Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Quatrieme partie : le royaume d'Arabie Saoudite

La capitale saoudienne : Riyadh

Paul Bonnenfant

Texte intégral

SOMMAIRE

11. Les étapes de la croissance 656

21.1. Avant 1920 656

31.2. Riyadh entre 1920 et 1950 657

41.3. Le tournant des années 1950 659

51.4. L’essor après 1973 : bilan des fonctions 663

62. La population 667

73. Les types de logement 669

83.1. De la tente bédouine au baraquement 669

93.2. De la maison en pisé à la « villa moderne » 670

103.2.1. Aspect extérieur et matériaux : rupture avec le passé 673

113.2.2. Organisation intérieure de l’espace 673

123.2.3. Les équipements dans la villa : lyrisme de l’abondance 676

134. Voisinage et parenté dans la ville 677

144.1. Tous sous le même toit 677

154.2. Tous dans le même ilôt 680

164.3. Visites et rassemblements festifs 681

175. Le marché foncier de riyadh 682

185.1. Quelques mécanismes fondamentaux 682

195.2. Les causes de l’activité du marché foncier 685

205.3. Les réponses aux contraintes du marché foncier 688

215.3.1. Loger loin, en périphérie 688

225.3.2. Loger précaire, en baraquement 690

235.3.3. Loger haut, en appartement 692

245.3.4. Loger seul, sans la famille 693

255.4. Deux exemples de quartiers 694

265.4.1. Le centre ancien 694

275.4.2. Les quartiers nord-ouest 696

286. Capitale, urbanisme et pouvoir 700

1. LES ÉTAPES DE LA CROISSANCE

1.1. Avant 1920

29On estime que la vieille ville de Riyadh a été bâtie près des ruines de l’ancienne « Hajr al-Yamâma », autrefois centre important de la Yamâma, nom de la région à l’époque préislamique. Le site fut occupé au cours des ans par des villages aux noms divers, mais le nom actuel de Riyadh (les jardins) n’apparut qu’au cours du xviiie siècle. Comme il était fréquent à l’époque, des remparts entouraient la palmeraie et le village, concurrencé par Manfûha, bourgade englobée actuellement dans la partie sud de la ville (voir la carte n° 20).

  • 1 Les notes donnent des références abrégées. Les signalements complets des titres sont donnés à la fi (...)
  • 2 Sadleir, A Journey across Arabia, p. 79.

30Au xviiie siècle, le centre politique se trouve plus en amont dans le wâdî Hanîfa, à Dir’îya. Quand retentit « l’appel » du réformateur Muhammad ibn ‘Abd al-Wahhâb, la famille Saoud met ses armes au service de la réforme religieuse et choisit Dir’îya comme base de ses campages. Riyadh subit 35 raids des Saoudiens en 28 ans avant d’être occupée par eux en 1773 AD/1187 AH1. Le succès du wahhâbisme dans le Najd, puis en Iraq et en Syrie, entraîne l’intervention de Muhammad ‘Alî, dont le lieutenant Ibrâhîm Pacha détruit Dir’îya en 1818. Sadleir, qui passe par là un peu plus tard, écrit que le village de Riyadh est entouré de vastes palmeraies, mais que la guerre récente a rendu les habitants misérables ; de plus, les remparts, protection du village, ont été rasés2. Quelques années plus tard, Turkî, de la famille Saoud, reprend Riyadh et la choisit comme capitale de l’Etat wahhâbite renaissant (1824 AD/1240 AH). A partir de cette date, le sort de la cité est intimement lié aux destinées de la famille Saoud qui connait des fortunes diverses pendant le xixe siècle. De nombreux changements de pouvoir interviennent. La primauté de Riyadh est contestée par la ville de Hâ’il, à 600 km au nord-ouest, où la dynastie Ibn Rashîd acquiert une relative importance à la fin du siècle. En 1891 AD/1398 AH, Riyadh tombe entre ses mains pour une dizaine d’années.

  • 3 Sur ces villes, voir notamment : article Burayda, El 2, tome I, pp. 1352-53 ; Doughty, Travels, vol (...)

31A cette époque, la ville n’avait pas l’importance économique qu’elle a aujourd’hui quand on la compare aux autres villes du Royaume. Le centre économique du Najd se situait à quelque 300 km au nord-ouest, dans la vieille région du Qasîm où deux villes-marchés, Burayda et ‘Unayza, se disputaient la prééminence3. Leur richesse provenait de l’agriculture et de la qualité des pâturages alentour, mais plus encore de leur fonction de villes-marchés à un croisement de routes caravanières ; la commercialisation du dromadaire en était un aspect essentiel. A la même distance vers l’est-nord-est, la ville de Hufûf tirait sa richesse des grandes palmeraies du Hasâ et de son rôle de marché pour les marchandises importées par le port voisin d’al-’Uqayr.

  • 4 Voir la carte n° 18 : Le royaume d’Arabie Saoudite, p. 569.

32L’année 1902 AD/1319 AH sonne le début d’une ère nouvelle. Les faits sont bien connus. Le futur roi ‘Abd al-’Azîz ibn Sa’ûd (ibn Saoud) s’empare de Riyadh à la pointe de l’épée, y rétablit la capitale des Saoud, puis s’en sert comme base dans la conquête du Najd, du Hasâ, du jabal Shammar, du Hijâz et du ‘Asîr dans les trente années qui suivent4. A ces conquêtes territoriales succède la richesse procurée par le pétrole. La ville connaît donc depuis le début du siècle une croissance continue, lente au début, de plus en plus rapide au fil des décennies.

1.2. Riyadh entre 1920 et 1950

33Pour mesurer l’ampleur exceptionnelle des changements survenus dans la capitale, il faut tenter de l’imaginer avant 1930, quand elle était encore la simple bourgade entourée de remparts que Philby décrivit après son voyage effectué en 1917 (voir le plan, carte n° 19).

  • 5 Philby, The Heart of Arabia, ch. III : The Wahhabi Capital.

34Bâtie à l’extrémité nord d’une oasis en forme de losange de trois milles de long sur moins d’un mille de large, Riyadh avait en gros la forme d’un triangle équilatéral aux angles très arrondis, chaque côté mesurant environ 600 mètres. Ses remparts d’argile, laban, étaient percés de neuf portes : à l’est, Bâb ath-Thumayrî, une des plus importantes ; au nord, Bâb Âl Suwaylim ; à l’ouest, Bâb al-Madhbah ; au sud-ouest, Bâb ash-Shumaysî ; au sud enfin, Bâb Dukhna5. Le plan de Philby ajoute quatre autres portes, de moindre importance.

  • 6 Sharîf. Riyâdh, pp. 122-123.

35A l’intérieur de la ville, les ruelles convergeaient vers un ensemble constitué par la place du marché, le palais des Saoud et la grande mosquée, qui balisaient sur le sol les trois fonctions de la cité : l’échange commercial, la direction politique et l’orientation spirituelle. La juxtaposition de ces trois fonctions était caractéristique des villes du Najd à l’époque, à cette différence près que le palais royal y était remplacé par le fort où résidait le gouverneur local. Une particularité du marché de Riyadh était sa division en deux parties, celle des hommes et celle des femmes. Il comprenait 120 boutiques sans prétention. On y trouvait les biens vitaux de l’époque : denrées alimentaires (riz, céréales, dattes, épices, sucre, café, thé) ; armes et munitions, bétail, tissus, selleries et objets en cuir, et déjà des objets importés comme des montres et des jumelles. Dans la partie est de la ville, entre le souq et la porte Thumayrî, se dressait le fort appelé al-Masmak. Des membres de la famille royale et des commerçants importants avaient construit leur demeure dans son voisinage. La moitié de la surface enclose dans les remparts était consacrée aux habitations ordinaires, parmi lesquelles étaient disséminées quinze à vingt mosquées. La partir sud-est était densément peuplée de gens à faibles revenus, cultivateurs ou immigrés, et leur quartier avait pauvre apparence. La partie sud-ouest était plus aisée, car elle était habitée par la famille du Shaykh (les descendants du réformateur Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahhâb), par des fonctionnaires et des membres de la police religieuse. Enfin, la partie nord-ouest, aux pauvres maisons, était peuplée par des gens d’origines diverses. Toutefois, on y trouvait également la maison d’hôtes de la ville6. Au nord des remparts s’étendaient les cimetières, mais les frondaisons des palmiers atteignaient les murs de la ville presque partout ailleurs.

36Les quinze années qui suivent la description de Philby voient un faible accroissement physique de la ville : une ou deux centaines de mètres selon les directions. Au cours des années 1930, par contre, la ville sort résolument de ses limites anciennes, essentiellement vers l’ouest et vers l’est. Après des siècles de luttes presque permanentes, ce sont les années de la sécurité retrouvée ; le royaume atteint ses frontières actuelles par la conquête du sud-ouest, ‘Asîr et Tihâma du ‘Asir. Le pouvoir s’affermit, les premières administrations sont créées, ce qui entraîne un mouvement d’immigration vers la capitale. Signe de sécurité : le roi achève en 1938 le château en pisé d’al-Murraba’, à un kilomètre au nord du vieux centre. Un palais d’été est également édifié à l’ouest, sur les bords du wâdî Hanîfa. A 1,25 km à l’est du centre, les esclaves du roi se construisent un quartier « des esclaves », hillat al-’abîd, plus tard rebaptisé quartier des affranchis. Au sud, l’arrivée d’immigrants entraîne l’extension du noyau d’habitations créé dix ans auparavant à la « nouvelle Manfûha », pendant que s’édifie le nouveau quartier d’al-’Atîqa. Au cours de cette décennie apparaissent donc deux tendances qui se confirmeront amplement jusqu’à aujourd’hui : quartiers de palais et de résidences riches ou aisées au nord et à l’ouest ; quartiers de travailleurs et de groupes sociaux à revenus limités à l’est et au sud.

CARTE N° 19. – Plan de Riyadh dressé en 1917 par Philby.

1.3. Le tournant des années 1950

37Les années 1950 constituent un autre tournant. Dans la vieille ville, les remparts, la grande mosquée et le palais royal en pisé, symboles d’un passé et d’un matériau révolus, sont démolis en 1950 AD/1370 AH. Des rues à angles droits sont tracées à travers le tissu urbain ancien. Des matériaux nouveaux, ciment et béton armé, font leur apparition timide dans la construction, avant d’envahir le marché après 1960. Des ressources en eau importantes sont découvertes par une société française et un réseau d’adduction est mis en place.

38Mais l’essentiel réside dans la diversification des fonctions de Riyadh. Si elle était la capitale politique depuis 1902, elle n’était pas la capitale administrative puisque la plupart des ministères et bureaux gouvernementaux avaient leur siège à Jedda. En 1953, est prise la décision de transférer les ministères de Jedda à Riyadh, ce qui va entraîner un afflux de fonctionnaires saoudiens et de techniciens étrangers. Sur l’avenue de l’aéroport actuel, s’édifie la longue série des bâtiments ministériels encore utilisés aujourd’hui.

  • 7 Les instituts religieux, ma had ilmi, sont des écoles où un enseignement religieux important est do (...)

39Une seconde fonction importante se renforce dans les années 1950 : celle de l’enseignement religieux. Un Institut religieux est fondé à Riyadh en 1951, bientôt suivi par la construction d’établissements semblables dans de nombreuses villes saoudiennes7. Une Faculté des sciences de la loi islamique et de la langue arabe est construite en 1954. Les écoles de type primaire et secondaire se multiplient, et 1957 voit la fondation de l’Université de Riyadh. Cette fonction d’enseignement supérieur sera bientôt enrichie par la création d’autres établissements spécialisés. Après 1960, la fonction culturelle de Riyadh se renforcera par le lancement de plusieurs publications : l’hebdomadaire al-Yamâma ; le journal al-Jazîra, d’abord hebdomadaire puis quotidien ; le quotidien ar-Riyâdh ; la revue ad-Da’wa, et enfin le quotidien de langue anglaise Arab News.

40Parallèlement à l’affermissement de ces fonctions de Riyadh en tant que capitale, les liens de la ville avec le reste du monde se renforcent. Le chemin de fer reliant Riyadh au port de Dammâm, sur le Golfe, est achevé en 1951, et un aéroport international, symbole de modernité, est édifié en 1953. La capitale wahhâbite sort un peu du splendide isolement où elle était jusqu’alors demeurée.

CARTE N° 20. – Plan schématique de Riyadh : principaux repères, quartiers et avenues.

41Principaux repères :

  1. Émirat et grande mosquée

  2. Château d’eau en champignon

  3. Ministère du pétrole

  4. Palais royal

  5. Champ de course et stade

  6. Jabal Makhrûq (roche percée)

  7. Gare

  8. Immeubles « Sahara Towers »

  9. Deux tours de la S.A.M.A.

  10. Tour de la télévision

  11. Usine de ciment

42Les principaux noms de quartiers sont indiqués en italiques.

43Ces années 1950 voient se confirmer les tendances de la croissance urbaine que nous énoncions plus haut : châteaux, équipements de prestige et riches demeures vers le nord et l’ouest, quartiers à revenus bas ou moyens vers l’est et le sud.

44Mais, quelle que soit la direction de l’extension, son mécanisme reste le même dans tous les cas (voir la carte n° 21). Dans une première étape, on implante un château ou un équipement isolé : par exemple, au cours des années 1950, le château de Nâsrîya et ses immenses dépendances, à 5 km au nord-ouest du vieux centre, ou celui d’al-Badî’a, à l’ouest, dans le wâdî Hanîfa. Dans le domaine des transports, on construit l’aéroport de Riyadh, à 10 km au nord de la vieille ville, ou la gare du chemin de fer, à 3 km à l’est. En ce qui concerne l’habitat, on édifie au nord-est le quartier du Malazz, pour le logement de gens à revenus moyens ou supérieurs. Bien entendu, ces réalisations sont reliées au centre par une route.

CARTE N° 21. – Mécanisme de croissance de Riyadh après 1950.

45Dans les années 1950. Première étape : construction d’un château ou équipement isolé. Deuxième étape : développement autour de ces noyaux et le long des routes qui y mènent. Troisième étape, après 1960 : remplissage entre ces routes.

46Dans les années 1970. Le développement se fait surtout le long des quatre principaux axes routiers, sur une vingtaine de kilomètres : vers Khurays et la région orientale ; vers Dir’îya et le Qasîm ; vers Kharj et le sud ; vers le Hijâz. Il faut y ajouter l’axe Doxiadis vers le nord-nord-est, après 1975.

CARTE N° 22.– Age des quartiers de Riyadh.

47Principaux repères :

  1. Émirat et grande mosquée

  2. Château d’eau en champignon

  3. Ministère du pétrole

  4. Palais royal

  5. Champ de course et stade

  6. Jabal Makhrûq (roche percée)

  7. Gare

  8. Immeubles « Sahara Towers »

  9. Deux tours de la S.A.M.A.

  10. Tour de la télévision

  11. Usine de ciment

48Les principaux noms de quartiers sont indiqués en italiques.

49La seconde étape voit le développement de constructions diverses autour du noyau précédemment créé, et de part et d’autre de la route qui y mène. Elles sont attirées par la plus-value qui s’attache aux terrains ainsi valorisés. Les châteaux, par le prestige de leur voisinage, incitent à l’installation de personnages fortunés. Sur l’avenue menant à l’aéroport, on bâtit neuf ministères, deux hôpitaux, l’Académie militaire, les quartiers des officiers et les premiers grands hôtels (carte n° 23). La rue conduisant à la gare attire des entrepôts, des magasins d’automobiles et les ateliers nécessaires à leur entretien. La ville prend alors l’aspect d’un corps central aux longs tentacules.

50Au cours de la troisième étape, des maisons d’habitation, édifiées à partir du centre, comblent progressivement les vides entre ces tentacules.

