Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maroc actuel

 | 
Jean-Claude Santucci

I - Regard sur l'histoire du Maroc

Crises de subsistances, endettement de la paysannerie et transformations sociales. Le cas du Maroc au xixe siècle

M. Ennaji

Texte intégral

  • * Professeur à la Faculté des Sciences juridiques, économiques et sociales de Rabat.

1Note portant sur l’auteur*

2Bien avant le Protectorat, des transformations décisives ont été enregistrées dans la campagne marocaine sous l’impact conjugué de facteurs internes et d’autres d’origine extérieure. Les lignes qui suivent ont pour objet de s’interroger sur les implications de l’ouverture du Maroc au commerce international notamment dans le monde rural. Quelle furent les modalités d’insertion de l’économie paysanne dans le circuit dominé par le capital étranger ? Quel fut le rôle du capital marchand à ce niveau ? Enfin quelles furent les incidences de ce processus sur la politique de l’Etat en milieu rural ?

3La présente contribution se limite à l’examen de quelques aspects des questions soulevées. Nous examinerons en premier les crises de subsistances sous le règne de Ḥassan 1er qui nous semblent plus aiguës et plus étendues dans le temps qu’on ne le pense généralement. Nous aborderons par la suite le problème de l’endettement paysan avant de conclure par l’examen de la réaction du Makhzen aux transformations en cours dans le monde rural.

I – DIFFICULTÉS NATURELLES ET APPAUVRISSEMENT DE LA PAYSANNERIE

  • 1 Miege (Jean-Louis) ; Le Maroc et l’Europe (1830-1894). Tome III, pp 383-384.
  • 2 Miege (Jean-Louis) ; supra, pp. 385-387. Voyez cette description d’une intensité dramatique, faite (...)

4L’avènement de Mawlay Ḥassan en 1873 intervient au sein d’une conjoncture de relative accalmie et de prospérité consécutive à la terrible crise de 1867-69 qui avait ravagé le pays, mais en 1877, ce cycle s’interrompait, le niveau des récoltes fut inférieur à la moyenne et obligea à des importations de grains dans le nord du pays. Les moissons furent très mauvaises en 1878 sous les effets conjugués de la sécheresse et des sauterelles. Très vite les prix grimpèrent, la disette s’installa1. Le flot des populations campagnardes vers les villes grandit, gens faméliques accourus à la recherche d’une bouchée de pain. Le terrain était favorable aux épidémies qui ne tardèrent pas à se manifester. Aux gens décédés par inanition, allaient s’ajouter ceux emportés par le choléra, la variole et la typhoïde. Des scènes effroyables s’étalaient au grand jour, que des observateurs étrangers et locaux ont décrit2.

  • 3 °abdallatif b.Jallûn, bûbker b.Bûzid/Ḥassan Ier (25.12.1296/10.12.1879) B.H.
  • 4 al Amin Al-°arbi b.°ali ad-Darqâwî/Ḥassan Ier (08.09.1296/26. 08.1879) B.H (C. 18).
  • 5 Ḥassan Ier/sa°id b.Faraji (09.02.1296/02.02.1879) B.H (C. 18). Le Dahir en question avait été prom (...)
  • 6 Aḥmad b.Mûsa/Mawlây °Otmân (26.11.1296/11.11.1879) B.H (C. 17)
  • 7 Amin Mûstafâd de Rabat/Ḥassan Ier (03.01.1297/17.12.1879). Amin Mûstafâd de Safi/Ḥassan Ier (18.12 (...)
  • 8 Ahl Angâd/Ḥassan Ier « nulle pluie n’est tombée dans notre région cette année, écrivent-ils, le bé (...)
  • 9 Miege ; op. cit. tome III pp. 395-397.
  • 10 Miege ; op. cit. tome III p. 397.
  • 11 Ḥassan Ier Mawlây °Otman (25.01.1301/26.11.1883).
  • 12 Mawlây °Omar/Ḥassan Ier (13.01.1301/14.11.1883) B.H (C. 88). Ḥassan Ier/Ûmanâ’ Essaouira (27.01.13 (...)
  • 13 Ḥassan Ier/Mûḥammad b. °abdasslâm Amqšad (07.01.1301/08.11.1883) B.H. Il faut dire que les documen (...)

5Des signes d’amélioration apparurent selon J.L. Miège à l’été 1879. L’épidémie s’éteignait et des pluies abondantes tombaient en automne. L’Etat suspendit les secours qu’il avait consentis aux plus miséreux3. Mais la population demeurait très affaiblie. Dans le Doukkala où le bétail avait été en grande partie décimé, seuls les plus pourvus avaient pu reconstituer quelques têtes, alors que la majorité des ruraux en restaient démunis4. Depuis 1878, le sultan avait interdit d’abattre les femelles des troupeaux, spécialement ovins et bovins, en vue de faciliter la reconstitution du cheptel5. Les temps restaient difficiles, comme le soulignent avec insistance les correspondances makhzéniennes6. Les échanges très anémiés sur les marchés urbains tardent à se relever7. Durant l’année 1880, l’oriental reste très éprouvé et souffre de sécheresse8. L’année 1881 fut mauvaise et 1882 calamiteuse. La sécheresse était générale, le cheptel durement frappé. Les processions de la faim reprenaient de nouveau. Les fellahs étaient aux abois9. En 1883, la situation demeurait terrible, les prix des grains élevés. La récolte était médiocre dans le Rharb10. Dans le sud, chez les Sraghnas, les Mesfioua, les Ouzguita dans le Haouz, les récoltes furent encore moindres qu’en 188211. La sécheresse continuait à sévir dans le Sous et le Rif12. Mais en général, la situation était meilleure par rapport à l’année passée13.

  • 14 Ḥassan Ier/le Mûḥtasib al-Mahdi/Bennâni (28.01.1301/29.11.1883) B.H.
  • 15 °ali b.°abdallah àl-Ya°qûbi/Ḥassan Ier (24.03.1301/23.01.1884) B.H (K. 348). Ḥassan Ier/Bûtûfârs ( (...)
  • 16 Ḥassan Ie7Mûḥammad Bargâš (07.03.1301/06.01.1884) B.H (K. 348) Ḥassan Ier/Mess°ûd al-°Amrâni (23.0 (...)
  • 17 Mbârk B.°ali ad-Dûblâli/Ḥassan Ier (08.05.1301/06.03.1884) B.H.
  • 18 Ḥassan Ier/Mûḥammad Bargâš (29.03.1301/28.01.1884) B.H (K. 348).
  • 19 bûš°ayb b.Mûḥammad b.ar-Râmi al-Farâji/Mûḥammad b.al-°Arbi (08.04.1301/ 06.02.1884) B.H (C. 37).
  • 20 Ḥassan Ier/Awlâd mawlây °ali aš-šarif (18.01.1301/19.11.1883) B.H (K. 516). La disette ne prit fin (...)

6L’année 1884 ne s’annonçait pas heureuse. En novembre 1883, l’eau était si rare à Fès, que farine et pain s’y faisaient rares, car peu de moulins fonctionnaient ; les jardins d’Etat à l’extérieur de la ville accaparant l’eau à leur profit14. En janvier les pluies tardaient encore à venir. Dans l’oriental, les prix sont chers et les gens fort endommagés par la sécheresse15. On sollicitait du Mahzen l’envoi de grains plus abondants dit-on sur les marchés des Doukkala16. Dans le Rif, la disette règne17. On demande l’autorisation de vendre l’alfa car « les gens sont dans le plus grand besoin »18. En février même chez les Doukkala, on craint le pire si la pluie ne vient pas soulager la population19. Dans le Tafilalet, la disette aggrave les troubles inter-tribaux, le sultan est dans l’obligation d’assurer par une aide la subsistance des Chorfa20.

  • 21 Ḥassan Ier/b.°Issa b.°Omar (01.05.1301/28.02.1884) B.H °Abdarraḥmân al-Bûkili/Ḥassan Ier (10.05.13 (...)
  • 22 Il en est de même chez les Sraghna, les Mesfouia, les Ouzguita alors qu’on espérait de bonnes réco (...)
  • 23 al-Ma°ṭi b. al-Maḥjûb/Ḥassan Ier (22.07.1301/18.05.1884) B.H.
  • 24 al Ḥâjj al-Mâ°ṭi b.°Abdalkabir/Ḥassan Ier (04.11.1301/26.08.1884) B.H. Ûmana’ Awlâd °Amrân/Mûḥamma (...)
  • 25 Mûḥammad b.al-°arbi as-Ziyâdi/Ḥassan Ier (7.05.1301/mars 1884) B.H.
  • 26 al°arbi ûld ba-Mûḥammad/Mûḥammad b.al-°Arbi (22.12.1301/13.10.1884) B.H. Ahl Branès/Ḥassan Ier (29 (...)
  • 27 le Mûḥtassib de Casablanca/Ḥassan Ier (18.09.1301/12.07.1884) B.H (C. 36).
  • 28 Û°ali b.al-Ḥâjj, amin al-Mûstafâd de Rabat/Ḥassan Ier (28.09.1301/22.07.1884) B.H (C. 43).
  • 29 Ḥassan Ier/Mawlây Mûḥammad b.°Omar, naqib des chorfa à Salé (08.11.1301/30.08.1884) B.H.
  • 30 Mûḥammad al-Mahdi Bennâni/Mûḥammad b. al-°Arbi. (10.11.1301/24.08.1884).
  • 31 Beaucoup de décès dont deux sœurs du sultan Ḥassan Ier et un petit-fils. Ḥassan Ier/My Slimân et M (...)
  • 32 al°arbi al-Walšiki/Ḥassan Ier (18.07.1302/03.05.1885) B.H (C. 187).
  • 33 al-Maḥjûb al-Gallûti/Ḥassan Ier (18.06.1302/04.04.1885) B.H (C. 153).
  • 34 sa°id al-Majjâṭi/Hassa’n Ier (13.07.1302/28.04.1885) B.H (C. 178) Mûḥammad b. alYazi al-Maskini/Ḥa (...)

7Quelques temps après, des pluies importantes sont signalées, qui donnent lieu à des réjouissances dans nombre de régions21. Mais les récoltes se révèlent en deça des espérances. Seuls les plus riches, qui ont pu durant les crises aiguës maintenir et accumuler des moyens de production purent en profiter. A Chichaoua et ailleurs, les paysans dit-on très affaiblis, n’ont pu blaver qu’une partie de leurs terres. De plus, n’ayant pu réfectionner leurs canaux d’irrigation, ils se sont contentés de labours en zone bour. A cela s’ajoutait, le manque de semences et la disette au moment des labours22. Dans le Tadla, où l’année 1883 fut mauvaise, le manque d’animaux de trait constitua un obstacle des plus grands à l’extension des superficies cultivées23. Chez les Doukkala le bas niveau des récoltes explique que le prélèvement fiscal ne soit pas à la hauteur de ce qui était prévu, « et cela parce que peu de gens ont labouré chez nous écrit un témoin. Et ces derniers n’ont que peu labouré en raison du retard des pluies cette année »24. En Chaouia, les Ziaida font savoir au sultan que depuis 1878, cela fait six ans qu’ils n’ont pas labouré25. Peu de labours sont aussi signalés chez les Zerahna et les Branès ainsi que dans le Rif26. La faiblesse du mouvement des échanges après les récoltes est une preuve supplémentaire de leur insuffisance. En juillet la viande est chère à Casablanca et les ressources des habitants sont faibles27. A Rabat, les marchés des bestiaux sont mal fournis28. La sécheresse va encore aggraver la situation du bétail. L’eau se fait rare en effet. A Salé on se plaint au sultan « du péril et du désespoir survenus aux gens du fait de la soif, du dessèchement des puits et de la quasi-disparition des abreuvoirs »29. Même problème à Fès, où douze seulement des soixante douze moulins hydrauliques de la ville continuent à fonctionner30. Dans le Tafilalet, une épidémie est mentionnée qui emporte nombre de gens parmi les plus aisés31. L’année est meilleure en 1885. Les pluies sont abondantes du sud au nord. Les prix baissent dans des régions jusque-là très touchées par les sécheresses consécutives. Ainsi en est-il pour le Rif32 le Haha33 et le Sous, à l’exception dans ce dernier cas des Chtouka où les rats dévastent les récoltes34.

  • 35 °Abdassâdaq b.Aḥmad/Ḥassan Ier (26.11.1302/06.09.1885) B.H.
  • 36 Mûḥammad b.as-Sâyah/Ḥassan Ier (18.07.1302/03.05.1885) B.H (C. 70). at-Tâjer Santûb Barjâl/Driss b (...)

8Pour les régions de Tanger et de Tétouan, les moissons sont insuffisantes et l’approvisionnement en grains s’impose35. Dans le Rharb, les pluies abondantes ont causé des dégâts dans les cultures et les prix restent élevés depuis Mai à l’été36. Les troupeaux sont encore loin d’être reconstitués, leurs prix demeurent hauts au cours de l’année dans le Haouz.

  • 37 Miege ; op. cit. tome IV pp. 87-88.
  • 38 l’Amin de Larache/Ḥassan Ier (02.06.1303/08.03.1886) B.H (C. 176).
  • 39 l’Amin aḥmad at-Smîli/Ḥassan Ier (07.09.1303/09.07.1886) B.H.

9La reprise amorcée se prolonge en 1886, année d’une prospérité remarquable selon les sources européennes37. Mais ce jugement ne saurait être appliqué à l’ensemble des régions, ni à celui des couches sociales. Dans le nord par exemple, aux environs de Larache, la cherté est grande au cours du printemps. L’année dit-on est chère et « les gens ont vendu en totalité ou en partie leurs biens. Certains ont pris la fuite »38. Chez les Haïaïna, les prix sont fort élevés en juillet39. La paysannerie pauvre dans nombre de régions restait prisonnière des difficultés. Le niveau de la production n’étant pas lié uniquement, il est vrai, de façon automatique aux conditions naturelles.

  • 40 Miege ; op. cit. tome IV p. 88.
  • 41 Des Gouverneurs destitués/Aḥmad b. Mûsa (07.06.1304/03.03.1887) B.H.
  • 42 °Abdarraḥmân b.Aḥmad al-Bûkili/Ḥassan Ier (08.02.1305/26.10.1887) B.H (C. 217).
  • 43 Mûḥammad b.Jilâli ad-Dûkkâli/Ḥassan Ier (21.11.1304/11.08.1887) B.H (C. 245).
  • 44 al amin Sûlaymân b. Hadda at-Taûri/Ḥassan Ier (20.12.1304/09.09.1887) B.H.

10En 1887 la sécheresse de novembre à fin février affecte les céréales dans le sud, mais l’année est prospère dans le nord40. Effectivement les prix sont encore chers en mars dans le Haouz41. La récolte y est moindre qu’en 1886 en raison de la faiblesse des précipitations, du manque d’eau dans les séguias ; les rendements sont bas42. Dans le Doukkala aussi, les moissons ne sont pas bonnes43. Mais des exceptions existent même dans le nord, chez le Béni Hsen où l’on signale la rareté des grains44.

  • 45 Miege ; op. cit. tome IV. pp. 88-89.
  • 46 ad-dwirâni/Ḥassan Ier (27.11.1305/05.08.1888) B.H (C. 238).
  • 47 Mûḥammad’b.at-Tayyab as-Sarġini (14.11.1309/10.06.1892) B.H (C. 422).
  • 48 Ûmanâ’al-Kholt/Ḥassan Ier (18.08.1305/30.04.1884).
  • 49 Miege ;
  • 50 Le gouverneur de Fès/Ḥassan Ier (26.10.1307/15.06.1890) B.H (K. 172).
  • 51 Ḥassan Ier/Gouverneur des Angad (28.04.1310/19.11.1892) B.H (K. 707).
  • 52 °Otmân al-Majjâṭi/Ḥassan Ier (01.09.1307/21.04.1890) B.H (K. 166).
  • 53 Ennaji, Pascon ; op. cil. doc. 187 (29.08.1307/20.04.1890).
  • 54 al-Mallâh/Ḥassan Ier (24.08.1307/15.04.1890) B.H (K. 166) pour le haouz. Mûḥammad û Hâšem/Ḥassan I(...)
  • 55 al-Mnabhi/Ḥassan Ier (08.07.1307/28.02.1890) B.H Bûcetta/Ḥassan Ier (01.01.1310/ 26.07.1892) B.H ( (...)
  • 56 Driss b. Zina/Ḥassan Ier (08.01.1308/24.08.1890) B.H (C. 271).
  • 57 Les Ûmanâ’ d’al-Ḥassan an-Naknâfi/Ḥassan Ier (15.06.1308/26.01.1891) B.H.
  • 58 az-Zalṭni/Ḥassan Ier (09.05.1309/11.12.1891 ) B.H (C. 421). l’amin de an-Naknâfi/Ḥassan Ier (13.10 (...)
  • 59 Ennaji, Pascon ; op. cit. doc. 222 (12.06.1308/23.01.1891).
  • 60 Ennaji, Pascon, op. cit. doc. 231 (05.10.1308/13.05.1891) Pour le Sous al-Adna : Mûhtas-sib Rûdâni (...)
  • 61 Les Ûmâna’ des Chiadma/Ḥassan Ier (01.03.1892) B.H (C. 113) (22.08.1307/13.04.1890) B.H (K. 195) ° (...)
  • 62 °Abdarraḥmân al-Bûkîli/Ḥassan Ier (01.01.1309/07.08.1891) B.H (K. 468).
  • 63 ad-Damnâti/Ḥassan Ier (24.10.1308/02.06.1891) B.H (K. 468) Un amin et un chayh de la circonscripti (...)
  • 64 Mawlay Mhamad/Ḥassan Ier (27.11.1309/23.06.1892) B.H (K. 194).
  • 65 Mûḥammad b.at-Tayyab as-Sargîni/Ḥassan Ier (14.11.1309/10.06.1892) B.H (C. 422).
  • 66 Mûḥtassib de Marrakech/Ḥassan Ier (27.11.1309/23.06.1892) B.H (K. 193). Même sur les domaines du M (...)
  • 67 Le Chaykh aṭ-Ṭwîri/Ḥassan Ier (18.10.1308/27.05.1891) B.H (K. 468). Les Ûmana de az-Zirâwi/Ḥassan (...)
  • 68 Les Ûmanâ’ et chyoukh des Mediouna/Ḥassan Ier (21.11.1308/28.06.1891) B.H (K. 468).
  • 69 as-Swîssi/Ḥassan Ier (21.11.1308/28.06.1891) B.H (K. 468).
  • 70 as-Swîssi/Ḥassan Ier (05.11.1308/12.06.1891) B.H (K. 468).
  • 71 Les A°rab de Rabat/Ḥassan Ier (27.12.1308/03.08.1891) B.H chose qui leur est refusée (le report) c (...)
  • 72 °abdalkbir at-Taûri/Ḥassan Ier (26.12.1308/02.08.1891) B.H (C. 270). al-Ḥassan Ier (15.07.1309/14. (...)
  • 73 Muhammad b.°omar az-Zayyâni/Driss b.al-°Allâm (08.10.1308/17.05.1891) B.H.
  • 74 Ḥassan Ier/L’ensemble des caïds des Haiaïna (14.01.1309/20.08.1891) B.H (K. 708).

11Le cycle prospère s’affirme en 1888. Les récoltes sont bonnes45. Dans le Haouz affecté par la sécheresse l’an passé, l’activité marchande est de plus en plus animée. Les derniers marchés ruraux abandonnés depuis 1878 reprennent de nouveau46. A la fin de l’année de mauvaises récoltes sont cependant annoncées chez les Sraghna suite à la sécheresse47. Dans le nord, les kholt se plaignent, malgré l’abondance des pluies, de faibles moissons48. Si la tendance générale se prolonge en 1889 et 1890, cette dernière année voit les signes précurseurs de l’affaissement de la production. Le bétail n’avait pas eu suffisamment de temps pour se reconstituer totalement. Sa situation était en plus aggravée par l’exportation vers l’Europe49 à laquelle s’ajoutait son écoulement clandestin en Algérie. L’interdiction d’abattre les femelles, notamment bovines, était encore maintenue en cours par l’Etat50. Dans l’oriental, chez les Angad l’année 1890 avait connu la sécheresse51. Dans le Haouz, celle-ci qui se maintient jusqu’au printemps avait durement frappé les camélidés52. Jusqu’en Avril, la situation demeurait très difficile dans le Sous53. Les récoltes en souffrirent54. Les récoltes d’olives furent en deçà du niveau enregistré en 1889 dans le Haouz, mais aussi à Chichaoua et chez les Sraghnas55. En août les grains atteignirent des prix élevés dans le Saïs56. La crise en fait va débuter l’année suivante de façon très inégale selon les régions, avec l’invasion des criquets. Mais déjà en octobre 1890, celle-ci débute dans le Sous et le haha57 où la campagne agricole 1890-1891 sera mauvaise58. Dans le Sous écrit-on « Dieu (qu’il soit adoré et glorifié) a fait s’abattre les criquets sur ces régions. Ils sont venus à bout de la totalité des récoltes d’orge, des arbres et des pâturages. On ne voit plus rien sur le sol. Le bétail est affamé au point d’être exterminé par les décès »59. En mai, les gens étaient « très affligés de la sécheresse et de la disette. Que Dieu apaise les frayeurs des musulmans »60. Chez les Chiadma aussi, des pertes importantes furent enregistrées dans les troupeaux61. Dans le Haouz, bon nombre de régions sont endommagées par le fléau, aux environs même de Marrakech62 chez les Touggana63 les Guedmioua64, chez les Sraghna65 ; les récoltes d’olives y seront particulièrement touchées66. Même les Doukkala ne sont pas épargnés, les moissons y seront en effet faibles67. En Chaouia, seuls les Médiouna semblent très sérieusement affectés68. A Rabat, les environs de la ville sont envahis par les criquets et leurs rejetons. Les gens consentent à verser des prix élevés afin que leurs propriétés en soient débarassées69. Les moissons d’ailleurs y sont mauvaises, les gens endurent de grandes difficultés. On compte surtout sur le ravitaillement en grains de la Chaouia, mais celui-ci est dirigé de préférence sur Casablanca70. Les A°rab demandent le report des obligations fiscales en attendant des temps meilleurs. Ils fuient leurs terres pour le voisinage immédiat des Zaër dont des fractions ont échappé aux déprédations71. Chez les Béni Hsen, les Sehoul et les Zemmour la même insuffisance des récoltes céréalières est soulignée72. Le phénomène est similaire chez les Zaiane où les décès sont importants dans le bétail73. Chez les Haiaïna c’est la troisième mauvaise année consécutive74.

  • 75 Miege ; op. cit. tome IV p. 89.
  • 76 Les prix sont chers dans le Rharb : az-Zirâwi et ad-Dlîmi/Ḥassan Ier (01.07.1309/31.01.1892) B.H ( (...)
  • 77 al-Amin al-hmar al-Bû°zîzi/Ḥassan Ier (01.06.1309/02.01.1892) B.H (K. 468). le caïd al-Bû°zizi/Ḥas (...)

12Il semble donc que la prospérité ne se maintint pas générale jusqu’en 1891-1892 ainsi que le laissent penser les sources européennes75. L’année 1891 inaugure pratiquement le nouveau cycle de difficultés. La situation va s’aggraver l’année suivante qui s’ouvre par une période de cherté quasi-générale. Le makhzen met son grain en vente76. Les criquets rasent les pâturages dans plusieurs régions. Des Doukkala on conduit les troupeaux vers la Chaouia où subsistent indemnes quelques prés77.

  • 78 dans l’oriental : al-hâjj as-Sahbi al-Mahyâoui/Ḥassan Ier (17.02.1310/10.09.1892) B.H (C. 367) et (...)
  • 79 Mawlây°Omar /Ḥassan Ier (02.02.1310/26.08.1892) B.H (K. 185).
  • 80 Un Amin des Zerahna/Ḥassan Ier (24.09.1309/22.04.1892) B.H (K. 193).
  • 81 al-°Abbâs/Ḥassan Ier (10.04.1310/01.11.11.1892). A El Ksar la petite vérole y est signalée. Ramada (...)
  • 82 Dans le Sous : le muḥtassib de Taroudan/Ḥassan Ier (245.08.1310/13.05.1893) B.H (K. 200). Dans le (...)
  • 83 az-Zardâni al-°Amri/Ḥassan Ier (25.08.1311/03.03.1893) B.H (C. 249).
  • 84 sa°îd b.al-A°rûsi/Ḥassan Ier (25.08.1311/03.03.1894) B.H (C. 233). al-Ḥâjj Mûḥammad b.Tammâr al-°A (...)

13Le niveau des récoltes en baisse depuis 1891 continue à se dégrader. Les populations ne sont plus en mesure d’acquitter les prélèvements de l’Etat78. De nouveau, des paysans désertent leurs terroirs chez les tribus les moins épargnées, notamment les Haiaïna79. Chez les Zerahna, des villages entiers se dépeuplent80. La mahalla en expédition dans le nord déjà infestée par la petite vérole, souffre du manque aigü d’approvisionnement, les désertions y deviennent fréquentes et les simples soldats se nourrissent de mendicité81. En 1893, la cherté ne désarme pratiquement pas le long de l’année. La liste des régions affectées par la sécheresse et les criquets s’allonge82. De nouveau les gens n’avaient pour nourriture que l’herbe des champs83. La disette élargissait son aire préparant le champ aux épidémies84.

14C’est dans ce contexte de difficultés chroniques où se débat la paysannerie, qu’intervient au xixe siècle la pénétration du Capital marchand européen au Maroc. C’est sur les mécanismes de cette pénétration que nous allons essayer de nous interroger.

II – SYSTÈME SOCIAL, POUVOIR ET INSERTION DANS L’ÉCONOMIE D’ÉCHANGE

15La société marocaine au cours de la deuxième moitié du xixe siècle est très touchée par l’endettement.

  • 85 Ayache (G.) ; « Aspects de la crise financière au Maroc après l’expédition espagnole de 1860 ». in (...)
  • 86 Miege ; op. cit. tome III p. 30.

16Si l’on a disserté sur les conséquences désastreuses de la dette forcée de l’Etat précolonial sur l’économie du pays85, l’endettement des particuliers a peu attiré l’attention. Or le crédit a constitué une arme formidable d’insertion de l’économie marocaine dans le cadre de l’économie mondiale capitaliste86. C’est par son biais qu’une paysannerie tournée essentiellement vers une production de subsistance, a été contrainte d’écouler une grande partie de sa production vers le marché afin de régler ses dettes. Plus même, le crédit a joué un rôle essentiel dans la transformation accélérée des rapports sociaux en permettant une concentration de la propriété. La pénétration étrangère même limitée aux ports, a trouvé des conditions propices pour prolonger son action par ce biais très loin à l’intérieur du pays. Des facteurs multiples ont facilité cette action.

A. CRISES DE SUBSISTANCE, PRESSION FISCALE ET ENDETTEMENT

  • 87 Miege ; op. cit.
  • 88 al-ḥâjj Mûḥammad al-hâdi al-Qal°i/Ḥassan Ier (12.08.1301/07.06.1884). B.H.
  • 89 b.aḥmad ad-Dhissi/Ḥassan Ier (19.04.1301/17.02.1884) B.H.
  • 90 al-°arbi b. Mûhamad-al-Madyûni/Muhammad b.al-°Arbi (21.03.1301/20.01.1884) B.H.
  • 91 bûš°ayb b.al-°arbi az-Znâti/Ḥassan Ier (23.09.1311/30.03.1894) B.H (c. 103).
  • 92 Miege ; op. cit. t. III p. 30. et Mûḥammad b.al-mqaddam al-Bûhâri as-Sûri/Ḥ Ier (15.03.1301/14.01. (...)
  • 93 Mûḥammad b.al-°Arbi (17.01.1301/18.11.1883) B.H.
  • 94 Notamment chez les Ûlâd Amrân : Mûḥammad b. bûš°ayb al-Halfi (16.10.1309/14.05.1892) B.H (C. 91).
  • 95 Les Umanâ’ des Ûlâd Bouaziz/H Ier (20.05.1303/24.02.1886) B.H (C. 86).
  • 96 aš-Šrif b. bûš°ayb/Ḥassan Ier (13.07.1291/26.08.1874). B.H.
  • 97 Ayache (G.) ; op. cit. p. 110.
  • 98 al-hâjj al-ma°ṭi b.°abdalkbir/Mûḥammad b.al-°Arbi. (24.10.1301/17.08.1884) B.H (C. 58).
  • 99 Les Ûmanâ’ du caïd al-Maḥjûb al-GalIûli/Ḥassan Ier (18.10.1301/11.08.1884) B.H (C. 30).
  • 100 Milûd at-Takni/Ḥassan Ier. (05.06.1309/06.01.1892) B.H (C. 97).
  • 101 En fait la concurrence faite aux notables locaux par les juifs n’est pas étrangère à ce cri. °ali (...)
  • 102 Ennaji (Mohammed) et Tozy(Mohammed) ; « La Prison au xixe siècle » Lamalif (186) mars 1987 pp. 38- (...)
  • 103 °abdarraḥmad al-Idrissi/al-ḥâjj al-ma°ṭi b.al-°Arbi (24.06.1310/13.01.1893) B.H.

17Les difficultés naturelles et l’insuffisance périodique ou chronique de la production dans nombre de régions ont joué un rôle de premier plan dans ce contexte. C’est en effet durant ces périodes de crises que l’endettement se révèle le plus important, prenant même des allures massives87. La paysannerie était acculée à recourir aux créanciers européens, directement ou indirectement à travers leurs agents locaux et surtout juifs. Le paysan s’endettait en période de disette pour parer au plus pressé, c’est-à-dire se nourrir et nourrir les siens. La crise terminée laissait les fellahs dans le dénuement le plus total. Ne disposant ni de bêtes de trait, ni de semences, ni de subsistances pour survivre jusqu’aux prochaines récoltes. Ils se retrouvaient à nouveau dans la nécessité de faire appel aux prêteurs pour lancer les labours au point que beaucoup de fellahs ne pouvaient se sortir des difficultés. Même les années bonnes ne l’étaient pas pour l’ensemble de la paysannerie. Ainsi en 1884, année qui, pensait-on, rompait avec les crises aiguës de 1878 et 1882, on écrit du Rif au sultan : « Que notre maître sache qu’en cette année bénie, les gens ont contracté des dettes pour subvenir aux besoins des enfants et autres »88 entendez aux frais de labour. Au cours de cette même année les DKHISSA s’étant fortement endettés les années écoulées, avouaient au Makhzen que s’ils donnaient leurs grains aux juifs et payaient l’impôt en même temps, ils ne pourront plus vivre que de mendicité89. Plus près des côtes – origines du mal : remarquer la traduction du mot Tagr : béance comme le note si bien J. Berque – Les Oulad Zyane et les Médiona se voient à la même époque dépossédés de leurs biens par les chrétiens et juifs. Un seul douar aurait payé au consul anglais 1 800 ryal, d’autres plus encore90. Tel ce douar, toujours en Chaouia, qui devait aux français 7000 ryal91. la paysannerie prise au piège de l’endettement pouvait difficilement y échapper. C’est que les taux d’intérêt consentis sous la pression du besoin étaient fort élevés. « Le taux d’intérêt jugé normal est de 50 à 60 % l’an ; jusqu’à 200 % en temps de crise. D’un prêt toujours gagé sur récoltes, terres, maisons ou joyaux. On ne parle d’usure que lorsque l’intérêt dépasse 20 à 30 % par mois »92. les charges qui en résultent sont telles que le paysan même en période de « prospérité » n’arrive pas à faire face à ses engagements. Non seulement les sommes à rembourser sont élevées, mais leur poids vient s’ajouter en plus à la ponction fiscale. Par ailleurs dans nombre de régions, le remboursement des dettes concurrençait fortement le prélèvement étatique93. La conjugaison de la pression fiscale et celle des créanciers en dehors des périodes de crise est un autre facteur d’incitation à l’endettement. Chez les Doukkala la lourdeur excessive de l’impôt a poussé les tribus « à se charger de dettes et à vendre leurs récoltes en grains et légumineuses avant terme, aux chrétiens et aux juifs »94. Dans certaines localités même, les biens ont été portés au nom des protégés afin d’échapper au fisc95. En 1874 le montant des redevances fiscales des Zenata atteignait la somme de 62 400 ryal96, alors que le montant total déjà excessif imposé à l’ensemble de la Chaouia en 1865 fut de 150 000 ryal97. En 1884, les Mzamza ayant à peine versé 20 500 ryal au makhzen et dépensé 2000 pour le transport ne pouvaient plus régler en totalité une dette de 5000 ryal aux chrétiens98. Plus au sud, concernant les Haha, le rapport suivant adressé au sultan par les ûmama’ est éloquent : « Cette circonscription a été atteinte à un tel degré par les peines et les épreuves, qu’il serait inconvenant de garder le silence dessus sous peine de mériter le reproche. Cet état de choses a résulté de la coïncidence des réclamations qui leurs proviennent de toutes parts, au point qu’ils sont incapables de s’en acquitter. Parmi celles-là, il y a les obligations des deux années en question (il s’agit de 1882-1883 et 1883-84, le montant dû est de 8205 ryal dont ils n’ont réglé que 1935 jusqu’à cette date), le règlement de la harka, la hadya, ainsi que les créances des commerçants (chrétiens et juifs) et le prétendu pillage sur le territoire de la tribu durant la période passée où il fut abandonné par la population ainsi que le sait notre maître (que Dieu le secoure). Parmi les dettes des Aït Tamer : 1 100 ryal pour Corcos, 500 ryal pour Hnâfwa et 860 ryal pour Dannâr, tout cela uniquement au titre du pillage sans compter les dettes contractées à titre personnel. Beaucoup de gens sont encore dans le dénuement total, sans bétail ni biens dont le revenu pourrait rembourser les créances. Ils n’ont que de l’orge dont le prix actuellement est bas. Certains parmi eux, s’ils venaient à vendre la totalité même de leur récolte, n’en retireraient pas l’équivalent de deux ryal. Par ailleurs le manque d’attelages et de semences a réduit les labours et beaucoup de gens parmi eux ont labouré en association, certains contre le quart du produit. Et du fait que les réclamations leurs sont parvenues, ils ont perdu espoir et se sont mis à quitter la région »99. Aux dettes impayées s’ajoutaient de nouvelles. Le prêteur devenait ainsi une partie intégrante des nuisances, des cataclysmes naturels qu’il accompagnait pour soulager les besogneux et en même temps les aggravait par l’intérêt usuraire100. Combien est significative cette plainte des notables de Sefrou adressée au Makhzen : les juifs ont édifié des constructions si hautes qu’ils attentent par le regard à l’honneur des musulmans. Plus, l’horizon même en est obscurci, et la mosquée dérobée à la vue à un tel point que l’appel à la prière ne parvient plus aux ouïes101. En dehors les difficultés naturelles et de la pression fiscale, les transformations profondes en cours dans la société ont fourni un cadre favorable à la pénétration du crédit. L’économie n’était pas la seule à être monétarisée, le numéraire investissait aussi les réseaux traditionnels (dons intercessions) et les reliait au circuit du crédit102. Voyez le capital anglais, qui pour s’acclimater aux hommes du cru et à leurs coutumes offrit en ziyara au sanctuaire de Mawlây Driss Zerhoun cinq cent ryal. Alors que le moqaddem du lieu tentait de s’enquérir auprès du sultan de la suite à donner à ce don des chrétiens, que Dieu les anéantisse, les Chorfa pour leur part, n’avaient eu d’autre souci à ce sujet que les modalités de partage !103.

  • 104 My °abdarrahmân b.Zaydân ; Ithaf V, pp. 112-113.
  • 105 Ḥassan Ier/at-Tayyab b. Hîma (24.10.1301/17.08.1884) B.H (C. 180) al°arbi b.hida ar-Raḥâli/Ḥassan (...)
  • 106 °abbâs b.Dâwûd/Ḥassan Ier (27.10.1310/14.05.1893) B.H (C. 230).
  • 107 Umanâ’ al jadida/H Ier. (27.12.1305/04.09.1888) B.H (C. 199).

18Le crédit capitaliste qui ne se présentait ici dans une zone en voie de satellisation que sous la forme de capital marchand et usuraire, épousa aussi les formes traditionnelles de prêt, notamment le rhan. Celui-ci fut une des armes sûres de pénétration même dans les régions très éloignées des ports104. Cette insertion graduelle des réseaux traditionnels dans les circuits du capital permit une pénétration insensible de la société et de l’économie, pénétration dont on ne mesura la gravité qu’au moment où ses conséquences commencèrent à voir jour sous l’aspect de l’appropriation des terres par des étrangers. On comprend dès lors l’insistance avec laquelle l’Etat a réitéré à plusieurs reprises l’interdiction du rhan105. L’interdiction ne fut pas toujours suivie d’effet. Ainsi à Marrakech, on alla même à certains moments difficiles, jusqu’à interdire l’accès des femmes au mellah de la ville afin de limiter plus sûrement la pratique106. Dans les marchés ruraux, sous une apparence de fixité et de continuité, le juif habituel prêteur jouait en fait un rôle tout à fait inédit. Il devenait un rouage de la percée capitaliste dans le pays107. Mais ni les crises agricoles, ni la pression fiscale ne suffisent à notre avis pour expliquer l’ampleur du phénomène de l’endettement. Une question centrale à laquelle il convient de répondre, se pose ici, quel fut le rôle des couches dominantes des campagnes dans cette pénétration ?

B. LA COMPLICITÉ DES RAPPORTS SOCIAUX

  • 108 107bis Selon Pascon (P.) qui affirme après le dépouillement du dossier MANNESMAN C° « il n’y avait (...)

19Nous avons souligné le rôle des crises de subsistance dans l’endettement de la paysannerie ainsi que celui de la pression fiscale dans l’aggravation des difficultés et donc dans le maintien constant des masses rurales dans le besoin. Mais la pénétration du crédit très loin à l’intérieur du pays110807bis ne pouvait assurément se faire de façon aussi rapide sans que les rapports sociaux dominants ne s’y prêtent. Dans ce contexte, les pouvoirs locaux, caïds et autres agents subalternes, ont joué un rôle de premier plan. Ils ont constitué la courroie de transmission et les agents moteurs de l’insertion de l’économie paysanne, par le biais du crédit, dans l’aire capitaliste.

  • 109 Ûmana’ des Ûlâd °Ammrane (Doukkala)/Ḥassan Ier (16.09.1302/29.06.1885) B.H (C. 183).
  • 110 Ûmana’ al-Mustafâd/Ḥassan Ier (30.03.1301/29.01.1884) B.H. (C. 56).
  • 111 Ḥmida b.°ali/a°mâra b.°Abdassâdaq (10.07.1291/23.08.1874) B.H. (C. 4). Il s’agit ici de al-Jirrâri (...)
  • 112 Mûḥammad b.Dâwûd/Mûḥammad b.al-°Arbi (10.08.1301/05.06.1884) B.H (C. 46).

20Si le développement de la production marchande résultant de l’ouverture au marché mondial capitaliste a bénéficié à la bourgeoisie urbaine, les caïds pour leur part en ont largement profité. Beaucoup d’entre eux, ouvertement ou de façon discrète ont joué le rôle de collecteurs de produits sur les marchés ruraux afin de les écouler vers les zones portuaires, réalisant de la sorte des bénéfices appréciables109. En 1883, les Ûmana reprochaient au Goundafi la monopolisation de la production d’amandes dans le Haouz par l’achat direct aux producteurs, privant ainsi Marrakech de la principale rentrée fiscale sur les fruits110. Certains jouaient le rôle d’agents directs du capital étranger recevant des avances afin de centraliser la production à son profit, et cela même dans des régions réputées d’insécurité111. Le caïd as-Znâti est mentionné comme trafiquant la nuit à Fédala avec les Européens, leur livrant le bétail et la laine. Des cousins à lui, protégés, se chargeaient d’organiser ses contacts avec les commerçants chrétiens112.

21A côté de cette action directe dans la commercialisation des produits, ils intervenaient aussi de façon indirecte dans la monétarisation de l’économie rurale par une alliance intime avec le capital usuraire. Cette fonction leur permettait de drainer plus discrètement, une fraction du surplus agricole en dehors du canal makhzénien, à leur profit et à celui du capital étranger. Ce phénomène prit une réelle ampleur sous le règne du sultan sidi Mûḥammad b.°Abdarraḥmân.

  • 113 Dans le Doukkala en 1864. Voir Doc. n° 367 (14.05.1281/15.10.1864) B.H (K. 47).
  • 114 Mûḥammad b.°Abdarraḥmân/Mawlây Ḥassan (17.09.1283/23.01.1867) B.H (C. 37).
  • 115 Mûḥammad b.°Abdarraḥmân/Mawlây Ḥassan (29.10.1283/06.03.1867) B.H (C. 38).
  • 116 Mûḥammad b.°Abdarraḥmân/Mawlây Ḥassan (29.08.1283/06.01.1867) B.H (C. 37).
  • 117 Mûḥammad b.°Abdarraḥmân/Mawlây Ḥassan (02.10.1283/07.02.1867) B.H (C. 37). Il s’agit du caïd des G (...)
  • 118 Mûḥammad b.°Abdarraḥmân/Mawlây Ḥassan (17.09.1283/23.01.1867) B.H (C. 37).
  • 119 Mûsa b.Aḥmad/Mawlây Ḥassan (02.05.1283/12.09.1866) B.H (C. 37). La pratique de l’endettement des t (...)
  • 120 Mûḥammad b.°Abdarraḥmân/Mawlây Ḥassan (09.09.1283/15.01.1867) B.H (C. 37).
  • 121 Ennaji (Mohammed) et Filali (Meknassi Rachid) ; « Transformations économiques et résistances jurid (...)

22Le procédé était très simple. Le caïd contractait une dette considérable auprès des commerçants étrangers, en usait pour son propre besoin et la répercutait quant au paiement sur la tribu. Au début des années soixante, le pouvoir central est très alarmé de l’étendue de cette pratique113. En 1866, le sultan écrit à son fils Mawlây Ḥassan : « Nous avons reçu ta lettre au sujet de ce qu’ont entrepris les caïds Mûḥammad b.al-Ḥassan at-Tizguini et Ḥassan al-Gargûri comme intrigues avec les représentants des chrétiens, ainsi que les prêts à intérêt qu’ils ont contractés auprès d’eux et dépensés dans la satisfaction de leurs passions selon ce que tu as mentionné. Ils se proposent de faire recouvrer ces créances par les hommes du commun (al°âmma), comme ils en ont porté une partie à la charge des notables contre leur gré. Tu mentionnes que le caïd as-Sarqâwi a entrepris pire qu’eux encore en la matière »114. Quelque temps après, le détail circonstancié de l’action de celui-ci parvint au sultan qui en accuse réception : « Nous avons reçu ta réponse à l’ordre que nous t’avions donné d’enquêter sur les nouvelles qui nous étaient parvenues de l’action abominable entreprise par le caïd °allâl as-Sarqâwi avec les chrétiens. Tu as mentionné que cela est vrai et qu’ils sont partis de chez lui avant l’aïd. Il t’est parvenu aussi que ce qui faisait l’objet de leur association a pris fin. Ils ont réalisé avec lui un profit considérable dans le crédit qu’ils ont fait à sa tribu, dans le change du doublon où ils l’ont trompé, ainsi que dans la promesse d’une part sur le gain réalisé avec la tribu et à laquelle ils ont fini par surseoir. Tu as rapporté qu’il a contraint certains parmi ses frères, au cours de cet aïd, à contracter des prêts à intérêt au mellah de l’ordre de 10.000 mitqâl »115. Le cas des autres caïds est pratiquement similaire. al-Gargûri avait une dette de 27 500 ryal, dont 2500 auprès des français et 25 000 auprès des anglais. Le taux d’intérêt est très élevé, car la dette anglaise mentionnée provient d’un prêt de 4 000 ryal116. La tribu devait en faire les frais. Le caïd at-Tizguini dont la tribu avait déjà pour coutume de vendre aux étrangers la récolte d’olives sur pied, était redevable d’un montant de 7 500 ryal. Montant « qu’il a fait témoigner à la charge des notables de la tribu, alors que certains d’entre eux n’ont pas assisté et personne parmi la totalité n’a dépensé un seul dirham à son profit »117. L’alliance du capital usuraire et des pouvoirs locaux est donc on ne peut plus nette. Elle illustre de façon claire que les mécanismes économiques à eux seuls sont loin de rendre compte de l’ampleur du phénomène de l’endettement et de la saisie rapide du surplus paysan par le capitalisme, sans la complicité des rapports sociaux en place. Cette alliance allait porter une menace sérieuse à la cohérence de l’appareil de l’Etat, ainsi qu’en rend compte le sultan très alerté par le rôle joué par les caïds : « Nous avons cru, jusque là, que vous étiez les agents du makhzen, administrant sous ses ordres dans le prélèvement et le versement comme agit l’incapable sous le contrôle de son tuteur, car les gouverneurs ont un mandat limité. Mais voilà que vous vous révélez au service d’autres par votre agissement »118. Convaincu que les sermons à eux seuls étaient inopérants en pareil cas, la question n’étant autre que l’accès au partage du surplus, le makhzen décida d’ouvrir une ligne de crédit sur ses propres fonds au profit des caïds afin de les détourner de l’association avec le capital étranger. C’est une tradition de votre père, écrit le chambellan à Mawlây Ḥassan, afin de les sevrer (sic) de cette vilaine habitude de contracter des dettes et de les répercuter sur les tribus119. L’ordre aussi fut édicté, de mettre aux arrêts les °Ummâl convaincus de telles pratiques. Mais la sévérité des mesures ne parvient point à mettre un terme à une tendance portée par l’évolution de l’économie et de la société. De l’aveu même du sultan, aux prescriptions et remontrances « les gens n’ont guère prêté attention, et cet état des choses les a conduits à se ruer vers les commerçants chrétiens, à contracter auprès d’eux des dettes très lourdes, inconscients quant à l’issue à laquelle pareille chose pouvait conduire avec eux »120. Les mesures de pouvoir central pour contrecarrer et contenir le phénomène de l’endettement, ne se limitent pas aux quelques actions ponctuelles énumérées. Elles sont bien plus nombreuses et relèvent d’une stratégie d’ensemble qui mérite d’être examinée dans le détail121. Le problème est en effet d’une importance considérable, sa gravité qui fut ressentie aux premières heures fut, à notre avis, une des causes essentielles de la réorganisation des pouvoirs locaux dont l’un des objectifs consistait à limiter les prérogatives du caïd.

  • 122 Ibid.

23L’essentiel pour nous, à ce niveau, est de souligner que non seulement la pratique ne prit pas fin, mais qu’à l’inverse elle s’étendit. Faute de pouvoir l’enrayer, le makhzen tentera désormais de prévenir et de limiter ses conséquences, notamment au niveau de l’appropriation des terres par les étrangers à la suite de l’expropriation des débiteurs insolvables122. Sous le règne suivant, celui de Ḥassan 1er, l’endettement forcé des tribus par le biais caïdal se renforça et se généralisa. A l’image de la bourgeoisie citadine, des hauts dignitaires de l’Etat, les caïds entendaient bien, pour leur part, s’inscrire dans le procès d’accumulation capitaliste en cours.

  • 123 al-ḥâjj Mûḥammad b. at-Tammâr al-°Abdi/Mûḥammad b.al-°Arbi (29.11.1301/ 20.09.1884) B.H. Les exemp (...)
  • 124 Aḥmad b.al-ḥâjj as-Sarrâḍi/Ḥassan Ier (08.07.02.1892) B.H Dans cette tribu des environs de Casabla (...)
  • 125 Chez les Doukkala, « les gens de condition modeste se sont endettés à cause de l’oppression des go (...)
  • 126 al-°arbi b.al-Ḥassan Ier (23.08.1301/18.06.1884) B.H (C. 57). °Abdarraḥmân b.Mûḥam-mad/Ḥassan Ier (...)
  • 127 Chez les Frouga dans le Haouz : °abbâs b.Dâwûd/al-ma°ţi b.al-°Arbi (11.09.1309/09.04.1892). A El K (...)
  • 128 Laḥcen Ûġriq al-Bûrzi/Ḥassan Ier (18.09.1301/12.07.1884) B.H (C. 36).
  • 129 Mûḥammad b. Yaḥya al-Gadiri/Ḥassan Ier (10.02.1311/23.08.1893) B.H (C. 130).
  • 130 Tel ce cousin du gouverneur d’une tribu des Doukkala qui accumula une fortune considérable « il s’ (...)
  • 131 Demande d’intervention pour nomination contre 100 ryal au ministre aṣ-Ṣanhâji par Aḥmad b.°allâl a (...)
  • 132 Versement de 1000 ryal : laḥcen B.Aḥmad al-aûdi (à Skhirate) Ḥassan Ier (16.08.1311/22.02.1894) B. (...)
  • 133 aḥmad b.bûziyân al-Bû°lâwi/Ḥassan Ier (12.08.1301/07.06.1884) B.H (C. 52). Aḥmad b.al-makki b.al-M (...)
  • 134 Miege (J.L.) ; op. cit.. III p. 29, n° 3.

24Relevons quelques exemples à titre d’illustration, car les Archives du Makhzen fournissent une information très riche dans ce domaine. Voici un caïd, al-Hâfidi qui a pressuré sa tribu « au point qu’il l’a entraînée à la ruine. La plupart des gens ont pris la fuite et le reste s’est mis sous la protection des juifs. Sa circonscription égalait dans le passé la tribu des Abda entière et les tribus du Haouz, alors que maintenant il n’en reste pas grand chose. Il les a chargés de dettes envers les commerçants des nations étrangères et a livré une reconnaissance des dettes à leur charge au commerçant Georges. Ses hommes ainsi que ceux des commerçants font la tournée des souks avec leurs tentes, harcelant les chyoukhs et les hommes du commun pour le règlement des créances dont il les a chargés »123. Chez les Médiouna et les Ûlâd Ziyane, le caïd et les Ûmana’ « ont imposé à la tribu des sommes considérables que le caïd a accaparées dans leur totalité. Le montant en question avait été acquis à titre de prêt de la part des commerçants étrangers de Casablanca, une partie à 50 %, une autre à 33 %. Et le reste contre la vente des récoltes sur pied. Les musulmans sont chargés de dettes, le crédit d’une année se mêlant à celui d’une autre, et vont à leur perte du fait des créances que leur engendrent leurs gouverneurs. J’ai aussi informé notre maître au sujet des notaires du port précité, de leur grand nombre et de leur propagation dans les boutiques. Ils témoignent pour les commerçants étrangers sans que nul les y autorise »124. Les caïds usaient de tous les procédés pour acculer la tribu à l’endettement. Le prélèvement abusif dénué de tout aspect légal venait renforcer les conséquences néfastes de la pression fiscale du centre poussant les sujets dans les mailles du capital usurier afin d’acquitter les obligations125. L’établissement de faux actes était un moyen expéditif et fort usité126. Bon nombre de notaires y trouvaient un gain facile et assuré et n’hésitaient pas à mettre leurs plumes au service de l’agent d’autorité127. L’intercession pour un prisonnier était l’occasion d’inciter la famille à s’endetter, car les bonnes grâces ne tardaient pas à se manifester à la vue du numéraire128. Cette opération était souvent montée de toutes pièces en commun accord, entre l’agent d’autorité et les prêteurs. Ces derniers ayant jeté leur dévolu sur un bien, incitaient le caïd à incarcérer le propriétaire afin d’intercéder en sa faveur et d’établir un acte de créance à sa charge pour le montant nécessité par son élargissement129. De plus, les caïds exerçaient aussi directement l’usure, par l’entremise de leurs proches130. Nul mystère donc à ce que la dette pénètre les pores de la société. Le pouvoir caïdal sous la pression de sa propre dynamique et de la conjoncture dominante s’est parfaitement inséré dans le réseau du capital, et a constitué le nœud d’articulation de ce dernier avec la société rurale. L’investiture du caïd en fait inaugure le cycle de l’endettement que les préalables à la nomination annoncent déjà. En effet, une vénalité des offices s’est installée sous le règne de Ḥassan Ier. Le postulant veille à s’assurer le concours favorable des hauts dignitaires par des cadeaux en espèces131. Le poste attribué, une certaine somme contractée à titre de prêt est versée d’avance à l’Etat132. Le remboursement se fera à la charge de la tribu. Si bien qu’aux reproches qu’adresse l’Etat aux pouvoirs locaux concernant l’endettement, une réplique de leur part unanime fait écho : ce sont les obligations vis-à-vis du centre qui acculent à l’endettement133. La chose n’est vraie qu’en partie, il faut le dire, mais la question ne réside pas à ce niveau. Force, par contre, est de constater que les rouages de l’appareil de l’Etat se sont prêtés à la pénétration du crédit. Sans parler des prêteurs nationaux d’origine urbaine dont l’alliance avec les commerçants européens est notoire, il suffit de souligner les liens même qu’entretenaient les grands commerçants juifs avec l’appareil de l’Etat, comme agents d’affaires des grands dignitaires134.

25Certes la dette d’Etat a été un facteur décisif d’appauvrissement du pays et de destabilisation du système productif par le biais d’une pression fiscale accrue, qui au lieu de prélever sur le surplus, a ponctionné même les moyens de production, éliminant parfois la possibilité de la reproduction simple. Mais cette dette, comme événement daté, relativement limité dans le temps ne peut quelque soit son importance passer pour un deus ex machina à l’origine de tous les maux. Loin de dédaigner son importance, elle nous semble toutefois un facteur parmi les plus décisifs. D’autre part, le rôle dévolu aux crises de subsistances par J.L. Miège est sujet aux mêmes critiques et doit par conséquent être relativisé, et du moins situé dans son contexte en inter relation avec les autres paramètres. A côté de ces facteurs l’endettement des particuliers qui en est résulté en partie, mais en partie seulement, à joué un rôle aussi important. Car il fut un événement diffus, constant, souvent sournois, mais violent, harcelant la paysannerie dans son quotidien, investissant le rapport aux hommes et aux choses et pénétrant ainsi la société dans ses profondeurs. Sa particulière importance, à nos yeux, réside dans le fait qu’il fut généré non seulement par le capitalisme conquérant, mais aussi par l’articulation de ce dernier avec le rapport social dominant dans les campagnes, qu’il va par ailleurs renforcer, malgré les coups que tentera de lui porter à plusieurs reprises le pouvoir central. Pour être plus proches de la réalité, disons que dette d’Etat et dette des particuliers vont participer à la désagrégation d’un système social par une action combinée à différents niveaux, de l’économique et du social, dans une conjoncture profondément marquée par des crises de subsistances périodiques. Cette dynamique ne laissa pas l’Etat indifférent ; sa propre survie était en cause.

III – La réaction du pouvoir central face à l’évolution des campagnes

  • 135 Lazarev (G.) ; « Aspects du Capitalisme agraire au Maroc avant le Protectorat ». A.A.N. 1975. CNRS (...)

26Sous la pression conjuguée des crises de subsistances et de l’endettement de la paysannerie, une tendance traverse le monde rural au cours de la deuxième moitié du xixe siècle et le modifie profondément : la concentration des terres aux mains de propriétaires fonciers d’origine urbaine ou rurale. Plus que l’analyse de la composition de ce groupe très contrastée par ailleurs, ainsi que d’autres auteurs l’ont montré, c’est la tendance elle-même, sa nature et ses modalités ainsi que l’action de l’Etat qu’elle suscite qui feront l’objet de notre attention135.

A. LA TENDANCE A LA CONCENTRATION ET A LA PRIVATISATION DES TERRES

27On assiste à la formation d’une classe de grands propriétaires fonciers d’origine diverse certes (citadins, ruraux), recouvrant des statuts différents : zaouias, chorfas, bourgeoisie urbaine, hauts dignitaires, caïds, notables. Mais cette concentration de la propriété ne saurait être dissociée, différenciée car elle s’inscrit dans le sillage de l’économie capitaliste mondiale. Cependant plus que d’un capitalisme agraire dont il est prématuré de parler il s’agit d’un mouvement de privatisation dont les procédés relèvent encore de l’aire précapitaliste. Ces derniers sont au fond d’une nature violente caractéristique des méthodes d’accumulation primitive du capital mais avec des divergences essentielles : l’absence d’une classe d’entrepreneurs dynamiques dans les campagnes et une stagnation technique. Mais cette panoplie de moyens féodaux est une nécessité pour désagréger les rapports communautaires dont la dissolution par les rapports marchands s’avérait insuffisante. Malgré la nature précapitaliste des procédés de concentration des terres et d’exploitation de la main d’oeuvre le mouvement quant à sa portée ne peut être dissocié de la pénétration capitaliste ainsi que nous avons tenté de le montrer pour une de ses composantes : l’endettement.

  • 136 Aḥmad b.Hammû Hašmût al-Hâhi/Ḥassan Ier (26.03.1301/25.01.1884) B.H (C. 31) le Qâdi û Sallâ/Ḥassan (...)
  • 137 ar-Ragrâgui ad-Dûblâli/Ḥassan Ier (28.02.1301/29.12.1883) B.H.
  • 138 Pascon (P.) ; « Le rachat du Tazerwalt au xixe ». inédit.
  • 139 Ḥassan Ier/al-amin as-safiâni al-Hâhi (29.03.1301/28.01.1884) B.H (C. 33).
  • 140 âl-hâji Aḥmad al-Hâfidi/Ḥassan Ier (17.08.1301/12.06.1884) B.H (C. 42).

28De multiples exemples dans diverses régions peuvent l’illustrer, le phénomène de l’endettement a constitué une cause essentielle de ce mouvement de concentration des terres, par l’expropriation d’une fraction de la paysannerie dans une situation d’insolvabilité. On relève ainsi dans le Haha le cas d’un amin al Hâjj °Abdarraḥmân qui a acheté le douar de °ali û Harrâz, celui de Mûḥammad b.°ali ainsi que ceux de al°arb ûjâ et °abdasslâm avec toutes leurs terres melk, comme il a acquis d’autres propriétés dans une autre localité. Le procédé d’acquisition est simple : avances sur récoltes, rhan, association jusqu’à l’éviction du débiteur insolvable de sa propriété, avec le soutien pas toujours désintéressé du qadi et des notaires de la région136. La situation des tribus se prêtait en effet à ce genre de pratique aux moments difficiles. Ainsi beaucoup de gens des Haha s’étaient, à la suite de la famine(1878-82) qui avait dévasté la région, installés à Essaouira et de là vendaient leurs propriétés aux éventuels acquéreurs137. En dehors donc des contraintes consécutives à l’endettement, les calamités naturelles avaient acculé les ruraux à vendre parfois librement leurs terres qu’ils n’étaient pas en mesure d’exploiter138. Certaines cessions dans un univers profondément meurtri, n’étaient pas sans rappeler les procédures d’acquisition des terres dans le haut moyen âge européen. Ainsi Ḥassan 1er écrit à un agent des Aït Tâmer « Tu nous a informés que des gens de votre tribu demandent à céder au Makhzen leurs terres qu’ils continueront à exploiter contre une part de la récolte ; cela en raison de leur manque de ressources et de l’impuissance où ils sont de les faire valoir »139. La conjonction du crédit et des crises de subsistances a permis aussi l’émergence d’une grande propriété dans d’autres régions. Ainsi chez les Abda, on mentionne le cas d’une famille Oulad at-Tadlâwi, originaire du Tadla. Ils avaient quitté les Abda du temps de My °Abdarraḥmân suite aux exactions des gouverneurs se réfugiant durant deux ans chez les Ahmar, puis sont revenus s’installer chez les Msâbih « se prétendant des leurs, et se sont mis à leur accorder des prêts. Ils se sont appropriés environ le tiers des terres des Chali et la même chose chez les Shaym » Ils y possèdent environ quinze maisons et quarante attelées de labour (800 ha). Ils ont acquis la terre de la tribu surtout au cours des disettes écoulées140.

  • 141 as-Sagtâni/Ḥassan Ier (25.11.1309/21.06.1892) B.H (K. 193).
  • 142 Le pacha Ouida/Ḥassan Ier (24.10.1310/11.05.1893) B.H (C. 375).
  • 143 °Otmân al-Majjâṭi/Ḥassan Ier (21.12.1309/17.07.1892) B.H (C. 439).
  • 144 Lazarev (g) ; op. cit. p. 84-85.
  • 145 Aḥmad al-Mess°ûdi/Ḥassan Ier (25.05.1303/01.03.1886) B.H (C. 117).
  • 146 Les gouverneurs des Hyaïna/Ḥassan Ier (09.01.1309/15.08.1891) B.H (C. 423).

29Dans le Haouz, la même tendance est relevée. Chez les Sektana « la majeure partie des terres a été appropriée par les gens de Tamesloht et de Marrakech à vil prix au moment de la cherté »141. Les Chyoukh des Tidrâra se plaignent au sultan de la faiblesse de leur tribu et du fait que les A°râb Rehmna se sont appropriés leurs terres, notamment celles des lignages éteints et ce progressivement au cours de la disette142. Chez les Mejjat et les Oulad Mta° « la plupart des terres sont passées aux mains des gens des zaouias et des tribus environnantes par des ventes complètement possessoires et par des actes de rhan ». Ils leur avançaient des grains et de l’argent à titre de prêt avec un intérêt de 66 %143. Dans le nord du pays, l’étendue du phénomène a déjà été soulignée144. Chez les Beni Malek et Sofian, on mentionne un groupe du nom de Oulad °ali sur les rives du Sebou dont les membres « ont cédé par vente la propriété de leurs terres au cours de l’année de sécheresse »145. Chez les Hyaïna, une partie de la tribu a vendu ses terres en 1891 vu les difficultés rencontrées durant trois années successives de sécheresse146.

  • 147 Mûḥammad aš-Šâmi/al-hâj al-Ma°ṭi (04.08.1311/10.02.1894) B.H.

30En 1894 alors qu’une nouvelle crise allait s’installer de nouveau dans les campagnes on avisait le visir al-Jam°î que le moment était opportun pour l’acquisition à bas prix de champs d’oliviers ou autres147.

  • 148 °abdarraḥmân as-Samgui/Ḥassan Ier (16.10.1309/14.05.1892) B.H (C. 98).
  • 149 Brâhim an-Naknâfi/Mûḥammad b.al-°Arbi (13.07.1301/09.05.1884) B.H (C. 55).
  • 150 Abdassadaq ar-Ragrâgui/Ḥassan Ier (28.02.1301/09.05.1884) B.H (C. 35).
  • 151 ûmanâ’ et chyoukh des oulad Ziyane/Ḥassan Ier (15.03.1303/22.12.1885) B.H (C. 82).

31A côté de ces acquisitions par appropriation des terres gagées par des débiteurs insolvables ou simplement par des ventes auxquelles les propriétaires se trouvaient acculés, le mouvement de concentration des terres se renforce par les acquisitions opérées sous la contrainte. Ainsi le Goundafi « s’est arrogé chez les gens de l’Unein tout leur bétail, leurs effets et s’est approprié leurs terres »148. Chez les Neknafa, les chyoukhs emprisonnent les gens de modeste condition dans les matamores, jusqu’à ce qu’ils les dépossèdent de leurs biens et leur fassent vendre leur melk149. L’établissement d’un acte de cession laissait penser à une vente librement consentie. On enfermait l’homme dans la matamore jusqu’à épuisement, par la suite on l’amène en présence de notaires pour conclure dûment la vente. Les notaires partis, on reprend de force la somme versée au vendeur150. Dans la Chaouia, les caïds Mediouni et Beršid protégeaient les meurtriers en contrepartie de la cession de leurs propriétés151.

  • 152 dahir du (03.03.1301/02.01.1884) B.H (K. 348).
  • 153 Mbârk b. at-Tâhar/Ḥassan Ier (20.03.1301/19.01.1884) B.H (C. 56).
  • 154 al mahdi b. al-°Abbâs/Ḥassan Ier (04.09.1301/28.06.1884).
  • 155 On interdit aux qadis ruraux de rendre des jugements concernant les transactions avec les commerça (...)

32Le phénomène de concentration des terres vu son ampleur et la destabilisation qui s’ensuivit dans le cadre des communautés tribales, a affecté le rapport de l’Etat au monde rural. L’Etat a tenté d’endiguer le mouvement, de le circonscrire en édictant un certain nombre de mesures restrictives. C’est ainsi qu’un dahir de Ḥassan 1er interdisit les ventes des terres irriguées chez les Rehamna, la cession des terres bour n’étant permise qu’à la condition que ces terres circulent au sein de la tribu et ne soient pas cédées aux étrangers à celle-ci152. Mais dans la pratique la procédure d’annulation des transactions effectuées se révélait difficile153. Cette décision royale à la même époque semble même revêtir un caractère général et s’adresser à l’ensemble des communautés154. Des tentatives eurent lieu dans le même sens par la limitation des attributions des qadis et notaires ruraux qui devaient selon les instructions du pouvoir se référer aux qadis urbains pour la conclusion des transactions relatives au crédit et à la cession des terres155. Mais faute de pouvoir enrayer la tendance, l’Etat tentera d’inscrire son action dans la nouvelle conjoncture économique et sociale.

B. LA PORTÉE DES RÉFORMES

33En 1884, devant l’affaiblissement des tribus et la baisse qui s’ensuivit au niveau des ressources publiques, l’Etat instaura une nouvelle fiscalité, qui peut se résumer dans les points suivants :

  • L’impôt devrait être établi sur la base du patrimoine de chaque contribuable, à partir d’un recensement préalable et non plus comme avant déterminé d’avance et réparti entre les différents groupements fiscaux sans discrimination entre les niveaux de fortune. Dans ce sens un inventaire devait être dressé chaque mois donnant l’effectif de la population, le relevé des biens et des propriétés ainsi que le nombre des associés aux commerçants chrétiens et des étrangers à la tribu.
  • Les ûmanâ’ et les chyoukh assistés par le caïd devaient veiller à l’exécution de cet inventaire, et informer des membres de la tribu qui recourent à l’endettement ou à l’association avec les chrétiens et leurs protégés. Les notables de la région doivent les assister aussi dans l’exécution de ces opérations.
  • Le texte fixe aussi les rétributions des caïds et des autres agents. Après l’estimation du prélèvement, l’équivalent du tiers de cette somme destinée aux caisses de l’Etat doit être prélevé en sus et distribué entre les agents : une moitié pour le caïd et l’autre moitié, à partager de façon égale entre ûmana’ et chyoukh156.

1. L’inadéquation de l’ancienne fiscalité

34Cette tentative de réforme de la fiscalité tire son origine immédiate des problèmes et difficultés rencontrés auprès des tribus à l’occasion des prélèvements. Des transformations notables avaient été enregistrées dans ces regroupements au cours de la deuxième moitié du xixe siècle. L’appauvrissement de la paysannerie souligné de façon explicite dans le texte précité de Ḥassan 1er s’opposait à la prolongation de l’ancien système. Sans parler des révoltes contre l’impôt devenues monnaie courante, notons simplement la résistance passive des ruraux par la fuite. Celle-ci est engendrée essentiellement par la lourdeur de la pression fiscale, des exactions caïdales et le harcèlement des débiteurs par les créanciers.

  • 157 Bû°azza al Hanši/Hasan Ier (03.06.1309/04.01.1892) B.H (C. 390) al°arbi ûld ba Mûhd/Ḥassan Ier (23 (...)
  • 158 Mûhd b. al-°arbi az-Ziyâdi/Ḥassan Ier (?.05.1301/mars 1884) B.H (C. 56).
  • 159 Aḥmad û Mâlak/Ḥassan Ier (27.07.1301/23.05.1884) B.H (C. 34).
  • 160 Le pacha Ouida/Ḥassan Ier (24.10.1310/11.05.1893) B.H.
  • 161 Aḥmad b. al-°arbi al-Mediyûni/Ḥassan Ier (28.09.1302/11.07.1885) B.H (C. 69) ûmanâ’ et chyoukh des (...)
  • 162 °Otmân al-Majjâṭi/Ḥassan Ier (21.12.1309/17.07.1892) B.H (C. 439).
  • 163 al-hâjj Aḥmad al-Hafidi/Ḥassan Ier (17.08.1301/12.06.1884) B.H (C. 42).

35La fuite prend au cours de cette période des proportions démesurées. Certes le phénomène n’est pas nouveau ; la désertion des terroirs durant les périodes de crise est un phénomène classique dont la lecture des Ajwiba rend parfaitement compte157. Au xixe siècle cependant la fuite devient endémique et rend la matière imposable difficilement saisissable. L’abandon du terroir par une paysannerie pressurée créé un large fossé entre la production potentielle et la production réelle même durant les années pluvieuses et diminue d’autant le surplus imposable158. Ce phénomène est en partie à l’origine de la décomposition tribale et de l’interpénétration des communautés, créant des litiges inextricables entre les autorités locales quant à savoir qui est compétent pour imposer qui ? Ainsi lorsqu’un groupe étranger vient s’installer sur le territoire d’une tribu, leur caïd d’origine continue à se prévaloir de son autorité fiscale sur eux s’opposant de la sorte aux prérogatives du pouvoir du lieu. D’autre part l’affaiblissement démographique inégal des fractions d’une même tribu rend insoutenable pour les plus faibles l’imposition selon l’ancien barême qui ne tient pas compte de cette évolution. Ainsi comme le notifie le caïd û Mâlek, chez les Rirhaïa, les deux fractions Aït Zeggout et Aït Fadnat se partagent à égalité les Koulaf alors que les premiers ne sont plus qu’en petit nombre et donc largement minoritaires. La même chose est relevée concernant les Rnânma et oulad Yahya, ces derniers ne constituant plus que le quart des premiers, mais continuent malgré tout à acquitter la moitié des obligations. Ils demandent à ce que les charges soient réparties sur le nombre des foyers159. Concernant les litiges sur l’autorité fiscale compétente, les ûmanâ’ des Tidrâra dont les Rehmna se sont appropriés la majorité des terres protestent contre le caïd °Abdelhamid qui au moment des récoltes descend chez eux afin de prélever l’impôt sur les gens originaires de sa tribu, alors que leur territoire ne relève pas de son commandement160. Les Mediouna et les Oulad Ziyane se plaignent des leurs installés à Casablanca tout en gardant leurs biens mais qui refusent d’acquitter les charges s’y rattachant, alors que Casablanca disent-ils est un douar parmi ceux qui dépendent de Mediouna !161. Ce mouvement en fait généralisé est lié à l’appropriation des terres. Dans la plupart des tribus, les nouveaux propriétaires refusent de participer aux charges de la tribu hôte, arguant le fait qu’ils continuent à s’en acquitter avec leur communauté d’origine162. Car « le système fiscal en cours sur les populations de notre Maghrib, a pour base la terre dénommée chez nous la terre-patrie (al – ard al ûm). Si la personne n’a pas de terre-patrie, le système sultanien ne lui est pas applicable et elle n’est redevable d’aucune obligation »163.

  • 164 A la suite du Tertib on s’enquiert du retour des paysans qui avaient déserté leur village. b. Mlik (...)
  • 165 Lettre de Ḥassan Ier (06.06.1300/03.04.1884) B.H (C. 28).
  • 166 as-Sagtâni/Ḥassan Ier (25.11.1309/21.06.1892) B.H (K. 193).

36On voit donc nettement que la réforme du Tertib ne relève pas simplement d’un souci égalitaire. Certes le calcul de l’impôt sur la base du patrimoine, a pour objectif d’alléger relativement le fardeau des plus pauvres et à augmenter de ce fait la production164. La réforme intervient en effet à la clôture d’une période très dure de sécheresse et de famine, qui a créé un cadre propice à l’abandon des terroirs, à la cession des terres à bas prix, au renforcement des pouvoirs des puissants et à la marginalisation de la paysannerie. Mais sa portée est en réalité plus grande. C’est une tentative d’intervention dans les rapports de production en pleine mutation. Elle dénote la volonté de l’Etat de réaménager son appareil et sa règlementation sur l’évolution des structures agraires. L’axe essentiel en est la légitimation et par suite la consolidation de la propriété privée. Ces textes précédents demeuraient très en-deçà de l’évolution des structures économiques et sociales, car ils s’adressaient à des groupements responsables en tant que tels de l’acquittement des redevances à l’Etat, sans prendre en compte la différenciation traversant les collectivités. Or désormais ces ensembles sont rongés par de multiples facteurs dont la résultante est la nette privatisation des terres en cours. L’Etat ayant tenté auparavant d’endiguer le mouvement sans résultat tangible, va désormais essayer de s’y adapter, « il nous est parvenu – écrit le sultan – que les tribus avoisinant les ports, à la suite de la succession de ces années de disettes qui sont venues à bout de tout ce qu’elles possédaient qu’il soit apparent ou caché, se sont empressées de vendre leurs biens et leurs terres d’une manière absolue sans égard ni formalités. Elles se sont accordées à les céder, sans se conformer à la loi comme dans le cas de leur vente des terres des exilés qui se sont éteints, ou avec un acte dûment établi mais à vil prix sans respect des conditions imposées par le législateur. Elles les ont cédées aux étrangers à leurs tribus, tels que les juifs, les tûjjar musulmans et chrétiens ainsi qu’à leurs protégés, tous gens ne s’acquittant pas des charges fiscales afférentes à ces biens. Ces charges dès lors se trouvent répercutées sur le reste des tribus ce qui conduit au départ et à l’exil de ces derniers de leurs régions et entraîne des pertes pour le trésor des musulmans »165. D’où la nécessité en quelque sorte de « détribaliser » l’impôt dont la base devient la propriété « Celui qui s’approprie la terre, doit payer en fonction de sa production »166.

2. Une crise de régulation des rapports sociaux

  • 167 ûmanâ’ des Oulad Frej/Ḥassan Ier (26.07.1301/22.05.1884) B.H (C. 35).
  • 168 Erckmann (Jules) ; Le Maroc moderne, Paris 1885 p. 222.
  • 169 Voir note n° 155. et Touzani ; al-ûmanâ’ fi°ahd mawlay al-Ḥassan al-awûl. Rabat p. 149 et suivante (...)
  • 170 Les familles traditionnellement dominantes sont sérieusement remises en question par les nouveaux (...)
  • 171 al-Garwâni/Aḥmad b. Mûsa (25.01.1306/01.10.188) B.H.
  • 172 °abdarrahmân b. Mûḥammad/Ḥassan Ier (27.11.1305/26.07.1888) B.H (C. 81).
  • 173 ûmanâ’ et chyoukh des Oulad Ncir/Ḥassan Ier (25.01.1303/03.11.1885) B.H (C. 77).
  • 174 °abdassâdaq b. Aḥmad/Ḥassan Ier (10.01.1297/24.12.1879) B.H (C. 21).
  • 175 le qadi û šallâ/Ḥassan Ier (28.02.1301/29.12.1883) B.H (C. 33).
  • 176 Arrif Ahmed ; Compétition caïdale et procès d’intégration d’un canton montagnard : L’Unayn A.A.N. (...)
  • 177 « Il a tué chez les Ourika le chaykh Hûsayn b.al-Ḥâjj, des Aït Salmân par empoisonnement le chaiyk (...)
  • 178 Mûhd b. Driss al-Jirâri/Mûhd b. al-°Arbi (26.11.1301/17.09.1884) B.H (C. 37).

37L’action de l’Etat ne s’est pas cependant limitée à adapter l’appareil fiscal à la nouvelle configuration de la propriété ; l’Etat affrontait aussi une crise plus profonde de régulation des rapports sociaux dont un aspect essentiel est le partage du surplus au niveau national. Dans les conditions nouvelles d’une ouverture du pays au marché mondial, on assiste non seulement comme nous avons tenté de le montrer à des tentatives d’alliance économique des pouvoirs locaux avec le capital marchand et usuraire, mais aussi à une montée des notables ruraux enrichis dans cette nouvelle conjoncture167. La dérive des pouvoirs locaux menaçait de remettre en cause l’unité même de l’Etat, c’est essentiellement ce contexte à notre avis qui explique, dans la logique d’un appareil d’Etat en voie de se renforcer, le fractionnement des circonscriptions caïdales en unités plus réduites afin de mettre un frein à la puissance accrue et destabilisatrice des caïds et d’adapter l’appareil local aux nouvelles modalités de prélèvement fiscal qui nécessitent un suivi constant de l’évolution des patrimoines. Cette tendance très sensible déjà sous le règne de Sidi Mûḥammad b. °Abdarraḥmân va prendre toute sa dimension avec Ḥassan 1er. Ce dernier substitua selon Erckman aux dix huit grands commandements qui existaient autrefois un nombre considérable de petits groupes dirigés par quelques trois cent trente caïds168. D’autre part des Chyoukh et des ûmanâ’ sont nommés par le sultan sur proposition du caïd afin de veiller non seulement aux opérations fiscales, mais aussi en vue de limiter l’arbitraire caïdal et de signaler toute transgression aux directives du pouvoir central169. Ce réaménagement des pouvoirs locaux trouve donc son origine dans l’évolution en cours de la société rurale qui se caractérise par la montée des notables et la marginalisation de la paysannerie. En multipliant les caïds, en renforçant l’effectif des chyoukh et des ûmanâ’ et en appelant à la participation des notables, le pouvoir central légitime et officialise la nouvelle élite rurale. Il consolide de la sorte son assise sociale dans les campagnes par l’intégration de la couche des notables dans les rouages de l’Etat et par la même occasion tente de contrecarrer les velléités de résistance de la jma°a au prélèvement abusif dénué désormais de son fondement canonique. Il institutionnalise de la sorte la compétition entre les chefs potentiels locaux, tactique dont l’objectif visible est de juguler la consolidation des pouvoirs locaux. Mais cette compétition est destinée à n’avoir d’autres lieux d’expression que le champ même du pouvoir makhzénien, la légitimation de l’ascension sociale et l’accès au partage du surplus ne saurait plus se faire en dehors de cet espace étatique. Ce qui donne lieu à une concurrence très vive au sein de l’élite, concurrence se traduisant entre autres par la vénalité des Offices auxquels seuls les plus puissants peuvent accéder170. Mais la compétition prend aussi des formes de luttes parfois sanglantes. Ainsi on assiste du côté des pouvoirs en place, notamment du caïd à une offensive en règle contre les notables. Nous avons déjà mis en relief l’imputation d’une partie des dettes contractées par les caïds à la charge des notables171. Cet endettement forcé aboutissait souvent à l’incarcération des concernés et donc à l’élimination d’une partie des concurrents potentiels172. L’incarcération des notables pouvait d’ailleurs intervenir sous divers motifs et devenait un phénomène courant, comme l’attestent les correspondances des chyoukh et des ûmanâ’ au sultan173. Le caïd des Beni Arous à peine investi, met aux arrêts dix sept grands de la tribu et les expédie à la prison de Tanger174. L’expropriation de leurs biens par la violence était de même usitée par les pouvoirs locaux175. Enfin l’élimination physique était un moyen plus expéditif de se débarrasser des notables. C’est le cas du Goundafi dans l’Unayn176. C’est aussi le cas chez les Ourika avec le caïd al-Qorši177. Dans les plaines atlantiques proches des représentants européens, les nouveaux notables recouraient contre ce genre de pratiques à la protection étrangère. Dans la région d’El Jadida le Gouverneur mentionne que « la plupart des notables sont des associés et des protégés des commerçants »178. L’ascension sociale pouvait se prévaloir ici d’une autre légitimité en empruntant le créneau du capital étranger.

38En fin de compte, comme nous le voyons, la réforme prônée par l’Etat dépasse largement le niveau fiscal proprement dit et vise en fait la maîtrise sociale, politique et économique des campagnes. Elle vise à battre en brèche les vélléités d’indépendance « économique » des pouvoirs locaux et leur ouverture sur le capital marchand étranger, comme elle vise à éliminer les réseaux de drainage du surplus paysan installés au profit du capital marchand et donc à monopoliser en grande partie ce surplus au profit du trésor public. Le règne de Ḥassan 1er est profondément marqué par cette contradiction entre ces forces centrifuges et la volonté centralisatrice de l’Etat. Mais les forces en jeu, dépassaient les possibilités de récupération du Makhzen très affaibli. La régulation sociale qui dans le passé, se faisait de façon presque naturelle dans le cadre de la succession de périodes de crises et de prospérité, par la reconduction des anciens rapports de production, n’avait plus cours du fait de l’intervention de facteurs exogènes de nature à modifier les bases de la reproduction sociale. Avec l’insertion progressive de l’économie paysanne dans le réseau du capital marchand et usuraire, l’instance économique acquiert de plus en plus de force et implique des transformations décisives dans les structures agraires. Les modalités de partage du surplus au sein des couches dominantes sont remises en cause. A côté du circuit makhzénien de ponction et de distribution du surplus, un nouveau circuit dominé par le capital étranger se développe. L’action de régulation de l’Etat confinée essentiellement au politique et au juridique se révèle étriquée, le contrôle de l’espace social passant désormais par la maîtrise de l’économique. C’est ce qui explique l’échec du Makhzen dans sa tentative de restreindre les implications de la pénétration marchande étrangère et d’étouffer la montée des grands caïds.

39L’alliance qui se fera jour dans les temps qui viennent entre les « seigneurs de l’Atlas » et les autorités coloniales n’est donc nullement fortuite ou d’origine conjoncturelle. Elle découle des changements structurels qui se sont opérés dans l’économie et la société marocaine. On l’a vu, dès les premiers temps de l’ouverture du pays au commerce international, les pouvoirs locaux ont facilité l’accès du capitalisme à l’économie paysanne. Malgré la refonte spatiale des circonscriptions caïdales et les tentatives de juguler le glissement des pouvoirs locaux au profit du capital, l’Etat à plus ou moins long terme n’y est pas parvenu.

Notes

1 Miege (Jean-Louis) ; Le Maroc et l’Europe (1830-1894). Tome III, pp 383-384.

2 Miege (Jean-Louis) ; supra, pp. 385-387. Voyez cette description d’une intensité dramatique, faite par un clerc dans le haha : « Louange à Dieu, que Dieu comble de bénédictions notre maître Mûḥammad ainsi que ses proches et ses compagnons. Au cours de l’an 1295 (1878), il y eut une disette très dure et une sécheresse incroyable, que Dieu nous maintienne en paix et en parfaite santé. Il n’y avait ni nourriture, ni grains. La sécheresse s’étendit à l’ensemble des régions, du Sahara au Sous et au Haha, au pays du Rharb, à Marrakech et l’ensemble du Haouz, jusqu’à Oujda et Tanger ainsi qu’à toutes les montagnes et régions. La faim fit périr les troupeaux. Dans toutes ces régions, il n’y eut point de labours du fait du manque de pluie. Durant cette année, les gens ne labourèrent pas. Ils prirent la fuite vers les montagnes et les sources d’eau. Puis celles-ci se desséchèrent hormis quelques points très rares. Le mûdd d’orge atteignit vingt cinq onces au comptant et cinq ryal ou plus pour la vente à terme. Le blé était encore plus cher ainsi que les fèves et le maïs. La plupart des gens succombèrent d’inanition. On mangeait les charognes, le fourrage tel que les troncs de palmiers et l’herbe. La faim et la cherté devinrent si dures que les gens se dévoraient les uns les autres. Ils s’attaquaient entre eux, coupaient les routes. Les cadavres des mourants traînaient en chemin sans que personne ne les mette en terre, et devenaient les proies des bêtes féroces. Les gens n’avaient plus d’égards pour leurs proches, ni les enfants pour leurs pères. La faim stupéfia à un tel point les gens, qu’ils s’ignorèrent les uns des autres, chacun ne se préoccupant que de soi. La mort faucha une grande partie de la population. La disette se prolongea jusqu’en 1879, puis la pluie tomba ». La disette prit fin surtout grâce aux importations de grains. al-Mûḥtâr as-Sûsî ; al-Ma°sûl, tome XIX p. 13.

3 °abdallatif b.Jallûn, bûbker b.Bûzid/Ḥassan Ier (25.12.1296/10.12.1879) B.H.

4 al Amin Al-°arbi b.°ali ad-Darqâwî/Ḥassan Ier (08.09.1296/26. 08.1879) B.H (C. 18).

5 Ḥassan Ier/sa°id b.Faraji (09.02.1296/02.02.1879) B.H (C. 18). Le Dahir en question avait été promulgué avant cette date. Dans une autre lettre les caprins sont aussi concernés, al-Milûdi/°abdallah b.Aḥmad (27.03.1296/21.03.1879) B.H Z.12607 V.16 Doc 76.

6 Aḥmad b.Mûsa/Mawlây °Otmân (26.11.1296/11.11.1879) B.H (C. 17)

7 Amin Mûstafâd de Rabat/Ḥassan Ier (03.01.1297/17.12.1879). Amin Mûstafâd de Safi/Ḥassan Ier (18.12.1296/03.12.1879). Amin Mûstafâd de Safi/Ḥassan Ier (18.12.1296/03.12.1879) B.H (C. 18).

8 Ahl Angâd/Ḥassan Ier « nulle pluie n’est tombée dans notre région cette année, écrivent-ils, le bétail est perdu. Pour cette raison, les pauvres d’entre nous ont fui en Algérie. Les gens sont dans une grande frayeur. Nous implorons de Dieu le salut ». (10.02.1297/23.01.1880) B.H (C. 19). al-°arbi al Walšiki/Ḥassan Ier (09.02.1297/22.01.1880). Selon Miège, en 1880, les récoltes ne furent pas satisfaisantes du fait de la pluie qui les avait noyées, op. cit. tome III, p. 394.

9 Miege ; op. cit. tome III pp. 395-397.

10 Miege ; op. cit. tome III p. 397.

11 Ḥassan Ier Mawlây °Otman (25.01.1301/26.11.1883).

12 Mawlây °Omar/Ḥassan Ier (13.01.1301/14.11.1883) B.H (C. 88). Ḥassan Ier/Ûmanâ’ Essaouira (27.01.1301/28.11.1883) B.H (K. 348).

13 Ḥassan Ier/Mûḥammad b. °abdasslâm Amqšad (07.01.1301/08.11.1883) B.H. Il faut dire que les documents provenant du pouvoir central et de ses agents locaux concordent rarement dans l’évaluation des récoltes. Rien de plus logique en fait, l’enjeu n’était autre que le montant des prélèvements fiscaux !

14 Ḥassan Ier/le Mûḥtasib al-Mahdi/Bennâni (28.01.1301/29.11.1883) B.H.

15 °ali b.°abdallah àl-Ya°qûbi/Ḥassan Ier (24.03.1301/23.01.1884) B.H (K. 348). Ḥassan Ier/Bûtûfârs (07.03.1301/06.01.1884) B.H (K. 348).

16 Ḥassan Ie7Mûḥammad Bargâš (07.03.1301/06.01.1884) B.H (K. 348) Ḥassan Ier/Mess°ûd al-°Amrâni (23.03.1301/22.01.1884) B.H (K. 348).

17 Mbârk B.°ali ad-Dûblâli/Ḥassan Ier (08.05.1301/06.03.1884) B.H.

18 Ḥassan Ier/Mûḥammad Bargâš (29.03.1301/28.01.1884) B.H (K. 348).

19 bûš°ayb b.Mûḥammad b.ar-Râmi al-Farâji/Mûḥammad b.al-°Arbi (08.04.1301/ 06.02.1884) B.H (C. 37).

20 Ḥassan Ier/Awlâd mawlây °ali aš-šarif (18.01.1301/19.11.1883) B.H (K. 516). La disette ne prit fin qu’en juin 1884, moment où les aides aux chorfa furent suspendues. Ḥassan ler/Umana’ Dar A°dyel (03.09.1301/27.06.1884). B.H.

21 Ḥassan Ier/b.°Issa b.°Omar (01.05.1301/28.02.1884) B.H °Abdarraḥmân al-Bûkili/Ḥassan Ier (10.05.1301/28.02.1884) N.H °Abdarraḥmân al-Bûkili/Ḥassan Ier (10.05.1301/08.03.1884) B.H Mûḥammad b.°Omar Bûcetta (15.06.1301/12.04.1884) B.H(C. 46). Dans le Sous, en Mars encore la sécheresse régnait. On annonçait au sultan la pluie priant en même temps le seigneur de « mettre Tin au châtiment de ses serviteurs ». En avril « les habitants sont très contents (de la pluie) et célèbrent ses bienfaits, après le désespoir et la sécheresse très sévère » voir Ennaji (Mohamed) et Pascon (Paul). La Correspondance politique de la maison d’Iligh C.N.R.S. Doc. 63 (du 14.05.1301/13.03.1884) et doc. 65 (22.06.1301/19.04.1884).

22 Il en est de même chez les Sraghna, les Mesfouia, les Ouzguita alors qu’on espérait de bonnes récoltes. Mawlây °Otman/Ḥassan Ier (28.02.1301/29.12.1884) B.H. al-°arbi b.Haddi/Ḥassan Ier (21.08.1301/16.06.1884) B.H.

23 al-Ma°ṭi b. al-Maḥjûb/Ḥassan Ier (22.07.1301/18.05.1884) B.H.

24 al Ḥâjj al-Mâ°ṭi b.°Abdalkabir/Ḥassan Ier (04.11.1301/26.08.1884) B.H. Ûmana’ Awlâd °Amrân/Mûḥammad b.al-°Arbi (21.07.1301/17.05.1884) B.H.

25 Mûḥammad b.al-°arbi as-Ziyâdi/Ḥassan Ier (7.05.1301/mars 1884) B.H.

26 al°arbi ûld ba-Mûḥammad/Mûḥammad b.al-°Arbi (22.12.1301/13.10.1884) B.H. Ahl Branès/Ḥassan Ier (29.11.1301/20.1884)’ B.H. Ḥassan Ier/Mûḥammad b. Aḥmad al-Kabdâni (24.10.1301/17.08.1884) B.H (K. 121). Les gens vont travailler en Algérie pour subvenir à leurs besoins.

27 le Mûḥtassib de Casablanca/Ḥassan Ier (18.09.1301/12.07.1884) B.H (C. 36).

28 Û°ali b.al-Ḥâjj, amin al-Mûstafâd de Rabat/Ḥassan Ier (28.09.1301/22.07.1884) B.H (C. 43).

29 Ḥassan Ier/Mawlây Mûḥammad b.°Omar, naqib des chorfa à Salé (08.11.1301/30.08.1884) B.H.

30 Mûḥammad al-Mahdi Bennâni/Mûḥammad b. al-°Arbi. (10.11.1301/24.08.1884).

31 Beaucoup de décès dont deux sœurs du sultan Ḥassan Ier et un petit-fils. Ḥassan Ier/My Slimân et My Rašîd (27.08.1301/22.06.1884).

32 al°arbi al-Walšiki/Ḥassan Ier (18.07.1302/03.05.1885) B.H (C. 187).

33 al-Maḥjûb al-Gallûti/Ḥassan Ier (18.06.1302/04.04.1885) B.H (C. 153).

34 sa°id al-Majjâṭi/Hassa’n Ier (13.07.1302/28.04.1885) B.H (C. 178) Mûḥammad b. alYazi al-Maskini/Ḥassan Ier (09.08.1302/21.06.1885) B.H (C. 193).

35 °Abdassâdaq b.Aḥmad/Ḥassan Ier (26.11.1302/06.09.1885) B.H.

36 Mûḥammad b.as-Sâyah/Ḥassan Ier (18.07.1302/03.05.1885) B.H (C. 70). at-Tâjer Santûb Barjâl/Driss b.al-°Allâm (03.11.1302/14.08.1885) B.H.

37 Miege ; op. cit. tome IV pp. 87-88.

38 l’Amin de Larache/Ḥassan Ier (02.06.1303/08.03.1886) B.H (C. 176).

39 l’Amin aḥmad at-Smîli/Ḥassan Ier (07.09.1303/09.07.1886) B.H.

40 Miege ; op. cit. tome IV p. 88.

41 Des Gouverneurs destitués/Aḥmad b. Mûsa (07.06.1304/03.03.1887) B.H.

42 °Abdarraḥmân b.Aḥmad al-Bûkili/Ḥassan Ier (08.02.1305/26.10.1887) B.H (C. 217).

43 Mûḥammad b.Jilâli ad-Dûkkâli/Ḥassan Ier (21.11.1304/11.08.1887) B.H (C. 245).

44 al amin Sûlaymân b. Hadda at-Taûri/Ḥassan Ier (20.12.1304/09.09.1887) B.H.

45 Miege ; op. cit. tome IV. pp. 88-89.

46 ad-dwirâni/Ḥassan Ier (27.11.1305/05.08.1888) B.H (C. 238).

47 Mûḥammad’b.at-Tayyab as-Sarġini (14.11.1309/10.06.1892) B.H (C. 422).

48 Ûmanâ’al-Kholt/Ḥassan Ier (18.08.1305/30.04.1884).

49 Miege ;

50 Le gouverneur de Fès/Ḥassan Ier (26.10.1307/15.06.1890) B.H (K. 172).

51 Ḥassan Ier/Gouverneur des Angad (28.04.1310/19.11.1892) B.H (K. 707).

52 °Otmân al-Majjâṭi/Ḥassan Ier (01.09.1307/21.04.1890) B.H (K. 166).

53 Ennaji, Pascon ; op. cil. doc. 187 (29.08.1307/20.04.1890).

54 al-Mallâh/Ḥassan Ier (24.08.1307/15.04.1890) B.H (K. 166) pour le haouz. Mûḥammad û Hâšem/Ḥassan Ier (11.08.1307/02.04.1890) pour le Sous.

55 al-Mnabhi/Ḥassan Ier (08.07.1307/28.02.1890) B.H Bûcetta/Ḥassan Ier (01.01.1310/ 26.07.1892) B.H (K. 185).

56 Driss b. Zina/Ḥassan Ier (08.01.1308/24.08.1890) B.H (C. 271).

57 Les Ûmanâ’ d’al-Ḥassan an-Naknâfi/Ḥassan Ier (15.06.1308/26.01.1891) B.H.

58 az-Zalṭni/Ḥassan Ier (09.05.1309/11.12.1891 ) B.H (C. 421). l’amin de an-Naknâfi/Ḥassan Ier (13.10.1308/22.05.1891) B.H (K. 468). le qadi d’Essaouira/Ḥassan Ier (16.10.1308/25.05.1891) B.H (K. 468). Le gouverneur d’Essaouira/Ḥassan Ier (08.12.1308/15.07.1891 ) B.H (K. 468).

59 Ennaji, Pascon ; op. cit. doc. 222 (12.06.1308/23.01.1891).

60 Ennaji, Pascon, op. cit. doc. 231 (05.10.1308/13.05.1891) Pour le Sous al-Adna : Mûhtas-sib Rûdâni/Ḥassan Ier (11.03.1309/15.10.1891) B.H (K. 468). Nadir Ahbâs Târûdânt/Ḥassan Ier (01.02.1310/25.08.1892).

61 Les Ûmâna’ des Chiadma/Ḥassan Ier (01.03.1892) B.H (C. 113) (22.08.1307/13.04.1890) B.H (K. 195) °abdassâdaq b.Mûḥammad ar-Ragrâgui/Ḥassan 1er (25.07.1309/24.02.1892) B.H (C. 431).

62 °Abdarraḥmân al-Bûkîli/Ḥassan Ier (01.01.1309/07.08.1891) B.H (K. 468).

63 ad-Damnâti/Ḥassan Ier (24.10.1308/02.06.1891) B.H (K. 468) Un amin et un chayh de la circonscription de Tûggâni/Ḥassan Ier (25.12.1308/01.08.1891) B.H (C. 269).

64 Mawlay Mhamad/Ḥassan Ier (27.11.1309/23.06.1892) B.H (K. 194).

65 Mûḥammad b.at-Tayyab as-Sargîni/Ḥassan Ier (14.11.1309/10.06.1892) B.H (C. 422).

66 Mûḥtassib de Marrakech/Ḥassan Ier (27.11.1309/23.06.1892) B.H (K. 193). Même sur les domaines du Mahzen pourtant mieux entretenus et plus pourvus en eau : as-Sûgtâni/Ḥassan Ier (16.06.1309/17.01.1892) B.H (K. 195). Près des Sraghna aussi chez les Anetifa : an-Nitifî/Ḥassan Ier (26.08.1310/15.05.1893) B.H (C. 200).

67 Le Chaykh aṭ-Ṭwîri/Ḥassan Ier (18.10.1308/27.05.1891) B.H (K. 468). Les Ûmana de az-Zirâwi/Ḥassan Ier (18.07.1309/17.02.1892) B.H (C. 430). az-Zirâwi/Ḥassan Ier (06.12.1309/02.07.1892) B.H (K. 193) ; al-Bû°zîzi/Ḥassan Ier (16.06.1309/17.01.1892) B.H (K. 195) ; al-Bû°zîzi et b.Darqâwi/Ḥassan Ier (28.05.1308/30.12.1891 ) B.H (K. 468) ; at-Trî°i/Ḥassan Ier (12.05.1309/14.12.1891) B.H (K. 468).

68 Les Ûmanâ’ et chyoukh des Mediouna/Ḥassan Ier (21.11.1308/28.06.1891) B.H (K. 468).

69 as-Swîssi/Ḥassan Ier (21.11.1308/28.06.1891) B.H (K. 468).

70 as-Swîssi/Ḥassan Ier (05.11.1308/12.06.1891) B.H (K. 468).

71 Les A°rab de Rabat/Ḥassan Ier (27.12.1308/03.08.1891) B.H chose qui leur est refusée (le report) car rétorque-t-on leurs silos sont pleins ! Les Zaêr semblent épargnés en partie par les criquets, notamment les Bani Abid. al-Jirâri/Ḥassan Ier (02.12.1308/09.07.1891) B.H (K. 468).

72 °abdalkbir at-Taûri/Ḥassan Ier (26.12.1308/02.08.1891) B.H (C. 270). al-Ḥassan Ier (15.07.1309/14.02.1892) B.H (K. 195).

73 Muhammad b.°omar az-Zayyâni/Driss b.al-°Allâm (08.10.1308/17.05.1891) B.H.

74 Ḥassan Ier/L’ensemble des caïds des Haiaïna (14.01.1309/20.08.1891) B.H (K. 708).

75 Miege ; op. cit. tome IV p. 89.

76 Les prix sont chers dans le Rharb : az-Zirâwi et ad-Dlîmi/Ḥassan Ier (01.07.1309/31.01.1892) B.H (K. 195) de la région de Tanger : Mûḥammad b.rašid al-Ḥasani/Ḥassan Ier (01.09.1309/30.03.1892) B.H (C. 432) dans le Haouz : at-Takni/Ḥassan Ier (09.06.1309/10.01.1892) B.H (K. 195).

77 al-Amin al-hmar al-Bû°zîzi/Ḥassan Ier (01.06.1309/02.01.1892) B.H (K. 468). le caïd al-Bû°zizi/Ḥassan Ier (19.01.1309/17.05.1892) B.H.

78 dans l’oriental : al-hâjj as-Sahbi al-Mahyâoui/Ḥassan Ier (17.02.1310/10.09.1892) B.H (C. 367) et autres. Chez les Doukkala : °agdalqâder b.Qâsem ar-Ragrâgui/Ḥassan Ier (28.11.1309/24.06.1892) B.H (C. 341). Chez les Médiouna : Aḥmad b. al-°arbi al-madiouni/Ḥassan Ier (01.09.1310/19.03.1893) B.H (C. 368).

79 Mawlây°Omar /Ḥassan Ier (02.02.1310/26.08.1892) B.H (K. 185).

80 Un Amin des Zerahna/Ḥassan Ier (24.09.1309/22.04.1892) B.H (K. 193).

81 al-°Abbâs/Ḥassan Ier (10.04.1310/01.11.11.1892). A El Ksar la petite vérole y est signalée. Ramadan az-Zakrâwi/Ḥassan Ier ( 19.04.1310/10.11.1892) B.H (C. 361) chez les Angad et les Beni Snassen. Harcelée par la faim elle demande à rentrer : Ḥassan Ier/hammâda al-Bûzakâoui (28.04.1310/19.11.1892) B.H (K. 707) Mawlây °Omar/Ḥassan Ier (18.06.1310/07.01.1893) B.H.

82 Dans le Sous : le muḥtassib de Taroudan/Ḥassan Ier (245.08.1310/13.05.1893) B.H (K. 200). Dans le haha : °addi b. Aḥmad an-Naknâfi/Ḥassan Ier (28.07.1311/04.02.1894) B.H. Dans le Rharb, chez les Ameur : bû°azza al-Hanši/Ḥassan Ier (13.08.1310/02.03.1893) B.H (C. 351). Chez les Cherarda (Sidi Kacem). Les récoltes sont mauvaises : Ûmanâ’ al-Mars as-sa°îd/alḤâjj al-Ma°ṭi (21.01.1311/04.08.1893) B.H. A Larache, grandes difficultés pour la population, les grains sont rares et chers : Aḥmad b.at-Tûhâmi al-Arâi5i/Ḥassan Ier (16.08.1310/05.03.1893) B.H (C. 362). Dans la région de Tanger la sécheresse sévit : Gouverneur de Tanger/Ḥassan Ier (05.11.1310/21.05.1893) B.H (K. 205) dans l’Oriental : Û Mess°ûd/Ḥassan Ier (25.09.1310/12.04.1893) B.H (K. 200) A Fès, les prix sont très élevés : Mawlây Rašd/Ḥassan Ier (18.12.1310/03.07.1893) B.H (K. 205). Du fait des criquets, il n’y a plus dans la région de transactions sur le bétail : °ali az-Zaġwâni/Ḥassan Ier. (28.11.1310/13.06.1893) B.H (K. 205) A El Hajeb on n’a pas labouré : Û Mûlûd al-Fûwâri/Ḥassan Ier (19.11.1310/04.06.1893) B.H (K. 205). Chez les Guérouane, les moissons ont été rasées : Bennâsar al-Guerwâni/Ḥassan Ier (20.11.1310/05.06.1893) B.H (K. 205) Les criquets ont de même sévi chez les Doukkala : at-Tri°î/Ḥassan Ier (22.11.1310/07.06.1893) B.H (K. 205) Dans le Haouz les plants de maïs précoces ont été dévorés par les criquets. Ces prédateurs sont arrivés cette année à Marrakech exactement le samedi 8 juillet 1893, °Abdarraḥmân al-Bûkili/Ḥassan Ier (24.11.1310/09.07.1893) B.H (. 564) on laboura de nouveau, mais les plants se dessèchent en raison du manque d’eau : Bûcetta/Ḥassan Ier (26.07.1310/13.02.1893) B.H 5K. 200). Même à Tamzguelfet et Souihla : b. Darsa et b.Jilâni/Ḥassan Ier (01.09.1310/19.03.1893) B.H (K. 200). Des pluies abondantes laissaient de l’espoir pour les récoltes de blé et d’orge, °abdarraḥmân al-Bûkili/Ḥassan Ier (20.10.1310/07.05.1893) B.H (C. 359) Chez les Médiouna, dans la Chaouia, les criquets et leurs rejetons n’ont rien laissé, ni grains, ni légumineuses, ni pâturages : Ûmanâ’ et Chyoukh des médiouna/Ḥassan Ier (05.10.1310/22.04.1893) B.H (C. 439).

83 az-Zardâni al-°Amri/Ḥassan Ier (25.08.1311/03.03.1893) B.H (C. 249).

84 sa°îd b.al-A°rûsi/Ḥassan Ier (25.08.1311/03.03.1894) B.H (C. 233). al-Ḥâjj Mûḥammad b.Tammâr al-°Abdi/al-Ḥâjj al-Ma°ṭi (22.07.1311/29.01.1894) B.H Hamû b.Jilâni/Ḥassan Ier (20.09.1311/27.03.1894)B.H al-Bûja°frâwi/Ḥassan Ier (13.09.1311/20.03.1894) B.H (C. 387). La lettre suivante donne une idée de la situation dans le nord : « Les prix des grains et leur rareté sont devenus insupportables. 11 devient difficile pour les musulmans des villes et des campagnes d’assurer leurs subsistances. Le malheur s’est généralisé et les gens sont aux pires des difficultés et de la misère dans toutes les tribus du Rharb sans exception. Nous avions cru jusque là que nombre de personnes dans notre tribu disposaient encore de grains, mais le temps a révélé le contraire. Les gens sont en danger si le Clément et Miséricordieux ne vient pas à leurs secours par sa bonté et ne les recouvre de sa miséricorde. Déjà avant ce temps, tous les habitants des campagnes s’étaient consacrés à déterrer les tubercules de yernee afin de s’en nourrir. Cette dégradation de la situation est encore aggravée par l’affliction née du manque de pluies » on craignait la perte irrémédiable des récoltes, al°arbi ûld Ba-Mûḥammad/al-Ḥâjj al-Ma°ṭi (09.09.1311/16.03.1894) B.H.

85 Ayache (G.) ; « Aspects de la crise financière au Maroc après l’expédition espagnole de 1860 ». in Etudes d’histoire marocaine Rabat 1979 pp. 104-105.

86 Miege ; op. cit. tome III p. 30.

87 Miege ; op. cit.

88 al-ḥâjj Mûḥammad al-hâdi al-Qal°i/Ḥassan Ier (12.08.1301/07.06.1884). B.H.

89 b.aḥmad ad-Dhissi/Ḥassan Ier (19.04.1301/17.02.1884) B.H.

90 al-°arbi b. Mûhamad-al-Madyûni/Muhammad b.al-°Arbi (21.03.1301/20.01.1884) B.H.

91 bûš°ayb b.al-°arbi az-Znâti/Ḥassan Ier (23.09.1311/30.03.1894) B.H (c. 103).

92 Miege ; op. cit. t. III p. 30. et Mûḥammad b.al-mqaddam al-Bûhâri as-Sûri/Ḥ Ier (15.03.1301/14.01.1884) B.H (C. 59).

93 Mûḥammad b.al-°Arbi (17.01.1301/18.11.1883) B.H.

94 Notamment chez les Ûlâd Amrân : Mûḥammad b. bûš°ayb al-Halfi (16.10.1309/14.05.1892) B.H (C. 91).

95 Les Umanâ’ des Ûlâd Bouaziz/H Ier (20.05.1303/24.02.1886) B.H (C. 86).

96 aš-Šrif b. bûš°ayb/Ḥassan Ier (13.07.1291/26.08.1874). B.H.

97 Ayache (G.) ; op. cit. p. 110.

98 al-hâjj al-ma°ṭi b.°abdalkbir/Mûḥammad b.al-°Arbi. (24.10.1301/17.08.1884) B.H (C. 58).

99 Les Ûmanâ’ du caïd al-Maḥjûb al-GalIûli/Ḥassan Ier (18.10.1301/11.08.1884) B.H (C. 30).

100 Milûd at-Takni/Ḥassan Ier. (05.06.1309/06.01.1892) B.H (C. 97).

101 En fait la concurrence faite aux notables locaux par les juifs n’est pas étrangère à ce cri. °ali al-Masfiwi/al-ḥâjj Sa°id b. Faraji (06.03.1309/10.10.1891). B.H.

102 Ennaji (Mohammed) et Tozy(Mohammed) ; « La Prison au xixe siècle » Lamalif (186) mars 1987 pp. 38-40.

103 °abdarraḥmad al-Idrissi/al-ḥâjj al-ma°ṭi b.al-°Arbi (24.06.1310/13.01.1893) B.H.

104 My °abdarrahmân b.Zaydân ; Ithaf V, pp. 112-113.

105 Ḥassan Ier/at-Tayyab b. Hîma (24.10.1301/17.08.1884) B.H (C. 180) al°arbi b.hida ar-Raḥâli/Ḥassan Ier (22.12.1309/18.07.1892) B.H.

106 °abbâs b.Dâwûd/Ḥassan Ier (27.10.1310/14.05.1893) B.H (C. 230).

107 Umanâ’ al jadida/H Ier. (27.12.1305/04.09.1888) B.H (C. 199).

108 107bis Selon Pascon (P.) qui affirme après le dépouillement du dossier MANNESMAN C° « il n’y avait pas un seul caïd, moqqadem de zaouia ou personnage important du Haouz de Marrakech, qui ne soit débiteur de la firme allemande » Archives du Protectorat, Créances Mannesman, étude de J.H de la Borde du 19 avril 1924. in Le Haouz t. III p. 417 n. 66.

109 Ûmana’ des Ûlâd °Ammrane (Doukkala)/Ḥassan Ier (16.09.1302/29.06.1885) B.H (C. 183).

110 Ûmana’ al-Mustafâd/Ḥassan Ier (30.03.1301/29.01.1884) B.H. (C. 56).

111 Ḥmida b.°ali/a°mâra b.°Abdassâdaq (10.07.1291/23.08.1874) B.H. (C. 4). Il s’agit ici de al-Jirrâri qui sera nommé caïd des Ûlâd Jerrâr dans le Sous après la première harka de Mawlay Ḥassan en 1882.

112 Mûḥammad b.Dâwûd/Mûḥammad b.al-°Arbi (10.08.1301/05.06.1884) B.H (C. 46).

113 Dans le Doukkala en 1864. Voir Doc. n° 367 (14.05.1281/15.10.1864) B.H (K. 47).

114 Mûḥammad b.°Abdarraḥmân/Mawlây Ḥassan (17.09.1283/23.01.1867) B.H (C. 37).

115 Mûḥammad b.°Abdarraḥmân/Mawlây Ḥassan (29.10.1283/06.03.1867) B.H (C. 38).

116 Mûḥammad b.°Abdarraḥmân/Mawlây Ḥassan (29.08.1283/06.01.1867) B.H (C. 37).

117 Mûḥammad b.°Abdarraḥmân/Mawlây Ḥassan (02.10.1283/07.02.1867) B.H (C. 37). Il s’agit du caïd des Guedmioua dans le Haouz. Il sera arrêté.

118 Mûḥammad b.°Abdarraḥmân/Mawlây Ḥassan (17.09.1283/23.01.1867) B.H (C. 37).

119 Mûsa b.Aḥmad/Mawlây Ḥassan (02.05.1283/12.09.1866) B.H (C. 37). La pratique de l’endettement des tribus par les caïds était donc bien installée à l’époque et remonte sans doute au règne précédent de Mawlây °Abdarraḥmân. En 1870, les avances du commerce étranger aux fonctionnaires marocains s’élevaient à plus d’un million de francs selon Miege J.L. ; op. cit. tome III p. 215, n° 8. Remarquons que ce montant se limite aux créances portées à leur charge personnelle. L’octroi de prêts par le makhzen à ses agents va se maintenir sous le règne de Ḥassan Ier. Voir prêt de 1000 ryal au caïd Aḥmad al Madiyûni : Ḥassan Ier/Les Ûmanâ’ de Casablanca (11.08.1308/22.03.1891) B.H (C. ‘9). De même, Ḥassan Ie7°abdalhâlaq b. Hima (01.05.1303/05.02.1886) B.H (C. 104). Contrairement à ce qu’en pense Miege J.L., l’instauration d’un prêt au moins aux agents d’autorité eut lieu et se maintient. Miege, op. cit. III p. 36. En fait là n’est pas la question, car l’alliance des caïds avec le capital asuraire était autrement plus profitable. Signalons aussi que des prêts en grains étaient consentis aussi aux tribus : Mûḥammad b.al-°Arbi (20.06.1301.17.04.1884) B.H (C. 39).

120 Mûḥammad b.°Abdarraḥmân/Mawlây Ḥassan (09.09.1283/15.01.1867) B.H (C. 37).

121 Ennaji (Mohammed) et Filali (Meknassi Rachid) ; « Transformations économiques et résistances juridiques, l’endettement et l’appropriation des terres par les européens au xixe siècle au Maroc ». Inédit.

122 Ibid.

123 al-ḥâjj Mûḥammad b. at-Tammâr al-°Abdi/Mûḥammad b.al-°Arbi (29.11.1301/ 20.09.1884) B.H. Les exemples abondent chez les Zerhana, la dette des notables envers un seul juif Messa°ûd b. labhar monte à 9700 ryal. Mûḥammad b.al-°Arbi/°Abdallah b.Aḥmad (29.12.1301/20.10.1884) B.H (C. 51) et (19.01.1301/20.11.1883) (C. 51). Concernant un autre créancier de la même tribu Ishâq al-Pilâli voir °ali al-Masfïwi/°Abdallah b.Aḥmad (29.12.1301/20.10.1884) (C. 51). Dans la Chaouia chez les Ûlâd Bouziri : arrestation du caïd al ma°ṭi b.al-Maḥjûb az-Zirâwi pour dettes qu’il avait fait témoigner à sa charge ainsi qu’à celles de son frère le khalifa, des Ûmana’, des chyoukh et quelques notables, al-ḥâjj al-ma°ṭi b.°Ab-dalkbir/Ḥssan Ier (25.01.1310/19.08.1892) (C. 362). Chez les Frouga dans le Haouz : °abbâs b.Dâ-wûd/Ḥassan Ier (12.10.1305/22.06.188) (C. 305). Chez les Ûlâd Frej des Doukkala : dette du caïd al-Faraji d’un montant de 45000 ryal dont 31000 auprès des juifs, voir détail dans : al-msaddaq b.mbârk al-°Aûni/Ḥassa, Ier (27.10.1310/14.05.1893) (C. 368). Dette des A°râb (près de Rabat) envers les français, l’ordre est donné d’arrêter quelques notables, °abdasslâm as-Swissi/Mûḥammad b.al-°Arbi (05.08.1301/31.05.1884). Les Guérouane à l’image d’autres tribus évitent le marché afin de ne pas être arrêtés pour le recouvrement de créances : le khalifa de b.Ṭalḥa al-Garwâni/Ḥassan Ier (25.11.1309/21.06.1892) (K. 193).

124 Aḥmad b.al-ḥâjj as-Sarrâḍi/Ḥassan Ier (08.07.02.1892) B.H Dans cette tribu des environs de Casablanca, non seulement le phénomène était fortement exagéré, mais l’intervention européenne remettait constamment en cause l’existence même d’un pouvoir d’Etat. Voyez à titre d’exemple, l’arrogance avec laquelle un groupe de vingt protégés font la tournée des douars avec l’appui du caïd Beršid. Les gens devant cet étalage de puissance et d’impunité furent convaincus que le seul moyen d’échapper à l’exaction fiscale et à l’endettement, était la protection. Le trouble causé à l’occasion ne prit fin qu’à la suite de l’envoi par le sultan d’un katib pour les assurer de la sécurité de leurs biens. al-°arbi b.Mûḥammad al-Medyûni/Mûḥammad b. al-°Arbi (21.03.1301/20.01.1884). Est-ce déjà une annonce prématurée de la faillite de l’Etat ? De toute façon l’alliance entre agents locaux et capital dans la région saute aux yeux, du caïd aux agents subalternes. Tel ce chaykh avec son frère protégé qui ont choisi un certain nombre de gens des Souâllam et autres « les ont chargés de fortes dettes afin qu’ils soient en leur pouvoir comme des esclaves ». Driss b.Mûḥammad as-Sâlmi/Ḥassan Ier (08.05.1303/12.02.1886) B.H.

125 Chez les Doukkala, « les gens de condition modeste se sont endettés à cause de l’oppression des gouverneurs » .al-amin al-°arbi b.°ali ad-Darqâwi/Ḥassan Ier (08.09.1296/26.08.1879) B.H (C. 18).

126 al-°arbi b.al-Ḥassan Ier (23.08.1301/18.06.1884) B.H (C. 57). °Abdarraḥmân b.Mûḥam-mad/Ḥassan Ier (17.11.1305/26.07.1888) B.H (C. 81).

127 Chez les Frouga dans le Haouz : °abbâs b.Dâwûd/al-ma°ţi b.al-°Arbi (11.09.1309/09.04.1892). A El Ksar el Kebir : le cadi de la ville /Ḥassan Ier (18.01.1303/27.10.1885) B.H (C. 77).

128 Laḥcen Ûġriq al-Bûrzi/Ḥassan Ier (18.09.1301/12.07.1884) B.H (C. 36).

129 Mûḥammad b. Yaḥya al-Gadiri/Ḥassan Ier (10.02.1311/23.08.1893) B.H (C. 130).

130 Tel ce cousin du gouverneur d’une tribu des Doukkala qui accumula une fortune considérable « il s’adonnait à l’usure par l’entremise des juifs ». Les Ûmanâ’ et Chyoukh des °Aounate/Ḥassan Ier (12.10.1301/05.08.1884) B.H (C. 59).

131 Demande d’intervention pour nomination contre 100 ryal au ministre aṣ-Ṣanhâji par Aḥmad b.°allâl ad-Dûblâli (15.06.1306/16.02.1889) B.H Fonds as-Ṣanhâji.

132 Versement de 1000 ryal : laḥcen B.Aḥmad al-aûdi (à Skhirate) Ḥassan Ier (16.08.1311/22.02.1894) B.H (C. 130). Le créancier européen harcèle le nouveau promu à pressurer au plus vite la tribu afin de régler sa dette. C’est le cas d’un caïd des Zaër qui a des difficultés vu l’état préjudiciable où il trouve la tribu : °abdalqâder b.al-Ḥâjj as-Za°ri/Ḥassan Ier. (08.08.1301/03.06.1884) B.H Remarquons que la pratique ne soulève plus aucune contestation. La vénalité traverse l’appareil local et central ; un chaykh nommé fait une avance au caïd de 50 ryal touchée auprès des juifs : °abdasslâm b. Mûḥammad/Ḥassan Ier (02.06.1303/08.03.1886) B.H (C. 121).

133 aḥmad b.bûziyân al-Bû°lâwi/Ḥassan Ier (12.08.1301/07.06.1884) B.H (C. 52). Aḥmad b.al-makki b.al-Mûhtâr/Ḥassan Ier (12.07.1302/27.04.1885) B.H (C. 71).

134 Miege (J.L.) ; op. cit.. III p. 29, n° 3.

135 Lazarev (G.) ; « Aspects du Capitalisme agraire au Maroc avant le Protectorat ». A.A.N. 1975. CNRS p. 65.

136 Aḥmad b.Hammû Hašmût al-Hâhi/Ḥassan Ier (26.03.1301/25.01.1884) B.H (C. 31) le Qâdi û Sallâ/Ḥassan Ier. (28.02.1301/29. 12.1883) B.H (C.33).

137 ar-Ragrâgui ad-Dûblâli/Ḥassan Ier (28.02.1301/29.12.1883) B.H.

138 Pascon (P.) ; « Le rachat du Tazerwalt au xixe ». inédit.

139 Ḥassan Ier/al-amin as-safiâni al-Hâhi (29.03.1301/28.01.1884) B.H (C. 33).

140 âl-hâji Aḥmad al-Hâfidi/Ḥassan Ier (17.08.1301/12.06.1884) B.H (C. 42).

141 as-Sagtâni/Ḥassan Ier (25.11.1309/21.06.1892) B.H (K. 193).

142 Le pacha Ouida/Ḥassan Ier (24.10.1310/11.05.1893) B.H (C. 375).

143 °Otmân al-Majjâṭi/Ḥassan Ier (21.12.1309/17.07.1892) B.H (C. 439).

144 Lazarev (g) ; op. cit. p. 84-85.

145 Aḥmad al-Mess°ûdi/Ḥassan Ier (25.05.1303/01.03.1886) B.H (C. 117).

146 Les gouverneurs des Hyaïna/Ḥassan Ier (09.01.1309/15.08.1891) B.H (C. 423).

147 Mûḥammad aš-Šâmi/al-hâj al-Ma°ṭi (04.08.1311/10.02.1894) B.H.

148 °abdarraḥmân as-Samgui/Ḥassan Ier (16.10.1309/14.05.1892) B.H (C. 98).

149 Brâhim an-Naknâfi/Mûḥammad b.al-°Arbi (13.07.1301/09.05.1884) B.H (C. 55).

150 Abdassadaq ar-Ragrâgui/Ḥassan Ier (28.02.1301/09.05.1884) B.H (C. 35).

151 ûmanâ’ et chyoukh des oulad Ziyane/Ḥassan Ier (15.03.1303/22.12.1885) B.H (C. 82).

152 dahir du (03.03.1301/02.01.1884) B.H (K. 348).

153 Mbârk b. at-Tâhar/Ḥassan Ier (20.03.1301/19.01.1884) B.H (C. 56).

154 al mahdi b. al-°Abbâs/Ḥassan Ier (04.09.1301/28.06.1884).

155 On interdit aux qadis ruraux de rendre des jugements concernant les transactions avec les commerçants, les étrangers et les juifs. in Mûḥtar as-Sûsi al Ma°sûl t ; 18 p. 194-195.

156 Ḥassan Ier/Ḥmida b. al-makki al-Mûhtâri (?.08.1301/juin 1884) B.H (C. 33).

157 Bû°azza al Hanši/Hasan Ier (03.06.1309/04.01.1892) B.H (C. 390) al°arbi ûld ba Mûhd/Ḥassan Ier (23.04.1301/21.02.1884) B.H (C. 41) al°Alami, °Issa b. aš-Šrif ; Nawazil Ms 2622 B.H.

158 Mûhd b. al-°arbi az-Ziyâdi/Ḥassan Ier (?.05.1301/mars 1884) B.H (C. 56).

159 Aḥmad û Mâlak/Ḥassan Ier (27.07.1301/23.05.1884) B.H (C. 34).

160 Le pacha Ouida/Ḥassan Ier (24.10.1310/11.05.1893) B.H.

161 Aḥmad b. al-°arbi al-Mediyûni/Ḥassan Ier (28.09.1302/11.07.1885) B.H (C. 69) ûmanâ’ et chyoukh des Mediouna/Ḥassan Ier (05.10.1310/22.04.1894) B.H (C. 439).

162 °Otmân al-Majjâṭi/Ḥassan Ier (21.12.1309/17.07.1892) B.H (C. 439).

163 al-hâjj Aḥmad al-Hafidi/Ḥassan Ier (17.08.1301/12.06.1884) B.H (C. 42).

164 A la suite du Tertib on s’enquiert du retour des paysans qui avaient déserté leur village. b. Mlik b.Bû°ziz/Mûhd b. al-°Arbi (08.08.1301/03.06.1884) B.H (C. 58).

165 Lettre de Ḥassan Ier (06.06.1300/03.04.1884) B.H (C. 28).

166 as-Sagtâni/Ḥassan Ier (25.11.1309/21.06.1892) B.H (K. 193).

167 ûmanâ’ des Oulad Frej/Ḥassan Ier (26.07.1301/22.05.1884) B.H (C. 35).

168 Erckmann (Jules) ; Le Maroc moderne, Paris 1885 p. 222.

169 Voir note n° 155. et Touzani ; al-ûmanâ’ fi°ahd mawlay al-Ḥassan al-awûl. Rabat p. 149 et suivantes.

170 Les familles traditionnellement dominantes sont sérieusement remises en question par les nouveaux seigneurs de guerre ( Pascon P. ; le Haouz... I p. 307). On assiste aussi à une circulation plus rapide des élites au niveau des pouvoirs locaux, la disgrâce et la destitution deviennent plus courantes, autant de moyens pour mieux tenir en main la nouvelle configuration sociale. Ainsi face aux caïds en place, on oppose les ûmanâ’, les chyoukh. L’Etat précapitaliste largement sous-intégré est à la recherche d’une cohérence par l’élimination au niveau local des chefs semi-féodaux d’antan qui gouvernaient par délégation et bénéficiaient d’une large autonomie. La politique makhzénienne tente aussi de s’associer les notables les plus en vue, tous gens qui par ailleurs profitent d’immunités, d’exonérations et de divers avantages consentis par l’Etat. On constitua de même un corps des caïds destitués, qui quoique mis à l’écart sont pourvus de terres et de droits d’eau. (voir à titre d’exemple la liste des caïds destitués bénéficiant de concessions d’eau dans le secteur de Tamesguelfet dans le Haouz. Aḥmadû Malak/Ḥassan Ier (19.08.1308) sans doute en vue d’éviter la fomentation de troubles mais aussi le glissement de cette catégorie vers l’association avec le capital étranger. En fait l’intégration plus grande des notables visée par l’Etat est demeurée limitée car l’étroitesse du surplus engendre une compétition vive et déplace le champ de celle-ci hors de l’espace makhzénien par les révoltes où le recours à la protection.

171 al-Garwâni/Aḥmad b. Mûsa (25.01.1306/01.10.188) B.H.

172 °abdarrahmân b. Mûḥammad/Ḥassan Ier (27.11.1305/26.07.1888) B.H (C. 81).

173 ûmanâ’ et chyoukh des Oulad Ncir/Ḥassan Ier (25.01.1303/03.11.1885) B.H (C. 77).

174 °abdassâdaq b. Aḥmad/Ḥassan Ier (10.01.1297/24.12.1879) B.H (C. 21).

175 le qadi û šallâ/Ḥassan Ier (28.02.1301/29.12.1883) B.H (C. 33).

176 Arrif Ahmed ; Compétition caïdale et procès d’intégration d’un canton montagnard : L’Unayn A.A.N. 1983. CNRS p. 356.

177 « Il a tué chez les Ourika le chaykh Hûsayn b.al-Ḥâjj, des Aït Salmân par empoisonnement le chaiykh Lahcen b.Barsat, chez les Aït Ouallal le chaykh °Abdarraḥmân par empoisonnement, le chaykh Mûḥammad b. Bella, le sayyid Mûḥammad b. Afqir, chez les Aït Irrân le sayyid Aḥmad Nakdûn, le chaykh Mûhd b. Brâhim... ». Lettre des Aït Salmân, Aït Maâl Aït Ouallil et Aït Irrân à Ḥassan Ier. Doc. sans date. B.H (C. 128).

178 Mûhd b. Driss al-Jirâri/Mûhd b. al-°Arbi (26.11.1301/17.09.1884) B.H (C. 37).

Notes de fin

* Professeur à la Faculté des Sciences juridiques, économiques et sociales de Rabat.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540