Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Lybie nouvelle

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

I. — Introduction générale

La Libye des origines à 1912

Robert Mantran

Texte intégral

  • * Professeur de langue, littérature et civilisation ottomane à l’Université de Provence.

1Note portant sur l’auteur*

2L’immense territoire libyen a peu bénéficié des avantages naturels que connaissent les autres pays riverains de la Méditerranée : un vaste et rude désert couvre la plus grande partie du pays, la côte est, dans son ensemble, peu hospitalière, le réseau hydrographique est vieillissant, les ressources peu nombreuses et limitées en quantité (exception faite du pétrole, de découverte récente). On conçoit qu’un tel pays ne soit pas très peuplé et l’on comprend que, dans l’esprit des non-Libyens, son existence ait été le plus souvent ignorée, tout au moins jusqu’à la dernière décennie.

3Et pourtant la Libye n’a pas été absente de l’histoire ; des peuples l’ont habitée très tôt dans l’antiquité, elle a été l’objet de convoitises et de conquêtes, elle a connu des moments glorieux, d’autres difficiles ou amers ; elle a surtout, par sa situation, joué un rôle d’intermédiaire entre l’occident nord-africain et la vallée du Nil, entre les pays au sud du Sahara et la côte méditerranéenne. Ce rôle de lieu de passage se reflète dans les divers peuplements, dans les invasions successives venues de l’ouest et de l’est, dans l’importance qu’ont pu avoir, à différentes périodes et pour une durée plus ou moins longue, certains ports, certaines oasis : tout cela a contribué à mettre la Libye en contact avec d’autres peuples, d’autres civilisations qui, avec un succès plus ou moins grand, ont pu s’imposer, marquer temporairement de leur empreinte le sol libyen et les populations locales jusqu’au moment où l’Islam et les Arabes, puis les Turcs, ont donné à la Libye ses caractéristiques majeures et lui ont permis d’acquérir, lentement et tardivement, une unité qui lui avait fait longtemps défaut, ce qui peut s’expliquer notamment par la division du pays en trois grandes régions naturelles : la Tripolitaine à l’ouest, la Cyrénaïque à l’est, séparées par le golfe de Syrte, et le Fezzan qui englobe la plus grande partie de l’intérieur, régions qui ont leurs caractéristiques propres et ont eu, le plus souvent, une histoire spécifique, résultant des seules considérations locales ou d’impératifs extérieurs.

I. — PERIODE ANCIENNE

1. Les origines.

4La Libye fait son apparition dans l’histoire aux environs du xe siècle av. J.-C, avec la colonisation phénicienne [24, 25]. Mais des peuples l’habitaient depuis fort longtemps, auxquels les anthropologues ont donné le nom de libyques, ce nom lui-même paraissant être d’origine berbère. On sait encore peu de chose de cette population libyque et l’on se demande si elle provenait des régions du Haut-Nil, de l’Éthiopie, voire de l’Arabie méridionale, ou bien si elle constituait une race méditerranéenne originale. Ce qui est certain, c’est que le nom de Libya a été donné par les Grecs au territoire qui s’étendait à l’ouest de l’Égypte et qui était habité notamment par des « Libuoï » ; peut-être faut-il voir dans ce nom une déformation du nom de la tribu berbère des Lawâta. Les Romains ont surtout utilisé le terme d’Africa pour désigner les régions couvrant aujourd’hui la Tunisie et la Tripolitaine ; de là est venu l’arabe Ifrîqya pour désigner les mêmes territoires, tandis que la Cyrénaïque (du nom de la ville de Cyrène), portait chez les Arabes le nom de Barqa La Tripolitaine s’est appelée dans l’antiquité Syrtica, puis Tripolitana (d’où l’arabe Tarâboulous), du nom de la région des « trois villes », Sabratha, Oea (site de l’actuelle Tripoli) et Leptis Magna où habitaient les Lawâta. Le Fezzan tire son nom des Masani ou Phasanti, qui vivaient dans les oasis du Sud et ont probablement participé, comme les Garamantes, à la grande civilisation saharienne antique. Hérodote cite les Lotophages comme habitant la Petite Syrte et Djerba, et Strabon, vers l’ère chrétienne, y ajoute les Gétules.

5Les anciennes populations libyennes étaient essentiellement formées de pasteurs nomades, et une partie d’entre elles s’est convertie à la vie sédentaire, à l’agriculture, voire au commerce, au moment de la domination phénicienne. Elles parlaient la langue libyque, d’où dérivent les dialectes berbères encore parlés aujourd’hui dans certaines régions ; cette langue libyque a posé des problèmes de déchiffrement qui ne sont pas totalement résolus à l’heure actuelle.

2. Les premières colonisations - Phéniciens et Grecs.

6Les Phéniciens ont apporté à la Libye ses premiers éléments historiques connus en établissant en Tripolitaine des comptoirs dès le xiie siècle av. J.-C, mais la présence phénicienne s’est surtout affirmée à partir du ixe siècle, et plus encore lorsque Carthage a pris le relais des villes phéniciennes ; des comptoirs comme Sabratha, Oea et Leptis Magna ont dû être fondés vers cette époque ; ils n’ont toutefois connu un grand développement qu’à partir du ve siècle av. J.-C. ; ces « emporia », relais commerciaux sur la côte, étaient dans la dépendance directe de Carthage.

7Les Grecs, pour leur part, avaient pris pied dans l’est de la Libye, et, en 631 av. J.-C, fondèrent la ville de Cyrène (qui devait donner son nom à la partie orientale de la Libye), s’y établirent solidement et introduisirent dans cette région les caractères principaux de leur civilisation : la Libye devait pour longtemps subir les conséquences de cette scission politique : tandis que la Cyrénaïque fut, jusqu’au xviiie siècle, attirée vers l’Égypte et l’orient méditerranéen, la Tripolitaine se tourna vers le Maghreb et la Méditerranée occidentale.

8Les Grecs ayant voulu étendre leur domination vers l’ouest se heurtèrent aux Carthaginois qui détruisirent les colonies grecques fondées entre Leptis Magna et l’extrémité orientale du golfe de Syrte, accentuant ainsi la séparation entre les deux régions. En Cyrénaïque, les Grecs réintroduisirent la culture de l’olivier et de la vigne, développèrent celle des céréales et l’élevage : ils en firent une région riche et prospère. La monarchie établie dès 630 à Cyrène par Aristoclès devait durer jusqu’au ve siècle, période où la rivalité entre les villes de Cyrénaïque entraîna la chute de la monarchie et la fondation d’une république, sans pour autant faire disparaître les conflits. A la fin du ive siècle, Ptolémée, souverain de l’Égypte, annexa la Cyrénaïque, mais la révolte des Cités grecques leur permit d’obtenir une constitution autonome ; une nouvelle période de prospérité commença pour la Cyrénaïque, période qui s’acheva avec l’occupation romaine en 107.

9Pour sa part la Tripolitaine, dont le sort était lié à celui de Carthage, connut les grandeurs et les déclins de celle-ci ; bien que les trois villes de Sabratha, Oea et Leptis aient formé une confédération, celle-ci était administrée par un suffète nommé par Carthage, qui contrôlait aussi le commerce fait dans ces emporia. Après la seconde guerre punique, Massinissa, roi de Numidie, enleva aux Carthaginois la région de la Tripolitaine, qui connut ensuite une semi-indépendance sous l’autorité de souverains locaux, pendant environ un demi-siècle, jusqu’à la conquête et à l’annexion par les Romains, au milieu du iie siècle av. J.-C.

10Durant toute la période punique, les villes côtières de Tripolitaine ont connu une bonne prospérité commerciale et Sabratha, notamment, était le point de départ d’une route caravanière vers Ghadâmès puis, au-delà, vers l’Afrique centrale ; sur cette route, le transport des marchandises était assuré par les Garamantes ; d’autres routes menaient vers Oea et Leptis. La civilisation carthaginoise s’est marquée par l’utilisation locale et la persistance de la langue punique : non seulement des inscriptions néo-puniques l’attestent, mais on sait aussi que le punique fut parlé en Tripolitaine bien après la conquête romaine, jusqu’au iie siècle apr. J.-C. et même plus tard dans certaines régions de l’intérieur. Cette persistance du punique, langue sémitique, a pu ultérieurement faciliter la pénétration de la langue arabe, sémitique elle aussi, et contribuer à limiter la langue berbère à des groupes restreints et isolés. On a pu avancer également que les conceptions religieuses des Phéniciens et des Carthaginois, dans lesquelles l’idée du monothéisme n’était pas absente, avaient pu permettre l’acceptation et la diffusion du Christianisme, puis de l’Islam.

11L’existence des colonies phéniciennes et grecques en Libye atteste l’importance que l’on accorda alors à ce territoire, tant du point de vue du commerce terrestre que du commerce maritime ; comme la Tunisie, la Libye apparut alors comme le trait d’union entre différents mondes et de ce fait, elle a joué un rôle non négligeable dans le bassin méditerranéen et sur le sol africain. Il ne reste à peu près aucun témoignage archéologique de la période phénicienne en Tripolitaine ; en revanche, en Cyrénaïque, les vestiges de Cyrène constituent un magnifique ensemble, comparable aux plus beaux sites archéologiques des autres régions de l’Afrique du Nord.

II. — DES ROMAINS AUX BYZANTINS

1. La domination romaine.

12Après la destruction de Carthage en 146 av. J.-C, les Romains étendirent peu à peu leur souveraineté sur l’ensemble de l’Afrique du Nord, tout en laissant une certaine autonomie aux villes tripolitaines ; lors de la guerre de Jugurtha, Leptis demanda l’aide de Rome contre celui-ci et un traité d’alliance fut alors conclu (107 av. J.-C.) : des légions romaines furent envoyées à Leptis pour la défense de la Cité, qui semble avoir eu à cette époque plus d’importance que Sabratha et Oea. L’autonomie des villes tripolitaines disparut lorsque Rome annexa la Numidie en 46 av. J.-C, et créa la province grecque d’Africa qui engloba la fédération des trois villes. En 19 av. J.-C, sous le règne d’Auguste, Cornelius Balbus conduisit une expédition romaine jusqu’au pays des Phasaniens, et dans le triomphe qu’il célébra à Rome figuraient des représentants des régions de Tripolitaine, de la côte au Fezzan ; les Garamantes, alors non soumis, se rallièrent à Rome après la défaite du berbère Tacfarinas (17-24 apr. J.-C). Cependant ils reprirent peu à peu leur rébellion et ravagèrent le territoire d’Oea et de Leptis ; poursuivis et sévèrement vaincus, ils ne devaient plus se manifester par la suite.

13La Cyrénaïque avait été annexée à l’Empire romain dès le iie siècle av. J.-C. et Cyrène connut encore de beaux jours, mais des révoltes des populations locales amenèrent peu à peu sa ruine ; reconstruite partiellement sous l’empereur Hadrien, Cyrène ne fit que survivre ; la Cyrénaïque fut incorporée à l’empire romain d’Orient au ive siècle apr. J.-C.

14Oea et Leptis ont été au iie siècle apr. J.-C. des villes prospères, et c’est à Leptis qu’est né en 146 Septime Sévère : après une brillante carrière militaire, il s’empara du pouvoir en 193 et devint empereur ; il n’oublia pas sa province natale, qu’il fit protéger en commençant à construire le limes ; il éleva Leptis Magna au rang de « colonie de droit italique », et l’embellit considérablement, de même que Sabratha. Après lui, Caracalla et Alexandre Sévère continuèrent à s’intéresser à l’Africa et poursuivirent la construction du limes qui s’étendit du sud de la Tunisie à l’est de Leptis, en passant par le Djebel Nafôusa (Nefousa) : des fortins, des camps, des tours furent ainsi répartis tout au long de cet arc, qui fut en outre défendu par des postes avancés situés plus au sud, sur les principales voies de communication menant vers l’Afrique centrale. Les Romains ont porté beaucoup d’attention au développement et à l’entretien des voies de communication, tant côtières qu’intérieures, pour des raisons économiques, mais aussi pour des raisons militaires.

15De la domination romaine, il ne demeure que les ruines grandioses de Leptis Magna qui témoignent de sa splendeur ; mais déjà dès le ive siècle apr. J.-C, elle avait perdu de son importance et sa décadence continua sous les Byzantins ; elle fut abandonnée après l’invasion arabe et en partie envahie par les sables. Sabratha a connu le même sort. En Cyrénaïque, la ruine de Cyrène a fait de Ptolémaïde et de Derna les principaux centres de cette région, mais sans grande envergure. Si la culture de l’olivier et du blé, si l’élevage ont pu donner dans le passé une certaine image de richesse, la légende a embelli et exagéré cette richesse en l’assimilant à celle de la Tunisie. Cependant, le commerce africain a permis à la Tripolitaine de connaître une certaine activité marchande qui s’est manifestée essentiellement dans ses trois ports.

2. Le Christianisme en Libye.

16C’est dès le ier siècle apr. J.-C. que la Cyrénaïque a été christianisée : Lucéus, un Juif converti, fut intronisé comme premier évêque de Cyrène par saint Paul ; la Tripolitaine fut à son tour peu à peu convertie et au temps de Septime Sévère on note l’existence de sept évêchés : quatre en Tripolitaine, trois en Cyrénaïque. Au ive siècle, le schisme donatiste s’y répandit : il eut comme adeptes les Berbères, les petits propriétaires et tous les éléments anti-romains ; on doit voir là une attitude plus politique que religieuse, les Libyens marquant ainsi leur opposition à Rome et, sur un plan social, les paysans indigènes s’opposant aux propriétaires romains. Cette révolte a eu pour conséquence directe la ruine des campagnes ; le schisme ayant gagné les villes d’Oea et de Leptis, celles-ci entrèrent en lutte ouverte avec Sabratha, demeurée fidèle au Christianisme romain : à la ruine de l’agriculture s’ajouta en Tripolitaine la ruine du commerce. En Cyrénaïque, l’hérésie arienne eut les mêmes conséquences.

17Des tribus libyennes profitèrent de la situation pour ravager la Tripolitaine et la Cyrénaïque, et cette évolution a favorisé l’occupation du pays par les Vandales, mais a aussi entraîné par la suite des modifications d’ordre économique et social : en raison de l’insécurité, nombre de sédentaires abandonnèrent les villes et se rallièrent aux tribus nomades, ce qui amena la disparition du commerce ; en outre, les régions les plus riches, ravagées par des invasions ou par des guerres civiles ou religieuses, ne produisirent plus assez de ravitaillement pour la population. Beaucoup de paysans se tournèrent alors vers l’élevage et, de là, vers le nomadisme, donnant ainsi une nouvelle image de la Libye ; c’est peut-être à cette époque que se constituèrent de nouvelles tribus, comme celle des Zenâta, qui devait jouer par la suite un rôle important dans l’Afrique du Nord tout entière.

3. L’invasion vandale ; la domination byzantine.

18Selon Procope, ce sont des rivalités entre généraux romains qui ont permis la pénétration des Vandales en Afrique du Nord ; jusqu’alors établis en Espagne, les Vandales, sous le commandement de Genséric, envahirent l’Afrique du Nord en 430 et progressant peu à peu vers l’est s’emparèrent de Carthage en 439, dont Genséric fit sa capitale, et occupèrent ensuite la Tripolitaine, saccageant les villes et en détruisant les murailles, s’emparant des terres qui furent données aux principaux chefs barbares. L’empereur d’Orient Léon Ier, qui revendiquait la possession de l’Afrique du Nord, tenta de reconquérir ce territoire en 470, mais sans succès. Il est incontestable que l’occupation vandale a contribué à l’appauvrissement de la Libye et a facilité ensuite la reconquête byzantine [26, 27]. Celle-ci eut lieu en 535 : le général byzantin Bélisaire triompha du chef vandale Gélimer, puis des Libyens qui s’étaient emparés pour leur compte de la région de Tripoli ; rapidement, comme le reste de l’Afrique du Nord, la Tripolitaine passa sous la domination byzantine ; mais cette domination ne fut pas aisée. En effet, les maladresses des gouverneurs byzantins, les excès des troupes grecques dressèrent au début les tribus contre les nouveaux maîtres : les Lawâta, notamment, se dressèrent contre le gouverneur de Tripolitaine, Sergius, et menacèrent Leptis Magna. C’est seulement en 547-48 que la paix put être établie ; l’empereur Justinien accorda plus d’attention à la province, remit en état les défenses de Leptis et de Sabratha, réorganisa la vie administrative et économique, s’efforçant de rétablir le commerce caravanier. Mais en fait l’effort byzantin ne dépassa pas la zone côtière et il ne fut pas continué par les successeurs de Justinien.

19La Cyrénaïque constituait alors une province distincte, déjà unie officiellement à l’empire de Constantinople depuis 395 ; c’était une région en pleine décadence : Cyrène avait été en partie détruite par un tremblement de terre, et seules les villes de Teuchira et d’Apollonia conservaient un peu d’activité. Toutefois les Byzantins s’intéressèrent davantage à la Cyrénaïque et dans le courant du ve et du vie siècle, on assista à une nouvelle colonisation grecque. A la fin du vie siècle, une nouvelle réorganisation administrative fit de l’ensemble de la Libye un région unique rattachée à la province d’Égypte.

20Depuis le ive siècle apr. J.-C, la Libye avait été secouée par les révoltes et les invasions, avait connu trop de maîtres successifs et de divisions pour ne pas en subir les conséquences. Même si sa prospérité des siècles antérieurs a été embellie par l’histoire, il n’en reste pas moins qu’elle a traversé ensuite une phase de décadence : la ruine de ses principales villes à cette époque est une preuve manifeste de la dégradation des conditions de vie politique, économique et sociale. En outre, il faut bien constater que le pays a été constamment soumis à des dominations étrangères qui, si elles ont provoqué des révoltes des tribus libyennes, n’ont pas pour autant entraîné une véritable unité politique : la Libye apparaît encore comme un pays morcelé, soumis aux influences prépondérantes des puissances étrangères.

III. — LA DOMINATION ARABE

1. La conquête arabe.

21Peu de temps après la mort du prophète Mouhammad (632), les Arabes s’étaient lancés à la conquête des territoires voisins de l’Arabie : Palestine, Syrie, Égypte ; c’est ainsi que la Basse-Égypte fut conquise par ‘Amr ibn al ‘As entre 639 et 642 ; aussitôt après la Cyrénaïque fut envahie et Barqa occupée en l’an 21 de l’hégire, c’est-à-dire en 642, vraisemblablement en automne. Certaines chroniques arabes postérieures font état d’une expédition conduite en 642-43 par ‘Ouqba ibn Nâfi’ jusque dans le Fezzan, mais sans qu’on puisse en être absolument sûr. Poursuivant vers l’ouest, ‘Amr ibn al ‘As s’empara de Tripoli en 643 et, peu après, de Sabratha sans aucune résistance des habitants [23, 27]. Il reprit ensuite le chemin de l’Égypte : il s’agissait donc alors d’une simple incursion, à laquelle les troupes byzantines ne paraissent guère s’être opposées. Il est probable qu’à la suite de cet événement la Tripolitaine ait été rattachée à Carthage.

22Une nouvelle invasion de la Tripolitaine a eu lieu en 645-46 et s’est poursuivie jusqu’en Africa, où l’exarque byzantin Grégoire fut vaincu à Sbeitla (Sufetula) (Tunisie) en 646 ; mais les Arabes rentrèrent en Égypte l’année suivante. Les auteurs arabes mentionnent encore des expéditions en 33 (653-54) et 43 (663-64), sans conséquences importantes. Plus sérieuse a été l’expédition de ‘Ouqba ibn Nâfi’ entre 49 et 55 H (669-675), qui permit véritablement l’implantation des Arabes et de l’Islam en Tripolitaine et en Africa : c’est alors qu’est fondée Kairouan (en 70/689-90), qui devint le centre des activités arabes en Afrique du Nord. Simultanément, des Berbères commencèrent à se convertir à l’Islam, et des garnisons arabes furent installées dans les principales villes. En 680 eut lieu la grande expédition de ‘Ouqba ibn Nâfi’ qui, cette fois, atteignit le Maroc et les rivages de l’Atlantique, mais il mourut au retour, à Biskra en 683, au cours d’une attaque des Berbères, et ses troupes furent décimées : les Berbères chassèrent les Arabes, s’emparèrent même de Kairouan et constituèrent une sorte de royaume indépendant sous la direction d’un des leurs, Kousayla, qui fut vaincu et tué en 69/688-89 par une expédition arabe.

23L’établissement définitif des Arabes musulmans résulta de l’expédition de Hasan ibn Nou’man al-Ghassâni en 696-97 qui reprit la Tripolitaine, puis Carthage, en dépit d’un redressement momentané des Byzantins et d’une nouvelle révolte berbère dirigée par une femme, la Kahina ; les Arabes l’emportèrent et quelques années plus tard la Kahina fut vaincue et tuée, mais le pays avait considérablement souffert. Cependant, la victoire arabe était maintenant acquise et l’Africa appelée dès lors Ifrîqîya, devint une province de l’Empire musulman, confiée à un gouverneur dépendant du Calife Oumeyyade de Damas. L’Ifrîqîya était constituée par la Tunisie actuelle et la Tripolitaine, tandis que la Cyrénaïque était rattachée à l’Égypte. Pour de nombreux siècles, cette partition des deux régions devait demeurer un fait acquis : la Tripolitaine serait liée au Maghreb, la Cyrénaïque (sous le nom de Barqa) au Machreq.

2. Le mouvement kharidjite en Tripolitaine.

24Le mouvement kharidjite est né dans le monde musulman lors du conflit qui opposait le Calife ‘Alî, gendre et cousin du Prophète, et Mou’âwîya, son concurrent heureux au Califat ; certains musulmans se refusèrent à prendre parti pour l’un d’eux, se séparèrent des autres musulmans, sortirent (kharadja) de la communauté et furent considérés comme des hétérodoxes, sinon comme des hérétiques par les partisans de Mou’âwîya (les Sounnites) et par les partisans de ‘Ali (les chi’ites). Ces kharidjites, après s’être établis dans le Bas-Irak, en Iran et en Arabie, se divisèrent en plusieurs groupes : l’un d’eux, celui des ‘Ibadiya (Ibadites), provoqua une révolte au Yémen et au Hedjâz, et s’empara en 747 de la Mekke et de Médine. Vaincus, les Ibadites se dispersèrent et gagnèrent l’Afrique du Nord. Leur conception de la direction de la Communauté musulmane (libre choix du chef, l’imâm), droit de se révolter contre tout chef coupable d’une faute grave, trouva un écho chez les tribus berbères, réfractaires à la domination étrangère, au chef imposé : elles adoptèrent le kharidjisme, non seulement comme expression de la religion musulmane, mais aussi comme arme politique.

25En Tripolitaine, le kharidjisme ibadite se développa surtout parmi les tribus du Djebel Nefousa et chez les Zenâta ; au milieu du viiie siècle, ceux-ci attaquèrent les Arabes en Tripolitaine et se rendirent maîtres du pays : il fallut l’intervention vigoureuse du gouverneur de l’Ifrîqîya pour réduire les Berbères (745-50). Une autre révolte éclata en 757-58 et se prolongea jusqu’en 761, date à laquelle l’imâm ibadite fut pris et exécuté. A la suite de cette défaite, un des chefs berbères de la révolte, ‘Abd ar-Rahman ibn Roustem quitta l’Ifrîqîya et alla fonder dans l’ouest algérien, à Tahert, un État ibadite qui devait durer jusqu’au début du xe siècle. Mais les Berbères ne se soumettaient pas sans résistance : une nouvelle révolte eut lieu en 770-71 et une autre en 772-73 ; ce furent les derniers soulèvements importants en Tripolitaine, mis à part quelques insurrections au ixe siècle. Bien que vaincus et apparemment soumis à leurs maîtres arabes, nombre de Berbères n’en continuèrent pas moins à adhérer à la doctrine kharidjite et à conserver leurs particularismes tribaux.

3. Des Aghlabides aux Zirides.

26La fin du viie siècle a vu des transformations importantes se produire en Afrique du Nord : en Algérie occidentale, ‘Abd ar-Rahman ibn Roustem a fondé en 761 le royaume ibadite de Tahert ; en 788, un descendant de ‘Alî, Idris ibn ‘Abdallah, a créé le royaume idrisside à Volubilis, au Maroc (et son fils Idris a été en 888 le fondateur de la ville de Fès). En 799-800, le Calife Haroun ar-Rachîd décida de transformer le gouvernement de la province d’Ifrîqîya en un émirat héréditaire confié au gouverneur en place, Ibrâhim ibn al-Aghlab. Par la suite, les émirs aghlabides, tout en reconnaissant la suzeraineté du calife abbaside de Bagdad, ont joui d’une large autonomie. Ce que l’on sait alors de la Tripolitaine consiste dans la mention de révoltes en 805 et en 811-12, puis dans une tentative des Roustémides de s’emparer de Tripoli en s’appuyant sur les tribus ibadites du Djebel Nefousa, tentative qui échoua, mais n’en aboutit pas moins à un partage officieux de la Tripolitaine : la côte aux Aghlabides, la partie occidentale de l’intérieur aux Berbères ibadites qui reconnaissaient cependant la suprématie de l’émir aghlabide.

27Quant à la Tripolitaine orientale et à la Cyrénaïque, elles étaient contrôlées par les Berbères Houwâra et faisaient théoriquement partie de la province d’Égypte. En 265/878-79 un émir toulounide d’Égypte tenta une expédition contre Tripoli qu’il assiégea pendant plusieurs semaines : des troupes de l’émir aghlabide jointes à celles des Berbères du Djebel Nefousa rejetèrent finalement le Toulounide en Cyrénaïque : cet incident accentua encore la séparation entre ces deux régions de la Libye.

28Durant la période aghlabide, l’arabisation et l’islamisation des habitants de la côte tripolitaine devinrent des faits acquis, cependant que se renforçaient les liens de cette région avec le reste de l’Ifrîqîya ; mais Tripoli, maintenant principale ville, ne connut pas alors une grande activité économique.

29Lorsqu’en 298/910-11 le chi‘ite ‘Oubayd Allah s’empara de l’Ifrîqîya et fonda la dynastie fatamide, appuyé sur la tribu des Koutama, il étendit son autorité sur la Tripolitaine ; les Berbères s’étant insurgés contre ce nouveau maître, la révolte fut noyée dans le sang, mais les excès des Koutama provoquèrent une autre insurrection en 912, au cours de laquelle les révoltés s’emparèrent de Tripoli, pour peu de temps ; nouvelle révolte en 922, sans succès. On peut se demander si ces révoltes ne dénotent pas surtout la détermination des Berbères du Djebel Nefousa dans leur refus de la domination étrangère, et, plus encore, de la domination d’une dynastie « orientale » appuyée sur un sectarisme religieux tyrannique. C’est dans ce sens qu’il convient de concevoir l’appui donné par les tribus du Djebel Nefousa à la révolte en Ifrîqîya de Abou Yazîd (surnommé « l’homme à l’âne ») de 938 à 947.

30Lorsqu’en 972 le calife fatimide al-Mo’izz abandonna la Tunisie pour l’Égypte, il laissa le gouvernement de l’Ifrîqîya à l’un de ses fidèles, Bouloug-gîn ibn Zîrî, de la tribu berbère des Sanhadja, depuis toujours adversaire des Zenâta. Boulouggîn délégua le gouvernement de Tripoli à l’un de ses lieutenants, mais vers 391/1000 Tripoli fut conquise par les Banou Khazroûn, groupe Zenâta venu du Maroc, soutenu par les Berbères Nefousa ; les Banou Khazroûn, en guerre intermittente avec les Zirides, se maintinrent à Tripoli jusque vers 488/1095. Un fait important est à noter durant cette période : s’il est possible que sous la domination des Fatimides, les habitants de la côte aient dû suivre l’Islam chi’ite, en revanche, il est certain que sous les Zirides et les Banou Khazroûn ils adoptèrent l’Islam orthodoxe, pratiqué selon le rite malékite (généralement suivi en Afrique du Nord), tandis que le Kharidjisme ibadite demeurait pratiqué par les Berbères du Djebel Nefousa, alors que les Berbères Houwâra, peu à peu, revenaient eux aussi à l’Islam sunnite après l’invasion hilalienne.

4. L’invasion hilalienne et ses conséquences.

31La conquête arabe du viie siècle n’avait pas été suivie d’un peuplement systématique par les conquérants : ceux-ci se contentaient d’occuper les villes et les points stratégiques du Maghreb avec des troupes, relativement peu nombreuses, et des administrateurs ; les campagnes, et plus encore les montagnes, demeuraient le domaine des populations berbères locales, sédentaires ou nomades, plus ou moins soumises aux dirigeants arabes ; jusqu’au milieu du xie siècle, les révoltes ont été nombreuses, témoignant du désir d’indépendance des Berbères.

32Cet état de choses changea lorsque, à la suite de la rupture entre les Zirides et les Fatimides, ceux-ci, pour châtier leurs vassaux, lancèrent contre eux les tribus arabes des Banou Hilâl et des Banou Soulaym qui, originaires d’Arabie, s’étaient ensuite installés en Haute-Égypte où elles causaient maints dommages. En 1050-51, ces tribus pénétrèrent en Cyrénaïque où demeurèrent les Banou Soulaym, tandis que les Banou Hilâl continuaient vers l’ouest, dévastant tout sur leur passage si l’on en croit l’historien Ibn Khaldoun. Le souverain Ziride al-Mou‘izz, soutenu par les Berbères Sanhadja et Zenâta, tenta de s’opposer aux Arabes mais fut écrasé. Les Zirides se réfugièrent dans les villes de la côte tunisienne ; en Tripolitaine, la tribu arabe des Banou Zoughba, branche des Banou Hilâl, occupa toute la région s’étendant de Tripoli à Gabès, tandis que les Banou Khazroûn conservaient le gouvernement de la ville de Tripoli ; la partie orientale de la Tripolitaine fut en grande partie peuplée par la tribu arabe des Banou Dabbâb.

33Désormais, sans être probablement le plus important du pays, le peuplement arabe est prépondérant dans la zone côtière et une partie de l’intérieur de la Tripolitaine, repoussant les Berbères dans les montagnes ; en même temps, l’arabisation fait un progrès considérable, de même que l’Islam sounite, la Tripolitaine prend un nouveau départ.

34Pourtant, au milieu du xiie siècle, les Normands de Sicile, profitant de diverses difficultés survenues en Tripolitaine, se sont emparés de Tripoli (1146), puis des ports de la côte occidentale de Tunisie ; mais cette présence normande ne dura guère : en 1158 l’arrivée des Almoravides marocains en Ifrîqîya entraîna peu après la retraite des Normands (1160). Les vingt années suivantes constituèrent une période de paix et de renaissance des activités économiques, grâce aux relations plus nombreuses avec les cités marchandes italiennes et espagnoles.

35Toutefois, la fin du xiie siècle et le début du xiiie siècle furent marqués par la domination de Bahâ ad-din Qaragoush, un Egyptien, peut-être d’origine arménienne qui, avec l’aide des Banou Dabbâb, s’imposa dans la région de Tripoli et même dans le Djebel Nefousa et étendit sa domination jusqu’à Gabès (1185) ; d’autres aventuriers venus des Baléares intervinrent aussi en Tripolitaine (1195). Finalement, Qaragoush, réfugié dans l’intérieur, fut pris et tué en 609/1212-13 ; durant cette période de troubles, la ville de Tripoli fut en grande partie détruite (1205). Il fallut attendre 1230 environ pour que le calme revienne, lorsque les Hafsides, d’abord gouverneurs de la Tunisie au nom des Almohades, puis souverains indépendants, étendirent leur autorité sur la Tripolitaine.

5. La période hafside.

36Les débuts de la domination hafside ont été marqués par la volonté d’assurer la paix en Ifrîqîya, et particulièrement en Tripolitaine, par la soumission des tribus arabes nomades qui menaçaient périodiquement Tripoli : celle-ci fut d’ailleurs protégée par de nouvelles murailles. La description de cette ville, faite au début du xive siècle par le voyageur tunisien Tidjânî montre une cité bien entretenue, administrée par un gouverneur dont l’autorité ne s’étendait en fait que sur la ville et ses environs immédiats ; ailleurs, sur la côte, les Berbères sédentaires étaient soumis à divers maîtres arabes.

37En 1324, un Berbère, Thabit ibn ‘Ammar, s’étant emparé du pouvoir à Tripoli, y fonda une dynastie qui devait durer jusqu’en 1400, interrompue pendant quelques années par une occupation génoise (1354-55) et la domination du gouverneur de Gabès (1355-69). Reconquise un moment par les Hafsides, la Tripolitaine forma ensuite avec Gabès et le Djérid un gouvernement autonome, sorte de république dirigée par les marchands et les notables. On ne sait que peu de choses sur l’histoire de Tripoli à la fin du xve siècle ; les relations avec les Hafsides furent parfois tendues et il semble que les Tripolitains aient pu conserver leur autonomie jusqu’à la conquête espagnole de 1510.

38Durant toute cette période la Cyrénaïque, désormais peuplée surtout par des Arabes nomades, était demeurée dans l’orbite égyptienne, passant de l’autorité des Fatimides à celle des Ayyoubides, puis des Mamelouks ; la vie de cette province fut très ralentie et son activité économique réduite presque à néant.

39Quant au Fezzan, il fut à cette époque un État indépendant, cherchant avant tout à maintenir son rôle de heu de transit du commerce caravanier. Au xiiie siècle, le roi du Bornou installa un gouverneur au Fezzan et fit de Traghen, ville située à l’Est de Marzoûq, la nouvelle capitale de cette région. Les commerçants musulmans établirent par là des liens commerciaux entre le Soudan, l’Afrique centrale et la Méditerranée, et les villes du Fezzan devinrent prospères.

40Tripoli pour sa part bénéficia par extension des relations commerciales établies entre la Tunisie hafside et la Sicile aragonaise, mais Venise trafiquait déjà avec les Tripolitains dès le xiiie siècle et obtint à la fin du xive la concession d’une saline près de Zouwâra ; des Génois et des Pisans venaient aussi faire du commerce à Tripoli, échangeant draps et bois contre huile, sel et produits africains.

41Le développement du commerce maritime a eu pour conséquence l’apparition de la piraterie dont Tripoli est devenue une des principales bases en Méditerranée dès le xiie siècle, et la piraterie entraîna un nouveau commerce, celui des esclaves, qui ne fut d’ailleurs pas particulier à Tripoli mais commun à la plupart des ports méditerranéens, chrétiens ou musulmans.

42La période hafside a contribué à accentuer le caractère arabe de la Tripolitaine, par la réalité des liens unissant Tunis à Tripoli ; mais ce caractère n’est valable que pour la zone côtière, car l’intérieur du pays est demeuré berbère ; de plus, la Cyrénaïque et le Fezzan ayant alors leur vie propre, indépendante de celle de la Tripolitaine, le territoire libyen ne connaît aucune unité, ni politique, ni économique, ni même territoriale, car chacune des trois provinces est plus liée aux pays voisins qu’aux deux autres provinces.

43A l’aube du xvie siècle, la Libye n’existe pas encore.

IV. — LA PERIODE OTTOMANE

1. Janissaires et corsaires.

44A la fin du xve siècle, les habitants de Tripoli s’étaient débarrassés de la tutelle des Hafsides et avaient constitué un gouvernement dont la direction était confiée à un notable de la ville. Ce régime pacifique, essentiellement préoccupé du maintien des relations commerciales, dura jusqu’au début du xvie siècle. C’est alors que les Espagnols, sous la conduite de Pedro Navarro, s’emparèrent de Tripoli en juillet 1510, complétant ainsi l’action qu’ils avaient entreprise en Algérie et en Tunisie. Comme en Algérie, les Espagnols ne cherchèrent pas à étendre leur occupation et se contentèrent de fortifier Tripoli ; mais la ville, éloignée de la Sicile, et plus encore de l’Espagne, était difficile à défendre ; aussi, en 1530, Charles-Quint céda-t-il Tripoli en même temps que l’île de Malte, aux Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem (ou Hospitaliers de Rhodes) que Soliman le Magnifique avait chassés peu auparavant de Rhodes.

45En août 1551, le corsaire turc Tourghout (connu dans les sources occidentales sous le nom de Dragut) s’empara de la ville mal défendue par le Grand-Maître Don Juan d’Omédès. En 1554, Tourghout fut nommé « bey-lerbeyi » (gouverneur) de Tripolitaine par le Sultan ottoman ; il s’attacha immédiatement à soumettre l’intérieur du pays à la domination turque, occupa en outre l’île de Djerba et fit de Tripoli une base active de la course contre les Espagnols. Ceux-ci réagirent, prirent Djerba (mars 1560) et préparèrent une expédition contre Tripoli ; mais leur flotte fut vaincue et Djerba reconquise par les Turcs ; désormais, les Espagnols ne devaient plus s’attaquer à la Tripolitaine. Quant aux Turcs, ils étendirent en 1577 leur domination sur le Fezzan et jusqu’au début du xviie siècle, ils durent réprimer quelques révoltes de tribus arabes, dans la région de Ghariân notamment.

46Jusqu’en 1609, la Tripolitaine a été gouvernée par des beylerbeyis, détenteurs des pouvoirs militaires et civils et nommés directement par le Sultan ottoman : la Tripolitaine fut considérée comme une province de l’Empire ottoman, province qui fut bien défini lorsque, à son tour en 1574, la Tunisie devint elle aussi une province ottomane : leur frontière commune commença à être mieux précisée, non sans contestations réciproques à propos de Djerba qui finalement devint tunisienne. Les beylerbeyis étaient assistés par le « Divân » ou Conseil des Janissaires. Les janissaires comme on sait sont des fils de chrétiens formés dès leur jeunesse à l’Islam et au métier des armes. Comme à Alger et à Tunis, ce fut une rébellion de janissaires qui amena un changement dans le régime de Tripoli ; en 1609 les soldats se révoltèrent contre leurs officiers et le beylerbeyi et proclamèrent comme chef un de leurs officiers subalternes, Sulayman, qui, avec le titre de « Dayi » (Dey), inaugura un régime qui dura jusqu’en 1711. Cependant le Sultan continua à envoyer à Tripoli des pachas, représentants de son autorité, mais leur rôle fut uniquement représentatif.

47Sulayman donna une grande impulsion à la course, mais ses entreprises visant peut-être à l’indépendance, il fut destitué par des envoyés du Sultan et mis à mort (1614). Son successeur, Moustafa mit à son actif la pacification des tribus arabes, et, c’est durant son gouvernement que fut installé à Tripoli, en 1630, le premier consul français. La Tripolitaine connut ensuite une vie relativement calme ; il n’en était pas de même au Fezzan car les caravanes du Soudan s’en détournèrent pour gagner les villes de Benghazi et de Darna, en Cyrénaïque, peuplées notamment depuis la fin du xve siècle par des émigrés andalous. En 1639, le dey de Tripoli, Mehmed Sakizli, occupa Benghazi où une garnison permanente de janissaires fut établie ; la domination turque s’étendit ensuite à toute la Cyrénaïque et, vers le Sud, jusqu’à Awjila.

48La deuxième moitié du xviie siècle a été marquée par une activité intense des corsaires de Tripoli dans toute la Méditerranée, ce qui entraîna des représailles de la part notamment des Anglais et des Français. Cependant, des marchands étrangers s’établirent à Tripoli ; en dépit des incidents nés des rivalités entre janissaires et corsaires pour la conquête du pouvoir. Tripoli était alors une ville d’environ 40 000 habitants, dont 35 000 Arabes et 3 500 Turcs et « Kouloughlis » (fils de militaires turcs et de femmes indigènes). Les premières années du xviiie siècle furent marquées par des attaques des Tunisiens contre Tripoli, par une épidémie de peste qui décima la population et par de nouvelles révolutions de palais. Finalement, un officier de la cavalerie, descendant d’un corsaire turc, Ahmed Karamanli, fut porté au pouvoir et reconnu ensuite par Constantinople comme gouverneur et pacha. Il inaugurait une dynastie qui devait gouverner la Tripolitaine pendant 120 ans.

2. Les Karamanli.

49Dans les débuts de son gouvernement, Ahmed Karamanli a dû faire face à des révoltes, qu’il écrasa en s’appuyant sur une nouvelle milice indigène. Tout en encourageant la course, il évita de se brouiller avec les grandes puissances et conclut, en particulier avec l’Angleterre et la France, des traités de paix et de commerce. Son fils et son petit-fils continuèrent sa politique, et jusqu’en 1767 la Tripolitaine vit s’accroître son activité économique et devint un relais important du commerce en Méditerranée. Mais une grave épidémie en 1767, puis la peste et la famine en 1784-86 entraînèrent le déclin de Tripoli et de son commerce.

50Durant toute cette période, l’autorité des Karamanli a été incontestable : ils avaient la haute main sur le pouvoir central, sur l’armée et sur les provinces où ils étaient représentés par les qâ‘id (caïd) ; ils ont su alors donner à l’ensemble du territoire de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque un début d’unité, avec une prépondérance très nette de la Tripolitaine, siège du pouvoir.

51La situation s’est détériorée à partir de 1790, lorsque des querelles ont surgi entre différents membres de la famille des Karamanli pour s’assurer le pouvoir, auquel prétendit aussi un aventurier algérien, Ali Boulghour, qui se disait investi du gouvernorat par le Sultan (1793-95). Finalement, Youssouf Karamanli réussit à s’imposer en 1796 et, en dépit de nombreuses révoltes, se maintint jusqu’en 1832 ; il rattacha la région de Ghadâmès à Tripoli, tenta de relancer la course, participa aux opérations de la flotte ottomane sur les côtes de Morée ; mais ses exigences fiscales provoquèrent une révolte qui le contraignit à abdiquer (août 1832). Deux candidats karamanli se manifestèrent, l’un soutenu par les Français, l’autre par les Anglais ; en outre la conquête française de l’Algérie inquiétait le sultan ottoman qui décida alors d’agir pour son propre compte : des troupes ottomanes débarquèrent à Tripoli le 27 mai 1835 et un gouverneur turc prit en mains le gouvernement de la province, tandis que les membres de la famille Karamanli étaient envoyés en exil à Istambul.

52L’originalité de cette dynastie a été de s’appuyer sur les Arabes de Tripolitaine contre les Turcs et les Kouloughlis, de donner son unité à la province élargie et d’agir de telle sorte qu’elle a pu momentanément faire figure de dynastie locale, mais non pas nationale.

3. La Libye, province ottomane.

  • Sur cette période, voir l’article de Christiane Souriau.

53Les Turcs n’étaient, en 1835, établis solidement qu’à Tripoli et dans la région environnante ; ils durent faire face à des rébellions dans la Tripolitaine occidentale, le Djebel Nefousa et le Fezzan ; il leur fallut 7 ans pour pacifier la Tripolitaine, 8 ans pour occuper le Fezzan et Ghadamès, 23 ans pour triompher de Ghouma, révolté dans le Djebel Nefousa : c’est seulement vers 1860 que la Libye fut à peu près totalement soumise à l’autorité turque.

54Tripoli, qui comptait vers 1850 environ 10 à 12 000 habitants, n’était plus une base de corsaires et le commerce caravanier s’y maintenait, notamment avec le Waddaï (Soudan), le Bornou et le Nigéria (le trafic des esclaves semble avoir duré jusque vers 1880) ; les relations marchandes continuaient avec Malte, la Tunisie, la Sicile, la Turquie et Marseille ; on entreprit même des recherches minières, sans grand résultat alors. Les ressources de la Libye étaient essentiellement la pêche, l’élevage et un peu d’agriculture ; les Turcs ne faisaient guère d’efforts pour développer la vie économique du pays ; ils n’en avaient d’ailleurs pas les moyens, se contentant de maintenir l’ordre et d’assurer leurs positions à Tripoli et à Banghâzî (Benghazi), où leur influence était grande, et dans les principales villes de province par la mise en place d’une administration de type ottoman. La Tripolitaine et le Fezzan — qui constituaient le « vilâyet-i Tarablus-i Garb » (province de Tripoli d’occident) — étaient alors divisés en quatre « moutassarifats » ou « sandjaks » (sous-gouvernorats), tandis que la Cyrénaïque demeura jusqu’en 1863 une région autonome ; elle devint ensuite une moutassarifat dépendant directement d’Istambul, puis rattachée en 1871 à Tripoli pour redevenir autonome en 1879. Le gouverneur était assisté d’un Conseil administratif en partie nommé et en partie élu ; il en était de même dans les moutassarifats. Peu à peu, quelques éléments de modernisation furent introduits (écoles primaires, écoles techniques, tribunaux, service des postes, presses, etc...) mais ils ne touchaient que Tripoli et les principales villes. Dans l’intérieur, les tribus agissaient comme elles le voulaient et leur soumission au gouvernement ottoman était théorique. Les Turcs s’appuyèrent d’abord sur la confrérie religieuse des Maddaniya, puis sur la confrérie de la Sanoûsîya lorsque celle-ci eut acquis une grande influence. A partir de 1881, les interventions françaises en Tunisie et anglaise en Égypte inquiétèrent vivement les Turcs qui prêtèrent plus d’attention à la Libye et cherchèrent l’appui de la population, en même temps qu’ils renforçaient par des garnisons la frontière libyco-tunisienne ; mais il était déjà trop tard car les Italiens préparaient leur offensive contre la Libye.

55Si le gouvernement ottoman n’a pas contribué à apporter beaucoup de progrès économiques à la Libye, il a eu au moins le mérite d’en assurer l’unité, d’en définir les limites géographiques et politiques (accord de 1910 avec la France par exemple) et d’en faire jusqu’en 1911 un territoire musulman non soumis à la tutelle européenne. Cependant, face à la Tripolitaine, la Cyrénaïque conservait un particularisme, marqué notamment par l’implantation dans cette région de la confrérie de la Sanoûsîya.

4. La Sanoûsîya.

56Le fondateur de la confrérie des Sanoûsîs, Sayyid Mouhammed ibn ‘Alî al-Sanoûsî, dit « le Grand Sanoûsî », est né en Algérie, à Mostaganem, en 1787 ; sa famille descendait du Prophète par Hasan, fils de Fatîma et de ‘Alî. Après avoir étudié dans quelques villes d’Algérie occidentale, il se rendit à Fès où il demeura dix ans, puis vers 1830 décida de partir pour la Mekke, s’arrêtant fréquemment en route, notamment en Tripolitaine, en Cyrénaïque et en Égypte (il fut mal accueilli à al-Azhar). Il fonda sa première zâwiya (centre religieux) au Hedjaz, vers 1839, avant de repartir pour l’Égypte, puis la Cyrénaïque où la première zâwiya de cette province fut fondée en 1843. Le choix de la Cyrénaïque peut s’expliquer par l’autonomie qu’elle connaissait du point de vue politique, par le fait que les Turcs étaient alors en train de reconquérir la Tripolitaine et aussi parce que Mouhammed as-Sanoûsî envisageait peut-être une extension de sa confrérie vers l’Afrique centrale.

57Le nombre des zâwiya se multiplia rapidement en Cyrénaïque, la plus importante étant celle de Djaghboub, fondée en 1856, puis dans l’oasis de Koufra et le Fezzan. Mouhammed as-Sanoûsî mourut en 1859 ; son fils Sayyid al-Mahdî lui succéda : il devait demeurer à la tête de la confrérie jusqu’en 1902.

58La doctrine senoussie repose sur la recherche d’une approche personnelle de Dieu, en se référant constamment à l’enseignement du Prophète, au Coran et à la Sounna dans leur interprétation stricte ; il convient de rester dans l’esprit des premiers califes, de rejeter toute innovation susceptible de pervertir l’âme ; la méthode à suivre est celle du soufisme, c’est-à-dire de la mystique. Le Grand Sanoûsî a distingué trois catégories de disciples : ceux qui ont besoin d’un guide, ceux qui commencent à pouvoir, dans une certaine mesure, se diriger eux-mêmes ; ceux qui ont assez de force spirituelle pour trouver leur mode de conduite : ils ont Dieu pour guide. Le Grand Sanoûsî a préconisé la croyance dans l’imamat, c’est-à-dire dans la conception théocratique de l’État, ce qui entraîne le refus de l’obéissance à des chefs non-musulmans et explique l’attitude ultérieure des Sanoûsîs, hostiles aux Italiens.

59Au sein de la confrérie, le chef est le maître absolu, dont l’autorité règne sur toutes les zâwiya, centres religieux et intellectuels, ainsi que sur les tribus ralliées ; en 1902 le nombre des zâwiya était compris entre 150 et 200, et elles couvraient les territoires allant de la Cyrénaïque au Fezzan et du Hedjaz au Waddaï. D’après Evans-Pritchard, on peut préciser leur répartition : 17 en Arabie, dans le Najd ; 31 en Égypte ; 45 en Cyrénaïque ; 18 en Tripolitaine (ce qui est relativement peu) ; 21 dans le sud libyen, Fezzan et Koufra ; enfin 14 au Soudan et dans le Tchad actuel, ce qui montre la poussée sanoûsîe vers le Sud. Ils se heurtèrent à la France, de plus en plus présente en Afrique Centrale.

60Les chefs sanoûsîs ont toujours reconnu l’autorité du Sultan ottoman ; de son côté, Abdoul-Hamid II, dans sa politique pan-islamique, a favorisé les Sanoûsîs dans leur action contre l’expansion occidentale et pour la défense de la Libye. Après 1902, Sayyid Ahmed ach-Charif, nouveau chef des Sanoûsîs, s’est efforcé de contenir la progression française dans le Waddaï et les pays du nord tchadien, mais sans succès. La conquête italienne de la Libye, à partir de 1911, a livré les Sanoûsîs à eux-mêmes dans leur résistance contre les Italiens.

5. La fin de la Lybie ottomane.

  • Sur cette période, voir l’article de Christiane Souriau.

61Dans les années 1880, le gouvernement turc s’était efforcé de protéger la Libye en s’intéressant aux régions méridionales de la province et aux pays voisins du Sahara central et oriental à propos desquels l’Angleterre et la France avaient conclu, en 1890, un accord de partage d’influence. Le gouvernement turc protesta en vain, et renforça les garnisons de Ghadâmès, Mourzoûk et Ghât ; le territoire du Tibesti fut disputé entre Français et Turcs pour finalement être occupé par les premiers, tandis que les Turcs s’emparaient de Djanet. Des accords fixant les frontières entre la Libye et les territoires tenus par les Français furent conclus en 1906 et 1910.

62Durant la même période, l’Allemagne, la Grande Bretagne et l’Italie se sont intéressées de près à la Libye, comme représentant une base de départ pour une action politique, militaire et économique en Afrique. C’est finalement l’Italie qui s’imposa, fondant à Tripoli et à Benghazi un certain nombre d’établissements commerciaux et bancaires, ainsi que des entreprises agricoles, des petites usines, et surtout en prenant une place prééminente dans la création d’écoles primaires et techniques. Craignant d’être devancés par les Français qui en dépit des accords conclus à Berlin en 1878 progressaient par le Sud vers la Tripolitaine, les Italiens préparèrent, par voie diplomatique, par voie de presse, et en mettant sur pied une armée d’invasion, la conquête de la Libye. Elle commença le 5 octobre 1911. La situation interne de la Turquie en 1912, le refus des puissances européennes de faire pression sur l’Italie pour l’amener à renoncer à l’occupation de la Libye, le déclenchement de la première guerre balkanique font que le gouvernement jeune-turc dut accepter les conditions des Italiens. Le traité de Lausanne-Ouchy en 1912 consacra la victoire de l’Italie et l’éviction de la Turquie de son dernier territoire africain.

63Ainsi s’achevaient, en 1912, plus de trois siècles d’une domination ottomane qui avait eu pour résultats les plus tangibles de donner à la Libye des frontières définies et un début d’unité politique.

64Il convient de constater en outre que les Turcs n’ont pas cherché à détruire le milieu arabe (peut-être n’ont-ils pas voulu ou pu exercer une influence ou une pression sur les tribus arabes, ne désirant pas avoir de problèmes supplémentaires de ce côté) ; ils ont, dans une certaine mesure, favorisé — ou tout au moins toléré — l’implantation de la Sanoûsîya en Libye, celle-ci pouvant alors prendre contact puis appui sur ces tribus arabes.

65Par ces résultats, l’occupation turque a donc été un facteur important de la constitution de la Libye moderne. Mais comme tous leurs prédécesseurs, les Turcs étaient extérieurs à ce pays qui, depuis l’antiquité, n’avait encore pu trouver en lui-même les moyens de se doter d’un gouvernement authentiquement libyen. La conquête italienne allait encore retarder la naissance d’un État où le pouvoir serait assumé par les Libyens eux-mêmes.

Notes de fin

* Professeur de langue, littérature et civilisation ottomane à l’Université de Provence.

Sur cette période, voir l’article de Christiane Souriau.

Sur cette période, voir l’article de Christiane Souriau.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable