Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Quatrieme partie : le royaume d'Arabie Saoudite

La planification en Arabie Saoudite

Jacques Lonchampt

Texte intégral

INTRODUCTION

1Il y a deux ou trois décennies, l’Arabie Saoudite était l’une des régions les plus déshéritées du globe, et personne ne s’intéressait à ces étendues de déserts si ce n’est les exploitants pétroliers. Cette absence de considération prévalait même dans le monde arabe qui n’avait d’yeux que pour Beyrouth, Le Caire, Damas, ou dans un autre contexte, pour le Maghreb. Seule La Mekke avait un rayonnement réel ; mais serait-il venu à l’esprit d’un pélerin de prolonger son séjour dans les lieux saints de l’Islam pour une autre raison que spirituelle ?

2Or un événement fortuit, la possibilité d’augmenter le prix de vente d’une ressource, le pétrole, a radicalement modifié le contexte de l’Arabie Saoudite. Presque d’un jour à l’autre, des « bédouins » timides, à qui on aurait à peine accordé un regard, sont devenus l’objet de la plus haute considération. Les hommes d’affaires et ingénieurs du plus « haut niveau », fleurons de la civilisation industrielle, vont faire l’antichambre des jeunes décideurs de l’Arabie : le visage défait par des nuits d’insomnies, ruisselants de sueur, nerveux, ils essaient de « comprendre ce que veulent les Arabes ». Ceux-ci, remplis d’une sérénité séculaire, font recommencer les rapports, modifier les plans, arrêter les travaux, ... aux frais des entreprises. Comment ce changement s’est opéré, c’est ce que nous allons essayer de comprendre.

  • 1 Le troisième plan quinquennal n’était pas encore publié quand fut écrit cet article.

3Nous examinerons d’abord les principales stratégies économiques mises en œuvre après 1974. Les résultats obtenus seront ensuite passés en revue ainsi que les orientations nouvelles pour les cinq prochaines années, telles qu’elles peuvent être décelées avant la publication officielle du troisième plan de développement1.

SECTION 1. – LES STRATÉGIES ÉCONOMIQUES

4Les stratégies économiques découlent des objectifs exprimés en exergue du deuxième plan de développement quinquennal (1975-1980).

    • Maintenir les valeurs religieuses et morales de l’Islam.

    • Assurer la défense et la sécurité internes du Royaume.

    • Maintenir un taux élevé de croissance économique en mettant en valeur les ressources économiques, en maximisant les revenus du pétrole dans le long terme, et en économisant les ressources non renouvelables.

    • Réduire la dépendance économique due aux exportations de pétrole brut.

    • Promouvoir le développement des ressources humaines par l’éducation, la formation professionnelle et l’amélioration des conditions sanitaires.

    • Augmenter le bien-être de tous les groupes à l’intérieur de la société, et promouvoir la stabilité sociale dans les conditions de changement social rapide.

    • Créer les infrastructures nécessaires à l’exécution des buts précédents.

5Ces objectifs concernent des horizons temporels différents. Dans le court terme qui couvre les cinq dernières années, les objectifs ont été principalement :

    • Maintenir le surplus économique par des actions à l’extérieur.

    • Créer, en quelques années, une nouvelle société sur le modèle des pays industrialisés. Pour cela, il fallait : créer des instruments de gestion économique et politique par une institutionnalisation de ces fonctions ; faire un recours massif au savoir-faire étranger ; effectuer une redistribution du surplus économique.

1.1. Maintenir le surplus économique par des actions à l’extérieur

6En effet, la rente pétrolière est le résultat d’un rapport de force politique entre divers états. Dans le passé, elle profitait surtout aux pays consommateurs de pétrole ; ce n’est que par deux décades d’efforts que la situation a été renversée. La première tâche, dans le court terme, est de maintenir cette ressource.

7Depuis 1975, l’Arabie Saoudite s’est livrée à une politique extérieure coûteuse qui a trois volets :

    • Assurer la survie de l’Occident qui est la source de ses revenus : l’Arabie Saoudite a souvent été un élément modérateur dans l’OPEP, par souci d’éviter des conflits armés. Elle a plusieurs fois accepté d’augmenter sa production de pétrole pour soutenir les économies occidentales, alors que, par ce fait, elle créait un surplus budgétaire inutile.

    • Combattre le communisme et les idées radicales, beaucoup plus parce qu’ils constituent une menace pour ses dirigeants actuels que pour des raisons religieuses ; elle a contribué à chasser les Soviétiques des pays voisins et participé au soutien des partis de droite en Occident.

    • Maintenir la paix sur les frontières, car une guerre avec Israël pourrait mettre en question le pouvoir des Âl Saoud.

8Considérée comme un pygmée dans la politique mondiale en 1974, l’Arabie Saoudite a été amenée, en cinq ans, à prendre une place de premier rang dans la politique étrangère américaine. En quatre ans, environ 40 milliards de dollars ont été dépensés pour soutenir le dollar, soit le montant du revenu du pétrole en 1977.

9Les Saoudiens n’ont pas recherché ce rôle prééminent et se sentent encore mal à l’aise dans ce jeu. Du temps de Faysal, ils résistèrent aux pressions américaines pour s’engager hors de leurs frontières. Il faut noter que, pendant les quatre premières années du premier plan (1970 à 1974), les ressources du pétrole furent insuffisantes pour financer les projets du Plan.

10C’est l’ampleur des ressources actuelles qui a contraint l’Arabie à sortir de sa réserve. Ne pouvant dépenser qu’une faible partie de ses ressources dans la production nationale, l’excédent devait, soit être dépensé pour l’importation de biens et de services pour l’équipement ou la consommation, soit être investi ou prêté à l’extérieur, soit même dormir dans des coffres.

11Il est clair qu’un nombre croissant d’étrangers s’est mis à graviter autour de cette proie. Les premiers intéressés étaient les pays occidentaux, source du surplus saoudien, qui cherchaient à récupérer par la vente de biens et de services, la perte de devises provenant de l’achat de pétrole. En acceptant de recycler ses devises et en créant une demande pour les industries occidentales en détresse, l’Arabie Saoudite s’assure le contrôle de son surplus. C’est en faisant travailler l’Occident qu’elle maintient son revenu.

1.2. Créer une société « moderne » en quelques années

12Le montant des ressources soudainement disponibles fait qu’on n’a pas le temps de mettre en œuvre un modèle de développement spécifique. Ce dernier supposerait une prise de conscience de l’intérieur par les masses. Le choc est trop rapide et la prise de conscience de ce qui peut se passer ne peut être que le fait d’une élite très petite (quelques Saoudiens et conseillers étrangers). On tombe donc dans un schéma de « rattrapage » des pays industrialisés, sans trop en connaître les implications ni les coûts.

13La stratégie économique s’exprime donc par deux impératifs :

    • Créer un cadre de vie physique nouveau par la construction d’infrastructures et de superstructures.

    • Donner à la population une éducation compatible avec le cadre physique afin de lui permettre de jouir du bien-être matériel et de pouvoir éventuellement l’entretenir.

A – Cadre de vie physique

14Un nouveau cadre de vie physique est mis en place par une multitude de réalisations. Ce sont les grands projets de routes commencés bien avant 1974 et qui ont mis la plupart des centres de population du pays à moins d’une journée de voiture les uns des autres (voir la carte du réseau routier, page 569). Plus récemment, le développement des aéroports et de la flotte aérienne a permis de relier tous les centres régionaux par plusieurs vols journaliers ; des subventions importantes maintiennent le voyage en avion à un prix très bas et le mettent à la portée de toutes les bourses.

15Ce sont encore les grands projets de télécommunications interurbaines, internationales, et urbaines (surtout depuis 1977), liées au développement de la télévision en couleur qui va être captée dans les zones rurales les plus reculées.

16Les projets d’équipements urbains, bien qu’ils se heurtent à la présence d’une multitude de décideurs, finiront un jour par offrir des services satisfaisants de voirie, d’eau potable, d’assainissement, de collecte des ordures. Ce sont enfin les bâtiments publics et la construction de logements. Tout ce capital physique, qui prit plusieurs décades à s’accumuler dans les vieux pays industrialisés, a jailli récemment en Arabie. Particulièrement depuis cinq ans, un cadre de vie physique nouveau est donc en train de se créer de toutes pièces, comme transplanté de l’Occident. Il faut maintenant mettre des êtres humains dans ce monde d’artéfacts caractérisé par son abstraction, la complexité de ses relations internes et sa dureté.

B – Une éducation compatible avec le cadre physique

17En 1974, environ 80 % de la population était analphabète et 55 % de la population vivait en zone rurale.

18On peut se demander quelle est la raison qui a poussé le gouvernement à entreprendre un programme d’éducation monumental. On doit d’abord noter que les pays arabes ont en général, dès qu’ils en ont eu la possibilité, fait de grands efforts pour donner une éducation à leurs enfants : cela n’a pas été le cas de bien d’autres pays en voie de développement (Iran, Inde) qui ont peut-être compris les risques de l’éducation de masse.

19Il y a probablement à cela plusieurs raisons :

    • Pouvoir montrer aux vieilles civilisations voisines que les bédouins sont capables eux aussi d’avoir des docteurs d’université.

    • Plus simplement, dans le cadre du schéma de « rattrapage », faire tout ce que font les civilisations industrielles.

    • Pouvoir généraliser l’enseignement religieux.

    • Répondre à une pression populaire qui voit dans l’éducation le moyen de s’élever dans le fonctionnarisme, donc d’avoir une situation stable qui permettra de faire vivre les parents quand ils seront âgés.

    • Former enfin les hommes nécessaires pour servir la machine économique démesurée qui est en train de se mettre en place. Ce leitmotiv se retrouve dans tous les plans des pays en voie de développement et la saoudisation de l’emploi revient dans tous les projets, quel que soit le secteur d’activité concerné.

20A partir de 1976, vu le retard rapide qui était pris sur le Plan dans le secteur de l’éducation (2 écoles construites sur 60 prévues la première année par suite de la saturation immédiate de la capacité de construction), un « crash program » (mot à la mode en Arabie) était lancé. En quelques mois, les grandes villes se couvraient d’écoles en plastique, préfabriquées en Italie, au Canada, etc. et même livrées par avions cargo.

21Près de 30 000 maîtres égyptiens occupent les aéroports et les rares hôtels pendant les périodes de mouvement, à la rentrée des classes et aux départs en vacances.

22Le programme d’éducation de masse a donc été lancé avec une grande honnêteté, car on a vu peu de pays mettre leurs enfants d’école primaire dans les mains d’enseignants étrangers. C’est l’âge où on inculque la culture d’un pays et les enquêtes ont montré qu’en effet les maîtres étrangers ne se sont pas gênés pour critiquer les comportements saoudiens devant les enfants.

23L’éducation des filles va de pair avec celle des garçons, avec un léger retard. On aurait pu croire à une opposition religieuse, mais elle ne s’est manifestée que dans peu d’endroits très traditionalistes (Qasîm).

24En ce qui concerne l’éducation supérieure, on construit d’immenses universités dans les grandes villes. Elles surpasseront l’université du pétrole à Dhahrân, qui avait été créée pour fournir des cadres à l’industrie du pétrole. Le coût de l’université de Riyadh approchera 8 milliards de francs. L’enfant pauvre est la formation des techniciens ; on crée des écoles techniques, mais on a du mal à les remplir malgré des bourses d’études et autres incitations.

1.3. Créer des instruments de gestion économique

L’institutionnalisation

25Le développement d’une société de consommation, avec la complexité de l’appareil de production qui l’accompagne, ne pouvait se faire sans une institutionnalisation progressive des fonctions gouvernementales.

26Une multitude d’agences et de ministères ont apparu depuis 1975. Elles sont pratiquement toutes marquées par une orientation économique ou technologique : ministères de l’industrie et de l’électricité, des municipalités et du développement rural, du logement, des télécommunications. Mais le fait nouveau est la création d’agences de développement autonomes chargées de la fourniture d’équipements particuliers et de leur gestion ultérieure (Autorités portuaires, Silos et minoteries, Commission royale pour le développement des deux zones industrielles de Jubayl et Yanbu’, etc.). On a également créé des fonds de développement destinés à soutenir l’initiative privée dans les domaines productifs tels que l’industrie légère, la construction, l’agriculture et dans le domaine du logement.

27Non moins important est l’effort de décentralisation de la gestion des infrastructures urbaines par la création de municipalités. Cependant le contrôle reste dans les mains du pouvoir central, les maires étant nommés.

Les plans quinquennaux

28Le premier plan, établi pour la période 1970-1975, correspondait à une phase de mise en place des instruments de planification. Il ne s’agissait pas d’un travail facile dans la mesure où il impliquait une ingérence dans les affaires des différentes agences gouvernementales. Mais, avec le chaos créé par l’afflux de ressources après 1973, la planification démontra son intérêt en permettant une croissance plus rapide pour tous.

29L’Organisation centrale de planification prend rang de ministère en 1975. Depuis le deuxième plan (1975-1980), celui-ci a présidé aux destinées du pays à long et court terme, en étroite collaboration avec le ministère des finances et le Conseil des ministres :

Le suivi de la conjoncture économique

30Il n’existe pas d’organisme bien défini de planification à court terme, mais le besoin de suivre la conjoncture économique s’est fait sentir dès les premiers jours du deuxième plan avec la vague d’inflation qui marqua son démarrage. Le suivi est effectué principalement par le ministère du plan, le ministère des finances qui coiffe l’institut de statistique, la banque centrale (SAMA) et le ministère du commerce. Les décisions sont prises par le conseil des ministres et l’exécution déléguée aux ministères ou agences concernés.

La planification physique

31Moins connu car plus récent (à partir de 1976), est le développement d’agences de planification urbaine. Elles offrent un lieu de rencontre aux différents investisseurs urbains publics ou privés et permettent l’harmonisation des projets au niveau de leur réalisation physique. Le rôle de ces agences d’urbanisme est de plus en plus important vu l’importance du phénomène d’urbanisation dans un pays désertique où il ne se passe pratiquement rien en dehors des villes et de quelques pôles industriels.

1.4. Recours au savoir-faire étranger

32Un développement économique de l’ampleur décrite précédemment ne pouvait se faire en Arabie Saoudite qu’avec un recours massif aux étrangers. Dans les premières années du deuxième plan, on avait essayé de conserver un bon nombre de Saoudiens dans l’administration en charge des projets. Mais bien vite, on se heurta à des goulots d’étranglement. Il ne suffisait pas d’accroître la capacité de construction par l’importation d’entreprises avec tout leur personnel, encore fallait-il pouvoir gérer les contrats. Un pas de plus fut fait vers la désaoudisation des postes techniques par le recours soit à des experts étrangers embauchés directement par l’administration, soit à des « consultants intérieurs » à l’administration. Des experts des Nations Unies, généralement égyptiens ou pakistanais, ont souvent exercé ce rôle.

33La distance qui s’est établie progressivement entre les Saoudiens, maîtres d’ouvrage, et les étrangers, maîtres d’œuvre, est un problème important pour les années à venir. L’Arabie gardera-t-elle le contrôle réel de son développement ?

34L’afflux d’étrangers, en particulier dans les grandes villes où ils représentent environ 30 % de la population et plus de 50 % de l’emploi, posait des problèmes sociaux. Afin de minimiser leur impact sur la société saoudienne plusieurs mesures furent prises.

35En 1977, il fut décidé que, pour tous les grands projets publics, des logements devaient être construits pour le personnel d’étude ou de construction. On assista donc à la création de camps à l’extérieur des villes où les étrangers vivaient entre eux.

36Plus récemment, deux mesures furent prises pour limiter le nombre d’étrangers. Premièrement, seuls les cadres auront le droit de faire venir leurs familles : cela afin de limiter le nombre des enfants non-arabophones (pakistanais en particulier) et d’éviter la prolifération d’écoles privées étrangères ; et, d’autre part, d’empêcher la prolifération de femmes étrangères dans les rues. Deuxièmement, tous les enfants arabes musulmans devront aller dans les écoles saoudiennes pour y recevoir un enseignement religieux : cela s’adresse, en particulier, aux Libanais et aux Syriens dont les enfants avaient reçu une éducation en langue française dans leur pays et qui cherchaient à poursuivre cet enseignement dans les écoles françaises en Arabie.

37Il est donc clair que le recours massif aux étrangers a conduit à prendre des mesures de contrôle toujours plus complexes et peu populaires afin de préserver la stabilité de la société saoudienne.

1.5. Redistribution du surplus économique

38Cette question est importante à double titre. D’un côté, la redistribution du surplus est nécessaire pour créer une société de consommation sur le modèle capitaliste occidental. D’autre part, l’intervention sur la demande de biens et services peut éloigner le jour où une diversification du surplus sera possible : on s’oriente alors vers une économie dominée par un secteur tertiaire de commerce d’importation et d’administration, avec des secteurs primaire et secondaire atrophiés.

39Cette difficulté a été bien perçue par les planificateurs saoudiens, mais les obstacles physiques et humains sont énormes. Voyons comment l’Arabie Saoudite a abordé le problème des transferts économiques fondés sur le surplus pétrolier. Elle a mené dès le départ deux actions simultanées :

    • Augmenter la demande de consommation : par la distribution de salaires dans le secteur public ; par des subventions diverses (produits de consommation courante, logements, équipements publics) ; et, plus récemment, par la création d’un système de sécurité sociale et de retraite.

    • Augmenter l’offre en subventionnant l’investissement dans l’industrie et l’agriculture.

A – Augmenter la demande

40Cela s’est fait d’abord par la création d’emplois dans l’administration civile et militaire dont la capacité d’absorption n’est pas limitée, puisque les dépenses de l’État s’effectuent à partir du surplus pétrolier et non à partir d’un prélèvement d’impôt sur la production ou la consommation des ménages. L’impôt sur le revenu a été supprimé en 1976 tant pour les Saoudiens que pour les étrangers. Seul reste un impôt minime sur les sociétés (zakât). Les salaires de l’administration restent inférieurs à ceux du secteur privé, mais la différence est largement compensée par la différence de productivité.

41Le gouvernement a par ailleurs mis en place un système très important de subventions :

42– subventions aux produits alimentaires de base tels que farine de blé, riz, viande ;

43– subventions déguisées au logement privé par les prêts à la construction depuis 1976. Il est probable que de nombreux prêts ne seront pas remboursés au vu des difficultés actuelles de remboursement des premiers emprunteurs. Cette tendance risque de s’accentuer dans l’avenir car les prêts sont depuis deux ans attribués à des ménages à très faible revenu dont la capacité d’épargne est très limitée.

44On doit aussi tenir compte des programmes de logement public mis en œuvre par le ministère du logement. Malgré au moins trois années de retard d’exécution et leur mauvaise adaptation aux conditions locales (tours de dix-sept étages pour loger des immigrants ruraux), ils vont offrir un nombre appréciable de logements à bon marché. A ceux-ci doivent être ajoutés les logements construits par de nombreuses institutions para-publiques pour leurs employés.

45En conséquence, la crise du logement qui sévit encore durement pour les Saoudiens des villes est en train de se résorber. Le logement ne représentera plus qu’une charge minime dans le budget des Saoudiens dans un avenir proche.

46– subventions à l’investissement et au fonctionnement des équipements publics :

47Eau potable. Le consommateur ne paie que 20 à 50 % du coût de l’eau selon l’origine. De plus de nombreux compteurs ne fonctionnent pas ou ne sont pas relevés ; cette situation est préoccupante dans la mesure où elle conduit au gaspillage de la ressource rare de l’Arabie.

48Électricité. Le consommateur ne paie qu’environ 50 % des coûts totaux de production. Le tarif a été réduit de 50 % en 1974, ce qui provoqua un accroissement massif de la demande et une situation dramatique pour les producteurs. La situation ne sera normalisée que vers 1981-82.

49Transports aériens. Le voyageur ne paie pas plus de 70 % du coût du service, ce qui explique l’état de saturation presque permanent des lignes intérieures malgré une multiplication par dix de la capacité en cinq ans.

50Égoûts et ordures ménagères. Service gratuit mais encore limité aux grandes villes.

51Éducation, santé. Gratuites à tous les niveaux ; de plus, de nombreuses bourses d’étude existent dans l’éducation.

52Le ministère du travail et des affaires sociales a enfin mis en place un système de « sécurité sociale » et d’allocations familiales.

B – Augmentation de l’offre

53Le gouvernement saoudien tente d’obtenir une augmentation de l’offre par deux types de subventions :

54– Les subventions à l’investissement industriel qui revêtent plusieurs formes.

55Financement sur des fonds publics d’une industrie lourde qui fournira des produits de base aux industries de transformation nationales, mais surtout essaiera d’exporter des produits issus directement du pétrole (pétrochimie, chimie organique, engrais) ou indirectement (acier, aluminium, etc.).

56Aide à l’investissement privé dans les industries de transformation par des prêts à faible taux d’intérêt dont une partie est non-remboursable.

57Aide à l’équipement des entreprises de construction nationale par l’attribution de prêts à faible taux d’intérêt.

58– Quant aux subventions à l’agriculture, elles s’appliquent à l’équipement (remboursement de 50°% de la valeur de l’équipement) et à la production (le blé est acheté au producteur saoudien, par le gouvernement, quatre fois plus cher que le cours mondial). On peut aussi ajouter la construction par le gouvernement de grands projets d’irrigation dont l’utilisateur ne supportera pas le coût.

1.6. Conclusion : préparer la relève du pétrole

59Le gouvernement saoudien a donc remué ciel et terre afin d’utiliser au mieux cette manne soudaine. L’objectif est de faire le maximum pour créer un état d’économie avancée auto-entretenu, même en l’absence du pétrole. N’est-ce pas le grand mythe des modèles de croissance économique, avec ou sans dette extérieure ?

60Nous allons essayer de voir si l’Arabie prend ce chemin en examinant les résultats des stratégies économiques mises en œuvre depuis 1974.

SECTION 2 – LES RÉSULTATS DE L’ESSOR DEPUIS 1974

611974 est en effet une date de grand tournant. Toutes les statistiques le prouvent par une cassure à partir de 1975 et un changement d’ordre de grandeur dans les séries, à tel point que les niveaux des variables avant 1974 ne sont pratiquement plus visibles sur les courbes décrivant la situation ultérieure.

62La période antérieure à 1974 est donc un passé historique qui n’a pratiquement plus d’intérêt pour la compréhension des mécanismes économiques présents.

2.1. Le chaos de 1974 à 1976

63Il fallut attendre 1975 pour commencer à sentir l’impact des événements d’octobre 1973 sur l’économie saoudienne :

    • Augmentation rapide du coût de la main-d’œuvre banale, qu’il s’agisse de la main-d’œuvre étrangère, essentiellement yéménite de la République Arabe du Yémen, ou saoudienne, originaire des provinces du sud-ouest adjacentes au Yémen.

    • Augmentation rapide du coût des logements. Les Saoudiens quittent leurs villas des quartiers résidentiels des villes pour les louer aux sociétés étrangères. Ils vont s’entasser dans les logements traditionnels en pisé du centre des villes. Le nombre de voitures augmente rapidement et la circulation qui ne posait aucun problème quelle que soit l’heure de la journée, devient plus dense.

64Mais ce n’est qu’avec la première année fiscale du deuxième plan de développement (mi-1975 à mi-1976) que, grâce aux nouveaux projets monumentaux inscrits au plan, l’économie arrive à la saturation de toute sa capacité de production :

    • Blocage des ports avec des temps d’attente de navire qui atteignent six mois.

    • Manque d’entreprise pour répondre aux offres de projet.

    • Impossibilité de trouver de la main-d’œuvre, si ce n’est en la débauchant à prix d’or à d’autres entreprises.

    • Manque d’eau, d’électricité ; établissement d’une loi de la jungle pour l’appropriation des facteurs de production nécessaire à l’exécution des contrats : détournement des camions d’eau, de ciment, d’agrégat entre chantiers.

    • Des chantiers de voiries et services publics s’ouvrent partout, la circulation en voiture devient impossible.

65Tous ces phénomènes physiques, qui transforment l’Arabie en ce que devait être la ruée vers l’or dans l’Ouest américain, sont accompagnés d’une inflation rapide des prix des biens de consommation courante, importés pour la plupart.

66Par le versement de salaires aux fonctionnaires et par les dépenses d’équipement, le gouvernement commence à transférer des sommes importantes dans la main du secteur privé.

67Si les ménages à revenu fixe ont du mal à faire face aux coûts du logement et des biens de consommation courante, d’autres s’enrichissent rapidement, que leurs revenus soient commerciaux ou proviennent d’emplois qualifiés.

68Ces nouvelles liquidités vont chercher à s’investir à l’étranger, dans l’immobilier en particulier. Le reste va se rabattre sur la seule valeur locale relativement illimitée : le sol.

69En effet, la crise du logement a induit une demande de terrains à construire, donc une augmentation du prix des terrains urbains bien situés. Au vu du profit possible dans la spéculation foncière, une grande partie de la population saoudienne se mit à acheter des terrains. La spéculation était favorisée par l’absence de taxe sur les transactions et la création d’une bourse non officielle des terrains ; certaines agences émirent des actions au porteur sur des terrains.

70De nombreux Arabes étrangers spéculèrent de cette façon par l’intermédiaire de Saoudiens, puisqu’un étranger n’est pas autorisé à acquérir de terrain en Arabie Saoudite. La spéculation foncière devint le sujet de conversation numéro un dans les ministères et parmi les populations arabes. Le prix des terrains atteignit jusqu’à 40 000 francs le mètre carré au centre des grandes villes et 200 francs à 15 ou 20 kilomètres du centre, pour des terrains qui n’étaient qu’un morceau de désert non viabilisé.

PHOTOS 38, 39, 40 et 41. – Nouvelle maîtrise de l’eau en Arabie Saoudite.

En haut, dans le Qasîm : construction d’un château d’eau à Burayda, 1974 (noter l’échafaudage en bois et le plan incliné remplaçant la grue) et formation de grandes propriétés alimentées par forages artésiens profonds. En bas, dans le Hasâ’, modernisation du système d’irrigation de la palmeraie de Hufûf : nouveaux canaux et curage moderne des fossés de drainage (Photos et légende : Paul Bonnenfant).

  • 2 Pour plus de détails, se reporter à la contribution de Paul Bonnenfant : La capitale saoudienne, Ri (...)

71La spéculation foncière, avec la voiture particulière à bas prix, ont été un facteur déterminant dans l’éclatement des villes hors de leurs limites anciennes. Elles ont causé des problèmes souvent insolubles pour la viabilisation et la desserte par les services publics des banlieues2.

2.2. Stabilisation de l’économie depuis 1977

72L’excès de demande pouvait être résorbé de deux manières : augmenter la capacité d’absorption de l’économie et réduire la demande.

A – Augmenter la capacité d’absorption de l’économie.

73Comme la production nationale était très limitée, il fallait importer des matériaux de construction et des produits de consommation courante : pour cela, débloquer les ports.

74Une autorité portuaire nationale fut créée avec un homme de poigne à sa tête. Des contrats furent immédiatement passés avec plusieurs entreprises étrangères pour permettre la création de deux grands ports, l’un à Jedda, en mer Rouge et l’autre, à Dammâm, sur le Golfe. Ultérieurement, des ports furent construits à Jizân et Yanbu’ sur la mer Rouge, et à Jubayl sur le Golfe.

75Ces deux premiers ports devaient multiplier la longueur de leur quai par quatre en trois ou quatre ans et leur équipement devait permettre l’accueil de tous les types de navires modernes.

76Pour faire face à l’immédiat, des méthodes militaires furent mises en œuvre : ports flottants, déchargement par hélicoptères, etc. En un an, la situation changea et il devint possible d’alimenter les chantiers internes du pays. Depuis, la situation n’a cessé de s’améliorer et le rendement des ports saoudiens par mètre de quai est l’un des meilleurs au monde.

77La deuxième mesure fut d’accroître la capacité de construction nationale en faisant appel à des entreprises étrangères. Celles-ci furent d’abord occidentales. La préfabrication et l’industrialisation des chantiers remplaça petit à petit les méthodes manuelles rudimentaires utilisées par les entreprises traditionnelles employant des travailleurs yéménites et égyptiens.

78Mais une inflation sévère avait augmenté les coûts de construction de 200 à 300 % en deux ans, et parfois plus. Cela tenait en partie à la pratique des contrats à montant forfaitaire non révisable, qui obligeait les entreprises à inclure l’inflation future dans le prix de leurs offres.

79Le gouvernement saoudien commença dès 1976 à chercher de nouveaux réservoirs de main-d’œuvre en acceptant l’immigration massive de musulmans non-arabes ; ce fut l’époque des Pakistanais. Ils occupèrent principalement les postes administratifs du secteur tertiaire, car ils ne forment pas une excellente main-d’œuvre pour la construction.

80La concurrence augmenta progressivement entre Occidentaux européens et américains qui commencèrent à s’intéresser sérieusement au marché de l’Arabie, ce qui permit d’obtenir une stabilisation des coûts. Mais des monopoles se constituèrent dans certains domaines (avec l’aide de Saoudiens). Le gouvernement décida au début de 1977 de casser les prix en introduisant les entreprises sud-coréennes sur le marché ; il obligea certaines administrations à rompre des contrats en cours et à renégocier avec les Coréens. Avec ces derniers, qui ne sont ni Arabes, ni musulmans, tombe la dernière barrière à l’immigration de main-d’œuvre de toute origine.

81L’appel à la concurrence fait que, à l’heure actuelle, les contrats sont généralement passés à des prix qui laissent peu de marge aux entreprises : on assiste même à des opérations de « dumping » qui ne sont pas seulement le fait de sociétés orientales, mais se produisent entre partenaires du marché commun ; les faillites se succèdent depuis 1979. L’Arabie Saoudite a donc su profiter de la récession qui sévit dans le monde occidental pour développer ses investissements aux coûts les plus bas.

B – Réduire les dépenses d’investissement du gouvernement pour supprimer l’excès de demande

82A partir de la deuxième année fiscale du deuxième plan de développement (1976-1977), et pendant trois ans, le budget d’investissement fut maintenu constant. Mais cette contrainte globale n’affectait que certains secteurs qui étaient capables d’engager tout leur budget : seulement 30 °o du budget fut utilisé en 1976-1977 ; de nombreux projets considérés comme non essentiels furent repoussés à plus tard.

83L’accent fut mis d’abord sur les infrastructures de transport, puis sur les écoles et l’aide à la construction de logements.

84Les secteurs productifs ont été relativement délaissés au début du Plan, sauf l’aide à la production de matériaux de construction.

85Le résultat fut un contrôle de l’inflation qui s’élève depuis 1977 à quelques pourcents par an.

2.3. Le problème des étrangers3

  • 3 Pour une présentation générale du problème des émigrés dans les pays producteurs de pétrole de la p (...)

86Il n’est pas nouveau, puisque l’Arabie a depuis longtemps utilisé des étrangers pour effectuer des tâches serviles, des travaux de construction et même des travaux agricoles. Avant 1974, il s’agissait surtout de Yéménites dans l’ensemble du pays, de travailleurs des Émirats et d’Oman dans la région Est, d’Érythréens et de Soudanais sur la mer Rouge. Les tâches plus spécialisées utilisaient les services d’Égyptiens, de Libanais, de Syriens et d’Iraquiens.

87Un certain état d’équilibre existait pour plusieurs raisons : il s’agissait d’immigrants arabes ou du moins islamisés. La demande de travail était supérieure à l’offre, ce qui mettait les immigrants chercheurs d’emploi dans une situation de dépendance vis-à-vis des Saoudiens.

88La situation se renversa à partir de 1975 avec une offre d’emploi soudain supérieure à la demande. Le Yéménite devint roi, mais en travaillant dur, en exerçant plusieurs emplois simultanément, souvent plus de douze heures par jour, même le vendredi. Les salaires atteignirent rapidement des sommes importantes et furent multipliés par 6 ou 7 en un an. Même des chauffeurs et cuisiniers de ministres furent débauchés par des sociétés occidentales nouvellement arrivées.

89Devant ce déficit de main-d’œuvre non seulement quantitatif, mais aussi qualitatif, car les Yéménites ou même les Égyptiens ne pouvaient pas exécuter les tâches techniques nouvellement requises pour l’industrialisation des chantiers, le gouvernement saoudien se tourna, comme nous l’avons vu, vers les Pakistanais, puis vers les Sud-Coréens.

90Le nombre d’hommes étrangers devint de trois à quatre fois supérieur à celui des femmes. La physionomie des rues changea énormément en deux ans et les Saoudiens se trouvèrent souvent « dilués » dans la masse des étrangers.

91Cette situation était très préoccupante pour la stabilité sociale et le contrôle de l’économie. Avec l’inflation, ce fut un des arguments majeurs pour freiner les dépenses publiques d’investissement à partir de 1976-1977.

92De nombreuses mesures furent prises alternativement, certaines destinées à protéger l’emploi saoudien, d’autres au contraire conduisant à une désaoudisation.

93Durant un certain temps par exemple, les rapports avec les services de l’immigration (demandes de visas) ne purent être effectués que par des Saoudiens. Cette mesure fut abolie plus tard car elle conduisit à des abus de la part de certains Saoudiens et à des situations ridicules ; tout le travail de demande de visa et du « suivi » était exécuté par des étrangers, le Saoudien n’intervenant que pour déposer le passeport au guichet.

94D’autres mesures concernent la réduction du nombre d’étrangers non productifs, c’est-à-dire des femmes et des enfants : des rappels à l’ordre apparaissent périodiquement dans la presse sur la tenue des femmes non saoudiennes dans la rue ; cela s’ajoute à l’interdiction pour une femme de prendre un emploi et de conduire une voiture.

95Interdiction est faite aux étrangers de faire venir leurs familles s’ils n’occupent pas un poste important, soit d’expert technique, soit de direction. Cette interdiction a plusieurs conséquences :

    • réduire encore le nombre des femmes étrangères qui offrent généralement aux femmes saoudiennes un mauvais exemple d’indépendance vis-à-vis de l’homme, de tenue, etc. ;

    • limiter le nombre d’enfants d’âge scolaire résidant en Arabie et limiter le besoin d’écoles étrangères, non islamiques ;

    • atténuer la crise du logement et diminuer la demande de biens de consommation et de services publics souvent subventionnés.

96Fait notable, les représentants religieux ont manifesté leur désapprobation à cette mesure en déclarant dans la presse que la dislocation des familles de travailleurs étrangers était contraire à l’Islam et constituait une source de souffrance inutile et de perversion.

97Une autre mesure encore tend à limiter les contacts entre communautés : c’est l’obligation, pour les entreprises ayant plus de 50 employés ou un contrat de plus de 100 millions de riyals, de construire des logements pour leurs employés. Si cette mesure est principalement destinée à atténuer la crise du logement, elle conduit aussi à construire des ensembles de logements, généralement en dehors des villes, là où le terrain est disponible à un prix abordable. Elle aboutit à « parquer » les étrangers et à réduire leurs contacts avec la population saoudienne.

SECTION 3 – LES ORIENTATIONS NOUVELLES A L’AUBE DU TROISIÈME PLAN QUINQUENNAL

98Le troisième plan quinquennal de développement est en préparation. Si son contenu exact n’est pas connu, par contre les grandes lignes en ont été exposées dans la presse dès le début de 1979. Il va marquer pour l’économie de l’Arabie Saoudite un nouveau tournant, qui repose sur deux éléments :

    • les résultats exceptionnels obtenus pendant le deuxième plan pour la construction d’infrastructures de service et de production ;

    • l’expérience acquise dans la gestion d’une économie moderne, qui permet de réajuster le tir.

3.1. Le passage à l’ère de production industrielle

  • 4 Déclaration du ministre de l’industrie en février 1979.

99Le ministre de l’industrie déclarait en février 1979 : « Le revenu du pétrole n’est pas une richesse réelle, mais seulement une richesse de papier ; la vraie richesse se trouve dans l’industrialisation »4.

100Le lancement des projets d’industrie lourde au début du deuxième plan était un véritable pari qui pouvait faire sourire vu ses trois caractéristiques :

    • Premièrement, il s’appuyait sur la théorie, communément admise en matière de développement économique, qu’il faut essayer d’augmenter la valeur ajoutée des ressources nationales avant de les exporter. Cette théorie suppose que le facteur de production « main-d’œuvre » est pléthorique localement, ce qui n’est pas le cas ici.

    • Deuxièmement, le pari était soutenu par le besoin de réaliser rapidement des investissements coûteux en Arabie Saoudite. On sait que la liste des projets rapidement accumulés dans le deuxième plan entraînait pour leur exécution une valeur ajoutée par la main-d’œuvre, trois fois supérieure à celle produite par la main-d’œuvre prévue dans un autre chapitre du plan. Il ne s’agissait pas d’une erreur d’économiste mais bien d’une preuve de bonne volonté vis-à-vis de l’Occident : recycler le maximum de pétrodollars dans le pays.

    • Troisièmement, l’Arabie Saoudite arrivait tard par rapport à l’Iran, au Kuwait, aux Émirats du Golfe dans cette expérience d’industrie lourde à base énergétique ; on voyait déjà des projets similaires fonctionner à moitié de leur capacité dans le Golfe.

101Quatre années plus tard, on doit convenir que l’Arabie Saoudite s’organise au mieux pour tenir le pari :

102En ce qui concerne la commercialisation de sa production, le ministre du plan déclare, pour la première fois officiellement en août 1979, que les pays producteurs de pétrole de la péninsule arabique ont décidé de lier les ventes de produits énergétiques à celles de produits pétrochimiques.

103En ce qui concerne l’accès à la technologie occidentale pour la production industrielle, les pays du Golfe se préparent à lier la réduction des coûts de « transfert de technologie » aux ventes de pétrole.

104L’industrie de transformation est une industrie contrôlée par l’initiative privée et orientée vers la substitution de certaines productions nationales aux importations.

105Pendant le deuxième plan, on a surtout assisté au développement de l’industrie des matériaux de construction de base, parpaings en ciment, portes et fenêtres.

106Les industries de produits de consommation des ménages ont eu beaucoup de mal à s’implanter face à la concurrence des importations. Cependant pour les années à venir la rentabilité économique devra apparaître.

  • 5 Déclaration du ministre de l’industrie en février 1979.

107« Le but de l’Arabie Saoudite est de créer un secteur industriel privé dynamique. (Elle) n’a pas l’intention d’établir des industries malades, défigurées et paralysées qu’il faudra porter à bout de bras tout au long de leur existence »5.

3.2. Création d’une main-d’œuvre nationale

  • 6 Déclaration du ministre de l’industrie en février 1979.

108C’est la pierre d’achoppement de la politique d’industrialisation. « La formation de main-d’œuvre constituait une stratégie importante dans le second plan, mais depuis quelque temps, il court un sentiment d’insatisfaction pour ce qui est des résultats »6.

  • 7 Déclaration du ministre du plan à la revue Saudi Business, 10.8.1979.
  • 8 Déclaration du ministre du plan à la revue Saudi Business, 10.8.1979.
  • 9 Déclaration du ministre du plan à la revue Saudi Business, 10.8.1979.

109Une nouvelle approche de l’éducation doit être mise en œuvre et un sentiment de responsabilité nationale doit être développé parmi la population : « Le remplacement d’un étranger par un Saoudien doit être un but national pour chaque citoyen »7. Pour cela, une plus grande part du travail de formation sera déléguée aux entreprises, avec l’aide du gouvernement si besoin : « La formation sur le tas va constituer une partie importante de notre développement »8. Ensuite, l’éducation supérieure doit être réservée à ceux qui en ont les capacités intellectuelles et non à tout individu parce qu’elle est gratuite : « Je pense qu’une société qui donne une place spéciale à un titre, tel un doctorat, s’aventure dans une direction dangereuse »9.

PHOTOS 42, 43 et 44. – Aspects quotidiens de l’Arabie Saoudite.

En haut, école comme on en voit partout dans le royaume. Au milieu, centre de protection civile (pompiers notamment). En bas, modernisation du réseau routier : après les grands axes, de belles routes desserviront bientôt les moindres localités (Photos et légende : Paul Bonnenfant).

  • 10 Déclaration du ministre du plan à la revue Saudi Business, 10.8.1979.

110L’exemple de la compagnie aérienne Saudia et d’une manufacture d’armes prouve qu’il est possible d’avoir une majorité de Saoudiens dans l’emploi. « Ces deux exemples montrent clairement que l’on peut remplacer les étrangers dans tous les domaines..., je pense que c’est seulement un problème de temps »10.

111Ce sera, en effet, un problème de temps, et le troisième plan verra encore le nombre des étrangers augmenter. Une étude de la Banque mondiale (dont la mission permanente en Arabie étudie les problèmes de main-d’œuvre depuis au moins cinq ans) montre, en effet, que la demande en personnel technique et scientifique étranger doublera dans les cinq prochaines années.

112L’interdiction quasi totale pour une femme de prendre un emploi (sauf dans l’éducation des filles et la santé) est de toute façon une contrainte insurmontable s’opposant au remplacement des étrangers. En effet, le taux d’activité des Saoudiens tourne autour de 20 % (nombre de personnes employées par rapport à la population) ; or pour faire fonctionner une économie industrielle et de service telle que nous la connaissons en Occident, il faut un taux d’activité de 35 à 40 %. On ne voit donc guère comment on peut remplacer les étrangers seulement par la formation des hommes saoudiens. Cependant, une timide apparition des femmes dans les affaires s’est produite à Riyadh avec la création d’une banque pour femmes gérée par des femmes. C’est une ouverture possible : ateliers de femmes, bureaux de femmes, etc.

3.3. Faire de l’Arabie la plaque tournante du Moyen-Orient

113Cette idée, qui faisait sourire en 1975, prend corps d’autant plus rapidement que le vide laissé par Beyrouth se prolonge.

114En deux ans, des hôtels sont sortis de terre un peu partout dans les grandes villes. La saturation de la capacité hôtelière, qui a sévi depuis 1975, s’estompe.

115La compagnie aérienne Saudia offre des vols directs journaliers vers les villes du Moyen-Orient et de l’Europe. De nombreuses compagnies étrangères volent vers Jedda et Dhahrân en attendant l’ouverture du nouvel aéroport international de Riyadh vers 1983-84.

116Les télécommunications entre les grandes villes de l’Arabie et le reste du monde s’améliorent de jour en jour grâce aux satellites et à la commutation électronique. D’ici 1983, la densité de téléphone par habitant sera l’une des plus fortes du monde.

117Trois universités de taille colossale sont en construction : elles offriront une capacité de recherche importante et des places pour les étudiants étrangers.

118De nombreuses rencontres d’hommes d’État étrangers ont lieu à Riyadh ; celles-ci ne sont pas étrangères à la présence de banques de développement internationales ou saoudiennes telles le Fonds d’investissement arabe et le Fonds d’investissement saoudien.

119L’Arabie est l’un des pays qui dépense le plus pour la recherche sur l’énergie solaire, et plusieurs expériences sont conduites à l’heure actuelle sur son sol, par différents pays (U.S.A., Canada, France, etc.).

120Grâce à son surplus budgétaire, l’Arabie peut donc se permettre de financer des travaux de recherche fondamentale et acquérir ainsi une maîtrise des technologies qui intéressent son développement.

3.4. Poursuivre les projets d’infrastructure engagés au cours du deuxième plan en mettant un frein aux projets de prestige

121Les premiers jours du deuxième plan virent la naissance d’un certain nombre d’études préliminaires de projets grandioses, comme une cité des sports olympiques avec un stade de 100 000 places, couvert et climatisé, ou un parc d’amusement de type Disneyland. Ces projets, suggérés pour la plupart par des bureaux d’études ou entreprises étrangères, eurent des sorts variables : l’économie étant bloquée dès 1975 par les projets indispensables d’infrastructure, il était normal de renvoyer le superflu à plus tard. La cité des sports de Riyadh fut arrêtée après avoir dépensé un milliard de francs pour la construction d’une piscine et de diverses infrastructures.

122On peut aussi ranger dans ce type de projet les universités gigantesques, le nouvel aéroport de Riyadh, les hôpitaux dernier cri pour lesquels on ne peut pas trouver de personnel d’exploitation, et d’autres projets qui ont été repoussés dans le temps ou bien réduits dans leur étendue pour l’instant.

123Le troisième plan mettra donc l’accent sur les équipements intéressant la population dans son ensemble, tels que la rénovation urbaine, les réseaux d’eau, d’égoûts, d’électricité, et sur ceux qui auront un impact sur la capacité de production du pays.

124Ce volant de projets à caractère social représente un montant énorme de travaux et occupera encore une bonne partie du troisième plan. Ce dernier sera donc encore, qu’on le veuille ou non, un plan de développement des infrastructures.

  • 11 Déclaration du ministre de l’information en février 1979, lors d’un Conseil des ministres.

125En conclusion, l’Arabie a dû atteindre sa maturité très rapidement, en trois ou quatre ans, condition sine qua non à sa survie dans un monde rempli de convoitise pour ses ressources. « Nous allons passer une époque qui demande du contrôle de soi, de la sagesse, du jugement et un dialogue honnête et construc-tif »11.

CONCLUSION

126Grâce aux ressources de la civilisation industrielle qui s’essouffle, l’Arabie Saoudite se lance tête baissée dans la grande aventure que l’Occident a vécue depuis le dix-neuvième siècle : plongée brutale dans le matérialisme et opposition radicale avec les valeurs spirituelles austères héritées du passé. Peu résistent aux tentations qui s’offrent, et les scènes de débauche sont joyeusement rapportées par la presse occidentale. En effet, tout semble permis aux nantis : la relation entre l’effort de production et la jouissance des biens matériels n’est pas encore perçue clairement. L’excès d’abondance n’est peut-être guère plus souhaitable que son absence. Un des objectifs majeurs du troisième plan sera bien de provoquer cette prise de conscience dans la population et d’éviter les écueils d’une société « d’assistés ». Il faudra aussi faire face à l’envers de la civilisation technologique : les accidents de la route tuent ; les maladies de « civilisation » dues aux excès de bonne chère remplacent progressivement les maladies dues à la malnutrition et au manque d’hygiène. La création d’hôpitaux ultra-modernes n’y apporte qu’une compensation partielle.

127Le choc technologique subi par les populations autochtones a provoqué un gaspillage d’équipement impressionnant et a tourné en ridicule l’art de l’ingénieur et les méthodes de travail élaborées avec tant de passion en Occident. Mais il n’est plus temps de laisser parler le technicien, vendre à tout prix est devenu une nécessité pour faire tourner les usines du monde industriel où il ne s’agit plus d’augmenter le niveau de vie, mais simplement de conserver le maximum de personnes dans l’emploi.

128Il y a cependant des aspects plus positifs : en faisant éclater un peu avant l’heure la crise de surproduction des sociétés industrielles, l’Arabie Saoudite ne nous a-t-elle pas obligé à faire face, peut-être à temps, à un futur que nous voulions ignorer ? Sa demande actuelle de biens et de services occidentaux ne nous permet-elle pas d’éviter la crise immédiate, et ne nous donne-t-elle pas le temps de nous retourner ? L’Arabie nous demande avec insistance de faire des économies d’énergie, qui, dans le long terme, n’ont pas un caractère de restriction, mais représentent plutôt une réduction du gaspillage mondial des ressources non renouvelables. En tournant en ridicule notre technologie et ses apôtres, l’Arabie ne nous rappelle-t-elle pas que la révolution industrielle devait libérer l’homme et non l’asservir ?

129En sacrifiant, qu’elle le veuille ou non, ses valeurs spirituelles sur l’autel du matérialisme, l’Arabie ne nous fait-elle pas prendre conscience du problème philosophique auquel nous pourrions bien avoir à faire face ?

130Janvier 1980

Notes

1 Le troisième plan quinquennal n’était pas encore publié quand fut écrit cet article.

2 Pour plus de détails, se reporter à la contribution de Paul Bonnenfant : La capitale saoudienne, Riyadh.

3 Pour une présentation générale du problème des émigrés dans les pays producteurs de pétrole de la péninsule, voir la contribution de Serge de Klebnikoff, tome I, pp. 191-218.

4 Déclaration du ministre de l’industrie en février 1979.

5 Déclaration du ministre de l’industrie en février 1979.

6 Déclaration du ministre de l’industrie en février 1979.

7 Déclaration du ministre du plan à la revue Saudi Business, 10.8.1979.

8 Déclaration du ministre du plan à la revue Saudi Business, 10.8.1979.

9 Déclaration du ministre du plan à la revue Saudi Business, 10.8.1979.

10 Déclaration du ministre du plan à la revue Saudi Business, 10.8.1979.

11 Déclaration du ministre de l’information en février 1979, lors d’un Conseil des ministres.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540