Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Lybie nouvelle

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

II. — Idéologie et politique

Le système politique libyen

Rémy Leveau

Texte intégral

  • * C.E.R.I., F.N.S.P., Paris.

1Note portant sur l’auteur*

2Dans les années cinquante, la Libye n’était qu’une nouvelle nation née de l’effondrement de l’empire colonial italien. Les Anglo-Saxons n’avaient guère eu de peine à lui fabriquer, avec l’aide des Nations Unies, une organisation simplifiée d’État national, en plaçant sous l’autorité de la Monarchie sanoûssîe trois provinces largement autonomes où l’héritage bureaucratique italien avait été plus ou moins modifié par les administrations militaires britannique ou française. Le rôle du pouvoir central était à la mesure de ses faibles ressources, tirées pour l’essentiel des subventions de protecteurs désireux de s’assurer des avantages stratégiques. Le pays n’offrait pas les moyens d’une modernisation dont les bouleversements de la colonisation et de la guerre avaient contribué à répandre le besoin.

1. La monarchie tente d’isoler le pays grâce à la prospérité pétrolière.

3Vingt ans après, le problème a changé de nature. La découverte du pétrole, la révolution, les accords de Tripoli et la guerre d’octobre ont mis à la disposition des dirigeants libyens des ressources qui dépassent très largement les capacités d’absorption de l’État national qui a succédé à la monarchie. Une étude du cadre institutionnel et même du milieu social ne donnerait qu’une idée fausse des changements intervenus pour passer d’une certaine forme de déséquilibre population-ressources à une autre. La pénurie avait donné naissance à un système politique chargé d’opérer des arbitrages de répartition assez simples. La monarchie réussissait à concilier les demandes des notables des villes bourgeoises du littoral et celles des chefs de tribus. Le souverain savait maintenir un équilibre incertain entre forces centrifuges et personnalités rivales. La compétition pour survivre renforçait les liens personnels de la société traditionnelle, permettant à l’administration de trouver des relais dans les réseaux de clientèles. Les alliances extérieures de la monarchie constituaient, dans un contexte de guerre froide où la position stratégique de la Libye était valorisée, des assurances solides contre tout changement brusque causé par des citadins turbulents ou par des voisins ambitieux. Mais le caractère limité des enjeux restreignait les ambitions.

4Si faute de moyens la monarchie n’opérait guère de changements à l’intérieur du pays, elle disposait alors d’une plus grande autonomie à l’extérieur. Après l’affaire de Suez, elle n’avait pas rompu avec les Britanniques et les Français. Son prestige et la faiblesse des groupes sociaux qui se montraient sensibles à la solidarité arabo-islamique, lui laissaient une marge de manœuvre suffisante. Ses principales difficultés provenaient d’un particularisme fort vif dans chacune des trois provinces. L’unité nationale en paraissait fragile et menacée. Chaque équipe, chaque décision était le fruit de dosages où les intérêts régionaux tenaient la plus grande place. Les réseaux de clientèle, fondés davantage sur la solidarité tribale avaient plus d’importance dans la vie politique que les facteurs idéologiques.

5Cet équilibre fragile n’aurait peut-être pas résisté à long terme [79]. Qaddhâfî et ses amis rêvaient sa chute dès 1955, sur les bancs du collège de Sabha, bien avant les premières découvertes pétrolières. Mais ces dernières ont eu pour effet de miner de l’intérieur les forces qui auraient résisté à la pénétration d’idéologies nouvelles. En introduisant une économie monétaire, on a bouleversé les liens de solidarité personnelle qui fondaient le système des clientèles. L’émigration en ville, l’éducation, la diffusion des idées nouvelles par la radio du Caire en ont accéléré le processus de destruction. La monarchie a tenté de réagir en imposant au pays à partir de 1963 une structure centralisée. Des ministres réformateurs comme Fekini, Baccouche, le Dr Attiga ont entrepris un processus de modernisation et d’édification nationale tendant à investir l’argent tiré du pétrole et visant à long terme à reprendre le contrôle du destin économique du pays qui leur avait pratiquement échappé. Les compagnies pétrolières constituaient en fait une bureaucratie plus nombreuse, plus compétente et plus puissante que celle de l’État libyen. Corps pratiquement autonome, elles procuraient au pays la quasi-totalité de ses ressources et échappaient en fait à son contrôle. L’économie pétrolière rendait inutile le rôle fiscal de l’État et le privait ainsi d’une part de ses rapports avec la population qui, au-delà de la simple opération visant à lui procurer des ressources indispensables, constituait le premier témoignage d’allégeance à l’égard de la collectivité. L’administration se trouvait réduite à une fonction distributrice qui de toute façon créait plus de frustrations chez ceux-là mêmes qui en bénéficiaient que de liens de reconnaissance.

6Les tentatives réformatrices pour reprendre le contrôle de l’économie du pays étaient loin d’aboutir et suscitaient très vite l’opposition des compagnies, entraînant à bref délai la mise à l’écart de leurs initiateurs. Dans l’immédiat, la population, à commencer par la classe moyenne dont le développement s’affirmait, ne voyait que la soumission de l’État aux compagnies pétrolières et aux militaires étrangers. Isolée par ses dirigeants du reste du monde arabe, la Libye ne pouvait sans risque, rester avec comme seule satisfaction, une participation médiocre et marginale à la société de consommation.

2. La nouvelle classe moyenne partagée entre la solidarité arabo-islamique et le développement national.

7Lorsqu’un événement d’importance comme la défaite de 1967 ou l’incendie de la mosquée d’El-‘Aqsa bouleversait le monde arabe, le système politique libyen se trouvait soumis à de très fortes tensions. Il ne pouvait aucunement satisfaire le désir d’intégration de ses participants au courant arabo-islamique. La passivité des dirigeants du pays faisait ressortir leur complicité avec les étrangers, et la richesse relative des Libyens par rapport à leurs voisins arabes ne faisait qu’accroître leur mauvaise conscience. A long terme, l’ambiguïté du soutien de la monarchie à la cause palestinienne minait sa légitimité. Cette incapacité du système politique libyen à répondre aux demandes de la classe moyenne sensibilisée aux courants idéologiques engendrés par le nassérisme explique l’effondrement de la monarchie et l’installation relativement facile du nouveau régime, dont la légitimité se fonde en premier lieu sur le renversement de l’ « ordre injuste ».

8Si la monarchie succomba à son inadaptation à dominer les tensions entraînées par le choc de l’économie pétrolière sur la société libyenne, ce serait une erreur de voir dans les facteurs économiques les causes immédiates de son effondrement. Les dirigeants de l’ancien régime commettaient une erreur du même ordre lorsqu’il croyaient aussi à tort qu’il suffirait d’assurer une large diffusion de la prospérité pour faire accepter aux Libyens leur mise à l’écart des espoirs et des malheurs du monde arabe.

9C’est au niveau des idées que s’opère la remise en cause de l’ordre ancien et c’est à partir de son idéologie que l’on peut tenter de comprendre l’ordre nouveau [89, 79 bis, 86]. Si le changement tire indéniablement son origine d’un facteur économique, c’est sur le sentiment de frustration engendré par une caricature de société de consommation que s’appuieront les officiers libres libyens. Mais jusqu’alors leur groupe n’a pas tranché le débat entre ceux qui veulent mobiliser les ressources accrues de la Libye en les mettant au service exclusif de la nation arabe et ceux qui veulent investir dans leur pays l’argent tiré du pétrole pour préparer l’avenir sans donner plus d’attention aux rêves collectifs de la nation arabe que ne le font les États voisins. Mais, dans la mesure où l’ancien régime avait étouffé le sentiment d’appartenance à un ensemble arabe plus vaste, le nouveau apparaîtra tout d’abord comme une revanche sur ce courant. Le colonel Qaddhâfî incarne cette tendance au Conseil de commandement de la révolution et l’exprime avec une vigueur qui semble parfois dépaser l’engagement de ses pairs au sein de la direction collégiale.

I. — LA DESTRUCTION DE « L’ORDRE INJUSTE » ET L’IDEOLOGIE NOUVELLE

10Si la violence physique a été assez peu employée contre les dirigeants de l’ancien régime, les militaires libyens ont par contre manié dès le début tout l’arsenal de la violence symbolique pour discréditer leurs adversaires. Dès le départ, en s’assurant la caution du colonel Nasser, ils prenaient le contrepied de la monarchie qui avait voulu isoler le pays du courant arabo-islamique qu’incarnait le président égyptien.

1. Le modèle nassérien.

11La Libye du roi Idris avait pourtant, lors de la conférence de Khartoum en septembre 1967, cru neutraliser pour longtemps son influence déjà minée par la défaite. Mais si Nasser avait abandonné ses visées expansionnistes, son exemple avait encore à son insu une force révolutionnaire pour les jeunes officiers libyens. Vivant depuis le début de leur conjuration dans la dévotion à l’égard du leader des Officiers libres égyptiens, leur premier geste fut de situer leur mouvement dans leur sillage. Qu’il s’agisse des idées, des institutions ou des hommes, l’Égypte nassérienne leur fournit un modèle et bientôt un soutien.

12En agissant ainsi, les révolutionnaires libyens apportaient une satisfaction réelle à des courants de l’inconscient collectif que l’ancien régime avait constamment refoulé. Nasser représentait alors pour la classe moyenne libyenne, à la fois le type idéal d’adhésion aux valeurs arabo-islamiques et l’opposé du comportement réel de leurs anciens dirigeants. Il incarnait tout d’abord le soutien à la Palestine, où il avait combattu en 1948, et pour laquelle il s’était engagé dans deux conflits malheureux en 1956 et 1967, alors que Tripoli se réfugiait dans un neutralisme attentiste qui dissimulait mal sa solidarité avec des Occidentaux alliés à Israël. Nasser apparaissait aussi comme l’homme qui avait osé nationaliser le Canal, alors que l’ancien régime s’inclinait devant les volontés des compagnies pétrolières au point de n’avoir aucune maîtrise ni sur le prix du pétrole, ni sur ses conditions de production. Les compagnies anglo-saxonnes qui avaient fait les découvertes essentielles depuis 1960 constituaient une véritable bureaucratie concurrente de celle de l’État libyen qui n’apparaissait le plus souvent que comme un instrument à leur service. Les dirigeants libyens se bornaient alors à toucher les dividendes de la production pétrolière. Les ressources couvraient facilement les dépenses courantes et leur laissaient en outre des profits directs et indirects rémunérant leur docilité.

13A compter du 1er septembre 1969, la situation change. Les militaires se rapprochent naturellement des rares technocrates nationaux auxquels l’ancien régime n’avait guère laissé d’influence dans la conduite des affaires pétrolières. Cette osmose les amène à prendre en charge des revendications en matière de prix et de gestion de la production qui avaient jusqu’alors passé pour sacrilèges. Mais l’aboutissement de ces revendications indispensables pour légitimer les étapes suivantes de la construction du nouvel État, est poursuivi avec précaution.

14Au lendemain même de la révolution, les militaires libyens s’attaquent au problème de l’évacuation des bases étrangères, suivant encore en cela l’exemple des Officiers libres égyptiens. Leur succès est d’autant plus facile et rapide que ces bases appartenaient davantage au système de défense de la monarchie contre toute subversion extérieure ou intérieure, qu’au réseau de protection du « monde libre ». A partir du moment où les nouveaux dirigeants usent de leur souveraineté, les militaires anglais et américains ne peuvent se maintenir et ne le souhaitent pas vraiment. Ce succès rapide et spectaculaire apporte la preuve de la complicité de l’ancien régime avec les étrangers et justifie l’abolition de l’« ordre injuste ».

2. La récupération des richesses pétrolières.

15Les négociations pétrolières s’inspirent de cette tactique. La souveraineté nationale devient un moyen d’action efficace dès que les liens de solidarité avec les compagnies étrangères sont rompus. Au départ, le problème est nettement plus délicat. Mais les négociateurs libyens ne craignent guère les pressions intérieures, forts de leur succès dans l’affaire de l’évacuation des bases. Ils ont la chance de lancer leur action à un moment où les relations pétrolières internationales interdisent aux compagnies d’avoir recours à une tactique de boycott et d’asphyxie qui avait eu raison, dans le passé, de la tentative du Dr Mossadegh.

16Bien au contraire, le Cartel doit agir très vite pour transférer, lors des accords de Téhéran, le bénéfice moral du succès obtenu à Tripoli aux producteurs conservateurs du Golfe qui restent solidaires de son action. En se lançant à l’assaut des compagnies pétrolières, les Officiers libres libyens remettent en question, au-delà du cas de leur propre pays, un « ordre injuste » international qui entrave le monde arabe en tout premier heu. Leur succès leur fait pressentir à partir de 1972 qu’ils détiennent là un moyen de pression considérable contre Israël, s’ils arrivent à organiser une action cohérente des producteurs arabes.

3. Les fondements d’une légitimité nouvelle.

17En expulsant les Italiens et en pourchassant les symboles linguistiques ou culturels occidentaux, c’est encore indirectement à l’ancien régime qu’ils s’attaquent. La monarchie s’efforçait d’isoler la Libye du monde arabe, mais laissait diffuser par l’intermédiaire de la colonie italienne et d’autres groupes étrangers des modèles culturels de société de consommation qui portaient atteinte à l’authenticité arabo-islamique du pays. A cet égard, l’alcoolisme largement toléré apparaissait alors comme une soupape de sûreté laissée à la classe moyenne. En créant une coupure brutale avec ces comportements, les militaires veulent rétablir des liens de solidarité qui n’auraient jamais dûs être aussi relachés ; et s’ils ne peuvent dans l’immédiat se débarrasser de tous les étrangers non arabes, ils les cantonnent dans une situation d’isolement suspect qui les empêche d’influencer réellement les Libyens.

18En détruisant ainsi l’ « ordre injuste » de l’ancien régime, les Officiers libres ont su canaliser une légitimité nouvelle au profit de leur mouvement. Cette légitimité procède de plusieurs sources. En premier lieu l’exemple nassérien qui constituait dans sa simplicité une pierre de touche de l’arabo-islamisme. En s’attaquant de façon symbolique à certains aspects d’une société de consommation que répandait le contact des étrangers, ils ont voulu rendre leur pays insensible aux pressions extérieures éventuelles et monopoliser l’action des masses vers la solidarité arabe et la participation à la lutte en faveur de la Palestine. Cette remise en cause de l’ « ordre injuste » a pu se faire grâce à un échange idéologique très fort entre les dirigeants et la masse des citoyens alors que l’ancien régime avait fondé son maintien au pouvoir sur l’espoir qu’une caricature de société de consommation suffirait à couper la Libye de ces solidarités arabo-islamiques.

19La destruction de l’« ordre injuste », le refus d’une caricature de société de consommation et la justification poussée à l’extrême par le précédent nassérien, telles sont les premières justifications que le pouvoir en place depuis le 1er septembre 1969 apporte à son action. Au-delà, quelques lignes d’orientation donnent un certaine cohérence à la trame idéologique des actions politiques du nouveau régime. Dans leur définition le rôle du colonel Qaddhâfî apparaît prépondérant, sans que l’on soit toujours en mesure de dire s’il agit là comme le porte-parole fidèle de la direction collégiale du Conseil de commandement de la révolution, ou s’il donne à lui seul une impulsion que ses collègues hésitent à désavouer tant qu’ils ne sont pas sûrs de pouvoir le remplacer. Le président du C.C.R. est en effet à peu près seul à définir la ligne politique du mouvement des Officiers libres, suivant une méthode qui prend elle-même valeur de symbole. Depuis les premiers jours de la révolution, le pouvoir s’exerce le plus souvent par impulsion directe du centre. Le mécanisme de communication type est le long discours pédagogique par lequel le président du C.C.R. explique et justifie son action [73]. Il veut ainsi créer un lien très solide entre le centre du pouvoir et la base populaire, sans organiser ni trop récuser un certain culte de la personnalité. Son but est d’obtenir une mobilisation intense des masses libyennes sans intermédiaires.

4. Le refus des intermédiaires.

20Dans les premiers temps cette attitude pouvait se justifier par la crainte des complots contre la révolution et la puissance des forces en place. Mais il semble que le Président libyen en fasse un principe de son action politique. Au lendemain du coup d’État, les soldats en faction au coin des rues donnaient souvent l’impression de recevoir directement sur leurs transistors les ordres du C.C.R. Certes, la bureaucratie de l’ancien régime a été maintenue comme instrument d’exécution, mais en ruinant le principe du pouvoir hiérarchique. Chaque fonctionnaire d’autorité a le sentiment que ses décisions peuvent être contestées par un subordonné ou un administré mécontent qui portera directement l’affaire en appel devant le C.C.R. et obtiendra assez fréquemment son intervention dans des domaines d’administration courante. En effectuant lui-même des visites de contrôle inattendues dans les hôpitaux et les services administratifs, et en laissant s’amplifier les récits de son comportement de justicier populaire, le colonel Qaddhâfî légitime une attitude de remise en question de la bureaucratie. Sa défiance à l’égard des intermédiaires provient certes de leur participation à l’ « ordre injuste » de l’ancien régime et notamment au système de corruption que l’on ne veut pas voir réapparaître sournoisement. Mais à la longue, il semble plutôt que le président du C.C.R. craigne que la révolution libyenne ne soit imperceptiblement canalisée par les problèmes de gestion administrative. Par un renversement de situation assez courant, les révolutionnaires pourraient devenir les instruments des bureaucrates dont l’intervention se situe par nature dans le cadre de l’État national au sens étroit du terme. Or, Qaddhâfî refuse de laisser la révolution libyenne s’engager dans cette voie. Il ne peut certes détruire totalement d’emblée la base étatique qu’il a trouvée sans compromettre l’assise de son pouvoir tant qu’il ne dispose pas d’un autre instrument à lui substituer. Mais il ne saurait accepter de laisser capter les énergies et les rêves issus de la révolution du 1er septembre vers la construction de l’État dans la mesure où il récuse le cadre national au sens étroit du terme dans lequel s’effectue cette mobilisation. Seule la nation arabe, dans son ensemble, est digne d’un tel effort.

5. La condamnation des partis.

21La condamnation des intermédiaires s’étend de la bureaucratie aux partis, à commencer par ceux qui comme le Ba’th ou les communistes, remettent en cause sur d’autres bases doctrinales l’État national. Pour Qaddhâfî, tous les partis arabes ont échoué et se sont compromis avec l’étranger, seules les forces armées peuvent sans dévier jouer le rôle d’avant-garde de la nation arabe que l’autres confient au parti unique. Cette hostilité aux partis apparaît dans le préambule du décret du 12 juin 1971 : « Chaque parti s’attache à ce qu’il possède et fait du régionalisme une idole, ce qui est plus dangereux que le régionalisme réactionnaire ». L’Union socialiste arabe de Libye échappe, bien entendu, comme sa soeur égyptienne, à cette critique de base, car elles sont organisées pour répondre aux objectifs fondamentaux de la nation arabe et leur similitude d’organisation et de principe est déjà un engagement dans la voie de l’unité. Les partis, autres que l’U.S.A., sont donc condamnés car ils justifient et renforcent l’organisation des États nationaux dont l’édification ne peut se faire qu’au détriment de la nation arabe. L’on comprend pourquoi, dans ces conditions, la reconstitution de partis, autre que l’U.S.A., est dans la loi libyenne un délit puni de mort — le crime contre la nation arabe méritant un châtiment exemplaire [8, Documents].

6. L’unité arabe contre les particularismes nationaux ou provinciaux.

22Freiner les tendances nationalistes qui réapparaissent dans la bureaucratie ou dans l’esprit de parti n’est pas une tâche trop difficile, car l’enracinement de la nation libyenne est encore chose fragile et il ne saurait prévaloir en face de la nation arabe. Pour les révolutionnaires libyens, il s’agit là d’un mouvement authentique, provenant d’un passé lointain qui a connu, associé à l’Islam, des périodes de puissance et de prospérité, constituant un apport incomparable à l’histoire de l’humanité. En faisant du nationalisme arabe le fondement de leur doctrine, ils se rallient les divers courants qui avaient jusqu’alors subi la contrainte de l’isolement national pratiqué par l’ancien régime. Fort de l’exemple et de l’appui nassérien, le mythe unitaire leur permet de toute façon d’échapper aux courants de particularisme provincial et aux systèmes de clientèles qui minaient le pouvoir central sous la monarchie. Nul n’a jamais songé à reprocher aux Officiers libres d’être en majorités Tripolitains ou Fezzannais et d’abandonner Bayda comme capitale. L’ancien régime n’aurait jamais pu constituer un gouvernement aussi équilibré géographiquement. La révolution crée une légitimité nouvelle, mais le recours au nationalisme arabe a sans doute aussi permis d’éviter les pièges du particularisme.

23Le nationalisme arabe fournit également un moyen de recours contre des oppositions internes. Le Pacte de Benghazi conclu le 17 avril 1971 prévoit des mécanismes d’intervention réciproques dans l’éventualité de troubles internes ou externes dans n’importe quel pays de la Fédération des Républiques arabes, sur décision du Conseil présidentiel. Comme on voit assez mal l’armée libyenne rétablissant l’ordre au Caire, on pourrait en déduire qu’une des finalités du traité était de permettre une intervention égyptienne à Tripoli.

24Si l’unité arabe a pour effet immédiat de protéger la révolution libyenne, à long terme le colonel Qaddhâfî reste persuadé que la Libye ne peut offrir une base suffisante pour la révolution. Laissés à eux-mêmes les Libyens aspireront à se partager les bénéfices du pétrole. Seule l’idée d’unité arabe justifiée par la lutte pour la Palestine pourra leur éviter de sombrer sans retenue dans une caricature de société de consommation. En mai 1970 Tripoli soumet aux autres capitales arabes un plan de nationalisation de la bataille qui a pour but d’éviter tout règlement partiel. Le colonel Qaddhâfî proclame déjà du vivant de Nasser que des négociations séparées entre Israël et l’un des belligérants arabes ne pourraient conduire qu’à des concessions signifiant l’abandon des droits des Palestiniens au profit des intérêts « régionaux » arabes. Pour rendre ses compatriotes sensibles à la solidarité avec la cause palestinienne, il crée en janvier 1970 un fonds du jihâd alimenté par un impôt spécial sur les salaires, alors qu’il aurait largement les moyens de subventionner la Résistance en prélevant sur les revenus pétroliers du pays.

25Si la cause palestinienne justifie l’unité arabe auprès des Libyens, celle-ci trouve sa signification dans la « troisième théorie ». L’unité doit permettre aux Arabes de retrouver une place dans le monde en dehors des luttes d’influence des deux Super-Grands. Cessant d’être l’enjeu de leurs rivalités et l’objet d’une histoire qui se fait sans elle, la nation arabe doit devenir un acteur autonome, mobilisant ses ressources et proposant au monde un système de valeurs morales et politiques, puisant sa vigueur dans l’Islam. Le système des valeurs qu’analyse par ailleurs Hervé Bleuchot, est à la base de toute la construction politique qui s’est développée en Libye depuis le 1er septembre 1969. Il a permis une mobilisation des citoyens justifiant la négation des différences de classe chère au nouveau régime. Tous sont concernés par les thèmes d’indépendance, de dignité et de solidarité avec la Palestine. La construction de l’État-Nation créerait des différences au profit de la classe moyenne. Si en fin de compte le régime libyen accepte de pratiquer en ce domaine une politique comparable à celle de l’Algérie, il ne la justifie pas au même degré et va même jusqu’à en condamner le principe.

26L’organisation des pouvoirs reflète largement les orientations du modèle idéologique analysé ci-dessus. L’intensité de la mobilisation compense la faiblesse des institutions. Le pouvoir central considère avec une certaine méfiance les intermédiaires bureaucratiques ou partisans dont il ne peut se passer totalement, mais qui risqueraient, s’il en devenait le prisonnier, de lui faire perdre sa pureté doctrinale. Il doit cependant composer avec deux groupes qui l’aident à assurer son pouvoir : les militaires d’un côté, les experts pétroliers nationaux de l’autre.

II. — LES INSTRUMENTS DU POUVOIR

1. Un gouvernement provisoire récupérant la bureaucratie d’ancien régime.

27Si le but ultime de la révolution est d’organiser au plus tôt l’unité de la nation arabe, il n’est pas nécessaire de consacrer beaucoup d’énergie à construire de nouvelles institutions dans le cadre de l’État national libyen. On court autrement le risque de renforcer le sentiment « régionaliste » sur lequel l’ancien régime avait cru pouvoir fonder sa politique. Il serait ensuite difficile de détruire ce que l’on aurait ainsi édifié en lui conférant une légitimité nouvelle.

28Pour l’essentiel, la Libye républicaine s’accommode des institutions et des hommes de la monarchie. Le manque de cadres compétents, le peu de goût des militaires pour les exercices de style constitutionnel, un certain pragmatisme à l’anglaise sont des justifications suffisantes. Partie intégrante de l’ancien « ordre injuste », la bureaucratie du roi Idris peut cependant être utile sans jamais prétendre s’opposer aux décisions qui viseraient à la supprimer au profit de nouvelles structures unitaires. Un pouvoir bureaucratique moins compromis avec le passé partagerait sans doute mieux les ambitions du colonel Qaddhâfî et de ses collègues. Il pourrait aussi être amené à contester leur légitimité et à intervenir dans le jeu des rivalités pour le contrôle du pouvoir.

29Le cadre juridique institué au lendemain du 1er septembre correspond assez bien à la situation d’une sorte de « gouvernement provisoire » remplissant les fonctions de l’État national en attendant l’établissement d’un ordre nouveau lorsque la Libye aura réussi à persuader les autres membres de la nation arabe de créer avec elle une structure correspondant à ses espoirs. Sortir du provisoire serait, pour les révolutionnaires de Tripoli, une démarche aussi traumatisante que le fut pour les Bolchéviks, dans les années vingt, le renoncement à l’espoir de voir la révolution se déclencher en Allemagne ou en Angleterre et devenir universelle. Pour le colonel Qaddhâfî, l’idée d’unité, animée par la lutte contre Israël, doit avoir dans les peuples une force structurante s’imposant d’elle-même aux dirigeants. Se rabattre sur l’édification d’un nouvel État-nation serait un abandon supposant sans doute un nouvel équilibre au sein de l’équipe au pouvoir, comparable aux transformations qui affectèrent l’U.R.S.S. lorsque ses dirigeants choisirent de construire le socialisme dans un seul pays. En comparaison, l’unité dans un seul pays n’aurait guère de sens.

2. Les rapports entre Qaddhâfî et le C.C.R. : un système collégial de solution des conflits.

30Les institutions mises en place au lendemain du 1er septembre 1969 tendent à satisfaire empiriquement ces besoins contradictoires et difficilement formulables. La révolution a tout d’abord besoin d’un exécutif fort. Ce sera le Conseil de commandement de la révolution, composé de onze capitaines et d’un lieutenant qui ont mené la conjuration contre la monarchie. Le pouvoir exécutif, législatif et constituant lui appartient. Si Mou’ammar El-Qaddhâfî apparaît comme le leader, en se voyant conférer le grade de colonel, ce Conseil reste encore un organe collégial dont le fonctionnement diffère peu de ce qu’était le groupe des collégiens de Sabha ou d’élèves-officiers de l’Académie militaire, lorsqu’ils rêvaient de transformer leur pays. Engagés dans une action clandestine qui pour les premiers d’entre eux dure depuis 1956, les douze conjurés ont eu le temps de se connaître et de se choisir. En dépit des divergences qu’a pu entraîner l’exercice du pouvoir, la qualité de leur lien collectif demeure et suffit jusqu’alors à structurer un système qui reste par ailleurs assez peu cohérent [86].

31Si Qaddhâfî est leur porte-parole et exerce le rôle de leader naturel du groupe après comme avant la révolution, il n’a pas confisqué à son profit la totalité du pouvoir. Les décisions importantes sont encore prises collectivement. Il est arrivé plusieurs fois, en des circonstances importantes, de voir la Libye rester muette. On apprend généralement que le C.C.R. s’est réuni plusieurs jours dans une caserne. Si par la suite Qaddhâfî ou un autre membre de l’équipe fait une déclaration ou entreprend une démarche, ce sera alors au nom du groupe, sans risque d’être désavoué. Lorsqu’il s’agit d’affaires sur lesquelles un accord général existe, Qaddhâfî se prononce rapidement et sans ambiguïté. Autrement, la délibération collective précède la décision, dût-elle donner l’impression d’une incohérence du pouvoir, contrastant avec les déclarations fracassantes chères à son président et remarquées par les observateurs.

32Identifier les domaines où cette tension a pu se manifester est délicat d’autant plus que la centralisation du pouvoir fait remonter au C.C.R. de nombreux problèmes. La cristallisation des divergences peut ainsi apparaître à propos d’affaires en apparences mineures. Il semble pourtant que le problème concerne chaque fois une vision différente des intérêts de la nation arabe ou de la Libye. Une première tension a dû semble-t-il se produire fin 1969 début 1970 à propos de l’attitude à adopter à l’égard de l’unité maghrébine dans laquelle s’était engagée la monarchie. Pour les uns, il s’agissait d’une construction régionaliste qui risquait de retarder une union arabe véritable dont le centre ne pouvait être que Le Caire. Pour d’autres membres du C.C.R. les deux opérations ne s’excluaient pas. La construction maghrébine pouvait être l’occasion de s’appuyer sur l’Algérie que les intérêts pétroliers, une même vision du socialisme et du rôle de l’armée, rapprochaient de la Libye. Le groupe semble alors avoir arbitré en faveur de Qaddhâfî qui souhaitait pousser d’abord un projet d’union avec Le Caire contre Jalloud ou Najm qui ne désiraient pas rompre avec le Maghreb. Najm démissionnera de son poste de ministre des Affaires étrangères en novembre 1970, à cause d’un désaccord trop marqué sur ce point.

33La politique pétrolière a aussi donné lieu à de nombreux débats. Il semble bien que les secondes négociations de Tripoli, en mars 1971, n’aient été validées qu’après un arbitrage du C.C.R. ratifiant cette fois la politique de compromis du commandant Jalloud.

34Mais les débats les plus tendus ont, semble-t-il, concerné la politique d’unité avec l’Égypte entraînant en juillet 1972 ou en mars 1973, des périodes de crise interne plus ou moins longue. Il semble alors que le C.C.R. ait mis en minorité Qaddhâfî, tout en l’empêchant de s’adresser directement au pays. Lorsque sa politique a été contestée, le président du C.C.R. ou en d’autres circonstances le commandant Jalloud, n’ont jamais pu, ou voulu, l’emporter en s’appuyant sur l’appareil de l’État ou sur l’armée. Ils ont eu recours à la menace de démission, sachant l’audience que leur valaient soit leur rôle de leader et de porte-parole du groupe des Officiers libres, soit celui de chef de l’administration. Mais si la menace pouvait renforcer leur pouvoir de négociation, elle n’a pas suffi à soumettre leurs autres collègues — qui sont allés jusqu’à leur interdire de rendre le conflit public, en barrant, entre autres au colonel Qaddhâfî, le chemin des studios de télévision.

35Pour les affaires importantes, le débat est élargi à un groupe d’une cinquantaine de personnes comprenant en majorité des officiers, mais aussi quelques civils, des techniciens et des amis des militaires dont la légitimité provient de leur participation à un titre ou à un autre à l’action clandestine avant le 1er septembre 1969.

3. Le gouvernement : un organe d’exécution au service du C.C.R.

36Le gouvernement ne fait pas partie en tant que tel du groupe qui tranche et décide. Composé de façon variable de militaires et de civils c’est avant tout un organe technique subordonné, chargé de mettre en œuvre la politique arrêtée par le C.C.R. Ses rapports avec ce dernier ont donné naissance au début à quelques conflits, mais on a très vite su où se situait la réalité du pouvoir. Il est cependant intéressant de noter que les seules règles formelles adoptées par la révolution libyenne concernent en fait les rapports entre le C.C.R. et le gouvernement.

37Si la monarchie vivait dans un cadre constitutionnel et législatif assez précis, le nouveau régime ne partage pas le même souci de formalisme. Au lendemain de la révolution, personne ne conteste l’autorité du Conseil de commandement de la révolution pour prendre des mesures appartenant aussi bien au pouvoir législatif, réglementaire que constituant. Un problème de compétence se pose cependant dès que les militaires investissent, le 8 septembre, un gouvernement civil dirigé par le Dr Moghrabi. Il s’agit dans leur esprit d’un simple organe technique d’exécution de leurs décisions, alors que les ministres ont tendance à croire qu’ils disposent d’une délégation de compétences. La coupure entre le C.C.R. et le gouvernement est d’autant plus grave que les membres du C.C.R. n’appartiennent pas alors au gouvernement, et que l’on trouve par contre à la Défense et à l’Intérieur deux militaires, plus âgés et plus gradés que les membres du C.C.R. : le colonel El-Hawaz et le lieutenant-colonel Mousa. Les ministres civils ont tendance à se soumettre en maugréant au C.C.R. Par contre, les militaires sympathisants du mouvement, mais qui n’appartenaient pas au complot des capitaines, s’estiment libres de définir leur politique, de prendre la parole en public, toutes initiatives qui déplaisent fortement aux Officiers libres, et les amènent à les déposer en décembre 1969, sous prétexte de complot.

38Depuis lors, la symbiose est largement assurée entre le C.C.R. et le Conseil des ministres et une proclamation constitutionnelle en date du 11 décembre 1969 (le lendemain de l’arrestation d’El-Hawaz et de Mousa) règle la subordination incontestable du gouvernement au C.C.R. Ce dernier se voit conférer tous les pouvoirs au nom du peuple pour défendre la révolution. Le Conseil des ministres lui est subordonné individuellement et collectivement. Aucune Cour ne peut avoir à connaître les décisions du C.C.R. Les forces armées sont totalement soumises à son contrôle. Le Conseil des ministres est seulement chargé d’exécuter la politique générale de l’État selon les plans du C.C.R. Si le Président ou deux membres du C.C.R. peuvent convoquer une réunion commune du C.C.R. et du Conseil des ministres, le Premier ministre ne dispose même pas de ces pouvoirs. Il a certes autorité sur les ministres, et sa démission entraîne le départ collectif du gouvernement [8, Documents].

39A partir de janvier 1970, la présence de membres importants du C.C.R. au gouvernement tendra à déplacer vers cet organisme les arbitrages importants. Le colonel Qaddhâfî exerce alors les fonctions de Premier ministre, tout en restant chef des forces armées et président du C.C.R. Il est assisté du commandant Jalloud, vice-président du Conseil, et de trois autres militaires membres du C.C.R. Depuis lors, à travers plusieurs remaniements, on conservera cette structure. Le véritable pouvoir de décision reste donc au niveau du C.C.R., et au sein du Conseil des ministres, seuls les membres du C.C.R. peuvent avoir quelque autonomie. Les autres ministres ne sont que des fonctionnaires supérieurs à la recherche d’un patron parmi les membres du C.C.R., dont ils préparent techniquement les décisions.

4. La clientèle du commandant Jalloud.

40Le commandant Jalloud joue à cet égard un rôle particulier dans les rapports C.C.R.-administration. Il a été chargé des négociations difficiles dès le début du nouveau régime, qu’il s’agisse de l’achat des Mirage, de l’évacuation des bases militaires ou des accords avec les compagnies pétrolières. Ces responsabilités technico-politiques l’ont très vite mis en rapport avec les quelques jeunes ingénieurs et financiers libyens de valeur sur lesquels il choisit de s’appuyer pour remplacer les chefs de service de l’ancien régime. Il se constitue ainsi un réseau de clientèle unique parmi ceux dont le nouveau pouvoir a besoin pour se procurer les moyens nécessaires à son action. Ces techniciens contrôlent les compagnies pétrolières et veulent augmenter les revenus du pays pour les investir dans l’agriculture et l’industrie, tout en ménageant les ressources du sous-sol. Tout naturellement leur projet s’inscrit dans le cadre de l’État-nation, sans être ouvertement incompatible avec la constitution d’un ensemble arabe plus vaste. On peut seulement supposer qu’ils n’abandonneront pas facilement la maîtrise des pouvoirs durement reconquis sur l’étranger et sur les compagnies pour se fondre dans un cadre politico-sentimental qu’ils soupçonnent de dissimuler les ambitions ou les appétits de bureaucraties arabes concurrentes. Si Jalloud partage les choix unitaires qu’exprime Qaddhâfî et accepte sans éclat les arbitrages parfois défavorables du C.C.R., il est néanmoins porté dans le quotidien à se faire l’avocat des thèses des technocrates dont il approuve le pragmatisme, la sincérité et l’honnêteté. Ses fonctions de vice-président du Conseil chargé des secteurs de production lui font acquérir une spécialisation plus poussée que ses collègues dans les domaines d’où proviennent la quasi-totalité des ressources du pays. Il est tentant dans ces conditions d’exercer une influence sur leur emploi.

41En dehors des secteurs de production, l’administration a très peu d’autonomie en face du C.C.R. On trouve bien quelques services qui seraient politiquement aussi importants, mais à aucun moment les officiers n’ont besoin de passer par des intermédiaires pour les contrôler. On pourrait placer dans ces catégories l’information et les forces armées. Dans le premier cas, l’administration se borne à assurer un support technique (radio-télévision ou presse) à un message élaboré par le président du C.C.R. ou ses hommes de confiance. Pour les seconds qui jouent le rôle essentiel de gardiens de la révolution, les officiers du C.C.R. sont seuls à avoir le contrôle des décisions même si l’on doit dans la pratique estimer qu’ils sont amenés à s’en remettre à d’autres pour le commandement des unités. Qaddhâfî reste même après son limogeage apparent d’avril 1974, commandant en chef des forces armées.

42Si Jalloud dirige les secteurs de production, le commandant El Houni contrôle avec discrétion la police et les services secrets, et le commandant Bechir Hawâdi s’est vu confier l’Information et la propagande avant d’être chargé en 1971 de l’Union socialiste arabe.

43Les rapports entre l’administration et le C.C.R. peuvent donc être analysés plutôt comme ceux d’un système complexe de clientèles. Les Officiers libres utilisent les jeunes technocrates pour assurer un niveau minimum d’efficacité dans les secteurs vitaux de l’administration liés à la production pétrolière, à l’investissement des ressources qu’elle procure et aux relations extérieures. Mais ils limitent l’influence de cette administration nouvelle en refusant de la structurer et en la maintenant en concurrence avec la bureaucratie de l’ancien régime. Le pouvoir de décision finale reste entre les mains d’officiers du C.C.R. qui arbitrent entre les projets, autorisent et ratifient les négociations avec les firmes ou les gouvernements étrangers, et répartissent les ressources.

5. L’armée gardienne de la révolution ?

44L’armée se situe à part dans ce schéma, car les Officiers libres ne peuvent justifier, comme pour l’administration, son maintien provisoire dans l’état de relative décrépitude où l’ancien régime l’avait placée. Elle est devenue le gardien suprême des institutions. Le soulèvement du 1er septembre 1969 confère à l’armée une légitimité que nulle autre institution ne saurait contester. La déclaration constitutionnelle du 11 décembre 1969 charge expressément les forces armées de « protéger la révolution, de la soutenir et de favoriser sa marche vers la réalisation des objectifs de liberté, de socialisme et d’unité ». Selon Qaddhâfî les élites militaires sont amenées à jouer en Libye et ailleurs, un rôle d’avant-garde pour la construction de la nation arabe. Si l’on part de cette supposition, il n’y a pas lieu de craindre chez les militaires les réactions « régionalistes » que l’on redoute dans l’administration. Ainsi, les révolutionnaires n’ont pas mesuré les moyens d’organiser une force de défense puissante et moderne. La modernisation entreprise par l’armée n’est pas, comme dans les autres secteurs de la vie publique, suspecte de trahir les valeurs de l’arabisme. Elle ne subit ni les contraintes financières habituelles, ni les restrictions dans les contacts avec l’étranger. Elle est également soigneusement tenue à l’écart des remous qui peuvent affecter la vie nationale. Remplit-elle pour autant tous les espoirs que place en elle le C.C.R. ? On serait tenté de répondre affirmativement en ce qui concerne la protection de la révolution et d’émettre quelques réserves sur les convictions unitaires qui peuvent animer les militaires.

45Les militaires n’ont pas, depuis le 1er septembre 1969, joué de rôle politique apparent et de ce fait, on peut déduire que l’armée continue à se reconnaître dans le groupe d’officiers qui forme le C.C.R. Les divergences entre les membres du C.C.R. ne se sont pas traduites en actions s’appuyant sur une fraction de l’armée contre une autre. Les adversaires extérieurs ou intérieurs de la révolution n’ont pas non plus trouvé d’appui dans l’armée. En contrepartie, les soldes ont été augmentées, le recrutement a été largement ouvert et les moyens techniques accrus, spécialement pour des armes savantes, pratiquement inexistantes sous l’ancien régime.

46Peut-on dire pour autant que l’armée accepte naturellement tous les choix politiques du C.C.R. ? Cela n’est pas certain. On peut même faire l’hypothèse que la politique suivie à son égard par le C.C.R. pourrait avoir pour effet de renforcer un courant que le colonel Qaddhâfî qualifierait ailleurs de régionaliste. Les militaires libyens peuvent avoir le sentiment que la fusion dans un ensemble arabe plus vaste aurait pour effet immédiat de leur faire perdre leur autonomie ainsi que d’importants avantages matériels. Si la Libye a déjà, pendant un temps, mis en pratique l’union avec l’Égypte en intégrant dans son armée de nombreux officiers et spécialistes du pays voisin, cela n’est jamais allé jusqu’à une absorption de l’armée libyenne par l’armée égyptienne. Le projet d’union avec la Tunisie ne faisait pas courir le même risque ; il aurait plutôt conduit les militaires libyens à exercer une influence sur des collègues tunisiens, guère plus nombreux mais nettement moins bien dotés qu’eux.

47A long terme, l’attitude de l’armée libyenne peut dépendre des objectifs stratégiques qu’on lui assigne, notamment depuis sa réorganisation en mars 1970. Si l’affrontement avec Israël reste un thème dominant, il s’agit cependant d’un adversaire lointain contre lequel seule une action de coalition des armées arabes amènerait l’armée libyenne à intervenir. Elle s’organise aussi pour défendre le pays contre les flottes étrangères croisant en Méditerranée, et faire payer cher une opération du même style que celle des Marines à Beyrouth en 1958. Mais ce type d’action supposerait un engagement tel des deux Super-Grands qu’il reste peu probable. En fait, les seuls adversaires potentiels qui soient à la mesure de l’armée libyenne et à proximité immédiate du pays, seraient l’Algérie, la Tunisie et l’Égypte. Poser ainsi le problème, revient à se placer dans le cadre de l’État-nation ; les militaires libyens peuvent y être conduits, s’ils réfléchissent à une stratégie à la mesure de leurs problèmes et de leurs moyens. Cette orientation les amènerait à rejoindre et à légitimer le penchant inavoué des technocrates pour s’assurer une base industrielle et éducative nécessaire à leurs projets. Un front uni contre des adversaires communs pourrait faciliter ce rapprochement.

6. Les tentatives d’élargissement de la base populaire du régime.

48Le C.C.R. s’est en effet plusieurs fois lancé dans de vastes opérations politiques qui pouvaient inquiéter autant la bureaucratie moderne que les forces armées. On pourrait classer dans cette catégorie les tentatives visant à élargir sa base politique par la création en juin 1971 de l’Union socialiste arabe, et en avril 1973, la révolution culturelle et ses comités populaires. L’U.S.A. est lancée après une première phase de la révolution libyenne qui pouvait assez facilement faire l’union des dirigeants du C.C.R., des classes moyennes, de la bureaucratie et des groupes épisodiquement concernés par les phénomènes politiques. L’évacuation des bases étrangères, la soumission à la souveraineté nationale des compagnies pétrolières, le renforcement de l’armée, le renvoi des Italiens et l’élimination des traces culturelles étrangères ne comportent pas en eux-mêmes de choix qui puissent diminuer le rôle des groupes qui ont jusque-là soutenu la révolution. Par contre, l’engagement de la Libye dans une union qui devait être totale avec l’Égypte entraîne des tensions. La présence d’une communauté égyptienne de plus en plus nombreuse fait craindre une absorption du pays et suscite des incidents. La classe moyenne urbaine qui a jusqu’alors soutenu la plupart des projets du C.C.R. marque sa réserve. Les révolutionnaires libyens sentent alors le besoin d’une structure de discussion qui permette de faire connaître et accepter leurs intentions. Leur choix se porte tout d’abord sur l’organisation à partir de janvier 1971 de nombreux congrès populaires, où les membres du C.C.R. se rendent dans tout le pays pour « rencontrer le peuple » et dresser le bilan de leurs domaines d’activité. Cette pratique n’entraîne pas dans les masses un enthousiasme à la mesure de l’attente des Officiers libres. Par ailleurs, elle semble inquiéter les partenaires de la Libye au sein de la Fédération des Républiques arabes. On s’oriente alors vers une institutionalisation du dialogue plus conforme au modèle égyptien dans lequel le président libyen voit en quelque sorte le type idéal des institutions de la nation arabe à construire [8, chroniques politiques].

49La création de l’U.S.A. répond avant tout à des nécessités de politique intérieure. Elle manifeste un certain manque de confiance des Officiers libres pour assurer la poursuite de leur action. Ce sentiment apparu à divers moments de façon confuse, renforcé après la mort de Nasser, provient d’une réaction constante d’incompréhension à l’égard de la classe moyenne. Les militaires ne craignent pas tant le retour à l’ancien régime que la déviation des buts de la révolution par la bureaucratie et les partis. Aussi veulent-ils créer une organisation qui leur assure sans surprise un contact populaire que l’on pourrait, le cas échéant, mobiliser contre les opposants éventuels. Les membres du C.C.R. président en 1971 à la naissante des comités locaux et provinciaux de l’U.S.A. Les statuts de l’Union donnent au C.C.R. des pouvoirs d’organisation et de discipline sans ambiguïté. Les ouvriers, les paysans et les soldats constituent la base des comités. Les autres catégories sociales sont a priori suspectes de ne pas représenter la volonté du peuple. Les étudiants, notamment, font l’objet de dispositions particulières montrant que l’on ne souhaite guère étendre leur influence au sein de l’Union. A la suite du premier congrès de l’U.S.A. en avril 1972, le C.C.R. prend une série de mesures montrant l’étendue du contrôle social qu’il souhaite établir par l’intermédiaire de ce parti. Allant beaucoup plus loin que les condamnations doctrinales qui accompagnaient la naissance du mouvement, une loi punit de mort toute activité politique en dehors de l’Union. La condamnation de la lutte des classes qui figurait à l’origine dans les principes de base du mouvement s’accompagne en 1972 d’une interdiction de la grève. Une loi nouvelle tend aussi à placer l’administration locale sous le contrôle des comités du parti, manifestant l’espoir que la base saura vaincre le manque de foi et les réticences de l’appareil bureaucratique [8].

50Mais la création de l’U.S.A. répond plus à un besoin doctrinal, au malaise dû à l’isolement de l’équipe dirigeante en face d’intermédiaires qu’elle juge hostiles ou peu sûrs, qu’à un besoin réel de relais de gouvernement. Sa structure est telle qu’elle deviendra comme son modèle égyptien une bureaucratie nouvelle, plus fictive que présente dans la vie du pays. Elle servira tout au plus à légitimer l’action du C.C.R. par l’illusion du contact que procurent les grandes réunions populaires télévisées. Au bout d’un an, le charme sera épuisé et la révolution culturelle reprend le problème là où le parti l’avait laissé, en mettant encore plus l’accent sur le contrôle de la bureaucratie et sur la spontanéité populaire tout en prévoyant de larges pouvoirs au profit du C.C.R.

51Mais après quelques mois, le mouvement s’institutionnalise à nouveau et apparaît tout au plus comme une forme de décentralisation prolongeant de façon plus radicale la réforme administrative entreprise l’année précédente. Le parti crée alors une nouvelle catégorie d’intermédiaires et devient aussi suspect au centre du pouvoir sans rallier pour autant le soutien des masses.

52Quel rôle peut-on attribuer à ces organisations dans le système politique libyen ? Les juger sur des critères d’efficacité serait aussi illusoire que s’en tenir à leurs objectifs proclamés. La juste mesure consisterait plutôt comme Clement-Henry Moore à voir dans ces mouvements l’incarnation momentanée d’un mythe, au sens Sorélien du terme. L’unité arabe y tient la place de la grève générale comme moteur de l’action politique. Mais les sociétés islamiques n’ont pas, à la différence des sociétés occidentales, besoin de lourds appareils pour donner vie aux mythes. L’échange entre le centre du pouvoir et la périphérie peut être souvent d’autant plus intense qu’il ne sera pas déformé par des intermédiaires. Sans fonctions politiques réelles, ces organisations peuvent néanmoins servir à contrôler les réseaux de commandement plus structurés que sont l’administration et l’armée. La création de milices populaires rattachées à l’U.S.A. ou dérivées des comités de la révolution culturelle a dû être ressentie comme une marque de suspicion par les militaires professionnels. Ces derniers ont été, ou se sont volontairement, tenus à l’écart de manifestations où le pouvoir cherchait à trouver un reflet de sa propre légitimité.

***

53Au-delà de ces constructions fragiles, la réalité du pouvoir réside dans un système à la fois souple et fragile de clientèles qui suffit au C.C.R. pour exercer le contrôle du pays. La précarité d’une telle organisation n’échappe pas aux responsables libyens qui craignent de voir se constituer aux échelons intermédiaires des clientèles rivales. Tant qu’un consensus existe au sein du groupe ayant accédé au pouvoir le 1er septembre 1969, le risque d’un nouveau coup d’état reste mineur. Cette construction fort légère suffit à assurer les fonctions limitées confiées à l’État national en Libye. Mais comme le système politique libyen se veut ouvert sur le monde arabe pour mieux le transformer selon ses idées, on peut imaginer que l’évolution des pays du Machrek dans la période qui a suivi la guerre d’octobre affecte son équilibre interne. Le colonel Qaddhâfî s’est opposé avec passion et désespoir à une guerre limitée à la récupération de territoires nationaux et à une paix de compromis qui aboutissait à faire reconnaître l’existence d’Israël par les Arabes. La diplomatie du Dr Kissinger l’ayant emporté, on peut en déduire que la Libye n’avait plus sa place dans un ensemble d’États arabes dominés par leurs intérêts nationaux si elle ne s’adaptait, au moins dans la forme, à la situation nouvelle. Tel serait le sens que l’on pourrait donner à l’effacement relatif du leader libyen, qui reste encore à l’heure des compromis inspirés par les intérêts nationaux, le symbole de l’intransigeance et d’une unité arabe sans renoncements. Si les compromis d’aujourd’hui créent une certaine forme de stabilisation au Moyen-Orient, la Libye ne saurait échapper longtemps au sort commun de ses voisins arabes en renonçant à la richesse de ses ambiguïtés. Mais si un jour le mythe du développement prend en Libye la place de celui de l’unité arabe, aura-t-il plus de consistance tant que le potentiel humain et les ressources autres que le pétrole sont si limités ? Cette adaptation se traduira-t-elle simplement par un nouvel équilibre au sein du C.C.R., sans modification de ses structures, ou exigera-t-elle l’élimination de ceux qui sont devenus les symboles de la politique unitaire ?

54Il restera à résoudre sur le plan interne les contradictions qui pèsent sur le régime libyen du fait des attitudes de la classe moyenne en face de la modernisation. Si la révolution poursuit la modernisation du pays, elle en freine la modernité considérée comme une forme d’aliénation. A long terme, la fermeture du pays aux influences étrangères au nom du rigorisme religieux et de la préservation de l’identité nationale ne semble guère plus supportable que l’isolement du monde arabe imposé par l’ancien régime. Le relâchement de la tension au Moyen-Orient devrait rendre cette claustration plus difficile, et favoriser une nouvelle politique d’ouverture. Son succès paraît plus probable dans le cadre d’une solution « régionale » que dans celui d’une relance autre que verbale de la politique d’unité arabe.

Notes de fin

* C.E.R.I., F.N.S.P., Paris.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540