Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Troisième Partie : Les États du Golfe, d'ouest en est

Histoire et changements sociaux au Qatar

Anie Montigny-Kozlowska

Texte intégral

Il reste des arbres généalogiques
des dromadaires aux initiales du passé
et des perles noyées dans les désirs en sommeil.
L’écho des pères s’échappe mollement
des tours hautaines récoltent les confidences noires
du noyau terrestre
des cous métalliques décident une mer domestiquée, sans saveur
on s’égare dans les cages chimiques, infaillibles
chimères de demain
les sourires ne s’élèvent plus à la vue des zincs de feu
des buildings aux phrases tordues murmurent un air d’arabesque
le cortège d’auto-mobiles se laisse emporter dans
la perspective du week-end
au cœur du tourbillon mythologique se disputent
T.V.-radio-cassettes-vidéo-caméra
ravissant l’éternité du mouvement
habit blanc
habit noir sont des allures d’autrefois
aujourd’hui inachevées.

  • 1 Inventaire de cette littérature dans : Sir A.T. Wilson, The Persian Gulf, Oxford, Clarendon Press, (...)
  • 2 Public Record Office (P.R.O.), London ; India Office Record (I.O.R.) ; London, essentiellement. Voi (...)
  • 3 Le Centre for Middle Eastern and Islamic Studies, de l’Université de Durham, abrite une section doc (...)

1Dans l’abondante littérature ancienne et moderne concernant les pays du Golfe, rares sont les références relatives à Qatar – péninsule dans la péninsule -cependant tôt connue pour ses pêcheurs de perles, ses pirates, puis à travers la bonne fortune des réformateurs wahhâbites issus de ses steppes pastorales1. En exploitant les archives militaires britanniques ouvertes à la consultation2, le chercheur intéressé par l’étude du changement social contemporain peut se donner, sur certains plans, la profondeur historique du siècle. Cependant, les documents postérieurs à la seconde guerre mondiale, a priori les plus utiles, demeurent inaccessibles et il reste à pallier les silences propres à ce type de source comme à s’efforcer d’en apprécier les biais systématiques. Pour la période actuelle, documents officiels ou semi-confidentiels de l’Etat qatari indépendant (depuis 1971) et estimations des organisations internationales ne sont pas si nombreux3. Leur caractère lacunaire, leur fiabilité parfois incertaine et surtout leur trop évidente focalisation « économique » – au sens le plus étroit du qualificatif – rendent difficile la synthèse et a fortiori l’interprétation sociologique. Dans ces conditions, une certaine insistance sur le passé du pays ne m’apparaît pas superflue : j’estime qu’à l’incertitude des remarques que je développerai ensuite sur les changements observables dans la société qatarie, la moindre incertitude d’une reconstruction historique fournit au moins quelque assise.

1. POINT D’HISTOIRE

2Ce sont les populations Qawâsim, du fait de leurs pirateries, qui firent appeler « Côte des Pirates » la côte comprise entre le détroit d’Ormuz et le territoire du Qatar. Différents traités de maintien de la paix en mer furent conclus entre le gouvernement britannique et plusieurs souverains du Golfe (Wilson, 1928 : 192-212). Qatar, alors province dépendant de Bahrain, non tenu par quelque accord spécifique, était l’objet de querelles incessantes qui risquaient de compromettre le statu quo difficilement acquis dans la région. Par son intervention, le gouvernement de Sa Majesté donna un statut d’autonomie à la péninsule et tissa son histoire, reconstituée pour la circonstance à partir de 1766 (IOR, R/ 15/2/26, rapport n° 208 ; Lorimer, 1908-15 : 787-835).

1.1. Les populations1

  • 1 Voir la carte de Qatar, page 479.
  • 4 Cette période fut le témoin de violents conflits entre les Anglais et les Français dont un des buts (...)

3En 1766, la péninsule du Qatar, comprise dans la région du Hasâ, était sous l’autorité de la confédération bédouine des Banî Khâlid ; cela dura jusque vers 1795, après la conquête de la région par les wahhâbites. 1766 est aussi la date de migration des Âl Khalîfa, une section de la qabîla ‘Utub, de Kuwait vers Zubâra, sur la côte ouest du Qatar, dont ils firent un port très actif. Zubâra demeura longtemps une place stratégique commerciale et politique : convoi de marchandises venant d’Asie et d’Afrique, par mer ou par route, servant les intérêts des marchands locaux autant que les enjeux étrangers en pleine effervescence4. Ce port a également été le point de départ de l’action conjointe de trois sections ‘Utub dirigeant la conquête de Bahrain en 1783, Âl Sabâh de Kuwait, Âl Khalîfa de Zubâra et Âl Jalâhima de Ruways, village au nord de Zubâra (Abu Hakima, 1972 : 116). A cette occasion, nous possédons quelques données sur la population du Qatar, celle qui se joignit à la prise de l’île : Âl Musallam (Banî Khâlid) d’al-Huwayla, Âl ibn ‘Alî de Fuwayrat, Sûdân de Doha, Âl bû ‘Aynayn (Banî Khâlid) de Wakra, Kibisa de Khûr Hassan (al-Ghuwayr), Suluta de Doha, Manâni’a d’Abû Zulûf, et les Na’îm, bédouins vivant à l’intérieur de la péninsule (Abu Hakima, 1972 : 115).

  • 5 En ce qui concerne la pêche et le commerce des perles, voir : Lorimer J.G., 1970 (2e éd.), Persian (...)

4De la côte nord-ouest de la péninsule jusqu’aux rivages est, s’étendaient des villages de pêcheurs, constitués de groupements tribaux dont on retrouve encore les noms au début du siècle. Les principaux centres de population étaient Doha (ad-Dûha), Bida’, Wakra, Khûr Shaqîq (al-Khûr), adh-Dhakhîra, Sumaysma, Lu-sayl, ad-Da’â’in, Fuwayrat, Abû Zulûf, Khûr Hassan (al-Ghuwayr), Ruways. Des agglomérations pouvaient correspondre à une propriété indivis d’une communauté tribale, tandis que d’autres associaient plusieurs tribus. Au début du siècle, on comptait environ 11 000 habitants à Doha, 7 500 à Wakra auxquels il convient d’ajouter 4 000 esclaves, 2 000 affranchis et 425 Irakiens pour Doha et Wakra, les plus grands centres. L’ensemble de la population sédentaire était estimée à 27 000 au total (Lorimer, II : 1530-2). On trouve aujourd’hui encore une certaine constance d’occupation des anciens sédentaires dans leur village, phénomène qui s’avère différent quant aux familles arabes des tribus. L’histoire a créé des fissions, amené des fusions de groupes selon un principe socio-politique particulier aux populations bédouines d’Arabie. D’autres communautés étaient précisées nomades : Nayim (Âl Na’îm) et al-Manâsir originaires de « Trucial ‘Oman » ; les Beni Hâjir, al Morrah, (Âl Murra), Ejman (‘Ajmân) venant de la province du Hasâ’. Ils conduisaient leurs troupeaux jusque dans l’intérieur de la péninsule, après les premières pluies de la saison fraîche. Les attaques en mer étaient le fait des sédentaires autant que des nomades, qui participaient occasionnellement à la pêche ou au commerce des perles – ou indirectement en assurant la garde de certains troupeaux des pêcheurs. Leurs richesses se comptaient en nombre de bateaux comme en têtes de dromadaires, chevaux, petit bétail et aussi esclaves. D’autre part, l’activité perlière occupant les populations durant quatre à cinq mois de l’année, la pratique de l’élevage procurait aux familles un moyen de subsistance complémentaire jusqu’à la saison suivante. Une recrudescence de la piraterie dans tout le Golfe avait lieu durant les périodes d’activité économique intense, pendant lesquelles la concentration des populations facilitait les conflits. C’était pendant la saison chaude, qîz, qui voyait l’activité perlière5.

1.2. Les interventions étrangères et la famille Âl Thânî

  • 6 A propos du conflit Bahrain-Zubâra-Qatar, se rapporter à IOR.R/15/1/314 et IOR.R/15/1/ 369 à 372 ; (...)
  • 7 Concernant les conflits frontaliers, voir Kelly J.B., 1964. Une convention anglo-turque sur le Golf (...)

5Le gouvernement d’Inde, anxieux des prétextes d’intervention possible de l’Egypte, pourtant décadente, et des Ottomans, intervint auprès de plusieurs shuyûkh (sg. shaykh) de la côte des Pirates. Ce fut le début d’une série d’accords signés pour le maintien de la paix en mer et la suppression du trafic d’esclaves, motif à trop de troubles (15/3/1820 et mai 1853), (G.B.-F.O., 1920 : 78-81). Le shaykh de Bahrain signa le traité pour Bahrain et ses dépendances. Les dépendances ne furent pas nommées. Qatar, qui n’avait pas de statut indépendant, c’est-à-dire pas de chef représentatif et peu d’intérêt aux vues des Anglais, était alors un territoire aveugle. Erreur de jugement que le gouvernement d’Inde corrigea par le traité de 1868, à la suite d’expéditions du shaykh d’Abu Dhabi allié au shaykh de Bahrain contre les habitants de Doha et Wakra (G.B.-F.O., 1920 : 78-81 ; PRO. Adm. 127, 26). Zubâra, port de commerce à la richesse fluctuante et première résidence du groupe Âl Khalîfa, resta longtemps objet de litige : le shaykh de Bahrain, rêvant d’étendre son pouvoir, s’opposa au shaykh Âl Thânî cherchant à sauvegarder et à développer l’entité de sa souveraineté sur Qatar6. Zubâra montre aujourd’hui des ruines imposantes chères aux archéologues, mais c’est un nom difficile à prononcer. Les relations sont bonnes entre Bahrain et Qatar depuis 1973, bien que l’île de Huwâr, à l’ouest du pays, reste une affaire litigieuse7.

6En ce qui concerne l’influence wahhâbite à Qatar, on peut évoquer plusieurs faits. Les réformateurs de l’Islam, dans leur volonté d’expansion vers l’est de l’Arabie, furent pris dans un conflit qui dura cinquante ans, jusqu’à la destruction totale des maîtres du Hasâ’, les Banî Khâlid, en 1795 (Abu Hakima, 1972 : 125-154). Une incursion de l’armée wahhâbite à Qatar fut menée durant cette période, en 1787, lors d’une défaite temporaire des Banî Khâlid (Abu Hakima : 134-5). Une ultime attaque sur Qatar (1795) entraîna la conquête d’un certain nombre de villages et le siège de Zubâra pendant lequel toute sa population s’enfuit vers Bahrain (Abu Hakima : 159). Zubâra fut réoccupée. Mais les Âl Khalîfa (‘Utub) ayant été évincés de Bahrain par l’imâm de Masqat en 1800, la reconquête de l’île se fit avec la coopération des wahhâbites, l’année suivante, ce qui semble marquer leur influence définitive (Abu Hakima : 164).

7Au cours de la visite de l’amir wahhâbite en 1851 à Wakra, Doha et Fuwayrat, la population aurait accepté de se défaire de son allégeance au shaykh de Bahrain pour s’assujettir à l’empire wahhâbite. Selon le colonel Pelly, « Political Resident in Persian Gulf » en 1867, le shaykh de Bahrain se considérait maître souverain de l’île, mais payait un tribut (zakât) de 4 000 S à l’amîr dont il se sentait redevable pour la sécurité de ses sujets à Qatar (Lorimer, 1908-15 : 800). Entre 1852 et 1866, le gouverneur Âl Khalîfa (‘Utub) ne résidait plus à Bida’ (Doha) et l’amir wahhâbite aurait installé son nouvel agent, qui pouvait être Muhammad ibn Thânî (IOR.R/15/2/26, rapport n° 208) ; Lorimer (1908-15 : 88), ajoute : « it is probable that this agent was only the local shaykh ».

8On ne sait rien de la montée de l’influence des Âl Thânî. Ils se réclament de Thânî ibn Thâmir ibn ‘Alî, liés aux ‘Anaza dont seraient issus les ‘Utub et la famille Âl Sa’ûd. Pour Lorimer (1905-15 : 62-65), la famille Âl Thânî se rattacherait à la subsection Ma’âdîd de la section Âl Sâlim des Âl ibn ‘Alî. Mais les Ma’âdîd refuseraient tout rattachement aux Âl ibn ‘Alî, affirmant plutôt leurs liens de sang avec les Âl bû Kuwâra se réclamant des Banî Tamîm. Le rapport de 1905 (IOR.R.15/2/26) indique : « the mantle of the Beni Khalid has fallen upon the Ma’adid section of al bin ‘ali, to which the Thani family belongs, who though of less noble birth have become much imbued with the blood of the Musallam through inter-marriages ». Quoiqu’il en soit le shaykh Muhammad ibn Thânî signa l’agrément de paix proposé par le colonel Pelly, le 12/9/1868 (PRO. Adm. 127, vol. 26), promettant de résider en paix à Doha ; d’en référer au Résident anglais pour toute dispute et de maintenir de bonnes relations avec ‘Alî ibn Khalîfa, shaykh de Bahrain ; il était entendu enfin qu’à ce dernier, les shuyûkh des « tribus » du Qatar, par l’intermédiaire de Muhammad ibn Thânî de « Dauha », paieraient un tribut annuel : « tribus Mahanda, al bu Aainen et Nayim, Semsemieh -al bu Kuwarah-Keleb, Sudan, Musallam payant avec al Thani, et Amamera » (IOR.R/15/2/30 du 13/9/1868 ; Aitchison, 1892 : 193). La dette fut réglée deux années durant, jusqu’à ce que, en juillet 1872, Jâsim ibn Muhammad Âl Thânî, contre l’avis de son père, voulût entrer sous la souveraineté des Turcs, nouveaux conquérants du Hasâ’, espérant sans doute étendre son dominion jusqu’à Zubâra et ‘Udayd au sud. Mais ses engagements précédents avec le gouvernement britannique ne laissaient pas libres ses actions. Jâsim hérita du pouvoir en 1876, avec une grande influence sur les tribus. Dans le Military report on Arabia (op. cit), il est dit qu’en 1904, le shaykh Jâsim Âl Thânî était, à 80 ans, un chef riche et puissant soutenu par 2 000 combattants ; il pouvait compter sur l’assistance des tribus du Hasâ’, sous la juridiction turque : Banî Hâjir, Banî Khâlid, ‘Ajmân notamment, estimés à 4 500 hommes armés (Government central Press, 1915 : 72). Un seul poste turc de peu d’effectif (1 200 hommes) (Gov. central press, 1915 : 75) s’installa de 1871 à 1915 à Bida’ (Doha) qui n’était qu’une position de repli. Cette nouvelle présence étrangère mit les Anglais en émoi, ainsi que les shuyûkh de la côte de la Trêve, nouvelle appellation donnée à la côte des Pirates. Ceux-ci, pour l’événement, firent appel de la protection britannique : traité du 24/4/1892 (IOR.R/15/2/30 file E7). Le traité de 1868 marquait déjà une politique anglaise plus décidée que jamais au maintien de la paix de ses routes commerciales.

CARTE N° 13. – Qatar

9Bahrain, Qatar, la côte de la Trêve étaient supervisés directement de Bushire (Presidency) par le « Political Resident ». Un « Political Agent » était attaché à Bahrain et faisait des visites périodiques à Qatar. C’est seulement en 1949 qu’un « Political Officer » subordonné au « Political Agent » de Bahrain fut mis en poste à Doha (PRO. Adm. 127, 27, 3). Les réformes administratives avaient leur point de départ à Bahrain, elles se répercutaient directement ou indirectement aux autres souverainetés. Les différences d’intervention étrangères pourraient se trouver à l’origine des distinctions relevées aujourd’hui au sein des États du Golfe.

1.3. Contexte économique et social

10Pendant quatre à cinq mois de l’année, se rassemblaient des populations, sédentaires et en partie nomades, dont l’activité était liée au commerce des perles extraites des eaux du Golfe. La richesse des Âl Thânî, grands commerçants, se renforça tant que fut prospère le grand marché des perles avec l’Inde et l’Occident. Leur pouvoir était grand sur les villageois, les affrêteurs ou armateurs de bateaux et leurs membres d’équipages, de qui ils recevaient des taxes diverses ; certains contrats particuliers leur donnaient la priorité d’achat des perles. Des familles influentes autres que les Âl Thânî, on ne connaît que trois noms dont les archives britanniques font état à partir de 1937. Nasr Âl ‘Atîya, lié au shaykh ‘Abdallah ibn Jâsim Âl Thânî par des relations de mariage, était un de ses proches conseillers. Sâlah ibn Sulaymân Âl Mana’ était son secrétaire ; ‘Abdallâh Darwîsh était l’agent de l’Anglo-Iraq Oil Company et le directeur de la douane. Ce dernier était encore en 1944 le bras droit et le copartner du fils du shaykh ‘Abdallâh, Hamad.