51Les années 1960 voient le renforcement des mécanismes précédents. Le roi Faysal fait édifier son palais au nord-ouest, dans le quartier Ma’dhar qui va devenir un des plus prestigieux de la cité. Bien d’autres résidences princières ou fortunées s’établiront entre la vieille ville et ce nouveau quartier. L’axe allant du centre à l’aéroport renforce sa fonction administrative, pendant que toute la partie est devient résolument un quartier d’entrepôts, d’ateliers, de petite industrie ; il s’y mêle de modestes maisons en pisé et des bidonvilles qui se résorbent progressivement par un habitat en dur. Mais un phénomène nouveau fait aussi son apparition : c’est l’attraction des routes nouvellement construites pour relier Riyadh au reste du pays : à l’est vers la région pétrolière ; au sud vers le Kharj et le wâdî ad-Dawâsir ; à l’ouest vers Jedda et La Mekke. Ces routes drainent les constructions sur plusieurs kilomètres et l’aspect tentaculaire de la ville s’accentue.

1.4. L’essor après 1973 : bilan des fonctions

52L’augmentation brutale du prix du pétrole en 1973 a eu, bien évidemment, une répercussion importante sur la ville de Riyadh. La croissance accélérée s’est poursuivie et les fonctions se sont développées et diversifiées (voir la carte n° 23 sur leurs implantations).

53La fonction gouvernementale et administrative reste primordiale. C’est elle qui a fondé la ville. Si les années 1950 traduisaient la volonté d’en faire la capitale administrative et politique d’un royaume unifié sous les Saoud, les années 1970 expriment le souci d’élever Riyadh au rang des capitales internationales. Des mesures importantes sont donc prises et contribuent à un développement puissant des fonctions de Riyadh.

54C’est d’abord le transfert du siège de la Saudi Arabian Monetary Agency (S.A.M.A.) de Jedda à Riyadh. Cette décision entraîne dans son sillage le déplacement des sièges d’autres institutions financières ou bancaires : Jedda perd ainsi une partie de son rôle dans ce domaine au profit de Riyadh.

55Vestige du temps où Riyadh était volontairement isolée de l’extérieur, le ministère saoudien des affaires étrangères est encore à Jedda. Son transfert ayant été décidé, les représentations diplomatiques étrangères vont être amenées à s’installer également à Riyadh vers 1982.

56La volonté existe aussi de faire de Riyadh une capitale intellectuelle et culturelle. Une énorme université, en cours de construction au nord de la ville, remplacera dans quelques années les locaux actuels situés au Malazz. Par ailleurs, un palais des congrès a été construit à ‘Ulayyâ, en 1975.

57Ville du Prince, puisque c’est sa volonté qui a créé la ville à partir d’une simple bourgade agricole, Riyadh a vu se développer, dans le sillage de la fonction administrative, sa fonction commerçante qui a supplanté progressivement les vieilles capitales commerciales du Qasîm. La zone d’influence de son marché recoupe pratiquement les limites du Najd ; elle est centre de commercialisation de produits agricoles et centre de distribution de biens importés par les ports de Jedda et Dammâm.

58Nous avons déjà brièvement décrit le marché vers 1920. Avec l’émirat et la grande mosquée, il formait le cœur de la ville ancienne, à la fois lieu d’échange commercial et social. Ce noyau ancien s’étendit progressivement. Une étape importante fut la construction en dehors des murailles primitives d’une large voie bordée de boutiques, appelée rue « al-wazîr », allusion au nom de son constructeur, ‘Abd Allâh Sulaymân Âl Hamdân, ministre des finances du roi ‘Abd al-’Azîz.

59Parallèlement à cette voie se développa l’avenue Bathâ’, du nom de l’oued qui la longeait. Jusqu’en 1978, au cœur de la ville, elle était un réceptable extraordinaire d’immondices, parcouru par des chiens errants ! Elle est transformée maintenant en voie urbaine rapide. Dans tout le centre se développèrent des sortes de souks modernisés qui connurent beaucoup de succès, les qaysâriyya, décrits plus loin.

60Mais le noyau historique et commercial de Riyadh est aujourd’hui complètement engorgé. Si la circulation a été très améliorée dans l’avenue Bathâ’, le stationnement est très problématique dans tout le centre. Aujourd’hui, les formes traditionnelles d’échange commercial sont de plus en plus concurrencées par la formule du « super-market ». Des dizaines de ces magasins ont été créés dans les zones nouvelles, au carrefour des grands axes urbains, là où la place pour garer les véhicules ne manque pas, comme les quartiers du Malazz et de ‘Ulayyâ. Dans ce dernier par exemple, un Euromarché a été construit, semblable en tous points à ceux de Nîmes ou d’Aix-en-Provence ! Avec d’autres services ou magasins d’usage relativement fréquent, banques, agences de voyage ou d’immobilier, pharmacies, restaurants, marchands d’alimentation ou d’appareils ménagers, vendeurs ou loueurs de cassettes stéréo ou vidéo, boutiques d’artisans d’entretien, mais aussi magasins de jouets qui ont apparu en 1975 et ont connu, signe des temps, un essor extraordinaire, ces super-markets forment des centres de quartiers très animés, surtout le soir après la prière du ‘asr.

61La fonction industrielle de Riyadh a acquis une importance non négligeable dans les vingt dernières années. Elle consiste essentiellement en quatre branches d’activité.

62Une raffinerie a été construite en 1974 au sud-est de la ville pour faire face aux besoins locaux en produits dérivés du pétrole. Alimentée par oléoduc depuis le champ pétrolifère de Khurays, sa capacité de traitement, 20 000 barils par jour initialement, a été portée à 100 000 barils en 1980. Un réseau d’oléoducs desservira le nouvel aéroport de Riyadh, les centrales électriques prévues, ainsi que les régions du Kharj et du Qasîm.

Carte n° 23. – Implantation des principales fonctions de Riyadh.

63Principaux repères :

  1. Émirat et grande mosquée

  2. Château d’eau en champignon

  3. Ministère du pétrole

  4. Palais royal

  5. Champ de course et stade

  6. Jabal Makhrûq (roche percée)

  7. Gare

  8. Immeubles « Sahara Towers »

  9. Deux tours de la S.A.M.A.

  10. Tour de la télévision

  11. Usine de ciment

64Les principaux noms de quartiers sont indiqués en italiques.

65Autre activité importante, très stimulée par la croissance rapide de Riyadh : les matériaux de construction. Les éléments les plus visibles en sont l’usine de ciment, dont la production était de 5 000 tonnes par jour en 1979, et l’usine de plâtre, toutes deux bâties au sud-est. Mais il s’est créé un peu partout, dans les parties sud et sud-est de Riyadh, de petites industries concernant le bâtiment : fabrication d’agglomérés en ciment, de carrelages, menuiserie traditionnelle en bois, d’ailleurs très concurrencée par l’aluminium.

66Un autre secteur industriel notable est celui des industries alimentaires : silos et minoteries, fabriques de boissons gazeuses, conserveries, usines de produits alimentaires pour le bétail, de conditionnement de produits laitiers et de boulangerie-pâtisserie en sont les principaux éléments.

67Les autres industries tiennent une place relativement minime par rapport aux précédentes : nous pouvons citer une usine de plastique, des ateliers de meubles en bois ou en métal et quelques petites industries chimiques.

68L’industrie naissante de Riyadh s’est donc orientée vers la production de produits pondéreux, volumineux ou périssables pour en réduire l’importation et faire face à une demande essentiellement locale. A ces activités de production, il faut ajouter celles qui en dérivent : ateliers d’entretien et de réparation pour automobiles et engins de toutes sortes. De nombreux artisans (peinture, soudure, ajustage, tournage, fraisage, décoration de voitures et camions) se trouvent en grand nombre dans la première zone industrielle, à l’est de la ville et dans les environs de la gare.

69Les dirigeants souhaiteraient maintenant continuer le développement de cette fonction de Riyadh. Une seconde zone industrielle a été créée à une dizaine de kilomètres du centre, vers le sud-est, sur la route du Kharj. Malgré cette volonté, il est évident que l’industrialisation devra toujours faire face à des contraintes draconiennes. Il faudra tout d’abord que les nouvelles industries soient faibles consommatrices d’eau, car Riyadh vit actuellement sur des réserves profondes non renouvelées. Le manque de main-d’œuvre, qualifiée ou non, est un autre handicap de taille ; on peut certes faire appel à des immigrés, mais les problèmes sociaux et politiques soulevés par leur présence sont considérables. La concurrence des produits étrangers et l’éloignement des ports sont deux autres difficultés.

70La localisation dans Riyadh des activités industrielles est très concentrée dans la partie est de la ville, où la gare a d’abord attiré entrepôts et ateliers. La main-d’œuvre s’est fixée à proximité ; puis un mouvement cumulatif s’est produit, le prix des terrains étant relativement moindre dans cette zone en raison de l’environnement, moins prestigieux. En dehors de l’est de la ville, seules les routes du Hijâz, au sud, et de Dammâm, au nord-est, ont su attirer des entrepôts, des ateliers de réparation d’automobiles et de petites industries.

71Mais le développement des fonctions financières, diplomatiques et culturelles de Riyadh dont il a été question ci-dessus s’est accompagné également, vers 1975, d’un essor remarquable de l’hôtellerie, très déficiente jusqu’en 1977. Attirés par cette activité hautement rentable – comme le foncier et l’immobilier –, de nombreux Saoudiens ont investi dans ce secteur, au point que la capacité hôtelière est devenue excédentaire pour certaines catégories de chambres : des hôtels ont dû fermer.

72Comme toute capitale à volonté centralisatrice, Riyadh est devenue un nœud important de communications. Le réseau routier, presque inexistant vers 1965 converge de toutes les régions du royaume vers la capitale (voir la carte n° 18). Il suffit de comparer les horaires de vol de la compagnie nationale aérienne Saoudia entre 1972 et 1982 pour prendre conscience de l’extraordinaire développement des lignes intérieures et internationales. Le chemin de fer Dammâm-Riyadh a été modernisé en 1979 et l’on envisage maintenant la construction d’une ligne vers la région ouest, qui pourrait à terme se raccorder à l’ancien chemin de fer du Hijâz attaqué autrefois par Lawrence.

2. LA POPULATION

73Nous ne savons presque rien sur la population de Riyadh avant l’ère pétrolière ; au noyau ancien de cultivateurs et commerçants durent vite s’ajouter toutes les personnes gravitant dans l’entourage de la maison royale : fonctionnaires, esclaves, bédouins de la garde royale en cantonnement sous tente. Une étude sociologique plus précise serait riche d’enseignements.

  • 8 Estimations tirées de Rugh, Riyadh..., p. 35 ; il ne cite pas ses sources. Naval intelligence divis (...)
  • 9 Estimations de Doxiadis, Existing conditions, p. 86.
  • 10 s.c.e.t. international, Central Region Development Plan, d’après des estimations de Central Plannin (...)
  • 11 s.c.e.t.-s.e.d.e.s., Socio-economic Survey, pour Riyadh Action Master Plan, pp. 90-96, pour les ren (...)

74D’une croissance continue mais modérée : 19 000 habitants en 1920, 27 000 en 1930, 47 000 en 1940, 62 000 en 19458, Riyadh est passée à une croissance continue et forte : 160 000 habitants en 1960, 300 000 en 19689, 430 000 en 197410, 620 000 en 1977, dont 30 % d’étrangers. A cette dernière date, les migrants plus ou moins récents formaient l’essentiel de la population : 15 % des chefs de famille étaient à Riyadh depuis moins de cinq ans, et 50 % s’y étaient fixés entre 1957 et 1973. Ils étaient originaires pour 50 % de la région centrale, 22 % des montagnes du sud-ouest et de la plaine côtière qui les borde, 12 % de l’ouest saoudien et notamment des villes importantes du Hijâz11.

  • 12 Conversation avec des experts du R.A.M.P.

75En 1980, la population résidente serait comprise entre 817 000 et 869 000 habitants, auxquels il faudrait ajouter une centaine de milliers de non-résidents (soldats en casernes, individus à l’hôtel, étudiants en dortoirs). Sur cette population résidente, il y aurait 32 à 34 % d’étrangers. Le nombre de Saoudiens serait donc d’environ 583 00012.

  • 13 s.c.e.t.-s.e.d.e.s., Socio-economic survey, pp. 90-96.

76Pour 1979, le taux de croissance annuel se situerait entre 8,7 et 10 %13. Selon la même source, la population de la ville oscillerait en 1990 entre 1 330 000 et 1 780 000 résidents, dont 21 à 34 % d’étrangers. Ces chiffres montrent l’importance de l’immigration par rapport à l’accroissement naturel, dans le passé et dans l’avenir.

77Les motifs de l’installation à Riyadh sont divers. Parmi eux, la scolarisation a joué un rôle non négligeable, en y attirant des familles originaires de localités où il n’y avait pas encore les mêmes possibilités. Les écoles, en effet, ont été construites plus tôt dans la capitale. Par ailleurs, les différents établissements d’enseignement supérieur n’existant qu’à Riyadh ont contribué à attirer nombre d’individus qui se sont fixés ensuite.

  • 14 Malik. Rural migration..., p. 11.

78Mais le motif déterminant de cette immigration ressort évidemment du déséquilibre profond entre les perspectives économiques offertes dans le pays d’origine, steppe, village ou montagne, et celles qu’offre une capitale aux fonctions en plein essor. Ici, possibilités d’enrichissement rapide, là sous-emploi et stagnation. Parmi les causes de ce sous-emploi, la sécheresse survenue en 1958 et durant les sept années suivantes semble avoir joué un rôle important, en causant de graves dommages aux troupeaux et aux récoltes14.

79Possibilités d’enrichissement rapide dont on pouvait voir les témoins quand ils revenaient au pays au volant de leur voiture, attrait des services, du confort, de toutes les séductions de la ville, les grandes avenues, l’éclairage public, la circulation automobile, l’abondance des magasins et des denrées : tout cela contribuait, dans les années 1970, à causer une admiration émerveillée aux ruraux et aux bédouins, à faire de Riyadh une ville mythique où il fallait s’installer...

80A leur arrivée, les migrants essaient de se regrouper par origine géographique ou tribale, pour mieux affronter les problèmes posés par la ville. Cela s’exprime parfois dans la toponymie des quartiers, quand ils portent un nom de tribu ou de région : hillat al-Qismân, quartiers des gens du Qasîm, venus s’installer à l’est de la ville ancienne ; hillat al-’Unûz, quartier des ‘Anaza, la grande tribu du nord du Royaume, qui vivaient autrefois sous tente dans le secteur de la zone industrielle, au sud-est de la ville ; hillat ad-Dawâsir, du nom de la grande tribu des confins du Rub’ al-Khâlî. Les Saoudiens émigrés dans la ville iraquienne de Zubayr, quand ils commencèrent à rentrer au pays par suite de la prospérité pétrolière, s’installèrent presque tous au sud de l’avenue al-Wazîr.

  • 15 Les Banî Khadîr du Najd, les Balâhita du sud-ouest, les Fuyûd et Bahhâh du Asîr, les Dawâshin du wâ (...)

81Si beaucoup ont quitté directement leur lieu d’origine pour la capitale, d’autres sont passés par une ville ou une région-relais avant d’arriver à Riyadh. C’est le cas pour beaucoup de Banî Khadîr du Najd15 qui ne craignaient pas le travail manuel : la région pétrolière leur a offert des emplois salariés bien rémunérés pour l’époque. Ils en ont tiré deux avantages importants : d’abord l’apprentissage d’un travail manuel de type moderne, comme maçonnerie, soudure, plomberie, peinture, mécanique, tournage, fraisage, entretiens et réparations diverses ; ils furent parmi les premiers Saoudiens à connaître ces métiers. Economisant pen-dant des années de travail à l’ARAMCO ou autres sociétés de la région orientale, ils ont rassemblé le capital nécessaire au lancement d’entreprises indépendantes correspondant aux métiers qu’ils avaient appris, notamment à Riyadh où de nombreuses fortunes correspondent à ce profil de carrière. Pour d’autres, Riyadh était trop éloignée – n’oublions pas que routes goudronnées et voitures généralisées ont moins de cinq ans – ; ils ont fait étape dans une capitale régionale, comme Jedda, Burayda ou Abhâ. C’est le cas notamment de ceux qui se sont enrôlés dans une ville de garnison, Khamîs Mushayt, Taif ou Tabûk, et qui ont ensuite été mutés dans la capitale.

82Comment tous ces nouveaux arrivants ont-ils résolu leurs problèmes de logement ? Question complexe qui ne dépend pas seulement du type d’habitation choisi, mais aussi des souhaits en matière de voisinage et des possibilités concrètes laissées par le marché foncier.

3. LES TYPES DE LOGEMENT

83L’examen sur vingt ans des divers types de logement montre une surprenante rapidité d’évolution des anciens habitats vers de nouvelles formes. Les tentes ont aujourd’hui disparu dans la région de Riyadh ; elles ont fait place à des baraquements eux-mêmes en régression. Les maisons en pisé habitées par les Saoudiens sont moins nombreuses que par le passé. Elles sont remplacées progressivement par des maisons « modernes » en béton, dites « villas ». Nous étudierons donc baraquements et villas, en essayant de faire ressortir les éléments de rupture et de continuité entre formes anciennes et nouvelles d’habitat.

3.1. De la tente bédouine au baraquement

84Insérés dans les mailles vides du tissu urbain, on trouvait un peu partout, entre 1970 et 1980, des baraquements appelés sanâdiq, pluriel de sandaqa, en bois de récupération (photo n° 47). Vers 1975, des ouvriers s’étaient spécialisés dans la collecte du bois et la fabrication de panneaux de dimensions standard (4 X 3 m par exemple), qu’ils vendaient à ceux qui désiraient édifier rapidement une baraque : la méthode de préfabriqué appliquée au bidonville, en quelque sorte. En 1980, il en coûte de 4 000 à 5 000 SR pour se faire construire une baraque couverte de tôle ondulée neuve, et aux planches convenablement juxtaposées. Les murs et les deux versants intérieurs du toit sont souvent recouverts de grandes feuilles de carton de récupération (emballages de réfrigérateurs par exemple) qui interdisent aux courants d’air et à la poussière de s’infiltrer entre les planches (photo n° 48). Mieux encore, certains sont revêtus de feuilles de linoléum collées sur le carton, ce qui donne un aspect gai et propret à l’intérieur. Dans chaque unité d’habitation, on essaie de disposer d’une pièce pour les hommes, qui sert de majlis, et d’une autre pour les femmes, utilisée aussi pour la cuisine ; l’une et l’autre sont précédées d’une petite cour intérieure fermée autant que possible aux regards. Cet aménagement reprend de toute évidence la disposition traditionnelle de la tente.

85La grande majorité de ces baraquements sont habités par des « porteurs d’armes* : soldats, gardes nationaux, gardes d’émirs et policiers. On y trouve aussi des chauffeurs de camions, de taxis ou de voitures de sociétés. Les origines géographiques sont diverses. De nombreux bédouins ont commencé par se sédenta-riser ainsi, vivant d’abord sous tente, puis édifiant progressivement ces baraquements. Mais on trouve aussi en grand nombre des gens originaires des montagnes du sud-ouest (Blâd Ghâmid, Blâd Zahrân, Blâd Rijâl al-Hijr, ‘Asîr, pays des Qahtân, Wâdî Najrân) et des familles en provenance de la Tihâma.

86Le niveau d’équipement de ces baraquements est relativement élevé, si on le compare à la précarité de l’installation. Le sol du majlis est recouvert des tapis, accoudoirs et coussins qu’on trouve dans les maisons en dur ; une télévision en couleurs et un « radio-cassettes » en font souvent partie. L’eau est apportée au campement par camions-citernes puis transvasée dans de gros cubes métalliques raccordés les uns aux autres, ce qui permet d’avoir une réserve relativement importante ; un robinet en bas des cubes permet de tirer l’eau. Certains occupants se sont débrouillés pour avoir l’électricité du secteur, d’autres disposent d’un générateur, mais la plupart n’ont pas d’installation et se contentent de lampes à incandescence. Les réfrigérateurs à gaz ou à pétrole commencent à se répandre. Beaucoup de baraques possèdent un chauffage au gaz pour les nuits froides du Najd en hiver. La plupart des salariés possèdent leur propre voiture, souvent une camionnette Toyota ou Datsun, les « Japonaises » les moins chères du marché, avec lesquelles ils vont au travail, rendent visite aux parents de Riyadh les jours de congé et retournent au pays durant les vacances.

87Bien entendu, ces semi-bidonvilles flétrissent l’image que les dirigeants de Riyadh veulent présenter de la ville et la municipalité cherche à les faire disparaître, soit en les supprimant, soit en édifiant des murs autour des parcelles qui les contiennent, de façon à cacher leur vue aux voitures qui passent. Il faut souligner le violent contraste qui existe entre villas, immeubles de grand standing, hôtels, magasins de luxe, sièges d’administrations gouvernementales et de sociétés, symboles de richesse et de puissance de l’État et de la bourgeoisie qui monte à l’abri du pouvoir, et ces baraquements qui reculent progressivement sous leur pression. Les raisons qui poussent à leur construction sont multiples et révèlent divers types d’adaptation à la grande ville et aux contraintes nouvelles qu’elle impose ; nous les étudions plus loin.

3.2. De la maison en pisé à la « villa moderne »

  • 16 Nous manquons de place ici pour en faire la description que l’on pourra trouver dans un état des re (...)

88La maison traditionnelle en pisé était reliée à la famille élargie, à sa cohésion, à sa défense, dans le cadre de la maisonnée et du quartier agnatique16. De nos jours, comme le baraquement, ce type de maison est en régression. Mais l’examen de son évolution fait néanmoins ressortir combien les structures passées influencent toujours des formes architecturales apparemment nouvelles. L’étude de la maison moderne, des rapports de voisinage et de parenté qu’elle maintient, en font la démonstration.

PHOTOS 47 et 48. – Un habitat en cours de disparition progressive à Riyadh : les baraquements.

Les baraquements sont surtout des habitations pour migrants récents : bédouins en cours de sédentari-sation, ruraux en train de s’installer en ville, travailleurs étrangers, familles de soldats appelés à être mutés. Ils constituent une solution d’attente (voir paragraphes 3.1. et 5.3.2.).

CARTE N° 24. – Types de logements dans Riyadh.

89Les maisons en pisé se trouvent surtout dans les parties sud et sud-est de la ville, peuplées de gens aux revenus modestes. Les baraquements se situent également dans ces parties, mais aussi au nord-ouest : cantonnements provisoires à proximité de palais et de ministères. Les maisons en béton, à la date de cette carte (1977) se limitent aux parties ouest et nord ; des données plus récentes feraient apparaître partout ce type de construction, en particulier sur les quatre grandes routes, sur l’axe Doxiadis et à al-’Urayja. Les appartements sont encore limités à quelques zones bien placées : centre ville, bord de grandes avenues, croisements importants.

90Principaux repères :

  1. Émirat et grande mosquée

  2. Château d’eau en champignon

  3. Ministère du pétrole

  4. Palais royal

  5. Champ de course et stade

  6. Jabal Makhrûq (roche percée)

  7. Gare

  8. Immeubles « Sahara Towers »

  9. Deux tours de la S.A.M.A.

  10. Tour de la télévision

  11. Usine de ciment

91Les principaux noms de quartiers sont indiqués en italiques.

3.2.1. Aspect extérieur et matériaux : rupture avec le passé

92Par les vastes surfaces qu’elle couvre dans les quartiers de Riyadh construits depuis vingt ans, la « villa » s’impose comme un des principaux types d’habitation de la capitale. On la trouve surtout au nord d’une ligne sud-ouest/nord-est divisant la ville ; c’est la partie la plus prestigieuse, celle où les habitants de l’autre moitié souhaiteraient habiter s’ils en avaient la possibilité. Son architecture a été inspirée, de toute évidence, par des modèles culturels occidentaux, introduits en Arabie par les Américains de la région orientale, par des Saoudiens partis en Occident pour études, tourisme ou affaires, et par les nombreux architectes égyptiens ayant leur cabinet à Riyadh. Nous essaierons ici, dans la mesure de nos connaissances, de faire ressortir en quoi les structures sociales saoudiennes ont modelé ce type d’habitat pour en faire quelque chose de spécifique.

93Le premier trait frappant dans un quartier de villas contraste fort avec la ville ancienne (carte n° 26). L’espace public y est bien plus important : larges rues se coupant à angles droits, nombreux jardins et espaces à usage collectif. Le petit nombre d’habitants par îlot et la dimension des parcelles où s’élèvent les villas sont une seconde caractéristique : 500 m2 est la surface minimum, 1 000 m2 une surface très fréquente, et les lots de 5 000 à 10 000 m2 ne sont pas rares. Les quartiers de villas s’avèrent donc être de grands consommateurs d’espace. Et c’est déjà tout un symbole d’abondance. Autrefois, quand les voitures étaient très rares, chacun cherchait à habiter le plus près possible du souk et des services centraux, où la surface des parcelles familiales oscillait entre 50 et 150 m2. Aujourd’hui, la ville peut s’étendre indéfiniment, l’éloignement n’est plus une contrainte. Du moins l’a-t-on cru dans les années 1970...

94Le béton armé a complètement remplacé le pisé dans les quartiers de villas. L’économie à la construction et à l’entretien est évidente, dans un pays où la main-d’œuvre est très chère et où les ouvriers étrangers ne savent pas forcément construire en pisé ou entretenir les couvertures en terrasses d’autrefois. Mais le prestige s’en mêle aussi : la famille royale commença à construire des palais en béton à partir de 1953 (Nâsrîya, wâdî Hanîfa, Badî’a, etc.), bientôt suivie par les riches familles, puis, de proche en proche et par imitation des « groupes de référence », par la plus grande partie de la population. Il est très significatif que les maisons en pisé soient souvent appelées maisons populaires, bayt sha ‘bî : référence implicite à une élite et dévalorisation du pisé s’entremêlent.

95Un autre trait frappant dans les quartiers de villas est l’existence de fenêtres ouvrant sur l’extérieur (photo n° 50). Dans la maison traditionnelle du Najd, celles-ci étaient peu nombreuses et limitées à celles du majlis des hommes, plus quelques ouvertures d’aération, haut placées, dans des pièces comme la cuisine. La villa au contraire possède de nombreuses fenêtres ouvrant sur le jardin qui l’entoure. Mais, nous le verrons, ce n’est souvent qu’apparence.

3.2.2. Organisation intérieure de l’espace

96De la maison ancienne, la villa garde le principe d’une division stricte entre l’espace ouvert aux hommes étrangers à la famille et l’espace réservé aux femmes et aux parents très proches. Cela se manifeste dès la rue par une double entrée sur le jardin, suivie par une double entrée dans la villa. L’entrée des hommes mène presque invariablement au même ensemble de pièces : un majlis des hommes meublé très souvent, depuis quelques années, de fauteuils et de canapés alignés le long des murs, à la place des anciens coussins et accoudoirs ; un dégagement où l’on trouve un ou plusieurs lavabos pour les ablutions avant et après les repas et avant les prières ; des toilettes et une douche dans un réduit ; enfin une salle à manger. Les villas les plus riches y ajoutent une ou plusieurs chambres à coucher pour les hôtes, munies de leurs salles de bain. L’entrée des femmes est suivie d’une pièce de réception pour les visiteuses.

97Après cet espace où sont reçus les étrangers, la villa se poursuit par un très vaste dégagement, qui est souvent une véritable pièce, mais fermée de tous côtés. Ses fonctions reprennent celles de la cour et de la dîwâniyya dans la maison traditionnelle : espace collectif pour les femmes, lieu de sociabilité quotidien, salle de séjour moins formelle que le majlis pour les visiteuses. Les femmes y installent aussi leur appareil de télévision, car beaucoup de maisons en ont deux. Mais l’éclairage et l’aération, au lieu de se faire de manière naturelle par la cour, sont assurés par un recours massif aux moyens artificiels : tubes de néon, lampes diverses, conditionnement d’air et ventilateurs.

98Au-delà de cette pièce encore semi-collective, on entre dans les appartements vraiment privés. La disposition la plus ordinaire est celle d’une salle de bains encadrée par deux chambres à coucher. Celles-ci sont très souvent meublées « à l’occidentale » : vaste lit à deux personnes, tables et lampes de chevet, armoire à glace, commode et coiffeuse, le tout en style Louis XV, Empire, ou, au contraire, du type « design » importé des États-Unis ou inspiré par des décorateurs français très en vogue.

99Partant près de l’entrée des femmes, une vaste cage d’escalier mène soit à la terrasse de la maison, soit à un étage de chambres à coucher, très souvent disposées par deux, de part et d’autre d’une salle de bain. L’ensemble donne, comme au rez-de-chaussée, sur une vaste pièce commune non éclairée de l’extérieur, elle-même séparée de la cage d’escalier par une porte. Les villas les plus modestes n’ont pas d’étage, mais toutes ont un accès à la terrasse formant couverture, divisée en deux parties comme dans la maison traditionnelle, une pour les hommes, une pour les femmes.

100Malgré la grande différence d’aspect extérieur, due au jardin qui entoure la villa et à ses fenêtres ouvrant sur le dehors, il existe en fait une grande continuité de conception entre la maison traditionnelle et la villa. Le même souci de protéger l’intimité de la vie familiale et de la soustraire aux regards indiscrets prédomine dans les deux types d’habitation. Tout l’aspect extérieur en témoigne : hauts murs d’enceinte entourant la cour de la maison ancienne ou le jardin de la villa ; systèmes de claustra en pisé ou en moulages de ciment protégeant des regards les terrasses, les escaliers et toutes les parties de la maison pouvant être vues du dehors. Certes les fenêtres des villas ouvrent sur l’extérieur, mais elles sont très souvent en verre dépoli, ou soigneusement fermées et munies de rideaux pour empêcher tout regard indiscret. Tout se passe comme si l’on désirait afficher un symbole de modernité, la fenêtre, mais sans en adopter le contenu, l’ouverture de la maison au monde du dehors.

PHOTOS 49 et 50. – Rues d’appartements et de « villas » à Riyadh.

PHOTOS 49 et 50. – Rues d’appartements et de « villas » à Riyadh.

101L’agencement intérieur de la maison traditionnelle ou de la villa répond à la même exigence de protection de l’intimité. Tout s’ordonne sur la nécessité de séparer strictement la partie accessible aux hommes étrangers à la famille et la partie réservée aux femmes et aux hommes très proches. Maison traditionnelle ou villa présentent le même ensemble de pièces destinées à la réception des hommes (majlis, mgallat, dégagement, toilettes), le même espace collectif pour les femmes et les très proches (dîwâniyya, cour, masbah de la maison traditionnelle qu’on retrouve dans le vaste dégagement intérieur de la villa), la même séparation en deux de la terrasse formant couverture de la maison, les mêmes espaces vraiment privés que sont les chambres à coucher.

102La villa, si elle symbolise apparemment l’adoption d’un modèle occidental d’habitation, intègre soigneusement, en fait, les exigences anciennes concernant l’organisation de l’espace pour la vie familiale.

3.2.3. Les équipements dans la villa : lyrisme de l’abondance

103Si l’agencement de l’espace n’est pas fondamentalement différent, le contraste est vif, par contre, entre le dépouillement de la maison ancienne et la profusion de biens dans la villa, prise comme archétype de la maison nouvelle.

104Cette profusion se manifeste d’abord dans les équipements sanitaires. Presque toutes les maisons, même les plus modestes, ont une double toilette, une dans la partie des femmes, l’autre dans celle des hommes, dont l’entrée offre deux, trois, parfois cinq ou six lavabos juxtaposés, symbole de notoriété, makâna, et puissance, ‘azama, des maîtres du lieu, capables d’offrir une bonne hospitalité à de nombreux hôtes ; ces lavabos se retrouvent souvent aussi dans le jardin. Dans la partie privée, cette profusion se manifeste par le nombre étonnant de salles de bains entièrement carrelées et équipées (baignoire et douche, lavabo, bidet et WC, chauffe-eau électrique) : presque toujours une salle de bains pour deux chambres ! Adoption d’un critère de confort importé des États-Unis, sans nul doute. Mais aussi lyrisme de l’eau abondante, admiration étonnée pour ce jaillissement répété suivant des siècles d’eau rare, jouissance de l’eau sur le corps après la sècheresse, la chaleur et la poussière extérieures. Mais encore manifestation de la volonté de limiter les possibilités de rencontres gênantes entre ménages, sexes et tranches d’âge dans la vie quotidienne. Peut-être aussi sensualité chez les femmes rendues plus oisives qu’autrefois par l’emploi de domestiques et l’aisance matérielle. Peut-être encore exaltation des symboles de propreté, de pureté rituelle, de purification, rattachée aux idées de maison, de femmes et de valeurs familiales intangibles, contrastant avec la vie extérieure des hommes où la moralité proclamée subit pas mal d’accrocs : consommation de whisky, « parties », films vidéo pornographiques au marché noir, appelés « films sex » ou « films français », corruption de la vie économique et goguettes dans les casinos de la Côte d’Azur ou du Caire ! Beau sujet d’étude, toute l’analyse de ces salles de bains reste à faire...

  • 17 Appelé shîsha en Arabie Saoudite, mdâ’a au Yémen.

105Profusion encore dans les équipements électro-ménagers. Tous les appareils, tous les robots, tous les gadgets déferlent d’Occident ou du Japon dans les villas de Riyadh : machines à laver, réfrigérateurs, téléviseurs, chaînes de haute-fidélité, magnétophones et magnétoscopes connaissent le plus grand succès. Ajoutons sans hésiter tous les ventilateurs, conditionneurs, mélangeurs, pressoirs, marmitespression et thermos de toutes dimensions. Présentes à l’appel, les robots-Maries, les robots-Charlottes, les mouli-Juliennes et toutes les cocottes-minute ! Rien n’est impossible dans un pays où les droits de douane sont extrêmement limités et la T.V.A. inexistante. Le dernier-né des gadgets est une pipe à eau électrique qui veut remplacer le traditionnel narghileh17 : plus de braises à préparer, une résistance fait l’affaire ! C’est évidemment le Japon qui lance cette nouveauté, pour 370 RS en 1980. Bref, les équipements de la villa signent l’accès à la société de consommation.

4. VOISINAGE ET PARENTÉ DANS LA VILLE

106Mais le choix du logement ne dépend pas seulement des possibilités financières ou d’une préférence pour tel type de construction ou de matériau. Une importance extrême est en effet donnée aux problèmes de voisinage.

  • 18 Voir des notes de voyages et de lectures sur ces habitats dans Les architectures domestiques tradit (...)

107Dans la péninsule Arabique rurale ou bédouine, un fait majeur de l’habitat est le regroupement par familles élargies et fractions de tribus. Les modalités pratiques diffèrent selon les milieux ou les régions, mais dans tous les cas, le principe est le même : les familles nucléaires habitent des logements contigus au sein d’un espace plus vaste où réside la famille élargie. Ce peut être la « maison-cour » du Najd, où chaque ménage occupe une ou deux pièces donnant sur une cour intérieure habitée par la parenté très proche (frères, parents, fils). Dans la « maison-tour » des hautes terres saoudiennes (régions d’Abhâ, ‘Usrân, Zahrân al-Junûb, etc.), chaque famille nucléaire habite un étage de maisons qui en ont souvent quatre ou cinq. Dans la maison du Blâd Ghâmid, très originale dans le monde arabe, chaque ménage occupe un angle d’une grande maison rectangulaire ouverte sur l’extérieur et habitée par la famille élargie18. Il en est de même en milieu bédouin où les campements s’ordonnent par lignages.

108Plusieurs habitations de familles élargies apparentées forment un hameau, parfois un village, appartenant à la même fraction de tribu qui lui donne souvent son nom. L’exemple est particulièrement frappant dans les hautes terres saoudiennes, où un très grand nombre de villages portent des noms de groupes familiaux. Ailleurs dans le Royaume, la toponymie atteste également ce fait.

109Dans la Riyadh d’aujourd’hui, l’importance donnée au fait d’avoir des parents dans le voisinage immédiat mérite d’être soulignée. Les modalités sont diverses, et nous trouvons tous les degrés de proximité, des liens les plus étroits aux plus relâchés.

4.1. Tous sous le même toit

110La solution qui implique les relations les plus serrées reprend l’archétype de la maison traditionnelle où le père de famille vit dans la même maison que ses fils mariés et leurs enfants. Les avantages de cette solution sont nombreux.

111L’économie de budget-logement pour chacun des ménages est évidente : il est beaucoup moins coûteux, que l’on soit en location ou en propriété, d’habiter une seule grande maison que plusieurs petites ; il en est de même si l’on fait bâtir. Le regroupement de plusieurs familles nucléaires, donc de plusieurs revenus, permet par exemple à la famille élargie de posséder un seul majlis, plus soigneusement meublé et équipé, donc plus prestigieux, que ne le permettrait un seul budget.

112Par ailleurs, dans une société où les relations des fils au père et des frères entre eux sont extrêmement valorisées, c’est évidemment la solution qui permet la plus grande proximité, donc la plus grande solidarité, pour s’informer, discuter et affronter les problèmes de la vie actuelle dans la grande ville.

113Cette solution favorise également l’entraide familiale. Cela est évident pour les femmes, qu’il s’agisse des mille occasions de la vie quotidienne ou des événements familiaux : naissances, fêtes, visites, mariages ou deuils. Mais c’est vrai également pour les hommes : les prêts mutuels de voiture et l’organisation de « tournées » amenant les enfants à l’école, puisque la conduite automobile est un privilège des mâles, en sont des exemples très quotidiens. La vie actuelle amène les hommes à se déplacer de plus en plus souvent (affaires pour les commerçants, manœuvres pour les militaires, tournées pour les fonctionnaires) : en cas d’absence de l’un d’eux, sa famille est prise en charge par ses parents installés à proximité.

114Le regroupement familial permet aussi à la sociabilité de s’épanouir plus facilement. Personnes âgées et femmes peuvent aisément se réunir les unes chez les autres, se rendre des visites mutuelles sans difficultés de transport, sans être soumises au bon vouloir d’un adulte ou d’un chauffeur. Les enfants peuvent jouer sous le contrôle permanent de la parenté : les autres enfants ne sont pas des fils de voisins qu’on connaît peu ou mal. Il est plus agréable aussi, plus chaleureux, d’accomplir « entre soi » le devoir de la prière, parfois dans une mosquée qu’une famille élargie particulièrement pieuse ou aisée construit à ses frais. La mosquée porte alors son nom ; le prestige familial s’investit dans l’œuvre pieuse, ‘amal alkhayr, religion et famille se confortent.

115Nous touchons là une autre raison profonde du regroupement familial : s’il n’est plus besoin aujourd’hui de se défendre contre l’agresseur, le regroupement de la famille élargie rehausse mieux son prestige dans le quartier par l’importance de la demeure : « Avoir sa maison près de celle du père, des frères, des oncles, des fils ou autres parents donne un sentiment d’importance personnelle, on ne se sent pas isolé dans le monde (wahîd fî d-dunyâ), on n’a pas de sentiment d’infériorité (naqs), on ne se sent pas à l’étroit ou oppressé (mâ fî-h dîq). Avec des proches à côté, on éprouve au contraire un sentiment d’importance (‘azama), de confiance (thîqa) et de notabilité (makâna) : on est reconnu (ma’rûf). En arrivant dans le quartier, les gens disent : ici sont les demeures de la famille Untel ».

  • 19 On trouve de l’alcool au marché noir, surtout du whisky. La bouteille se vend, selon les époques, e (...)

116A ces avantages s’ajoute, pour les adultes et les personnes âgées, une autre raison d’être ensemble : la possibilité d’exercer un contrôle social beaucoup plus efficace sur les divers membres de la parenté. « Commander le bien et interdire le mal » est une obligation sociale : à plus forte raison au sein de la famille. La prière est une de ces occasions, répétée au fil des heures, où l’on se stimule avec bienveillance. Il en est de même pour les loisirs : les plus âgés peuvent mieux contrôler la consommation de tabac, parfois d’alcool19, ou le contenu des films en cassettes. Et, plus encore, la présence de la famille élargie permet une meilleure surveillance de la vie des femmes, dans une société où le « déshonneur » reste une calamité ; certaines se consolent en flirtant interminablement au téléphone, souvent avec des inconnus appelés au hasard du cadran...

PHOTOS 51 et 52. – Le quartier des administrations à Riyadh.

D’un immeuble à la limite nord de la vieille ville, vue vers le nord-est (en haut) et vers le nord (en bas) : au premier plan, reste d’anciennes palmeraies et ancien château royal d’al-Hamrâ’ (ci-dessous), puis bâtiments administratifs, hôtels, immeubles de luxe et châteaux d’eau, axés sur l’avenue de l’aéroport.
(Photos et légende : Paul Bonnenfant).

117Vu comme un avantage par les uns, ce contrôle est pour d’autres, les jeunes en particulier, une raison de rejeter cet habitat familial groupé. Il semble cependant que la majorité des hommes adultes soient favorables à cette solution, mais d’autres difficultés se présentent. Ce sont d’abord les inévitables disputes au sein de la maisonnée entre les enfants issus de ménages divers. Les différences entre les trousseaux de vêtements et l’équipement ménager des familles nucléaires suscitent également rivalités et jalousies, surtout entre les femmes. Dans une période d’argent facile qui met les biens de consommation du monde entier à portée de main, une vive compétition prend place dans la famille élargie, à qui aura le meilleur équipement, le dernier gadget ménager, la nouveauté à la mode en matière de meubles ou d’appareils.

118Plus sérieuses encore sont les tensions nées des différences d’éducation et d’instruction entre les femmes. Cela est vrai si elles sont de la même fraction que leur mari, et plus encore si elles sont « étrangères » au groupe.

4.2. Tous dans le même îlot

119Devant les difficultés suscitées par la vie sous le même toit, de nombreuses familles élargies adoptent une solution qui préserve l’intimité des familles nucléaires, évite une trop grande proximité et les problèmes qu’elle engendre : c’est celle de maisons habitées chacune par une famille nucléaire, mais bâties les unes près des autres. Les modalités pratiques sont diverses :

  • On peut acheter un grand terrain, de 5 000 mètres carrés par exemple, et bâtir plusieurs villas les unes à côté des autres. Chaque famille a ainsi son logement particulier. Dans ce genre de « complexe » existent souvent des équipements collectifs. Le plus fréquent est un bâtiment-annexe qui sert de lieu de réception pour tous les hommes de la famille élargie ; il comprend généralement une ou deux pièces de réunion, une salle à manger, des sanitaires, une cour ou jardin pour les invités. Une aire de jeux pour les enfants, une piscine, quelques pièces pour un cuisinier, un chauffeur et un jardinier, complètent souvent l’ensemble dans les maisonnées fortunées. Parallèlement existe aussi un ensemble de réception pour les femmes.

  • Les membres d’une famille élargie peuvent acheter plusieurs parcelles contiguës ou proches à l’intérieur d’un même lotissement. Telle famille élargie, par exemple, a décidé collectivement d’acheter 15 lots juxtaposés dans un lotissement de la zone nouvelle d’al-Badî’a. Ils ont signé ensemble un accord écrit comme quoi aucun d’entre eux ne vendra son lot à un étranger à la famille, de façon à ce qu’ils puissent rester toujours entre eux ; ils ont de plus construit une mosquée pour leur groupe familial. Autre exemple : un fonctionnaire a acheté avec ses trois frères un lot de 1 800 m2, soit 450 m2 chacun, dans le quartier ash-Shifâ’, non loin de la route du Hijâz, parce que leurs oncles paternels y avaient déjà acquis du terrain ; ce que voyant, le père des quatre frères a lui aussi acquis une parcelle de 600 m2 pour construire et habiter près de ses fils et de ses frères. Nous verrons plus loin que, à des niveaux de revenus très modestes, le regroupement des familles élargies est également pratiqué dans les baraquements.

120La conclusion s’impose. Dans un pays où le voisinage idéal est celui de la parenté, tout autre voisinage est fortement dévalorisé. Nombreux sont les adages qui placent le choix du voisin avant celui de la maison. Et c’est bien ce que redoutent les migrants quand ils s’installent à Riyadh : un milieu mélangé, où il faut fortement se méfier des voisins, originaires qu’ils sont d’autres tribus et d’autres régions, souvent sans bon lignage arabe, ou pire encore non musulmans. Problème difficile dans une ville où la proportion d’étrangers, rappelons-le, se situe entre 30 et 34 %, et où ceux-ci sont surtout des hommes sans leur famille... Nous verrons plus loin que, toutes choses égales par ailleurs, certains choisissent de « loger précaire » ou de « loger seuls » pour ces raisons de voisinage. En corollaire, nous pouvons également conclure que toute famille nucléaire vivant sans aucun parent sous le même toit ou dans le voisinage constitue un sérieux indice de dissolution des structures sociales.

4.3. Visites et rassemblements festifs

121Si l’on ne peut obtenir que les voisins soient des parents, on cherche à maintenir des liens étroits par des visites fréquentes entre membres de la famille élargie. Les visites, ziyâra, constituent un phénomène majeur de la vie sociale saoudienne. Elles commencent surtout après la prière de l’après-midi : en partant à leur travail, les hommes emmènent les femmes chez leurs parentes, puis vaquent à leurs occupations jusqu’à la prière de nuit qui marque le retour à la maison pour coucher les enfants. Une seconde vague de visites a lieu après la dernière prière et peut se prolonger très avant dans la nuit. Les visites sont essentiellement consacrées à la parenté, en commençant par les plus proches : visites des fils à leur père, chez qui ils se retrouvent souvent tous les jours, visites des frères entre eux, puis, moins fréquentes, visites aux oncles paternels, aux cousins et autres parents.

122Dans le majlis, en buvant café et thé, souvent suivis d’un repas en commun, on s’enquiert des santés, on échange des nouvelles des uns et des autres, on parle de ceux qui sont restés au pays ou sont en voyage, on apporte des informations sur le marché du travail, on discute les innombrables questions posées par la vie nouvelle, la grande ville, le boom économique, la présence des étrangers, l’instruction et le travail des femmes, l’éducation des enfants, le marché foncier, les problèmes de transport et de logement. Il en sort parfois des décisions collectives, comme l’achat d’un terrain pour construire des villas voisines, ou la création d’un commerce, ou l’investissement dans une opération foncière ou immobilière.

123Les personnes âgées regrettent cependant que les visites ne soient plus ce qu’elles étaient autrefois. De nombreuses raisons en effet contribuent au relâchement de ce lien social fondamental : l’éloignement qui impose de longs trajets en ville et l’indépendance économique acquise par les individus grâce aux emplois salariés sont des raisons souvent évoquées. On estime aussi que la vie quotidienne est bien plus compliquée qu’autrefois par le nombre de formalités scolaires, médicales ou administratives qu’il faut accomplir et qui prennent beaucoup de temps. Mais beaucoup de « plus de quarante ans » estiment que trop de jeunes ménages passent un temps considérable à faire des achats en négligeant un devoir familial fondamental. Même reproche à ceux qui s’adonnent outre mesure à leurs affaires professionnelles, notamment dans le négoce : des commerçants ne voient plus leurs enfants qui sont à la maison quand eux sont au magasin, et d’autres passent une grande partie de leur vie en voyages d’affaires. Pour eux, les visites deviennent, dans la pratique quotidienne, secondaires. Plus profondément encore, joue la différence des goûts et des formations dans une société qui est culturellement beaucoup plus diverse qu’autrefois : c’est le cas des jeunes que les visites à la parenté ennuient parfois. Celles-ci s’espacent, les liens se distendent, pendant que d’autres formes de sociabilité apparaissent : visites entre collègues ou anciens élèves, clubs sportifs, sorties du vendredi au désert, films vidéo regardés en petits groupes.

124Quand les visites se raréfient, il reste encore les fêtes religieuses : elles sont l’occasion, très souvent, de retours au pays d’origine qui rassemblent toute la parenté dans la prière et le repas festif. En dehors des fêtes régulières, les munâsabât sont toutes les occasions de rassemblement de la famille élargie et de la parenté. Dans la peine parfois, comme un deuil, mais souvent dans la joie : retour de voyage d’un parent, réussite à un examen, promotion professionnelle sont des occasions de retrouvailles familiales qui s’ajoutent aux temps forts de la vie comme mariages ou naissances. Dans une période d’extrêmes changements, dont l’urbanisation accélérée n’est qu’un aspect, l’attachement aux valeurs familiales et religieuses constitue un des points d’ancrage qui permet à la société saoudienne de ne pas voler en éclats.

125Mais les souhaits concernant le type de logement, son degré d’équipement et les relations de voisinage ne constituent qu’un idéal qui se heurte, dans la pratique, à la contrainte du prix des terrains à bâtir.

5. LE MARCHÉ FONCIER DE RIYADH

126Au cours de la dernière décennie, comme nous l’avons vu précédemment, la population de la capitale a crû dans des proportions très importantes tandis que l’habitat évoluait lui-même radicalement. Cette double évolution a engendré un marché foncier très actif mais aussi très spéculatif. Son étude est fort intéressante pour expliquer et comprendre tant l’aspect extérieur de la cité que l’émergence en son sein d’une partie de la bourgeoisie marchande.

5.1. Quelques mécanismes fondamentaux

127Au-delà des palmeraies et jardins à la propriété mulk clairement définie, le maître éminent du désert entourant Riyadh était le Roi. Comment est-on passé, en un demi-siècle, du désert le plus nu à une ville dessinant un carré d’une quarantaine de kilomètres de côté ? Auparavant, c’était fréquemment par un don du Cabinet royal qu’un particulier obtenait une parcelle de terrain lui permettant de construire des logements, boutiques ou locaux divers. Aujourd’hui encore, la municipalité de Riyadh octroie aux porteurs d’un ordre royal des lots de terrain allant de 400 à 10 000m2, dans des lotissements approuvés ; les bénéficiaires peuvent ensuite solliciter un crédit de 300 000 RS auprès du Fonds de développement foncier. C’est le cas notamment à al-’Urayja, énorme lotissement de 17 000 parcelles à l’ouest de Riyadh, où des Saoudiens mariés à revenus modestes peuvent se faire donner un terrain et y construire leur résidence principale.

PHOTOS 53 et 54. – La moitié sud-est de Riyadh.

Cette partie de la capitale a dans l’ensemble des fonctions et un habitat moins prestigieux que la moitié nord-ouest : ci-dessous, le marché aux dromadaires, au sud-est de l’ancienne ville. Les petits troupeaux domestiques, partout présents pour le lait jusqu’en 1975 (ci-dessus), ont complètement disparu depuis cette date au profit de produits laitiers industriels.

  • 20 Sur le sens ancien de ce terme, voir Encycl. de l’Islam, 2e éd., t. III, p. 1115, art. Iktâ’.

128Mais le procédé le plus courant pour obtenir un terrain à bâtir est le suivant. Dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres à partir du centre de Riyadh, la plupart des terrains, à un moment de leur histoire, ont été mis à la disposition de princes ou princesses directement apparentés à la famille Saoud, les Âl Sa’ûd. Ont-ils été attribués en propriété pleine et entière sanctionnée par un titre ? Ou sous forme d’une concession comme le suggère le terme employé : iqtâ’20 ? Ont-ils été cédés sans condition ou sous réserve de mise en valeur ? Nous n’en savons rien, mais, quoi qu’il en soit, d’énormes surfaces ont été ainsi concédées.

129Pour différentes raisons, un émir décide un jour de vendre une partie d’un de ses terrains, soit à un organisme qui en a un besoin immédiat, soit à un particulier, soit encore à un agent immobilier. Dans ces deux derniers cas, si l’achat se réalise avec les fonds propres de l’acquéreur, aucun problème ne se pose. Mais si le prix dépasse les possibilités financières de l’acheteur, celui-ci s’efforce de rassembler les fonds nécessaires, bien souvent dans le but de réaliser une plus-value intéressante dans un avenir plus ou moins proche.

130L’affaire est prise en mains par une agence immobilière qui crée alors une société par actions musâhama, imprime des titres et invite par voie de presse les citoyens à se présenter au bureau de l’agence pour les acheter. L’action correspond, en général, à un mètre carré quelconque et se vend au prix fixé par l’agence, qui touche une commission lors de cette vente. Quand la somme nécessaire est rassemblée, le terrain est acheté à l’émir (ou tout autre vendeur) et devient propriété de l’agence ou de la société par actions gérée par elle. Celle-ci demande alors aux administrations les équipements qui feront d’une zone désertique un terrain bon à construire : le Town Planning Department dresse un plan de lotissement approuvé du terrain, presque toujours en damier, d’assez pauvre conception ; d’autres services se chargent des réseaux divers et de la voierie.

131Une fois remplies ces conditions, la vente est décidée, soit par l’agent immobilier s’il a acheté seul le terrain, soit par la réunion de l’assemblée générale de la musâhama. Le prix de vente, au mètre carré, peut être fixé par l’agence, mais plus généralement la vente se fait aux enchères, harâj, ce qui permet de maximiser les bénéfices. Une annonce par voie de presse invite les possesseurs d’actions et les acquéreurs éventuels à se rendre sur le terrain à vendre, toujours l’après-midi. Après la prière du ‘asr, temps fort de la vie quotidienne, la vente commence. Juché sur une camionette, le crieur, samsâr, montre sur un plan du lotissement les parcelles mises en vente, énumère leurs avantages et annonce la mise à prix au mégaphone. On commence par les terrains les plus intéressants, au croisement ou en bordure de grandes avenues, pour finir par les parcelles intérieures du lotissement, moins demandées. Certains visitent le terrain, borné de pierres blanches désignant les lots, pendant que d’autres boivent sous une tente café et thé offerts par le vendeur. La prière du crépuscule clôt la vente, qui se continue les jours suivants. Pour des terrains bien situés, de telles ventes rassemblaient, vers 1976, au plus fort de la spéculation, jusqu’à 300 ou 400 voitures en plein désert. Une fois le terrain vendu, les actionnaires se présentent à l’agence immobilière et perçoivent, par action correspondant à un mètre carré, la différence entre le prix moyen de la vente aux enchères et le prix d’achat de l’action, une ou plusieurs années auparavant. Entre 1974 et 1978, le bénéfice en était considérable : cent pour un n’était pas rare. L’agence perçoit à cette occasion une nouvelle commis-sion. Après avoir fait enregistrer son acte de vente au kitâbat al-’adal, secrétariat spécialisé du ministère de la justice, l’acquéreur dispose alors d’un titre de propriété qui lui permet de solliciter un permis de construire et un prêt éventuel du Fonds de développement foncier.

5.2. Les causes de l’activité du marché foncier

  • 21 Sharîf, Madînat ar-Riyâdh, p. 350.
  • 22 Philby, Riyadh..., MEJ, p. 136.

132Avant 1950, les terrains situés hors les murs de la vieille ville n’avaient aucune valeur, sauf s’ils étaient cultivables. A l’intérieur des remparts, leur prix était très bas21. Les premières hausses des prix importantes datent de 1956, d’après un fonctionnaire, ce que confirme le témoignage de Philby22 : c’est l’époque, nous l’avons vu, des premières grandes opérations d’urbanisme : les ministères sur l’avenue de l’aéroport et le palais de Nâsrîya.

133Après une période de stagnation et même de récession au début des années 1960, une nouvelle fièvre gagne le marché foncier à partir de 1968 ; elle coïncide avec la politique de réformisme appliquée par le roi Faysal : il faut équiper le royaume, construire des écoles et des hôpitaux, développer les structures administratives : tout cela demande du terrain comme le logement des nombreux fonctionnaires attirés à Riyadh à cette époque. Puis c’est 1973 et une nouvelle flambée des prix.

134Mais d’autres causes se sont ajoutées au développement de Riyadh pour stimuler le marché foncier à cette époque. Tout d’abord, la méconnaissance, de la part des habitants de Riyadh, d’autres possibilités d’investissements rentables. Riyadh en effet n’a pas de traditions de commerce international aussi anciennes et solides que les ports de la péninsule (Jedda, Kuwait, Manâma, Dubayy, Masqat) et ses habitants étaient alors peu ouverts au monde des affaires. Par ailleurs, l’établissement d’un Who’s who ? des représentants en Arabie Saoudite des principales firmes étrangères montre que la plupart des agences les plus rentables ont été prises en charge par des habitants de Jedda : les meilleures ressources du sponsorat ont échappé en grande partie aux gens de Riyadh.

135Le développement industriel était un autre moyen de placer des capitaux. Mais, comme pour le commerce international, ils manquaient d’expérience dans toutes les branches requises par ce domaine : technique, gestion, études de marché. De plus, la création d’industries se heurtait entre 1973 et 1978 à de nombreux obstacles (certains ont été levés depuis) : attente de plusieurs mois pour le déchargement des cargos dans les ports, crise des matériaux de construction, manque de main-d’œuvre qualifiée ou non, lourdeur des procédures administratives, envahissement du marché par les produits étrangers. L’investissement industriel était donc très aléatoire par rapport aux bénéfices élevés du marché foncier et immobilier.

  • 23 Cf. Jacques Berque, Les Arabes d’hier à demain. Paris, Seuil, 1960, p. 76.
  • 24 Conversation avec un haut-fonctionuaire saoudien de la municipalité de Riyadh.

136Comparée à l’industrie, la construction est en effet un domaine beaucoup plus familier au Saoudien ; elle se voit et permet donc à chaque passant d’apprécier la fortune du propriétaire, sa réussite sociale, son réseau de relations : elle exalte son prestige. Nous retrouvons là un vieux trait culturel : goût de la prestance, exaltation de soi-même et de sa tribu par la poésie chantant les titres de gloire, amour des belles montures et des harnachements somptueux qui pavoisent l’importance du propriétaire, port d’armes richement décorées. Il faut y ajouter le goût pour le négoce, la transaction, la négociation, toutes qualités requises au cours des conversations dans les agences immobilières. Le marché foncier a donné l’occasion de s’exprimer à la vieille préséance arabo-islamique du commerce sur le travail manuel. Devant des réussites commerciales spectaculaires (Jumayh, Râjhî, Ru-sayyis, Ibn Klîb, Badr, Su’aydân, pour ne citer que des noms originaires du Najd), chacun a voulu investir capitaux et énergie dans le commerce, dont le marché foncier constituait une part fructueuse. Il était de plus sans risques, au moins jusqu’en 1977 ou 1978, et nous touchons là un fait socio-culturel, ayant des racines éthiques, celui de l’horreur du risque23. « Le Saoudien veut un commerce sûr, qui ne risque pas de le faire perdre ». Et de citer un adage : « Nous ne risquons pas, nous ne jouons pas, nous n’innovons pas »24.

137Il semble très probable que le succès du marché foncier a été dû également à l’émergence d’une catégorie de salariés (fonctionnaires, enseignants, professions libérales) réticents à investir comme leurs pères dans l’agriculture. Bien placés dans la capitale, ils étaient au courant des projets de développement par les innombrables canaux informels des bureaux ministériels le matin et des majlis le soir. Encore fortement soudés par les liens de famille élargie, ils pouvaient, eux et leurs parents proches, rassembler les sommes nécessaires à un investissement. Le mécanisme de la société par actions, musâhama, leur permettait de s’insérer dans le marché foncier avec des capitaux relativement faibles et, pour ne pas prendre de risques, d’acheter des actions concernant des terrains diversement situés dans la ville. La musâhama a également permis l’entrée sur le marché foncier et immobilier de nombreux étrangers, notamment des Arabes du Proche-Orient qui ont pu ainsi bénéficier des énormes plus-values prises par les terrains, bien qu’ils n’aient pas le droit de devenir propriétaires.

138Le marché foncier exprime donc, dans une sorte de paroxysme monétaire, bien des aspects de la société saoudienne dans une période de changements accélérés : puissance discrète mais omniprésente de la famille royale, bourgeoisie qui s’enrichit dans les relations de clientèle avec le pouvoir, population qui imite la bourgeoisie mais qui arrive trop tard, solidarité de la famille élargie, goût du négoce où s’investissent toutes les énergies, régions rurales et bédouines vidées au profit des villes, et l’étranger qui cherche à profiter au maximum de son séjour en Arabie...

PHOTOS 55 et 56.– Contrastes de la vie commerçante à Riyadh.

Ci-dessus, dans une rue de la ville ancienne, un boulanger yéménite prépare les galettes de pain traditionnelles dites qirsân. Ci-dessous, marchand de meubles et galerie commerçante dans un immeuble luxueux de l’avenue dite Sittîn au quartier Malazz, qui devient un centre commercial important.

5.3. Les réponses aux contraintes du marché foncier

139Nous avons étudié les exigences du citadin pour son logement qui devrait, idéalement, répondre à des critères précis de situation, de conception et de voisinage.

140Pratiquement, ce type de logement idéal n’est accessible qu’aux anciens habitants de Riyadh, ou, dans une moindre mesure, à ceux qui s’y sont fixés depuis dix ou quinze ans. Au courant de projets d’urbanisme, possédant plusieurs sources de revenus (commerce, fonction publique, entreprises), ils ont pu s’approprier à temps les terrains correspondant à leurs vœux. Face aux souhaits personnels et aux contraintes du marché foncier, souvent contradictoires, les autres vont chercher la meilleure solution, ou à défaut la moins mauvaise.

141Ils se trouvent confrontés à différentes possibilités en fonction de leur budget, de leur âge, de leurs aspirations, du fait qu’ils sont mariés ou non, qu’ils ont ou non des enfants, qu’ils désirent s’installer en ville ou résider ailleurs... Ils sont donc amenés à classer leurs préférences pour optimiser leurs choix. Ne pouvant que rarement accéder au logement idéal, ils doivent faire un choix entre loger loin, loger précaire, loger en appartements ou loger seuls.

5.3.1. Loger loin, en périphérie

142De très nombreux migrants récents, ou des familles à revenus modestes désirant sortir du centre ville devenu trop exigu, trop envahi de voisins inconnus et trop inconfortable, ont choisi de construire là où le terrain restait à un prix abordable : loin du centre-ville.

  • 25 Ce terme désigne en Arabie Saoudite des gens sans revenus fixes, vivant le plus souvent d’achat et (...)

143C’est le cas des grands lotissements qui se trouvent sur les principales routes de sortie de Riyadh, comme celles du Hijâz, au sud, ou de Khurays, au nord-est. L’immense lotissement de an-Nasîm fut subdivisé par le Town Planning Department en 1973 et vendu aux enchères en 1974. De nombreux terrains furent achetés par de petites agences immobilières qui proliféraient en cette époque de spéculation, mais aussi par des familles à revenus modestes : fonctionnaires, gardes nationaux, soldats, chauffeurs, transporteurs, mutasabbibs25, bédouins ou ruraux en cours de fixation à Riyadh, qui désiraient construire un logement pour leur famille. En entraide familiale, ils achetèrent plusieurs parcelles contiguës pour se loger en ayant de la parenté à proximité, et, de plus, quelques parcelles à des fins spéculatives. Ils gardèrent celles-ci vides et construisirent les autres, destinées à la famille, le plus densément possible, d’où l’entassement des maisons à l’intérieur des îlots mis en valeur, et même leur insuffisance d’aération et d’intimité dans de nombreux cas : aspect paradoxal dans une ville comme Riydah où l’espace est surabondant, et à cette distance du centre-ville.

144Par ailleurs, de nombreux acquéreurs de terrain ne bâtirent rien. En effet, le marché des locations de « villas » ou appartements de qualité moyenne fut saturé dès 1978. Beaucoup d’espoirs de spéculation sur des loyers élevés – en 1975-1976, un propriétaire pouvait espérer amortir le coût d’une villa neuve en moins de deux ans ! – furent déçus, et les gens n’investirent pas sur les parcelles achetées, sauf sur les grandes avenues.

145Tous ces facteurs expliquent l’aspect d’archipel caractéristique du quartier Nasîm, et d’autres comme ceux de la route du Hijâz : des îlots de constructions très proches les unes des autres se dressent çà et là, séparés par des 300 ou 400 mètres de désert complètement nu.

146Au point de vue de l’urbanisme et des services publics, les contraintes imposées par ce choix sont considérables :

  • Fort accroissement de la surface bâtie de la ville, avec toutes les conséquences qui en découlent : longueur des rues à équiper, coût des réseaux à installer (eau, électricité, téléphone), coût de nombreux équipements d’usage quotidien à promouvoir (écoles, mosquées, centres commerciaux, dispensaires). Il en résulte un énorme accroissement des charges de la collectivité. Certes, l’Etat peut payer actuellement, mais on est par ce gaspillage en contradiction flagrante avec l’un des objectifs du second plan : créer une économie et une société viables pour « après le pétrole ».

  • En ce qui concerne le paysage urbain, ce mode de croissance entraîne la construction de zones entières séparées du centre par des kilomètres d’espace vide : aucune harmonie d’ensemble. De plus, ces terrains vagues deviennent vite le dépôt de rebuts de toutes sortes : ordures, vieilles voitures et gravats. Dans de nombreux cas, ils sont même occupés par des habitations précaires du genre baraquements.

  • L’énorme quantité de travail à effectuer pour les équipements a pour conséquence que ces quartiers restent en chantier pendant des années : rues non goudronnées, sans éclairage public, constamment éventrées parce que l’installation des divers réseaux n’est pas coordonnée.

  • Déjà défavorisés puisqu’ils habitent loin des activités et des services du centre-ville, les habitants doivent de plus supporter des charges supplémentaires pendant des années : paiement de camions-citernes pour leur approvisionnement en eau, installation de blocs électrogènes pour leur fourniture d’électricité, avec les nuisances qu’ils entraînent : bruit et pollution.

147La nécessité de construire loin a également une autre conséquence, l’augmentation des temps de transport, ce qui représente à long terme une dégradation considérable des conditions d’existence : importante part du budget familial consacrée à l’auto, tension nerveuse, temps perdu, pollution. Cet usage de la voiture a un effet cumulatif : tout le monde est obligé d’utiliser sa voiture ; donc la circulation augmente en volume, ralentit en vitesse, tandis que les possibilités de stationnement se raréfient. L’urbanisme se modifie en fonction des nouveaux impératifs. L’élargissement des avenues, la multiplication des parkings entraînent à leur tour un espacement des logements et des services, imposant ainsi un usage accru de la voiture. On entre ainsi dans une spirale d’utilisation croissante de l’automobile. Certes, elle correspond aux goûts actuels des Saoudiens et aux possibilités budgétaires de l’Etat. Elle n’en est pas moins, à terme, la source d’une perte d’énergie considérable de la part des citoyens et la cause d’un gaspillage des ressources de l’Etat.

148L’urbanisme conçu pour l’automobile ne tient évidemment pas compte de ceux qui n’en profitent pas directement. Les enfants d’autrefois jouaient dans la ruelle ou l’impasse, lieu semi-public ; aujourd’hui, ils continuent à jouer au ballon dans la rue, mais elle est devenue dangereuse par la circulation qui y règne, même si elle est intermittente dans les quartiers résidentiels (Malazz, ‘Ulayyâ). Vu les grandes distances à parcourir, les femmes ne peuvent plus sortir qu’en voiture, ce qui soumet de fait leurs déplacements au bon vouloir et au contrôle de leur mari, du chauffeur de la famille ou de la société. Personnes âgées et handicapées éprouvent la même contrainte. En fait, c’est plus de la moitié de la population saoudienne de Riyadh qui peut souffir de l’agrandissement extrême de la ville et de la soumission de l’urbanisme aux besoins de l’automobile.

5.3.2. Loger précaire, en baraquements

149Pour un migrant récent, la location semblerait à première vue la solution la plus évidente. En fait, elle impose des contraintes financières très lourdes pour de petits budgets : 9 000 à 10 000 RS par an en 1980, au minimum, pour un modeste logement en briques d’argile, dans les vieux quartiers de Riyadh. Elle signifie souvent étroitesse de logement, absence d’air et de lumière, proximité de voisins inconnus : tout cela peut être durement ressenti par des gens d’origine rurale ou bédouine, habitués à une vie sociale très dense au sein de la famille élargie.

150La seconde possibilité est l’accès à la propriété, soit d’un logement déjà construit, soit d’un terrain pour construire. L’achat d’un logement déjà construit ne peut se faire qu’au bout de nombreuses années de travail, et souvent en joignant plusieurs salaires : il faut compter au moins 200 000 RS pour un très modeste logement. L’achat d’un terrain représente une charge moins lourde, à condition d’accepter de loger à 15 ou 20 km du centre. Même dans ces conditions, il faut compter un minimum de 25 000 RS (500 m2 à 50 RS/m2, ce qui constitue un prix-plancher pour des terrains sans voirie et sans réseaux), à quoi s’ajouteront, pour la vie entière, des temps et de coûts de transport considérables. Autre possibilité : demander un terrain à la municipalité de Riyadh, qui octroie des lots de 400 à 10 000 m2 et qui a une procédure réservée aux gens à revenus limités. Mais il faut être Saoudien et marié, deux conditions qui réduisent déjà beaucoup les attributions. Plus subtilement, il faut savoir que la procédure existe et ne pas être rebuté par les formalités à accomplir ; beaucoup ajoutent qu’il faut disposer d’un appui, vu la disproportion entre le nombre des demandes et les délais d’attribution.

151Devant le coût de l’accès à la propriété ou de la location, beaucoup de migrants récents sont contraints à la solution de l’habitat précaire dans les baraquements. Pour 5 000 RS, en effet, ils disposent d’un logement, certes fragile, mais qui revient, si l’on admet une durée de séjour de trois à quatre ans, de six à huit fois moins cher qu’une location en dur très modeste.

PHOTOS 57, 58, 59 et 60. – La moitié nord-ouest de Riyadh.

La moitié nord-ouest de Riyadh a de loin des fonctions plus prestigieuses que la partie sud-est. En haut à gauche, palais des hôtes du Royaume au quartier Nâsrîya ; à droite, le Riyadh Palace Hotel. En bas à gauche, administration sur l’avenue de l’Université ; à droite, l’immeuble-tour du roi Khâlid, à la limite nord de la vieille ville.

152Si les contraintes économiques imposent souvent l’habitat précaire, il semble qu’on ne saurait réduire le phénomène des baraquements à cette seule cause. A l’intérieur de l’éventail de possibilités que lui laisse réellement la cherté des terrains et des loyers, le migrant peut délibérément choisir le baraquement pour d’autres raisons, en acceptant plus ou moins consciemment le risque d’être expulsé par le propriétaire quand celui-ci voudra construire. Il peut préférer l’air, la lumière et l’espace matériel et psychologique d’un terrain vague à l’obscurité, l’absence d’aération et l’entassement des vieux quartiers de Riyadh, autre terme de l’alternative. Les gens d’origine bédouine ont toujours été habitués aux grands espaces et mettent leur liberté de mouvement en tête de leurs préoccupations ; ils sont habitués à des conditions de vie assez rudes. Les gens originaires de la Tihâma, qui ont toujours vécu dans des huttes de branchages, a’shâsh, ne sont nullement rebutés par ce type de logement qui correspond à leurs habitudes : ils le préfèrent à la maison d’argile, bien qu’ils redoutent le froid vif de l’hiver du Najd. D’autres encore se fixent au voisinage immédiat de leur lieu de travail, ce qui leur économise temps, fatigue et argent.

153Raison encore plus forte : beaucoup préfèrent la proximité immédiate de parents, en habitat précaire sur un terrain vague, à la présence de voisins inconnus dans les vieux quartiers de Riyadh. Mieux que l’habitat en dur déjà occupé par d’autres, les baraques construites par les nouveaux arrivants permettent en effet aux familles et aux fractions de se regrouper. Un premier venu s’installe parce qu’il voit un terrain vacant ou d’autres baraques déjà édifiées. Dans les mois qui suivent, il fera tout pour que se fixent près de lui un ou plusieurs frères, des oncles, des cousins ou des gens de la même fraction. Cette proximité permet en effet l’entraide entre familles, une solution plus facile aux problèmes de transport (dans Riyadh et vers le lieu d’origine), le contrôle social des uns et des autres, en particulier des femmes, la construction à plusieurs familles nucléaires d’un majlis commun dans un baraquement convenablement meublé et équipé, qui servira le prestige du groupe. Dans les milieux de soldats et de chauffeurs, la proximité permet aussi aux hommes de s’absenter quelques jours de Riyadh pour leurs déplacements de travail.

154La baraque apparaît enfin comme un habitat de transition. Pour des gens venus travailler à Riyadh de fraîche date, elle permet, sans grands frais, d’attendre, de savoir si l’emploi est stable, s’il n’est pas déplaisant, si l’on supporte le climat, si les conditions de vie d’une grande ville ne sont pas intolérables pour soi et la famille. Elle donne aux gens la possibilité d’économiser en vue d’un investissement futur dont ils ignorent encore la nature : achat d’un terrain, d’un taxi ou d’un camion, création d’un commerce à Riyadh ou chez eux, dans leur village ou leur capitale régionale, construction d’un logement. La décision ne sera prise qu’après mûre réflexion. De nombreux militaires, enfin, savent qu’ils sont affectés temporairement à Riyadh et ne désirent pas se créer de liens par l’achat d’un terrain.

5.3.3. Loger haut, en appartement

155Le logement en appartement dans un immeuble constitue une troisième possibilité qui s’est beaucoup développée depuis 1975. Auparavant, quelques bâtiments avaient été édifiés, mais ils constituaient l’exception. Leur rareté dans le paysage urbain en faisait des repères et chaque immeuble avait son nom, par exemple al-burj (la tour ronde, au croisement des avenues de l’aéroport et de l’université), le vapeur (à cause de sa forme en étrave), ou encore al-’azîziyya (du nom de son propriétaire, un émir). Depuis 1975, de très grands ensembles se sont bâtis un peu partout dans la ville : les cinq énormes immeubles de Râjhî dans l’avenue Bathâ’, l’immeuble du roi Khâlid (photo n° 60) ou les Sahara Towers à ‘Ulayyâ en sont des exemples notoires. Le ministère de l’habitat, de son côté, a construit à l’entrée de ‘Ulayyâ un très vaste ensemble, dans le cadre de son « crash programme ».

156Jusque vers 1980, le logement en immeuble était fort peu apprécié des Saoudiens pour toutes les raisons déjà mentionnées. Les appartement étaient donc généralement occupés par des étrangers arrivés en Arabie Saoudite pour des raisons professionnelles : enseignants, techniciens, gestionnaires, personnels médicaux... Un clivage de fait s’était établi entre les habitations des Saoudiens (pisé et villas) et les logements des étrangers qualifiés. On assiste à une légère atténuation de ce clivage, des Saoudiens acceptant maintenant de loger en appartements, au moins à titre provisoire.

5.3.4. Loger seul, sans la famille

157Une dernière solution, adoptée par de très nombreux migrants face à la crise du logement : travailler à Riyadh en laissant sa famille au pays d’origine. Ce fut le cas de la plupart des Saoudiens lors de leur premier séjour dans la capitale, il y a cinq, dix ou trente ans : arrivés seuls pour tester les conditions de vie à Riyadh, ils ne firent venir leur famille qu’une fois assurés qu’ils pourraient lui fournir un cadre de vie relativement décent et sécurisant. C’est encore le cas de Saoudiens originaires du sud-ouest montagneux ou côtier, et de la très grande majorité des travailleurs étrangers non qualifiés, Yéménites, Egyptiens, Pakistanais, qui viennent à Riyadh en « célibataires », vrais ou faux. Ils n’ont d’ailleurs pas d’autre choix, les autorités s’opposant presque toujours à la venue des familles, pour éviter d’augmenter encore la proportion d’étrangers.

158Leurs conditions de logement vont des plus précaires aux plus confortables. Les baraquements où ils côtoient des familles saoudiennes, les maisons en pisé du centre-ville ou les appartements d’immeubles en béton sont des solutions fréquentes qui impliquent presque toujours un fort degré d’entassement et des conditions d’hygiène très mauvaises. D’autres ont un logement fourni par la société où ils travaillent : elle y est tenue par la législation si le nombre de ses ouvriers dépasse cinquante. Dans ce cas, ils logent le plus souvent en camps de tentes ou de bâtiments légers préfabriqués. D’autres encore ont un logement à l’école, l’hôpital ou l’hôtel qui les emploie ; c’est le cas aussi du très nombreux personnel de maison (cuisiniers, chauffeurs, jardiniers, hommes à tout faire farrâsh) qui occupent des logements dans les villas ou groupes de villas que nous avons décrits. Certains enfin louent une chambre, voisine de vingt ou cinquante autres, dans une courée que des propriétaires édifient en matériaux légers pour obtenir un revenu immédiat de certains terrains où des projets plus importants sont à l’étude.

5.4. Deux exemples de quartiers

159Le gouvernement développe les fonctions de la capitale et choisit des emplacements pour ce faire : sa politique en matière d’urbanisme se traduit sur le terrain. Les habitants ont des souhaits en matière d’activités commerciales ou industrielles, de logement et de voisinage : ils les expriment en fonction des contraintes du marché foncier. Comment tout cela se combine-t-il dans l’espace visuel de la ville ? Comme nous avons déjà évoqué le développement des secteurs industriels au sud-est de la ville (paragraphes 1.2. à 1.4.) et dépeint quelques traits des grands lotissements situés loin du centre (§ 5.3.1.), nous nous limiterons ici à deux autres aspects caractéristiques de l’évolution actuelle de Riyadh.

5.4.1. Le centre ancien

160Le noyau historique de Riyadh (voir § 1.2.) subit actuellement d’importantes transformations dont nous tenterons de cerner les aspects essentiels, sous une apparente complexité.

  • 26 Voir mes notes sur la vie des travailleurs yéménites à Riyadh en 1974 et 1975 dans : Mouvements mig (...)

161Tout d’abord, la presque totalité des habitants originaires de la vieille ville a émigré vers des quartiers plus récents, plus modernes, plus aérés, où ils habitent désormais des maisons spacieuses et confortables. Leurs anciennes habitations du centre-ville sont dorénavant consacrées à trois usages. Les maisons les plus proches des quartiers commerciaux et les plus accessibles en camion ou camionnettes sont louées comme entrepôts de marchandises par des commerçants des souks tout proches. Les maisons moins accessibles ou plus éloignées, mais encore en bon état (c’est souvent le cas car beaucoup de ces maisons en pisé datent seulement de 30 ou 40 ans), sont louées à des familles de Saoudiens récemment installés à Riyadh, aux salaires modestes qui leur permettent de payer le loyer annuel de ces maisons souvent vastes mais dépourvues de confort. Les maisons en mauvais état ou très petites sont louées à des travailleurs étrangers qui s’y entassent à plusieurs par pièces dans des conditions d’hygiène et de confort très mauvaises26.

162Le centre de Riyadh est donc pour partie en cours de taudification et pour partie livré au phénomène de City, c’est-à-dire de centre commercial dépourvu de fonction résidentielle. Car la fonction commerciale continue à être vivante, malgré les difficultés de stationnement : attachement des Saoudiens à la structure de souk, qui permet échange social et culturel en plus de l’échange commercial ; installations de banques, agences de voyages et autres activités modernes le long de l’avenue Bathâ’, qui donnent un nouveau souffle aux anciennes activités ; et surtout, attente d’un grandiose projet, le qasr al-hukm, qui prévoit un complexe de première grandeur où s’entremêleront activités administratives, religieuses et culturelles. Tout cela contribue à garder aux terrains une valeur égale en 1978 à trois fois celle des Champs Elysées... Comme par ailleurs, dans ces vieux quartiers, la plupart des parcelles mesurent 80 à 150 m2, les propriétaires ne peuvent entreprendre des actions de construction modernes sur des surfaces aussi petites. Le marché est donc livré à des individus ou sociétés ayant une envergure financière suffisante pour entreprendre des opérations de remembrement des parcelles. Ce peut être le fait d’individus fortunés agissant pour leur propre compte, comme un Ibn Klîb, un Râjhî, un Rusayyis, un ‘Aqîl, soit de grandes agences immobilières comme Ibn Mûsâ, soit d’associations de quelques riches marchands mettant leurs fonds en commun, soit encore, comme pour l’achat d’un terrain nu au désert, par la constitution d’une société par actions, musâhama, qui permet de rassembler les gros capitaux nécessaires, de construire un ensemble, de le louer ou de le vendre aux enchères, et de distribuer enfin des dividendes aux actionnaires.

PHOTOS 61 et 62. – Symboles anciens et nouveaux.

En haut, la grande mosquée de Riyadh, au cœur exact de la vieille ville ; elle fut reconstruite dans les années 1950. A sa droite, l’avenue Shumaysî Jadîd (nouvelle avenue de Shumaysî), une de celles qui ont éventré l’ancien tissu urbain en pisé. Ci-dessous, le nouvel immeuble de la télévision en cours de construction au ministère de l’information.

  • 27 Voir l’article Kaysâriyya, Encycl. de l’Islam, 2e éd., t. IV, p. 873.

163Que construit-on sur ces parcelles remembrées ? Selon les capitaux dont disposent les promoteurs, deux types de constructions sont édifiés. Si les capitaux sont relativement peu abondants, ou bien si le statut futur des terrains n’est pas assuré (crainte d’une expropriation par exemple), on bâtit des « souks rénovés » comme il en existe beaucoup dans le centre ville, et dont la valeur est minime par rapport aux profits possibles. Il s’agit de la qaysâriyya, terme ancien27 qui désigne actuellement dans la capitale saoudienne un ilôt bordé de rues accessibles aux automobiles, divisé en rues intérieures couvertes réservées aux piétons et bordées de part et d’autre de boutiques modernisées, construites en béton, carrelées et le plus souvent conditionnées. Ces souks modernisés, comme le nouveau souk des tissus, le souk de l’or ou la Kuwaytiyya, ont remplacé presque partout les vieux souks en pisé. Si les promoteurs disposent de plus de capitaux, ils construisent un ou deux étages de bureaux au-dessus de ces souks rénovés, et, si l’emplacement des terrains ne fait pas craindre d’expropriation, le tout est surmonté de cinq à dix ou vingt étages d’appartements. En somme, les constructeurs actuels d’immeubles reprennent à leur compte des formules qui ont réussi à leurs prédécesseurs, comme Râjhî qui a édifié les cinq énormes bâtiments de ce type à l’extrémité nord-est de l’avenue Bathâ’.

  • 28 Mécanisme semblable dans l’Abu Dhabi de 1976 où, en plein centre ville, de somptueux immeubles enca (...)

164Comme la situation sur une rue importante donne une plus-value commerciale notoire à un terrain, les investisseurs construisent donc des immeubles au bord des avenues qui furent ouvertes dans les années 1950 dans l’ancien tissu urbain en pisé. On assiste donc, aux franges des îlots, à une sorte d’ossification par immeubles en béton (voir la carte n° 25), pendant que l’intérieur en pisé est de plus en plus laissé à l’abandon28.

5.4.2. Les quartiers nord-ouest de Riyadh

165Dans la présentation historique de la ville, nous avons vu que les ministères furent édifiés selon un axe sud-nord allant vers l’aéroport et qui s’est constamment développé depuis. C’est le plus visible quand, par vent du nord, on s’apprête à atterrir sur l’actuel aéroport. Un deuxième axe coupe ce premier et se dirige du sud-ouest vers le nord-est : l’avenue de l’université en compose une partie, et il regroupe dans ses alentours de très nombreuses directions ministérielles. Il est important de noter que la totalité des services administratifs et gouvernementaux sont bâtis dans la moitié de Riyadh située au nord d’un axe est-ouest passant par la rue dite Khazzân (voir la carte n° 23). N’échappent à cette règle que trois administrations locales, l’émirat de Riyadh, la municipalité et le tribunal, bâtis dans le noyau ancien de la ville.

166A ces deux axes administratifs s’ajoute une « voie royale » allant du centre ancien vers le nord-ouest. Chaque souverain y a bâti son palais : le roi ‘Abd al-’Azîz à Murabba’ ; le roi Sa’ûd à Nâsrîya, le roi Faysal à Ma’dhar ; plus loin encore sur la route de Dir ‘îya, le roi Khâlid et le prince héritier Fahad. D’innombrables palais et demeures de membres de la famille royale ont par la suite été édifiés dans ce secteur de Riyadh, ainsi qu’à l’ouest de l’ancienne ville. A leur suite se sont installées d’autres personnes à très hauts revenus.

167Des raisons d’ordre topographique et climatique expliquent la croissance dans ces directions. Tout le quadrant nord-ouest du Riyadh actuel forme une pente qui descend doucement du nord-ouest vers le sud-est : les gens disent qu’on y respire mieux que dans le sud de la ville, où l’air est plus lourd parce que cette zone est en dépression. L’air frais de l’été, ensuite, souffle du secteur nord-ouest/nord-est : les quartiers nord de la ville bénéficient donc de la première fraîcheur de la brise sans être « sous le vent » de la ville et de sa pollution comme les quartiers sud. Par ailleurs, la zone nord et ouest de Riyadh est proche du wâdî Hanîfa, des propriétés princières qui s’y étendent et des lieux de promenade agréables que constituent les falaises dominant les palmeraies. Ces quartiers, enfin, sont sur la route de Dir’îya, de ‘Uyayna, de Sadûs et du Sudayr, ces lieux qui ont vu naître et monter la fortune de la famille du Shaykh et de la famille Sa’ûd : le sens de l’enracinement, peut-être, a poussé la famille royale vers les villages de ses ancêtres... Mais topographie, climat et racines n’expliquent pas tout : c’est là aussi que la branche des Sa’ûd actuellement au pouvoir dispose de terrains lui appartenant et qu’elle peut développer sans avoir à mener de délicates négociations avec d’autres membres de la famille.

CARTE N° 25. – Riyadh, tissu urbain des années 1930.

168A l’ouest de cette carte, l’avenue Ibn Saoud, plus connue sous le nom de Bathâ’, et les souks qui la bordent. A partir de là, se sont développés dans les années 1930 des quartiers en pisé pour gens à revenus modestes : esclaves affranchis, migrants (du Qasîm notamment), petits fonctionnaires. Ilots en lanières, étroitesse des ruelles, petites surfaces des parcelles individuelles, peu d’espaces collectifs, convergence des rues principales vers le souk et la ville antérieure à 1920, nombreuses mosquées de quartiers ou de familles élargies. Dans les années 1950, des avenues nouvelles sont tracées dans le tissu urbain initial : on y construit des immeubles de béton avec rez-de-chaussée en boutiques. La partie est de la carte correspond à une zone plus récente et plus planifiée.

CARTE N° 26. – Riyadh. Un quartier récent : Malazz.

169Les grandes avenues structurent le tissu urbain et regroupent les bâtiments publics (1 à 9). Plan en damier strict entre les rues principales. Nombreuses mosquées. Au croisement de l’avenue Sittîn et de la rue Jarîr s’est constitué depuis 1970 un centre commercial de plus en plus important. Nombreux espaces de loisirs (10, 11 et 12). Quartier tracé dans les années 1950.

  1. Garde nationale

  2. Ministère de la défense et de l’aviation

  3. Ministère de l’intérieur

  4. Ministère des communications

  5. Tours de la S.A.M.A.

  6. Institut d’administration publique

  7. Administration préparant le projet du centre-ville (Qasr al-Hukm)

  8. Université de Riyadh (actuelle)

  9. Bibliothèque de l’université

  10. Parc public du Malazz

  11. Champ de course et stade du Malazz

  12. Parc public du Jabal Makhrûq (la roche percée)

170Ministères et résidences royales ou princières, il n’en fallait pas plus pour attirer constructions et projets de prestige : centre du gouvernement ; hôtels de grand luxe comme l’Intercontinental, le Maryott ou le Riyadh Palace Hotel (photo n° 58) ; palais des congrès, palais des hôtes du Royaume (photo n° 57) et salle de conférences ; siège du Fonds saoudien de développement (photo n°63) ; hôpital et fondation du roi Faysal, ensemble de bâtiments extrêmement luxueux. D’autres sont en cours de réalisation ou à l’étude, comme la nouvelle université de Riyadh, l’université islamique, le quartier des ambassades, la cité sportive et le futur centre gouvernemental.

  • 29 Un nouvel aéroport international est prévu à une trentaine de kilomètres au nord-est du centre de l (...)

171Chaque réalisation attire dans son sillage des activités secondaires qui lui sont reliées, notamment sociétés diverses et bureaux d’études, presque tous implantés dans la moitié nord de Riyadh. De même, la plupart des banques qui ne sont pas dans le centre-ville sont situées dans cette partie. Il faut également loger le personnel de toutes ces institutions à une distance raisonnable. Si l’on ajoute que ces quartiers nord-ouest de Riyadh sont très bien reliés à l’actuel aéroport29 et aux autres parties de Riyadh, notamment au centre par « l’axe Doxiadis » suivi de « Mekka Road », voie urbaine rapide traversant Riyadh du nord au sud, nous comprenons que des quartiers aux noms prestigieux comme Malazz, ‘Ulayyâ, Ma’dhar, Umm al-Hamâm aient connu depuis dix ans une croissance continue et forte et soient parmi les mieux équipés.

172A l’inverse, les parties sud et sud-est se voient cantonnées à des fonctions beaucoup plus modestes : les industries dans le quadrant sud-est, comme nous l’avons vu, le marché des dromadaires au sud du noyau ancien (photo n° 54), le marché des moutons, le marché de la brocante à l’extrêmité sud de l’avenue Bathâ’, le marché en gros des légumes sur la route du Hijâz, une station de traitement des ordures, une station d’épuration des eaux usées, le lotissement de 17 000 parcelles pour les personnes à revenus limités, à al-’Urayja, en sont quelques exemples. Un axe passant par l’avenue dite Khazzân et son prolongement vers l’est (voir carte n° 20) semble de plus en plus diviser la ville.

  • 30 Vraie ou fausse, c’est l’appréciation que l’on porte dans de nombreux quartiers sud de Riyadh, où b (...)

173Le terme de toute cette évolution est la formation d’une ville aux quartiers de plus en plus contrastés. La différenciation des fonctions, amplement évoquée, intervient à la fois comme cause et conséquence sur le marché foncier. Plus un quartier est équipé et apprécié, plus il attire à lui des équipements de prestige ; les prix montent. A l’inverse, moins un quartier offre d’attraits, d’avantages et de fonctions, moins il s’impose pour des implantations nouvelles. Il attire moins l’attention des autorités qui, murmure-t-on, donnent la priorité à des quartiers plus renommés pour des réseaux comme l’éclairage public ou le goudronnage des rues30. Les prix y sont plus bas qu’ailleurs, attirant des catégories de population modestes, notamment des travailleurs expatriés. Le processus devient vite cumulatif, et les quartiers se différencient de plus en plus selon les tranches de revenus des personnes qui les occupent. On peut se demander si cela ne risque pas, à terme, de porter un rude coup à la volonté de regroupement de la famille élargie.

6. CAPITALE, URBANISME ET POUVOIR

174A évoquer le développement des quartiers de prestige, on songe à tous les symboles qui furent ceux de Riyadh depuis un demi-siècle. C’était autrefois le fort d’al-Masmak, retranchement du pouvoir, bâti non loin des souks qu’il contrôlait et de la grande mosquée qui en était l’appui spirituel. Puis la nouvelle grande mosquée en pierre et béton (photo n° 6l), construite dans les années 1950, près d’un émirat de Riyadh renouvelé. Le château d’eau en forme de champignon bleu et blanc (photo n° 5l), symbole de modernisation, de l’eau abondante après des siècles de rareté : luxe suprême... L’avenue bordée de ministères, signes de mise en place d’un pouvoir centralisé, tendue vers l’aéroport, symbole de l’ouverture au monde.

175Depuis 1973, les « signes » s’affirment en hauteur : les deux immeubles-tours de la Saudi Arabian Monetary Agency et celui du Saudi Development Fund, pavois de la puissance financière internationale (photos n° 63 et 64). L’immeuble du roi Khâlid, emblême des temps nouveaux : la famille royale ne dépend plus des commerçants comme autrefois, elle bâtit et investit elle-même (photo n° 60). Et la gigantesque tour de la télévision (photo n° 62) : n’est-il pas signifiant que soit élevé si haut l’instrument d’une technique réprouvée et bannie il y a vingt ans seulement, vingt ans déjà ?

176Quels seront les symboles de demain ? Sans doute faudra-t-il les chercher dans le grandiose projet du qasr al-hukm qui, au coeur exact de la cité ancienne, combinera activités administratives, culturelles et religieuses dans un cadre architectural digne de l’envergure financière nouvelle des Saoud. Et aussi du côté de la gigantesque université qui s’édifie actuellement sur la route de Dir’îya, le berceau de la dynastie et du wahhâbisme.

177Mais il manque d’idées-force dans l’urbanisme de Riyadh. Un de ses maux est paradoxalement de ne subir aucune contrainte spatiale et financière. L’immensité du désert s’offre de tous côtés, pratiquement sans aucun obstacle naturel, si ce n’est le wâdî Hanîfa que le plan-directeur élaboré par Doxiadis avait fixé comme limite occidentale, car son lit encaissé forme une légère barrière ; mais il a été franchi depuis trois ans par plusieurs ponts.

178L’absence de contraintes financières fait qu’on n’hésite pas à raser toutes les collines qui gênent le quadrillage rigoureux des rues en damier. Expression d’un urbanisme centré sur l’automobile et les valeurs qu’elle représente, certes. Mais en même temps uniformisation et banalisation de la ville, alors que dans un paysage très plat et dépourvu d’attraits naturels, sauf les falaises dominant les palmeraies du wâdî Hanîfa, il aurait fallu tout mettre en œuvre pour différencier le paysage urbain et mettre les collines en valeur... Mais non, la grille Doxiadis, d’une incroyable pauvreté de conception, s’applique lourdement sur la ville et ses environs, sans la moindre considération pour les éléments naturels. On aurait attendu mieux d’un bureau d’études ayant son siège à Athènes...

PHOTOS 63 et 64. – Signes du pouvoir financier.

Ci-dessus, le Fonds saoudien de développement, en cours de construction à ‘Ulayyâ. Ci-dessous, les immeubles de la Saudi Arabian Monetary Agency, avenue de l’aéroport.

  • 31 L’eau de Riyadh étant prise actuellement sur un aquifère fossile non renouvelable, un aqueduc est p (...)
  • 32 Depuis 1979 cependant, de grands efforts de lutte contre le gaspillage ont été faits : création d’u (...)

179Mais cela n’est qu’un aspect des nombreuses formes de gaspillage qui ont lieu actuellement à Riyadh. La capitale saoudienne marque bien sur le terrain un des phénomènes majeurs de l’Arabie Saoudite actuelle : le passage en trente ans d’une économie d’extrême rareté matérielle, exaltée par le wahhâbisme qui idéalise le dépouillement, à une économie située au-delà de la consommation, une économie d’extrêmes gaspillages : gaspillage d’eau31 et de courant électrique pour le conditionnement de maisons non adaptées au climat ; gaspillage d’objets de consommation dans les villas ; gaspillage de terrains dû à la spéculation foncière, nous l’avons vu, entraînant à son tour d’énormes dépenses pour les réseaux (eau, électricité, etc.) et des pertes sèches de temps, d’argent et de fatigue pour ceux que le libéralisme du marché foncier contraint aux déplacements. Quel meilleur symbole que les gigantesques cimetières de voitures32 dans la partie sud-est ?

180Il en est de même dans l’urbanisme : comme il n’y a pas de contraintes financières, on n’est pas tenu à densifier l’espace, à le structurer pour en faire quelque chose de cohérent au moindre coût. Il en résulte une impression de « dilution » progressive de l’espace urbain dans l’espace du désert : çà et là un hôtel de grand luxe, un beau bâtiment administratif, des entrepôts, un palais, un camp de travailleurs, un riche complexe de villas bâties pour des sociétés étrangères ou des bourgeois saoudiens associés, un lotissement. Certes quelques lignes de force commencent à émerger : l’avenue de l’aéroport, par exemple, prend grande allure, ainsi que le quadrant nord-ouest de la ville, centré sur l’axe Doxiadis et la route de Dir’îya. Mais même dans ces zones, où de nombreux bâtiments ont une réelle beauté, on peut imaginer ce qu’on aurait pu faire en concentrant les moyens sur une zone privilégiée. L’urbanisme actuel de Riyadh évoque la dispersion et le saupoudrage des crédits. Il est l’expression des luttes d’influence entre les diverses branches de la Famille au pouvoir. Chacune cherche à développer la partie du désert qui lui fut octroyée : l’une sur la route de Khurays, l’autre au delà du stade du Malazz, d’autres encore les gigantesques portions de désert de part et d’autre de l’axe Doxiadis, vers ‘Ulayyâ et Umm al-Hamâm. Et ce n’est probablement pas un hasard si la partie la moins prestigieuse de Riyadh, celle du sud-est, celle des industries polluantes, des ateliers bruyants, des cimetières de voitures et des travailleurs immigrés, était autrefois la concession d’un émir évincé du pouvoir lors de querelles de succession. L’organisation spatiale des environs de Riyadh est l’expression des rapports de force entre les différents intérêts en jeu. Chaque ministère, donc chaque émir qui est à sa tête avec sa clientèle d’hommes d’affaires, cherche à s’exalter par des réalisations qui ne sont pas forcément coordonnées avec les autres.

181L’agrandissement extrême de la ville n’est pas neutre, non plus, quant à la stratification sociale. Il représente d’énormes marchés pour la voirie, les réseaux d’eau, d’électricité, d’égouts, de téléphone. Ces réseaux sont souvent surdimensionnés, mais la Municipalité de Riyadh a la possibilité matérielle de les financer, grâce à un budget énorme. Les sociétés saoudiennes, ou les compagnies étrangères « sponsorées » par des Saoudiens, retirent de substantiels bénéfices des travaux engagés. Elles sont donc directement intéressées, que ce soit à Riyadh ou dans des villes plus modestes, à l’établissement de plans-directeurs grandioses, souvent hors de proportion ou en contradiction avec les besoins réels de la population. Plan-directeur et marché foncier, l’un soutenant l’autre, apparaissent donc comme un moyen de redistribution de la manne pétrolière aux mains de la bourgeoisie clientèle du pouvoir, sans avoir l’air de lui faire l’aumône. Chaque branche du pouvoir, comme les ministères techniques, informe sa clientèle d’hommes d’affaires qui se placent au bon endroit, au bon moment, et obtiennent les marchés lors des appels d’offres. Déjà enrichie par la représentation en Arabie de sociétés étrangères et la spéculation foncière, la bourgeoisie s’affermit plus encore. On imagine les gigantesques mécanismes d’accumulation que ces trois sources d’enri-chissement engendrent. Si l’ensemble de la population saoudienne a aujourd’hui un niveau de vie plus que décent, l’éventail des revenus s’est profondément élargi depuis une dizaine d’années. A partir de Riyadh, mais aussi de Jedda et Dammâm, cette classe d’entrepreneurs en cours de constitution conquiert des marchés dans tout le Royaume et étend sa domination économique.

182Riyadh est aussi la manifestation d’un Etat de plus en plus fortement centralisé et technicien. Nous avons déjà vu que se sont installés à Riyadh des activités gouvernementales et financières autrefois implantées à Jedda. Par ailleurs, depuis la mise en place des premières administrations, le pouvoir central a progressivement supplanté celui des anciens shaykhs locaux « de tribu » ; Riyadh est à la tête d’une pyramide par laquelle des émirs de régions, puis de sous-régions et de localités contrôlent l’ensemble du pays. Parallèlement, on a érigé dans tout le Royaume des antennes locales des ministères techniques siégeant à Riyadh. Les décisions concernant la vie économique, culturelle ou sociale de la population sont prises dans la capitale, loin des personnes concernées. Si les postes de direction formelle sont le plus souvent occupés par des Saoudiens, la conception des projets et leur mise en œuvre pratique dépendent trop souvent de techniciens étrangers.

183Ce qui est vrai pour d’autres ministères l’est également pour celui qui a la tutelle de Riyadh, le ministère des municipalités et des affaires rurales : il s’agit d’une administration de gestion technique, dans laquelle les habitants de Riyadh n’ont guère leur mot à dire. Il n’existe pas, à notre connaissance, de procédure de participation des gens aux décisions qui concernent leur vie citadine quotidienne. Le schéma-directeur de Riyadh, par exemple, n’est pas soumis à une procédure d’enquête publique comme en France, ou à un « Citizens Action Committee » comme aux États-Unis. De même, la décision de créer des avenues rectilignes dans les madînas anciennes : les quartiers de pisé furent éventrés au bulldozer sans consultation des habitants, contraints de chercher à se reloger eux-mêmes. Beaucoup ont attendu des années entières l’indemnité promise par la Municipalité, pendant que le prix des terrains doublait, décuplait ou centuplait et que le prix de la construction doublait ou triplait. Ils devaient, de plus, payer un loyer en attendant... Mais la Municipalité elle-même n’a pas les moyens d’appliquer une politique cohérente et continue : elle cherche à parer au plus urgent, en répondant coup par coup aux pressions contradictoires qui s’exercent sur elle.

  • 33 Voir à ce sujet l’étude d’Olivier Carre, tome 1 de cet ouvrage, pp. 219-244, et celle de Gilbert Gr (...)
  • 34 Cf. une étude sur la région sud-ouest, à paraître.

184Riyadh s’impose aussi comme centre de diffusion de nouveaux modèles culturels : modèles étrangers par le contact avec les nombreux expatriés présents à Riyadh, mais surtout normes wahhâbites de comportement33. Il serait très intéressant, pour l’histoire culturelle et sociale de l’Arabie Saoudite, d’étudier comment ces normes se sont lentement répandues depuis deux siècles, notamment dans des régions culturelles différentes du Najd : nous pensons au Hijâz et plus encore au ‘Asîr où vêtements, habitat, institutions villageoises et statut féminin semblent avoir subi de profondes modifications depuis l’implantation du pouvoir des Âl Saoud, il y a une cinquantaine d’années34. Le groupe dominant étend son influence culturelle : c’est dans la logique d’une ville qui, en moins d’un siècle, a su rassembler en ses murs le pouvoir politique et administratif, la puissance financière et économique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bakhit (Fâyz Nâyl), Ar-Riyâdh bayna sûra zâhîya wa yad bânîya. Riyadh, Mu’assasa aljazîra, 1393 AH, 125 p.

Beard (Armand). Riyadh. The Royal Capital of the Kingdom of Saudi Arabia. Riyadh, éd. Tihâma, 1978, 127 p. (CitiGuide). Très utile par ses nombreux plans et répertoires.

Doxiadis Consultants. Riyadh, Existing Conditions. Riyadh, Ministry of Interior, juillet 1968, révisé en février 1970.

Doxiadis Consultants. Master Plan of Riyadh. Riyadh, Ministry of Interior, 1973-1974.

Hathloul (Saleh A.), hussayen (Mohammed A.) and Shuaibi (Ali M.). Urban Land Utilization. Case Study : Riyadh, Saudi Arabia. Cambridge (Mass.), M.I.T., School of Architecture and Planning, June 1975, 91 p.

Jâsir (Hamad al-). Madînat ar-Riyâdh ‘abra atwâr at-târîkh. Riyadh, Manshûrât Dâr al-Yamâma, 1386 AH/1966 AD, 215 p.

Malik (Saleh Abdullah). Rural Migration and Urban Growth in Riyadh, Saudi Arabia, Ph. D. Thesis, University of Michigan, 1973.

Mousalli, Shaker, Mandily. An Introduction to Urban Patterns in Saudi Arabia. The Central Region. London, Art and Archaeology Research Papers, January 1977.

Pape (Heinz). Er Riad. Stadtgeographie und Stadtkartographie der Haptstadt Saudi-Arabiens. Paderborn, Ferdinand Schöningh, 1977, 101 p., cartes, tableaux.

Pelly (Lewis). Report on a Journey to Riyadh in Central Arabia (1865). Cambridge, New York, Oleander Press ; Naples, Falcon Press ; reprint of 1978, 100 p.

Philby (H. St J. B.). The Heart of Arabia. London, Constable, 1922.

Philby (H. St J. B.). Arabia of the Wahhabis. London, Constable, 1928, 422 p. (Reprint : New York, Arno Press, 1973).

Philby (H. St J. B.). Riyadh, Ancient and Modem. The Middle East Journal, vol. 13, n° 2, Spring 1959, pp. 129-141.

Riyadh. Encyclopédie de l’Islam, 1e éd., 1936, supplément, pp. 198 sq.

Rugh (William A.). Riyadh, History and Guide. Sans ville, sans éditeur, 1969, 112 p.

Sadleir (G. Forster). Diary of a Journey across Arabia (1819). Naples, Falcon Press ; New York and Cambridge, Oleander Press ; 1977, 161 p.

S.C.E.T. – International et S.E.D.E.S. Riyadh Action Master Plans, série de rapports polycopiés. Riyadh, Ministry of Municipal and Rural Affairs, 1978.

Sharîf (‘Abd ar-Rahmân). Madînat ar-Riyadh. Dirâsa fî jughrâfîya al-mudun. Sans ville, sans éditeur, sans date (1975 environ), 449 p.

Sharîf (‘Abd ar-Rahmân). Mintaqat ‘Unayza. Dirâsa iqlîmiyya. Le Caire, Maktabat annahda al-’arabiyya, 1969, 314 p.

Notes

1 Les notes donnent des références abrégées. Les signalements complets des titres sont donnés à la fin de l’article, dans la bibliographie. Ici : Jâsir, Madînat ar-Riyâdh, pp. 95-99.

2 Sadleir, A Journey across Arabia, p. 79.

3 Sur ces villes, voir notamment : article Burayda, El 2, tome I, pp. 1352-53 ; Doughty, Travels, vol. II, chapitres XI-XIII ; Philby, Arabia of the Wahhabis, pp. 156-330 ; Sharîf, Mintaqat Unayza.

4 Voir la carte n° 18 : Le royaume d’Arabie Saoudite, p. 569.

5 Philby, The Heart of Arabia, ch. III : The Wahhabi Capital.

6 Sharîf. Riyâdh, pp. 122-123.

7 Les instituts religieux, ma had ilmi, sont des écoles où un enseignement religieux important est donné en plus d’un enseignement de type « moyen », puis secondaire.

8 Estimations tirées de Rugh, Riyadh..., p. 35 ; il ne cite pas ses sources. Naval intelligence division, Western Arabia and the Red Sea, London, 1946, p. 570, donne 30 000 habitants ; il faut voir, dans ce dernier ouvrage, les cinq photos de Riyadh et comparer avec le centre de la ville d’aujourd’hui...

9 Estimations de Doxiadis, Existing conditions, p. 86.

10 s.c.e.t. international, Central Region Development Plan, d’après des estimations de Central Planning Organization et Central Department of Statistics.

11 s.c.e.t.-s.e.d.e.s., Socio-economic Survey, pour Riyadh Action Master Plan, pp. 90-96, pour les renseignements concernant 1977.

12 Conversation avec des experts du R.A.M.P.

13 s.c.e.t.-s.e.d.e.s., Socio-economic survey, pp. 90-96.

14 Malik. Rural migration..., p. 11.

15 Les Banî Khadîr du Najd, les Balâhita du sud-ouest, les Fuyûd et Bahhâh du Asîr, les Dawâshin du wâdî Najrân et du Yémen, les Hutaym, Huwaytât et Sharârât du nord-ouest, les Sulayb du nord : autant de groupes qui, n’étant pas de bonne souche arabe, étaient méprisés par les « gens de tribus », qabîlî, et se livraient à des métiers dépréciés : bouchers, tanneurs, vendeurs de légumes, orfèvres, forgerons, menuisiers, barbiers, poseurs de ventouses, ouvriers ou métayers agricoles, chanteurs de louanges contre rétribution, lors des fêtes. La généralisation des salaires a modifié leur statut économique, mais ils restent méprisés. Réserves, notamment, dans le domaine du mariage ; un homme de ces groupes ne peut prétendre à la main d’une fille de bonne souche arabe.

16 Nous manquons de place ici pour en faire la description que l’on pourra trouver dans un état des recherches en cours de préparation sur Les architectures domestiques traditionnelles d’Arabie (Publications du C.E.R.O.A.C. d’Aix-en-Provence, n° 5).

17 Appelé shîsha en Arabie Saoudite, mdâ’a au Yémen.

18 Voir des notes de voyages et de lectures sur ces habitats dans Les architectures domestiques traditionnelles d’Arabie, à paraître.

19 On trouve de l’alcool au marché noir, surtout du whisky. La bouteille se vend, selon les époques, entre 250 et 400 francs.

20 Sur le sens ancien de ce terme, voir Encycl. de l’Islam, 2e éd., t. III, p. 1115, art. Iktâ’.

21 Sharîf, Madînat ar-Riyâdh, p. 350.

22 Philby, Riyadh..., MEJ, p. 136.

23 Cf. Jacques Berque, Les Arabes d’hier à demain. Paris, Seuil, 1960, p. 76.

24 Conversation avec un haut-fonctionuaire saoudien de la municipalité de Riyadh.

25 Ce terme désigne en Arabie Saoudite des gens sans revenus fixes, vivant le plus souvent d’achat et revente de marchandises en jouant sur les différences de cours entre les marchés.

26 Voir mes notes sur la vie des travailleurs yéménites à Riyadh en 1974 et 1975 dans : Mouvements migratoires en Arabie centrale. Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n° 23, 1977, pp. 179-223.

27 Voir l’article Kaysâriyya, Encycl. de l’Islam, 2e éd., t. IV, p. 873.

28 Mécanisme semblable dans l’Abu Dhabi de 1976 où, en plein centre ville, de somptueux immeubles encadraient des îlots d’habitat précaire, peuplés de migrants récents, aux conditions d’entassement, d’hygiène et de confort plus que rudimentaires.

29 Un nouvel aéroport international est prévu à une trentaine de kilomètres au nord-est du centre de la ville. Il doit être achevé en 1982-1983.

30 Vraie ou fausse, c’est l’appréciation que l’on porte dans de nombreux quartiers sud de Riyadh, où bien des gens estiment que la municipalité en fait moins que dans les quartiers nord, ou après.

31 L’eau de Riyadh étant prise actuellement sur un aquifère fossile non renouvelable, un aqueduc est prévu pour fournir à la capitale l’eau du Golfe, après dessalement.

32 Depuis 1979 cependant, de grands efforts de lutte contre le gaspillage ont été faits : création d’un réseau moderne d’autobus urbains et construction d’une usine de récupération des eaux usées pour l’arrosage. Une aciérie de récupération, voitures notamment, est envisagée.

33 Voir à ce sujet l’étude d’Olivier Carre, tome 1 de cet ouvrage, pp. 219-244, et celle de Gilbert Grandguillaume ci-dessus.

34 Cf. une étude sur la région sud-ouest, à paraître.

Table des illustrations

Légende CARTE N° 19. – Plan de Riyadh dressé en 1917 par Philby.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende CARTE N° 20. – Plan schématique de Riyadh : principaux repères, quartiers et avenues.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende CARTE N° 21. – Mécanisme de croissance de Riyadh après 1950.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende CARTE N° 22.– Age des quartiers de Riyadh.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Carte n° 23. – Implantation des principales fonctions de Riyadh.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende CARTE N° 24. – Types de logements dans Riyadh.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre PHOTOS 49 et 50. – Rues d’appartements et de « villas » à Riyadh.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-19.png
Fichier image/png, 37k
Légende CARTE N° 25. – Riyadh, tissu urbain des années 1930.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende CARTE N° 26. – Riyadh. Un quartier récent : Malazz.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-21.png
Fichier image/png, 41k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2372/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable