Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc actuel

 | 
Jean-Claude Santucci

I - Regard sur l'histoire du Maroc

“Protections” et subversion au Maroc (1856-1912)

Mohammed Kenbib

Texte intégral

  • * Profeseur d’Histoire à la Faculté de Lettres de Rabat.

1Note portant sur l’auteur*

2Les "protections" octroyées par les puissances européennes et les États-Unis d’Amérique à des sujets marocains, musulmans et israélites, en leur qua-lité, réelle ou fictive, de "drogmans" (interprètes auprès des légations et des consulats), "censaux" (courtiers de négociants étrangers établis sur place, de firmes commerciales, de compagnies de navigation, de banques…), ou "mokhalets" (associés agricoles liés théoriquement à des partenaires européens par des contrats de culture ou d’élevage…), ont été pendant longtemps considérées comme une simple excroissance des privilèges capitulaires n’ayant aucun effet notable sur l’État et la société d’accueil.

3Les indications fournies par des fonds d’archives devenus accessibles à la recherche depuis quelques années et des investigations plus poussées sur l’étendue des bouleversements subis par le Maroc entre 1830 et 1912 ainsi que sur les causes réelles et les modalités de propagation de l’"Anarchie marocaine" – substrat autour duquel se sont agglutinées toutes les distorsions ayant servi à l’élaboration de la "Vulgate marocaine" – , montrent cependant que les immunités juridiques et fiscales inhérentes aux "protections" et "associations agricoles" ont constitué en fait un puissant facteur de mutation socio-économique, voire "culturelle", et de subversion politique.

4Considérées comme le moyen "pacifique" par excellence d’instauration et de consolidation de relations "organiques" en quelque sorte entre l’Europe et le Maroc, les "protections" ont, en effet, activement contribué, à des degrés divers, à une plus large insertion du pays dans le marché mondial et à la désarticulation de ses structures économiques et sociales traditionnelles. Le contexte général étant marqué par l’essor des échanges maritimes, l’étiolement du commerce caravanier, le dynamisme des ports tels qu’Essaouira ou Casablanca, l’anémie de "foires" situées sur les itinéraires transsahariens, la régression de l’artisanat au profit des produits manufacturés d’importation, l’amorce d’un processus de désagrégation des anciennes structures agraires confrontées à l’apparition d’un important secteur spéculatif – notamment dans les plaines atlantiques moyennes – tourné vers l’exportation, ainsi qu’une distanciation et une stratification sociales plus poussées, dans les villes plus particulièrement.

5Ces changements étaient souvent appréhendés par les chroniqueurs de l’époque en termes de montée d’un "individualisme" forcené, de relâchement des liens communautaires et d’opacification de la solidarité religieuse. Et ce, aussi bien en milieu musulman qu’en milieu israélite. Les rapports entre celui-ci et celui-là pâtissaient d’ailleurs durement de la "rigueur des temps" (effets des pressions étrangères, remous internes, succession d’années catastrophiques de sécheresse et d’épidémies…) et, de manière plus spécifique, des tentatives de manipulation et de clientélisation de l’élément minoritaire par les puissances européennes.

6La légation d’Italie faisait montre d’un zèle particulier dans ce domaine : "Le commodore Scovazzo [élevé au rang de ministre-résident en 1879]… a une seule préoccupation : créer des intérêts italiens… pour cela il accorde sa protection à une foule de juifs marocains plus ou moins dignes de cette faveur par leur caractère et leur honnêteté commerciale" (rapport mensuel du chef de la mission militaire française, en date du 3 avril 1882). Le type d’enseignement dispensé à la jeunesse juive dans les écoles de l’Anglo-Jewish Association et, surtout, de l’Alliance israélite Universelle (implantée dans le pays dès 1862) accentuait les effets de cette stratégie de la fragmentation, facteur décisif de détérioration du climat inter-communautaire.

7Etroitement liés aux revers subis sur le "front" proprement militaire, notamment en 1844 à Isly (la France ayant exploité sa victoire pour imposer une "délimitation" de la frontière algéro-marocaine la mettant à même d’entamer le grignotage de territoires marocains dans les régions de Figuig et du Touat) et en 1859-1860 à Tétouan (face à une Espagne, considérée jusqu’alors avec hauteur par l’écrasante majorité des Marocains) de tels bouleversements précipitaient le rythme de mise en dépendance du pays. Un contemporain, Ahmed Naciri (d. 1897) notait ainsi dans le paragraphe de sa chronique consacrée à la "guerre de Tétouan" – la "Guerra de Africa" dans la terminologie des Espagnols soucieux de donner à leurs entreprises dans le nord marocain une dimension "continentale" conforme au vœu des "Rois Catholiques" – et à son impact sur le cours ultérieur des événements :

8"Cette affaire de Tétouan a déterminé la chute du prestige [du Maroc] et l’invasion du pays par les Chrétiens. Jamais pareil désastre ne s’était abattu sur les Musulmans ; les protections ont augmenté et il en est résulté un mal considérable".