11La fortune du shaykh Jâsim, en 1913, était considérable. Nous savons peu des différences sociales qui existaient entre les groupes familiaux. Les conflits relevés montrent surtout des oppositions entre les Arabes sunnites, majoritaires à Qatar et dans toute la péninsule Arabique, les shiites, les Indiens, sujets britanniques originaires du Sind et Khojah, « Bunniah » (du Gujerat) ou esclaves, chacun des groupes formant des cloisonnements sociaux ou professionnels. Des données éparses montrent qu’à Qatar comme dans les autres principautés du Golfe sévissait le trafic d’armes et d’esclaves. Ces derniers, attachés au service d’un shaykh ou d’un capitaine de bateau nûkhada, constituaient une main-d’œuvre bon marché pour la collecte des perles. Ils représentaient d’autre part une valeur sociale pour le maître.

12En 1904, la population du Hasâ’ était estimée à 250 000 personnes, dont le dixième de « shias » (shiites) misérables et opprimés par les autres « tribus » (Gov. central press, 1915 : 69). A Bahrain, il fut institué deux « shara’ courts », l’une sunnite et l’autre shiite. Les chiffres concernant « Katr » (Qatar) donnent une estimation de 25 000 sédentaires, dont 12 000 à Doha (G.B.-F.O., 1920 : 30-31). En 1882, le shaykh Jâsim Âl Thânî voulut expulser de Bida’ (Doha) tous les « Bunniah » (sujets britanniques) dont il craignait la compétition commerciale. Le « Political Resident » imposa au shaykh une amende de 8 000 « Rupees » et l’obligea à laisser les « Bunniah » en paix (IOR.R/15/2/26, 1905). Le gouvernement d’Inde exerçait une juridiction forte à Bahrain. En 1913, de profondes réformes administratives furent engagées. Malgré la difficulté d’intervenir auprès des côtes étrangères (très peu à Qatar), la nouvelle législation devait permettre de contrôler plus sûrement (mais déjà trop tard), les règles anciennes de l’industrie perlière.

1.4. Montée de l’influence anglaise

13Nous sommes en 1913 et des événements importants se jouent au Qatar. Des problèmes de succession se posent. Le frère de Jâsim, Ahmad, héritier légitime du commandement, a été assassiné en 1905 par un Banî Hâjir. Depuis cette date, aucun des successeurs possibles ne veut de cette charge, ‘Abdallâh, le fils de Jâsim, principalement désigné, préférant le commerce des perles aux fonctions politiques (IOR.R/15/2/26, lettre 8/3/1906). L’ avis général est vite mis en question dès la mort du shaykh Jâsim en 1913. Adepte de l’école hanbalite, Jâsim lègue par testament des sommes importantes à deux mullâh wahhâbites, ainsi qu’à ‘Abd al-’Azîz ibn Sa’ûd et à son père. Marque d’une commune identité religieuse ? Pourtant les relations avec Ibn Sa’ûd sont tendues depuis les tentatives de ce dernier à vouloir s’imposer en maître sur la péninsule (IOR.R/15/2/30, rapport du 16/3/1914).

14Sur cette période, quelques détails méritent l’attention, compte tenu des luttes d’influence internes exacerbées par Ibn Sa’ûd. Le shaykh ‘Abdallâh ibn Jâsim Âl Thânî, imposé par son père, se fait élire par les notables et les membres de sa famille avec l’assentiment général, le 13/5/1913 (IOR.R/15/2/30, file E/7, rapport du 16/3/1914). Il s’ensuit plus d’une année de disputes et de complots de Khalîfa, frère aîné d"Abdallâh évincé du pouvoir par le père, allié aux descendants du shaykh Ahmad ibn Muhammad Âl Thânî, frère du shaykh Jâsim assassiné en 1905. Les fils d’Ahmad, expulsés par le shaykh ‘Abdallâh et ayant émigré en Arabie Saoudite, reviennent quelques mois plus tard lui faire allégeance (IOR/R/ 15/2/30, file E/7, rapports du 22/8/1914 ; 4/9/1914 ; 9/9/1914 ; lettres du 1/9/ 1914 et 11/9/1914). Il convient de retenir que cette courte période est marquée d’une lutte d’influence qui subsiste aujourd’hui.

  • 8 IOR.R.15/2/26, lettre confidentielle n° 208 du capitaine Prideaux au Political Resident ; sur la po (...)

15Le shaykh ‘Abdallâh étant soutenu par les Anglais, Ibn Sa’ûd perd des alliés éventuels. Dans le même temps, un conflit bien engagé oppose les ikhwân d’Ibn Sa’ûd au sharîf et ses « tribus » alliées soutenus par la Turquie. L’amîr wahhâbite, maître de ses forces combattantes autant que du discours diplomatique, traite avec le gouvernement britannique et reçoit simultanément le titre d’officier turc. En effet, les Ottomans ne voient pas d’un mauvais oeil l’avance de l’amîr le long du Golfe (Turcs évincés du Hasâ’ et Qatîf en 1913), espérant qu’une dispute s’ensuivra avec la Grande-Bretagne (IOR.R/15/2/30, lettre n° 203 du 1/9/1914). Espérance vaine. Conséquences du démantèlement de l’Empire ottoman, la Turquie doit renoncer officiellement à toute réclamation sur Qatar. Ibn Sa’ûd, en tant qu’officier turc, est du même coup évincé. Le 3 novembre 1916 (les Anglais ont encore répondu non aux réclamations du shaykh de Bahrain sur Zubâra), shaykh ‘Abdallâh ibn Jâsim Âl Thânî, en signant le traité, place son pays sous mandat britannique. Par le traité sont interdits le trafic d’armes et d’esclaves. Commentaires du colonel Prideaux définissant l’intérêt britannique pour Qatar, bien avant la conclusion du traité : « as we recognize that our interests in the Katr peninsula are purely confined to the maintenance of order along its coasts and on the adjacents seas... »8.

16Rappelons que des réformes administratives ont été conduites dès 1913 à Bahrain. A Qatar, il faut attendre l’arrivée de l’assistant au « Political Agent » de Bahrain en 1949 pour que la politique d’intervention anglaise s’affirme. Au moment de la signature du traité de 1916, le shaykh ‘Abdallâh, craignant une opposition au sein du pays, avait sollicité une remise à plus tard de trois articles d’application concernant l’installation d’un agent du gouvernement de Sa Majesté, l’admission des sujets britanniques désireux de commercer à Qatar et l’établissement d’un service postal (IOR.R/15/2/30, file E 7).

17L’arrivée de l’officier anglais coïncida avec des dissensions au sein de la famille Âl Thânî. En juillet 1949, le shaykh ‘Abdallâh ibn Jâsim reçut un versement d’argent pour des droits de concession pétrolière. A la suite de son refus de partager cet argent entre les membres de la famille régnante, une dispute s’ensuivit et se transforma en véritable petite guerre interne. A l’issue de l’intervention de l’Agent politique, le shaykh ‘Abdallâh dut abdiquer en faveur de son fils ‘Alî (Sanger, 1954 : 124). Déjà en 1938, les fils du shaykh Ahmad ibn Muhammad Âl Thânî – ceux-là mêmes qui s’étaient opposés au pouvoir du shaykh ‘Abdallâh en 1913 – adressèrent une pétition au « Political Agent » de Bahrain pour dénoncer l’état de pauvreté dans lequel le shaykh ‘Abdallâh les laissait (IOR.R/15/ 2/204, lettres du 19/2 et 2/7/1938). Il est certain que le pétrole, sitôt connu, fit l’objet de convoitises. Les antagonistes bahrainis avaient, l’année précédente, bien usé du conflit armé ayant opposé un groupe tribal, les Âl Na’îm, au shaykh ‘Abdallâh Âl Thânî. Un statu quo fut établi. Les membres de la famille Âl Thânî craignaient de ne pas tous profiter de cette nouvelle source de richesse, d’autant que le shaykh ‘Abdallâh et son fils Hamad détenaient secrètement l’argent de la concession pétrolière (signée en 1935), incluant les gages des agents locaux ainsi que les salaires des employés ; ils semblaient peu disposés, malgré l’avis du « Political Agent », de faire une provision destinée à leurs parents (IOR.R/15/2/ 204, lettres du 3 et du 18/7/1938). Il semble que plus tard un accord ait été passé, donnant une allocation aux shuyûkh du Golfe et leurs héritiers immédiats, reconnus par les Anglais. Accord restreint, compliquant sérieusement une entente sereine puisqu’il favorisait à Qatar les descendants de celui qui prendra la relève du pouvoir, ‘Alî ibn ‘Abdallâh, en 1949, aux dépens des fils d’Hamad ibn ‘Abdallâh, dauphin pressenti, mort en 1948 (IOR.R/15/2/609, lettre conf. 24/3/1949). Une force de police fut constituée dès l’arrivée de l’officier anglais à Qatar et des ingénieurs entreprirent aussitôt de donner au pays une infrastructure : adductions d’eau douce, écoles, hôpital, aéroport, services administratifs, aménagement du port d’Umm Sa’îd, etc. (Hay, 1955).

2. CHANGEMENT DE L’ÉCONOMIE

18L’économie pétrolière allait bientôt remplacer l’économie perlière. La période de 1930 à la fin de la seconde guerre mondiale fut ressentie durement par des populations du Golfe qui virent arriver sur le marché mondial les perles de culture japonaise. La situation de la population qatarie était jugée désespérée par les visiteurs anglais à Qatar, dans les années trente. En 1944, 6 000 pêcheurs étaient engagés dans la pêche contre 60 000 vingt ans auparavant (IOR/L/P&S/ 12/3718 n° 3 file 8, lettre act. 1944). Jusqu’à l’exploitation pétrolière, retardée à cause de la guerre mondiale à 1947, une partie de la population sédentaire a Continué de pêcher malgré la chute du marché, afin de subsister.

19La vigilance britannique avait rendu presque inexistant le commerce des armes et des esclaves, aboli par le traité de 1916. Un trafic maritime était maintenu pour le transport de voyageurs et de marchandises, principalement vers les côtes indiennes mais aussi jusqu’en Afrique de l’Est. Cependant, les côtes qataries, entourées d’eau peu profonde, rendaient l’approche difficile et empêchaient le trafic des gros navires. Il est probable que l’activité traditionnelle de pêche aux poissons et l’élevage sont restés des appoints substantiels à la population, tandis qu’une grande proportion de Qataris émigraient vers l’Arabie Saoudite ou Bahrain, où l’exploitation pétrolière fut entreprise plus tôt qu’à Qatar. Triste époque dans la mémoire des Qataris qui établissent une division dans leur histoire : l’ère antérieure au pétrole et l’ère lui succédant.

20On connaissait depuis 1939 la présence de pétrole dans le sol qatari. C’est seulement en 1949 que l’exploitation du champ de Dukhân par l’Iraq Petroleum Company (devenue en 1963 le Qatar Petroleum Company), livra les premiers barils. Les études économiques sont nombreuses qui montrent le développement de l’infrastructure de Qatar et des pays du Golfe, aussi je ne citerai pas le détail des réalisations industrielles ; on pourra se référer surtout à l’excellent et récent ouvrage de R. El Mallakh, paru en 1979. La « Qatar General Petroleum Corporation » (Q.G.P.C.) assure désormais tout contrôle sur la production pétrolière, et le Gouvernement détient 100 % du capital.

21Une politique de diversification de l’économie est déjà organisée pour réduire la dépendance du pays à l’égard du pétrole. Les immenses réserves de gaz découvertes au début de l’année 1981, au nord du Qatar, sont estimées à 300 trillions de pieds cubiques. Elles devraient rapporter en moyenne 18 billions de riyals qataris par an, pour un minimum de 500 années (Gulf Times, 22.2.1981). Le futur du Qatar est donc assuré.

22La valorisation des hydrocarbures par le pays a commencé :

  • Un large complexe pétrochimique (QAPCO) a été inauguré en mars 1981 à Umm Sa’îd ; le gouvernement détient 84 % du capital. Une autre unité de production est envisagée à Ra’s Laffan au N.E. de la péninsule, à proximité du nouveau champ de réserve de gaz.

  • Sous la tutelle de Qatar Gas Company, créée en 1974, deux usines de gaz liquéfié (NGL 1et 2), sont en exploitation à Umm Sa’îd. La première, fondée en 1975, a été reconstruite, une explosion l’ayant totalement détruite en 1977. Le gouvernement possède maintenant 100 % des parts du capital.

  • Une raffinerie de pétrole existe depuis 1969 à Umm Sa’îd ; une autre unité est en construction dans cette même localité.

  • La QAFCO (Qatar Fertilizers Company) est une société nationale, constituée de deux usines produisant de l’urée et de l’ammoniac. Créée en 1969 à Umm Sa’îd, le Gouvernement ne détenait alors que 63 % du capital. La production d’urée comme engrais a permis un développement certain de l’agriculture.

  • La Qatar Steel Company (QASCO) contribuait pour 5 % au produit intérieur brut du Qatar en 1979 (Gulf Times, 30.11-6.12.1980), exportant principalement vers les autres pays du Golfe et l’Arabie Saoudite.

  • La « Qatar National Cement Company » exploite depuis 1969 l’argile et le calcaire abondants à Umm Bâb, sur la côte ouest. En 1974 et 1975, deux autres cimenteries ont été édifiées afin de répondre à la forte demande du bâtiment.

23La mise en place de telles industries nécessite d’autre part le développement d’une infrastructure qui est financée par l’Etat : ports, routes, pipelines, usines de désalinisation d’eau de mer, habitations, etc. ont été construits principalement depuis 1970. La nouvelle ville d’Umm Sa’îd illustre bien cette poussée indus-trielle. Le commerce a également bénéficié de cette flambée de réalisations. Selon le directeur de la Chambre de commerce, dans un article du Gulf Times (31.8.1980), les importations se sont accrues de vingt fois depuis 1969.

24Ce sont là, brièvement évoquées, les entreprises représentant les plus gros capitaux investis ; on trouvera en annexe des données supplémentaires. Des études sont en cours afin de concevoir une industrie légère basée sur l’alimentation, les dérivés chimiques, les matériaux de constructions et les plastiques (El Mallakh, 1979 : 89) ; dix-huit zones ont été délimitées pour leur implantation, d’après les ressources utilisables localement (Gulf Times, 31.8.1980).

25La volonté de diversification a conduit parallèlement à un progrès évident de la pêche, de l’agriculture et de l’élevage, même si ces trois secteurs restent très limités.

26En 1975, l’acquittement de la facture des denrées s’élevait à 200,9 millions de riyals qataris, et l’exportation de légumes vers les pays voisins atteignait un million de riyals (El Mallakh, 1979 : 90-91). Dans le coût d’ensemble des importations, la proportion des aliments s’élevait à 12,5 % en 1975 (El Mallakh, 1979 : 9l). Une société mixte, la Qatar National Fishing Company (QNFCO), établie en 1966, vient de reviser ses statuts. Les nouveaux partenaires sont huit États du Golfe et une prospection sur les espèces de poissons est en cours avec l’aide de la F.A.O. En 1966, débuta la pêche intensive de la crevette, pour la congélation et l’exportation.

27L’agriculture et l’élevage font l’objet de programmes de développement sous la tutelle de la F.A.O. Des prospections ont été faites pour accroître la superficie de terre arable, la capacité d’irrigation, la production d’élevage et des produits laitiers. Une ferme expérimentale a été conçue dès 1963. L’élevage intensif du poulet à Umm al-Qarn, au nord du pays, est pratiqué depuis 1975, ce qui devrait assurer dans le futur 80 % de la demande domestique (El Mallakh, 1979 : 91). Plusieurs projets sont à l’étude pour l’implantation de nouveaux centres agricoles dans le nord, l’ouest et le sud du pays, avec notamment d’autres fermes d’élevage de poulets. Un vaste centre agricole a été réalisé en 1979 à Abû Samra, près de la frontière saoudienne ; il comprend un élevage de 5 000 moutons – avec capacité d’élevage de 13 000 bêtes – et des terres cultivées produisant des céréales et de la luzerne. Un abattoir fonctionne depuis quelques mois à Salwa, à proximité du centre agricole d’Abû Samra. Afin d’aider les éleveurs ruraux à augmenter leurs troupeaux, deux projets d’hôpitaux vétérinaires sont prévus à Khûr, au nord-est du pays, et à Shahânîya au centre ; une clinique et un hôpital sont en construction à Rayyân.

28Selon des données récentes, Qatar produirait quelque 70 % de ses besoins en légumes, 20 655 t en 1979, la demande étant de 29 300 t par an (Gulf Times, 26.10-1.11.1980). Le pays assurerait 25 % de ses besoins en viande et en poisson, mais on affirme par ailleurs que la production de poisson compterait pour 92 % des besoins de l’État (Gulf Times, 26.10-1.11.1980).

  • 2 Cette organisation, le Conseil de coopération du Golfe, a vu le jour en mai 1981.

29Phénomène évocateur du poids politique de la région face à la scène internationale, une volonté d’échanges voit le jour depuis 1979, principalement entre six États du Golfe ; elle concerne tous les domaines : projets industriels, organisation des villes, sécurité, information, éducation, etc... Cette stratégie serait sur le point de prendre forme par la naissance d’un marché commun du Golfe qui comprendrait l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, Kuwait, Qatar, Oman et Bahrain2. Cette nouvelle organisation se voudrait à terme l’équivalente de la Communauté européenne. Elle engloberait toutes les formes de coopération des pays du Golfe arabe. Sur le plan strictement industriel, un organisme a été créé récemment : G.O.I.C. (Gulf Organization for Industrial Consulting). Des projets d’entreprises mixtes, entre plusieurs pays, sont déjà envisagés sous la tutelle de cette organisation.

3. LES NOUVELLES STRUCTURES DE L’ÉTAT

30Pour des raisons budgétaires, le gouvernement britannique vota son retrait de la péninsule Arabique, ce qui fut officiel le 1er septembre 1971. Après des tentatives fédéralistes, Qatar devint un pays indépendant. En 1972, « avec le consentement de la famille régnante », le shaykh Khalîfa ibn Hamad Âl Thânî remplaça son cousin Ahmad ibn ‘Alî ibn Abdallâh, au pouvoir depuis 1960. Cette accession marqua en fait l’arrivée au pouvoir de celui qui avait été désigné second héritier du pouvoir, après le shaykh ‘Alî ibn ‘Abdallâh, par son oncle ‘Abdallâh ibn Jâsim qui abdiqua en 1949, au profit de son fils. Khalîfa n’était alors âgé que de 18 ans (IOR/R/2/609, Intelligence summary n° 11 for the period of 1 to 15/6/ 1946 et lettre du 28/6/1949).

  • 9 Il y aurait 700 shuyûkh (Tur, 1976 : 83) ; le bottin de téléphone de 1980 livre 273 noms de shuyûkh (...)

31Le nouvel Amîr dota le pays d’une constitution provisoire et présenta à la population un programme d’« innovations économiques et d’applications sociales ». Depuis 1963 en effet, à l’occasion d’un conflit grave ayant opposé des populations immigrées à des autorités locales à Khûr, puis celles-ci au Gouvernement, une opposition sourde réclamait une limitation du pouvoir de la famille régnante Âl Thânî9 dont le pouvoir s’était amplifié depuis l’abdication du shaykh ‘Alî en 1960 (Kuwari, 1978 : 117). L’établissement d’un budget d’État et l’élection partielle d’un conseil municipal représentatif faisaient aussi l’objet de revendications (Stoakes, 1972 : 197 ; Halliday, 1974 : 449).

3.1. Le Conseil des ministres

32Il fallut attendre jusqu’en 1970 pour la formation d’un Conseil des ministres plus ouvert. Sur dix portefeuilles, sept membres de la famille Âl Thânî reçurent des postes ministériels. En 1979, le Conseil exécutif fut élargi et réparti entre dix ministres Âl Thânî et cinq ministres de familles différentes. En 1972, le ministère des finances et du pétrole fut attribué au shaykh ‘Abd al-’Azîz ibn Khalîfa, fils de l’Amîr qui détenait précédemment ce pouvoir en plus de la direction du pays. Le fils aîné de l’Amîr, ministre de la défense et commandant en chef de l’armée, fut proclammé l’héritier du trône en 1977. A la suite d’un conflit interne résultant de cette proclamation, le ministre des affaires étrangères, frère de l’Amîr, refusa toute action officielle tout en continuant de gonfler ses effectifs. Un ministre d’Etat pour les affaires étrangères a été récemment désigné ; il travaille en parallèle avec le précédent. Ce nouveau ministère est détenu par un des cousins de l’Amîr, de la lignée Âl Ahmad, dont j’ai souligné plus haut les anciennes relations conflictuelles. Le ministre de l’économie et du commerce, homme d’affaires important, est issu de cette même lignée. Le choix des autres ministres Âl Thânî est intéressant à observer : en effet, si l’amîr Khalîfa a privilégié sa descendance directe et ses frères, il a évité les descendants et les parents directs du dernier dirigeant du Qatar, shaykh Ahmad ibn ‘Alî ibn ‘Abdallâh ibn Jâsim, pour favoriser des descendants des frères de l’ancien shaykh ‘Abdallâh ibn Jâsim ibn Muhammad. On voit donc qu’en allant chercher loin en arrière dans la généalogie, l’amîr Khalîfa respecte la tradition de pouvoir des descendants du shaykh Jâsim ibn Muhammad. Il équilibre du même coup les pouvoirs de ses oncles ministres, puisque ceux-ci sont issus des trois frères ayant donné trois des principales lignées dirigeantes du Qatar : Jâsim, Ahmad et Jâbir ibn Muhammad. En plus des ministres frères et fils de l’Amîr, descendants de Jâsim, on compte respectivement deux ministres dans la lignée de Jâsim, deux ministres petits-fils d’Ahmad et un ministre petit-fils de Jâbir. On perçoit dans ce partage que les charges les plus importantes sont savamment dosées selon des clivages familiaux.

33Un autre dosage, relatif aux ministères distribués, est à relever. Les postes sont répartis entre les fils et les frères de l’Amîr, puis aux descendants Âl Ahmad (industrie et économie ; affaires étrangères). Le ministère des municipalités, relativement important, est attribué au descendant Âl Jâbir, alors que les postes mineurs (eau et électricité, agriculture) ont été réservés aux Âl Jâsim. L’objectif d’éloignement de cette dernière lignée apparaît bien dans cette composition.

34Les membres du Gouvernement ne représentent aucun parti ou syndicat, qui sont interdits. Ils ne servent qu’une cause, celle de l’Amîr à qui ils font allégeance chaque année, – tout comme le font les shuyûkh, l’armée, la police, les membres du Conseil consultatif et autres dirigeants, les ambassadeurs, les directeurs de sociétés privées, ainsi que la population –, à l’occasion de l’‘ayd al-adhâ, au moment du pèlerinage. L’Amîr a un pouvoir omnipotent, avec un seul conseiller, égyptien, celui qui rédigea la Constitution, provisoire depuis neuf années. Les ministres nommés le resteront sans doute jusqu’à leur mort afin de ne pas altérer l’équilibre conquis. Tout décès amène alors la vacance du poste pour de nombreuses années, ce qui fut le cas pour le ministère de l’éducation resté inoccupé durant trois ans, et celui de la justice, sans titulaire.

35Les critères du choix des titulaires des autres ministères sont difficiles à cerner. On peut cependant constater que certains bénéficiaires sont des hommes influents, soit par alliances anciennes avec la famille dirigeante (Âl ‘Atîya), soit par attachement au service des anciens dirigeants à des moments historiques importants (Âl Mana’). La réussite commerciale est également un critère. Le ministre de l’information a un rôle très important, dû à ses compétences intellectuelles ; il est aussi le secrétaire de l’Amîr. Le ministre du travail et des affaires sociales avait déjà cette charge lors du Gouvernement précédent, celui du shaykh Ahmad ibn ‘Alî Âl Thânî. Les décisions en Conseil des ministres sont prises sur la base de la majorité ; si celle-ci n’est pas obtenue, l’Amîr décide (Zahlan, 1979 : 114).

3.2. Le Conseil consultatif

36Le Gouvernement soumet ses recommandations à un débat du Conseil consultatif, Majlis ash-shûrâ, constitué depuis 1975 de 30 membres, porte-paroles des principales communautés tribales, de notables et de grands commerçants. Le premier Conseil, créé en 1972, comprenait 20 membres. La durée de leur mandat, de trois ans, a été renouvelée.

37Leur tâche est de formuler des recommandations concernant la législation et l’administration courante. Mais leur rôle le plus important est d’approuver les projets de lois soumis ensuite au Conseil des ministres (Zahlan, 1979 : 116). L’élection des membres du Majlis ash-shûrâ d’après dix districts électoraux n’est restée qu’une formule. Ils sont en réalité choisis par les ministres et l’Amîr qui les appointe.

38Le Conseil consultatif est défini comme une représentation de l’organisation politique tribale (Zahlan, 1979 : 115). On constate cependant que le choix de ses membres tient compte d’autres critères tels que l’histoire ou la réussite commerciale. Le chef du Conseil en est aussi le doyen. Si la moyenne d’âge des membres est assez élevée, ce n’est pas un critère suffisant de sélection puisque l’on y trouve des gens d’âge moyen.

39L’Assemblée ne reflète pas seulement la population des tribus de bonne souche arabe ; on y relève des gens dits huwâla, « les gens du pourtour », aux origines mêlées ; le terme s’applique aux populations d’origine iranienne, sunnites. Ils ont cinq délégués, ‘udû’ : Darwîsh, ‘Abd al-Ghanî, Nasr Allâh, Haydar, et Ibn Muhammad. Les deux premiers sont particulièrement connus pour leur réussite commerciale. Les trois autres élus sont à la tête d’entreprises moyennes, ce qui leur vaut une petite considération, contrairement à l’attitude plutôt méprisante que les « gens des tribus » ont des huwâla. Mais on remarque l’absence de grandes familles commerçantes telles Âl Mullâh et surtout Jayda, laissés pour compte de rivalités de pouvoir.

  • 10 Les Âl Thânî contestent leur appartenance aux Âl ibn ‘Alî, que d’autres affirment (Lorimer, 1915 : (...)
  • 11 L’origine du conflit est incertaine : en 1962, il y aurait eu une manifestation de nasseristes dans (...)

40La représentation tribale couvre assez bien l’ensemble des groupes, bien que certains d’entre eux aient deux délégués, chacun agissant pour des subdivisions tribales. Quatre Âl ibn ‘Alî10 ont été désignés pour trois subdivisions tribales (Âl Ghânim, Âl b. Hitmî, Âl ‘Alî), chacun de ces groupes étant aujourd’hui autonome. Les deux hommes, Âl Ghânim et Âl b. Hitmî, sont aussi les « Anciens » élus par leur groupe respectif. Le quatrième, Âl Badî’, un proche de l’ancien dirigeant du Qatar, ne représente que lui-même. Deux membres de la confédération Banî Khâlid siègent au Conseil : Âl Khâtir et Ibn Turkî, tous deux issus d’une des principales subdivisions tribales, Âl bû ‘Aynayn, vivant à Qatar depuis plusieurs siècles. Âl Khâtir symbolise aussi la localité de Wakra où le groupe est majoritaire. Pour la tribu Âl Mahânda, ont été désignés deux hommes appartenant à deux subdivisions : Âl Ibrâhîm et Âl Misnad. Le premier est issu du groupe ayant donné la lignée des amîrs traditionnels, et il est le porte-parole de Khûr, au N.E. du pays. On pourrait considérer la nomination du second, Âl Misnad, comme une dette du gouvernement pour les événements de 196211, où le groupe s’était fortement impliqué. Âl Suluta, est le dernier groupe tribal ayant deux délégués au Conseil, avec notamment un des plus grands commerçants de Doha (Âl Nasr). Parmi les autres noms, deux notables incarnent leur seul prestige familial et leur influence commerciale et politique : Âl ‘Atîya et Âl Mâna’, déjà évoqués. Un troisième, Âl Dulaym, petite famille originaire d’Arabie Saoudite, de bas statut social (khâdim), a gagné sa notoriété grâce à ses relations avec l’ancien dirigeant du Qatar.

41Les autres groupes tribaux représentés sont : Âl Bakr, Âl Dawâsir, Banî Hâjir, Âl Ka’bân, Âl Khulayfât, Âl Kubisa, Âl bû Kuwâra, Âl Manâni’a, Âl Murra (Âl Nâbitî), Âl Na’îm (Âl Ramzânî), Âl Sâda, Âl Sûdân (Âl Rabân).

  • 12 Dichotomie encore affinée par la distinction entre bas lignages et tribus nobles et, pour les séden (...)

42Les Qataris font une distinction entre les groupes tribalisés d’origine bédouine et les sédentaires12 ; ces derniers, assurent-ils, ont reçu assez tôt une instruction, facilitée par la mise en contact avec le commerce maritime. Ce sont les Âl bû ‘Aynayn (Banî Khâlid), Âl ibn ‘Alî, Âl Bakr, Âl Mahânda, Âl Manâni’a (sing. Âl Mannâ’î), Âl Sâda, Âl Suluta.

43D’autres groupes ou sous-groupes, bien que d’origine bédouine, avaient diversifié leurs occupations entre les activités commerçantes maritimes et l’élevage. Ce sont les Âl Dawâsir, Âl Khulayfât, Âl Kubisa, Âl bû Kuwâra, Âl Sûdân (sing. Suwaydî). Ils ont accédé diversement à des positions élevées, soit par une réussite commerciale moyenne, soit par leur formation scolaire ou encore grâce à des relations de clientèle.

44Les familles bédouines ayant maintenu jusque récemment la pratique de l’élevage, sont restées longtemps isolées du pouvoir administratif et commercial ; ce sont les Banî Hâjir, Âl Ka’bân, Âl Murra, Âl Na’îm.

45Cette dernière classification, d’importance relative, fait partie des connaissances permettant à chacun de situer immédiatement une personne. Approfondissant les données, on peut alors estimer le poids de l’histoire dans cette société fragile. Ce rapport à l’histoire concerne surtout les familles pour lesquelles la sélection ne s’est pas faite sur les seuls critères de réussite commerciale. Critère primordial aujourd’hui, puisqu’elle est l’accomplissement d’un certain prestige social allant de pair avec l’acceptation de la norme du circuit des relations d’allégeance.

46L’étude des noms de familles amène plusieurs remarques : des membres du Conseil utilisent le nom, au singulier, de la tribu ; d’autres se servent de l’appellation réservée à leur sous-groupe de référence. On a relevé, en effet, une pratique assez classique des gens de la péninsule Arabique, d’union et de désunion constamment en mouvement selon les événements de l’histoire des tribus. Pratique qui se perpétue aujourd’hui, puisque l’on trouve des familles usant du nom du sous-groupe indépendant, fakhdh, pour des raisons historiques, ou l’utilisant afin de se démarquer de la tribu à la suite de réussites commerciales. Ces exemples s’appliquent aux Âl Ghânim, Âl Hitmî (Âl ibn Alî), Âl Khâtir (Âl bû ‘Aynayn, Banî Khâlid), Âl Ibrâhîm, Âl Misnad (Âl Mahânda), Âl Nâbitî (Âl Murra), Âl Nasr (Âl-Suluta), Âl Rabân (Âl Sûdân), Âl Ramzânî (Âl Na’îm).

47La plupart des familles établies de longue date à Qatar ont un représentant. Mais on peut s’étonner de ne pas trouver de porte-parole des Âl Manâsîr qui, venus d’Abu Dhabi, se sont soumis aux Âl Thânî depuis longtemps, ou avaient l’habitude de venir faire paître leurs troupeaux dans le sud de la péninsule. Il est vrai que leur ralliement a toujours été contesté par l’amîr d’Abu Dhabi pour des raisons territoriales.

  • 13 Les affranchis ont été assimilés à la tribu de leur maître. Ils en portent le nom. Les anciens escl (...)

