Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc actuel

 | 
Jean-Claude Santucci

III - Politique et société. Acteurs et formes de contrôle social

Les élites ministérielles au Maroc : constantes et variables

Mustapha Sehimi

Texte intégral

  • * Professeur de Droit et de Sciences Politiques à la Faculté de Rabat.

1Note portant sur l’auteur*

2La sociologie politique ne peut que s’en accommoder : il y a – pour parler simple – les gouvernants et les gouvernés. Autrement dit : en bas, le bon peuple des masses, et en haut les possédants, les « héritiers » (pour reprendre le terme de Bourdieu) ; ceux qui par les faveurs de la naissance, la bonne étoile, la richesse, la formation, la compétence ou le statut économique se situent, par les fonctions sociales qu’ils occupent, à un niveau de prise des décisions leur permettant de disposer d’un appareil exécutif pour les appliquer – ou les imposer, s’il y a lieu.

  • 1 C.R.E.S.M., L.G.D.J., Paris, 1973, 246 p.

3Le Maroc – plus que les autres pays ? – n’échappe guère à cette différenciation sociale. Une classe dirigeante y existe ; elle exerce – ou sert ? -le pouvoir ; en tout cas, au niveau d’analyse qui nous intéresse ici dans le cadre forcément limité de cette contribution, elle constitue, dans l’exercice des fonctions gouvernementales qui lui sont confiées, un segment susceptible de nous éclairer sur cette population réduite appelée à des postes ministériels. L’étude du C.R.E.S.M. sur « La formation des élites maghrébines », publiée voici une quinzaine d’années1 avait déjà apporté des éléments dignes d’intérêt à cet égard. Il convenait cette fois-ci d’évaluer les constantes ou les variables intervenues dans ce domaine. En particulier, on s’est attaché à étudier les élites gouvernementales durant la période 1977-87.

4Pourquoi ce choix ? D’abord, parce qu’une législature a été inaugurée en octobre 1977 au moment même où Mr. Ahmed Osman était reconfirmé dans ses fonctions de Premier ministre à la tête d’un gouvernement de coalition nationale associant notamment le parti de l’Istiqlal ; ensuite, parce qu’un autre Parlement a été mis en place en 1984 suivi en avril 1985 par une nouvelle formule politique et gouvernementale, encore appliquée en 1987 à quelques membres près. (Le Premier Ministre, A. Laraki, et trois autres nouveaux ministres).

5Sans doute, des modifications sont-elles intervenues entre les deux gouvernements précités. Mais, délibérément, elles n’ont pas toujours été prises en compte dans la mesure où il importait de faire une « coupe » des élites ministérielles en deux circonstances aussi particulières que celles de gouvernements de coalition nationale formés à l’occasion de nouvelles élections législatives.

6Pas davantage, cette approche n’a considéré d’autres facettes de cette problématique ; par exemple : le personnel gouvernemental et le processus de changement social, les liens entre les carrières ministérielles et la « légitimation » politique, la nature et la portée du prestige et/ou de l’influence, sans parler des conditions et des modalités d’exercice du pouvoir gouvernemental.

7C’est dire que les hypothèses de travail retenues tournent, pour l’essentiel, autour de cette triple interrogation : qui sont les ministres ? Quelle a été leur formation ? Et comment sont-ils devenus membres du Gouvernement ?

  • 2 Sur cette question, voir par exemple : Sehimi (M.), « La prépondérance du pouvoir royal dans la Co (...)

8Sous le bénéfice de ces observations introductives, et avant d’entrer dans les développements consacrés à ces questions, une observation de principe : qui nomme les ministres ? Il s’agit là d’un pouvoir constitutionnel et politique confié au Roi en vertu de l’article 24 de la loi fondamentale2. De plus, c’est également le Souverain – et lui seul – qui nomme le Premier ministre. Ces dispositions ont donné lieu naguère, dans les années soixante – par exemple lors de l’adoption de la première Constitution de 1962 – à d’ardentes controverses. Ce droit de choisir le Premier ministre et les ministres relève donc de la compétence personnelle et exclusive du Chef de l’Etat ; il ne supporte en effet aucune limite – l’intervention éventuelle d’un autre organe est donc exclue.

I – ORIGINE DES ÉLITES GOUVERNEMENTALES

9L’origine des membres des gouvernements doit nous permettre de cerner un certain nombre de traits qui contribuent à identifier ce segment de l’élite et à lui donner sa spécificité. Trois variables doivent être prises en considération à cet égard : l’âge, l’origine géographique, l’origine sociale.

a – DONNÉES RELATIVES À L’ÂGE :

  • 3 La formation des élites politiques maghrébines, op. cit., p. 135.

10De tels éléments sont intéressants dans la mesure où ils indiquent à quelle époque sont nées ces personnalités, quelle a été la période de leur jeunesse, bref « comment s’inscrit le déroulement de leur existence passée dans la trame historique »3.

11S’agissant de cette première variable, les éléments dont nous disposons concernent un premier indicateur : celui de la moyenne d’âge. Celle-ci était de 43 ans pour le second gouvernement OSMAN (oct. 1977-mars 1979) ; autrement dit, elle s’établit autour de 1934. En revanche, elle grimpe à 49 ans pour le second gouvernement Mohamed-Karim Lamrani formé le 11 avril 1985, tandis qu’elle pivote autour de l’année 1936.

12Quelles observations peut-on tirer de ces premières données ? A première vue, le vieillissement du personnel gouvernemental puisque l’écart n’est pas moins de six ans entre le Cabinet de 1977 et celui de 1985. Mais ce facteur objectif doit cependant être tempéré par le principe reconnu de l’inertie gouvernementale qui veut que d’une formation ministérielle à une autre – ou même d’une législature à l’autre, comme c’est le cas en l’espèce – un certain nombre de membres soient reconduits ; ils contribuent ainsi à « charger » la moyenne d’âge du Cabinet dont ils font partie. A cet égard, on doit indiquer par exemple que sept ministres de 1977 l’étaient également en 1985 – il s’agit de MM. Haj M’Hamed Bahnini, Azzedine Laraki, Driss Basri, Moussa Saadi, Abbès El Kaissi, Tayeb Bencheikh et Mohamed Bouamoud.

13Par ailleurs, il nous faut aller plus loin et nous intéresser à la structure des générations auxquelles appartiennent les élites gouvernementales étudiées et ce, en fonction de leur date de naissance. Nous essayerons par exemple de voir quelles sont les générations qui ont donné le plus de ministres. Autrement dit : quel rôle a pu jouer l’appartenance à une génération plutôt qu’à une autre ?

14Nous avons ainsi distingué quatre générations :

  • Avant 1920
  • 1920-1930
  • 1930-1940
  • Après 1940.

15Cette division est empirique : sans doute. Mais elle a surtout une valeur heuristique dans la mesure où elle met en exergue deux périodes égales d’une dizaine d’années seulement durant lesquelles sont nées la totalité des élites gouvernementales. Il apparaît nettement, à l’étude de ce premier tableau, que c’est la génération 1920-1930 qui donne la moitié des ministres dans le gouvernement de 1977 ; elle est suivie, dans l’ordre, par celle des années 1930-1940 (33 %) puis enfin par la tranche d’âge 1940-1945 (10 %). Si l’on affine davantage en opérant un découpage de cinq en cinq ans, on peut relever que la génération 1925-1930 arrive en tête avec onze sujets contre six à celle de 1935-1940, cinq à la classe d’âge 1930-1935 et trois pour la dernière de 1940-1945.

