Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Quatrieme partie : le royaume d'Arabie Saoudite

Le royaume d’Arabie Saoudite

Lucien Champenois et Jean-Louis Soulié

Texte intégral

  • 1 Cf. au tome I de cet ouvrage, la « Présentation géo-politique de la péninsule Arabique » de Pierre (...)

1Le royaume d’Arabie Saoudite est une création surprenante. Les contributions de Pierre Marthelot et de Pierre Rondot ont précisé le cadre géopolitique et les circonstances historiques qui virent naître le « premier Etat saoudien » à la fin du xviiie siècle et au début du xixe1.

2Un royaume théocratique et centralisé couvrant l’ensemble du Najd fut créé. La lutte fut ensuite étendue à l’Iraq où Karbalâ’, ville sainte du shiisme, fut saccagée en 1802. L’année suivante, La Mekke, et en 1804, Médine durent accepter l’autorité des Âl Saoud. C’est alors qu’Istanbul fit intervenir son vassal Muhammad ‘Alî, pacha d’Égypte. Une série de dures campagnes aboutit, en 1818, à la prise et à la destruction de Dir ‘iyya, centre où s’était nouée l’alliance des Âl Saoud et des ‘Abd al-Wahhâb. Ces derniers n’en continuèrent pas moins, durant tout le xixe siècle, à animer la résistance du Najd contre les tentatives d’hégémonie égyptiennes et ottomanes. En 1891 toutefois, la situation devint désespérée. L’imâm ‘Abd ar-Rahmân, dernier héritier des Âl Saoud dut se réfugier au Kuwait avec les siens. Parmi eux se trouvait son jeune fils, ‘Abd al-’Azîz. Cet authentique prince arabe devait, au prix d’une épopée romanesque, entrer dans la légende.

  • 2 La danse du sabre (1902) qui en fut l’occasion est entrée dans l’histoire grâce aux nombreuses rela (...)
  • 3 Voir la carte d’Arabie Saoudite à la page 569.

3Parti de Kuwait en 1902, ‘Abd al-’Azîz ibn ‘Abd ar-Rahmân ibn Sa’ûd ou Ibn Saoud, décidait de rétablir l’autorité de ses ancêtres sur « les terres usurpées » par la Sublime Porte. Il avait alors vingt-deux ans. D’une allure altière et d’une imposante stature, il ralliait en peu de de temps tout ce que le Najd et le Rub ‘al-Khâlî comptaient d’hommes en état de porter les armes. L’appel à la guerre fut lancé à Jabrîn2. Ayant repris Riyadh, capitale du Najd, il investissait rapidement cette province dont il se faisait proclamer le chef en 1906, son père ayant, en raison de son âge, décliné cet honneur. Les Turcs devaient ensuite lui céder le Hasâ en 1913. Deux ans après, entrant dans le lacis des intrigues britanniques, Lawrence soutenant les Hâshimites au Sud, Philby les Âl Saoud au Nord, il obtenait de la Grande-Bretagne la reconnaissance de sa qualité de gouverneur du Najd, du Hasâ, de Qatîf et de Jubayl. En 1920, il s’emparait d’Abhâ, capitale de l’Asîr. L’année suivante, il investissait le Jabal Shammar3.

  • 4 Détenteurs légitimes du pouvoir temporel et spirituel, habilités « à nouer et à dénouer ».

4Sur son flanc occidental n’en demeurait pas moins un de ses plus redoutables adversaires, le sharîf Husayn de la dynastie des Hâshimites. Ce descendant du Prophète, ayant commis l’imprudence en 1924 de se faire proclamer Calife, fonction abolie par Mustapha Kemal, ‘Abd al-’Azîz décidait de porter les armes contre lui pour « usurpation de titre », après avoir fait admettre la légitimité de son action par les ‘Ulû al-amr ou ahl al-’aqd wa l-hall4. Le 23 décembre 1925, les hâshimites capitulaient. ‘Abd al-’Azîz se faisait proclamer roi du Hijâz le 8 janvier 1926, et en confiait la vice-royauté au cadet de ses fils, l’émir Faysal. Une constitution était créée pour ce royaume particulier, le 31 août 1926. Le 29 janvier 1927, il l’unissait au Najd et prenait le titre de « roi du Hijâz, du Najd et de ses dépendances ». Cinq ans plus tard, le 18 septembre 1932, il se faisait proclamer roi d’une Arabie Saoudite dont les limites territoriales devaient s’élargir, lors du traité de Tâ’if, le 23 mai 1934, par l’annexion de la province de l’Asîr, en bordure de la mer Rouge.

5A sa mort en 1953, ‘Abd al-’Azîz ibn ‘Abd ar-Rahmân ibn Sa’ûd laissait à la gestion de ses frères un royaume dont la superficie était trois fois plus grande que celle de la France. Charnière entre l’Afrique et l’Asie, bordé au nord par l’Irak et la Jordanie, à l’ouest par la mer Rouge, au sud par le Yémen, il confinait par le Rub’ al-Khâlî à l’Hadramawt, Masqat et Oman. Jalonné à l’est par la Côte de la Trêve, le Qatar, le Golfe et le Kuwait, seules ses provinces occidentales, l’Asîr et le Hijâz, et les oasis du Najd et du Hasâ offraient quelques possibilités de culture et de mise en valeur. Partout ailleurs, ce n’était qu’une vaste étendue désertique, coupée de regs, d’ergs et de hamadas pierreuses avec des piémonts argileux, émaillés d’une très maigre végétation. Mais dans la partie orientale, la province du Hasâ laissait déjà entrevoir, grâce au pétrole, un grand essor. De fait, l’importance de la métamorphose intervenue depuis, sous les règnes des rois Sa’ûd, Faysal et Khâlid, est considérable. Elle est même par certains aspects inquiétante tant est grand en matière politique, le décalage entre les aspirations qu’elle suscite et la faible évolution qu’elle entraîne.

PREMIÈRE PARTIE : LE RÉGIME ET SES INSTITUTIONS

6Le royaume des Âl Saoud est le seul pays arabe où le fonctionnement des institutions traditionnelles n’a pas été faussé par l’intervention d’une domination étrangère. Une novation n’y est concevable que si elle est compatible avec l’Islam, la source de sa légitimité. Le roi Faysal ne manquait pas d’ailleurs de faire remarquer à qui l’interrogeait sur l’élaboration éventuelle d’une constitution, que le royaume en possédait déjà une : le Coran. Par voie de conséquence, le détenteur du pouvoir exécutif, qu’il soit calife, sultan, roi ou émir, ne saurait avoir d’autre rôle que d’en assurer l’application. Il édicte tous les textes, nizâm, qui assurent le fonctionnement de l’Etat. C’est par certains aspects le gouvernement d’un seul. Le régime qui découle de cette conception est atténué, dans son caractère absolutiste, par l’intervention, dans les crises politiques et autres graves circonstances, de l’assemblée des ‘Ulû al-amr ou détenteurs de l’autorité. Selon le wahhâbisme, ces derniers, que le Coran assigne pour guides aux croyants et envers lesquels il prescrit l’obéissance, comprennent les deux classes des émirs (chefs temporels) et des ‘ulamâ’ (chefs religieux). Ils jouissent d’une sorte de délégation tacite qui les habilite à prendre des décisions au nom de la communauté pouvant aller jusqu’à la déposition du souverain. Cette dyarchie a été en Arabie, un facteur de stabilité intérieure.

7Le Coran recommandant au chef investi d’élargir la pratique des consultations des croyants sur les affaires importantes (Sourate III, verset 159, « consulte-les dans les affaires importantes »), le roi ‘Abd al-’Azîz réunissait périodiquement des assemblées de notables, soit dans sa capitale, soit lors de déplacements en province. Il se plaisait, à cette occasion, à céder son trône ou ce qui en tenait lieu à un chef de tribu symboliquement élevé par ce geste au rang de souverain, pour marquer le caractère égalitaire de la monarchie. Cette forme de consultation a été maintenue. Elle permet à la dynastie de garder le contact avec son peuple, de même que les traditionnelles audiences publiques au cours desquelles tout citoyen peut soumettre ses doléances au Roi ou aux gouverneurs de province. Elle ne limite aucunement le pouvoir de décision du souverain à qui, d’ailleurs, l’acceptation d’un arbitrage est interdite. On se souvient, à cet égard, de ce qu’il advint en Islam, lorsque le calife ‘Alî dérogea à cet impératif coranique.

8C’est autour de cette ossature gouvernementale sommaire que le roi ‘Abd al-’Azîz, bien que répugnant à le faire, ébaucha la mise en place des rouages gouvernementaux et administratifs qui devaient insensiblement conduire le royaume des Âl Saoud vers le royaume d’Arabie Saoudite.

a) La création d’un Exécutif

  • 5 Le transfert à Riyadh du ministère des affaires étrangères et du corps diplomatique doit être réali (...)
  • 6 Il comprend actuellement les trois princes les plus influents de la famille royale, Fahad, Abd Allâ (...)

9Pour l’assister dans son action, le souverain avait, dès les années quarante, organisé des directions ministérielles chargées d’assurer sous son contrôle la gestion complète des nouvelles tâches que lui assignaient les temps modernes. Il faisait procéder en même temps, à Riyadh, capitale élaborée en plein cœur du Najd, à la construction de bâtiments publics destinés à recevoir ses collaborateurs. Le moment venu, ces derniers furent installés dans leurs nouveaux bureaux cependant que leurs directions étaient érigées en ministères. Seul le département des affaires étrangères demeura à Jedda, sur la mer Rouge, façade ouverte sur l’extérieur où débarquent annuellement des dizaines de milliers de pélerins venus de toutes les régions du monde musulman et où sont groupées les missions diplomatiques5. Une unité nationale était donnée au Royaume par la fusion des diverses provinces qui en constituaient l’élément territorial. Par voie de conséquence, la constitution du royaume du Hijâz, promulguée en 1927, devenait caduque. Elle n’avait d’ailleurs jamais dépassé le cadre des principes. L’acte qui devait y conduire fut l’institution par le Souverain, le 9 octobre 1953, et parallèle-ment au conseil privé de la Couronne6, d’un Conseil des ministres dont la présidence fut confiée au prince héritier. Le conseil ainsi créé (Nizâm majlis al-wuzarâ’) ne devait toutefois se réunir pour la première fois que le 7 mars 1954, après sa mort, sous le règne du roi Saoud. Une grande solennité était donnée à l’événement. L’Arabie Saoudite tournait une page de son histoire.

  • 7 Le Souverain conservait en fait pour seule prérogative le droit de rejeter les textes législatifs d (...)

10Il fallut cependant attendre 1958 pour que cette novation prît force et autorité. Le mérite en revint à l’émir Faysal, investi des pleins pouvoirs par un décret du 22 mars de la même année, à la suite d’une accusation grave portée contre le Souverain. Prince héritier et président du Conseil, Faysal, qui a si profondément marqué la vie de son pays, fit preuve, à cette occasion, d’un sens aigu de la chose publique. Il introduisit dans le cabinet ministériel quelques éléments choisis hors de la famille royale pour souligner sa volonté de changement, dota le Conseil des ministres d’un statut (4 mai 1958), établit un budget équilibré en recettes et en dépenses, créa un contrôle des changes et un système de contingentement des importations. Il ordonna la publication des décrets au journal officiel ou à ce qui en tient lieu (Umm al-Qurâ) et affirma l’autorité des lois. En vertu du règlement du Conseil, les ministres chargés « de diriger la politique intérieure et extérieure de l’État, d’établir et d’approuver le budget annuel ainsi que les traités » n’étaient responsables que devant lui. Cette disposition répondait au souci d’éviter toute interférence du Souverain7. Elle fut d’ailleurs remplacée, le 18 novembre 1965, par une clause permettant à l’émir Faysal, devenu roi, de prendre directement en charge la présidence du Conseil. Entretemps, une déclaration du nouveau souverain, faite alors qu’il n’était que président du Conseil, avait ainsi défini, le 6 novembre 1962, les grandes lignes du programme de son gouvernement :

  • Élaboration d’une charte organique ;

  • Réforme du conseil consultatif ;

  • Réorganisation du territoire ;

  • Création d’un ministère de la justice et d’une législation ouvrière ;

  • Abolition de l’esclavage ;

  • Équipement rapide du Royaume.