48La présence d’un délégué dawsarî (pl. Âl Dawâsir) permet d’évoquer un autre conflit entre Bahrain et Qatar, chaque partie revendiquant l’île de Huwâr, proche des côtes ouest qataries. Les Âl Dawâsir résidaient nombreux à Bahrain et, au début du siècle, des familles occupaient l’île de Huwâr. Bon prétexte pour le shaykh de Bahrain de réclamer l’île, jusqu’à aujourd’hui. En réponse, la revendication qatarie se fait selon des arguments similaires puisque beaucoup de familles Âl Dawâsir ont immigré lors de l’ouverture du champ pétrolifère de Dukhân. La diplomatie a ses secrets cependant. Le porte-parole dawsarî est aussi un riche commerçant. Les Âl bû Rumayh seraient aussi une subdivision des Âl Dawâsir, indépendante et venue de Bahrain ; ils sont absents du Conseil. Autres absents : les affranchis. Ils ne sont pas tribalisés, c’est la raison évoquée13. Les membres du Majlis ash-shûrâ doivent répondre à plusieurs critères de pré-sélection : être de nationalité qatarie, être né à Qatar et savoir convenablement lire et écrire. Par contre le choix des familles représentées tient compte de facteurs divers, et surtout de leur bonne implantation dans le pays.

49On peut s’étonner alors de trouver un délégué Âl Murra, bédouins d’Arabie Saoudite, employés principalement dans la garde prétorienne ou dans l’armée. Ce sont peut-être ces activités qui leur valent un siège.

  • 14 C’est à partir d’un conflit interne des Âl Na’îm, soumis à l’autorité du shaykh de Bahrain, conflit (...)

50Le dernier groupe pour lequel on peut évoquer des faits historiques concerne les Âl Na’îm. L’homme désigné représente une des subdivisions de la tribu, Âl Ramzân. Il n’en est pas le dirigeant et n’est pas issu de la subdivision ayant donné les amîrs traditionnels de la tribu. Ce choix est directement lié aux événements de 193714, durant lesquels bon nombre des Âl Ramzân s’étaient ralliés aux Âl Thânî contre leur groupe Âl Na’îm. La personnalité de l’homme traduit assez bien le profil des membres du Conseil : âgé d’une cinquantaine d’années, il a travaillé pour une compagnie anglaise comme chef magasinier, puis est devenu chauffeur de taxi à son compte. Il possède deux petites boutiques dans lesquelles il emploie trois Indiens. Son salaire de délégué est de 15 000 riyals qataris, comme pour tous les membres du Conseil. La composition du Majlis ash-Shûrâ reflète sans aucun doute la complexité du pouvoir à Qatar. Ce qui le caractérise cependant c’est son aspect traditionnel : les riches commerçants sont peu représentés. La majorité des membres donne l’image d’une classe moyenne, issus d’elle, la portant au pouvoir.

PHOTOS 31 et 32. – Aspects de Doha, capitale de Qatar.

(Photos et légende : Paul Bonnenfant).

3.3. Les conseils municipaux et le pouvoir local

51Six conseils municipaux, baladiyya, pour Doha, Wakra, Umm Sa’îd, Rayyân, Umm Slâl Muhammad – Umm Slâl ‘Alî – Umm al-Hamad, Khûr et Dhakhîra, assurent la liaison avec le ministère des affaires municipales sur des questions de planning d’une région. En outre, le gouvernement vient d’approuver l’idée de création de nouveaux conseils municipaux. Chacun d’eux est constitué d’une dizaine de membres normalement représentatifs de chaque tribu, qabîla, ou subdivisions de celle-ci, fakhdh, vivant dans la localité.

52Mais à Khûr et Dhakhîra, où la population est constituée pour une grande majorité de Âl Mahânda ou de gens assimilés à cette tribu, les membres du conseil ont été recrutés presque exclusivement au sein du département local de l’électricité et l’eau. A Umm Slâl Muhammad et Umm Slâl ‘Alî, le pouvoir s’est fondé sur la prééminence de deux lignées de shuyûkh Âl Thânî, fondateurs de ces deux villages quelque peu rivaux. A Rayyân, habitent surtout des shuyûkh Âl Thânî, des gens tribalisés qui leur sont assujettis, et des affranchis. Un seul de ces derniers est membre du conseil local, responsable du service de la voirie. Aucun shaykh n’a été désigné. Les autres personnes en charge sont des gens des tribus dont l’influence est reconnue par le groupe concerné ou qui ont réussi en affaires. Doha a son maire, un jeune diplômé, nommé en 1977. Sans aucun doute, l’initiative des transformations apportées dans l’infrastructure de la capitale et de sa banlieue (habitat, routes, centres commerciaux, etc.) lui est due et correspond à la volonté du gouvernement. Précédemment, un shaykh était en charge de Doha et ses environs. L’ancien maire, en poste pendant 25 ans, était mandaté par lui. Son action était différente, il était surtout chargé de régler tout ce qui concernait les biens fonciers.

53Dans l’intérieur du pays, les groupements tribaux ne sont pas restés hors de l’emprise du pouvoir central. Chaque village ou groupement d’habitations est dirigé par un de ses membres – qui doit savoir lire et écrire –, élu par le conseil des anciens, majlis, nommé et rémunéré par le Gouvernement. Ainsi a-t-on institutionalisé le majlis, mais son pouvoir ne se limite plus qu’à régler des conflits mineurs internes à la communauté. Le chef de village, amîr al-qawm, se maintient dès lors dans des fonctions administratives. Sa tâche est difficile à mener en raison de l’ambiguïté de son pouvoir réel. Les membres de la communauté préfèrent, selon les besoins, s’adresser à l’amîr al-qabîla, chef de la tribu, ou au représentant du Conseil consultatif, ou encore au shaykh local Âl Thânî. En effet, un partage des grandes localités entre les Âl Thânî existe depuis leur avènement à Qatar. Aujourd’hui, leur contrôle s’applique aux projets de développement sur lesquels ils ont tout loisir d’intervenir. On ne peut parler à leur propos de pouvoir administratif, puisqu’ils sont le pouvoir même. Leur intervention, mandée par un individu, est donc personnelle et se comprend dans le cadre des relations de clientèle. Ils font office de médiation, wâsita. Pour la population masculine, il existe un moyen plus direct de se faire entendre pour un problème important : se rendre auprès de l’Amîr, qui reçoit en audience libre, deux fois par semaine {jalsat al-amîr : lit. s’asseoir chez l’Amîr). Les femmes n’y ont pas accès, elles sont reçues par un secrétaire, ce qui renforce leur réclusion, ô combien difficile pour les femmes seules.

54L’appellation des chefs de groupements a aussi évolué : il n’existe qu’un seul Amîr, celui qui dirige l’État. Les amîrs traditionnels, chefs de tribu ou de subdivision de tribu, sont dénommés par la fonction officielle qu’ils occupent : ra’îs al-baladiyya (président de la municipalité, ou maire) ou amîr al-qawm (chef des gens, chef de village). Les anciennes appellations sont de plus en plus oubliées. D’autre part, ne sont reconnus shuyukh (sg. shaykh) que les membres de la famille Âl Thânî, les ministres et les autorités religieuses, qâdîs.

55Dans les villes et les villages d’une certaine importance, le pouvoir local est issu des conseils de quartier, majlis. Ce sont les conseils des anciens ; nous pouvons distinguer deux catégories, directement liées à la structure résidentielle. D’abord les conseils des anciens, élus par le groupe tribal, ce qui indique un habitat concentré de gens de tribus. En effet, selon la terminologie bédouine, la tribu, qabîla, représente le groupement le plus étendu comprenant un certain nombre de fakhdh dans lesquels les individus se reconnaissent. La qabîla et le fakhdh désignent donc des unités sociales plus ou moins larges de membres se réclamant d’un ancêtre commun par la lignée agnatique. Le fakhdh signifie désormais l’unité politique de base et l’unité résidentielle. Le second type de majlis correspond à une population de quartier non homogène dans la composition des groupes tribaux. L’homme appointé par le gouvernement est un homme influent par ses qualités personnelles : richesse, sagesse de l’âge, ferveur religieuse ou autres mérites. Chaque chef de conseil de quartier, ‘umda, est rétribué par le gouvernement.

56Un nouveau profil d’habitat – dont j’évoquerai les grandes lignes un peu plus loin – est en cours de réalisation. Il aura entre autres des conséquences sur le pouvoir des chefs locaux. On discerne finalement une multiplicité de pouvoirs, dont les limites sont imprécises ou dont les normes résultent d’une hiérarchie tribale ancienne avec ses réseaux de relations.

57Originaires de la péninsule Arabique ou venus des côtes de Khuzistan il y a plusieurs générations, les Qataris suivent tous la même école religieuse : sunnite wahhâbite. L’institution ne reconnaît d’ailleurs que cette tradition. Il n’existe pas comme à Bahrain, de représentants shiites au Gouvernement (Nakhleh, 1976 : 161).

4. RÉPARTITION DES REVENUS DE L’ÉTAT

58L’administration qatarie supervisée par un Agent britannique depuis 1949 ne faisait état d’aucun budget publié. Une politique équivalente s’est instaurée malgré la Constitution (l97l) : le Conseil consultatif ne peut que débattre du budget d’investissement. Kuwari a pu obtenir des informations sur les dépenses de l’État en 1953-1955 et 1966-1970 :

Source : Kuwari, Oil revenues..., p. 128, table 6.14.

  • 15 Selon Zahlan (1979 : 112), son fils Ahmad, l’ancien dirigeant de Qatar, prenait un pourcentage équi (...)

59Notons qu’entre 1953 et 1970, les revenus de l’Etat se sont accrus de 7 fois. D’autre part de 1956 à 1960, malgré une forte augmentation de la rente pétrolière, les proportions des dépenses publiques sont restées les mêmes que précédemment. Le shaykh ‘Alî Âl Thânî recevait pour lui seul le quart des revenus pétroliers15 tandis que les membres de la famille au pouvoir percevaient une allocation sur le budget de l’Etat. Une évolution dans la répartition des subsides de l’Etat apparaît cependant, qui concerne surtout les dépenses publiques et les allocations à la famille dirigeante. Ainsi nous constatons une réduction des parts attribuées à l’Amîr et à sa famille, pour la deuxième période étudiée et un accroissement de celles des dépenses publiques. Proportions qu’il convient de considérer en fonction de l’augmentation des revenus pétroliers : 35 % en 1970.

60Ce tableau fait apparaître l’importance des revenus pétroliers qui allaient à la famille royale. Bien que, entre 1953 et 1970, les revenus de l’Etat se soient accrus sept fois, la proportion du budget allant à la famille royale passa de 31 % à 36 % environ. Pour la période 1953-1955, le shaykh ‘Alî Âl Thânî recevait pour lui seul le quart des revenus pétroliers, tandis que les membres de la famille au pouvoir percevaient une allocation sur le budget de l’Etat. La période 1966-70 voit sa part de l’Amîr devenir plus faible (15,7 %) par rapport aux autres membres de la famille (20,1 %). Halliday (1974 : 449) estimait qu’en 1970 environ 12 000 membres de la famille Âl Thânî auraient disposé entre le tiers et la moitié des revenus pétroliers.

61Les dépenses publiques concernaient plus particulièrement le développement des départements de l’éducation, la santé, l’eau et l’électricité, qui ont bénéficié d’une hausse constante depuis 1953 (Kuwari, 1978 : 118 fig. 6.1). Pour l’année fiscale 1972/73, le total des crédits attribués à ces départements, logement compris, représentait le tiers du budget (El Mallakh, 1979 : 69). On sait d’autre part que les investissements attribués au développement de l’équipement et à la force militaire sont importants.

62Les budgets d’investissement pour les années 1980 et 1981 se répartissent comme suit :

63Les allocations données pour l’année 1981 se sont accrues de 16 % sur l’an dernier, et les crédits attribués aux services publics représentaient environ le tiers du budget. Voici exposé les projets de réalisations entrant dans ce dernier budget.

64Industrie et agriculture :

  • développement de l’industrie lourde et légère et de l’industrie pétrolière ;

  • établissement de fermes expérimentales, extension des zones arables, plantations arbustives, légumières et fruitières ; fermes pour petit bétail et volaille, centres vétérinaires ;

  • réserves de nourriture.

65Construction et bâtiments publics

  • aide aux entreprises privées, attribution de 2 500 logements populaires, auxquels s’ajouteront 600 autres pour les forces armées ;

  • construction de 6 bâtiments ministériels, d’une prison, de coopératives alimentaires, de mosquées ; prêts à la construction ;

66Services publics :

  • construction de centres de récréation, de sport et de tourisme, marchés, mairies ;

  • développement de l’art folklorique.

67Éducation :

  • accroissement des allocations scolaires, construction d’une université, de 30 écoles, librairies et complexes sportifs.

68Santé :

  • achèvement de l’hôpital Hamad à Doha ;

  • construction d’une maternité, de centres de santé scolaire et centres de santé municipaux, et d’un institut d’enseignement.

69Électricité – eau – canalisations :

70– construction de quatre stations électriques subsidiaires, d’une nouvelle usine de 1 500 MW ; de 4 unités de dessalement d’eau ; extension de câbles électriques jusqu’aux villages ; mise en place d’une station de distillation d’eau à Khûr, etc.

71Transport – routes – communications :

72– construction ou réfection de routes dans tout le pays ; de 3 ponts suspendus à Doha ; rénovation de l’aéroport et amélioration des services ; construction d’un centre postal mécanisé à Doha ; développement du téléphone, etc.

73Autres activités :

74Elles comprennent la sécurité et la défense ainsi que les biens fonciers (ces derniers s’élèvent à 700 millions de riyals).

75A titre de comparaison, j’évoquerai ce qui est compris globalement comme la politique de welfare, recouvrant de nombreux domaines :

  • aides aux familles démunies, aux veuves, aux divorcées, aux orphelins, aux infirmes (une allocation de 500 RQ est fournie aux femmes seules, à laquelle s’ajoutent 200 RQ par enfant à charge) ;

  • bourses d’études pour écoliers et étudiants, à l’intérieur et à l’extérieur du pays ; aides en nature ;

  • centres d’alphabétisation ;

  • prêts aux logements et à la construction, sans intérêt ;

  • attribution de logements populaires de faible coût ; – gratuité du terrain, de l’eau et l’électricité ;

  • absence d’impôt ;

  • subventions pour le développement de l’agriculture et de l’élevage ;

  • aménagements sociaux : construction (17 000 logements sont prévus à la fin du plan décennal en 1982) ; mosquées (dans chaque ville ou village, on a calculé qu’une distance maximum de 100 m devrait être parcourue par chaque habitant se rendant à la mosquée) ; développement du réseau routier qui respecte les anciennes pistes d’accès aux agglomérations. Le mouvement réformiste wahhâbite n’a pas conservé le même rigorisme qu’en Arabie Saoudite ; le Qatar s’est orienté vers un équilibre entre le respect des valeurs spirituelles et le changement, dû à l’influence inévitable du modèle occidental, par le biais des immigrés ou les voyages fréquents que font les Qataris vers l’étranger. Il s’ensuit de timides innovations culturelles : télévision depuis 1970, trois salles de cinéma, un théâtre, un musée et un stade nationaux, auxquels s’ajouteront prochainement des clubs de sport, des parcs de loisirs et des musées régionaux.

76L’option majeure est donc de monopoliser les revenus pétroliers et de les réinvestir dans différents secteurs du programme de développement économique, de sorte que l’accumulation des biens ne représente qu’une étape jusqu’à leur remise en circuit sous des formes diverses, hors des circuits de l’économie marchande. Ainsi doit-on comprendre la recherche d’une diversification de l’économie et sa prise en main par l’Etat, et la politique de welfare qui, profitant à tous les nationaux, permettent de sceller le lien de l’Etat et ses citoyens, l’objectif premier de l’Etat étant d’assurer un salaire à chacun. Mais l’appareil d’Etat, aujourd’hui aux mains de l’amîr Khalîfa et constitué de la descendance agnatique de tous les Âl Thânî depuis Muhammad ibn Thânî, n’est pas sans faille. Les institutions tendent cependant à atténuer les clivages internes et le poids des relations d’allégeance tribale que chaque communauté entretenait avec les familles dirigeantes ou influentes.

77La politique de welfare concerne dans une faible mesure les immigrés sans lesquels l’infrastructure du pays ne prendrait pas un essor aussi rapide (projet de construction d’habitations à loyer modéré).

5. DISTRIBUTION DE LA POPULATION

78Analysant les différences sociales susceptibles d’exister dans les États du Golfe, Stoakes (1972 : 200) attire notre attention sur une particularité qatarie : le lien idéologique existant entre dirigeants et population, qui impose des obligations des deux côtés. Il entend par là les valeurs originales de l’Islam wahhâbite. Malgré la justesse de jugement, il semble nécessaire d’ajouter que le pays contient une majorité d’allochtones qui, par leur seule présence, contribuent à atténuer les normes et obligations nées de la religion. L’appartenance de chaque individu à la communauté nationale lui confère une place dans le partage des richesses du pays ; mais par les contraintes imposées et le regard sur l’extérieur, la population, jeune, pourrait bien mettre en cause son intégration au modèle sociologique reçu de ses parents.

79Nous avons de la population actuelle des chiffres très approximatifs. Une évaluation officielle indique 180 000 habitants pour l’année 1975, y compris le nombre d’immigrants. Un recensement (non publié) a été effectué par Qatar en avril-mai 1970 ; les résultats en semblent peu vraisemblables.

80Le Gouvernement vient d’approuver la création de registres de naissances et de décès. Des statistiques sont en cours sur le recensement de la population avec promesse de publication. Elles ont un but immédiat : le contrôle de la population étrangère, avec une limitation du nombre d’entrée par nationalité. On peut penser également qu’avec les nombreux accords conclus entre les États du Golfe, une influence réciproque de ces Etats amènera à une connaissance plus large de chacun d’eux puisque certains, comme Abu Dhabi, Bahrain et Kuwait ont déjà des statistiques officiellement publiées. La population autochtone minoritaire par rapport à la forte proportion d’étrangers est l’un des aspects particuliers des pays du Golfe arabe et du Qatar notamment. Afin de limiter la puissance numérique de certaines communautés étrangères, le gouvernement a fait appel à des ouvriers originaires des Philippines et de Corée. C’est une main-d’œuvre bon marché et très appréciée pour la rentabilité de son travail. D’autre part, en conséquence de la « révolution islamique » en Iran, les salaires des journaliers ont baissé de moitié en 1980, ce qui a amené la réduction du nombre des Iraniens et des Pakistanais.

81Voici un compte de la population fait en 1970, par classes d’âge et provenant du Départment of Training and Career Development (Nakhleh, 1977 : 143-156). L’intérêt de ces données auxquelles j’apporte de brefs commentaires n’est pas de nous attacher à des chiffres aujourd’hui bien dépassés, mais plutôt de faire des informations recueillies par Nakhleh des matériaux susceptibles de commentaires sociologiques :

  1. pour le développement de son infrastructure, spécialement depuis 1972, Qatar a dû faire appel à une quantité croissante de travailleurs étrangers ;

  2. un fort taux de natalité (officiellement de 2,8 %), partout observé dans les pays du Moyen-Orient (Chatelus, 1974 : 61), gonfle le pourcentage de jeunes Qataris.

Source : d’après Nakhleh, Labor markets..., p. 154, table III.

82La répartition par classes d’âges montre une forte proportion de jeunes qui pèsent sur l’économie du pays et entraînent des modifications dans les équilibres traditionnels. Des calculs font ressortir 21 % de Qataris de moins de 15 ans, c’est-à-dire plus de la moitié des autochtones. La tranche d’âge comprise entre 20 et 59 ans, c’est-à-dire la population en âge de travailler, ne renferme que 13 % d’habitants qataris.

5.1. Le partage entre les différents secteurs d’activités

83La répartition des travailleurs par secteur d’activité au Qatar a fait l’objet d’un recensement, en 1970, non publié (UNESOB, 1972, table 2, source : pop. census, 1970).

84On remarque la forte proportion d’étrangers (83 %) pour le faible taux de Qataris (17 %), population active. D’autre part, on comptait 14 300 Qataris âgés de 20 à 59 ans (Nakhleh, 1977 : 154), c’est-à-dire en âge de travailler. Si l’on considère le faible taux de femmes employées – 372 en 1976/77 (Birks & Sinclair, 1978 : 10), presque uniquement dans l’enseignement –, c’est bien d’un manque de main-d’œuvre locale dont souffre le pays, compte tenu de l’industrialisation du pays en cours de réalisation.

85Le commerce regrouperait le plus fort taux d’étrangers. C’est un fait acquis de longue date au Qatar. Pakistanais, Indiens et Iraniens sont des négociants, artisans ou petits boutiquiers, vendant des biens de consommation courante jusqu’aux produits les plus sophistiqués qui exercent une véritable fascination sur les autochtones. D’après un relevé des personnes (par nationalités), pratiquant une activité commerciale (Ministry of Economy & Commerce, 1977 : 54, table 15), les Qataris viennent au premier rang, comme agents exclusifs ou en association (deux fois plus) ; le nombre d’Iraniens approche celui des Qataris dans les deux types de commerce. Les Pakistanais viennent en tête des propriétaires d’officines privées, suivis par les Qataris et les Indiens. Les grandes compagnies sont encore un secteur d’activité important (1 991 emplois) (Ministry of Commerce, 1977 : 54, table 17). En ce qui concerne les Qataris, il faut rappeler le principe de sponsorship relatif aux réglementations commerciales : toute compagnie étrangère doit avoir un garant qatari. Sponsor actif ou simple prête-nom ? Il conviendrait de moduler les données statistiques. Mais selon quels critères ? Les shuyûkh détiennent les compagnies les plus importantes en capitaux investis ; leur taille varie cependant de l’entreprise employant 200 personnes au commerce comprenant 5 employés. Ce sont presque exclusivement des entreprises familiales, gérées le plus souvent par un étranger (Palestinien ou Égyptien) et employant de la main-d’œuvre étrangère.

86La construction apparaît comme l’autre secteur professionnel dynamique. Rien de surprenant dans un pays en plein développement. Ce secteur fait appel à une main-d’œuvre non qualifiée, surtout pakistanaise, iranienne et afghane.

87Les proportions fournies sous l’intitulé « Gouvernement » paraissent peu conformes à mes propres notes sur l’emploi des Qataris aujourd’hui. Nous devons prendre en compte évidemment le transfert des employés dans d’autres secteurs d’activité. Un flux d’emplois dans la fonction publique a suivi la chute d’emplois consécutive à la modernisation des techniques d’exploitation du pétrole. Et comme moyen d’insertion dans le système économique et social, les ministères ont attiré une grande partie de la population, lui assurant ainsi un salaire auquel s’ajoutent souvent d’autres sources de revenus. Les postes demandant une certaine compé-tence sont généralement occupés par des immigrés arabes (surtout palestiniens et libanais), alors que les Qataris sans qualification se trouvent au bas de l’échelle ; mais à compétence égale avec des étrangers, leur statut est bien différent et ils sont placés à des échelons plus élevés. Une étude effectuée en 1967 donne la répartition suivante (UNESOB, 1972 : table 4, source : State of Qatar, 1967) :

88Dans la comptabilité du « Mechanical Engineering Department », en 1970, Sinclair (1977 : 185) a dénombré 260 Qataris sur 372 employés. Parmi les Qataris, 40 % d’entre eux occupaient les fonctions de chauffeurs, « time-keepers », portiers et gardiens. On peut penser que d’autres services ou entreprises présentent un modèle d’emploi équivalent. C’est aussi la volonté du Gouvernement de pousser les compagnies étrangères à réserver les postes de chauffeurs aux candidats qataris.

89Avec la mise en place du plan de « qatarisation », les étrangers sont remplacés ou assistent dans un premier temps les Qataris nouvellement diplômés : dans les entreprises étrangères, 16 % des postes au minimum leur sont réservés. Un recensement effectué par le ministère des finances et du pétrole, livré en 1977, donne une idée plus juste des employés de l’administration. On comptait 9 534 Qataris, soit 53 % du nombre total des fonctionnaires. Notons que les Qataris détiennent plusieurs emplois, bien que la loi l’interdise. Ainsi, en dix années, les effectifs de l’administration se seraient multipliés près de trois fois.

Niveaux I & II, hauts fonctionnaires, 626 personnes soit 3,5 %.
Niveau III, fonctionnaires moyens, 2 239 personnes soit 12,5 %.
Niveau IV, employés et ouvriers, 6 669 personnes soit 37 %
Total : 9 534 personnes soit 53 %.

90Parmi les emplois offerts par le Gouvernement, les effectifs de l’armée et la police ne sont pas énumérés dans les données ci-dessus. En 1969, la force de police comptait un effectif de 37 officiers et 1 214 policiers, arabes en majorité (Ministry of Information, 1973 : 34). Ces départements ont opté pour une force constituée essentiellement d’éléments étrangers. Ils attirent surtout les anciens nomades, population rurale aujourd’hui, peu instruits, mais recevant une formation technique plus ou moins longue et percevant des salaires élevés augmentés par divers avantages en nature, comme une habitation. Prioritairement, sont requis à ces fonctions des membres des plus fameuses tribus guerrières : Âl Murra, ‘Ajmân, Qahtân, Dawâsir, Âl Manâsir, etc., originaires d’Arabie Saoudite et d’Oman ; les Soudanais et les Yéménites sont nombreux dans les forces de police. Les Banî Hâjir, soumis aux Âl Thânî depuis des générations, restent plutôt attachés à la garde personnelle de l’Amîr ou d’un shaykh. Et avec l’évolution récente, on n’élimine plus les Âl Na’îm des postes de l’armée ou de la police parce qu’ils ont guerroyé contre les Âl Thânî jusqu’en 1937.

91En 1953, l’industrie pétrolière faisait travailler 50 % de la population locale. Une baisse importante de la main-d’œuvre (1 569 Qataris en 1970) fut sans aucun doute le résultat d’une technologie avancée qui nécessite une réduction des effectifs, ainsi que des employés plus qualifiés. La participation qatarie dans ce secteur d’activité reste forte cependant, peut-être en raison des salaires plus élevés, avec des horaires de travail plus longs. Dans un interview au Gulf Times (31.8-6.9.1980), le directeur de Q.G.P.C. (Qatar General Petroleum Corporation) indiquait 4 500 employés, dont 500 Qataris. La mise en place de l’infrastructure et son développement se sont opérés par différentes phases, je l’ai dit. Le nombre de Qataris fonctionnaires s’est accru progressivement : de 14 en 1951 à 22 en 1952, 52 en 1953 et 9 534 en 1977 ; des ministères ont été créés (Kuwari, 1978 : 115). L’industrie pétrolière naissante avait attiré la majorité des Qataris et draîné des populations des pays voisins, Bahrain, E.A.U., Arabie Saoudite surtout. Nomades, semi-nomades que la pacification anglaise avait poussé à se détacher de leur territoire tribal et que l’éclatement interne toujours latent des groupes facilitait, ont accepté une nouvelle identité – nationale –, en échange d’une sécurité de salaire.

92La politique concernant l’acquisition de la nationalité qatarie s’est montrée plus ou moins rigoriste selon les époques. La nationalité a pu être obtenue par tous ceux qui résidaient au Qatar avant 1930, mais une grande tolérance fut accordée jusqu’à l’exploitation pétrolière. Ainsi, les populations bédouines originaires d’Arabie Saoudite ou des régions du Golfe étaient attirées dans un premier temps par une allocation de fixation (mu’âsh halawat), avantages en nature que leur procurait l’Amîr sur présentation du passeport qatari. Il en a résulté une compétition entre tous les chefs d’Etat du Golfe, prêts à accepter le plus de bédouins possible sous leur tutelle et une accumulation de passeports de la part de ceux-ci. Des facilités étaient consenties à l’égard des autres immigrés arabes, principalement pour les réfugiés palestiniens après 1948. Depuis une dizaine d’années, la législation a été très restrictive : il est fait obligation aux Arabes de la péninsule de prouver leurs liens de consanguinité. Depuis 3 ou 4 ans, l’acquisition de la nationalité qatarie est de nouveau facilitée pour les Arabes. Les mariages mixtes ne sont pas interdits, mais si un des époux est étranger, l’union ne peut être contractée à Qatar ; arrangés à l’étranger, ces mariages ne sont pas reconnus. Toutefois, les enfants nés de ces alliances portent la nationalité si le père est qatari. Le cas d’une femme qatarie mariée d’une façon illicite n’est pas envisagé. Enfin, un prêt de 20 000 R.Q. est offert à tout Qatari voulant se marier avec une Qatarie en première noce, pour éviter les mariages mixtes, notamment avec les Indiennes ou Égyptiennes pour lesquelles le montant du douaire est moindre. C’est aussi dans le sens de partager les biens de l’État avec les seuls Qataris que l’on peut comprendre le principe de sponsorat : tout travailleur étranger doit être cautionné par un employeur qatari qui, dès lors, peut lui établir un contrat à durée déterminée. De même, le capital d’une entreprise doit être à 51 % détenu par un Qatari, et il est impossible à un étranger d’être le propriétaire de biens immeubles. En ce qui concerne les Bahrainis, ils sont privilégiés parmi tous les demandeurs d’emploi étrangers.

93Bien que l’agriculture, l’élevage et la pêche représentent un secteur peu productif dans l’économie nationale, le Gouvernement estimait qu’en 1980 le pays pourrait compter sur sa propre production alimentaire. Dans ce but, des subventions ont été octroyées aux Qataris pour la multiplication du nombre de fermes, l’accroissement du petit bétail et l’augmentation des ressources tirées de la mer. Des données chiffrées sont fournies par R. El Mallakh (1979 : 89-93). En raison du sol aride, du taux important de salinité du sol, du vent constant, du manque d’eau douce, l’agriculture ne représente que 0,52 % du territoire. Un reboisement a été entrepris dans certaines zones ; il devrait avoir pour effet de changer un peu les conditions climatiques de la péninsule. Quatre cents fermes d’une étendue moyenne de 3 donums (1 donum = 1 000 m2) sont exploitées, y compris les grandes fermes qui ne commercialisent pas leurs produits (Hassan, 1978 : 150). D’autres facteurs interviennent, qui empêchent une meilleure mise en valeur des terres de cultures : manque d’expérience de la main-d’œuvre étrangère (originaire d’Iran, du Pakistan, d’Egypte en majorité), salaires plus bas que dans le secteur industriel, manque d’équipement, méthodes de culture extensives. Mais il convient de bien distinguer ces fermes, subventionnées par le ministère de l’agriculture et supervisées par des responsables techniques (conseils, fourniture d’engrais, de pesticides, etc.), des autres exploitations plus étendues ou plus petites mises en culture par des capitaux privés qataris. Certaines servent de jardin d’agrément, tandis que d’anciens nomades en utilisent d’autres pour pratiquer l’élevage, en cultivant du fourrage.

94Des fermes d’élevage intensif (petit bétail, poulet) ont été créées par le ministère dans le but de réduire les importations de viande surgelée et de bêtes de boucherie. Les pratiques de l’élevage revêtent aujourd’hui différentes formes ; et malgré la faible part de l’élevage dans l’économie nationale, il contient une valeur sociologique importante, du fait de l’origine bédouine de la majeure partie de la population. Un grand nombre de familles nucléaires gardent un mouton, une chèvre ou une vache pour la consommation de lait. Résidant à Doha ou dans une des autres grandes localités, les animaux sont laissés en liberté au voisinage de l’agglomération. De plus grands troupeaux sont détenus par l’amîr, les shuyûkh et d’autres riches familles qui emploient des bergers étrangers (Iraniens, Omanais, Yéménites), ou confient la garde des animaux aux soins des bédouins poursuivant la pratique de l’élevage semi-itinérant. Ces derniers, Qataris, représentent une faible proportion dans l’ensemble de la population. Ils perçoivent par ailleurs un salaire de la fonction publique (le plus souvent, du ministère de l’eau et de l’électricité). Ils résident dispersés dans la région centrale, circonscrite par les pipelines, entre Rawdat Râshid, Dukhân, Umm Bâb, et ils ont construit ces dernières années une habitation en dur. Le troupeau est conduit à des distances plus ou moins éloignées du lieu de résidence fixe, ce qui ne nécessite pas forcément le déplacement de toute l’unité domestique. La moyenne des troupeaux qui se constituaient en 1976 d’une quinzaine de chèvres, une dizaine de brebis, cinq dromadaires et une vache, s’est trouvée doublée en 1979. C’est le résultat de l’impulsion donnée par le Gouvernement pour développer l’élevage. Dans tous les villages, la pratique de l’élevage s’est maintenue, mais les animaux sont peu souvent commercialisés en dehors de la période du Ramadhan.

95Une compagnie nationale de pêche à la crevette opère depuis 1966 et assure la congélation pour la commercialisation des produits. En outre, deux ports sont encore actifs : Doha et Khûr, au nord du pays. Ils ravitaillent en poisson le marché central de Doha. La flotte est surtout constituée de petites embarcations détenues par des Qataris employant par bateau 3 ou 4 hommes, originaires d’Iran et d’Oman. Ils assurent le transport de la pêche qu’ils livrent au marché de la capitale. D’après des estimations du ministère de l’industrie et de l’agriculture pour 1972-1975, 300 pêcheurs étrangers et autant de Qataris s’adonnaient à cette activité.

5.2. L’instruction

96Les prévisions gouvernementales de scolarisation des enfants en âge d’entrer dans les écoles primaires auraient été réalisées à 100 %. Commençant à l’âge de 6 ans, le cycle scolaire comprend six années dans le primaire, trois années préparatoires et trois ans dans le secondaire. On comptait en 1974-75 52 écoles primaires de garçons et 45 pour les filles (la mixité n’existe pas) (Ministry of Information, 1976 ? : 39), 11 écoles préparatoires et 10 écoles secondaires dont 4 donnaient une formation spécialisée (technique, commerciale, religieuse, ainsi qu’une formation des maîtres) (Ministry of Information, 1978 ? : 64). Rappelons que la première école primaire a été ouverte en 1952 ; elle comprenait alors 250 garçons ; 50 filles ont rejoint leur première école trois ans plus tard. En 1974-75, 10 528 garçons et 9 624 filles étaient inscrits dans le primaire ; 2 529 garçons et 2 241 filles étaient recensés dans les classes préparatoires et on comptait 1 399 garçons et 819 filles au niveau secondaire, soit 27 137 élèves qataris et non-qataris au total (Ministry of Economy and Commerce, 1977 : table 62). De six enseignants en 1952, on passait à 1 103 en 1971-72 (El Mallakh, 1979 : 109), pour la plupart de nationalité jordanienne, palestinienne et égyptienne ; en 1977, on comptait 562 enseignants qataris dont 372 femmes, surtout employées dans le cycle primaire (Birks & Sinclair, 1978 : 10).

97Le tableau suivant montre la répartition des élèves au sein des différentes écoles d’apprentissage et les conditions requises pour l’admission des élèves (Ministry of Economy and Commerce, 1977 : table 63 ; Ministry of Information, 1976 ? : 40-41) :

98C’est dans le but de combattre l’analphabétisme (il s’élève à 60 %, Sinclair, 1977 : 183) et d’intégrer les Qataris dans les secteurs de l’économie moderne que le Gouvernement, assisté des Nations Unies, a mis en œuvre des programmes de formation scolaire. Le nombre d’analphabètes qataris, par groupes d’âge, se répartit ainsi : 21,8 % des 15-19 ans ; 57,4 % des 20-29 ans ; 81 % des 30-39 ans ; 86 % des 40-49 ans ; 85,2 % des 50-59 ans ; 90,6 % des 60-74 ans (Birks & Sinclair, 1978 : 6).

99Un « Institute of management » délivre depuis 1970 une formation en deux ans. Il est réservé aux Qataris ayant terminé leurs études secondaires et employés dans la fonction publique qui les délègue. Un autre « Regional center for vocational training », ouvert en 1971, donne des formations techniques spécialisées à différents niveaux et des cours du soir pour adultes (El Mallakh, 1979 : 111-2). D’autres formations techniques sont offertes par des entreprises. Ainsi, les compagnies pétrolières ont formé de nombreux cadres, techniciens, ouvriers spécialisés, avant même l’existence d’école. A la fin des études, le choix du secteur d’activité pour un jeune se limite le plus souvent à se servir – par l’intermédiaire de son père – de ses relations familiales ou des relations privilégiées que son groupe entretient avec des membres de communautés tribales. Ces mécanismes sont fréquemment utilisés pour des jeunes terminant la scolarité à la fin du niveau primaire ou secondaire. D’autres élèves soumettent leur candidature à un comité gouvernemental qui, en fonction des besoins, les dirige vers des stages de perfectionnement organisés dans le pays ou à l’étranger. L’université du Qatar, constituée de trois collèges (sciences, éducation et sciences humaines), accueillait 1 450 étudiants pour l’année 1978/79 (Ministry of Information, 1978 ? : 65). Le choix des études littéraires est privilégié : 85 % des étudiants à l’université du Qatar et plus de la moitié des 722 étudiants à l’étranger, en 1974/75 (Birks & Sinclair, 1978 : 8). Effets de la « révolution » iranienne, la famille dirigeante montre que sa foi religieuse va au-delà du principe : les effectifs des étudiants – surtout Âl Thânî –, dans la section sciences de la religion, ont fortement augmenté.

6. LE POUVOIR URBAIN ET L’ESSAI DE DÉCENTRALISATION

100Le territoire national de la péninsule couvre environ 10 000 km2. Doha et Madînat Khalîfa regroupent 80 % de la population. Les autres agglomérations importantes sont Umm Sa’îd, Umm Bâb, des centres industriels nés des activités pétrolières ; Rayyân, Wakra, Khûr sont des centres d’habitat traditionnels. Madînat ash-Shamâl, créée en 1971, doit réunir progressivement les villages de Ruways et Abû Zulûf, et attirer les familles résidant alentour.

101Malgré l’exiguïté du pays – de Doha, chaque ville ou village est relié en deux heures maximum –, la concentration des habitants dans la capitale contribue à une opposition forte entre le milieu urbain et le milieu rural. C’est le résultat d’une concentration des services (administrations, commerces) qui se sont développés dans la capitale en même temps que naissait l’infrastructure du pays.

6.1. Doha

102Mes données sur Doha pour la période précédant l’avènement de l’amîr Khalîfa Âl Thânî sont malheureusement éparses. Une couverture aérienne a été effectuée en 1947 par les Britanniques, mais il n’en reste rien à la suite d’un incendie, de même qu’il ne subsiste que de rares exemplaires de clichés aériens pris en 1952. D’autres photos furent prises en 1956 et 1962. En 1952, Doha, alors appelée al-Bida’, s’étendait le long du bord de mer, comme on peut le voir sur la carte n° 14. D’ouest en est, quatre agglomérations se nommaient Wâdî Sayl, al-Bida’, as-Suluta, et Ra’s Abû ‘Abûd. En 1962, ces quatre quartiers avaient doublé et s’étiraient encore vers le sud, formant un nouveau quartier, al-Mushayrib, du nom du wâdî qui, en quelque sorte, clôturait le noyau de la cité ; les routes goudronnées apparaissaient et l’habitat se quadrillait déjà en zones plus régulières. Une politique de logements sociaux débuta en 1964.

103Je traiterai plus en détail la période actuelle pour laquelle mes données sont plus riches. Elle correspond à la forte poussée de la construction qui débuta en 1974 et atteignit son maximum en 1976/77. Depuis, une courbe constante est maintenue. On peut dire que le paysage de Doha a radicalement changé : par l’élévation de nombreux bâtiments, ministères, écoles, supermarchés, centres commerciaux, banques, hôpitaux, musée, mosquées ; par la percée de routes ou leur réfection, de voies à grande circulation contournant la capitale ; par le tracé de la corniche ; par la construction de nombreux îlots d’habitat dans la banlieue, amenant le déplacement de la population du centre de Doha. En 1977, un brusque arrêt de la construction a eu pour conséquence la baisse du prix des terrains. Cette période a correspondu à l’acquisition de terres par le Gouvernement. En effet, bien que tout projet gouvernemental de construction soit tenu secret, une « fuite » occasionne immédiatement une surenchère sur le prix des terrains. Spéculation surtout exercée par les shuyûkh qui en ont les moyens et auxquels personne ne s’oppose. Leurs profits sont considérables puisque le gouvernement achète ces terrains à bon prix.

CARTE N° 14. – Schéma d’al-Bida’ (noyau ancien de Doha)

104Doha comprend un certain nombre de quartiers de tailles différentes par l’étendue et la densité de population. Ils sont des points de repère commodes mais anciens, puisque bon nombre d’entre eux ont été redivisés en îlots, portant des noms de groupes tribaux ou d’hommes influents.

105Les numéros qui suivent renvoient à la carte n° 15 sur Doha. Des quartiers correspondent à des groupements anciens de population : 5, Âl Ju’fayrî, était selon Lorimer (1915, I, 83) habité par des Persans regroupés autour d’une cinquième école juridique du sunnisme, du nom de Ja’far as-Sâdiq, reconnu comme sixième imâm avant la scission shiite. A Qatar, ils sont dits sunnites d’origine iranienne, Huwala. Différemment, les Âl Bahârna, 6, sont des Persans arabes shiites, établis dans le Golfe depuis des générations. A Qatar, cette appellation permet de les distinguer des Iraniens shiites immigrés récemment. Âl Suluta, 7, se rapporte à la tribu qui y vit ; une partie du groupe a été relogée dans des « ensembles sociaux » et forment le nouveau quartier Âl Suluta, 23. Âl Ghânim, du nom de la fraction des Âl ibn ‘Alî, est constitué de trois quartiers, l’ancien, 8, et deux nouveaux, 9 et 31 ; ce dernier renvoie au relogement d’une partie du groupe à la périphérie de Doha. Al-Bida’, 12, la cité ancienne, avec ar-Rumayla, 13, comprenaient les Âl Sûdân et Âl Thânî. Umm Ghuwaylina, 20, contient de nombreuses familles Âl bû Kuwâra, Âl Na’îm et Âl Rumayhî. Âl Hitmî, 21, porte le nom d’une subdivision des Âl ibn ‘Alî. Âl Khulayfât est aussi le nom d’une tribu. Bin ‘Umrân, 26, et Âl Kalab, 27, sont deux quartiers regroupant les Âl bû Kuwâra. Cependant la composition des anciens quartiers a évolué du fait de l’abandon des maisons sans confort. Des familles d’origines différentes cohabitent : des personnes âgées ne voulant pas quitter leur ancienne résidence et des immigrés installés temporairement dans des habitations expropriées. Ce sont des îlots d’habitat temporaire, puisque le gouvernement rachète les terrains des premiers à un prix très élevé, alors que les autres seront expulsés sitôt la décision des travaux prise.

106La municipalité de Doha est la seule administration permettant le contrôle de la cité. Son rôle consiste essentiellement à organiser les services naissants de la ville et à contrôler le développement de l’infrastructure dévolu au gouvernement. Nous avons vu précédemment que les pouvoirs de quartiers sont à peu près inexistants ; ils ressortissent de pouvoirs traditionnels parmi les populations tribalisées.

107On peut considérer quatre zones de bouleversement de l’habitat : la périphérie, al-Mushayrib, le souk et la corniche. La périphérie n’était encore qu’un désert il y a dix ans. Le développement de l’infrastructure a créé un nouveau besoin, celui de décongestionner le centre urbain. Madînat Khalîfa a été créée dans ce but, ainsi que d’autres agglomérations périphériques, pour éviter la surpopulation due à l’affluence née de l’essor industriel et administratif. Elle est peuplée d’environ 5 000 habitants. Dans ces localités nouvelles, les gens tribalisés ont été regroupés par quartiers. Al-Mushayrib était constitué d’habitations traditionnelles, avec de petits commerces alentour. Presque tout ce quartier a été rasé par phases successives et remplacé par des immeubles de rapport, hôtels, commerces de petite et moyenne surfaces. Ce quartier a suivi la poussée de la construction des années 1975, avec des capitaux privés, puisque le terrain appartient à de riches familles.

108Le souk a été détruit en partie pendant l’hiver 1981. Le marché des denrées fraîches a été transféré dans un nouveau souk construit par le gouvernement à la périphérie sud de Doha. La zone détruite réunissait les vendeurs de denrées fraîches et les petits boutiquiers situés dans le dédale des allées les plus anciennes, au sol non bitumé. Des marchands ont porté leur commerce dans des marchés couverts, nouvellement bâtis aux abords de l’ancien bazar et appartenant à des shuyûkh, alors que les négociants en fruits-légumes et poulets ont été transférés dans la zone industrielle. Cette zone est un vaste ensemble non achevé, prévu pour déconcentrer le centre commercial de Doha, mais aussi pour répondre à l’essor industriel. La réalisation du souk de l’alimentation est en partie terminée, ainsi qu’un marché à bestiaux et des commerces divers. Le projet prévoit encore un restaurant, un complexe d’habitations pour les employés du marché, une mosquée, un parking ainsi qu’un second souk. Chaque boutique est louée 200 R.Q. par mois pour un Qatari et 500 R.Q. pour les expatriés (Gulf Times, 22.2.1981). La principale critique faite à ce projet est sa décentralisation et sa froide planification. Au centre de Doha, le souk était comme pour toute ville arabe un lieu de rencontre sociale et commerciale. Isolé du centre et conçu sur le modèle d’un super-marché, il ne revêt plus le même intérêt pour la population locale.

109A quelque distance du nouveau marché, ont été concentrées les entreprises commerciales, pour la plupart concessionnaires automobiles et garages qui prospèrent dans ce pays où tout véhicule signe le statut social de son propriétaire. Les entreprises industrielles sont peu nombreuses, entre autres : fabrication de tuiles et parpaings, menuiserie en aluminium, imprimerie. Des services complètent l’équipement de cette zone : douane de marchandises, poste et téléphone, station de police et d’incendie, restaurant, mosquée, salle de repos pour les camionneurs, etc. Une autre zone dite industrielle s’étale à la périphérie S.E. de Doha et elle comprend des entrepôts commerciaux privés.

110La corniche évoque non seulement l’amélioration des abords maritimes, mais aussi un vaste projet d’habitat situé à West Bay, 30 sur le plan de Doha et dénommé ainsi. L’aménagement de la corniche proprement dite devrait symboliser la cité avec ses activités sociales et commerciales (Gulf Times, 22.2.1981). Elle devrait donner une vue panoramique sur les ministères, les banques, le musée, un centre de récréation, les bâtiments commerciaux, un hôtel Sheraton, un lieu de promenade le long du rivage, la grande mosquée et, en élévation, le palais de l’Amîr. Certaines des réalisations futures énoncées (ministères, buildings commerciaux, université, centre de récréation, lieux de promenade), sont intégrés dans ce vaste projet de West Bay. Le nouveau district planifié devrait aussi regrouper 10 000 habitations (villas, appartements) pour 60 000 personnes sur une surface de 630 ha. Il permettra de faire face à la croissance de la population locale qui devrait doubler d’ici à l’an 2000 (Gulf Times, 22.2.1981).

111L’exemple des Senior staff accomodation me semble refléter l’orientation donnée à ce projet. Comme son nom l’indique, une zone sera réservée à l’habitat, en propriété, des fonctionnaires ayant un poste élevé. Il concerne essentiellement les diplômés après des études supérieures, mais aussi des hommes ayant une position élevée, tel un sportif réputé. Cette nouvelle structure d’habitat est intéressante, car elle revêt un caractère de classe. L’appartenance à la tribu ou au clan s’efface dans cette conception. L’idée du projet est même de l’annihiler puisque le choix du terrain pour chaque nouveau propriétaire se fait par tirage au sort. Là s’interfèrent les mentalités : une personne demande souvent que l’on intercède en sa faveur afin que son voisinage soit constitué de frères et d’amis. Le projet comprendra un peu plus de 900 maisons ; 400 personnes ont déjà reçu le terrain et l’autorisation de construire. Un crédit à long terme de 500 000 R.Q., sans intérêt, est offert à tout « senior staff » pour la seule construction d’une habitation à deux niveaux maximum. Le terrain de 35 m x 35 m est alloué gratuitement. L’environnement comprendra des écoles, des parcs récréatifs, des mosquées, des centres commerciaux et autres services, ainsi qu’une zone réservée au monde des affaires (bâtiments commerciaux) et à l’administration (ministères, université, ambassades, etc.).

CARTE N° 15. – Les quartiers de la capitale de Qatar, Doha.

112Le projet se veut une symbiose de l’ancien et du moderne (boutres ancrés dans des ports de plaisance) et base d’un nouveau modèle social (Gulf Times, 22.2.1981). L’ensemble est divisé en corridors d’activités : 1 000 familles seront distantes de six minutes à pied de l’école, de la clinique, de la mosquée, des commerçants et des services administratifs. Il faudra se déplacer de 2 km pour atteindre les écoles secondaires ou techniques, la mosquée du vendredi, les cinémas, les super-marchés, le poste de police... Chaque lot d’habitat est conçu en zone piétonnière avec des squares, des cafés et des parkings à son pourtour. Les habitations doivent respecter les « traditions musulmanes d’intimité » et être orientées selon un axe est-ouest afin d’offrir une image coordonnée de la cité (Gulf Times, 22.2.1981). Un autre groupe de 700 appartements répartis en bâtiments de 4 à 7 étages (dont la moitié est déjà construite), sera réservé aux employés intermédiaires. Autre siècle, autre civilisation, l’an 2000 s’annonce dans un grand bouleversement !

  • 3 Un riyal qatari (R.Q.) = 1,50 F environ ; 1 kg riz = 2,5 R.Q. ; 1 kg sucre = 3 R.Q. ; 500 g thé = 8 (...)

113Le centre de Doha a été touché diversement par l’élan de la construction, Mushayrib excepté. L’idée principale est de remplacer les vieilles bâtisses par des nouvelles, à l’initiative de capitaux privés ou publics, ce qui a eu pour conséquence de déplacer les populations de plus en plus loin du centre. Quatre routes principales, bordées par des villas et des buildings récents, traversent l’agglomération. Les vieilles demeures, dans l’attente d’être démolies, servent d’abris aux émigrés pakistanais, baluchs, indiens, iraniens, qui trouvent ainsi de quoi se loger pour des prix très bas. Mais la frénésie de démolition a causé une forte demande à laquelle les pouvoirs publics ne peuvent plus répondre aujourd’hui. Il s’ensuit une surenchère des prix des loyers, dramatique situation pour les immigrés dont le salaire s’élève à 700, 1 000 ou 1 500 R.Q.3 et qui n’ont plus que la ressource de s’entasser à 10 ou 15 personnes dans un appartement dont ils partagent la location de 2 000 à 3 000 R.Q. par mois. Cette rénovation de l’habitat concerne bien sûr les Qataris, mais aussi l’image de marque du pays : idée de modernité, de dynamisme du pays et de ceux qui le gouvernent, amélioration des conditions d’habitation et des services. C’est sans doute cette image de marque à respecter qui conduit la municipalité de Doha à commencer de se préoccuper de l’habitat des immigrés, pour éviter la formation de bidonvilles. Des plans sont à l’étude.

6.2. Les villes moyennes

114Pour illustrer un des aspects sociologiques de ce pays en transition et les conflits sous-jacents nés de l’essor rapide de l’infrastructure, je m’appuyerai maintenant sur la présentation des villes de moyenne importance. En effet, elles mettent en lumière le caractère traditionnel des localités : encore peu de changements sont intervenus dans le modèle résidentiel par fraction tribale, qui n’est valide que pour un laps de temps assez court puisqu’apparaît un morcellement du groupe familial. Les raisons sont diverses qui amènent la famille élargie à se scinder : distribution de salaires, enrichissement de la famille conjugale, modèle occidental, attribution de maison aux jeunes mariés, volonté nouvelle du gouvernement de disperser les familles relogées, etc. D’autre part, un mouvement inverse s’est produit : grâce à leur fortune, les Qataris ont fait construire des villas, qu’ils occupent épisodiquement, dans leur ancien territoire tribal. Bien que ces territoires aient tous été rattachés au domaine public, ils exercent un attrait réel pour les Qataris. Enfin, les villes de moyenne importance ont été concernées diversement par l’arrivée des immigrés ; elles expriment donc à des degrés différents les changements qui se sont opérés dans le pays.

115Les projets gouvernementaux 1974-1975 ont mis en œuvre une décentralisation du complexe urbain de Doha en créant des ensembles d’habitations dans l’environnement immédiat des anciens villages. Préférence laissée aux familles, décision gouvernementale, relations personnelles aidant au meilleur choix, les Qataris tribalisés sont relogés avec leurs familles dans ces nouveaux villages ou se retrouvent isolés dans la banlieue de Doha. La seconde phase des projets officiels était de fonder des emplois sur place : ainsi, dans chaque gros village, un hôpital, deux écoles (garçons, filles), des mosquées, une banque et un service du ministère de l’eau et de l’électricité ont répondu à cet objectif. Cette phase allait de pair avec la « qatarisation », c’est-à-dire la volonté de promouvoir, à tous les échelons, des Qataris en remplacement des employés étrangers.

116Les transformations sont limitées cependant, en raison des conditions du circuit de distribution des marchandises : douane, place financière centrale et marché unique sont établis à Doha. D’où la nécessité pour chaque commerçant de n’importe quelle localité de venir se ravitailler dans la capitale. D’autre part, en raison des prix plus élevés sur le marché central, les produits frais (légumes, poissons) sont acheminés tous les jours en provenance des lieux de production divers.

117Il est donc important de bien distinguer les grandes agglomérations qui doivent leur essor au développement industriel et qui comprennent une majorité d’étrangers, des localités renfermant une population importante établie depuis une ou plusieurs générations. Umm Sa’îd, Dukhân, Umm Bâb relèvent du premier groupe. Sans que l’on sache à combien s’élève le nombre d’habitants, ceux-ci ont été accueillis au fur et à mesure des besoins en main-d’œuvre. La poussée de la population à Umm Sa’îd a été fonction de l’essor des industries locales. Ainsi, de 2 000 habitants en 1976, on s’attendrait à 21 200 personnes, fin 1980, à Umm Sa’îd, et 26 300 en 1990. D’autre part, de 1976 à 1980, le rapport famille/nombre d’employés fait apparaître une augmentation très forte de la proportion des travailleurs vivant seuls (Roberts, 1979 : 120). Ouvriers sans qualification ou ouvriers spécialisés constituent la majorité de la population ; en raison de la durée limitée de leur contrat et de leur pauvreté initiale, ils résident sans leur famille. Des centres d’hébergement ont souvent été conçus par les entreprises qui les emploient, ou bien, comme à Doha, ils occupent les vieilles bâtisses ou s’entassent à une dizaine de personnes dans des constructions récentes. Les logements de fonction sont attribués aux familles de techniciens et de cadres, étrangers et Qataris, mais l’attrait de la capitale et la volonté de ne pas être isolés de leur famille amènent les Qataris (cadres ou simples employés) à résider à Doha. L’éloignement de la capitale, pour des villes comme Umm Bâb et Dukhân, a déterminé les nationaux à s’établir sur le lieu de leur travail. On constate alors des migrations de week-end, chaque famille conjugale ayant gardé son habitation d’origine.

118Aux alentours des champs pétrolifères de Dukhân, dès le début de la mise en production en 1949, se sont constitués des bidonvilles regroupant des familles élargies arabes d’origines diverses (Qatar, Bahrain, Arabie Saoudite et E.A.U.), mais ayant acquis la nationalité qatarie. Cette population, arrivée dans les premières vagues de migrations, attirée par les emplois à revenu fixe, formée d’anciens nomades ou de sédentaires, s’est fixée dans la région. Elle habite aujourd’hui dans des constructions en dur. Autour d’Umm Bâb, dont la cimenterie est exploitée depuis 1969, des bidonvilles identiques aux premiers se sont formés et abritent des immigrés arabes apparus plus tard. Ces villes à l’essor fluctuant ont vu progressivement l’abandon des noyaux originaires des localités, avec leurs petits boutiquiers. Des lotissements ont été construits par le Gouvernement sans qu’il soit prévu de centre commercial. Par ailleurs, des clubs de loisirs, des cafétérias et des restaurants existent dans l’enceinte des compagnies pétrolières, à l’usage des employés.

119Les grandes agglomérations traditionnelles n’ont pas vu s’opérer tant de changements. Certes, des constructions modernes individuelles ont remplacé les anciennes habitations, selon les plans du Gouvernement. La population est restée à peu près la même dans sa composition : des quartiers ont été démolis et les membres des fractions tribales constitutives de ces quartiers ont été relogés ensemble. C’est dans ces localités, où la structure de l’habitat a conservé son caractère ancien, que l’on peut distinguer un des aspects des différences sociales : palaces de shaykh et de shaykhas, prééminence de l’habitat des notables, groupement résidentiel des serviteurs (anciens bédouins) de shaykh ou de notables, quartiers de familles d’origine africaine restées ou non au service de leurs anciens maîtres, et aussi division des maisons en unités distinctes pour chaque famille nucléaire (d’une ou deux générations). Le reste des habitants, de nationalités diverses et établis au Qatar depuis longtemps (quelquefois une ou deux générations), constituent l’ensemble des commerçants et artisans, d’origine iranienne ou indienne pour la plupart.

120Rayyân, avec sa palmeraie, était et reste encore un des lieux privilégiés d’établissement des familles riches. Tous les dirigeants de Qatar y avaient et ont encore leur palais. A leur côté, résident leurs employés ou des gens tribalisés qui leur sont assujettis. Les affranchis pourraient bien représenter la moitié de la population de Rayyân, que j’estime à 10 000 habitants. C’est aussi une ville militaire, avec plusieurs casernes qui ont amené la formation d’un grand bidonville construit par les soldats saoudiens. La ville a un aspect spécifique par ses nombreux palais et ses palmeraies mortes, transformées parfois en enclos pour dromadaires. Les bâtisses anciennes, en partie effondrées, se mêlent aux logements sociaux, début d’une planification. Des écoles primaires et secondaires, une municipalité, des mosquées, un stade de course de chevaux et dromadaires, une station d’essence, une prison, quelques boutiques sont à peu près les seuls services offerts, auxquels s’ajouteront prochainement un centre médical et une clinique vétérinaire. Cela semble peu pour cette ville.

121Wakra subsistait grâce au maintien, jusque récemment, de ses activités traditionnelles, pêche et construction de bateaux, et à l’attachement de sa population d’origine : une fraction des Banî Khâlid. En raison de sa proximité avec Umm Sa’îd, une population étrangère est venue s’y établir. La reconstruction de la rade amène de plus en plus de navires. La planification des logements sociaux a été tôt entreprise.

122Les plans du Gouvernement de créer des emplois dans les localités rurales concernent en priorité Khûr et Madînat ash-Shamâl qui ne bénéficient pas de la proximité de centres industriels et sont éloignés de la capitale. Une vingtaine de bateaux assurent chaque jour le ravitaillement en poisson de Khûr à Doha. Des administrations locales (municipalité, club de sport, office de planification pour la ville de Khûr, bibliothèque, mosquées, police, hôpital, écoles primaires et secondaires, département de l’eau et l’électricité, voirie, P.T.T.) emploient des Qataris et des étrangers. La répartition de la population active par groupes professionnels et par nationalités s’établit ainsi : les Qataris de Khûr sont employés dans des fonctions administratives où ils détiennent les postes de responsabilité ; quelques femmes sont enseignantes. Les Palestiniens, les Égyptiens, les Syriens et des Indiens chrétiens ont un statut économique moyen : enseignants, médecins, techniciens de laboratoire, etc. Au plus bas de l’échelle sociale se retrouvent les Iraniens sunnites, dits Huwalas, dans une certaine mesure assimilés à la population locale en raison de leur ancienneté sur le territoire qatari. Les familles d’anciens esclaves ont un statut à peu près similaire : ils sont artistes, artisans ou serviteurs. Mais, porteurs de la nationalité qatarie, Huwalas et affranchis bénéficient des avantages sociaux dispensés par l’État ; aussi leur statut n’est guère comparable, pour des emplois équivalents, avec celui des étrangers immigrés à des dates plus ou moins récentes. Parmi ces étrangers, des clivages établis résultent d’une identité religieuse ou culturelle : les Arabes d’origine (Omanais, Yéménites ou autres Arabes analphabètes) sont distingués des Iraniens shiites, des Pakistanais, Baluchs et Indiens. Ces derniers travaillent au service des familles, à la voirie et à la construction.

123Dans le secteur commercial, toutes les entreprises sont détenues par des Qataris qui emploient une main-d’œuvre étrangère : pêche (Omanais, Iraniens) ; artisanat (iraniens, Indiens, Pakistanais) ; conduite de taxis (Iraniens, Yéménites, Pakistanais, Huwalas). Un centre commercial est en voie d’achèvement. Mais Khûr a gardé une certaine autonomie économique : là plus qu’ailleurs, les commerçants et artisans (menuisiers, forgerons, mécaniciens, tailleurs, boulangers) ont subsisté en grand nombre. La structure de l’habitat renforce le caractère traditionnel de la ville. Les Mahânda constituent la grande majorité des habitants, subdivisés par quartiers représentatifs de chaque fraction tribale, fakhdh, à l’intérieur desquels résident par îlots des familles naguère attachées à leur service.

124Madînat ash-Shamâl fut créée en 1971. Elle comprend l’ancien village de ce nom et contiendra dans les prochaines années les villages d’Abû Zulûf et Ruways, en partie reconstruits. Cette entreprise gouvernementale a été conduite dans le but de rassembler toute la population qui demeurait jusqu’à une date récente dans des habitations dispersées aux alentours. Un bureau du ministère du travail et des affaires sociales est en cours de réalisation, ainsi qu’une banque. D’autres fonctions offrent déjà des emplois : écoles primaires et secondaires, département d’eau et d’électricité, voirie, hôpital, tribunal de la loi islamique, mosquées, émetteur de télévision (à Khuwayr) et petits commerçants. La distribution des emplois se présente selon un schéma identique à celui de Khûr, mais il semble que la prise en main des emplois sans qualification par les Qataris soit ici plus forte qu’à Khûr. Cela peut s’expliquer par l’importance de l’administration, mais aussi par la venue d’une population rurale, âgée, analphabète, qui a été attirée dans ces nouvelles agglomérations. La population est composite, comprenant un groupe tribal majoritaire, les Âl Sâda, au voisinage duquel se sont mêlés des groupes plus ou moins larges de familles. Les étrangers nombreux sont employés pour la construction, la voirie, le petit commerce et le service des familles ; ils sont Iraniens, Pakistanais et Indiens.

CONCLUSION

125L’histoire – économique ? – de Qatar est généralement divisée en deux périodes : avant et après la production pétrolière. Cette simplification n’est pas totalement erronée si l’on accepte l’idée que les pouvoirs économique et politique vont de pair. Première période fructueuse en événements, nous l’avons vu : la prééminence du pouvoir des marchands, et notamment des Âl Thânî. A propos de ces derniers, de nombreuses questions restent à explorer : vers 1860, leur pouvoir est sans doute suffisamment important pour que les Britanniques l’utilisent ; mais des recherches plus approfondies permettraient peut-être d’estimer mieux l’intervention wahhâbite sur les populations de Qatar. Ce qui semble certain, c’est que le pouvoir des marchands – d’origine bédouine – a été privilégié par les Britanniques – et les wahhâbites ? – aux dépens du pouvoir d’autres tribus bédouines, militairement puissantes. Les archives militaires britanniques n’étant pas ouvertes à la consultation pour le laps de temps correspondant au début de la production pétrolière et à la formation de nouvelles fortunes – après un appauvrissement général de la population dû à la chute du marché des perles –, on connaît peu l’ascension commerciale de certaines familles, alors que leur influence politique semble très limitée. C’est sans doute dans ce sens que Stoakes (1972 : 206, note 41 ; 207, note 46) évoque le blocage de l’expansion commerciale de chaque individu, dû à la suspicion de la famille dirigeante à l’égard de la puissance des marchands. Trois familles ont été admises dans la sphère d’influence politique : les Âl ‘Atîya, les Âl Mâna’ et les Darwîsh, très riches commerçants aujourd’hui ; ils étaient proches des anciens dirigeants Âl Thânî, malgré, pour le dernier, un évincement pour quelque temps dans les années soixante. Les autres riches commerçants (Âl Thânî non compris), tels Jayda, Âl Nasr ou Âl Mannâ’î, sont généralement décrits d’une façon abrupte comme des self made men. La part de vérité dans cette simplification ne peut cependant être appréciée qu’à travers le rapport de clientèle, et son principe d’allégeance, à tous les niveaux de la société qatarie. Si le clientélisme est le système d’entente traditionnel entre groupes tribaux et les membres des groupes avec leur(s) dirigeant(s), il revêt aujourd’hui des formes beaucoup plus individualisées. C’est un accord tacite entre individus, selon une hiérarchie se basant sur le principe social dû à l’appartenance tribale et à la position occupée d’un point de vue commercial, administratif ou politique. Chaque individu est donc considéré comme un client potentiel, lui-même ayant son réseau de clientèle le plus large possible. C’est le médiateur, wâsita, sans lequel aucune action n’est entreprise.

126L’Etat se comporte de même : il distribue les privilèges, il assure le plein emploi et la paix sociale, il dispense des avantages matériels – politique dite de welfare – en échange de l’appui de la population. L’unité nationale se réalise sur le consensus religieux et le développement, rapide, de l’infrastructure du pays. Les tentatives du gouvernement de mettre en place un pouvoir administratif sur lequel il pourrait s’appuyer restent fragiles en raison du conflit avec les pouvoirs traditionnels. Les cadres techniques et administratifs ayant reçu une formation universitaire et remplaçant, dans le cadre de la « qatarisation », les étrangers placés à des postes clés, pourraient bien constituer progressivement une classe nouvelle dans la société qatarie. Mais peut-on parler déjà de l’émergence d’une classe moyenne (Rugh, 1973 : 7-20 ; Bonnenfant, 1979 : 61-72), comme en Arabie Saoudite ? Le phénomène semble trop récent à Qatar.

127Selon un accord implicite entre le pouvoir politique (le Gouvernement et la famille Âl Thânî) et le pouvoir commerçant à qui est garantie la libre entreprise, les cadres techniques et administratifs se placent à l’intermédiaire entre la famille régnante et le population. Ils sont donc dépendants des normes établies pour bénéficier des privilèges dispensés, avec l’obligation de remplir la fonction exigée. Ils sont le moteur de la transition d’un système (clientélisme) à un autre (technique-administratif), avec l’inertie propre aux phénomènes de transition et à l’attachement aux privilèges qu’un tel système dispense. Nombreux sont ceux qui préfèrent, après une période d’expérience, leur permettant de créer un réseau de relations, se retirer pour fonder leur entreprise commerciale. Malaise différemment senti par d’autres, nouvellement diplômés, qui se voient refuser les positions importantes espérées, pour leur manque d’expérience. D’autre part, leur forma-tion universitaire, acquise pour la plupart à l’étranger, et les contacts qu’ils y ont gardés, les amènent à juger sévèrement l’austérité de l’Islam wahhâbite qui ne correspond plus à leur ouverture d’esprit sur l’extérieur.

128Le reste de la population qatarie, analphabète ou ayant une formation scolaire générale ou technique limitée, est totalement subordonné à la classe dirigeante. Il reçoit d’elle avantages divers et salaires (pourtant peu élevés dans la fonction publique), contre un travail faisant fi des lois de la productivité. Cette population est certainement la plus attachée aux normes traditionnelles de la famille et de l’Islam. Sa soumission à l’Etat n’est pas totalement passive : ce qu’elle reçoit est justifié comme un juste partage des fabuleuses richesses dont elle se sent, malgré le formidable développement du pays, lésée par rapport à la famille Âl Thânî. Différemment, elle ne conteste pas l’enrichissement de la classe commerçante. Elle paraît considérer avec distance la volonté de l’Amîr d’ouvrir le gouvernement à des membres non Âl Thânî.

129D’autre part, cohabitent auprès des Qataris une forte majorité de travailleurs étrangers que l’on ne peut considérer qu’en référence à une classification sociale du travail de type capitaliste. Ils interviennent directement dans les nouveaux rapports sociaux de production. Ils comprennent des cadres, des techniciens, des ouvriers spécialisés et une masse d’employés non qualifiés, sous-payés, au statut précaire dépendant autant de l’offre de travail que des intérêts personnels de leur sponsor. On sait combien est fragile le système économique d’un pays entièrement dépendant du marché international par l’exportation du pétrole, l’importation des biens de consommation et de la force de travail.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Abu Hakima (A.M.). The development of the Gulf States. In : Hopwood (D.), ed., The Arabian Peninsula : society and politics. London, Allen & Unwin, 1972.

Aitchison (C.U.). A collection of treaties, engagements and sanads relating to India and neighbouring countries. 3e ed. Calcutta, 1892, 193 p.

Birks (J.S.) and Sinclair (C.A.). International migration project. Country case study : the State of Qatar. U. of Durham, Dpt. of Economics, 1978, 31 p. multigr.

Bonnenfant (P.). Utilisation des recettes pétrolières et stratégie des groupes sociaux en péninsule arabe. I. Maghreb-Machrek, n° 82, oct.-déc. 1978, pp. 60-69 ; II Ibidem, n° 83, jan.-Mars 1979, pp. 61-72.

Busch (B.C.). Britain and the Persian Gulf, 1894 1914. Berkeley & Los Angeles, U. of California Press, 1967, 432 p.

Chatelus (M.). Stratégies pour le Moyen-Orient. Paris, Calmann Lévy, 1974, 303 p.

Government Central Press. General Staff, war office. Military report on Arabia. Simla, 1915, 312 p.

Great Britain, Foreign Office. Persian Gulf. London, His Majesty Stationery Office, 1920, n° 76.

The Gulf Handbook. Trade and travel. MEED, 1976-1977.

Halliday (F.). Arabia without sultans. Peguin books, 1974, 527 p.

Hay (Sir R.). The impact of the oil industry on the Persian Gulf sheikhdoms. MEJ, vol. 9, n° 4, 1955, pp. 361-372.

Hassan (M.F.). Agricultural development in a petroleum-based economy : Qatar. Eco. Dvt. and cultural change, vol. 27, n° 1, 1978, pp. 145-167.

Kelly (J.B.). Eastern Arabian frontiers. London, Faber & Faber, 1964, 319 p.

Kelly (J.B.). Britain and the Persian Gulf, 1795-1880. Oxford, Clarendon Press, 1968, 911 p.

Kuwari (A.K. Al). Oil revenues in the Gulf Emirates. Great Britain, Bowker & Centre for Middle Eastern and Islamic Studies of the U. of Durham, 1978, 218 p.

Lorimer (J.G.). Gazetteer of the Persian Gulf. London, Farnborough, Gregg, 1908-1915, 4 vol. (2e éd. 1970).

Mallakh (R. El). Qatar, development of an oil economy. London, Croom Helm, 1979, 183 p.

Ministry of Economy and Commerce. Economic survey of Qatar, years 1974-1975. State of Qatar, fév. 1977 (non publié).

Ministry OF Finance & Petroleum. Analyse statistique concernant les employés du Gouver-nement, décembre 1977 (en arabe, non publié).

Ministry of Industry & Agriculture. Economic and agricultural statistics, years 1972-1975. State of Qatar, 1972-1975 (non publié).

Ministry of Information. Qatar into the seventies. 1973.

Ministry of Information. Qatar year book 1976. 1976 ?, 110 p.

Ministry of Information. Qatar today. 1978 ?, 103 p.

Nakhleh (E.A.). Labor markets and citizenship in Bahrayn and Qatar. MEJ, vol. 31, n° 2, 1977, pp. 143-156.

Roberts (H.). An urban profile of the Middle East. London, Croom Helm, 1979, 239 p.

Rugh (W.). Emergence of a new Middle Class in Saudi Arabia. MEJ, vol. 27, n° 1, 1973, pp. 7-20.

Sanger (R.H.). The Arabian Peninsula. New York, Vail-Baillou press, 124 p., sd.

Sinclair (C.A.). Education in Kuwait, Bahrayn and Qatar : an economic assessment. Durham, Ph D., 1977, 383 p. multig.

Stoakes (F.). Social and political change in the third world : some peculiarities of oil-producing principalities of the Persian Gulf. In : Hopwood (D.), ed, The Arabian Peninsula : Society and Politics. Cit. pp. 189-215, 1972.

Tur (J.J.). Les émirats du golfe arabe. Paris, PUF, 1976, 125 p.

U.N.E.S.O.B. U.N. Inter-disciplinary reconnaissance mission, Qatar, 1972, vol. 2.

Villiers (A.). Sons of Sinbad. New York, Scribner, 1940, 414 p ; (2nd ed. 1969).

Wilson (Sir A.T.). The Persian Gulf. Oxford, Clarendon Press, 1928.

Zahlan (Rosemarie S.). The Creation of Qatar. London, Croom Helm ; New York, Barnes & Noble, 1979, 160 p., bibliogr., index.

Archives

India Office Record : I.O.R./1/314 ; I.O.R./1/369 à 372 ; I.O.R./2/26 file E 3 ; I.O.R./2/30 file E 7.

Public Record Office : P.R.O. Admiralty 127, vol. 25 K/8 ; vol. 26 ; vol. 27, 3 ; P.R.O.-C.O. 727, 3, 1921 (A 43) ; P.R.O.-C.O. 727, 5, 1923 ; P.R.O.-C.O. 727, 6, 1927.

Journaux

Gulf Times. 31.8-6.9.1980 ; 26.10-1.11.1980 ; 23-29.11.1980 ; 30.11-6.12.1980 ; 1-7.2.1980 ; 22.2.1981 ; 21.5.1981.

Notes

1 Inventaire de cette littérature dans : Sir A.T. Wilson, The Persian Gulf, Oxford, Clarendon Press, 1928.

2 Public Record Office (P.R.O.), London ; India Office Record (I.O.R.) ; London, essentiellement. Voir l’orientation bibliographique.

3 Le Centre for Middle Eastern and Islamic Studies, de l’Université de Durham, abrite une section documentaire sur les affaires modernes ; les documents relatifs au Qatar sont catalogués : 49.

4 Cette période fut le témoin de violents conflits entre les Anglais et les Français dont un des buts immédiats était le vol de courrier (A. Hakima, 1972 : 103-4).

5 En ce qui concerne la pêche et le commerce des perles, voir : Lorimer J.G., 1970 (2e éd.), Persian Gulf Gazetteer, London, Farnborough, Gregg : 2220-2293 ; Wilson A.T., 1928, The Persian Gulf : 192-212 ; Villiers A., 1940, Sons of Sinbad, New York, Scribner : 299-321.

6 A propos du conflit Bahrain-Zubâra-Qatar, se rapporter à IOR.R/15/1/314 et IOR.R/15/1/ 369 à 372 ; et Kelly J.B. ; 1968, Britain and the Persian Gulf, Oxford, Clarendon Press : 26-29.

7 Concernant les conflits frontaliers, voir Kelly J.B., 1964. Une convention anglo-turque sur le Golfe, signée en 1913, mais jamais ratifiée, concernait essentiellement les délimitations de frontières ou zones d’influence des parties concernées. Qatar était mentionné dans ce partage, par une seule frontière, occidentale, séparant la péninsule qatarie du Hasâ’. En 1913, les Britanniques étaient à la veille de prendre Qatar sous leur souveraineté et s’appliquaient à évincer les Turcs encore en poste à Doha. Ce partage frontalier assez vague est certainement le résultat de ces partages de zones d’influence sans que des limites strictes en soient établies. Plusieurs revendications ont été faites par l’Arabie Saoudite sur le territoire qatari en 1935 et 1949. Abu Dhabi revendiqua Khûr al-’Udayd au sud, qu’il céda à l’Arabie Saoudite en 1974, en échange de Buraymî. En 1952, Qatar définit sa frontière bien au sud de la limite occidentale revendiquée par l’Arabie. Un poste frontière existe immédiatement après Salwa où un début d’industrialisation est en cours. L’autre extrémité sud de la frontière est délimitée par un poste de police et Khûr al– Udayd est un des lieux de loisirs favoris pendant le week-end.

8 IOR.R.15/2/26, lettre confidentielle n° 208 du capitaine Prideaux au Political Resident ; sur la politique anglaise dans le Golfe, consulter Busch B.C., 1967, Britain and the Persian Gulf, 1894-1914, University of California Press ; Kelly J.B., 1968, op. cit.

9 Il y aurait 700 shuyûkh (Tur, 1976 : 83) ; le bottin de téléphone de 1980 livre 273 noms de shuyûkh. Chaque personne masculine Âl Thânî reçoit une allocation mensuelle qui varie selon l’âge, la position sociale et la généalogie.

10 Les Âl Thânî contestent leur appartenance aux Âl ibn ‘Alî, que d’autres affirment (Lorimer, 1915 : 62-64).

11 L’origine du conflit est incertaine : en 1962, il y aurait eu une manifestation de nasseristes dans les rues de Doha. Par ailleurs, sans que je sache si on peut établir une relation avec ce qui précède, un parti progressiste en exil s’était formé en Égypte, dirigé par un Qatari, Âl ‘Atîya. Lors de la manifestation, un shaykh aurait tiré sur la foule, tuant deux Yéménites. Peu de temps après, deux hommes des familles Âl Atîya et Âl Mahânda, furent emprisonnés. Le premier mourut en prison. Les Âl Mahânda de Khûr, pour faire libérer leur parent, s’exilèrent à Kuwait ; un bon nombre ne revint à Qatar qu’avec l’avènement de l’amîr Khalîfa ibn Hamad Âl Thânî.

12 Dichotomie encore affinée par la distinction entre bas lignages et tribus nobles et, pour les sédentaires, par la différenciation entre gens ayant pratiqué le commerce maritime ou la collecte des perles, et les pêcheurs de poissons. Plusieurs catégories peuvent se combiner. En ce qui concerne les Âl Thânî, on distingue les grands shuyûkh des petits, par les lignées ayant été au pouvoir, par la distance généalogique les séparant des hommes au pouvoir et enfin par le rôle historique personnel joué par les ascendants. En général, les femmes n’apportent pas de statut de pouvoir. Elles ne peuvent que le renforcer, sinon elles sont oubliées.

13 Les affranchis ont été assimilés à la tribu de leur maître. Ils en portent le nom. Les anciens esclaves des Al Thânî ont pris le prénom de leur ancien maître pour nom de famille. Les esclaves à Qatar semblent avoir été libérés vers 1950, sous la pression anglaise et grâce à une indemnisation donnée aux maîtres par le dirigeant de l’Etat à cette époque, shaykh ‘Alî ibn Abdallah Âl Thânî. En effet, par tradition, la majorité des Africains achetés l’étaient par des marchands ou capitaines armateurs de bateaux, pour travailler à la collecte des perles (ils hissaient les pêcheurs hors de l’eau après chaque plongée). Faisant partie de la maison de leur maître, ils ne percevaient pas de rémunération. Après la chute du marché des perles, certains d’entre eux ont été libérés. Malgré les pressions anglaises, il restait encore beaucoup d’esclaves avant 1950, décrits alors comme esclaves domestiques.

14 C’est à partir d’un conflit interne des Âl Na’îm, soumis à l’autorité du shaykh de Bahrain, conflit ayant dégénéré en combats entre eux et les Âl Thânî, que se sont affrontés les deux émirats. Cette guerre ranima les vieilles oppositions de pouvoir entre les défenseurs du shaykh ‘Abdallâh Âl Thânî et ses cousins envieux, qui s’étaient portés au secours des Âl Na’îm. La victoire du shaykh Abdallâh marqua sa conquête définitive sur le nord-ouest du pays.

15 Selon Zahlan (1979 : 112), son fils Ahmad, l’ancien dirigeant de Qatar, prenait un pourcentage équivalent.

Notes de fin

1 Voir la carte de Qatar, page 479.

2 Cette organisation, le Conseil de coopération du Golfe, a vu le jour en mai 1981.

3 Un riyal qatari (R.Q.) = 1,50 F environ ; 1 kg riz = 2,5 R.Q. ; 1 kg sucre = 3 R.Q. ; 500 g thé = 8 R.Q. ; 1 kg viande = 26 R.Q. environ.

Table des illustrations

Légende CARTE N° 13. – Qatar
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2358/img-3.png
Fichier image/png, 23k
Légende Source : Kuwari, Oil revenues..., p. 128, table 6.14.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2358/img-4.png
Fichier image/png, 9,7k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2358/img-5.png
Fichier image/png, 9,5k
Légende Source : d’après Nakhleh, Labor markets..., p. 154, table III.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2358/img-6.png
Fichier image/png, 6,7k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2358/img-7.png
Fichier image/png, 10k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2358/img-8.png
Fichier image/png, 8,0k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2358/img-9.png
Fichier image/png, 9,8k
Légende CARTE N° 14. – Schéma d’al-Bida’ (noyau ancien de Doha)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2358/img-10.png
Fichier image/png, 13k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2358/img-11.png
Fichier image/png, 10k
Légende CARTE N° 15. – Les quartiers de la capitale de Qatar, Doha.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2358/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540