Tableau 1 – Répartition par dates de naissance

Tableau 1 – Répartition par dates de naissance

— Abscice les dates de naissance par tranche d'âge.
— Ordonnée : l'effectif correspondant à chaque tranche d'âge.

16Huit ans après, ce schéma se retrouve-t-il peu ou prou dans le gouvernement de 1985 ? Bien au contraire, c’est une tout autre physionomie qui apparaît avec en particulier les traits suivants : 23 % du personnel ministériel se situe dans la génération 1920-1930 ; 30 % dans celle des années 1930-40 ; et la plus grosse part, soit 40 %, dans la jeune tranche d’âge des ministres qui sont nés après 1940.

17Quant au découpage par périodes de cinq ans, le tableau I indique que les ministres nés après 1936 -et qui avaient donc moins de cinquante ans en 1985 – forment plus de 63 % du personnel gouvernemental. Ce dernier chiffre est intéressant car il montre la rajeunissement sensible des effectifs ministériels dans le gouvernement nommé au début de la législature ouverte en 1984 ; il témoigne également d’un « basculement » sensible des tranches d’âge 1925-1935 au profit de la génération 1935-1940, surtout d’ailleurs celle des années 1940 et suivantes. Une telle évolution met ainsi en évidence une accélération dans l’émergence des ministres marocains à partir de 1940. Assurément, on est là en face d’une génération nouvelle qui a supplanté les anciennes et ce, de façon dominante et (certainement ?) durable. On notera aussi, dans ce même sens, la part symbolique des sujets nés avant 1920 – il n’y en avait qu’un en 1977 (Haj M’Hamed Bahnini) rejoint en 1980 par Mr. Ahmed Alaoui ; tous deux, semble-t-il, sont désormais installés dans des fonctions de ministres d’Etat à titre viager… A relever ici que ces mêmes personnalités qui sont d’un âge très avancé – respectivement nées en 1914 et 1919 – augmentent sensiblement par leur présence la moyenne d’âge du gouvernement de 1985 laquelle, sans eux, rajeunirait de deux ans (47 ans au lieu de 49).

  • 4 Pour la comparaison entre l’âge du personnel gouvernemental et les élites parlementaires, voir par (...)

18Pour être plus complet, on doit enfin s’interroger sur la structure des élites ministérielles par parti politique. Dans le Cabinet de 1977, la moyenne d’âge des onze ministres R.N.I. est de 43 ans et 4 mois ; celle des quatre ministres du M.P. est de deux ans supérieure (45 ans et demi) tandis que les huit ministres du P.I. frôlent les 47 ans. Quant à l’équipe gouvernementale de 1985, réduite elle aussi à trois composantes mais sous-représentées (5 R.N.I., 2 P.N.D., et 5 U.C.), elle permet de tirer les moyennes d’âges suivantes : 54 ans et demi pour le R.N.I. ; 42 ans pour le P.N.D. ; et, enfin, 46 ans dix mois pour l’U.C.(4).

b – ORIGINE GÉOGRAPHIQUE :

  • 5 La formation des élites politiques maghrébines, op. cit., p. 145.

19Voici une quinzaine d’années, des auteurs notaient à ce propos : « Le Maroc n’est plus, géographiquement, homogène ; à l’opposition côte Atlantique – intérieur s’ajoutent les oppositions Nord tempéré – Sud saharien, ancienne zone espagnole – ancienne zone française, Nord du Moyen-Atlas – Sud du moyen-Atlas, etc… L’hypothèse selon laquelle chacune des multiples régions ainsi délimitées fournit un type d’homme bien particulier n’est pas à exclure ; un deuxième problème apparaît au niveau de l’opposition entre les villes et les campagnes »5.

  • 6 Idem, p. 147.
  • 7 Ibid.

20Ce diagnostic est-il toujours valable aujourd’hui ? D’emblée, deux faits doivent être mis en relief. Le premier d’entre eux est l’écrasante proportion de citadins qui fournissent 90 % des ministres. Chiffre d’autant plus à souligner qu’il correspond pratiquement à celui du recrutement du personnel gouvernemental des années 1955-70 qui était de l’ordre de 90,4 %6. Voilà bien qui confirme, une vingtaine d’années après, que les postes de ministres sont globalement l’affaire des personnalités urbaines et que « la vie politique apparaît ainsi comme une cité… »7. On notera aussi le partage du monde urbain en deux parts inégales : d’un côté ; celle des grandes villes (supérieures à 100 000 habitants) qui se taillent la part du lion dans le personnel gouvernemental avec 66 % des postes ; de l’autre, celle des villes moyennes ou petites villes (de 5 000 à 100 000 habitants) qui fournissent presque le quart des effectifs ministériels (23,33 %).

21Second trait : la place privilégiée d’une ville comme Fès. Rien d’étonnant à cela en ce sens que cette cité capitalise plusieurs atouts -centre intellectuel du Maghreb (avec Kairouan en Tunisie), haut lieu spirituel du royaume, position dominante dans le commerce traditionnel, foyer du nationalisme marocain sous le protectorat. Par ailleurs, des modifications notables intéressent d’autres villes : ainsi, Rabat qui venait au second rang durant la période 1955-1970 avec 11,6 % des ministres recule à 3,33 % en 1977 et disparaît même dans le gouvernement de 1985 ; ainsi encore, Casablanca dont étaient issus 5,4 % des ministres (1955-1970) gagne plusieurs points en 1977 (10 %) puis redescend à 6,66 % en 1985 ; enfin, en sens inverse, des villes comme Oujda et Meknès enregistrent des progrès notables et représentent aujourd’hui respectivement 6,66 % et 13,33 % en 1985 alors qu’elles ne dépassaient pas chacune 2,1 % lors des années 1955-1970.

Tableau II. – Origine géographique des ministres

Tableau II. – Origine géographique des ministres

22A quoi tient cette situation ? Une réponse unique ne peut être donnée pour ces deux agglomérations. En effet, pour ce qui est de la ville d’Oujda, le facteur explicatif exclusif – on le verra d’ailleurs plus loin – est que le Premier ministre en 1977 était Mr. Ahmed Osman, natif précisément de cette ville orientale ; d’où la sur-représentation de cette cité dans le gouvernement 1977-79 avec quatre ministres, soit 12,35 % de l’ensemble – d’ailleurs, les deux membres du gouvernement encore en fonctions en 1987 et qui sont originaires de cette même ville (il s’agit de MM. Moussa Saadi et Mohamed Bouamoud) étaient membres de l’équipe gouvernementale de Mr. Ahmed Osman. Quant à la représentation d’une ville comme Meknès, elle n’est due à aucune « locomotive » – comme ce fut le cas d’Oujda ; mais il faut sans doute mettre en cause le niveau de développement de la région de Meknès, l’une des plus riches du royaume.

23Une dernière observation ne doit pas être ignorée. Elle a trait au fait que si quatre villes en 1985 (Fès, Meknès, Casablanca, Oujda) fournissent plus de 53 % des ministres, on relève une plus grande distribution nationale. Plus précisément, onze ministres, soit près de 37 %, sont originaires de villes aussi diverses que celles-ci : El-Jadida, Témara, Tafaout, Béni Mellal, Asilah, Khouribga, Laâyoune, Azzemour, Taroudant ou Immouzer. Mais cela ne doit pas pour autant minorer un autre phénomène : celui de la sous-représentation, voire même de la non-représentation, de villes sinon de régions entières. Par exemple, le Nord est constamment sous-représenté au gouvernement même si un « rattrapage » a eu lieu le 9 mars 1987 avec la nomination de Mr. Abdeslam Baraka, natif de Tétouan. De même, la région de Marrakech ne compte qu’un seul ministre alors qu’elle en comptait deux en 1977 et plus encore auparavant avec 7,6 % des élites ministérielles lors des années 1955-70, se classant ainsi au troisième rang après Fès et Rabat.

  • 8 Ce chiffre est obtenu en soustrayant les 58 653 résidents étrangers de la population urbaine total (...)

24Pareille constatation nous a conduit à comparer, dans chaque cas, le nombre de personnalités nées dans chaque ville avec la population de cette ville. Pour ce faire, on s’est basé sur les chiffres de recensement les plus récents, à savoir ceux de 1982, et en ne retenant -par souci d’homogénéité – que ceux relatifs à la seule population urbaine, soit 8.671.746 personnes8.

Tableau – Importance des villes marocaines comme lieu d’origine des ministres

Tableau – Importance des villes marocaines comme lieu d’origine des ministres

(1) Pourcentage de la population de chaque ville par rapport à la population urbaine totale
(2) Pourcentage des ministres originaires de chaque ville par rapport à l’ensemble des membres du gouvernement de 1985
(2/1) « Poids politique » de la ville.

25Le tableau ci-dessus résume ces résultats. Ce qu’il faut en retenir c’est la valeur du chiffre qui figure dans la colonne (2-1) et qui témoigne dans chaque cas de ce que l’on pourrait appeler le « poids gouvernemental » de la ville – c’est un rapport entre le pourcentage de ministres originaires de chaque ville par rapport à celui de chacune de ces villes dans la population urbaine ; il y a sur-représentation si ce rapport est supérieur à un et sous-représentation dans le cas inverse. Il en ressort clairement la place largement prédominante de Fès (5,15) suivi d’Oujda (2,22) alors que Marrakech est sous-représentée (0,66) par rapport à sa population mais moins que Casablanca qui est nettement défavorisée (0,27).Pour schématiser, on dira qu’un fassi a dix neuf fois plus de chances d’être ministre qu’un casablancais… Vieille loi de la sociologie politique marocaine qui a résisté à l’épreuve du temps puisque le rapport précité de 5,15 était de 6,3 dans les effectifs gouvernementaux des années 1955-70.

c – ORIGINE SOCIALE :

26La détermination de l’origine sociale des ministres marocains n’est guère aisée car elle se heurte – comme l’enquête du CRESM de 1973 d’ailleurs -à une difficulté méthodologique : celle d’un critère suffisamment précis pour être opératoire. Faute de données exhaustives à cet égard, on a dû recourir à des regroupements établis à partir d’informations recueillies ici ou là. A partir de là, on a tenté une hiérarchisation sociale globale qui a au moins le mérite de permettre d’identifier des catégories diversifiées. Par « classes supérieures », on entend les industriels, administrateurs de sociétés, gros commerçants, propriétaires fonciers, professions libérales, cadres supérieurs du secteur public et du secteur privé ; ensuite, par « classes moyennes », référence est faite aux enseignants, aux petits commerçants, aux artisans, aux cadres moyens et aux employés ; enfin, la dernière catégorie des « classes populaires » recouvre les petits fonctionnaires, les petits paysans, les ouvriers et les petits employés.

Tableau III. – Répartition des ministres d’après leur origine sociale

Tableau III. – Répartition des ministres d’après leur origine sociale

27Du tableau III peuvent être tirées plusieurs observations. L’une d’entre elles est que la première place revient aux ministres originaires des classes supérieures ; il y a même un progrès de trois points entre 1977 (50 %) et 1985 (53,33 %) ; l’autre remarque regarde les classes moyennes, au deuxième rang, avec 40 % de ministres en 1977 mais seulement 30 % en 1985 ; enfin, les classes populaires demeurent largement minoritaires dans les deux gouvernements même si leur représentation grimpe de 10 à 16,66 % entre 1977 et 1985. A signaler au passage que cette répartition des ministres entre les classes sociales n’a guère subi de modification significative entre la période 1955-70 et celle des années 1977-85. Ainsi, les classes supérieures supplantent les deux autres avec environ 50 % du personnel gouvernemental (48,83 % en 1955-70). Quant aux classes moyennes, elles paraissent être le groupe déclinant (30 % en 1985) alors qu’elles se situaient autour de 40 % tant durant la première période 1955-70 qu’en 1977. Par contrecoup, c’est la classe populaire qui améliore de plusieurs points sa place avec 16,66 % des ministres en 1985 alors qu’elle piétinait autour de 10/11 % auparavant.

28Si les classes supérieures ne varient pratiquement pas – avec, en gros, la moitié des membres du gouvernement – tel n’est pas le cas des deux autres classes sociales où un reclassement s’opère en faveur de la plus défavorisée d’entre elles. Assurément, les bases sociales du régime expliquent aisément le poids des classes supérieures ; celles-ci depuis le départ du gouvernement de Mr. Abdallah Ibrahim, l’un des leaders de l’U.N.F.P., en mai 1960, ont préservé sinon consolidé leur position dominante. Mais dans le même temps, il nous paraît que depuis l’« ouverture » démocratique de 1975 – laquelle a conduit au gouvernement Osman en 1977 – une place moins négligeable est revenue à des ministres d’origine populaire et dont le cursus peut également se prévaloir d’une compétence technique ; on pense en particulier à des personnalités comme MM. Driss Basri, Hassan Abbadi, Mohamed Benaissa, Tahar Masmoudi, Mohamed Laenser… Il serait intéressant, dans le cadre d’une autre étude plus affinée encore, de s’interroger sur les affectations ministérielles de chacune des classes sociales : elles ne manqueraient sûrement pas d’enseignements.

III – INSERTION DANS LA VIE PUBLIQUE ET ACCÈS AU GOUVERNEMENT

29Le problème posé ici est celui de l’insertion des ministres dans la vie publique. D’une autre manière, les fonctions gouvernementales sont-elles largement ouvertes aux carrières les plus diverses ou bien sont-elles de facto réservées à un certain profil de carrière publique ?

a – CAPITAL POLITIQUE :

30Pour apprécier ce fait, nous avons distingué quatre niveaux d’analyse devant nous permettre de mieux cerner cette situation : d’abord, les positions politiques détenues au moment de la nomination au gouvernement ; ensuite, les non-parlementaires au moment de la nomination ; puis, le nombre de postes ministériels exercés ; enfin, le nombre de mandats parlementaires exercés.

Tableau IV. – Capital politique et accès au gouvernement

Tableau IV. – Capital politique et accès au gouvernement

31A partir du tableau ci-dessus, plusieurs observations significatives peuvent être formulées. La première d’entre elle est d’ordre global : elle intéresse la physionomie générale de chacun des gouvernements de 1977 et 1985. L’équipe ministérielle de Mr. Ahmed Osman, voici dix ans, accordait une large place à l’affiliation partisane puisque 76,66 % des portefeuilles y reviennent à des personnalités ayant des responsabilités nationales dans une organisation politique. Une telle proportion ne doit guère surprendre dans la mesure où en effet vingt trois ministères avaient été répartis entre les trois partis suivants : R.NI. (II), P.I.(8) et M.P.(4). Tel ne fut pas le cas, loin de là, dans le cabinet Mohamed-Karim Lamrani d’avril 1985 où la formule politique retenue, beaucoup plus étriquée, ne confiait que treize des ministères, soit 43,33 %, à des dirigeants d’organisations partisanes, à savoir : U.C.(5), R.N.I.(5), P.N.D.(2), et M.P.(1).

32Cette « départisation » (relative) du gouvernement entre 1977 et 1985 est également attestée par la grande proportion de non-parlementaires laquelle passe, durant cette même période de 30 à 63,33 % (voir tableau IV).

33Dans cette même perspective, la proportion des ministres qui ne sont ni des élus locaux, ni des parlementaires, ni des dirigeants de parti quand ils accèdent au Gouvernement a doublé depuis 1977 – ils étaient neuf soit 30 % – pour atteindre en 1985 le chiffre de dix huit, soit 60 %. Là encore, nous sommes en présence d’un indicateur supplémentaire venant corroborer la moindre part accordée entre ces deux dates aux politiques et aux élus.

34Gouvernement de « techniciens », donc, en 1985 ? On serait tenté de le croire à première vue ; mais il faut s’empresser de rectifier cette évaluation en soulignant que ce Cabinet était tout de même formé comme on l’a vu de trois composantes politiques (U.C., R.N.I., P.N.D.) ainsi d’ailleurs que celui de 1977 (R.N.I., Pl., M.P). Outre la nature politique qualitativement différente de cette coalition – avec en particulier la participation du Parti de l’Istiqlal, héritier du mouvement national – il convient encore de rappeler une différence numérique : 23 ministres représentant les formations politiques en 1977 (soit 76,66 %) contre 13 seulement en 1985 (soit 43,33 %). Apparemment, point n’a été besoin en 1985 d’une position politique personnelle bien assise – avec, pour cela, l’accumulation de mandats électifs dans les partis ou l’Etat – pour accéder aux fonctions gouvernementales.

b – LA FORMATION DU PERSONNEL GOUVERNEMENTAL :

35Il ne suffit guère en accédant au gouvernement d’accumuler les atouts politiques en parcourant les étapes initiatiques instituées ; il faut encore qu’existent des conditions tacites relatives aux caractéristiques des personnalités venant occuper les positions ministérielles. Assurément, aucun texte ne l’impose d’une manière ou d’une autre, mais le fait n’en demeure pas moins celui-ci : sans que le résultat soit voulu par quiconque, il faut, pour devenir membre du gouvernement, présenter des propriétés particulières en quelque sorte. Certaines sont bien connues qui ont trait à l’âge : exception faite de MM. Abdesslam Baraka et Abdelkamel Rerhaye, nommés respectivement à trente ans en 1971 et trente et un ans en 1987, on n’accède pas au gouvernement avant trente ou trente cinq ans. D’autres concernent le sexe avec cette particularité qui voit les gouvernements et les parlements marocains depuis l’indépendance ne compter aucune femme et ce, malgré les professions de foi officielles sur l’égalité des droits…

Tableau V. – Filières scolaires des ministres

Tableau V. – Filières scolaires des ministres

36Mais encore plus nettes sont les conditions tacites liées à la formation des élites gouvernementales. Ainsi la quasi-totalité des membres des gouvernements de 1977 et 1985 ont suivi des études supérieures. Il y a là une propension à une élévation très forte des exigences scolaires qui commandent de facto l’entrée au Gouvernement ; d’une autre manière, une formation supérieure devient donc une condition pratiquement impérative pour pouvoir prétendre aux fonctions gouvernementales. On saisit du même coup que la population gouvernementale soit très nettement atypique sous le rapport tant des professions exercées que des positions sociales occupées avant l’entrée dans la carrière politique.

  • 9 Op. cit.. pp. 153-154.

37Quelques précisions s’imposent à cet égard. Ainsi, ce qui frappe d’abord c’est – comme on l’a signalé plus haut – la représentation des ministres ayant une formation universitaire. Durant la période 1955-70, ce chiffre était pratiquement de 90 % correspondant à 90 sur un échantillon de 100 comme l’a relevé une étude sur les élites politiques marocaines9 ; cette proportion s’est encore améliorée par la suite puisque 28 et 25 ministres sur trente sont titulaires d’un titre universitaire respectivement en 1977 et 1987. Donc, pas d’autodidacte – il y en avait trois lors des années 1955-70 – ni de personnalités de niveau primaire ; la formation la moins élevée est secondaire tandis que quatre ministres en 1987 et un seul en 1977 invoquent à leur actif des études supérieures réelles ou symboliques d’une ou plusieurs années non sanctionnées par un titre ou un diplôme en bonne et due forme.

  • 10 Op. cit.. p. 160 et s.

38Mais il y a plus. En effet, ce qui frappe encore c’est la prépondérance très affirmée d’un type moderne d’enseignement. C’était déjà un phénomène relevé voici une vingtaine d’années10 ; c’est encore plus vrai au cours de la décennie étudiée ici puisque six personnalités ont suivi un enseignement à dominante arabe et islamique alors qu’elles étaient dix en 1977. Tous les autres membres du gouvernement ont suivi un cursus universitaire moderne.

39La répartition par discipline, elle, appelle également le commentaire. En particulier les formations scientifiques au sens large (grandes écoles, écoles d’ingénieurs, instituts supérieurs spécialisés) viennent au premier rang ; un tel classement doit être d’autant plus à souligner qu’il y a là une modification par rapport à 1955-70 en ce sens que les scientifiques (26,66 % en 1977 puis 30 % en 1987) ont supplanté cette fois les juristes qui fournissaient alors un bon tiers du personnel gouvernemental. On peut penser qu’une plus grande professionnalisation des fonctions ministérielles a joué dans ce sens : sans aucun doute. Mais il ne faut point minorer non plus l’élévation générale du niveau d’éducation au Maroc en une trentaine d’années, ce qui ne pouvait que promouvoir les élites les mieux formées dans les sphères gouvernementales. Si les diplômés de la faculté de droit se classent désormais à la seconde place, ils améliorent cependant leur représentation au sein du gouvernement : ils n’étaient en effet que cinq en 1977, soit 16,66 % et ils gagnent deux sièges en 1987 (23,33 %). Les médecins, eux connaissent une évolution pour le moins contrastée : alors qu’ils constituaient environ 13 % du personnel gouvernemental tant en 1955-70 qu’en 1977, ils n’ont plus qu’un seul représentant (même si c’est le Premier ministre en la personne du Dr. Azzedine Laraki, nommé en octobre 1986). Enfin, les autres ministres ont une formation diversifiée : les avocats sont au nombre de trois (invariablement entre 1977 et 1987) ; d’autres filières de formation n’ont qu’un seul représentant gouvernemental, exception de l’école marocaine d’administration (ancien Institut des Hautes Etudes Marocaines devenu Ecole Marocaine d’Administration elle-même baptisée ensuite Ecole Nationale d’Administration Publique) qui en compte deux – comme quoi, on ne peut parler d’« énarchie » dans le Gouvernement marocain…

40En dernière analyse, les élites gouvernementales marocaines ont, pour la quasi-totalité d’entre elles, un haut niveau de formation universitaire acquise à travers une biculture arabo-française (dans les cycles primaire et secondaire) à travers un enseignement surtout moderne ; les deux tiers d’entre elles sont constitués par des lauréats des grandes écoles scientifiques ou techniques et des juristes.

c – PROFESSION D’ORIGINE ET CARACTÉRISTIQUES DES GOUVERNANTS :

41Il apparaît bien que, globalement, tout se passe comme si des lois communes (voulues ?) gouvernaient donc la composition de tous les Gouvernements marocains depuis une trentaine d’années. Il reste que des indicateurs caractéristiques peuvent être mis en relief. On peut ainsi se demander si la première profession d’origine peut constituer un élément significatif de l’accès aux fonctions gouvernementales ?

Tableau VI. – Catégorie socioprofessionnelle

Tableau VI. – Catégorie socioprofessionnelle
  • 11 La place prise par l’Etat dans l’activité économique depuis une quinzaine d’années explique largem (...)
  • 12 Daniel Gaxie, « Les ministres de la Veme République », in Pouvoirs, 36, 1986, p. 75.

42L’enquête que nous avons pu mener à cet égard donne de précieuses données quant à la sociologie du personnel gouvernemental. C’est ainsi que ce sont les cadres supérieurs du secteur public11 qui occupent une position dominante à cet égard avec près des deux tiers des ministres – 70 % en 1977 et 63,33 % en 1987, soit respectivement 21 et 19 portefeuilles. Voilà qui ne correspond guère à l’étude faite sur les années 1955-70 où les hauts fonctionnaires n’étaient que 22 % (22 pour une centaine de sujets). On notera, à titre simplement comparatif, qu’en France, ce chiffre est de 63 % depuis 198112, le Maroc se conformant ainsi au schéma général français marqué par la position dominante des membres de la haute administration parmi les membres du Gouvernement. A relever aussi la marginalisation de toutes les autres positions sociales qui ne sont plus représentées que par un ou deux ministres (industriels, professions libérales, enseignants du secondaire) exception faite des professeurs d’Université qui améliorent leur place en 1987 avec quatre portefeuilles au lieu de deux seulement en 1977.

  • 13 Voir tableau.

43Par rapport à la strate gouvernementale de la période 1955-70, des modifications substantielles sont intervenues : telles les professions juridiques qui ont diminué ainsi que les enseignants et les professions libérales ; ou encore, en sens inverse, la haute fonction publique qui supplante maintenant, comme on l’a vu plus haut, toutes les autres catégories sociales13. A cela une explication : l’emprise de la haute administration sur le pouvoir exécutif au Maroc. C’est probablement la caractéristique majeure du système politico-administratif du royaume. Ces ministres qui étaient au départ des hauts fonctionnaires dans l’appareil d’Etat et le secteur para-public font désormais partie de cette grande famille administrative qui s’est développée au lendemain de l’indépendance – surtout depuis une quinzaine d’années après la génération de l’indépendance. Toute une enquête de sociologie administrative est à mener pour tenter de cerner les positionnements et les alliances de ce noyau central de la haute administration qui s’apparente à une sorte de microsome de technostructure ne dépassant guère deux ou trois cents « ministrables » potentiels et qui ont – ministres ou pas d’ailleurs – la haute main sur les leviers de commande des finances publiques, de l’administration économique et des secteurs clé de l’appareil d’Etat.

44Rien d’étonnant, dans ces conditions, que ces ministres, hauts fonctionnaires à l’origine, adhèrent à ce que l’on pourrait appeler les principes méritocratiques ; par là-même, ils certifient leur compétence et justifient en quelque sorte leur légitimité ; mais en accédant aux fonctions gouvernementales, ils contribuent également à « légitimer » leur famille administrative d’origine et déclassent ainsi le personnel politique traditionnel avec ses filières plus classiques (avocats, lettrés du Makhzen, gros propriétaires terriens, …).

45Et d’ailleurs, ne sont-ils pas les principaux bénéficiaires de la politique de démocratisation inaugurée à partir de 1975 laquelle a conduit à institutionnaliser davantage le régime avec la mise en place du Parlement en octobre 1977 ? Ils se sont en effet engouffrés dans les élections locales et législatives de 1976-1977 ; puis une fois élus sous l’étiquette des « Indépendants », ils se sont groupés en un nouveau parti, le Rassemblement National des Indépendants, sous la houlette de Mr. Ahmed Osman, alors Premier ministre.

  • 14 La formation des élites politiques maghrébines, op. cit., p. 169.

46C’est dire que l’analyse par profession développée ici est plus opératoire qu’il n’y paraît. Voici une vingtaine d’années, elle paraissait « perdre de son autonomie, d’autant plus d’ailleurs que ces professions sont davantage la traduction d’un diplôme obtenu que la réalisation concrète d’une activité suivie »14. Or tel n’est plus le cas aujourd’hui où le recrutement gouvernemental pousse largement dans le sens de l’autonomisation de l’appareil politico-administratif dont il est le suppôt et la base sociale. Un tel phénomène contribue à le dissocier des élites traditionnelles du Makhzen ; il est également coupé des intérêts privés au sens strict. Il est vrai que la base économique actuelle du secteur public et para-public a un statut tellement hégémonique au Maroc qu’elle paraît dispenser pratiquement de faire une place au secteur privé au sein du Gouvernement.

47Le caractère fermé des membres de cette élite gouvernementale, en « liste d’attente » pourrait-on dire ou en exercice, est encore accentué par le fait qu’ils partagent les mêmes valeurs et s’engagent dans des plans de carrière à peu près identiques ; ils forment au total une microsociété, ayant les mêmes clubs, les mêmes loisirs – de plus en plus le golf plutôt que le football des années soixante ou le tennis des années soixante dix – et… les mêmes ambitions ! Autant d’éléments qui donnent à ce personnel gouvernemental sa spécificité fonctionnelle tant vis-à-vis du monde des affaires du secteur privé que des élites traditionnelles – ce qui n’empêche d’ailleurs ni des rivalités pas toujours voilées et feutrées, ni des coalitions d’intérêts dans tel secteur gouvernemental,ni une subtile « cohabitation » avec ces mêmes élites traditionnelles soucieuses quant à la défense de leurs intérêts à Rabat…

IV – LES FILIÈRES POUR DEVENIR MINISTRE

  • 15 Mattéi Dogan, « Filières pour devenir ministre de Thiers à Mitterand », in Pouvoirs, 36, 1986, pp. (...)

48Comment devient-on ministre au Maroc ? Pour tenter de répondre à cette question, au moins pour la période 1977-87, on suivra les ministres dans leur cheminement ; autrement dit, on identifira les voies qu’ils ont parcourues – ou les passerelles qu’ils ont empruntées – et qui les menèrent au Gouvernement. Les renseignements dont nous disposons désignent essentiellement trois filières : la fidélité personnelle au Roi ; la voie technocratique ; et, enfin, la « capillarité partisane » – selon la formule de Mattei Dogan15.

a – LA FIDÉLITÉ AU ROI :

49Ce facteur n’est pas propre au Maroc : du temps de la république gaullienne (1958-69) par exemple, il y avait ce que l’on appelle le « cercle de Londres » ; sous le septennat de Giscard d’Estaing, le noyau des proches de l’ancien chef d’Etat était connu ; avec la gauche au pouvoir (1981-86), ce même phénomène s’est encore vérifié.

50Au Maroc, il faut également faire référence à un certain nombre de personnalités, formant le « carré royal », telles Haj M’Hamed Bahnini, Ahmed-Réda Guedira, Ahmed Osman, Ahmed Alaoui. L’itinéraire de Haj M’hamed Bahnini est l’illustration exemplaire de cette première filière. Précepteur des princes (dont Moulay Hassan) et des princesses au collège Impérial après avoir occupé des postes au méchouar (secrétaire au makhzen central, juge au Haut tribunal chérifien, directeur du cabinet du Sultan en 1950), il sera douze fois ministre depuis 1958. Quant à Me Ahmed-Réda Guedira – plusieurs fois ministre dans les années 1962-70 et même directeur général du Cabinet royal en 1963 –, après une « disgrâce » de sept ans, il retrouvera des fonctions éminentes auprès du Roi en tant que Conseiller depuis 1977. Pour sa part, les liens privilégiés entre Mr. Ahmed Osman, (Premier ministre de novembre 1972 à mars et actuel président de la Chambre des représentants) ont un double fondement : d’une part, le compagnonnage scolaire et universitaire – collège Impérial puis Faculté de droit de Bordeaux ; d’autre part la qualité de beau-frère puisqu’il avait épousé l’une des sœurs du Roi, Lalla Nezha, décédée en 1978. Le cas de Mr. Ahmed Alaoui nous fournit un autre exemple à cet égard. Familier du Palais, douze fois ministre depuis l’indépendance – il l’est encore aujourd’hui en tant que ministre d’Etat – son statut makhzénien est conforté, en outre, par les fonctions de directeur des journaux « Le Matin du sahara » et « Maroc-soir » qu’il cumule depuis la fin de 1971 et où il y exprime dans des éditoriaux-fleuve des vues progouvernementales.

51A ce premier noyau des compagnons « historiques » du Roi, il faut ajouter deux autres personnalités qui n’ont fait leur entrée suivant des modalités propres dans ce cercle que ces toutes dernières années. Il s’agit de Mr. Abdelatif Filali, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération et de Mr. Driss Basri, ministre de l’Intérieur et de l’Information. Le premier a été nommé ministre de l’Information, le 30 novembre 1983, alors que son fils Fouad allait épouser à la mi-septembre 1984 la fille aînée du Roi, Lalla Meryem.Le 15 février 1985, il se voyait confier le ministère des Affaires Etrangères. Le second, lui, est au Gouvernement – et sans interruption – depuis le 26 avril 1974. Secrétaire d’Etat jusqu’au 28 mars 1979, il aura par la suite un portefeuille complet à l’Intérieur. Depuis treize ans, donc, il dirige ce ministère-clé du royaume où il a la haute main sur la sécurité – et les collectivités locales. Son statut particulier qui atteste d’une promotion remarquable jusqu’à en faire l’un des hommes les plus influents d’aujourd’hui tient aussi à d’autres raisons cumulatives d’ailleurs : d’origine populaire – il est né à Settat – sa cooptation par le Palais permet, pourrait-on dire, de « panacher » la coloration trop oligarchique (à dominante fassie) que pourrait avoir l’élite gouvernementale ; sa connaissance du dossier du Sahara et son savoir-faire dans ce domaine tant à l’intérieur du royaume que dans les contacts et négociations avec l’Algérie ; son âge – il est né en 1938 – et les fonctions qu’il occupe, que ce soit dans la sécurité ou dans l’organisation des scrutins depuis 1976, lui donnent cet atout particulier de connaître aussi bien la génération de l’indépendance que celle d’aujourd’hui, qualité dont ne dispose pratiquement aucun membre de l’entourage royal.

b – LE TREMPLIN TECHNOCRATIQUE :

52La voie technocratique est le chemin politique qui passe par un poste de responsabilité dans un secteur technique (administration, office, entreprise publique, activité économique, …). L’homme qui suit donc cette filière devient d’abord un technocrate, à partir d’une formation spécialisée supérieure, et ensuite seulement il entreprend une carrière proprement politique. Dans le gouvernement de 1977, plusieurs ministres avaient emprunté cette filière : MM. Mustapha Faris (ministre de l’Agriculture et de la Réforme Agraire), Abdellatif Ghissassi (ministre des Finances puis de l’Agriculture), Abdelkamel Rerhaye (ministre du Commerce et de l’Industrie), Tayeb Bencheikh (Secrétaire d’Etat au Plan), Moussa Saadi (ministre de l’Energie et de Mines), Othmane Slimani (Secrétaire d’Etat aux Affaires économiques). Tous ne resteront pas ministres durant la législature 1977-83 mais ce sont souvent des technocrates qui succèdent à d’autres technocrates ; tel a été le cas de MM. Azzedine Guessous, Abdellatif Jouahri, nommés en 1978 au sein du Gouvernement à des postes importants (Finances, Commerce et Industrie, …), respectivement jusqu’en 1983 et 1986.

53La place des technocrates ne se réduit pas avec le gouvernement nommé en avril 1985, au début de la législature 1984-90. Entre-temps, certains des technocrates de 1977 sont devenus des ministres « politiques » – tel est le cas de MM. Moussa Saadi, Tayeb Bencheikh, par exemple. Mais, surtout, une nouvelle génération a succédé aux postes ministériels – il s’agit plus précisément de MM. Moulay-Zine Zahidi (Affaires économiques), Ghazouani Rachidi (Plan), Mohamed Fettah (Energie et mines), Othmane Demnati (Agriculture), Mohamed Kabbaj (Equipement, Formation professionnelle et Formation des cadres), Mohamed Berrada (Finances), Mohamed Sekkat (Relations avec la C.E.E.). Ils présentent cette particularité d’être relativement jeunes par rapport aux autres membres du Gouvernement – ils se situent tous, au moment de leur nomination – dans la tranche d’âge 35/50 ans, soit une moyenne de 42 ans, correspondant à sept ans de moins que la moyenne de l’ensemble du Cabinet. Comme on a pu l’observer, ils occupent essentiellement des postes économiques et techniques pour lesquels ils paraissent les mieux placés.

54Cette filière technocratique recrute surtout parmi les « jeunes loups » de la haute fonction publique ou de l’administration économique. La nomination à un Secrétariat d’Etat, pour commencer, est considérée comme une épreuve probatoire. Ceux qui se voient nommés n’ont ni l’expérience partisane – sinon celle du syndicalisme estudiantin du temps des ferveurs de l’U.N.E.M. comme Ghazouani Rachidi ou Abdellatif Jouahri – ni un mandat parlementaire à leur actif. On ne leur demande pas de prendre position sur des problèmes de politique générale ni de faire du zèle makhzénien ; ils ne sont pas représentatifs d’un courant de pensée ni d’une force politique ; ils n’incarnent aucune légitimité propre ; ils justifient d’une compétence dans un secteur d’activité que les élites traditionnelles ne peuvent apporter.

c – LA « CAPILLARITÉ PARTISANE »

  • 16 Mattéi Dogan, Idem.

55Le phénomène a été observé en France16 : la filière partisane compte pour devenir ministre. Mais deux nuances doivent néanmoins être apportées pour appréhender d’une manière plus fine le rôle de ce facteur dans la composition des équipes gouvernementales dans le royaume. L’une c’est que l’affiliation à un parti – même à un rang dirigeant – ne suffit pas : il faut encore que ce parti soit d’une « bonne teinte », autrement dit qu’il soit l’une des composantes de la majorité parlementaire.

  • 17 Le parti de l’Istiqlal a quitté le gouvernement au début de janvier 1963.
  • 18 Les « Indépendants » qui entendaient se démarquer des partis politiques traditionnels lors des éle (...)
  • 19 Soit 11 R.N.I., 8 P.I., 4 M.P.

56Sans remonter bien loin, il nous faut relever que le gouvernement formé en octobre 1977 par Mr. Ahmed Osman au début de la précédente législature est celui qui permet de tirer les observations les plus significatives à cet égard. Pourquoi ? Parce qu’il consacrait – après plus de quatorze ans de « cure » d’opposition forcée – le retour du parti de l’Istiqlal au Gouvernement17. De plus, ce Cabinet avait été mis sur pied sur la base d’un « accord » électoral et politique préalable devant conduire à une coalition nationale formée des « Indépendants »18 de Mr. Ahmed Osman, de l’Istiqlal et du Mouvement Populaire de Mahjoub Aherdan. A telle enseigne que ces trois partis avaient raflé vingt trois postes sur trente, soit plus des trois quarts des portefeuilles du Gouvernement19.

