Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc actuel

 | 
Jean-Claude Santucci

II - État et dynamique sociale

La variable démographique dans la politique économique marocaine

M. Lahlou

Texte intégral

  • * Professeur à l’I.N.S.E.A. Rabat.

1Note portant sur l’auteur*

INTRODUCTION

2L’amplitude d’évolution de la variable démographique représente à l’heure actuelle un des indicateurs majeurs du niveau de développement d’une économie donnée, comme elle peut en constituer une des causes principales, grossissante de toutes les autres.

3Au Maroc, la population, après n’avoir été considérée par le premier plan quinquennal (1960-1964) que comme un facteur de blocage du progrès économique et social en raison de la faiblesse de son pouvoir d’achat et de son insuffisante formation, est devenue à partir du milieu des années 60, responsable, par son taux de croissance, de la persistance de la stagnation de l’économie nationale.

4Dans ce sens, toutes les solutions pour sortir du sous-développement devaient nécessairement passer par la réduction de la progression démographique.

5Cependant, la limitation des naissances, inscrite à partir de 1968 dans la planification marocaine comme moyen essentiel pour mettre fin au déséquilibre croissant entre l’évolution des grandeurs économiques du pays et la progression du nombre de ses habitants, semble avoir formellement disparu depuis le début des années 80 en tant qu’objectif impérieux des programmes gouvernementaux ; tout au moins à travers l’absence d’un calendrier de résultats à atteindre, comme c’était le cas durant les deux plans quinquennaux 1968-1972 et 1973-1977.

6Justifiant cet abandon, le plan triennal 78-80 avance que dans le domaine des ressources humaines de nombreux travaux ont été menés mais restent incomplets et insuffisamment cohérents et coordonnés et annonce qu’une étude globale et approfondie de ces ressources sera entreprise. Il établit, ainsi, un constat de carence de la connaissance démographique au Maroc, qui serait implicitement responsable de l’échec de la politique officielle de contrôle des naissances poursuivie jusque-là.

7En fait, cette politique, suggérée de l’extérieur à la suite d’une mission d’experts de la Banque Mondiale au Maroc au printemps 1964, intervenait dans le sillage du changement des options économiques et sociales fondamentales de l’Etat. Elle était basée dès son origine sur des données sommaires, malgré le recensement général de la population de 1960, insuffisantes pour permettre de connaître valablement les conditions d’évolution de la population marocaine et encore moins pour pouvoir les modifier de façon significative. Elle était également conçue dans l’ignorance des réactions profondes et des motivations de cette population. Elle était surtout précipitée, dans la mesure où l’évolution économique et sociale du pays, depuis notamment 1956, n’a pas permis d’assurer le minimum indispensable, économique et culturel, en deçà duquel une population est incapable de réagir positivement à une politique qui, pour réussir, ne peut se faire sans sa participation active.

8Avant de rappeler les conditions d’adoption de la politique de planification familiale et d’analyser les raisons de son échec, nous évoquerons successivement l’évolution historique et prospective de la population marocaine, ainsi que la prise en compte de la variable démographique par la planification nationale.

I – ÉVOLUTION HISTORIQUE ET PROJECTIONS D’ACCROISSEMENT DE LA POPULATION MAROCAINE.

9La connaissance de la population marocaine a longtemps souffert de l’insuffisance de données vérifiables et homogènes à l’échelle de l’ensemble du pays, ainsi que des conditions particulières de la colonisation que le Maroc a connue durant la première moitié du xxe siècle. Conditions marquées notamment par la partition du pays en plusieurs zones d’occupation militaire ou administrative.

10Cependant, depuis son indépendance politique survenue en 1956, trois recensements généraux de la population et de l’habitat ont eu lieu en 1960, 1971 et 1982, selon les mêmes normes générales et dans un cadre administratif unifié.

11Ceux-ci ont conduit, en relation avec la création et le perfectionnement de l’appareil statistique national, à une accumulation relativement importante d’informations socio-démographiques qui permettent avec les réserves liées à la collecte de données statistiques de tout ordre dans les pays-en-voie de développement de connaître les principaux traits de la population marocaine et d’en présenter des projections d’évolution, plus ou moins fiables d’évolution à moyen et long termes.

A – ÉVOLUTION HISTORIQUE ET PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES SOCIO-DÉMOGRAPHIQUES DE LA POPULATION MAROCAINE

12La population marocaine musulmane, qui représente actuellement plus de 99 % de la population totale, serait passée de 5,26 millions de personnes en 1920 à 8,6 millions en 1952.

13D’après les trois derniers recensements, elle est passée de 11,06 millions de personnes en 1960 à 15,23 millions en 1971 et s’élevait au 3 septembre 1982 à 20,35 millions d’habitants soit une progression de 2,95 % entre 1960 et 1971 et d’un peu plus de 3 % (3,05 %) entre 1971 et 1982.

14Selon les données du recensement de 1982, cette population disposait des principales caractéristiques socio-démographiques suivantes :

15Ainsi, elle était composée d’autant de femmes (49,9 %) que d’hommes (50,1 %) ; elle était à 57,3 % rurale, contre 65 % en 1971 et 71 % en 1960 ; elle était, par ailleurs, composée – dans le cadre de ménages groupant en moyenne 5,9 personnes – à 42 % de personnes âgées de moins de 15 ans et à 76 % de personnes âgées de moins de 35 ans.

16Concernant les niveaux d’analphabétisme et de chômage, le taux d’analphabétisme au sein de la population adulte –âgée de 10 ans et plus – était estimé à 65 % (soit 82 % en milieu rural et 44 % en milieu urbain) contre 75 % en 1971 et 87 % en 1960 ; quant au taux de chômage, il s’élevait à 10,7 % de la population active, calculé selon un taux d’activité de 29,6 % de la population totale – soit 47,9 % chez les hommes et 11,6 chez les femmes –, contre un taux d’activité de 26,2 en 1971 et un taux de chômage de 8,8 % à la même année.

Tableau. – Répartition de la population active par secteurs en 1971 et 1982.

Tableau. – Répartition de la population active par secteurs en 1971 et 1982.

Source : Recensement 1982 – Direction de la statistique – Rabat.

17S’agissant de la répartition de la population active selon les secteurs d’activité, on relève, comme l’indique le tableau ci-après, une chute importante du poids relatif du secteur primaire au profit, essentiellement, du secteur secondaire qui regroupe, désormais, près du quart de la population active contre moins de 15 % en 1971.

B – LES PROJECTIONS D’ACCROISSEMENT DE LA POPULATION MAROCAINE

18Les projections les plus récentes concernant l’évolution future de la population marocaine ont été diffusées au mois de mars 1985 par le Centre d’Etudes et de Recherches Démographiques (C.E.R.E.D.) dépendant de la Direction de la Statistique, en vue de la préparation du nouveau plan de développement économique et social. Celui-ci, adopté à la fin du mois de novembre 1987 et devant couvrir la période 1988-1992, n’a cependant repris, ce qui ne manque pas de surprendre, aucun chiffre touchant directement à la variable démographique, même s’il affirme dans son chapitre préliminaire que « sur le plan social, les besoins essentiels de la population qui ont connu une évolution rapide aux points de vue qualitatif et quantitatif, exerceront, sans nul doute, une pression importante sur les structures de la production et les infrastructures de base ».

19Les projections du C.E.R.E.D., élaborées pour la période 1982-2007, ont été faites selon trois variantes essentielles

  • Une variante haute, avec un taux brut de natalité (T.B.N.) en réduction très lente, passant de 39,9 ‰ en 1982-1987 à 31,7 ‰ en 2002-2007 ;
  • Une variante moyenne avec une baisse un peu plus accentuée du T.B.N., qui devrait atteindre 25,8 ‰ en 2002-2007. Cette variante étant considérée comme la plus plausible puisqu’elle correspond au maintien du rythme de développement socio-économique antérieur et de son influence observée par le passé sur la fécondité.
  • Une variante basse, avec une baisse de plus de 17 points de T.B.N. qui devrait passer de 37,8 ‰ en 1982-1987 à 20,3 ‰ en 2002-2007.

20Ces projections ont été élaborées, par ailleurs, selon l’hypothèse d’une augmentation continue de l’espérance de vie à la naissance qui devrait passer de 59,51 ans pour le sexe masculin et 61,88 ans pour le sexe féminin en 1982-1987 à 66,33 ans et 70,01 ans respectivement pour les deux sexes en 2002-2007.

Tableau. – Population totale du Maroc de 1982 à 2007 selon les trois variantes (en milliers).

Tableau. – Population totale du Maroc de 1982 à 2007 selon les trois variantes (en milliers).

Source : Analyse et tendance – C.E.R.E.D. – p. 186.

Graphique 1. – Les taux de natalité, de mortalité et d’accroissement naturel (‰).

21Elles ont également été faites en supposant, durant les 25 prochaines années, la neutralisation du flux migratoire vers l’extérieur du pays, par un mouvement de retour d’émigrés, notamment de France et des autres pays de la communauté Economique Européenne.

22Partant de ces projections, deux évolutions fondamentales sont à retenir au niveau de la structure par âge de la population et au niveau de son partage entre milieu urbain et milieu rural.

Graphique 2. – La population totale du Maroc de 1982 à 2007 selon les trois variantes : haute, moyenne et basse.

23Concernant la structure par âge de la population, et en reprenant la variante moyenne, la part des enfants âgés de moins de 15 ans passerait de 42 % de la population totale en 1982 à 33,6 % en 2007 ce qui implique, notamment, une baisse relative du poids des enfants scolarisables.

24Parallèlement, la population âgée de 15 à 64 ans passerait de 53,9 % de la population totale en 1982 à 61,8 % en 2007, ce qui entraîne une augmentation proportionnelle de la population en âge actif et corrélativement de la population active potentielle et une baisse de la population théoriquement à charge ; d’autant que la population âgée de plus de 65 ans n’aurait que légèrement augmenté en passant de 3,9 % de la population totale en 1982 à 4,6 % en 2007.

25Quant au partage population urbaine – population rurale, les projections du C.E.R.E.D, en retenant la seule variante moyenne, et en partant d’un nombre annuel moyen de migrants des centres ruraux vers les centres urbains estimé à 107 mille personnes entre 1971 et 1982, ont tablé sur le passage de ce chiffre à 130 mille personnes durant le quinquennat 1982-1987 et à 210 mille en 2002-2007.

Tableau – Effectifs annuels des migrants vers les centres urbains de 1982 à 2007. (en milliers).

Tableau – Effectifs annuels des migrants vers les centres urbains de 1982 à 2007. (en milliers).

Source : Analyse et tendance – p. 198.

26Compte tenu de cette migration rurale-urbaine et de l’accroissement naturel de la population en milieu urbain, la population urbaine deviendrait supérieure à la population rurale en 1998, et représenterait 54 % de la population totale du pays en 2007.

Tableau. – Population urbaine, rurale et totale pendant 1982-2007 (en milliers).

Tableau. – Population urbaine, rurale et totale pendant 1982-2007 (en milliers).

Source : Analyse et tendance – p. 199.

Graphique 3. – Evolution de la population urbaine et rurale de 1982 à 2007.

27Cette évolution, qui posera, et pose dès à présent, au Maroc des problèmes nouveaux et particulièrement aigus, notamment en ce qui concerne l’habitat et l’emploi urbains ainsi qu’en ce qui se rattache à l’approvisionnement des villes et centres assimilés en produits agricoles et en eau potable, se traduira, entre autres, par le passage du nombre de villes de plus de 100 mille habitants de 14 en 1982 à 25 en l’an 2000. Cinq villes – Casablanca, Rabat, Salé, Fès et Marrakech – comporteraient chacune plus de 500 mille habitants, contre seulement une seule, Casablanca, en 1960 et 1971. Celle-ci compterait 3,6 millions d’habitants à la fin du siècle.

II – LA PRISE EN COMPTE DE LA VARIABLE DÉMOGRAPHIQUE PAR LE PLANIFICATEUR MAROCAIN

28La croissance rapide de la population marocaine – supposée dès le milieu des années 60 et avérée après le recensement général de 1971 – a été considérée par le planificateur, particulièrement à partir du plan 1968-1972, comme le goulot d’étranglement essentiel qui entrave le processus de développement économique et social, et le principal responsable des problèmes posés à l’économie nationale et du décalage croissant entre besoins et création de ressources au sein de cette économie.

29Or, dans la phase actuelle-marquée par l’accentuation de ce décalage et par sa transposition en déséquilibres financiers et commerciaux intérieurs et extérieurs jamais connus antérieurement, – le dernier plan en date, élaboré après une rupture de deux ans, pour la période 1988-1992, ne procède à aucune projection des besoins en relation avec l’accroissement prévisionnel de la population. Les seules projections disponibles, dans ce cadre, demeurent celles du plan 1981-1985, faites à l’horizon de l’an 2000. (Celles-ci ont servi de base au document sur « la politique démographique du Maroc » présenté par la délégation marocaine au Congrès Mondial de la Population tenu à Mexico, au mois d’Août 1984).

A – PROJECTIONS D’ÉVOLUTION DES BESOINS ESSENTIELS DE LA POPULATION JUSQU’A L’AN 2000

30Elaborées sur la base d’une population de 36,96 millions d’habitants à la fin du siècle, ces projections concernent six domaines essentiels qui sont : l’emploi, l’éducation et la formation, la santé, l’habitat et l’eau potable et enfin les produits alimentaires de base.

1 – Le domaine de l’emploi

31La population d’âge actif devrait passer selon le texte du plan 81-85 de 10,527 millions de personnes en 1980 à 20,494 millions en 2000.

32Cependant, ce plan s’il avance le nombre de la population active en 1985 – 6,661 millions de personnes contre 5,666 en 1980 – n’en donne aucune estimation pour l’an 2000.

33Or, partant d’un taux d’activité de 33 % – soit une évolution analogue entre 1971 – 1982 et 1982-2000 –, la main-d’œuvre potentielle en l’an 2000 serait de près de 12,2 millions de personnes, ce qui équivaudrait à une augmentation annuelle moyenne entre 1985 et 2000 de plus de 370.000 personnes contre moins de 200.000 personnes entre 1980 et 1985 – le nombre des diplômés de l’enseignement supérieur formés au Maroc représenterait, dans cette population active, 60.000 personnes contre 7.600 en 1980.

34Cela conduit à la nécessité, ne serait – ce que pour maintenir le taux de chômage de 1982 (10,7 %), de créer près de 330.000 emplois annuellement de 1985 à l’an 200 contre des créations réelles inférieures à 100.000 emplois entre 1980 et 1985.

2 – Le domaine de l’éducation :

35Au niveau de l’enseignement primaire, en particulier, les enfants scolarisables de 7 à 14 ans passeraient de 4,46 millions en 1980 à 8,2 millions en l’an 2000.

36La généralisation de ce niveau d’enseignement – le taux de scolarisation actuel étant de près de 50 % – nécessiterait la formation de 8.000 instituteurs annuellement, contre 5000 actuellement, et la construction de 4.200 salles de classe par an, contre 2.000 salles durant les dernières années.

3 – Le domaine de la santé

37Les projections élaborées dans ce domaine indiquent qu’il faudra mettre en service d’ici à la fin du siècle, 4500 lits annuellement pour arriver à une capacité hospitalière globale de 123.000 lits, soit un lit pour 300 habitants, contre 32.000 lits, soit un lit pour près de 630 habitants en 1980.

4 – Les domaines de l’habitat et de l’eau potable :

38L’évaluation de l’incidence sur l’habitat du taux de croissance démographique en milieu urbain (soit 4,4 % annuellement) a permis d’estimer le total du déficit en logements au début du plan et des besoins nouveaux à 2 millions d’habitations en 1985 et à 4,8 millions en l’an 2000. Dans ce sens il faudrait construire annuellement plus de 200.000 logements nouveaux, contre une moyenne de près de 42.000 entre 1981 et 1985.

39Concernant l’eau potable, la dotation en eau potable par individu et par jour se situait en 1980 à 150 litres en milieu urbain et à 15 litres en milieu rural ; le maintien de cette dotation dans les villes et son augmentation en milieu rural pour atteindre 50 litres par jour en 2000, nécessiteraient, compte tenu également des besoins de l’industrie (plus 5 % par an), la mobilisation de 53 m3/s supplémentaires d’ici à la fin du siècle, soit un débit de 83 m3/s en 2000 contre 30,6 m3/s en 1980.

5 – Les produits alimentaires de base :

40Il s’agit des produits de consommation de base pour la population marocaine, c’est-à-dire les céréales, les huiles, les viandes, le sucre et les produits laitiers.

41Les projections d’accroissement des besoins dans ce sens ont été faites sur la base de la progression démographique et de l’évolution passée de la consommation moyenne par habitant.

42Cependant, si pour 1980 et 1985 des estimations de production ont été avancées, permettant de calculer le taux d’autosuffisance alimentaire ; pour l’année 2000, aucune estimation de production n’a été présentée, indiquant le peu de certitude du planificateur quant au volet de l’offre alimentaire.

Tableau – Évolution des besoins des principaux produits alimentaires entre 1980 et 2000.

Tableau – Évolution des besoins des principaux produits alimentaires entre 1980 et 2000.

Source : Plan 1981-1985 : Volume p. 110.

43En fait, la non-présentation des projections de l’offre, dans un domaine aussi important dans l’économie et la société marocaines, indique une démarche générale du planificateur depuis le milieu des années 60 qui consiste à ne considérer la population que sous l’angle de la consommation, tant individuelle que publique, la rendant de la sorte responsable de la stagnation actuelle et future de l’économie nationale.

B – POSITION GÉNÉRALE DU PLANIFICATEUR FACE À LA CROISSANCE DE LA POPULATION MAROCAINE

44Dès l’abandon du premier plan quinquennal 1960-1964, le planificateur marocain a considéré que toute action économique était vouée à l’échec dans la situation « d’explosion démographique » que connait le Maroc, situation dont la rupture préalable apparaissait dès lors comme la condition préliminaire pour amorcer le développement.

45Selon cette position, un taux de natalité élevé et l’accroissement de la population qui en résulte ont de graves conséquences sur l’évolution économique et sociale et ce à plusieurs niveaux, dont principalement :

46— Au niveau des ménages, l’accroissement du nombre des enfants par foyer entraîne la diminution de la part du revenu du chef de foyer réservée à chacun – diminution d’autant plus forte que ce revenu a peu de chance de croître. Cela, en plus d’éliminer toute possibilité d’épargne individuelle, conduit à une baisse du niveau de vie de l’ensemble de la famille, et donc de toute la société.

47Sur le plan global, une progression démographique rapide provoque l’augmentation de la part des inactifs dans le pays et donc la baisse de la production par habitant – dans une situation où la productivité ne varie que faiblement – comme conséquence du rétrécissement relatif de la population active, laquelle est obligée de couvrir les besoins d’une population à charge de plus en plus nombreuse.

48— Au niveau de la dépense nationale, une population plus nombreuse entraîne non seulement une diminution de la part du revenu individuel susceptible d’être épargnée, et donc, la réduction de la capacité d’accumulation globale au sein de la société, mais provoque l’augmentation des dépenses démographiques – logements, écoles, hôpitaux et autres équipements collectifs – considérés comme improductives, et, conséquemment l’abaissement de la proportion des ressources du pays orientées vers les secteurs de production.

49— Au niveau de l’évolution économique, la conjonction de ces éléments maintient la croissance globale de l’économie et la progression du revenu par habitant à des niveaux très bas, incompatibles avec l’augmentation de la consommation et du niveau de vie individuels et collectifs.

50— Au niveau des ressources agricoles, la croissance démographique excessive entraîne une pression de plus en plus forte sur la production, et particulièrement sur la production agricole qui n’est plus en mesure de satisfaire les besoins alimentaires de la population. Cela se traduit, entre autres, par le recours de plus en plus massif aux importations de produits de première nécessité, et donc par l’accentuation des déficits extérieurs du pays.

51— Au niveau de l’emploi, enfin, la croissance démographique rapide entraîne une offre excessive de main-d’œuvre, offre d’autant plus importante en milieu urbain, que la pression de la population sur les terres agricoles dans les campagnes provoque l’accentuation de l’exode rural.

52Face à des créations d’emplois réduites en raison de la faiblesse du revenu et de l’épargne individuels, le chômage devient de plus en plus important.

53Ainsi, on se retrouve en face de la théorie du « cercle vicieux de la pauvreté », comme moyen d’explication du sous-développement de l’économie marocaine.

  • 1 Cherkaoui (A.), ancien haut responsable de la planification marocaine, soutient dans un livre réce (...)

54Or, ce cercle vicieux ne peut être rompu, selon les responsables marocains optant pour la doctrine libérale et pour le changement des options économiques et sociales globales adoptées à la fin des années 50 et au début des années 60, que par l’arrêt de la croissance démographique1, c’est-à-dire, par la limitation préalable des naissances.

III – ADOPTION ET ÉCHEC DE LA POLITIQUE DE PLANIFICATION FAMILIALE.

55La Planification Familiale a été inscrite à partir de 1968 dans les plans de développement marocains comme une priorité majeure de l’action économique et sociale de l’Etat.

56Cependant, au fur et à mesure de son application, elle est apparue largement inopérante, non seulement en raison des oppositions qu’elles a rencontrées et de la limitation et l’inefficacité des moyens mis en œuvre par l’Administration, mais, surtout, à cause du maintien de la prééminence de structures sociales, institutionnelles, culturelles et économiques largement pro-natalistes et de l’absence chez la plus grande partie de la population –celle visée par l’action des autorités publiques – d’un niveau minimum d’éducation et de revenu qui aurait permis de l’accepter.

A – ADOPTION ET RETRAIT DU « PLANNING » FAMILIAL.

57Confronté dès 1963 à la première crise financière du pays, le gouvernement marocain s’est tourné vers la Banque Mondiale, laquelle, en lui accordant des prêts, allait également lui dicter sa ligne de conduite tant économique que sociale.

58Des experts de la B.I.R.D., appelés en mission d’études générales pour présenter des « recommandations objectives » au début du printemps 1964, préconisèrent deux mesures essentielles ; l’une budgétaire et l’autre, « plus vitale », démographique.

59— Au niveau budgétaire, il était conseillé une restructuration des engagements publics, visant particulièrement un abaissement des dépenses sociales, ce qui se traduit à l’heure actuelle par un équipement médical parmi les plus déficients des pays arabes et par un taux d’analphabétisme des plus élevés au monde.

60— Au niveau démographique, en partant de la considération que quelles que « soient les mesures, directes et indirectes, prises pour accroître la production nationale, cette dernière sera soumise à la demande toujours croissante d’une population en plein essor », la mission de la Banque Mondiale insistait sur la nécessité d’une campagne de limitation des naissances.

  • 2 En fait, comme nous l’avons vu à la page 175, ce taux n’a jamais été aussi élevé.
  • 3 Finances et développement – Revue de la Banque Mondiale et du F.M.I. – mars 1966.

61Elle soulignait que cette mesure, même si ses possibilités de réussite sont incertaines dans un pays comme le Maroc, est indispensable pour le seul maintien des niveaux de vie atteints par la POPULATION, en effet, « compte tenu de l’accroissement démographique prévu (3,2 % par an)2, il sera très difficile de maintenir les normes économiques actuelles, et, à plus forte raison, de réaliser la croissance nécessaire pour parvenir à l’indépendance économique. Le gouvernement et le peuple marocains doivent prendre conscience du coût que représente pour l’économie l’inaction en matière de limitation des naissances et faire leur choix en conséquence »3.

  • 4 Plan triennal 1965-1967 – p. 19.

62Les conseils de la Banque Mondiale furent rapidement mis en œuvre, notamment en ce qui concerne la réduction des dépenses publiques, par l’adoption du plan triennal 1965-1967 qui devait avoir comme « objectif majeur » le maintien très strict de l’équilibre économique et financier » du pays4.

63Quant à l’adhésion à une politique de limitation des naissances, quelques hésitations apparurent, dues à la nature du problème posé, à l’ignorance de la plupart de ses données fondamentales, à l’attitude de refus des principaux partis politiques d’opposition et aux contradictions qui n’allaient pas manquer d’apparaître entre une mesure considérée par la grande majorité des religieux comme anti-islamique alors que l’Islam est la religion d’Etat au Maroc.

  • 5 En 1966, le Maroc signe avec 11 autres pays la « Déclaration des Chefs d’Etat sur la population ». (...)

64Finalement, après quelques décisions partielles, la planification familiale est insérée officiellement dans les plans de développement à partir de 19685, comme un des fondements de l’action économique et sociale de l’Etat.

65Or, elle est basée, dès le départ, sur des données, historiques et actuelles, insuffisantes à une connaissance complète de la population marocaine tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif.

  • 6 « Dans les pays sous-développés, l’observation classique se heurte à de nombreuses dif-ficultés do (...)
  • 7 Les dahirs instituant l’état civil au Maroc (le 4 septembre 1915 et le 8 mars 1950 dans l’ex-zone (...)

66En effet, l’information démographique au Maroc, connaît, dans une large mesure, les mêmes limites et les mêmes insuffisances que dans les autres pays du tiers-monde6. Elle souffre, en particulier, de la faiblesse de l’organisation administrative dont l’une des conséquences est la non généralisation de l’état civil7 ; surtout, l’Administration est perçue par la majorité de la population, principalement en milieu rural, plutôt comme un appareil de contrôle et de sanction. Toute action qu’elle entreprend est suspecte à priori, et à plus forte raison lorsqu’elle prétend instaurer des comportements nouveaux à l’intérieur même des foyers. Un autre élément limitatif réside dans la survivance de comportements et d’habitudes rebelles à toute recherche touchant l’intimité familiale, et ces comportements sont d’autant plus forts que le niveau d’instruction est bas.

  • 8 A. Sauvy – Croissance Zéro – Calmann-Lévy – 1975 – p. 186.
  • 9 Le taux de natalité qui était de 50 ‰ en 1968 devait être ramené à 45 ‰ en 1972, or, il était enco (...)

67La politique familiale au Maroc est également basée sur certaines statistiques étrangères qui « frisent la déraison » tant leur effet d’extravagance et de saisissement est manifeste »8, mais qui n’en ont pas moins convaincu les responsables marocains9.

68Ainsi, les neufs pays, signalés au tableau ci-après, regrouperaient en l’an 2070 plus de 66 milliards d’habitants.

69Le Maroc, à lui seul, compterait plus de 1 milliard et 500 millions de personnes dans huit décennies soit le double de la population chinoise en 1970. En un siècle, les Marocains verraient leur nombre multiplié par 94 fois... ce qui est propre à installer un climat de frayeur dans les esprits.

70De tels chiffres, dont l’énormité devait valablement pousser les responsables marocains à douter de leur validité et à se poser des questions sur leurs objectifs, ont servi en fait à argumenter la politique officielle.

Tableau – Évolution de la population de quelques pays, dont le Maroc, entre 1970 et 2070 – (chiffres en millions)

Tableau – Évolution de la population de quelques pays, dont le Maroc, entre 1970 et 2070 – (chiffres en millions)

Source : Service de recensement des Etats-Unis, repris par A. Sauvy dans « Croissance Zéro » – p. 126. 1973.

71Dans ces conditions, les résultats ne pouvaient surprendre ; le plan quinquennal 1968-1972 a connu un taux de réalisation insignifiant, qui, normalement aurait dû conduire à une révision de politique.

  • 10 Plan de développement économique et social 1973-1977, volume II, p. 855.

72Mais tel n’a pas été le cas pour le plan suivant 1973-1977, en effet, celui-ci, tout en enregistrant l’échec du premier programme de planification familiale, confirmait le caractère impératif et urgent de la mise en œuvre d’une politique de limitation des naissances et se donnait comme objectif de réduire le taux brut de natalité à 43 % en 197710.

73C’est le plan triennal 1978-1980 qui va marquer un tournant par rapport à tout ce qui a été écrit et programmé au sujet de la planification familiale depuis 1968.

74Si les résultats des deux plans quinquennaux précédents sont repris, aucun objectif chiffré n’est avancé.

75Le planificateur a semblé vouloir observer une pause pour, en principe, analyser une politique trop hâtivement décidée et menée et dont l’absence de réussite est apparue trop flagrante pour devoir continuer à être exécutée dans le même esprit et selon les mêmes techniques que durant les années antérieures.

  • 11 Plan triennal 78-80, volume I, p. 142.

76Tout en signalant dans un paragraphe consacré aux « produits agricoles de première nécessité »11 que l’autosatisfaction en produits céréaliers demande une diminution du taux de croissance démographique, il insiste sur la préparation psychologique de la population pour accepter le planning familial.

  • 12 Plan triennal 78-80, volume II, pp. 327-328.

77Pour ce plan, en effet, « certes, la meilleure voie pour réussir à long terme dans la" politique d’organisation de la famille consiste à assurer l’éducation des générations montantes et plus particulièrement des jeunes filles, par ailleurs on sait pertinemment que l’effet sur le nombre d’habitants d’une politique de planning familial ne se fera sentir qu’à long terme et en tout état de cause, ne réduit en rien les problèmes qu’il faudra affronter en matière d’enseignement, de santé, de logement, d’alimentation au cours du plan triennal 78-80. Mais, bien que la portée de la politique de planification familiale soit à long terme, il faudra maintenir nos objectifs dans ce domaine ; il faudra surtout lancer un vaste programme d’éducation, d’information et de motivation de la population, pour la préparer psychologiquement à pratiquer la planification familiale... La commission supérieure de la population et les commissions provinciales devront se réunir régulièrement et faire en sorte que la politique de planification familiale soit de mieux en mieux définie et expliquée à la nation »12.

  • 13 Etant donné la proportion relativement élevée d’enfants et de jeunes que comporte la population de (...)

78En constatant qu’à court terme – et ce conformément aux recommandations du plan d’action mondial sur la population adopté à Bucarest en 197413 – la limitation des naissances n’intervient pas pour résoudre les problèmes d’emploi, d’enseignement, d’alimentation... Le plan 78-80 fait perdre à l’impératif de planification familiale son urgence.

79L’accent est mis d’abord sur l’amélioration des connaissances et la recherche de données, dont continuent de souffrir les programmes démographiques.

80Le plan insiste également sur une meilleure préparation de la participation de la population à ces programmes à travers, notamment, « un vaste programme d’éducation, d’information... ». Cependant, rien n’est prévu dans ce sens, comme ce fut le cas pour le plan 68-72.

  • 14 Plan d’orientation pour le développement économique et social – 1988-1992 – p. 154.

81En fait, en se limitant à une répétition de vœux, le plan triennal 78-80 est apparu comme une déclaration d’intention marquant les limites de l’action démographique des gouvernants. Ceux-ci paraissent incapables tout à la fois de la faire réussir ou de ne plus y avoir recours, au risque de se priver de l’argument démographique pour expliquer la situation économique et sociale du Maroc. Il sera suivi dans le même sens par le plan quinquennal 1981-1985, ainsi que par le plan 1988-1992 qui ne signale plus la planification familiale que par l’idée « d’espacement des naissances » attachée aux objectifs du ministère de la Santé Publique14.

B – LES RAISONS DE L’ÉCHEC.

  • 15 Le Monde du 3 avril 1965 – cité par l’Annuaire de l’Afrique du Nord – (A.A.N.) Ed. du C.N.R.S. – 1 (...)

82Dès avril 1965 le Ministre de l’économie nationale déclarait à la Chambre des représentants, avant le vote du plan triennal 65-67 : « Nous n’avons pas eu le courage de proposer dans le plan triennal de remédier à la croissance démographique, parce que les oulémas s’y sont opposés – il faudra cependant que nous réfléchissions à ce problème pour le résoudre. Des pays musulmans comme la République Arabe Unie, la Tunisie ou le Pakistan n’ont pas hésité à y apporter une solution »15.

  • 16 En 1966, l’administration autorisait l’importation de certains produits anti-conceptionnels avec l (...)

83Mais, sept mois plus tard, en novembre 1965, le Ministre de l’agriculture annonçait devant la conférence plénière de la F.A.O. que le Maroc allait procéder à une « expérience » de limitation des naissances, dont la décision était prise en Conseil des Ministres16.

84L’hésitation indiquait dès le départ que le gouvernement avait conscience des oppositions de toute nature qui allaient faire face à son entreprise.

  • 17 Cité par Bouchra Boulouïz dans un Mémoire de D.E.A. sur « La dimension idéologique dans la conditi (...)

85Il avait surtout peur d’en affronter une, l’opposition religieuse relayée et renforcée par le Parti de l’Istiqlal, pour qui : « la contraception est contraire à la religion. Elle n’est ni efficace sur le plan social et est dangereuse pour la santé de la femme. Elle passe à côté du véritable problème qui est de réaliser le développement pour assurer du travail à tous les citoyens »17.

86Ce dernier élément rejoint l’argumentation de l’opposition de gauche qui met l’accent sur la défaillance structurelle de l’appareil socio-économique et sociopolitique considéré comme le facteur essentiel de blocage de la société et de l’économie marocaines.

  • 18 Rapport de la commission santé, nutrition et planification familiale pour la préparation du plan 8 (...)

87Ainsi, face à un refus quasi-unanime du planning familial présenté comme un remède miracle aux problèmes du sous-développement, face à l’absence d’une vision précise de la situation de la part des responsables, à leur indécision et à leur frayeur à heurter de front une opinion publique indisposée à appliquer une action dont elle ne percerait ni les buts, ni les motivations ; le programme de limitation des naissances a été caractérisé depuis son adoption par une « absence de concertation et coordination intersectorielles »18 mais surtout par un ensemble d’incohérences des autorités publiques dont les principales résident dans la disproportion entre la priorité absolue reconnue à la politique de planification familiale et les moyens financiers et humains mis en œuvre pour la faire aboutir et dans le maintien d’un cadre juridique en inadéquation avec cette politique. Celle-ci a en outre, largement souffert des obstacles structurels d’ordre socio-culturel et socio-économique que l’action globale de l’Etat est encore loin de réduire.

1 – L’insuffisance des moyens financiers et humains mobilisés pour soutenir la limitation des naissances.

88La disproportion a été constamment flagrante entre les proclamations des autorités publiques en faveur de la nécessaire réduction des taux de croissance démographique de la population marocaine et les moyens mis en œuvre pour y parvenir avec les niveaux et la rapidité voulus.

89L’application de la politique de limitation des naissances a été dès le départ intégrée comme secteur d’action du Ministère de la Santé Publique ; or, ce ministère fait partie des départements les plus « pauvres » en termes absolu et relatif et les moins dotés en ressources financières par l’Etat. Celles-ci ne lui permettant même pas de mener à bien la mission de soins et de prévention des maladies qui constitue sa raison d’être.

90Ainsi, on constate, en reprenant les sept premières années de la décennie 1980, que le total des dépenses de fonctionnement et d’investissement du Ministère de la Santé Publique (M.S.P.) ont rarement dépassé le taux de 1 % du P.I.B.

91En analysant le total des dépenses de santé publique par habitant, on constate que celles-ci ont baissé en Dirhams constants pour passer de 17,09 DH en 1980 à 16,16 DH en 1986 –En Dirhams courants, elles ont représenté 55,5 DH en 1986 soit moins de 7 dollars américains par habitant et par an – Or, avec un tel montant, qui représente l’ensemble des dépenses publiques de santé, il est impensable qu’une action du type de la planification familiale puisse réussir, même en étant subventionnée de l’extérieur.

Tableau – Dépenses de fonctionnement et d’investissement du M.S.P. par rapport au P.I.B. entre 1980 et 1986

Tableau – Dépenses de fonctionnement et d’investissement du M.S.P. par rapport au P.I.B. entre 1980 et 1986

Source : Annuaire statistique du Maroc – 1982-1987 [rapports calculés par nous].

Tableau – Dépenses globales (fonctionnement/investissement) de santé publique par habitant pour la période 1980-1986.

Tableau – Dépenses globales (fonctionnement/investissement) de santé publique par habitant pour la période 1980-1986.

Tableau fait par nous-même sur la base de données contenues dans l’annuaire statistique du Maroc 1982-1987.

  • 19 Plan 1988-1992 – pp. 326-360 – op. cit.

92Considérés dans le cadre du plan en cours d’exécution, les crédits budgétaires d’investissement accordés en faveur de la politique de Planification familiale devraient se situer à 2,49 millions de DHS de 1988 à 1992, soit 0,0016 % des crédits d’investissement programmés pour le Ministère de la Santé Publique et 0,033 ‰ (pour mille) des crédits d’investissement de l’ensemble des départements ministériels19.

93Quant aux ressources humaines dont dispose le Ministère de la Santé Publique, celles-ci demeurent extrêmement réduites par rapport aux besoins de santé de la population et donc, par induction, par rapport à l’objectif de limitation des naissances qui demande, notamment, un encadrement médical important.

94Le nombre de médecins par habitants au Maroc, considéré comme l’un des plus faibles au monde, et surtout son évolution, apparaissent comme une autre incohérence parmi celles qui ont entaché l’action de l’Etat en matière de population au Maroc.

Tableau – Nombre d’habitants par médecin au Maroc, en Algérie et en Tunisie de 1965 à 1981

Tableau – Nombre d’habitants par médecin au Maroc, en Algérie et en Tunisie de 1965 à 1981

Source : Rapport sur le développement dans le monde – Banque Mondiale – 1988.

2 – L’inadéquation du cadre juridique :

95Un certain nombre d’actes législatifs et administratifs ont été arrêtés pour atteindre indirectement la baisse de natalité recherchée.

  • 20 Plan quinquennal 68-72 – Volume II – p. 651.

96Ainsi ont été décidés le relèvement de l’âge légal du mariage qui passe à 18 ans pour la femme et à 21 ans pour l’homme20 et la limitation des allocations familiales au troisième enfant, alors qu’elles étaient versées jusqu’au sixième.

97Cependant, étant donné le taux très bas de ces allocations (54 DH par enfant en 1989, soit un peu plus que 30 F.F. par mois), leur réduction ne peut avoir aucun effet pratique notable.

98De même, la capacité dont disposent les parents d’augmenter fictivement l’âge de leurs filles ou garçons pour les marier, lorsqu’ils n’ont pas l’âge requis pour le mariage, tout en permettant de détourner la loi, montre que la famille (traditionnelle et surtout rurale) en tant qu’entité fonctionnelle, continue de se défendre contre tout ce qui est supposé mettre en cause ses fondements.

99Dans un cadre plus général, une réforme du code pénal et du code de statut personnel aurait permis une certaine libération de la femme vis-à-vis des structures sociales particulièrement contraignantes dont elle souffre.

100Il est ainsi tout à fait illusoire de vouloir donner à la femme la liberté de concevoir quand on sait le rôle qui lui est encore accordé au sein de la famille, quand on connaît le degré de soumission auquel elle reste vouée pour une large part de la société marocaine.

  • 21 Avec le concours de la fondation Ford, une enquête d’opinion sur le planning familial était menée (...)

101Ceci est encore plus vrai quand on a à l’esprit que la décision de procréer – lorsque celle-ci est consciemment prise – est rarement un sujet de discussion entre l’homme et la femme mais correspond à la volonté quasi-exclusive du mari. Celui-ci reste, en général, beaucoup moins favorable que sa conjointe à l’emploi de méthodes anti-conceptionnelles21.

102Egalement, il est tout aussi contradictoire de chercher cette liberté de concevoir de la femme, alors que celle-ci peut encore être, et à tout moment, répudiée par le seul bon-vouloir de son conjoint.

103Légalement, rien ne s’y oppose ; mais, socialement la situation paraît quelque peu différente ; ainsi pour Fatima Mernissi, sociologue marocaine, le mariage, tant qu’il se fait dans le respect des traditions sociales, impose un certain nombre de contraintes au mari qui ne peut plus recourir systématiquement au divorce ; en effet, « l’une des caractéristiques du mariage traditionnel est son caractère collectif. C’était un contrat social qui liait deux familles et non seulement deux individus. Le mari s’engageant par son mariage dans un réseau de relations internes qui le liaient aux membres de la famille de sa femme et vice-versa.

  • 22 Cité par Bouchra Boulouiz dans « la dimension idéologique dans la condition de la femme au Maroc » (...)

104Répudier une femme revenait à déranger le réseau d’engagements et d’alliances et mettait en branle toute une série de mécanismes qui faisaient pression sur le mari et l’amenaient à reconsidérer sa position ».22.

  • 23 En 1960, pour l’ensemble des villes du Maroc, le taux d’activité des femmes représentait l/5eme du (...)

105Toujours est-il que l’homme reste seul maître de la décision de divorcer ou de ne pas divorcer ; et, comme dans la majorité des cas la femme ne travaille pas23, que son mari couvre ses besoins financiers et que la femme divorcée est difficilement « réintégrable », elle a tendance à trouver dans une progéniture nombreuse le fondement même de sa sécurité matérielle, familiale et sociale.

3 – Les obstacles liés à l’organisation sociale marocaine ;

106De loin les plus importants, leur disparition est une condition préalable à toute action démographique, quelle que soit sa nature.

107Or, toute la politique économique et sociale suivie depuis 1960 n’a fait que les renforcer.

108En évitant la réforme agraire, en accentuant le caractère inégalitaire de la répartition des richesses nationales et en pratiquant un système d’enseignement qui maintient, encore en 1989, près de 50 % des jeunes marocains en âge de scolarisation à l’extérieur des écoles, elle n’a pas donné les moyens à la population pour participer aux grands choix économiques et sociaux du pays.

109Et la limitation des naissances est un de ces choix dont la réussite est inconcevable sans la participation effective et consciente des citoyens.

110Au-delà d’un certain nombre d’éléments communs, des différences existent entre milieu urbain et milieu rural face à la famille, aux enfants et donc, face à la planification familiale.

3.1 – Eléments communs à l’ensemble du Maroc.

111Le planning familial a été décidé et appliqué de manière artificielle, hors de la manifestation d’une quelconque volonté nationale ; c’est un corps étranger qu’on a cherché à insérer dans la société en faisant abstraction de sa réalité profonde, de ses mœurs, de ses habitudes.

112En tout, de son identité, sans avoir préparé le terrain à une solution présentée comme un but en elle même ; le rejet s’inscrivait donc dans le cheminement normal de l’opération.

113Le Maroc est une société qui demeure bloquée par un ensemble de contraintes politiques, religieuses, culturelles et économiques. C’est une société déséquilibrée à prédominance agraire. La colonisation a cherché à l’intégrer à un système qui lui était étranger, et y a réussi dans un certain nombre de secteurs, ce qui a entraîné sa désarticulation et la rupture de ses équilibres historiques.

114De grands bouleversements ont ainsi eu lieu et ont provoqué des modifications touchant l’ensemble des rouages et des institutions du pays.

115Le phénomène est particulièrement marqué en milieu urbain, le milieu rural, restant beaucoup moins accessible, maintient une certaine cohésion, tout au moins sociale.

116L’indépendance ne changera rien à cet état de fait ; bien au contraire, elle a accentué la tendance.

117Cependant, que ce soit en milieu urbain ou en milieu rural, certains éléments conservent encore la valeur qui était la leur à travers l’histoire ; en particulier, des notions comme le mariage, la famille, les enfants continuent à garder un caractère religieux, mythique, sacré.

118La défense de ces notions s’impose à tous à travers les textes religieux, les pratiques sociales, les lois et les règlements ; et si la société en tant qu’institution plus large, donc plus vague, a dû à travers quelques manifestations se disloquer sous le choc extérieur, la famille, réduite à une dimension plus restreinte, a pu maintenir une solidité relative.

119Ainsi, avoir des enfants est non seulement, pour un grand nombre de familles, un devoir religieux, mais également une obligation sociale, une manifestation d’honorabilité. C’est également une garantie pour l’avenir dans la mesure où ils constituent une sécurité sociale personnelle pour les parents.

120Nous avons vu qu’ils renforcent la position de la mère dans le ménage, ils sont en plus considérés par les parents comme le recours des vieux jours. En effet, rien n’est prévu pour eux une fois devenus improductifs.

121Toutefois, un enfant n’est pas reçu de la même manière dans un ménage aisé ou dans un ménage pauvre. Dans le premier cas, on ne vise nullement par sa venue un gain matériel immédiat. On ne le fera pas travailler dès qu’il en a la possibilité du moment où il est pris en charge – même lorsqu’il se marie – par ses parents ; toute la place est laissée au côté affectif et social, pour l’élargissement du cadre familial et pour la propagation et la pérénnité du nom.

122En milieu pauvre, par contre, l’enfant ne coûte pratiquement rien, mais on escompte de lui, dès son très jeune âge, sa participation à différents travaux.

123Que ce soit dans l’industrie, l’artisanat, le petit commerce, le travail des champs, la cueillette des olives, le gardiennage des animaux... l’enfant est mis à contribution, dans les conditions les plus critiquables, pour aider à subvenir aux besoins de sa famille.

124Et comme les sanctions aux violations du code du travail sont rarement effectives, et l’obligation de scolarisation à partir de sept ans n’est que formelle, rien ne vient empêcher les parents d’agir comme bon leur semble vis-à-vis de leurs descendants.

3.2 – En milieu rural.

125La famille est l’unité de base autour de laquelle s’articule l’ensemble de la vie de la tribu ou du village.

126C’est la source principale de revenu pour les paysans sans terre ; ceux-ci ont intérêt à avoir le plus d’enfants possibles pour augmenter leur capacité de travail et partant, pour assurer leur subsistance.

127En règle générale, plus une famille est nombreuse plus elle est respectée ; ici encore davantage qu’en ville, dans la mesure où l’agrandissement des cités accroît l’anonymat et rend le phénomène moins perceptible à une grande échelle.

128Pour certaines familles propriétaires terriennes, leur taille et le nombre de leurs enfants mâles conditionnent l’acquisition de nouvelles terres par différents systèmes de répartition.

129A la campagne, un enfant devient adulte au moment du mariage et est considéré comme homme responsable lorsqu’il procrée ; après quoi, son statut change. Il acquiert le pouvoir de s’approprier des terres, d’avoir sa part des récoltes distribuées.

130Egalement, dans certaines régions, les hommes mariés depuis plus de six mois peuvent obtenir une portion de la terre collective ou acquérir un droit d’eau sur une source.

131Pour ces raisons, les hommes sont mariés très jeunes ; il en va de même pour les filles qui le sont à un âge nettement inférieur à ce qui se passe en ville à cause, notamment, de la défense beaucoup plus acharnée de « l’honneur de la famille ».

  • 24 Noin (Daniel) – La population rurale du Maroc – volume II – Paris – P.U.F. 1971 : p. 32.

132Ainsi, selon Daniel Noin les jeunes filles étaient mariées à la fin des années 60 à partir de 12-13 ans – 50 % l’étaient à 15-16 ans et les 9/10 à 20/21 ans ; vers 25 ans, la proportion des femmes ayant un mari atteignait 94 %24.

133A un autre niveau, l’avortement, rendu légal à partir de 1967, lorsque la vie ou la santé de la mère sont en jeu, est inconnu à la campagne de même qu’est ignorée la planification familiale.

134Tout cela fait que entre 50 et 60 % de la population marocaine connaît un régime de croissance démographique que l’on pourrait qualifier de quasi-naturel.

3.3 – En milieu urbain :

135Les comportements en matière de fécondité sont différents selon les milieux sociaux ; ils varient avec le niveau de richesse, d’instruction et aussi avec la profession, de même qu’ils diffèrent selon les villes ; ainsi des cités comme Casablanca ou Rabat sont nettement plus accessibles à l’emploi de produits anti-conceptionnels que Tétouan ou Fès réputées comme bastions de l’Islam et du traditionnalisme.

136Nous avons procédé, pour montrer ces différences, à une stratification sociale que nous estimons faire apparaître des comportements homogènes face à la planification familiale et que nous présentons par ordre d’importance numérique croissante.

3.3.1. La haute bourgeoisie :

137Hétérogène en elle-même, en raison de ses origines historiques, de son assise sociale, de son poids financier et de ses aspirations. Elle comporte la bourgeoisie militaire et technocratique, indissociable de la création de l’Etat moderne et les bourgeoisies terrienne et commerçante plus anciennes mais qui n’en vivent pas moins sous la protection et grâce à la dépendance vis-à-vis de l’Etat.

138• La bourgeoisie récente, militaire et technocratique :

139Composée en majorité de hauts diplômés d’universités et de différentes grandes écoles très souvent étrangères ; elle a l’argent et l’instruction, et celle-ci la rapproche en tout du mode de vie occidental.

140• La bourgeoisie terrienne :

141En principe rattachée au monde rural, mais en principe seulement ; en réalité la plus grande partie de sa composante vit actuellement en ville pour se rapprocher du pouvoir politique et économique, tout en continuant à gérer ses possessions à la campagne.

142Elle a la richesse, la terre, et de plus en plus, l’instruction ; le nombre d’enfants ne paraît lui poser aucun problème, d’autant qu’elle reste attachée à la religion et aux traditions. Au contraire, il est perçu comme une possibilité supplémentaire d’enrichissement par une diversification d’activités et une orientation facile vers un haut niveau d’enseignement, permettant par la même d’élargir les assises sociales de la famille et sa capacité d’intervenir dans différents secteurs.

143• La bourgeoisie commerçante :

144Également très riche et très puissante ; après avoir monopolisé le commerce, elle s’occupe maintenant de l’industrie, des finances, du tourisme, des transports...

145La marocanisation a été pour elle un appoint de taille pour son renforcement matériel et numérique par l’arrivée de nouveaux prétendants aidés par l’Etat.

146Elle est ouverte au contrôle des naissances, mais dans une portion réduite à ceux de ses membres qui sont passés par différents stades d’enseignement.

147Mais, en général, là aussi le nombre n’est pas un facteur limitatif ; au contraire, il constitue une richesse potentielle puisque plus il y a de personnes dans la famille, plus il est possible de s’orienter vers d’autres affaires ou d’élargir celles qui existent déjà.

148Là dessus, il y a confusion de comportement et aussi d’intérêt – jusqu’à une certaine mesure – avec la bourgeoisie terrienne.

149Un élément important, et très vivace, vient soutenir cette attitude ; il réside dans la tendance aux mariages entre familles de même richesse et niveau social ce qui, tout en protégeant le groupe d’une dispersion éventuelle de sa fortune, perpétue ses mêmes habitudes et pratiques.

3.3.2. La classe moyenne fonctionnarisée

150Conséquence du développement du fonctionnariat dans l’administration publique et dans différentes activités privées.

151Elle aspire à atteindre un niveau de vie supérieur qui la rapprocherait de la haute bourgeoisie, mais ses contraintes, surtout financières, ne lui permettent pas la réalisation facile de ses aspirations.

152Elle est frappée de plein fouet par la hausse des prix ; ses moyens sont comptés et ses possibilités d’enrichissement et donc de promotion sont très rares. Surtout que ceux qui occupent des postes importants sont ceux qui ont remplacé le personnel français à la suite de son départ à partir de 1956, ou ceux qui ont bénéficié de la vague de créations d’institutions et organismes nationaux, sensés affirmer l’indépendance politique du pays, tant dans l’administration que dans les secteurs économiques.

153Ils sont donc encore, pour la grande majorité, loin de l’âge de la retraite.

154Pour cette frange de la population, chaque enfant nouveau constitue une charge difficile à supporter et qu’il ne s’agira en aucun cas de multiplier ; d’autant que la femme, pour aider à mieux subvenir aux besoins du ménage, ne refuse pas un emploi éventuel. Ce qui va davantage dans le sens d’une fécondité restreinte.

155C’est dans cette partie qu’on retrouve un niveau relativement élevé d’instruction correspondant aux classes supérieures de l’enseignement secondaire et de plus en plus souvent aux différents degrés de l’université – licence, maîtrise ou diplômes équivalents –.

156C’est généralement l’homme qui atteint ces niveaux, mais c’est aussi le cas de plus en plus fréquemment de la femme.

157L’ensemble faisant que cette partie de la population, en raison de son niveau de revenu et d’instruction plus élevé que la moyenne, de son aspiration à vivre dans un relatif bien-être et également en raison de son habitat la plupart du temps de type européen, constitue le milieu-type où la politique de limitation des naissances a le plus de chance de réussir. En effet, c’est là qu’on retrouve tout à la fois la volonté de réduire la natalité et la possibilité matérielle d’y parvenir en connaissance de cause.

3.3.3. La classe moyenne traditionnelle

158La classe moyenne traditionnelle est celle qui n’a pu répondre suffisamment à temps aux transformations de la structure économique, de plus en plus rapides dès la fin du protectorat, aux premières années de l’indépendance et à partir du milieu des années 70.

159Elle est restée attachée à un certain nombre d’activités et de secteurs, de même qu’elle s’est maintenue dans certaines villes (Fès, Meknès...) au détriment desquelles ces transformations se sont produites, ou qui ne leur ont pas été particulièrement propices.

160C’est généralement des propriétaires terriens moyens résidant en ville, ou des commerçants de moyenne ampleur dont le niveau d’instruction est peu élevé.

161Malgré ses handicaps, surtout financiers, son comportement social la rapproche de la grande bourgeoisie terrienne et commerçante qu’elle jalouse, mais dont elle est solidaire. Sa forte natalité est également renforcée par un très grand attachement à l’Islam et aux traditions, lié à un niveau d’instruction moins avancé.

3.3.4. La classe intermédiaire

162Entre la classe moyenne et la classe déshéritée, elle est constituée de petits commerçants, d’artisans et d’ouvriers, à emploi plus ou moins stable ; sa situation est rendue encore plus précaire par les hausses de prix, l’injustice du système fiscal, l’instabilité des revenus.

163Elle connaît un bas niveau d’instruction en même temps qu’un fort pourcentage d’analphabètes. Ses croyances religieuses sont très fortes ; l’ensemble faisant qu’elle ne peut être en rien accessible à la planification familiale.

3.3.5. La classe déshéritée
  • 25 « Libération » journal marocain – mars-avril 1980 – Rapport de la Banque Mondiale sur le Maroc.

164Numériquement la plus importante, c’est parmi elle et parmi la paysannerie démunie que la Banque Mondiale recensait dès la fin des années 70, 7 à 8 millions de pauvres absolus25.

165A l’analphabétisme des vieux comme des jeunes ou au niveau très bas de scolarisation, s’ajoute l’absence ou l’instabilité de l’emploi.

166Ses conditions de vie et d’habitat, généralement dans les bidonvilles et les médinas des vieilles villes, sont médiocres, ce qui maintient un niveau de mortalité élevé, surtout parmi les enfants, comme conséquence du manque d’hygiène, de soins médicaux et d’une alimentation satisfaisante.

167Ses moyens d’information sont réduits : peu de postes de radio et encore moins de postes de télévision, et également, en raison de l’absence d’alphabétisation, elle ne peut avoir accès aux moyens écrits. D’où, impossibilité pour une campagne de la nature de la planification familiale d’avoir un quelconque effet sur des hommes et des femmes pour qui une procréation maximum apparaît comme un comportement naturel conforme, de surcroît, au discours religieux auquel tout le monde est sensible dans les mosquées, nombreuses dans les quartiers pauvres.

168Au total, deux couches sociales, la bourgeoisie récente militaire et technocratique et la classe moyenne fonctionnarisée, représentant ensemble 5 à 10 % de la population marocaine, ont la volonté et les moyens à l’heure actuelle d’avoir des pratiques anti-conceptuelles.

169Dans ce sens, la correspondance est évidente, chez la plus grande partie de la population, que ce soit à la ville ou à la campagne, entre l’ignorance même de l’existence de la possibilité de limiter les naissances et le bas niveau d’instruction et la précarité des ressources.

CONCLUSION

170L’histoire récente de l’Europe et de l’ensemble des pays actuellement développés permet de constater que la transition démographique dans ces pays – amorcée avec la révolution agricole et industrielle – a suivi leur développement économique et social.

171Egalement, la situation actuelle des sociétés ayant atteint un niveau suffisamment élevé de revenu par habitant et un fort taux d’alphabétisation fait apparaître que cette transition commence à y parvenir à ses phases supérieures.

172Cela tend à montrer que, sans une base minimum d’expansion matérielle et de progrès éducationnel et culturel, il ne peut y avoir de limitation significative des naissances, et partant, de réduction de la croissance démographique ; puisque, autrement, rien ne vient modifier, valablement et durablement, le comportement des populations vis-à-vis des phénomènes démographiques, pour le rendre plus rationnel, répondant à une volonté consciemment exprimée.

173Nous pouvons ainsi avancer qu’une progression démographique élevée n’est pas une fatalité, liée à certains groupes humains, plutôt qu’à d’autres, et à laquelle il est possible de faire face grâce à de simples mesures administratives ou techniques ; mais que le taux d’accroissement du nombre d’habitants dans un pays est une variable intimement attachée à son évolution économique et sociale.

174Cependant, au Maroc, à l’instar de nombreux pays du Tiers-Monde, cette idée a été rejetée par le planificateur qui a opté, au milieu des années 60, pour une politique de limitation des naissances comme préalable au développement. Or, l’exécution de cette politique a rencontré un certain nombre d’obstacles relevant des structures économiques et sociales de la société marocaine ; obstacles que l’action de l’Etat n’a pas permis de réduire, et même, dans certains cas, a aggravés.

175En fait, alors que l’élévation du niveau culturel de la population et l’accroissement du revenu moyen par habitant constituent des éléments nécessaires à la réduction de la croissance démographique ; la politique économique et sociale suivie au Maroc, durant les deux dernières décennies, en aboutissant à une diminution en termes réels de ce revenu, notamment chez les plus pauvres, et en maintenant près de 75 % de la population adulte dans l’analphabétisme, a rendu cette réduction un peu plus difficile à atteindre à brève échéance. Et a, de la sorte, compliqué davantage les problèmes de développement que doit affronter l’économie marocaine dans les années à venir.

176Et pourtant, le Maroc dispose de potentialités humaines et naturelles susceptibles de constituer un fondement véritable à ce développement. Mais ces potentialités ont été, soit ignorées, soit orientées vers des objectifs et selon des motivations incompatibles avec les intérêts et les besoins de la plus grande partie de la population. Celle-ci se voyant, au contraire, à travers l’adoption du planning familial, imputer la responsabilité de la dégradation de la situation du pays aux niveaux tant économique que social et culturel, étant donné son taux de croissance jugé exubérant.

177Or, l’arrêt de cette dégradation et l’instauration des fondements du developpement exigent la mobilisation de l’ensemble des ressources du pays et, plus particulièrement, des capacités de travail, tant intellectuelles que physiques, de sa population ainsi que leur mise au service de cette même population.

178Pour parvenir à cet objectif, le Maroc doit réaliser deux exigences premières :

179— Une réforme agraire profonde, visant l’épanouissement de la paysannerie et la transformation de ses rapports avec la terre. Cette réforme est seule à même de permettre l’accroissement de la production agricole, et donc de réduire le recours à l’étranger pour l’approvisionnement en produits alimentaires ; et de relever le revenu par habitant en milieu rural, assurant de la sorte les bases d’une industrialisation qui sera d’autant plus forte qu’elle couvrira un marché dont les dimensions se seront élargies, grâce à l’intégration effective de la campagne au restant de l’économie. Cet élargissement qui doit être, en outre, soutenu par l’application de l’échelle mobile des salaires dans tous les secteurs, est de nature à accroître le taux d’utilisation des capacités industrielles déjà installées, à encourager de nouveaux investissements, et partant, à diminuer la pression du chômage.

180— L’élévation du niveau culturel de la population, toute la population, par la généralisation de l’enseignement, pour contribuer à son émancipation individuelle et collective, sans laquelle elle ne peut pas abandonner un certain nombre de croyances qui sont autant d’obstacles à son évolution, et en acquérir d’autres, plus conformes aux nécessités du monde contemporain ; et pour la rendre apte à participer pleinement à l’œuvre de construction nationale.

181Dans le cadre du processus enclenché progressivement, avec la réalisation de ces deux éléments, – et en tenant compte de l’inertie inhérente aux phénomènes commandant les variations d’une population donnée – la politique démographique prônée par l’Etat, basée sur une connaissance plus précise de la réalité et autrement présentée, sera mieux comprise. Elle pourra ainsi faciliter le passage, le plus rapide possible, et au niveau de l’ensemble de la société, à des comportements compatibles avec la réduction nécessaire du taux d’accroissement du nombre d’habitants.

Notes

1 Cherkaoui (A.), ancien haut responsable de la planification marocaine, soutient dans un livre récent que si l’accroissement de la population reste ce qu’il est, pour maintenir le même niveau de vie des années 80, il faut passer par deux stades successifs « tout d’abord freiner le taux d’accroissement de la population, stabiliser pendant une période de provisoire cette population à une croissance zéro, puis se lancer dans les innovations technologiques pour augmenter la productivité et élever le niveau de vie de la majorité ». Futur sans fatalité – Maroc 2006 -Planification renouvelée et projet de société Robert, Ed. Edino – 1986 – p. 185- ; Préfacé par Michel Jobert.

2 En fait, comme nous l’avons vu à la page 175, ce taux n’a jamais été aussi élevé.

3 Finances et développement – Revue de la Banque Mondiale et du F.M.I. – mars 1966.

4 Plan triennal 1965-1967 – p. 19.

5 En 1966, le Maroc signe avec 11 autres pays la « Déclaration des Chefs d’Etat sur la population ». Cette déclaration stipule entre autres qu’une paix durable et significative ne peut être instaurée sans faire face au problème de l’explosion démographique » – cité dans A.M. DourlenRollier. Le planning familial dans le monde. Paris, Petite bibliothèque Payot. 1969.

6 « Dans les pays sous-développés, l’observation classique se heurte à de nombreuses dif-ficultés dont l’importance, sans doute variable, reste en règle générale très grande et empêche le plus souvent l’obtention de données satisfaisantes pour une analyse démographique même assez élémentaire » – H. Gerard et G. Wunsh – p. 22 – Edition Marabout-Université. 1973.

7 Les dahirs instituant l’état civil au Maroc (le 4 septembre 1915 et le 8 mars 1950 dans l’ex-zone espagnole) ne faisaient pas obligation à la population pour l’enregistrement des différents actes d’état civil. En 1971, 1.380.000 chefs de ménages étaient en possession de l’état civil, soit 42 % du total ; cependant, de grandes différences apparaissent entre les milieux, ainsi les ménages urbains disposaient de l’état civil dans 63 % des cas alors qu’en milieu rural ce taux n’était que de 28 %. Recensement Général de la Population et de l’Habitat pour l’année 1971.

8 A. Sauvy – Croissance Zéro – Calmann-Lévy – 1975 – p. 186.

9 Le taux de natalité qui était de 50 ‰ en 1968 devait être ramené à 45 ‰ en 1972, or, il était encore de 49 ‰ enfin de période ; par ailleurs, alors que le plan prévoyait 500.000 insertions de dispositifs intra-intérim, seulement 68.000 ont été réalisées, soit 14 % des prévisions.

10 Plan de développement économique et social 1973-1977, volume II, p. 855.

11 Plan triennal 78-80, volume I, p. 142.

12 Plan triennal 78-80, volume II, pp. 327-328.

13 Etant donné la proportion relativement élevée d’enfants et de jeunes que comporte la population des pays peu développés, le fléchissement de la mortalité dans ces pays ne se traduira par un fléchissement correspondant des taux d’accroissement démographique qu’au bout de quelques décennies – ce phénomène d’inertie démontre que qu’elles que soient les politiques démographiques, il faudra accélérer le développement socio-économique afin d’assurer une amélioration sensible des niveaux de vie » – Rapport de la conférence mondiale des Nations Unies sur la Population – Bucarest 1974 – p. 13.

14 Plan d’orientation pour le développement économique et social – 1988-1992 – p. 154.

15 Le Monde du 3 avril 1965 – cité par l’Annuaire de l’Afrique du Nord – (A.A.N.) Ed. du C.N.R.S. – 1965.

16 En 1966, l’administration autorisait l’importation de certains produits anti-conceptionnels avec le concours financier de la fondation Ford et de l’Institut Rockefeller – A.A.N.1966. Une nouvelle étape était franchie en mars 1967 avec la signature d’un accord entre l’Etat marocain et la Fondation Ford ; celle-ci, grâce à une assistance technique et un don de 382.000 dollars, devait permettre de financer une action éducative de masse et de fournir l’équipement et les contraceptifs nécessaires. A.A.N. 1967.

17 Cité par Bouchra Boulouïz dans un Mémoire de D.E.A. sur « La dimension idéologique dans la condition de la, femme au Maroc ». Nanterre – 1980.

18 Rapport de la commission santé, nutrition et planification familiale pour la préparation du plan 88-92 ; volume 2. p. 41.

19 Plan 1988-1992 – pp. 326-360 – op. cit.

20 Plan quinquennal 68-72 – Volume II – p. 651.

21 Avec le concours de la fondation Ford, une enquête d’opinion sur le planning familial était menée dans le courant de l’année 1966, en milieu urbain et rural. D’après cette enquête, il apparaissait que 60 % des femmes interrogées (femmes mariées en âge d’avoir des enfants) sont favorables à la pratique de méthodes contraceptives, 32 % défavorables et 7 % hésitantes. Le pourcentage des oui est encore plus élevé chez les femmes ayant 5 enfants et plus : 69 % ; mais il y a de grandes différences entre les villes : à Casablanca, Rabat et Salé, 2/3 à 3/4 des femmes sont favorables, alors qu’à Tétouan 22 % seulement le sont. Les maris des femmes interrogés sont en général moins favorables : 37 % seulement approuvent la planification – Annuaire de l’Afrique du nord – 1967.

22 Cité par Bouchra Boulouiz dans « la dimension idéologique dans la condition de la femme au Maroc » — op. cit.

23 En 1960, pour l’ensemble des villes du Maroc, le taux d’activité des femmes représentait l/5eme du taux masculin. En milieu rural, le taux était également très faible, mais la participation des femmes à l’activité agricole est souvent confondue avec les travaux de ménage. Recensement général de la population – 1960 – volume II. En 1971, la population active était dominée à 85 % par les hommes et 2,8 millions de femmes au foyer était considérées inactives – Recensement de la population – 1971 – résultat du sondage au 1/10eme.

24 Noin (Daniel) – La population rurale du Maroc – volume II – Paris – P.U.F. 1971 : p. 32.

25 « Libération » journal marocain – mars-avril 1980 – Rapport de la Banque Mondiale sur le Maroc.

Notes de fin

* Professeur à l’I.N.S.E.A. Rabat.

Table des illustrations

Titre Tableau. – Répartition de la population active par secteurs en 1971 et 1982.
Légende Source : Recensement 1982 – Direction de la statistique – Rabat.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Tableau. – Population totale du Maroc de 1982 à 2007 selon les trois variantes (en milliers).
Légende Source : Analyse et tendance – C.E.R.E.D. – p. 186.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Graphique 1. – Les taux de natalité, de mortalité et d’accroissement naturel (‰).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2420/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Graphique 2. – La population totale du Maroc de 1982 à 2007 selon les trois variantes : haute, moyenne et basse.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2420/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau – Effectifs annuels des migrants vers les centres urbains de 1982 à 2007. (en milliers).
Légende Source : Analyse et tendance – p. 198.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2420/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Tableau. – Population urbaine, rurale et totale pendant 1982-2007 (en milliers).
Légende Source : Analyse et tendance – p. 199.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2420/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Graphique 3. – Evolution de la population urbaine et rurale de 1982 à 2007.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2420/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau – Évolution des besoins des principaux produits alimentaires entre 1980 et 2000.
Légende Source : Plan 1981-1985 : Volume p. 110.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2420/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Tableau – Évolution de la population de quelques pays, dont le Maroc, entre 1970 et 2070 – (chiffres en millions)
Légende Source : Service de recensement des Etats-Unis, repris par A. Sauvy dans « Croissance Zéro » – p. 126. 1973.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2420/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau – Dépenses de fonctionnement et d’investissement du M.S.P. par rapport au P.I.B. entre 1980 et 1986
Légende Source : Annuaire statistique du Maroc – 1982-1987 [rapports calculés par nous].
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2420/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Tableau – Dépenses globales (fonctionnement/investissement) de santé publique par habitant pour la période 1980-1986.
Légende Tableau fait par nous-même sur la base de données contenues dans l’annuaire statistique du Maroc 1982-1987.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2420/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tableau – Nombre d’habitants par médecin au Maroc, en Algérie et en Tunisie de 1965 à 1981
Légende Source : Rapport sur le développement dans le monde – Banque Mondiale – 1988.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2420/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable