Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Lybie nouvelle

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

I. — Introduction générale

La Libye de 1912 à 1969

Yolande Martin

Texte intégral

  • * Assistante de recherches à l’I.E.P. d’Aix-en-Provence.

1Note portant sur l’auteur*

I. — LA DOMINATION ITALIENNE

1. La conquête italienne (1911-1932).

2Forts de l’appui de leur artillerie navale les Italiens purent conquérir les principales villes de la côte dès octobre 1911 (Tripoli, Khoms, Benghazi, Darna, Tobrouk), mais les Turcs se maintinrent à proximité et purent continuer la lutte avec le renfort des tribus. En effet, ces dernières vinrent appuyer la garnison turque. Certes, elles n’aimaient guère les troupes de la Porte, mais la solidarité islamique joua à fond contre les chrétiens italiens qui croyaient d’ailleurs être accueillis en libérateurs. Il leur fallut au contraire deux longues guerres pour se rendre maîtres du pays (1911-1917) (1923-1932) [17].

3Embarrassés par les affaires européennes, n’ayant pas la maîtrise de la mer ni l’appui de l’Égypte et de l’Angleterre, les Turcs ne pouvaient défendre cette marche lointaine. Les Italiens remportaient des succès (prise de Mi-sourâta le 9 juillet 1912). Les Turcs signèrent donc la paix. Mais le traité de Lausanne (17 octobre 1912), était ambigu et de fait les Turcs n’avaient pas renoncé à leur souveraineté : en partant ils demandèrent au chef de la Sanoûsîya, Ahmed Ach-Charif, de continuer la lutte au nom du Sultan turc Mouhammad V.

4Les Italiens avaient occupé le pays après le départ des Turcs. Mais la guerre reprit, conduite par les seuls Libyens. Après une défaite à Banîna (près de Benghazi, 1913), les Libyens remportèrent une victoire à Darna (1913) et organisèrent la guérilla sur tout le territoire. En 1915 les Italiens étaient réduits à n’occuper que quelques villes côtières. Ils cherchaient à se concilier les chefs de tribus, mais en vain, car l’âme de la résistance était la confrérie sanoûsîya.

5Les Italiens de Tripolitaine ne parvinrent pas à joindre ceux de Cyrénaïque, car les premiers furent écrasés à Qourdabiya (Gasr Bou Hadi) le 29 avril 1915, par Sayyid Safi Ed-Din, frère d’Ahmed Ech-Charif. L’influence de la Sanoûsîya se serait étendue plus loin si Ramdan Chtaywi, le Chaykh de Misourâta, ne lui avait barré la route en 1916. En Tripolitaine d’autres chefs conduisaient la résistance : le Chaykh Souf à Zouwâra, El Barouni a Azîzîya... Dans ces conditions les Italiens retirèrent leurs troupes de l’intérieur. Depuis 1915, ils étaient en guerre contre l’Autriche et l’Allemagne. Quant à la Confrérie, elle avait subi de lourdes pertes à la suite d’engagements avec les Anglais. Rappelons aussi que les Libyens étaient en état de guerre avec les Français au Sud. Les quatre parties négocièrent (laborieusement) et signèrent un modus vivendi au printemps 1917.

6A la fin de la première guerre mondiale (1919), l’organisation politique de la colonie donna lieu à une réforme : la Charte statutaire, le « Statuto ». Cette Charte obtint l’accord des chefs des principales tribus tripolitaines et des Senoussis. Malgré son apparence libérale et bien que supérieure à tous les statuts coloniaux de l’époque, la Charte cachait mal le désir des Italiens de s’établir en Libye en nation dominante. Les pouvoirs du gouverneur, la structure administrative, les conditions exigées pour obtenir la citoyenneté italienne et donc pour voter au Parlement local en sont des signes évidents. De plus la politique que menèrent effectivement les garnisons italiennes dans les postes de l’intérieur finit par soulever des résistances. Les chefs libyens firent défection, les Italiens se replièrent à nouveau sur la côte. A noter l’existence d’une République tripolitaine (1918) sous l’égide du Ramadan Ech-Chtaywi à Misourâta, qui, écartelée par des divisions internes ne subsista pas. A Ghariân, en novembre 1921, les chefs libyens nommèrent un Comité Central de Réformes, véritable gouvernement de facto. Les Italiens acceptèrent cette situation, se contentant d’administrer Zouwâra, Khoms et Tripoli.

7En 1922, Volpi, nouveau gouverneur général et important financier, commit l’erreur d’occuper Misourâta [41]. Les tribus se remirent en guerre. Mais l’avènement du fascisme en Italie changea les perspectives. Le 13 octobre 1923 par la défaite de Bis-Kanarin la Sanoûsîya perdait la Tripolitaine, entièrement occupée par les forces italiennes en 1925. En 1931, le Sud est perdu. Les chefs se soumirent Seule la Cyrénaïque résista jusqu’en 1932. La guerre était conduite par ‘Oumar El-Moukhtar au nom de l’émir Mouhammad Idris Es-Sanoûsî, réfugié en Égypte depuis 1922. Les dernières phases de la guerre furent conduites brutalement par les Italiens : désarmement et rationnement en vivres des tribus, résidence forcée ou déportation, confiscation de tous les biens des zâwiyas sanoûsîes, etc. Toutes ces mesures aboutirent à la défaite d’Oumar El-Moukhtar, capturé le 11 septembre 1931. Il fut pendu le 16 à Solouk. On avait contraint la population libyenne à assister au spectacle. Cette fin tragique produisit une très pénible impression dans toute l’Afrique du Nord.

8Dès lors, la « rébellion » sanoûsîe était terminée ; les dernières mesures militaires prises par les Italiens permirent le contrôle de toute la Libye. L’internement des populations nomades de Cyrénaïque, avait eu pour conséquence, non seulement de briser les structures sociales des tribus mais aussi de les appauvrir, car le manque de terres arables entraîna la perte des 9/10 du cheptel. Des mesures économiques exceptionnelles étaient nécessaires. Il fallait redonner à ces tribus leurs terres des pentes du Djebel Akhdar. Ce furent donc les tribus agricoles qui rentrèrent chez elles les premières et à partir de 1934, toutes les populations déportées réintégrèrent leurs terres. Certaines zâwiyas furent réouvertes et purent accueillir les réfugiés. Pour favoriser l’adhésion de la jeunesse arabe au facisme on créa une « Jeunesse arabe du licteur » et une revue illustrée en langue arabe.

9Cette politique eut pour résultat de rallier une partie de la population et certains chefs nationalistes arabes ; l’Italie pouvait établir l’organisation coloniale qu’elle avait cherché à mettre en place depuis le début de la conquête, puisque les combats avaient cessé.