9Appréciation confirmée par des étrangers eux-mêmes : "Le Maroc tend à devenir une contrée habitée par des ressortissants de toutes nationalités hormis les Marocains ! " affirmait un diplomate français ; l’un de ses collègues espagnols pronostiquait pour sa part : "au train où semblent aller les choses, Sa Majesté Chérifienne risque de se réveiller un de ces jours sans plus un seul sujet ! "

10De tels propos témoignent de la "perversion" de simples faveurs, naguère souverainement octroyées par le Sultan aux seuls ressortissants étrangers pour des considérations d’ordre politico-religieux (impossibilité de leur appliquer le Chraâ tel quel ou de les traiter comme des "dhimmis" – "Gens du Livre" relevant de la juridiction musulmane), commercial (maintien ou impulsion des échanges maritimes), et douanier (diversification des revenus du Trésor et recherche de rentrées plus régulières que celles qu’assuraient au "Bit el mal" la "zakat" et les "achar"), mais progressivement transformées en instrument de pénétration et de conquête.

11La conférence internationale de Madrid (1880) réunie en principe pour exa-miner les problèmes posés par l’extension anarchique des "protections" – et les risques d’une remise en cause prématurée de l’équilibre des forces en Méditerranée occidentale – représenta une étape décisive sur la voie précisément de l’instauration d’un "protectorat international" de facto sur le Maroc, prélude au "régime" institué par l’Acte d’Algésiras (1906) et au protectorat proprement dit (1912).

12Loin de répondre aux sollicitations de Moulay Hassan (1873-1894) qui réclamait des mesures restrictives en matière de distribution des patentes de "protection" et des certificats de "naturalisation", les délégués des treize puissances réunies dans la capitale espagnole imposèrent, en effet, au "naïb" M’hamed Bargach des dispositions qui aggravaient les abus déjà existants. Dans le domaine fiscal, par exemple, toute initiative envisagée par le Makhzen pour généraliser l’impôt, en modifier l’assiette ou les modalités de perception, et, objectif ultime, en améliorer les rentrées, devait ainsi recevoir l’aval préalable des signataires de la Convention dite de Madrid.

13Celle-ci comportait, par ailleurs, des clauses qui conféraient aux Européens établis au Maroc, et considérés jusqu’alors comme des "Infidèles" tolérés à contre-coeur en terre musulmane, le droit d’accession à la propriété foncière.

14La multiplication d’exploitations agricoles appartenant à des étrangers, notamment à la périphérie de villes comme Essaouira, Safi, Casablanca et Tanger, entraîna une augmentation corrélative du nombre de "mokhalets" soustraits de facto à l’impôt et aux contributions extraordinaires pesant sur leurs contribules.

15Cette exemption abusive (les dispositions des traités et conventions précisaient que les "mokhalets" étaient des sujets marocains de droit commun ne pouvant prétendre à aucun privilège) s’étendait à l’enrôlement dans les "harkas", c’est-à-dire, cette forme de pouvoir itinérant dont les "fonctions" allaient du politico-militaire (règlement de conflits inter ou intra-tribaux, révocation sur place d’agents d’autorité prévaricateurs, délimitation des zones respectives de commandement des caïds et gouverneurs, rappel à l’ordre de "notables" et de chefs de zaouias mus par toutes sortes de tentations à caractère plus ou moins "autonomiste", établissement de nouvelles garnisons, répression de révoltes…) au symbolique (manifestation tangible de la présence de l’"Imam" jusque dans les provinces les plus reculées de l’Empire…) en passant par le fiscal (collecte occasionnellement manu militari d’impôts ou d’arriérés d’impôts et d’amendes…) et le diplomatique (réaffirmation de la marocanité de zones excentriques objet de convoitises étrangères…).

16A ces "harkas" auxquelles Moulay Hassan, par exemple, consacra pratiquement le quart de son règne ("son trône était sur son cheval" disait-on) prenaient part généralement, outre les colonnes de l’armée "régulière" et des éléments du Guich (ensembles tribaux bénéficiant d’exonérations fiscales et de l’usufruit de terres "domaniales" en contrepartie d’une contribution ponctuelle aux expéditions du Sultan), les contingents fournis par diverses tribus. L’essentiel parmi ceux-ci était constitué de cavaliers disposant de leurs propres fusils et munitions et apportant avec eux tentes et provisions de bouche.

17Avantageuse à plus d’un titre pour le Makhzen, notamment dans la mesure où elle lui permettait d’alléger le "coût" de ses périgrinations et de combler les lacunes de son organisation militaire, une telle contribution – précieuse tant au niveau proprement interne qu’en cas de menace extérieure – représentait en fait un lourd fardeau pour les ruraux, notamment en période de labours, de semailles et de moissons. Bien que réticents vis-à-vis de toute velléité de monopole de la force armée par le Makhzen, les notables et les chefs des "grandes tentes" qui fournissaient traditionnellement le "noyau dur" du "quota" fixé par le Sultan lors de la phase préparatoire des "karkas" se montraient, en fait, de moins en moins disposés à prendre part à des expéditions que la multiplication des "alertes" et des troubles rendait de plus en plus fréquentes.

18La perspective de pouvoir éluder ces obligations par la conclusion d’une "association" de culture ou d’élevage avec un ressortissant étranger exerça un attrait considérable sur diverses strates de la population rurale soucieuses d’échapper à la "harka". Et ce, malgré des scrupules religieux et, assez souvent aussi, le sarcasme de leurs contribules. Les embarras ainsi créés au Makhzen furent exposés par le "naïb" Bargach en ces termes au Corps diplomatique :

19"D’après les lois du pays, les gouverneurs… appellent en cas de besoin les habitants sous les armes soit pour renforcer l’armée impériale, soit pour maintenir l’ordre ou châtier et contenir [des] rebelles. Lorsque les gouverneurs reçoivent l’ordre chérifien… ils appellent les personnes aisées des tribus qui disposent des gens de leur famille et de chevaux… mais ces personnes s’excusent de ne pas répondre à l’appel sous prétexte qu’ils sont agents de tel ou tel négociant étranger… Les gouverneurs [ne trouvent] que des pauvres… De là, les entraves à l’exécution des ordres du Sultan et à la bonne administration du pays…" (Tanger, 19 juillet 1879).

20La situation était d’autant plus alarmante que l’acquisition d’une patente de "protégé" ou de "mokhalet" ne posait aucune difficulté : divers agents consulaires et diplomatiques s’adonnaient au trafic rémunérateur à tous les points de vue de "papeletas" conférant un statut d’exterritorialité à leurs détenteurs. D’ailleurs, même de simples ressortissants étrangers s’arrogeaient le droit d’étendre leurs avantages capitulaires à des autochtones, le plus généralement sous le couvert d’"associations" fictives : "Le trafic des patentes de censaux constitue ici une véritable industrie pratiquée avec la connivence à peine déguisée de certains consulats" peut-on ainsi relever dans une correspondance adressée par la légation de France à Tanger au Quai d’Orsay.

21Dénonçant l’esprit de lucre animant ceux qu’il appelait "the sleeping partners of Moorish farmers", le ministre britannique, John Drummund Hay, écrivait de son côté dans un rapport au Foreign Office : "Les abus ont crû dans d’énormes proportions… il est à craindre que les nécessiteux d’Europe ne se ruent vers ce pays et gagnent leur vie en se contentant du rôle de partenaires oisifs des paysans maures… se contentant de leur procurer la protection consulaire, les libérant de la juridiction indigène, du service militaire et des impôts".

22L’exemption fiscale des éléments censés, du fait de leur fortune, supporter une large part des impôts exigés de leur tribu constituait précisément l’un des principaux "maux" dont se plaignait le Makhzen.

23En se soustrayant à l’impôt, généralement fixé en bloc pour toute la tribu, les mokhalets et les protégés plaçaient effectivement le pouvoir central dans une situation extrêmement délicate. D’un double point de vue : ils le privaient des ressources potentielles considérables et le contraignaient à accentuer la pression fiscale aux dépens des catégories les plus défavorisées incitant par là même celles-ci à la révolte.

24Confronté à toutes sortes d’échéances, notamment le paiement du reliquat de l’écrasante indemnité de guerre (100 millions de pesetas payables en monnaie "saine") fixée par l’Espagne en 1860 et le financement de réformes axées sur la création d’une véritable armée régulière équipée et entraînée à l’européenne, le Makhzen essaya de procéder à une révision du système fiscal censée faciliter le dépassement des blocages et des contradictions nés de l’extension continue du "système des protections".

25Abstraction faite du "Maks" – "droits" de portes et taxes sur les marchés -dont le rétablissement au lendemain de la "guerre de Tétouan" suscita de très vives critiques et fut en partie à l’origine de l’une des plus grandes révoltes urbaines qu’ait connues le pays – celle des tanneurs de Fès en 1873-1874, même le système canonique de la "zakat" et des "achar" fut ainsi remis en question et profondément remanié. Et ce, en dépit des risques énormes que cela comportait pour la légitimité même d’un pouvoir tenu, aux termes de la "béïa" (allégeance), de défendre la "Chari’a" et de s’en tenir strictement à ses prescriptions.

26Auparavant, les impôts canoniques étaient effectivement prélevés sur une production réelle : "on mesurait le grain sur l’aire de battage et le dixième en était retenu pour l’État. On comptait les troupeaux, et la part de l’État était calculée en fonction du croît annuel moyen. Ainsi se trouvaient garantis la subsistance du producteur et le maintien de la production" (Germain Ayache).

27Ultérieurement, au contraire, la tendance fut l’imposition des agriculteurs non plus sur la base du produit réel et fluctuant de la terre et du bétail mais en fonction des besoins du Trésor et des "pertes" qu’il subissait du fait de l’exemption des "protégés". Les moyens de production eux-mêmes devinrent autant de critères d’imposition : "pour chaque attelée de labour, pour chaque centaine de moutons, le paysan était tenu, non pas de livrer une part limitée du produit, mais de payer autant d’argent qu’il en fallait, en proportion du total exigé (de sa tribu)." (Ibid.)

28Cela revenait en somme à substituer aux impôts canoniques, clairement établis par la "Loi" et acceptés par la Communauté parce que fondés sur le Coran, une fiscalité arbitraire dont l’assiette et la quotité demeuraient, en apparence tout au moins, à l’entière discrétion du pouvoir central. Or, comme les dépenses de ce dernier s’accroissaient sans cesse, le poids de ses exigences devenait de plus en plus écrasant. Le maintien des termes de "zakat" et "achar" ne changeait rien aux perturbations générées par leur profonde altération et à l’enclenchement d’un processus de rupture du "contrat fondamental" définissant les rapports État-sujets.

29D’ailleurs, en termes strictement politico-religieux, l’existence en tant que telle d’éléments appartenant à la communauté musulmane en leur qualité de "croyants" – ou dépendant d’elle à titre de "dhimmis" ("protégés canoniques" assurés de la sauvegarde de leur personne et de leurs biens en échange de la reconnaissance de la suprématie juridique de l’Islam et de l’observance d’un certain nombre de règles) – mais jouissant d’un statut d’exception à eux conféré par des "Infidèles" créait du point de vue de l’orthodoxie une situation des plus inextricables. D’autant que la "protectiomanie" se propageait même parmi les catégories qui, naguère, se tenaient aux avant-postes du "jihad" et palliaient les défaillances du pouvoir central dans la lutte contre les envahisseurs chrétiens.

30Le passage sous "protection" française du chérif d’Ouezzane, Moulay Abdeslam (1884) et du chef de la zaouïa de Tamesloht, Haj Mohamed Meslohi (1892) sous celle de la Grande-Bretagne, représentait sur ce plan particulier des tournants décisifs. De tels "revirements" comportaient bien entendu de gros risques de "contagion" :

31"La masse du commun, relevait à ce propos Mohamed Soubaî, l’un des plus farouches adversaires des "Ahl Himayat" [protégés] et "Ahl Basbour" [protégés ou naturalisés], a trop tendance à imiter la "khassa" [l’élite] et à prétendre que si la protection représentait véritablement un mal, les gens de Fès, gens de science et de savoir, ne l’auraient point adoptée !".

32D’où l’insistance des Oulémas, à l’instigation plus ou moins explicite du Sultan lui-même, sur les dangers – calamités, damnation, géhenne… – que risquait d’entraîner la course aux immunités fiscales et autres. "Zakat et Achar sont des obligations envers Dieu d’abord" ne cessait de répéter Jaafar Kettani dans des sermons et des "fétouas" stigmatisant ceux qui "pactisaient avec l’ennemi" et sollicitaient son appui.

33"Ne peuvent adopter une telle attitude, disait-il, que des individus ivres ou atteints de folie, des mécréants déguisés en musulmans, ou des sots incultes, jouets de Satan… [eux seuls sont capables] d’abaisser la religion d’Allah… de prendre des Infidèles pour patrons, protecteurs, amis et compagnons… de s’enorgueillir de leur fréquentation et de leur faveur et de l’exhiber comme sauf-conduit…".

34Ce genre de raisonnement levait, en principe, l’hypothèque pesant sur la légitimité du pouvoir du fait de la présence en terre d’Islam même, de "croyants" relevant de juridictions "chrétiennes" : dans la mesure où, la maturité d’esprit et la lucidité constituaient l’une des principales conditions de la "capacité" telle que la concevait le Chraâ, le Makhzen n’avait point à assumer les conséquences de l’"ivresse" ou de la "folie" dont quelques-uns de ses sujets semblaient atteints. En outre, les "protégés" n’étant pas reconnus comme de véritables musulmans, l’octroi de la protection par des "mécréants" (les Européens) à d’autres "mécréants" (leurs partenaires autochtones) ne constituait plus une anomalie.

35Grâce à ces "hiyal" (astuces) le problème de l’"inversion de la dhimma" pouvait être considéré comme résolu puisque 1’"excommunication" (théorique) des "protégés" rétablissait d’une certaine manière la démarcation entre les "véritables croyants" d’une part et les "Infidèles" de l’autre. Restait, cependant, un point fondamental : la mise à mort des "apostats" prévue par le Chraâ. Les Oulémas préféraient passer sous silence cette disposition canonique. Ils se limitaient, aveu de leur impuissance et de celle du pouvoir dont ils défendaient la légitimité, à multiplier les appels au boycottage social des protégés : "le devoir de tout croyant, répétaient-ils, est de ne jamais (les) fréquenter, les inviter, partager leur repas, ou se lier à eux par l’amitié ou le mariage…".

36Les chances de succès de ces exhortations demeuraient, en fait, des plus aléatoires en raison, notamment, de la "centralité" en quelque sorte du système des protections et de ses bénéficiaires. Contrairement aux allégations de leurs "censeurs" et du Makhzen qui s’efforçaient d’accréditer l’idée qu’ils "sortaient tous des milieux du crime et de de la débauche" – des délinquants et des marginaux en somme –, les protégés qui pesaient réellement sur le cours des événements et adoptaient des comportements qui, à la longue, contribuèrent à l’introduction dans le pays de diverses mutations économiques et sociales, appartenaient en fait aux strates supérieures de la société marocaine.

37En dehors même des chefs de zaouïas, cités plus haut – celui d’Ouezzane plus particulièrement qui disposait de filiales à travers l’ensemble du pays (y compris dans des zones excentriques telles que le Touat) ainsi qu’en Algérie (d’où les avances des Français soucieux d’accentuer leur "emprise morale" sur leur colonie par "Touhamiyines" interposés), en Tunisie et même en Tripolitaine et qui, les encouragements du Gouverneur Général d’Algérie et de la légation de France à Tanger aidant, cachait à peine ses ambitions "dynastiques" – , le cas le plus flagrant à cet égard reste celui de la catégorie la plus prestigieuse et la plus fortunée au sein de la classe marchande : celle des "toujjar sultan" dont la "désertion" allait porter un coup irrémédiable à l’assise matérielle du Makhzen.

38Recrutés parmi les négociants musulmans et israélites les plus dynamiques, ces "facteurs de l’empereur", gros brasseurs d’affaires disposant de correspondants un peu partout à l’intérieur du pays et pratiquement sur toutes les grandes places à l’extérieur (Gibraltar, Malaga, Marseille, Londres, Anvers, Hambourg, Gènes, Tunis, Alexandrie…) et au fait des techniques commerciales et bancaires en usage en Europe, jouaient un rôle absolument vital dans le "système des monopoles" grâce auquel le Makhzen, sous Moulay Abderrahmane (1822-1859) en particulier, s’efforçait d’imposer un contrôle quasiment sans partage sur l’ensemble des échanges tant à l’importation qu’à l’exportation.

39En établissant des monopoles sur les produits de grande consommation (laines, peaux, cuirs, légumineuses, bougies, café…) et en faisant judicieusement alterner des mesures de prohibition de vente ou d’achat et des levées momentanées d’interdiction, le Sultan se donnait les moyens de diversifier les revenus du Trésor et, par conséquent, de maîtriser la ponction fiscale proprement interne. Les "toujjar" associés à des titres divers à cet "entreprenariat monarchique" et bénéficiant d’avances de fonds et de facilités de paiement des droits de douane et de toutes sortes de dégrèvements – sans compter les dahirs de "Tawqir et Ihtiram" (Respect et sauvegarde), sorte de passeports à usage interne, les plaçant pratiquement au-dessus des lois – représentaient la véritable cheville ouvrière de tout ce système. Toutefois, leurs compétences ne s’arrêtaient pas au seul domaine du grand commerce. Gens expérimentés, ils se voyaient, en effet, chargés de tractations et de négociations politiques ou diplomatiques et prenaient part, naturellement, à des missions d’achat d’armements en Europe.

40Adjudicataires par ailleurs, de divers "droits et "monopoles", ces négociants s’avéraient autant de "fermiers" féroces totalement insensibles à la misère de leurs coreligionnaires respectifs. D’où l’insistance des Oulémas sur la nécessité d’une perception directe des taxes et octrois par l’État lui-même.

41Le "système impérial" – et donc la raison d’être des "toujjar sultan" – allait, cependant, subir le brutal contrecoup de la mise en application du traité de commerce et de navigation arraché par la Grande-Bretagne à Moulay Abderrahmane en 1856. Et ce, après de longues années de négociations au cours desquelles John Drummond Hay eut recours à toutes sortes de procédés et de pressions pour imposer la suppression des monopoles, la libéralisation des échanges (droits de douanes fixés dorénavant à 10 % ad valorem), et des garanties juridiques et fiscales pour les ressortissants britanniques et leurs intermédiaires autochtones (garanties généralisées aux autres puissances par le biais de la "clause de la nation la plus favorisée").

42De tels "acquis" balayaient, aux dires du ministre britannique lui-même, les obstacles majeurs qui entravaient jusque là le développement des échanges maritimes, et mettaient un terme définitif, affirmait-il, à la "concurrence déloyale" instituée au profit des négociants autochtones – solidement épaulés par le Sultan contrairement à leurs homologues européens qui ne bénéficiaient d’aucun appui étatique direct. Vers 1885, J.D. Hay reconnaîtra, d’ailleurs, explicitement qu’il considérait le démantèlement du système des "toujjar sultan" ["favoured native merchants"] comme l’une des plus brillantes réussites de sa carrière diplomatique.

43Financièrement et politiquement catastrophique pour l’État, cette dislocation ne signifiait cependant pas que les individus qui animaient le système aient totalement sombré avec lui. Bien au contraire.

44Nombreux furent, en fait, ceux qui s’adaptèrent avec une rapidité remarquable au nouvel état des choses : de "protégés" du Sultan ils ne tardèrent guère à se muer en "protégés" des puissances européennes soucieuses de mettre en place et de développer les "relais" nécessaires à l’extension de leurs intérêts respectifs. Or, de par leur position au sein du marché marocain, de la société, voire de l’État, les anciens "toujjar-sultan" mis pour ainsi dire en disponibilité, devenaient des "cibles" de choix. D’autant que de multiples considérations les poussaient à troquer leurs dahirs de "Tawqir et Ihtiram" – frappés de caducité – contre des patentes de "censal".

45Parmi ces motivations figuraient, plus particulièrement, le souci de ces "toujjar" menacés de déchéance de ne point céder leur place au sein d’un secteur – les échanges maritimes – plein de promesses, ou tout au moins de ne laisser échapper que ce qu’ils ne pouvaient en aucune façon conserver. Leur principale préoccupation, à cet égard, se situait au niveau des aléas inhérents à l’instauration d’un nouveau type de "concurrence déloyale" en faveur, cette fois-ci, des négociants étrangers. Déjà forts de l’essor industriel de leurs pays respectifs, des délais de paiement que leur consentaient les firmes dont ils écoulaient les produits, et des facilités de crédit accordées par les banques, les négociants européens se voyaient, effectivement, du simple fait de leur nationalité, dotés de privilèges capitulaires qui, au Maroc, les plaçaient au-dessus des lois et les dispensaient pratiquement de tout impôt et taxe.

46Ce souci de sauvegarder quelques-unes des positions acquises et de se donner les moyens de rester "compétitifs" s’appliquait même vis-à-vis de concurrents potentiels autochtones tels que les éléments de la classe marchande tenus à l’écart du "système impérial". Exclus des anciens privilèges et des ressources auxquelles ils donnaient accès, ces éléments se montraient prompts à saisir l’occasion de déclasser, voire surclasser, leurs anciens rivaux, et ce, en se faisant les intermédiaires empressés des maisons de commerce étrangères moyennant un premier acompte : la patente de "censal".

47La hâte des "ex-négociants du Roi" à prendre pleinement pied dans le nouveau système ne s’explique pas, cependant, par leur souci de pouvoir rivaliser, à des degrés divers, vis-à-vis aussi bien de leurs propres compatriotes en quête d’ascension, que des étrangers établis dans les ports marocains. Etroitement liées à ce que signifiait alors la détention d’une carte de protégé, diverses autres considérations prévalaient en effet. Entre autres, dans le cas précis des anciens commandités et agents du Sultan, la volonté, tout au moins pour certains d’entre eux, de mettre à profit les immunités nouvellement acquises pour se dispenser de rembourser les dettes contractées à l’égard du Trésor et se chiffrant parfois (cas de Mustapha Doukkali) à plusieurs millions de francs-or.

48Pour paralyser encore plus complètement le Makhzen, diverses légations n’hésitaient pas à faciliter, à cette catégorie de débiteurs indélicats, l’acquisition d’une nationalité étrangère. Dans un rapport consacré à une affaire de ce genre qui fit grand scandale au début des années soixante-dix et dans laquelle le représentant de l’Italie à Tanger avait largement abusé de ses prérogatives, J.D. Hay devait ainsi signaler explicitement à son département que "la naturalisation de cet indigène [principal héritier de Mustapha Doukkali]… qui n’a résidé même pas six semaines en Italie… n’a de mobile autre que celui de lui faciliter le non-remboursement de ses justes dettes envers le Trésor". Une telle attitude, ajoutait-il, était "absolument incompatible avec les dispositions des traités".

49Pratiquement tous les autres débiteurs s’efforçaient d’éluder le paiement de leurs dettes en ayant recours à des procédés similaires : l’achat pur et simple de cartes de censaux. Une telle opération étant d’autant plus rentable qu’elle donnait la possibilité aux sujets de droit commun, ainsi soustraits à l’autorité du Makhzen, de soutirer à celui-ci toutes sortes d’indemnités aux titres les plus divers : attaques réelles ou supposées de convois de marchandises sur le territoire de telle ou telle tribu (celle-ci se voyant imposer ultérieurement une lourde amende collective), dettes de particuliers démesurément gonflées d’intérêts usuraires et mises abusivement sur le compte de l’État, avaries subies dans les ports et imputées aux "oumanas", arrestation "arbitraire" par des caïds ou des pachas etc.

50Une étape symbolique sur la voie de la métamorphose de cette catégorie de débiteurs en protégés étrangers mérite, sans doute, d’être relevée : le recours initial de certains d’entre eux – généralement lorsque les oumanas et les caïds commençaient à insister sur l’urgence du remboursement des sommes dues – au "horm" des zaouïas et l’utilisation du répit gagné dans cet espace sacré réputé traditionnellement inviolable pour nouer les contacts nécessaires à l’acquisition/achat d’une patente de censal et la propagation de rumeurs alarmantes sur la "fermeté" du "consul-protecteur".

51Du fait de l’attitude obstructionniste des légations, même dans les cas flagrants d’escroquerie et de rapine, le Makhzen se trouvait le plus souvent contraint de se limiter à de vaines protestations contre "la violation des lois et des dispositions des traités".

52Autre niveau auquel il subissait de grosses pertes : les rentes et loyers de ses biens immeubles occupés par des protégés ou leurs ayants-droit. Les uns et les autres s’abstenaient, en effet, de régler leurs échéances mensuelles ou annuelles si minimes étaient-elles. Ils rejetaient aussi, naturellement, toutes les augmentations envisagées pour compenser la dépréciation de la monnaie marocaine. Du fait de l’érosion monétaire, un décalage énorme existait entre le montant des loyers théoriquement versés par les occupants des dépôts, boutiques et maisons appartenant à l’État et ce qu’ils devaient réellement payer en cas d’indexation et de réajustement tenant compte du nouveau cours du "rial". A Essaouïra, par exemple, dans le dernier quart du siècle, la veuve d’un protégé américain payait théoriquement 53 rials pour un dépôt de marchandises alors qu’elle devait en verser plus de 500 ; pour un magasin, un protégé allemand payait en principe 36 rials au lieu de 300 ; estimé à plus de 400 rials le loyer d’un autre magasin exploité par un censal brésilien n’en rapportait que 20 ; un protégé espagnol occupait une maison moyennant 20 rials alors qu’il devait en payer au moins 250, etc.

53Le manque à gagner et les pertes occasionnées au Trésor par de telles pratiques étaient d’autant plus importants que ceux qui s’y adonnaient occupaient ou exploitaient simultanément plusieurs locaux et terrains appartenant au Makhzen (ceux des Habous subirent le même sort). Bien plus : divers biens immeubles de l’État étaient purement et simplement accaparés par leurs occupants et "melkisés" (privatisés) avec le concours d’"adouls" (notaires) véreux et l’appui inconditionnel des consulats.

54Sous couvert de "protection" et de défense des "intérêts commerciaux" de leurs ressortissants et des partenaires autochtones de ces derniers contre "l’arbitraire des autorités maures" (leit-motiv des diplomates étrangers qui n’en avouaient pas moins que "le régime de la protection [serait] une monstruosité dans un pays civilisé"), les puissances européennes – et secondairement les États-Unis d’Amérique – vidaient donc littéralement l’État marocain de sa substance humaine et matérielle, et le plongeaient dans des contradictions qui sapaient sa légitimité même aux yeux de la masse de ses sujets (i.e. "inversion de la dhimma" du fait des compétences consulaires d’un certain nombre de sujets israélites, passage de chefs de zaouïas sous la "protection des Infidèles", extension progressive de la "protection" au sein du Makhzen lui-même et octroi de "patentes" de "protégés politiques" ou autres à des gouverneurs, des caïds et des oumanas, voire des vizirs…). Le ministre de France à Tanger, De Monbel, relevait fort opportunément à cet égard que : "la protection institue un État dans l’État ou, pour mieux dire, plusieurs États dans l’État marocain… l’Empire va [de ce fait] tout droit à sa perte" (3 octobre 1892).

55D’autant que le problème ne se posait pas uniquement en termes de corrosion de l’assise matérielle du Makhzen et de ponctions sur ses maigres ressources au titre des "indemnités" – facteur essentiel dans l’enclenchement de l’inexorable processus des "emprunts" et des mécanismes de l’asphyxie politico-financière – mais aussi en termes de menées subversives plus directes prenant la forme d’incitation et de participation à des révoltes ou de fournitures d’armes de contrebande à des rebelles.

56Dans une "Note sur les étrangers et les protégés" rédigée en 1892, le Chef de "la mission militaire française au Maroc", le capitaine Schlumberger devait souligner à ce propos : "les tribus sont aussi bien équipées que les troupes du Sultan… les négociants les pourvoient en armes modernes". L’intensité du trafic et les perspectives de gains – composantes essentielles dans de nombreuses fortunes, tangéroises en particulier – étaient telles que certains protégés faisaient l’acquisition de leurs propres "chalutiers" – généralement immatriculés à Gilbratar – pour se donner une plus grande liberté de mouvement et décharger à leur aise des cargaisons accrues de fusils à tir rapide sur les côtes marocaines.

57En raison des "immunités" dont bénéficiaient les principaux contrebandiers, les renseignements recueillis par le Makhzen sur les dates d’arrivage, les points de débarquements, les fausses déclarations sur les carnets de bord, et les méthodes de camouflage, s’avèraient bien inutiles. Fermement soutenus par des consuls "plus ou moins intéressés à ce trafic" (d’après le ministre de France, Féraud, 22 août 1884), les protégés dissuadaient les caïds de toute action en brandissant la menace, en cas de perquisition infructueuse, de sanctions et de grosses indemnités. Autre procédé : la recherche de complicités locales, notamment parmi les agents de l’administration fiscale et douanière. En témoignage, par exemple, la correspondance suivante adressée par l’un des "secrétaires" de Moulay Hassan au "naïb" de celui-ci à Tanger :

58"Le serviteur [gouverneur] Amkiched a porté à la connaissance de Notre Seigneur les résultats de l’enquête approfondie qu’il a menée sur les opérations de contrebande entre les ports de Larache et d’Azilah… Il en ressort qu’un bateau vient de débarquer, près du douar El Khémis, quelques 500 fusils… une partie a été cachée sur place… le reste, dissimulé sous des figues, a été acheminé sur Larache et entreposé dans un dépôt appartenant au protégé américain Moïse Abecassis… Les contrebandiers bénéficiaient, dans cette affaire, de la complicité de l’amine El Houari… qui a été arrêté, chargé de fers et envoyé à la Cour". (1/ Rabi I 1310/3 octobre 1892).

59Autre aspect du rôle des protégés dans la multiplication des foyers de révolte évoqué dans une correspondance du Makhzen rédigée lors de l’insurrection des Rehamnas : "La raison principale de ces crimes [révoltes] incombe aux censaux et aux mokhalets… qui excitent leurs contribules, encouragent les insurgés par des renforts en hommes et les soutiennent dans leur refus de payer les impôts… Par la suite, ils font intervenir les ambassadeurs [étrangers] pour réclamer au Makhzen des indemnités pour les rapines dont ils auraient été soi-disant victimes" (Le Grand Vizir au ministre de France à Tanger, 18 joumada I 1313/6 novembre 1895, annexe à la "Note sur les protégés et les associés agricoles compromis dans l’insurrection du sud de l’Empire" adressée par la légation au Quai d’Orsay le 7 janvier 1896).

60La responsabilité directe des légations était, du reste, souvent mise en cause. Ce fut, par exemple, aux intrigues de la France et du Chérif d’Ouezzane que le Makhzen imputa la fréquence des troubles survenus dans le Rif, notamment en 1884 (soulèvement d’Aïn El Hamra), 1887 (révolte des Andjara), 1890 (troubles dans les Beni-Ifrour et Beni-Ittaf), et 1892-1893 (nouvelles révoltes des Andjara).

61La répression des troubles devenait d’autant plus compliquée et aléatoire que les représentants étrangers ne cessaient de mettre en garde le Makhzen contre les risques que comportait toute "atteinte" aux protégés. Une "Note collective" du corps diplomatique soulignait ainsi à l’intention de Moulay Abdel Aziz et de Ba Ahmed [son Grand-Vizir] : "En voulant châtier les responsables des désordres, Sa Majesté est dans son droit… Néanmoins Son Excellence ne peut ignorer, qu’en vertu des traités, les protégés ne sont pas justiciables du Makhzen" (7 janvier 1896).

62L’attitude ouvertement obstructionniste adoptée à ce niveau aussi par les légations contribuait donc activement à la propagation de la subversion et, partant, à l’épuisement des dernières ressources du Makhzen dans de vaines tentatives d’extinction des foyers de révoltes qui éclataient ici et là, aggravant ce que l’historiographie coloniale allait appeler "l’anarchie marocaine".

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE SUCCINCTE

Ayache (G.). – Etudes d’histoire marocaine, Rabat, SMER, 1979, 413 p.

Berrada (T.). – L’armée marocaine au xixè siècle. D.E.S., inédit, Rabat, 1984 (en arabe).

Burke (E.). – Prelude to Protectorate in Morocco. Precolonial Protest and Resistance, 1860-1912, London, University of Chicago Press, 1976, 328 p.

Daoud (M.). – Tarikli Titwane, 6 Vol.. Tétouan, 1956-1960 (en arabe).

Kenbib (M.). – Les protections étrangères au Maroc aux xixè siècle et début du xxè. Paris, 1980 (Thèse inédite).

Laroui (A.). – Les origines sociales et culturelles du nationalisme marocain 1830-1912, Paris, Maspéro 1977, 481 p.

Manouni (M.). – Aspects de la renaissance du Maroc moderne. Rabat, 1973, (en arabe).

Miege (J.L.). – Le Maroc et l’Europe, 1830-1894, 4 Vol. Paris, P.U.F., 1961-1963.

Naciri (A.). – Istiqsa, Vol. IX. Casablanca, 1956.

Zidane (A.I.). – Ithaf, 5 Vol. Rabat, 1929-1933.

Notes de fin

* Profeseur d’Histoire à la Faculté de Lettres de Rabat.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540