Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Lybie nouvelle

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

II. — Idéologie et politique

La politique étrangère libyenne

William Zartman et Aureliano Buendia

Texte intégral

  • * New York University.

1Note portant sur l’auteur*

  • City University of New York.

2Note portant sur l’auteur

3Comme tout autre pays, la Libye mène une politique étrangère formée de la conjonction entre les buts à atteindre et les moyens pour y parvenir, entre l’intérêt national et le pouvoir national. En Libye, ces intérêts trouvent leur expression dans une idéologie, cohérente mais en voie d’évolution, développée dans les discours de son président Mou‘ammar el-Qaddhâfî et de son équipe d’Officiers libres unitaires. Comme cette idéologie est expansive et que les moyens du pays sont plutôt réduits, la nécessité apparaît d’accroître le pouvoir national et d’étendre ses bases. Le principal moyen utilisé pour y parvenir a été de rechercher l’unité avec d’autres pays arabes, dans les limites prescrites par l’idéologie. Les volte-faces apparentes de la politique étrangère libyenne trouvent leur explication dans cette poursuite simultanée des fins et des moyens.

4Néanmoins, dès le début de la Révolution du 1er septembre 1969, certains aspects de la politique étrangère libyenne ont été bien établis. D’un côté sa réputation de « Robin des Bois » parmi les nations montre la Libye comme un pays qui veut réviser le système politique mondial. D’un autre côté, elle se trouve dotée de puissantes capacités grâce à ses réserves de pétrole et d’argent. Enfin, elle a un champ d’action et d’intérêt relativement limité, ce qui lui permet d’éviter les contradictions d’une stratégie globale qui embarrassent d’autres pays plus puissants.

5Cependant, il ne faut pas croire que la Libye, pas plus qu’un autre pays, puisse agir en toute liberté. Dans son action, elle rencontre des adversaires, et aussi des amis concurrents. Sa politique étrangère est donc faite à la fois de facteurs internes — intérêts et pouvoir en voie de développement — et de réactions extérieures dans un processus de formation continuelle, avec un contenu purement (et à certains égards historiquement) libyen, insolite et inopiné mais compréhensible.

I. — DECOLONISATION ET LIBERTE D’ACTION

6Puisque nous cherchons à comprendre la politique étrangère de la Libye et pas seulement ses relations étrangères (i.e., nous essaierons d’expliquer et de rendre compréhensible un processus humain de souhaits et d’actions, de fins et de moyens, de défis et de réactions, etc.), nous essaierons de trouver ce qui a été fait pour décoloniser, diversifier et multiplier les voies de la liberté d’action, plutôt que de décrire simplement des événements passés. Il y a pourtant des relations évidentes entre les deux. Tout d’abord, l’expérience coloniale même de la Libye fut le fait de plusieurs colonisateurs. Après une trentaine d’années de domination italienne que précédait déjà une longue domination étrangère, la Libye fut placée sous la tutelle de la France et de l’Angleterre sous l’égide de l’O.N.U., l’instance la plus multilatérale de toutes, et reçut son indépendance sous ses auspices. Pendant les deux décennies d’indépendance qui s’écoulèrent sous la monarchie on a pu constater que son commerce extérieur était plus diversifié que celui de ses voisins ; plusieurs pays étrangers y avaient des bases militaires et ses sources d’approvisionnement militaires étaient plus variées que le reste du monde arabe. Si cette situation aide à expliquer la modération de la politique étrangère de la monarchie, elle n’explique guère la direction prise par le régime successeur. Cependant, elle montre à quel point les différents secteurs étrangers étaient vulnérables, une fois que la décision fut prise d’éliminer toute restriction possible sur la souveraineté et d’accroître la liberté d’action de la Libye.

7L’orientation vers l’extérieur est l’un des traits principaux de la révolution libyenne. Ceci n’est pas surprenant étant donnée la longue histoire de domination du pays par des puissances étrangères et, même après son indépendance, par des firmes multinationales étrangères ; en plus elle a soudainement reçu des moyens, fournis par ses richesses pétrolières, et des fins, définies par une idéologie façonnée dans un monde arabe qui a été secoué à plusieurs reprises par des mouvements de nationalisme et d’unification et frustré par des échecs humiliants dans sa lutte contre l’impérialisme et le sionisme. L’origine du radicalisme de Qaddhâfî et de ses compagnons peut être localisée dans les années 50, quand ils commençaient à peine leurs études secondaires. Cette période a connu la lutte anti-coloniale des pays du Maghreb et, ce qui est peut-être plus important pour les Libyens orientés plutôt vers le Machreq, l’invasion de l’Égypte en 1956, événement qui fut à la fois un défi au président Nasser et une consolidation de son pouvoir, et qui mit en évidence la collusion entre Israël et les puissances coloniales occidentales.

8Malgré ces événements, la politique étrangère du roi Idris est demeurée pro-occidentale ; en effet la Libye dépendait presqu’entièrement de la Grande-Bretagne et des États-Unis pour sa survivance économique et sa stabilité politique. Cette relation fut scellée par le traité d’alliance signé avec l’Angleterre le 29 juillet 1953 et par un accord conclu avec les États-Unis le 24 décembre 1951 [1] permettant aux deux puissances d’établir des bases militaires en Libye (Idris Field près de Tripoli et El-Adem près de Tobrouq pour l’Angleterre, Wheelus Field pour les États-Unis). Les relations libyennes avec les autres puissances occidentales continuèrent à être cordiales, bien que le gouvernement libyen ait réussi à réduire la présence militaire française du Fezzan à quelques troupes seulement.

9Ces relations étroites avec l’Occident deviendront une source de tension entre la Libye et l’Égypte à la suite de l’attaque de Suez. Vis-à-vis du reste du monde arabe, le gouvernement royal adopta une attitude ambivalente, appuyant d’une manière générale le nationalisme arabe mais se méfiant de certains mouvements. Ainsi, le mouvement pour l’indépendance et l’unité de l’Afrique du Nord reçut son aide ; la pénétration étrangère au Moyen-Orient fut déplorée ; mais quand la monarchie iraquienne pro-anglaise fut renversée en 1958, le gouvernement libyen se mit en deuil pour la mort du roi et se montra peu disposé à reconnaître le nouveau régime. Cette attitude coïncida avec l’arrivée de nouvelles troupes anglaises en Cyrénaïque pour renforcer les unités anglaises en conformité avec les termes du traité anglo-libyen.

10La même ambivalence a caractérisé la politique libyenne en ce qui concerne le Mouvement pour l’unité africaine. Des délégations libyennes ont ainsi participé aux deux conférences opposées de Casablanca et de Monrovia en 1961. Quand l’O.U.A. fut créée en 1963, les représentants libyens assistèrent à ses conférences et accordèrent leur soutien aux résolutions non controversées.

11L’orientation occidentale de la Libye se manifesta plus ouvertement encore sous forme d’appels réguliers pour l’assistance économique de pays tels que la Grande-Bretagne, les U.S.A., l’Italie et l’Allemagne fédérale en échange de liens multiples avec ces pays. Ainsi, quand le vice-président Nixon présenta aux Libyens la doctrine Eisenhower, ceux-ci l’acceptèrent aisément ; un accord généreux de la part de la Libye fut conclu avec l’Italie concernant 15 000 colons et des 30 000 propriétaires urbains qui continuaient à occuper leurs propriétés.

12Sur le plan interne, les dix premières années d’indépendance furent caractérisées par des intrigues de palais, un gouvernement instable, un parlement impuissant, une fédération incertaine et l’oligarchie au pouvoir [22, 68].

13Ce fut donc dans cette ambiance, à laquelle il faut ajouter l’influence des courants du nationalisme et la frustration du monde arabe, que les futurs leaders libyens ont passé leur jeunesse. Dès 1959, dans les écoles secondaires, Qaddhâfî et ses amis discutaient de la future révolution, mais à cette époque, leurs visions n’étaient que des rêves, selon Qaddhâfî lui-même.

14Leur orientation vers l’extérieur, après la prise du pouvoir, peut être expliquée par leur propre analyse des forces historiques aussi bien que des causes immédiates de la révolution. Selon Qaddhâfî, « La Libye, en particulier, et la région arabe, en général, ont été soumises à de longs siècles d’injustice, d’oppression et d’esclavage par l’occupation étrangère, de sous-développement social lié aux pouvoirs réactionnaires et de régionalisme imposé par la force ». Parmi les causes plus immédiates, il a noté en particulier « la défaite amère des peuples arabes en juin 1967, l’incendie de la mosquée al-’Aqsâ qui a secoué violemment le peuple arabe, puisqu’elle représente le poids de l’Islam et le lieu de naissance de l’appel islamique au monde entier » (14 octobre 1959).

15Pour Qaddhâfî, la révolution libyenne n’était que « la première étincelle d’une grande révolution historique » qui allait envahir totalement le monde arabe ; « [elle] confirma au monde entier que la liberté de l’homme arabe est une totalité intégrale et que la terre arabe des montagnes de la chère Syrie jusqu’à l’étendue des côtes nord-africaines forme un seul territoire qui fut transformé en quelques instants en un seul front. Elle a aussi effectivement prouvé que l’unité arabe a des racines profondes dans les coeurs des Arabes et que cette unité est un fait incontestable... Mais la liberté de l’homme arabe en Libye demeurera incomplète tant que l’homme arabe partout ailleurs dans le grand monde arabe ne sera pas libéré » (16 octobre 1969) [93, 73].

16Le thème de l’unité arabe est répété à maintes reprises par Qaddhâfî. La réalisation de cette unité représente l’un des objectifs principaux de la révolution libyenne. Mais tout d’abord, il faut identifier les obstacles à surmonter, notamment les « forces étrangères », « l’impérialisme », « la réaction », « l’exploitation », « la rétrogression » (takhalluf c’est-à-dire sous-développement), « l’injustice » et « l’ignorance ».

1. L’évacuation des bases étrangères.

17La première action du gouvernement révolutionnaire visait à éliminer les manifestations les plus frappantes de la domination étrangère, c’est-à-dire les bases américaines et anglaises, les résidus du colonialisme italien et les intérêts économiques étrangers.

18En premier lieu, l’évacuation des bases étrangères fut proclamée l’objectif immédiat par le colonel Qaddhâfî en des termes sans équivoque. « L’évacuation est une nécessité absolue », déclara-t-il, ajoutant que les Libyens n’accepteront « ni bases, ni étrangers, ni impérialisme... ni des solutions partielles » (16 octobre 1969). Mais l’intention déclarée d’employer la force si nécessaire fut tempérée par une approche prudente vers des négociations et par un appel public aux peuples anglais et américain leur rappelant leurs propres luttes victorieuses pour l’indépendance et demandant leur compréhension envers la position libyenne.

19En fait, à la surprise des dirigeants libyens, la Grande-Bretagne et les États-Unis n’offrirent aucune résistance aux demandes libyennes. Les anciens accords, qui devaient durer 20 ans, approchaient de leur échance : 1971 pour les États-Unis et 1973 pour l’Angleterre. Du point de vue économique, les revenus pétroliers permirent aux Libyens de réaliser une balance commerciale favorable dès 1963, réduisant ainsi le besoin économique qui avait justifié, en partie, ces anciens accords. En outre, le gouvernement du roi Idris avait commencé à exercer quelque pression sur les Américains et les Anglais dès le début des années 1960 en vue de hâter leur évacuation, à la suite des critiques de Nasser en 1964 (critiques qui fallirent provoquer l’abdication du Roi, qui refusait de rompre les accords anglo-libyens). En août 1964, la Grande-Bretagne avait accepté le principe de l’évacuation et dès le début de l’année 1966, toutes les forces britanniques furent retirées de la Tripolitaine. Mais le statut des troupes stationnées à Benghazi, à El-Adem, et à Tobrouq demeurait incertain. Des discussions furent entamées pour Wheelus Field, mais les Américains n’étaient pas particulièrement pressés d’accéder aux désirs de la monarchie. La guerre de juin 1967 donna lieu à de nouvelles pressions sur le gouvernement libyen, ce qui amena une autre série de négociations avec les Anglais qui aboutit à un « accord partiel » dont la nature exacte n’était pas claire, sauf pour l’acceptation, une fois de plus, du principe d’évacuation totale par la Grande-Bretagne. Des discussions semblables eurent lieu avec les Américains, aboutissant à un plan préliminaire d’évacuation, sans toutefois préciser les délais. La politique du gouvernement monarchique semblait donc vouloir apaiser les critiques pendant les périodes de tension et de pression, et exprimait ses revendications sur un ton belliqueux tout en négociant des accords plus favorables aux demandes libyennes. Mais, une fois la crise passée, ces accords vagues, étaient mis en attente.

20Après le 1er septembre 1969, le gouvernement libyen révolutionnaire n’ayant plus besoin qu’on fit pression sur lui, passa à l’action, et, le 7 novembre 1969, la Grande-Bretagne accepta de retirer ses forces, suivie par les États-Unis le 19 novembre. Le 23 décembre, les Américains et les Libyens se mirent d’accord pour le mois de juin 1970 dernier délai pour l’évacuation totale de Wheelus Fied, qui fut réalisée en janvier 1970 avec six mois d’avance. Les deux bases aériennes anglaises furent remises aux Libyens le 31 mars, marquant ainsi la fin de l’occupation étrangère. L’événement fut célébré par des festivités auxquelles participèrent presque tous les chefs d’État ou de gouvernement arabes. La décision anglo-américaine était sans doute politique, et prise dans l’espoir d’établir de meilleures relations avec le nouveau régime car la décision militaire concernant l’utilité des bases avait déjà été tranchée par les Anglo-Saxons dans le sens de l’abandon. Pour la Libye, l’élimination rapide des bases étrangères servit à la fois à démontrer la capacité du gouvernement révolutionnaire de réaliser ses promesses et de liquider un obstacle majeur à sa liberté d’action.

2. Récupération du patrimoine national.

21Le deuxième volet du programme révolutionnaire du C.C.R. visait à l’élimination des résidus de la colonisation italienne et à la récupération de la propriété étrangère, notamment anglaise et américaine. La situation des quelque 50 000 colons italiens et de leurs biens, concentrés en Tripolitaine, était très précaire, à cause du mode de colonisation italienne, de la condition des terres colonisées, de l’imprécision des garanties accordées par l’O.N.U. ou par le gouvernement italien, et enfin, à cause des changements économiques qui suivirent la découverte du pétrole [98].

22L’accord de Darna (2 octobre 1956) que nous avons déjà évoqué, assura la continuation de l’aide du gouvernement italien aux colons, leur permettant d’obtenir les droits de propriété des terres qu’ils cultivaient et le droit de vendre leurs biens et de transférer le produit de vente en Italie si ces transactions étaient terminées avant 1960.

23La stabilité et la prospérité relative dont jouissait la colonie italienne commencèrent à se détériorer vers la fin des années 1950. Après la découverte du pétrole, la dépendance libyenne des exportations agricoles diminua tandis que les prix des produits fabriqués importés montaient en flèche. En même temps, la découverte de nouvelles richesses pétrolières, ajoutée au nouvel élan du nationalisme libyen à la suite de l’attaque de Suez et de la campagne anti-impérialiste de Nasser, amena des restrictions légales sur les droits des étrangers à acheter des biens immobiliers ou de s’engager dans certaines activités professionnelles et commerciales ; ces restrictions furent suivies de la nationalisation à 51 % de trois banques étrangères.

24Dès leur arrivée au pouvoir, les Officiers libres prirent des décisions en vue d’accélérer ce processus. Ils ont ainsi « libyanisé » toutes les banques étrangères à 51 % le 13 novembre 1969 pour ensuite les nationaliser totalement avec indemnisation le 22 décembre 1970 [5]. Ces mesures furent accompagnées par l’interdiction faite aux ressortissants italiens de vendre leurs propriétés sans autorisation préalable du ministère de la Justice et par la limitation de la quantité d’argent qu’ils pouvaient rapatrier chez eux.

25En dépit de ces signes l’annonce faite à la radio par le colonel Qaddhâfî le 21 juillet 1970 concernant la confiscation immédiate de tous les biens italiens fut une surprise brutale pour la colonie italienne, d’autant plus qu’aucune contrepartie n’était prévue. En effet, comme le chef de l’État libyen l’a expliqué, « les indemnités seront payées après que le gouvernement libyen aura récupéré les pertes subies durant la période de la colonisation italienne de 1911 à la fin de la deuxième guerre mondiale ». Les biens récupérés comprenaient 20 000 hectares en plus d’autres propriétés dont la valeur fut estimée à environ 200 milliards de lires. En outre, les écoles et instituts privés italiens furent également confisqués, tandis que les permis de séjour des travailleurs italiens n’étaient renouvelés que dans des cas exceptionnels. Le 3 août, le gouvernement libyen informa les ressortissants italiens qu’ils n’avaient plus le droit de procéder à des transactions sur le territoire national.

26Ces mesures draconiennes amenèrent quelque 12 000 résidents italiens à quitter la Libye. Pourtant la réaction du gouvernement italien fut modérée. Des protestations d’usage furent adressées au gouvernement libyen, lui rappelant ses obligations conformément aux termes de la résolution de l’O.N.U. et de l’accord de Darna. Mais elles furent systématiquement rejetées par les dirigeants libyens sans provoquer aucune mesure de rétorsion.

27Cette attitude peut être comprise dans le contexte des relations économiques importantes liant les deux pays et des efforts incessants du gouvernement italien pour améliorer ses relations avec le monde arabe. Sur le plan économique, l’Italie importait un quart de ses besoins en pétrole à partir de la Libye qui était aussi l’un des plus grands acheteurs de ses exportations totales (deuxième après l’Allemagne fédérale). Dans ces conditions, on peut se demander quelle mesure de rétorsion aurait pu employer l’Italie et de quels moyens elle aurait pu disposer pour entreprendre une action de cette sorte qui risquait d’être trop coûteuse. En particulier, les besoins de l’Italie en pétrole étaient satisfaits pour plus de 90 % par les pays arabes (Libye, Koweït, Irak, Arabie Saoudite). Le ministre italien des Affaires étrangères essaya de minimiser la crise en déclarant que la révolution libyenne doit être comprise dans le contexte des réalités de l’ère post-coloniale qu’il décrit comme « une nouvelle phase de l’histoire du monde et des relations internationales », et en caractérisant l’action libyenne « d’épisode isolé qui ne doit pas troubler la politique de collaboration avec les pays arabes ».

28Ainsi, les dirigeants libyens avaient une fois de plus démontré qu’ils pouvaient réaliser un objectif important qui augmentait à la fois leur popularité aux yeux des Libyens et leur liberté d’action à l’extérieur en réduisant leur dépendance vis-à-vis de l’Italie, sans coût apparent.

3. Changement des sources d’approvisionnement en armes.

29Pendant les négociations sur l’évacuation et la décolonisation les dirigeants libyens étaient activement engagés dans la recherche de nouvelles sources d’approvisionnement en armes, et ceci, avec le même soin qui caractérisait le programme de libération et de récupération du patrimoine national. Avant la révolution, la Grande-Bretagne était le principal fournisseur d’armes ; des commandes importantes de chars « Chieftain » passées par le gouvernement du roi Idris n’avaient pas encore été livrées. De même, des négociations étaient en progrès avec la firme British Aircraft pour l’achat de matériel de défense aérienne. Mais la détérioration rapide des relations entre les deux pays qui s’exprima par des démonstrations anti-anglaises et des demandes d’évacuation, amena l’annulation de plusieurs contrats, notamment des commandes de missiles sol-air, de chars et de matériel de défense aérienne.

30Simultanément, vers la fin de 1969, les Libyens engagèrent des négociations secrètes avec la France qui allait devenir leur nouveau fournisseur d’armes. En janvier 1970, la Libye conclut un accord pour recevoir une trentaine de « Mirage III-E » intercepteurs, une vingtaine de « Mirage III B et R » d’entraînement et une cinquantaine de « Mirage 5 » d’attaque, soit 109 avions au total qui devaient être livrés entre 1971 et 1973, ainsi que deux cents chars AMX. En outre, les Français étaient prêts à assurer le maintien et le fonctionnement des bases aériennes qui allaient être évacuées par les Anglais et les Américains. L’accord contenait une interdiction de céder les avions à une troisième partie.

31La décision des dirigeants libyens de se tourner vers la France pour son équipement militaire fut un coup habile de navigation diplomatique. Leur stratégie, qui risquait d’inciter l’antagonisme des États-Unis et de la Grande-Bretagne, était basée sur les différends de plus en plus évidents entre la France et ses alliés au sein de l’O.T.A.N., surtout en ce qui concernait leur politique au Moyen-Orient. Mais, en même temps, la France était un membre dissident de l’O.T.A.N. et non pas un ennemi de l’Occident comme la Tchécoslovaquie ou l’Union soviétique ; le changement était peut-être un camouflet mais pas une blessure.

32En face d’une offre d’avions soviétiques Mig à un prix défiant toute concurrence, la réaction libyenne fut de refuser. Elle ne voulait pas se lancer dans les bras de l’U.R.S.S. que Qaddhâfî avait appelée une fois « la meilleure amie des Arabes » (9 novembre 1969). C’était certes pour des considérations idéologiques (cf. l’article de Hervé Bleuchot) mais aussi pour des raisons stratégiques : dépendre de l’Union soviétique pour une fourniture d’armes pouvait constituer une limite sérieuse aux options libyennes en politique étrangère, comme le montra le cas de l’Égypte, et allait à l’encontre de la volonté de recherche du degré maximum de liberté d’action. L’un des inconvénients de cette stratégie pourrait être l’absence de protection russe en cas de conflit sérieux avec les puissances occidentales. Dans leur lutte contre ces pays, les Libyens ne peuvent compter que sur leur habileté à exploiter les faiblesses et les divisions qui caractérisent les relations des pays industrialisés et les compagnies pétrolières.

33Toutes ces raisons qui jouèrent au début de la révolution, allaient se présenter différemment cinq ans plus tard, au moment où le commandant Jalloud, à l’issue d’un voyage inopiné à Moscou, signa un contrat de 10 millions de francs pour l’achat d’armes soviétiques (mai 1974). Le chemin de Moscou passe par Le Caire, il est vrai. Mais, pour comprendre le retournement de la politique libyenne, il nous faut exposer quelques autres faits.

4. Stabilité des relations commerciales.

34Avant la révolution du 1er septembre, le commerce extérieur de la Libye était orienté, pour la plupart, vers les marchés européens. L’Italie et la Grande-Bretagne fournissaient plus de 50 % des importations libyennes non militaires et achetaient la même proportion de ses exportations [158, 142]. Les importations étaient surtout composées de produits agricoles (céréales, thé, fruits et légumes, sucre, etc.), de produits industriels et de machines lourdes, tandis que les exportations comprenaient de l’huile d’olive, des dattes, du poisson frais et en conserve, de la laine, des peaux et cuirs. L’Allemagne fédérale était classée au troisième rang (15 à 20 %) suivie de la France, la Hollande et les États-Unis (5 à 7 %). Le commerce libyen avec le monde arabe, y compris les pays du Maghreb, était insignifiant, bien que l’Égypte, la Tunisie et le Liban aient joui d’un certain nombre d’accords bilatéraux (concernant au total, quelque 10 % des importations libyennes).

35Dès le début des années 1960, les exportations de pétrole prenaient un essor continu et rapide, atteignant 98,7 % des exportations totales libyennes en 1963 et 99,8 % en 1969. Les exportations non pétrolières continuèrent vers les pays du Marché commun, même après la révolution. De toute façon, leur volume et leur valeur monétaire étaient tellement faibles (environ 2 milliards de dinars libyens par an) qu’un changement de leur destination selon les lignes tracées par la nouvelle idéologie n’aurait eu aucun effet. Par contre, il y a une dépendance réelle de la part de l’Europe envers le pétrole libyen, qui représentait 31 % des importations européennes de pétrole l’année de la révolution.

(Millions de Dinars libyens)
Dec. 1973 : 1 LD = 3,38 U.S. $ = 15,8 F. Frs

(Millions de Dinars libyens)Dec. 1973 : 1 LD = 3,38 U.S. $ = 15,8 F. Frs

Source : International Financial Statistics
Vol. XXIII, No. 3, March 1970, p. 200
Vol. XXVII, No. 3, March 1974, p. 230

36En ce qui concerne les importations, la politique libyenne subit peu de changements après la révolution. Ainsi, en 1971 par exemple, la composition des importations était la suivante : 22 % en produits alimentaires et 53 % en produits manufacturés et machines lourdes, c’est-à-dire les mêmes proportions environ que celles de la période pré-révolutionnaire. Ces résultats peuvent paraître surprenant dans le contexte du programme révolutionnaire qui prévoyait une accélération de l’industrialisation du pays, mais ils reflètent la capacité limitée de la Libye pour un développement économique rapide (manque de ressources humaines et matérielles).

37De même, il y eut peu de changements dans le classement des pays fournisseurs qui furent en 1971 : Italie = 22,5 %, Grande-Bretagne = 10 %, Allemagne fédérale = 9 %, France = 8,4 %, États-Unis = 7,2 %, suivis par le Japon, la Tunisie, la Hollande, le Liban, la Chine et la Roumanie. Les pays membres de la Communauté européenne continuèrent à dominer le marché avec 54 % des importations totales. Seule l’apparition de la Chine populaire et de la Roumanie (environ 3 % pour chaque pays) sembla indiquer un effort libyen de diversification des sources d’importations. Les changements importants qui avaient commencé au lendemain de la révolution — les échanges avec la France, augmentèrent de plus de 30 % pendant la seule première année — n’ont pu être maintenus par la suite. La proportion française du commerce libyen subit peu de modification. Ceci était dû d’abord au fait que la Libye avait augmenté son commerce en valeur absolue avec d’autres pays de la Communauté européenne, et aussi au fait que les nombreux plans préparés par des sociétés françaises en vue d’investir dans des projets concernant le pétrole, l’agriculture, les ressources minières, l’industrie, les communications, l’habitat et l’aviation civile, restèrent en attente. Pour expliquer ce fait, on peut évoquer le manque de dynamisme des sociétés françaises et les prix trop élevés de leurs produits, qui les rendent peu compétitives sur le marché mondial des appels d’offres (une procédure habituelle chez les Libyens).

38Le manque de changements substantiels dans les relations commerciales de la Libye révèle des limites inhérentes à la structure économique et aux ressources du pays. Néanmoins, on peut discerner dans la stratégie de développement adoptée par le gouvernement des efforts sérieux visant à libérer l’économie libyenne de la domination étrangère et à intégrer le secteur pétrolier dans la structure nationale. Si ces objectifs parviennent à être réalisés, le gouvernement libyen aura accompli un véritable renversement de la politique du régime précédent qui s’était montré incapable de sortir la Libye du sous-développement.

39En somme, grâce à une campagne de libération vigoureuse et à des réserves économiques solides, le gouvernement révolutionnaire a pu mener rapidement à terme la politique d’indépendance que le gouvernement monarchique n’avait oser commencer que très timidement malgré les pressions multiples. La rapidité avec laquelle cette libération politique, militaire et économique fut accomplie était due à l’emprise peu profonde d’une colonisation plaquée sur la société libyenne et d’une dépendance dont ne profitait que l’élite. Mais dans un monde interdépendant, l’indépendance ne peut être totale et autarcique, et les dirigeants libyens semblent bien s’en rendre compte. Il leur a donc été possible d’éliminer complètement des implantations militaires et économiques étrangères, mais pas l’approvisionnement étranger d’armes qu’ils n’ont pu que réorienter et diversifier, tandis que l’approvisionnement de produits commerciaux n’a guère été modifié. Néanmoins, à rencontre de beaucoup d’autres pays du Tiers-Monde, cette indépendance fut acquise sans conclure des « pactes avec le diable », c’est-à-dire des traités d’amitié encombrants avec l’Union soviétique ou des accords d’affaires ou militaires avec les États-Unis. Qaddhâfî n’a pas manqué de reprocher ces imprudences à l’Irak et à la Syrie ou à l’Arabie Saoudite et à la Jordanie.

II. — L’UNITÉ ARABE : UNE FIN OU UN MOYEN ?

40Toute tentative de démêler les fins et les moyens de la révolution libyenne ou de déterminer l’importance relative des différents buts s’avère difficile car les dirigeants libyens eux-mêmes dans leurs discours mélangent les grands objectifs à atteindre avec des buts plus immédiats. Mais pour bien comprendre leur politique étrangère, il faut identifier les principes directeurs de cette révolution et évaluer la place tenue par l’unité arabe, à la fois comme une fin en soi et comme un moyen vers d’autres objectifs. L’indépendance, le développement et l’unité paraissent souvent comme les triples buts des nouveaux États africains en général.

41Les objectifs avoués de la révolution libyenne sont souvent exprimés dans des termes pan-arabes, où la Libye se trouve dans une position d’avant-garde. Qaddhâfî et Jalloud se donnent en outre la peine d’expliquer leurs propres formules de liberté, de socialisme et d’unité, afin de montrer le rapport intime entre l’accomplissement de ces objectifs en Libye et leur réalisation dans les pays arabes, ou plus précisément la nécessité de les réaliser partout dans le monde arabe, seul moyen de les rendre viables en Libye. Le colonel Qaddhâfî dit que la liberté et le socialisme passent par l’unité. « L’unité est une nécessité absolue pour la protection du peuple arabe de ses ennemis... pour la défense des réalisations du peuple arabe et de la liberté et du socialisme... Elle est le fondement sûr et la base solide d’où surgiront les grandes masses du peuple arabe afin de libérer la terre sainte arabe et d’émanciper ce que l’ennemi a usurpé par l’agression » (16 septembre 1969).

42Une étude des discours des Officiers libres libyens montre que l’ordre d’importance et la signification même des mots liberté, socialisme et unité peut varier selon le niveau d’abstraction de l’allocution, selon l’assistance, et selon les événements qui précèdent le discours. Néanmoins, on peut distinguer grosso modo entre les objectifs à long terme de la révolution et les buts de politique étrangère à plus courte échéance. L’objectif le plus ambitieux et donc le plus éloigné est la renaissance d’un monde arabo-musulman unifié, une société animée par un fondamentalisme islamique, autrement dit un type de socialisme non marxiste. Grâce à ses richesses naturelles, son héritage culturel et historique, son étendue géographique, et la suprématie de l’Islam en tant que doctrine compréhensive et force unificatrice, le nouveau monde arabo-musulman est destiné à devenir la troisième voie.

43Il est important de se souvenir de cette vision si l’on veut comprendre la logique sous-jacente au comportement du gouvernement révolutionnaire dans ses rapports avec l’étranger.

44Dans cette perspective, l’unité devient un moyen nécessaire et urgent d’atteindre les objectifs ultimes, la seule condition permettant la libération des terres arabes occupées, la résistance à la domination de l’Occident, et le développement rapide du patrimoine culturel. L’unité arabe a été présentée par Qaddhâfî comme « une nécessité vitale absolue pour la protection du peuple arabe de ses ennemis », « la réponse décisive et historique aux défis d’impérialisme et du sionisme », « le bouclier protecteur des grandes richesses du peuple arabe ». Elle est « profondément enracinée dans la conscience populaire », et l’a été depuis le début des temps, « maintenant entravée seulement par les palais, les trônes, et les frontières artificielles érigées par l’impérialisme et imposées par la force sur le peuple arabe ».

45Les thèmes de ces discours indiquent à la fois le but et la stratégie pour atteindre le but. La réalisation rapide de l’unité arabe est fondée sur la certitude que les masses arabes y aspirent partout avec une ferveur si intense qu’elles répondraient immédiatement à un appel sincère en sa faveur en défonçant les barrières artificiellement dressées. En faisant appel directement aux masses, les Libyens espèrent exercer une pression suffisante sur leurs dirigeants pour surmonter toute opposition sinon ces dirigeants se trouveraient devant les graves conséquences d’une opposition à la volonté populaire. La révolution libyenne devrait déclencher cette volonté étouffée du peuple arabe et c’est donc à cette tâche que les Officiers libres unitaires (comme Qaddhâfî les appelle) se sont consacrés tout de suite après la prise de pouvoir.

1. La Charte quadripartite de Tripoli.

46Influencés dans leur jeunesse par la « Voix des Arabes », Qaddhâfî et ses officiers se tournèrent d’abord vers l’Égypte, toujours considérée comme le centre du nationalisme arabe malgré la défaite de 1967 et séparée de la Libye par une frontière récente et artificielle (1 115 km principalement en ligne droite établie en 1925-26 à travers le désert). Au début, le président Nasser tergiversa, espérant sans doute mobiliser tous les pays arabes dans la lutte contre Israël plutôt que de se lancer dans un troisième projet d’unification plein de bénéfices inconnus et de complications sûres. Mais après l’échec du sommet arabe de Rabat au sujet d’une stratégie pan-arabe contre Israël (20-23 décembre 1969), échec dû en partie au refus de la Syrie, du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie de donner un soutien complet à Nasser, le président égyptien se tourna vers la Libye et entama des discussions avec les dirigeants libyens et soudanais dans le but de créer une alliance solide à trois. Le 27 décembre 1969, Nasser, Qaddhâfî et Gaafar Numeyri (lui-même arrivé au pouvoir au Soudan cette même année par un coup d’État militaire) signèrent la Charte de Tripoli qui donna naissance à un « front révolutionnaire ». Un engagement était pris en vue d’organiser un programme de coopération en matière de politique militaire, étrangère, et économique. Aucune institution ne fut établie au niveau de l’exécutif, mais les trois présidents s’engagèrent à se réunir tous les quatre mois (ce qu’ils firent) afin de poursuivre les objectifs établis. L’accord fut suivi d’une coopération accrue entre les trois pays en matière d’enseignement, de communication, d’agriculture, et d’exploitation des ressources naturelles. Fort de cette initiative, Qaddhâfî partit au Moyen-Orient en août pour arbitrer le désaccord arabe sur les négociations avec Israël, puis le mois suivant le Conseil de commandement de la révolution libyen menaça d’intervenir seul avec l’Algérie dans la guerre entre la Jordanie et les Palestiniens si une conférence de réconciliation n’avait pas heu. La mort de Nasser en septembre 1970 donna un nouvel élan au processus d’unification, à la fois pour concrétiser le rêve du leader défunt et pour légitimer ses successeurs. A la suite d’une réunion de quatre jours au Caire (4-8 novembre 1970), Qaddhâfî, Numeiry et Sadate décidèrent de créer une fédération tripartite qui s’installerait en plusieurs étapes. Les Libyens proposèrent le plan le plus complet, la création presque immédiate d’institutions politiques unifiées avec une échéance maximum de trois ans pour l’unification totale. Mais les Soudanais, troublés au sujet de leur propre unité et de leur propre identité par une rébellion ethnique tenace au sud de leur pays, adoptèrent une position circonspecte ; ils soulignèrent la nécessité de la « libération » économique et politique de chaque pays et l’installation d’un gouvernement stable et démocratique avant toute réalisation de projets d’unification. Les trois se mirent finalement d’accord sur le projet égyptien qui ne précisait pas de date d’unification mais qui comprenait la création d’un certain nombre de comités de planification et de coordination qui seraient coiffés d’une institution politique au sommet. Sur l’insistance de Numeiry on la réduisit à n’être qu’un commandement tripartite unifié.

47La signification de cet accord de transition et de compromis se trouve dans l’importance politique et stratégique de l’axe tripartite au centre du monde arabe. Le projet d’unification devait servir d’étape vers la fédération et créer un noyau qui attirerait d’autres pays arabes vers l’unité totale. La fédération était ouverte à tout pays arabe ; elle reçut l’appui immédiat de Yasser Arafat qui assista à certaines réunions, et trois semaines plus tard, à peine dix jours après un coup d’État militaire en Syrie, le nouveau président Hafez El Assad alla au Caire proclamer l’adhésion de son pays à la Fédération (27 novembre 1970). Trois régimes jeunes, révolutionnaires et militaires se regroupaient donc autour d’un quatrième plus ancien et plus prestigieux.

2. La Fédération tripartite.

48Le Conseil quadripartite des présidents se réunit en janvier et en avril au Caire pour prendre des décisions de politique étrangère et d’unification mais à la fin de la deuxième réunion Numeiry se retira à Khartoum tandis que les trois autres présidents se rendaient à Benghazi. Le 17 avril 1971 ils annoncèrent la formation de l’Union des Républiques arabes (Ittihâd al Jamhouriât al ‘Arabiya, le premier mot étant traduit par « Fédération » en Libye et par « Confédération » en Égypte) entre la Libye, l’Égypte et la Syrie à laquelle adhérerait le Soudan aussitôt que ses problèmes internes seraient résolus. Une fois encore, on souligna le fait que l’Union restait ouverte à tout autre État arabe. Le fait que l’accord fut conclu à Benghazi symbolise l’influence de la Libye, et les thèmes du document constitutionnel reflétèrent son empreinte : « l’unité arabe qui occupe la première place dans le sentiment arabe », « la lutte arabe commune contre le colonialisme et le sionisme, les tendances et les mouvements séparatistes régionaux », « le rôle civilisateur de la nation arabe pour éliminer le sous-développement et l’assujettissement, pour contribuer positivement à hâter le progrès humain », « L’Union adoptera la Chari‘a, loi islamique, comme source principale de sa législation ».

49La proclamation constitutionnelle de l’U.R.A. prévoyait « un seul drapeau, un seul emblème, et un seul hymne national ». Un Conseil présidentiel composé des présidents des pays membres, constituait son instance suprême. Le Conseil élisait son président (qui serait Sadate) pour une durée de deux ans. Une assemblée fédérale de 60 membres (20 de chaque pays) élus pour une durée de quatre ans devait constituer le corps législatif suprême (le texte de la Constitution de trouve dans Maghreb-Machrek, n° 49, janvier-février 1972 et dans l’Annuaire de l’Afrique du Nord, 1971). La dernière étape formelle de l’unification fut prise le 1er septembre 1971 quand la Constitution fut approuvée à la quasi-unanimité par des référendums, dans les trois pays : 99,9 % de oui en Égypte, 98,6 % en Libye et 96,4 % en Syrie.

50La force vive de l’unification, constamment alimentée par les efforts énergiques des Libyens, fut assez puissante pour surmonter le choc causé par le retrait du Soudan. On le vit bien trois mois après : un coup d’État militaire contre Numeiry fut maîtrisé par l’intervention des avions libyens qui forcèrent l’avion civil transportant les dirigeants du coup d’État soudanais à atterrir. Sadate, en défendant l’intervention libyo-égyptienne, déclara que « l’Union a des dents ». Comme Numeiry, Sadate avait utilisé des discussions sur l’unification pour repérer puis écarter ses concurrents et opposants au sein de son équipe. Si l’Union était considérée comme un prolongement de l’esprit de l’unité arabe de Nasser, c’était nettement dans le sens — également nassérien — de l’unité des forces plutôt que l’unité des rangs que Qaddhâfî interpréta son devoir. Tout en soutenant ceux qui étaient d’accord avec leur idée de l’unité, les dirigeants libyens n’hésitèrent pas à attaquer verbalement et même physiquement ceux qu’ils considéraient comme trahissant le contenu spécifique de l’arabisme. Antimonarchistes éprouvés, les Libyens applaudirent les tentatives de coup d’État militaire contre le roi Hassan II du Maroc depuis 1971 et même (selon le Roi) en furent à l’origine ; ils menacèrent d’envahir la Jordanie aux côtés des Syriens et des Palestiniens en 1970 et encouragèrent en 1972 les Jordaniens à se révolter contre le « roi fantoche » ; et ils reprochèrent aux Séoudiens de mener une politique « contre les Arabes » à l’égard d’Israël. Par contre, malgré son désintérêt envers les projets de coopération maghrébine, la Libye garda des rapports cordiaux avec la Tunisie et accorda un soutien discret mais ferme à l’Algérie, qui en avait besoin pendant les négociations pétrolières avec la France et les discussions commerciales au sujet du gaz avec l’Amérique. Le colonel Qaddhâfî critiqua vigoureusement l’Iran de s’être emparé des îles situées près des Emirats dans le détroit d’Hormuz. Dans le monde islamique au-delà des pays arabes, il apporta une aide matérielle aux musulmans en révolte contre leur gouvernement aux Philippines et au Tchad, aux Pakistanais dans leur guerre contre l’Inde, et aux musulmans noirs des États-Unis pour la construction d’une mosquée.

3. La fusion bipartite.

51Mais même au sein des forces unitaires, l’unification ne procéda pas à l’allure voulue. L’Union qui apportait à la Libye entre 100 000 et 150 000 Égyptiens — en principe des cadres et des ouvriers qualifiés avec leurs familles — lui coûtait aussi environ l’équivalent de 600 millions de francs pour l’année 1971-1972 seulement, sans que le vrai but d’unification soit atteint. En février 1972, moins de six mois après la ratification de la Constitution de l’U.R.A., Qaddhâfî soumit à Sadate un projet de « fusion totale » entre les deux pays. Les dirigeants de Tripoli profitaient de la déception de Sadate concernant l’aide soviétique, pour mettre à sa disposition les ressources militaires libyennes, y compris les Mirages français. Le président égyptien demanda une période de cinq mois pour réfléchir. Mais quand l’échéance vint sans apporter une décision de la part de Sadate, Qaddhâfî dévoila publiquement le projet le 23 juillet 1972, en espérant ainsi mobiliser l’opinion publique et forcer la main aux Égyptiens. Les Libyens répondirent avec enthousiasme, la presse se joignant à la rue pour créer une atmosphère d’euphorie ; la presse égyptienne s’exprima avec un peu plus de prudence ; le 2 août Sadate et Qaddhâfî annoncèrent une fusion totale qui devait se réaliser au plus tard le 1er septembre 1973.

52La réaction dans le monde arabe fut partagée entre l’accueil enthousiaste (la Syrie, le Yemen du nord, l’O.L.P.), le scepticisme (le Maroc, la Tunisie, le Liban), et une approbation de principe pour tout mouvement réussi d’unité arabe. Les Égyptiens eux-mêmes semblèrent être divisés entre ceux qui virent d’un bon œil les nets avantages économiques à tirer de l’union et ceux qui flairaient des complications inévitables entre deux idéologies très différentes. Néanmoins, 300 experts libyens et égyptiens travaillèrent en neuf commissions pour mettre au point les détails de l’unification, et le nombre d’Égyptiens en Libye doubla et dépassa 250 000 [113].

53Pendant que les étapes nécessaires pour la fusion se préparaient, Qaddhâfî se lança dans une activité diplomatique intense sur divers fronts. Ses efforts d’unification dans le monde arabe rencontrèrent dans une certaine mesure le succès le 28 novembre 1972, quand il réussit à convaincre les présidents rivaux du Yemen du sud et du nord de se mettre d’accord sur une fusion de leurs deux républiques. Les principes de cette fusion semblèrent être une réplique de ceux de l’Union égypto-libyenne. Un mois plus tard Qaddhâfî s’engagea à soutenir politiquement et financièrement le régime de Tombalbaye au Tchad et à ne plus aider les rebelles arabes à travers la frontière commune, mais en contrepartie le régime tchadien adopta une position beaucoup plus conforme à la stratégie libyenne à l’égard d’Israël et de la France [116, 116 bis].

54Cependant, cette activité de politique étrangère lui créa aussi des problèmes dans ses rapports avec ses meilleurs partenaires. Quelques dirigeants des fedayin palestiniens critiquèrent la Libye pour son faible appui à la cause palestinienne et la défièrent de nationaliser son pétrole. La Syrie, de plus en plus critiquée par Qaddhâfî, se trouva en avril 1973 devant des émeutes confessionnelles qu’elle prétendit financées par la Libye. A la fin de 1972, le Soudan confisqua des avions libyens porteurs d’armes destinées au régime d’Idi Amine en Ouganda, qui avait développé pendant un certain temps des rapports très serrés avec la Libye ; six mois plus tard, les Soudanais impliquèrent des Libyens dans un complot contre le gouvernement de Numeiry et aussi dans l’assassinat de diplomates par des Palestiniens à Khartoum. Quand les Israéliens abattirent l’avion civil libyen au-dessus du Sinaï, des émeutes eurent lieu en Libye contre l’Égypte à qui on reprochait de ne pas avoir assez réagi après l’attaque. Cet incident (février 1973) émut le leader. Sa foi dans le sentiment de l’unité arabe chez les masses libyennes ainsi que dans la capacité militaire de l’Égypte chancelait.

55C’est dans ce contexte que Qaddhâfî proclama le 15 avril 1973 à Zaoura et le lendemain à Tripoli la révolution culturelle. Un des buts de la révolution culturelle — et peut-être une de ses causes — fut de mobiliser le peuple libyen pour une double tâche : la guerre populaire contre Israël et l’unité populaire avec l’Égypte, assortie de l’élimination des opposants à cette politique de mobilisation. Mais la démarche effraya l’Égypte, et par un mécanisme maintenant établi dans les rapports entre les deux pays, plus l’Égypte temporisait, plus la Libye s’engageait avec fougue et ferveur, ce qui poussait l’Égypte à regarder ailleurs, et ainsi de suite. Ceci d’autant plus qu’au milieu de 1973 Sadate commença à préparer une guerre audacieuse mais classique contre Israël, et non pas une guerre populaire comme préconisait Qaddhâfî. Dépendre de la Libye pour le financement d’une telle guerre, ou l’engager dans ses préparatifs risquait de compromettre les décisions déjà arrêtées sur sa nature et sa poursuite. Donc, Sadate améliora ses rapports avec la Syrie et le Soudan et chercha l’appui de l’Arabie Saoudite et de l’Algérie pour arrêter les modalités du financement militaire et la stratégie pétrolière. Pendant ce temps Qaddhâfî réclamait le limogeage du Premier ministre égyptien Aziz Sidqi en échange de son soutien (janvier), plus tard préconisait des mutations dans l’état-major égyptien et exigeait d’être lui-même le commandant suprême des forces armées unifiées. Le colonel Qaddhâfî affirmait en outre que la révolution culturelle était un phénomène inévitable et souhaitable pour les deux pays et proclamait ce fait au cours d’une visite au Caire en juin. Finalement un mois plus tard il lançait 20 000 Libyens sur la route du Caire afin de montrer la volonté populaire qui se manifestait pour la réalisation de l’unité. Mais le mouvement populaire se heurta à la détermination égyptienne et le texte auquel on parvint le 26 août renvoyait sine die le référendum, et ne décidait que des points mineurs.

56Ainsi Sadate avait fait triompher son point de vue et quand la guerre d’octobre éclata, le monde entier découvrait que Qaddhâfî avait été tenu à l’écart.

4. La solitude.

57Paradoxalement l’effet de la guerre d’octobre sur la Libye révolutionnaire, depuis longtemps championne d’une solution par les armes contre Israël, a été de l’isoler au sein du monde arabe. L’impressionnante réussite initiale des armées arabes et l’unité sans précédent des pays arabes renforça sérieusement la position de Sadate. Du coup, un front uni se créa, composé à la fois des amis et des adversaires de Qaddhâfî : le roi Hassan II pouvait évoquer les exploits valeureux de ses troupes en Syrie, le roi Faisal se révéla être le financier de la guerre et le stratège de l’utilisation du pétrole, et même le roi Hussein fut sur le point de participer à la guerre.

58Par contre, les dirigeants libyens devinrent curieusement silencieux ; ils furent très discrets sur l’importance de leur participation monétaire et militaire, et les troupes qu’ils envoyèrent ne firent pas beaucoup parler d’elles. Quand Qaddhâfî s’exprima ce fut pour critiquer le plan de guerre établi par l’Égypte et la Syrie et pour évoquer le sien ; il fut profondément affecté quand les combattants acceptèrent le cessez-le-feu voté par l’O.N.U. La condamnation violente du leader libyen découlait de cette idée que la trêve était imposée aux Arabes par les États-Unis et l’Union soviétique pour leurs propres intérêts ; il réserva son attaque la plus virulente pour l’U.R.S.S., qu’il accusa d’exploiter les Arabes à des fins impérialistes tout en leur refusant des armes offensives et en leur fournissant seulement du matériel démodé. En même temps, il critiqua les leaders arabes, surtout les monarques, d’agir uniquement pour apaiser la colère de leurs peuples et par peur de « la révolution qui gronde aux portes de leurs palais ». Tout en évitant une critique directe et ouverte contre Sadate et Assad, le leader libyen souligna clairement l’erreur d’accepter un cessez-le-feu et des négociations avec Israël. Il ridiculisa leurs prétentions à la victoire après la traversée israélienne du canal et leur expansion dans le périmètre du Golan.

59Néanmoins, il y eut un aspect de la guerre qui attira la participation enthousiaste de la Libye — l’embargo pétrolier. Même quand les autres États producteurs arabes furent prêts à lever l’embargo contre les États-Unis, six mois après le début de la guerre et à augmenter leur production si nécessaire, seules la Libye et la Syrie refusèrent de s’associer à cette nouvelle décision. En même temps, la Libye se montrait active et efficace sur le front diplomatique de la lutte contre Israël notamment dans le continent africain. Sous l’impact d’une campagne vigoureuse menée par la Libye en compagnie de l’Égypte et de l’Algérie, six États africains rompirent leurs rapports diplomatiques avec Israël avant la conférence au sommet de l’Organisation de l’Unité africaine (O.U.A.) en mai 1973 et avant la fin de l’année 21 autres États suivirent, laissant derrière eux seulement quatre États groupés autour de l’Afrique du sud et qui restèrent en contact diplomatique avec Israël.

60Mais l’influence dont jouissait la Libye avant la guerre et qu’elle espérait accroître a presque disparu depuis. La popularité et la puissance de Sadate montèrent prodigieusement depuis la guerre, lui permettant de suivre une politique qui aurait pu être cause de sa chute auparavant. Il élimina des concurrents sur sa gauche, commença un mouvement de « dénassérisation », et marqua une ouverture à l’Occident — et surtout aux États-Unis, qui devaient non seulement construire l’oléoduc de Suez-Méditerranée, décidé juste avant la guerre, mais qui furent invités plus tard à prendre la relève dans la fourniture d’armes ; bref, c’était un renversement complet de la politique suivie par l’Égypte depuis 1955. En même temps, Sadate critiqua publiquement les fournitures d’armes soviétiques, et renvoya les derniers conseillers militaires russes. En l’occurrence, la Libye fut ignorée et la fusion abandonnée. Des incidents ponctuèrent une situation déjà grave, au point qu’en avril 1974, l’Égypte accusa la Libye d’avoir monté une attaque contre l’Académie militaire au Caire et fomenté un complot contre le chef de l’État. En mai Sadate rejeta deux messages de Qaddhâfî comme insultant la moralité du président égyptien. Après cinq ans d’efforts et en dépit du fait que l’unité institutionnelle arabe était réduite à zéro, la Libye restait néanmoins fidèle à ses principes d’arabisme révolutionnaire. Mais devant la nécessité d’augmenter sa puissance pour accomplir ses importantes aspirations et de trouver des alliés, les Libyens changèrent d’idée à l’égard du monde extérieur ; brouillés avec l’Égypte qui était elle-même brouillée avec l’Union soviétique, la Libye ne trouva rien de plus naturel que de chercher à améliorer ses rapports avec Moscou contre une influence trop accentuée des États-Unis au Moyen-Orient. Ce revirement ne semble donc ni étonnant ni forcément durable ; la Libye a certains intérêts communs avec l’Union soviétique et elle cherche une puissance amie afin d’atteindre ses buts parmi lesquels l’unité arabe, toujours nécessaire mais insaisissable, reste prééminente.

5. Rapports socio-économiques avec l’Est arabe.

61En dessous des décisions de politique étrangère se trouvent des échanges et des transactions économiques et culturels qui en forment la toile de fond de ces décisions. Ce soubassement est souvent plus puissant que la politique qui cherche à l’orienter. Les décisions économiques qui accompagnèrent les projets d’union, d’abord avec l’Égypte et le Soudan, ensuite avec l’Égypte et la Syrie, parurent être de grande envergure : élimination de tarifs douaniers (accord du 20 avril 1970 entre la Libye, l’Égypte et le Soudan), libre circulation de travailleurs (accord du 28 août 1971), accélération de l’intégration économique des trois pays au moyen d’un Conseil économique et social, unification des communications et des transports (accord du 20 juillet 1970). Mais en réalité ces décisions eurent peu d’effet sur les relations commerciales entre les trois pays, malgré l’aide économique massive de la Libye à l’Égypte et l’important mouvement de personnel dans l’autre sens. Si l’on excepte ses deux voisins méditerranéens et le Liban, la Libye commerce peu avec le Moyen-Orient et la révolution n’a pas changé cette situation.

62Il en est autrement dans le domaine culturel. Un des premiers actes du gouvernement révolutionnaire fut de réduire drastiquement, sinon d’éliminer, l’influence de la culture occidentale et de renforcer les liens culturels avec le monde arabe. L’arabisation immédiate des journaux, des enseignes publiques, des menus, etc., en 1969, étendue jusqu’aux passeports et aux billets d’avions en 1973, a beaucoup retenu l’attention de la presse mondiale mais a une signification plus symbolique que réelle. Plus importants furent les changements survenus dans le système d’éducation. L’anglais fut éliminé des écoles primaires, et l’anglais et le français ne sont enseignés dans les écoles secondaires qu’en tant que langues techniques. Un grand nombre d’enseignants occidentaux y compris quelque 170 volontaires du Corps de la paix, quittèrent la Libye pendant les premiers mois de la révolution. On fit appel à des conseillers pédagogiques français pour former des enseignants libyens et le Centre culturel français fut autorisé à augmenter ses programmes, mais en 1971 tous les services culturels étrangers furent mis en demeure de cesser toute activité sauf l’enseignement de leurs langues.

63Le vrai changement fut l’orientation nette vers l’Est arabe, surtout l’Égypte. La tendance n’est pas nouvelle ; traditionnellement, la Libye a été le pays le plus arabisé du Maghreb, probablement à cause de la proximité de l’Égypte, de l’absence de frontières naturelles, de la proportion réduite des Berbères (la plupart ont été arabisés à travers les siècles), et de la faible colonisation culturelle italienne. La réforme de l’enseignement fut donc une question prioritaire pour le nouveau régime et elle nécessita un important appel d’enseignants égyptiens en Libye, 2 600 en 1972. Quoique sans issue sur le plan politique, le mouvement d’unification avec l’Égypte, la Syrie et le Soudan aboutit sur le plan culturel à des efforts de coordination des politiques d’enseignement dans les quatre pays. C’est le système libyen, qui reçut le plus de modifications, car on le calque sur le système égyptien avec des apports libanais, jordaniens et palestiniens.

64Quant à la révolution culturelle d’avril 1973, ses effets sur la politique étrangère semblent finalement avoir été faibles, c’était principalement un phénomène politique destiné à infuser un dynamisme révolutionnaire à la population libyenne. Spécifiquement, elle tendait à augmenter la pression sur les dirigeants égyptiens pour l’unification immédiate, à alimenter une armée populaire en réponse immédiate à l’attaque israélienne contre l’avion libyen, en somme à contrecarrer l’immobilisme caractéristique que montrait la population libyenne auparavant devant les problèmes de libération et d’unification. Paradoxalement l’effet le plus clair de cette mobilisation fut d’effrayer les partenaires de la Libye et de rendre sa tâche plus difficile.

65Les révolutions sont inséparablement sociale et politique ; est-ce que la réorientation officielle culturelle de la Libye, l’a aidée ou lui a nui dans sa recherche simultanée d’indépendance et de puissance, les deux buts principaux de n’importe quel État mais surtout d’un régime convaincu et décidé ? Comme on peut s’y attendre, toute tentative pour réaliser ces deux buts à la fois mène à des compromis. Donc, premièrement, malgré l’aspect résolu de leur politique culturelle, les dirigeants libyens ont montré, ici comme ailleurs, un certain sens pragmatique. L’attaque contre l’influence occidentale ne voulait pas dire l’élimination totale de cette présence, car le développement de l’économie libyenne est intégralement lié au monde occidental. Ainsi, pendant que les porte-parole gouvernementaux proclamaient la décolonisation immédiate et totale, des dizaines de Libyens étaient envoyés aux États-Unis et ailleurs pour une formation en géologie, affaires, sciences pétrolières et économiques.

66Deuxièmement, l’appel à l’Égypte pour son orientation en matière de culture et d’enseignement n’apporta pas que des bénéfices. Les Libyens étaient tout à fait prêts à céder à l’Égypte une partie de cette liberté d’action récupérée si seulement l’Égypte avait été plus réceptive aux désirs libyens d’unité. En face des tergiversations égyptiennes, cependant, les Libyens se trouvèrent inondés par l’influence culturelle égyptienne sans les avantages de l’unité politique qui était leur objectif principal. La présence égyptienne a pu être ressentie dans les domaines de l’enseignement, de la littérature, et des arts, car le grand nombre d’Égyptiens en Libye dominèrent facilement ces matières. Mais, puisque la culture égyptienne est souvent confondue avec la culture arabe en général, à cause de la position dominante de l’Égypte dans le monde arabe, les Libyens ne pouvaient pas résister à l’une sans sembler rejeter l’autre. Jusqu’en 1973, donc, le régime a su mettre en sourdine l’expression de tout sentiment populaire contre l’Égypte.

67Mais entre ces deux effets, il est indéniable que la diminution de l’influence culturelle occidentale a une importance symbolique dans les rapports politiques libyens, car elle fait partie du mouvement de décolonisation et dans ce sens elle représente l’accomplissement le plus visible de la révolution. A l’intérieur du pays, la réponse enthousiaste du peuple libyen lui-même fait partie du jeu qui renforce la légitimité du régime, et donc son indépendance.

6. Relations entre la Libye et le Maghreb.

68Si l’on veut chercher une continuité dans la politique étrangère libyenne — avant aussi bien qu’après la révolution — on constate une ambivalence qui n’a cessé de caractériser les volte-face des dirigeants libyens. Nous avons essayé de l’expliquer en fonction des données physiques de la Libye. En ce qui concerne les relations libyennes avec le Maghreb et le Machreq, l’ambivalence est encore plus frappante. La Libye se trouve non seulement située au centre des deux régions arabes, mais aussi divisée par un axe presque central en deux grandes parties : d’une part la Tripolitaine et le Fezzan et d’autre part la Cyrénaïque, les premières étant orientées vers le Maghreb et la deuxième vers le Machreq. L’expérience des gouvernements libyens successifs a montré que cette division est capable de résister à toute tentative politique de ranger le pays entier soit vers l’Est soit vers l’Ouest.

a) Période pré-révolutionnaire.

69En ce qui concerne le Maghreb, on peut distinguer entre les relations bilatérales de la Libye avec les trois pays et son attitude vis-à-vis de l’unité maghrébine. L’accès de la Libye à l’indépendance avant ses voisins de l’Ouest l’a mise en position de soutenir les mouvements nationaux dans chacun d’eux. Mais ce soutien était surtout verbal et diplomatique jusqu’en 1956, année de l’indépendance du Maroc et de la Tunisie. Par la suite, l’appui libyen aux nationalistes algériens fut plus ouvert et plus concret : les démarches diplomatiques du roi Idris furent accompagnées par le passage d’armes égyptiennes en Algérie à travers le territoire libyen et par l’encouragement continuel donné au G.P.R.A. et au F.L.N. (réunions du C.N.R.A. à Tripoli en 1959 et 1962). Les relations de la Libye avec le Maroc indépendant ont connu une période difficile malgré les affinités idéologiques entre les deux régimes. Les rapports qui avaient été établis entre le roi Idris et Ben Arafa en 1953 et la décision libyenne de reconnaître la Mauritanie ont eu pour résultat de retarder la normalisation des relations entre les deux monarchies jusqu’en 1962, quand un traité d’amité et de coopération fut conclu. L’échange de hautes délégations se poursuivit et, en 1965, le roi Hassan II se rendit en Libye en visite officielle.

70Dans le domaine économique, on doit signaler surtout la participation d’entreprises marocaines (y compris 5 000 travailleurs) au plan Idris pour la construction de logements populaires. A la veille de la révolution, le programme de construction qui avait commencé en 1963 était toujours en cours.

71Les relations libyennes avec l’Algérie, qui ne pouvaient être plus chaleureuses avant l’indépendance algérienne, se sont refroidies temporairement parce que les Libyens acceptèrent de mauvaise grâce l’accession de Ben Bella au pouvoir : ils avaient misé sur Ben Khedda. Mais par la suite, les liens entre les deux pays s’améliorèrent considérablement comme le montre le traité d’amitié conclu en août 1963. Ces liens avaient surtout pour base les contacts et amitiés personnels qui s’étaient développés entre les dirigeants des deux pays pendant les longues années de la guerre d’indépendance algérienne. Sur le plan idéologique, les Libyens ne pouvaient dissimuler une certaine méfiance envers l’orientation socialiste de l’Algérie et son rapprochement avec l’Union soviétique. A cela il faut ajouter la concurrence des deux pays en tant que producteurs de pétrole et de gaz naturel approvisionnant les mêmes marchés. Par ailleurs, le manque de complémentarité en d’autres secteurs est reflété par des liens économiques négligeables.

72Par contre, la Tunisie a joui de relations plus étroites avec la Libye. Les vagues de migration entre les deux pays ont donné lieu à des affinités ethniques et culturelles rarement rencontrées dans d’autres pays. Ce fut d’abord un mouvement de Libyens vers la Tunisie en plusieurs étapes (1911, 1930 et 1943) correspondant à des périodes difficiles dans la lutte des Libyens contre les puissances occidentales. Plus de 70 000 Libyens se sont ainsi installés en Tunisie. A partir de la proclamation d’indépendance libyenne, le mouvement s’est renversé, réduisant le nombre des Libyens en Tunisie à environ 18 000 en 1956. A la suite de la découverte du pétrole en Libye et des difficultés économiques de la Tunisie que signale un chômage endémique, l’émigration vers la Libye a connu une augmentation constante, comprenant des Tunisiens aussi bien que les Libyens. A la veille de la révolution, le nombre des travailleurs tunisiens en Libye aurait dépassé 30 000. Les autres liens économiques entre les deux pays se sont développés surtout dans le domaine des exportations tunisiennes vers la Libye, qui sont passées de 520 000 dinars tunisiens en 1962 à 6,5 millions en 1968 (produits alimentaires, ciments, phosphates...).

73Sur le plan politique, les relations entre le gouvernement du roi Idris et les dirigeants tunisiens furent cordiales malgré l’existence de certains différends. Dès 1957, un traité de bon voisinage fut signé. Les relations des deux pays avec Nasser étaient assez tendues, ce qui amena le président égyptien à dénoncer le traité en accusant le président Bourguiba et le roi Idris de diviser les Arabes. La communauté d’intérêts de la Libye et de la Tunisie s’est traduite par un certain alignement de leur politique, surtout à l’égard du Moyen-Orient.

74Cependant, une certaine tension fut aussi créée par les trois vagues d’immigration libyenne en Tunisie et par la visée tunisienne sur le Sahara algérien proche de la Libye. La suggestion de Bourguiba en 1959 souhaitant que le Sahara devienne le patrimoine commun de tous les États riverains, fut reçue froidement par les Libyens.

75En ce qui concerne l’unité maghrébine, la Libye monarchique a toujours montré quelque hésitation. Tout en se joignant aux trois pays nord-africains par des déclarations favorables à l’unité, la Libye n’a cessé de souligner sa position de lien entre le Maghreb et le Machreq et d’insister pour que la formation du Grand Maghreb ne soit qu’une étape vers l’unité de tous les pays arabes. La volonté libyenne de se joindre à un mouvement d’unité maghrébine a été exprimée pendant des voyages entrepris dans les trois pays par les délégations ministérielles notamment en 1963 et 1964.

76La prudence avec laquelle les Libyens s’engageaient dans l’unité maghrébine devint évidente dans leur attitude envers la coopération économique entre les quatre pays. L’argument selon lequel les bases économiques doivent constituer le fondement de toute tentative d’unité est généralement avancé par ceux qui sont les moins préparés à s’engager sérieusement dans un mouvement d’unification. Le gouvernement du roi Idris suivit la même tactique. La Libye participa aux conférences de Tanger (avril et novembre 1964) et de Tunis (septembre 1964) dont le but était d’établir un plan de développement industriel au Maghreb et plus généralement d’échanger les points de vue sur l’économie du Maghreb. Deux organismes furent créés afin d’assurer la centralisation des études de programme industriel et une consultation permanente par des rencontres trimestrielles au niveau ministériel : le Centre d’études industrielles à Tripoli et le Comité permanent consultatif maghrébin à Alger. Les fonctions prévues pour le C.P.C.M. étaient assez ambitieuses, comprenant l’étude des possibilités d’industrialisation à travers le Maghreb, la création d’un marché commun et la coordination de la politique minière et énergétique des quatre pays. Les réunions du C.P.C.M. qui ont eu lieu par la suite ont donné naissance à un certain nombre d’accords pour la coordination des politiques maghrébines dans les domaines suivants : exportation, télécommunications, industrie sidérurgique, transports... La signature de certains de ces accords à Tripoli souligne la participation sérieuse de la Libye dans ces entretiens et l’importance donnée à cette participation par les autres membres du C.P.C.M. En fait, le commerce entre la Libye et le Maghreb resta très réduit, ne dépassant pas 1 % du commerce total libyen en 1965, bien qu’il y eut une croissance plus rapide par la suite entre la Libye et la Tunisie.

b) La révolution libyenne et ses conséquences pour l’unité maghrébine.

77Les structures économiques de la Libye et des trois pays maghrébins suggèrent une complémentarité beaucoup plus importante que ne l’indique le très faible volume commercial. La Libye pourrait faire venir une grande part de ses importations du Maghreb ; de la main-d’œuvre des trois pays, des produits agricoles du Maroc et de la Tunisie, quelques produits manufacturés de tous les trois, des phosphates du Maroc et de la Tunisie, des matériaux de construction et des produits chimiques du Maroc et de l’Algérie, et peut-être même des machines lourdes si le complexe sidérurgique algéro-marocain se réalisait au nord du Maroc. En échange la Libye pourrait exporter au Maroc et en Tunisie des produits pétroliers et fournir aux trois pays des devises étrangères.

78Le gouvernement révolutionnaire ne manifesta aucun intérêt dans le développement de liens économiques étroits avec le Maghreb. La première indication concrète de cette attitude fut l’absence de la délégation libyenne à la conférence du C.P.C.M. qui eut lieu en mars 1970, suivie par le retrait officiel de la Libye en tant que membre de cet organisme. Le Centre d’études industrielles fut transféré de Tripoli à Tanger.

79Au niveau bilatéral, les relations économiques libyennes avec le Maroc et l’Algérie restent négligeables (de 50 000 à 70 000 dollars par an seulement). Cependant le soutien fourni à l’Algérie par la Libye en 1970 pendant la période difficile du litige algéro-français a pu renforcer la position algérienne et ses moyens d’action face aux sociétés pétrolières (signature d’un accord pétrolier entre l’Algérie, la Libye et l’Irak le 22 mai 1970). En ce qui concerne le Maroc, la position prise par Qaddhâfî lors des événements de Skhirat a créé un fossé profond entre les deux pays, envenimant tous les aspects de leurs relations et constituant un obstacle qui sera difficile à surmonter.

80Par contre, les relations libyennes avec la Tunisie qui avaient été généralement cordiales sur tous les plans avant la révolution libyenne ont continué à l’être depuis l’arrivée des Officiers libres au pouvoir. La visite de Qaddhâfî en Tunisie fin 1972 et les accords techniques de coopération préparèrent le terrain. En fait, c’est vers la Tunisie que Qaddhâfî se tourna le 12 janvier 1974 pour essayer de sauver sa dynamique unitaire à la suite de son isolement après l’échec de l’union égypto-libyenne. De toute évidence, la proclamation de la République arabe islamique qui surprit tout le monde fut préparée et conclue en toute hâte. Les circonstances dans lesquelles l’accord de Djerba fut signé par Bourguiba et Qaddhâfî restent toujours enveloppées de mystère. L’union des deux pays était prévue pour le 18 janvier après un referendum dans les deux pays. La nouvelle entité devait avoir « une seule constitution, un seul drapeau, un seul président, une seule armée, les mêmes pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire ». Les documents signés étaient très simples ; une proclamation d’union ; une description brève du Conseil du peuple, du drapeau et de la désignation de la capitale ; une longue liste des futurs ministres avec leurs postes respectifs (17 Tunisiens et 16 Libyens) ; et quelques articles transitoires. Cette formule simplifiées était bien différente des documents longs et détaillés minutieusement préparés pour l’union avortée avec l’Égypte et la Syrie.

81Mais le projet d’union fut abandonné presque aussi subitement et aussi mystérieusement qu’il avait été proclamé. Dès le 14 janvier, le gouvernement tunisien donnait des signes de sa volte-face en renvoyant Masmoudi, le ministre des Affaires étrangères tunisien qui était depuis longtemps l’un des principaux partisans de l’union, en reportant à une date indéterminée le référendum et en invoquant des impératifs constitutionnels pour se dégager des obligations formelles de Djerba, en dépit d’une visite précipitée de Qaddhâfî à Bourguiba pendant le séjour de celui-ci à Genève.

82Comment expliquer ces péripéties ? Du côté tunisien, il semble que la faction de Masmoudi ait pu manoeuvrer Bourguiba pour qu’il se lance dans l’aventure qu’il avait toujours rejetée dans le passé. En l’absence du Premier ministre tunisien, le président Bourguiba semblait avoir perdu la possibilité de contrôler les luttes internes de son gouvernement. Rappelons que ses propres vues sur toute question d’unité arabe ou maghrébine révélaient toujours un scepticisme profond. Pendant la visite de Qaddhâfî en Tunisie en décembre 1972, et à la suite de l’un de ses discours faisant appel à l’unité arabe, le leader libyen s’était vu critiquer publiquement et sans ménagement par Bourguiba qui mettait en doute toute possibilité d’unité arabe, rejetant même la thèse de Qaddhâfî selon laquelle les frontières entre pays arabes avaient été créées par les puissances coloniales. En ce qui concerne la Tunisie et la Libye, le leader tunisien reconnaissait que leur unité était concevable en raison des liens noués par le voisinage et l’histoire mais rappelait que « toute action improvisée aboutirait à un échec ».

83Si la politique du gouvernement tunisien vis-à-vis de l’union avec la Libye ne peut être comprise qu’en fonction des luttes internes et du manque de contrôle de Bourguiba sur ses hommes, celle des Libyens doit être expliquée surtout par des facteurs externes. Certes, les liens économiques entre les deux pays ont continué à se resserrer, reflétant leur interdépendance dans plusieurs domaines. Même l’affrontement public de décembre 1972 entre Bourguiba et Qaddhâfî n’a pu empêcher leurs gouvernements de conclure plusieurs accords à la suite de la visite du leader libyen en Tunisie : suppression des barrières douanières ; assurance donnée aux ressortissants de chaque pays du droit de propriété, du droit de déplacement libre et du droit de travailler dans plusieurs secteurs d’un pays à l’autre ; projet d’unification des programmes d’enseignement ; coordination dans le domaine militaire... L’acharnement, pour ne pas dire l’obsession, avec lequel Qaddhâfî a poursuivi l’objectif de cette unité culmina à la fin de 1973, quand la fusion préparée avec l’Égypte eut échoué, quand la guerre d’octobre survint, quand de nouveaux alignements arabes s’organisèrent et causèrent l’isolement des dirigeants libyens. Le recours à la Tunisie peut donc être compris comme un effort libyen de sauvegarder le mouvement unitaire sans lequel les objectifs de la révolution libyenne ne peuvent être atteints.

III. — LA RECHERCHE DU POUVOIR : LA POLITIQUE PETROLIERE LIBYENNE

84La puissance extérieure de la Libye vient en grande partie de ses richesses pétrolières ; leur utilisation pour le développement économique est traitée dans un autre chapitre de ce livre. Ici, il s’agit du rôle que le pétrole (et le revenu qui en résulte) a joué dans les objectifs et le comportement du pays en matière de politique étrangère. Comme l’analyse précédente l’a montré, le gouvernement révolutionnaire a essayé d’atteindre un degré maximum de liberté d’action afin de parvenir à une série d’objectifs qui s’étendent de la décolonisation immédiate de la Libye à la renaissance plus lointaine d’une nation arabe forte et unie. Le pétrole libyen a eu sa part dans la poursuite de ces objectifs. Mai avant d’être une arme au service de buts nationaux, il a fallu que le pétrole lui-même soit sous le contrôle national et libéré de l’emprise étrangère, avec toutes les complications qu’une telle action peut comporter.

851. Consolidation de la richesse pétrolière.

86Les objectifs prioritaires de la politique pétrolière du régime furent le redressement de la distribution injuste des profits et le contrôle sur l’exploitation du pétrole. Pour atteindre le premier, il fallut renégocier les prix du pétrole et pour le second il fut nécessaire de viser à la fois la conservation des ressources naturelles libyennes afin d’éviter leur épuisement rapide d’une part et d’autre part l’intégration du secteur pétrolier dans l’économie. Les deux buts furent poursuivis simultanément pendant les négociations sur le prix du pétrole.

87Avant la révolution, le gouvernement libyen laissait le champ libre aux sociétés pétrolières, principalement anglaises ou américaines. Les sociétés pouvaient établir leurs propres prix et les utiliser afin de maintenir le bas niveau des prix des autres pays de l’O.P.E.P. La Libye leur fournit un argument très efficace de marchandage : si les pays de l’O.P.E.P. du Golfe persique résistaient, les sociétés pétrolières menaçaient de réduire leur production dans ces pays et de récupérer cette perte en Libye où le pétrole était facile à trouver, plus proche de l’Europe et de faible teneur en soufre.

88La domination de la Libye par les sociétés provenait de l’impuissance de la monarchie, de sa dépendance vis-à-vis de l’Angleterre et des États-Unis pour sa stabilité politique, de la corruption, et du manque de techniciens. Ainsi, les pertes libyennes dues à la compensation inadéquate étant donné la qualité et la proximité de son pétrole, aux méthodes utilisées par les sociétés pour calculer la part libyenne (sur la base des « prix réels » au lieu des « prix affichés », lesquels sont plus élevés) et à d’autres irrégularités, s’élevaient à cinq milliards de francs entre 1961 et 1968.

89Quoique la compétence technique pour connaître les détails de ces arrangements leur fissent défaut, les Officiers libres furent conscients de l’injustice dans le traitement accordé à la Libye pendant des années. Mais ils approchèrent les sociétés pétrolières avec prudence. Une des premières proclamations du Conseil de commandement de la révolution fut de rassurer les sociétés pétrolières et les gouvernements étrangers, en disant notamment que « notre révolution est une révolution blanche qui croit aux grands principes des Nations Unies et respecte tous les traités et les accords signés avec les pays étrangers » (7 septembre 1969). Les sociétés pétrolières poursuivirent leurs opérations normalement et la production continua de monter.

90Il fallait commencer par l’évacuation des bases américaines et anglaises avant de s’attaquer aux sociétés pétrolières. Une fois l’évacuation commencée, plus facilement que prévue d’ailleurs, le gouvernement porta son attention sur le problème pétrolier, mais toujours avec prudence. Sans expérience dans la politique et l’économie pétrolière et sans techniciens capable de faire marcher l’affaire, les Libyens firent d’abord des études préliminaires pour déterminer la nature exacte de ce qui était en jeu et pour préparer la première phase de négociations qui avait pour but la rectification des prix affichés. Qaddhâfî présenta le 29 janvier 1970 les nouvelles demandes libyennes aux 22 sociétés. Après un court essai de négociations préliminaires, la phase se termina vite par le refus des sociétés de prendre en considération toute augmentation de prix. Jusqu’ici les Libyens, sans avancer des chiffres, cherchaient simplement — selon l’expression du commandant Jalloud — « à redresser un certain nombre d’erreurs ». Ils s’intéressaient particulièrement à la compensation due à la Libye du fait de sa proximité de l’Europe et de la pureté de son pétrole. Jalloud insista pour que son gouvernement ne cherchât pas à obtenir des prix plus élevés que ceux du Golfe. Les Libyens furent offensés par l’attitude négative des sociétés et des positions prises en vue d’une bataille qui devint essentiellement politique.

91Au début d’avril 1970, une série de négociations serrées engagèrent la Libye dans une épreuve de force tendue et parfois dangereuse contre les sociétés pétrolières. Chaque côté employa toutes sortes de pressions. Mais les Libyens s’avérèrent être plus adroits dans l’utilisation de leur pouvoir : contrôle de la production, entraves sur le mouvement de personnel, et dans quelques cas particuliers réductions importantes de production (45 % imposé à Occidental) ou même interdiction d’exporter du gaz (Esso). Les sociétés pétrolières furent lentes à réagir. La seule mesure de représailles possible était de réduire ou de terminer toute opération de forage, mais l’effet d’une telle décision ne pouvait être ressenti qu’à long terme et donc n’avait aucune utilité pour les négociations en cours.

92L’élément le plus important de la victoire libyenne fut sa tactique. Elle choisit une société indépendante — Occidental petroleum — plus une des grandes — Esso — et concentra tous ses efforts sur ces deux sociétés. Cette tactique jouait sur la concurrence intense entre les indépendants et les grandes sociétés (Esso, Gulf, Mobil, Standard, Texaco), limitant ainsi le risque d’une action concertée. Occidental était particulièrement mal vue des autres parce que l’on savait qu’elle avait accordé à l’ancien régime des prix plus élevés, ce qui avait obligé les autres à faire de même. De plus, Occidental avait presque toutes ses réserves et sa production en Libye ; la nationalisation de ses opérations en Libye équivalait à sa disparition. Du reste, des bruits de nationalisation firent subir une baisse sans précédent de 50 %, à sa cote de la Bourse de New York. Dans leur naïveté incroyable, les autres sociétés non seulement ne firent rien pour assister Occidental, mais parurent même se réjouir à l’idée de sa faillite. En même temps les Libyens procédèrent à l’annulation des clauses d’arbitrage dans les accords existants et s’assurèrent du refus des États-Unis de défendre ses sociétés.

93A l’approche du premier anniversaire de la révolution libyenne, Occidental et Esso se trouvèrent en face d’un ultimatum : faire des propositions sérieuses ou se voir nationalisées. Le 4 septembre 1970, Occidental capitula, en acceptant presque intégralement les demandes libyennes : le prix monta de $ 2,23 à $ 2,53 le baril, et la proportion libyenne du prix affiché augmenta pour la première fois depuis 1950 de 50 % à 58 %, les 8 % supplémentaires étant composés de rectifications rétroactives pour redresser les erreurs du passé. La hausse était beaucoup plus importante que les chiffres pourraient l’indiquer parce qu’elle franchit la barrière 50-50 qui avait constitué une formule naturelle de partage. Les autres sociétés suivirent en l’espace de quelques semaines. Les nouveaux dirigeant avaient cherché leur victoire dans le double but de légitimer leur régime et de se créer une position de leadership dans le monde arabe. Ils y réussirent et de plus l’utilisation politique du pétrole était lancée. Après la surprise initiale, il parut clair à tout le monde que si la Libye seule pouvait dompter les sociétés pétrolières chez elle, les pays de l’O.P.E.P. agissant en commun auraient peu de difficulté à faire la même chose. L’acte libyen enleva les inhibitions qui paralysaient les États souverains en face des sociétés depuis la chute de Mossadeq en 1953, et créa ainsi un bouleversement dans les relations internationales semblable à celui opéré par Nasser par son achat d’armes tchèques et sa nationalisation du Canal en 1955-1956. Donc, les pays membres de l’O.P.E.P., agissant ensemble, exigèrent une rectification des prix en s’alignant sur les prix libyens, et eurent immédiatement gain de cause, en novembre 1970. Mais le rayonnement subit de la politique libyenne déplut aux Libyens, car l’alignement de tout le monde sur les prix de Tripoli enleva toute valeur aux avantages du pétrole libyen (pureté et proximité). En termes relatifs, la Libye se retrouva au même point qu’avant la dure campagne de 1970. Les dirigeants libyens décidèrent donc de se lancer dans une nouvelle bataille appuyés cette fois-ci par d’autres pays producteurs, tels que l’Iraq, l’Arabie Saoudite et l’Algérie, qui firent de la Libye leur porte-parole et qui menacèrent implicitement de prendre des mesures de rétorsion contre toute résistance des sociétés. En même temps — janvier 1971 — le commandant Jalloud fit savoir aux sociétés que la Libye avait l’intention par leur intermédiaire de faire pression sur le gouvernement américain pour qu’il change sa politique au Moyen-Orient.

94La réaction des sociétés pétrolières fut puissante, mais ne dura pas plus longtemps que leurs tactiques précédentes devant les manœuvres habiles des dirigeants libyens. Les pétroliers, réunis à New York en mi-janvier, décidèrent de former un front uni et de demander des négociations centralisées pour un accord de cinq ans avec les pays producteurs ; ils engagèrent derrière eux le gouvernement américain : le ministère de la Justice leur permettait de travailler ensemble malgré la législation anti-cartel, le ministère des Affaires étrangères les épaulait par des visites au Moyen-Orient du sous-secrétaire d’État. Mais dès la fin du mois les sociétés furent obligées d’abandonner leur insistance sur un accord global ; et quand Jalloud reçut George Percy, le négociateur, en qualité de vice-président d’Esso, il refusa de le recevoir en tant que porte-parole du groupe international des sociétés. Pressés par les Iraniens dans le Golfe et abandonnés par le département d’État, les pétroliers cédèrent une fois de plus. L’accord de cinq ans avec la Libye, signé le 2 avril 1971, fut basé sur un prix de $ 3,45 le baril, et encore une fois fut suivi par une hausse en spirale chez les autres pays de l’O.P.E.P. Ce processus fut appelé par le monde pétrolier l’effet « saute-mouton » (« saute-crapaud » si l’on traduit littéralement l’anglais), ce qui ne plut guère aux Libyens. Selon Jalloud, « Nous avons été profondément choqués par cette comparaison étrange entre un pays qui revendique ses droits et un crapaud qui progresse par bonds ».

95L’affaire des prix ayant été résolue à la satisfaction momentanée des Libyens, les dirigeants se tournèrent vers d’autres aspects du problème du contrôle, notamment la question de la participation. Commençant par les Italiens, dont la grande société étatique l’E.N.I. cherchait à maintenir une image sympathique en face du Tiers-Monde, la Libye signa un accord le 30 septembre 1972 selon lequel l’E.N.I. cédait 50 % du capital dans ses concessions, dont la moitié serait remboursée, et en échange le pétrole produit sur ces concessions serait dirigé en priorité vers l’Italie à un prix assez avantageux pour la Libye. Encouragée, la Libye demanda les mêmes termes de participation à toutes les sociétés ayant des concessions chez elle. Ce faisant, elle bouleversa l’accord de principe sur la participation négociée avec les sociétés de l’Arabie Saoudite au nom de l’O.P.E.P. à New York en octobre. Encore une fois, l’effet saute-mouton.

96Quoique deux sociétés fussent nationalisées auparavant pour des raisons de politique étrangère (voir plus loin), les problèmes de vente de produit nationalisé ralentissaient les efforts libyens sur la question du contrôle. Une fois le titre de propriété libyen légalement reconnu, le régime révolutionnaire se mit à demander une participation dans l’exploitation pétrolière. Son offre aux sociétés fut simple : accepter une participation de 51 % ou subir une nationalisation totale. A partir du 11 août, et surtout le 1er septembre 1973 — toutes les sociétés furent libyanisées à 51 %, avec compensation ; en plus de B.P. et Bunker Hunt, la nationalisation totale frappa Americain Overseas et, le 12 février 1974, Texaco, California Asiatic (Standard), et Libyan American (Atlantic Richfield), et, le 30 mars 1974, Shell. Le ministre du Pétrole, Ezzedin El-Mabrouk, déclara que l’heure de chaque société viendrait et que la nationalisation totale d’Esso (Exxon) serait pour bientôt.

97La politique libyenne de consolidation de richesses pétrolières a connu une grande réussite. Non seulement les Libyens se sont montrés très adroits dans leurs tractations avec les sociétés pétrolières, jouant par là le jeu des pays producteurs de l’O.P.E.P. et bouleversant les rapports entre les pays nantis et les pays non-industrialisés (on ne saurait plus dire « pauvres »), mais ayant aussi réussi à imposer leur contrôle sur l’exploitation de leurs ressources naturelles et obligé les sociétés à intégrer les activités pétrolières dans la structure économique libyenne [140, 141]. De plus, ces activités n’ont pas chassé les sociétés de toute coopération avec la Libye. Depuis le début de 1974, le gouvernement a signé des nouveaux accords d’exploitation avec l’E.N.I. et Occidental Petroleum et a entamé des discussions semblables avec les compagnies françaises CFP et ELF-ERAP et des compagnies privées allemandes, ainsi qu’avec Mobil. Le contrôle de la production a aussi été accompagné de contrôle des prix. Au début de la guerre d’octobre, en même temps que d’autres mesures politiques (discutées plus loin), la Libye a presque doublé ses prix qui passent de $ 4,604 à $ 8,925 et après la guerre le prix doubla encore, atteignant $ 16. Excessif, celui-ci fut qualifié d’« erreur », mais en mai 1974, le prix maximum fut réduit à $ 14,80 puis à $ 13,30 le baril en réponse aux fluctuations du marché. Donc, la liberté d’action libyenne n’est quand même pas totale, mais une comparaison du prix au lendemain de la révolution et celui d’après-guerre montre un degré appréciable de liberté néanmoins ; cette évolution permet à la Libye une augmentation énorme de ses réserves de devises étrangères, une économie de réserves de pétrole, un accroissement de sa légitimité domestique ainsi que de sa puissance sur la scène internationale.

2. L’utilisation politique du pétrole.

98Comme dans les cas précédents, la Libye poursuit un double but : recherche d’une liberté d’action comme une fin en soi, pour affirmer la souveraineté nationale, et recherche d’autres objectifs précis, que cette liberté d’action rend possible. C’est dans le deuxième sens que l’on peut parler d’une utilisation politique de l’arme du pétrole. Il s’agit d’examiner ici cette utilisation eu égard aux deux objectifs principaux, l’unité arabe et l’anti-impérialisme (y compris l’anti-sionisme).

99Dans la poursuite de l’unité arabe, Qaddhâfî s’est appuyé sur les ressources libyennes en hydrocarbures de plusieurs façons. En ce qui concerne les projets concrets pour la création d’une Union des Républiques arabes, la fusion avec l’Égypte ou l’union avec la Tunisie, ces ressources ont dû jouer un rôle important. Les considérations idéologiques mises à part. Qaddhâfî offrait à ses futurs partenaires les richesses immenses de la Libye dont ils avaient tous un très grand besoin. Mais évidemment, l’offre libyenne n’était pas faite en ces termes. Les considérations idéologiques se sont avérées, en fin de compte, à la fois un puissant stimulant pour l’unité (en raison de la popularité d’un tel objectif dans l’opinion publique arabe) et la cause ultime de l’échec du mouvement tel qu’il était conçu par les Libyens (en raison du refus par les dirigeants arabes d’accepter la perspective libyenne du monde, une autre condition de l’unité).

100D’une manière plus générale, Qaddhâfî employa ses ressources pour influencer les résultats de plusieurs crises internes dans d’autres pays arabes de manière à renforcer le mouvement d’unité. C’est ainsi qu’il montra son soutien aux rebelles marocains à la suite du coup de Skhirat, puis aux Palestiniens dans leur lutte contre le roi Hussein. Auparavant, il avait réussi à sauver Nemeiry, mais il eut moins de succès contre les rois du Maroc et de Jordanie. Les conséquences immédiates de son intervention dans les trois cas semblent avoir amené plus de divisions que d’unité dans le monde arabe. Dans un autre geste de solidarité, les Libyens permirent aussi à la Mauritanie de se retirer de la zone franc grâce à un soutien financier important. En somme, l’emploi par les dirigeants libyens de leurs ressources comme stimulant de l’unité arabe n’a pas toujours eu le résultat souhaité.

101C’est dans le domaine de l’anti-sionisme et de l’anti-impérialisme que l’arme du pétrole fut employée avec plus de succès. Dans la lutte contre Israël, les dirigeants libyens ont agi sur plusieurs fronts. Ils ont nationalisé certaines compagnies pétrolières soupçonnées de sympathies sionistes ; ce fut le cas notamment de Marathon, dont le propriétaire Max Fischer était considéré comme sioniste par les Libyens. Ils en nationalisèrent d’autres par un « acte de souveraineté » pour punir les États-Unis de leur politique proisraélienne ; ce fut le cas de Bunker Hunt, nationalisée en juin 1973, la première de la série à tomber cette année sous le contrôle libyen. Ils furent aussi les premiers à accepter l’embargo pétrolier contre les pays qui appuyaient Israël et quand les pays arabes décidèrent d’y mettre fin en mars 1974, les dirigeants libyens refusèrent de se joindre à cette décision. En outre, l’attitude anti-américaine se manifesta encore une fois en septembre quand les Libyens prirent possession de trois compagnies américaines au moment où se tenait à Washington la conférence des consommateurs, action qui fut qualifiée par les Libyens comme étant « un coup sévère aux intérêts américains dans le monde arabe ». Sur un autre front, les Libyens surent persuader plusieurs pays africains de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël, ce qui donna lieu à un resserrement de leurs liens économiques avec la Libye.

102Dans la lutte libyenne contre l’impérialisme, l’affrontement du régime révolutionnaire avec toutes les sociétés pétrolières à partir de 1970 peut être considéré comme le premier coup d’essai de l’utilisation de l’arme du pétrole contre la domination économique étrangère. L’exercice de pression sélective telle que la réduction de production et la menace de nationalisation totale constitue un moyen politique provenant de la souveraineté libyenne. Par la suite, l’arme du pétrole fut braquée surtout sur la Grande-Bretagne, qui incarnait pour les Libyens la puissance impérialiste par excellence. L’un des cas les plus célèbres fut la nationalisation en 1971 de la British Petroleum Cie (B.P.) à la suite de l’abandon par l’Angleterre des îles du détroit d’Hormoz en faveur de l’Iran.

103En conclusion, l’emploi de l’arme du pétrole par la Libye a eu un succès relatif mais important par rapport à des fins bien déterminées à la portée du pouvoir libyen. Ainsi, la politique de nationalisation a pu réduire le champ d’opération de certaines sociétés pétrolières jugées indésirables ou nuisibles aux intérêts libyens ou arabes ; l’utilisation des ressources pétrolières réussit à isoler Israël sur le front diplomatique, notamment en Afrique. Mais en fin de compte, l’arme de pétrole a eu peu d’effet sur la réalisation de l’objectif considéré comme le plus important de la révolution : l’unité arabe, avec la Libye comme partie intégrée et intégrante. Pourtant, il est évident que sans la coordination existant entre les producteurs arabes, la Libye seule n’aurait pas pu avoir une grande influence sur le monde arabe, Israël, ou les puissances occidentales. Or, l’isolement de Qaddhâfî à la suite de la guerre d’octobre met en doute la possibilité d’une coordination pour réaliser le genre d’objectif politique qu’il a proclamé. Les ressources libyennes étant limitées (ses réserves pétrolières représentent à peine 7 % des réserves totales du Moyen-Orient), l’influence libyenne dépendra de son habileté à concilier l’intégration dans le monde économique occidental dont dépend l’utilisation de l’arme pétrolière, et une coopération ambiguë avec l’U.R.S.S., la seule puissance capable de fournir la protection contre les puissances occidentales, tout en gardant son indépendance et sa personnalité arabe. C’est une tâche — tout comme la réponse donnée jusqu’ici — qui est proprement libyenne et ne dépend pas d’un individu ou d’un autre dans l’équipe dirigeante libyenne. Petit pays qui a le sens de la grandeur, la Libye continuera à mener une politique spécifiquement libyenne (ce qui ne convient pas à tout le monde), une politique issue de son histoire et dirigée vers sa conception d’un avenir meilleur.

Notes de fin

* New York University.

City University of New York.

Table des illustrations

Titre (Millions de Dinars libyens)Dec. 1973 : 1 LD = 3,38 U.S. $ = 15,8 F. Frs
Légende Source : International Financial StatisticsVol. XXIII, No. 3, March 1970, p. 200Vol. XXVII, No. 3, March 1974, p. 230
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2496/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540