  • 1 Voir les contributions de Serge de Klebnikoff et de Jon Swanson sur le problème des migrations dans (...)

11Tous ces projets, à l’exception des deux premiers, ont été scrupuleusement réalisés. Ils furent assortis d’importantes mesures sociales : développement et gratuité de l’enseignement et des soins, élaboration d’un enseignement supérieur constitué par les universités pluridisciplinaires de Riyadh et Jedda, amélioration de la condition féminine, scolarisation des filles (fait révolutionnaire), établissement d’une « sécurité sociale » et d’une protection des ouvriers. L’ampleur des travaux entrepris (construction de plus de 13 000 km de routes asphaltées, de ports et de terrains d’aviation, automatisation du réseau téléphonique, développement de villes modernes, construction de barrages, forages de puits, installation d’usines de dessalement et de la télévision en couleur) provoqua une migration vers l’Arabie de travailleurs étrangers, musulmans ou chrétiens, en raison des hauts salaires pratiqués par rapport à ceux de leurs pays d’origine1.

Carte 18. – Le royaume d’Arabie Saoudite.

b) L’organisation administrative

12Prévue par la déclaration du 6 novembre 1962, dans le cadre d’une « réorganisation du territoire », elle revêt une importance primordiale, sa réalisation constituant un préalable aux réformes politiques envisagées par l’émir Faysal (assassiné en 1975) et reprises à son compte par le roi Khâlid dans son discours d’investiture du 23 mars de la même année. Ces réformes, constamment différées en raison des risques qu’elles comportent pour la stabilité du royaume, ont repris de leur actualité sous le coup du traité de paix entre l’Égypte et Israël et des événements survenus en Iran. Les discussions qu’elles suscitent se déroulent dans un climat de tension où s’affrontent discrètement les partisans d’un réalisme international et les tenants de la primauté des intérêts de l’Islam, les premiers étant représentés pour l’essentiel par le président du Conseil, Fahd, et ses frères germains, les seconds par le chef de la garde nationale, ‘Abd Allâh, soutenu par le souverain. Mais elles demeurent à l’ordre du jour. Le principal objet en est le décret royal du 9 octobre 1963, promulgué pour la mise en vigueur d’un « statut des provinces » (nizâm al-muqâta’ât), base de l’édifice constitutionnel projeté. Ce texte doit notamment faire disparaître une gestion empirique de grands ensembles territoriaux, dénommés émirats (gouvernorats), révélant la survivance de particularismes, de privilèges et de cloisonnements entre l’homme de la cité et l’homme du désert. A cette fin, de nouvelles divisions territoriales devraient venir s’ajouter aux quatre grandes provinces traditionnelles (le Hasâ’, le Najd, le Hijâz et l’Asîr) qui constituent l’ossature du Royaume. Actuellement confiées à des gouverneurs nommés en conseil des ministres sur proposition du ministère de l’intérieur, elles seraient divisées en zones, mintaqa, et subdivisées en districts, markaz. Des conseils de province, présidés par les gouverneurs, recevraient pour compétence un droit de regard sur les programmes de développement et la répartition des revenus locaux. Chaque ministre serait tenu de les consulter avant l’exécution de tout projet relevant de son autorité. Selon différentes informations et notamment d’après la revue semestrielle éditée par l’association France-Arabie Saoudite (n° 6 de janvier 1979), ces réformes seraient désormais accomplies. Une cinquième province, celle de Najrân, aurait même été créée aux confins du Rub’ al-Khâli. Il s’agirait en vérité, en raison de l’importance stratégique que revêt cette fenêtre ouverte sur les deux Yémen, de l’organisation d’un commandement militaire ne constituant en rien une nouveauté dans l’organisation administrative du Royaume.

COMPOSITION DU GOUVERNEMENT DU ROYAUME D’ARABIE SAOUDITE (1981)

13Le Roi Khâlid est président du Conseil des ministres.

14Prince Fahd ibn ‘Abd al-’Azîz Prince héritier, premier vice-président du Conseil des ministres

15Prince ‘Abdallâh ibn ‘Abd al-’Azîz Deuxième vice-président du Conseil des ministres et commandant de la garde nationale

16Prince Sultan ibn ‘Abd al-’Azîz Ministre de la défense et de l’aviation

17Prince Mut’ib ibn ‘Abd al-’Azîz Ministre des travaux publics et de l’habitat

18Prince Nâ’if ibn ‘Abd al-’Azîz Ministre de l’intérieur

19Prince Mut’ib ibn ‘Abd al-’Azîz (par interim) Ministre des affaires municipales et rurales

20Prince Sa’ûd ibn Faysal ibn ‘Abd al-’Azîz Ministre des affaires étrangères

21Shaykh Hasan ibn ‘Abdallâh Âl ash-Shaykh Ministre de l’enseignement supérieur

22Shaykh Muhammad Abâ al-Khayl Ministre des finances et de l’économie nationale

23Shaykh Ahmad Zâkî Yamanî Ministre du pétrole et des rssources minérales

24Shaykh Ibrâhîm ibn Muhammad Âl ash-Shaykh Ministre de la justice

25Shaykh Husayn al-Mansûrî Ministre des communications

26Docteur ‘Abd al-’Azîz ‘Abdallâh al-Khuwaytar Ministre de l’éducation

27Shaykh Ibrâhîm ibn ‘Abdallâh Al-Anqarî Ministre du travail et des affaires sociales

28Shaykh Hishâm Nâzir Ministre du plan

29Shaykh ‘Abd al-Wahhâb Ahmad ‘Abd al-Wasî’ Ministre du pèlerinage et des biens religieux

30Shaykh ‘Abd ar-Rahmân ibn ‘Abd al-’Azîz ibn Hasan Âl ash-Shaykh Ministre de l’agriculture et de l’eau

31Docteur Muhammad ‘Abduh Yamanî Ministre de l’information

32Docteur Husayn Âl ‘Abd ar-Razzâq al-Jazâ’irî Ministre de la santé

33Docteur Sulaymân Âl Sulaym Ministre du commerce

34Docteur ‘Alawî Darwîsh Kayyâl Ministre des postes, télégraphes et téléphones

35Docteur Ghâzî Abd ar-Rahmân al-Qusaybî Ministre de l’industrie et de l’électricité

36Shaykh Muhammad Ibrâhîm Mas’ûd Ministre d’Etat et membre du Conseil des ministres

37Docteur ‘Abdallâh Muhammad Âl Amrân Ministre d’Etat et membre du Conseil des ministres

38Docteur Muhammad ‘Abd al-Malik Âl Mulham Ministre d’Etat et membre du Conseil des ministres

39Aux sources de renseignements les plus sûres, une ambiguïté demeure cependant sur la réalité de la situation. Il est difficile notamment de distinguer ce qui existe en droit de ce qui existe en fait. Les premiers pas accomplis vers une refonte fondamentale des structures internes de l’Arabie Saoudite sont caractérisés par une extrême prudence. Tendant essentiellement à mieux associer l’élite à la gestion des affaires locales ou régionales, la « charte organique » qui devrait en être l’occasion continue à faire peu de place à la conception occidentale de la souveraineté populaire s’exprimant par le suffrage universel. Les échecs écono-miques et les remous internes provoqués par l’instauration de démocraties parlementaires dans divers pays du Proche-Orient et de ses prolongements asiatiques n’incitent pas, il est vrai, les Âl Saoud à déclencher un processus brutal d’évolution dont ils pourraient perdre le contrôle. De petites querelles de palais n’en naissent pas moins sous la pression d’éléments extérieurs favorables à une libéralisation du régime. Elles demeurent dominées pour l’instant par la farouche détermination du souverain et du chef de la garde nationale de préserver la prééminence de l’autorité des tribus sur les hommes de la cité, à leur sens condition de la survie du Royaume. Tous les membres de la dynastie au pouvoir semblent d’ailleurs admettre, en dépit de leurs divergences, que leur ambition doit actuellement se limiter à la recherche d’une nouvelle forme de relations entre « gouvernants et gouvernés » ne mettant pas fondamentalement en cause les modes traditionnels à travers lesquels s’exprime aujourd’hui le consensus de la société qu’ils dirigent. En attendant une plus vaste entreprise, ils poursuivent la mise en place d’un corps de fonctionnaires composé pour l’essentiel d’héritiers de familles enrichies par le commerce ou occupant depuis des générations des fonctions religieuses ou juridiques. Si cette source de recrutement est la principale, elle n’est pas cependant la seule. Des nationaux d’origine plus modeste, formés par des sociétés étrangères, ont pu accéder à des postes de responsabilités. Enfin, les princes eux-mêmes estiment désormais pouvoir, sans déroger à leur dignité, accéder à la fonction publique. Celle-ci peut donc devenir un creuset où se rencontreront les divers éléments du royaume. Le statut des fonctionnaires, nizâm al-muwazzafîn, promulgué en 1957, en fait un véritable corps dont l’accès, la rémunération et l’avancement sont organisés à l’image des pays modernes. Un esprit nouveau se manifeste dans ce milieu, différent aussi bien du rigorisme archaïque des bédouins que de l’affairisme un peu anarchique des commerçants. Diplômés des universités arabes, américaines ou européennes, ils joueront probablement un rôle de plus en plus grand au sein de l’Etat.

40Mais si la « réorganisation du territoire » prévue le 6 novembre 1962, demeure un peu lettre morte, il n’en va pas de même en matière judiciaire où la création d’un ministère de la justice prend par certains aspects le caractère d’une révolution.

c) Dans le domaine de la Justice

41Les chefs religieux se sont employés à conserver leur influence, caractérisée notamment par la dévotion à la famille des Âl ash-Shaykh, descendante des ‘Abd al-Wahhâb, du poste de ra’îs al-qudâh, président des qâdîs, dit aussi qâdî des qâdîs. Placée au sommet de la hiérarchie judiciaire, cette personnalité relevait seulement du président du Conseil. Ses attributions comprenaient l’iftâ, c’est-à-dire la capacité d’émettre des avis ou consultations juridiques, fatwâ, sur les questions qui lui étaient soumises par le gouvernement.

42En 1973, le roi Faysal avait battu en brèche ce monopole en créant un ministère de la justice dont le titulaire fut choisi hors des Âl ash-Shaykh. Cette réforme mettait un terme à un véritable État dans l’Etat. Elle subordonnait en effet, à l’autorité d’un ministre, une personne jusque là responsable de ses actes directement devant le chef de l’exécutif. Elle provoqua d’importants remous, mais nul n’osa s’attaquer au Souverain en raison de son immense prestige. L’innovation subsista donc jusqu’à sa mort. Le nouveau gouvernement constitué à cette occasion, sans remettre en cause l’existence d’un ministère de la justice, remplaça son titulaire par un Âl ash-Shaykh. Le poste de ra’îs al-qudâh était maintenu et rendu lui aussi à un membre de cette famille avec pour attribution essentielle la présidence de la cour de cassation, ri’âsat al-qudâh, siégeant à La Mekke. Malgré ce retour à la tradition, rien n’est désormais comme avant. La sharî’a reste la loi fondamentale du pays, mais elle est complétée en certains domaines par une législation séculière. Le magistrat suprême est descendu d’un cran dans la hiérarchie wahhâbite. Un « Comité judiciaire » siégeant à la Mekke, composé de trois membres et d’un président, tous nommés par le Roi, instance suprême de la magistrature, a reçu la charge de veiller à la bonne marche des tribunaux. Ces derniers comportent deux degrés :

    • 8 Ces sommes semblent avoir été ramenées dans les deux cas à 30 riyals.

    Les tribunaux supérieurs, al-mahâkim al-kubrâ, ayant leurs assises dans les villes principales, ont à connaître des affaires graves portant sur des sommes de plus de 160 riyals8 ou entraînant des peines de mutilation ou de mort. Il peut être interjeté appel de leurs décisions devant une cour appropriée.

  1. Les tribunaux des affaires urgentes, dont les décisions sont souveraines. Ils ont à connaître des litiges dont le montant ne dépasse par 150 riyals (1) et dont la nature n’entraîne pas de peines corporelles comportant des mutilations. Ils se subdivisent eux-mêmes en deux catégories : la première, al-musta’jila al-ûlâ, rend la justice dans les centres urbains et la seconde, al-musta ‘jila ath-thâniyya, est préposée aux affaires des tribus, al-bâdiya. Cette distinction reflète une fois de plus une nette différenciation entre les deux éléments de la population.

43La dynastie n’ignore pas le préjudice moral porté à sa réputation internationale par les châtiments corporels et les mutilations. Aussi ces formes de sanction sont-elles appliquées désormais moins souvent. Des peines d’amende ou de prison y sont substituées. La rigidité des prescriptions coraniques rend toutefois difficile un aménagement plus humain du système existant. Ses défenseurs ne manquent d’ailleurs pas de faire valoir que, selon les statistiques internationales, l’Arabie Saoudite a un taux de criminalité et de délinquance parmi les plus bas du monde.

  • 9 HITTI (Phillip K.), History of the Arabs, London, Macmillan, p. 321.

44Pour pallier les insuffisances de son système judiciaire dans le domaine des affaires, Faysal a créé à la fin de son règne une « commission des litiges commerciaux », lajnat an-nizâ’ât at-tijâriyya, responsable directement devant le Souverain. Un autre organisme rattaché à la Couronne est compétent pour les litiges entre l’administration et les sociétés étrangères. Il s’agit du dîwân al-mazâlim (Bureau des plaintes), institution traditionnelle adaptée à une fonction moderne. Son origine remonte, selon le juriste musulman Mâwardî, au calife ummayade ‘Abd al-Malik9. Il se serait maintenu sous le calife ‘abbâsside al-Muhtadî (869 de notre ère). Office dépendant directement du Souverain, il était chargé de recevoir et d’examiner les plaintes formulées par les particuliers contre les gouvernements ou les membres de la dynastie régnante. Juridiction « retenue », comme le fut à l’origine le Conseil d’Etat en France, il semble que faute de s’être vu accorder toute l’indépendance souhaitable, cette institution n’ait pu jusqu’ici jouer le rôle qui lui était assigné.

45Une police religieuse complète cet appareil judiciaire. Elle est une des institutions les plus caractéristiques de la société wahhâbite et, bien que son influence soit sensiblement en recul, elle n’en continue pas moins à marquer profondément la vie sociale du Royaume. Il faut remonter à la source même de l’Islam pour comprendre l’appellation donnée à cette organisation : hay’at al-amr b-il-ma’rûf wa n-nahy ‘an al-munkar. Sa traduction littérale pourrait être : « Organisation pour commander le bien et interdire le mal ». Le Livre Sacré, dans son verset 100, sourate 3, dit en effet : « Soyez un peuple qui prêche le bien, qui commande ce qui est bon et combat ce qui est mal ». De même, dans le verset 106 de la même sourate, on peut lire : « Vous êtes la meilleure des nations, créée pour commander le bien et interdire le mal ». C’est sur l’interprétation de ces textes que se fonde l’objectif de la police religieuse : imposer, au besoin par la force, le respect des préceptes de la loi islamique.

46L’institution a pris sa forme actuelle vers 1930, mais elle procède historiquement des mutawwa’, missionnaires qui, dès le début du mouvement wahhâbite, entreprirent de ramener les habitants du Najd à la stricte observance d’une loi coranique dépouillée de tous les éléments surajoutés qui, à travers les âges, en avaient dénaturé la portée et le sens.

47Ces mutawwa’ formèrent, dans les premières années du règne de ‘Abd al-’Azîz, l’encadrement religieux des ikhwân, « frères d’armes » du Souverain. Ils furent également chargés dans le Hijâz, conquis sur les Hâshimites, de réprimer impitoyablement les licences qui faisaient de cette province, aux yeux des wahhâbites, un foyer de corruption. Aujourd’hui, fonctionnarisés et groupés dans des cellules de l’« Organisation pour commander le bien », relevant hiérarchiquement du qâdî suprême, ils continuent à exercer une emprise certaine sur la vie religieuse et sociale de leurs compatriotes, et contribuent plus que tout autre facteur à freiner, par la crainte qu’ils inspirent, l’ouverture de la société Saoudite à des influences extérieures. La prière par la contrainte, la répression d’infractions comme la consommation d’alcool, le jeu, l’inobservance du Ramadan, le dévoilement des femmes, la prostitution, constituent leur principale mission. Encore pourrait-on donner une liste de distractions jadis sévèrement réprimées et maintenant tacitement admises (les jeux de cartes, de dames et d’échecs, la vente de tourne-disques, d’appareils photographiques, de tabac). La musique n’est plus un objet de réprobation. L’introduction de voix féminines à la radio a été enfin une innovation révolutionnaire. Le cinéma, bien que n’étant pas encore autorisé officiellement, est désormais toléré sous forme de projections privées et d’appareils vidéo.

  • 10 Elle est commandée par le prince ‘Abd Allâh ibn ‘Abd al-’Azîz, deuxième vice-président du Conseil.

48Le zèle de cette police religieuse, en grande partie responsable de la tristesse qui règne dans les cités d’Arabie Saoudite, est mal supporté par les populations urbaines. Il s’est d’ailleurs affaibli sous le règne de Faysal. Des consignes limitatives ont même été données à ses membres. Ils ne pouvaient plus, comme autrefois, arrêter et châtier eux-mêmes les délinquants, cette tâche incombant désormais à la police civile. Sous la pression des événements d’Iran, il semble cependant qu’elle connaisse un regain d’autorité. Le royaume d’Arabie demeure une terre de piété où tout doit être, en effet, mis en œuvre pour faire prévaloir la primauté de la conception wahhâbite de l’Islam. La garde nationale surnommée « l’armée blanche » a été créée à cette fin, parallèlement à l’armée régulière constituée sur le modèle d’une armée classique. Rattachée à la présidence du Conseil, elle est recrutée par volontariat au sein des tribus et compte environ trente cinq mille hommes10. Elle peut être sensiblement renforcée par le rappel des réservistes. Ses membres sont des mujâhidûn, combattants de la foi. Ils sont les successeurs des ikhwân dont ils ont conservé le costume bédouin et prolongent à l’échelle nationale l’action conduite dans les cités par les « sociétés pour commander le bien... ». Profondément attachés au wahhâbisme, ces guerriers qui constituent avant tout une force de dissuasion intérieure sont dotés de matériels militaires modernes, leur permettant en cas d’intervention extérieure de se transformer en une organisation de défense du territoire. La garde nationale constitue de ce fait un élément essentiel de la stabilité du régime et l’une des composantes de son équilibre politique.

49Cette esquisse sommaire des origines et des institutions du royaume d’Arabie Saoudite fait apparaître la fragilité d’un État n’ayant d’autre assise idéologique qu’une entière soumission à un ordre divin. De ce fait même, la monarchie des Âl Saoud a été soustraite dès sa naissance aux grands courants de pensée qui ont si profondément bouleversé l’équilibre des sociétés musulmanes, à la recherche d’un idéal-force capable de reforger leur cohésion. Mais le monde moderne ne lui a, sur ce point, rien cédé de ses exigences. Sous sa pression, elle sera amenée, à plus ou moins brève échéance, à promouvoir les novations que lui commande l’actualité. Ce serait une rude épreuve de vérité et un chèque en blanc tiré sur l’avenir si elle ne prenait préalablement des mesures de sauvegarde sur les frontières proches ou lointaines de son territoire : de là l’importance de ses relations extérieures.

DEUXIÈME PARTIE : LES RELATIONS EXTÉRIEURES

  • 2 Voir la contribution de Philippe Fargues sur la présentation démographique des pays de la péninsule (...)

50Le paradoxe du Royaume est qu’une poignée d’hommes, ayant choisi jadis un isolement farouche pour préserver ses valeurs traditionnelles, soit devenue un élément fondamental de l’équilibre international. La communauté Saoudite (5 millions d’hommes environ si l’on exclut les immigrés)2, sous la conduite des fils de ‘Abd al-’Azîz, est désormais impliquée dans les problèmes majeurs de notre époque.

Au confluent de l’Islam et de l’Arabisme

  • 11 Notamment le juriste Al-Mâwardî et le théologien Al-Ghazâlî.

51Le « Dâr al-Islâm », selon la conception forgée au Moyen-Âge par l’orthodoxie musulmane sunnite11, est un ensemble soumis à un commandement unique, le Califat, excluant entre ses subdivisions (Émirats-Sultanats) la notion occidentale de politique étrangère entre États souverains. Réelle ou symbolique suivant les époques, cette fonction était passée des Ummayyades aux ‘Abbâsides puis aux sultans ottomans, jusqu’à son abolition par Mustafa Kemal en 1924. Succédant au démembrement de l’empire ottoman par les puissances alliées et à la création au Levant, sous leur tutelle, d’États nationaux théoriquement conformes aux modèles élaborés en Occident, cette initiative ébranlait la Cité musulmane en ses fondements.

52Elle provoquait une intense fermentation dans les élites intellectuelles de l’Islam. C’est alors qu’exploitant l’erreur politique commise par le sharîf Husayn, ‘Abd al-’Azîz ibn Saoud, comme on l’a vu plus haut, faisait prévaloir dans une grande partie de la péninsule Arabique, à son bénéfice, la conception wahhâbite de l’imâmat.

53Dès lors se dessinent au sein de l’Islam deux lignes de force idéologiques contradictoires bien qu’indissociables, l’une tendant à la restauration d’un ensemble universel régi par la loi islamique, l’autre influencée par l’Occident et donnant la primauté à un nationalisme ethnique et culturel.

54La question du Califat fut au centre des débats organisés en 1925-1926 au Caire avec la participation de délégués du Mashreq et du Maghreb arabes mais aussi de représentants de l’Asie musulmane. L’Inde musulmane, futur Pakistan, y joua un rôle particulièrement actif. Ces assemblées ne parvinrent cependant pas à se mettre d’accord sur le choix d’un souverain musulman apte à recueillir la succession de ‘Abd al-Majîd. Peu après se réunissait à La Mekke un « congrès du monde islamique » qui, éludant le problème du Califat, centrait ses débats, à la demande d’Ibn Saoud, sur la recherche d’une charte des droits dont devaient bénéficier les musulmans sous tutelle étrangère.

55Par la suite, des réunions du même genre provoquées à Djakarta, Karachi, Le Caire, Jérusalem n’eurent pas plus de prolongements concrets. Elles préfiguraient cependant ce que serait la « Ligue du monde islamique », créée en 1963 par l’émir Faysal.

56Parallèlement à ce courant se dessinait une autre tendance dérivée des nationalismes européens du xixe, et visant à créer une « nation arabe » adaptée aux temps modernes. Celle-ci se fondait sur la permanence d’une solidarité ethnique et linguistique plutôt que sur un lien exclusivement religieux. Telle était l’inspiration du comité syro-palestinien de Shakîb Arslân, comme du congrès tenu à Jérusalem en 1931 sur l’initiative de Hâjj Amîn al-Husaynî.

57En 1928, l’association dite des « Frères musulmans » fondée au Caire par le shaykh Hasan al-Bannâ’, s’assignait pour but le rétablissement d’un ordre social islamique authentique. Ses statuts comportaient néanmoins comme objectifs la « libération des pays arabes de toute domination étrangère » ainsi que la formation d’une « union arabe ». Elle proposa, lors de l’accession du roi Farouk au trône, la restauration à son profit d’un Califat arabe et soutint plus tard (en 1946) ses propositions tendant à créer une « nationalité arabe » afin de donner un contenu plus concret à la « Ligue des États arabes ».

58Cette ambiguïté n’a cessé de peser sur les relations entre les pays musulmans après la seconde guerre mondiale. D’une façon générale, le royaume d’Arabie Saoudite, tout en marquant son appartenance à un monde arabe dont, par ses origines, il s’estime le représentant le plus authentique, s’opposa aux tentatives d’unification basées sur une conception « régionaliste et raciale » et s’appuya pour leur faire échec sur le concept plus large d’un Islam universaliste.

59Ainsi en fut-il lors de la création de la Ligue des États arabes en 1945, organisation à laquelle le roi ‘Abd al-’Azîz n’adhéra qu’à la condition d’une garantie du respect des régimes et des frontières des États contractants. Dès cette époque furent déposés les statuts d’une « Ligue du monde islamique » destinée à lui faire contrepoids.

60Ce n’est qu’en 1963 cependant, sous l’impulsion de l’émir Faysal et au plus fort du duel qui l’opposait au président Nasser, que cette notion prit corps lors des assises tenues à La Mekke avec la participation de représentants de l’Asie et de l’Afrique musulmanes.

61Il convient de rappeler ici que l’installation du régime nassérien au Caire à partir de 1952 fit dès lors peser sur les régimes traditionalistes du Proche-Orient la menace d’un arabisme unitaire marqué par les tendances hégémoniques du « Raïs ». Celui-ci, s’appuyant sur le poids prépondérant de l’Égypte au sein du monde arabe, n’hésitait pas à transgresser, pour réaliser ses objectifs, les engagements pris collectivement en 1945.

  • 12 Pacte de défense égypto-saoudite d’octobre 1955.

62Face à ce danger, les monarchies menacées furent loin de présenter un front sans faille, les vieilles rivalités entre les Hâshimites et les Âl Saoud étant aggravées par les méandres de la politique anglo-saxonne. C’est ainsi qu’en 1955-56, face au pacte de Bagdad d’inspiration britannique, le roi Saoud rechercha l’alliance de l’Égypte et de la Syrie12.

63Après l’affaire de Suez (novembre 1956), la flambée de l’idéologie nassé-rienne au Moyen-Orient, favorisée par certaines tendances américaines, amène en 1957 un rapprochement entre Amman, Bagdad et Riyadh. En 1958, l’accusation portée contre Saoud d’avoir tenté d’assasiner Nasser provoque son premier retrait de la scène politique au bénéfice de son frère Faysal. C’est alors que se déchaîne contre le régime de Riyadh une offensive nassérienne menée d’abord sur le plan politique par la propagande radiophonique du Caire et les menées subversives des Égyptiens résidant dans le Royaume. En 1960, Saoud, revenu sur le devant de la scène, tente à nouveau de pactiser avec l’Islam révolutionnaire en formant une équipe gouvernementale « progressiste », mais il y renonce l’année suivante. En novembre 1962 enfin, le débarquement d’un corps expéditionnaire égyptien au Yémen, à la faveur du coup d’État de Sallâl, menace de porter un coup mortel à tous les régimes monarchiques de la péninsule. Dans cet extrême péril s’impose définitivement la personnalité de Faysal dont la politique extérieure du Royaume portera désormais la marque. Évitant le piège d’une intervention directe au Yémen, où il laisse les Égyptiens s’enliser dans une guérilla sans issue, il riposte à la guerre idéologique dont il est l’objet en dénonçant l’expansionnisme nassérien et son incompatibilité avec l’Islam authentique. Il lui oppose sa propre conception d’une communauté islamique mondiale agissant de concert dans les grandes affaires qui la concernent mais respectant les régimes de chaque État. Les moyens financiers dont il dispose grâce à une saine gestion des richesses pétrolières du Royaume lui permettent désormais de donner un contenu concret à la solidarité qu’il prêche.

  • 3 Voir à ce sujet, la contribution de Geneviève Cayre sur les fonds d’aide multilatérale, au tome 1 d (...)

64Ainsi, au fil des années, a-t-on vu, sous l’impulsion du souverain de Riyadh, se mettre en place les organismes correspondant à cette conception : la « Ligue du monde islamique », fondée en 1963 à La Mekke et réunissant les chefs spirituels du monde musulman en vue de sa renaissance religieuse et culturelle, puis la « Conférence islamique », instance politique composée des chefs d’États et de leurs représentants (Rabat, septembre 1969). Ces créations furent complétées en 1974 par la fondation d’une banque islamique de développement destinée à aider les plus défavorisés des États et des communautés islamiques grâce aux ressources des mieux pourvus3.

  • 13 Le Caire organisait sans grand succès un congrès de ‘Ulamâ’, en 1966.

65Cette politique islamique, conçue pour mettre en échec l’arabisme unitaire de Nasser et sa « fatalité des trois cercles », rencontrait dans l’ensemble les préoccupations de nombreux pays musulmans non-arabes qui, tout en étant désireux de resserrer leurs liens avec leurs coreligionnaires, ne ressentaient aucun désir d’être impliqués dans les querelles du Proche-Orient. C’est pourquoi, à ses débuts, elle trouva plus d’échos parmi les États musulmans d’Asie orientale et d’Afrique sub-saharienne que parmi les pays arabes, où l’opinion subissait peu ou prou la magie du verbe nassérien. Celui-ci la dénonçait comme une émanation de l’impérialisme anglo-saxon13. L’effondrement du nassérisme au Proche-Orient, conséquence de la guerre des six jours, provoquait à partir de 1967 une modification du rapport des forces. Les pays arabes à régime « progressiste » (Syrie, R.A.U.) se voyaient contraints de recourir à l’aide des monarchies pétrolières pour reconstituer leur armement anéanti et rebâtir leurs économies détruites. La conférence de Khartoum (août 1967) permettait à Faysal de manifester sa solidarité avec les « pays du front » tout en exigeant le retrait des forces égyptiennes du Yémen, ce qui fut réalisé en 1968.

  • 14 Au début de 1980, la Conférence islamique compte 42 membres. L’Égypte a été suspendue de son appart (...)

66La disparition du Raïs (1971) marque l’avènement d’une période de détente idéologique que l’Arabie Saoudite met à profit pour développer sa politique islamique en y associant le monde arabe. Elle avait déjà réussi, en septembre 1969, à réunir pour la première fois à Rabat une conférence des chefs d’État, dans l’atmosphère passionnelle suscitée par l’incendie de la mosquée al-Aqsâ à Jérusalem, avec la participation remarquée du chef de l’O.L.P., Yasser Arafat. Une deuxième conférence des chefs d’Etats musulmans s’est réunie à Lahore en février 1974. Elle rassemblait 16 chefs d’État dont certains des dirigeants les plus marquants de l’Islam révolutionnaire, 37 délégations d’États souverains et une délégation de l’O.L.P., reconnue à cette occasion comme unique représentante du peuple palestinien. Les résolutions adoptées portaient non seulement sur l’affaire palestinienne et le problème de Jérusalem (voir ci-après) mais sur la solidarité islamique et les relations économiques entre pays musulmans14.

PHOTOS 35, 36 et 37. – Scènes de marché en Arabie Saoudite.

(Photos et légende : Paul Bonnenfant).

67Dans le même temps, la réconciliation avec l’Égypte de Sadate et la détente avec l’ensemble des régimes progressistes arabes se traduisaient par la réapparition du concept d’arabisme à travers la notion quelque peu difficile à cerner de « nation arabe et islamique » évoquée notamment dans le discours d’intronisation du roi Khâlid, le 28 mars 1975. Plus qu’une doctrine politique précise, sans doute fallait-il y voir avant tout l’expression d’une solidarité retrouvée. C’était il est vrai à l’époque où, après la disparition de deux grands chefs personnifiant des idéologies inconciliables, l’axe « Le Caire-Riyadh » paraissait constituer le fondement possible d’un nouvel équilibre au Proche-Orient et, partant, d’une action plus cohérente des nations regroupées sous la bannière de l’arabisme. La Ligue des États arabes retrouvait alors quelque crédit comme organe de coordination et pouvait par exemple apparaître comme l’interlocuteur valable de l’Europe des Neuf dans le « dialogue euro-arabe ».

68L’initiative de paix du président Sadate à l’égard d’Israël, en décembre 1977, a remis en cause cet espoir et fait apparaître une fois de plus la fragilité des rapprochements inter-arabes.

69Tenu par des impératifs théologiques concernant Jérusalem et par ses engagements sur le problème palestinien, Riyadh ne pouvait, bien qu’à contrecœur, que se joindre à l’anathème prononcé contre l’Égypte par le groupe des nations progressistes, lui-même incapable d’ailleurs de surmonter ses rivalités.

70Le transfert de la Ligue à Tunis en mai 1979 marquait un effacement de cet organisme en attendant des jours meilleurs. Les nations arabes étant plus que jamais divisées et conscientes de leurs particularismes, l’arabisme a pour le moment perdu son dynamisme unificateur tout en demeurant une exigence de solidarité. En même temps s’affirme au sein des nations musulmanes un profond désir de retour aux sources de l’Islam. Le Royaume ne peut qu’y voir la confirmation du bien fondé de la politique islamique dont il a été l’initiateur à l’extérieur et dont les principes gouvernent aussi son droit interne. Il ne peut néanmoins se soustraire à la solidarité arabe. De ces deux exigences découle la doctrine saoudienne sur le problème palestinien, nœud gordien depuis 1948 de toute la « question d’Orient ».

L’Arabie et le problème palestinien

71Tant qu’elle ne fut pas directement impliquée dans le conflit, l’Arabie eut à l’égard d’Israël une position de principe totalement intransigeante, tout en s’abs-tenant en fait de s’engager matériellement aux côtés des pays du front. D’un point de vue théorique, elle niait à l’entité sioniste tout droit à l’existence puisque celle-ci se fondait sur l’occupation d’un territoire appartenant au « Dâr al-Islâm ». C’est ainsi qu’à la réunion de la « Ligue du monde islamique » tenue à La Mekke en avril 1967, Faysal affirmait qu’il n’accepterait jamais le partage de la Palestine opéré en 1948. Dans la pratique, le Royaume, menacé à l’intérieur par la propagande du Caire et à l’extérieur par la présence militaire égyptienne au Yémen, consacrait depuis 1962 l’essentiel de ses ressources à son développement économique et ses modestes forces militaires étaient tournées vers le Sud.

72Cette contradiction ne manquait pas d’être exploitée par les adversaires intérieurs et extérieurs du régime. Le danger fut sensible au moment du déclenchement du conflit israélo-arabe, début juin 1967, alors que des manifestations houleuses à Riyadh et à Râs Tannûra exigeaient une rupture avec les États-Unis, principal soutien d’Israël. Faysal sut donner des gages de sa solidarité avec le camp arabe en interrompant momentanément les exportations de pétrole à destination de certains États occidentaux et en envoyant un contingent de troupes en Jordanie.

73Mais plus que ces mesures symboliques, c’est l’aide financière octroyée aux « pays du front » et aux organisations palestiniennes qui, tout en renforçant sa position politique à leur égard, l’implique alors plus profondément dans le conflit. Désormais, l’équipement militaire arabe dépend principalement des contributions des pays pétroliers et, parmi les contributaires, le Royaume est le plus important. Il met à profit cette situation pour resserrer ses liens avec l’organisation de libération palestinienne, qui fédère la majorité des mouvements palestiniens, et notamment avec le groupement « al-Fath » conduit par Yasser Arafat. La politique palestinienne de Riyadh qui se dessine à partir de cette époque consiste à soutenir l’O.L.P. et, plus précisément, le « Fath » considéré comme l’organisation la plus apte à faire prévaloir une attitude modérée au sein de la résistance palestinienne. Ce faisant, Faysal est amené à se démarquer nettement de la politique d’Amman et du Caire qui, en avril 1969, soutiennent un « plan de paix » dans lequel l’entité palestinienne est passée sous silence, seule étant mentionnée « une solution juste du problème des réfugiés arabes ».

74En décembre 1969, à la faveur du sommet arabe de Rabat (réuni dans cette capitale trois mois après la première conférence islamique), l’O.L.P. représentée par Yasser Arafat est admise pour la première fois à égalité avec les délégations d’États souverains. En septembre 1970, Riyadh, sans grand succès d’ailleurs, essaie de jouer un rôle de médiateur entre Palestiniens et Jordaniens après les sanglants affrontements qui viennent de les opposer. Mais en septembre 1973, il est l’artisan d’un rapprochement entre l’Égypte, la Syrie et la Jordanie d’une part, et d’une détente entre Palestiniens et Jordaniens d’autre part.

75Dès cette époque également, Faysal s’efforce d’agir sur les États-Unis en alternant menaces et promesses de coopération en matière pétrolière pour infléchir l’attitude de Washington dans un sens favorable aux intérêts palestiniens.

76La guerre d’octobre 1973 (guerre du « Kippour » pour les uns, du « Ramadan » pour les autres), déclenchée par le président Sadate avec l’assentiment de Faysal, marque une nouvelle étape de l’engagement saoudien dans le conflit. Sur le plan militaire, il reste symbolique : une demi-brigade est envoyée sur le Golan au côté des troupes syriennes. Mais une contribution financière de 300 millions de dollars est aussitôt annoncée pour soutenir l’effort de guerre égyptien. Et surtout, la lutte est portée de manière spectaculaire sur un terrain qui touche directement l’Occident : celui du ravitaillement en pétrole. Un embargo est décrété à l’encontre des puissances considérées comme amies d’Israël – les Etats-Unis au premier chef et quelques pays européens – accompagné d’une réduction momentanée de la production. Il coïncide avec une hausse brutale des prix du pétrole décidée par l’ensemble des membres de l’O.P.E.P. Quelle qu’ait été l’efficacité réelle de l’embargo, son effet psychologique est considérable, faisant mesurer à l’Occident sa vulnérabilité et les dangers que lui fait courir le conflit. Au « sommet » arabe d’Alger, fin novembre 1973, Faysal apparaît comme l’un des chefs les plus prestigieux du monde arabe.