2. Les étapes de la colonisation.

10Dès 1913 « l’Ufficio Aquario », station expérimentale agraire, avait été créée. Mais ce sont surtout les missions et les études agrologiques qui aidèrent les Italiens à organiser l’installation des colons. Durant les premières années, il n’y eut pas de théorie coloniale et dans l’ensemble le pays fut mal administré. De 1922 à 1928, deux gouvernements se succédèrent au gouvernement de la Tripolitaine : Volpi et De Bono. En 1929 la Tripolitaine et la Cyrénaïque furent réunies sous l’autorité du général Bodaglio auquel succéda Italo Balbo en 1934. Avec eux la Libye va représenter non seulement le débouché naturel de l’Italie mais aussi un réservoir économique pour la métropole. Une série de décrets parurent entre 1925 et 1927. Ils avaient pour but de mettre en place le type de colonisation agricole nécessaire pour résoudre le problème démographique du Sud de l’Italie ; ils établissent des distributions de terres, fixent les conditions requises pour être propriétaires et prévoient différents systèmes de prêts. En 1928, toute une série de lois sont promulguées. Avec elles, une théorie de la colonisation apparaît : la Libye devient désormais la suite logique de l’Italie et sa mise en valeur devient l’objectif principal du ministère des colonies. Ces lois illustrent aussi les idées fascistes : grandeur, continuation par l’Italie de l’Empire romain, impérialisme africain en Méditerranée.

11Le pays est alors divisé en deux parties, chacune d’elles ayant son plan de colonisation et de lotissement particulier : 1) La zone de colonisation (du littoral ouest, jusqu’au sud-est de Khoms) où on installe une famille par cent hectares constitue la « zone de peuplement ». 2) Au Sud, une autre zone dite « de mise en valeur pastorale et industrielle » s’étend de Zlîtan à Misourâta. Cette région où on octroie 300 à 400 ha de terrain par famille est destinée principalement à l’élevage et aux cultures arbustives. La loi du 29 juillet 1928, complétée par le règlement du 15 avril 1929, énonce les contributions de l’État à la colonie ; celui-ci prend à sa charge les frais de création de centres ruraux ainsi qu’une partie des dépenses de mise en valeur des terres, et l’installation des familles. Dans l’ensemble la colonisation de la Tripolitaine et de la Libye plus généralement, reste une charge très lourde pour l’État italien. L’œuvre agricole n’a pas été la seule envisagée, les travaux publics, l’industrie, les écoles ont été aussi développés surtout en Tripolitaine. En Cyrénaïque, la colonisation a été beaucoup moins poussée à cause des événements militaires et les premières installations de colons restent concentrées autour de Benghazi jusqu’en 1934. Le premier plan cadastral ne parut qu’en 1930. L’Ufficio Aquario acquit les terres pour l’État, soit en les achetant, soit par confiscation des biens senoussis. Cette même année un bureau du Commissariat pour l’Emigration fut fondé à Tripoli et le projet de colonisation démographique, destinée surtout à éponger l’immigration italienne vers l’Amérique ou l’Europe, commence à se réaliser. Le 11 juin 1932, un décret-loi parut portant sur l’Ente agricole per la Cirenaïca. C’était une œuvre d’État destinée à orienter l’immigration des colons et leur installation en Libye grâce à des avances en argent nécessaires pour la première mise en valeur des propriétés distribuées [40, 41].

12L’Ente était dirigée par l’assemblée des participants, le Président, le Conseil d’administration et le Collège des vérificateurs aux comptes. L’Assemblée délibérait sur les statuts, le budget, la nomination des membres du Conseil et des vérificateurs. Le président était nommé par décret du Chef du gouvernement et sur proposition du Commissaire pour l’émigration et la colonisation intérieure avec le ministère des Colonies. Toute la production animale et végétale de la colonie était stockée et vendue par l’Ente. L’Ente devait aussi favoriser l’absorption de la main-d’œuvre libyenne et par là, essayer de fixer les tribus nomades au sol. Dès le début l’Ente s’installa dans la région de Zaout el Bedu et Sassaf Zouiret Tett et elle entreprit les constructions nécessaires à l’installation de 150 familles ; d’autres villages furent édifiés par la suite et les terre distribuées en lots de 20 à 25 hectares.

13Avec l’Ente, la colonisation italienne en Libye atteint la dernière phase de son expérience. La colonisation avait pris, surtout en Tripolitaine, d’abord une forme libérale et capitaliste privée ; les conditions géographiques et physiques — la culture de l’olivier, de certains arbres fruitiers, de la vigne et quelques cultures industrielles sont seules possibles — firent que la forme de colonisation qui apparut la plus rentable était la grande exploitation à base d’oliviers comme dans le Sud tunisien. Les grands propriétaires et les grands concessionnaires vinrent les premiers mais la crise financière qui suivit la première mise en valeur de domaines trop vastes entraîna une inflation des prix des terrains à laquelle on crut trouver un remède en créant des Caisses d’épargne, mais en vain. En 1925, le fascisme prit la colonisation en mains et en 1928, le statut des concessions s’étendit aussi à la Cyrénaïque. Il était quant à lui, basé sur l’intervention de l’État ; il impliquait des garanties vis-à-vis des colons ainsi qu’un contrôle sévère de leurs possibilités. L’État développa alors un système de crédits à long terme sans intérêts et à première hypothèque ; en assurant le financement de la colonisation l’État fasciste l’orientait ainsi vers la petite concession à forme démographique. Cette préférence pour la petite exploitation s’explique certes par le but démographique poursuivi mais aussi par la plus grande rapidité de mise en valeur. Pourtant cette forme s’adaptait mal à la Tripolitaine où la culture de l’olivier doit se faire sur une grande échelle. De là, une certaine stagnation à laquelle on essaya de remédier en implantant la culture du tabac avec la « Société des Tabacs » et la colonisation par la milice fasciste. Dans le même sens, un nouveau décret parut en 1933 pour la concession de prêts spéciaux, sans intérêts, remboursables en 15 ans et soumis à certaines conditions d’aménagement et de rendement.

14Parallèlement une série de mesures en faveur des populations libyennes furent prises en 1934-1935. Toute une politique de coopération politique et économique avec les Libyens fut mise à l’étude. L’Italie essaya à ce moment, de se poser en défenseur de l’Islam. En 1937, la Libye devenait la place forte de l’Empire colonial italien et tout ce qui concernait sa vie politique, économique et son rayonnement spirituel devint l’objet des attentions du gouvernement fasciste. On apporta les plus grands soins à l’agriculture indigène et à l’élevage pratiqué par les Bedouins. Les Libyens jouissaient d’un statut spécial, car la séparation totale entre les deux communautés était la politique officielle. Ils avaient un certain nombre de droits fondamentaux, comme la garantie de la liberté individuelle et du droit de propriété. Par contre, certains autres droits tel que celui de se réunir leur était refusés. Le statut familial et successoral relevait de la loi islamique et les juridictions musulmanes étaient maintenues, mais sous le contrôle des autorités judiciaires italiennes. Avec cette politique, l’Italie espérait se concilier la sympathie des populations libyennes et se montrer fidèle à sa parole de revivifier l’Islam et de respecter les traditions islamiques, mais sa politique « d’apartheid » soulevait la réprobation de l’Occident et de l’ Église [41].

15Le gouvernement italien entre 1937 et 1939 ne se contenta d’ailleurs pas d’une politique pro-indigène ; de nombreuses mesures furent prises concernant le régime et l’implantation de la colonisation italienne, ainsi que la réorganisation de l’armée coloniale entreprises dès 1934. Le décret-loi de 1937 (10 avril) créa le Ministère de l’Afrique italienne, création qui montrait la volonté évidente du colonisateur de resserrer les liens entre la métropole et les colonies d’Afrique, mais aussi de prouver que la Libye devenait le prolongement de la mère-patrie : la Libye se trouva dotée d’une organisation administrative similaire à celle de l’Italie ; un autre décret sur l’organisation municipale de la Libye permit en 1937 aux Libyens de participer directement à l’Administration municipale ce qui montre d’ailleurs que la politique indigène n’était pas abandonnée. Pour développer le peuplement de la contrée, on confia la répartition des nouvelles terres domanialisées aux cinq principaux organismes coloniaux, c’est-à-dire l’Ente, l’Administration des tabacs italiens, l’Institut de crédit du travail italien à l’extérieur, l’Institut sur la prévoyance sociale et l’Avenida de la Milice de Mletania.

16Ainsi entre 1938 et 1940, le gouvernement italien poursuivit sa politique de peuplement et de développement du territoire libyen. Sa tâche consista surtout à lotir encore des terres destinées à la colonisation et à aider les agriculteurs. A la fin de 1938, le Grand conseil fasciste promulga un décret par lequel il confirmait que les quatre provinces de la Libye devenaient partie du territoire italien : il s’agissait des quatre provinces côtières celles de Tripoli, Misourata, Benghazi et Darna, les territoires du Sud gardant leur statut de colonies. En outre, le gouvernement local gardait son autonomie complète, tant sur le. plan politique que militaire et administratif, le gouvernement général ayant sous sa dépendance directe non seulement ces quatre provinces mais également le Sahara libyen.

17Pour tirer un bilan de cette colonisation on peut dire seulement que malgré les efforts déployés par l’Italie, elle fut un échec dans ses réalisations économiques peut être parce que le temps lui manqua pour faire ses preuves [41]. Cependant il est possible que sur le plan agricole, la mise en valeur du pays ait pu constituer un réel progrès, malgré les difficultés nombreuses présentées par le climat, le terrain et le manque d’adaptation des colons. Il faut dire aussi que la Libye constitua un fardeau très lourd pour les ressources italiennes et qu’elle n’aurait pu, de toutes manières, absorber le trop-plein de la population du Sud italien.

18Echec matériel donc, mais échec politique total si l’on considère le ressentiment que les Libyens ont gardé du passage des Italiens. Il est difficile malgré les apports intéressants que l’on peut trouver sur le plan agricole de juger l’œuvre du gouvernement fasciste comme positive. Pour les populations libyennes, décimées par une longue guerre, déportées et dans la plupart des cas chassées de leurs terres, cette période restera celle des martyrs de la liberté contre l’oppression fasciste (voir la bibliographie de langue arabe).

3. La guerre et la libération : l’administration anglaise.

19Dès l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés de l’Allemagne, les émigrés cyrénéens formèrent en Égypte une force arabe qui servit sous le commandement de l’Armée anglaise et dont le but était la libération du pays. Le colonel C.O. Brownilow forma donc avec les Libyens la force sanoûsîe à laquelle participait la majorité des Cyrénéens. Pour gagner à sa cause le plus de gens possible, Sayyid Idris invita tous les leaders tripolitains à se réunir en août 1940 pour participer à la libération de leur pays. La force sanoûsîe ainsi constituée, devait prendre part aux opérations dans le désert. Quant aux Libyens qui se trouvaient en Tunisie et au Soudan, ils furent enrôlés dans les forces françaises.

20Déjà le clivage que l’on allait retrouver quelques années plus tard existait parmi les Tripolitains dont une partie s’était alliée aux sanoûsis tandis que l’autre dirigée par Nourayyed El Souwayhili ne reconnaissait pas l’autorité d’Idris et ne voulait par participer à la formation d’une armée quelconque. Ils formèrent alors le « Comité tripolitain » et demandèrent aux autorités britanniques la permission de former une armée. Les opérations militaires furent pour les Anglais une suite de victoires et de revers. Un moment, après la victoire de Rommel, ils craignirent même de perdre l’Égypte. Mais la bataille d’El Alamein fut pour les Alliés un succès décisif et la Libye fut libérée en janvier 1943.

21Le général Wavell laissa les territoires à un gouvernement militaire dirigé par le major général Mitdull. On décida alors que l’administration du pays serait placée sous la dépendance du « War Office ». Dès 1942, le sort futur de la Cyrénaïque était envisagé et on estima que les Arabes ne devaient plus être considérés comme sujets italiens mais comme des Libyens. Les conditions existantes ne pouvaient pourtant pas changer puisqu’aucun traité de paix n’avait encore été conclu. En 1943, le gouvernement militaire britannique devint l’Administration militaire britannique. Le plan d’administration qui fut mis en œuvre était un peu vague et assez général pour qu’il puisse s’adapter aux différents États reconquis ; tous les services recrutèrent leur personnel sur place. C’était un personnel très hétérogène et en nombre insuffisant mais qui s’adapta aussi bien que possible aux besoins locaux. On groupa donc, avec l’accord du War Office, toutes les colonies italiennes et on nomma un inspecteur général des territoires occupés pour toutes les possessions africaines, ce qui eut pour conséquence de transférer les deux groupes de territoires (Ethiopie et Afrique du Nord) sous le contrôle direct du War Office et des commandants en chef, sauf pour la Tripolitaine, tout au moins tant que celle-ci restait une base d’opérations militaires vers la Sicile. Les troupes françaises occupaient le Fezzan et Ghadâmès.

22La cassure de l’organisation italienne, bien que moins tragique en Tripolitaine qu’en Cyrénaïque provoqua de nombreuses difficultés tant sur le plan financier que sur le plan économique. Comme l’écrit P. Rossi : « La présence des Italiens avait été une ruine, leur défaite fut une double ruine. Non seulement s’effondrait toute une économie étatique, mais encore les domaines demeurés libyens étaient en partie retournés à l’état sauvage ».

23L’exode des colons italiens constituait un véritable problème car la situation dans l’agriculture était alors particulièrement alarmante, et se ressentait aussi dans les villes où il y avait une chute très nette du niveau de vie. Après le départ des Italiens, les Anglais demandèrent aux tribus de réoccuper une partie des territoires surtout ceux constitués par les propriétés de « l’Ente per la colonizazzione della Libya »

24Des réformes administratives furent prises dès 1942. On reconstitua la Cyrénaïque en une seule unité administrative et on la divisa d’abord en 7 puis en 3 districts. Quant à la Tripolitaine, elle subit les mêmes transformations que la Cyrénaïque. La région fut divisée en trois provinces : Tripoli, Misourata et Ghariân, l’ensemble du territoire comprenait vingt et un districts et un certain nombre de municipalités. Le but de l’administration italienne avait été la désintégration du système tribal. Même si elle n’avait pas tout à fait réussi, la dislocation des structures était très poussée. L’autorité des chaykhs et des chefs de tribus avait presque disparue. L’administration britannique essaya à l’inverse de reconstituer le système tribal traditionnel et d’encourager les chefs tribaux à oublier leurs différends, car il semblait que seul ce système pouvait redonner à la population un encadrement nécessaire et plus aisément acceptable étant donné son genre de vie. Une jeune génération de Libyens existait et elle s’opposait déjà à cette politique.

25L’administration anglaise ne fut pas toujours bien accueillie par la population, dans les deux provinces, car certaines mesures parurent à ce moment-là très impopulaires, surtout le maintien à leurs postes des employés civils et des fonctionnaires italiens et il est bien certain que le problème principal resta celui-là. Les Libyens voulaient être associés au pouvoir. Pratiquement tous les Italiens étaient considérés comme fascistes, mais ceux qui restèrent en Libye étaient essentiellement des agriculteurs, soit des petits colons, soit de pauvres paysans et leur dévouement au fascisme s’était évanoui depuis le début de la guerre. En Cyrénaïque le problème différait de la Tripolitaine en ce sens qu’il n’y avait plus après la seconde occupation de population italienne, et le peu de colons qui étaient restés s’étaient réfugiés en ville.

26C’est en fait grâce à la confrérie sanoûsie que put se réaliser un début d’unité en Cyrénaïque. Elle s’employa tout d’abord à reconsolider le système tribal comme elle l’avait fait un siècle auparavant. La loyauté des gens se porta uniquement sur l’Emir Idris à la fois en tant que chef religieux et comme la seule personne qui eût toujours exercé un pouvoir temporel. Sayyid Idris Es-Sanoûsî affirma alors qu’il fallait tout d’abord assurer l’avenir de son pays et comme son autorité lui paraissait contestée, il préféra rester en exil au Caire où il demeurait depuis 1922, en attendant que les Anglais reconnaissent son titre de prince. Ses prises de position énergiques contre les Anglais provoquèrent l’enthousiasme de la population qui fit un véritable triomphe à l’Emir lors de sa tournée dans le pays en 1943.

27Parallèlement, la population libyenne s’agitait et demandait à participer à l’administration du pays et à former des partis politiques. Les Anglais estimaient que ces activités ne pouvaient exister qu’après la fin de la guerre et la signature des traités de paix. Certains groupes politiques déjà nés sous l’occupation italienne bénéficièrent du retour de leurs leaders exilés et de la relative liberté dont ils jouirent sous l’administration anglaise pour se reconstituer. Le nationalisme devint alors la force politique dominante et la population fut poussée à demander un rapide transfert de l’autorité des Anglais aux Libyens. L’esprit anti-colonial atteignait alors l’ensemble de l’Afrique du Nord et des pays arabes. La plupart des leaders avaient appris la technique de l’agitation politique au Caire, à Beyrouth et à Damas et ils savaient également quelle tactique employer pour faire opposition à l’ingérence étrangère. Les exilés libyens décidèrent d’agir contre les influences étrangères dès que les circonstances politiques le leur permettraient.

28D’autre part la dernière génération qui était parvenue à l’âge adulte sous l’occupation italienne était acquise aux idées nouvelles [27 bis]. Quelques jeunes avaient fait leurs études à l’étranger et étaient imprégnés de nationalisme et de socialisme. Ils devaient pourtant faire taire leurs aspirations provisoirement. Par leur action, ils espéraient d’abord chasser les Italiens et leur faire payer le prix de leur politique mais aussi arriver plus vite à l’Indépendance.

II. — VERS L’INDEPENDANCE

1. L’Emirat de Cyrénaïque. La situation de la Tripolitaine et du Fezzan.

29A la fin de la guerre, le problème des anciennes colonies italiennes se posa en mai 1946, à la Conférence de la paix notamment, où la Grande-Bretagne affirma qu’elle était favorable à l’unité et à l’indépendance de la Libye. Mais la France souhaitait un mandat italien sous l’égide de l’O.N.U. Dès que cette nouvelle fut connue en Libye, les réactions de la population, en particulier en Tripolitaine furent si violentes que les Anglais et les Américains demandèrent qu’un délai soit accordé pour résoudre le problème des colonies italiennes et en particulier de la Libye et qu’un rapport soit fait par une commission composée d’experts des quatre puissances sur les désirs et les possibiltés politiques des habitants. Ces souhaits ne furent acceptés par la France, l’Italie et la Russie qu’en septembre 1947, après de longues tractations auxquelles participèrent aussi les États-Unis [47, 46].

30La longueur des délais imposés par les quatre Grands causa de nombreux troubles dans le pays. Sayyid Idris Es-Sanoûsî et le parti du Congrès national — fondé en janvier 1945 et dirigé par Mouhammed Er-Ridâ Es-Sanoûsî, frère de Sayyid Idriss — demandèrent aux Anglais qu’un transfert de pouvoirs soit fait immédiatement en faveur des Cyrénéens. Une délégation conduite par ‘Oumar Mansour el Kîkhia partit à Londres en novembre 1948 afin d’obtenir des Anglais que la Cyrénaïque puisse obtenir un régime séparé. La Grande-Bretagne obtint des autres nations intéressées que la Cyrénaïque devienne indépendante sous l’émirat de Sayyid Idriss en présentant ce projet comme un essai, avant l’indépendance totale du pays. Le 1er juin 1949, l’indépendance de la Cyrénaïque fut prononcée par l’Emir Idriss qui affirma dans son discours qu’il tenait à ce que les deux autres provinces de la Libye deviennent indépendantes à leur tour et le plus vite possible. Certains groupements politiques, comme le club ‘Oumar El-Moukhtar, ne voulait pas d’une indépendance cyrénéenne sans libération de la Tripolitaine et du Fezzan, mais ce furent les seules manifestations contraires à la prise de position sanoûsie.

31L’Emir Idris commença donc à discuter de la formation du gouvernement avec les dirigeants cyrénéens, mais à cause de la diversité des groupuscules politiques et de leur rivalité, il désirait n’avoir qu’un rôle d’arbitre à jouer. En octobre 1949, une constitution rudimentaire fut promulguée après consultation des autorités anglaises. Cette constitution assurait les droits primordiaux au peuple et le cabinet était responsable devant l’émir qui prenait aussi le titre de chef de l’État et des armées. Quant au Parlement, il était composé d’une partie élue et d’une partie nommée par l’émir ; il ne comprenait qu’une Chambre et avait les pouvoirs en matière d’élaboration de la loi, bien que ce pouvoir fût limité par le veto éventuel de l’émir. On fixa le nombre des députés à soixante. Dix furent immédiatement choisis par l’émir en raison des services rendus.

32La situation devint rapidement difficile, car les oppositions venaient à la fois du club ‘Oumar El-Moukhtar qui accusait le gouvernement de mener une politique à la fois réactionnaire et trop dépendante de la Grande-Bretagne, et du parti du Congrès National à cause du vice-président du parti, El Qasim Es-Sanoûsi qui cherchait par ses liens tribaux, à affermir sa position. Ces oppositions aboutirent à la démission du Premier ministre en mars 1950. En avril 1950, le nouveau Premier ministre prépara une loi électorale taillée de telle sorte que le groupe d’’Oumar El-Moukhtar ne puisse avoir une place influente au Parlement ; la loi visait aussi à détruire l’influence des groupes politiques qui se faisait sentir essentiellement dans les villes, et en particulier à Benghazi et à Darna.

33Ces mesures entraînèrent de sérieux troubles et des émeutes eurent lieu à Benghazi ; en réponse le groupe ‘Ouma El-Moukhtar fut dissous, ses principaux leaders emprisonnés ; les troubles cessèrent avec la naissance de l’État libyen, les problèmes posés par la Constitution et l’Assemblée nationale, et la loi électorale fut oubliée.

34Pendant cette période, la situation avait évolué différemment en Tripolitaine et au Fezzan. On a dit que les Tripolitains avaient demandé l’autorisation de former des partis politiques. Seuls des centres littéraires furent autorisés. A la différence de la Cyrénaïque, la Tripolitaine n’avait pas un chef politique, mais une mosaïque de factions. Les liens familiaux et tribaux continuaient à être la base de l’engagement politique, tandis que l’unité libyenne n’avait encore qu’une résonance réduite dans l’esprit de la majorité des Tripolitains. En Tripolitaine, les avis au sujet de l’Emir Idris différaient grandement et une certaine rivalité existait entre les deux provinces. La confrérie sanoûsîe avait peu d’adhérents parmi les tribus tripolitaines et pas du tout dans les villes. Son influence était donc restreinte. Malgré les divergences, l’idée s’imposa qu’il n’y avait pas d’autre solution pour l’unité et l’indépendance du pays que de proposer à l’émir d’en prendre la direction. Une première délégation tripolitaine envoyée à l’émir Idris parvint à une entente sur des principes généraux, mais la seconde rencontre entre Tripolitains et Cyrénéens échoua pour le reste et la situation en resta là.

35Le Fezzan était alors soumis à l’occupation des troupes françaises et avait un régime similaire à celui des territoires du Sud algérien. Ses relations avec les deux autres provinces étaient très lâches et c’est au chaykh Sayyid Ahmed Sayf En-Nasr qu’échut l’administration de la province en collaboration avec les autorités françaises. Une certaine liberté était laissée aux Fezzanais en ce qui concerne la presse et les partis politiques, mais les visées politiques des Fezzanais se cantonnaient encore aux protections demandées par le sédentaire contre le nomade, ce dernier ne réclamant qu’une totale liberté d’action.

36Ainsi se présentait la Libye en 1948-1949 ; un pays morcelé dans lequel l’unité n’existait que pour deux provinces, encore que très superficiellement admise par les leaders politiques de l’une et de l’autre. En fait, la Tripolitaine cachait difficilement ses désirs de démocratie et de république tandis que la Cyrénaïque restait la province du conservatisme où l’émir Idris jouissait d’une position très forte, ayant, semble-t-il, rallié tout le peuple à lui.

37C’est de cette situation que les Nations Unies allaient devoir juger, et en tout premier lieu, de la forme de gouvernement à donner au pays. L’Assemblée générale de l’O.N.U. décida en novembre 1949 que l’indépendance serait accordée dans les meilleurs délais et de toute manière, au plus tard en janvier 1952. Un commissaire des Nations Unies fut nommé pour aider les Libyens à mettre sur pied une constitution. Il allait être assisté dans cette tâche, par un Conseil composé de représentants de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Italie, des États-Unis, de l’Égypte et du Pakistan.

2. L’élaboration de la Constitution - Le Comité des 21 - L’État fédéral et le gouvernement.

38La forme de la Constitution posait un problème difficile à résoudre car le fédéralisme risquait de déséquilibrer le pays étant donné sa diversité, son manque de ressources et les profondes différences entre les populations des provinces. Le problème principal était de maintenir un bon équilibre entre les trois provinces, et en fait, il était presque insoluble, les délégués des trois provinces réclamant un statut identique en dépit des disparités profondes qui existaient dans leurs ressources et le niveau de vie de leurs populations.

39On décida de former tout d’abord un Comité de vingt et un représentants (7 pour chaque province) chargé de préparer la Constitution, mais ce principe fut rejeté par les Tripolitains ; malgré cette opposition, le Comité des 21 tint sa première réunion en juillet 1950. Le Comité accepta également la représentation égalitaire et non proportionnelle pour l’Assemblée nationale, selon le principe sélectif à condition toutefois que tous les partis et toutes les catégories de personnes soient représentés. En novembre 1950, l’Assemblée nationale se réunit afin de trouver une solution pour que les trois provinces séparées deviennent un État unique, ce qui devait s’avérer être une tâche difficile puisque la composition de l’Assemblée elle-même était contestée par le parti national de Tripolitaine qui ne voulait pas non plus reconnaître la compétence de l’Assemblée. Cette non-compétence fut le thème principal de sa campagne durant le printemps et l’été de 1951 et dans ses attaques contre l’Assemblée nationale, il était soutenu par la Ligue arabe et l’Égypte. Cette attitude déçut les Cyrénéens, les Fezzanais mais aussi une partie des éléments les plus conservateurs de Tripolitaine.

40La légalité de l’Assemblée devint donc l’objet d’une discussion générale non seulement en Libye mais aussi dans l’ensemble des pays arabes. Malgré cela, l’Assemblée continua ses travaux et l’agitation décrut petit à petit. Elle décida de former un Comité, composé de 18 membres pour préparer la Constitution avec un groupe de travail de 6 membres.

41Une fois le texte de la Constitution libyenne terminé, une délégation de l’Assemblée partit à Benghazi pour le soumettre à l’émir Idris. La première discussion eut lieu le 2 octobre 1951 et après un débat de quelques jours, la Constitution fut adoptée à l’unanimité le 7 octobre [69]. Deux mois plus tard, le 24 décembre 1951 l’indépendance de la Libye était officiellement proclamée par son premier roi Mouhammed Idris El-Sanoûsî.

III. — L’ORGANISATION DE LA ROYAUTE [22]

1. Les premières années de l’indépendance.

42Le gouvernement libyen en 1952 était basé sur le principe fédéral, essai de compromis entre les droits des provinces et l’autorité politique commune. Cette solution était sans doute la seule possible pour ce pays qui était depuis fort longtemps à la recherche de cette unité. Il permettait de laisser à chacune des trois provinces la possibilité de s’administrer selon ses vœux ce qui était alors d’une nécessité absolue étant donné les profondes différences qui existaient entre ces provinces.

43Le territoire était divisé en trois États : Cyrénaïque, Tripolitaine et Fezzan que coiffait un gouvernement central. Celui-ci détenait en fait les pouvoirs principaux tandis que les affaires secondaires étaient laissées aux gouvernements de chaque province. Certains pouvoirs étaient partagés entre le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux. Les provinces gardaient cependant une large autonomie et en conséquence le gouvernement fédéral restait alors pour certaines affaires dépendant de tel ou tel gouvernement provincial, et lorsqu’il s’agira d’appliquer la législation, le gouvernement national sera obligé de passer par ces gouvernements provinciaux sans pouvoir se référer directement au peuple. Les gouvernements provinciaux constituaient donc un élément important dans la vie politique libyenne. Le gouverneur était nommé par le Roi. Un Conseil exécutif et une Assemblée législative provinciale élue aux trois quarts par les deux premières provinces et entièrement au Fezzan, aidaient le gouverneur dans sa tâche. Cependant, le Roi pouvait dissoudre l’Assemblée législative si le chef du Conseil exécutif le demandait et après consultation du gouverneur, mais des élections devaient être faites dans les trois mois.

44Lorsque la Constitution libyenne fut promulguée tout le système gouvernemental était déjà en place, et il ne restait plus qu’à recourir aux élections ; celles des représentants eurent lieu en février, celles des sénateurs en mars 1952 et le premier Parlement se réunit le 25 mars 1952. A peine deux mois après l’installation du gouvernement, une crise intérieure secoua fortement le nouvel État. Le parti du Congrès national de Tripolitaine, après son échec aux élections allégua qu’il y avait eu fraude électorale, et organisa des manifestations qui se transformèrent rapidement en émeute. La répression fut sévère et les principaux chefs du parti arrêtés. Le gouvernement libyen profita de ces événements pour dissoudre le parti national et interdire tous les autres.

45Le résultat politique de ce premier affrontement allait être grave pour la Libye, car il établissait dès la naissance du nouvel État, une absence totale d’opposition légale au sein des Assemblées et par conséquent, il créait un vide politique autour de la monarchie. Ces événements traduisaient aussi la faiblesse politique d’une grande partie de la population, puisque seuls la classe bourgeoise et les chefs tribaux furent en mesure de prendre la tête du pays. Ils étaient les plus riches, les plus instruits, les plus influents et les mieux préparés à cette prise en mains du pouvoir. L’indépendance libyenne représentait donc un compromis entre les différents intérêts étrangers et des aspirations nationales vivaces mais contradictoires. Les uns et les autres seront la source du manque de stabilité politique qui est une des caractéristiques des premières années du gouvernement indépendant.

46L’exercice du pouvoir entre le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux allait révéler ce manque d’unité intérieure car des heurts s’élevèrent sans cesse entre les dirigeants politiques locaux et l’entourage royal. De plus, malgré la dissolution des partis, les affaires politiques nationales ou locales étaient discutées dans des cercles formés soit autour d’une personnalité politique, soit dans les milieux d’affaires, soit dans l’entourage royal et bien sûr aux Chambres, que ce soit au niveau fédéral ou provincial. Mais ces groupes étaient très divers, sans armature et très séparés les uns des autres. Il suffit d’une querelle dans la famille royale pour qu’une nouvelle crise éclatât en octobre 1954.

47Les troubles de l’automne 1954 eurent pour conséquence de renforcer l’autorité royale et de mettre fin, pour quelque temps, aux luttes familiales mais la question de la succession royale était ouverte. On proposa alors au Roi de remplacer le Royaume fédéral par une République unie dont Idris serait le président à vie. Cette proposition amena une très vive opposition des tribus cyrénéennes et le projet fut un peu oublié malgré les allusions régulières à une république libyenne faites dans les autres pays arabes.

48Le principal problème de l’État libyen était d’obtenir des aides financières en Occident sans trop se compromettre aux yeux des pays arabes, ce qui n’était pas toujours facile étant donné les divergences qui naissaient entre les idées du gouvernement et du Roi et celles d’une partie de la population nettement plus engagée vers le nassérisme.

49Par ailleurs, l’inefficacité, le favoritisme et la concussion régnaient à tous les échelons de l’Administration. Ce fut, pendant cette période, que les premiers contrats d’exploitation pétrolière furent accordés et que la Libye put envisager son avenir d’une manière différente. Mais les firmes pétrolières étrangères, pour obtenir des contrats, avaient recours à des « pratiques locales » qui, petit à petit, devinrent nationales. Cette corruption était si importante que le Roi ne sentit obligé d’intervenir officiellement à tous les échelons.

50Après la découverte des champs pétrolifères, il apparut nécessaire pour des raisons à la fois d’ordre économique et politique d’amender la Constitution. En effet, le pétrole se trouvait en grande partie en Cyrénaïque, et, pour ne pas aggraver le déséquilibre qui existait entre les trois provinces d’une part et pour répartir les richesses considérables qui suivraient une telle découverte, il fallait unifier politiquement le pays. En outre, ce désir correspondait à un besoin profond ressenti par le peuple libyen qui avait de plus en plus conscience d’appartenir au monde arabe et d’être solidaire de ce monde. La fin du fédéralisme libyen fut donc présenté comme une étape de l’unité arabe.

51En avril 1963, le roi Idris annonça que le système fédéral n’était plus en vigueur et que le royaume de Libye devenait un État unifié ; l’amendement avait été voté à l’unanimité par les Conseils législatifs. L’État central devenait donc la source de toute autorité et le Roi partageait à la fois le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif. Tous les gouvernements provinciaux étaient supprimés et leurs attributions passaient aux mains du gouvernement central. Désormais, le royaume était divisé en trois sortes d’unités administratives : Mouhâfaza, Moutasarrifîyât et Moudîrîyât. Dans les villes, les conseils municipaux furent développés. Ainsi la Libye devint un État fortement centralisé mais dont les rouages n’étaient pas fondamentalement changés. Auparavant, les gouverneurs étaient choisis par le Roi, désormais les Moutasarrifs et les Mouhâfiz dépendent du ministère de l’Intérieur qui, lui-même, relève de l’autorité royale bien plus que de celle de la Chambre des représentants.

52Néanmoins, les factions, la famille, la tribu garderont encore leur place prépondérante et la plus grande partie de la vie sociale et politique du pays restera basée sur les groupes tribaux et leur clientèle. A la Chambre des représentants, par exemple, plus de 55 membres restaient élus par les tribus les plus importantes qui choisissaient leur candidat après avoir consulté leurs clients. Ainsi, il était possible, pour un homme dont la position sociale était insignifiante et dont l’instruction était presque nulle d’atteindre la législature s’il était tenu en haute estime dans sa tribu. Le poids de la famille se faisait également sentir dans tous les aspects de la vie libyenne et, très longtemps, le système familial et tribal garda son poids même dans les zones urbaines.

53Même en Tripolitaine, plus avancée depuis longtemps dans la sédentarisation, tout au moins dans la zone côtière ce qui combattait l’influence des mœurs tribales, il restait difficile pour ne pas dire impossible de penser que dès 1963, par la voie de l’unification, les aspects profonds de la société libyenne avaient été changés. En réalité, seul le Roi faisait l’unité du pays, unité bien fragile parce qu’il restait très éloigné du peuple et mal entouré. Sans partis politiques, sans programmes, le peuple libyen axait sa vision politique sur les liens familiaux ou tribaux ou encore sur les obligations personnelles. Il n’y avait d’ailleurs pour lui aucune possibilité de s’exprimer, si ce n’est par des rixes et des émeutes car au Parlement les députés n’étaient eux-mêmes pas capables de dépasser le stade des intérêts locaux et restaient bien éloignés des nécessités nationales. La véritable opposition politique quasi inexistante, était contrainte à la clandestinité ou à l’exil.

54Ce qui transforma sans doute la Libye fut le pétrole et le rôle que le pays allait, de ce fait, être amené à jouer dans l’univers arabe et dans le monde.

2. Le pétrole en Libye et ses conséquences sociales.

55L’histoire du pétrole libyen remonte à 1914, date à laquelle les premiers sondages révélèrent l’existence d’une nappe pétrolifère dans la région de Sidi-Mesri près de Tripoli. Les Italiens firent de nombreuses recherches entre 1920 et 1930 mais elles n’aboutirent à aucun résultat concret. Après les nouvelles découvertes du professeur Ardito Desio, le gouvernement italien créa en 1940 l’Aziende Generale Italiano Petroli (AGIP), destinée à prospecter le territoire libyen. Mais quand les Italiens entreprirent leurs forages, ils ne possédaient ni l’équipement ni les techniques nécessaires pour avoir des résultats satisfaisants et ne pouvant creuser à de grandes profondeurs ; ils ne trouvèrent que des traces de pétroles et durent abandonner à la fin de 1940. Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale que les prospection recommencèrent avec la Standard Oil mais étant donné les conditions politiques qui existaient alors, il ne fut pas possible de songer à des prospections plus sérieuses tant que la Libye ne serait pas indépendante ; les permis de prospection ne furent d’ailleurs accordés qu’en 1953 avec la Minerai Law et neuf compagnies internationales avec leurs équipes de géologues s’installèrent en Libye. Entre 1955 et 1958, les découvertes se succédèrent et quatorze compagnies pétrolières internationales obtinrent des permis. Le pétrole allait devenir l’incessante préoccupation du peuple libyen, au point que les nomades délaissèrent, dès que possible, leur vie pastorale et que les agriculteurs ne voulurent plus cultiver pensant que la vente de leurs terres et un emploi dans une société pétrolière leur donneraient une vie bien meilleure.

56Conscient de l’importance de la découverte, le régime essaya de s’adapter à ses nouvelles tâches. Sur le plan gouvernemental, cinq nouveaux ministères furent créés en 1963 : Intérieur, Affaires pétrolières, Information, Développement et Industrie. Mais l’instabilité ministérielle resta la plaie du régime car les dirigeants ne possédaient, à aucun niveau, le sens de leurs responsabilités politiques et gardaient un point de vue trop marqué par le régionalisme. D’ailleurs le pouvoir restait encore entre les mains de groupes sans participation populaire. La société libyenne restait une société très rurale, dominée en grande partie par la hiérarchie tribale et tout au moins en Cyrénaïque et dans une partie de la Tripolitaine, le système économique était celui de la propriété collective tribale pour les terres et l’eau... Ailleurs, dans les régions où la population était sédentaire la propriété restait individuelle, mais sans répartition équilibrée puisqu’à côté de très grands éleveurs, commerçants, propriétaires fonciers, on ne trouvait que les petits paysans très pauvres. Il n’y avait donc pas de « classe intermédiaire » et les rapports qui existaient entre individus dans l’un ou l’autre cas étaient des rapports de type familial ou tribal.

57L’un des plus importants bouleversements que va subir cette société fut l’urbanisation accélérée des deux pôles d’attraction du pays : Benghazi et Tripoli. En quelques années, la moitié de la population ira vivre dans les zones urbaines à la recherche d’un travail, d’une aisance que seul le pétrole pouvait leur procurer en échange d’une vie misérable. Les conséquences de cette émigration vers les villes furent très graves, car on assista à la progressive disparition du mode de vie nomade. En 1968, il n’y avait plus que 8 % de la population qui restait totalement nomade, 18 % s’était déjà à demi-sédentarisée. Les habitants de la Cyrénaïque mais surtout les paysans du Fezzan allèrent vers les villes de la côte à la recherche d’un travail qu’ils ne trouvent souvent pas et c’est ainsi que surgissent autour des capitales des « zones » qui sont en réalité des bidonvilles de 5 000 à 10 000 habitants où la population vit dans des conditions de misère extrême, déracinée de son milieu social, à la recherche d’un nouveau mode de vie que le pays ne peut lui offrir, car le pétrole ne peut donner un avenir qu’aux ouvriers spécialisés qui n’existent qu’en très petit nombre en Libye et qu’à un nombre restreint de personnes non qualifiées, environ 5 % de la main-d’œuvre libyenne. Enfin la dépopulation des campagnes acheva de tuer tout espoir de recréer une agriculture libyenne qui pourrait combler une partie de l’effondrement que nous avons signalé.

58Ainsi la disproportion existant entre une classe traditionnelle ou nouvelle mais riche et l’ensemble de la population s’accentua pendant les premières années de l’exploitation pétrolière et la Libye se présenta toujours comme une société sous-développée de type traditionnel. La faiblesse numérique de sa population fut également un facteur important de déséquilibre car les hommes manquaient pour contribuer au développement économique et pour faire disparaître les particularismes sociaux et provinciaux. A tout ceci, il faut ajouter les effets désastreux de la dépendance économique de la Libye envers les grandes compagnies pétrolières. Selon le mot juste de Talha, on avait le spectacle « d’un pays qui s’appauvrissait à la source même de ses richesses ».

59Sur le plan politique, la population ne possédant pas la possibilité de développer sa conscience politique dans des groupes reconnus, des petits cercles se formaient dans les villes. Ils étaient poussés par un idéal politique que l’on peut rattacher au panarabisme et au nassérisme. La société urbaine allait se transformer aussi. A la classe « traditionnelle » se substituait bientôt une classe de nouveaux riches qui ne se référaient que de loin en loin aux modes de vie et de pensée traditionnels. Né des industries et du pétrole un prolétariat se créa. Ce prolétariat relativement important gagne plus d’argent que le petit paysan et cette situation est enviée par les gens qui vivent encore dans les oasis, ou dans le désert.

60Une classe d’employés civils et de fonctionnaires se développa également, car le gouvernement avait distribué largement les postes afin de donner un emploi au plus grand nombre possible de Libyens. Ces fonctionnaires et employés constituèrent une classe petite bourgeoise, ou tout au moins, un embryon de classe. Entre les deux, il y avait un certain nombre de personnes dont l’emploi était périodique car l’industrie du pétrole ne se sert de certains ouvriers que pour un laps de temps déterminé. Une fois le travail terminé, ces ouvriers revenaient en ville où ils ne trouvaient souvent plus d’emploi, et ils constituaient avec les petits paysans émigrés, ou les Bédouins pauvres, la classe des gens qui habitait les taudis ceinturant les grandes villes. Cette classe n’avait, à cette époque, que peu de défenseurs politiques. Les syndicats n’avaient que très peu d’influence.

3. Les conséquences politiques - La fin de la monarchie.

  • Le parti du ba‘ath (résurrection) est un parti socialiste arabe d’origine syrienne.

61On a dit que des petits groupes clandestins s’étaient formés en Libye. La plupart s’étaient désolidarisés totalement du gouvernement et demandaient la formation d’un gouvernement national, de nouvelles élections basées sur une loi électorale différente, l’épuration de l’Administration, la liberté politique et sociale, et sur le plan extérieur, la rupture avec les Anglais et les Américains. Tous prônaient aussi l’unité arabe. Des éléments ba‘athistes étaient aussi périodiquement arrêtés dans les villes libyennes. A ce moment-là, la Libye oscillait entre deux pôles d’attraction : le nassérisme du Caire et le socialisme de Belgrade. Les groupes clandestins prirent le nom de club ‘Oumar El-Moukhtar, Front de défense de la Constitution, parti de l’Unité arabe et de parti Ba‘ath. A cette opposition populaire s’ajouta celle d’une partie de la famille royale ainsi que celle du cousin du Roi, Abdallah Abd Es-Sanoûsî, directeur de la S.A.A.S.C.O. qui fonda le parti du Peuple. Il recrutait surtout de très riches commerçants et certaines personnalités politiques ; leur objectif était de s’emparer du pouvoir, de dénoncer les traités et de pratiquer une étroite collaboration avec l’Égypte et les pays arabes. Il ne faut pas non plus négliger l’influence des Frères Musulmans fort influents en Égypte et sur une partie de la jeunesse libyenne.

62Aussi les manifestations allaient-elles se succéder en Libye pendant cette période où Ba‘athistes, syndicats, ouvriers provoquèrent les émeutes de 1962, 1964, 1967... Tour à tour, les dirigeants étaient emprisonnés, les syndicats dissous, les étudiants arrêtés sans que le problème n’apparût aux yeux de l’étranger suffisamment grave pour mettre en jeu le sort du régime. Pourtant le Roi sentait que son peuple lui échappait de plus en plus, écartelé entre la propagande du nassérisme, le socialisme algérien et les tendances plus extrémistes venues de Syrie et d’Égypte. Les sociétés pétrolières qui prévoyaient aussi le danger accentuaient leur pression sur le gouvernement ou sur quelques personnages importants, pour obtenir rapidement d’importants avantages. En opposition à cette situation, les éléments de valeur du pays qui se voyaient refusés dans l’Administration, la jeunesse, le peuple et une partie de l’armée libyenne commençaient à réagir et malgré les envois successifs d’officiers, d’étudiants diplômés à l’étranger, le gouvernement libyen ne pouvait empêcher la rupture avec les nouvelles forces du pays.

63Le 1er septembre 1969, un petit groupe d’officiers s’empara du pouvoir alors que le Roi se faisait soigner en Grèce. Pendant quelque temps, on ignora leur identité et leurs idées puis l’une et les autres apparurent au grand jour. Tous ou presque proclamèrent leur solidarité avec le monde arabe, leur participation à la guerre israélienne et leur neutralisme sur le plan mondial. A l’intérieur, le nouveau régime prônait l’égalité des citoyens et la juste répartition des richesses nationales. Le slogan « liberté, socialisme, unité » résumait leur programme [79, 80, 86, 79 bis, 89]. Il est certain que des réformes profondes étaient nécessaires et que sans doute l’idéal des révolutionnaires est des plus louables. Il semble toutefois assez difficile de croire qu’une trop grande rigueur dans l’idéologie politique ou dans le domaine religieux soient les sources évidentes du progrès et de la libération.

64Tout au long de son histoire mouvementée, la Libye ne put que très rarement disposer d’elle-même et envisager son avenir en toute liberté. Soumise directement aux Turcs, puis aux Italiens, elle fut soumise indirectement aux intérêts politiques et économiques des États-Unis et de la Grande-Bretagne. L’ancien régime apparaît avec le recul comme une étape de la décolonisation libyenne, une transition vers une vraie indépendance. Le jugement que portent sur ce régime les forces neuves de la Libye est des plus sévères et pendant quelques années la Libye nouvelle assista à des procès où comparaissaient devant le tribunal populaire les artisans de la corruption ou de la répression. Mais le peu de passion qu’ils soulevèrent, la clémence des juges, prouvaient que la Libye s’est décidée à regarder vers l’avenir.

Notes de fin

* Assistante de recherches à l’I.E.P. d’Aix-en-Provence.

On trouvera d’autres renseignements sur l’ancien régime libyen dans les articles suivants en particulier pour la politique étrangère, l’économie et la société.

Le parti du ba‘ath (résurrection) est un parti socialiste arabe d’origine syrienne.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540