Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc actuel

 | 
Jean-Claude Santucci

IV - État et changement social : tensions et nouveaux enjeux

État et société au Maroc : enjeux et perspectives de changement

Jean-Claude Santucci

Texte intégral

  • 1 Chargé de Recherche, CNRS, IREMAN.

1Note portant sur l’auteur1

2La notion de changement politique constitue en cette fin de siècle, marquée par tant de bouleversements géopolitiques et de remises en questions idéologiques, un nouveau terrain d’interrogations à la mesure des ambigüités et des incertitudes qui se cachent derrière les conceptions, les pratiques ou les attentes cristallisées autour de ce vocable.

3Doit-on s’attacher aux phénomènes, aux acteurs ou aux causes du changement politique ? Faut-il le cerner à partir des titulaires du pouvoir, des stratégies politiques mises en œuvre ou plutôt à travers les fondements idéologiques, économiques ou sociaux du pouvoir, ou encore suivant ses modes d’exercice ou d’allocation de ressources ?

4Quelle est la part distinctive et respective de ces différents niveaux qu’il convient de privilégier et d’apprécier comme des déterminants opérationnels, des sites d’observation ou des finalités supposées du changement politique ?

5On voit bien à l’énoncé de ces questions qu’une telle notion est appelée à nous entraîner sur un vaste terrain qui oscille entre les philosophies de l’histoire évolutionnistes, prophétiques ou globalisantes, et la micro-politique diachronique. On devine également que cette notion charrie implicitement ou immanquablement – mais peut-il en être autrement ? – le déterminisme de certains paradigmes explicatifs ou les contraintes de certains présupposés idéologiques. Comment ne pas penser aux théories principales ou dérivées du développement politique qui en sont l’expression, les unes mettant l’accent sur la corrélation entre les phases du progrès socio-économique et les étapes du développement politique, d’autres insistant sur le passage des comportements traditionnels à des attitudes politiques modernes, d’autres enfin privilégiant l’institutionnalisation des organisations et des procédures, ou bien le changement des modes de production plutôt que celui des formes de gouvernement ou des régimes politiques eux-mêmes.

6Encore faudrait-il ajouter que la notion même de régime politique fait problème, selon que l’on retienne une acception traditionnelle recouvrant les formes et institutions gouvernementales ou une conception plus large incluant les forces économiques et sociales.

7Encore faudrait-il enfin distinguer les transformations des régimes de celles du système dont ils peuvent être l’expression, et ne pas confondre ces deux niveaux d’analyse, notamment parce que les transformations des régimes n’excluent pas la stabilité du système dans lequel ils s’inscrivent, ou mieux encore, parce que paradoxalement la stabilité ne va pas précisément sans le changement (Rouquie, 1985). En effet, sauf à assimiler la stabilité à l’immobilisme, comment ne pas admettre que les régimes politiques changent continuellement, ne serait-ce que pour s’adapter à l’évolution et aux mutations de leur environnement et que cette adaptation continue au changement peut finir par transformer la nature même du régime ou les modalités d’exercice du pouvoir. Aussi doit-on s’intéresser à repérer des niveaux et des seuils qui déterminent soit le changement soit la stabilité, plutôt qu’à essayer de définir et d’expliquer le changement ou la stabilité.

8Pris dans le sens commun que lui attribuent les spécialistes en analyse prévisionnelle, le changement politique pour un pays renvoie à une série d’interrogations dans le champ des possibles avec des réponses partielles et donc discutables, sur des probabilités d’évolution. Dans le cas du Maroc, des études en prospective politique ont permis de formuler quelques hypothèses, fondées sur le traitement par ordinateur d’un certain nombre de données (acteurs, événements, décisions…) dont les critères de choix sont nécessairement relatifs. Les résultats obtenus par la méthode Ally et présentés dans une étude récente (J.F. Clément, 1990), ont fait ressortir trois types d’évolution possible du régime politique marocain définis en termes de menaces et de coalition d’acteurs.

9Dans le premier cas, c’est le maintien du jeu makhzénien avec une extension aux nouvelles élites montantes dont le poids économique est supérieur à l’autorité politique. Dans cette hypothèse, la liaison entre le Palais et les technocrates resterait prédominante, sans exclure pour autant de cette alliance les Fassis, les militaires et les notables ruraux, tout en laissant les Soussis y prendre une part plus importante. Dans le deuxième cas, une coalition moins large mais plus homogène, regroupant des Soussis, des militaires et des notables ruraux, se constituerait sous l’égide de la bourgeoisie marocaine qui a connu l’expansion la plus rapide et qui déciderait, ce qui serait un changement majeur, d’en tirer les conséquences politiques. Dans le troisième cas enfin, une autre coalition pourrait se former sous l’effet d’un accroissement conséquent du taux d’urbanisation ; elle comporterait une alliance Fassis-Sous-sis, intégrant les militaires, mais aussi certains segments des intellectuels, occidentalisés ou islamistes, et elle se développerait également contre la Monarchie et les Hommes du Palais. Ces hypothèses présentent quelques mérites malgré les réserves que l’on peut émettre sur la relativité de leurs préalables méthodologiques, sur le choix aléatoire des informations et le mélange des catégories utilisées (groupes régionaux, couches sociales, élites administratives…). Elle nous indiquent en effet qu’en dehors d’un statu quo rénové qui tend à pérenniser le système actuel, les menaces ou les alternatives politiques prévisibles impliquent nécessairement la participation de groupes influents et dont la montée en puissance ne peut plus se satisfaire de l’existence ou du fonctionnement d’un régime qui soit préjudiciable à ses intérêts.

10Ces hypothèses semblent supposer également que si les révoltes urbaines et les revendications des islamistes ne peuvent pas représenter de véritables menaces, la compétition éventuelle entre les alliances n’a de sens que pour répondre avec succès à la croissance continue des demandes des classes moyennes, dont le niveau de vie aurait tendance à décliner. A contrario, on peut enfin déduire que seulement en cas d’échec de ces alliances, il pourrait y avoir une profonde réforme religieuse dans laquelle l’Islam pourrait prendre un sens nouveau et inspirer des changements radicaux.

11Tout essai de scénario ne saurait se passer d’un état des lieux permettant de dégager les déterminants essentiels du champ politique marocain, d’identifier les principaux acteurs du microcosme marocain et d’isoler quelques facteurs dont le rôle central peut aider à cerner les lignes de crête de l’horizon politique du Maroc à court ou moyen terme.

12Au plan des déterminants qui méritent d’être retenus et qui renvoient dans un certaine mesure aux caractères spécifiques du Maroc, il convient de citer tout d’abord sa tradition d’ouverture vers l’Occident, dans ses dimensions historiques, géopolitiques et géostratégiques, associée à une dépendance économique dont le poids s’est renforcé ces dernières années eu égard à l’ampleur de son endettement. Cette tradition d’ouverture va de pair avec une autre constante qui s’exprime à travers l’affirmation d’une identité arabo-musulmane et la manifestation exemplaire d’une certaine solidarité dans la défense des grandes causes de cette aire régionale. Il y a également ce qu’on pourrait appeler le couple consensus saharien/démocratisation, dont les processus sont engagés quasi-simultanément depuis 1975, le premier ayant contribué à sacraliser le contenu du second et à renforcer de ce fait l’intégration idéologique des forces politiques et sociales au régime. Autre déterminant non négligeable, la démocratie, dont l’expérience longtemps décriée comme une démocratie de « pure façade », « octroyée » ou « contrôlée », a fini par enraciner dans le discours politique marocain la référence à certaines valeurs fondatrices telles que le pluralisme, la diversité, le compromis et par créer, à partir des espaces de liberté limités mais reconnus par l’Etat, des conditions favorables à son développement ultérieur.

13Il y a enfin un déterminant qualitatif éminemment sensible, à savoir l’installation assez récente mais structurelle du régime dans le rééchelonnement quasi-permanent de sa dette, qui peut rendre compte des limites de l’élasticité du système par rapport à l’ampleur de la crise économique et sociale, ou au contraire révéler les capacités voire les performances du régime à utiliser le temps et l’aide étrangère dans une stratégie de modération des enjeux qui lui permette de gérer au moindre coût les retombées internes du changement économique et social (R. Leveau, 1987).

14Quant aux acteurs principaux du microcosme marocain, on ne s’étonnera pas d’y compter au premier rang le Roi, en raison même de ses attributs constitutionnels et des pouvoirs supra ou extra-constitutionnels qu’il puise de l’usage modulé ou cumulé de ses registres de légitimité, et en raison du contrôle des cercles de loyauté et autres réseaux de clientèles que se sont tissés à l’intérieur d’un véritable système cybernétique dont il occupe le centre (J. Waterbury, 1975).

15Beaucoup plus que par les corps intermédiaires, qui meublent l’organigramme purement nominatif de la machinerie institutionnelle, sans avoir d’emprise réelle sur la plupart des décisions politiques, c’est à travers le Makhzen et avec les ressources de cette tradition proprement marocaine que se formalise et s’exerce le pouvoir réel (R. Leveau, 1984, R. Cherifi, 1983).

16En effet, au-delà de l’apparence de l’Etat relativement centralisé avec sa bureaucratie, son gouvernement et ses départements ministériels, un autre pouvoir fonctionne qui s’est constitué autour du Cabinet Royal et des conseillers du roi.

17Sur le plan politique, il correspond au niveau de l’exercice du pouvoir, à un dosage subtil et constamment renouvelé par le roi, dans le partage des ressources avec les autres acteurs, et le contrôle vigilant de leurs rôles. L’existence d’un pluralisme organisé et reconnu institutionnellement, qui singularise le Maroc dans l’univers des régimes politiques arabes, en est un des ressorts essentiels. La représentation des courants politiques, n’a de sens que dans la mesure où elle sert en priorité à l’exercice de leur contrôle par le pouvoir ; l’expression des partis politiques, qui va jusqu’à la reconnaissance d’une opposition, est toujours soigneusement enfermée dans l’acceptation d’un pacte politique qui ne saurait remettre en cause les principes essentiels du régime, ni influencer ses équilibres fondamentaux.

18Gage d’une apparente crédibilité démocratique, le pluralisme politique et syndical s’apparente à un système de cooptation – participation, garantissant la fidélité au gouvernement monarchique et au souverain, et excluant même toute dépendance de ce dernier envers une formation politique. Même au niveau le plus élevé dans la hiérarchie du pouvoir, le cercle des fidèles les plus proches du Palais comporte une représentation des divers courants, corrélée et pondérée par l’importance des réseaux familiaux, des clans, des origines géographiques…

19Ce pouvoir parallèle mais réel, tranche en dernière instance lorsqu’il s’agit des problèmes importants. Cette centralité du roi, au cœur de l’univers social qu’il entend dominer et réguler pour en conserver la maîtrise, induit une très grande attention à l’égard des situations de pouvoirs concurrentes et une constante vigilance à l’égard des risques de coalition contre sa personne. Laissant à l’Etat moderne et à ses technocrates la gestion des choses, le Makhzen est avant tout un gouvernement des Hommes par le contrôle des réseaux de pouvoir et des échanges matrimoniaux, par les vrais arbitrages et la distribution des richesses. Aussi le fonctionnement et la régulation d’un tel système exigent-ils la mise en place de réseaux d’informateurs et de médiateurs parfaitement fiables, eux-mêmes dirigés par des personnalités sûres, rôdées ou acquises aux subtilités du Makhzen.

20Cette pratique qui rappelle les règles de fonctionnement d’une « Société de Cour » ne se limite pas seulement à façonner les contours de la société politique marocaine par rapport à la proximité du pouvoir royal, ni à déterminer ses comportements en fonction des faveurs du roi ou de l’ampleur et de la fidélité de son propre dévouement. Le système makhzen, profondément enraciné dans l’imaginaire collectif et le vécu social (D. Ben Ali, 1990), influence également les relations du pouvoir dans les comportements individuels d’obéissance, de loyalisme et de reconnaissance envers les représentants de l’autorité étatique aux différents niveaux, central et local (M. Tozy, 1991). Il imprègne également l’Etat, dont il régule les processus et les objectifs de modernisation, en parvenant notamment à digérer les mutations sociales et à contrôler les changements susceptibles de nuire à son maintien. L’exercice par le Makhzen du contrôle de la reproduction sociale est d’autant plus aisé que l’Etat-Nation constitué par le Protectorat et largement réapproprié après l’Indépendance a accru son champ d’intervention (A. Doumou, 1987). Le Makhzen ne reste plus confiné à de la menue monnaie sociale, mais il devient « le promoteur de l’économie et l’éveilleur de la société civile » (D. Ben Ali, 1990). Cela se traduit par la prise en charge de l’économie par une administration centralisée qui la conçoit comme une ressource politique investie d’une fonction de légitimation.

21Cela signifie également que l’Etat marocain ne se limite pas à réglementer la vie sociale mais qu’il s’attache à la réguler en subordonnant l’économie à la politique, en évitant toute rigidité doctrinale et en limitant l’autonomie de la société civile. Conformément à sa vocation d’origine d’être le gardien des biens de la communauté, le Makhzen n’accepte pas de voir se former sur son territoire politique des germes d’une autonomie possible. Les contre-pouvoirs sont tolérés mais dans un espace délimité et suivant des règles de non-concurrence, de même que le développement du secteur public tire une grande partie de sa justification comme moyen de reproduction sociale. Réalité étatique originale, le Makhzen a su faire éviter à la société, de trop grands déséquilibres, à travers sa capacité de contrôle de la reproduction sociale. Cependant, en faisant de ce contrôle un enjeu décisif sinon exclusif, il induit des comportements politiques et économiques qui procèdent davantage de normes néo-patrimoniales que d’une culture étatique. La recherche systématique d’un équilibre favorable à sa perpétuation, tend à ériger un système où les appétits du pouvoir de la communauté politique prennent le pas sur les intérêts de la société et où l’immobilisme politique vise à être privilégié par rapport au changement économique et social.

22Jusqu’ici le roi a su toujours gérer avec nuances les deux systèmes et maintenir une certaine stabilité du régime grâce à un habile savoir-faire politique, combinant les alliances stratégiques et la violence légale, ou jouant de cette multi-dimensionnalité qui le caractérise par rapport aux autres chefs d’Etat arabes (chef de l’Etat, Chef du Makhzen, Commandeur des Croyants) pour éviter toute alliance qui pourrait se révéler dangereuse.

23Mais ce mode de fonctionnement commence à connaître un phénomène d’usure et de critique qui gagne même les milieux politiques et administratifs acquis au régime et à la Monarchie (J.C. SANTUCCI, 1985).

24En effet depuis les années 1980 l’économie marocaine s’est installée dans une phase critique de stagnation et de récession, sous l’effet conjugué de la crise mondiale et du poids financier de la guerre du Sahara. D’autres facteurs s’y sont rajoutés notamment une sécheresse exceptionnellement longue et la politique protectionniste d’une CEE élargie, qui ont contribué à fissurer l’édifice d’une politique agricole exclusivement tournée vers l’extérieur, ou encore la réduction des flux de l’émigration qui a tari la principale ressource en devises que constituaient les transferts. La politique de restrictions engagée dans le cadre du plan d’ajustement du FMI ne fait qu’aggraver certains aspects de la récession, même si elle vise à rétablir les équilibres fondamentaux durement affectés par le poids d’un endettement croissant (H. EL MALKI / J.C. SANTUCCI, 1990).

25La société marocaine accumule depuis une décennie des déséquilibres dont le développement menace les capacités du système à contrôler et maîtriser les changements sociaux (N. AKESBI, 1991) ; le poids de la dette extérieure en regard des ressources financières, l’écart entre la croissance du produit national brut et la croissance démographique, le chômage des jeunes et des diplômés, l’urbanisation sauvage et accélérée qui a accentué le déséquilibre entre les villes et les campagnes (la population urbaine est en voie de passer le seuil des 50 %…).

26La politique d’ajustement mise en œuvre sous l’égide du FMI et des créanciers internationaux, n’est pas totalement parvenue à consolider les progrès dans la stabilisation de l’économie ni à garantir une croissance minimale qui puisse abriter le pays d’une austérité excessive et insupportable socialement. Hantée par le spectre des émeutes de 1984, la classe politique redoute tout autant que le secteur privé le contrecoup social de la politique de rigueur sur les couches populaires notamment rurales et sur une classe moyenne urbaine en plein essor démographique.

27La techno-structure elle-même, qui partage les impératifs d’une gestion économique plus rationnelle et plus rigoureuse, ne souscrit pas pour autant à une privatisation désordonnée et génératrice d’inégalités sociales qui suivrait le démantèlement du secteur public. Elle semble sur ce point rejoindre les critiques de l’opposition sur les effets pervers du désengagement de l’Etat.

28Sans doute, l’attachement unanime à la cause nationale du Sahara contribue-t-il à minimiser ces divergences et à maintenir un accord tacite mais quasi-général sur la gestion « hassanienne » du changement économique et social (J.C. Santucci, 1985-1988). Mais quelle que soit l’issue du conflit, le problème de la réinsertion civile de l’armée va peser sur l’équilibre du système, qui sera appelé à mobiliser de nouvelles ressources pour continuer à satisfaire ses exigences à moins de l’engager, après le Sahara, dans une éventuelle reconquête des Présides.

29Malgré les assurances du soutien financier des institutions internationales et de l’Arabie Séoudite, la monarchie marocaine ne pourra pas renoncer à entreprendre de profondes réformes internes pour écarter les menaces potentielles que représentent la pression sociale de la rue, la contestation idéologique de l’islamisme et le poids politique de l’armée. La société marocaine a évolué et les groupes sociaux de plus en plus différenciés développent des exigences qui ne peuvent se satisfaire indéfiniment d’une démocratie formelle et conservatrice, qui tend à discréditer les partis politiques, incapables de se faire les acteurs d’une transmission des demandes. Le Maroc actuel n’échappe pas à cette crise de l’Etat moderne qui se heurte à la pression croisée des demandes sociales et des ressources insuffisantes, et que la régulation culturelle du Makhzen ne peut indéfiniment occulter ou contenir ; à la différence de l’« Etat » de Hassan Ier, l’« Etat » de Hassan II ne peut se soustraire à sa responsabilité de la non-satisfaction de demandes sociales en pleine évolution ; l’Etat marocain, à l’instar des autres Etats arabes, souffre d’un « déficit de légitimité » dû notamment à la carence de ses ressources pour répondre aux attentes multiples qu’il a lui-même générées, selon le modèle de cet Etat Démiurge et Providence emprunté à l’Occident et largement réapproprié par l’Etat indépendant. Sa récente faillite dans les domaines économique et social, plus ou moins bien jugulée par les palliatifs de la rigueur imposés par la « médecine lourde » du FMI, a engendré deux types de réponse qui relancent dans des termes différents le débat sur la culture étatique ; d’un côté, la réponse de la rue et de la violence des émeutes populaires comme en 1981 et 1984, qui traduisent davantage une opposition à la rationalité de la rigueur imposée à l’Etat de l’extérieur, qu’un refus pur et simple de l’Etat ; de l’autre, la réponse du discours islamiste, contestataire et subversif, qui s’élève contre l’Etat moderne, « allogène et illégitime », pour lui substituer un système d’identification collective et d’utopie sociale fondé sur l’Islam (R. Leveau, 1991). Si la réponse islamiste est plus facilement appelée, en raison de la légitimité encore forte de la monarchie marocaine, à être convertie en soutien à la culture étatique, la réponse de la violence sociale peut engendrer la poussée d’un certain réformisme économique et politique qui favorise la gestation d’un nouveau rapport de l’Etat à la société civile et renforce du même coup la culture étatique. On peut en percevoir quelques signes, dignes d’intérêt, à l’occasion du débat récent sur la désétatisation de l’économie et la réforme du secteur public qui a mis en relief l’attachement de la techno-structure et de l’opposition progressiste à la réhabilitation du rôle modernisateur de l’Etat. La monarchie semble avoir pris conscience des limites de la logique néo-patrimoniale du système actuel (A. Saaf, 1991) et des risques de rupture sociale ou de changement politique radical que comporterait son maintien.

30Parmi les forces susceptibles d’interférer dans le champ politique avec ces acteurs représentatifs et producteurs de sens exclusifs, l’armée est sans conteste un acteur de premier plan (Zemri Benheddi, 1991) Depuis sa mobilisation dans la réintégration territoriale du Sahara, qui l’a de nouveau consacré dans son rôle de gardien et de garant de la souveraineté nationale, elle s’est reconstitué un capital de légitimité qui lui permettrait de s’imposer sinon comme recours du moins comme arbitre, en cas d’aggravation sensible de la situation politique ou d’éclatement d’une crise sociale durable. En effet, on peut penser que dans la perspective d’un règlement définitif de l’affaire saharienne, le poids de la dialectique politique et sociale aura tendance à prévaloir sur les effets intégrateurs du consensus national, et que la réponse de l’Etat aux violences urbaines pourrait reposer le problème du seuil de fidélité des forces de l’ordre. En effet, compte tenu de la place stratégique de l’armée dans le dispositif habituel et les opérations de maintien de l’ordre, on peut supposer qu’elle soit tentée de convertir son action anti-populaire en termes politiques nouveaux visant à réarticuler la structure du pouvoir ou à modifier l’articulation actuelle du champ politique. L’hypothèse d’une prise en charge totale et exclusive du pouvoir n’est pas à écarter, surtout si l’on présume une extension de plus en plus menaçante de l’islamisme confortée par la contagion du modèle algérien. Envisageable en soi, une telle hypothèse se voit confrontée à deux obstacles importants : la prégnance dans l’imaginaire populaire de l’institution monarchique dont le principe est de moins en moins contesté par les organisations politiques et syndicales, et l’absence d’un leader militaire qui dispose d’un charisme personnel et d’une autorité morale reconnus pour prétendre arbitrer une crise de régime avec succès. Tout au plus l’armée pourrait-elle négocier le poids décisif de son loyalisme dans le rétablissement de la paix sociale, en échange d’une redéfinition constitutionnelle plus restrictive des pouvoirs de la Monarchie, et d’une réhabilitation des acteurs institutionnels traditionnels dans un jeu politique plus ouvert à la démocratie.

31L’Islam est également sur le marché des valeurs et dans le système des acteurs, une ressource politique et idéologique à prendre en compte dans les configurations possibles de l’évolution du régime. Sans doute, en raison du statut de Chef d’Etat et de Commandeur des Croyants, et du processus qui a conduit la monarchie « chérifienne » à une maîtrise totale du champ religieux, peut-il jouer comme facteur de soutien ; de même la mouvance islamiste moins structurée (M. Tozy, 1981, 1906) et moins active que dans les Etats voisins, est-elle plus facilement contrôlable dans un milieu social et culturel qui lui est moins réfractaire et plus difficilement expansible en regard d’une stratégie de marquage serré du champ religieux au plan institutionnel (R. Leveau, 1981) et en raison des retombées symboliques d’entreprises de mobilisation nationale comme la construction de la mosquée de Casablanca (J.PH. Bras, 1991). Il reste, eu égard à l’activisme plus ou moins manifeste des réseaux islamistes dans les émeutes populaires ou à l’occasion des procès de leurs membres que l’islamisme constitue toujours une menace latente, comme ferment d’une culture politique subversive ou comme vecteur idéologique d’une contre-stratégie de légitimation du pouvoir (F. Burgat, 1988, A. Lamchichi, 1989).

32La violence de masse ou la violence de la rue ne paraissent pas davantage représenter un mouvement de révolte suffisamment ciblé et doté d’une finalité cohérente pour que l’on puisse y voir une remise en cause totale du système politique.

33Les manifestations de masse de 1981 et 1984 attestent certes que le champ de la conflictualité sociale s’est concentré dans les villes, où s’est progressivement érigé un espace urbain sans-emploi et sauvage contre un Etat défaillant et où le chômage des jeunes déscolarisés au cours du secondaire et des diplômés a constitué le principal catalyseur des soulèvements populaires.

34Comme l’a analysé R. Gallissot dans une étude très fine à l’échelle du Maghreb, ces émeutes urbaines seraient plutôt des « émotions sociales » exprimant avec intensité toutes les tensions et frustrations diversifiées liées à l’urbanisation, sans parvenir pour autant à faire aboutir les demandes sociales sous-jacentes (R. Gallissot, 1991). Elles sont perçues comme des temps forts de l’explosion interne d’une société, voire de sa coupure avec le régime politique mais qui conduit paradoxalement à une recomposition du système étatique. La légitimité de ces émeutes qui restent pour la plupart sans suite se révèle inapte à surmonter le choc d’une répression légale, et à polariser les forces sociales sur des objectifs corporatistes et encore moins sur des projets politiques alternatifs. Tout au plus entraînent-elles certaines déperditions de légitimité du système étatique et offrent-elles d’un même coup des possibilités de réajustements ou de compromis institutionnels ou autres entre ce dernier et les forces politiques et sociales impliquées dans le jeu politique ou qui en étaient exclues jusque là.

35Doit-on penser pour autant qu’au delà des transformations ponctuelles et conjoncturelles, l’équilibre actuel du système puisse être maîtrisé par la Monarchie, en faisant prévaloir un jeu politique clientéliste et fondé essentiellement sur un renouvellement d’élites ? Ou bien doit-on voir dans les initiatives prises ces dernières années par le régime marocain, une certaine volonté d’assouplir et d’ouvrir le champ politique sur le terrain de la Démocratisation, pour répondre à une demande sociale latente et diversifiée et préparer le pays à une sorte de transition démocratique, à l’instar de l’Espagne de Juan Carlos, dont l’expérience n’a pas manqué certainement d’exercer une certaine influence sur les desseins politiques nationaux de Hassan II. L’octroi de fonds publics importants à la presse nationale des organisations politiques et syndicales, la revitalisation du tissu associatif (A. Ghazali, 1991) et la création d’Associations régionales socio-culturelles, la relance du processus de régionalisation, et l’attention de plus en plus poussée du pouvoir à la défense des Droits de l’Homme, sont en effet des signes de changement non négligeables dans l’articulation des rapports de l’Etat et de la Société (J.C. Santucci 1988, J.PH. Bras, 1990-1991). Ils traduisent un certain renforcement de la culture étatique axée sur la réhabilitation des vertus de l’Etat de Droit, en même temps qu’une plus grande sensibilité de la société civile à un « espace public » et aux valeurs fondatrices de la modernité politique (M. CA-MAU, 1990). Mais ces mesures restent largement symboliques et leurs effets encore trop fragiles et ambivalents pour générer de réelles avancées en termes de démocratisation. Tout au plus confortent-elles une certaine image démocratique du Maroc (J.PH. Bras, 1990), sans pour autant induire des changements correspondants dans les rapports de force politiques et la production de l’idéologie. Les instances de la représentation telles que les partis politiques et les syndicats ne sont pas encore suffisamment crédibles ni ancrés dans le tissu social pour que l’on attende des changements conséquents dans le processus d’agrégation et de transmission de la demande sociale. Le parlement ne parvient toujours pas à dépasser ses fonctions d’intégration symbolique, même si les débats autour de son rôle de chambre d’enregistrement se font pressants, et si la contestation de certains projets gouvernementaux (Privatisations, Code des Investissements) a pu susciter une coordination de l’opposition parlementaire et une certaine fronde au sein même de la majorité. Aucune dynamique unitaire sérieuse ne semble se dégager des travaux des instances dirigeantes des partis d’opposition, alors même qu’ils semblent s’accorder sur l’urgente et impérieuse nécessité d’une démocratisation réelle. Aussi, est-il toujours possible qu’en période d’ajustement structurel, de compression budgétaire et de privatisations, se développent de nouvelles formes de patrimonialisme et de patronage visant à renforcer ou à générer de nouvelles clientèles, et à perpétuer un jeu politique de manipulation et d’exclusion. Le déploiement diversifié des activités des Associations régionales, loin d’être un processus embryonnaire de structuration d’une société civile, pourrait même contribuer à renforcer le contrôle social du Centre, en favorisant de meilleures liaisons entre le tissu urbain et l’appareil administratif, et en s’apprêtant à supplanter les partis politiques traditionnels dans leur fonction d’intégration des élites locales urbaines (J.C. Santucci, 1991) La vigueur des dénonciations formulées par la plupart des partis, les incertitudes sur la reconduction de l’actuelle et fragile formule majoritaire, ainsi que la mise en place de réseaux nationaux sont autant de signes qui permettent de voir dans ce tissu associatif un ancrage possible à la constitution d’une nouvelle formation politique à vocation majoritaire, dans la lignée du RNI (Rassemblement National des Indépendants) et de l’U.C. (Union Constitutionnelle).

36La société marocaine connaît de rapides mutations qui ont sérieusement entamé les assises sociales traditionnelles du régime politique et détruit en grande partie les relais sur lesquels il s’appuyait habituellement. Le système notabiliaire qui fournissait au pouvoir les structures de mobilisation et de contrôle politique et social s’est essoufflé sous le poids et le rythme de l’évolution que connaissent les structures démographiques, les dynamiques urbaines et les bases d’exploitation des ressources matérielles et humaines nationales.

37Le soutien rural dont bénéficiait le régime durant les années soixante (R. Leveau, 1976) a perdu de son poids au profit de la classe moyenne urbaine, largement bénéficiaire des politiques d’éducation et de formation, qui en ont fait un élément central de la structuration sociale. L’Etat se voit ainsi obligé de chercher des appuis dans un tissu social en pleine mutation et de nouveaux relais d’encadrement de la société, sous peine d’approfondir la coupure avec la société civile et de compromettre la gestion consensuelle du changement économique et social. Dans cette stratégie, la régionalisation projetée apparaît comme un des moyens privilégiés pour compenser le relatif retrait économique de l’Etat par de nouveaux modes d’articulation sociale et de régulation politique. Le glissement des conflits et des enjeux politiques dans l’espace essentiellement urbain amène en effet le régime à repenser les modes d’articulation de la société locale au système administratif global, et à faire de la régionalisation une stratégie d’encadrement de la société civile (D. Ben Ali, 1991). Si son objectif lointain concerne l’émergence de nouvelles entités territoriales sur le mode des régions de certains Etats européens, elle a d’abord été conçue comme une réponse aux problèmes générés par les mutations sociales : diminution du poids des campagnes et déclin des élites rurales du fait de l’extension de la présence étatique et de l’appareil administratif local, reflux du « Mouvement national », montée en puissance de nouveaux notables urbains dans le sillage du développement de la demande sociale urbaine, et montée en puissance également de la technostructure liée à la croissance de l’appareil administratif et bureaucratique.

38Quel peut-être dès lors l’avenir d’une option pour une transition démocratique, si elle devait se limiter à la reconstitution de réseaux notabiliaires de soutien à la monarchie, et si le discours ou l’image démocratique devait continuer à prévaloir sur la concrétisation des aspects sociaux, juridiques et institutionnels de la Démocratisation ? Les années 1990-1991 montrent cependant un certain recul du système clientéliste et autoritaire devant la capacité de mobilisation sociale des syndicats sur un ordre de grève générale frappé d’interdiction ; elles traduisent également, si l’on en juge par le nombre important de mesures d’amnistie et par les libérations spectaculaires de certains prisonniers d’opinion, une plus grande flexibilité en matière d’ordre public et de justice politique par rapport aux revendications des organisations partisanes et des Associations de Défense des Droits de l’Homme (J.C. Santucci, 1991). Ces indices sont assez limités pour qu’on puisse parler d’avancée dans le processus de Démocratisation au Maroc ; tout au plus sont-ils significatifs de ses ambiguités, dans une société où la performance économique et l’équité sociale ont du mal à coexister, et où la présence, pourtant pressante, des grandes masses dans le jeu politique ne peut être acceptée sans risquer d’accroître des sentiments de méfiance et de vulnérabilité par rapport aux règles et aux implications du processus démocratique. Les contraintes financières, économiques et sociales de la politique d’ajustement structurel sont trop lourdes à gérer pour que l’Etat puisse garantir une application démocratique du programme, et espérer obtenir un soutien par un compromis social. La lente gestation des privatisations et la timidité calculée des réformes fiscales participent à une stratégie de modération des enjeux visant à concilier le maintien d’un minimum de paix sociale avec la sauvegarde des intérêts économiques et financiers des clientèles politiques du régime. En engageant davantage son économie dans la voie du libéralisme à travers une législation plus souple à l’intérieur et plus attractive à l’extérieur pour les capitaux étrangers, le régime marocain entend se prémunir à la fois contre un environnement international de plus en plus agressif et contre la tentation d’une marginalisation qui ferait le lit de certaines configurations politiques plus ou moins aventureuses. Les espoirs du Maroc dans la nouvelle donne économique régionale de « Méditerranée occidentale » reflètent son souci, à bien des égards constant, de composer avec des ressources et des influences extérieures pour lui permettre de gérer aux moindres risques le coût interne du changement économique et social. Ils montrent également une certaine aptitude du Maroc, à vouloir satisfaire des attentes démocratiques, en les inscrivant dans un espace culturel méditerranéen qui puisse intégrer sa dimension identitaire arabo-islamique, sans pour autant céder aux tentations de repli voire de clôture culturelle d’un islamisme maghrébin en expansion (H. El Malki, 1988-1991). Dans un tel contexte, l’hypothèse d’une démocratisation impliquant les classes moyennes dans une politique de gestion plus rationnelle et rigoureuse de la crise, prendrait tout son sens, et pourrait recevoir l’appui de la techno-structure et des milieux financiers internationaux. La Monarchie elle-même pourrait s’y rallier, en conservant ses fonctions de médiation et d’unification dans une formule politique comportant le transfert des responsabilités gouvernementales à une coalition de partis incluant la « gauche » réformiste marocaine. Les prochaines échéances électorales serviront peut-être de test, sous réserve que les résultats du referendum préalable sur le Sahara en facilitent la voie, et que les conditions d’une réhabilitation du système électoral soient assurées pour rompre avec un apolitisme ambiant qui est actuellement largement partagé par toutes les couches de la société.

39Le poids numérique d’une jeunesse (60 % ont moins de 25 ans) en mal de formation, d’insertion et de reconnaissance, associé à son extrême sensibilité aux messages politiques et aux modèles culturels des médias internationaux, devraient également jouer un rôle déterminant dans le renouvellement du discours de la classe politique et dans la redéfinition des véritables enjeux électoraux.

40Novembre 1991

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Akesbi (N.). – « Maroc : des déséquilibres inquiétants » in Camille et Y. Lacoste Ed. L’Etat du Maghreb. Paris, La Découverte, 1991 : 443-448.

Ben Ali (Driss). – « Etat et reproduction sociale au Maroc : Le cas du secteur public » in El Malki (H.) et Santucci (J.C). Etat et Développement dans le Monde Arabe. Paris, CNRS, 1990 : 117-131.

Ben Ali (Driss). – « Changement de pacte social et continuité de l’ordre politique au Maroc » in Camau (M.). Changements politiques au Maghreb. Paris, CNRS, 1991 : 51-73.

Benheddi (Zemri). – « L’armée, l’Etat et le pouvoir politique » in Camille et Y. Lacoste. Ed. L’Etat du Maghreb. Paris, La Découverte, 1991 : 337-343.

Bras (J.PH). – « Chroniques Maroc 1988-1989 ». Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, CNRS, 1990-1991.

Burgat (F.). – L’Islamisme au Maghreb. La voix du Sud. Paris, Karthala, 1988, 305 p.

Camau (M.). – « Etat, espace public et développement » in El Malki (H.), Santucci (J.C). Etat et Développement dans le Monde Arabe. Paris, CNRS, 1990 : 67-79.

Cherifi (Rachida). – Le Makhzen politique au Maroc. Casablanca, Afrique-Orient, 1988, 123 p.

Clement (J.F.). – « Maroc : les atouts et les défis de la Monarchie » in Kodmani-Darwish (B.). Ed. Maghreb : les années de transition. Paris, Masson, 1990, 59-93.

Doumou (A). – Etat et Capitalisme au Maroc. Rabat, Edino, 1987, 263 p.

Gallissot (R.). – Les émeutes, phénomène cyclique au Maghreb : rupture ou reconduction du système politique » in Camau (M.). Changements politique au Maghreb, Paris, CNRS, 1991 : 29-41.

Ghazali (A.). – « Contribution à l’analyse du phénomène associatif au Maroc » in Camau (M.). Changements politiques au Maghreb. Paris, CNRS, 1991 : 243-261.

Lamchichi (A.). – Islam et contestation au Maghreb. Paris, L’Harmattan, 1989, 346 p.

Leveau (R.). – Le Fellah marocain, défenseur du Trône. Paris, FNSP, 1976.

Leveau (R.) – « Aperçu de l’évolution du système politique marocain depuis vingt ans ». Maghreb-Machrek (106), oct-déc 1984 : 14 sq.

Leveau (R.). – « Stabilité du pouvoir monarchique et financement de la dette ». Maghreb Machrek (118), oct-déc. 1987 : 5-19.

Leveau (R.). – « Eléments de réflexion sur l’Etat au Maghreb »in Camau (M.) Ed. Changements politiques au Maghreb, Paris, CNRS, 1991 : 269-281.

El Malki (H.). – Ed. « Le Maroc et le devenir méditerranéen. Revue Signes du Présent(2), mars 1988. Rabat.

El Malki (H.) – Ed. La Méditerranée en question. Conflits et Interdépendances. Paris, CNRS, Casablanca. Fondation du Roi Abdul Aziz, 1991, 278 p.

El Malki (H.)., Santucci (J.C). – Ed. Etat et Développement dans le monde arabe. Crises et mutations au Maghreb. Paris, CNRS, 1990, 359 p.

Rouquie (Alain). – « Changement politique et transformation des régimes » in Grawitz (M.) et Leca (J.) Ed. Traité de science politique, vol. 2, Paris, PUF, 1985 : 599-633.

Saaf (A.). – « Vers la décrépitude de l’Etat néo-patrimonial » in Camau (M.). Ed. Changements politiques au Maghreb, Paris, CNRS, 1991 : 73-107.

Santucci (J.C). – Chroniques politiques marocaines 1971-1982. Paris, CNRS, 1985, 281 p.

Santucci (J.C). – « Chronique Maroc, 1986 ». Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, CNRS, 1988 : 745-767.

Santucci (J.C). – « Les associations régionales marocaines, un nouveau cadre pour le clientélisme ? » in Camille et Y. Lacoste Ed. L’Etat du Maghreb. Paris, La Découverte, 1991 : 354-356.

Santucci (J.C). – « Maroc. Jeu politique brouillé » in L’Etat du Monde, 1972. Paris, La Découverte, 1991 : 210-215.

Tozy (M.). – « Monopolisation de la production symbolique et hiérarchisation du champ politico-religieux » in Souriau (Ch.). Le Maghreb musulman en 1979. Paris, CNRS, 1981.

Tozy (M.). – « Le Roi Amir Al Mu’Munin » in Edification d’un Etat moderne. Paris, A. Michel, 1986.

Tozy (M.) – « Les enjeux de pouvoir dans les champs politiques désamorcés du Maroc » in Camau (M). Changements politiques au Maghreb. Paris, CNRS, 1991 : 153-168.

Waterbury (J.). – Le Commandeur des Croyants. La monarchie et son élite. Paris, PUF, 1975, 398 p.

Notes de fin

1 Chargé de Recherche, CNRS, IREMAN.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540