77Riyadh assume désormais une responsabilité de premier plan dans la conduite du conflit par le camp arabe. L’on sent alors la diplomatie saoudienne se départir peu à peu d’une attitude purement dogmatique pour rechercher une position de négociation compatible avec les impératifs islamiques. Lors des débats des Nations-Unis en 1974, le ministre saoudien des affaires étrangères, ‘Umar Saqqâf, ne récuse plus aussi catégoriquement que par le passé la résolution 242 et ne demande que le retrait israélien des territoires occupés en 1967.

78En revanche, l’accent est mis par Faysal sur la récupération des lieux saints musulmans de Jérusalem. Ce thème, évoqué déjà avec insistance en 1973, est devenu l’un des points fondamentaux de la doctrine saoudienne en cette matière. Présentée par certains observateurs comme la prise de position personnelle d’un souverain mystique, elle permet en fait d’admettre implicitement la présence d’Israël sur le territoire qui était le sien avant 1967. En effet les Lieux Saints -mosquée d’Omar et mosquée al-Aqsâ –, se trouvant dans la vieille ville de Jérusalem, font partie des territoires occupés en 1967 dont seule l’évacuation est désormais exigée comme condition de paix.

79Telle est bien la position que l’on peut lire en filigrane dans la déclaration de politique générale faite par le roi Khâlid, lors de son intronisation le 28 mars 1975. Après avoir réclamé « ... la restitution au peuple de Palestine de ses droits usurpés et la récupération des territoires arabes occupés », le souverain déclarait que la solution du problème palestinien devait commencer par « la libération de Jérusalem, ville arabe et musulmane » et son retour à la « situation antérieure ». Peu après, le nouveau Roi, dans une interview publiée par un journal américain, se déclarait prêt à reconnaître l’existence d’Israël dans ses frontières d’avant 1967, en échange de son retrait des territoires occupés et de l’établissement d’un État palestinien sur ces territoires. Ce faisant, le souverain estimait certainement avoir atteint l’extrême limite des concessions compatibles avec les impératifs de l’Islam. A l’occasion du premier pélerinage suivant son intronisation, il lançait d’ailleurs aux musulmans rassemblés un appel au jihâd (guerre sainte) contre « l’ennemi commun pour mettre un terme à une situation intolérable ».

80En fait, c’est avant tout dans une meilleure compréhension des États-Unis vis-à-vis des thèses arabes que Riyadh a toujours placé ses espoirs d’un règlement satisfaisant. C’est ce qui explique, sous le précédent souverain comme sous l’actuel, l’alternance de pressions et de gestes de bonne volonté que, selon les circonstances, il exerce sur son grand allié pour l’amener à se départir de son soutien inconditionnel à Israël. Tout alignement trop marqué de Washington sur les positions de Jérusalem place le Royaume en porte-à-faux et l’oblige à réagir en donnant des gages de solidarité à la cause arabe.

81L’initiative de paix de Sadate, à la fin de 1977, et ses suites mettent à rude épreuve la diplomatie saoudienne.

82Surpris et choqués par le caractère hasardeux de cette entreprise, les Âl Saoud n’en gardent pas moins leur sang-froid et tout en marquant leur réserve, refusent d’abord de se joindre à la condamnation prononcée contre l’Égypte par les pays arabes progressistes et par l’O.L.P. Sans doute ont-ils d’abord estimé devoir laisser sa chance à cette tentative de paix dans la mesure où le chef de l’Égypte ne paraissait pas envisager de concession contraire aux engagements pris vis-à-vis des Palestiniens. Le monde arabe se divisait une fois de plus : tandis que se constituait d’un côté un « front du refus » (appelé plus tard « front de la fermeté ») qui comptait dans ses rangs – avec des variations momentanées dûes aux désaccords sans cesse renaissants – l’Algérie, la Libye, la Syrie, l’Irak et la R.D.P. du Yémen, de l’autre un groupe modéré comprenant le Maroc, Oman et le Soudan soutenait le Caire, alors que la Jordanie prenait ses distances par rapport à l’Égypte. Riyadh, pour sa part, refusait d’interrompre son aide financière à celle-ci et plaidait la modération auprès de la Syrie. Il maintenait cependant avec fermeté ses thèses sur l’évacuation des territoires occupés et la restitution de ses droits nationaux au peuple palestinien. Il marquait enfin sa mauvaise humeur à l’égard de l’allié américain, qui tout en patronnant l’initiative de Sadate n’obtenait pas pour autant un assouplissement des positions israéliennes sur le problème des territoires occupés.

83Cette froideur fut sensible lors de la brève visite qu’effectua le président Carter à Riyadh, pour tenter – sans succès – de convaincre les Âl Saoud d’apporter leur soutien au processus engagé. Quelques jours plus tard, une visite du président Boumédiène en Arabie permettait de constater « l’identité totale des vues entre Alger et Riyadh sur la nécessité d’observer les engagements pris collectivement par les Arabes ». Surmontant une fois de plus une situation difficile, la diplomatie saoudienne réussissait à apparaître comme un élément d’union dans son camp sans rien sacrifier de ses principes.

84L’évolution de la négociation n’allait pas permettre le maintien de ce fragile équilibre. Les accords de Camp David (17 septembre 1978), réglant la question du Sinaï, en laissant entière celle de la Cis-Jordanie et du devenir palestinien, étaient ressentis comme une trahison de l’Égypte vis-à-vis du reste du monde arabe.

85Peu après, d’ailleurs, la position des Âl Saoud sur le traité de paix amenait le secrétaire d’État américain M. Vance à faire publiquement état d’une détérioration des relations entre Washington et Riyadh. Les pressions contradictoires qui s’exercent sur le Royaume dans cette affaire, tout en le mettant parfois dans des situations difficiles, soulignent par là même la continuité de sa doctrine. Elles témoignent également de son poids accru dans les affaires de sa région.

L’Arabie Saoudite puissance régionale

86La conjoncture née de l’effondrement du nassérisme et de la hausse du prix du pétrole a fait sortir l’Arabie Saoudite de son isolement pour entreprendre sur sa périphérie une politique active. L’idée directrice en est la même que celle de sa politique islamique : contrecarrer dans sa région les forces politiques alliées au marxisme qui utilisent les tensions locales pour miner les sociétés traditionnelles.

87Riyadh met à profit l’affaiblissement du camp progressiste arabe pour amorcer un rapprochement prudent avec des régimes considérés jusque là comme hostiles.

88De 1971 à 1976, l’objectif principal de cette politique est l’Egypte qu’il s’agit d’affranchir de la main-mise soviétique. Les nouveaux dirigeants du Caire, las d’une pesante tutelle qui ne leur a même pas évité la défaite, sont disposés à se prêter au jeu.

89Le voyage officiel de Faysal en Egypte, en 1971, marque la grande réconciliation entre deux capitales séparées par une longue querelle. L’aide financière saoudienne est désormais déterminante pour rendre à l’armée égyptienne les capacités offensives qui lui permettront, en octobre 1973, de franchir le canal de Suez. Bien qu’Israël ait réussi à rétablir la situation, les succès enregistrés sur le champ de bataille et dans le domaine pétrolier ont un profond retentissement dans le monde arabe et scellent l’entente retrouvée.

90En mai 1975, la décision est prise de créer une « organisation arabe industrielle » réunissant d’une part l’Egypte, d’autre part l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et le Qatar. L’objet en est de créer une industrie d’armements commune à ses membres avec l’assistance technique de certains États occidentaux dont la France. Il s’agit d’abord de rendre l’Égypte progressivement indépendante des livraisons d’armes soviétiques, ensuite de doter ses partenaires d’une capacité technique propre dans ce domaine.

91Enfin, le voyage officiel à Riyadh du président Sadate, le 26 février 1976, prépare la dénonciation, faite le 14 mars suivant, du traité d’amitié et de coopération égypto-soviétique. Le président égyptien n’aurait pu en effet prendre une telle initiative sans s’être assuré, au préalable, d’un soutien financier sans défaillance du Royaume.

92Le « retournement » de l’Égypte réussi, l’on peut alors parler d’un « axe Le Caire-Riyadh ». La complémentarité entre la puissance démographique et les capacités techniques du premier, et la richesse énergétique et financière du second, font de cette entente, lorsqu’elle se réalise, l’élément dominant du Proche-Orient arabe. Ce phénomène est sensible en 1976 et 1977, période marquée par le développement des initiatives de la diplomatie saoudienne.

93En 1976, la Syrie, invoquant l’urgence de mettre fin au conflit confessionnel qui déchire le Liban, intervient militairement dans ce pays. Son action tourne rapidement à l’épreuve de force avec les Palestiniens qui y sont implantés. Elle est aussitôt stigmatisée par Le Caire, Alger et Tripoli comme une tentative hégémo-nique. La Ligue arabe, saisie, ne peut obtenir les concours nécessaires pour mettre fin à la guerre. L’Arabie Saoudite, secondée par le Kuwait, organise une rencontre égypto-syrienne sur son sol. Ces efforts aboutissent en octobe 1976 : l’Egypte et la Syrie normalisent leurs relations diplomatiques, l’O.L.P. est reconnue comme seule représentante légitime du peuple palestinien et l’envoi au Liban d’une « force de Paix » arabe commandée par un général saoudien est décidé. Le rôle effectif de cette force sera plus symbolique que réel, le rétablissement d’un calme précaire étant assuré par l’armée syrienne, mais également par une distribution judicieuse de subsides Saoudites parmi les factions en présence.

  • 15 L’opération égyptienne aurait eu pour but de détruire des bases de commandos entraînés en vue d’une (...)

94A la même époque, la réunion à Jedda, le 17 juillet 1976, du roi Khâlid, du président Sadate et du général Nemeiry est principalement dirigée contre les entreprises du président Qadhâfî, accusé d’avoir fomenté une tentative de coup d’État au Soudan. L’affrontement avec la Libye, momentanément évité, se produit sous la forme de violents combats frontaliers égypto-libyens un an plus tard15.

95La consolidation du régime du général Nemeiry à Khartoum est le prolongement logique du rapprochement avec Le Caire. La stabilité du Soudan est en effet un élément essentiel de la sécurité en mer Rouge. C’est pourquoi une large assistance financière lui est consentie, à la fois pour renforcer sa défense et développer son économie, ce pays pouvant devenir un important fournisseur de produits agricoles pour ses voisins arabes.

96Au sud de la péninsule, l’évolution des deux Yémen reste pour les Âl Saoud l’objet d’une vigilance constante. La République Démocratique et Populaire du Yémen, établie à Madînat ash-Sha’b depuis le départ des Britanniques en 1977, constitue dans la région un point d’appui pour l’influence soviétique et une base pour les mouvements de subversion agissant dans les pays voisins. Son appui à la rebellion du Dhufâr dirigée contre le sultan Qâbûs jusqu’en 1973 avait eu notamment pour conséquence des mouvements de troupes et des incidents frontaliers entre Saoudiens et Sud-Yéménites en 1969.

97La cessation de l’aide sud-yéménite aux rebelles dhufârîs entraîne en 1976 une détente sensible et l’établissement de relations diplomatiques entre Riyadh et Madînat ash-Sha’b. Des perspectives d’aide économique sont même évoquées, mais le maintien des options révolutionnaires du régime sud-yéménite ne permet pas de poursuivre cette tentative de rapprochement.

98Avec la République Arabe du Yémen (celle du Nord), reconnue en 1971 après l’évacuation du corps expéditionnaire égyptien, la préoccupation de Riyadh est d’orienter autant que faire se peut l’évolution de ce nouveau régime dans un sens conforme à ses intérêts.

99Il s’agit d’abord d’empêcher un rapprochement avec le régime révolutionnaire du Sud, car la formation d’un Yémen unifié à direction marxiste de plus de 6 millions d’habitants constituerait une menace redoutable. Il subsiste en outre une méfiance latente quant aux visées que pourrait entretenir Sanaa sur certains territoires qui lui furent enlevés par le traité de Taïf en 1934.

100Sur le terrain, une lutte sourde se poursuit entre les tenants d’un socialisme arabe et les représentants du sytème tribal traditionnel, jadis soutiens de l’Imâmat. Elle se traduit par une instabilité chronique à la tête de l’État nord-yéménite.

101Riyadh s’était efforcé d’établir des rapports étroits, dans les domaines militaires et économiques, avec le gouvernement du colonel al-Hamdî, auteur d’un coup d’État réussi en 1974. Celui-ci esquissait cependant un rapprochement avec le Sud et se heurtait aux chefs de tribus, malgré un essai de médiation Saoudite. Il était assassiné en octobre 1977 et un « conseil présidentiel » désignait pour le remplacer une personnalité plus neutre, le colonel al-Ghashmî.

102Sur l’autre rive du golfe d’Aden, Riyadh réussit en 1977 à détacher la Somalie du camp soviétique, à la faveur de la querelle territoriale opposant Mogadiscio à Addis Abeba. Le nouveau régime éthiopien, bien que marxiste, n’est en effet pas plus disposé que le précédent à faire droit aux revendications somaliennes sur l’Ogaden. En Erythrée, il combat, comme son prédécesseur, un mouvement d’indépendance islamique soutenu par plusieurs pays musulmans dont l’Arabie. Ses protecteurs soviétiques paraissent envisager la création d’une fédération regroupant l’Éthiopie, la Somalie, l’Érythrée et la nouvelle république de Djibouti, ancien Territoire français des Afars et Issars. Le président somalien Siyad Barré, jusque là considéré comme ayant partie liée avec l’U.R.S.S., qui entraîne son armée et bénéficie de facilités navales à Berbera, se montre disposé à un renversement des alliances. Après avoir participé à une conférence à Ta’izz avec le Soudan et les deux Yémen (mars 1977), il accueille en avril 1977 à Mogadiscio l’émir Saoud Âl Faysal et apparemment en reçoit l’assurance d’une aide financière.

103Peu après, les conseillers soviétiques de l’armée somalienne sont mis à l’écart. Puis, fin juillet 1977, la Somalie déclenche dans l’Ogaden des opérations militaires auxquelles, dans un premier temps, l’armée éthiopienne paraît incapable de faire face. L’engagement massif de l’Union Soviétique aux cotés de l’Éthiopie, non seulement par des livraisons d’armements lourds en grande quantité, mais aussi par l’intervention de ses techniciens et de contingents cubains, permet à l’armée éthiopienne de rétablir la situation. Celle-ci se stabilise à partir de mars 1978, les forces somaliennes ayant été refoulées de l’Ogaden. Il convient de noter qu’alors que l’Arabie et plusieurs autres États musulmans aidaient Mogadiscio en lui livrant des armes légères, les pays occidentaux, partageant les inquiétudes de certains États africains devant la remise en cause des frontières existantes, s’étaient abstenus de fournir au président S. Barré les armements lourds qu’il sollicitait.

104Riyadh se préoccupe enfin d’organiser la sécurité dans le Golfe et de resserrer ses relations avec l’Irak et l’Iran, ses deux principaux voisins dans cette zone.

105A cette époque, la défense de la région contre le communisme paraît revenir conjointement aux Âl Saoud et aux Pahlavi. Toutefois, cette communauté d’intérêts ne peut faire oublier complètement, à Riyadh, une méfiance latente vis-à-vis des aspirations de Téhéran à la prépondérance. Celle-ci lui est d’ailleurs reconnue, sur le plan militaire, par le CENTO, pacte de défense régionale d’inspiration américaine, dont les Âl Saoud ne font pas partie. C’était l’intervention de l’armée iranienne qui, en 1973, avait permis de neutraliser la rébellion du Dhufâr contre le sultan Qâbûs de Masqat, alors que Riyadh, en s’abstenant, admettait implicitement l’insuffisance de ses forces. Au surplus, d’autres motifs de contentieux arabo-iraniens existent : de vieilles revendications sur certaines îles du Golfe, des attitudes divergentes en matière pétrolière... Enfin la sourde opposition entre l’Islam sunnite et l’Islam shiite rend difficile une entente sans arrière-pensées.

106C’est pourquoi les Âl Saoud s’efforcent d’abord de resserrer leurs liens dans tous les domaines avec les principautés du Golfe, en s’affirmant vis-à-vis d’elles comme un protecteur possible. Tel est l’objet du voyage du roi Khâlid auprès de ces principautés, en mars 1976. Il permet de constater avec des nuances diverses l’excellence des relations du Royaume avec des régimes de même nature que le sien, ayant des problèmes analogues aussi bien en matière économique que politique, religieuse ou ethnique. Kuwait, tant en raison de sa puissance financière que de l’influence acquise chez lui par des éléments proches du progressisme arabe – notamment palestinien – maintient à l’égard de Riyadh une attitude de stricte indépendance (c’est le cas notamment en matière pétrolière). Les relations n’en sont pas moins amicales et les deux capitales coopèrent étroitement sur le plan politique, comme on l’a vu plus haut à propos de l’affaire libanaise.

107Avec Bahrain, dont l’économie est en grande partie dépendante de celle du Royaume en raison de sa faible production pétrolière propre, les relations comportent un caractère de protection plus marqué, de même qu’avec Qatar où le wahhâbisme est prépondérant.

108Les Émirats Arabes Unis sont quant à eux un partenaire majeur dans le jeu pétrolier, compte-tenu de l’importance de leur production. Le Royaume a joué un rôle dans la constitution de cette Fédération (mission du Prince Nawwâf ibn ‘Abd al-’Azîz en 1973) et aucun contentieux ne subsiste entre elle et Riyadh depuis le règlement de l’affaire de Buraymî en 1974. Les relations sont donc confiantes et marquées par une concertation étroite. Il en va de même avec le sultanat d’Oman, qui a bénéficié du soutien financier de Riyadh au moment de la rébellion du Dhufâr et continue à en dépendre pour la mise en valeur de ses ressources.

109Assuré de la cohésion, à ses côtés, des principautés du Golfe, et ayant par son entente avec Le Caire renforcé son jeu face à Téhéran, le roi Khâlid pouvait accepter, en novembre 1976, la réunion à Masqat d’une conférence de sécurité réunissant les huit États riverains de cette mer intérieure. La persistance d’anta-gonismes résultant du jeu des grandes puissances et de rivalités locales aboutissait toutefois à un échec.

110Le Royaume n’en amorçait pas moins un rapprochement avec l’Iraq, pourtant considéré comme l’un des pays arabes les plus engagés aux côtés du bloc soviétique. Rendu possible sans doute par les réserves qu’inspiraient à Bagdad certains aspects de la politique soviétique et la détérioration des relations du parti Ba’ath irakien avec ses alliés communistes, il se traduisait notamment par des accords sur le tracé d’une ligne de partage de la zone neutre, héritage des accords d’après la première guerre mondiale, ainsi que sur la circulation dans la zone frontalière.

111Plus à l’Est, les relations étroites qu’entretient le Royaume avec les régimes qui se succèdent à Islamabad constituent un élément essentiel de sa politique régionale comme de sa politique islamique. Les affinités idéologiques entre les deux pays sont anciennes, puisque le wahhâbisme avait fait sentir son influence, dès le xixe siècle, dans l’Inde musulmane. L’assistance financière de l’Arabie au Pakistan a pour contrepartie la coopération de nombreux techniciens pakistanais au développement économique et à la défense du Royaume.

112Après avoir été offensive en 1976 et 1977, la diplomatie saoudienne connaît une période difficile à partir de 1978, à la suite de la rupture avec l’Egypte et de la révolution iranienne.

113Bien qu’ayant dû se résigner à rompre politiquement avec Le Caire, Riyadh ne souhaite pas infliger à l’économie égyptienne des représailles qui ne pourraient qu’aider les adversaires du régime Sadate. C’est pourquoi les sanctions économiques restent de portée limitée. Cette rupture affaiblit néanmoins sa position tant à l’égard des progressistes arabes (le roi Khâlid effectuait pour la première fois une visite en Libye en octobre 1979) que face au nouvel état de choses prévalant à Téhéran.

114Après le départ du Chah, les Âl Saoud observent vis-à-vis du nouveau pouvoir iranien une attitude d’expectative et de prudence, tout en essayant de se prémunir contre les nouvelles menaces de déstabilisation apparues dans le Golfe. Dans une région comportant de fortes minorités shiites – c’est le cas de la province orientale du Royaume comme des Émirats voisins – le renouveau du shiisme militant peut faire redouter des mouvements subversifs ou des actions de sabotage menées éventuellement en liaison avec des organisations extrémistes palestiniennes.

115On peut noter qu’en avril 1979, une déclaration de l’émir ‘Abd Allâh ibn ‘Abd al-’Azîz, deuxième vice-président du Conseil, publiée par le journal « Al-Riyadh », semblait traduire le désir des Âl Saoud d’établir avec Téhéran des relations fondées sur une commune appartenance à l’Islam.

116Par la suite, tout en se gardant de déclarations publiques de nature à aviver la tension, Riyadh était amené à prendre des mesures de vigilance. Certains propos tenus à Téhéran, une amorce d’agitation sur les rives sud du Golfe ont provoqué l’envoi à Bahrain et à Qatar de contingents saoudiens en septembre 1979.

117La situation dans le sud-ouest de la péninsule cause également de graves préoccupations aux Âl Saoud.

  • 4 Pour plus de détails, voir la contribution de Michel Tuchscherer sur la R.D.P. du Yémen, tome 2 de (...)

118Fin juin 1978, le colonel al-Ghashmî était victime à Sanaa d’un attentat dont la responsabilité était imputée à M. Salem Rubayya’, chef de l’État sud-yéménite, lui-même renversé et exécuté peu après au profit d’une tendance encore plus pro-soviétique à Aden4.

119A la suite de ces événements, Riyadh faisait savoir qu’il ne tolérerait aucune ingérence extérieure au Yémen du Nord. La Ligue arabe était saisie d’une plainte de Sanaa contre le Sud-Yémen, et de violents incidents frontaliers étaient signalés. En octobre 1978, une tentative de coup d’État contre le colonel Sâlih, successeur d’al-Ghashmî, était mise en échec, et de nouveaux combats éclataient en février-mars entre le Nord et le Sud.

120Après un cessez-le-feu conclu à Kuwait, un nouveau rapprochement s’amorçait entre les deux États yéménites, et parallèlement se détérioraient les relations entre Sanaa et Riyadh. A la fin de la même année, le gouvernement saoudien suspendait son aide économique et militaire au Nord-Yémen. Celui-ci s’adressait alors à Moscou et en obtenait de nouvelles livraisons d’armes. La lutte d’influence engagée à Sanaa entre Riyadh et Aden et, par-delà ces capitales, entre l’Ouest et l’Est, se poursuit donc sans trêve.

121Mais le trait le plus remarquable de cette période est l’accentuation du rapprochement saoudo-irakien. Provoqué principalement par une commune inquiétude face à l’évolution de l’Iran, il va de pair avec une intensification de la lutte entre le Ba’ath irakien et les éléments arabes pro-communistes, non seulement à Bagdad mais dans d’autres pays. Il se traduit notamment par la signature, le 4 février 1979, d’un accord de coopération en matière de sécurité signé par les ministres de l’intérieur des deux gouvernements.

122Paradoxale sur le plan doctrinal, cette convergence jusqu’ici limitée est-elle conjoncturelle ou bien ouvre-t-elle la voie à de nouveaux reclassements au Proche-Orient ? Le volume des réserves d’hydrocarbures des deux pays confère à cette question des implications qui dépassent de beaucoup le cadre régional.

Les responsabilités mondiales de l’Arabie Saoudite

123Ayant su, après la première guerre mondiale, tirer parti des rivalités des grandes puissances pour faire reconnaître l’existence d’un État arabe indépendant dans la péninsule, alors que partout ailleurs le monde arabe subissait la tutelle européenne, les Âl Saoud furent amenés, à partir de 1945, à lier leur sécurité à celle de l’Occident, et plus particulièrement à la puissance américaine.

  • 16 Cette base est supprimée depuis 1971.

124Ce choix s’explique naturellement par le rôle des compagnies américaines dans la découverte des gisements de pétrole et la modernisation du Royaume, mais aussi par la prépondérance qu’exerce désormais Washington au sein du système de défense occidental. C’est alors en effet qu’apparaissent dans le monde arabe des mouvements nationalistes de tendance socialiste et unitaire susceptible de mettre en cause, avec l’appui de Moscou, les régimes traditionnels en place (voir plus haut). Devant ces menaces, le roi ‘Abd al-’Azîz s’était résigné à accepter, en 1945, l’installation à Zahrân d’une base aérienne stratégique américaine : elle était la contrepartie d’une garantie tacite d’intervention des États-Unis en cas d’agression contre le Royaume, quel qu’en fût l’auteur16.

125Par la suite, malgré les vicissitudes que traversèrent les relations entre Riyadh et Washington, jamais cette orientation ne fut sérieusement remise en cause.

126En particulier, l’attitude équivoque des États-Unis dans la phase la plus critique du conflit qui opposa, plusieurs années durant, Faysal et Nasser à propos du Yémen (1962-1969), n’amena pas le premier à rompre cette alliance, quelque amertume qu’il éprouvât à l’égard de ses partenaires américains. Il en fut de même lorsque les dirigeants de Washington, en 1973, négligèrent ses mises en garde quant au réapprovisionnement d’Israël en armement lors de la « guerre d’octobre » : les mesures de représailles se limitèrent à un embargo pétrolier temporaire dont les conséquences psychologiques ne furent certes pas négligeables, mais elles n’allèrent pas jusqu’à la rupture effective avec un allié « irrévocable ».

127Au contraire, en juin 1974, alors que le prestige des Âl Saoud était à son apogée, les liens de toute nature tissés entre les deux pays étaient renforcés par la signature d’accords instituant quatre commissions mixtes permanentes : l’une chargée de suivre la coopération militaire entre les deux pays, les trois autres couvrant tous les aspects du développement économique et technique.

  • 17 30 000 Américains résident en Arabie Saoudite à des titres divers.

128A la vérité, les Etats-Unis occupent une place essentielle dans les secteurs vitaux de la défense et de l’économie du Royaume. Sur le plan militaire, ils assurent l’entraînement des armées de terre, de mer et de l’air, qui sont équipées en majeure partie de matériel américain, tandis que la gestion de l’aviation civile (rattachée au ministère de la défense) est dévolue à la T.W.A. En matière économique, outre le rôle exceptionnel qu’a joué et que joue encore l’ARAMCO, l’influence américaine s’exerce au niveau de la conception, avec la présence du Stanford Research Institute au sein du ministère du plan. Les Etats-Unis sont d’autre part le premier fournisseur de l’Arabie et bénéficient de la plus grande part des placements saoudiens à l’étranger. L’Arabie est enfin depuis peu la plus importante source du pétrole importé aux États-Unis. C’est dire l’ampleur des intérêts communs aux deux pays17.

129Riyadh a cependant élargi l’éventail de ses fournisseurs d’armements et d’équipements civils, mais c’est dans le monde non communiste qu’il a recherché cette diversification.

130En matière militaire, le gouvernement saoudien a établi des liens avec la Grande-Bretagne (entraînement de la garde nationale, fourniture d’avions Light-ning et B.A.C.) et la France (équipement de deux brigades blindées, fourniture d’engins de défense anti-aérienne et de défense côtière). Sur le plan industriel et commercial, le Japon et les nations d’Europe de l’Ouest (notamment l’Allemagne Fédérale) ont pris une part importante à la réalisation des projets d’équipement et à la fourniture des biens de consommation. Ces pays sont désormais concurrencés dans certains secteurs par de nouveaux partenaires récemment industrialisés en Asie : Corée du Sud, Taïwan, Inde...

131En tant que producteur de pétrole, l’Arabie Saoudite constitue un élément fondamental du système économique non-communiste. Troisième producteur mondial, le Royaume est en effet le premier exportateur de cette source d’énergie.

132S’élevant à environ à 400 millions de tonnes en 1978 et près de 490 en 1979, les exportations saoudiennes de brut représentaient environ le tiers des échanges mondiaux de cette matière vitale.

  • 18 Les réserves nouvelles mises en évidence dans certains pays d’Amérique du Centre et du Sud, princip (...)
  • 19 La volonté saoudienne d’assurer la sécurité de ces approvisionnements se traduit à partir de 1978 p (...)

133Aussi l’Arabie exerce-t-elle sur le marché pétrolier une influence qui, à certains moments, parut irrésistible, et qui reste en tout état de cause déterminante18. Elle peut la mettre, comme on l’a vu, au service de ses objectifs de puissance islamique et arabe, mais elle l’utilise aussi pour amortir les coups dirigés contre l’économie occidentale par le biais du ravitaillement pétrolier19.

134C’est ainsi qu’en décembre 1973 à Téhéran, le shaykh Zâkî Yamanî, représentant du Royaume, oblige le chah d’Iran, partisan du prix le plus élevé possible (14 dollars), à transiger à 11,65 dollars le baril. De 1975 à 1978, Riyadh réussit à contenir efficacement les pressions à la hausse, menaçant notamment ses parte-naires les plus extrémistes – lors de la réunion de l’O.P.E.P. à Doha, fin 1976 -d’augmenter de 35 % sa production de 1977 afin de peser sur les prix. De ce fait, le prix de référence du baril « d’arabe léger » n’était encore que de 12,70 dollars en décembre 1978 et les économies occidentales, en accroissant en volume et en valeur leurs propres exportations durant cette période, avaient pu absorber sans trop de mal le premier « choc pétrolier ».

135La situation change fin 1978 avec les répercussions des événements de Téhéran.

136Un calendrier de hausses est adopté à Abu Dhabi en décembre 1978, avec pour objectif d’atteindre une hausse de 14,5 % en octobre suivant. Cependant la spéculation, la baisse du dollar, la réduction prolongée de la production iranienne remettent très vite en cause ces décisions. Riyadh ne peut désormais que mener un combat en retraite. Une nouvelle hausse, massive, est décrétée fin juin 1979 dans le cadre de l’O.P.E.P. (le prix de l’arabe léger passe à 18 dollars le baril). Une série de hausses supplémentaires est déclenchée individuellement par certains producteurs en octobre et novembre, et la spéculation qui règne sur le marché « spot » aggrave encore la flambée des prix. Cette situation anarchique amène le Royaume à relever encore une fois ses propres prix d’un tiers à la veille de la conférence de l’O.P.E.P. de Caracas (décembre 1979). Cette mesure ne suffit cependant pas à ramener un semblant d’unité au sein de l’organisation, tant au point de vue des prix que de la politique de production. Au début de 1980, le Royaume continue de peser autant qu’il le peut dans le sens de la modération, en pratiquant les « prix affichés » les plus bas (24 dollars le baril alors que les autres pays de l’O.P.E.P. vendent leur brut de 26 à 35 dollars) et en maintenant un rythme de production élevé. Ce rythme à la fin de 1978 a été porté, pour compenser l’arrêt momentané de la production iranienne, à plus de 9,5 millions de barils/jour (correspondant à une production annuelle moyenne de 475 millions de tonnes), alors que d’autres producteurs, même parmi les États du Golfe, procédaient à des réductions de leur extraction. En même temps, Riyadh exhorte les pays occidentaux à prendre d’énergiques mesures d’économie.

  • 20 Il est à remarquer également que Riyadh s’est refusé à abandonner le dollar comme monnaie des trans (...)

137Le souci de l’Arabie d’éviter des à-coups brutaux dans le fonctionnement du système pétrolier existant et de respecter les intérêts fondamentaux de son allié américain apparaît également dans la sage lenteur avec laquelle est conduite la nationalisation de l’ARAMCO. Riyadh n’a pas pour autant cédé à certaines pressions américaines tendant à lui faire accroître sa capacité de production par des investissements nouveaux. Une telle initiative eût sans nul doute choqué beaucoup de Saoudiens alors que le rythme de la production extraite depuis de nombreuses années, supérieur aux stricts besoins de financement internes, a conduit le Royaume à accumuler des excédents qui paraissent profiter d’abord à l’Occident, et principalement aux États-Unis où est placée la majeure partie d’entre eux20.

  • 5 Voir à ce sujet les contributions de Geneviève Cayre et de Traute Wohlers Scharf sur les fonds arab (...)

138Les disponibilités financières tirées de la vente du pétrole ont d’autre part permis aux Al Saoud de donner à leur politique étrangère une dimension nouvelle en direction du tiers-monde. Avec ces pays, Riyadh affirme sa solidarité d’autant plus volontiers qu’il s’agit souvent de pays d’Islam et, depuis 1973, il pratique à leur égard une aide multiforme, aussi bien par des prêts ou des dons directs que par la création ou la participation à des fonds d’aide5. Il s’agit, là encore, de contrecarrer la menace marxiste dans ces pays, soit en aidant des régimes modérés à se consolider, soit en facilitant l’évolution dans un sens modéré de régimes radicaux. Le désir saoudien de favoriser un rapprochement entre ce tiers monde et l’Occident s’est manifesté par le co-parrainage avec la France du dialogue Nord-Sud (Paris, 27 mai-3 juin 1977), bien que cette première rencontre du genre ait surtout mis en relief la difficulté d’un tel dessein.

139L’analyse sommaire des différents aspects de la politique extérieure saoudienne fait en définitive ressortir la priorité donnée à la lutte contre le communisme, ses dérivés ou ses auxiliaires. Par là, l’action de Riyadh se trouve, sur tous les plans, en opposition avec celle de Moscou. Cette constatation amène à examiner les rapports entre deux capitales qui n’entretiennent pas à ce jour de relations officielles.

  • 21 Il s’applique d’ailleurs aussi à la Chine Populaire, avec laquelle l’établissement de relations dip (...)

140L’U.R.S.S. avait été l’une des premières grandes puissances à reconnaître en 1927 le « royaume du Najd, du Hijâz et de ses dépendances » et à y établir une mission diplomatique grâce à laquelle elle espérait étendre son influence en mer Rouge. ‘Abd al-’Azîz cherchait alors des partenaires capables d’apporter quelques ressources à une économie indigente. Ce fut Moscou qui – en 1938 selon une source autorisée – prit l’initiative de retirer sa représentation en constatant la stérilité de ses efforts face à une prédominance anglo-saxonne. Depuis, c’est au nom de l’incompatibilité doctrinale existant entre l’athéisme marxiste et la foi musulmane, que les Âl Saoud ont écarté la possibilité de rétablir de telles relations. Ce principe, affirmé avec force par Faysal, ressort encore implicitement de la déclaration gouvernementale du roi Khâlid, le 28 mars 197521. Il n’a pas empêché qu’à diverses reprises les propos calculés de tel ou tel responsable saoudien n’en fassent entrevoir l’éventualité. De telles déclarations avaient généralement lieu dans des circonstances où la politique américaine engendrait une grave crise de confiance entre Washington et Riyadh. Ce fut le cas notamment après la signature des accords de Camp David et lorsque les événements d’Iran montrèrent que l’Amérique pouvait abandonner un allié en difficulté après l’avoir compromis par un soutien indiscret.

141Peu après cependant, Riyadh témoignait de sa résolution à défendre l’Islam contre les entreprises de l’U.R.S.S. en provoquant au Pakistan une réunion des ministres des affaires étrangères de la Conférence islamique pour examiner les moyens de faire face à la situation créée par l’intervention soviétique en Afghanistan (janvier 1980). Force est donc de constater qu’à ce jour les Âl Saoud ont préféré utiliser l’hypothèse d’une introduction de l’U.R.S.S. sur leur territoire comme un moyen de pression sur leurs alliés plutôt que de mettre à exécution une initiative qui apparaîtrait comme une évolution fondamentale de leur politique extérieure. Le seul point sur lesquels les politiques de Riyadh et de Moscou présentent une apparente convergence est la manière d’envisager la solution du problème palestinien, mais on ne peut douter de la divergence des arrière-pensées : le Royaume ne tient certainement pas à voir s’installer sur la rive ouest du Jourdain un État qui servirait de relais à l’influence soviétique.

CONCLUSION

  • 22 Les dernières en date furent la libyenne (1969), l’afghane (1973) et l’iranienne (1979).

142Les graves événements survenus en Orient au cours de l’année 1979 – crise américano-iranienne, attaque de l’enceinte sacrée de La Mekke par un groupement armé, intervention soviétique en Afghanistan – ont avivé en Occident les craintes d’un bouleversement qui, par la menace combinée d’une vague islamique révolu-tionnaire et d’une poussée soviétique en direction du Golfe et de l’océan Indien, mettrait en péril ses intérêts vitaux, économiques et stratégiques. Dans cette région, Riyadh apparaît plus que jamais comme la clé de voûte d’un édifice dont la chute ouvrirait une ère de profonde incertitude politique. D’où les interrogations multipliées sur la capacité de résistance du régime aux menaces intérieures et extérieures, alors que les monarchies musulmanes paraissent succomber les unes après les autres à une fatalité sociologique22.

  • 23 En l’occurrence à l’Islam wahhâbite, sunnite et de rite hanbalite.

143Les Âl Saoud ont principalement dû leur succès au fait qu’ils incarnaient des vertus estimées essentielles par la population bédouine : solidarité de clan, austérité, courage, soumission à la foi23. Personnifiés par les hautes figures de la dynastie, ces modes de pensée sont encore ceux de larges secteurs de la société saoudienne.

144Des comportements individuels en contradiction trop évidente avec ces idéaux, un développement global imprudemment calqué sur certains modèles occidentaux, ne pourraient avoir dans l’immédiat qu’un effet destructeur sur la stabilité du Royaume. Le processus de modernisation engagé par les Âl Saoud doit-il inéluctablement conduire à cet écueil ?

145La dynastie conserve pourtant des atouts considérables : son prestige historique, la puissance d’un clan aux multiples ramifications, la qualité de bon nombre de ses figures les plus marquantes. Sans doute, pour bénéficier d’un consensus renouvelé, lui faudrait-il retrouver une conception originale de l’équilibre des pouvoirs et de l’organisation économique.

146L’on paraît en avoir conscience dans les milieux dirigeants de Riyadh et, à la suite de l’affaire de La Mekke, certaines déclarations laissent penser que les projets d’innovations institutionnelles longtemps différés sont remis à l’étude. D’autres problèmes toutefois pourraient mettre à l’épreuve le sens de la solidarité que la famille royale a jusqu’à présent toujours su faire prévaloir dans les circonstances difficiles. La santé du roi Khâlid, qui a donné des inquiétudes à diverses reprises, conduit certains observateurs à spéculer sur les conflits internes que susciterait une éventuelle succession.

147Sur le plan extérieur, le sort du régime dépendra beaucoup de l’évolution des rapports de force entre l’U.R.S.S. et les Etats-Unis dans cette zone du monde. Bien que l’aspiration dominante des populations qui l’habitent soit de rester en dehors des affrontements entre les blocs, la poussée soviétique suscite des craintes qui peuvent ouvrir des perspectives nouvelles aux relations entre l’Islam et l’Occident. De grandes difficultés subsistent, il est vrai, pour l’élaboration en commun d’un mode nouveau de relations économiques, comme l’ont montré le dialogue Nord-Sud et le dialogue euro-arabe. Mais aux yeux des Âl Saoud, comme de beaucoup de dirigeants modérés des pays voisins, le préalable essentiel à l’établissement d’un véritable dialogue entre la communauté islamique et ses interlocuteurs de l’Ouest réside dans une solution acceptable du problème palestinien, question de conscience pour l’Islam et facteur permanent d’instabilité dans la région.

148Le destin du Royaume a voulu que, témoin d’une civilisation patriarcale, dépositaire d’un grand héritage spirituel, il détienne en même temps un enjeu vital dans la gigantesque compétition qui oppose les empires modernes. Peut-être la fascination qu’il exerce aujourd’hui tient-elle finalement à la détermination de cette poignée d’hommes de n’abdiquer aucune des responsabilités qui leur sont paradoxalement échues.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

En langues européennes :

Aba Al Khail (Mohammed). – The Oil Price on perspective. International Affairs, n° 4, oct. 1979.

Antonius(C). – The Arab Awakening. New York, 1946.

Armstrong (H.C.). – Lord of Arabia. London, Baker, 1934.

Berreby (J.J.). – La péninsule Arabique, terre sainte de l’Islam, patrie de l’Arabisme et empire du pétrole. Paris, Payot, 1958.

Field (Michaël). – Cent millions de dollars par jour. Paris, Fayard, 1975.

Halliday (Fred). – Arabia Without Sultans. Penguin Books, 1979.

Philby (H. St-John). – Arabian Jubilee. London, R. Hale, 1952.

Philby (H. St-John). – Saudi Arabia. London, Ernest Benn, 1955.

Soulie (J.L.) et champenois (L.). – Le Royaume d’Arabie Saoudite à l’épreuve des temps modernes. Paris, Albin Michel, 1979 (Collection Présence du Monde Arabe).

Tomiche(F.J.). – L’Arabie Séoudite. Paris, PUF, 1969 (Collection Que sais-je).

Wissa Wassef (C.). – L’Arabie Séoudite et le conflit israélo-arabe du mois d’octobre 1973. Politique Étrangère, n° 2, 1974.

Yamani (Ahmad Zaki). – Islamic Heritage and contemporary Issues. New York Third Press, Joseph Okpakh Publishing Co, 1975.

En langue arabe :

Hanbali (Râshid Alî al-). – Muthir al-wajd fi ma’rifat ansâb mulûk Najd. Le Caire, 1959.

Ibn Bishr(‘Uthmân). – ‘Unwân al-majd fî tâ’rîkh Najd. La Mekke, 1929 AD/1349 AH/.

Rashid (‘Alî). – Confession d’un Nedjdien. 1890.

Wahba (Hâfiz). – Jazîrat al-’Arab fî l-qarn al-’ishrîn.

Annexes

APPENDICE

L’année 1980 a vu s’aggraver les tensions auxquelles le royaume d’Arabie Saoudite doit faire face dans sa région du monde.

A partir de la fin de septembre 1980, le conflit armé irako-iranien faisait peser de nouvelles menaces sur la sécurité dans le Golfe. L’Arabie Saoudite adoptait à l’égard de l’Irak une attitude de soutien prudent sur les plans diplomatique et économique. En même temps elle appuyait les efforts de la commission de « bons offices » créée par la Conférence islamique pour tenter une conciliation entre les deux adversaires.

Comme ce fut le cas dans d’autres circonstances, l’alliance de fait avec les Etats-Unis se traduisait alors par la décision américaine de baser sur le Royaume une force aérienne, en l’espèce quatre avions-radar AWACS chargés d’en surveiller les abords. Cette décision entraînait par contrecoup la rupture des relations diplomatiques saoudo-libyennes.

Les États-Unis ont confirmé leur résolution de livrer à l’Arabie des avions de combat F-15, malgré les protestations israéliennes. Le Royaume a poursuivi par ailleurs sa politique d’acquisition en Occident des matériels militaires les plus modernes. C’est ainsi qu’en octobre 1980 a également été signé un très important contrat d’armements navals avec la France (de l’ordre de 15 milliards de francs).

Quant au problème palestinien, Riyadh a maintenu la ligne politique définie à partir de 1975. En mai 1980, le prince héritier Fahd déclarait le Royaume prêt à se joindre à un processus de paix si Israël s’engageait à se retirer des territoires occupés. En août de la même année, par contre, la décision israélienne d’annexer Jérusalem-Est provoquait de sa part un nouvel appel au jihâd pour libérer la ville sainte.

Sur le plan intérieur, après une phase de répression consécutive à l’affaire de La Mekke, les dirigeants saoudiens paraissent avoir ressenti le besoin de faire un pas dans le sens d’une évolution des institutions. Le 9 mars 1980, une commission de neuf membres était chargée de préparer un texte constitutionnel.

En outre, des mesures ont été prises visant à une observance plus stricte des pratiques religieuses (le Ramadan notamment) et à une certaine moralisation de la vie économique.

Il est permis d’y voir un effet des événements de la fin de 1979.

Notes

1 Cf. au tome I de cet ouvrage, la « Présentation géo-politique de la péninsule Arabique » de Pierre Marthelot (pp. 21-24) et « L’Islam dans la péninsule Arabique » de Pierre Rondot (pp. 51-57). Sur les aspects doctrinaux du wahhâbisme, voir la contribution d’Olivier Carre « Idéologie et pouvoir en Arabie Saoudite et dans son entourage », tome I, pp. 219-244.

2 La danse du sabre (1902) qui en fut l’occasion est entrée dans l’histoire grâce aux nombreuses relations dont elle fut l’objet.

3 Voir la carte d’Arabie Saoudite à la page 569.

4 Détenteurs légitimes du pouvoir temporel et spirituel, habilités « à nouer et à dénouer ».

5 Le transfert à Riyadh du ministère des affaires étrangères et du corps diplomatique doit être réalisé en 1982 dans le cadre d’une extension de cette ville.

6 Il comprend actuellement les trois princes les plus influents de la famille royale, Fahad, Abd Allâh, Sultân et le Dr. Râshid Pharaon. Ce conseir contribue à fixer les grandes orientations de la politique du Roi.

7 Le Souverain conservait en fait pour seule prérogative le droit de rejeter les textes législatifs dans les trente jours qui en suivaient le dépôt, sous réserve qu’il puisse justifier sa décision devant le Conseil des ministres. Il pouvait être fait appel aux ‘Ulû al-amr si elle était estimée infondée.

8 Ces sommes semblent avoir été ramenées dans les deux cas à 30 riyals.

9 HITTI (Phillip K.), History of the Arabs, London, Macmillan, p. 321.

10 Elle est commandée par le prince ‘Abd Allâh ibn ‘Abd al-’Azîz, deuxième vice-président du Conseil.

11 Notamment le juriste Al-Mâwardî et le théologien Al-Ghazâlî.

12 Pacte de défense égypto-saoudite d’octobre 1955.

13 Le Caire organisait sans grand succès un congrès de ‘Ulamâ’, en 1966.

14 Au début de 1980, la Conférence islamique compte 42 membres. L’Égypte a été suspendue de son appartenance à l’organisation.

15 L’opération égyptienne aurait eu pour but de détruire des bases de commandos entraînés en vue d’une action contre le régime du Caire.

16 Cette base est supprimée depuis 1971.

17 30 000 Américains résident en Arabie Saoudite à des titres divers.

18 Les réserves nouvelles mises en évidence dans certains pays d’Amérique du Centre et du Sud, principalement au Mexique et au Vénézuéla, pour importantes qu’elles soient, ne paraissent pas remettre en cause cette primauté, au moins dans un proche avenir.

19 La volonté saoudienne d’assurer la sécurité de ces approvisionnements se traduit à partir de 1978 par la construction d’un oléoduc transarabique (du Golfe à la mer Rouge), d’un débit de 100 Mt/ an, devant être achevé en 1981, de manière à réduire les quantités de pétrole transitant par le détroit d’Ormuz et exposées de ce fait à d’éventuelles menaces maritimes.

20 Il est à remarquer également que Riyadh s’est refusé à abandonner le dollar comme monnaie des transactions pétrolières, comme y incitaient certains régimes progressistes.

21 Il s’applique d’ailleurs aussi à la Chine Populaire, avec laquelle l’établissement de relations diplomatiques impliquerait la rupture avec Taïwan, lequel a établi une étroite coopération économique, voire militaire avec le Royaume.

22 Les dernières en date furent la libyenne (1969), l’afghane (1973) et l’iranienne (1979).

23 En l’occurrence à l’Islam wahhâbite, sunnite et de rite hanbalite.

Notes de fin

1 Voir les contributions de Serge de Klebnikoff et de Jon Swanson sur le problème des migrations dans la péninsule.

2 Voir la contribution de Philippe Fargues sur la présentation démographique des pays de la péninsule Arabique.

3 Voir à ce sujet, la contribution de Geneviève Cayre sur les fonds d’aide multilatérale, au tome 1 de cet ouvrage.

4 Pour plus de détails, voir la contribution de Michel Tuchscherer sur la R.D.P. du Yémen, tome 2 de cet ouvrage.

5 Voir à ce sujet les contributions de Geneviève Cayre et de Traute Wohlers Scharf sur les fonds arabes de développement, tome 1 de cet ouvrage.

Table des illustrations

Légende Carte 18. – Le royaume d’Arabie Saoudite.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2365/img-1.png
Fichier image/png, 72k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable