Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Troisième Partie : Les États du Golfe, d'ouest en est

Le développement d’un état-cité maritime dans le golfe : l’exemple de Dubayy*

Frauke Heard-Bey

Texte intégral

1. INTRODUCTION : DUBAYY, PARTIE DES ÉMIRATS ARABES UNIS

  • * Traduction française vérifiée par le service de traduction des éditions du C.N.R.S.
  • Voir la carte n° 16 : Emirats Arabes Unis, à la page 525.

1Dubayy est l’un des sept États qui s’unirent le 2 décembre 1971 pour former les Émirats Arabes Unis (E.A.U.). Les autres membres de la fédération sont Abu Dhabi, Shârja, ‘Ajmân, Umm al-Qaywayn, Ra’s al-Khayma et Fujayra.

2Les E.A.U. s’étendent sur 500 km le long de la côte sud du Golfe, depuis la péninsule de Musandam, au nord-est de la ville de Ra’s al-Khayma. Ils possèdent également 75 km de côtes sur le golfe d’Oman. Comme Abu Dhabi, capitale de la fédération, les principaux centres de population de chaque émirat sont situés sur les côtes. Al-’Ayn est la seule ville notable de l’intérieur. Elle se développa à partir d’un groupe de villages appartenant au shaykhat d’Abu Dhabi ; ils formaient une partie de l’oasis appelée par certains Buraymî, d’après le nom du village principal rattaché maintenant au sultanat d’Oman.

3Les frontières méridionales des E.A.U. se perdent dans le grand désert de l’Arabie Saoudite, le Rub’ al-Khâlî. Le grand émirat d’Abu Dhabi (qui occupe à lui seul quelque 67 500 km2 sur un total de 78 000 km2 pour l’ensemble des Émirats) est en grande partie recouvert par un désert de sable, plat dans certaines zones, mais dont les dunes atteignent jusqu’à 200 m en bordure d’une cinquantaine de petites oasis de la partie sud, dénommée al-Liwâ’.

  • 1 L’eau était généralement amenée depuis l’aquifère par des canaux souterrains, falaj. pl. aflâj, lo (...)

4Le pays reçoit moins de 100 mm de précipitations annuelles, sous forme de pluies orageuses et d’averses isolées survenant habituellement entre décembre et avril. Le caractère désertique de l’arrière-pays d’Abu Dhabi contraste avec les centres de population maritimes et avec les émirats du nord où la chaîne du Hajar domine le paysage ; elle s’élève jusqu’à 1 700 m à l’extrémité de la péninsule de Musandam et atteint plus de 3 000 m dans le jabal Akhdar, en Oman. La culture des dattes existe depuis des temps immémoriaux dans la zone d’al-’Ayn, le long de la bande côtière du nord et de l’est, ainsi que dans les oasis des vallées, wâdîs, de la chaîne du Hajar ; elle utilise pour l’irrigation l’eau douce souterraine1. Au cours de ces dernières années, des efforts énormes ont été entrepris pour accroître les surfaces cultivées. Des pompes à moteur ont été mises en service et l’éventail des espèces cultivées s’est beaucoup élargi. Mais la surface cultivée représente encore moins de 1 % de la superficie totale des E.A.U., et les pâturages désertiques où paissent chameaux et chèvres moins de 20 %. Bien que les lieux de pêche des deux côtes soient riches, les prises sont généralement limitées à la zone côtière.

5Les ressources naturelles de la région suffisaient à peine aux besoins d’une faible population (environ 80 000 personnes au début de ce siècle). De nombreuses familles vivaient de l’industrie perlière ; celle-ci avait connu une extension considérable à partir des années 1800, suivie d’un déclin très brutal après 1930, dû à l’introduction des perles de culture japonaise sur les marchés européens et américains.

6Vers 1950, la population était inférieure à ce qu’elle était en 1900, en raison de l’émigration. En 1968 cependant, elle atteignait le chiffre de 180 000 habitants. Au recensement de 1976, 656 000 personnes furent dénombrées et la population était officiellement évaluée à 850 000 habitants au début de 1979. Cet accroissement phénoménal provient de l’expansion économique sans précédent dont bénéficièrent Abu Dhabi et Dubayy au cours des années 1960, puis les autres émirats à partir de 1970. De nombreuses familles émigrées dans les pays voisins revinrent dans leur patrie. Mais, alors qu’en 1968 la population autochtone constituait la majorité, elle ne représente plus aujourd’hui qu’environ 30 %. Comme dans les autres Etats du Golfe où l’accroissement de la population est rapide, les immigrants viennent du Pakistan, d’Oman, du sud de l’Iran, de l’Inde, des autres pays arabes, d’Europe, des États-Unis et même d’Extrême-Orient.

7La transformation fondamentale de la société, de l’environnement et de l’économie a pour origine le développement de la production et de l’exportation du pétrole. Actuellement, trois États membres des Émirats Arabes Unis exportent ensemble quelque 1,83 million de barils par jour ; Abu Dhabi vient en tête avec 1,447 million (environ les 3/4 de la consommation française), suivi par Dubayy (0,362), tandis que Shârja a exporté 22 000 barils/jour en 1978.

  • 2 Une mine de matériaux concernant le Golfe entier a été recueillie au cours de trois siècles et dem (...)

8La position du Golfe, susceptible d’en faire une voie de communication sûre vers l’empire britannique des Indes, via la Mésopotamie, lui conféra un rôle d’importance, qui détermina en grande partie l’histoire récente de ces shaykhats2. Au cours d’une période d’anarchie générale à la fin du xviiie siècle, la flotte britannique fut parfois attaquée, en particulier par les Qawâsim (sing. Qâsimî). Il s’agissait d’une petite tribu arabe qui, pendant une courte période, avait exercé un commerce fructueux entre les deux rives de l’entrée du Golfe et était entrée en compétition avec ses ennemis, les Omanais, soutenus par les Britanniques. Des expéditions contre les ports indigènes des Qawâsim, Ra’s al-Khayma et Shârja, aboutirent en 1820 à une trêve entre la Grande-Bretagne et sept autres tribus arabes, appelées depuis les États de la Trêve. Ce fut le début d’une période de contrôle des eaux du Golfe par les Britanniques. A la fin du xixe siècle, d’autres puissances européennes menacèrent d’acquérir une influence économique dans les États du littoral. Au cours d’arrangements ultérieurs entre le gouvernement britannique de l’Inde et les dirigeants arabes, tout fut fait pour exclure ces puissances, tant sur le plan politique (notamment par « l’Exclusive Agreement » de 1892) que sur le plan économique : citons à titre d’exemple l’accord de 1922 par lequel les concessions pétrolières étaient accordées uniquement aux sujets ou compagnies britanniques. Bien entendu, la politique initiale de non-ingérence dans toutes les affaires de l’arrière-pays, en particulier les litiges tribaux, ne put être maintenue. Après la seconde guerre mondiale, la Grande-Bretagne finança une aide au développement et créa même une petite force sous commandement britannique, les Trucial Oman Levies, pour faciliter l’exploration pétrolière qui commença en 1946. Des concessions avaient été octroyées par tous les dirigeants de la Trêve, entre 1938 et 1952, au Petroleum Development Trucial Coast, filiale de l’Iraq Petroleum Company.

CARTE N° 16 : Les Émirats Arabes Unis

9Lorsque la Grande-Bretagne décida, en janvier 1968, d’abandonner à la fin de 1970 tous les mandats politiques et militaires situés à l’est de Suez, les dirigeants d’Abu Dhabi et de Dubayy entreprirent de créer un nouvel État unifié. Il fut question un moment d’inclure Bahrain et Qatar dans cette fédération. En fin de compte, ces derniers proclamèrent leur indépendance au cours de l’été 1971, permettant ainsi aux États de la Trêve de mettre en place une union plus étroite que celle qui était prévue initialement. Une constitution taillée sur mesure maintient l’équilibre entre des shaykhats encore très individualistes et aux économies très différentes.

10Les Émirats Arabes Unis firent une entrée en force sur la scène internationale en adhérant à de nombreuses organisations arabes et internationales ; ils octroyèrent en leur nom la plus grande partie de l’aide extrêmement généreuse accordée par Abu Dhabi à l’étranger. La fédération devint rapidement un État dans laquel les ministères centraux purent maîtriser en grande partie la routine administrative, notamment les changements rapides de l’infrastructure et du domaine social. La contribution d’Abu Dhabi formait l’essentiel du budget fédéral (plus de 90 % dans les premières années) ; le shaykh Zâyid ibn Sultân, dirigeant d’Abu Dhabi et premier président des E.A.U. (réélu après cinq ans), entendait prouver ainsi son fervent soutien à l’idée fédérale.

11Tandis que Dubayy devenait la métropole ayant la croissance commerciale et même industrielle la plus rapide du Moyen-Orient, Abu Dhabi, en tant que siège du gouvernement, grandissait aussi démesurément. A une administration locale quelque peu gonflée, s’ajoutait une grande partie des 30 000 fonctionnaires fédé-raux qui y habitaient au début de 1979. Dans les deux villes, et à un degré moindre à Shârja et dans les autres émirats, l’afflux de personnel administratif et commercial impliquait la création de logements. Il en résulta une vive spéculation immobilière, et la construction de grands immeubles transforma radicalement le profil de la ville ; la valeur des propriétés foncières s’accrût également hors de toute proportion.

12Plus que le développement de l’enseignement – y compris une université qui fonctionne depuis 1977 – ou que l’essor des services de santé et des communications de toutes sortes, l’afflux d’autres groupes, arabes et européens, amena une confrontation avec les valeurs traditionnelles et transforma profondément la vie des autochtones. Cependant, les liens familiaux étroits et les structures tribales demeurent encore intacts. Cela est vrai non seulement pour les groupes tribaux des Banî Yâs ou Manâstir qui accompagnent toujours leurs chameaux dans leurs pâturages d’hiver, dans le désert d’Abu Dhabi, ou les pêcheurs Sharqiyîn et les paysans qui cultivent les palmiers-dattiers sur la côte est, mais également pour leurs frères urbanisés qui travaillent dans des établissements commerciaux ultra-modernes et dans des bureaux gouvernementaux climatisés. Par dessus tout, l’influence formatrice de l’Islam qui, dans les siècles passés, imprégna sur cette côte aussi bien le comportement social que les affaires d’autorité et de juridiction, conserve toujours la plus grande importance dans la société actuelle des Émirats Arabes Unis, qu’elle soit autochtone ou immigrée.

2. DUBAYY AVANT 1950

2.1. Le cadre

13A maints égards, Dubayy a toujours été un exemple typique des villes de la Côte de la Trêve, avec sa population venue de l’arrière-pays et sa croissance rapide durant la période d’expansion de l’industrie perlière. La situation géographique, la prévoyance de ses dirigeants, l’astuce de ses marchands et sa bonne fortune se combinèrent pour mener Dubayy au succès. Elle réussit mieux que ses voisins lors de certaines périodes où il lui fallut faire face à l’insuffisance des ressources locales. Dubayy emboîta le pas aux Qawâsim qui, au xviiie siècle, tirèrent profit du transit des marchandises, et la ville connut une période de prospérité. Elle y gagna de l’importance politique, car ses marchands saisirent les diverses occasions de commercer avec les pays voisins ou de leur servir d’intermédiaire. A maintes reprises, les résidents de Dubayy surent découvrir les moyens de vivre mieux qu’en se fiant exclusivement aux ressources locales alors disponibles. Le développement de la ville montre comment, dans des circonstances favorables, une communauté de marchands de la Côte put dépasser les seules ressources de son milieu naturel. Les moyens d’accroître les profits tirés de la pêche (perles et poissons), de la culture des palmiers-dattiers ou du commerce intérieur consistaient à entreposer des marchandises, à échapper aux règlements douaniers de ses voisins, à pratiquer la contrebande et à monter des entreprises de service dans le sillage de la production croissante de pétrole d’autres régions du Golfe.

  • 3 En 1969, la production de Dubayy était d’un demi million de tonnes, tandis qu’Abu Dhabi exportait (...)

14En 1969, sept ans après Abu Dhabi, Dubayy commença à exporter du pétrole. Les revenus pétroliers ne représentaient alors qu’une faible proportion de ceux d’Abu Dhabi3. Les nouvelles ressources ne furent donc pas la cause directe des changements intervenus au cours des années 1960 et au début des années 1970, tant sur le plan matériel (urbanisme) que sur le plan social (accroissement de population dû à l’immigration). Ces changements furent également dus à la croissance de Dubayy en tant que métropole commerciale.

15Dans cette étude, nous décrirons quelques aspects du développement de l’État-Cité à partir des dernières années 1950. Nous considérons en effet cette décennie comme une frontière entre un ordre ancien, qui convenait à une société homogène, et une nouvelle ère de transition au cours de laquelle les systèmes économiques et sociaux sont imposés par des éléments étrangers.

2.2. Histoire des origines

  • 4 « Malgré la signature séparée au nom de son chef Hazza’-bin-Za’al, alors mineur, du traité général (...)
  • 5 L’incident décrit par Lorimer, Histor., p. 765 : « Cette violence de la part de shaykh Khalîfa (d’ (...)
  • 6 Le shaykh Maktûm ibn Butî eut comme successeur en 1852 son frère Sa’îd ibn Butî, qui mourut en 185 (...)

16Selon des documents, Dubayy fut fondée au cours du xviiie siècle, ou peut-être avant. C’était à l’origine un petit village de pêcheurs dépendant du shaykhat d’Abu Dhabi4 et ses habitants devaient être très probablement des Banî Yâs. En 1833, un groupe d’environ 800 personnes appartenant à la sous-section Âl Bû Falasa des Banî Yâs se sépara d’Abu Dhabi et s’établit à Dubayy5. Les chefs de cet exode, ‘Ubayd ibn Sa’îd et Maktûm ibn Butî gouvernèrent conjointement jusqu’à la mort du premier en 1936. Maktûm ibn Butî gouverna jusqu’en 1952 et fonda la dynastie des Âl Maktûm6. Le nouveau shaykhat éprouva quelques difficultés à défendre son indépendance à la fois contre Abu Dhabi et contre son voisin Qâsimi de Shârja. Le shaykh Maktûm et ses successeurs suivirent généralement une politique de bons rapports avec les autorités britanniques du Golfe, vraisemblablement en partie pour éviter la destruction du petit État.

2.3. Dubayy, port de commerce et de pêche aux perles

17Le gouvernement du shaykh Maktûm ibn Hashar, libéral et prévoyant, couvre la période d’expansion rapide de l’industrie perlière dans le Golfe. Il coïncide aussi avec un fait qui tourna immédiatement au bénéfice de Dubayy : en 1902, une loi instituant des droits extrêmement rigoureux à l’importation et l’exportation des marchandises transitant par les ports persans causa la ruine des entrepôts de la côte, surtout celui du port principal de Lingeh, à l’entrée du Golfe. Les marchandises de l’Inde à destination de la côte de la Trêve furent donc embarquées directement pour Dubayy, qui se développa comme centre de distribution vers l’intérieur, et plus particulièrement l’oasis de Buraymî. Son importance s’accrut encore davantage en tant que port de transit d’où les denrées indiennes, arrivant par bateaux à voiles, puis par un service régulier de navires à vapeur (une fois par semaine à partir de juin 1904), étaient réexportées en Perse et dans les contrées voisines. Avant d’être artificiellement améliorés, les ports de la plupart des villes de la côte orientale des États de la Trêve présentaient des caractéristiques communes. C’étaient des criques abritées et reliées à la pleine mer, mais considérablement gênées par des bancs de sable se formant à l’entrée en raison d’un fort courant parallèle à la côte. La crique de Dubayy ne faisait pas exception à la règle, mais elle se prolongeait plus loin à l’intérieur des terres que les autres criques.

  • Voir la carte n° 17 : Schéma de Dubayy, page 531.

18Dubayy s’élève maintenant sur les deux rives en forme de S à l’entrée de la crique. Du temps de la souveraineté d’Abu Dhabi sur les Banî Yâs, cette crique était la ligne frontière entre les territoires Âl Bû Falah et Qâsimî. Le fort du représentant des Âl Bû Falah était situé sur la côte ouest, dans le quartier de Shindagha. La pêche perlière et le commerce firent rapidement de Dubayy un centre important d’immigration ; au début du siècle, on estimait à 10 000 le nombre d’habitants des trois quartiers de la ville.

  • 7 Un livre de référence à usage interne de l’Indian Civil Service fut compilé par J.G. LORIMER sous (...)

19Le lieu d’origine du village de pêcheurs des Banî Yâs était vraisemblablement le quartier de Shindagha, situé dans un triangle entre la pleine mer, au nord, et la crique à l’est. A l’époque du relevé fait par le Gazetteer7, les 250 maisons de ce quartier étaient exclusivement occupées par des Arabes. Les transactions foncières amenèrent quelques changements ; cependant, à l’occasion du récent développement de cette zone (dû à la construction d’un tunnel sous la crique) et de l’indemnisation des propriétaires de terrains et de maisons de ce quartier, on s’aperçut que la plus grande partie de la propriété foncière était encore entre les mains de la famille au pouvoir et des autres branches des Banî Yâs.

  • 8 Selon Lokimer, Geogr., p. 455. il y aurait eu 67 Hindous et 23 Khojas, y compris les femmes et les (...)

20Dubayy proprement dite est située du même côté de la crique que Shindagha, mais plus à l’est. Elle est devenue le plus important des deux quartiers de l’ouest, probablement parce que les navires pouvaient plus facilement y être déchargés. La mosquée principale et un fort, construits vers 1800, firent de ce quartier de Dubayy la position-clé de l’Etat-cité. La communauté indienne8 – Khojah et Hindu – était cantonnée dans ce secteur qui comptait environ cinquante boutiques et une centaine de maisons ; le troisième quartier, Dayra, sur la rive est de la crique, était alors de beaucoup le plus grand, avec quelque 1 600 maisons, habitées par des Arabes, des Persans et des Balûshîs. Le souq de Dayra, avec près de 350 magasins, était le plus grand marché de la Côte de la Trêve.

  • 9 Lorimer, Geogr., pp. 1121 sq. et p. 1204.

21Au cours de la première décennie de ce siècle, la population de Dubayy était déjà plus mêlée que celle des villes de Shârja ou d’Abu Dhabi. A eux seuls, les Banî Yâs détenaient la majorité, avec 440 maisons, car les Âl Bû Mahayr, de même que les Mazârî’ de Dubayy, contrairement à ceux d’Abu Dhabi, ne se considéraient pas comme faisant partie intégrante des Banî Yâs9. A l’intérieur de la ville, le reste de l’élément arabe comprenait des Arabes de Bahrain, du Kuwait et de la côte persique, 400 maisons ; de Suwaydî, 250 ; des gens originaires d’al-Hasâ’, 30 ; des Marrar, 30 ; et des Shwayhiyîn, fraction de la tribu des Banî Ka’ab, 10. Le reste de la population se composait de 250 familles persanes, de 200 foyers balûshîs et de sujets indo-britanniques.

  • 10 Lorimer, Hist., p. 752.

22Le seul établissement de l’intérieur pouvant être considéré comme dépendant des dirigeants de Dubayy était Hajarayn, dans le Wâdî Hattâ ; ce village, au cours de ses démêlés avec les habitants du village de Masfût, s’était tourné vers Dubayy pour demander de l’aide10. Dans les décennies suivantes, on adopta le nom de Hattâ pour ce village et, depuis un certain temps, les dirigeants de Dubayy y ont un représentant ; les services publics dépendent de la municipalité de Dubayy. Les oasis de Khawânij et al-’Awîr, situés à 17 et 20 km de la côte dans une région de dunes relativement boisées, se prolongent par des jardins et des maisons grâce à l’installation de pompes.

  • 11 Lorimer, Hist., p. 2256.
  • 12 Lorimer, Hist., p. 2286 sq.

23Les informations disponibles sur l’activité économique de Dubayy dans la première décennie du xxe siècle peuvent ne pas être toujours exactes dans les détails, mais elles donnent une image globale d’une communauté multinationale en pleine expansion, orientée vers la pêche aux perles et le commerce maritime. De tous les ports de la Côte de la Trêve, c’est Dubayy qui, avec ses 335 bateaux (410 à Abu Dhabi), comptait le plus grand nombre d’hommes se livrant à la pêche perlière (6 936, selon Lorimer)11. Mais, tandis que la plupart des hommes d’équipage des bateaux d’Abu Dhabi arrivaient du désert au début de la saison de pêche, ceux de Dubayy et leurs familles vivaient toute l’année en ville. Le revenu brut provenant des taxes levées par le souverain de Dubayy s’élevait à 41 388 roupies, et seul celui d’Abu Dhabi lui était supérieur, avec 43 964 roupies. Le nombre de bateaux et d’hommes exemptés était cependant si élevé (20 navires et 3 813 hommes) que le revenu net du souverain n’était que de 20 860 roupies12 ; toutefois, l’ensemble des exemptés devait subvenir à l’entretien de cent gardes bédouins chargés de surveiller les quartiers, alors non ceinturés de murailles, durant l’absence estivale de la plupart des hommes valides. Les exemptions accordées par Dubayy à cette époque, particulièrement à la majorité des Banî Yâs – mais qui pouvaient s’étendre à d’autres –, étaient fort profitables à la communauté dans son ensemble. Plus tard, cette relative souplesse de la fiscalité encouragea les entrepreneurs qui se livraient au commerce des perles à s’installer à Dubayy.

CARTE N° 17. – Schéma du centre de la ville de Dubayy.

  • 13 Par exemple, Humayd ibn Abd ar-Rahmân ibn Sayf Âl Bû Shamis, qui avait essayé sans succès d’évince (...)

24Parmi ceux qui tentaient leur chance en devenant armateurs ou en s’engageant, d’une manière ou d’une autre, dans les entreprises industrielles de Dubayy, se trouvaient des membres collatéraux des familles dirigeantes d’autres shaykhats de la Trève ; certains attendaient le moment où ils pourraient jouer un rôle de dirigeant dans leur pays13. Plus que l’attitude des shaykhs de Dubayy à l’égard des querelles dynastiques le long de la Côte, les circonstances économiques favorables de l’époque firent souvent de Dubayy la patrie temporaire de nombreux exilés.

25L’industrie perlière continua à être de plus en plus profitable aux participants, à tous les niveaux, jusqu’à la fin des années 1920 ; presque chaque famille vécut un accroissement progressif et parfois très important de son pouvoir d’achat. Pendant la première décennie du siècle, une très grande partie des marchandises qui garnissaient les éventaires des souqs et les couffins des colporteurs étaient importées à Dubayy et de là réexpédiées vers les autres ports, soit par embarcations côtières, soit par caravanes. Dubayy avait donc remplacé les ports de la côte persane qui servaient traditionnellement d’entrepôts aux produits en provenance de l’Inde ou des marchés d’importation indiens et à destination des États de la Trêve.

26Durant cette première période du boom commercial de Dubayy qui suivit 1902, le gros des réexportations alla donc aux shaykhats arabes voisins. Mais déjà nombre de marchands des ports du sud de la Perse, soumis à des restrictions, étaient partis vers Dubayy, suivis par des artisans, des commerçants et des pêcheurs de perles. Ces derniers trouvèrent immédiatement du travail ; généralement d’origine arabe, ils commencèrent une nouvelle vie. Les marchands ne rompirent pas nécessairement leurs liens avec leur existence antérieure, clients en Perse et relations commerciales en Inde ; ils résidaient à Dubayy mais se débrouillaient pour faire parvenir leurs marchandises en Perse, malgré les nouveaux postes de douane et les droits d’importation élevés. Quelques-uns se lancèrent également dans le commerce des perles. Mais ces marchands persans n’exerçaient leur activité, à l’intérieur ou à l’extérieur de Dubayy, que sur une petite échelle ; les principaux négociants étaient tous arabes ou indiens.

27Cependant, un système de réexportation vers la Perse fut établi dans la première décennie ; il fut utilisé par un grand nombre d’habitants du sud de la Perse, qui souffraient des conséquences économiques des restrictions à l’importation et à l’exportation de 1925.

2.4. Immigration de marchands arabes en provenance de la côte persane

28Vers 1920, il devint évident que les restrictions qui étranglaient l’économie des ports au sud de la Perse n’étaient pas une fantaisie passagère, mais devaient durer. En conséquence, la plupart des marchands qui, au départ, résidaient temporairement à Dubayy afin de conserver une position dans le commerce d’importation en Perse, acceptèrent l’offre du shaykh Sa’îd ibn Maktûm de s’établir à Dubayy ; ils y firent venir leurs familles.

  • 14 Sur Bastak, voir Lorimer, Geogr.. p. 279 sq.
  • 15 Khamir, sur la côte du district de Bastak, à environ douze milles à l’O.-N.-O. de Laft sur l’île d (...)

29Un nombre important d’entre eux arriva du district de Bastak, de la sous-province de Lar14. La majeure partie du Bastak est située à l’intérieur des terres, mais ce district possède également 35 miles de côtes ; le port principal, Khamir, comptait environ 1 800 personnes au début du siècle. Tout le district et la région côtière sud-est de la Perse, avec les ports de Lingah, Bandar Abbas et Sharah, sont peuplés par des tribus arabes15, sunnites et non shiites comme la plus grande partie de la Perse. Les liaisons entre Dubayy et un port tel que Khamir avaient toujours été fréquentes, au moins pour la bonne raison que la plus grande partie du bois de chauffage au sud du Golfe provenait des immenses marais à l’ouest de Khamir. Un secteur situé immédiatement à l’est du fort d’al-Fahidî, à Dubayy, fut attribué aux immigrants de Bastak et des autres régions de la côte persane, pour y construire eux-mêmes leurs maisons. Cet emplacement, situé à la fois près de la crique, où les bateaux pouvaient être déchargés, et près du souq de Dubayy, se révéla par la suite des plus favorables. Le nouveau quartier, appelé Bastakîya, porte encore témoignage de la prospérité dont ont joui ses habitants depuis leur installation à Dubayy.

2.5. Un nouveau trait de la ville : la tour à vent

  • 16 Sur la construction et l’utilisation d’une maison dans le quartier Bastakîya. voir l’étude détaill (...)

30Les maisons étaient construites par des maçons qui, comme l’ustâdh Muhammad16, se transmettaient de père en fils les plans et techniques de construction protégeant les habitations de la chaleur et de l’humidité du Golfe. La majorité des gens, sur la côte arabe, vivaient habituellement dans des maisons faites de palmes que rafraîchissait la brise ; ceux qui devaient occuper un fort ou une tour baignée de soleil essayaient de s’installer le plus haut possible. L’afflux de gens en provenance de la côte persane introduisit la tour à vent dans les ports des États de la Trêve (voir photographie). Dans le quartier de Bastakîya, chaque ensemble d’habitations en possédait au moins une ; dans les autres quartiers de Dubayy, à Dayra et Shindagha, cette nouveauté fut rapidement adoptée par ceux qui avaient les moyens de construire des maisons plus confortables. Les tours à vent, surmontant les maisons à deux étages, s’élevaient à environ quinze mètres du sol ; la partie supérieure se composait de quatre murs intérieurs concaves, garnis de pilliers, d’arcs et souvent de motifs en plâtre compliqués, afin de conserver à la tour sa forme carrée. Le vent, quelle que soit sa direction, était barré par les murs concaves et canalisé, par une cheminée, vers une pièce située à l’étage inférieur ; cette brise apportait aux habitants un soulagement à la chaleur de l’été. Les autres particularités d’une maison typique de Bastakîya consistaient en une cour intérieure entourée de galeries couvertes ; pour une maison à deux étages, des galeries et des toits en terrasses pourvues de murs protégeant des regards extérieurs. Les matériaux de construction étaient le sarûj pour les fondations (mélange de glaise rouge d’Iran et de fumier séché, cuit au four) ; des blocs de corail ; des plaques de calcaire et de plâtre pour les panneaux décoratifs comme pour les finitions d’ensemble. Du shandel d’Afrique orientale, des palmes tressées, de la boue et de la paille étaient employés pour la toiture.

  • 17 Voir Trucial States Census Figures, 1968, publié en miméographie par le Development Office of the (...)

31Le quartier Bastakîya, qui s’agrandit jusqu’à contenir plus de 50 enclos habités de grandes familles élargies, peut être considéré comme le symbole des importants changements survenus dans l’économie de Dubayy. Il refléta les nouvelles influences culturelles et sociales et ajouta une nouvelle dimension à la structure sociale de l’État-cité17

32Nous décrirons maintenant l’aspect extérieur des quartiers pour donner une image plus complète de la vie à Dubayy au cours des vingt années difficiles de 1930 à 1950.

2.6. Aperçu de la ville de 1930 à 1950

2.6.1. Dubayy et ses habitants

33La première maison en béton fut construite en 1956. Un grand nombre d’habitants de Dubayy vivaient encore dans des maisons en palmes, barastî, jusque dans les années 1960. Ces quartiers de barastîs se composaient généralement d’enclos habités par des familles élargies regroupées en îlots peuplés de familles apparentées. Entre ces groupes de deux à cinq enclos, les ruelles étaient souvent juste un peu plus larges que celles qui donnaient accès aux enclos à l’intérieur de l’îlot. Les quartiers des différents groupes tribaux étaient souvent bien séparés les uns des autres, spécialement dans les localités de pêcheurs, le long de la côte de Jumayra et entre Dayra et les palmeraies. Mais dans les quartiers de maisons construites en corail et briques de boue, aucune ruelle ne permettait le passage d’une voiture. Il n’était pas nécessaire de ménager de larges espaces entre les maisons, puisque tout était construit pour préserver le maximum d’intimité ; de hauts murs reliaient les différentes constructions à l’intérieur des enclos ; d’autres faisaient écran à l’extérieur, même sur les toits en terrasses ; les rares fenêtres ouvrant sur la rue étaient petites et hautes. A l’intérieur de la ville, les transports n’étaient possibles qu’à dos d’âne ou de dromadaire jusqu’au début des années 60, date où la municipalité ouvrit quelques rues.

34Les communications entre Dubayy et Dayra se faisaient par bateaux à rames, ‘abra. Des points de débarquement se trouvaient et se trouvent encore sur chaque rive de la crique. Le vendredi, le passage était gratuit pour les habitants de Dayra qui désiraient participer à la prière dans la grande mosquée de Dubayy.

35La première automobile fut importée sur la Côte de la Trêve en 1928, par le Résident, ‘Îsâ ibn ‘Abd al-Latîf, de Shârja, pour aller de cette ville à Ra’s al-Khayma. La première voiture fut introduite à Dubayy vers 1930, par Muhammad ibn Ahmed ibn Dalmûk, qui l’offrit au shaykh Sa’îd ibn Maktûm. Les voitures pouvaient rouler sur les étendues salées, sabkha, et, le long de la côte, sur le sable à marée basse ; mais on devait les laisser en dehors des quartiers d’habitation. A la fin des années 30, un service privé de taxis fonctionnait entre Dubayy et Shârja. Dans une société où les biens de consommation en bouteilles, boîtes métalliques ou de plastique étaient pratiquement inconnus, et où les reliefs des repas étaient donnés aux chameaux, aux chèvres, aux poulets et aux chats – ayant tous leur propre coin dans la cour –, il restait très peu de détritus. Chaque famille avait donc l’habitude d’envoyer l’un des domestiques se débarrasser des ordures hors du lieu d’habitation. Dans certains quartiers, la communauté payait quelqu’un pour collecter ces détritus dans les ruelles et les déposer dans une décharge, hors du quartier, en vue d’un ramassage collectif. Le ramassage des ordures ne fut organisé qu’à la fin des années 50, lorsque le shaykh paya un employé pour effectuer ce travail dans chaque quartier de l’État-cité.

  • 18 Les terrains sur lesquels ils construisaient leurs maisons étaient soit achetés, soit octroyés par (...)
  • 19 Le shaykh Maktûm ibn Hashar (1894-1906) vivait dans le fort près de Shandagha et avait l’habitude (...)
  • 20 Pendant de nombreuses années, sous le règne de shaykh Sa’îd ibn Maktûm, un seul qâdî était nommé o (...)

36Au cours de cette période et jusqu’au milieu des années 60, la population de Dubayy se regroupait en quartiers différenciés. Ces communautés, à l’intérieur des divers quartiers de la ville, s’étaient constituées au début par l’installation des immigrants soit au sein de leur groupe tribal, soit au voisinage de celui-ci18. Chaque communauté avait donc son chef, personne âgée ou notable, qui était son porte-parole lorsque des réclamations devaient être formulées, quand arrivait un désastre ou lorsque le souverain voulait communiquer une décision à tous les résidents. Il n’y avait pas de wâlî pour aucun des quartiers de la ville19. Durant son règne, Sa’îd ibn Maktûm prit l’habitude d’envoyer son frère Hashar à Dayra, presque chaque jour, pour y régler les litiges entre les marchands et écouter leurs doléances ou leurs suggestions. Le souverain ou son frère pouvait jouer le rôle d’arbitre chaque fois qu’on avait recours à eux pour le règlement d’une contestation. Mais les litiges concernant un héritage, un mariage ou un divorce relevaient de la compétence du juge, le qâdî20.

37Il n’existait ni police d’Etat, ni système d’enseignement gouvernemental, ni contrôle organisé de l’utilisation des terres et des pratiques concernant les bâtiments ou le marché ; les individus avaient donc très peu de contacts obligés avec l’autorité gouvernementale. Les résidents étaient néanmoins conscients de l’autorité du souverain, avec ses gardes armés, ses collecteurs d’impôts et son droit d’arbitrage. La force de coercition la plus efficace dans une communauté aussi étroitement liée que celle de Dubayy était, en fait, l’opinion publique, à l’intérieur des groupes et communautés.

  • 21 Au milieu du xixe siècle, Gray Mackenzie & Co ouvrirent un bureau à Basra pour s’occuper des vapeu (...)
  • 22 En dehors des limites du port, la Persian Gulf Lighting Service entretenait un bateau-phare et s’o (...)

38L’un des rares services rendus par le gouvernement du shaykh à cette communauté consistait à coordonner les améliorations le long des deux rives de la crique ; c’est là que furent construites la plupart des plateformes en bois qui servaient de débarcadères pour les cabra et facilitaient le déchargement des bateaux et des péniches. Toutes les marchandises importées payaient des droits de douane. Il fallut organiser un système interdisant aux navires de s’introduire clandestinement de nuit dans la crique à Shandagha et en d’autres points, on créa des corps de garde qui patrouillaient toute la nuit ; ils devaient héler le capitaine, nakhuda, et lui demander de décliner l’identité de son navire. Les agents maritimes Gray Mackenzie & Co, opérant à Dubayy depuis 189121, tout d’abord sous le nom de Gray Paul & Co Ltd, construisirent d’autres installations portuaires. Cette compagnie mouilla par exemple des bouées pour délimiter l’entrée de la crique ; de même, avant l’installation de sirènes de brume et de fanaux alimentés par batteries, un homme de vigile ramait jusqu’à une certaine bouée, y amarrait son ‘abra et y maintenait un fanal allumé toute la nuit22.

2.6.3. Perception des droits de douane

  • 23 Voici la proclamation du shaykh de Dubayy. publiée le 21 juillet 1955 : « Conformément à la réorga (...)

39A l’inverse des diverses taxes sur la pêche perlière perçues chaque saison par un employé du souverain, les droits de douane n’étaient pas perçus par un fonctionnaire. Le souverain passait un contrat avec un marchand qui s’engageait à lui remettre chaque année une certaine somme ; le surplus revenait au commer-çant. Ce système d’affermage des droits de douane prédominait en Iran ; il était également en usage à Masqat et dans d’autres ports arabes. Le taux uniforme de 2 annas sur chaque ballot, sac, caisse ou paquet, passa, après la seconde guerre mondiale, à un droit de 3,5 % sur la valeur marchande. Un bâtiment spécial, dénommé jumra en dialecte local, fut construit sur la rive ouest de la crique. Le souverain installa son bureau au premier étage de cet édifice situé près de son palais d’été. La dernière personne à avoir eu un tel contrat d’affermage fut Muhammad Âl Mûsâ. En 1955, la British Bank of the Middle East, qui avait ouvert une succursale à Dubayy en 1946, fut habilitée à percevoir les taxes sur les marchandises importées par des navires plus importants, à l’appui de connaissements. Le taux était alors de 4,625 % dont 0,025 % était généralement considéré comme étant la commission de la banque23. Le commerce par dhows (petits voiliers) et par voie de terre continua à être régi par l’ancien système qui fut finalement rénové en 1955 par un nouvel agent douanier, Muhammad Mahdî Tâjir, détaché du gouvernement de Bahrain sous l’influence du Résident politique à Bahrain.

40Les aliments frais étaient débarqués près des deux marchés et acheminés éventuellement par la plage. Tout le reste, apporté par péniches ou par dhows, était déchargé près du bureau du souverain. En 1951, la compagnie Gray Mackenzie & Co jugea nécessaire d’y installer une grue. L’aire d’accostage fut progressive-ment agrandie par la construction d’un quai. Des entrepôts, des monte-charges et des hangars en fibro-ciment s’élevèrent bientôt sur la zone restreinte comprise entre le bureau du souverain et le consulat indien, la crique et les quartiers d’habitation de Dubayy et du Bastakîya. Les marchands devaient faire transporter les marchandises à leurs entrepôts, sitôt après le dédouanement.

2.6.3. La seconde guerre mondiale

41Dans ce cadre de vie, la prospérité de toute la communauté reposait largement sur le commerce avec l’étranger. La chute du commerce de la perle, dans les années 30, porta un coup qui fit décliner la prospérité de Dubayy. La seconde guerre mondiale éclata au moment où d’autres activités se mettaient en place. Elle entraîna la stagnation de la majeure partie du commerce intérieur et la ruine des espoirs des marchands entreprenants ; elle provoqua également une quasi-famine pour de nombreux habitants de Dubayy. Il y eut pénurie de riz et de sucre. Le gouvernement britannique approvisionna les shaykhats de la Trêve en vivres rationnés (en particulier thé et sucre), par l’intermédiaire des autorités locales, en coopération avec les chefs connus des quartiers et communautés. A Bahrain, Dubayy, Abu Dhabi, et autres ports arabes du Golfe, les gens qui avaient acheté leurs rations de marchandises à bon marché mais n’en avaient pas besoin en totalité, les revendaient à des agents qui les expédiaient par bateau vers le marché noir d’Iran où thé et sucre étaient encore plus rares. Le gouvernement britannique en Inde donna un sérieux tour de vis à ces pratiques : si des chaloupes de contrebandiers étaient arraisonnées, la cargaison était confisquée ou brûlée. Parfois c’étaient des marchandises non rationnées qui étaient temporairement abondantes en Inde ou en Iran, et un marché noir de ces denrées se développait dans les ports des États de la Trêve. Vers la fin de la guerre, le ravitaillement manquait même au marché noir. Selon des sources locales, la famine causa des morts dans la ville de Dubayy, où une grande partie de la population, aux ressources modestes, n’eut pas accès à la production régionale de dattes et de lait.

  • 24 Voir Said (Rosemarie J.), The 1938 Reform Movement in Dubai, dans AI-Abhath, journal trimestriel p (...)

42Entre 1930 et 1950, l’exemple de Dubayy montre comment un développement économique externe et des forces internes peuvent changer la stratification d’une société urbaine dans les États de la Trêve. Le groupe situé au bas de l’échelle sociale pendant les deux premières décennies de ce siècle, hâleurs et plongeurs des bateaux pêcheurs de perles, devinrent chômeurs ou durent accepter n’importe quel travail temporaire, tels que le déchargement des navires ou la construction de la digue sur la crique. Privés de l’industrie perlière, ils perdirent la sécurité et la protection légale des conventions qui le réglementaient. En effet, même si le système de dettes héritées se révélait quelquefois très dur pour certains plongeurs, il existait une communauté ayant un intérêt commun, ainsi que le tribunal de la pêche aux perles, salîfat al-ghaws, auquel ils pouvaient en appeler. A la fin des années 1930, l’économie de Dubayy était basée presque entièrement sur le commerce ; il est évident que les hommes sur qui reposait l’industrie perlière devinrent les portefaix indispensables au déchargement des marchandises. Les principaux commerçants prirent conscience de cette dépendance ; le statut et les conditions de travail des porteurs firent l’objet d’un éphémère Conseil institué en octobre 1938 par le Mouvement de réforme, dirigé par le cousin de l’Émir, shaykh Mana’ ibn Râshid24.

2.6.4. Les esclaves domestiques

  • 25 Voir R. Said, AI-Abhath, p. 254, et sa note infrapaginale 28.

43Les conditions de vie d’un autre groupe de personnes changèrent également à cette époque : au début des années 30, ces mêmes marchands, qui possédaient des esclaves et les employaient à bord de leurs bateaux de pêche, refusèrent énergiquement de mettre fin à la traite et d’affranchir tous leurs esclaves. A la fin de cette décennie, le Conseil s’éleva très vivement contre les bandits qui pratiquaient le commerce des esclaves et proposèrent d’envoyer des gardes armés aux frontières de Dubayy pour les arrêter. Jusque là, les stipulations établies par traité avec la Grande-Bretagne ne concernaient que l’importation des esclaves dans le shaykhat. Avoir des esclaves chez soi n’était certes pas illicite, pas plus que n’étaient illicites leur commerce et leur échange interne. Mais les esclaves domestiques pouvaient obtenir « un certificat d’affranchissement, s’ils en faisaient personnellement le demande à l’Agence britannique de Bahrain, ou auprès de l’Agent résidant à Sharja ». Entre 1932 et 1936, le nombre d’esclaves affranchis fut très faible, mais, à partir de 1937 et au début de 1938, il augmenta dans de telles proportions que les propriétaires d’esclaves de Dubayy se trouvèrent confrontés à l’affranchissement général. Quarante-sept esclaves, presque tous de cette ville, furent libérés dans l’année25.

44La plupart d’entre eux vivaient dans des familles qui tiraient leurs revenus de l’industrie perlière ; or, le déclin de cette activité ne permettait plus à ces familles d’entretenir convenablement leurs membres et de conserver leur train de vie. On rapporte que des marchands durent renvoyer leurs clients bédouins pour cette raison. Mais les esclaves ne pouvaient être renvoyés ; les codes de la société musulmane en vigueur dans l’État imposaient au propriétaire d’un esclave de le nourrir et de l’héberger comme un membre de sa famille. Dans les familles où les difficultés financières imposèrent des restrictions importantes, quelques esclaves décidèrent de tenter d’obtenir un certificat d’affranchissement, et de se débrouiller pour trouver eux-mêmes un travail.

2.6.5. Un vent de changement

  • 26 Une convention aérienne civile fut signée le 23 juillet 1937 pour accorder des facilités d’escales (...)

45Certains des Âl Bû Falasa et d’autres marchands arabes importants comprirent qu’il fallait trouver un emploi à tous ceux qui avaient perdu le leur à cause du déclin de l’industrie perlière. On fit le projet d’approfondir la crique, pour l’implantation des compagnies pétrolières, puis on envisagea la possibilité de créer un terrain d’atterrissage à la suite d’un accord sur le trafic aérien passé entre le souverain et le gouvernement britannique26. Les marchands conseillèrent au souverain d’insister pour faire recruter de la main-d’œuvre locale. Il fut entendu que les compagnies étrangères travaillant à Dubayy devraient impérativement embaucher et former les travailleurs locaux ; cette disposition visait initialement la compagnie pétrolière qui avait conclu un accord préliminaire avec le souverain, le 22 mai 1937.

46Les contacts de plus en plus fréquents avec le monde au-delà du Golfe et les Indes britanniques eurent une influence diffuse mais importante sur la vie à Dubayy. L’atterrissage d’avions civils et militaires, l’accroissement du trafic par vapeurs, et surtout la seconde guerre mondiale elle-même montrèrent combien le mode de vie des pays industrialisés se propageait et avait d’impact, même sur une société aussi traditionaliste que celle des États de la Trêve. Les familles dirigeantes de Dubayy désiraient doter la cité d’une médecine moderne avant que le Conseil de réforme ne recrute un médecin. Les bases d’une éducation moderne furent jetées par ce Conseil, au cours de sa brève existence, dans la même atmosphère et le même esprit d’ouverture. Les gens étaient conscients que des changements importants survenaient dans le monde et que la société de Dubayy ne devait pas les rejeter, mais, bien au contraire, que l’avenir de l’État-cité devait aller dans le sens de cette évolution. Des écoles furent ouvertes l’une après l’autre, et l’introduction de la langue anglaise fut jugée souhaitable dès le début.

47Le déclin économique des années 30 et 40 amena également des changements parmi les groupes sociaux les plus riches. Ils ne furent pas radicaux car ils n’affectèrent que le statut économique, en laissant intact l’ordre tribal arabe. Les « aristocrates » de l’État-cité appartenaient à la fraction des Âl Bû Falasa et à d’autres fractions des Banî Yâs ; un certain nombre d’entre eux s’étaient relativement enrichis par le commerce des perles et l’armement pour la pêche perlière. Beaucoup étaient bien plus riches que le souverain, qui ne participait pas lui-même à cette activité mais pouvait user à discrétion du revenu des taxes, à des fins personnelles ou publiques.

  • 27 Comme dans l’accord avec les autres souverains des États de la Trêve et le sultan d’Oman, la royal (...)

48Nombre de marchands étaient habituellement réticents à l’égard du commerce de produits alimentaires et textiles, qui avaient toujours été laissé aux mains des Persans. Après le déclin de l’industrie perlière, ils se trouvèrent appauvris par rapport, et aux marchands persans immigrés, et au souverain lui-même. Le shaykh Sa’îd ibn Maktûm, comme les autres souverains de la Côte, entendait bien conserver pour lui seul les loyers annuels versés par la Petroleum Concessions Co Ltd et le gouvernement britannique pour la recherche pétrolière et les installations portuaires27. A la fin des années 1930, il était financièrement beaucoup plus riche que le reste de sa famille. Ce fut la source d’innombrables frictions entre lui et certains de ses cousins : comme on put s’en apercevoir ultérieurement, ces derniers tentèrent à plusieurs reprises d’organiser une rébellion armée ; finalement, ils réussirent à transformer en opposition organisée les nombreux points de mécontentement et de résistance au gouvernement du shaykh.

2.6.6. Les racines du mécontentement

  • 28 Voir l’I.O.R., R 15/1/14/49, Arab States Monthly Summary, 1929-1931, July 1929.

49Comme on l’a vu plus haut, le déclin de l’industrie perlière frappa durement les marchands de Dubayy. La situation empirant, les armateurs étaient accablés de dettes. Certains individus chanceux avaient réalisé d’énormes profits. Néanmoins, de plus en plus nombreux étaient ceux qui avaient emprunté de l’argent, armé un bateau et tenté leur chance, tandis que l’argent que les créanciers étaient prêts à risquer croissait chaque année. Quand s’amorça le déclin, la prime d’assurance augmenta, afin de couvrir les risques encourus : jusqu’à 36 % d’intérêt annuel en 1929. Au cours de cette même année, 60 embarcations de Dubayy ne purent prendre la mer, « en raison de difficultés financières »28. Parmi les marchands qui en pâtirent, figuraient aussi les cousins du souverain, Mana’ et Hashar, les fils de Râshid ibn Maktûm, ainsi que Sa’îd et Suhayl, fils de Butî, le précédent souverain.

  • 29 Par exemple, le père de Muhammad ibn Ahmad ibn Dalmûk, une des principales personna-lités du mouve (...)
  • 30 La citation suivante, extraite d’un rapport d’octobre 1934 de F.H. Gamble, du département du comme (...)
  • 31 Tous ces détails sont régulièrement mentionnés dans les Extracts from Diary of the British Residen (...)
  • 32 Voir L P 5 12/30 50, Smuggling in the Gulf. 1928-1938. Extract for Nov. 1934.

50Tandis que ceux-ci et un grand nombre de marchands arabes29 voyaient leurs affaires décliner ou même s’effondrer, les négociants de la ville qui avaient en Perse des relations de longue date et qui savaient contourner les restrictions douanières de la Perse impériale, avaient une planche de salut. Les occasions de commerce illicite avec le marché noir en Perse étaient probablement encore plus nombreuses dans les années 1930 que dans la période précédente30. Les marchandises fortement demandées et passées en contrebande en Perse, par bateaux ou par caravanes de chameaux venant d’Irak, étaient le sucre, le thé, tous les vêtements, les peaux et même le ciment31. Une émigration en masse fut un effet secondaire important de la dépression économique persistant sur la rive persane du Golfe et devint un grave problème en ces mêmes années 1930. Les statistiques établies par le bureau de police à Bushire montrent que, de mars à fin octobre 1934, 6 000 habitants de Bushire et des alentours émigrèrent ; la moitié au moins gagnèrent des ports arabes32.

  • 33 Voir par exemple un extrait de la dépêche de Téhéran, n° 89, du 16 février 1929, ibid.
  • 34 Si cela avait été le cas, le gouvernement britannique en Inde aurait pu être obligé d’interve-nir (...)

51A Dubayy, et dans la plupart des ports de la Côte de la Trêve, chargement et déchargement se dissimulaient à l’abri des criques et ne pouvaient être facilement repérés par des navires en mer ; d’ailleurs, les shaykhs ne prisaient guère les fréquentes visites d’officiers de marine britanniques. On crut longtemps à tort que la contrebande sévissant à Dubayy se faisait uniquement à bord de vaisseaux arabes33. Les marchands persans achetaient des bûms, de faible tonnage, de fabrication kuwaitienne fort ancienne. Les jallibûts, de fabrication persane, ne différaient guère de ceux construits sur la côte arabe. Cela ne signifie pas qu’aucun des marchands natifs de Dubayy n’était impliqué ou ne tirait bénéfice des réexpor-tations illicites, mais la nature même de ce commerce les empêchait d’y jouer un rôle dominant34.

52Le franc mécontentement des Âl Bû Falasa et des dirigeants de la communauté arabe de Dubayy, à la fin des années 30, faisait d’eux des loups affamés, toujours à l’affût de prétextes pour justifier une réforme des conditions de vie, des privilèges et des droits de douane, et d’idéologies capables de sous-tendre et de ratifier leur mouvement. L’annonce qu’une action similaire avait contraint le souverain du Kuwait à accorder, en juillet 1938, des pouvoirs à un Conseil élu, donna aux partisans de la réforme à Dubayy le point d’appui qui leur manquait et renouvela leur confiance pour poursuivre la lutte.

  • 35 Pour connaître les circonstances variées des différents affrontements qui eurent lieu à partir de (...)

53Une grande partie des propositions avancées par les Âl Bû Falasa et leurs partisans n’auraient probablement jamais rencontré une opposition aussi inflexible de la part du souverain si ses cousins n’avaient fait d’aussi nombreuses tentatives pour le déposer35. Quelles que fussent les démarches des Âl Bû Falasa et de leurs partisans, le shaykh Sa’îd ibn Maktûm ne pouvait y voir qu’une nouvelle tentative, habilement dissimulée, pour s’emparer des rènes du pouvoir. Son point de vue était d’ailleurs partagé par les fonctionnaires du gouvernement britannique ; ceux-ci appréciaient l’influence grandement modératrice que les shaykh Sa’îd et son frère avaient sur les souverains des autres États de la Trêve, lors des crises, et ne souhaitaient pas le voir remplacé.

3. LE MOUVEMENT DE RÉFORME

3.1. Le nouveau Conseil : le Majlis

54Pendant les périodes de croissance économique, les différentes communautés vivant côte à côte à Dubayy n’envièrent que rarement les privilèges coutumiers dont bénéficiaient certains groupes. Au cours des années 30, des querelles dynastiques couvèrent au sein de la famille régnante ; elles se conjuguèrent avec le mécontentement général des marchands arabes de Dubayy dû à la baisse de leur prospérité et de leur niveau de vie. Le mouvement de réforme qui en résulta fut plus qu’une révolution de palais ; c’était une tentative pour harmoniser la structure hiérarchique et paternaliste de la cité avec les exigences d’une société multinationale de négociants.

55Le contexte du mouvement, qui culmina lors de l’instauration du Conseil consultatif, ayant pouvoir d’opposer son veto aux décisions du souverain, était la résultante de quatre facteurs : le déclin de l’industrie perlière, la prospérité relative de ceux des résidents de Dubayy qui trafiquaient avec la Perse, le courant d’idées égalitaristes venant de l’extérieur, et enfin la suite de querelles et d’incidents armés entre le souverain et ses cousins.

56L’évolution du conflit atteignit son apogée en octobre 1938, lorsque la ville de Dubayy se scinda en deux camps armés. Dubayy était tenu par le shaykh Sa’îd et ses partisans, tandis que les Âl Bû Falasa se trouvaient à Dayra. Comme il était de règle dans toute confrontation entre deux clans des États de la Trêve, d’autres shaykh des Banî Qitâb aidèrent à la conclusion d’une trêve de cinq jours entre le shaykh Sa’îd et les Âl Bû Falasa. Lorsque Weightman, l’agent britannique de Bahrain, arriva à Dubayy, le 15 octobre, la position du souverain s’était affaiblie ; après d’interminables discussions, un accord fut signé le 20 octobre : il instaurait le Majlis, Conseil consultatif formé de quinze personnes, dont les noms avaient été proposés par les chefs de la communauté. Le souverain fut choisi pour en assurer la présidence.

  • 36 R. Said, Al-Abhath. p. 258. Cette idée est exprimée dans une lettre de Hashar à Sa’id (p. 308 de l (...)

57Comme il fallait s’y attendre, le problème des revenus constitua le point crucial de l’accord imposé au souverain, en octobre 1938. « Les recettes et les dépenses de l’État doivent être effectuées au nom de l’État et recevoir l’approbation du Majlis ». Le souverain était censé recevoir une rente représentant le 1/8e du budget total de Dubayy36. Au cours de la brève existence du Majlis, cette clause ne fut pas pleinement respectée, car ce Conseil dut rappeler plusieurs fois au shaykh Sa’îd de payer les projets et services entrepris ; cela signifiait que le souverain détenait encore les cordons de la bourse. Finalement, cette question irrita si fort le shaykh Sa’îd qu’il mit fin par la force au Majlis, lorsque celui-ci décida, le 3 Mars 1939, de fixer le revenu du souverain non plus en termes de pourcentage, mais de lui allouer seulement 10 000 roupies pour ses dépenses personnelles, y compris les subsides traditionnels qu’il devait accorder aux bédouins, à sa clientèle et à d’autres personnes.

58Le Majlis commença ses travaux de façon très pragmatique, et s’attela à de nombreux problèmes quotidiens, tels que la réglementation du service de Douanes, dont on établit la liste des agents, ainsi que leurs salaires. Le montant des droits d’importation, leur perception, leur utilisation au bénéfice de la communauté furent discutés, et on parvint à un accord. Un Conseil des marchands fut nommé pour veiller à ces affaires, et un Conseil municipal créé ; ce dernier devait promouvoir et mener à bien des améliorations et des installations portuaires et routières, l’hygiène et la sécurité de l’État-cité. Mana’ ibn Râshid, directeur de l’éducation, fit ouvrir trois écoles.

59La correspondance et les minutes du Majlis montrent que ses membres n’entendaient pas se cantonner dans des réformes pratiques, mais avaient l’intention d’apporter également des changements, tant dans les structures politiques que sociales. Une partie d’entre eux, au moins, se rendit compte que la communauté marchande, au sens large, accueillait favorablement toutes les améliorations en matière commerciale, telles que l’organisation des douanes et des services de portage et d’emmagasinage. Par dessus tout, ils virent que leur mandat impliquait une responsabilité envers tous les groupes et communautés à l’intérieur de l’État, et que le fait de réformer certains aspects du gouvernement améliorait le sort de l’homme du peuple ; c’était donc pour eux un « devoir national ».

60Paradoxalement, ces dernières ambitions ne parurent pas acceptables au souverain qui avait été jusque là l’homme de la conciliation et qui s’était même préparé à abdiquer en 1929, si les intérêts de son pays l’avaient exigé. La nature même d’une administration autocratique responsable, basée sur et soutenue par la sharî’a, telle qu’elle était comprise par le shaykh Sa’îd ibn Maktûm et par les autres shaykhs de la Côte, allait à l’encontre de la nouvelle conception d’un système où les citoyens de la base n’avaient plus seulement un rôle de conseiller, mais portaient également une responsabilité dans l’État. Un bon hâkim (souverain) devait porter l’entière responsabilité de ceux qui se considéraient comme ses sujets.

61Le grand nombre d’incidents insurrectionnels et d’oppositions systématiques ruinèrent toute possibilité de coopération authentique entre le shaykh Sa’îd ibn Maktûm et la plupart de ses cousins et de leurs partisans. Ils étaient toujours soupçonnés de penser et d’agir en fonction de leurs propres intérêts. Le shaykh Sa’îd ibn Maktûm suivit donc le nouvel ordre des choses aussi longtemps que cela lui sembla nécessaire ; il assura la présidence des premières et rares réunions du Majlis, puis déclina toute invitation. Il fut tenu informé des décisions du Majlis, mais choisit de les ignorer et refusa de les exécuter. Sa patience fut de courte durée, et il mit fin au Majlis en donnant l’ordre à un contingent de bédouins, venus en ville pour le mariage de son fils, d’attaquer et de disperser les membres du Majlis, le 29 mars 1939.

3.2. Les conséquences de l’existence du Majlis

  • 37 La première école, appelée « Ahmadîya », fut ouverte le 3 décembre 1938. Aussitôt, deux cents élèv (...)

62Bien que le shaykh Sa’îd ibn Maktûm ait choisi de n’accepter aucune des suggestions du Majlis, les efforts des membres du Conseil durant sa brève carrière ne furent pas vains. Au cours de ces six mois, on expérimenta des méthodes gouvernementales ; ainsi furent créées des institutions à la fois nécessaires et utiles, comme le Conseil municipal. Il en naquit un esprit communautaire, un sentiment de fierté et de confiance dans l’avenir37. Il devint possible de se soucier des pauvres pour des motifs qui n’étaient plus exclusivement religieux. Des graines avaient été semées dans les esprits des personnalités de Dubayy et dans celui du souverain qui, consciemment ou non, adopta plusieurs de ces idées quand il améliora certains aspects du commerce et de la vie, au cours des années 1950. Mais le shaykh Sa’îd ibn Maktûm ne retrouva jamais complètement sa confiance en soi politique ; après 1939, il délégua à son fils Râshid une grande part de ses responsabilités pour traiter des affaires intérieures de l’État-cité. Râshid avait la réputation d’être un vaillant guerrier et, en plus d’une occasion, avait rapidement récupéré des chameaux volés ou s’était emparé de bandits en fuite. Le shaykh Râshid ibn Sa’îd semble avoir eu des sympathies pour un grand nombre de propositions du Mouvement de réforme, bien qu’il fût politiquement opposé aux chefs de ce mouvement. Il devint souverain en 1958 ; lorsque des fonds furent disponibles pour améliorer les conditions de vie dans le shaykhat, il inaugura des changements ayant de nombreux points communs avec les propositions de 1938.

4. DÉVELOPPEMENT D’UNE INFRASTRUCTURE MODERNE À DUBAYY

4.1. La première étape : l’aménagement de la crique

  • 38 Le premier puits de la Côte de la Trêve fut creusé à Ra’s Sadr, sur le territoire d’Abu Dhabi, en (...)

63Au début des années 1950, il devint évident que la compagnie « Petroleum Development (Trucial Coast) », détenant la concession de recherche pétrolière dans tous les États de la Côte et en Oman, allait accroître fortement ses activités. Même si l’on ne trouvait pas de pétrole, l’exploration nécessitait l’importation massive d’équipements lourds, de ravitaillement et d’autres biens pour tous les agents de la compagnie38.

64Parmi les ports de la Trêve, celui qui offrirait les meilleures conditions pour le transit de ces marchandises et l’hébergement des nouveaux services pourrait développer le commerce local dans le sillage des activités pétrolières : plusieurs des dirigeants de la Trêve entrevirent ces avantages, mais le shaykh Sa’îd ibn Maktûm et son fils Râshid étaient les mieux préparés à en profiter. L’aménagement des installations portuaires fut réenvisagé. En 1954, une firme britannique d’ingénieurs-conseils travaillant au Kuwait, la compagnie William Halcrow, fut sollicitée pour étudier comment l’entrée ensablée de la crique pourrait être approfondie. Les « actions de la crique », dont le souverain proposa l’achat aux divers marchands, fournirent les crédits nécessaires à l’étude des fonds marins. Avec l’aide des représentants du gouvernement britannique au Kuwait, un prêt d’un demi-million de livres sterling fut conclu ; il servit à payer une compagnie autrichienne, l’Overseas Ast Ltd, pour le dragage de la crique, entre la fin de 1958 et juin 1959. La crique ainsi améliorée offrit un mouillage abrité aux embarcations locales et aux caboteurs d’environ 500 tonneaux.

  • 39 Une certaine somme d’argent fut donnée par le souverain de Qatar au souverain de Shârja, shaykh Sa (...)
  • 40 Le dragage permit d’avoir sept pieds d’eau à marée basse et douze à marée haute sur le haut-fonds (...)

65Très rapidement, Dubayy prit l’avantage sur Shârja ; ce shaykhat, en raison des activités de la R.A.F. et des « Trucial Oman Levies », était en effet parvenu à égaler Dubayy sur le plan commercial, vers 195039. Les importations arrivaient en grande partie par navires à vapeur, qu’il fallait décharger à environ deux milles au large, mais les péniches de l’agent maritime Gray Mackenzie & Co pouvaient désormais entrer dans la crique à tout moment, sans avoir à attendre la marée haute. De même, les embarcations locales servant à réexporter une grande partie des marchandises vers l’Iran, le Pakistan et l’Inde, pouvaient entrer dans la crique et en sortir sans se soucier de la marée40.

4.2. Les améliorations urbaines

66En 1958 mourut le shaykh Sa’îd ibn Maktûm, et son fils Râshid, qui avait déjà eu de grandes responsabilités dans le gouvernement de Dubayy, lui succéda. Vingt ans après la première brève tentative, un nouveau Conseil municipal fut créé à Dubayy. Un employé compétent, recruté au Soudan, organisa le noyau d’une administration municipale. En 1961, les trois sections de cette municipalité occupaient 40 employés et 120 ouvriers ; leur budget s’élevait à 300 000 roupies, soit 40 000 de subventions et 260 000 provenant des impôts. En 1958, un petit corps de forces de police, placé sous le commandement d’un officier de police britannique, remplaça les gardes du souverain. Pour élargir les routes et planifier l’aménagement ultérieur de la ville, on fit appel à un cabinet d’architectes et d’urbanistes anglais (John Harris). Peu de temps après, on lança une étude pour un meilleur approvisionnement en eau, recherche financée par le shaykh ‘Alî Âl Thânî, de Qatar, gendre du souverain de Dubayy.

  • 41 En 1966, deux quais à piles métalliques et brise-lames, chacun composé de blocs de 60 pieds de lar (...)

67Le développement de la crique et de ses appontements, des installations portuaires et des entrepôts demeura le pivot de toute cette activité41. Il fut soutenu par le « Comité du port de Dubayy », qui comptait parmi ses membres non seulement les principaux commerçants, mais aussi des directeurs de banque, des représentants de compagnies d’expertises, de Gray Mackenzie & Co, ainsi que l’Agent politique britannique. La plus grande partie du développement de Dubayy étant liée à l’extension du port lui-même, ce Comité devint donc l’organisme coordinateur de nombreux projets ultérieurs et remplit même auprès du souverain le rôle de comité consultatif.

  • 42 La centrale électrique fonctionnait depuis juillet 1961, sur la rive de Dayra ; sa capacité était (...)
  • 43 Exemples : les services de l’aéroport de Dubayy, la poste, les installations portuaires, une filia (...)

68Entre 1959 et 1961, la gestion d’une grande partie des services commerciaux fut confiée à des compagnies privées ; quelques années plus tard, ce système de gestion permit de faire apparaître toute la différence de structure entre Dubayy et les autres membres de la fédération. Nombre de services communaux utiles ou nécessaires pour l’État-cité n’étaient plus financés ou organisés par le gouvernement ou la municipalité, mais bien par des compagnies privées. La « Dubayy Electricity Co », dès sa création, fut aux mains d’un certain nombre de marchands locaux, et le souverain en était le président-directeur-général42. L’actionnaire majoritaire de la « Dubayy State Telephone Company » était l’« International Aeroradio Ltd », compagnie dont le souverain possédait le reste des actions et était le P.-D.-G. D’autres accords, permettant au souverain de fonder des compagnies privées où il détenait une participation appréciable, furent conclus au fur et à mesure de la création d’autres services43.

  • 44 Le souverain de Shârja, shaykh Saqr ibn Sultân, avait tenté d’imposer une taxe sur l’or qui entrai (...)

69Entre 1959 et 1961, on construisit un aérodrome avec des matériaux en provenance des marais salants littoraux44. Il pouvait recevoir des Dakotas et des Hérons ; à partir de 1962, les Viscounts des Kuwait Airlines assurèrent un service tri-hebdomadaire. Dès décembre 1963, débutèrent des travaux pour agrandir l’aéroport ; situé en contrebas, susceptible d’être inondé, il dut être protégé par la stabilisation du rivage amont de la crique. Lorsqu’il fut question d’assurer un vol hebdomadaire par VC 10 pour Dubayy, la B.O.A.C. se montra réticente, car elle craignait de ne pas avoir suffisamment de passagers. Une enquête auprès des firmes étrangères travaillant à Dubayy et des Trucial Oman Scouts montra l’intérêt de ce vol. Le souverain garantit alors à la B.O.A.C. qu’un certain nombre de sièges seraient occupés à chaque vol, depuis Dubayy. En fait, la demande s’accrut plus vite que prévu, et avant la mise en service de la piste d’envol, en juin 1965, d’autres compagnies aériennes sollicitèrent du souverain une licence d’atterrissage.

70L’autre grand projet de voies de communication fut la construction d’un pont enjambant la crique, afin d’éviter aux véhicules allant de Dubayy à Dayra de faire un long détour par l’amont. Une étude fut entreprise par un ingénieur-conseil pour rechercher le moyen le plus économique et le site le plus favorable. Or les engagements financiers de Dubayy inquiétaient : on ne pouvait plus être sûr que l’État pourrait assurer le remboursement des dettes dans un futur proche. Le shaykh Râshid ibn Sa’îd pria donc son gendre, le souverain de Qatar, de financer la construction d’un pont s’élevant à 25 pieds au-dessus du niveau moyen des marées, afin de permettre la navigation dans la crique dont les rives n’étaient pas encore aménagées. En mai 1963, un an seulement après le début des travaux, le pont fut ouvert à la circulation.

71Ces deux projets, aéroport et pont, montrèrent clairement que le plan d’infrastructure de Dubayy ne répondait presque jamais aux besoins immédiats de la communauté, mais était étroitement lié à d’ambitieuses idées sur le développement futur de la ville. Un grand nombre d’experts étrangers estimèrent que ces projets étaient de conception trop optimiste, mais la situation économique changea rapidement en cours d’exécution. L’afflux des compagnies étrangères, la croissance des importations et du chiffre d’affaires réalisé firent plus que justifier cet optimisme audacieux.

4.3. L’aménagement foncier

72Cependant, la croissance économique, comportant de vastes projets, provoqua de nombreux problèmes administratifs qui furent pris en mains par de nouvelles institutions. La maîtrise de la propriété foncière était fondamentale pour le développement ultérieur de l’émirat.

  • 45 Le prix initial du terrain récupéré n’était souvent que du 1/1 000 de la valeur obtenue une fois l (...)

73En dehors des zones bâties, la plupart des terrains appartenaient au souverain. Face à une demande croissante de terrains constructibles, il pouvait donc, dans une certaine mesure, contrôler les prix en vendant des terrains vierges en dehors de la ville. Les plus demandés étaient situés le long de la crique. Les marchands y construisaient des maisons près des zones où les boutres étaient déchargés ou rechargés de marchandises en transit. La crique fut approfondie par des dragages. Cette opération ne coûta rien, car les déblais furent déposés dans une dépression voisine et servirent à aménager de nouveaux terrains à bâtir : leur vente remboursa à elle seule le coût du dragage. La valeur des terres ainsi récupérées entra dans l’évaluation de tous les projets maritimes : quel que fut le montant des travaux de dragage, il ne paraissait pas trop élevé dès lors qu’il pouvait être compensé par la valeur commerciale des nouveaux lots à bâtir. Le souverain lui-même devint propriétaire de ces terrains. Bien souvent, c’était lui aussi qui garantissait personnellement les emprunts lancés pour certains projets ; le bénéfice qu’il pouvait ainsi réaliser en revendant ces terres était pris en considération lors des négociations pour les emprunts45.

74La création d’un « Land Department », dès 1959, fit face à la nécessité d’aménager les zones à bâtir. Ce service commença par la tâche difficile de déterminer la propriété foncière dans les quartiers tribaux les plus anciens. Ce point était particulièrement important : le commerce s’intensifiait et nombre de négociants réalisaient des bénéfices non seulement par la possession de boutiques et d’entrepôts, comme par le passé, mais aussi par des investissements fonciers et la construction de grands immeubles de bureaux et appartements à louer. Il fut également indispensable d’établir des titres de propriété quand la municipalité se mit à élargir les rues pour faciliter la circulation automobile. On perça des voies étroites et sinueuses afin de réduire au minimum les frais de démolition et d’indemnisation, car il y avait très peu d’argent disponible dans cette première étape. La municipalité et le souverain réglaient bien quelques indemnités, mais partout où cela était possible, on n’expropriait que la moitié d’un îlot, l’autre moitié acquérant immédiatement une plus-value du fait des facilités commerciales qu’apportait un accès aisé en voiture.

  • 46 Autrefois, lorsqu’un particulier voulait édifier un nouvel immeuble, il devait consulter le souver (...)

75Il n’y a pas de règlements écrits relatifs à la propriété foncière à Dubayy ; mais il est admis que les terres situées en dehors des zones construites et les terres récupérées appartiennent au souverain. Certaines zones de la ville ont de tout temps été sa propriété et celle de sa famille ; le reste des terrains bâtis appartient à des particuliers, soit par don du souverain, soit par achat46. Un marché animé de la propriété foncière s’est développé, et les citoyens de Dubayy, du Kuwait, de Bahrain, d’Iran et de l’Inde s’achètent et se vendent les terres. Un terrain peut également appartenir à des Européens, pourvu qu’ils résident à Dubayy. Une propriété, en tant que matière à spéculation et à location, ne peut pas être acquise par des étrangers, individus ou compagnies. Les compagnies étrangères sont contraintes de prendre des terrains à bail pour y construire des bureaux et des maisons d’habitation, ou de louer des installations déjà construites.

76La majeure partie des terres appartenant au souverain est administrée comme bien d’État ; une partie est allouée à des services publics (routes, parcs, écoles). Les fonds que le souverain tirait des ventes ou des baux servaient au financement de projets qui, cependant, n’étaient pas soumis à une autorisation en bonne et due forme. Les baux des compagnies étrangères étaient habituellement de 8 à 12 ans ; à l’expiration du bail, le terrain et tous les immeubles retournaient au souverain, mais, dans bien des cas, les baux étaient reconduits aux anciennes conditions, même si la valeur des terrains et des constructions avait considérablement augmenté.

PHOTOS 33 et 34. – Le centre de Dubayy, Émirats Arabes Unis.

Ci-dessus, le quartier de Bastakîya vu de l’ancien fort, actuellement transformé en musée ; on voit les fameuses « tours à vent » construites pour capter la brise et la diriger à l’intérieur des maisons ; au fond, les immeubles modernes bâtis le long de la crique, rive de Dayra. Ci-dessous, la crique et un autre aspect du quartier Bastakîya. Jusqu’en 1979, l’engorgement des ports modernes et les délais, partout dans la péninsule, d’attente en rade, ont donné une prospérité extraordinaire à l’ancien commerce par boutres et à la construction navale traditionnelle. La mise en service de ports modernes, dans tous les pays, risque de leur porter un coup fatal (Photos et légende : Paul Bonnenfant).

4.4. Le projet du port

77Vers 1964, il devint évident qu’il y aurait sous peu beaucoup plus de trafic maritime que la crique ne pouvait en recevoir. Le nombre de dhows locaux, iraniens ou pakistanais, entrant dans la crique s’accroissait rapidement ; des navires de haute mer de plus en plus nombreux y faisaient escale, mais devaient toujours être déchargés au large sur des péniches. Outre cet engorgement grandissant, des entreprises industrielles, telles que Mac Dermott (constructions de plateformes offshore) et Oilfield Supplies Co (fournitures pour la recherche pétrolière) étaient également basées dans la crique. Quand il devint manifeste que le pétrole serait bientôt exporté de Fatah, gisement pétrolifère au large des côtes de Dubayy, la firme Halcrow fut chargée en 1965 d’étudier la possibilité de créer un port en eau profonde. Le choix se porta sur le plan d’un port abritant quatre navires long-courriers, mais pouvant par la suite être agrandi jusqu’à en recevoir neuf. Il ne fut pas difficile de trouver des financements étrangers, car le gisement au large de Dubayy était sur le point de produire. Le contrat pour la construction, d’un montant d’environ 9 millions de livres sterling, fut signé le 6 juin 1967, mais le démarrage des travaux fut retardé de neuf mois en raison de la guerre israélo-arabe. Sur ces entrefaites, l’embouteillage dans la crique s’amplifia encore, en raison de l’essor de la construction dans le secteur public et dans le secteur privé. L’expansion de la base de la R.A.F. à Shârja, en 1967, contribua également à l’accélération de la croissance économique. C’est pourquoi le shaykh Sa’îd décida de modifier le projet d’extension du port et de porter à quinze postes sa capacité d’accueil. Le projet de Port Râshid se montait à 23 millions de livres et débuta officiellement le 5 octobre 1972.

  • 47 Le chiffre exact du recensement du printemps 1968 était de 58 971 habitants.

78En 1968, la population de Dubayy comptait 59 000 habitants47. En 1973, quand l’État-cité bénéficia des avantages du nouveau port, on estimait sa population à 120 000 et, en 1978, à plus d’un quart de million, en raison de l’immigration étrangère. L’infrastructure qui s’était rapidement développée pour répondre aux besoins de la communauté locale fut progressivement submergée par les exigences très diverses des nationalités accourues en grand nombre à Dubayy. Il fallait faire face à leurs différents styles de vie et habitudes, à leurs besoins en services de santé, en écoles, en courant électrique, en eau. En l’espace de dix ans, Dubayy se transforma ; des immeubles très élevés éclipsèrent les délicates tours à vent, le vieux fort fut transformé en musée ; à portée de ses canons portugais s’élèvent maintenant, sur l’autre rive de la crique, des hôtels destinés aux hommes d’affaires venus du monde entier. Un tunnel routier a été creusé sous la crique, et un second pont a été construit en amont, à l’extrémité de la crique. Les déblais issus du dragage ont permis de récupérer des terres dans la partie de Dayra exposée au large, pour tracer ultérieurement une route en corniche. Sur la rive de Dubayy, un nouvel agrandissement du port a porté sa capacité d’accueil à trente-cinq postes de mouillage, et des cales sèches pouvant rivaliser avec celles du monde entier ont été construites.

  • 48 En 1973, ils se montaient à 150 millions de dollars US.

79Jusqu’à la fin de 1973, la croissance de Dubayy ressortant de ces ambitieux projets de développement naissait en partie des conditions créées par une communauté de marchands avisés disposant d’un réseau de contacts à l’étranger. Le commerce allant de pair avec les communications, tous les projets de développe-ment importants tenaient compte, d’une manière ou d’une autre, de ces relations. Ni les activités des compagnies pétrolières, ni les revenus pétroliers eux-mêmes48 n’avaient en fait engendré la majeure partie de la croissance économique de la ville. La seconde étape de son développement, par contre, est le résultat d’une politique délibérée d’attirer à Dubayy de nouvelles activités. Après le bouleversement économique qui suivit la guerre d’octobre 1973 et l’énorme augmentation des revenus pétroliers, on décida de lancer un programme d’industrialisation. L’avenir de Dubayy ne devait plus reposer seulement sur le commerce et les prestations de service, mais aussi sur les industries de transformation.

  • 49 Les services essentiels – électricité, eau, téléphone – et la direction de port Râshid sont organi (...)

80Le nouveau complexe industriel de Dubayy est en construction à Jabal ‘Alî, à 22 miles au sud-ouest, sur le littoral. Comme pour Dubayy, ce projet est axé sur un port grandiose, déjà commencé et devant comporter soixante-six mouillages pour navires longs-courriers. Parmi les nombreux projets qui furent discutés au cours de l’été 1976, la fonderie d’aluminium est jusqu’à présent le seul projet important à être entré dans sa phase de réalisation. Il dépend, ainsi que beaucoup d’autres, des possibilités d’approvisionnement convenable en gaz à bon marché ; une partie, sous forme de gaz associé, est fournie par l’exploitation des champs pétrolifères de Dubayy, mais des efforts sont faits pour en obtenir davantage. La construction de ce port et le développement de vastes projets industriels sont également sous le contrôle direct du shaykh Râshid ibn Sa’îd49, mais un grand nombre de petits projets industriels relèvent du secteur privé et se développent à Jabal ‘Alî et Dubayy. Ainsi se répète le schéma historique du souverain suscitant une entreprise qui crée à son tour des occasions d’affaires pour les négociants.

81Depuis la modeste tentative pour aménager l’entrée de la crique, au début des années 1950, et influencer ainsi le destin, l’actuel souverain de Dubayy et son père, au cours des dernières années de son règne, ont mené le développement de la cité avec l’unique volonté d’encourager les entreprises commerciales existant à Dubayy et d’en attirer de nouvelles.

5. LE DÉVELOPPEMENT DES SERVICES COLLECTIFS

5.1. Le contexte

82Un effort conscient pour développer l’environnement matériel accompagnant le développement économique ne pouvait manquer de modifier fondamentalement les conditions de vie de la plupart de ceux qui résidaient à Dubayy depuis longtemps ; mais il fallut plus de temps pour développer les services sociaux. Au début des années 1950, le gouvernement de l’État-cité et le gouvernement britannique devaient financièrement se limiter à mettre en route quelques mesures de santé, de contrôle des épidémies et des projets d’enseignement.

  • 50 Après l’indépendance de l’Inde, en 1947, le gouvernement britannique mit quelques années pour réaj (...)
  • 51 Le Conseil des États de la Trêve fut organisé en 1952 et comprenait les souverains des sept États. (...)

83Par la suite, les efforts faits à Dubayy pour poser les bases d’une organisation moderne de services sociaux bénéficièrent grandement d’une circonstance favorable : en effet, le gouvernement britannique décida en 1954 d’augmenter sa représentation dans les États de la Trêve et de déplacer l’Agence politique nouvellement créée. Dubayy devint alors le centre du programme de développement restreint et de services sociaux que le gouvernement britannique décida d’organiser50. Avant 1956, l’aide était accordée par tranches à des projets sélectionnés ; le premier plan quinquennal, avec un budget de 45 000 livres sterling, fut établi au cours de cette année. Le choix, la planification et la surveillance des projets de développement furent placés jusqu’en 1965 sous la responsabilité de l’Agence publique de Dubayy. L’exemple de ce qui fut fait pour un shaykhat souleva souvent l’intérêt des autres dirigeants de la côte. L’Office de développement du Conseil des États de la Trêve51, créé en 1965, eut son siège à Dubayy. Le ministère britannique pour le développement outre-mer lui fournit un certain nombre d’experts sur les plans agricole, médical et technique. La présence d’un groupe de spécialistes en poste dans ce qui était alors la petite ville de Dubayy, où peu d’Européens résidaient, lui donna l’avantage sur les autres États, car les projets de développement pouvaient être discutés de façon informelle au Majlis, et les résultats de l’Office y être examinés de près. Cela donna quelque impulsion aux nombreux projets qui furent lancés avec les fonds accordés par le shaykh Râshid ibn Sa’îd ou donnés par les dirigeants du Qatar et du Kuwait.

5.2. Les services médicaux

  • 52 En 1962, le gouvernement britannique accorda 100 000 livres sterling pour la modernisation de l’hô (...)
  • 53 Siégeaient dans ce comité les sept souverains, M. Isa GURG (employé de longue date de la B.B.M.E. (...)

84En 1949, un musulman indien, le Dr Muhammad Yâsîn, qui avait été employé en Inde par le gouvernement britannique et exerçait à Dubayy, fut remplacé par le colonel D. Mc Caully, médecin retraité de l’armée des Indes, engagé par le gouvernement britannique pour diriger le premier hôpital de la Côte de la Trêve, le Âl Maktûm, qui ouvrit ses portes en 1950 avec 38 lits ; construit à Dubayy, il était ouvert à la population de tous les États de la Trêve. Le coût du bâtiment et les appointements du médecin furent à la charge du gouvernement britannique et les frais de fonctionnement répartis entre les souverains des États de la côte ; la plus grande partie, cependant, resta à la charge du shaykh de Dubayy52. Tous les souverains étaient membres du comité de l’hôpital Âl Maktûm53.

  • 54 A part une contribution de 100 Dh par jour pour une chambre particulière, les médicaments et l’hos (...)

85Tout au long des années 1950 et 1960, l’État de Dubayy n’eut pas les ressources nécessaires pour financer des services médicaux convenables. Cependant, en accordant des terrains, des installations, des subventions et un appui moral, les autorités dirigeantes de Dubayy eurent le mérite d’aider des projets qui n’auraient jamais pu se matérialiser autrement ou auraient été implantés dans un autre État de la Trêve. En 1963, un hôpital bâti et dirigé par le gouvernement du Kuwait fut ouvert à Dayra ; en 1968-69, l’hôpital iranien dispensa aussi des soins gratuits aux malades de toutes les nationalités, ce qui accrut les capacités d’hospitalisation à Dubayy. L’hôpital Âl Maktûm fut agrandi en plusieurs étapes, le financement provenant de diverses sources : un service fut offert par un marchand local ; un autre en 1968 par la shaykha Latîfa, épouse du souverain. Cette année-là, il y avait au total 156 lits d’hôpital disponibles à Dubayy pour une population de 59 000 habitants. En 1969, quand l’État commença à exporter du pétrole, on établit les plans du nouvel hôpital Râshid, avec une capacité de près de 400 lits. La pleine responsabilité des services médicaux devant revenir à l’État après l’indépendance, en 1971, on créa en octobre 1970 un département de la santé et des services médicaux. Il fut placé sous la présidence du shaykh Hamdân ibn Râshid et reçut les fonds nécessaires au fonctionnement et à l’extension de tous les services médicaux à Dubayy, à l’exclusion de l’hôpital iranien et de l’hôpital Râshid. La construction, l’équipement, le recrutement et la direction du personnel de cet hôpital, ouvert en mars 1973, furent supervisés par le Bureau du souverain. Il était alors et reste encore aujourd’hui l’un des meilleurs établissements hospitaliers de tout le Golfe54. Il a été agrandi depuis, et un nouvel hôpital de 400 lits sera ouvert au début des années 1980.

  • 55 Lors de l’épidémie de variole de 1967 à Dubayy, les vaccinations furent faites par les services mé (...)
  • 56 Vers 1975, il y avait près de quarante cabinets de médecins privés, généralement d’origine indienn (...)

86Le développement des services de santé eut un profond impact sur la qualité de la vie dans l’État-cité, pour presque tous ses habitants. En effet, avant la seconde guerre mondiale, un malade dont l’état nécessitait un traitement moderne devait se rendre par bateau en Inde, ce que bien peu de personnes pouvaient se permettre. Actuellement, les gens des pays voisins se rendent à Dubayy pour être soignés à l’hôpital Râshid. Cependant, un grand établissement ne peut répondre entièrement aux besoins des communautés locales ou immigrées, dont les problèmes de santé étaient et sont encore quelquefois dus aux logements ouverts à tous les vents, aux insectes parasites et au manque d’hygiène. Parallèlement à la construction des hôpitaux, on se préoccupa de tous les autres aspects d’un service de santé moderne. Le gouvernement de Dubayy, le Conseil des États de la Trêve et des instances internationales telles que l’Organisation mondiale de la santé organisèrent des campagnes de vaccination55, des contrôles réguliers pour les enfants scolarisés et des programmes publics d’éducation sanitaire. La municipalité améliora le ramassage des ordures, la lutte contre les parasites, ainsi que les normes de manutention des aliments, tant au marché qu’aux abattoirs. Enfin, les nouveaux médias, radio, télévision et journaux, furent utilisés pour dénoncer les facteurs pathogènes et indiquer les remèdes à appliquer. Pour la planification des services sanitaires à Dubayy, il était indispensable de tenir compte de la structure de la société et des différences d’attitudes entre communautés locales et immigrées. Même après l’ouverture de l’hôpital Râshid, très bien équipé, beaucoup de gens préférèrent continuer à fréquenter l’ancien hôpital Âl Maktûm, plus petit mais central, ainsi qu’une clinique de service externe située au centre de la ville. Au cours des années 1970, on construisit des cliniques de quartier, pour soulager les services hospitaliers centraux surpeuplés, et pour satisfaire une revendication populaire : être soigné dans une clinique parmi des gens de même origine et habitant le même secteur. Beaucoup de familles, en effet, préféraient payer une visite à un praticien privé56, sans toutefois parvenir à conserver un « médecin de famille » ; la tendance, en effet, était de changer de médecin, quelquefois simplement parce qu’on estimait qu’il ne prescrivait pas assez de médicaments !

87Dans une communauté de gens aux origines sociales et culturelles aussi diverses – négociant de Dubayy, bédouin du désert, immigrant pakistanais, enseignant égyptien ou ingénieur britannique –, la manière d’aborder les services de santé et de les apprécier est vraiment très différente. Il fallait amener une bonne partie de la population à désirer des médecins et des hôpitaux ; en effet, avant l’arrivée de la médecine moderne, les vieilles pratiques tenaient lieu de soins médicaux et ne pouvaient être facilement déracinées dans les communautés locales ou immigrées. Autrefois, on faisait appel à une femme âgée experte en ce domaine, ou à un mutawwa’ (sage religieux) : ils apportaient des préparations ancestrales, des charmes ; ils cautérisaient et écrivaient des versets du Coran sur des amulettes.

88Le service de santé n’est qu’un exemple de ces nombreux services modernes, où des mesures doivent être prises à différents niveaux : premièrement, la construction de bâtiments adéquats ; deuxièmement, la création de bonnes règles de fonctionnement ; troisièmement, le recrutement d’un personnel qualifié et spécialisé ; quatrièmement et surtout, l’éducation du public, afin qu’il utilise les services offerts.

5.3. L’enseignement

89Dans cette description du développement social de Dubayy de 1950 à l’apogée de la phase commerciale et pré-industrielle des premières années 1970, il n’est pas possible d’énumérer tous les changements réalisés par des services officiels et des entreprises commerciales. Toutefois, quelques précisions sur le développement de l’enseignement sont essentielles pour donner une bonne image de la transformation d’une ville à prédominance arabe traditionnelle en une communauté multinationale au service de nombreux intérêts.

  • 57 Sur les trente-huit écoles fonctionnant durant l’année scolaire 1967-68 dans les six États, vingt- (...)

90A l’exception de al-Ahmadîya, les écoles créées à Dayra et Dubayy par le Majlis du Mouvement de réforme en 1938-39 furent fermées au cours de la seconde guerre mondiale par manque de crédits ; l’enseignement resta largement du domaine du mutawwa’ qui dirigeait un kuttâb (école coranique), où les enfants, garçons et filles, apprenaient le Coran par cœur, ainsi que la lecture et l’écriture. C’est à Shârja que fut créé en 1953 le premier établissement scolaire de la Côte de le Trêve, avec l’aide du gouvernement britannique. A partir de 1954, le gouvernement du Kuwait construisit plusieurs écoles dans les six États de la Trêve, les équipa et les dota de personnel57. Le gouvernement de Dubayy ne demeura pas inactif ; le souverain transforma même son palais d’été en une école temporaire, durant l’hiver 1958. Il réclama aux autorités du Caire des enseignants, qui furent placés sous le contrôle d’une mission scolaire de la R.A.U. établie à Shârja. Le programme propre de constructions scolaires de Dubayy démarra dans les années 1960. Quand l’enseignement fut confié au ministre fédéral de l’éducation des Émirats Arabes Unis, en 1972, seize écoles de garçons et douze de filles avaient été construites et fonctionnaient normalement.

  • 58 En 1960-61, il y avait trente étudiants.
  • 59 Les matières suivantes étaient enseignées : langues arabe et anglaise, dactylographies arabe et an (...)

91Il est significatif que, dans le développement de l’enseignement à Dubayy, on ait mit l’accent sur l’enseignement technique. Une école commerciale, avec un effectif initial de garçons en majorité originaires de Shârja et de Dubayy, fut fondée par le gouvernement britannique, en 1958, à Shârja58. Le shaykh Râshid ibn Sa’îd, qui prévoyait le. bénéfice d’un enseignement technique pour ses jeunes citoyens et pour le développement futur de la ville, investit la somme de 30 000 livres sterling pour la construction et l’aménagement d’une école de commerce à Dayra, placée sous la direction du principal de l’école de Shârja. Les frais généraux furent partagés à égalité entre le souverain et le gouvernement britannique jusqu’en mars 1967, date à laquelle toute la dépense fut assumée par le Fonds de développement des États de la Trêve. L’école commerciale de Dubayy fut agrandie au début de 1966, pour ajouter un cours commercial au programme scolaire59. Ultérieurement, des cours pré-techniques et deux années post-techniques de niveau secondaire portèrent à douze ans la durée du cursus complet. Fin 1968, il y avait 194 étudiants inscrits à l’Ecole de commerce de Dubayy, et l’on estimait qu’environ 20 % des garçons âgés de 6 à 18 ans recevaient un enseignement technique ou commercial. Le développement économique accéléré de l’État-cité, à la fin des années 1960, donnait déjà un avant-goût des occasions d’emplois s’offrant aux jeunes gens du pays ayant reçu un enseignement pratique et désireux d’utiliser leurs connaissances et leur compétence.

5.4. La force de police

  • 60 Le Major P. Lorimer fut le premier commandant. Le Major J. Briggs, qui avait déjà servi dans les p (...)

92La création, en 1956, d’une force de police fut un pas important dans le processus de transformation de Dubayy en un État bien organisé et apte à développer une économie toujours plus diversifiée et une société de plus en plus cosmopolite. Bien que placée sous l’autorité d’un major britannique jusqu’en 197560, la police devait éviter de recruter des mercenaires ; elle n’acceptait que des citoyens des États de la Trêve ou du sultanat d’Oman. Elle débuta avec 80 hommes et en comprenait plus de 1 500 au moment où le commandement changea de mains, en 1975. Au début, le recrutement ne présentait aucun problème, car le salaire normal était un stimulant puissant pour les jeunes gens ; la perspective d’une formation utile était souvent une des raisons importantes d’entrer dans la police de Dubayy. Mais ces dernières années, ces deux raisons perdirent de leur attrait, car on offrait de meilleurs salaires dans des emplois différents et d’autres occasions de se former. Actuellement, certains jeunes gens entrent dans la police motivés par la fierté de travailler dans une institution en progression, bien organisée, comportant des perspectives de promotion, enseignant des techniques spécialisées en donnant leur chance aux hommes préparés à assurer des responsabilités.

5.5. Analyse des réalisations

93Les chiffres ne peuvent rendre compte de l’impact qu’eurent les réalisations sociales de l’État-cité sur la communauté de Dubayy. Peu importe le nombre impressionnant de lits d’hôpital, d’écoles, de brigades d’incendie ou de voitures de police, la caractéristique dominante de Dubayy, depuis 1955 jusqu’à maintenant, c’est la façon dont la communauté entière a réagi face à l’énorme croissance de sa population. Au cours des années 1970, le taux d’accroissement démographique s’accéléra au-delà de toutes les prévisions ; plus d’une fois le développement planifié s’avéra, dès son exécution, inférieur aux besoins.

  • 61 La plupart des enfants iraniens, anglais, français, allemands et hollandais fréquentent les écoles (...)

94L’ampleur du problème posé par la planification de services sociaux adéquats tient au fait que la population a doublé entre 1958 (59 000 habitants recensés) et 1974 (120 000 habitants estimés). Une planification pour un tel accroissement démographique est déjà suffisamment difficile dans une communauté ethniquement, culturellement et économiquement homogène, mais, à Dubayy, l’explosion démographique née de l’immigration – en dehors d’un taux normal de croissance de 3 % dû aux naissances – présenta toujours un déséquilibre dans sa composition et sa structure. De nombreux immigrants, et particulièrement ceux des pays voisins, arrivèrent initialement à Dubayy sans leur famille et on ne pouvait prévoir qu’ils y resteraient de manière permanente. Cependant, au fil des ans, beaucoup s’y fixèrent et furent rejoints par leur famille venant des pays arabes et musulmans voisins, de l’Inde et de l’Europe ; en conséquence, leurs exigences envers l’Etat et la société changèrent. Ces hommes ne vivent plus maintenant en célibataires, dans un baraquement fourni par leur employeur ; ils ont avec eux leur famille, dans un appartement ou une villa, et réclament les services d’un État moderne61.

  • 62 La main-d’œuvre employée dans ces énormes ateliers où chaque élément d’un superpétrolier peut être (...)

95Tout au long de cette période de développement pré-industriel – qu’on peut estimer terminée avec la décision de construire une cale sèche pour pétroliers géants, en 197362 –, les tendances économiques et les changements sociaux, caractéristiques de cette période dans les villes des États de la Trêve depuis le début du siècle, sont encore plus visibles à Dubayy. L’impact de l’expansion et le déclin de l’industrie perlière se firent sentir davantage dans l’État-cité qui n’avait pas d’arrière-pays en dernière ressource. Les activités commerciales du début aidèrent Dubayy à être en tête des shaykhats voisins ; la mutation dans cette ville de l’Agent politique britannique pour les États de la Trêve aida à la fois directement et indirectement l’État-cité à se lancer dans la planification d’un nouvel ordre économique, et, en mettant en place des services sociaux, à servir d’exemple, pour quelque temps, aux autres shaykhats.

96Abu Dhabi, 1979.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abdullah (Muhammad Morsy). – The United Arab Emirates. A Modem History. London, Croom Helm, 1978, 365 p., bibliographie, index.

Fenelon (K.G.). – The United Arab Emirates. An Economic and Social Survey. London, Longman, 1973, 145 p., bibliographie, index, cartes.

Heard-Bey (Frauke). – Der Prozess der Staatswerdung in Arabischen Oelexportlaendern. Politischer une gesellschaftlicher Wandel in Bahrain, Qatar, den Vereinigten Arabischen Emiraten und Oman, Vierteljahreshefte fuer Zeitgeschichte, H.2, 1975, pp. 155-209.

Kelly (J.B.). – Eastern Arabian Frontiers. London, Faber and Faber, 1964, 319 p., index, carte.

Said Zahlan (Rosemarie). – The Origins of the United Arab Emirates. A Political and Social History of the Trucial States. London, MacMillan Press, 1978, 278 p., bibliographie, cartes, illustrations.

Thesiger (Wilfred). – Arabian Sands. London, Continent Books, 1959, 347 p., index, cartes, illustrations.

Wilkinson (J.C). – Water and Tribal Seulement in South-East Arabia. A Study of the Aflâj of Oman. Oxford, Clarendon Press, 1977, 276 p., bibliographie, cartes, index.

Notes

1 L’eau était généralement amenée depuis l’aquifère par des canaux souterrains, falaj. pl. aflâj, longs souvent de 20 km, jusqu’aux endroits propices à l’agriculture. Voir en particulier : WILKINSON (J.C), Water and Tribal Settlement in South-East Arabia. A Study of the Aflâj of Oman. Oxford, Clarendon Press, 1977, 276 p.

2 Une mine de matériaux concernant le Golfe entier a été recueillie au cours de trois siècles et demi de présence britannique en Inde. La correspondance officielle a été transférée à Londres avant l’indépendance de l’Inde, en 1947. Elle est accessible à l’India Office Record and Library (I.O.R.).

3 En 1969, la production de Dubayy était d’un demi million de tonnes, tandis qu’Abu Dhabi exportait 28,9 millions ; en 1974, Dubayy atteignait le chiffre de 13 millions, mais Abu Dhabi avait porté le sien à 68.

4 « Malgré la signature séparée au nom de son chef Hazza’-bin-Za’al, alors mineur, du traité général de paix de 1820, Dibai semble avoir existé... comme une dépendance du shaykhat d’Abu Dhabi » (Lorimer, Gazetteer, Histor.. p. 772). Voir aussi l’annexe 3, ibid., pp. 772-775 : International History of the Dibai Principality. Voir la référence complète de Lorimer, note ci-dessous.

5 L’incident décrit par Lorimer, Histor., p. 765 : « Cette violence de la part de shaykh Khalîfa (d’Abu Dhabi) fut hautement préjudiciable à ses propres intérêts ; au cours de la période de pêche, elle amena le départ d’Abu Dhabi vers Dibai d’un grand nombre de Bani Yas de la fraction Al Bu Falasah. Dibai... semble avoir été aisément abandonné aux séparatistes par l’individu qui le gouvernait. L‘automne suivant, ceux-ci furent rejoints par un grand nombre de leurs parents, à leur retour des bancs de perles. La sécession fut définitive, la presque totalité des Al Bu Falasah étant jusqu’à ce jour domiciliés à Dibai ».

6 Le shaykh Maktûm ibn Butî eut comme successeur en 1852 son frère Sa’îd ibn Butî, qui mourut en 1859 de la variole. Hashar ibn Maktûm régna de 1859 à 1886, suivi de son frère Râshid ibn Maktûm (1886-1894). Le neveu de ce dernier, Maktûm ibn Hashar, fut le souverain de 1894 à 1906. Un oncle, Suhayl ibn Butî, régna de 1906 à 1912 jusqu’au moment où Sa’îd ibn Maktûm, qui était mineur au moment de la mort de son père, Maktûm ibn Hashar, prit le pouvoir et le garda jusqu’à sa mort en 1958. Depuis cette date, shaykh Râshid ibn Sa’îd est le souverain de Dubayy.

7 Un livre de référence à usage interne de l’Indian Civil Service fut compilé par J.G. LORIMER sous le titre Gazetteer of the Persian Gulf, ‘Oman and Central Arabia. 1908 sq., en deux volumes : vol. 1, Historical : vol. II, Geographical and Statistical. Les données concernant la Côte de la Trêve furent presque toutes recueillies par un certain nombre de fonctionnaires, de 1904 à 1907. Voir ibid., Geogr., p. 1425.

8 Selon Lokimer, Geogr., p. 455. il y aurait eu 67 Hindous et 23 Khojas, y compris les femmes et les enfants, établis à Dubayy au dernier recensement avant l’impression du Gazetteer.

9 Lorimer, Geogr., pp. 1121 sq. et p. 1204.

10 Lorimer, Hist., p. 752.

11 Lorimer, Hist., p. 2256.

12 Lorimer, Hist., p. 2286 sq.

13 Par exemple, Humayd ibn Abd ar-Rahmân ibn Sayf Âl Bû Shamis, qui avait essayé sans succès d’évincer son père comme chef de Hamrîya, en 1922, s’établit à Dubayy après l’assassinat de son père par ses cousins en 1931 ; il réussit à les expulser de Hamrîya et en devint le chef. Voir I.O.R., R 15/1/14/47, Hamriyah and Secession from Sharjah. 1922-1932 (84).

14 Sur Bastak, voir Lorimer, Geogr.. p. 279 sq.

15 Khamir, sur la côte du district de Bastak, à environ douze milles à l’O.-N.-O. de Laft sur l’île de Qishm, était un exemple de la parenté de la population de l’autre côté du Golfe : « Khamir compte environ 350 maisons et la population totale avoisine 1 800 âmes. A quelques exceptions près, les gens sont sunnites et appartiennent à diverses tribus arabes. La navigation, la pêche, la culture des dattes, la coupe du bois et la fabrication de la chaux sont leurs principales occupations » (Lokimer, Geogr., p. 1016).

16 Sur la construction et l’utilisation d’une maison dans le quartier Bastakîya. voir l’étude détaillée de Anne CoiLes et Peter Jackson : A Windtover House in Dubai. London, Art and Archaeology Research Papers, June 1975.

17 Voir Trucial States Census Figures, 1968, publié en miméographie par le Development Office of the Trucial States Council. Sur 12 193 maisons de Dubayy, 6 189 étaient construites en pierre et briques d’argile.

18 Les terrains sur lesquels ils construisaient leurs maisons étaient soit achetés, soit octroyés par le souverain. Mais, si l’on voulait s’installer dans les zones densément construites près des souks ou plus loin à l’extérieur, il fallait toujours obtenir l’accord du souverain, soit personnellement, soit par l’intermédiaire du chef de tribu ou de quartier.

19 Le shaykh Maktûm ibn Hashar (1894-1906) vivait dans le fort près de Shandagha et avait l’habitude de venir presque tous les matins à Dayra pour parler avec les marchands et régler leurs problèmes et différends. Shaykh Butî ibn Suhayl habitait une maison ordinaire de Dayra, près de la crique ; il se rendait fréquemment à Dubayy et Shandagha dans le même but.

20 Pendant de nombreuses années, sous le règne de shaykh Sa’îd ibn Maktûm, un seul qâdî était nommé officiellement. Après sa mort, il y en eut deux.

21 Au milieu du xixe siècle, Gray Mackenzie & Co ouvrirent un bureau à Basra pour s’occuper des vapeurs de la British Indian Steam Navigation Co.

22 En dehors des limites du port, la Persian Gulf Lighting Service entretenait un bateau-phare et s’occupait de tous les fanaux et bouées ; ce service est aujourd’hui assuré par la Middle East Navigation Aid Service, basé à Bahrain. Pour ce service, chaque navire paye un droit, perçu au premier port d’escale.

23 Voici la proclamation du shaykh de Dubayy. publiée le 21 juillet 1955 : « Conformément à la réorganisation générale des départements de notre État, nous avons décidé que. dans l’avenir, tous les droits de douane seraient versés directement au compte bancaire des douanes, ouvert à la British Bank of the Middle East. A cet effet, nous avons décrété que, dans l’avenir, aucune institution, agent maritime ou représentant des compagnies aériennes ou officier des postes, en fonction sur notre territoire, ne pourra délivrer un bon de livraison, ou livrer des marchandises au destinataire ou à son mandant si le connaissement ou tout autre document similaire, n’est pas accompagné du reçu de la British Bank, attestant que les droits de douane ont été acquittés, au profit du compte officiel des douanes de Dubayy.

24 Voir Said (Rosemarie J.), The 1938 Reform Movement in Dubai, dans AI-Abhath, journal trimestriel pour les études arabes, Beyrouth, Université américaine, vol. XXIII, déc. 1970, p. 247-318. On trouvera de nombreux détails sur les projets, les réalisations et les échecs du Conseil, dans la correspondance échangée entre le chef du Mouvement de réforme, le souverain et le Résident britannique à Shârja. Ces documents, confiés à l’Agent politique à Bahrain, sont maintenant au I.O.R. (R/15/2/13/ 31). La totalité des documents a été reprise par R. Said et forme la partie documentaire de son article (pp. 264-318).

25 Voir R. Said, AI-Abhath, p. 254, et sa note infrapaginale 28.

26 Une convention aérienne civile fut signée le 23 juillet 1937 pour accorder des facilités d’escales nocturnes à l’Imperial Airways.

27 Comme dans l’accord avec les autres souverains des États de la Trêve et le sultan d’Oman, la royalty fut fixée à 3 roupies par tonne quand débutèrent les exportations de pétrole (Longrigg, S.H., OU in the Middle East, 3e éd., Londres, 1968, p. 116). La rente annuelle était d’environ 50 000 roupies.

28 Voir l’I.O.R., R 15/1/14/49, Arab States Monthly Summary, 1929-1931, July 1929.

29 Par exemple, le père de Muhammad ibn Ahmad ibn Dalmûk, une des principales personna-lités du mouvement, rencontra de graves difficultés financières, car il n’avait pas été payé pour les perles vendues à un marchand indien, alors qu’il avait besoin de cet argent pour équiper sa flotte perlière avant la saison 1929. Voir I.O.R. R 15 1/14 49, Arab States Monthly Summary, 1929-1931. July 1929.

30 La citation suivante, extraite d’un rapport d’octobre 1934 de F.H. Gamble, du département du commerce d’outre-mer, sur les conditions économiques dans le Golfe (H.M.S.O., n°60l), souligne quelques-uns des problèmes : « Des conditions commerciales très différentes règnent sur les rives arabe et persique du Golfe. Du côté arabe, les droits de douane vont de 4 à 15 %, mais il n’y a pas de restrictions sur le volume des marchandises importées et exportées, et les statistiques de l’année (du 1er avril 1933 au 31 mars 1934) montrent que le volume total du commerce, bien que toujours inférieur au niveau des cinq ou six années antérieures, a augmenté légèrement comparativement à celui de l’année précédente ». « Du côté persan, on peut douter qu’il y ait augmentation, à cause des nombreux règlements restés en vigueur. Outre les difficultés d’un système de quota et le paiement des droits de douane et de péage, les marchands qui importaient en Perse devaient se procurer des licences d’exportation avant d’obtenir des licences d’importation ; quand ils importaient certaines catégories de marchandises..., ils devaient obtenir du gouvernement des devises étrangères à des taux désavantageux. Les monopoles de l’opium, du sucre et des allumettes ajoutent encore à leurs difficultés » (p. 5).

31 Tous ces détails sont régulièrement mentionnés dans les Extracts from Diary of the British Residency and Consulate General Bushire, dans le dossier intitulé Smuggling in the Gulf. I.O.R., L/P & S Series 12, collection 30. volume 50, 1928-1938. Le système de contrebande est par exemple expliqué dans l’extrait suivant, de juin 1935 ; « La canonnière (persane) » Chahrokh » a réussi, en juin, à capturer deux dhows de contrebandiers. L’un d’eux avait les marchandises suivantes à bord : vingt sacs de sucre, dix boîtes de thé, cinq balles de tissu de coton ; l’autre avait une somme de 170 000 riyals de monnaie d’argent iranienne, que les contrebandiers voulaient échanger contre des roupies. Il s’avère qu’ils peuvent acheter des roupies à Fao et dans les autres ports arabes, au taux de 290 riyals pour cent, alors que le taux d’échange à Bushire est de 600 à 620 riyals pour cent. On sait que la contrebande des pièces d’argent est active dans les ports du Golfe ».

32 Voir L P 5 12/30 50, Smuggling in the Gulf. 1928-1938. Extract for Nov. 1934.

33 Voir par exemple un extrait de la dépêche de Téhéran, n° 89, du 16 février 1929, ibid.

34 Si cela avait été le cas, le gouvernement britannique en Inde aurait pu être obligé d’interve-nir ; mais tel que c’était, il pouvait, non sans de longues consultations internes, décréter que la contrebande était un problème persan, et que l’Indian Navy n’avait pas à maintenir l’ordre dans le Golfe au nom du gouvernement persan ni à risquer d’être chassée des ports persans, voir ibid.

35 Pour connaître les circonstances variées des différents affrontements qui eurent lieu à partir de 1929, voir la collection de l’I.O.R. intitulée Unrest at Dubai and Trucial Coast Policy, 1934-1936.

36 R. Said, Al-Abhath. p. 258. Cette idée est exprimée dans une lettre de Hashar à Sa’id (p. 308 de l’Appendice), dans laquelle il essaie de convaincre le souverain que les revenus des concessions pétrolières et des installations aériennes devraient être ajoutés aux fonds de l’État, de façon à augmenter son niveau de vie. C’est une lettre importante, car elle donne en six points les principes idéologiques du Majlis sur la – règle constitutionnelle » à Dubayy.

37 La première école, appelée « Ahmadîya », fut ouverte le 3 décembre 1938. Aussitôt, deux cents élèves s’inscrivirent ; trois enseignants et un employé furent nommés. L’école « As-Sa âda » ouvrit avec deux enseignants pour soixante élèves : quelques jours plus tard, l’école Al-Falah (ou Falasah ?) fut ouverte à Dubayy avec trois enseignants. Voir la lettre de Mana à Sa îd, du 15 décembre 1938, in : Said, AI-Abhath. appendice, p. 283.

38 Le premier puits de la Côte de la Trêve fut creusé à Ra’s Sadr, sur le territoire d’Abu Dhabi, en février 1950. Après quinze mois de forage, il fut abandonné et le derrick transporté à Jabal Alî, une colline à l’ouest de Dubayy, qui, suivant un récent tracé de frontière du Résident politique, faisait partie du shaykhat de Dubayy (in : Longrigg, Oil, p. 233).

39 Une certaine somme d’argent fut donnée par le souverain de Qatar au souverain de Shârja, shaykh Saqr ibn Sultân, pour aménager la crique, mais elle ne fut pas utilisée dans ce but.

40 Le dragage permit d’avoir sept pieds d’eau à marée basse et douze à marée haute sur le haut-fonds de l’entrée de la crique. Les déblais s’avérèrent utiles pour protéger Shandagha, où la plage était soumise à l’érosion.

41 En 1966, deux quais à piles métalliques et brise-lames, chacun composé de blocs de 60 pieds de large, furent terminés. Le quai oriental avait 270 000 pieds carrés de superficie et 39 000 pieds carrés d’entrepôts. Sept grues mobiles et trois pelles mécaniques équipaient les quais.

42 La centrale électrique fonctionnait depuis juillet 1961, sur la rive de Dayra ; sa capacité était alors de 6 400 kW.

43 Exemples : les services de l’aéroport de Dubayy, la poste, les installations portuaires, une filiale de Gray Mackenzie & Co de Dubayy.

44 Le souverain de Shârja, shaykh Saqr ibn Sultân, avait tenté d’imposer une taxe sur l’or qui entrait à Shârja par voie aérienne à destination de Dubayy. Ce fut une des raisons qui incitèrent à construire un terrain d’atterrissage et un petit bâtiment administratif.

45 Le prix initial du terrain récupéré n’était souvent que du 1/1 000 de la valeur obtenue une fois le remblais terminé.

46 Autrefois, lorsqu’un particulier voulait édifier un nouvel immeuble, il devait consulter le souverain ; mais pour la construction proprement dite et l’observation des normes de sécurité et d’incendie, il était entièrement libre de ses choix.

47 Le chiffre exact du recensement du printemps 1968 était de 58 971 habitants.

48 En 1973, ils se montaient à 150 millions de dollars US.

49 Les services essentiels – électricité, eau, téléphone – et la direction de port Râshid sont organisés sur un modèle commercial. Les Services du port de Dubayy ont une charte établie par le souverain et sont responsables directement devant lui ; ils doivent rapporter un profit raisonnable, mais ils n’ont pas à amortir le coût de l’investissement initial du port.

50 Après l’indépendance de l’Inde, en 1947, le gouvernement britannique mit quelques années pour réajuster sa politique dans les États de la Trêve. Il endossa alors la responsabilité de leur sécurité intérieure et accorda une aide financière et technique à des projets de développement.

51 Le Conseil des États de la Trêve fut organisé en 1952 et comprenait les souverains des sept États. Jusqu’en mars 1966, il fut présidé par l’Agent politique britannique résidant à Dubayy, puis un président fut élu au sein du Conseil lui-même. En 1965, le Fonds de développement fut créé ; l’apport du gouvernement britannique fut le plus important, puis ceux de Qatar, d’Abu Dhabi et de Bahrain, jusqu’en 1967. Les contributions d’Abu Dhabi s’élevèrent alors régulièrement ; elles représentaient 80 % du budget au moment où le Fonds fut dissout, en 1972.

52 En 1962, le gouvernement britannique accorda 100 000 livres sterling pour la modernisation de l’hôpital et 40 000 pour les dépenses de fonctionnement.

53 Siégeaient dans ce comité les sept souverains, M. Isa GURG (employé de longue date de la B.B.M.E. de Dubayy), M. Bill Duff (directeur du Bureau de développement des États de la Trêve), le Dr Ross de l’hôpital Maktûm et l’Agent politique britannique ; le comité fut dissout en 1970.

54 A part une contribution de 100 Dh par jour pour une chambre particulière, les médicaments et l’hospitalisation sont gratuits pour tous.

55 Lors de l’épidémie de variole de 1967 à Dubayy, les vaccinations furent faites par les services médicaux du Conseil des États de la Trêve, l’hôpital Maktûm et les services de santé de l’Agence politique. Le Dr Asim Jamali, conseiller du Bureau de la santé, assura la coordination.

56 Vers 1975, il y avait près de quarante cabinets de médecins privés, généralement d’origine indienne ou pakistanaise.

57 Sur les trente-huit écoles fonctionnant durant l’année scolaire 1967-68 dans les six États, vingt-huit étaient tenues par le gouvernement du Kuwait.

58 En 1960-61, il y avait trente étudiants.

59 Les matières suivantes étaient enseignées : langues arabe et anglaise, dactylographies arabe et anglaise, mathématiques et comptabilité, gestion commerciale, secrétariat administratif, droit commercial et géographie commerciale ; le contingent annuel était de quinze étudiants et le cours durait trois ans.

60 Le Major P. Lorimer fut le premier commandant. Le Major J. Briggs, qui avait déjà servi dans les pays arabes, dont Bahrain et Qatar, lui succéda ; il resta en poste jusqu’en 1975, puis devint conseiller.

61 La plupart des enfants iraniens, anglais, français, allemands et hollandais fréquentent les écoles construites par leur communauté ; ils ne sont pas inclus dans le décompte des élèves des écoles de Dubayy. Le nombre d’enfants d’Arabes expatriés atteint 80 % dans certaines classes terminales des écoles secondaires nationales.

62 La main-d’œuvre employée dans ces énormes ateliers où chaque élément d’un superpétrolier peut être remplacé classe ce projet dans la catégorie « grande industrie » et non « industrie de service ».

Notes de fin

* Traduction française vérifiée par le service de traduction des éditions du C.N.R.S.

Voir la carte n° 16 : Emirats Arabes Unis, à la page 525.

Voir la carte n° 17 : Schéma de Dubayy, page 531.

Table des illustrations

Légende CARTE N° 16 : Les Émirats Arabes Unis
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende CARTE N° 17. – Schéma du centre de la ville de Dubayy.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2360/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable