Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Lybie nouvelle

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

Introduction à la connaissance de la littérature libyenne contemporaine

Noureddine Sraieb

Texte intégral

  • * Chargé de recherches au C.N.R.S. C.R.E.S.M.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Cf. Vincent Monteil, Anthologie bilingue de la littérature arabe contemporaine. — Beyrouth, Imprim (...)

2Si la littérature arabe a connu ces derniers temps un effort de vulgarisation dans les milieux francophones, la littérature libyenne de langue arabe est toujours restée absente et étrangère à ces travaux, comme nous le prouve l’examen des anthologies de la littérature arabe contemporaine, parues jusque là1.

3Est-ce à dire que la littérature libyenne contemporaine n’était pas digne d’intérêt pour qu’elle fût présentée à un public non arabophone ? Nous laisserons le lecteur juge après qu’il aura pris connaissance de cette introduction à la littérature libyenne qui, loin d’être complète, tentera néanmoins d’en marquer l’évolution, d’en déterminer les genres et de signaler les perspectives qui lui sont ouvertes.

  • 2 Cf. Les participations de G. Albergoni et J. Vignet-Zunz, Y. Martin et R. Mantran dans le présent (...)

4L’étude de la création littéraire - superstructure - est intimement liée à l’analyse de l’infrastructure de la formation sociale considérée, aux divers développements historiques qu’elle a subis dans son existence, aux changements sociaux qui en ont résulté. Ces divers points ont été traités par ailleurs, nous n’y reviendrons donc pas2. La création littéraire en Libye, comme ailleurs a été le « reflet » de la situation réelle de la Libye aux diverses époques de son histoire tant par son contenu que son mode d’expression et de diffusion.

5Et il n’est guère étonnant dès lors de constater que les deux genres dominants dans la création littéraire libyenne aient été et sont encore la poésie et la nouvelle.

Société et expression littéraire.

6En effet, pour que ces deux genres soient dominants il faut qu’ils répondent aux nécessités et à la situation de la société qui les produit à un moment donné de son histoire. C’est le cas pour la Libye, société nomade à l’origine et jusqu’à des temps proches — sinon jusqu’à maintenant pour certaines régions — et organisée en tribus.

7La création littéraire devait s’exprimer par les moyens les plus appropriés à la situation et aux conditions de vie de cette société. Or, qui dit nomadisme, dit déplacements successifs et instabilité. La recherche de la vie, surtout quand elle est difficile, ne favorise pas une création littéraire de longue haleine telle que le roman ou l’épopée. Dès lors la poésie, plus facilement transmissible prend une place de choix. Ceci d’autant plus que le poète, dans une société tribale, avait une fonction très importante ; il était d’abord et avant tout le défenseur de sa tribu, son laudateur, son aède. Étant donné, par ailleurs, les difficultés de la communication écrite dues au manque de moyens techniques c’est la communication orale qui prédomine, et pour être saisi et retransmis facilement, le message doit être relativement court. Ces éléments expliquent, entre autres, pourquoi la poésie a été le genre dominant de l’expression littéraire.

8Mais parallèlement à la poésie, le conte aussi se développe. Les réunions de groupes qui vivent sur les campements de la tribu se tiennent régulièrement soit pour faire le point des événements de la journée, soit que chacun vienne raconter ses aventures, soit pour raconter des histoires vraies ou mythologiques, le soir, lors de la veillée traditionnelle. Là aussi les mémoires ne retiennent que ce qui est relativement court et partant transmissible et pouvant être perpétué par les éléments d’un groupe ou même transmis à d’autres groupes, d’autres tribus. Ce sont ces données sociologiques qui ont déterminé, à notre sens, la naissance et l’essor de tel genre littéraire plutôt que de tel autre.

9Durant la période d’occupation ottomane et de colonisation italienne, la structure sociale libyenne ne semble pas avoir évolué. Cependant d’autres contingences, d’ordre politique surtout, sont venues raffermir le rôle de la poésie. En effet, en période d’insécurité, de censure et de répression, la transmission des messages se fait oralement, au détriment du message écrit qui, en cas de découverte, implique des représailles de la part des autorités dominantes.

10Étant donné d’autre part le degré d’alphabétisation des populations considérées, ce sont la tradition orale et la poésie populaire qui constituent la part la plus considérable de la création littéraire, soit pour toucher le plus grand nombre de la population, soit parce que la plupart des poètes étaient analphabètes et par conséquent incapables de transcrire eux-mêmes leurs propres productions.

  • 3 Sur le développement et le rôle de la presse libyenne. Cf. Christiane Souriau-Hoebrechts. — La pre (...)

11Le manque d’infrastructure et de moyens d’imprimerie limitait encore davantage la publication d’œuvres écrites. Même ce qui devait devenir par la suite le support essentiel de cette production, c’est-à-dire la presse, n’avait pas encore connu le développement que connaîtra la presse libyenne après son indépendance, celle-là étant soumise aux aléas politiques de l’époque3 et ne jouissant pas d’une liberté totale favorisant la création littéraire.

Itinéraire de la poésie libyenne ou : de la tribu à la conscience nationale

12Ce n’est qu’après l’indépendance libyenne que l’on prend une réelle connaissance de la production littéraire dans ce pays. La publication d’œuvres jusque là inédites, le colportage de poèmes de bouche à oreille, les études de critique littéraire, les tables rondes et séminaires sont autant de preuves, parmi d’autres, de cette renaissance littéraire.

  • 4 Les deux premières périodes ont été adoptées et étudiées par Moh’ammad Sadok Afifi. — al-Ittijâhât (...)
  • 5 Cf. à ce sujet, Hasan Sulaymàn Mah’mud. — Libyâ bayna’l-mâdh’î wa’l-h’âdh’ir [La Libye, passé et p (...)

13Un coup d’œil sur la poésie et les poètes libyens nous montrera l’évolution de celle-ci tant dans sa forme que dans son contenu. Par souci de clarté et de périodisation de ces différentes étapes, nous classerons les poètes à partir de phases historiques. Aussi commencerons-nous par les poètes de l’époque turque, viennent ensuite ceux de l’occupation italienne jusqu’à l’indépendance, pour analyser finalement la poésie de la période postcoloniale4. Par période turque, nous entendons ce que H’asan Sulaymân Mah’mûd appelle « la deuxième période turque » c’est-à-dire de 1835 à 1911, période qui marque la fin du règne des Karamanli et les débuts de l’occupation italienne, et notamment l’année 1855 date à laquelle la confrérie senoussi se fixe à Jaghboub, après que le Cheikh Senoussi Mohammed Ben Ali, se soit installé à Baïda en 18435. Période importante à divers titres : elle marque les débuts de l’action effective des Senoussis et de leurs adeptes contre « l’abandon turc » et les débuts de l’occupation italienne et son expansion.

14Deux poètes, des plus connus et des plus populaires en Libye ont réagi à cette situation. Il s’agit, en particulier, de Muh’ammad as-Sinî et de Sulaymân al-Barûnî.

  • 6 Les biographies des poètes cités sont tirées de l’ouvrage de Mohammed Sadok Afifi. op. cit.

15Muh’ammad AS-SINI est né en 1860 à Mizda de parents originaires du Soudan, venus s’installer en Libye pour s’adonner au commerce. Il commença ses études dans les zaouias senoussi du sud libyen et les poursuivit à l’Institut de Jaghboub où il étudia la littérature, la syntaxe, la langue et l’exégèse... L’imam el-Mehdi lui confia diverses missions par la suite : il dirigea la zaouia de Mizda, fut chargé d’une mission militaire au Soudan où il devint le chef miliaire des troupes senoussies tout en dirigeant la Zaouia de Garou. A son retour à Koufra, deuxième capitale des Senoussi, le poète participa activement à la guerre italo-libyenne en 1911. En 1928, quand la situation se calma, il se rendit à Mizda visiter ses enfants et y trouva la mort en 19296.

16La poésie de Muh’ammad as-Sinî marque une nette évolution par rapport à la période précédente pénétrée surtout par le courant soufi mystique. Il est vrai que quelques relents de cette poésie demeurent encore chez as-Sinnî, appelé par ailleurs le « poète de la Senoussiyya » vu les égards dont l’entoura le cheikh al-Mahdi. Mais les événements du moment imprimèrent un ton nouveau à la production du poète. Si sa poésie resta imprégnée de ses origines sahariennes et bédouines, rappelant tant dans la forme que dans le contenu la poésie arabe pré-islamique, le poète ne tarda pas à évoluer et à devenir de plus en plus didactique en abordant des sujets contemporains et politiques tels que son poème consacré au Congrès de la Haye (1898 et 1909) qui devait aboutir à la limitation de l’armement des grandes puissances de l’époque. En 1911, l’Italie entrait en guerre contre la Libye. Et le poète de s’interroger :

« La Haye ! Où en sont les promesses ?
Alors que les feux de la guerre rendent blancs les cheveux des enfants !
Vous avez signé un traité de fidélité et clamé haut la fin de la barbarie,
Mais qu’a donc Rome qui viole le pacte signé
Et renouvelle les horreurs ? »

17Le raffermissement de la Senoussiya, les divergences de celle-ci avec l’empire ottoman, l’occupation italienne vont donner un ton nouveau à la poésie libyenne. Si celle-ci reste fidèle à l’éclectisme de la poésie arabe ancienne, si elle continue à utiliser le même lexique et la même métrique, à assimiler nationalisme et religion, elle n’en prend pas moins une dimension nouvelle, en voulant susciter le patriotisme des Libyens par la revalorisation des traditions arabo-islamiques.

18De tels thèmes apparaissent clairement dans la poésie de Sulaymân AL-BARUNI qui eut maille à partir avec les Ottomans comme avec les Italiens. Il est né à Jadou en 1870. Son père d’origine berbère du Djebel Nefoussa, était un savant éminent. Après avoir reçu une éducation de son père, il gagna l’Université de la Zitouna à Tunis à l’âge de 17 ou 18 ans où il resta cinq ans. Il se rendit ensuite à al-Azhar du Caire où il eut des relations avec le cheikh Muh’ammad ‘Abduh et ses disciples. Après son séjour au Caire, il gagna le M’zab dans le sud algérien où il devint disciple des cheikhs Ben Tefaïch et Ben Youssef al-Mizabi, qui étaient et restent encore des autorités de l’Ibadisme.

19Ces séjours successifs dans trois pays arabes devaient sans doute influer sur le jeune Barûnî, à un moment où le monde arabe et musulman vivait une période très mouvementée de son histoire. C’est, en effet, la période de gestation de la renaissance où le mouvement réformiste prend de plus en plus d’ampleur et où les peuples arabes et musulmans tentent d’affronter par tous les moyens la poussée impérialiste occidentale qui devient tentaculaire.

20Barûnî s’engagea activement dans cette lutte quand il alla s’installer au Caire, après que les autorités ottomanes l’eurent libéré de prison. Celles-ci reprochaient, en effet, à Sulaymân al-Barûnî de vouloir l’indépendance de la Libye de l’empire ottoman. Il fonda au Caire un journal intitulé al-Asad al-islâmî [le lion islamique] prônant la création d’une ligue islamique, ainsi qu’une imprimerie. Barûnî entreprit plusieurs voyages en Europe, notamment en France, à Malte, et en Orient où il entretint de bons rapports avec des personnalités politiques, des penseurs...

  • 7 Pour plus de renseignements sur ce personnage éminent du nationalisme libyen, voir Belgacem al-Bar (...)

21Lors de l’occupation italienne en 1911, il fut l’un des premiers résistants à l’occupation en prenant une part active au combat et en poursuivant la guerre même au-delà de 1912, c’est-à-dire après l’accord intervenu entre la Turquie et l’Italie à propos de la Libye. Il fut cependant battu par les Italiens en 1913 et dut rejoindre la Tunisie puis la Turquie où il fut nommé Pacha par le Sultan Mohamed V. En 1916, Barûnî fut nommé gouverneur de Tripoli, puis fut à l’origine de la création de la République Tripolitaine. Il fut obligé par la suite de quitter la Libye et parcourut plusieurs pays du Moyen-Orient, devenant conseiller particulier de plusieurs émirs ou sultans jusqu’à ce que la mort l’atteignît en 1940 à Bombay où il se rendit pour se faire soigner7.

22La vie militante et mouvementée de Sulaymân al-Barûnî n’empêcha pas celui-ci de faire de la poésie. Il commença à composer des vers à 13 ans, semble-t-il. Bien au contraire, celle-ci lui servait d’arme de combat dans une lutte qu’il situait déjà à deux niveaux : la libération de son pays, la Libye d’une part, la libération et la renaissance du monde musulman dans son ensemble, d’autre part. Ce rôle de la poésie apparaît dans ces vers :

  • 8 Za‘îma al-Barûni. — op. cit., p. 530.

« Voici la poésie qui participa à des guerres redoutables.
Sur elle furent déversées des bombes tombant comme des foudres.
S’engageant sans crainte dans les combats sur des chevaux prêts au départ.
Avec le désir de purifier les régions des fils d’italiennes... »8

23L’œuvre d’al-Barûnî, dont nous ne connaissons qu’une partie, concernant sa poésie notamment, est demeurée de facture classique, utilisant un vocabulaire souvent simple comme cela apparaît dans certains poèmes de circonstance. C’est une poésie didactique et linéaire, où le souci de convaincre est dominant chez un leader dont la préoccupation première reste de rassembler autour de lui un nombre toujours grandissant de combattants.

  • 9 Cf. à ce sujet l’introduction de ‘Ali Mustafa al-Musrati. — Diwân Must’afâ ibn Zikri at- T’arabuls (...)

24Ce manque de recherches chez Barûnî contraste avec ce renouvellement de la poésie tel qu’il apparaît dans l’œuvre de Mustafa IBN ZIKRI, contemporain de Barûnî puisqu’il est né en 1853 et mort en 1918, c’est-à-dire quand al-Barûnî avait 48 ans. Si sa poésie de circonstance, tels ses poèmes adressés au Sultan Abdelhamid ou à al-Mahdi es-Senoussi restent dans la tradition de la poésie arabe ancienne, sa poésie amoureuse est certainement d’un apport nouveau dans la poésie libyenne de l’époque, non seulement par son contenu mais aussi et surtout par sa forme. L’origine andalouse d’Ibn Zikri lui a permis sans doute d’introduire dans la société libyenne conservatrice de l’époque ces thèmes poétiques mais aussi le Zajal qu’il utilise plus vonlontiers dans ses poèmes9 et qui donne ainsi à sa poésie un aspect particulier par rapport à la poésie libyenne de l’époque.

25Mais ce sont les poètes nés vers les années 1900 qui tout en assurant une certaine continuité dans les thèmes, souvent imposés par les événements, vont se révolter contre la métrique arabe traditionnelle, et ouvrir ainsi la voie à de nouvelles recherches en poésie de plus en plus précisées par les générations successives de poètes. Il s’agit là surtout de la génération qui a vécu toute la période de l’occupation italienne en la combattant.

Une nouvelle étape : de la conscience nationale libyenne à la nation arabe.

26Divers facteurs ont joué en faveur du renouvellement poétique en Libye. Les premiers poètes que nous avons signalés ont été presque tous formés dans le cadre des Zaouias senoussites, ou ont reçu un enseignement à tendance beaucoup plus religieuse que profane. Cet enseignement a donc influencé leur choix des sujets, la manière de les traiter, obéissant beaucoup plus à des schémas poétiques anciens qu’à un souci de renouvellement des thèmes et de la forme. La poésie laudative et de circonstance domine. Le cloisonnement dû à la vie tribale, aux manques de déplacement,, à l’exception de certains d’entre eux, les mettrait à l’abri de toute influence étrangère, notamment arabe, à un moment où les moyens de communication de masse n’étaient pas encore développés.

  • 10 in Rafîq shâ’ir al-wat’aniyya [Rafiq, poète du nationalisme] Tripoli, Imprimerie officielle [1965] (...)
  • 11 M.K. Talisi, op. cit., p. 37.

27La fin de la domination turque, l’occupation italienne et la période de l’entre-deux guerres vont apporter des modifications notables et influer sur le développement du courant poétique en Libye. La deuxième génération que nous aurons à examiner ici aura des caractéristiques autres que celles de la précédente. Son éducation d’abord sera plus diversifiée. Outre l’enseignement coranique, la plupart d’entre ces poètes sont allés à l’école primaire italienne et connaissent la langue turque pour l’avoir apprise à l’école aussi. Quand ils ont pu suivre un enseignement secondaire, ils ont pris connaissance de la littérature et notamment de la poésie italienne ou turque. Leur connaissance approfondie de l’arabe les mettait en contact avec la production littéraire en langue arabe, soit en se procurant ces productions publiées, soit par une prise de contact directe avec les écoles littéraires, au Moyen-Orient même, où la plupart des poètes libyens de cette génération ont séjourné pour y suivre des études, y vivre en exil ou y rejoindre les rangs de l’armée senoussie. C’est pourquoi nous pouvons apparenter les poètes de cette génération à ce que Khalifa Moh’ammed at-TALISI appelle « l’école classique contemporaine »10 dont les maîtres au Moyen-Orient ont été Ah’mad CHAWQI, Ma’rûf ar-RUÇAFI et ZAHAWI parmi d’autres, même si le niveau de la poésie de ceux-là reste en-deçà de ce que réalisèrent ces poètes du Moyen-Orient. « Cette école continua cependant à alimenter le sentiment général en exprimant l’ambition nationaliste, à faire évoluer la poésie en la faisant échapper aux normes anciennes et mortes et à se dégager quelque peu des styles classiques qui ont caractérisé l’ancienne école »11. Plusieurs poètes appartiennent à cette tendance à la fois classique et novatrice.

28L’une des caractéristiques essentielles de cette école c’est d’avoir pris des positions nationalistes très nettes en donnant au nationalisme un sens plus moderne, limité au territoire libyen dans sa lutte contre l’impérailisme italien, à revaloriser l’héritage culturel arabe dont la langue et la religion, sans toutefois mêler nationalisme et religion comme cela fut souvent le cas avec les poètes de la génération précédente. Elle constitue par ailleurs une charnière entre l’école classique conservatrice et la « nouvelle école » de jeunes poètes libyens dont la production sera prospère surtout après l’indépendance de la Libye. Trois poètes semblent représenter cette période à travers lesquels nous pouvons percevoir les mutations qui commencent à s’accomplir : Ahmad-ash-Sharif, Rafîq al-Mahdaoui et Ibrahîm al-Astà ‘Umar.

  • 12 Pour une bibliographie plus complète cf. Ali Mustafa al-Musrati. — Shâ‘ir min Libyâ : Ah’mad ash-S (...)
  • 13 A propos de la poésie arabe classique, cf. l’article ‘Arùd « in Encyclopédie de l’Islam, Nouvelle (...)

29Ahmad ash-SHARIF est né à Zlitin aux environs de 1864 d’une famille pieuse dont le père appartenait à une secte soufie. Ahmad fit ses études dans les Zaouias et reçut par conséquent une éducation surtout religieuse. Il participa activement à la lutte contre l’occupation italienne et fut même emprisonné par les autorités italiennes et libéré par la suite. Il occupa les fonctions de qadhi jusqu’en 1948, date à laquelle il fut atteint de cécité. Il est mort le 11 août 195912. L’activité littéraire d’Ahmad ash-Shârif se manifesta dans sa création poétique surtout. Celle-ci resta très fidèle dans sa forme à la poésie classique13. Quant à son contenu, il est dominé par un mysticisme marquant la grande piété du poète soufi, notamment dans ses poèmes consacrés au Prophète Mohammed ou nabawiyyât, et auquel n’échappèrent pas sa poésie amoureuse ni ses poèmes de circonstance et ses correspondances poétiques car Ahmed ash-Sharîf s’essaya dans tous ces domaines.

  • 14 A.M. al-Miusrati. — op. cit., pp. 49-108.

30Cependant, le poète a vécu intensément les problèmes de son temps. Il consigna dans ses poèmes les grands événements dont il fut témoin, applaudissant au Dustûr du Sultan Abdelhamid comme à l’indépendance de son pays, dépassant même les frontières nationales pour célébrer l’arabisme, comme cela apparaît dans ses poèmes classés par A.M. al-Musrati sous la rubrique ‘urûbiyyât wa-wat’aniyyât — poèmes arabes et poèmes nationalistes14, autant de thèmes qui seront repris et énoncés, sous d’autres formes cette fois-ci, par d’autres poètes de la même époque dont notamment Rafîq al-Mahdaoui et Ibrahim al-Astà ‘Umar.

31Cette veine nationaliste, même si elle a toujours existé dans la poésie libyenne sous des formes diverses, a été reprise et développée par le poète Ahmed Rafîq al-MAHDAOUI, dénommé à juste titre « le poète du nationalisme libyen ».

32De famille descendant de Abû ‘Ubayd Allâh al-Mahdi, fondateur de la dynastie fatimide à Mahdia (297 H./909 R.) venue s’installer à Tripoli, Ahmad Rafîq est né en 1898 à Fsatû, petit village libyen. Son père était haut fonctionnaire du gouvernement ottoman et le grand-père et l’arrière grand-père étaient des notables de Benghazi.

  • 15 D’après une autobiographie de l’auteur in Diwân shâ‘ir al wat’an al-Kabîr Ah’mad Rafîq al-Mahdawî (...)

33Lorsque son père fut muté à Nâlût, il le suivit et y resta sept ans au cours desquels il apprit le Coran. De là, il suivit ses parents à Musràta où il reçut un enseignement en langue turque en même temps qu’il apprit le français dans une école privée, puis suivit les cours de la Zaouia gharbiyya où il obtint son certificat d’études primaires en langues arabe et turque. Après cela, il devait passer dans l’enseignement secondaire à Tripoli mais l’occupation italienne l’en empêcha. Il rejoignit alors Alexandrie deux ans après en compagnie de ses parents. Il obtint de nouveau un certificat d’études primaires dans les écoles d’Alexandrie et fut sur le point d’obtenir son baccalauréat. Mais avant de passer ses examens, il quitta Alexandrie pour revenir à Benghazi. Il y occupa un poste de secrétaire de mairie dont il fut révoqué par le régime fasciste. Il partit alors en exil en Turquie où il fit du commerce jusqu’en 1939, date à laquelle il revint à Benghazi. Il fut de nouveau exilé par les autorités italiennes et regagna derechef la Turquie où il résida jusqu’en 1945 quand il retourna en Libye gérer les affaires de sa famille, refusant toute autre fonction qui lui fut proposée15. En 1951, il fut nommé membre du Sénat Libyen et mourut en 1961.

34Autant la vie de Rafîq fut mouvementée et jalonnée d’événements, autant sa création littéraire, poétique surtout, même si le poète s’adonna quelque peu à la prose, fut féconde. Poète lyrique de l’exil, il fut aussi l’ennemi de l’ordre colonial italien. Durant toute sa vie, il n’eut de cesse que de clamer sa haine contre toute forme d’oppression étrangère ou nationale. C’est le cas dans ses poèmes de combattant en exil, c’est aussi le cas dans ses poèmes d’occasion adressés au Roi Senoussi, le mettant en garde contre l’injustice, réclamant les droits de son peuple, voulant le protéger contre « les vieux et les jeunes loups » de la politique, adoptant pour cela un langage clair, direct, courageux. Il n’y a rien là d’étonnant de la part d’un homme qui considère la liberté d’expression et de pensée comme des valeurs inestimables, car : « le courage en temps de guerre n’est pas plus estimable pour un homme libre que de réclamer des droits spoliés », lui demandant en outre « de faire tonner la parole de vérité dût-elle déplaire à celui à qui elle est adressée ». Le mérite éminent de Rafîq dans toute sa poésie politique fut d’avoir mis celle-ci au service de la cause de son peuple à un moment crucial et dramatique dans la vie du peuple libyen, favorisant sans aucun doute une prise de conscience politique nécessaire à la lutte contre la colonisation italienne. Mais il y a un revers de la médaille !

  • 16 Cf. à cet égard Kh. Talisi. — op. cit., p. 45 sq.

35En effet, la poésie de Rafîq est restée linéaire et surtout didactique, plus proche du discours en vers que de la véritable poésie, comme cela apparaît par exemple dans son hymne au poète italien d’Annunzio ou à Marconi, le premier inventeur de T.S.F. Il suivit en cela la voie tracée par Zahawi, poète égyptien pour lequel Rafîq avait beaucoup d’admiration, Chawqi ou Hafiz Ibrahim16 chez lesquels une conscience aiguë a dominé leur propre sensibilité poétique.

  • 17 Sur ces influences voir les introductions aux anthologies de R. et L. Makarius, Vincent Monteil et (...)

36Et peu importe la forme finalement pour Rafîq qui voulait « tordre le cou » à la métrique d’al-Khalil ibn Ahmad jugé par lui trop astreignante. Malgré ses appels à l’innovation et à l’instar de Zahawi ou Chaqwi, il se maintint dans la ligne des poètes classiques. Par sa fréquentation des poètes du Moyen-Orient qui lui étaient contemporains, Rafîq a ouvert une voie à des contacts qui seront de plus en plus tenus entre ceux-ci et les écrivains libyens et feront que la littérature libyenne suivra désormais les évolutions que subira la littérature arabe contemporaine dans son ensemble ; notamment par les influences étrangères, européennes surtout, qui agiront sur elle17.

37Ibrahim al-ASTA ‘UMAR constitue à cet égard un point charnière entre la vieille et la nouvelle école. Il s’agit d’un poète autodidacte, contrairement à ceux que nous avons eu à signaler. Il est né en 1908 à Derna (Province de Barqa) d’une famille originaire de Tunisie dénommée al-Bahri, de Bizerte. Son père est mort alors que ‘Umar n’avait que huit ans. Son père n’ayant pas laissé d’héritage suffisant pour nourrir la famille composée de la mère et de quatre jeunes filles, ‘Umar dut très tôt abandonner l’école pour travailler afin de subvenir aux besoins de sa famille. Il fut donc amené à faire plusieurs métiers : portefaix, ramasseur et vendeur de bois jusqu’en 1921 où il fut nommé agent de service aux douanes de Derna. Dès lors, il songea à se remettre à étudier seul ce qu’il n’a pas pu faire à l’école, en italien et en arabe. Il se procura par la suite des ouvrages et revues provenant secrètement du Moyen-Orient et prit ainsi connaissance d’œuvres anciennes et modernes qui l’incitèrent à en savoir davantage. Il fit de tels progrès qu’il fut nommé secrétaire au tribunal du Charaâ. ‘Umar continua néanmoins à s’instruire et alla se présenter à un concours de recrutement d’instituteur auquel il fut admis mais les autorités l’empêchèrent de quitter son poste de secrétaire pour aller enseigner.

  • 18 Pour plus de renseignements biographiques, voir sa note autobiographique in Diwân al-bulbul wa’l-w (...)

38Ce ne fut qu’en 1938 qu’il put quitter la Libye pour le Moyen-Orient. Il se rendit en Syrie, en Irak, en Jordanie puis en Égypte où il fut enrôlé dans l’armée senoussie en 1940. Il revint en Libye en 1943. En 1950, il fut élu député au Parlement mais il est mort par noyade la même année avant qu’il ait pu remplir son mandat de député18.

39Son œuvre poétique porte la marque de cette vie difficile et incertaine. Ibrahim al-Asta fut le premier poète libyen, contrairement à ses prédécesseurs ou ses contemporains, de condition économique faible. Ce combat pour la vie apparaît très nettement dans son œuvre en ce qu’elle comporte de pessimisme et de doute existentiel. Son poème : « Qu’est-ce que la vie ? » est l’illustration la plus nette de cette perspective pessimiste du monde dans lequel s’est débattu le poète. La vie lui apparaît jalonnée de souffrances, de malheurs, de déceptions, de mensonges... qui rendent le poète perplexe :

40« En fin de compte, je ne sais quel sera le devenir », s’exclamera-t-il.

  • 19 Cf. sur ce point A.M. al-Musrati. — Shâ ir... op. cit.

41Dans toute sa poésie « existentielle » (wujdâniyyât), on décèle diverses influences dont celles d’al-Ma‘arrî, Ilya abû Mahdi ou ‘Umar al-Khayyâm auxquels le poète voue d’ailleurs une grande admiration19.

42Poète du désespoir, mais aussi poète de l’espoir et de la lutte, à sa propre image et à celle de son peuple soumis à l’occupation mais voulant à tout prix s’en dégager. Il demande alors au rossignol de continuer à chanter « couvrant l’univers d’hymnes ou de discours ».

43Le poète ne désespère pas à l’écoute du rossignol, lui contant les malheurs de sa Libye lointaine car il voit dans le ciel :

44« ... des éclairs lumineux, des orages venant du Nord

45Quand ils éclateront, incendiaires, plaqueront calciné l’ennemi sur ces collines

46Et alors de nouveau, notre patrie nous retrouverons, si Dieu veut, en des temps heureux ».

47Avec al-Asta ‘Umar, la poésie libyenne prend un aspect tout-à-fait nouveau où se mêlent le symbolisme et le réalisme, le sentiment et la réflexion, la recherche lexicale et la versification renouvelée. Elle évite la platitude et la linéarité. Même dans ses poèmes les plus militants, al-Asta ‘Umar ne fait pas de discours en vers, il est avant tout poète.

48Plus proche du Tunisien Abu’l-Qacim ach-Chabbî et de l’école romantique Appolo que du cheikh Ahmed ach-Shârif, c’est sans aucun doute en lui que la jeune génération de poètes libyens pourra le mieux se reconnaître.

La génération d’après-guerre et de l’indépendance.

49La période d’après-guerre et celle de l’indépendance ont fourni à la Libye une nouvelle génération de poètes et d’hommes de lettres. Cette nouvelle génération diffère sensiblement des précédentes tant par son origine sociale que par son nouveau mode d’éducation et sa participation à la lutte nationale. Si la vieille école libyenne était constituée — comme on a pu le voir à travers les quelques biographies que nous avons présentées — de notables formés dans les zaouias senoussies de la région de Jaghboub ou dans des établissements où l’enseignement était à dominante sinon totalement religieux, une telle appartenance et une telle formation expliquent en grande partie que les poètes de cette génération aient été conservateurs et que leur mysticisme se soit révélé tout au long de leurs œuvres jusques et y compris celles qui nous paraissent les plus engagées contre le régime de domination ou favorables au rassemblement des pays arabes et islamiques. La morale islamique constitue la toile de fonds de cette poésie de circonstance ou de poésie « sociale » où le poète critique ou dicte le comportement des autres en fonction de ces normes, la nation même garde encore chez eux une signification particulière où la composante religieuse est dominante et englobe toute communauté musulmane.

50L’école classique moderne tentera des innovations qui lui seront imposées par l’évolution sociale et politique des pays. Une poésie politique et de combat s’affirme de plus en plus et prend la place la plus prépondérante dans la création poétique libyenne notamment avec Ahmed Rafîq al-Mahdawi, dégageant celle-ci de l’emprise mystique.

51La génération de l’après-guerre et de l’indépendance aura des atouts que n’ont pas pu avoir les générations précédentes. Elle vivra la période des bouleversements que subira le monde arabe dans son ensemble. La conquête de la Palestine par les Sionistes marquera sans conteste le début d’une ère de contestations et de remise en cause de certains régimes et de structures dans les pays arabes qui aboutira au coup d’État égyptien de 1952.

52Cette époque est également marquée par le développement des luttes anti-impérialistes et de libération nationale au Maghreb particulièrement.

  • 20 Sur ces questions du monde arabe, cf. Louis Jovelet. L’évolution sociale et politique des Pays ara (...)

53En Libye même, on assiste à des bouleversements dûs à la défaite italienne et à la prise en charge des affaires libyennes par les autorités anglaises et françaises. Une telle situation, si elle ne changeait pas radicalement la condition des Libyens, leur redonnait néanmoins confiance dans l’issue du combat qu’ils avaient mené et qu’ils continuaient à mener contre toute occupation étrangère, animés par un désir réel d’indépendance, de démocratie et d’unité nationale et arabe à l’instar de ce qui se passait alors dans d’autres pays du monde arabe et musulman20.

  • 21 Sur cette association cf. Taha al-H’Ajiri. — al-H’ayât al-adabiyya fî Lîbya (ash-shi’r) [La vie li (...)
  • 22 Voir à ce sujet la contribution de Christiane Souriau « La Libye moderne ». En 1970-71, la Faculté (...)

54Déjà à cette époque, les échanges entre la Libye et le monde arabe, particulièrement moyen-oriental, se développent après que l’occupation italienne aura tout fait pour l’empêcher. Le déplacement de personnes amène inévitablement une confrontation des idées. C’est ainsi que les échanges culturels et intellectuels se sont développés à la veille de l’indépendance pour s’affermir davantage après, lorsque retournés dans leur pays, des exilés libyens créeront en 1943 une organisation culturelle du nom d’un chef historique libyen ‘Umar al Mukhtar. Le rôle essentiel de cette association était de favoriser l’éducation des Libyens, privés par les autorités italiennes d’accéder à la culture, de créer des clubs culturels pour toutes les couches de la population, de favoriser la naissance et le développement d’une presse nationale capable d’agir sur les masses et de leur faire prendre conscience des problèmes sociaux ou politiques qui se posent à elles21. Profitant de cette tribune, les organisateurs vont propager leurs idées acquises lors de leurs séjours dans des pays tels que l’Égypte, la Syrie ou l’Irak. Ils s’efforceront par là-même de vulgariser auprès des jeunes les différents courants littéraires ou de pensée qui continueront à être diffusés par la suite après la création de l’Université libyenne, en décembre 1955, qui ouvrit ses portes avec un effectif de 31 étudiants à la Faculté des Lettres mais qui ne cessera pas de se développer pour donner à la Libye sa nouvelle génération de cadres, hommes de lettres ou techniciens22. Notons à cet égard que les échanges culturels seront d’autant plus forts que la majorité des enseignants seront recrutés dans les pays arabes du Moyen-Orient.

55Ce sont là donc quelques éléments qui vont contribuer à l’éclosion et au développement de la « nouvelle génération » dont les préoccupations restent toujours celles de son peuple soumis aux événements politiques internes ou externes, résistant ou subissant les mutations sociales engendrées par le nouvel ordre économique établi et les rapports sociaux qui s’ensuivent.

  • 23 Le lecteur arabophone pourra trouver un complément d’information dans les ouvrages déjà cités de M (...)

56Il nous est impossible, dans le cadre de ce travail introductif de nous intéresser à tous les écrivains de cette époque. Leur nombre continue à croître régulièrement, comme nous le montrent les contributions des uns et des autres aux journaux et revues libyennes qui consacrent des pages à la littérature. Même ceux dont les œuvres ont été rassemblées et publiées sont relativement nombreux. Nous nous limiterons, par conséquent, à l’étude de quelques cas qui nous semblent représentatifs, sans omettre, le cas échéant, de signaler l’existence d’autres et de faire référence à leurs œuvres23.

  • 24 Le Caire, Dar an-Nashr al-mîçriyya [1957], 142 p.
  • 25 Beyrouth, Mu’assasat al-Ma‘ârif, 1965, p. 191.
  • 26 Tripoli, Ministère de l’information et de la Culture, 1967 ; p. 165.

57Le chef de file de cette nouvelle génération est Ali Sidqi ABDELKADER. Il est né le 6 novembre 1924 à Tripoli, c’est-à-dire à l’époque de l’occupation italienne. Il poursuivit des études à l’Institut Ahmad Pacha et par des cours par correspondance à la suite desquels il obtint un diplôme d’enseignant et une licence en droit qui lui permit par la suite d’exercer les fonctions d’avocat. Son amour de la poésie se manifesta tôt puisque Ali Sidqi commença à écrire des poèmes à l’âge de treize ans. Il commença tôt également son activité politique car, dès 1943, il participa aux luttes contre l’occupant anglais, dirigeant des manifestations et représentant son pays au Congrès Islamique tenu à Tunis en 1949, c’est-à-dire à l’âge de vingt-cinq ans, ainsi qu’à d’autres manifestations internationales. A l’indépendance de la Libye, il participa activement à la mise en place des nouvelles institutions libyennes. Son œuvre poétique est relativement abondante. Outre son diwân ah’lâm wa-thawra (Rêves et révolte)24, Ali Sidqî Abdelkader en publia deux autres Çarkha (Cri)25 et Zagharid wa-mat’ar bi’l-fajr (Youyous et pluie de l’aube)26. Les titres des diwân donnent déjà le ton de ce que l’œuvre d’A.S. Abdelkader exprime et où le sentiment de l’auteur se mêle à l’action et la lutte pour une vie meilleure.

  • 27 Op. cit., p. 158.
  • 28 Cité par M.S. Afifi.. ash-Shi‘r... op. cit., p. 221.

58« Avec la poésie d’Ali Sidqî Abdelkader, écrit Ta’ha al-H’ajiri, nous sommes en face d’un nouveau genre poétique que la Libye n’a jamais connu auparavant. Il répète avec force et fidélité les échos de l’innovation qui commençait à s’imposer à la poésie arabe après la deuxième guerre mondiale. Il subit tout d’abord l’influence des innovations apportées par les poètes du mahjar et les voies qui suivirent ces innovations. Mais il ne s’arrêta pas là. Il ne tarda pas à être influencé par les nouveaux aspects que prirent ces innovations tant au niveau de la forme que du contenu »27. Et l’auteur de noter comment le poète plutôt conservateur à ses débuts, en est venu à l’utilisation du vers libre dans ses poèmes ultérieurs. Il n’est là rien d’étonnant de la part d’un poète qui disait ceci : « ’L’innovation dans la poésie arabe est le meilleur argument pour prouver que notre langue arabe est vivante. C’est cette innovation qui procure à notre littérature arabe une place élevée parmi les littératures mondiales. Avec l’innovation, la caravane de la poésie arabe peut suivre pas à pas la caravane de la vie qui n’attend pas les retardataires. C’est d’un grand bien pour notre littérature que de croiser, à mi-chemin, les littératures mondiales, qu’elle leur emprunte et qu’elle leur donne car une littérature qui ne prend pas aux autres, ne peut rien leur donner »28.

  • 29 Sur Nazim Hikmet cf. Maxime Rodinson. Sur Nazim Hikmet et le communisme turc in Marxisme et monde (...)

59Par ailleurs, le poète donne à sa poésie un rôle militant et engagé très poussé. Il vit et transcrit tous les problèmes de son époques, marqués en l’occurence par la lutte anti-impérialiste du continent africain et du monde arabe. Ce sont alors les hymnes consacrés à Patrice Lumumba, c’est la protestation contre l’explosion de la bombe atomique française dans le Sahara Algérien, c’est la célébration du déclenchement de la guerre de libération en Algérie, c’est l’hymne à Nazim Hikmet, poète turc emprisonné par les autorités turques, exilé et mort à Paris29.

  • 30 Ah’lam... p. 95-96.
  • 31 Zagharîd... p. 45-54.

60Outre la poésie politique qui occupe la majeure partie des ouvrages du poète, une bonne part est faite à la poésie amoureuse et à ce que l’on pourrait appeler une poésie existentielle où le poète recherche son être le plus profond, le sens de son existence, tel que cela apparaît par exemple dans son poème : Ana wa-nafsi [moi et mon âme]30 ou bien dans son autre poème : ar-Rûh’ al-hâ’ir [L’âme inquiète]31. Mais très tôt, le pessimisme du poète fait place à l’optimisme et à l’amour de soi et de l’autre, tel que cela apparaît dans ces vers consacrés à Nazim Hikmet :

  • 32 Çarkha... p. 40.

« Que de nuits les rêves des enfants ont veillé à la porte de ta prison
[mangeant les serrures de ta cellule
Pour voltiger autour de toi
Et faire de ta prison une grande cité d’amour »32.

61Poète de l’amour et de la fraternité, poète de la vie et de la liberté, Ali Sidqî Abdelkader ouvre ainsi la voie à sa génération et à celle qui succèdera, déterminant ainsi les thèmes essentiels de la jeune poésie libyenne qui se caractérise par son engagement politique assez poussé, dépassant le cadre strictement libyen pour embrasser l’Afrique dans son ensemble, voire le Tiers-Monde et les glorifier dans leur lutte contre l’impérialisme européen et américain. Poésie de la recherche et de la remise en cause de soi, elle est aussi celle de l’optimisme et de la foi en un avenir meilleur. Libérée des carcans de la métrique ancienne, elle se donne libre cours, non seulement pour transcrire, mais aussi pour agir sur les évènements du moment. Elle demeure en cela le meilleur témoin d’une époque et pose même les fondements idéologiques de ce que sera plus tard la jeune République libyenne. Aucun des poètes de cette génération n’a glorifié la monarchie, ni la senoussia à l’instar de ce que faisaient leurs aînés dans leurs poèmes d’occasion lors de la construction ou l’inauguration d’un nouveau bâtiment ou d’un tronçon de route. Le roi Idriss fait place à ‘Umar al-Mokhtar dont on célèbre tous les anniversaires et dont on chante les mérites et l’héroïsme dans sa lutte contre l’occupant italien.

  • 33 Mahdi Muhammad — Hâkadhâ ghannat al-‘ishrûn [Ainsi chantèrent les vingt] — Benghazi, Maktabat al-A (...)
  • 34 Dans Qîthârat al-Khulûd [La guitare éternelle]. Alexandrie, Dar ash-sharq al-awçat lit’-t’ibâ‘a wa (...)
  • 35 Ughniyat al-milâd [Le chant de la naissance (du prophète)]. Tripoli, ministère de l’Information et (...)
  • 36 Tripoli, ministère des Affaires culturelles et de l’Information, 1965, 68 p.
  • 37 Op. cit., pp. 105-124.
  • 38 Akwâkh aç-çafîh’ [Les grottes d’ardoise]. Tripoli, Dar Matbâ’at al-fikr, 1967, p. 9. Voir aussi so (...)
  • 39 Sur Ali al-Fazzani Cf., Ahmad ’At’iyya. — Fi’l adab al-lîbî al-h’adîth [De la littérature libyenne (...)

62Ainsi, Muhammad AL-MAHDI, jeune poète né en 1943, se libère de toutes les formes poétiques anciennes estimant que : « est considéré comme poésie tout ce qui traduit un sentiment, sans tenir compte de la forme33 ». C’est évidemment là un point de vue extrême et le poète lui-même ne l’a adopté que très rarement dans son œuvre. Il a comme ses contemporains continué à utiliser la métrique classique, le vers libre ou la « prose poétique » ou l’utilisation indifférenciée de plusieurs genres dans le même poème suivant en cela Râchid Zubayr as-Sunûsî34 ou Khâlid Zhaghbiya35 né en 1936 et considéré lui aussi comme l’un des pionniers de l’université libyenne. On nous reprocherait dans cette énumération rapide d’avoir omis l’existence de jeunes poètes tels que Ali Muhammad ar-RUQI‘I auteur de Ashwâq Saghîra [Petites passions]36, et auquel Béchir al-Hachmi a consacré deux articles dans son ouvrage Dirâsât fi’l-adab al-Hadîth37 pour que nous y revenions ici, ou Lut’fî-’ABDELLATIF, qui sans renier la poésie ancienne, veut vivre son temps et pour qui la jeune poésie libyenne doit être un produit de son temps. Elle est pour le poète « ces mots simples, éparpillés, ayant une signification exprimant l’état de cette période et de ces générations... leurs espoirs, leurs souffrances et leur pauvreté, leur colonisation, leur histoire glorieuse et leur présent douloureux, leur séparation et leurs rencontres interrompues, leur inquiétude anxieuse, leurs martyrs qui sont assassinés quotidiennement, leurs ouvriers et leurs paysans, leurs terres spoliées, leur Palestine... leur retard économique et industriel.. »38, suivi en ces appréciations par Ali al-Fazzâni39.

63Inventaire de thèmes, précisément ceux qui préoccupent la jeune génération de la poésie libyenne. Mais inventaire somme toute incomplet car le poète libyen en a évoqué d’autres. Nous ne citerons pour compléter ce tableau que celui de l’émancipation de la femme. Le thème est d’autant plus intéressant et important qu’il est abordé par une jeune libyenne Kawthar NAJM qui poursuivit ses études au Dar al-’Ulûm de l’université du Caire et se fit remarquer par son militantisme pour l’émancipation de la femme libyenne et la reconnaissance de ses droits civiques et sociaux, à l’égal de l’homme. La jeune libyenne est ce que Kawthar décrit :

  • 40 Kawthar Najm. Fajr-wa ghuyûm [Une aube et des nuages]. Beyrouth Dar Lubnân, 1965, p. 39.

« Je suis fille de l’époque qui brave les difficultés
Par ma présence... par ma conscience
Je bâtirai pour la vie
Je suis un esprit qui réfléchit... »40,

64annonçant ainsi une prise de conscience de la jeune fille libyenne et sa révolte contre l’isolement et la stérilisation de la pensée dans lesquels elle était maintenue jusque là.

65Ce n’est là qu’un aspect des sujets abordés par Kawthar Najm dont la poésie « a pour but la vérité pratique » comme le dit Paul Eluard, et reste très proche des préoccupations de son peuple et de son époque à l’image des poètes de son temps.

66Mais à côté de cette création poétique que nous avons essayé de décrire de manière rapide et certainement incomplète, il est un autre genre, moins dominant mais qui tend à prospérer de plus en plus : il s’agit de la nouvelle.

La nouvelle.

  • 41 Bachir al-Hachmi. — Lamh’a ‘an al-Qiçça fî Lîbyà [Regard sur la nouvelle en Libye] in Colloque des (...)

67Contrairement à la poésie, la nouvelle est née beaucoup plus tardivement en Libye. C’est, en effet, après l’indépendance du pays que des écrivains libyens se sont déjà essayé à ce genre, dès la fin de la deuxième guerre mondiale et l’ouverture de la Libye sur le monde extérieur. Ce fut le cas, par exemple, de Fouad al-Kaâbazi, Mustafa al ‘Ujayli, Sa’îd as-Sarrâj et Ah’mad Gnâba. La dispersion de leurs œuvres dans les revues et journaux libyens ne nous permet pas, dans l’état actuel, de les analyser. Certains critiques littéraires libyens considèrent néanmoins ce groupe comme des pionniers qui vont ouvrir la voie à d’autres recherches dans le domaine de la nouvelle41. Le rôle de ces écrivains, et non des moindres, a consisté au départ à faire connaître la littérature étrangère aux Libyens par des traductions ou des adaptations d’œuvres littéraires occidentales ; ceci permettait donc aux jeunes écrivains de prendre connaissance d’un nouveau genre et surtout de nouvelles techniques d’écriture qui ont favorisé l’adoption de la nouvelle en Libye, comme mode d’expression littéraire le plus approprié pour peindre la société libyenne dans ses divers aspects.

  • 42 On consultera, à cet égard, et avec beaucoup d’intérêt l’article de Larbi Talha. — L’Économie liby (...)

68Effectivement, et depuis l’indépendance libyenne, la nouvelle a suivi l’évolution de la société libyenne et a trouvé sa propre voie pour nous dire les problèmes et les préoccupations d’un pays soumis à d’importantes transformations économiques et sociales et surtout depuis 1959, après les découvertes pétrolières qu’a connues le pays42. La pénétration des capitaux étrangers en Libye a désorganisé la société libyenne et l’a empêchée de suivre sa propre voie de développement. Ainsi, le passage d’un mode de production précapitaliste, basé sur une économie de subsistance au niveau du groupe, à un mode de production capitaliste de marché, a créé de nouveaux rapports de production dès lors que la campagne est devenue la pourvoyeuse principale de la force de travail pour la ville.

69La constitution d’une bourgeoisie nationale liée au capital européen précipite la désorganisation de la société libyenne. Elle participe, en effet, à la paupérisation et à la prolétarisation des petits possédants terriens, aggravant une situation bien entamée par la colonisation italienne, par la spéculation sur les terrains et les expropriations au profit de grandes sociétés. Ainsi, il ne reste plus à ces masses paysannes qu’à aller offrir leur force de travail en ville quand elles ont la chance de trouver acquéreur. C’est l’exode rural qui vide les campagnes de leur population la plus active et fait ainsi péricliter la production agricole qui était jusque là la base de la stabilité de la vie du groupe, voire de la région.

  • 43 Abdallah Gouiri. — az-Zayt wa’t-tamr [L’huile et les dattes). Tunis, Maison du grand Maghreb arabe (...)

70Abdallah GOUIRI, dans sa nouvelle az-Zayt wa’t-tamr [L’huile et les dattes] qui donna le titre à son recueil de nouvelles43, décrit comment le manque de main-d’œuvre à la campagne oblige les petits propriétaires à abandonner les travaux des champs, quand il n’est plus possible de trouver une aide (familiale ou autre) pour élaguer un olivier ou cueillir des dattes sur un palmier.

71L’image du fils voulant vendre la propriété familiale, au grand désespoir des parents d’ailleurs, pour aller s’installer en ville, lieu de vie facile par rapport à la campagne, est fréquente dans la nouvelle libyenne. Car, à quoi bon travailler la terre, quand on trouve sur le marché tout ce dont on a besoin ? Il suffit, pour l’avoir, d’être fonctionnaire ou salarié dans l’une des branches d’activité. Par ailleurs, la spéculation sur les terrains a fait monter le prix de ceux-ci. Le paysan est tenté de tout vendre pour aller s’installer en ville, y achetant des immeubles ou y fondant un petit commerce.

  • 44 Kâmil Hàsan al-Maqhur. — 14 Qiççça min Madînatî [14 nouvelles de ma ville]. Tripoli, Dâr an-Nashr (...)
  • 45 as-Sabab [La raison] in id.

72C’est ce qu’exprime Kâmil Hàsan al-MAQHUR, dans sa nouvelle as-Sûr [Le rempart]44, à la suite de A. Gouiri, lorsque les autorités militaires rachètent du terrain pour la construction d’un aérodrome. Ils ne rencontrent pas de difficultés auprès des populations paysannes, car celles-ci désirent vendre pour aller s’installer en ville. Elles sont en somme poussées par un désir de mieux-être, de mieux vivre que leur présente le milieu urbain, opulent, riche, apparemment sans difficultés. Par là même, on assiste à une désagrégation de la famille patriarcale dans la mesure où elle perd ses moyens de production que constituaient les terres collectives, vendues par consentement ou mises à la disposition de l’État ou des sociétés pour la prospection pétrolière ou l’exploitation. Il est vrai que ceci n’a pas toujours eu lieu sans résistance tel que nous le montre le héros de K.H. al-Maqhur, qui va jusqu’à tuer un officier italien venu avec ses troupes occuper sa parcelle de terre et tuer la seule vache qu’il possédait. Il ne se doute pas de la suite que son acte lui vaudra. Mais le héros est prêt à tout affronter, jusqu’à la mort, car fût-il tué, il sait que la défense d’un droit peut être à ce prix : « Chaque acte a sa cause... Pourquois est-ce que le gouvernement lâche ses soldats à ma poursuite ? Pourquoi craindre la prison ? ou même la mort ? J’aurai su la raison [de mon acte] »45. C’est la conscience de défendre un droit qui naît chez un peuple opprimé. La violence prend dès lors diverses formes pour lutter contre cette oppression : celle de l’occupation coloniale italienne d’abord, celle de la pénétration européenne après l’indépendance et notamment américaine qui a envahi le marché libyen après les découvertes pétrolières, et assuré sa présence par l’existence de forces armées installées en territoire libyen même.

  • 46 A. M. al-Musrati. — « Mismâr Mussûlînî » [Le clou de Mussolini] in H’afna min ramâd [Une poignée d (...)

73Ali Mustafa al-MUSRATI a dépeint une forme de résistance passive à l’occupation italienne par la description du comportement des indigènes dans les foyers ou dans la ville et l’état de l’opinion publique face à cette occupation. C’est le cas de Far‘âs, sellier réputé en Libye, fils de résistants, qui est sollicité par les autorités coloniales pour préparer une selle arabe qu’elles devaient offrir à Mussolini, lors de sa visite prévue en Libye. Cela pose évidemment un problème aigu à Far’âs qui, soumis aux pressions les plus diverses, se résigne à fabriquer la selle. Mais pour marquer sa désaprobation et son refus du système colonial, il introduit un clou dans la selle. Le jour où Mussolini arrive et qu’il monte à cheval, il est piqué par le clou, au point d’en saigner. Far‘âs est arrêté, incarcéré... ou pendu46. Ce n’est certes là qu’une des formes multiples de résistance ou d’opposition que le peuple libyen a manifestées à l’égard des forces d’occupation.

  • 47 Khalifa at-Takbali. — al-Karâma [La dignité] in Tamarrud [Révolte]. Tripoli, Ministère de l’Inform (...)
  • 48 Ibid., p. 119.

74Une fois son indépendance acquise, le peuple libyen se sent toujours frustré. Cette frustation provient du fait que ce sont toujours les puissances étrangères qui profitent de ses richesses à son détriment. Le mode de vie des Américains en Libye a suscité des réactions assez diverses auprès des écrivains libyens, réactions qui, dans la plupart des cas, relèvent de la xénophobie. Un jeune magasinier refuse de donner une pastèque à trois techniciens américains travaillant au Sahara sur un puits de forage. Son refus n’est justifié que par son désir de s’affirmer face à des personnes étrangères au comportement arrogant et que les moyens dont elles disposent amènent à se conduire comme des seigneurs en pays conquis. Il sait pertinemment qu’il n’a pas le droit de leur refuser la pastèque qu’ils réclament et qu’il risque d’être licencié s’il ne leur donne pas satisfaction. Mais son sentiment de frustration domine devant ces personnes « libres de prendre ce qu’elles désirent... tout ce qu’elles acquièrent est de bonne qualité... tandis que nous, les Arabes, nous ne pouvions avoir que ce dont elles ne voulaient pas... ». La colère du jeune Libyen atteint son paroxysme quand l’un des Américains le traite du plus « détestable des cochons arabes qu’il ait jamais vus ». C’est alors que la bagarre éclate et que le jeune Libyen bat les Américains, « recouvrant ainsi sa dignité », l’auteur voulant montrer par là que même des Américains forts peuvent être battus par un Libyen faible47 « Poltrons... vous êtes dans mon pays... s’écrie le jeune Libyen. Je vous prouverai que vous êtes chez nous... Ils reculèrent de quelques pas, abandonnant leur collègue, ce qui m’enivra. Je les ais vaincus... J’ai senti qu’il était possible de les vaincre... »48.

75Un tel comportement prend valeur de symbole : celui d’un peuple dominé et humilié qui veut reconquérir son indépendance et mettre fin à l’emprise des puissances étrangères depuis leur pénétration dans le pays. Et c’est d’ailleurs cette pénétration étrangère qui est rendue responsable de la plupart des maux que subit la société libyenne.

76La détérioration des mœurs, l’introduction de l’alcool, la prostitution, sont toujours œuvres d’étrangers, Européens, propriétaires de bars ou de dancings, et c’est presque toujours dans ces lieux que se joue le drame de Libyens qui s’adonnent à l’alcool ou au vol. Attitude de compensation, en fait, à leur situation objective dans le monde qu’ils vivent : insécurité de l’emploi, exode rural, bouleversement des anciennes structures sociales et des mentalités.

77Nous avons signalé comment les structures familiales et partant sociales ont été bouleversées par l’introduction d’une économie de marché et par l’appétit des spéculateurs ou des sociétés à acquérir des terres collectives ou privées. Ce bouleversement des structures a eu, pour effet immédiat, la libération d’une force de travail que les grandes entreprises ont utilisée à bon marché et sans aucune sécurité de l’emploi.

78Deux nouvelles de K.H. al-MAQHUR suffisent à nous faire saisir la gravité de la situation de cette classe ouvrière.

  • 49 La « boukha » est une boisson alcoolisée tunisienne... Nouvelle du recueil 14 Qiçça... déjà cité.

79Dans Bûkha [La Boukha]49, l’auteur décrit la situation désespérée de ces chômeurs à la recherche d’un travail, fût-il au moindre prix. C’est donc la recherche de l’embauche quotidienne auprès de la vieille tenancière italienne de bar, auprès de la veuve juive ou enfin sur les quais de l’Arsenal où des centaines de personnes attendent la distribution du billet quotidien donnant droit à une journée de travail pour 20 piastres, avec lesquelles il est juste possible d’acquérir un verre de « boukha ». Pourtant les autres besoins des travailleurs sont grands : soigner des enfants malades, s’habiller et les habiller, se nourrir et les nourrir, mais les salaires ne suffisent guère.

  • 50 Ibid.
  • 51 in H’afna min ramâd... op. cit.

80Même ceux qui peuvent se procurer du travail, ne sont pas sûrs de pouvoir le garder. C’est le cas raconté dans Akhir h’alqa50 de ces ouvriers employés dans des bases américaines et qui, pour des mesures de restriction de crédit sont licenciés par leur employeur, sans avis préalable, au moment même où ils s’apprêtent à reprendre leur travail51.

81Soumis à l’exploitation de ses employeurs étrangers, l’ouvrier libyen n’échappe pas à celle des patrons nationaux. A.M. al-MUSRATI reprend ce thème de l’exploitation et du travail des enfants dans sa nouvelle al-Qarsh wa’sh-Shaqqâqa [La piastre et la tirelire]. Il s’agit d’un jeune garçon, orphelin, vivant avec sa sœur, elle-même veuve. Les nécessités de la vie l’obligent à rechercher du travail. Un coiffeur lui propose d’apprendre le métier chez lui. Il ne sera pas payé pour l’aide qu’il apportera au coiffeur. Mais les clients laissent des pourboires au jeune apprenti. Ceux-ci sont récupérés par le patron. Le jeune homme se révolte contre le comportement de son employeur mais celui-ci le licencie et décide que l’argent de la tirelire sera destiné à l’entretien du magasin et à l’achat de matériel nouveau.

82Le cas de ce jeune homme n’est pas unique. La mort d’un père ou la répudiation d’une mère donne une majorité prématurée à de jeunes garçons qui se trouvent chargés de famille et qui, pour subvenir à ses besoins, sont souvent obligés d’interrompre leurs études et courir à la recherche d’un travail.

  • 52 A. M. al-Musrati. — H’afna... op. cit.
  • 53 Id.

83C’est le cas de Sâbir dans H’âmil aç-çundûq [Le porteur de boîte à cirage]52 ou Sâlim dans Bâ’i’ al-alghâm [Le vendeur de mines]53. Salem vit avec sa mère. Il est berger chez un propriétaire qui s’est enrichi après la guerre. Son salaire ne suffit pas à subvenir aux besoins de la famille. Un de ses compagnons lui suggère de vendre des morceaux de fer, de zinc, ou d’aluminium qu’il peut tirer des débris d’avions détruits et abandonnés pendant la guerre. La mère de Salem étant invitée à un mariage, il lui fallait des vêtements neufs. Salem s’adonne à son nouveau métier. Il trouve une bombe. Il ne sait pas ce que c’est. Il essaie de la retirer du sol. La bombe éclate ; Salem est déchiqueté.

84Ces scènes de la vie quotidienne illustrent la situation dramatique dans laquelle vit la jeunesse libyenne déshéritée, lancée dans la lutte pour la vie dès son plus jeune âge, ne jouissant d’aucune sécurité morale ou matérielle. En effet, aucune politique sociale n’a été élaborée par les autorités libyennes pour préserver la jeunesse libyenne de la vie dure, voire impossible, qu’elle mène dans la campagne. De même qu’aucune mesure juridique n’a été prise pour limiter le pouvoir de l’homme au sein de la famille. Cette situation est à la source de drames divers qui éclatent tous les jours dans les foyers libyens et les font éclater tous les jours. La répudiation reste l’épée de Damoclès qui pèse sur les têtes de toutes les femmes.

  • 54 Abdallah Gouiri. — al-Furça wa’l-Qannâs [Le gibier et le chasseur]. Tripoli, Dâr al-wat’an, 1965, (...)

85Ainsi, un chasseur répudie sa femme parce qu’elle l’a regardé d’un air moqueur à son retour de chasse. Il est allé à la chasse aux gazelles, mais il est revenu bredouille ; geste futile de la part de l’épouse, mais combien insensé de la part d’un homme qui se sent profondément touché dans son amour-propre54. Mais ce n’est là qu’un exemple parmi tant d’autres.

86En tout état de cause, l’autorité du mari est toujours forte du fait même que la femme libyenne n’a pas acquis son indépendance économique et reste toujours à la charge de ce dernier. La seule alternative qui lui est offerte c’est de supporter le comportement excessif et dominateur du mari, ou de retourner chez ses parents quand ceux-ci ont la possibilité d’assurer sa survie ou seulement de l’accepter chez eux.

  • 55 In az-Zayt wa’t-tamr... op. cit.

87A. GOUIRI aborde ce problème important dans Nasîj adh’-dh’alâm [Le voile de l’obscurité]55. Une jeune fille est mariée par ses parents au premier homme venu demander sa main, afin de la préserver contre les aléas de la vie. La vie dans la famille de son mari ne lui convient pas et les disputes avec sa belle-mère et sa belle-sœur ne cessent pas. Elle ne supporte plus son mari qui est amené à la répudier. Elle regagne donc la maison paternelle où vivent sa mère et son frère, son père étant mort. Le frère ne tient pas à avoir sa sœur à sa charge et celle-ci n’a d’autre ressource pour continuer à vivre que de retourner au foyer conjugal, malgré toutes les difficultés qu’elle aura à affronter.

88Mais les retombées de la mésentente ou de la séparation des couples sont encore plus sensibles quand elles touchent les enfants. Ceux-ci sont soumis aux provocations de la belle-mère quand le père se remarie et qu’ils sont obligés de continuer à vivre avec elle, ou chargés de subvenir aux besoins de la mère et des frères quand ceux-ci n’ont aucune ressource, ou tout simplement abandonnés à eux-mêmes, attirés par les tentations que la ville leur offre.

  • 56 In Tamarrud... op. cit.

89C’est la délinquance juvénile qu’évoque Kh. TAKBALI dans al- Budhûr adh’-dh’â’i‘a [Les enfants perdus]56, et dont les causes sont dûes au manque d’éducation des enfants, à leur désœuvrement, à l’insatisfaction de certains besoins nouveaux que présente la ville à chaque coin de rue et que leurs moyens modestes ou le manque total de moyens ne leur permettent pas d’acquérir.

  • 57 Bashir al-Hachemi. — an-Nâs... wa’d-dunyâ [Les hommes... et le monde]. Tripoli, Librairie al-Firja (...)

90Mais ad-Dunyâ fîha’l-khîr [Il y a du bien dans le monde] titre d’une nouvelle d’al-Bashir al-HACHMI57 nous montre les préoccupations saines d’une jeunesse qui travaille, discute, s’amuse, fait des projets pour l’avenir. Dans toute l’œuvre apparaît cette dominante : recherche du travail et du mariage. Mariage et travail sont, en effet, aux yeux d’une certaine catégorie de la jeunesse libyenne les deux facteurs sécurisants dans une société où les bouleversements dans les structures amènent un changement des mentalités et des comportements. C’est peut-être à ce niveau que les affrontements sont les plus violents entre la vieille et la nouvelle société libyenne.

91La nécessité et le besoin d’un développement de forces productives nationales, ont poussé les autorités libyennes à élaborer une politique éducationnelle et à élargir la base de recrutement à toutes les catégories sociales. Une telle politique avait pour objectifs de doter la Libye de cadres nécessaires à tous les secteurs de la vie économique, sociale et culturelle que la colonisation italienne n’a pas voulu former, gardant ainsi la main-mise sur tous les secteurs vitaux du pays. Si le développement de la scolarisation a eu pour résultat la naissance d’une force productive toujours croissante, il a eu pour effet aussi la remise en question des anciennes valeurs patriarcales nées des structures sociales de la Libye pré-capitaliste et de son mode de production basé sur l’économie de subsistance, conférant à la famille et surtout au Chef un rôle particulier. Ainsi, la nouvelle libyenne, produit social, a-t-elle porté au niveau familial les contradictions de la société libyenne dans son ensemble et la lutte qui s’y mène entre les tenants d’un ordre établi, devenu oppresseur, et les nouvelles générations qui aspirent à de nouvelles conditions de vie et à plus de liberté.

  • 58 Khalifa Takbali. — al-Açbu‘ al-maqçûç [Le doigt coupé] in Tamarrud, op. cit.
  • 59 A. Gouiri. — Zawja min Misurâta [Une épouse de Misurata] in az-Zayt., op. cit.

92Dans ce contexte, le problème de l’émancipation de la femme tient une place de choix. Outre les manifestations de révolte de la femme elle-même, on assiste à la prise de conscience de l’homme aussi, de certains usages qu’il commence à juger lui-même inacceptables pour la femme. Les combats de l’homme et de la femme apparaissent dès lors comme inséparables tant il est vrai qu’ils ont à lutter contre un état de fait qui les opprime tous les deux. Ainsi, un jeune marié veut éviter à sa jeune épouse, lors de leur nuit de noce, une épreuve déprimante. Pour faire face à la pression sociale qui s’exerce sur lui, il imbibe un torchon blanc du sang d’un doigt qu’il s’est coupé afin de prouver sa virilité à ceux qui l’attendent au-dehors58. Geste symbolique s’il en fut, mais qui ne marque pas moins une intention : celle de changer l’ordre des choses. Un des héros d’une nouvelle de A. Gouiri, s’écriera, en effet, quand on a voulu lui imposer le mariage avec une jeune fille qu’il n’a jamais connue auparavant : « Mais, les temps ont changé »59, lançant par là même une sorte de défi à la vieille génération qui veut entretenir la suprématie qu’elle avait jusque là, et la perpétuer, souvent sous le couvert de la religion.

93Mais la jeunesse libyenne semble avoir compris cela et il n’est pas étonnant que la contestation de la censure sociale qui s’est exercée et qui continue à s’exercer sur elle trouve son expression dans la place qui revient à l’amour déçu ou imaginaire, repris sous la plume des écrivains libyens, au point de devenir une obsession chez certains d’entre eux. Le manque de rapports normaux entre les deux sexes aide par ailleurs à entretenir ce comportement. L’une des formes de défense que la jeunesse a adoptées est cette provocation des personnes âgées qui sous des apparences d’hypocrite piété, n’ont d’autres ambitions que de courtiser telle dame ou épouser telle jeune fille qu’elles voient passer devant leur lieu de réunion pour aller à l’école ou rendre visite à des membres de la famille. Une sorte de « chasse au gibier » s’ouvre et ce sont toujours les plus riches, c’est-à-dire les personnes âgées qui emportent « la pièce ».

  • 60 In al-Jidàr [Le mur]. Tripoli, Ministère de l’Information et de la Culture [1965]. Yùsuf ash-Shari (...)

94Yûsuf-ash-SHARIF nous peint cette lutte entre les jeunes et les moins jeunes dans Hikâya qadîma (une vieille histoire)60 dont l’enjeu est une jeune fille Oum adh-Dhafâ’‘ir ou la jeune fille aux longues tresses que le père autorise à sortir dévoilée et qui devient l’objet de convoitise des vieux et des jeunes du quartier. Il est vrai que dans ce cas précis la jeune fille était aidée par le comportement du père qui, malgré la pression que les vieux du quartier ont tenté d’exercer sur lui, a continué à laisser à celle-là la liberté de sortir dévoilée.

  • 61 al-Bint-Kibrit [La jeune fille a grandi] in Ibid.

95Mais il est d’autres cas où c’est la jeune fille ou la femme libyenne qui finit par imposer sa propre conduite, et tenter de déterminer elle-même la voie qu’elle a à suivre. Certaines jeunes filles n’admettent plus que leur mariage soit marchandé. Elles passent outre aux décisions parentales pour choisir le jeune homme qui leur convient le mieux. C’est le cas, par exemple, de Faouzia fille de Sadok et Zohra. Elle a dix-sept ans. La mère veut la marier à Ould el Hadj dont le père est haut fonctionnaire et possède cinq villas et un magasin. Le père a choisi par contre Ould Mahmoud « homme riche ayant de l’argent et propriétaire d’une société de transports, capable de payer [une bonne dot]. Mais Faouzia ne l’entendait pas ainsi. Le lendemain, son père l’aperçut en compagnie d’un jeune homme, Ould el-Hadj, précisément, dont le père ne voulait pas, qui discutait avec elle et lui portait son cartable sur le chemin de l’école »61.

  • 62 Al Qitta [La chatte] in Ibid.

96Dans d’autres situations, la femme use d’autres moyens pour s’opposer à la tyrannie de l’homme. As-Sayyid — ou le seigneur comme son nom l’indique — bat sa femme, son enfant et sa chatte, sans raison. Sa femme le quitte, lui laissant la chatte et l’enfant. Mis devant de nouvelles responsabilités qu’il n’a jamais assumées jusque là, As-Sayyid revient à de meilleurs sentiments et change de comportement vis-à-vis de sa famille62 voulant par là-même profiter du confort dont il jouissait avant que sa femme l’eût quitté.

97La femme de Salah Abd-al-Ghaffar quittera aussi son mari afin que celui-ci ne retourne plus seul en Égypte y passer ses vacances la laissant avec ses enfants tandis qu’il allait courtiser les jeunes filles du Caire ou d’Alexandrie.

  • 63 Tamarrud signifie : révolte.

98Dans un cas comme dans l’autre, l’homme se soumet. Le mythe de son invulnérabilité disparaît du même coup. La situation de père ou l’âge d’un frère ne confèrent plus le droit absolu de régir la famille comme l’entendait le chef de famille ou le frère aîné. Et la révolte contre les abus créés par un tel autoritarisme se manifeste de plus en plus, en vue de changer l’ordre des choses. Tamarrud63 est précisément le titre du recueil de nouvelles de Khalifa TAKBALI qui est aussi celui de la nouvelle où un jeune frère finit par se révolter contre le comportement autoritaire et abusif de son frère aîné.

  • 64 A.M. al-Musrati. — al-Mah’at’t’a [La station] in H’afna... op. cit.
  • 65 In Ibid.

99Dénonciateurs des institutions familiales, les écrivains libyens n’ont pas hésité à dénoncer les institutions politiques aussi. C’est le règne d’une bureaucratie inefficace que nous découvrons à la suite de Hadj Métlaoui qui entreprend des démarches auprès des autorités publiques en vue de faire déplacer de quelques mètres de sa maison un arrêt régulier d’autobus, dans la mesure où de jeunes gens attendent l’autobus à cet endroit et essaient par là même de jeter des coups d’œil aux fenêtres de sa maison d’où apparaît le visage de sa fille64. Hadj Métlaoui devait, en compagnie du député de sa circonscription rencontrer le ministre compétent mais celui-ci était toujours occupé à inaugurer un tronçon de route, à assister aux cérémonies de pose d’une première pierre, à présider une commission pour savoir si l’arrachage d’un poteau téléphonique était de la compétence de son propre ministère ou de celle d’un autre... A travers cela, apparaît l’ironie de A.M. al-MUSRATI, ironie plus acerbe que l’on retrouve dans al ‘Adad al-Mumtâz [le numéro spécial]65. Il s’agit d’une revue européenne qui a entrepris un numéro spécial sur la Libye, devenue intéressante pour certains depuis que du pétrole y a été découvert et qu’elle a commencé à devenir un marché appréciable pour les produits à exporter. L’auteur dépeint toutes les démarches entreprises par le reporter, de sa chambre d’hôtel, les contacts pris avec « les personnalités » et ministres du Gouvernement, les chèques qu’il reçoit en récompense de sa bonne volonté... La veille de la parution du numéro spécial, montrant la Libye sous ses aspects les plus favorables, le Gouvernement est renversé... La rapidité de l’événement n’est pas sans nous rappeler la révolution libyenne de 1969 qui est venue démentir ceux qui pensaient que le peuple libyen était heureux et que comme « tout peuple heureux il ne pouvait avoir d’histoire ».

  • 66 Cf. à ce propos notamment B. Brecht. — Sur le réalisme. Précédé de Art et Politique. Considération (...)

100Or, si la littérature libyenne contemporaine, dont nous venons d’analyser les thèmes, tant à travers la poésie que la nouvelle, nous prouve quelque chose, c’est effectivement l’état d’inquiétude, de misère, de chômage, de disparités sociales qu’a vécu et que continue de vivre la société libyenne. L’adoption du réalisme même nous apparaît comme un choix significatif voire militant dans le sens que Berthold Brecht donne à ce terme dans ses écrits sur la littérature et l’art66, dans la mesure où le souci dominant de cette littérature est de mettre à nu une réalité que les autorités ont toujours tenté de cacher.

  • 67 Lettre de Tchékov à Souvarine citée par Ilya Ehrenbourg. — A la rencontre de Tchékov. Paris, Ed. J (...)

101En témoin impartial, l’écrivain libyen a observé, choisi, deviné, arrangé selon les termes de Tchékov, étant entendu que toutes ces actions supposaient dès leur début une question : « Si dès le départ on ne s’est pas posé une question, il n’y aura rien à deviner et pas de choix possible. — Vous avez raison, ajoute Tchékov à l’adresse de Souvarine, quand vous exigez d’un artiste une attitude consciente envers son travail. Vous avez raison, mais vous confondez deux concepts : la réponse à la question et un énoncé correct du problème. Le second seulement est indispensable à l’artiste »67.

Problèmes de la création littéraire en Libye.

102C’est à cet énoncé du problème que les écrivains libyens se sont attachés et leur énonciation même ne fut en somme que dénonciation d’un ordre établi. Ce fut le cas de la poésie durant la période coloniale et post-coloniale ; c’est le cas de la nouvelle. Elles ont toutes deux « donné à voir » même dans les situations difficiles où se trouvaient les écrivains libyens soumis à la censure. Ils ont pour cela adapté leur propre écriture. Nous avons remarqué que pour la poésie, certains poètes ont gardé les schémas anciens de la prosodie, et aux premières périodes de l’occupation, l’usage d’un vocabulaire difficilement accessible à la majorité des lecteurs. Ce fut l’époque où l’accès à la culture était limité à une population très restreinte, nourrie de littérature classique, profane ou religieuse, fermée à toute pénétration étrangère et notamment arabe, voulue par les Libyens eux-mêmes soucieux de maintenir leur propre identité ou imposée par les Autorités coloniales craignant que ces échanges ne portassent le combat pour les libertés mené dans le monde arabe sur le sol libyen lui-même.

103La nouvelle, née dans des conditions différentes, qui sont celles de l’indépendance, n’a pas suivi cette même évolution, au moins au niveau du langage. Libérés, au moins formellement, de l’occupation étrangère, les écrivains libyens devaient surtout se préoccuper de la situation intérieure de leur pays, des souffrances et des espoirs de leur peuple et de peindre la réalité quotidienne et vécue. Le réalisme apparaît comme la technique la plus adéquate. Ce réalisme se manifeste au niveau de l’écriture. Les écrivains libyens ont écrit dans une langue simple et accessible, usant d’un vocabulaire capable de rendre une atmosphère ou de décrire des objets et des situations de la manière la plus précise, sans pour autant avoir besoin de recourir à des procédés rhétoriques anciens ou au vocabulaire recherché et souvent étanche qui ont souvent caractérisé la création littéraire arabe à l’époque décadente. L’introduction de l’arabe dialectal ne constitue plus pour l’écrivain libyen — comme pour d’autres écrivains arabes d’ailleurs — ce péché originel qui alimenta tant de débats. Ceux-ci n’étaient en fait que la manifestation de conflits plus profonds entre conservateurs et progressistes, portant au niveau de l’écriture les conflits idéologiques relatifs à un choix de société. Outre le dialecte libyen qui parsème la plupart des textes évoqués, l’écrivain libyen n’a pas hésité à utiliser même les langues étrangères — italien ou anglais — au niveau du dialogue surtout. Ce procédé devait renforcer le réalisme adopté par les écrivains libyens pour décrire des situations précises et rendre plus vraies ou vraisemblables les scènes de la vie quotidienne et les problèmes qu’elle évoque ou qu’elle soulève. Et sous des apparences de neutralité, l’écrivain veut être perçu comme témoin de sa société.

  • 68 Lettre A 13/3 du 8 août 1968 du Directeur de la police au Directeur de la troupe al-Masrah’ al-Jad (...)

104Mais les autorités libyennes ont sans doute compris que la littérature n’était pas qu’un reflet mais qu’elle pouvait constituer un élément fondamental dans la lutte idéologique et politique qui se mène dans le pays entre les différentes classes sociales. Nous n’en donnons pour preuve probante, parce que connue maintenant, que la notification interdisant la représentation d’une pièce théatrâle ad-Darâwîsh [Les derviches], titre donné à la pièce visant la famille royale68. Un tel acte est déjà significatif en lui-même : il pose tout le problème de la création littéraire en Libye. Il nous amène en tout cas à poser la question de savoir pourquoi les Autorités compétentes et en place, durant la période senoussie n’ont pas interdit la parution d’ouvrages — nouvelles ou poésies — écrites en arabe littéral, alors qu’ils ont interdit une représentation théatrâle en arabe dialectal, présentée directement à un public ? Cela accrédite incontestablement l’aspect « subversif » et militant de la littérature dans une formation sociale donnée à un moment précis de son développement historique, et toujours en fonction du degré de combativité de ses forces productives. Ainsi, la littérature, moteur de la lutte, devient aussi un enjeu entre les forces en présence.

105Le cas libyen n’échappe pas à cela ; et si le pouvoir a toléré la parution d’œuvres littéraires, c’est qu’il estimait vraisemblablement que leur effet « subversif » serait atténué, sinon nul, auprès d’une population dont la scolarisation n’est pas encore totale et dont la majorité baigne encore dans l’ignorance au point qu’elle n’ait pas pu accéder à la lecture. L’état de paupérisation de la population libyenne limitait l’étendue du marché du livre qui n’était pas à la portée de toutes les bourses. Seuls les plus riches, qui sont aussi souvent les mieux éduqués, pouvaient avoir accès à cette production littéraire. Mais on ne craignait peut-être pas qu’ils devinssent des agents subversifs.

106Encore fallait-il que cette production littéraire pût voir le jour, les moyens d’impression et de diffusion étant eux aussi limités. Les auteurs libyens avaient toutes les dificultés à faire imprimer leurs œuvres malgré les efforts individuels et les résaux de connaissances personnelles qui faisaient que tel ou tel auteur avait la possibilité de se faire publier par un éditeur tunisien, libanais ou égyptien, le marché intérieur n’étant pas assez rentable pour que les deux ou trois éditeurs et imprimeurs libyens eussent pu prendre en charge des œuvres nationales. Les imprimeries officielles se chargeaient plus spécialement de l’impression de revues, journaux ou plaquettes gouvernementales.

  • 69 Sur tous ces points, cf. Pierre Barberis. — Lectures du réel. Paris, Éditions Sociales, 1973, 304 (...)

107Quelques œuvres littéraires ont été publiées. Elles ne sont pas représentatives, à notre sens, des différents courants qui caractérisent la création littéraire en Libye. Les œuvres d’Abdallah Gouiri, A.M. Musrati, Bachir al-Hachmi ou K. Hassan al-Maqhur n’ont jamais été publiées, à notre connaissance, par le Ministère des affaires culturelles libyen, car elles paraissaient sans doute suspectes au pouvoir. Et dans une situation où le pouvoir ne peut pas combattre de front ses ennemis, il utilise contre eux d’autres moyens comme celui de ne pas organiser le marché intérieur du livre, de ne pas donner aux écrivains les moyens nécessaires pour publier leurs œuvres et aussi, et surtout, de ne pas accorder à l’écrivain de statut qui pût garantir à celui-ci une sécurité matérielle nécessaire à la création littéraire69.

108Amenés à combattre un pouvoir qui tend à limiter l’activité culturelle, les écrivains voient leur influence limitée par une société pour laquelle ils se battent pourtant. Ils estiment celle-ci encore arriérée, inapte à recevoir leur message, incapable de se débarrasser des préjugés religieux et sociaux dans lesquels elle s’enferme. Peut-être qu’un changement politique pourrait favoriser une évolution sociale qui donnerait au plus grand nombre le moyen de parvenir au savoir et partant de pouvoir réfléchir et de contester des rapports sociaux jusque-là inégaux ? Mais une telle évolution ne peut être acquise que si les moyens matériels nécessaires sont fournis à chacun pour subvenir à des besoins vitaux immédiats sans lesquels toute politique culturelle reste inachevée.

109Il est encore tôt pour juger des nouveaux apports de la jeune révolution libyenne à cet égard. Il semble, cependant, que le passage de la monarchie à la République n’ait pas changé les conditions de l’écrivain, ni apporté des solutions aux problèmes qui se posaient à lui avant 1969.

  • 70 Une mesure cependant a été annoncée par Chaabân ar-Rayyani, Directeur Général de la Culture, consi (...)

110La prise en main par le pouvoir des moyens d’information et d’impression limite les possibilités qu’ont les écrivains de faire publier leurs œuvres. Les imprimeries officielles sont pratiquement réquisitionnées pour l’impression de documents officiels — discours ou autres documents — du Conseil de la Révolution. Le marché intérieur et extérieur du livre n’est toujours pas organisé et les provinces libyennes sont desservies différemment70. Le statut de l’écrivain n’est toujours pas élaboré et l’on craint fort que la création littéraire ou artistique dans son ensemble s’en ressente surtout si les écrivains les plus éminents sont appelés à occuper d’autres fonctions nécessaires à leur procurer leur minimum vital. Mais ce qui est le plus à craindre, c’est que, sous prétexte de construire la société socialiste, les écrivains ne se voient obligés de respecter une ligne de conduite précise dictée par le pouvoir et que de nouveaux Jdanov ne ressuscitent.

  • 71 Cf. les interventions et recommandations émises lors de ce Congrès dans al-Usbû‘ ath-Thaqâfî, op. (...)

111Ce serait peut-être trop mal compter avec les écrivains libyens eux-mêmes qui, lors de leur premier Congrès tenu après la Révolution de 1969, demandent aux autorités du pays de ne rien faire qui pût entraver la liberté de création et d’expression, outre d’autres mesures susceptibles de favoriser la condition de la création littéraire et d’améliorer celle de l’écrivain71.

112De telles mesures si elles sont nécessaires, ne sont guère suffisantes. Une véritable politique culturelle implique, en effet, son intégration à une politique globale de développement économique et social tendant à la satisfaction des besoins des forces productives dont le nombre s’accroît en Libye républicaine. La culture devient, de son côté, un besoin ressenti comme tel, indispensable à la vie, que réclament et ne cesseront de réclamer, comme le pain quotidien, les générations montantes.

  • 72 Abdallah Gouiri. — ‘Umar al-Mukhtâr, pièce en 4 actes. Tanta, al-Mat’ba‘a’ l-Yûsufiyya, 1959, 90 p
  • 73 Du même auteur : ash-Shu‘â‘ [La lumière]. Tripoli, Dâr al-wat’ an, 1965, 111 p.
  • 74 Bilâdak yâ Çâlah’ [Ton pays, O Salah). Tripoli, Librairie al-Firjanî, 1966, 146 p. Lire notamment (...)
  • 75 Muh’ammad Çâlah’ al-Gammudi. — Ramad’ân as-Suwîh’lî. Tripoli, Maktabat al-Fikr, 1971, 316 p.

113D’autre part, ces mesures ne pourront qu’encourager une activité naissante mais déjà confirmée dans le domaine littéraire. En effet, des secteurs entiers, tels que le théâtre et le roman, restent encore inexplorés. Des tentatives ont été faites dans le domaine de la création théâtrale en arabe littéral. Ces œuvres sont surtout consacrées à glorifier la résistance libyenne à l’occupation étrangère et ses héros. C’est le thème de la pièce d’Abdallah Gourai sur ‘Umar al-Mukhtâr72 par exemple. Le même auteur s’est essayé dans le genre de la saynète plutôt que de la pièce théâtrale à proprement parler où il a abordé des problèmes sociaux, humains ou politiques73, suivi en cela par Abdelhamid al-MOUJRAB74, qui, contrairement à al-Gouiri écrit ses pièces en arabe dialectal. Cet aspect du théâtre politique trouve sa consécration dans la pièce de Muh’ammad Çâlah’ al-GAMMUDI consacrée à Ramad’ân as-Suwayh’ilî75 un des héros de la résistance libyenne tué par les Italiens le 24 août 1920.

  • 76 Mu’ammad Abdelkafi. — Bayna qalbayn [Entre deux cœurs]. Beyrouth, Dâr Lubnân li’t’-t’ibâ‘a, 1967, (...)

114Cette tendance à enregistrer l’histoire libyenne apparaît même au niveau du roman, telle la tentative de Muh’ammad ABDELKAFI76, qui reste encore, à notre connaissance, le premier roman libyen.

115Ce n’est certes là qu’un premier bilan de la création littéraire en Libye, incomplet et sans doute provisoire. Son évolution dépend précisément de celle de la société libyenne dans son ensemble ; or, il n’est guère possible de la prévoir dans l’immédiat. Elle traduit, en effet, la situation d’une société en pleine mutation qui tend à se stabiliser.

Notes

1 Cf. Vincent Monteil, Anthologie bilingue de la littérature arabe contemporaine. — Beyrouth, Imprimerie catholique, 1961, 267 p. Raoul et Laura Makarius, Anthologie de la littérature arabe contemporaine. Le roman et la nouvelle. Préface de J. Berque. — Paris, Éditions du Seuil, 1964, 413 p. Anouar Abdelmalek. — Anthologie de la littérature arabe contemporaine. Les Essais. Paris, Éditions du Seuil, 1965, 464 p.

2 Cf. Les participations de G. Albergoni et J. Vignet-Zunz, Y. Martin et R. Mantran dans le présent ouvrage.

3 Sur le développement et le rôle de la presse libyenne. Cf. Christiane Souriau-Hoebrechts. — La presse maghrébine. Libye. Tunisie. Maroc. Algérie. — Préface de Roger Le Tourneau, Paris, C.N.R.S., 1969, 369 p. et Ali Mustafa al-Mustrati. — Çah’âfat Lîbyâ fî niçf qarn [La presse libyenne en un demi-siècle]. — Beyrouth, Dar al-Kashshâf, 1960, 292 p.

4 Les deux premières périodes ont été adoptées et étudiées par Moh’ammad Sadok Afifi. — al-Ittijâhât al-wat’aniyya fi’sh-shi r al-Lîbî’l-hadîth. [Les tendances nationalistes dans la poésie libyenne contemporaine]. — Beyrouth, Le Caire, Bagdad, Dar al-Kashshâf, 1969, 548 p. Pour la période post-coloniale, cf. Mu’in Bsisû. — ‘Atr al-ard’ wa’n-nâs fi’sh-shi‘r al-libî al-mu‘âçir [Le parfunm de la terre et de l’homme dans la poésie libyenne contemporaine]. — Tripoli, Ed. Dar al-Maydân, sd., 196 p.

5 Cf. à ce sujet, Hasan Sulaymàn Mah’mud. — Libyâ bayna’l-mâdh’î wa’l-h’âdh’ir [La Libye, passé et présent). — Le Caire, Ed. Sijil al-‘arab, 1962, pp. 219 sq.

6 Les biographies des poètes cités sont tirées de l’ouvrage de Mohammed Sadok Afifi. op. cit.

7 Pour plus de renseignements sur ce personnage éminent du nationalisme libyen, voir Belgacem al-Baruni. — H’ayât Sulaymân Bâcha’l-Barûnî Za‘îm al-Mujâhidîn at-tara-bulsiyîn. [La vie de Sulayman Pacha al-Barûnî, leader des combattants tripolitains]. — sl., 2e ed. 1948, 164 p. (ouvrage important par les témoignages et documents qu’il contient). Cf. aussi Za‘îma Sulaymàn al- Baruni. — Çafahât khâlida min jihâd al-mujâhid al-Lîbî Sulaymàn al-Barûnî [Pages éternelles de la lutte du combattant libyen Sulaymàn al-Barûnî] — Le Caire, 1964, 540 p., ill., doc.

8 Za‘îma al-Barûni. — op. cit., p. 530.

9 Cf. à ce sujet l’introduction de ‘Ali Mustafa al-Musrati. — Diwân Must’afâ ibn Zikri at- T’arabulsi. Edition et préface de... — Beyrouth, Dâr Lubnân, 1966, pp. 5-53.

10 in Rafîq shâ’ir al-wat’aniyya [Rafiq, poète du nationalisme] Tripoli, Imprimerie officielle [1965], notamment chap. II, pp. 33 sq. Cf. aussi à ce propos Muh’ammad Sadok Afifi. — Diwân Rafîq shâ‘ir al-Wat’aniyya’l-Libiyya [Recueil de poèmes de Rafiq, poète du nationalisme libyen]. — Le Caire, Imprimerie ar-Risàla, 1959, et notamment la préface de ‘Umar ad-Dasùqî, pp. 1-15.

11 M.K. Talisi, op. cit., p. 37.

12 Pour une bibliographie plus complète cf. Ali Mustafa al-Musrati. — Shâ‘ir min Libyâ : Ah’mad ash-Shârif. Dirâsa wa-diwân. [Un poète de Libye : Ahmad ash-Shârif. Etude et recueil de poèmes]. — Beyrouth, al-Maktab at-Tijârî, 1963, 303 p. Voir aussi A.S. Afifi., op. cit. pp. 381-91.

13 A propos de la poésie arabe classique, cf. l’article ‘Arùd « in Encyclopédie de l’Islam, Nouvelle Edition, 1960, T1, 688-698.

14 A.M. al-Miusrati. — op. cit., pp. 49-108.

15 D’après une autobiographie de l’auteur in Diwân shâ‘ir al wat’an al-Kabîr Ah’mad Rafîq al-Mahdawî [Recueil de poèmes du grand poète de la patrie Ahmad Rafîq al-Mahdaoui]. — Benghazi, al-Mat’ba‘a ’l-ahliyya, 1971, 2 vol. Voir aussi ‘Abd Rabbih al-Ghannay. — Rafîq fi’l mîzân [Rafiq dans la balance]. Benghazi, Maktabat al--Andalus, 1967-68, 3 vol. ainsi que les ouvrages cités de Khalifa Muh’ammad at-Talissi, M.S. Afifi et Mu‘in Basisu.

16 Cf. à cet égard Kh. Talisi. — op. cit., p. 45 sq.

17 Sur ces influences voir les introductions aux anthologies de R. et L. Makarius, Vincent Monteil et A. Abdelmalek déjà cités.

18 Pour plus de renseignements biographiques, voir sa note autobiographique in Diwân al-bulbul wa’l-wakr li’sh-shâ‘ir Ibrahim Ast’â Umar [Diwàn « le rossignol et le nid » du poète Ibrahim Asta ’Umar] recueilli par Abdelbâçit’Sulaymàn ad-Dallal et ’Abd al-Latif Muhammad Shahin. — Alexandrie, Imprimerie M.K., 1967, notamment p. 22-36 ainsi que Ali Mustafa al Musrati. — Shâ‘ir min Libyâ Ibrahim al-Asta ‘Umar [Un poète de Libye Ibrahim al-Asta’Umar]. — Tripoli, Maktabat ach-Charq, 1957, 244 p. cf. aussi M. Afifi. — op. cit. et du même, ash-Shi‘r wa’sh-Shu‘arâ fî Lîbyâ [La poésie et les poètes en Libye], — Le Caire, al-Anglu al-Miçriyya, 1957, 148-151.

19 Cf. sur ce point A.M. al-Musrati. — Shâ ir... op. cit.

20 Sur ces questions du monde arabe, cf. Louis Jovelet. L’évolution sociale et politique des Pays arabes (1930-1933). Revue des Études Islamiques 1933, Cahier IV, 425-644 et Roger Le Tourneau. — L’Islam contemporain. Paris, Les Éditions Internationales, 1950, 183 pages et notamment sa bibliographie.

21 Sur cette association cf. Taha al-H’Ajiri. — al-H’ayât al-adabiyya fî Lîbya (ash-shi’r) [La vie littéraire en Libye (la poésie)]. Le Caire, 1962. Publications de la Ligue arabe, pp. 127 sq.

22 Voir à ce sujet la contribution de Christiane Souriau « La Libye moderne ». En 1970-71, la Faculté des lettres comptait 1 563 étudiants.

23 Le lecteur arabophone pourra trouver un complément d’information dans les ouvrages déjà cités de M.S. Afifi, Mu‘in Basisu et T’aha al-H’Ajiri.

24 Le Caire, Dar an-Nashr al-mîçriyya [1957], 142 p.

25 Beyrouth, Mu’assasat al-Ma‘ârif, 1965, p. 191.

26 Tripoli, Ministère de l’information et de la Culture, 1967 ; p. 165.

27 Op. cit., p. 158.

28 Cité par M.S. Afifi.. ash-Shi‘r... op. cit., p. 221.

29 Sur Nazim Hikmet cf. Maxime Rodinson. Sur Nazim Hikmet et le communisme turc in Marxisme et monde musulman. Paris, Ed. du Seuil, 1972. 390-411.

30 Ah’lam... p. 95-96.

31 Zagharîd... p. 45-54.

32 Çarkha... p. 40.

33 Mahdi Muhammad — Hâkadhâ ghannat al-‘ishrûn [Ainsi chantèrent les vingt] — Benghazi, Maktabat al-Andalus, 1967, 160 p.

34 Dans Qîthârat al-Khulûd [La guitare éternelle]. Alexandrie, Dar ash-sharq al-awçat lit’-t’ibâ‘a wa’n-nashr, 1965, 2° Ed. et Anfâs ar-rabî‘ [Souffles du printemps !]. Beyrouth, al Maktab at-tijârî., 1968, 95 p.

35 Ughniyat al-milâd [Le chant de la naissance (du prophète)]. Tripoli, ministère de l’Information et de la Culture, 1966, 81 p.

36 Tripoli, ministère des Affaires culturelles et de l’Information, 1965, 68 p.

37 Op. cit., pp. 105-124.

38 Akwâkh aç-çafîh’ [Les grottes d’ardoise]. Tripoli, Dar Matbâ’at al-fikr, 1967, p. 9. Voir aussi son recueil al-Kharîf lam yazal [L’automne n’est pas fini]. Tripoli, Dâr Mat’ba’at al-fikr, 1965-67, 109 p.

39 Sur Ali al-Fazzani Cf., Ahmad ’At’iyya. — Fi’l adab al-lîbî al-h’adîth [De la littérature libyenne contemporaine]. — Tripoli, Dar al-Kitâb al-’arabi, 1973, pp. 19-51.

40 Kawthar Najm. Fajr-wa ghuyûm [Une aube et des nuages]. Beyrouth Dar Lubnân, 1965, p. 39.

41 Bachir al-Hachmi. — Lamh’a ‘an al-Qiçça fî Lîbyà [Regard sur la nouvelle en Libye] in Colloque des romanciers maghrébins. Tunis, Centre culturel international de Hammamet, 1968, pp. 185-187. Cf., aussi, une vue d’ensemble sur la littérature libyenne ar-Ruwâd (3-4), mars-avril 1969, 5e année. Ce numéro concerne aussi bien la nouvelle que la poésie.

42 On consultera, à cet égard, et avec beaucoup d’intérêt l’article de Larbi Talha. — L’Économie libyenne depuis les découvertes pétrolières. A.A.N., 1969, 203-284 (voir notamment p. 255 sq. pour ce qui concerne les questions évoquées ici).

43 Abdallah Gouiri. — az-Zayt wa’t-tamr [L’huile et les dattes). Tunis, Maison du grand Maghreb arabe, 1967, 151 p. L’auteur est un écrivain libyen qui a essayé tous les genres littéraires sauf le roman. Il est né en 1930. Il commença à écrire des nouvelles dès 1956. Il séjourna longtemps en Tunisie où il participa aux activités culturelles, notamment dans le cadre de Nàdî-l’qiçça at-tûnisî et collabora à sa revue Qiçaç.

44 Kâmil Hàsan al-Maqhur. — 14 Qiççça min Madînatî [14 nouvelles de ma ville]. Tripoli, Dâr an-Nashr al-Libiyya, 1965. L’auteur est né en 1935 à Tripoli. Poursuivit ses études primaires à Tripoli puis secondaires et supérieures au Caire où il obtint la licence en droit de la Faculté de Droit de l’Université du Caire. Exerce la profession d’avocat. Il commença à écrire et à publier depuis 1954. Il est aussi l’auteur d’un autre recueil de nouvelles al-Ams al Mashnûq [Le passé pendu] que nous n’avons pas pu consulter.

45 as-Sabab [La raison] in id.

46 A. M. al-Musrati. — « Mismâr Mussûlînî » [Le clou de Mussolini] in H’afna min ramâd [Une poignée de cendres]. Beyrouth, Imp. Dàr al-Ghandùr, 1964. Le même auteur a publié les recueils suivants : Mirsâl wa-Qiçaç lîbiyya ukhrâ [Mirsâl et d’autres contes libyens]. Beyrouth, Publ. al-Maktab at-tijârî, 1962, 182 p. et ash-Shirâ‘ al-mumazzaq [La voile déchirée]. [Le Caire], Dâr al-Kitâb al ‘arabî, 1963, 270 p.
L’auteur a publié un grand nombre d’ouvrages se rapportant à divers domaines de la vie culturelle et sociale libyenne. Il fit ses études en Égypte, à la Faculté des Sciences religieuses, et enseigna la langue arabe. Il milita activement pour l’indépendance de son pays.

47 Khalifa at-Takbali. — al-Karâma [La dignité] in Tamarrud [Révolte]. Tripoli, Ministère de l’Information et de la culture [1966]. L’auteur est né en 1938 à Tripoli. Ses conditions de vie ne lui ont pas permis de continuer des études qu’il arrêta au premier cycle. Effectua divers travaux manuels pour subvenir à ses besoins, puis devint agent de police à Tripoli. A vécu pendant trois années en Allemagne. A son retour d’Allemagne, il fut admis à l’École des Officiers dont il sortit avec le grade de sous-lieutenant. Il commença à écrire des nouvelles dès 1956 et obtint plusieurs prix littéraires. Il est mort le 9 juin 1966, à la suite d’une intervention chirurgicale à l’hôpital militaire de Tripoli.

48 Ibid., p. 119.

49 La « boukha » est une boisson alcoolisée tunisienne... Nouvelle du recueil 14 Qiçça... déjà cité.

50 Ibid.

51 in H’afna min ramâd... op. cit.

52 A. M. al-Musrati. — H’afna... op. cit.

53 Id.

54 Abdallah Gouiri. — al-Furça wa’l-Qannâs [Le gibier et le chasseur]. Tripoli, Dâr al-wat’an, 1965, 5-11. Il est aussi l’auteur de Qit’a min al-Khubz [Un morceau de pain]. Tripoli, Dâr al-Wat’an, 1965, 150 p.

55 In az-Zayt wa’t-tamr... op. cit.

56 In Tamarrud... op. cit.

57 Bashir al-Hachemi. — an-Nâs... wa’d-dunyâ [Les hommes... et le monde]. Tripoli, Librairie al-Firjani, 1965.
L’auteur est né en 1936 à Musrata. Commença à écrire la nouvelle en 1952 et à publier ses nouvelles en 1957 dans les colonnes du journal Fazzân et d’autres revues et journaux libyens. Outre son œuvre citée, il publia en 1966 un deuxième recueil de nouvelles intitulé Ah’zân ‘ammî ad-Dukâlî [Les malheurs d’Oncle Doukali], son troisière ouvrage sous presse en 1968 s’intitule ‘Indamà tabda’u al-h’ayât [Quant la vie commence]. Nous n’avons pas, malheureusement, pu consulter ces deux ouvrages.

58 Khalifa Takbali. — al-Açbu‘ al-maqçûç [Le doigt coupé] in Tamarrud, op. cit.

59 A. Gouiri. — Zawja min Misurâta [Une épouse de Misurata] in az-Zayt., op. cit.

60 In al-Jidàr [Le mur]. Tripoli, Ministère de l’Information et de la Culture [1965]. Yùsuf ash-Sharif est né en 1938 à Waddat. Licencié de sociologie de l’Université libyenne en 1963. Il fut contrôleur de l’information à la radiodiffusion libyenne. Commença à écrire la nouvelle en 1958.

61 al-Bint-Kibrit [La jeune fille a grandi] in Ibid.

62 Al Qitta [La chatte] in Ibid.

63 Tamarrud signifie : révolte.

64 A.M. al-Musrati. — al-Mah’at’t’a [La station] in H’afna... op. cit.

65 In Ibid.

66 Cf. à ce propos notamment B. Brecht. — Sur le réalisme. Précédé de Art et Politique. Considération sur les arts plastiques. Paris, l’Arche Ed., 1970, 182 p. (Travaux 8).

67 Lettre de Tchékov à Souvarine citée par Ilya Ehrenbourg. — A la rencontre de Tchékov. Paris, Ed. John Didier, 1962 (Forum). p. 41.

68 Lettre A 13/3 du 8 août 1968 du Directeur de la police au Directeur de la troupe al-Masrah’ al-Jadîd [Théâtre nouveau]. Nous remercions Hervé Bleuchot des documents qu’il nous a fournis concernant le théâtre libyen.

69 Sur tous ces points, cf. Pierre Barberis. — Lectures du réel. Paris, Éditions Sociales, 1973, 304 p.

70 Une mesure cependant a été annoncée par Chaabân ar-Rayyani, Directeur Général de la Culture, consistant en l’achat automatique de 300 exemplaires de toute œuvre libyenne, lors de sa parution, par son département. al-Usbû‘ath-Thaqâfî (36), 16 février 1973, p. 5.

71 Cf. les interventions et recommandations émises lors de ce Congrès dans al-Usbû‘ ath-Thaqâfî, op. cit.

72 Abdallah Gouiri. — ‘Umar al-Mukhtâr, pièce en 4 actes. Tanta, al-Mat’ba‘a’ l-Yûsufiyya, 1959, 90 p.

73 Du même auteur : ash-Shu‘â‘ [La lumière]. Tripoli, Dâr al-wat’ an, 1965, 111 p.

74 Bilâdak yâ Çâlah’ [Ton pays, O Salah). Tripoli, Librairie al-Firjanî, 1966, 146 p. Lire notamment la préface de Bachir al-Hachemi, pp. 5-11.

75 Muh’ammad Çâlah’ al-Gammudi. — Ramad’ân as-Suwîh’lî. Tripoli, Maktabat al-Fikr, 1971, 316 p.

76 Mu’ammad Abdelkafi. — Bayna qalbayn [Entre deux cœurs]. Beyrouth, Dâr Lubnân li’t’-t’ibâ‘a, 1967, 244 p.

Notes de fin

* Chargé de recherches au C.N.R.S. C.R.E.S.M.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable