Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Lybie nouvelle

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

III. — Économie et société

Les problèmes de développement économique

Jean-Jacques Regnier et Larbi Talha

Texte intégral

1Il y a maintenant plus de cinq ans, un coup d’État militaire établissait en Libye un nouveau régime. Ce régime a, dans les domaines de la politique intérieure et extérieure tout autant que dans le domaine social, mis en chantier des transformations profondes, ainsi que l’on a pu le voir dans les autres parties de cet ouvrage.

2Qu’en est-il sur le plan de l’économie ? Le bouleversement a, sous certains aspects, été moins considérable : les facteurs qui régissent l’économie du pays sont en effet, plus que dans les autres domaines, difficiles à transformer rapidement ; c’est d’autant plus vrai dans le cas de la Libye qu’elle est d’une part étroitement liée aux structures de l’économie mondiale et ce d’une manière très particulière, puisque par l’intermédiaire d’un secteur, démesuré par rapport aux autres, le secteur pétrolier, et des compagnies multinationales, et qu’elle a d’autre part hérité d’un état d’extrême non-développement, rapidement transformé, dans le courant des années 60, en sous-développement, par la croissance vertigineuse de ce secteur pétrolier.

3On comprend alors, compte aussi tenu des données géographiques et démographiques, les difficultés qu’ont rencontrées, et que rencontrent encore, les dirigeants libyens, pour définir une politique économique cohérente. Celle-ci, pour l’essentiel, a reposé jusqu’à maintenant, sur un objectif fondamental : la prise en main de l’appareil productif et principalement du secteur pétrolier. Cet aspect sera le premier traité ici. Nous verrons ensuite comment se posent les problèmes liés au développement des forces productives, dans les aspects qui concernent leurs liaisons avec le système mondial et la progression du capital.

I. — LA PRISE EN MAIN DU SECTEUR PETROLIER

4Elle s’est faite de deux manières, d’abord successives, puis parallèles : le relèvement des prix du brut ; les prises de participation, majoritaires ou totales.

I. LE PROBLÈME DES PRIX

5De 2,21 $ le baril en août 1969 à 15,768 $ en janvier 1974 (et même près de 20 $ pour certaines ventes directes), la progression du prix du pétrole libyen a été pour le moins remarquable puisqu’il a été multiplié par plus de 7. Il faut cependant distinguer deux étapes principales dans cette évolution. La première, jusqu’en septembre 1970, correspond à une bataille mise en œuvre par la Libye seule contre les compagnies opérant sur son territoire, alors que pendant la deuxième, qui couvre ces trois dernières années, l’augmentation en Libye est principalement l’effet de mouvements plus généraux, initiés soit par l’OPEP, soit par les pays arabes, même si, dans ces deux cas, la Libye a servi de détonateur, ou d’exemple.

1) La Libye seule contre les pétroliers.

6Nous insisterons sur cette période plus que sur les suivantes, d’abord parce qu’elle nous permettra de poser les différents problèmes techniques sous-jacents aux négociations, et ensuite parce qu’elle est très significative de la manière de procéder des libyens, principalement l’emploi de la tactique « diviser pour régner », facilitée par le fait que les compagnies pétrolières sont nombreuses dans le pays, et que la proportion des « indépendants » et des consortiums plus ou moins disparates est importante.

A) LA SITUATION DU PROBLÈME DES PRIX EN 1970.

7En 1961, Esso, premier en date des exportateurs de pétrole libyen, fixait le prix F.O.B. Marsa-Brega de son brut de Zelten à 2,21 dollars par baril pour une densité de 39-39,9° A.P.I. et un taux de soufre de 0,21 % ; il était suivi en cela par les autres exportateurs. Ce prix ne reflétait ni l’avantage géographique, ni l’avantage de qualité dont bénéficiait le pétrole libyen par rapport à ceux du Moyen-Orient. Ce manque à gagner initial devait peu à peu s’accroître en fonction de l’évolution de la conjoncture dans l’hémisphère oriental. Ces deux aspects, statique et dynamique, de la sous-évaluation des prix du pétrole libyen amenaient les compagnies à forcer le rythme de l’exploitation dans le pays et explique pour une bonne part, dans le contexte du marché international du pétrole, le vertigineux développement des exportations d’hydrocarbures libyens. Ce sont ces deux aspects que nous allons examiner tour à tour.

1. L’aspect statique.

8Deux problèmes retiendront notre attention : la qualité du pétrole libyen, sa localisation géographique.

a) Le problème de la qualité.

9Nous ne nous étendrons pas outre mesure sur des considérations d’ordre technique, mais rappelerons simplement que le pétrole libyen présente deux caractères physico-chimiques qui le rendent extrêmement précieux.

10Il est d’abord d’une densité moyenne élevée, proche de 39° A.P.I., et donc tout à fait propre à l’obtention de distillats légers, dont la demande en Europe occidentale est considérable. On estime en gros qu’un gain de 1 degré A.P.I. correspond à une augmentation de profit de l’ordre de 2 cents par baril. Il est ensuite d’une très faible teneur en soufre, facteur qui prend une importance grandissante à l’heure des problèmes de pollution atmosphérique et des unités de désulfurisation dont le coût est prohibitif, puisqu’il va jusqu’à doubler le prix d’une raffinerie.

11Toujours en 1961, le brut irakien à Tripoli d’Asie et Banias était lui aussi affiché F.O.B. aux alentours de 2,21, pour une densité inférieure de 3 degrés, et un taux de soufre atteignant 1,90 %. Si l’on chiffre l’avantage de soufre à 15 cents par baril et l’avantage de densité à 6 cents, on arrive déjà à un manque à gagner de plus de 20 cents par baril, soit presque 10 % du prix affiché.

b) Le problème géographique.

12L’égalisation des prix au port de débarquement a toujours été une des règles fondamentales de l’industrie pétrolière internationale. La logique de ce postulat amène à penser que la proximité d’une source de brut de ses lieux de consommation en valorise le produit en fonction d’ailleurs du coût du transport ; la Libye est ainsi un des pays producteurs les mieux favorisés sur ce plan pour la livraison de pétrole en Europe occidentale. Tout le problème est de savoir à qui cet avantage profite. La fixation du prix du brut Esso à égalité avec celui de la Méditerranée orientale le montre clairement : dans une situation où le rapport des forces aussi bien que l’état du marché sont en leur faveur, les compagnies pétrolières bénéficient seules de la localisation géographique des pays producteurs.

13Ceci est d’autant plus vrai que des facteurs nouveaux sont apparus pendant les années soixante sur la carte pétrolière de ce secteur de la production.

2. L’aspect dynamique.

14Ces facteurs ont trait à la fois au problème du différentiel de fret et à l’évolution de la situation monétaire qui a contribué à déprécier régulièrement le prix du pétrole de tous les pays exportateurs.

a) Le problème du différentiel de fret.

15Outre la fermeture du Canal de Suez en juin 67, la géographie des transports pétroliers a été plusieurs fois bouleversée dans les dernières années, en particulier par des flambées des taux de fret.

  • 1 Voir à ce sujet le Pétrole et le Gaz arabes (Vol. I, 23), 1er mars 1970 : 7.

16La différence des taux de fret du golfe Persique et de la Méditerranée n’était en fait représentative qu’à 30 %, dans la mesure où plus de 70 % des bruts du Moyen Orient transitaient par Suez en 1961, supportant ainsi les taxes de transit du canal et des frais de transport plus importants. Ces frais supplémentaires sont cependant sans commune mesure avec ceux qui sont actuellement supportés pour le transport par le Cap de Bonne Espérance. L’avantage relatif ainsi acquis par le brut libyen en est très fortement augmenté. En tenant compte du différentiel de densité avec les bruts du Golfe persique, la différence des prix C.I.F., dans un port atlantique européen, de ces bruts avec les produits libyens, évoluait entre 24 et 65 cents par baril, la différence entre les prix libyens et ceux de la Méditerranée orientale entre 17 et 20 cents1 suivant les variations du taux de fret, mais à une époque où celui-ci n’était pas encore atteint par la flambée des prix du transport au début de 1970 et a fortiori de la fin 1973.

17La différence massive d’augmentation des taux de fret entre le trajet qui nous intéresse et le trajet concurrent (Golfe persique) fait apparaître encore plus nettement combien les compagnies pétrolières ont intérêt à utiliser le pétrole libyen pour la consommation en Europe occidentale. Non seulement le trajet est devenu comparativement beaucoup plus court, mais de plus le prix du transport augmente moins vite.

b) La dépréciation du dollar.
  • 2 Citée par G.-M. Chenu, Économie et Humanisme (198), mars-avril 1970, p. 29 ; voir aussi Économie R (...)
  • 3 P. Jalee, Le tiers-monde en chiffres, Paris, Maspéro, 1971 : 70.
  • 4 L’O.N.U. estime son augmentation à plus de 3 % par an de 1968 à 1972.

18La First National City Bank2 évalue la dépréciation interne du dollar de 1961 à 1970 à plus de 29 %. Il faudrait, pour estimer les variations de la valeur réelle d’un dollar perçu par un exportateur depuis 10 ans, tenir compte aussi de la détérioration des termes de l’échange, c’est-à-dire de l’indice des prix des produits manufacturés importés des pays industrialisés par les pays acheteurs de ces produits. D’après certaines évaluations3, cet indice, compte non tenu de la dépréciation interne du dollar, aurait augmenté de 6 % entre 1963 et 19684 pour l’ensemble des exportations et, pour la rubrique « Machines et matériels » de 14 % sur la même période.

19Si le flux de liquidités qu’a ainsi perçu la Libye depuis le début des exportations pétrolières a considérablement augmenté, en fonction du volume de celles-ci, l’évolution de la valeur par unité exportée ne reflète par contre en rien ni l’évolution des différents avantages dont bénéficie le pays sur le marché des hydrocarbures, ni la dépréciation de la monnaie avec lequel il est payé ni surtout le prix des produits dont le pays a le plus grand besoin pour son développement. Les compagnies pétrolières, les affréteurs et plus généralement, les pays industrialisés ont tiré la quasi-totalité du bénéfice de cette évolution.

20C’est sur la base de ce dossier que la Libye va présenter ses revendications aux compagnies.

B) LES NÉGOCIATIONS SUR LES PRIX.

21Nous n’allons pas entrer ici dans un historique fastidieux des tractations de tous ordres auxquelles donnèrent lieu les premières négociations. Il suffira de reprendre les principaux événements, puis de présenter les grands traits des accords de septembre-octobre 1970 ; nous verrons enfin comment, en particulier à la lumière des accords de Téhéran, l’agrément libyen fut remis en cause par Tripoli, qui n’était plus alors seul contre le cartel des compagnies.

1. Le déroulement.
  • 5 Et même avant, puisque l’ancien régime avait demandé, le 15 août 1969, une augmentation de 10 cent (...)

22L’histoire des négociations pétrolières entre les compagnies concessionnaires et la Libye commence dès l’établissement du nouveau régime5, Si le 2 septembre 1969, le C.C.R. faisait savoir que les activités pétrolières ne devaient pas être interrompues, M. Ahmed Chtioui, alors nouveau Ministre des Affaires pétrolières, annonçait quatre jours plus tard que la Libye demanderait rapidement un relèvement « substantiel » des prix affichés. Cette revendication est très vite liée à trois autres points fondamentaux : volonté de contrôler la production, d’intervenir plus directement dans la prise de décisions à tous les niveaux, et enfin assurance donnée aux compagnies qu’aucune nationalisation de leurs activités de prospection et de production n’aurait lieu. Les compagnies, qui avaient fait connaître leur intention de poursuivre normalement leurs activités dans le pays annoncent, du moins en ce qui concerne Esso et Occidental, qu’elles ne sont pas opposées au principe d’une négociation sur les prix. L’ouverture de cette négociation est annoncée le 20 janvier par M. Ezzedin Mabrouk, nouveau Ministre du Pétrole. Elle a lieu le 29 du même mois, entre quatre représentants du Ministère du Pétrole, sous la conduite de M. Omar el-Muntassar, et 35 représentants des 22 compagnies opérant en Libye, en présence du colonel Qaddhafi. Le comité libyen s’est adjoint des experts pétroliers, et s’est longuement penché sur les problèmes techniques. Il s’appuie sur les trois caractéristiques du pétrole libyen, qui justifient, d’après lui, une augmentation des prix d’au moins 25 cents par baril, soit un peu plus de 10 % : la qualité, la densité, la localisation géographique par référence aux prix du Moyen-Orient.

  • 6 Voir Le Pétrole et le Gaz arabes (II, 26), 16 avril 1970, p. 6.

23Dès le départ, les discussions piétinent, les compagnies faisant savoir qu’elles ne pourraient pas, sur un plan de stricte gestion économique, supporter une charge pareille, et que l’exploitation du pétrole libyen en deviendrait pour elles une opération quasi-déficitaire. L’enlisement dure jusqu’en avril. Entre temps, la LIPETCO a été remplacée par la L.N.O.C. Le 8 avril, le Colonel Qaddhafi déclare à Beida que « dès que le problème des bases étrangères sera réglé les Libyens entameront la bataille avec les compagnies pétrolières (...). Le pétrole ne sera pas utilisé comme une arme contre notre liberté »6. Cette orientation vers la fermeté se concrétise le 14 du même mois par la formation d’un nouveau comité chargé de conduire les négociations avec les compagnies. Il est dirigé par l’ancien Premier Ministre, Soleiman El Maghrabi. Si le premier comité subsiste, il n’est chargé que des problèmes annexes (contrôle de la production, libyanisation des postes, industrie pétrolière) ; le « comité Maghrabi » se consacre exclusivement au problème des prix. Entouré d’experts arabes du Moyen-Orient, et en liaison étroite avec le C.C.R., il se heurte dès l’abord à une « acceptation » d’Occidental et d’Esso, qui accordent respectivement 7 et 5 cents par baril, assortis de conditions extrêmement libérales pour elles, et parfois même contraires à la législation antérieure (en particulier, une reconsidération de la Réglementation n° 8 sur la préservation des réserves).

24Face à cette réponse, le comité réunit d’autres experts, puis décide de se dissoudre lui-même sur les prises de position suivantes :

  • La détermination de la Libye est claire et irrévocable.
  • L’augmentation ne saurait être justifiée si elle est inférieure à 77 cents par baril.

25Ce coup d’éclat est souligné par le Colonel Qaddhafi : « Nous avons vécu 5 000 ans sans pétrole... » et appuyé par les premières réductions de production, qui dessinent déjà ce que sera la tactique des Libyens devant le front uni des compagnies : diviser ses adversaires, et frapper à l’endroit le plus vulnérable. On remarque alors en effet que, dans un premier temps, les réductions n’ont touché que des compagnies indépendantes, pour lesquelles la Libye représente une source fondamentale d’approvisionnements, comme c’est le cas pour Occidental, ou les trois indépendants d’Oasis (Continental, Marathon et Amerada).

26Mais, presque aussitôt, nouveau coup de théâtre : le Ministère du Pétrole s’aperçoit que les représentants des compagnies ne sont pas pleinement mandatés pour négocier sur les prix. Des dirigeants des compagnies-mères sont alors invités, et le ton change un peu : Occidental (qui entretemps avait fait passer son offre de 7 à 14 cents), propose par la bouche du Président de son Conseil d’administration, à la fin de juin, une augmentation de 20 cents, plus 2 cents par an pendant cinq ans. D’autre part, MM. Jamieson et Briscoe, dirigeants de la Standard Oil, font comprendre à leurs actionnaires qu’il y a tout intérêt pour Esso à faire traîner les négociations en longueur. Ils proposent 10 cents d’augmentation sur les prix, plus une prime de fret, révisable tous les six mois en fonction des fluctuations des taux mondiaux, et fixée au départ à 11 cents. La Libye refuse ces offres qui sont bien en-deçà de ses propres propositions, et qui ne mentionnent pas ce à quoi elle tient essentiellement : un paiement rétroactif de son « manque à gagner depuis 1965 ».

27Des contacts ont été pris avec l’Algérie et des accords signés, en particulier en avril. La tactique libyenne se précise alors : attaquer les compagnies une à une, en discutant cas par cas, et commencer par le maillon le plus faible : Occidental est choisi pour des raisons historiques (les circonstances assez troubles qui ont entouré en 1966 l’octroi de ses concessions, ses obligations à l’égard du projet Koufra) et techniques (ses méthodes excessives d’exploitation, le fait qu’elle est très touchée par les restrictions de production et qu’elle a des difficultés à remplir ses engagements de livraison, d’autant plus que la Tapline ne fonctionne plus). Cette tactique est mise sur pied en août par un nouveau comité, le troisième, dirigé par le Commandant Abdesselam Jalloud, membre du C.C.R.

28Au bout de trois nuits de négociations avec le Président du Conseil des Directeurs d’Occidental, un accord est enfin réalisé, le 4 septembre, et annoncé au peuple libyen par le colonel Qaddhafi le 14. La tactique libyenne se révèle alors juste : le 22, Amerada, Marathon et Continental (5/6 d’Oasis) signent ; le 4 octobre, c’est le tour de California, Texaco (1er des majors), Bunker-Hunt (associé de B.P.), Gelsenberg (associé de Mobil), Grace, Libyan American et Amoseas ; le 9, de très importants majors : Esso, Mobil et B.P. ; le 20 de Shell et Aquitaine. Les autres compagnies signeront très vite.

2) Les accords de septembre 1970.

29Comme nous l’avons vu, ils ont été signés par chacune des compagnies concernées avec le Ministère du Pétrole. Ils portent principalement sur les prix affichés, et sur les paiements rétroactifs, mais sont assortis d’un certain nombre d’annexes très importantes.

a) Les prix affichés.

30Ils passent à la date du 1er septembre 1970 de 2,23 (prix affiché moyen à cette date) à 2,53 dollars par baril de brut de 40° A.P.I. D’autre part, à partir du 1er janvier 1971, et jusqu’au 1er janvier 1975 inclus, ils seront augmentés de 2 cents par an, pour aboutir donc à cette date à un prix affiché de 2,63 dollars (soit une augmentation de 17,9 % par rapport au 1er janvier 1970 et de 3,9 % de 1971 à 1975).

b) Les annexes.
  • 7 Annexe 2 de l’acte des concessions 102 et 103, 2 mars 1966.

31Elles touchent d’une part la fiscalité et les arriérés réclamés par les libyens, deux problèmes qui ont reçu des solutions liées, d’autre part les différentiels de fret et de qualité7.

— La fiscalité.

  • 8 Il s’agit d’un projet d’hydraulique agricole.
  • 9 Sauf Aquitaine, qui paiera 250 000 dollars comptant, et Pan American.

32Si le taux de la redevance n’a pas varié, par contre le taux de l’impôt sur les bénéfices des compagnies a augmenté, et la sacrosainte règle du « fifty-fifty » est ainsi tombée en désuétude, du moins en fait, car en droit, elle subsiste toujours. En effet, un des points principaux d’accrochage pendant les négociations avait été le refus par les compagnies d’admettre le principe d’un paiement rétroactif, malgré les demandes du Gouvernement libyen portant sur la période 1/1/65-31/8/70. Ce refus n’était que de principe, puisque les compagnies ont finalement accepté la solution élaborée par les experts du Ministère du Pétrole : on ne parlera pas de rétroacitvité, mais le taux d’imposition sera augmenté, l’augmentation ainsi réalisée compensant les sommes non perçues en cinq ans, ce qui explique que ce taux ne soit pas uniforme, mais soit fonction, pour chaque compagnie, de l’importance de son activité depuis 1965 : ainsi sera-t-il fixé à 54 % pour Oasis (y compris Shell) et Grace, à 55 % pour Amoseas, B.P., Mobil et Esso, à 55,5 % pour Gelsenberg ; Occidental, tard venu, ne paiera en principe que 53 %, mais ce taux sera en fait porté à 58 % pour proroger ses obligations envers le projet Koufra, repris entretemps à son compte par le Gouvernement libyen8. Celui-ci, par ce système, peut s’estimer bénéficiaire de son manque à gagner de 5 ans ; les compagnies, elles, profitent d’un paiement échelonné9 et évitent des trancasseries fiscales avec leurs pays d’origine ; par la même occasion, elles obtiennent que le principe de la rétroactivité des paiements ne soit pas posé, bien qu’aucune limite de temps (sinon peut-être la durée de l’accord : 5 ans) n’ait été donnée à cette augmentation du taux.

— Les différentiels.

33Le principe d’un différentiel de fret distinct est pour l’instant écarté par la Libye, qui préfère l’intégrer implicitement dans le prix affiché. Par la même occasion, le différentiel de fret pratiqué par B.P., 2 cents de moins par baril, à cause de l’éloignement relatif de son terminal (Marsa Hariga, près de Tobrouk, en Cyrénaïque Orientale, alors que les autres sont groupés au fond du Golfe de Sirte, plus à l’Ouest), est supprimé.

34Sur le plan de la qualité, B.P. se voit de même supprimer la réduction de 5 cents qu’il pratiquait tacitement sur son brut de Sarir, à cause de son taux élevé de paraffine. Par contre, le système de cotation sur la densité est modifié : jusqu’en septembre, le prix d’un brut était diminué de 2 cents par degré en-dessous de 40° A.P.I. ; de plus, le plafond était fixé à 40", et rien n’était fixé pour les bruts d’une densité supérieure (i.e. plus légers), suivant en cela la coutume internationale. Le nouveau régime de prix élimine le plafond de 40°, et entérine une augmentation de 2 cents par degré au-dessus ; les bruts les plus lourds, par contre, sont moins pénalisés : 1,5 cent par degré au-dessus, au lieu de 2 cents.

35C’est, à cette date de septembre 1970, que l’on peut marquer le début des bouleversements qui devaient frapper l’industrie dans les trois années suivantes, et c’est la Libye qui a donné le coup d’envoi. Sans ces résultats, minimes à nos yeux d’observateurs de 1974, la grande négociation de Téhéran n’aurait sans doute pas eu lieu de la même façon. Et par un effet de rétroaction tout à fait naturel, le pays va profiter d’une évolution générale dont il aura été, pour une part, l’initiateur.

2) La Libye dans le front commun des pays producteurs.

A) L’AUGMENTATION DE MARS 71. ARGUMENTS LIBYENS POUR DE NOUVELLES NÉGOCIATIONS.

36Ces arguments sont de deux types. Les uns s’appuient sur des points qui n’avaient pas été envisagés pendant les premières négociations, ou ont subi d’importantes modifications au cours même de leur déroulement. Les autres sont fonction d’événements survenus ultérieurement, soit comme conséquence des accords de septembre, soit du fait d’une prise de conscience par les pays exportateurs d’une nécessité de s’unir.

a) Les problèmes en suspens.

37Les négociations de 1970 avaient, dans l’esprit des dirigeants libyens un objectif précis : réajuster les prix libyens, en fonction des deux différentiels (fret et qualité) aux prix du Moyen-Orient. Or, pendant le cours même des négociations, le problème du différentiel de fret a été reposé, dans la mesure où le prix de transport du pétrole a considérablement augmenté, atteignant même des niveaux supérieurs à ceux de juin-juillet 1967. Nous l’avons noté plus haut, les taux de fret ont subi une telle hausse que les augmentations du prix affiché n’en tiennent finalement compte que pour une part qui peut atteindre 50 ou même 40 %. C’est la raison pour laquelle le différentiel de fret sera, dans les négociations de 1971, disjoint du prix affiché et considéré comme un élément autonome.

38D’autre part, le rattrapage sur le prix du Golfe étant acquis, il fallait aussi tenir compte de la dépréciation du dollar, monnaie internationale de compte et de paiement pour les transactions sur les hydrocarbures.

b) Les faits nouveaux.
  • 10 Encouragés dans cette voie par le refus des responsables libyens de donner une durée limitée à cet (...)

39Le premier de ces faits touche la réévaluation du taux d’imposition. Si, en principe, cette réévaluation n’était destinée en Libye qu’à couvrir un étalement dans le temps des arriérés dus par les compagnies, un certain nombre de pays l’ont considérée comme une augmentation légale et définitive10, et ont obtenu très vite, comme l’Iran et le Koweit à la fin de novembre, la fixation officielle du taux de 55 %, consacrant ainsi l’abandon du « fifty-fifty ». Dans ces conditions, l’arrangement libyen devenait inopérant pour l’égalisation sur le Moyen-Orient, et le problème des paiements rétroactifs se reposait. D’autre part, certains prix affichés étaient unilatéralement, ou après négociations, relevés : en Méditerranée Orientale et au Nigéria d’abord, puis au Golfe Persique, et enfin au Vénézuéla ; les bases de calcul pour la Libye s’en trouvaient modifiées. Enfin et surtout, puisqu’il s’agit ici d’un événement qui a secoué jusqu’à ses bases le monde international du pétrole, les responsables libyens se sont sentis directement concernés par les résultats de la 21e Conférence de l’O.P.E.P., tenue à Caracas du 9 au 12 décembre. Ce n’est pas ici l’objet de développer l’importance de cette réunion. Notons seulement deux points : d’une part l’unanimité qui s’est révélée entre les membres sur la nécessité d’une révision radicale des rapports entre les compagnies exploitantes et les pays exportateurs, ainsi que la ferme cohésion qui a suivi, d’autre part les revendications fondamentales définies par la Conférence : nécessité de tenir compte de la dépréciation du dollar (Res. 21/122), des avantages de fret (Res. 21/127), et surtout de poser les points suivants comme base minimum à toute réévaluation des rémunérations des pays exportateurs : le taux d’imposition ne saurait être inférieur à 55 % ; à fret et à qualité égale, les prix postés doivent être égalisés au niveau le plus élevé, sans préjudice de l’élévation nécessaire de leur taux moyen ; le différentiel de fret doit être modifié, et les réductions diverses en vigueur au 1er janvier 1970 doivent être supprimées (Res. 21/120).

  • 11 Par une entorse à la législation anti-trust américaine. Cf. Le Monde, 16 janvier 1971.

40C’est sur ces bases, où l’on retrouve certaines données des accords de septembre, que des négociations ont été engagées le 12 janvier à Téhéran entre les producteurs du Moyen-Orient, dont les situations sont similaires, et le Cartel international, hâtivement reconstitué et élargi à 15 sociétés internationales, à l’initiative du Gouvernement de Washington11, avec l’appui des États membres de l’O.C.D.E. La Libye (pas plus que l’Algérie) ne participera à ces négociations, pour des raisons aussi bien techniques que tactiques. Mais ses revendications se baseront sur les mêmes principes.

41Les revendications libyennes ont été présentées aux compagnies par le commandant Jalloud, devenu entre-temps Vice-Premier Ministre, le 3 janvier 1971.

42Elles portent d’abord sur les prix. La Libye demande une augmentation qui tienne compte de son énorme avantage de fret, étant donné la flambée des taux de celui-ci ; elle peut être indexée sur ce taux, mais ne saurait être inférieure à 30 cents et même aller jusqu’à 3,75 $. Pour ce qui est de la fiscalité, le taux de 55 % doit devenir le taux officiel, les augmentations de septembre au titre des arriérés subsistant en complément, ou bien étant payées comptant moyennant une ristourne de 10 %, ou bien étant échelonnées sur cinq ans. Enfin, l’accent est mis sur la reprise des travaux de recherche et sur la nécessité pour les compagnies d’investir dans les pays en dehors du secteur pétrolier.

c) Les négociations12.
  • 12 Sur cette période, voir Breton (Hubert). — « Le pétrole libyen au service de l’Unité arabe ? », Re (...)

43Les négociateurs libyens bénéficient de trois facteurs favorables. Tout d’abord, les compagnies pétrolières ont cédé à Téhéran, presque sans combattre, devant des revendications similaires à celles qu’elles avaient fini par accepter, après de longues batailles, en septembre à Tripoli ; ensuite, il n’est pas question que les compagnies tentent de constituer un front uni ; G. Piercy, vice-président d’Esso, sera éconduit lorsqu’il voudra se présenter comme mandaté par l’industrie toute entière, et ne sera considéré que comme représentant de sa compagnie ; enfin, un appui sera cherché du côté de l’Algérie (communiqué commun du 27 janvier) dont la décision, en février, de nationaliser 51 % des sociétés françaises sera perçue à Tripoli comme un encouragement à rester ferme. De plus, les producteurs du Golfe commercialisant en Méditerranée chargent le 23 février la Libye de leurs intérêts (Arabie Séoudite et Irak, plus l’Algérie).

44Dans ces conditions, les compagnies finissaient, le 20 mars 1971, par accepter l’essentiel des demandes libyennes : le passage du prix affiché à 3,07 $, y compris 10 cents (+ 2 c par an) en guise de prime de basse teneur en soufre, auquel s’ajoutent deux primes de fret, la première dite « de Suez », de 12 cents, modulable en fonction de la réouverture du canal, la deuxième, dite « temporaire », modulable en fonction des taux de fret ; le passage général du taux d’imposition à 55 % (sauf pour Occidental, 60 %, en vertu de ses engagements antérieurs) ; le rattrapage de l’arriéré sous forme d’un suplément qui va, suivant les cas de 8 à 11 cents ; une augmentation annuelle (au ler/l) de 5 cents plus 2,5 %, la première étant applicable à la date de la signature de l’accord, qui est valable 5 ans.

45Le tableau I résume l’évolution de la situation des prix en 7 mois :

Tableau I

Tableau I
  • 1 53 % + 5 % destinés à budgétiser les obligations d’Occidental sur le projet Koufra repris par la L (...)
  • 2 Selon les compagnies, en fonction de leur ancienneté en Libye.
  • 3 Pan American et le groupe Aquitaine ont payé leurs arriérés comptant
  • 4 BP et Gelsenberg.
  • 5 BP.

Note1
Note2
Note3
Note4
Note5

B) L’AUGMENTATION DE MAI 1972.

46Pendant près d’un an, la situation va rester stable, les différentes majorations prévues en 1971 s’appliquant automatiquement, et aucun conflit majeur n’apparaît avec les concessionnaires. Cependant le 20 janvier 1972, à Genève, l’O.P.E.P. et les compagnies signent un accord qui prévoit, pour compenser la dévaluation du dollar, une augmentation de 8,49 % des affichages et l’établissement d’un système d’indexation destiné à rendre les revenus pétroliers plus ou moins indépendants des péripéties monétaires internationales. Cet accord, non signé par la Libye, a servi de base aux négociations qui ont eu lieu pendant plus de trois mois avec les compagnies, représentées par Mobil, puis par Mobil et Esso ; les exigences libyennes semblaient au début tabler sur une augmentation supérieure à celle prévue à Genève, mais on aboutissait finalement, le 4 mai, à un accord établissant une formule d’indexation du même type, rétroactive au 20 janvier, et aboutissant à une augmentation identique. Par le jeu des différentes primes prévues à l’accord de mars 1971, le prix affiché s’établissait ainsi au début de 1973 à 3,783 puis, après la nouvelle dévaluation du dollar, à 4,604 au 1er octobre 1973. La guerre du Ramadan allait remettre en cause de fond en comble cet édifice contractuel en établissant en fait la fixation du prix du pétrole libyen par le seul gouvernement.

C) LA GUERRE D’OCTOBRE 1973 ET SES CONSÉQUENCES.

47Après avoir été brandie pendant de longues années sans d’autre mise en application que des arrêts de livraison de 24 heures (guerre de 1967) ou des restrictions minimes, la menace de « l’arme du pétrole » a tout à coup été mise en œuvre avec beaucoup de force par une décision des six pays du Golfe, prise immédiatement avant la réunion de l’O.A.P.E.P. à Koweit, qui devait décider des restrictions croissantes de production, et alors que des négociations entre l’O.P.E.P. et les compagnies venaient d’être interrompues, à Vienne, sur le problème des prix. Cette décision consistait en une augmentation immédiate de l’ordre de 70 %. Trois jours plus tard, la Libye décidait de porter son prix affiché à 8,925, y compris une prime de soufre de 1,336, une prime de Suez de 0,152 et une prime de fret de 0,458. Ce prix était légèrement augmenté (à 9,061) le 1er novembre. Par ailleurs, une loi modifiant certains articles du code pétrolier postulait que les prix du pétrole seraient désormais fixés unilatéralement par le Ministre du pétrole, ce qui n’était que la légalisation d’un état de fait, et suivant en cela les décisions des pays du Golfe. De plus, à la suite de la décision des pays du Golfe, le 1er janvier 1974, de doubler leur prix de base, le brut libyen passait à 15,768. Ainsi, en l’espace d’un an, la Libye voyait sa part de revenu par baril passer de 2,16 $ à 9,59 $.

II. — LE PROBLÈME DE LA PARTICIPATION

48L’objectif premier du régime libyen, faire du pétrole un élément intégré de sa structure économique, suppose que soit remplie une condition préalable : la possibilité de contrôle par le pays de ses ressources en hydrocarbures. Il va de soi que cette revendication n’était pas vue d’un bon œil à l’origine par les compagnies établies sur des concessions qui, outre de substantiels profits, leur laissaient une très large liberté de manœuvre. Le nouveau régime, tout en affirmant dès l’abord ses prétentions, les a laissées sous le boisseau pour l’essentiel pendant 18 mois, le temps de régler, au moins provisoirement, le problème des prix, et aussi de se donner un certain nombre de moyens techniques et juridiques. Il présentait ensuite des revendications précises qui aboutissaient à la situation actuelle où près de 60 % de la production pétrolière du pays lui appartient.

1) Les premières opérations.

A) LES INSTRUMENTS INSTITUTIONNELS : LA N.O.C.

49Depuis la mise en place de la LIPETCO, le 14 avril 1968, la Libye s’était dotée d’un organisme souple et bien adapté à son objet ; cependant, les circonstances avaient changé et, en particulier, l’importance des contrats d’association devait décroître dans l’esprit des responsables au profit des contrats de service. D’autre part, un manque de coordination de plus en plus fâcheux se faisait sentir entre cet organisme et le Ministère du Pétrole, le partage des compétences n’ayant d’ailleurs jamais été clairement défini. Enfin, la LIPETCO représentait un héritage de l’ancien régime, avec tout ce que cela pouvait évoquer de soumission à l’étranger et de corruption, dans l’esprit des nouveaux dirigeants.

  • 13 Devenue, en juillet 1971, la NOC.

50C’est pour toutes ces raisons que la loi du 5 mars 1970 créait la Libyan National Oil Corporation, ou L.N.O.C. (ou, parfois, LINOCO)13. Celle-ci assume les droits aussi bien que les obligations de la LIPETCO, mais sous un contrôle beaucoup plus étroit du Ministère du Pétrole ; elle assure la partie des objectifs du plan qui concerne le pétrole, en participant à toutes les étapes de la production, soit elle-même, soit par l’intermédiaire d’autres institutions, créées par elle seule ou par des accords. Ceux-ci sont de deux types, et la loi les définit très précisément : le contrat de service (Contracting Agreement), où le co-contractant sera chargé de la recherche et de l’exploitation pour la L.N.O.C. qui sera propriétaire du pétrole ; il sera payé en fonction des découvertes faites, soit en espèces, soit en pétrole, et il pourra être chargé de commercialiser le brut appartenant à la compagnie nationale. Dans le contrat d’association (Partnership Agreement), si le co-contractant supporte toutes les dépenses avant la découverte d’un brut commercialisable, ce sont ensuite les deux partenaires qui se partagent et les frais et les recettes, suivant une proportion définie.

51Dans tous ces contrats, il sera tenu compte de l’intérêt national, c’est-à-dire de l’emploi de main-d’œuvre libyenne, du souci de préservation des réserves, et de la conformité avec les objectifs du Plan. La loi définit par ailleurs le champ d’activité de la Corporation, qui couvre toutes les opérations d’une industrie pétrolière intégrée, de la recherche au transport et à la vente de produits raffinés. Pour ce faire, elle peut créer toutes les filiales qu’elle juge nécessaires, même en association, mais dans ce cas, sa participation ne pourra être inférieure à 51 %. Le budget de la L.N.O.C. est indépendant de celui de l’État, et sera géré comme celui d’une société commerciale. Bénéfices et pertes seront au profit ou à la charge de l’État. Le sous-secrétaire d’État au Ministère du Pétrole est de droit vice-président du Conseil d’administration. Aucun membre de celui-ci ne peut contracter avec la Corporation sous aucune forme directe ou indirecte que ce soit, ni posséder d’actions d’aucune filiale. Le salaire d’un membre de la L.N.O.C. comme membre du Conseil d’administration d’une compagnie associée sera reversé à la Corporation qui jugera de son usage.

52On sent à travers le texte de la loi, outre le souci d’éviter tout risque de corruption, celui de doter le gouvernement d’une institution étroitement contrôlée par lui, mais qui possède en même temps l’autonomie et le dynanisme nécessaires à ce qui est destiné à devenir dans un avenir plus ou moins proche, le fer de lance de la politique pétrolière du pays. L’exemple de la SONATRACH n’y est pas pour rien, et il a d’abord été suivi, en ce qui concerne un secteur mineur, celui de la distribution.

B) LA NATIONALISATION DE LA DISTRIBUTION.

53La première mesure peut à certains égards être considérée comme un geste spectaculaire destiné à marquer les orientations du régime, autant vis-à-vis des libyens eux-mêmes que des compagnies pétrolières ; elle ne recouvre en effet qu’un secteur très minime de l’exploitation pétrolière. Il s’agit de la nationalisation, le 4 juillet 1970, des réseaux de distribution des produits pétroliers, possédés par des filiales de Shell, Esso et A.G.I.P. Elle touche près de 300 stations-service, les terminaux de stockage auxiliaire et les installations des aéroports ; la gestion en a été confiée à des sociétés gérées par la N.O.C. Cette mesure ne touche qu’une capacité de 20 000 b/j, et une quantité distribuée qu’on pourrait évaluer pour 1970 à 16 000 b/j.

C) LES RESTRICTIONS À LA PRODUCTION.

54Cette deuxième mesure est d’une toute autre portée, puisqu’il s’agit de la réduction de la production des compagnies. S’appuyant sur la réglementation n° 8 de décembre 1968 relative à la conservation des gisements, le gouvernement libyen a estimé que certains cas de surexploitation des gisements étaient trop graves et atteignaient un seuil critique. Ce souci de protéger la rentabilité des gisements coïncidait d’ailleurs avec une volonté de ne pas accroître exagérément la production, une réévaluation des prix paraissant un moyen beaucoup plus efficace d’accroître les revenus du pays.

Tableau II. Production de pétrole en Libye

Tableau II. Production de pétrole en Libye

Source : Central Bank of Libya, Economic Bulletin et Petroleum Press Service (puis The Petroleum Economist).

55Ce souci est bien illustré par le tableau II qui retrace l’évolution de la production libyenne depuis l’origine de l’exploitation ; l’arrivée du nouveau régime est marquée tout d’abord par un coup d’arrêt à la progression (qui passe de 49 à 19, puis à 7 %) puis par des diminutions absolues ; les chiffres les plus récents portant sur le début de 74 peuvent laisser augurer, sauf incident de parcours, une nouvelle diminution de plus de 10 %, à laquelle bien sûr les réductions de « l’arme du pétrole » ne sont pas étrangères, soit une production tournant autour de 700 millions de barils, à peine plus qu’en 1967. Mais il s’agit là d’un choix ; les dirigeants libyens ont a plusieurs reprises fait savoir qu’une exploitation intensive des richesses du pays ne les intéressaient pas : le pétrole sous terre est finalement un capital bien plus sûr que des devises pas toujours à l’abri des aléas ; de plus les récentes augmentations de prix permettent de tirer du pétrole des ressources très abondantes, plus abondantes même que les possibilités d’absorption du capital. Le tableau III retrace d’ailleurs l’évolution des revenus pétroliers du pays :

Tableau III

Tableau III
  • 6 Chiffres moyens par année civile.

Source : Pétrole et Gaz arabes et The Petroleum Economist.
Note (a)6

56Il ne s’agit cependant là que des revenus fiscaux afférents aux taxes et royalties payées par les compagnies ; une autre source de revenu est constituée par la participation croissante de l’État dans l’industrie.

2) La participation directe.

57Elle a pris trois formes : la signature de contrats d’association, la signature de contrats de participation, la nationalisation ; les deux dernières, cependant, sont liées, les nationalisations s’étant souvent présentées comme des prises de participation forcées.

A) LES CONTRATS D’ASSOCIATION.

  • 14 Le 9 juin 1974, l’accord avec ERAP passera de 50-50 à 85-15.

58Dès l’ancien régime, un accord d’association — le premier en Libye — était passé, en l’occurrence avec une compagnie française, E.R.A.P. ; le contrat, d’avril 1968, portait sur 29 850 km2 et prévoyait l’apport par la compagnie des frais d’exploration et d’une partie des frais d’exploitation, l’autre partie étant à la charge de la Libye. 1969 voyait la signature de 4 nouveaux accords du même type ; les données restaient les mêmes, la participation libyenne passant de 25 à 50 % avec l’augmentation de la production14.

59Les choses allaient rester en l’état jusqu’au règlement du problème des prix, et jusqu’au début de la mise en exploitation d’un gisement productif important par AGIP en mars 1972. Le ministère du pétrole faisait aussitôt savoir que les exportations ne pourraient commencer sans une révision de la participation libyenne. A une proposition italienne de 25 % immédiats avec passage progressif à 51 %, la Libye répondait d’abord par une exigence de 51 % sans progressivité ; cependant, les rapports NOC-ENI ne s’étaient jamais détériorés, et la signature d’un certain nombre de contrats annexes permettait de bien augurer de l’issue de la négociation ; en effet, on apprenait en septembre 1972 la signature de l’accord définitif, qui prévoyait seulement une participation immédiate de 50 % du partenaire libyen et les modalités suivantes : remboursement par la Libye de la moitié des coûts d’A.G.I.P., commercialisation par l’A.G.I.P. de la part libyenne pour 5 ans à un prix moyen entre l’affichage et le coût total y compris les versements au gouvernement, soit 2,80 $ le baril. Et, en 1973, l’association AGIP-NOC fournissait plus de 6 % de la production totale.

60La formule de l’association directe n’est pas abandonnée, puisque la N.O.C. vient de signer, en février 1974, avec la compagnie Occidental un accord de ce genre, qui présente cependant la particularté par rapport aux précédents de prévoir un partage immédiat à 81 % - 19 %. A l’heure où nous écrivons, d’autres contrats de ce type, notamment avec Elf, E.N.I. Hispanoil et Petrobras étaient en cours de négociation.

61Il s’agit là cependant d’accords nouveaux, sur des superficies vierges ou rendues à l’État. Il n’en est pas de même des demandes de participation libyennes sur des permis existants. Les réactions des compagnies vont être sur ce point sensible très dures, et la menace de nationalisation sera employée, et même mise en œuvre.

B) LES PRISES DE PARTICIPATION ET LES NATIONALISATIONS.

62Il convient d’examiner en premier lieu les conséquences de la nationalisation, le 7 décembre 1971, de la part de 50 % que la British Petroleum détenait dans son seul gisement productif, le gisement de Sarir, le plus important d’Afrique, dans la concession 65, ceci en représailles de « l’abandon par la Grande-Bretagne à l’Iran » de trois îlots dans le Golfe Persique. La première conséquence de cette mesure a été la constitution d’une filiale de la NOC, la « Arab Gulf Exploration Co » (A.G.E.C.), chargée de se substituer à la BP sur la concession de la compagnie, et qui a aussitôt entamé une vaste campagne de recrutement pour continuer l’exploitation. Celle-ci a pu reprendre assez vite, le seul problème étant celui des débouchés, après les procédures juridiques entamées par la BP. Dès la nationalisation, BP a en effet refusé de reconnaître sa légalité, et a entamé des actions en justice contre les cargaisons exportées, actions qui traînèrent en longueur, pendant que la Libye nommait une commission chargée de calculer le montant de l’indemnisation ; la procédure-test que BP avait entamée en justice devait échouer en mars 1973, et celles ultérieures, de Bunker Hunt, devaient être abandonnées.

63Pour une moitié, cette production a été régulièrement écoulée vers les pays de l’Est. La position de Bunk Hunt, partenaire à 50 % de la compagnie anglaise sur le champ de Sarir, était cependant délicate. Elle refuse dès l’abord de commercialiser, pour le compte de l’A.G.E.C, la part ex-BP, mais continue à exploiter le gisement, pour sa part, comme auparavant. Les responsables libyens, pour leur part, ne pouvaient pas exiger d’elle les mesures demandées, puisqu’ils étaient partie prenante de l’exploitation ; ils proposent donc une prise de participation de 50 % (soit 75 % de l’ensemble) immédiate et le partage des profits depuis la nationalisation de la BP. Hunt, après un accord de principe, finit par refuser en décembre 1972 ; entre temps, les autres compagnies ont reçu des demandes similaires, ou même supérieures. Bunker Hunt reste intransigeant malgré la désignation d’un arbitre ; si bien que, le 24 mai 1973, ses exportations sont arrêtées autoritairement et que, le 11 juin, le Colonel Qadhafi annonce la nationalisation de la compagnie dont les avoirs sont, comme ceux de la BP, confiés à l’A.G.E.C. En 1973, le gisement de Sarir aura produit plus de 11 % du brut libyen.

64Cependant, les choses n’allaient pas être aussi simples avec le reste de l’industrie. En janvier 1973, le Ministre du Pétrole convoquait les représentants du groupe Oasis, premier producteur du pays, et leur demandait d’examiner les possibilités de passer avec eux un accord identique à celui passé avec AGIP, à savoir une participation immédiate de 50 %. Oasis rétorque que les situations sont différentes, puisque dans le cas d’AGIP il s’agit d’un contrat nouveau, alors que dans le sien, il s’agit de secteurs productifs depuis longtemps. Les choses trainent en longueur, alors que la volonté libyenne est renforcée par les négociations sur la participation au Proche-Orient, tant et si bien qu’en avril, une demande de participation non plus à 51 %, mais à 100 % est présentée à Oasis, et, selon certaines rumeurs qui seront démenties plus tard, à Amoseas. Le 15 mai, les enlèvements sont suspendus pour 24 h. à titre d’avertissement. La nationalisation de Bunker Hunt, en juin, sonne comme un avertissement pour les compagnies, menacées d’être complètement reprises si elles n’acceptent pas de céder 51 % ; le gouvernement procède de nouveau par restrictions de production, et impose des conditions de production draconiennes, tout en appliquant sa tactique favorite : traiter avec chaque partenaire séparément.

65Cette fois encore, la tactique paie, mais pas entièrement, puisque d’une part les compagnies seront très longues à céder, et que d’autre part certaines ne cèderont pas. Comme toujours, les indépendants se rendent les premiers, et d’abord Occidental qui le 12 août accepte la reprise de 51 % de ses intérêts contre une indemnisation en valeur nette comptable de 135 millions de dollars, la possibilité d’acheter la part de l’État à 4,90 $ prix fixe pour six mois, et révisable ensuite, et la constitution d’une société mixte ; les trois indépendants d’Oasis (Marathon, Continental et Amerada-Hess) acceptent 4 jours plus tard un accord du même type, avec des compensations légèrement inférieures, et des possibilités d’achat au même prix jusqu’en mars 1974. Shell, dernier partenaire d’Oasis, refuse de s’incliner, et voit ses enlèvements bloqués. Le colonel Qaddhafi entend bien poursuivre dans cette voie, et déclare le 26 août que les actions menées par son pays sont pour lui un exemple à suivre au Proche-Orient ; enfin, le ler septembre, le gouvernement annonce la nationalisation de 51 % des intérêts d’Esso et de ses associés Grace et Arco, de Shell, d’Amoseas et Mobil-Gelsenberg, et laisse aux compagnies un délai d’un mois pour accepter les offres d’indemnisation. Le 26, et le 29, Grace, puis Gelsenberg acceptent. La guerre d’octobre et la flambée des prix interviennent alors, et interrompent les discussions sur ces points, à l’exception du prix de reprise qui passe de 4,90 à 7,60, prix qui se révèlera vite, à la fin de l’année, comme inférieur aux prix du marché libre.

66Il faudra attendre le 11 février pour assister à un nouveau coup de théâtre : la nationalisation à 100 %, cette fois, d’Atlantic Richfield, et surtout d’Amoseas (Texaco-Socal), produisant près de 10 % du brut libyen, confié à une nouvelle société, Oum Jawabi. Les choses vont alors aller très vite. Mobil acceptera la nationalisation à 51 % à la fin de mars, Exxon (Esso) et la C.F.P. en avril. Shell, irréductible, sera nationalisé à 100 % et un accord sur son indemnisation sera signé en juin.

67Au milieu de 1974, l’industrie pétrolière en Libye se présente donc, en ce qui concerne la répartition par compagnie, dans une situation où l’État libyen détient, par l’intermédiaire de ses compagnies, un peu plus de 60 % de son pétrole, ainsi que le détaille le tableau IV. Cette situation n’enlève cependant rien au fait que l’économie libyenne, par le biais de son secteur pétrolier, reste étroitement liée au système économique international, et qu’elle continue à en subir, dans tous ses aspects, les conséquences.

Tableau IV

Tableau IV
  • 7 BP-HUNT, puis AGEC-HUNT à partir de Décembre 1971, puis AGEC seule à partir de Juin 1973.
  • 8 Champ d’Um Farud, rendu à la NOC en Octobre 1970
  • 23 Champ d’Abu Tiffel, entré en production en Octobre 1972
  • 10 Part de l’État au milieu de l’année 1974 rapportée, pour estimation, à la répartition par compagni (...)

Note (a)7
Note (b)8
Note (c)23
Note (d)10

II. — MARCHE INTERNATIONAL ET DEVELOPPEMENT DES FORCES PRODUCTIVES

68L’économie pétrolière procède du profond mouvement d’internationalisation du capital ; ou, plus précisément, elle en est le support matériel, concret. En effet, si dans sa forme, le capital pétrolier apparaît comme « un ensemble organisé de moyens soumis à un centre de décision unique » (Bye, Économies et sociétés, Cahiers de l’I.N.S.E.A., II, n° 9, septembre 1968 : p. 1747), il se définit, dans son essence, comme une formation constitutive de rapports sociaux modernes. C’est une puissance sociale qui, après avoir mis à bas les assises tribales de la Libye prérépublicaine et achevé le régime monarchique, poursuit de plus belle encore son œuvre souterraine. Hier extraction pétrolière pure, le phénomène d’internationalisation du capital devient chaque jour, un peu plus, synonyme d’industrialisation.

69L’insertion définitive de la Libye dans le système mondial, qui s’est réalisée grâce au développement de la production pétrolière, a posé les bases solides du développement industriel ultérieur. Mais les conditions nécessaires à ce développement ne pourront se réaliser qu’à la faveur de la crise pétrolière.

1) L’insertion au marché international.

70La Libye présente, aujourd’hui comme hier, le cas type d’une économie monovalente dépendant quasi-exclusivement des exportations du pétrole. La structure des échanges internationaux offre, à cet égard, une projection schématisée des effets de domination du capital pétrolier sur l’économie libyenne.

71Il faut rappeler que la structure du commerce extérieur de la Libye comporte deux secteurs ouvertement séparés : le secteur local « traditionnel » et le secteur pétrolier. Le premier est durablement déficitaire tandis que le second est de plus en plus excédentaire.

72Le solde des échanges autres que pétroliers présente un déficit qui va s’aggravant. En 1973, il a augmenté de 140 % par rapport à 1969. Comme on peut le lire sur le tableau VI, de 185 millions de D.L., il est passé à plus de 498 millions pour l’année 1973. Ces chiffres représentent l’équivalent de la valeur des importations libyennes (hors compagnies pétrolières), qui se chiffrait à 501 millions de D.L. en 1973 contre 187 millions en 1969. Cela signifie que le taux de couverture de ces importations par les exportations non pétrolières tend vers zéro. La domination du secteur pétrolier n’en prend que plus de relief.

73En effet, la valeur des exportations de brut, non seulement couvre la valeur totale des achats effectués par la Libye à l’étranger, mais encore elle l’excède souvent du triple. Ainsi, en 1969, l’excédent se chiffrait à 532 millions de D.L. ; il atteint 710 millions en 1971, année record. Une baisse de près de 40 % est enregistrée en 1972. En 1973, le solde bénéficiaire augmente à nouveau à un taux de 63 % par rapport à l’année précédente. Le secteur pétrolier représente 99,9 % de la valeur des exportations totales.

A) LA STRUCTURE DES EXPORTATIONS.

  • 15 Bank of Libya — 8th Annual report, p. 35.

74Déjà en 1964, la Banque de Libye n’hésitait pas à affirmer que « la balance libyenne des payements est progressivement dominée par le secteur pétrolier tandis que les exportations traditionnelles du pays n’ont enregistré aucune amélioration et ont même reculé, aussi bien en chiffres absolus qu’en chiffres relatifs, dans l’ensemble des exportations »15. Nous allons décrire très brièvement l’évolution des exportations de pétrole depuis 1970, avant d’analyser le recul des exportations dites traditionnelles qui en constitue précisément la contrepartie négative.

1. L’évolution des exportations pétrolières.

Tableau V. Exportations de pétrole par pays

Tableau V. Exportations de pétrole par pays

Source : Economic Bulletin, Central Bank of Libya (XIII, 10-11-12), Oct.-Dec. 1973.

  • 16 Voir Economic Bulletin, Central Bank of Libya (XIII, 10-11-12), Oct.-Dec. 1973, p. 82, qui fournit (...)
  • 17 Notons aussi, pour être complets, que les exportations de gaz, principalement de GNL, sont encore (...)

75Le tableau V résume l’évolution de la structure des exportations pétrolières depuis 1970. Un fait apparaît avec netteté : la décroissance de la part de la C.E.E. à six (de 70 % à 60 %), a fortiori si l’on y ajoute les principaux clients européens, la Grande-Bretagne, l’Espagne et, nouvelle venue, l’U.R.S.S. (de 90 à 74,6 %), au profit des États-Unis, surtout si l’on rajoute à ces derniers la Trinité qui y réexporte la quasi-totalité de ses achats (de 4 à 13 %), et des autres pays parmi lesquels la Suisse, le Canada, la Roumanie et la Bulgarie sont les plus importants. Ce relatif élargissement de l’éventail des acheteurs ne modifie pas l’importance croissante des deux clients principaux, l’Italie (qui remonte à son niveau relatif de 1970 et à la première place) et l’Allemagne, ces deux pays consommant presque la moitié du brut libyen. Il souligne par contre la baisse des Pays-Bas (pour les raisons que l’on connaît) ainsi que de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Espagne. Des statistiques partielles16 montrent à l’inverse que la part des pays de l’Est atteint maintenant plus de 4 %17.

Tableau VI. Solde de la balance commerciale (en millions D.L. courants)

Tableau VI. Solde de la balance commerciale (en millions D.L. courants)

Source : Economic Bulletin Central Bank of Libya, July-September 1973.

2. L’évolution des exportations non-pétrolières.

76La chute des produits non-pétroliers, dits locaux, déjà constatée entre 1960 et 1968 se poursuit à vive allure aussi bien en chiffres absolus qu’en pourcentage. Leur valeur est passée de 815 000 D.L. en 1968 à 526 000 D.L. en 1971, soit, une baisse de 36 %. L’éventail des produits exportés continue à se rétrécir. En 1971, deux produits, les arachides et les produits de l’élevage totalisent à eux seuls 85 % du total, comme l’indique le tableau ci-dessous :

Structure des exportations non pétrolières

Structure des exportations non pétrolières

77Parallèlement donc à la monoexportation liée au secteur pétrolier, la tendance à la spécialisation non pétrolière, qui s’est dessinée durant la période 1962-1968, s’affirme encore plus nettement. Cependant, il faudra souligner un début d’inflexion dans la structure des exportations locales : alors que l’exportation des produits de la terre paraissait décliner sans cesse au profit des exportations de la « ferraille », on note une remontée relative de la part des premiers, qui passe de 43 % en 1969 à 85 % en 1971. Il serait toutefois hasardeux de conclure à la reprise de la production agricole, puisque, en valeur absolue, les expéditions d’arachides et des produits de l’élevage poursuivent leur chute : de 511 000 D.L. en 1968, leur valeur baisse à 447 000 D.L. en 1971, soit un taux de — 13 %. L’essor de leur part relative est donc dû à la chute de la part du « Scrap metal » ; celui-ci en effet a atteint en valeur 40 000 D.L. en 1971 contre 413 000 D.L. en 1969, soit une régression brutale de 900 %.

78La structure géographique des exportations domestiques met en évidence la pérennité du courant traditionnel vers l’Italie qui n’a cessé d’acheter plus de la moitié des produits non pétroliers, comme l’indiquent les calculs suivants.

Tableau VII. Structure géographique des exportations non pétrolières

Tableau VII. Structure géographique des exportations non pétrolières

79Les achats de la Grande-Bretagne, de la Hollande et de la R.F.A. ne cessent de diminuer, au point de devenir insignifiants en 1971. Les exportations vers la France accusent une légère tendance à la hausse. En revanche, parmi les pays arabes, la Tunisie semble devoir prendre la première place en tant que client des produits libyens autres que pétroliers. En effet, en 1971, près de 22 % des exportations libyennes ont été acheminées vers la Tunisie, qui devient ainsi le second client après l’Italie. Les courants d’échanges se développent également avec le Liban et la Syrie (5 % et 4 %) mais restent très faibles pour ce qui concerne l’Algérie et la R.A.U.

B. — LA STRUCTURE DES IMPORTATIONS.

80La Libye offre un marché en pleine expansion qui demande et demandera de plus en plus d’articles de consommation courante et également des biens d’équipement.

81D’une part, la diffusion massive de pouvoir d’achat monétaire par les compagnies pétrolières, l’essor brutal de la construction privée et publique, et enfin l’accroissement des dépenses publiques ont suscité la multiplication accélérée des besoins nouveaux. Le développement des activités pétrolières exige, de son côté, l’apport en biens d’équipement et de consommation.

82L’ensemble de cette demande ne peut être satisfait par une production nationale axée quasi-uniquement sur le pétrole brut. Les achats à l’extérieur s’imposent alors, et leur rapide progression consolide et aggrave à son tour la dépendance commerciale vis-à-vis de l’étranger. Aussi la structure des produits importés est-elle dominée par les biens de consommation, et l’on observe même une tendance affirmée à l’accentuation de cette prédominance, tandis que leur structure géographique met en relief la prépondérance du fournisseur européen.

83a) Mesurée en D.L. courants, la valeur globale des importations était estimée à 250 millions en 1971 contre 230 en 1968. Elle a donc continué à croître mais à un rythme plus ralenti qu’auparavant (+ 9 %). En 1970, on enregistre même une baisse de 13 %.

84Cependant, comme le montrent les calculs que nous venons de citer, la structure des achats est restée stable en ce sens que les biens de consommation occupent toujours la plus grande part. Mais cette part a tendance à s’amplifier puisque de 40 % en 1968, elle passe à 53 % en 1971.

85L’importation des biens de consommation est donc en hausse constante. La stimulation accentuée des besoins des couches privilégiées urbaines exige la libre importation non seulement des denrées alimentaires que la production n’est pas ou n’est plus à même de satisfaire (viande, sucre, céréales, produits laitiers, œufs, fruits et légumes, café, thé, etc...) mais surtout des produits finis (vêtements, articles textiles, articles de voyage, chaussures, produits pharmaceutiques et principalement les biens d’équipement ménagers et les voitures). Les biens de production durables et non durables occupent moins de la moitié des importations totales ; ils se composent, pour l’essentiel, de machines, du matériel de transport et d’équipement nécessaires aux compagnies pétrolières.

86b) La répartition géographique des importations met en relief la prépondérance du marché occidental comme fournisseur principal de la Libye. Les six pays européens, plus le Japon, couvrent encore près de 67 % des achats libyens en 1971 bien que le recul relatif amorcé déjà avant 1968 (71 %) n’ait cessé de s’amplifier. Au sein des fournisseurs occidentaux des modifications importantes sont intervenues. Les États-Unis sont définitivement relégués en dernière position (7 %) au profit de l’Italie qui reste toujours en tête avec 23 %. La part de la Grande-Bretagne accuse une baisse sensible entre 1968 et 1971 passant de 11,5 % à 9,9 % ; tandis que l’importance du fournisseur allemand (de 8 à 9 %) et surtout de la France (de 4,7 % à 8,5 % et du Japon (de 3,7 à 6,1 %) s’accentue.

Tableau VIII. Évolution de la structure géographique des importations

Tableau VIII. Évolution de la structure géographique des importations

87Le Japon qui déploie de gros efforts pour conquérir le marché libyen depuis 1962, voit l’amélioration de sa position se confirmer : les ventes de voitures, de radios et d’appareillage électrique ne cessent de progresser, et ses articles électroniques sont en vogue.

88La France n’a cessé d’améliorer sa position, et ce, depuis 1969. Les efforts déployés par Paris pour développer ses relations commerciales avec Tripoli s’expliquent d’autant mieux que la balance du commerce n’a cessé de se détériorer au détriment de la France à cause des besoins énergétiques de ce dernier pays. La conclusion de l’accord de livraison de 110 Mirages à la Libye a joué un rôle considérable dans la « percée » française sur le front du marché libyen, laquelle percée a du reste été largement facilitée par les préjugés favorables du nouveau régime libyen à l’égard de Paris.

89Rappelons la portée et la signification de cet accord. Pour saisir la signification profonde de cette nouvelle offensive économique et diplomatique, il faut se souvenir que la France, comme d’ailleurs la plupart des autres pays occidentaux, se trouve dans la nécessité vitale d’assurer son indépendance énergétique au moyen d’un ravitaillement régulier dans des conditions aussi économiques que possible. Le pétrole en provenance des pays arabes couvre environ 90 % de sa consommation et la Libye, à elle seule, 10 %. A la fois cause et conséquence de la politique proarabe, la politique pétrolière de la France, a déterminé à son tour la vente des 110 Mirages à la Libye, laquelle opération fournit en retour un nouvel élan au développement des intérêts pétroliers de la France.

90Le contrat de vente de 110 « Mirages III » à la Libye a été l’occasion inespérée pour la France de faire un bond en avant dans le domaine à la fois économique, militaire, politique et diplomatique.

911°) L’industrie de l’armement et la balance des paiements seront les premiers bénéficiaires de cette opération. Le développement de l’industrie de l’armement qui vend à l’extérieur plus de 50 % de ses produits et emploie à l’intérieur plus de 270 000 salariés est conditionné par la demande étrangère. Le taux de profit y est relativement élevé : lorsque l’État investit, pour prendre un exemple, 700 millions de francs dans la fabrication des Mirages III, il permet un gain de devises de l’ordre de 3 590 millions à l’exportation.

92Les commandes libyennes ont pour effet de suppléer les pertes de devises ; le coût net des 110 Mirages, sans taxe, ni pièces de rechange, est en effet au bas mot de 770 millions de francs.

93Evinçant ses concurrents américains et britanniques — ceux-ci devaient livrer à la Libye un système complet de défense évalué à 1 700 millions de francs — la France a de surcroît ouvert une large brèche dans la chasse gardée anglo-saxonne.

942°) La vente des Mirages représente, en effet, une aubaine inespérée pour la France ; elle ouvre la voie royale qui mène à la conquête du marché libyen. L’utilisation « productive » des bombardiers exige en effet, non seulement la formation, sur plusieurs années, des techniciens, mais surtout des livraisons de matériel et de pièces de rechange : les pièces indispensables à deux années d’exploitation représentent 33 % du coût total de l’avion.

95L’installation et l’entretien d’une infrastructure coûteuse et complexe sont par ailleurs indispensables. Toutes ces opérations ne peuvent être réalisées sans engendrer inéluctablement des rapports de dépendance de l’acquéreur vis-à-vis du fournisseur, autrement dit des conditions plus élargies et plus sûres d’une nouvelle reprise du mouvement de marchandises et de capitaux français vers la Libye. Bref, le processus de pénétration dans le sanctuaire libyen a été bel et bien enclenché par l’affaire des Mirages.

96Les résultats aujourd’hui sont là :

97« De 1969 à 1973, les ventes françaises en Libye ont fait un bond progressant de 140 à 890 millions de francs. Le milliard sera dépassé cette année. Des parfums aux chaussures, en passant par le beurre et la viande, tous les produits français, qui, il y a moins d’un lustre, étaient pratiquement absents du marché libyen, s’étalent aujourd’hui dans les emporiums que sont devenus Tripoli et Benghazi...

98Cependant, la France ne s’en tient pas qu’aux articles de Paris et au camembert. Le Groupement d’ Études Français pour la Libye, consortium de plusieurs bureaux, a 100 millions de francs de contrats d’études à réaliser. Les commandes libyennes, matériel militaire non compris, inscrites dans les carnets des industriels français représentent actuellement 1,5 milliard de francs. Une quarantaine d’entreprises françaises ont maintenant une antenne en Libye. Alsthom a enlevé un contrat-record de 49 millions de francs pour la construction d’une centrale électrique à Tripoli. En Cyrénaïque, Dumez construira 3 000 logements et une usine d’éléments préfabriqués. Un groupe français, dont le chef de file est l’O.R.T.F. a été choisi pour réaliser le projet de construction de l’immeuble de la radio de Tripoli, qui sera doté d’une tour de 100 mètres de haut. De même, le B.R.G.M. (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) est à la tête des sociétés françaises qui prospectent les gisements de fer de Wadi Chatti dans le Fezzan, et qui réaliseront la voie ferrée Sebha-Misourâta » (Le Monde, 11 avril 1974 : 33).

99De nouvelles possibilités vont par ailleurs s’offrir aux industries françaises après la conclusion de l’accord cadre de février 1974.

100L’analyse de la balance commerciale nous a permis de détecter la nature des rapports réels qui se sont noués entre la Libye et le monde extérieur depuis les découvertes pétrolières par les monopoles étrangers : la domination des monopoles a conduit tout droit à l’hypertrophie de la monoproduction et de la monoexportation pétrolière, et par voie de conséquence, une dépendance commerciale de plus en plus poussée, qui a ouvert la voie à l’intégration accélérée de l’économie libyenne au sein du marché international. Ce mouvement d’intégration ne restera pas sans effets, immédiats et à long terme, sur la structure interne de l’économie de la Libye.

2) La progression du capital.

101En effet, c’est précisément dans les zônes livrées à l’extraction des hydrocarbures, dans ces sphères en contact immédiat avec le marché international, que se situe la base de départ d’un bouleversement accéléré et intense des rapports de production existants.

102Ce processus peut être analysé sous ses deux formes :

103D’abord sous sa forme la plus apparente, la forme monétaire, liée d’un côté à la progression des dépenses qui sont engagées à l’occasion des opérations pétrolières et qui aboutissent principalement à la formation et à la propagation du régime du travail salarié. Et de l’autre côté à l’accumulation d’un capital monétaire sous le contrôle de l’État Libyen.

104Ensuite, sous sa forme qualitative, celle qui touche aux conditions de la formation du capital productif.

A) LA PROGRESSION DE LA DIFFUSION MONÉTAIRE.

1. Les dépenses des compagnies et leurs effets.

a) Évolution des dépenses globales.

105Les dépenses engagées par les sociétés pétrolières aux divers stades de leur activité (exploration, forage, production, exportation), se partagent en deux groupes : les dépenses effectuées à l’extérieur de la Libye et celles effectuées à l’intérieur de la Libye. Ces deux groupes de dépenses sont répartis traditionnellement entre plusieurs postes réunis dans le tableau suivant :

  • 11 Calculs effectués à partir des données de la Central Bank of Libya — Economic Bulletin, juillet-se (...)

Dépenses cumulées des sociétés pétrolières de 1970 à 1973 (8 premiers mois)11

Dépenses cumulées des sociétés pétrolières de 1970 à 1973 (8 premiers mois)11

106Les calculs en pourcentage permettent de souligner une tendance lente mais certaine à l’équilibrage entre les dépenses locales et les dépenses extérieures, bien que la part des premières dans le total reste toujours la plus faible : 41 % du total. Par comparaison avec la période 1965-1968, on observe une hausse relativement sensible de la part des dépenses locales dans le total des dépenses engagées par les compagnies pour chacun des postes importants suivants :

107Si l’on considère séparément l’évolution de chacun des deux groupes de dépenses on constate une très nette tendance au désinvestissement accéléré aussi bien au plan des dépenses internes qu’externes. Les calculs suivants indiquent un rythme de diminution encore plus rapide pour ce qui concerne les dépenses extérieures :

108La chute enregistrée par les dépenses locales s’est en fin de compte chiffrée à près de 42 %. Celle des dépenses effectués à l’extérieur se révèle encore plus considérable puisqu’elle atteint 65,4 % entre 1969 et 1972.

109Cette chute atteint chacun des postes auxquels sont affectées les dépenses, exception faite des salaires et rémunérations versés à l’intérieur du territoire libyen. En effet, ceux-ci ont enregistré une hausse de 42,7 %, alors que les dépenses réglées à l’extérieur, relativement à ce même poste, ont subi une baisse de 15 %. Quant aux autres postes, celui des « contrats de service » a enregistré une baisse chiffrée à 51,7 % pour ce qui concerne les dépenses locales et à 75 % pour ce qui concerne les dépenses versées à l’extérieur ; enfin, celui du « matériel et fournitures » a connu, de son côté, une diminution estimée respectivement à 58 % et à 62 %.

110Cette évolution conduit à une réduction spectaculaire des disparités qui se creusaient continuellement auparavant entre les dépenses locales des compagnies pétrolièrs et leurs dépenses extérieures. Les calculs suivants indiquent clairement ce redressement apparu en 1972, aussi bien d’une manière globale que pour chacun des postes principaux.

Évolution de la disparité entre les dépenses locales et les dépenses extérieures

Évolution de la disparité entre les dépenses locales et les dépenses extérieures
  • 12 Y compris les « frais de nourriture », les « autres dépenses » et « matériel d’équipement ».

Note (1)12

111Les trois principaux postes, traitements et salaires, contrats de service et fournitures, ont enregistré inégalement ce redressement, le dernier poste ayant été peu affecté par ce phénomène — Pourquoi ?

b) Évolution des dépenses locales.

112C’est dans les marchés extérieurs, en particulier ceux des pays d’origine des compagnies pétrolières, que les besoins en matériaux et fournitures sont les mieux satisfaits. Il n’est donc pas étonnant que les achats locaux demeurent encore très faibles et leur écart avec les achats à l’étranger s’est le plus creusé. Le ralentissement considérable des activités d’exploration est la cause principale de la baisse des dépenses locales et des dépenses extérieures liées à ce poste.

113L’évolution de la structure des dépenses locales confirme au surplus que la diminution absolue de leur volume affecte particulièrement les achats en matériel et fournitures (11 % en 1972 contre 16 % en 1969). Les dépenses liées aux transports et services locaux qui constituent en fait l’essentiel du pouvoir d’achat diffusé au sein de la population libyenne à partir du secteur pétrolier sont également en baisse (52,8 % en 1972 contre 63,5 % en 1969).

114La part des rémunérations salariales, en revanche, effectue un véritable bond en avant (18 % en 1972 contre 7,4 % en 1969), qui marque un renversement complet de la tendance constante à la stagnation relative constatée tout au long de la période monarchique. Ce renversement soudain est sans nul doute le résultat des mesures décidées par le nouveau pouvoir républicain en matière de politique des salaires et de l’emploi, qui met ainsi fin aux pratiques courantes de discrimination en vigueur dans ce secteur.

c) L’emploi et les salaires.

115Ce renversement de tendance contraste remarquablement avec les structures hautement concentrées du capital pétrolier.

116Il faut rappeler en effet que l’industrie pétrolière se classe parmi les secteurs « hautement capitalistiques » qui utilisent une fraction très faible de travail par rapport au capital fixe. Ainsi, en Libye, elle n’occupe qu’une part dérisoire de la population active, qui se situe autour de 4 %. En outre, du fait même de leur mécanisation très poussée, les compagnies font beaucoup plus appel à la main-d’œuvre hautement qualifiée originaire des pays européens, réservant à la main-d’œuvre recrutée localement les travaux subalternes liés aux activités de recherche et de prospection ; lesquelles activités, de par leur nature même, ont un caractère temporaire et entraînent habituellement des licenciements fréquents dès lors qu’elles ont cédé le pas aux activités d’extraction et de production.

117Dans ces conditions, l’accroissement de l’emploi des Libyens dans l’industrie pétrolière ne peut résulter que d’un mouvement de substitution du personnel local au personnel étranger. C’est précisément ce phénomène que nous révèlent les calculs suivants :

Évolution du nombre d’employés recensés dans les compagnies à la fin de chaque année.

Évolution du nombre d’employés recensés dans les compagnies à la fin de chaque année.

Source : d’après les données des rapports annuels de la Banque centrale de Libye : 1968-69, p. 154 et 1971-72, p. 146).

118En dépit de leurs insuffisances, ces calculs donnent une image correcte de cette nouvelle tendance qui marque l’évolution de l’emploi dans le secteur pétrolier.

1191°) On remarquera tout d’abord deux mouvements divergents : d’un côté le nombre total des employés recensés à la fin de l’année 1971 accuse une hausse sensible estimée à 12,3 % par rapport à l’année 1965 et à 10,7 % par rapport à l’année 1968. De l’autre côté, on enregistre une baisse de la production pétrolière liée à une diminution des compagnies exploitantes dont le nombre passe de 35 en 1968 à 22 en 1971. Si bien que chacune des compagnies occupe en moyenne 124 employés de plus qu’en 1968, soit un accroissement de 75 %.

1202°) La progression nette de l’emploi est à imputer exclusivement à une hausse importante du nombre de libyens employés dans le secteur pétrolier, hausse qui a compensé largement la régression enregistrée par l’emploi du personnel étranger. En effet, à la fin de l’année 1971, les compagnies pétrolières ont recruté 1 070 travailleurs libyens supplémentaires par rapport à l’année 1968, soit un accroissement de plus de 30 %, ce qui porte leur proportion dans l’ensemble du personnel à 72,7 % contre 62 % en 1968. Et cette progression a, cette fois, touché l’ensemble des catégories, y compris les manœuvres et les ouvriers spécialisés. Ceux-ci, en effet, ont augmenté respectivement de 33 % et de 25 % par rapport à 1968. Et leur proportion dans l’ensemble passe de 19,5 % en 1968 à 23,1 % en 1971. Les catégories supérieures, contremaîtres et ouvriers qualifiés ont de leur côté augmenté de 23 % environ entre 1968 et 1971 et leur proportion est passée de 42 % à 49,5 % de l’ensemble du personnel.

121La politique de « Libyanisation » des postes de travail qualifié a donc donné des résultats immédiats dès 1971.

1223°) La régression brutale du personnel d’origine étrangère, généralement de haute technicité, corrobore, a contrario, ce phénomène de substitution : 1732 employés étrangers, sans doute des cadres, ingénieurs et techniciens ont été recensés à la fin de l’année 1971, soit près de 21 % de moins qu’en 1968. Toutefois, si l’on tient compte de la contraction des activités des compagnies, chacune de celles-ci occupait en 1971 une moyenne de 78 cadres étrangers alors que 62 seulement étaient nécessaires 4 ans auparavant.

123En bref les données dont nous disposons indiquent une très nette progression de l’emploi dont a bénéficié le personnel libyen exclusivement.

124Ce qui, joint à la nouvelle politique des salaires mise en œuvre par le pouvoir républicain, explique l’accroissement de la masse des rémunérations versées par les compagnies pétrolières depuis la fin de l’ancien régime. Il faut cependant souligner que la part de ces rémunérations dans l’ensemble des dépenses des compagnies reste fort limitée puisqu’elle ne dépasse pas 8 % des charges globales afférentes à leurs activités durant la période 1969-1973. C’est dire combien la masse salariale diffusée par le secteur pétrolier restera limitée dans son volume et par conséquent dans ses effets sur les autres activités locales. En revanche ses conséquences sur l’extension des sphères monétaires de l’économie libyenne, sur son rythme de monétarisation, s’en trouvent encore plus renforcées, et fortement amplifiées par ailleurs par la progression des revenus encaissés par l’État libyen.

2) La progression des revenus pétroliers.

125La progression des revenus financiers perçus par l’État libyen reflète les fluctuations des rapports de forces qui se nouent entre celui-ci et les compagnies pétrolières. Ces rapports de force, faut-il le rappeler, ne peuvent correctement être évalués qu’à l’échelle internationale et sont conditionnés en permanence, à la fois par le niveau de la demande et de l’offre mondiale du brut et par le degré de concurrence ou au contraire de solidarité, qui s’institue entre les différents pays producteurs.

126Les calculs regroupés dans le tableau suivant indiquent qu’une phase nouvelle marque l’évolution des revenus financiers (impôts et redevances) comparés aux recettes brutes des exportations :

  • 13 Estimation du Ministère du pétrole libyen.

Sources : Central Bank of Libya. Annual Reports 1969/70 et 1971/72 — Economic Bulletin, Oct.-Dec. 1973.
Note (1)13

127Alors que durant la période allant de 1961 à 1965 l’État recevait moins de 1/4 des recettes brutes des exportations, ce taux atteint déjà plus de 40 % à partir de l’année 1965. Favorisés par la poussée extraordinaire de la production pétrolière et encore plus par la modification des rapports financiers entre l’État et les Sociétés (révision de la législation pétrolière, relèvement du prix du brut), les revenus versés par celles-ci ont dépassé 50 % des recettes des exportations du brut avant d’atteindre le taux de 62 % durant le dernier exercice 1972/73. Par rapport à l’exercice 1968/69, leur somme a presque triplé, puisque l’accroissement se chiffre à 160 % durant la période considérée.

128Calculée en revenu unitaire par baril exporté, la progression apparaît toutefois moins rapide : + 96 % entre 1969 et 1972 (cf. tableau IX).

Tableau IX. Évolution comparée des revenus pétroliers de la Libye, de l’Algérie et du Moyen-Orient (en cents par baril exporté)

Tableau IX. Évolution comparée des revenus pétroliers de la Libye, de l’Algérie et du Moyen-Orient (en cents par baril exporté)

Source : Le pétrole et le gaz arabes, (113, 1er déc. 1973, p. 41.

129Les données ci-dessus indiquent cependant que le revenu unitaire libyen reste en permanence supérieur à celui qui est perçu par l’Algérie (+ 8,3 cents), et dépasse de 40 % le taux unitaire moyen en vigueur dans l’ensemble des pays producteurs du Moyen-orient en 1972.

130Rapportée à l’évolution des ressources budgétaires, la part des redevances pétrolières progresse à un rythme régulier qui signifie en même temps qu’une accumulation continue de réserves de capitaux monétaires, une accentuation de la dépendance financière de l’État libyen vis-à-vis des compagnies pétrolières.

131Comme on peut le lire dans le tableau X, la prédominance du secteur pétrolier, qui s’affirme comme source fiscale quasi-exclusive, ne cesse de s’accroître dans les recettes du Trésor ; tandis que les dépenses seraient réduites à zéro sans la contribution des sociétés. La part des redevances et impôts versés par celles-ci atteint en effet 90,5 % des rentrées budgétaires en 1973 ; autrement dit le fondement financier de l’État se trouve entre les mains des monopoles. C’est dire de quel poids les trusts pétroliers pèsent sur le niveau de vie d’une grande fraction des ménages qui dépendent d’une manière ou d’une autre des revenus distribués par l’intermédiaire du budget national (traitements, prestations sociales, achats du gouvernement, etc...).

Tableau X. Évolution de la part des redevances pétrolières

Tableau X. Évolution de la part des redevances pétrolières

132L’accumulation sous le contrôle de l’État de ce capital monétaire pose le problème de son utilisation immédiate et de sa transformation éventuelle en capital productif.

B. LES BASES DE LA FORMATION DU CAPITAL.

133En toute hypothèse, la dépendance financière, commerciale et économique à laquelle se trouvent soumis et l’État et l’économie libyenne à l’heure présente, contient en germe les possibilités matérielles de sa propre négation future. Encore faut-il se demander si le problème essentiel, qui est celui « d’utiliser cette ressource (du pétrole) aujourd’hui pour pouvoir n’en plus dépendre demain » (D. de Bernis, La Libye et l’Algérie, A.A.N. 1971, p. 284), a été correctement perçu par la nouvelle classe dirigeante.

134Une analyse succincte de la politique économique poursuivie depuis la fin de l’ancien régime va nous permettre de savoir jusqu’à quel point l’avènement du pouvoir républicain apporte la réponse aux problèmes fondamentaux de l’économie libyenne.

1. Les nouveaux programmes de développement.

135Dans la plupart des pays sous-développés, la nécessité d’une planification, à caractère généralement impératif, s’est imposée à l’esprit des pouvoirs publics pour maîtriser les lois du développement économique. L’élaboration d’un plan a, dans la plupart des cas, précédé l’accumulation des ressources de financement de ce plan. En Libye, c’est au contraire cette dernière qui a donné naissance aux objectifs de développement. Les circonstances politiques et économiques (nécessité d’une gestion centralisée des ressources tirées du pétrole, recommandations de la B.I.R.D...) qui présidèrent à l’élaboration du 1er Plan quinquennal 1963-68 l’ont marqué d’un cachet formellement libéral. En réalité, sa mise en application, dans les conditions de domination, d’exploitation et de déséquilibre économique propre à la Libye a fourni l’occasion à ces tendances de manifester, telle une loi d’airain, leurs contraintes et leurs effets de blocage. Bien plus, les objectifs de prospérité économique et sociale officiellement poursuivis dévoilent leur fonction réelle d’instruments destinés à aménager le terrain d’action pour le capital international.

136L’on sait que la mise en application du 2e Plan quinquennal 1969-1974, dont les formes et les structures ne se différenciaient pas du premier, a été aussitôt suspendue après la chute de la Monarchie. Le nouveau gouvernement adopte, dans un premier temps, le principe de la programmation annuelle. Ainsi, pour les années 1970-71 et 1971-72, deux budgets de développement furent préparés et mis en application.

137Le premier plan triennal (1972-73-1974-75) est définitivement élaboré durant l’année 1972, mais se trouve aussitôt modifié l’année suivante.

138Il est intéressant de suivre l’évolution de la répartition sectorielle des dépenses inscrites dans le 2e Plan quinquennal 1968-69-1973-74, dans les budgets annuels 1970-71 et 1971-72, et dans le Plan triennal 1972-73-1974-75, dans sa première puis dans sa seconde version.

139Il serait difficile, en l’absence de résultats chiffrés, même partiels, de l’exécution des Plans, de se rendre compte dans quelle mesure les projets prévus ont été réalisés. Nous nous bornerons dans ces conditions à établir une comparaison sommaire entre la structure des projets de dépenses envisagés par la Monarchie et ceux que le nouveau régime semble vouloir mettre en exécution.

140Une lecture rapide du tableau XI permet de souligner les lignes d’orientation principales qui se dessinent depuis l’année 1970 :

141a) Les projets d’équipement en infrastructures (Transports et Communications, travaux publics, électrification) perdent la priorité qu’ils avaient acquise sous l’ancien régime. En effet, leur part relative qui s’était chiffrée à 36 % de l’ensemble des dépenses effectives durant la période 1963-1969 enregistre une baisse importante dans les projets annuels d’équipement de l’exercice 1970-71 (près de 22 %) et de l’exercice 1971-72 (20 %). Cette tendance à la baisse se confirme et s’accentue avec plus de netteté encore dans les prévisions triennales 1973-75 qui ne réservent que 19 % des crédits à ce secteur.

Tableau XI. Évolution de la structure des projets d’investissement

Tableau XI. Évolution de la structure des projets d’investissement
  • 14 y compris le secteur pétrolier.
  • 15 Intérieur + Affaires communales.
  • 16 Travaux d’électrification essentiellement.

Note (1)14
Note (2)15
Note (3)16

142Il n’en reste pas moins que les crédits alloués à ce secteur ont considérablement augmenté en valeur absolue, passant de 171 millions de D.L. (1963-1969) à près de 567 millions (1970-75). Leur volume a plus que triplé, et ceci en raison de l’accroissement des rentrées budgétaires liées au développement pétrolier.

143Parmi les projets d’équipement en infrastructure, le nouveau régime met particulièrement l’accent sur l’électrification et le renforcement du réseau routier et portuaire.

144Négligé par la Monarchie, le réseau électrifié libyen est resté très faible. C’est pour remédier à cette insuffisance que les projets gouvernementaux prévoient la construction de nombreuses centrales qui porteront la production d’énergie électrique à 250 000 kW en 1974, puis à 500 000 kW en 1979.

145L’extension des réseaux routiers et portuaires, déjà entamée sous le précédent régime, se trouvera renforcée, en particulier par les travaux d’aménagement de la corniche de Tripoli qui ont été confiés à des firmes diverses, britanniquee (Sir William Halcrow & Partners), grecque (Archi-rodon), et aussi libyenne (National Contracting Co) — et par les travaux d’agrandissement des installations portuaires à Darna, Benghazi, Marsa Brega et Tripoli. Un nouveau port sera par ailleurs édifié à Misourâta.

146Egalement, les cinq aéroports de Tripoli, Ghadames, Ghat, Benghazi et Sabha seront aussi réaménagés.

147Enfin des projets de construction de réseaux de câbles de télécommunications sont prévus à Tripoli, Andalous, Fernaj, Misourâta, Zawia et Ras Jadir.

148La poursuite du développement et de la modernisation des voies de communications, qui exigent des mises de fonds considérables, dont seul l’État peut assurer le financement, signifie l’accélération de la formation et de l’élargissement du marché local.

149Aujourd’hui source appréciable d’économies externes pour le seul secteur pétrolier, le renforcement de l’infrastructure matérielle pourrait, dans des conditions déterminées, se transformer demain en facteur décisif du développement de l’industrie lourde et d’un marché intégré.

150L’État républicain apparaît ainsi comme le continuateur direct de la Monarchie en tant que promoteur et garant du développement de la production capitaliste.

151b) Le secteur de « l’Habitat et Domaine public » qui a été créé sous l’ancien régime, pour couvrir en grande partie les dépenses de prestige de la minorité dirigeante et de ses alliés, se voit attribuer, en même temps qu’une fonction plus sociale, des crédits de plus en plus importants. La part relative des dépenses affectées à ce secteur passe en effet de 11 % prévus pour la période 68-72 à une moyenne de 14 % durant la période 1970-75 : 15,6 % pour l’exercice 1970-71 ; 13,3 % pour l’exercice 1971-72 et 14,1 % dans le triennal 1973-75.

152c) La part des crédits affectés à l’Education nationale et à la Santé ne varie pratiquement pas, puisque chacun des secteurs bénéficie respectivement de 10 % et un peu plus de 4 % des dépenses prévues durant l’ensemble de la période 1970-75. Le Plan triennal prévoit en particulier la construction d’une Université, dont le coût était estimé à 33 millions D.L, ainsi que la construction de 15 hôpitaux.

153d) Parallèlement à la baisse relative des dépenses affectées aux secteurs de l’Infrastructure et de l’Habitat et à la rubrique des « Réserves générales », la part de l’Agriculture et de l’Industrie enregistre une augmentation des plus remarquables. Reppelons que ces deux secteurs n’ont bénéficié que de 12,8 % des crédits engagés durant la période septennale 1963-1969. Cette proportion a été portée à près de 21 % du total des investissements inscrits dans le 2e Plan 1969-73. Le pouvoir républicain va délibérément accorder désormais la priorité à ces deux secteurs en leur attribuant 33,5 % du budget de développement prévu pour l’exercice suivant, et enfin plus de 41 % des investissements prévus pour la période triennale 1973-75.

154Le développement de l’agriculture, base du développement, et l’industrialisation, moteur de la croissance de la productivité sociale, forment deux processus réciproquement liés. L’avenir de l’agriculture se joue dans les capacités de l’homme à se rendre, à l’aide du développement de la technique et des machines, progressivement maître des lois de la nature. Autrement dit, la solution finale des problèmes agraires ne réside point au sein de l’agriculture elle-même mais dans le développement du secteur industriel. Et ce dernier peut et doit tirer sa substance première dans la réorientation du secteur pétrolier. Il semble bien que le pouvoir républicain ait marqué très clairement ses préoccupations d’utiliser les richesses pétrolières comme source majeure d’accumulation du capital et de fécondation à la fois de l’industrie et de l’agriculture.

155Sans doute cette perspective suppose une cohérence immanente entre la tendance au développement de l’industrie et les exigences d’une production agricole accrue. Cependant, cette cohérence à l’heure actuelle, ne transparaît nullement dans la formulation empirique et contradictoire des projets d’investissement ; et ceci en dépit du fait que l’État libyen, débarrassé de ses dépouilles monarchiques, a considérablement renforcé ses moyens d’intervention dans tous les secteurs de l’activité économique (nationalisations des banques et des compagnies d’assurance, nationalisation de l’importation et de la commercialisation du matériel d’équipement agricole, création de Sociétés d’État dans le domaine des travaux publics et du bâtiment, etc...).

2. LES STRUCTURES ACTUELLES DE L’INDUSTRIE ET LES PROJETS D’INDUSTRIALISATION.

156Les structures actuelles de la production autre que pétrolière relèvent beaucoup plus de l’artisanat ou de la fabrique que de l’industrie effective. Les caractéristiques dominantes, telles qu’elles ressortaient des données recueillies avant la chute de l’ancien régime, n’ont pas varié. Rappelons-les :

157A la fin de l’année 1964, un recensement effectué par le ministère de l’ Économie et des Finances, démontrait 622 établissements occupant 11 106 personnes.

158Le recensement donne des indications sur le degré de concentration des entreprises : 15 entreprises seulement ont plus de 100 employés (brasseries, pâtes alimentaires, conserveries, fabriques de papier, filatures, ateliers de mécanique, entreprises de construction).

159L’activité industrielle est presque intégralement consacrée à la production de biens de consommation : huile d’olive, bière, conserves de poissons, concentré de tomates, boissons non alcoolisées, textiles, pâtes alimentaires, empaquetage de dattes, biscuiteries, confiserie, etc. La petite industrie se consacre pour 50 % aux produits alimentaires, 10 % aux textiles, 10 % à l’équipement domestique et 30 % à la manutention et aux services nécessités par les produits importés. La majorité des entreprises se trouve concentrée à Tripoli, qui rassemble 57 % des unités de production et 79 % de la main-d’œuvre ; contre respectivement 20 % et 11 % à Benghazi. Ces deux villes occuperaient 13 000 travailleurs salariés soit 3,25 % de la population active totale.

160Un pays sur le point d’occuper la 4e place dans la production pétrolière mondiale et cependant dépourvu de toute base industrielle, telle est la situation contradictoire dans laquelle se débat aujourd’hui la Libye. En effet, la part de l’industrie dans le P.I.B. a encore fléchi en 1970, année durant laquelle elle s’est établie à 1,8 % contre 2,4 % en 1967. Et de fait, le taux de progression annuelle de la production des biens de consommation s’est brusquement ralenti depuis l’année 1969 : de 26 % au cours de la période 1966-1968, il n’atteint plus que 6 % en 1969 et 2 % en 1970. La production alimentaire, en particulier, marque une certaine stagnation, alors que la demande ne cesse d’augmenter à très vive allure. Le déficit entre l’offre et la demande ne peut être comblé qu’en accentuant le recours aux achats à l’étranger.

161C’est précisément pour freiner cette tendance, que le gouvernement a inscrit la réalisation de plusieurs projets dans le cadre du Plan triennal. La liste de ces projets qu’il serait fastidieux d’énumérer, relève principalement du secteur des biens de consommation (laiterie, fabrique de vêtements, de chaussures, tannerie, conserveries, cimenteries, etc...). Il ne s’agit point d’une véritable « stratégie » de l’industrialisation, mais d’une politique substitutive d’importation poursuivant des objectifs limités dans le temps et dans l’espace. Le Centre de Recherches Industrielles, créé en mars 1970, et placé sous la tutelle du ministère de l’Industrie, a pour tâche de faciliter la mise à exécution de ces projets.

  • 18 La mise en marche de la raffinerie est intervenue le 2 septembre 1974.
  • 19 Cf. pour plus de détails, Chronique économique de la Libye, in A.A.N.. 1973.

162Pour ce qui concerne la mise en œuvre de grandes installations dans le secteur de l’industrie lourde, il a été créé un autre organisme, l’Organisation générale pour l’Industrialisation, qui constitue le principal instrument chargé de l’application du Plan en matière d’industrialisation proprement dite. Celle-ci comporte, outre les projets d’extension des opérations d’exploration et de prospection pétrolière, pour pallier le ralentissement des activités des compagnies étrangères, l’implantation d’une raffinerie et d’une usine de lubrifiants à Zawia18, d’une autre raffinerie à Toubrouk, d’une usine d’ammoniac et une autre de methariol à Marsa Brega19.

3) La situation actuelle de l’agriculture et les projets de mise en valeur.

a) La situation de l’agriculture.

163L’activité agricole, qui fait vivre encore près de 57 % de la population totale et occupe 40 % de la population active (chiffres de 1967, in Mondes en Développement, n° 2, 1973, p. 175), reste dominée par la petite exploitation familiale, et plus encore, par l’appropriation communautaire tribale dont les formes sont relativement complexes, et se différencient selon le degré de sédentarisation.

164Il faut y ajouter le système du métayage, caractéristique de la paysannerie maghrébine, ainsi que les coopératives de type précapitaliste, les mazrâa. Ces structures agraires, favorables à la persistance de méthodes arriérées de culture et d’élevage, se conjuguent avec la faiblesse des possibilités d’irrigation, et l’irrégularité de la pluie pour limiter la superficie productive et la production agricole.

165Les terres cultivées ne représentent que 1 % de la superficie totale de la Libye dont 0,70 % est livrée à la sylviculture et aux patûrages, et 0,30 % consacrée aux cultures permanentes ; il s’agit, en Tripolitaine, de la zone côtière et de la zone des collines, cultivées sur 20 % de la superficie totale ; en Cyrénaïque, de la zone côtière jusqu’aux environs de Darna et de la zone des collines du Djebel Akhdar avec la plaine de Barce. Les superficies cultivées peuvent en réalité varier d’une année à l’autre de 400 000 à 800 000 ha, ce qui laisse penser que la production peut varier de 1 à 4 ou même à 5. Celle-ci est en effet soumise totalement aux conditions climatiques qui se caractérisent par des brusques variations, entraînant une situation de précarité sans précédent. La culture des céréales et des palmiers-dattiers ainsi que l’élevage constituent les principales ressources. L’élevage constitue la principale source de revenu de l’agriculture libyenne. Il faut rappeler que les conditions naturelles ingrates ont été aggravées par les déséquilibres économiques introduits par la colonisation italienne, qui, malgré vingt années d’effort d’expropriation et de concentration des terres, de modernisation des modes d’exploitation, et de développement des cultures mercantiles, n’a pas réussi à étendre les rapports de production modernes à l’ensemble de l’agriculture.

166Poursuivant l’œuvre de son prédécesseur italien, le capital anglo-saxon, en généralisant le règne de la monnaie et du salariat allait encore intensifier le bouleversement rural. Mais alors que le colonialisme italien visait d’abord à transformer en marchandises les produits de l’agriculture, l’impérialisme, attaquant le processus par l’autre extrémité, entreprit de métamorphoser immédiatement le producteur paysan lui-même en marchandise.

167Le dépeuplement de la campagne s’est en conséquence intensifié entraînant le recul et l’abandon des activités agricoles. L’abandon des terres et des pâturages réduit constamment la part de l’agriculture dans le produit national et conduit le pays à acheter au dehors ce qu’il produisait lui-même en quantités suffisantes auparavant. De 26 % du P.I.B. en 1958, la part de l’agriculture passe en effet à 3,1 % en 1968 et à 2,8 % en 1970 (cf. Central Bank of Libya. Bulletin Economic, mai-juin 1969 et Annual Report 1971-1972), En 1967 on estimait le produit intérieur brut agricole par habitant agricole à 87 $ U.S. (cf. Mondes en développement déjà cité), ce qui représentait à peine 6,8 % du produit brut moyen par tête d’habitant.

168Aujourd’hui encore on estime que la population libyenne dépend des marchés étrangers pour plus de 75 % de sa consommation locale. Le marché local reste en effet excessivement déficitaire pour l’ensemble de la production agricole, comme l’indique le tableau suivant :

Tableau XII. Offre et demande de biens agricoles en 1 000 tonnes

Tableau XII. Offre et demande de biens agricoles en 1 000 tonnes

169Le déclin de la production agricole s’est en effet aggravé depuis 1969, du fait du renforcement du mouvement d’exode de la campagne vers le secteur pétrolier et tertiaire.

170En fait, la dépendance est beaucoup plus grave si l’on ne perd pas de vue que l’échange est inégal — produits agricoles bruts contre biens de consommation finis — et si l’on tient compte de l’extension massive de besoins nouveaux, engendrés et entretenus par la pression de l’offre étrangère.

b) Les projets de mise en valeur et de développement agricole.

171Les décisions récentes prises par le pouvoir républicain en matière de développement agricole contrastent très nettement avec la règle du « laisser-faire, laisser-aller » qui régnait il y a 5 ans, à l’époque de la Monarchie.

172L’importance relative du volume des crédits prévus dans le plan triennal témoigne des préoccupations actives de l’État républicain. Près de 138 millions de D.L. sont inscrits au chapitre de l’Agriculture et de la Réforme agraire, et 278 millions à celui du Développement Agricole proprement dit.

173Pour mieux marquer le caractère prioritaire des tâches de modernisation de l’agriculture, le Ministère du Développement Agricole est chargé de mettre en œuvre l’application d’un plan spécial de développement étalé sur sept années, auquel un montant de 700 millions D.L. ont été affectés. Ce plan prévoit en particulier des travaux d’aménagement hydraulique et d’irrigation, le développement des ressources en eau, la récupération, le remembrement et la mise en valeur des terres, même situées en zone aride. Le Ministère de l’agriculture a délimité quatre zones prioritaires : 350 000 ha dans la plaine de Jeffara, 112 000 ha dans la zone du Djebel Akhdar, 47 000 ha dans la région de Koufra et de Sarîr, et 1 200 ha dans le Fezzan.

174Pour résoudre le problème aigu de l’insuffisance des ressources en eau, les procédés les plus modernes seront mis en œuvres tels la formation de pluies artificielles, le dessalement de l’eau de mer, le système rotatif d’arrosage, etc...

175Ce programme gigantesque de colonisation intérieure poursuit apparemment deux objectifs à moyen terme : d’une part substituer progressivement une offre croissante de produits locaux de consommation aux importations des produits alimentaires étrangers ; d’autre part ralentir les cadences du dépeuplement rural.

176Mais au delà du projet matériel qui vise à fertiliser le sol aride de la Libye au moyen des richesses tirées du sous-sol, un projet politique transparaît implicitement, qui consiste à favoriser l’émergence et la formation d’une paysannerie qui serait d’emblée rompue à l’utilisation des méthodes les plus modernes, pour en finir avec le mode archaïque du tribalisme.

177L’on sait que, malgré la marche forcée vers l’échange mercantile qui fut imposée à l’autarcie communautaire, d’abord par la colonisation italienne, ensuite le capital pétrolier, l’activité paysanne reste prioritairement tournée vers la subsistance du groupe, et se trouve de ce fait très largement encore en opposition avec les tendances à la généralisation de la circulation monétaire et marchande. Il appartiendra probablement à la Révolution libyenne de mener à bien les tâches de l’extension générale de l’économie de marché que le capital pétrolier a naguère propulsée.

***

178Le régime républicain qui s’est instauré à la suite du coup d’État du 1er septembre 1969, représente le débouché politique des bouleversements en chaîne opérés par l’action du capital pétrolier au sein de la formation sociale libyenne. Détruisant de fond en comble le substrat économique et social de l’ancien régime, le capital pétrolier a engendré une série de contradictions et, par là même, favorisé l’émergence d’un pouvoir politique nouveau, qui se trouve confronté à ces contradictions.

179Produit du capital pétrolier, l’État libyen est amené en effet, de par sa vocation nationale et unitaire, à prendre en charge progressivement la gestion et le développement de ce capital, afin de s’en rendre moins dépendant.

180Et pourtant, jamais la Libye n’a été, autant qu’aujourd’hui, partie intégrante du système économique mondial, même si sa place au sein de ce système est appelée à se modifier sous l’effet d’une industrialisation en voie de réalisation. Il reste à savoir si l’action du C.C.R. sera en mesure de lever les contradictions de nature différente, liées d’un côté aux présupposés historiques (déterminations spécifiques de la formation de la Nation et de l’État), et de l’autre aux conditions particulières de la géographie et de la démographie (limites naturelles à l’essor du marché de l’emploi et des marchandises).

Notes

1 Voir à ce sujet le Pétrole et le Gaz arabes (Vol. I, 23), 1er mars 1970 : 7.

2 Citée par G.-M. Chenu, Économie et Humanisme (198), mars-avril 1970, p. 29 ; voir aussi Économie Report of the President, 1970, cité par Paule Bétirac, Économie Appliquée (XXVI, 1), 1973 : 85 et qui, à partir de l’indice des prix de détail estime, sur une base 100 en 1958, la valeur du dollar à 129.4 en 1947, 97,6 en 1960 et 78,8 en 1969.

3 P. Jalee, Le tiers-monde en chiffres, Paris, Maspéro, 1971 : 70.

4 L’O.N.U. estime son augmentation à plus de 3 % par an de 1968 à 1972.

5 Et même avant, puisque l’ancien régime avait demandé, le 15 août 1969, une augmentation de 10 cents/baril.

6 Voir Le Pétrole et le Gaz arabes (II, 26), 16 avril 1970, p. 6.

7 Annexe 2 de l’acte des concessions 102 et 103, 2 mars 1966.

8 Il s’agit d’un projet d’hydraulique agricole.

9 Sauf Aquitaine, qui paiera 250 000 dollars comptant, et Pan American.

10 Encouragés dans cette voie par le refus des responsables libyens de donner une durée limitée à cette augmentation, a priori momentanée, du taux d’imposition.

11 Par une entorse à la législation anti-trust américaine. Cf. Le Monde, 16 janvier 1971.

12 Sur cette période, voir Breton (Hubert). — « Le pétrole libyen au service de l’Unité arabe ? », Revue Française de Science Politique (XXII, 6), décembre 1972 : 1267-70.

13 Devenue, en juillet 1971, la NOC.

14 Le 9 juin 1974, l’accord avec ERAP passera de 50-50 à 85-15.

15 Bank of Libya — 8th Annual report, p. 35.

16 Voir Economic Bulletin, Central Bank of Libya (XIII, 10-11-12), Oct.-Dec. 1973, p. 82, qui fournit des données semestrielles en valeur.

17 Notons aussi, pour être complets, que les exportations de gaz, principalement de GNL, sont encore modestes, et ne représentent en valeur qu’un peu plus de 1 % des exportations d’hydrocarbures, et se dirigeant surtout vers l’Italie et l’Espagne, avec une petite quantité achetée par l’Égypte.

18 La mise en marche de la raffinerie est intervenue le 2 septembre 1974.

19 Cf. pour plus de détails, Chronique économique de la Libye, in A.A.N.. 1973.

Notes de fin

1 53 % + 5 % destinés à budgétiser les obligations d’Occidental sur le projet Koufra repris par la Libye.

2 Selon les compagnies, en fonction de leur ancienneté en Libye.

3 Pan American et le groupe Aquitaine ont payé leurs arriérés comptant

4 BP et Gelsenberg.

5 BP.

6 Chiffres moyens par année civile.

7 BP-HUNT, puis AGEC-HUNT à partir de Décembre 1971, puis AGEC seule à partir de Juin 1973.

8 Champ d’Um Farud, rendu à la NOC en Octobre 1970

23 Champ d’Abu Tiffel, entré en production en Octobre 1972

10 Part de l’État au milieu de l’année 1974 rapportée, pour estimation, à la répartition par compagnie en 1973.

11 Calculs effectués à partir des données de la Central Bank of Libya — Economic Bulletin, juillet-septembre 1973.

12 Y compris les « frais de nourriture », les « autres dépenses » et « matériel d’équipement ».

13 Estimation du Ministère du pétrole libyen.

14 y compris le secteur pétrolier.

15 Intérieur + Affaires communales.

16 Travaux d’électrification essentiellement.

Table des illustrations

Titre Tableau I
Légende Note1Note2Note3Note4Note5
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Tableau II. Production de pétrole en Libye
Légende Source : Central Bank of Libya, Economic Bulletin et Petroleum Press Service (puis The Petroleum Economist).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Tableau III
Légende Source : Pétrole et Gaz arabes et The Petroleum Economist.Note (a)6
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau IV
Légende Note (a)7Note (b)8Note (c)23Note (d)10
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Tableau V. Exportations de pétrole par pays
Légende Source : Economic Bulletin, Central Bank of Libya (XIII, 10-11-12), Oct.-Dec. 1973.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Tableau VI. Solde de la balance commerciale (en millions D.L. courants)
Légende Source : Economic Bulletin Central Bank of Libya, July-September 1973.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Structure des exportations non pétrolières
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Tableau VII. Structure géographique des exportations non pétrolières
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Tableau VIII. Évolution de la structure géographique des importations
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Dépenses cumulées des sociétés pétrolières de 1970 à 1973 (8 premiers mois)11
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Évolution de la disparité entre les dépenses locales et les dépenses extérieures
Légende Note (1)12
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Évolution du nombre d’employés recensés dans les compagnies à la fin de chaque année.
Légende Source : d’après les données des rapports annuels de la Banque centrale de Libye : 1968-69, p. 154 et 1971-72, p. 146).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Sources : Central Bank of Libya. Annual Reports 1969/70 et 1971/72 — Economic Bulletin, Oct.-Dec. 1973.Note (1)13
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Tableau IX. Évolution comparée des revenus pétroliers de la Libye, de l’Algérie et du Moyen-Orient (en cents par baril exporté)
Légende Source : Le pétrole et le gaz arabes, (113, 1er déc. 1973, p. 41.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau X. Évolution de la part des redevances pétrolières
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Tableau XI. Évolution de la structure des projets d’investissement
Légende Note (1)14Note (2)15Note (3)16
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau XII. Offre et demande de biens agricoles en 1 000 tonnes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre (En 1000 t)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2504/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540