBLANC sur programme d’Alain Beyma, avec l’ordinateur du G.I.S.-I.R.M. d’Aix-en-Provence.

20Les cartes ont été préparées par Claire Rivier, Pierre Rondot et P.B. Elles ont été dessinées par Jean Prodhomme, sauf la première, œuvre de Guillemette Bonnenfant.

21Toutes les photographies et légendes, en couverture et dans le livre, sont de P.B.

22La maquette de couverture a été gracieusement préparée par Marie Mamarbachi. Qu’elle en soit ici particulièrement remerciée.

23L’ensemble des travaux a été coordonné par Paul Bonnenfant, qui remercie tous les collaborateurs de l’ouvrage. Il remercie également MM. André Raymond et Gilbert Delanoue, professeurs à l’université de Provence et successivement directeurs du C.E.R.O.A.C, qui ont encouragé ce travail à ses diverses étapes.

SOMMAIRE DU TOME II

24Le second tome de La péninsule Arabique d’aujourd’hui, qui paraîtra quelques semaines après le premier, comprend les études suivantes :

L’Arabie du Sud

25Michel Tuchscherer. Présentation de la République Arabe du Yémen.

26Christian Robin. Esquisse d’une histoire de l’organisation tribale en Arabie du Sud antique.

27Gerald J. Obermeyer. La formation de l’Imamat et de l’État du Yémen : Islam et culture politique.

28Hermann A. Escher. Considérations sur l’infrastructure du Yémen.

29Hans Steffen et Olivier Blanc. La démographie de la République Arabe du Yémen.

30Jon C. Swanson. Histoire et conséquences de l’émigration hors de la République Arabe du Yémen.

31Etienne Renaud. La vie culturelle en République Arabe du Yémen.

32Lucien Golvin. Quelques aspects de l’architecture domestique en République Arabe du Yémen.

33Michel Tuchscherer. Formation d’un État. La République Démocratique et Populaire du Yémen (1839-1980).

L’Oman

34Colette Le Cour Grandmaison. Présentation du sultanat d’Oman.

35Jean-Louis Miège. L’Oman et l’Afrique orientale au xixe siècle.

36Bruno Le Cour Grandmaison. L’économie omanaise : 1970-1980.

37Colette Le Cour Grandmaison. La société rurale omanaise.

38John C. Wilkinson. Changement et continuité en Oman.

Les pays du Golfe, d’ouest en est

39André Bourgey. Kuwait.

40Antoine Aubry. Bahrain.

41Anie Montigny-Kozlowska. Redistribution des revenus pétroliers et changements sociaux au Qatar.

42Frauke Heard-Bey. Le développement d’une Cité-État dans le Golfe : l’exemple de Dubayy.

L’Arabie Saoudite

43Lucien Champenois et Jean-Louis Soulié. Le Royaume d’Arabie Saoudite.

44Boutros Labaki. L’économie saoudienne.

45Jacques Lonchampt. La planification en Arabie Saoudite.

46Gilbert Grandguillaume. Valorisation et dévalorisation liées aux contacts de culture en Arabie Saoudite.

47Paul Bonnenfant. La capitale saoudienne : Riyadh.

Système de transcription

48Nous avons utilisé un système de transcription simplifié, ne faisant pas appel à des signes diacritiques, pour faciliter la lecture des mots arabes aux non-spécialistes. Nous avons ainsi, dans l’ordre de l’alphabet arabe : ’ (hamza), â, b, t, th, j, h, kh, d, dh, r, z, s, sh, s, d, t, z, ‛, gh, f, q, k, 1, m, n, h, w (consonne) ou û (voyelle), y (consonne) ou î (voyelle), a (fatha), i (kasra), u (damma).

49Les noms de pays et villes les plus connus ont été transcrits comme ils le sont le plus fréquemment dans l’usage international actuel : par exemple Bahrain, Kuwait, Qatar pour les États, Abu Dhabi, Aden, Doha, Jedda, Riyadh, Sanaa ou Taif pour les villes. Les autres noms de lieux ont été transcrits comme ils le sont sur les excellentes cartes récemment établies pour les pays de la péninsule Arabique (moins le h du tâ’ marbûta). Pour la même raison d’homogénéité avec ces cartes, nous avons écrit wâdî pour oued et jabal pour djebel.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540