Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Lybie nouvelle

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

III. — Économie et société

Diversité et évolution de la société rurale

Gianni Albergoni et Jacques Vignet-Zunz

Texte intégral

I. — L’ENVIRONNEMENT

1L’aperçu géographique qui a été tracé dans l’introduction a montré comment la Libye se définit physiquement par « la manière dont est assumé le contact entre la plate-forme saharienne et la région méditerranéenne » ; et comment l’absence d’un large écran montagneux entre ces deux zones la distingue précisément des autres pays du Maghreb en réalisant ce contact selon deux modalités : l’une centrale, où la profonde échancrure du golfe de Syrte fait accéder directement la plate-forme saharienne, par une pente insensible, à la Méditerranée ; l’autre, symétrique sur ses deux ailes, où la plate-forme se soulève au voisinage de la côte et forme ainsi, en Tripolitaine l’alignement des Djebels Nefousa, Ghariân, Tarhoûna et Msellata, en Cyrénaïque le Djebel Akhdar, qui peuvent faire office limité d’écran et permettre un climat de type méditerranéen, grâce à une pluviométrie de plus de 300 mm par an, sur les reliefs les plus élevés de même que sur la partie des plaines côtières qui les prolongent (en particulier, à l’ouest, la plaine littorale de Tripoli à Khoms).

2En dehors de ces deux îlots méditerranéens, le pays est livré à l’immensité de la steppe subdésertique, des massifs et plateaux désertiques, des mers de sable : voilà une première donnée, fondamentale, qui s’impose à qui veut approcher les hommes de ce pays, à la veille de la découverte du pétrole.

3Ces vastes étendues arides se laissent à leur tour classer en deux zones : l’une, étroite et relativement plus favorisée, suit le littoral et s’évase aux deux ailes (où elle contourne par le sud les régions arrosées qu’on a dites) ; l’autre, la moyenne annuelle des pluies tombant au-dessous de 50 mm jusqu’au 0 du désert absolu, est à peu près totalement dépourvue de végétation naturelle [55]. Cette seconde zone — en fait, la quasi-totalité du pays — est presque vide d’hommes. Presque, mais pas totalement. C’est qu’en dépit des conditions extrêmes qui y règnent, un tissu humain s’est maintenu ou constitué : noué aux quelques rares points où l’eau sourd, abondante et régulière — les oasis sahariennes — et par contre lâche distendu à l’excès, par endroits largement fendu, entre chacun de ces points comme entre eux et la bande côtière, où il est réduit à une circulation pastorale (caractérisant davantage les provinces occidentales) et marchande. Ce tissu est plus dense, plus continu, sur le mince ruban qui court tout près du littoral et franchit le rebord des plateaux. Hormis ces deux reliefs-là, c’est le domaine de la steppe, de nature semi-désertique, transitoire.

4Le régime des pluies s’y étage, du nord au sud, de 300 mm annuels à 50 mm : non seulement par son volume, mais aussi par son irrégularité, il est distinctif du monde présaharien. Mais sa principale originalité se situe dans la zone comprise entre les moyennes de 300 et 150 mm où le facteur climatique brut ouvre en fait un choix : ou bien un grand élevage extensif, basé sur la mobilité du troupeau et des hommes, ou bien la grande plantation d’arbres appuyée par d’autres formes de culture sèche. S’il est vrai que, sur le court terme, les variations imprévisibles des précipitations peuvent, ici ou là, peser momentanément dans un sens, sur le long terme, le fond climatique restant essentiellement inchangé, ce sont en définitive d’autres facteurs qui feront basculer les hommes vers la dominante pastorale ou la dominante agricole : constitution ou affaiblissement d’un empire avec, dans les deux cas, comme corollaire, la pénétration de populations et de techniques étrangères, ce sont ces faits d’ordre politique, c’est l’histoire qui tranchera. Une telle précarité du climat, et l’ambivalence techno-économique qu’elle autorise, sont d’ailleurs bien une constante de l’histoire du subcontinent maghrébin.

5Ainsi a-t-elle pu amener la transformation relativement rapide d’espaces où prévalait l’agriculture sèche de terrasses et de fonds de wadis (dont les traces restent nombreuses) en pâturages ouverts aux éleveurs de moutons et de chameaux. En effet, c’est à eux que sont passées les steppes de Libye : le Bédouin domine la société rurale, naguère par sa pugnacité, toujours — du moins jusqu’aux bouleversements de ces dernières années — par l’impact de ses valeurs et l’étendue de ses territoires.

6Mais s’il est bien typé, le paysage humain n’est pourtant pas totalement uniforme : l’histoire a réservé des poches ici, brassé ailleurs des éléments hétérogènes, renversé parfois des courants séculaires... Aussi peut-on constater une certaine diversité humaine sans doute moins marquée que dans d’autres pays maghrébins. On ne s’étonnera pas de la voir ancrée sur des particularités du cadre géographique, oasis, massifs sahariens ou méditerranéens. Quelques-uns, en effet, abritent des populations dont la langue maternelle n’est pas l’arabe : les unes font du grand élevage, d’autres de la culture irriguée de palmiers, d’autres encore de l’arboriculture sèche de montagne. La plupart appartiennent au grand groupe des berbérophones qu’on retrouve dans toute l’Afrique du Nord, mais une autre s’apparente par contre aux principales langues de la cuvette tchadienne.

II. — LA DIVERSITE

7Le tableau en est vite fait. La Libye se trouve être la limite orientale du peuplement berbérophone. Plus exactement, c’est en Égypte, mais à une cinquantaine de kilomètres seulement de la frontière libyenne, qu’apparaît la première manifestation de la langue berbère avec l’oasis de Sîwa (Égypte), sa palmeraie et son oliveraie renommées, sa vieille cité ramassée sur un éperon isolé, et le souvenir de son rayonnement antique. Puis, d’est en ouest, les émergences berbérophones vont devenir plus importantes et se diversifier : on compte ainsi, d’abord, les centres agricoles, commerçants et parfois artisanaux, de plusieurs oasis, étapes sur les grandes routes caravanières transsahariennes ; le Sahara occidental des Touaregs, célèbres par leurs grands chameliers voilés ; et enfin les villageois du nord-ouest montagneux.

8La première oasis berbérophone véritablement libyenne est celle d’Awjila, à 200 km au sud-est du fond du golfe de Syrte, dont le nom a traversé les siècles, immuable depuis le temps d’Hérodote. Les palmeraies voisines, dont Jaloû est de nos jours le centre réel, sont arabes. L’ancienne agglomération avec ses murs en moellons de sel, qui ne rappelle en rien l’allure urbaine de Sîwa, part à l’abandon, palmeraies et potagers s’étiolent, les marchés locaux ne sont plus. Ce fut pourtant, jusqu’au début de ce siècle, un carrefour caravanier important sur la route du sud (du plateau et des steppes de la Cyrénaïque occidentale et d’Ajedabiya jusqu’à Koufra et, au-delà, le Darfur et le Waddaï), et sur l’axe est-ouest des oasis (Guadâmès, Waddân, Marâda, Awjila-Jaloû, Sîwa) parcouru par pèlerins et marchands parallèlement à la route plus septentrionale qui longeait le golfe de Syrte et remontait vers le nord-est à partir d’Ajedabiya en suivant le pied méridional du Djebel Akhdar, puis le littoral, jusqu’à Alexandrie.

9Il faut traverser toute la Libye, en sautant par-dessus de nombreuses oasis totalement arabophones (parmi lesquelles Saukna, pourtant près de Waddân, gardait encore, avant guerre, le souvenir d’avoir été autrefois berbérophone et ibâdite : cf. 2, p. 137), pour découvrir d’autres centres sahariens berbérophones, les cités caravanières de Ghadâmès et de Ghât : c’est depuis l’Antiquité qu’elles sont enracinées sur la grande route méridienne qui relie les pays du Soudan central (Niger et Nord-Nigéria) à Tunis et Tripoli (à Car-thage et Sabratha, jadis) et qui constitue l’actuelle frontière avec l’Algérie et le sud tunisien. Rigoles bruissantes ou canalisations souterraines, palmeraies, cultures maraîchères et céréalières en jardins entourés de hauts murs de terre, travail du cuir et des métaux, commerce (toutes activités maintenant fortement ralenties), murailles de briques crues festonnées, maisons ocres à étages, intérieurs décorés et aménageant la fraîcheur et l’intimité, dédale de rues couvertes pour la vie sociale masculine, terrasses communicantes pour les femmes : c’est une vie très refermée sur elle-même, qui maintient à l’écart, à Ghadâmès par exemple, les travailleurs tunisiens, présents depuis quelque dix ans, et les Touaregs qui, malgré leur parenté linguistique avec les oasiens (en réalité assez relative), sont groupés au-delà du cimetière dans un petit quartier de maisons basses.

10Que des Touaregs se retrouvent ici s’explique par le fait que l’on est à l’extrémité nord-orientale de l’aire targuie, laquelle s’étend surtout sur le Sahara algérien, malien et nigérien. Variante saharienne — et dernière expression de la variante nomade — du grand ensemble linguistique berbère qui recouvrait, avec de multiples différenciations locales, une grande partie de l’Afrique méditerranéenne et saharienne, il y a un millénaire et demi, les Touaregs sont ce peuple de la tente, du cuir, du vêtement bleu et du voile masculin, du chameau et de la lance, qu’a popularisé l’imagerie occidentale. Pourtant, ces grands sahariens n’ont pas toujours, ou tous, été des chameliers exclusifs, ni même toujours, ou tous, des pasteurs : ainsi des travaux récents rapportent que des groupes touaregs du Niger gardent le souvenir d’une origine orientale lointaine, précisément celle de l’oasis libyenne d’Awjila ! On les rencontre aujourd’hui dans l’angle sud-ouest du pays, du Fezzan aux frontières algérienne et nigérienne, mais ils peuvent pousser, pour affaires, jusqu’à Tripoli.

11L’autre angle du quadrilatère, au nord-ouest est partiellement occupé par la troisième implantation berbérophone, sans doute celle des trois qui a joué le plus grand rôle dans la vie du pays. Principalement concentrée dans la partie occidentale de l’abrupt rebord du plateau tripolitain, elle y totalise près de la moitié d’une population qui, sur l’ensemble des Djebels Nefousa et Ghariân, se groupe typiquement en un grand nombre de villages éparpillés le long de l’énorme falaise : à cheval entre le plateau et la plaine côtière, donc à portée des terres de parcours et des terres à céréales (sur lesquels les villageois venaient au printemps planter leurs tentes) et en même temps au-dessus des sources et des fonds de vallées propices à l’arboriculture (oliviers, figuiers, palmiers dattiers) et à la culture sèche de jardins, la région était enfin (avec le défilé de Jado en particulier) voie de passage pour la caravane de Tripoli vers les pays soudanais, par Ghadâmès. Villages pour la plupart perchés sur des emplacements escarpés, dominant des aplombs vertigineux, et qui, lorsqu’on se rapproche, se révèlent bien souvent désertés et à l’état de ruines. Depuis, en effet, les agglomérations se sont reculées sur le plateau où l’espace est moins mesuré et les liaisons plus faciles. Restent ces amoncellements de pierres si frappants, où l’on reconnaît des maisons à étage aux parois intérieures revêtues de plâtre, creusées de niches et décorées, des mosquées aux voûtes basses, le tout serré, comme à Nâlôut, autour de l’énorme grenier collectif, le gasr, véritable donjon fortifié, constitué de la superposition de dizaines de petits locaux individuels, ghorfa, s’ouvrant sur l’étroite cour intérieure par de minuscules portes verrouillées qu’on atteignait en grimpant par des encoches et des points d’appui pratiqués dans la muraille.

12En réalité, ces sites défensifs, dont les plus récents dateraient déjà du xvie siècle, représentent un moment dans l’évolution du Djebel [51]. Il est probable qu’une population importante occupait cette région, relativement bien arrosée, dès les temps pré-islamiques, vivant en petits villages disséminés sur le versant des vallons, donc plus proches des sources et des champs qu’aujourd’hui, mais sans doute aussi se concentrant en de véritables villes sur le sommet de l’escarpement (comme l’indiquent les vestiges, dispersés sur une grande étendue, de Yefren et, dans une moindre mesure, de Jado). L’insécurité qui a suivi l’affaiblissement de l’empire byzantin puis, quelques siècles plus tard, celui de l’empire arabe avec la pénétration consécutive des Bédouins Hilaliens (xie siècle), a dû conduire à des déplacements progressifs vers des éperons faciles à défendre. Et c’est beaucoup plus tard, dans la dernière période turque puis avec l’ordre militaire colonial, les incursions « bédouines » — qu’elles aient été le fait d’arabophones ou de berbérophones — cessant donc, qu’un nouveau mouvement s’ébaucha vers l’arrière du plateau, avec d’abord une multiplication des traditionnelles habitations souterraines (excavations horizontales ou, plus typiquement, verticales, en « cylindres » aussi larges que profonds : des pièces, parfois sur plusieurs niveaux, s’ouvrent par des escaliers et des échelles sur ce puits-cour où l’on parvient par un étroit couloir de descente) et par la suite, l’édification de maisons plus communes, cour intérieure carrée et toits plats, certains surmontés du grenier bas et voûté, la ghorfa.

13Le caractère berbère est déjà inscrit dans la toponymie et la surprise est grande de reconnaître dans ces villages des noms parfois familiers à l’autre bout du Maghreb comme Wazzen (Ouezzane), Yafran (Ifrane), Zintan (Ze-nâta). La région subissant une pression démographique régulière, elle a alimenté beaucoup des centres côtiers de la Tripolitaine, de Zouwâra à Misourâta, où l’on retrouve l’austère gestion financière et la ténacité paysanne de ces montagnards. Vertus qu’a pu favoriser le sentiment de singularité que manifestent une grande partie d’entre eux par leur particularisme linguistique d’abord, mais doublement par leur affiliation à une communauté spirituelle distincte, dite ibâdite : il s’agit de l’ultime rejet de ce qui fut le plus ancien schisme de l’Islam, celui des Kharidjites qui, dans l’Afrique du Nord des premiers siècles de l’Hégire, inspira, par ses accents rigoristes et égalitaires, la révolte contre les empires oumayade et fatimide. C’en est là le dernier témoin avec, autres isolats berbérophones, les oasis algériennes de Ouargla et du Mzab et l’île tunisienne de Jerba (auxquelles s’ajoutent Zanzibar et, dans la péninsule arabique, l’Oman). Aussi leurs mosquées conservent-elles avec fierté des bibliothèques où s’entretiennent la piété et l’histoire du groupe.

14Le Djebel comprend donc des berbérophones ibâdites et des arabophones sunnites, pratiquant arboriculture, élevage, commerce : des villageois, et pourtant pas entièrement de purs sédentaires. Ils n’avaient pas toujours été les seuls. D’autres communautés cohabitaient autrefois avec eux : si les chrétiens (dont le souvenir se conserve dans le curieux qualificatif d’ « apostolique » que portent certaines mosquées [cf. 51, pp. 208, 239, 240], ont disparu depuis longtemps, les juifs avaient leur quartier à Yafran jusqu’à la seconde guerre mondiale ; à Jado on retrouvait encore son emplacement parmi les ruines ; ils partageaient aussi avec leurs compatriotes les habitations troglo-dytiques et les plantations soignées. Tous portaient, comme le Bédouin des steppes, la longue toge rectangulaire et le petit tarbouche noir (rouge dans les provinces de l’est).

15Si l’on veut clore ce survol des particularismes culturels de la Libye, il faut se reporter à l’autre bout du pays, vers la frontière méridionale. On y trouve un autre groupe saharien, d’une nature toute différente, lui, puisqu’il se rattache à la famille des langues dites « tchadiennes ». Né d’une très ancienne acclimatation aux conditions de vie du désert, c’est un des trois grands peuples sahariens avec les Bédouins et les Touaregs : les Toubous, Tebus pour les Libyens, centrés sur le massif du Tibesti, donc davantage présents au Tchad mais installés aussi, et depuis des siècles, dans deux groupes d’oasis libyennes, celui de Koufra à l’est (où ils ont dû laisser le pouvoir politique aux Bédouins Zouaya) et celui du Fezzan à l’ouest (essentiellement Marzoûq et Gatroun, où ils entrent en contact avec le domaine targui, dont les séparent non seulement la langue mais certaines techniques caractéristiques comme le harnachement du chameau, l’habitation — tente de nattes contre tente de peau — et le vêtement). Primitivement adonnés aux seules activités « nobles » de l’élevage et du commerce (associées classiquement au « contrôle » des caravanes), laissant les travaux agricoles à leurs serviteurs et dépendants des oasis, les bouleversements sociaux consécutifs à la domination coloniale ont jeté toujours plus de Tebus vers les palmeraies, et bien davantage depuis dix ans, vers les chantiers de Benghazi.

III. — VERS L’INTEGRATION DES PARTICULARISMES

16Avant de dessiner les derniers traits de ce parcours circulaire qui se propose de réserver pour une seconde partie le cœur de la société rurale libyenne, cet éleveur de langue arabe : le Bédouin — avant d’aborder, donc, les populations arabophones d’agriculteurs de la côte, il conviendrait peut-être de rassembler, à partir de l’exemple libyen, quelques réflexions sur les rapports entre des communautés spécifiques et l’élément arabe.

17En premier lieu, on n’aura pas été sans remarquer l’usage quasi systématique du terme « berbérophone » au lieu de celui de « berbère ». Ce choix est un refus de présenter la situation du Maghreb comme un face à face entre deux peuples, deux cultures, deux hommes, l’Arabe et le Berbère. S’il est bien vrai que l’Afrique septentrionale fut pendant toute une période historique entièrement « berbère » (avec cette restriction que le terme était moins, à l’origine, un nom ethnique précis que la qualification, par des étrangers, de l’ensemble des populations de l’Afrique du Nord de l’Antiquité, lesquelles se virent d’ailleurs attribuer d’autres noms, tels que Libyens, Maures, Numides ; et qu’il recouvrait alors une grande diversité de coutumes, de cultes, de genres de vie, de dialectes — peut-être de langues ? — avivée en plus d’un endroit par des apports puniques, grecs, romains, gothiques et byzantins, mais surtout égyptiens, sahariens et sub-sahariens), l’islamisation et, avec un temps de retard, l’arabisation, ont eu treize siècles pour s’étendre, non tant comme un flot montant régulier, mais à travers contacts, affrontements, glissements et substitutions... Aussi les enclaves où subsistent les langues berbères ne doivent-elles pas être comprises comme les réceptacles d’un patrimoine berbère intact. D’abord par l’œuvre même du Coran, puis par la constante pression d’un environnement renouvelé, la culture berbère a été profondément remaniée, jusque dans les cas d’isolement apparent. Inversement, la culture arabe a intégré un nombre appréciable de traits berbères. Cette interpénétration certes inégale, cette imprégnation réciproque souvent ignorée, rendent impossible la séparation entre « un » Arabe et « un » Berbère. D’autant plus qu’il n’y a pas de « race » berbère ou arabe, les deux éléments appartiennent à la commune souche méditerranéenne. Et les blonds qu’on se plaît à décompter dans telle zone montagneuse ne sont pas à eux seuls un critère de berbérité puisqu’il en existait aussi dans l’aile orientale des empires arabes, de la côte levantine au Caucase, qui ont pu fusionner avec les éléments provenant de la péninsule arabique et ainsi participer très tôt à la diffusion arabe vers l’ouest.

18Les particularismes fondés sur le maintien de telle ou telle variété du fonds linguistique berbère doivent être compris, pour ce qui est de leur relation avec le fait majoritaire arabe, comme on le fait, par exemple, des Bretons lorsqu’on ne les retranche pas du nombre des « Français » sous le prétexte qu’ils n’appartiennent pas à la famille linguistique illustrée par le dialecte en vigueur entre la Seine et la Loire moyennes, mais à la communauté celtique. Le maniement du mythe du Berbère est aussi hasardeux que celui du mythe du Gaulois.

19En second lieu, on aura noté qu’il n’a pas été fait appel, sinon pour les réfuter, aux considérations fondées sur des types physiques dans l’analyse des divers groupes humains de Libye. Ce n’est pas que des différences de cet ordre ne se constatent pas dans ces régions d’Afrique, mais plutôt qu’elles ne sont pas un critère pertinent lorsqu’on se propose une classification des sociétés humaines. En effet, les frontières entre groupes sont davantage idéologiques — où elles s’efforcent d’assurer la sauvegarde d’une identité — qu’elles ne s’opposent concrètement à un brassage génétique. Ainsi les populations que, par un raccourci, on appelle noires sont, depuis la plus lointaine préhistoire, en contact avec les populations méditerranéennes, à travers le Sahara. Là encore guerres, alliances, captures, échanges et infiltrations ont — dans les deux sens — modifié les données de départ.

20Les dernières expressions, à l’échelle historique, de ce mouvement, ont été : a) l’introduction, aux siècles antérieurs, de captifs soudanais païens dans les oasis pour les travaux agricoles, et dans les villes (en concurrence avc les esclaves européens) pour les tâches domestiques et de manœuvre ; ils furent progressivement affranchis et adoptés ; quelques-uns trouvèrent refuge, à moins qu’ils y aient été assignés, dans les marécages de Tawargha, au sud-est de Misourâta, où ils vivent encore de la fabrication et de la vente des nattes ; b) l’immigration de familles « maraboutiques » d’origine saharienne, tels les Twatis introduits par la Sanoûsîya, mais aussi, par exemple, le saint le plus réputé de Libye, enterré à Zlîtan, Sidi Abdessalam Al-Asmar (dont le surnom rappelle le teint sombre) ; c) la présence de Tebous, lesquels formaient à l’origine l’un de ces peuples qu’on retrouve tout le long de la bande est-ouest qui borde, ou chevauche, la rive méridionale du Sahara et qui, chacun à leur manière, sont la forme à un moment stabilisée, d’une lointaine fusion d’éléments méditerranéens et sub-sahariens. Au cours de ce siècle, où s’affaiblirent les écrans sociaux et économiques entre les éleveurs authentiquement Tebous et leurs anciens esclaves, la mobilité plus grande de ceux-ci et les mariages plus nombreux entre les uns et les autres semblent avoir accentué la diffusion des caractères sub-sahariens.

21Or, si les Tebous s’attachent encore à préserver leur identité propre, armaturée — d’abord — sur leur particularisme linguistique, et abritée par un certain isolement géographique, les deux précédentes catégories n’ont d’autre langue et ne peuvent se référer à d’autre identité qu’arabes. Laquelle leur est d’autant plus aisément reconnue que, dans son principe, elle est largement ouverte à tous ceux qui manifestent, d’une part, un sentiment et une volonté d’être arabe, d’autre part une intime assimilation de la langue (sauf dans les pays de diversité religieuse ancienne et acceptée, il s’y ajoute une autre condition : l’appartenance à l’Islam). Il n’existe pas d’obstacles fondés sur la généalogie en ligne masculine, ou le teint, qui finalement ne s’évanouissent devant le poids de ces critères.

22En milieu traditionnel, c’est l’accès à la langue écrite, savante et sainte par essence, qui emporte la décision. La possession de ce signe attire la considération, en même temps qu’elle renforce, chez le sujet, le pouvoir d’attraction de la culture arabe (parce que dépositaire du Coran) et facilite le relâchement des liens avec la culture d’origine, qui deviennent alors plutôt l’expression d’un « sentiment de communauté » — un attachement qui se cantonne à des domaines pour ainsi dire domestiques, intimes — tandis que l’ « identité » est acquise — cette fois à un niveau plus universel et public — par l’adhésion aux valeurs de l’arabicité. Le phénomène est notablement accéléré dans le contexte urbain, où la pression culturelle est plus forte et l’uniformisation extérieure plus aisément acquise. Ceci est même déjà vrai dans les États sub-sahariens où existe la possibilité de contacts avec une population d’origine arabe (Tchad, Soudan, Somalie) : le cas est fréquent de familles de lettrés établies en ville qui perdent en une ou deux générations la pratique de leur langue maternelle et revendiquent l’identité arabe, en dépit des réalités généalogiques et pigmentaires.

23L’alphabétisation et l’urbanisation accentueront donc en Libye une évolution depuis longtemps commencée et qui ne lui est d’ailleurs pas propre puisque, du Yémen du Sud à la Syrie, de l’Égypte à la Mauritanie, ce sont tous les pays arabes qui connaissent la persistance de particularismes locaux, à base culturelle et linguistique (et parfois religieuse). Tous cherchent à les dépasser du même mouvement qui les fait proclamer leur commune identité arabe. Voilà ce qu’il était bon de rappeler à l’heure où la Libye nouvelle affirme et développe dans les faits une politique résolue d’unité nationale : en facilitant l’arabisation, par la scolarité, tout en maintenant strictement égales par ailleurs les chances d’accès à l’emploi et aux responsabilités pour les habitants de toutes les régions du pays.

IV. — LA PAYSANNERIE ARABOPHONE TRADITIONNELLE

24Ce rapide exposé de la diversité humaine de la Libye rurale se poursuit donc, après l’évocation des conditions de l’accession à l’identité arabe, par une courte présentation de la paysannerie arabophone. Elle a déjà été signalée dans les montagnes du Nefousa et de Ghariân, mêlée à sa contrepartie berbérophone. On la rencontre aussi dans quelques vallées, plusieurs dizaines de kilomètres à l’arrière du Djebel, à Mizda et surtout Beni-Oulid où, sur la quinzaine de kilomètres d’un large fond de wadi, s’étendent de centenaires plantations d’oliviers coupées de murettes et banquettes pour retenir les eaux de ruissellement ; tandis que, de part et d’autre, sur ses flancs entaillés dans le plateau, se succèdent les ruines de villages fortifiés qui attestent un passé agricole d’une réelle envergure (lequel s’accompagna cependant toujours, là encore, d’un pastoralisme qui associait une grande partie des familles aux transhumances).

25De même doit-on rappeler le passage de nombreux Bédouins à l’état de cultivateurs, sous l’influence de la Senoûsîya, dans des palmeraies sahariennes que ces éleveurs se contentaient jadis de contrôler. C’est le cas à Koufra et au Fezzan en particulier.

26Cependant, c’est surtout sur le littoral tripolitain que se manifeste une vieille tradition paysanne, pour l’essentiel — et cela depuis plus de générations que n’en peut saisir la mémoire — arabe, avec ce chapelet d’oasis maritimes qui reproduisent la Gabès tunisienne. Propriétés familiales, habitat dispersé, puits bâtis à superstructure maçonnée et fosse amenagée pour la traction animale, haies de figuiers de barbarie, palmeraies, oliveraies, agrumes, cultures maraîchères, parcelles de blé et d’orge et parfois de tabac, un petit élevage bien sûr et d’étroites relations avec le centre urbain auquel s’adosse chacune de ces oasis, lui-même prolongé le plus souvent d’un petit port (agrandi et modernisé entre les deux guerres pour les objectifs évidents du « pacte colonial ») : on reconnaît bien là la marche orientale de l’Ifrîqîya des premiers temps de l’Islam, la base sur laquelle repose plus tard le pouvoir de la Porte à Tripoli. Donc une région sensible aux mouvements politiques, soucieuse d’ordre mais aussi de franchises, et pour cela balançant son jeu entre la cour et les puissantes familles bédouines. Une région qui, en liaison avec les montagnes voisines, nourrissait une bourgeoisie marchande, laquelle repeupla, réanima, au xixe siècle, les villes de la côte de Cyrénaïque, puis sut prendre ses responsabilités, à l’heure de la confrontation avec l’impérialisme, en lançant en 1918 l’éphémère République tripolitaine autour d’Al-Chtaywi, de Misourâta, et d’Al-Barouni, du Nefousa.

27Rien de tel, par contre, dans la province orientale de Cyrénaïque, toute progressivement passée à l’élevage dès les xie et xiie siècles, où seule put refleurir, au xvie siècle et à partir d’une immigration d’origine andalouse, la Darna des grenades, des figues et des bananes, arrosée par une cascade pérenne proche et par des puits d’une eau exceptionnellement fraîche sur cette côte, et dont les minuscules « huertas » pressées autour du centre sont aujourd’hui menacées par l’urbanisation. Darna, seule, reproduit ici le complexe cultivateurs-citadins qu’on a vu en Tripolitaine, engendrant un raffinement célébré et un sens politique redouté...

V. — LE DOMAINE BÉDOUIN

28Quelques oasis, quelques vallées et des reliefs littoraux, des banlieues maraîchères au milieu des palmeraies, voilà jusqu’à ce jour, toute la Libye paysanne. Sans les Bédouins, les immenses étendues du domaine aride libyen auraient donc été des espaces vides, des déserts que seulement le jaillissement de l’or noir aurait finalement intégré au « pays utile ». Au-delà des apparences frustes et archaïques d’une technique et d’une culture, qui ont pu tour à tour faire les délices d’une certaine ethnographie ou provoquer la compassion du modernisme inconditionnel, au-delà de l’évidence d’un niveau de vie qui est certes bien austère, le nomadisme pastoral, notamment dans sa variante bédouine, a bien été un cas limite d’adaptation d’une société humaine à un milieu ingrat, dont il a su pourtant utiliser les ressources non négligeables, ici, sa végétation naturelle.

29Le secret d’un tel miracle écologique tient d’abord dans la mobilité : mobilité des hommes, et mobilité des troupeaux, conduits selon un mouvement cyclique plus ou moins régulier, dans son rythme et ses itinéraires, mais sans que cela ne relève jamais de la pure errance, vers l’eau et les pâturages nécessaires. Équilibre fragile cependant que cette sorte de symbiose entre une société humaine et des espèces domestiques d’herbivores grégaires, judicieusement sélectionnées selon des critères où sobriété et rusticité l’emportent sur les préoccupations de rendement ; et équilibre d’ailleurs relatif, car le système n’est jamais entièrement clos sur lui-même, mais s’ouvre régulièrement aux échanges et sait s’assurer un complément de ressources par des activités d’appoint autres que l’élevage : telles l’agriculture, plus ou moins rudimentaire et épisodique ; le commerce caravanier, dont on assure, en simples intermédiaires, le transport ou auquel on fournit une « protection » monnayable ; les trop célèbres razzias de bétail aux dépens des voisins, enfin, qui, scandaleuses peut-être pour des cultures plus policées, ne sont autres qu’un moyen institutionnel, efficace et somme toute si peu meurtier, pour rééquilibrer les fortunes diverses des familles et des tribus, qu’une activité agonistique particulièrement valorisée, occasion pour le jeune Bédouin de se distinguer par ses talents et sa bravoure. On devine ce qu’un tel genre de vie suppose comme qualités humaines d’endurance et de hardiesse et, plus encore, comme connaissances positives du milieu naturel, souvent sur d’immenses distances et jusque dans les moindres détails de tel accident du relief, dans lequel une citerne a été aménagée ou dont certains buissons au creux des ravines peuvent encore servir de pâturage quand tous les autres ont été épuisés. L’admirable sens de l’orientation (une manière d’être plus qu’un comportement appris) ou la proverbiale habileté à déchiffrer toutes traces sur le sol, ne sont que les exemples les plus saisissants de ces savoirs et savoir-faire qui forment le bagage de tout Bédouin et le rendent apte à survivre dans le désert.

30On ne saurait en revanche trop insister sur une dimension qui reste finalement essentielle, quoique souvent méconnue : la complexité et l’originalité d’une organisation sociale qui, à travers la trame subtile des relations définissant solidarités et antagonismes, régit ce monde de pasteurs, de troupeaux et de steppes ouvertes, sans bornes ni frontières, sans administration ni police ; règle le partage du territoire, les migrations et les parcours ; garantit l’accès aux ressources et la protection du groupe et de son patrimoine ; codifie la succession, l’entraide ou l’hospitalité jusqu’aux modalités permettant de dépasser les conflits ; assure en somme la reproduction de la société dans ses propres fondements.

31On comprend dès lors que la vérité du bédouinisme est autrement riche et complexe que ne le suggèrent les pittoresques évocations du fier et farouche seigneur du désert, épris de liberté et de pillage, ou, selon les humeurs et les convictions de l’observateur, les poncifs sur le pauvre hère « parasite du chameau », analphabète et irrécupérable. Sa vérité est ailleurs, dans une formule techno-économique originale et une structure sociale spécifique ; dans une société ayant sa culture matérielle et ses valeurs propres. Si nous avons choisi de consacrer quelques pages à cette société bédouine « traditionnelle » qu’une histoire déjà séculaire a progressivement et parfois dramatiquement bouleversée et qui appartient désormais en tant que telle au passé, ce n’est pourtant pas pour sacrifier aux démons d’une nostalgie passéiste. Ce serait plutôt pour aider à mieux comprendre l’évolution en cours, en évitant que la référence à ce passé dont elle procède, ne se limite à l’invocation de tel trait ou de telle mentalité, vestiges d’un vague archétype culturel, voire d’une improbable « nature » bédouine. En évitant aussi qu’elle ne cède aux séductions du rappel rituel des origines bédouines de tel ou tel dirigeant national, recours ultime de tant d’interprétations impuissantes à produire le sens de l’histoire actuelle de la Libye sur le terrain qui est le sien : un processus de destructuration et de restructuration sociale et économique.

32Le bédouinisme, jusqu’à la veille de la colonisation italienne semble être le trait dominant de la société rurale libyenne. Dominant moins peut-être par sa force, qui se traduirait par une suprématie politique directe, que par le prestige de ses valeurs et de sa culture qui joue volontiers du registre généalogique pour affirmer l’excellence d’une origine arabe ancienne et conquérante, en somme, des titres de noblesse. Car, si les tribus bédouines sont toujours restées dans leur grande majorité hors de l’emprise directe du pouvoir central, ottoman notamment, voire hors de toute dépendance économique à l’égard d’une classe urbaine de propriétaires fonciers (comme c’est le cas au Moyen-Orient), elles n’ont jamais exercé une quelconque suzeraineté sur les populations sédentaires, à l’exception cependant des oasis de l’intérieur, de Koufra à Jaloû et du Wadi Chatti du Fezzan. Citadins et Bédouins ont pu, ici plus nettement peut-être que partout ailleurs, être des sociétés largement étanches, imperméables l’une à l’autre, quoiqu’étrangères plutôt qu’hostiles ; deux sociétés « qui se rencontrent mais ne se mêlent pas » [17, page 44]. Même les courants d’échange, que semble commander leur complémentarité économique évidente, ont pu parfois faire presque défaut, comme en Cyrénaïque, où le débouché traditionnel de loin le plus important pour les surplus commercialisables de l’économie bédouine (bétail sur pied, beurre cuit, laine, orge) se trouvait en dehors de ses frontières régionales, dans la vallée du Nil. Aussi la population urbaine de cette même région n’était-elle composée, avant les bouleversements qu’apporta la guerre coloniale, que d’éléments allogènes, originaires des villes de Tripolitaine et de Tunisie ou encore Maltais, Grecs, Italiens. Le lexique y marque d’ailleurs clairement cette distinction, qui oppose hadar à badawî, les citadins aux bédouins, c’est-à-dire à tous les autres, qu’ils soient vrais nomades chameliers des steppes du sud ou semi-nomades du Djebel : en somme une opposition entre deux sociétés plus que simplement entre deux genres de vie.

33Ne l’ayant jamais emporté en nombre sur la population sédentaire, le bédouinisme aura finalement été dominant surtout par l’étendue de son domaine géographique. Un domaine qui déborde souvent les limites que les seules raisons climatiques sembleraient lui assigner, en englobant par exemple la presque totalité du plateau cyrénéen, et qui comprend une grande diversité de situations géographiques. A celle-ci répond un large éventail de variantes dans les pratiques pastorales elles-mêmes.

34L’ensemble du Sud tripolitain, entre le Djebel Nefousa et les vallées du Fezzan, est caractérisé par un semi-nomadisme intégrant aux activités pastorale l’exploitation de ressources agricoles diversifiées qu’autorise la variété du milieu naturel. La présence sur son pourtour d’un monde paysan nombreux et solidement retranché sur ses positions oasiennes et montagnardes, face au monde bédouin, avec lequel contacts et échanges sont anciens et fréquents, n’a pu d’ailleurs que favoriser cette accentuation agricole du bédouinisme tripolitain, comme la constante tendance centrifuge vers la sédentarisation qui le marque. Contacts et échanges que traduisaient, comme au Djebel et sur la base d’une jalouse sauvegarde de l’indépendance de chacun, d’originales formules d’association économique ou qu’exprimait, au contraire, comme au Fezzan, l’entière soumission du jebbad-métayer asservi — aux maîtres nomades.

35Il est enfin un dernier facteur — historique — éclairant particulièrement la grande complexité sociologique de ce semi-nomadisme qui superpose à l’imbrication des groupes et de leurs territoires un vaste chassé-croisé d’alliances souvent éphémères, parfois cristallisées en ligues permanentes et alternées — ces mêmes soffs qu’on retrouve fréquemment, au Maghreb, de la Tunisie au Haut-Atlas marocain. C’est l’ingérence ancienne et relativement efficace du pouvoir politique citadin dans les affaires bédouines ayant eu comme conséquence durable, sinon la soumission effective des tribus, du moins leur implication directe dans les vicissitudes historiques de ce même pouvoir et dans les luttes dont il était l’enjeu.

36Dans l’économie de ces semi-nomades, l’apport agricole joue donc un rôle important, parfois déjà prépondérant : cultures de l’olivier, du figuier et de céréales dans le Djebel pour les uns ; jardins irrigués et palmier dattiers au Fezzan pour les autres ; ou même, pour certains, une base agricole, dans l’une et l’autre région : c’est le cas pour les groupes les plus puissants, tels les Zentan ou les Werfela, dont le territoire découpe des bandes longitudinales reliant, à travers les parcours et les rares pâturages de la Hammada el Hamrâ, les deux pôles agricoles. Ces cultures étant le plus souvent confiées à des métayers, les Bédouins viennent cependant s’y établir l’été, délaissant alors les tentes pour les maisons en dur des villages que chaque groupe y possède. A la même époque, les troupeaux, qui ont hiverné près des campements et des terres labourées après les premières pluies d’automne, migrent vers les pâturages d’été sous la garde des seuls bergers : dans les grands wadis de l’est ou dans la région des massifs situés entre la Syrte et le Fezzan, ou encore, plus au sud, mais seulement pour les chameaux, dans les dunes du Zellaf [56].

37La région du golfe de Syrte offre, sur une certaine profondeur à partir de la côte, les pâturages, excellents pour les chameaux, de ses nombreux wadis et sebkhas ; encore aujourd’hui on aperçoit l’été, tout le long de la route littorale et parfois à quelques centaines de mètres à peine de la mer, les grands campements des Bédouins qui se consacrent à l’élevage du chameau, à l’exclusion de toute activité agricole. Ils nomadisent normalement dans la région tout au long de l’année, avec des déplacements fréquents mais de faible amplitude, à moins qu’une sécheresse exceptionnelle ou de graves déconvenues avec le pouvoir de Tripoli n’amènent hommes et troupeaux dans une ample migration.

38Ainsi au milieu du siècle dernier, une grande partie des puissants Ulàd Slimàn choisirent de se réfugier au Kanem (Tchad), quand les troupes du pacha de Tripoli furent sur le point de venir à bout de la résistance obstinée que, sous la conduite de Seyf en-Naser, ils avaient, jusque-là, opposée à la reconquête ottomane.

39Mais déjà, depuis le golfe de Syrte jusqu’à la Marmarique et au-delà même de la frontière égyptienne, de la côte cyrénéenne à la grande mer de sable du Calanchio, c’est le grand domaine incontesté du bédouinisme libyen, c’est là que celui-ci a connu son expression la plus « classique », là qu’il s’est le plus longtemps maintenu. A la différence de la Tripolitaine, une grande uniformité sociologique le caractérise. La présence en son centre du Djebel Akhdar au climat nettement favorisé, enjeu de luttes incessantes entre groupes et théâtre d’une longue histoire de pressions, migrations et expulsions, y a pourtant amené une certaine variété des systèmes pastoraux. Si tous labourent et sèment de l’orge et du blé, du moins quand les pluies ont été suffisantes, tous sont aussi à quelque degré, pasteurs et font transhumer leurs troupeaux.

40Les types extrêmes du pastoralisme cyrénéen pourraient être, à un pôle, la transhumance verticale des chevriers entre les maquis du plateau, où ils passent la saison sèche dispersés par tout petits groupes et où ils possèdent terres arables et citernes, et l’hivernage dans les terres plus chaudes du versant méridional du Djebel ; à l’autre pôle, le vrai nomadisme des Bédouins chameliers des steppes de Barqa el-Hamra, de Barqa el-Bayda et de la Marmarique, au cycle migratoire moins régulier : la grande dispersion, après les pluies d’automne et les labours, sur les pâturages d’hiver, souvent très loin dans l’intérieur des terres, jusqu’à la ligne des Wadis el-Faragh et el-Mra, y alterne avec la concentration des campements et des troupeaux à la saison sèche autour des principaux points d’eau situés plus près des côtes en plaine ou le long du pied du Djebel [55]. Ces points d’eau permanents, puits profonds dans la nappe ou citernes creusées et aménagées pour recueillir l’eau de ruissellement, souvent fort anciens, mais remis en état et entretenus par les soins d’un groupe bédouin, constituent pour les grands nomades chameliers le seul vrai point d’attache, habituel et rigoureusement réservé, le cœur de leur watan (territoire).

41On peut dater la bédouinisation de la Libye du xie siècle, à la suite des invasions successives de puissantes confédérations de Bédouins, venant de Haute-Égypte, mais originaires du Nejd, en Arabie : les Banou Hilal d’abord, qui, après avoir vaincu toute résistance et parcouru le pays en tout sens en guerroyant, s’établirent finalement en Tunisie, puis, pour une partie, en Tripolitaine ; les Banou Soulaym, apparentés aux premiers et venus sur leur trace, dont certains s’arrêtèrent en Cyrénaïque. Si les Bédouins libyens sont nombreux à se réclamer d’une telle ascendance à travers leurs récits généalogiques et si leurs traditions orales gardent les échos légendaires de cette épopée, il convient cependant d’y voir moins la preuve historique d’une origine que la marque distinctive d’une différence de statut : ainsi en Cyrénaïque, l’ensemble des tribus appelées sa‘adi se prétendent issues des conquérants soulaymides, tandis que, toujours selon ces dernières, les groupes de Mrabtin es-sedgan, ainsi nommés pour signifier leur ancienne soumission et la relation de clientèle qui les rattachait à elles, seraient les descendants des anciens occupants berbères. (Tradition d’ailleurs contredite par celles des Mrabtin eux-mêmes, mais reprise par des historiographes arabes parmi d’autres interprétations).

VI. — LA SOCIÉTÉ BÉDOUINE TRADITIONNELLE

42On a souvent décrit l’organisation sociale des Bédouins, et sous les traits les plus contradictoires, de la démocratie tribale à l’aristocratie guerrière, de la société patriarcale à l’anarchie égalitariste. De telles divergences tiennent en réalité à des difficultés de deux ordres : difficulté d’une part de concilier dans une même image des caractères aussi opposés, et pourtant bien réels, qu’un individualisme extrême et une solidarité — ‘asabiyya — tout aussi forte ; difficulté d’autre part de cerner et identifier des unités sociales discrètes. Celles-ci apparaissent aussi ambiguës et conventionnelles dans leur principe constitutif qu’instables dans leur contenu, comme mouvantes et fluides sont les formes de leur inscription spatiale, telles en somme que peut les faire l’errance.

43Le campement — naja‘ — blotti dans un repli du terrain à l’abri du vent et des regards indiscrets, est la première image concrète de la société bédouine, l’expression immédiate d’un genre de vie et d’un mode d’organisation sociale. Une rangée simple, parfois double, de tentes semblables — en général entre cinq et dix, parfois plus, aujourd’hui en revanche souvent moins — scrupuleusement alignées et serrées les unes aux autres par les côtés, leurs cordes entremêlées, signe d’une relation étroite entre les chefs de famille respectifs ; un ou plusieurs enclos de branchages ou abris de toile pour le petit bétail : tel est le cadre.

44Chaque tente abrite en principe une famille restreinte — beyt désigne ainsi chez les Bédouins la tente, demeure par excellence, mais aussi la famille qui y habite. Mais c’est le campement, plutôt que la tente singulière qui représente la véritable cellule sociale et économique de base : unité de résidence et de production, autrement dit : unité de nomadisation, mais aussi, par la pratique de la commensalité, unité de consommation, le campement réunit l’ensemble des familles apparentées qui, ayant rassemblé leurs forces et leurs ressources, et d’abord le bétail, coopèrent dans toutes les tâches productives, depuis le gardiennage des troupeaux, jusqu’aux labours et à la tonte de la laine. Selon son âge, son sexe, selon qu’il soit marié ou non, chacun a sa fonction à remplir dans la vie du campement. Dès l’âge de sept à huit ans les enfants mènent paître le petit bétail dans les environs et ne reviennent aux tentes que le soir. L’activité des femmes, toute entière inscrite dans les limites du campement, ne se limite pas aux seuls travaux quotidiens (préparation du feu, cuisine, soins des petits enfants, corvée d’eau, quand le puits est proche, ramassage de buissons à brûler) mais comprend bien des tâches moins régulières mais tout aussi exigeantes, dont d’importantes fonctions productives : dresser la tente, filer la laine ; tisser, sur le petit métier horizontal des Bédouins, des tapis, des couvertures, des sacs et surtout ces longues bandes en poil — flij — dont on fait, par assemblage, les tentes ; traire le petit bétail, baratter le lait dans des outres de peau pour en extraire le beurre, préparer enfin les différents produits laitiers qui tiennent une si grande place dans l’alimentation bédouine. Aux hommes jeunes, de préférence non encore mariés, échoue le rude rôle de berger, du moins tant que l’on n’a pas recours au travail salarié : pendant plusieurs semaines, des mois parfois, celui-ci est seul avec son troupeau, qu’il conduit de pâturage en pâturage, le surveillant, rassemblant les bêtes égarées et surtout, à la saison sèche, puisant pendant des heures l’eau pour l’abreuver. (De nos jours, il est vrai, deux séries de faits ont contribué à rendre cette tâche moins difficile : d’une part, la multiplication des citernes sur l’initiative des éleveurs et le meilleur aménagement, par les pouvoirs publics, de points d’eau importants, certains même équipés d’une moto-pompe ; d’autre part la possibilité de laisser les chameaux sans surveillance sur les pâturages, à la saison sèche, assurés que, en l’absence désormais de tout risque de razzia, ils reviendront régulièrement s’abreuver au point d’eau qui leur est familier). Enfin cet effort collectif est dirigé par un « aîné », selon la tradition mais sur la base cependant d’accords explicitement stipulés entre les chefs de famille, chaque fois qu’une décision importante est à prendre. Ce rôle revient en général à un personnage influent par son expérience, son prestige, mais aussi sa richesse (un troupeau important ou une nombreuse descendance mâle) ; le plus souvent par ces différents facteurs à la fois. Son autorité, qui est celle d’un chef de famille respecté plutôt que d’un « chef d’entreprise » ou encore d’un autocrate, ne s’applique qu’aux affaires communes du campement : sa gestion économique et sa représentation à l’extérieur. On verra que les mêmes traits caractérisent le pouvoir à tous les niveaux de la structure sociale : pouvoir diffus et toujours précaire, car fondé sur le consensus, non sur la force, et strictement limité dans son exercice à des domaines et des occasions déterminées, hors desquels il n’est plus toléré.

45Pris entre la contrainte de la dispersion que commande la faible densité des pâturages, et les impératifs de la division du travail, chaque campement doit avoir une taille et une structure démographique déterminées pour être une unité de production viable [57]. Aussi, la composition de chaque tente évoluant dans le temps, l’équilibre nécessaire ne sera atteint qu’au prix de réajustements incessants du nombre et de l’identité des familles associées. C’est ce processus que traduit l’interminable suite des scissions et des agrégations qui affecte la vie de chaque naja’, épisodes marquants d’une plus minutieuse histoire d’ententes et de brouilles, de solidarités familiales et de jalousies personnelles, de calculs économiques et de visées hégémoniques.

46Remarquablement régulière dans sa structure comme variable et mouvante dans son contenu, la composition des campements semble donc obéir en grande partie à des considérations économiques ; ce sont néanmoins les relations de parenté qui en constituent la trame ; c’est à travers elles que les mobiles et les contraintes économiques s’expriment. Dans une société dont l’idéologie de parenté marque une nette préférence pour la filiation patrilinéaire, où donc les appartenances et par là, les droits, se transmettent en ligne paternelle, c’est la parenté agnatique qui sert de modèle. Les Bédouins se représentent l’unité de production idéale sous les traits d’une grande famille agnatique solidaire, qui réunirait trois générations et maintiendrait le patrimoine indivis, conformément au principe qui voit dans l’indivision la garantie de la cohésion du groupe familial, valeur suprême, alors même que le partage de l’héritage introduit une source de discorde au sein de la relation la plus étroite, c’est-à-dire entre les frères. Dans la réalité, chaque naja’ semble en effet se constituer autour d’un noyau de proches parents agnatiques et présenter toujours, dans l’ensemble des hommes, une forte proportion d’agnats. Plus particulièrement, le choix d’une vie commune et de l’entraide semble favorisé dans le cas d’agnats apparentés aussi par les femmes, mères ou épouses : ainsi parmi ses nombreux cousins paternels, un Bédouin choisira de préférence de s’établir avec celui qui est en même temps son beau-frère.

47La pratique fréquente de mariages contractés à l’intérieur du groupe agnatique restreint (notamment entre un homme et la fille de son oncle paternel — bint el-‘amm) aboutit en effet à un resserrement des liens familiaux que les relations d’alliance viennent en quelque sorte redoubler, traçant ainsi le chemin d’une entraide durable. C’est d’ailleurs cette fonction et cette forme du mariage qu’exalte la sagesse bédouine à travers nombre de proverbes et sentences, sans qu’il faille pour autant voir dans l’endogamie de la lignée, l’unique vérité des pratiques matrimoniales de cette société. Car, quand les circonstances s’y prêtent, on saura aussi engager les mariages dans des stratégies plus ambitieuses d’alliances « extérieures », alliances politiques certes, mais surtout et tacitement, assurances mutuelles d’un recours possible en cas d’adversité économique. Ces alliances, entretenues dans les générations successives par de nouveaux mariages, sont orientées de telle sorte qu’elles mettent en relation des groupes occupant des aires géographiquement assez distantes, donc écologiquement différenciées, pour offrir soit, régulièrement, une ressource complémentaire (les dattes des cultivateurs oasiens), soit une base pastorale de repli en cas de sécheresse sur ses propres pâturages [58].

48Équilibre démographique, cohésion interne et, éventuellement, alliances extérieures, telles sont donc les conditions sociales — indispensables à la mise en œuvre du « processus productif » propre à l’économie bédouine traditionnelle — que le campement a pour fonction de réunir. Ce processus productif est orienté vers la satisfaction immédiate des besoins au sein de chaque unité, et sa production destinée avant tout à la consommation. Le troupeau, bénéficiaire d’un maximum d’attentions et de compétence, et toutefois constamment soumis aux risques de la sécheresse et des épizooties, livre au Bédouin, qui sait en tirer le meilleur parti, une grande variété de produits : le lait, la laine, les poils, les peaux (même l’urine de chamelle trouve des usages médicinaux) et finalement, mais à titre somme toute exceptionnel, la viande : les jeunes bêtes que l’on égorge rituellement à l’occasion de certaines fêtes ou en l’honneur d’un hôte. Quant à l’agriculture, elle assure, avec le grain, la base de l’alimentation traditionnelle, malgré le caractère très rudimentaire des techniques, mais grâce à un effort judicieusement réparti sur plusieurs années successives et, simultanément, sur des terres différemment localisées. Si le Djebel permet en effet des rendements assez réguliers, mais médiocres, les terres basses des steppes connaissent de temps à autre des moissons exceptionnelles pouvant même compenser plusieurs années consécutives sans récolte. Le grain est conservé par chaque famille dans des silos creusés dans le sol et recouverts d’argile ou dans des grottes, parfois pendant des années. Une partie seulement des excédents est exportée vers les marchés urbains afin de se procurer, de loin en loin, les quelques biens que l’économie bédouine ne produit pas : vêtements, ustensiles divers, armes, ainsi que certaines denrées alimentaires, très prisées bien que d’importation récente comme thé, café et sucre, ou riz et pâtes. Le croît du troupeau est recherché, moins comme accumulation d’un capital permettant des bénéfices accrus, que comme meilleure assurance contre l’aléa des mauvaises années. La préférence traditionnelle pour le chameau, plus sobre et plus mobile, donc mieux apte à supporter une sécheresse prolongée, relève aussi de la même préoccupation, sans oublier certes le prestige qui reste attaché à sa possession, souvenir de son ancien rôle. D’autre part, un troupeau important, comme de bonnes réserves de grain, offrent à leur propriétaire l’occasion d’obliger, par des largesses, des faveurs, des prêts, bien administrés, ceux qui les reçoivent et de se constituer ainsi une clientèle, tout en méritant la considération légitime de tous ses pairs : en somme les meilleurs atouts dont on puisse disposer dans l’élaboration d’une stratégie politique. Moins soucieuse d’efficacité que de cohésion, de rendement que de stabilité, d’accumulation que de prestige, l’économie bédouine n’a finalement d’autre logique que la reproduction simple de ses propres bases, ni d’autre finalité que la permanence et l’autonomie des cellules sociales.

49Il reste maintenant à aborder un aspect important de la société bédouine, qui n’a été qu’indirectement évoqué jusqu’ici : le partage du territoire entre les groupes et le système politique qui le régit. En recrutant, comme nous l’avons vu, ses membres au sein d’un même lignage, le campement non seulement constitue une unité de coopération solidaire, mais garantit par la même occasion son accès aux ressources naturelles d’un certain territoire. Le lignage bédouin en tant qu’ensemble des descendants, réels ou supposés tels, d’un même ancêtre, est plus qu’un simple agrégat de parenté, plus qu’un réseau formel de relations, abstraitement privilégiées au nom d’un principe idéologique transcendant les pratiques sociales réelles. Ce sont des unités de forme lignagère qui détiennent collectivement des fractions définies de territoire — leur watan — avec pâturages, terres arables et points d’eau, dont les membres partagent l’utilisation et assument solidairement la défense.

50L’exercice effectif des différents droits d’usage connaît des modalités très diverses. Cependant, comme le territoire en tant que tel reste la possession, indivise et inaliénable, du groupe, seule la qualité de membre du lignage peut conférer de tels droits.

51Aussi tous les campements dont les hommes, tout au moins dans leur majorité, appartiennent à une seule unité lignagère, exploitent en commun un certain territoire : ils nomadisent l’hiver dans la même région de steppe et, au cours de leurs déplacements à la recherche des meilleurs pâturages, nombreuses sont les occasions de rencontre, les échanges de visite, les demandes d’aide et de services réciproques ; à l’époque des labours ils se retrouvent pour les semailles sur les mêmes terres de culture et c’est dans un grenier commun qu’ils stockent ensuite les récoltes ; la saison sèche enfin les voit se regrouper en grand nombre autour du même point d’eau permanent, souvent unique, du watan. Ces grands rassemblements de tentes — plusieurs dizaines — que connaissent encore certaines régions de Cyrénaïque, correspondent aux plus petites unités territoriales et politiques de la société bédouine.

52Des relations reconnues de parenté unissent tous leurs membres, mais chaque unité conçoit son identité comme fondée sur le principe exclusif de la descendance commune en ligne agnatique d’un ancêtre fondateur, que sa généalogie situe à une distance de cinq à six générations. Identité qui s’exprime aussi par un nom commun à tout le groupe — celui-là même qui fut celui de l’ancêtre ou un nom collectif qui en est dérivé — et par un signe particulier dont est marqué le bétail. L’éthique proclamée est celle de l’unité et de la solidarité du groupe dans tout conflit avec l’extérieur, tandis que sont minimisées les occasions de controverse interne. Le lignage se désigne ainsi comme ‘amara-ed-dam, c’est-à-dire comme le groupe collectivement responsable, qui partage la diyya — prix du sang — versée ou obtenue en réparation d’un meurtre, comme il partagerait le devoir de venger ou, réciproquement, de subir la vengeance. En revanche, tout meurtre commis à l’intérieur du groupe ne saurait appeler ni vengeance ni réparation, puisque, selon la même éthique, la perte affecte le groupe dans son ensemble : le coupable ne sera pas puni, mais, rejeté désormais par ses proches, il sera contraint à l’exil.

53Toute aire pastorale est ainsi partagée, dans son ensemble, entre unités de ce type. Celles-ci, selon la conception bédouine, ne seraient elles-mêmes que l’ultime subdivision interne d’un système hiérarchique d’unités politiques et territoriales emboîtées les unes dans les autres : de l’unité politique la plus large — tribu ou confédération tribale — et de son watan, on passerait ainsi, à travers plusieurs ordres successifs de segmentation, aux groupes politiques de base et à leur fraction de territoire tribal. Il y a donc, à tous les niveaux, correspondance entre segmentation tribale et segmentation territoriale.

54Le système lignager, construit selon le principe de la filiation agnatique qui permet de définir de façon non ambiguë l’appartenance de chacun, sert d’armature à tout l’édifice. La généalogie en est l’expression immédiate, le langage dans lequel les Bédouins rendent compte de leur organisation sociale et politique. L’unité de la tribu étant conçue donc, selon ce modèle récurrent, par référence à un ancêtre éponyme, les fils de ce dernier figurent à leur tour comme fondateurs de ses branches principales, et ainsi de suite aux générations suivantes et aux niveaux correspondants de segmentation. Ainsi deux groupes collatéraux, occupant des territoires contigus, seront censés être issus de deux frères, tandis qu’un récit généalogique relatera l’histoire de leur scission sous les traits stéréotypés d’une dispute entre les deux hommes : les deux groupes eux-mêmes comme leurs membres, se diront « frères ». Une relation généalogique étroite, telle la fraternité, symbolise donc la proximité territoriale et politique dans toute son ambiguïté, qui la voit constamment osciller entre la solidarité et l’hostilité. Car, si c’est d’abord entre voisins immédiats que des occasions de conflit peuvent surgir (litiges à propos des femmes ou des terres) et que tout groupe frère est aussi le premier ennemi potentiel, un état permanent d’hostilité et l’insécurité qui en résulterait n’en sont pas moins incompatibles avec le maintien d’activités vitales liées à l’élevage (la poursuite de bêtes égarées, par exemple) : un degré minimum d’entente réciproque est nécessaire ; la paix sera toujours à refaire, mais devra être faite.

55Le modèle exprime donc en termes de relations généalogiques entre individus les positions relatives des groupes. Les noms de l’arbre généalogique d’une tribu, du moins dans sa partie supérieure, sont en fait des noms collectifs, ses embranchements sont des subdivisions de celle-ci. La généalogie tribale ne raconte pas l’histoire réelle du développement démographique qui accompagne la succession des générations, ni même celle des vicissitudes politiques qui, ayant amené à la scission des unités, à l’expulsion de certaines et au rattachement d’autres, ont finalement abouti à sa structure actuelle.

56Bien au contraire, c’est en ignorant toute référence chronologique et au prix de multiples manipulations qu’elle peut être à un moment donné une image adéquate, et d’abord aux yeux des Bédouins eux-mêmes, des relations contemporaines entre les groupes réels, une « charte » des appartenances et des distinctions, des solidarités et des antagonismes. Quant aux unités politiques, leur composition réelle résulte le plus souvent de l’agrégation d’éléments d’origine diverse, dont le souvenir peut d’ailleurs se perpétuer longtemps, cristallisé dans une « tradition privée » mais travesti, donc effacé, dans la généalogie officielle. Représentation conventionnelle et, pour une large part, fictive de la réalité sociale, celle-ci n’en est pas moins un trait marquant et particulièrement significatif de la société bédouine : non seulement, comme on a vu, en tant que principe unique, définissant les unités sociales et leurs relations, depuis les lignées qui constituent le cadre de la vie économique et sociale aux plus larges rassemblements politiques, mais aussi, par le même mouvement, en tant que critère de « distinction », marquant les différences d’origine du sceau de la hiérarchie. C’est une idéologie diffuse qui baigne toute la société et lui confère un caractère aristocratique qui semble pourtant si mal s’accorder avec un égalitarisme par ailleurs fortement enraciné.

57La Cyrénaïque présente une illustration remarquable par son ampleur, de ces vastes fresques généalogiques dont l’Arabie pré-islamique offre les modèles les plus réputés : l’ensemble des neuf grandes tribus des Sa’adi qu’embrasse, au-delà même de leurs fondateurs respectifs, une tradition commune désignant dans une femme nommée Sa’ada (épouse d’un Banou Soulaym ou Banou Soulaym elle-même) leur lointain ancêtre éponyme, symbole tout à la fois de leur étroite parenté et d’une illustre ascendance. Trois générations séparent Sa’ada des neufs fondateurs des tribus, ses arrière-petits-fils, regroupés par la généalogie en trois grandes confédérations, les Jibarna, les Harabi et les Awlad ‘Ali (ces derniers expulsés du pays au siècle dernier, après plusieurs années de lutte par leurs frères et rivaux, les Harabi) ; trois autres générations suffisent dans les généalogies de chaque tribu pour aboutir aux sommets de ces lignages que nous avons indiqués comme les unités politiques et territoriales de base et qui n’ont généralement pas plus de cinq à six niveaux de profondeur généalogique : en tout, donc, seules onze à douze générations seraient utilisées pour couvrir la distance qui sépare la Sa’ada soulaymide de ses actuels descendants. C’est de toute évidence sans commune mesure avec un laps de temps qui est de plusieurs siècles, mais suffisant pour accomplir la fonction qui lui est assignée. Depuis la côte orientale de la Syrte, à la Marmarique, c’est le pays tout entier qui se trouvait ainsi partagé entre les neuf tribus. Leurs territoires, comme aussi leurs divisions internes, s’étirent en bandes longitudinales qui vont de la mer, à travers le Djebel, aux steppes du Serwal, chaque watan couvrant ainsi tout l’éventail des ressources naturelles que la région peut offrir. Se trouvent donc exclus de cette répartition ceux qui ne peuvent prétendre à la même ascendance : d’une part quelques tribus de grands chameliers occupant des régions marginales et inhospitalières, hier assez puissantes pour sauvegarder leur indépendance, aujourd’hui en grande partie encore nomades, de nombreux d’autre part petits groupes vivant dispersés parmi les Sa’adi qui leur concèdent l’usage d’une terre, relégués ainsi dans une position subalterne de clients, soumis au versement d’un tribut et tenus de prêter main forte à leurs protecteurs en cas de conflit.

58Pour désigner les différentes unités sociales qui composent la société, des plus petites aux plus vastes, le lexique bédouin ne connaît que des termes génériques, n’ayant qu’une valeur relative que seul le contexte peut éclairer : ainsi qabîla peut indiquer aussi bien une confédération tribale qu’une tribu, voire une simple section de celle-ci ; ‘â’ila et beyt, dont le sens propre est « famille », peuvent s’appliquer à de larges unités lignagères de plusieurs centaines ou milliers d’individus ; tandis que dans l’expression « les fils d’un tel » — awlad... — le nom peut être tantôt celui d’un lointain ancêtre mythique, tantôt celui d’un chef de lignée encore vivant.

59Toute unité sociale n’est en fait rien par elle-même sinon un rassemblement virtuel à l’intérieur duquel la solidarité ne peut prévaloir sur les tensions intestines que par opposition à un rassemblement de même nature, et sans qu’aucune caractéristique intrinsèque ou fonction spécifique ne le privilégie a priori par rapport à tout autre niveau de la segmentation tribale. La vie sociale bédouine ne connaît point d’unité politique qui soit durablement solidaire et qui ne soit susceptible à tout moment de se scinder en ses éléments qui ont pu fusionner et agir de manière unitaire pour défendre des intérêts communs un moment menacés par un autre groupe.

60Mais qu’un danger extérieur se profile aux confins de ce monde tribal, on verrait alors se former les plus larges rassemblements, effaçant les barrières d’initimitiés tenaces qu’une longue histoire de contentieux territoriaux, de razzias et contre-razzias, de vendettas a érigées entre tous les groupes : comme, au siècle dernier, face aux ingérences de l’administration ottomane ou, plus récemment encore — mais par une dynamique qui obéit déjà en grande partie à des facteurs autres et qui dépasse le cadre bédouin pour assumer des dimensions nationales — lors de la longue et opiniâtre résistance opposée par la Cyrénaïque à la conquête coloniale.

61La société bédouine apparaît enfin comme une société « acéphale », sans gouvernement et sans une véritable organisation politique et judiciaire qui s’appuierait sur des institutions spécialisées, car rien de tel ne saurait s’établir sur l’opposition des segments. L’autorité, investie dans les chaykh que chaque groupe se donne, y est informelle, fractionnée et conjoncturelle. Société « anarchiste », mais non anarchique, sa dissolution est cependant évitée et l’ordre à la longue maintenu, grâce à son organisation segmentaire elle-même qui tend à circonscrire chaque conflit dans les limites des seuls segments concernés. Il s’en faut de beaucoup cependant pour que le fonctionnement réel d’un tel système puisse se réduire à une « opposition équilibrée entre tribus et sections tribales » [17, p. 59]. Ce n’est là qu’une image idéale que contredit la fréquence des affrontements ouverts se soldant par des conquêtes, des scissions, des expulsions, bref, par la dynamique concrète des groupes et de leur devenir. D’autre part la possibilité existe, pour régler un conflit, de recourir à un arbitrage ; rôle qui est assumé par des lignages spécialisés dans l’exercice de fonctions religieuses, se réclamant de saints venus autrefois prêcher dans le pays, et dont la renommée de piété, de sagesse et de pacifisme importe peut-être moins que leur qualité d’étrangers. Cette dernière, les plaçant à l’extérieur du réseau des allégeances et des antagonismes locaux, vaut, dans la logique du système social bédouin, comme la meilleure garantie de leur neutralité. Leur fonction d’intermédiaire se traduit aussi dans la situation particulière des territoires sur lesquels on les trouve installés : d’étroits rubans à la frontière de deux watan-s, concédés par les tribus rivales lors du règlement d’un conflit, compensation à leur intercession.

62L’installation au siècle dernier de la confrérie sanoûsîe chez les Bédouins de Cyrénaïque se déroula selon le même scénario : d’une part, l’origine étrangère du fondateur, comme de tous les chaykh-s des zâwiya-s, et le charisme du personnage, assimilé à la figure familière du « saint » ; d’autre part le quadrillage, calqué sur la répartition tribale, du pays par les zâwiya-s, chaque groupe ayant la « sienne », de sorte que la confrérie elle-même pouvait apparaître comme la chose de tout le monde.

VII. — UNE NOUVELLE DIMENSION

63L’intervention extérieure dans la vie bédouine — des tentatives timides de pachas turcs de Tripoli, aux dérèglements brutaux de la colonisation italienne que prolongèrent les ravages de la deuxième guerre mondiale, en passant par le lent processus d’érosion mené par les zâwya-s sanoûsîes — a progressivement sapé le fonctionnement de ses institutions et profondément bouleversé les bases mêmes de son économie. Ainsi doublement atteinte, c’est une société bédouine désormais socialement moribonde et économiquement ruinée que le développement récent du pays, depuis l’explosion pétrolière, est en train définitivement d’emporter, tandis que s’ouvrent pour les Bédouins de nouvelles occasions d’insertion dans le système économique et social global. Une sorte de processus en spirale, irréversible, qui tend à aspirer le Bédouin hors de son cadre : telle apparaît, réduite à son schéma logique, une évolution autrement complexe, couvrant cent ans d’une histoire qui dépasse largement les limites de la société bédouine. Les restrictions apportées à l’expression ouverte des antagonismes — se traduisant par la fin aussi bien de tout affrontement armé entre groupes de grande taille que des vendettas familiales — et à la pratique des razzias, eurent pour conséquence de faire reculer les préoccupations d’ordre défensif et ainsi d’entraîner la séparation entre la famille et son troupeau, confié à un berger désarmé, et donc le ralentissement de la mobilité des campements.

64Freiné dans ses déplacements, et en même temps sensible à l’attraction des zâwiya-s où sont l’école, les citernes en plus grand nombre, les champs waqf à cultiver collectivement, le Bédouin tend à restreindre l’amplitude de sa transhumance, à se concentrer dans des zones réduites et ainsi à épuiser les citernes déjà trop sollicitées par une population sédentarisée qui s’accroît, enfin à étirer le rayon où le pâturage, surchargé, disparaît.

65Il lui faut alors s’engager plus avant dans le nouveau système. A son troupeau qu’il ne lance plus tous azimuts à la recherche de pâturages, il doit offrir en compensation du grain. Il sème davantage, se lie progressivement à un sol. Par ailleurs, le chamelier va se tourner plus volontiers vers le mouton ; d’une part, parce que son prix monte sur les marchés urbains où la demande croît, d’autre part, car la sécurité du territoire l’a libéré de ses soucis envers le chameau, pratiquement livré à lui-même pendant 5 à 6 mois à la saison sèche.

66Enfin, ces centres de sédentarisation intermédiaires, ces bourgs nés autour des premières zâwiya-s, surpeuplés, dans un pays où sol et eau sont comptés, voient la terre s’effriter, le vent l’emporter et le rendement des cultures céréalières s’effondrer ; près des côtes, les puits se salinisent... Voilà qui va conduire le Bédouin à envisager la seconde étape — et définitive — de son exode, le départ vers la ville avec l’objectif de la petite boutique si la redistribution des revenus pétroliers lui a permis de se constituer un pécule, ou avec la perspective des chantiers de construction pour les moins chanceux.

67Ce mouvement, étalé sur un siècle, d’abord anarchique et qui semblait imputable à une fatalité, le nouveau régime veut l’inscrire dans son projet de développement. En effet, deux principes le guident, complémentaires : dans son souci de faire accéder la population flottante des campagnes et des steppes aux conditions de la vie moderne, et devant l’impossibilité de multiplier à l’infini les bourgs et les antennes municipales, il veut favoriser un mouvement de repli vers les centres existants ; en même temps, il refuse d’abandonner au désert les 9/10e du territoire en privilégiant le secteur urbain et industriel. Dé-bédouinisation et re-ruralisation vont de pair. Voilà qui modèle le nouveau visage rural de la Libye.

68S’il est vrai que certaines études furent commandées sous l’ancien régime et que quelques projets connurent alors un début d’exécution, on assiste ces dernières années à la mise en route d’une véritable politique d’ensemble consacrée à la revalorisation d’un secteur de l’économie et de la vie sociale que l’affaiblissement de l’empire turc, l’occupation coloniale puis la découverte du pétrole avaient rendu exsangue. Défrichage de terres vierges, remise en culture d’oasis à demi abandonnées, transformation de larges bandes de la steppe semi-désertique en pâturages permanents, tout cela est accompagné de mesures pour l’amélioration du sort des populations rurales. Objectif ambitieux pour ce pays immense et si peu peuplé dont on sait, par ailleurs, combien était mince l’expérience dans le domaine agricole. Sa seule chance réside dans des sources de financement quasi inépuisables pour les vingt prochaines années — et dans les choix lucides des nouveaux dirigeants.

69Un bilan ne saurait être que provisoire. Déjà le plan national de trois ans a vu, en 1973, son financement modifié en hausse et, en particulier, le rapport entre le secteur industriel et le secteur agricole renversé au profit de ce dernier. De plus, les accords économiques et techniques avec les pays étrangers se diversifient et peuvent avoir des effets directs et indirects sur les projets agricoles. Enfin, ceux-ci sont sans cesse ré-adaptés et améliorés à mesure que les études en cours apportent de nouvelles données.

70Aussi se bornera-t-on à signaler : en Tripolitaine, les premiers pas de la mise en valeur de la plaine de la Jefara, avec la préparation de larges bandes à la céréaliculture, et l’aménagement de quelques-uns des wadis ; la bonification de la région marécageuse de Tawargha ; au Fezzan, la réfection des vieilles palmeraies et la recherche d’emplacements favorables à l’implantation de nouvelles zones de culture irriguée ; au fond du golfe de Syrte, sur une côte pré-désertique balayée par le vent et le sable, la naissance d’une expérience d’arboriculture irriguée à partir de la nappe phréatique (2 000 ha). A l’est, le vaste plan de développement du Djebel Akhdar, dont la réalisation est déjà bien avancée : il se propose de consacrer à la céréaliculture, à l’arboriculture et aux pâturages artificiels un million et demi d’hectares de plateau, de steppe et de vallées ; plus loin, à l’est de Tobrouk, près du littoral, l’aménagement de vingt-cinq wadis permettra d’introduire quelques îlots d’agriculture dans une région qui ne connaît que la céréaliculture irrégulière et mouvante des Bédouins. Enfin, au cœur du désert libyque, le projet-pilote « Koufra-Sarîr », qui est en voie de gagner à l’agriculture des dizaines de milliers d’hectares de sable.

71Plus significative qu’un bilan, une illustration de ces réalisations peut être donnée à partir de deux exemples parmi les plus représentatifs. Dans le Djebel Akhdar, le plan dépasse de beaucoup tout ce qui avait été fait ou projeté par le pouvoir colonial, même dans la riche plaine d’Al-Marj (Barce) : pour celle-ci, donc, 25 000 ha partagés en exploitations de 80 ha à la fois céréalières et arboricoles ; sur la partie la plus élevée et la plus arrosée du plateau, des exploitations de 25 ha font la plus belle part aux arbres fruitiers ; au sud-ouest, la grande plaine d’Al-Abiar, favorable à la céréaliculture, s’apprête à recevoir ses fermes ; ailleurs aussi, des taches de verdure encore modestes qui vont progressivement s’élargir... Quant aux régions plus déshéritées du piémont méridional, larges fonds de vallées et steppes, elles vont s’ouvrir à l’expérience nouvelle du « corraling » : des dizaines de milliers d’hectares ont commencé d’être clôturés, labourés, amendés et semés, en mobilisant les techniques les plus avancées, y compris l’avion. Le sâhel de Benghazi à Toukra, qui ne connaissait que quelques cultures maraîchères et de minuscules palmeraies, est en grande partie clôturé, défoncé et préparé pour le pâturage et, sur quelques points, la reforestation. En de nombreux endroits où l’herbe est déjà haute, la prudence des responsables en a encore retardé l’ouverture aux troupeaux : en effet, la modernisation de l’élevage est inséparable de la mise en défense des sols et de l’amélioration des pâturages, aussi s’agit-il de s’assurer de la résistance de la nouvelle couverture végétale et de l’acclimatation des espèces introduites. Partout, la question de l’eau est primordiale : inventaire des ressources, études hydrologiques, forages, équipement en motopompes, remise en état des centaines de citernes séculaires, le mouvement amorcé sous la monarchie connaît une progression d’une autre ampleur dorénavant.

72Quel est le statut de ces nouvelles exploitations ? Si toutes ses modalités ne sont pas encore au point à ce stade, l’objectif essentiel est connu : il est de favoriser l’accession à la propriété du maximum d’habitants des régions concernées (ce qui exclut le recours à l’immigration), à travers une sélection et une période de mise à l’épreuve. De la même façon, les troupeaux auxquels sont destinés les nouveaux pâturages sont ceux des seuls éleveurs traditionnels ; seront cependant écartés les chèvres, de peu de rapport, et les chameaux, à l’appétit trop robuste. Des garanties sont prises contre l’accaparement des terres : l’activité du futur propriétaire doit être exclusivement agricole, les propriétés ne pourront dépasser la taille qu’a fixée le plan pour chaque région. Tous ces aménagements sont rendus possibles par la décision du gouvernement républicain de ne plus reconnaître les anciens « territoires tribaux » et de les rattacher au domaine public. Des compensations sont prévues pour les parcelles défrichées ou remises en culture après le départ des colons italiens, quand elles ne peuvent pas être intégrées telles quelles, ou avec leur exploitant, dans le plan. Le rôle de l’État est donc d’assurer la base juridique, l’investissement et l’encadrement nécessaires au succès de l’entreprise. L’effort d’équipement est déjà spectaculaire : habitat moderne, clôtures et forages, électrification, mécanisation transforment le paysage. Avec la transformation des mentalités, certes plus lente à venir, c’est vers une véritable révolution qualitative du monde rural que marche la Libye.

73A l’autre bout du pays, en plein Sahara, une expérience totalement différente est en cours. Elle est née dans le groupe d’oasis de Koufra, à Al-Jawf, la principale d’entre elles. Au lieu de pétrole on y découvrit, dans les dernières années de l’ancien régime, de l’eau, une énorme poche de sable (en fait, un bassin de sédimentation dont il n’est pas encore assuré qu’il soit en continuité avec la série de bassins également aquifères qui se succèdent jusqu’au golfe de Syrte [53]) imbibée d’eau jusqu’à plus de 8 000 m de profondeur, affleurante au niveau de la palmeraie : il était possible d’imaginer l’irrigation du désert. Le nouveau régime choisit de donner une grande extension à l’entreprise, en adoptant un procédé d’irrigation révolutionnaire : une aspersion par pivot déterminant des cercles de culture de cent hectares. En 1972, cent de ces cercles, soit 10 000 ha, étaient équipés. Toute la production (luzerne et céréales) est destinée à l’alimentation du mouton. Cette ferme expérimentale est en fait une bergerie géante : en 1978, on compte atteindre le chiffre de 200 000 brebis, produisant chaque année 260 000 jeunes animaux destinés à l’abattage, qu’évacueront des avions frigorifiques.

74Cette ferme d’État peut-elle provoquer un effondrement des cours préjudiciable aux éleveurs bédouins ? Il est vrai que face à un troupeau ovin évalué en 1969, sur le plan national, à deux millions de têtes (chiffre qui a sans doute augmenté depuis), elle en atteindra alors près du dixième ; par ailleurs, l’abattage officiel, toujours en 1969, se montant à plus de 800 000 têtes, le chiffre prévu à Koufra pour 1978 en constituerait près du quart. Cependant, la consommation de viande de mouton augmente à un rythme bien supérieur, rendant nécessaire une importation toujours accrue (un demi-million de têtes en 1968, 600 à 700 000 en 1971) : c’est celle-ci qui sera freinée par le développement du projet de Koufra.

75On compte reproduire l’expérience, avec le même système d’irrigation, dans la région : à Al-Jawf encore, puis à Tazerbou et, à 400 km plus au nord, à Sarîr. Avec ce dernier, dans le désert absolu mais à proximité des puits de pétrole, c’est un complexe agro-industriel qui est cette fois en préparation : la production, céréalière uniquement, sera transformée sur place, grâce à la source d’énergie voisine et à une automation poussée, en farines, pâtes et nourriture pour bétail. Complémentairement, enfin, à ces entreprises d’État, sont créées des « entreprises de peuplement » destinées à favoriser l’essor de la population des oasis en la regroupant et en mettant à sa disposition des petites exploitations maraîchères et arboricoles tout équipées (autour de 10 ha) : près de mille à Al-Jawf, et autant à Jaloû.

76« Djebel Akhdar », « Koufra-Sarîr », ces réalisations sont la meilleure expression du défi que lancent des hommes neufs aux conditions naturelles et historiques qui ont pesé séculairement sur le destin agricole du pays. Développer, par des moyens et à une échelle sans précédent dans l’histoire du pays, une production agricole qui puisse couvrir ses besoins ; y enraciner une population rurale, hier encore largement pastorale ; promouvoir l’une par l’autre, et fonder ainsi un nouvel équilibre social, outre qu’économique, de la nation : l’avenir de la société rurale s’inscrit tout entier dans ce projet, car la maigre agriculture traditionnelle ne pourra fournir la base d’un développement autonome. La volonté politique et les moyens financiers étant assurés, c’est le problème des hommes qui sera déterminant. La Libye n’aura son agriculture que si elle réussit à inventer une paysannerie.

Auteurs

Assistant de Sociologie, Paris.

C.N.R.S., Paris.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable