Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Lybie nouvelle

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

Préface

Maurice Flory

Texte intégral

1C’est en 1964 que le Centre de Recherches sur l’Afrique méditerranéenne (qui devait devenir le C.R.E.S.M. en 1970) décidait d’inclure dans le champ de ses études et notamment dans l’Annuaire de l’Afrique du Nord, la Libye. Depuis cette date des événements importants ont porté ce pays, sur le devant de la scène internationale. Malgré la curiosité qu’il suscite et la célébrité de son leader le colonel Qaddhafi, il reste l’un des États les plus mal connus de cette région, si proche pourtant de l’Europe.

2Depuis une dizaine d’années le Centre aixois accumule une documentation le plus souvent recueillie sur le terrain et qu’il a fallu traduire de l’arabe. L’Annuaire a soigneusement noté dans sa chronologie tous les faits marquants, a enregistré dans ses chroniques les évolutions, a reproduit les textes importants, a relevé dans ses bibliographies les études en langues arabe ou étrangères. Chaque fois qu’un problème émergent exigeait une étude plus approfondie, un article de fond lui a été consacré ; ainsi en a-t-il été pour le pétrole, pour la révolution, pour l’idéologie du nouveau régime...

3Le moment paraît venu de regrouper ces informations et ces études pour tenter de présenter la Libye contemporaine dans un ouvrage d’initiation accessible à tous ceux qui s’interrogent sur ce pays, sur son régime actuel, sur la personnalité de son leader, sur son potentiel économique et son influence politique. Ouvrage de vulgarisation, il est écrit par une équipe de spécialistes qui suit depuis des années l’évolution de cette région. Il doit aussi permettre à ceux qui le désirent de pousser plus loin l’investigation grâce aux états des travaux de langue européenne et de langue arabe qui orientent le lecteur dans la littérature consacrée à ce pays.

4La Libye nouvelle ainsi décrite est placée sous le double signe de la rupture et de la continuité. Ce sous titre ne correspond pas à une recherche entreprise sur ce thème, mais plus exactement à une constatation faite a posteriori.

5L’introduction donne les éléments indispensables pour juger de cette rupture. Deux études historiques (R. Mantran et Y. Martin) montrent que la Libye a toujours été la proie des « puissances » méditerranéennes, Phéniciens, Romains, Arabes, Turcs, Italiens ou Anglo-saxons. La révolution de 1969 est donc bien la première prise en mains de la Libye par les Libyens. Trois études insistent sur cette rupture politique : celles de H. Bleuchot, R. Leveau, Zartman et Buendia.

6Mais cette révolution pure et dure qui entend parachever une indépendance restée imparfaite ne peut que se bâtir sur une situation donnée. La géographie (P. Marthelot) surtout introduit à la continuité libyenne. C’est la géographie qui a fait de la Libye un pays musulman, arabe, riche en pétrole et désertique, mais condamné à commercer avec l’Occident. Si la continuité transparait déjà dans la deuxième partie (avec notamment la permanence de l’Islam sur la pensée de Qaddhafi), elle se révèle dans toute son ampleur dans la troisième : la révolution poursuit un processus de « modernisation » commencé dès le xixe siècle (C. Souriau) ; l’économie pétrolière doit être maîtrisée en 1974 comme sous l’ancien régime (L. Talha, J.J. Régnier) ; la société rurale doit progresser harmonieusement (J. Vignet-Zunz, G. Albergoni) ; et la littérature libyenne doit trouver sa manière propre (N. Sraïeb). Certes bien d’autres problèmes pourraient retenir l’attention mais une initiation ne peut tout dire. En réalisant cet ouvrage sur un pays trop souvent délaissé, et difficile à appréhender, le C.R.E.S.M. espère faciliter au lecteur européen la découverte des rivages encore mystérieux des Syrtes.

Auteur

Directeur du C.R.E.S.M.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540