  • 20 Cette scission a d’abord commencé en avril 1981 avec la création d’un groupe parlementaire de 57 m (...)
  • 21 A la suite d’un différend sur la prorogation de la législature de 1977 (elle devait normalement pr (...)

57Lors de la constitution du premier gouvernement Maâti Bouabid, à la fin mars 1979, aucun changement n’intervient dans cette formule politique. Il faudra attendre le second gouvernement, avec à sa tête cette même personnalité, pour qu’une nouvelle formation politique, le P.N.D. – issue d’une scission du R.N.I.20 – se voit octroyer quatre postes (MM. Mohamed-Arsalane El Jadidi, Moussa Saadi, Ahmed Belhaj et Khalli Henna ould Rachid) alors que les hommes de Mr. Ahmed Osman sont relégués dans l’opposition21.

  • 22 A l’instar des autres formations politiques, le parti de l’istiqlal s’est fait représenter de nove (...)

58Avec ce Gouvernement, la filière partisane a permis la désignation de dix sept ministres sur un total de vingt neuf, correspondant à un taux de représentation de 58,62 %, soit une chute de près de 18 points par rapport à 1977. Quelque quatre ans plus tard, l’équipe ministérielle investie par le Roi en avril 1985 n’enregistre aucune amélioration de la représentation partisane ; bien au contraire même, celle-ci se détériore et accuse ainsi une baisse sensible de plus de quinze points ne se situant plus qu’à hauteur de 43,33 % par rapport à l’ensemble du Cabinet, soit treize postes (5 R.N.I., 5 U.C., 2 P.N.D., 1 M.P.) seulement sur un total de trente. On le voit clairement : la filière partisane a perdu progressivement de l’importance depuis 1977 au profit de la voie technocratique – situation illustrée en 1983 par le départ des ministres du parti de l’Istiqlal du Gouvernement pour rejoindre de nouveau l’opposition22.

59On ajoutera enfin cette dernière remarque : les ministres relevant de cette filière sont sans doute toujours choisis dans un parti formant la coalition gouvernementale. Mais sont-ils pour autant appelés en raison des fonctions qu’ils occupent dans leur parti ? Rien n’est moins sûr ne serait-ce que dans le Cabinet d’avril 1985 – toujours en exercice – où il est notoire que les ministres représentant l’U.C. et le R.N.I. figuraient plutôt en « queue de liste » dans leurs partis respectifs ; d’autres interférences ont en effet joué dans ce sens qui tiennent au phénomène du parrainage…

d – LE PARRAINAGE :

  • 23 Mattéi Dogan, art. cit., p. 55 et s.
  • 24 Idem, p. 55.

60Comme on l’a déjà noté, « il reste une étape ultime de la sélection : celle du parrainage-cooptation »23. C’est qu’« on a beau remonter ces filières et être visible, on n’est pas encore tout à fait ministre en titre »24 ; il reste à être choisi parmi des ministrables – déclarés ou non – tout aussi valables. Par exemple, on ne choisit pas seulement le directeur du développement de l’Office Chérifien des Phosphates pour en faire le ministre de l’Energie et des Mines mais plutôt Mr. Fettah qui était justement le titulaire de cette fonction.

  • 25 Idem, p. 56.

61C’est dire que cette dernière procédure dans les cursus honorum, à savoir la nomination, est toujours en dernière instance un choix personnalisé. Ce qui fait qu’au dernier moment, entre plusieurs propositions soumises à l’agrément du Roi, et quelle que fût la filière suivie, toute nomination s’apparente à une cooptation personnelle. Car dans la plupart des exemples, il faut d’abord être proposé puis accepté par ce que l’on a appelé en France « le cercle intérieur, parfois entouré de mystère »25.

62Comment sont nommés les Premiers ministres au Maroc est une question qui doit être aussi évoquée : elle est symptômatique à plus d’un titre. En premier lieu, Mr. Ahmed Osman, reconfirmé en octobre 1977 avait été nommé en novembre 1972. On a déjà indiqué la nature des liens qu’il avait avec le Souverain, mais cela suffisait-il pour autant pour qu’il soit appelé à diriger de nouveau le gouvernement au début de la législature de 1977 ? Certes non ; mais c’était lui qui avait mené les contacts avec les dirigeants des partis politiques que ce soit en 1972 -sans succès – ou au cours de l’été 1977 – avec plus de bonheur. Par la force des choses, donc, il était le mieux placé pour diriger un gouvernement associant le parti de l’Istiqlal, le Mouvement Populaire et les « Indépendants » dont il avait été le rassembleur.

63Son remplacement, à la fin mars 1979, par Me. Maâti Bouabid – ministre dans ce second Cabinet Osman – ne manque pas d’intérêt. Ancien ministre du Travail du gouvernement Abdallah Ibrahim (1958-60), ancien dirigeant de l’U.N.F.P., sa nomination avait passablement surpris la classe politique. Sans doute, est-il l’époux de Lalla Loubaba, d’origine alaouite : mais était-ce suffisant ? C’est en effet surtout à la crise sociale du début 1979 que l’on doit son investiture, suggérée au Roi par Me. Ahmed-Réda Guedira. Il passait en effet pour avoir 1’« oreille » du puissant syndicat U.M.T. ; de plus, sa popularité à Casablanca et ses origines modestes ont également joué dans ce sens.

64Lui succède en novembre 1983, Mr. Mohamed-Karim Lamrani, président-directeur-général de l’Office Chérifien des Phosphates et qui avait déjà dirigé le gouvernement du 6 août 1972 au 1er novembre 1972. Homme de confiance du Roi depuis longtemps, il a été rappelé onze ans plus tard : pour ses compétences économiques et financières ; pour sa bonne image de marque auprès des milieux financiers internationaux à un moment où le royaume devait s’engager dans une politique d’ajustement économique et de rigueur ; et pour « sécuriser » la bourgeoisie d’affaires locale.

65Le 12 mars 1986, il est flanqué d’un vice-Premier ministre, en la personne de Mr. Azzedine Laraki, à la tête du département de l’Education nationale depuis octobre 1977. Professeur de médecine d’origine, membre de l’équipe médicale du Palais, il avait été « suspendu » de son parti (l’Istiqlal) trois ans auparavant, à la suite d’un différend sur la réforme du système éducatif. Le 30 septembre 1986, il sera promu au poste de Premier ministre, Mr. Mohamed-Karim Lamrani étant déchargé pour « raisons de santé »…

  • 26 Il s’agit de Mr. Tayeb Bencheikh, membre du Comité exécutif du R.N.I. et qui se fit mettre en « co (...)
  • 27 Mr. Azzedine Guessous était en effet l’un des directeur de l’Office Chérifien des Phosphates, diri (...)

66Comme c’est le Roi seul qui nomme les ministres, le rôle du Premier ministre n’est pas décisif dans la constitution du gouvernement ; mais il n’est pas négligeable non plus. Ainsi, en 1977, plusieurs ministres formaient le « groupe d’Oujda » autour de Mr. Ahmed Osman, alors à la tête du Gouvernement ; ainsi encore, Me Maâti Bouabid a réussi non seulement à faire nommer l’un de ses proches en novembre 1981 mais aussi… une personnalité appartenant pourtant au R.N.I.26 ; enfin, Mr. Mohamed-Karim Lamrani, en novembre 1983, a été incontestablement à l’origine de la désignation de ministres comme MM. Mohamed Fettah et Moulay-Zine Zahidi ou encore Mr. Azzedine Guessous27. De même, l’influence de Mr. Ahmed-Réda Guedira, principal Conseiller du Souverain, doit être prise en considération : elle peut jouer pour « appuyer » un ministrable à ce dernier stade mais aussi pour en reléguer d’autres. Dans cette même sphère, mais à des titres divers, le poids du ministre de l’Intérieur et de l’Information, Mr. Driss Basri se fait de plus en plus sentir ; à tel point qu’il est connu que plusieurs ministres (technocrates ou… représentants de partis politiques !) lui doivent un « parrainage » qui a fait la décision – notamment MM. Mohamed Berrada (Finances), Tahar Mas-moudi (Commerce et Industrie), Tahar Afifi (Relations avec le Parlement).

  • 28 Sehimi (M.). – « Pleins feux sur les ministres de Hassan II » – Arables(15) mars 1988 : 26-33.

67Le phénomène avait déjà été observé voici une vingtaine d’années dans l’enquête du CRESM, déjà citée : il se vérifie encore davantage aujourd’hui avec le déclin – voire la marginalisation – de cette cohorte de « notables » qui formaient l’armature du makhzen et la prédominance d’un nouveau personnel politique et gouvernemental. Largement issu des classes supérieures, il ne s’apparente plus aux grands noms et aux grandes familles dans l’orbite du Méchouar, mais il se recrute plutôt dans le secteur public ou para-public, la haute administration et, dans une moindre mesure, les grandes écoles scientifiques et techniques. Cette nouvelle élite est urbaine, jeune (par rapport à la moyenne des membres du gouvernement), de double culture et en fonctions surtout dans le secteur moderne économique et technique. Elle « cohabite » fort bien avec le dernier carré des caciques du makhzen qui forment l’entourage royal et ce, dans le cadre d’une répartition des domaines d’attribution qui dérouterait plus d’un constitutionnaliste classique peu familiarisé avec les complexités, les subtilités et les traditions de l’exercice du pouvoir dans le Maroc contemporain28.

68Cela dit, l’intérêt de cette étude n’est pas de proposer un « portrait-robot » du ministre marocain, hier ou aujourd’hui ; pas davantage, elle n’élabore un « mode d’emploi » pour les candidats actuels ou potentiels. Il réside surtout dans l’élaboration d’un cadre typologique susceptible de rendre compte – avec les limites de départ de cette recherche – des conditions dans lesquelles se font les carrières politiques et gouvernementales. A n’en pas douter, les conclusions à tirer des éléments proposés ici ne donneront toutes leurs ressources que si elles sont associées (pour être validées ?) avec d’autres paramètres relatifs à la dialectique des groupes sociaux, à la circulation des élites dans la société, et aux facteurs du changement social. D’une autre manière, l’identification du personnel gouvernemental est utile en tant que moyen opératoire d’analyse de la société politique marocaine dont les arcanes offrent un champ immense à l’investigation sociologique et politique. Sans oublier qu’elle peut aider à éclairer les enjeux du pouvoir exécutif au Maroc et les modifications intervenues dans les structures de l’Etat.

Notes

1 C.R.E.S.M., L.G.D.J., Paris, 1973, 246 p.

2 Sur cette question, voir par exemple : Sehimi (M.), « La prépondérance du pouvoir royal dans la Constitution marocaine », in Revue du droit public, L.G.DJ., Paris, n° 4, 1984, pp. 971-992.

3 La formation des élites politiques maghrébines, op. cit., p. 135.

4 Pour la comparaison entre l’âge du personnel gouvernemental et les élites parlementaires, voir par exemple : Sehimi (M.), « Les élites parlementaires : continuité au renouvellement ? », in Edification d’un Etat moderne – le Maroc de Hassan II, Albin Michel, Paris, 1986, pp. 95-113.

5 La formation des élites politiques maghrébines, op. cit., p. 145.

6 Idem, p. 147.

7 Ibid.

8 Ce chiffre est obtenu en soustrayant les 58 653 résidents étrangers de la population urbaine totale, in « Population légale du Maroc », ministère du Plan, Rabat, 1983, p. 18.

9 Op. cit.. pp. 153-154.

10 Op. cit.. p. 160 et s.

11 La place prise par l’Etat dans l’activité économique depuis une quinzaine d’années explique largement ce phénomène.

12 Daniel Gaxie, « Les ministres de la Veme République », in Pouvoirs, 36, 1986, p. 75.

13 Voir tableau.

14 La formation des élites politiques maghrébines, op. cit., p. 169.

15 Mattéi Dogan, « Filières pour devenir ministre de Thiers à Mitterand », in Pouvoirs, 36, 1986, pp. 50-51.

16 Mattéi Dogan, Idem.

17 Le parti de l’Istiqlal a quitté le gouvernement au début de janvier 1963.

18 Les « Indépendants » qui entendaient se démarquer des partis politiques traditionnels lors des élections de 1976-77 ont constitué à leur tour une formation partisane en octobre 1978 baptisée : Rassemblement National des Indépendants (R.N.I.).

19 Soit 11 R.N.I., 8 P.I., 4 M.P.

20 Cette scission a d’abord commencé en avril 1981 avec la création d’un groupe parlementaire de 57 membres, puis elle a évolué jusqu’à la constitution d’un nouveau parti (le Parti National Démocrate) en octobre 1981.

21 A la suite d’un différend sur la prorogation de la législature de 1977 (elle devait normalement prendre fin en octobre 1981 mais le mandat de la législature avait été porté de quatre à six ans à la suite du référendum constitutionnel du 30 mai 1980), le groupe U.S.F.P. avait décidé de se retirer du Parlement. D’où la décision royale d’assigner au R.N.I. une fonction d’opposition au sein de la Chambre des représentants et le départ qui s’ensuivit des ministres de cette formation de la coalition gouvernementale.

22 A l’instar des autres formations politiques, le parti de l’istiqlal s’est fait représenter de novembre 1983 à septembre 1984 par son secrétaire général Me. M’Hamed Boucetta au sein du gouvernement avec le titre de ministre d’Etat. Cette formule avait été mise sur pied, à l’initiative du Roi, pour préparer les élections législatives et le référendum au Sahara, alors prévu pour la fin de 1983.

23 Mattéi Dogan, art. cit., p. 55 et s.

24 Idem, p. 55.

25 Idem, p. 56.

26 Il s’agit de Mr. Tayeb Bencheikh, membre du Comité exécutif du R.N.I. et qui se fit mettre en « congé » de parti pour revenir au gouvernement.

27 Mr. Azzedine Guessous était en effet l’un des directeur de l’Office Chérifien des Phosphates, dirigé par Mr. Mohamed-Karim Lamrani, avant d’être nommé au Gouvernement en 1979.

28 Sehimi (M.). – « Pleins feux sur les ministres de Hassan II » – Arables(15) mars 1988 : 26-33.

Notes de fin

* Professeur de Droit et de Sciences Politiques à la Faculté de Rabat.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Répartition par dates de naissance
Légende — Abscice les dates de naissance par tranche d'âge.— Ordonnée : l'effectif correspondant à chaque tranche d'âge.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau II. – Origine géographique des ministres
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Tableau – Importance des villes marocaines comme lieu d’origine des ministres
Légende (1) Pourcentage de la population de chaque ville par rapport à la population urbaine totale(2) Pourcentage des ministres originaires de chaque ville par rapport à l’ensemble des membres du gouvernement de 1985(2/1) « Poids politique » de la ville.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2427/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Tableau III. – Répartition des ministres d’après leur origine sociale
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2427/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau IV. – Capital politique et accès au gouvernement
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2427/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Tableau V. – Filières scolaires des ministres
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2427/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Tableau VI. – Catégorie socioprofessionnelle
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2427/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 383k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable