Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Troisième Partie : Les États du Golfe, d'ouest en est

Bahrain

Antoine Aubry

Texte intégral

1L’émirat de Bahrain occupe une place toute particulière parmi les États du Golfe, en dépit de sa taille et de ses ressources limitées.

2Ses composantes économiques, sociales, politiques et culturelles en font un « État-paradoxe » dont il n’est pas aisé de saisir les réalités profondes et de suivre la mouvante actualité. On y découvre aussi une population attachante dont on se plaît à reconnaître l’ouverture d’esprit, et qui a su profiter depuis des générations de tout ce que peut apporter la fréquentation de mentalités et de savoir-faire différents.

3Aujourd’hui Bahrain est devenue une porte ouverte sur le monde arabe moyen-oriental qui, au cours de la dernière décennie, a vu son centre de gravité se déplacer des rivages de la Méditerranée à ceux du Golfe.

4Étudier la population et la société de Bahrain amène à découvrir un microcosme surprenant où les différences ethniques, culturelles et sociales favorisent l’existence de groupes aux intérêts parfois contradictoires et aux aspirations bien souvent opposées.

5Des conditions naturelles particulièrement favorables, liées à la présence d’abondantes sources d’eau douce, ont fait de l’archipel un point de ravitaillement privilégié pour les navires qui sillonnaient le Golfe. Dans le contexte régional, de tels avantages n’allèrent pas sans susciter les convoitises. Au fil des siècles, invasions et occupations du pays se suivirent et furent perses, arabes, portugaise et britannique pour ne citer que les plus récentes. Aujourd’hui, la population locale est d’environ 250 000 habitants. Les Bahârnas se prétendent les plus anciens habitants du pays ; agriculteurs et pêcheurs à l’origine, ce groupe difficile à cerner ne présente à notre avis qu’un intérêt pseudo-historique. Les racines arabes des habitants de Bahrain se situent essentiellement dans la péninsule, l’Oman et aussi l’Irak. On peut estimer à 15 % de la population locale ceux qui sont originaires d’Iran : ils forment un groupe relativement homogène et ont gardé leurs particularismes, entre autres celui de la langue persane qu’ils pratiquent entre eux. Certains enfin viennent du Baloutchistan et même d’Afrique orientale ; ces derniers sont descendants d’esclaves affranchis. La religion musulmane est celle de la quasi totalité de ses habitants, mais connaît un partage entre sunnites et shiites avec une majorité de 55 à 60 % pour les seconds : estimation faite en l’absence de statistiques officielles. Le pouvoir sunnite, conscient de cette situation, a le souci de minimiser un élément de tension facile à exploiter, et qui le fut dans le passé. Ce clivage entre les deux communautés est aggravé par le fait que la grande majorité de la classe laborieuse, rurale et ouvrière, et de la petite bourgeoisie, se trouve parmi les shiites.

6On doit mentionner la présence d’une petite communauté juive commerçante très ancienne et de quelques familles chrétiennes originaires d’Iraq.

  • * Voir la carte des îles Bahrain à la page 457.
  • 1 Traduction de Metropolitan-State, terme souvent utilisé.

7Essentiellement urbaine, la population locale est groupée pour les trois quarts dans les deux villes les plus importantes*. Muharraq, située sur une île reliée à l’île principale par un pont, était autrefois la capitale ; elle fut supplantée par Manâma qui compte aujourd’hui près de 150 000 habitants. Les agglomérations de plus de 1 000 habitants regroupent 80 % de la population totale qui est concentrée dans la partie nord du pays. Le tissu urbain est donc particulièrement dense, et les conditions sont réunies pour que l’on puisse voir une évolution rapide du pays vers une Cité-État1.

8L’urbanisation liée à l’évolution de la vie économique du pays s’est faite trop souvent aux dépens de la zone cultivée et de la ceinture verte, elle aussi tout entière comprise dans cette même moitié nord. Beaucoup de mal a été fait aux palmeraies dont la moitié sont aujourd’hui à l’abandon. La population ayant été multipliée par 2,5 en quinze ans, l’environnement a quelque peu souffert. Cependant, les équipements collectifs ont tant bien que mal suivi la demande, et le dernier grand projet, actuellement en cours de réalisation, concerne le réseau d’égoûts.

9De 4,4 % en 1971, le taux de croissance de la population a été ramené à 3,6 %. Mais celle-ci a pratiquement doublé en quinze ans et compte aujourd’hui plus de 50 % de moins de 20 ans ; ces changements structurels ont posé des problèmes majeurs et imposé des choix dans les domaines de l’éducation, du logement, et de l’emploi.

10L’amélioration constante du taux d’alphabétisation est due à l’établissement d’un système d’éducation moderne qui remonte au début de ce siècle. Les possibilités étaient alors limitées et réservées aux hommes, ce qui explique que l’on trouve le plus fort pourcentage d’illettrés chez les personnes âgées de plus de cinquante ans et chez les femmes. Pour la population âgée de 15 ans et plus, le taux d’alphabétisation se situe autour de 60 %. C’est le plus élevé des pays arabes environnants. Parmi la population âgée de plus de 20 ans, 17,5 % sont allés au-delà d’un niveau primaire (21,8 % d’hommes et 11,6 % de femmes).

  • 2 La première école primaire pour garçons fut ouverte en 1913 ; dix ans plus tard, ce fut celle pour (...)

11La scolarité n’est pas encore obligatoire. Le taux d’enfants actuellement scolarisés se situe autour de 63 % pour la tranche d’âge allant de 5 à 19 ans mais croît jusqu’à 85 % à pour la tranche d’âge de 10 à 14 ans. La population scolaire se divise à peu près pour moitié entre filles et garçons.2

12Ce mouvement est le résultat d’un important programme de construction d’écoles, qui a pu être mené à bien grâce à l’aide généreuse du Kuwait. Sur le plan qualitatif, l’enseignement a connu une crise au cours de ces dernières années quand le système dut accueillir les classes d’enfants les plus nombreuses. On commence à voir le résultat des efforts entrepris pour redresser la situation par une revalorisation des statuts de la profession d’enseignant, l’amélioration des programmes et la mise en place d’un programme de formation permanente des maîtres.

13Il n’y a pas encore d’université à Bahrain, mais en 1978 un projet a été lancé en collaboration étroite avec l’UNESCO et le service d’aide des Nations Unies pour le développement. La première étape a été le création d’une faculté des sciences et des arts qui regroupe et développe les établissements d’enseignement supérieur déjà existants : écoles normales, collège des sciences médicales. A terme, ce projet devrait déboucher sur la création d’une université du Golfe à laquelle les États voisins seraient appelé à participer. Jusqu’à présent, la quasi totalité des diplômés de l’enseignement supérieur est formée dans les autres pays arabes, aux Etats-Unis, au Canada et une faible partie en Europe.

14Un millier d’étudiants sont ainsi partis en 1979 ; la moitié bénéficient de bourses du gouvernement de Bahrain ou de gouvernements étrangers. Chaque année, il en revient entre 100 et 200 pour lesquels l’insertion dans le monde du travail ne pose en général pas de problème.

15L’enseignement technique représente quelque 15 % de la population scolarisée et bénéficie de l’implantation dans l’île du collège technique du Golfe, résultat de la coopération des différents Émirats qui ont participé financièrement à sa construction, il y a une dizaine d’années, et contribuent à son budget. Il reçoit des étudiants et étudiantes de tout le Golfe et forme des techniciens en électricité, en mécanique, mais aussi en secrétariat et en banque. Aux étudiants réguliers du matin s’ajoutent ceux du soir, encore plus nombreux ; ils peuvent bénéficier d’une formation professionnelle qui leur permettra d’élever leurs qualifications et d’amé-liorer leur situation. Les autorités mettent actuellement l’accent sur cet aspect de la formation de la population active en créant des centres spécialisés pour adultes et en faisant obligation pour les firmes qui groupent plus de 50 personnes d’améliorer la formation professionnelle de leurs employés. Ce niveau élevé d’éducation sert directement l’économie du pays et influence largement les structures et la composition de la population active et son évolution future. Les statistiques montrent un accroissement de 82 % de cette population active entre 1959 et 1976, date à laquelle elle représentait 41,1 % de la population âgée de 15 ans et plus.

16La participation des femmes à la vie économique du pays est de plus en plus grande. Elles représentent actuellement 10 % environ de la population active, mais ce pourcentage devrait doubler dans les 15 années à venir. L’éducation et le secrétariat sont les deux secteurs les plus largement pourvus en main-d’œuvre féminine, présente aussi dans le commerce, la santé, les banques et même la police.

17La fonction publique et les activités de service occupent près de la moitié de la population active. Ouvriers et commerçants forment ensuite les groupes professionnels les plus importants. A la population locale se juxtapose une population étrangère. En 1978, elle était estimée à plus de 125 000 personnes, soit environ 25 % de la population totale et 45 % de la population active totale. Ces pourcentages devraient augmenter au cours des années à venir pour atteindre respectivement 48 % et 60 %. Cette évolution qui est imposée par le développement économique ne manquera pas de faire surgir des problèmes nouveaux. Aussi, les autorités locales s’emploient dès maintenant à maîtriser les flux de l’immigration, en contrôlant le bien-fondé des demandes de permis de travail des étrangers, en obligeant les sociétés à donner la préférence aux nationaux, à compétence égale, et en imposant de façon sévère le respect de la législation du travail récemment entrée en vigueur.

18Au total, c’est une cinquantaine de nationalités qui se trouvent cohabiter dans l’Émirat. Le groupe le plus important vient du sous-continent indien (Indiens et Pakistanais). Certains, établis depuis fort longtemps, sont arrivés à la suite de l’occupant britannique et travaillaient à son service. Il sont aujourd’hui de 50 000 à 60 000, pour la plupart employés comme ouvriers dans le bâtiment et l’industrie, ou à des tâches d’exécution dans le secteur privé administratif et les services. Ils forment un prolétariat sous-payé dont l’importance tend à diminuer en raison de la baisse d’activité du secteur de la construction et de l’arrivée sur le marché d’une main-d’œuvre asiatique plus malléable et souvent plus qualifiée (Coréens, Thaïs, Philippins).

19Les Arabes sont ensuite les plus nombreux, environ 25 000, essentiellement Omanais employés dans l’agriculture, Palestiniens, Égyptiens, Jordaniens employés comme enseignants et dans les sociétés locales.

20Européens et Américains sont aujourd’hui plus de 15 000 personnes. C’est le groupe qui a connu la plus forte augmentation au cours des cinq dernières années, leur nombre ayant été multiplié par quatre ; c’est celui qui devrait connaître la plus forte progression au cours des cinq prochaines années, dans la mesure où les activités de service connaîtront le développement escompté. Ce groupe revêt une importance particulière sur le plan économique car il bénéficie d’un pouvoir d’achat de très loin supérieur à celui des autres classes d’immigrés. Il apporte par là une contribution indéniable aux activités du commerce local, mais d’un autre côté est responsable en partie de l’inflation très élevée que connaît le pays (+ de 15 %) avec un coût de la vie supérieur de 20 % au niveau européen.

21Jusqu’à présent, cette population étrangère a pu s’intégrer de façon heureuse dans un environnement naturel et social favorable, mais la forte augmentation du nombre des résidents étrangers, entraînant une diversification des mentalités et des comportements sociaux, fera sans doute apparaître un « seuil de tolérance » au-delà duquel l’harmonie du pays ne manquera pas de se dégrader dangereusement. La progression continue et généralisée du niveau d’éducation de la population, conjuguée à la présence d’un milieu cosmopolite, ont grandement favorisé l’évolution des mœurs et des mentalités. La nouvelle génération se découvre des besoins différents et aspire légitimement à mieux profiter des biens et des richesses qu’elle considère trop exclusivement concentrés entre les mains d’une faible minorité. On assiste également à une transformation de l’entité familiale, à la fois dans sa structure et dans les rapports entre ses membres. L’âge moyen du mariage tend à s’élever chez les jeunes qui ne peuvent plus ou ne veulent plus partager le même toit que leurs parents. D’autre part, alors que la femme a désormais accès aux études et à la vie professionnelle, elle s’émancipe tout naturellement d’une tutelle paternelle séculaire qui n’est plus en mesure de lui imposer le choix d’un mari.

  • 3 Sur ce Fonds, voir l’étude de Traute WOHLERS-SHARF. tome I, p. 319.

22On devine sans peine la pression exercée sur l’environnement, les équipements collectifs et l’infrastructure par la croissance extrêmement rapide de la population au cours de ces dernières années. Le problème qui se pose avec le plus d’acuité est celui du logement. Les propriétaires cherchent à louer leurs locaux à la population expatriée qui est en mesure de faire face à des loyers permettant un amortissement du coût de la construction en moins de 5 ans ! Malgré un récent tassement des prix, les locations restent trop souvent hors de portée des catégories sociales situées au bas de l’échelle des revenus. Pour eux, le gouvernement a lancé en 1976 un programme d’aide à la construction et à l’accession à la propriété, attribuant des prêts sans intérêt remboursables en 25 ans et prenant à sa charge la réalisation de programmes immobiliers attribués en location-vente sur 20 à 25 ans. Les besoins sont estimés au chiffre énorme de 15 000 logements par an pendant cinq ans. Pour atteindre ces objectifs, le gouvernement dispose de l’aide du Fonds d’Abu Dhabi pour le développement3 qui a souscrit au capital de la toute nouvelle banque pour l’habitat, tout comme l’Arabie Saoudite. Il a d’autre part été amené à prendre le contrôle de la plus grosse société de construction de bâtiments ; elle applique, dans une usine moderne, un système de production industrialisé. Dans le même temps, on assiste à une transformation architecturale de l’habitat propre à favoriser l’évolution des comportements sociaux ; de plus en plus de jeunes couples quittent une maison de style traditionnel abritant une famille de type patriarcal pour un « deux pièces-cuisine, bloc III, escalier B ». Cette urbanisation intense mais nécessaire se fait malheureusement aux dépens de l’équilibre du milieu naturel. Les surfaces cultivées et les palmeraies ont été très largement agressées par les constructions, tandis que les fonds marins pâtissent aujourd’hui des poldérisations très importantes réalisées autour de la capitale (voir supra). Elle se fait également aux dépens du patrimoine culturel du pays et entraîne la disparition d’ensembles architecturaux remarquables : agression conjointe de l’asphalte et du béton pour les impératifs de circulation et de rentabilité.

CARTE n° 12 – Bahrain.

23Le développement du service de la santé publique est un autre sujet de fierté pour le pays puisqu’il est le plus ancien de la région, ayant été créé au tout début de ce siècle. Un tiers du personnel médical est de nationalité bahrainie, et s’il reste encore beaucoup à faire au niveau de la formation, le tout nouveau collège des sciences médicales, dont nous avons signalé plus haut l’existence, permet d’envisager à court terme de grands progrès. Actuellement on compte un médecin pour près de 7 000 habitants et quatre lits d’hôpitaux pour mille habitants ; les objectifs pour 1985 sont d’atteindre respectivement les taux de 1 pour mille et 7 pour mille. Notons que le programme de construction (hôpitaux et dispensaires) a été financé par le Kuwait dans sa quasi-totalité.

***

  • 4 Les premiers forages eurent lieu dès 1932.

24Traditionnellement orienté vers le négoce dès la plus haute antiquité, Bahrain jouissait d’une position privilégiée pour assurer le ravitaillement des bateaux qui sillonnaient le Golfe ; l’ile a connu de ce fait une activité florissante, confirmée par les recherches archéologiques menées au cours des vingt dernières années. Outre ce commerce de transit, elle vivait de sa production agricole et surtout de « l’industrie des perles ». Dur métier que d’arracher aux eaux du Golfe ces huîtres qui amenaient la fortune pour certains et assuraient la subsistance de beaucoup. La concurrence des perles de culture eut raison de cette activité, tombée maintenant dans le domaine du folklore. Ce sont pourtant ces perles, aujourd’hui encore très recherchées et négociées au prix fort sur le marché local, qui, au siècle dernier, ont valu à Bahrain une renommée mondiale. C’est au moment où commence le déclin de la pêche aux perles qu’apparaît le pétrole4 ; il a profondément transformé l’économie traditionnelle et constitue aujourd’hui l’un des trois pôles du développement industriel de l’Émirat. Extrêmement faibles comparées à celles des pays voisins, les réserves de brut devraient être complètement épuisées avant la fin de ce siècle. D’ores et déjà, la totalité de la production nationale est transformée sur place dans la raffinerie de Sitra, mais 70 % des 260 000 barils par jour qui y sont traités proviennent d’Arabie Saoudite, amenés du continent par un oléduc sous-marin. Les 9/10e de la production de la raffinerie sont exportés. En outre, Bahrain reçoit 50 % des revenus d’un gisement offshore que l’ARAMCO exploite sur la zone frontière saoudienne.

25Un processus de nationalisation mis en place en 1976 a permis à l’État de contrôler progressivement le secteur des hydrocarbures.

26Aujourd’hui, la Bahrain National Oil Co (BANOCO) contrôle la totalité de la production et de la distribution. Seule la raffinerie appartient encore à la Bahrain Petroleum Co (BAPCO), société américaine (50 % TEXACO et 50 % Standard oil of California).

27Par association à la CALTEX et grâce aux fonds de la Société arabe d’investissements pétroliers qui détiennent chacune 12,5 % des actions, BANOCO a formé en 1978 une nouvelle société, BANAGAS, pour réaliser et exploiter une usine de liquéfaction de gaz. Ce projet qui représente un investissement de l’ordre de 100 millions de U.S. $ devait être terminé avant la fin de 1979. L’usine traitera alors les gaz associés au pétrole qui, jusqu’à ce jour, étaient brûlés en pure perte.

28Le futur énergétique de l’Émirat est assuré par de fabuleuses réserves de gaz naturel évaluées à près de 200 milliards de m3, qu’il n’est pas envisagé d’exporter, mais de réserver aux besoins de l’économie locale.

29Brûlé dans des centrales thermiques, il produit de l’électricité bon marché et a permis la création d’un second pôle d’activités industrielles dont le fleuron est une fonderie d’aluminium. Opérationnelle depuis 1972 et 5e au monde, l’usine, qui traite du minerai australien, doit doubler sa capacité de production d’ici deux ans. L’Etat de Bahrain possède 55 % des actions de la société ; l’Arabie Saoudite s’est récemment portée acquéreur de 20 % du capital. Bénéficiant de la remontée des cours mondiaux de l’aluminium et au sein d’un marché régional porteur, ALBA semble posséder les meilleures chances pour se placer dans la compétition internationale.

30Troisième pôle du secteur industriel : la réparation navale. Nombre de bateaux en bois qui sillonnent les eaux du Golfe ont été construits sur les chantiers de Bahrain. Devant les progrès de la technique, leur activité n’a pu se maintenir et ils sont aujourd’hui moribonds.

31Par contre, trois cales du type Slipway accueillent en réparation les navires de faible tonnage ; elles ont constitué pendant une trentaine d’années l’essentiel de ce secteur, qui compte aujourd’hui une cale sèche géante, financée par les pays membres de l’O.P.A.E.P. et inaugurée à la fin de 1977 ; c’est la seule capable entre Le Cap et Singapour d’accueillir les super tankers jaugeant jusqu’à 500 000 t, avec celle de Dubayy, pas encore en service. Arab Shipping and Repair Yard Co (ASRY) est une société dans laquelle Bahrain ne détient que 18,84 % du capital. Mais l’île tire un avantage immédiat et substantiel des activités du chantier du fait de son implantation sur son territoire. En dépit de l’existence d’un marché captif constitué par les navires des pays membres, sa rentabilité sera difficile à établir en raison de la concurrence sauvage qui sévit actuellement dans ce secteur sur le marché international.

32Autour de ces trois noyaux d’activités qui emploient chacun plus de 2 000 personnes, les autorités locales cherchent à favoriser le développement d’industries satellites employant des effectifs limités mais produisant à forte valeur ajoutée. L’investissement privé est invité à prendre le relais, incité en cela par la création de zones industrielles, par l’existence d’une zone franche et la mise en place d’une législation appropriée, en particulier dans le domaine douanier. Les réalisations les plus marquantes sont actuellement une usine de profilés d’aluminium, une unité de fabrication d’appareils de climatisation, une usine produisant des tuyaux et divers objets en P.V.C. Nous épargnerons au lecteur l’énumération d’une liste exhaustive qui aurait cependant le mérite de faire saisir dans sa réalité l’éventail des activités industrielles du pays.

33Dans la perspective d’un développement équilibré et d’une diversification de l’économie, les autorités locales ont choisi de perpétuer une tradition plus que deux fois millénaire. L’ancienne Dilmun vivait déjà du négoce international basé sur une activité de transit ; les bateaux pouvaient y relâcher et se ravitailler tout en diversifiant leur cargaison et en multipliant les échanges. A l’époque des jets et des satellites, la position centrale de Bahrain dans le Golfe et sa situation privilégiée entre l’Europe, l’Australie, le Moyen et l’Extrême-Orient est encore un atout. Encore fallait-il doter l’archipel d’une infrastructure moderne et des moyens adéquats pour lui donner la chance de pouvoir tenir un rôle de premier plan, non seulement à l’échelle régionale, mais aussi internationale.

34Transports et communication sont essentiels et conditionnent l’existence même d’une « place de service » puisque tous les autres domaines d’activités reposent très largement sur la fiabilité de ces deux secteurs.

35Jusqu’à ces dernières années, le port offrait les meilleures facilités de mouillage et de manutention de toute la région, d’où une énorme activité de transit avec réexpédition de la marchandise sur les bateaux locaux, vers l’Iran et l’Arabie Saoudite principalement.

  • 5 Dont deux réservés aux navires porte-containers.

36De récents travaux ont agrandi et modernisé les installations existantes, et les différents services portuaires ont été restructurés et améliorés. Mais le port doit supporter la concurrence des pays voisins qui se sont dotés de facilités bien souvent disproportionnées à leurs besoin réels. Quoiqu’il en soit, Minâ’ Salmân, avec seize postes à quai5, sa zone franche et des services annexes de qualité, peut lutter contre cette concurrence et attirer les investisseurs. C’est ainsi qu’un groupe néo-zélandais associé à des intérêts locaux a choisi l’Emirat pour y construire d’énormes entrepôts d’où seront réexpédiés sur l’ensemble des pays arabes les produits alimentaires qui y seront préalablement stockés, atout supplé-mentaire sur lequel Bahrain peut compter dans un proche avenir, lorsque le pays aura perdu son caractère insulaire.

37En effet, l’année 1980 verra sans doute le démarrage du chantier de construction du pont-digue qui doit relier l’île principale au continent. Estimé à 800 millions de dollars, « ce projet est un peu votre tunnel sous la Manche », nous confiait un ami bahraini. On en parle en effet depuis fort longtemps, mais aujourd’hui il semble bien que l’on ait atteint le point de non-retour dans le processus qui doit mener à sa réalisation. Les avis sont bien sûr partagés sur l’opportunité et l’intérêt d’un tel ouvrage qui ne manquera pas d’avoir des retombées économiques, mais aussi sociales et même politiques (voir infra). Entièrement financé par l’Arabie Saoudite, ce projet, dont la réalisation devrait durer 4 années, est apparemment au bénéfice presque exclusif des Bahrainis. On doit faire confiance aux autorités de l’Émirat pour que soit évité, par des mesures et une règlementation appropriée, un bouleversement trop brutal des attitudes et des traditions qui ne pourrait être que néfaste pour le pays.

38Construit en 1971, agrandi 4 ans plus tard, l’aéroport de Muharraq, l’un des tout premiers au monde conçu pour traiter les avions du type jumbo-jet, connaît un trafic de plus de 2 millions de passagers par an. Il est régulièrement fréquenté par une trentaine de compagnies aériennes, dont fait partie la Gulf Air qui a son siège à Bahrain. Société multinationale dont le capital est détenu par les gouvernements du Bahrain, de Qatar, d’Oman et des Émirats Arabes Unis, Gulf Air est un bon exemple de la coopération qui devrait se développer entre les États de la région. Rappelons que Concorde y fait escale, au cours du vol entre l’Europe et l’Asie du Sud-Est.

39Actuellement, on réalise tout l’intérêt qu’il y aurait à retenir une partie des passagers qui ne font que transiter sans quitter le périmètre de l’aéroport. Beaucoup sont en effet des visiteurs potentiels porteurs de devises et susceptibles de créer un flux commercial non négligeable dans le marché local.

40La capacité hôtelière, très insuffisante pendant de longues années, excède aujourd’hui largement la demande 9 mois sur 12. Alors que des investissements considérables ont été réalisés, il faut maintenant s’employer à les rendre productifs. A côté d’hommes d’affaires qui forment le noyau de clientèle traditionnel, on voit les débuts, encore timides, d’un tourisme de transit avec des séjours de 24 à 72 heures, « en route » vers l’Asie et le Pacifique ou « en provenance » d’Arabie Saoudite : résidents désireux de jouir d’un environnement moins austère et d’une société plus permissive, ne serait-ce que le temps d’un week-end. Le pont devrait amplifier ce mouvement. Il y a aussi les groupes de professionnels attirés à l’occasion de manifestations ponctuelles, foires-expositions, salons, colloques ou congrès qui se tiennent dans l’Émirat ; de telles manifestations étendent leurs retombées à pratiquement tous les secteurs de l’économie nationale, aussi le Gouvernement accorde-t-il un soutien sans réserve aux organisateurs.

41A notre époque, on ne peut concevoir des activités de services sans que s’impose immédiatement la nécessité d’avoir recours aux télécommunications. Dans ce domaine également, le pays a fait figure de précurseur. Il est doté d’un réseau téléphonique très dense (1 téléphone pour 9 habitants) permettant d’obtenir au cadran un maximum de pays. Instruments privilégiés du monde des affaires, les lignes télex peuvent être installées sous quarante-huit heures. C’est à Bahrain que fut construite, il y a une douzaine d’années, la première station terrestre de télécommunications par satellite du Moyen-Orient. Ces résultats supposent une planification de longue date et un effort soutenu de la part des services compétents.

42Tous ces éléments concourent à renforcer les prétentions de ce petit pays qui s’affirme chaque jour en tant que centre d’affaires régional et international. Il bénéficie depuis 1975 de la disparition progressive de Beyrouth. Le mouvement a surtout été sensible en ce qui concerne les banques et la finance. La place compte aujourd’hui 22 banques commerciales, dont 3 banques locales, et surtout une cinquantaine de banques offshore qui, sauf autorisation particulière, ne peuvent effectuer d’opérations commerciales domestiques. Elles se livrent essentiellement à des activités de change, mettant à profit le décalage horaire qui leur permet d’assurer les relais entre l’Europe, l’Asie et l’Amérique, ainsi qu’à des financements internationaux, toutes choses que la place de Beyrouth n’avait, au demeurant, jamais été en mesure de réaliser. Il s’agit donc d’une première au niveau du monde arabe, et si la croissance des affaires semble actuellement marquer le pas, on peut raisonnablement espérer une relance des activités de la place au cours des années à venir.

43De Bahrain, ces banques portent également la concurrence dans les pays voisins moins ouverts, mais plus riches, en Arabie Saoudite et dans une mesure moindre au Kuwait ; elles proposent alors sans restriction la gamme complète et traditionnelle de leurs services. Les plus grandes agences de presse ont ouvert à Manâma un bureau régional, tout comme de très nombreuses sociétés étrangères qui ne pouvaient plus opérer à partir de Beyrouth en raison des événements.

44Dans le but d’attirer ces dernières, les autorités ont imaginé le système dit des sociétés offshore, filiales de droit local ne pouvant se livrer à des activités commerciales directes sur la place, mais qui peuvent néanmoins bénéficier de la législation extrêmement libérale de l’Émirat, de l’absence d’impôt sur les bénéfices et de la totale liberté de mouvement pour les capitaux ; seuls l’obligation légale de maintenir un bureau opérationnel et un coût d’établissement sensiblement plus élevé empêcheront sans doute Bahrain de devenir un nouveau paradis fiscal. La formule n’est cependant pas sans retenir l’attention d’investisseurs avisés, et l’on compte actuellement une vingtaine de sociétés opérant sous ce statut.

45Cabinets d’expertise comptable, agents immobiliers, cabinets d’avocats et de conseils juridiques, agences de publicité, de presse, de relations publiques, d’assurances, le domaine du service ne connaît pas de limite et chaque « créneau » est progressivement et systématiquement exploité. L’homme d’affaires bahraini a d’ailleurs tendance à développer des activités tous azimuts, ce qui va parfois à l’encontre d’une certaine qualité des prestations. Deux ou trois groupes à structure familiale possèdent ainsi une dimension internationale, ont pignon sur rue à Londres, Paris ou Los Angeles, et emploient chacune plus d’un millier de personnes.

PHOTOS 26, 27, 28 et 29. – Déclin des artisanats de production.

Dans toute la péninsule, les artisans appartenaient souvent à des catégories sociales méprisées : esclaves ou affranchis, gens de sang mélangé (non purement arabe), non-musulmans, migrants. Avec l’ère pétrolière, beaucoup ont fui leur bas statut social vers des professions mieux rémunérées et plus prestigieuses, notamment dans les compagnies pétrolières et dans les grandes villes. – Photo 26 : sculpteur sur bois dans le Bilâd Ghâmid (Arabie S.). Photo 27 : tissage de flîj en milieu bédouin ; les femmes aujourd’hui ne tissent plus. Photo 28 : tisserand à Bahrain. Photo 29 : construction navale à Bahrain ; noter l’outil à archet pour actionner la vrille (Photos et légende : Paul Bonnenfant).

46On peut dire que le pétrole a été des plus néfastes pour l’agriculture, créant un double problème de main-d’œuvre et de rentabilité.

47Les terres cultivées couvrent aujourd’hui environ 10 % de la surface de l’île principale. On estime qu’elles couvraient près du double il y a cinquante ans. Les autorités encouragent fortement le développement de ce secteur, apportant conseils et aide matérielle aux exploitants et propriétaires fonciers. Mais les revenus ne sont pas suffisants pour attirer les investissements privés qui ont tendance à considérer une telle activité comme relevant du mécénat. Aux palmeraies d’autrefois, dont les abondantes récoltes de dattes fournissaient un des aliments de base à la population, se susbstituent des jardins où l’on développe des cultures maraîchères. Une ferme expérimentale a été créée pour favoriser l’amélioration des cultures et expérimenter de nouvelles techniques adaptées aux conditions locales ; le gros problème reste la lutte contre l’augmentation constante du taux de salinité de l’eau.

48L’élevage, par contre, semble plus rentable et donc plus prometteur ; des investissements importants ont été réalisés aussi bien par le secteur public que privé. Ils restent toutefois très insuffisants. La production d’œufs frais et de volailles couvre à peine le quart des besoins actuels et la création d’une ferme modèle, où une centaine de bovins importés d’Australie produisent quelques 1 000 litres de lait frais par jour, ne permet pas d’envisager à court terme une production quantitativement significative par rapport aux besoins locaux. Tous ces projets ont largement bénéficié de l’aide de la F.A.O.

49On ne peut passer sous silence la crise que traverse actuellement la pêche, qui, avec l’agriculture, est certainement l’une des activités les plus anciennes de l’archipel. Elle fournissait l’une des denrées de base de la population. Depuis une dizaine d’années, une société exploitait une flotte de chalutiers spécialisés dans la prise des crevettes géantes du Golfe et les exportait surgelées. Elle vient d’être contrainte de fermer ses portes après avoir vu ses prises chuter de plus de 50 % en 2 ans. Une exploitation trop intense dans l’ensemble du Golfe, liée à une dégradation des côtes et des fonds marins, semble bien être les causes d’un tel désastre. Les petits pêcheurs artisans sont eux aussi touchés par cette crise et le gouvernement importe du poisson surgelé pour stabiliser les cours et faire face à la demande.

50Finalement, agriculture et pêche représentent moins de 2 % du P.N.B. et, en 1977, le déficit imputable aux importations de produits alimentaires se chiffrait à près de 90 millions de U.S. dollars !

51Bahrain a profité de la découverte du pétrole avant ses voisins, mais doit maintenant le premier faire face à l’épuisement de ses réserves en hydrocarbures qui constituaient l’essentiel de ses ressources. D’ores et déjà, les budgets ne sont bouclés qu’avec des prêts consentis par le Kuwait et l’Arabie Saoudite et la réalisation des projets d’infrastructure de quelque envergure dépend largement de l’aide extérieure. On a noté, pour les deux derniers exercices, une contraction très nette des dépenses en capital, alors que les dépenses en fonctionnement progressent actuellement au rythme de 12 % contre 27 % il y a deux ans.

52Déficitaire, la balance commerciale des paiements s’oriente progressivement vers un retour à l’équilibre dans la mesure où les exportations de produits finis et semis-finis ont tendance à augmenter, alors que la diminution des grands projets devrait entraîner une baisse des importations.

53La balance des paiements courants qui dégage déjà un solde positif devrait devenir quant à elle largement excédentaire, grâce au développement des activités de service.

***

54Lorsque Bahrain accède à l’indépendance, durant l’été 1971, c’est avec l’héritage de plus d’un siècle de présence britannique. Le pays est resté très marqué par cette « colonisation » qui fut, avec le pétrole, l’un des facteurs essentiels du développement et de l’évolution économique et sociale que l’ile a connus bien avant ses voisins. Le nationalisme s’est manifesté à Bahrain dans la première moitié de ce siècle contre la présence britanique et une ingérence de plus en plus étendue dans les affaires locales. Celle-ci était difficile à admettre pour la bourgeoisie éduquée d’où émergèrent à l’époque les leaders de l’opposition. Cette opposition se cristallisa sur la personne du conseiller Belgrave et les émeutes de 1958 eurent comme premier objectif d’obtenir son départ. A cette époque, les leaders s’appuyèrent sur les masses laborieuses, formées essentiellement des employés de la BAPCO, et surent les faire manœuvrer, mêlant habilement syndica-lisme et revendications politiques.

  • 6 Avec moins de ressources que ses riches partenaires, géographiquement excentré, il aurait été diff (...)

55A l’aube de l’indépendance, le peuple pouvait mettre à son crédit le fait historique d’avoir secoué le joug de l’occupant ; la présence de ses troupes dans l’île avait été le soutien le plus sûr du Pouvoir. Ce dernier devait se ménager de nouveaux appuis et il les chercha à l’intérieur, refusant de se joindre à la fédération qui se créait à l’instigation des Britanniques, soucieux de sauvegarder la stabilité de la région après leur départ6.

  • 7 Jusqu’en 1971, l’Iran considérait l’archipel comme l’une de ses provinces, n’ayant jamais reconnu (...)

56L’hypothèque iranienne étant levée à la suite d’une mission de bons offices de l’O.N.U.7, le retrait des forces britanniques donnait satisfaction aux revendications des nationalistes. La grande bourgeoisie commerçante fut d’emblée acquise au régime, pour des raisons d’intérêt. On chercha à satisfaire les classes moyennes et laborieuses en jouant la carte de la démocratie. Une Constitution discutée, puis proposée par une Assemblée, dont la majorité des membres étaient issus du suffrage populaire (22 sur 42), fut octroyée par l’Emir. Ce dernier, chef de l’État, règne sur le pays en vertu d’un droit de succession héréditaire, la charge se transmettant par sa descendance mâle par ordre de primogéniture. D’allure débonnaire et de petite taille, Son Altesse le shaykh ‘Aysâ ibn Salmân Âl Khalîfa est ainsi au pouvoir depuis 1962. Sans discontinuer, il a confié à son frère, shaykh Khalîfa ibn Salmân Âl Khalîfa, la charge de premier ministre qui, à la tête d’un cabinet de quinze membres, dirige les affaires de l’État avec autorité et compétence. Depuis une vingtaine d’années, des personnalités n’appartenant pas à la famille régnante se sont vu confier des postes de responsabilité dans l’administration du pays.

57On compte actuellement sept ministres Âl Khalîfa (défense, intérieur, affaires étrangères, justice, éducation, affaires sociales et habitat) et de nombreux postes clés de l’administration sont occupés par des membres de la famille royale.

58La Constitution prévoyait entre autres la mise en place d’une Assemblée législative dont la majorité des membres était issue d’élections. A l’époque, de tels choix n’ont pu être pris qu’en s’appuyant sur l’exemple et l’expérience du Kuwait, qui contre-balançaient la méfiance saoudienne. Toutefois, cet aval trop fragile ne suffit pas à sauver l’Assemblée qui fut dissoute en août 1974, quelques mois avant celle du Kuwait. Cette dissolution, prononcée en vertu de l’article 65 de la Constitution, devait provoquer de nouvelles élections dans un délai de deux mois. L’abrogation de la loi électorale a fait repousser sine die toute nouvelle consultation, les articles régissant le domaine législatif se trouvant de ce fait suspendus. Actuellement, la Constitution de 1973 est donc toujours en vigueur en dépit des restrictions que nous venons d’évoquer.

59L’explication officielle de l’événement n’est pas sans fondement et peut se résumer ainsi. Dans la lutte qu’il livre pour se placer dans l’arène internationale, le pays a besoin d’un pouvoir fort, capable de décider rapidement et d’appliquer sans retard les mesures propres à résoudre les problèmes qui se posent. Or l’Assemblée a joué un rôle presque exclusif de censure et de contrôle, paralysant l’action du Gouvernement.

60L’épreuve de force eut lieu lorsque l’Assemblée bloqua l’adoption d’une loi présentée par le gouvernement, lui donnant des prérogatives étendues pour faire respecter l’ordre public au détriment du respect des libertés individuelles garanties par la Constitution.

61On a donc mis la vie politique entre parenthèses et justifié les moyens par la fin.

62Chose surprenante de la part d’une population qui a su, très souvent dans le passé, montrer sa détermination et une certaine maturité politique, on doit bien constater que le pays a accepté ce coup de force sans broncher. Mais il faut comprendre que les circonstances n’étaient plus les mêmes et l’enjeu différent. Autrefois, les anciens leaders ont pu soulever les masses contre l’Anglais qu’il fallait bouter hors du pays mais sans qu’à aucun moment soit remis en cause le principe monarchique.

63Plus tard, les mouvements qui se sont développés étaient alimentés pour l’essentiel par des revendications à caractère corporatif et professionnel.

64Engageant l’épreuve de force au cours de l’été 1974, le Pouvoir bénéficiait à la fois d’un avantage interne, et d’une caution extérieure. S’appuyant sur une administration parfaitement rodée et organisée (voir infra), il put prendre toutes les mesures de précaution qui s’imposaient et il n’aurait pas manqué de recourir à la force si besoin. Tout cela avec l’approbation des pays voisins et à la satisfaction de la plupart d’entre eux, peu soucieux qu’ils étaient de voir se développer à leur porte les tendances démocratiques du régime. Si l’on doit reconnaître une certaine volonté d’ouverture, on constate également le souci de la famille régnante de ne pas perdre le contrôle de la situation. Ce résultat n’a pu être atteint jusqu’à présent que grâce à la personnalité du premier ministre, homme énergique et de caractère, mais parfois abrupt, qui à cet égard complète de manière efficace l’action et la personnalité du Shaykh ‘Aysâ. C’est donc essentiellement une équipe de gestion et d’administration qui est en place aujourd’hui. Elle s’attache à assurer l’avenir du pays et à lui garantir stabilité et sécurité par la mise en œuvre d’une politique sociale déjà annoncée dans le discours de S.A. l’Émir, le jour de l’indépendance, et renforcée après la crise de 1974. On tend ainsi à neutraliser l’opposition, chloroformant toute velléité sérieuse de revendications. Le cheval de bataille de cette politique est le programme destiné à résoudre la crise du logement que connaissent les classes moyennes du pays. Il prévoit chaque année la construction de 2 000 à 3 000 logements de type « HLM » et cela, pendant cinq ans. Par ailleurs, l’État œuvre dans le domaine sanitaire et socio-culturel, améliorant les équipements et relevant le niveau des prestations. Pour lutter contre l’inflation, il n’a pas hésité à monopoliser l’importation des denrées de première nécessité, farine, riz, sucre, et à en subventionner de nombreuses autres, action qui va de pair avec un contrôle sévère des prix pratiqués par les commerçants.

  • 8 Il en est ainsi du pont-route qui doit relier l’île au royaume saoudien.

65A l’évidence, une telle politique coûte cher et dépasse largement les moyens du pays. Il a pu compter jusqu’ici sur l’aide de ses voisins plus riches qui partagent l’intérêt bien compris du Pouvoir. C’est ainsi que le Kuwait réalise écoles et dispensaires, Abu Dhabi participe au programme de logements et l’Arabie Saoudite finance largement et parfois exclusivement des projets d’infrastructure générale8.

66Il ne demeure pas moins vrai qu’accepter et solliciter une aide aussi généreuse n’est pas sans danger pour le pays, sur le plan de son indépendance et de sa liberté d’action internationale et intérieure.

67Il faut interpréter les suggestions, être attentif aux commentaires et savoir dire « non » sans déplaire. L’équipe dirigeante, et là n’est pas son moindre mérite, a su faire preuve d’opportunisme, de pragmatisme et de beaucoup de sens politique pour atteindre ses objectifs, cédant parfois sur l’accessoire pour préserver l’essentiel.

68Il y a quatre ans, les mouvements d’opposition obtenaient des autorités locales la dénonciation officielle de l’accord permettant à la marine américaine d’utiliser les installations laissées vacantes après le départ de la British Navy. Aujourd’hui, Bahrain demeure toujours la seule base U.S. au Proche-Orient appelée Administrative Support Unit ; près d’un millier de personnes y travaillent. En fait, seul le droit de mouillage permanent des bâtiments de guerre a été supprimé, mais ils ne sont pas loin ; rattachés à la flotte de l’océan Indien, ils reviennent à la moindre alerte comme, tout récemment, au plus fort de la crise iranienne.

69Avec une majorité de sa population shiite et en partie d’origine perse (voir supra), Bahrain offre, a priori, un milieu particulièrement réceptif aux événements et aux changements qui ont lieu actuellement en Iran.

70Dans l’histoire de l’Émirat, il se trouve que l’opposition au régime a été essentiellement le fait d’éléments de la communauté shiite. Aujourd’hui on pourrait y recruter le plus grand nombre de mécontents s’estimant exclus ou exploités, que ce soit parmi les classes laborieuses des villes et surtout des campagnes, ou les fonctionnaires frustrés dans leurs aspirations, ou encore les étudiants rejetant la tutelle trop pesante du Pouvoir, ou enfin les commerçants mécontents de la concurrence de nouveaux venus usant de leur position politique.

71La mise en avant d’un programme de revendications à caractère religieux ne peut être sérieusement considérée que par une faible majorité, mais le danger est réel de voir celle-ci, poussée de l’extérieur, en arriver à une action violente avec l’aval des fractions plus modérées et plus réalistes qui auraient le dessein d’une récupération du mouvement à leur profit au moment opportun.

72C’est à coup sûr un jeu dangereux qui pourrait bien, finalement, ne compter que des perdants, et ne manquerait pas d’entraîner à court terme un renforcement de la tutelle, voire d’une intervention des pays voisins qui ne pourraient supporter de nouveaux changements propres à compromettre l’équilibre plus qu’instable qui prévaut dans la région.

73La majorité des grands commerçants et propriétaires locaux se sont enrichis grâce à la générosité des émirs. Attachés à les servir de façon permanente ou occasionnelle, ils ont profité, en retour, de leurs libéralités et ont su faire fructifier de la façon la plus habile le capital initial ainsi constitué. Le développement de leurs affaires dépend de celui du pays, et seul un régime stable garanti par un Pouvoir fort est en mesure d’assurer croissance économique et prospérité. C’est pourquoi la famille régnante pouvait compter sur l’appui quasi inconditionnel de cette classe nantie. Or on assiste aujourd’hui à un relâchement de ces relations privilégiées et traditionnelles, en raison de l’entrée en concurrence ouverte de certains membres de la famille royale. Sans renoncer à l’exercice du pouvoir et à leurs privilèges, ils les utilisent au contraire pour réaliser des affaires directement ou par l’intermédiaire d’hommes de paille qui, on s’en doute, ne leur assurent même pas l’anonymat. C’est un phénomène nouveau à Bahrain où, traditionnellement, le conseil de famille des Âl Khalîfa veillait fermement à prévenir toute interférence entre les affaires et le Pouvoir. C’est une situation dangereuse qui introduit un déséquilibre dans la vie politique, en remplaçant des relations de mutuel intérêt par des rapports de concurrence et en poussant au rapprochement la grande et la petite bourgeoisie également frustrées dans leurs aspirations. On a eu l’occasion de mentionner plus haut l’administration locale comme l’un des meilleurs atouts du Pouvoir. Il faut réaliser qu’elle fut progressivement formée et mise en place pendant près de cinquante ans, couvrant les différents secteurs de la vie interne du pays : santé, justice, éducation, etc. De là, sont tout naturellement issus les cadres du nouvel État.

74Aujourd’hui, la fonction publique est bahrainisée à près de 80 %. Les plus gros contingents d’étrangers sont employés à des tâches enseignantes ou soignantes par les ministères concernés. De nombreuses possibilités d’emploi sont offertes aux jeunes diplômés de l’enseignement supérieur et les différents départements donnent à leurs employés des possibilités raisonnables de recyclage et de promotion.

75Depuis l’indépendance, un travail considérable a été effectué pour doter le pays d’une législation et d’une réglementation qui lui faisaient défaut dans tous les domaines. La vie économique et les affaires sociales ont bien sûr été les secteurs prioritaires. Élaborées avec l’aide d’experts et de conseillers étrangers (en particulier égyptiens), les législations semblent parfois prématurément introduites, parfois même inadaptées aux réalités du pays. Toute création, tout changement dans ce domaine délicat et essentiellement mouvant de la loi requiert concertation et pondération ; on se prend à imaginer le rôle qui aurait dû être celui de la défunte Assemblée.

76D’une façon générale, il n’est pas facile de diriger un pays jeune ; il peut être bon de moduler, en fonction des circonstances, l’utilisation des principes démocratiques, mais, dans le cas de Bahrain, connaissant son histoire, ses traditions et le niveau de développement de sa population, on est surpris d’y trouver un aussi faible niveau de concertation, et frappé de la faiblesse et de la limitation des structures d’échange et d’expression.

77Les médias sont étroitement surveillés par le Pouvoir, quand ils ne sont pas directement contrôlés par celui-ci. Radio et télévision dépendent directement du ministère de l’information qui contrôle également l’agence de presse locale, Gulf News Agency. Il a favorisé la création du seul quotidien local de langue arabe. Les autres publications, trois hebdomadaires de langue arabe, un hebdomadaire et un quotidien de langue anglaise, sont détenus par des intérêts privés. Chacun d’eux est le reflet des principaux courants d’opinion socio-politique : pro-gouvernemental, libéral, conservateur, shiite.

78Les autorités peuvent décréter la suspension provisoire ou définitive d’une publication dans les cas prévus par la loi, mais elles ont fait preuve jusqu’à présent d’une grande souplesse d’intervention, adaptant celle-ci au climat politique et aux circonstances du moment. Parallèlement, les journaux pratiquent d’eux-mêmes une auto-censure préalable et ne s’engagent sur le terrain de la politique qu’avec un maximum de précautions. La Constitution, dans sa troisième partie (articles 17 à 3l), garantit très largement les libertés politiques essentielles et va très loin dans l’énumération des droits des citoyens. Cependant la force du texte constitutionnel se trouve singulièrement limitée, la loi pouvant y faire exception et prévoir des aménagements à l’exercice de ces mêmes droits et libertés. D’un autre côté, l’absence de lois et décrets d’application permet au Pouvoir, qui seul en a l’initiative, de limiter singulièrement la portée de ces textes qui se trouvent suspendus de facto.

79Il n’existe encore aucun syndicat de travailleurs ; tout au plus, des associations se sont vu reconnaître de fait une certaine personnalité morale. Quant aux partis politiques, leur utilité est mise en cause dans les circonstances actuelles.

80En dépit du système politique en place et du caractère absolu du Pouvoir, il existe incontestablement un « climat libéral » auquel le visiteur est généralement sensible. Plus qu’aux institutions du pays, il est dû à la personnalité des habitants dont on se plaît à reconnaître l’ouverture d’esprit et l’absence de fanatisme.

***

81On ne peut manquer d’être frappé par l’extrême dépendance de Bahrain. D’abord sur le plan régional, où il profite directement de la richesse des pays voisins et indirectement de leur manque d’ouverture, de tolérance et d’expérience. Tout est en place pour que puisse se développer ici une économie de services. L’infrastructure et l’environnement ont déjà attiré une clientèle nombreuse et désormais la crédibilité de Bahrain dans ce domaine va être jugée sur pièce. En effet, ce type d’économie repose sur une réputation internationale qu’il reste à établir dans le cas de l’Émirat. Pour cela il faudra aux autorités bannir tout laxisme et faire preuve d’un maximum de sérieux.

82Les choses sont allées très vite jusqu’à présent et un palier est aujourd’hui atteint, alors même qu’on assiste à une crise de confiance en l’avenir. Les deux ou trois années à venir seront délicates, voire cruciales pour le pays et ses dirigeants. Nous pensons néanmoins que le pari n’est pas aveugle et que l’on peut miser sur un futur qui pourrait, avec l’aide de Dieu, être encore plus brillant que le passé.

83Janvier 1980.

PHOTO 30. – Symbole d’hospitalité : les dallas.

(Photo et légende : Paul Bonnenfant).

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Livres

Anthony (John Duke). – Arab States of the Lower Gulf. People, Politics, Petroleum. Washington, The Middle East Institute, 1975, pp. 45-73.

Belgrave (Charles Dalrymple). – Personal Column. Beyrouth, Librairie du Liban, 1972, 248 p. (1re éd. : London, Hutchinson, 1960).

Belgrave (James). – Welcome to Bahrain, 9th ed. Manâma, The Augustan Press, 1975, 208 p.

Bibby (Geoffrey). – Dilmoun. la découverte de la plus ancienne civilisation [traduit de l’anglais, Looking for Dilmun]. Paris, Calmann Levy, 1972, 389 p.

Gérard (Bernard). – Bahrain. Boulogne, Delroisse, 1974 (surtout photographies).

Humaidan (Ali). – Les Princes de l’or noir. Paris, Hachette, 1968, pp. 38-85.

Al-Munazzama Al-’Arabiyya Li-t-Tarbiya Wa Th-Thaqàfa Wa L-’Ulûm. – Dawlat al-Bahrayn. Le Caire, 1975, 382 p.

Nakhleh (Émile A.). – Bahrain. Political Development in a Modernizing Society. Lexington (Mass.), London, Toronto ; Lexington Books, 1976, 191 p.

Rumaihi (Mohamed G.). – Bahrain. Social and political change since the First World War. London and New York, Bowker, 1976, 258 p. (The Centre for Middle Eastern and Islamic Studies of the University of Durham, vol. 5). Publié également par l’université de Kuwait, 1975, 367 p.

Sadik (Muhammad T.) and SNAVELY (William P.). – Bahrain. Qatar, and the United Arab Emirates. Colonial Past, Present Problems, and Future Prospects. Lexington (Mass.), London, Toronto ; Lexington Books, 1972, 257 p.

Zayani(A.). – Al Bahrain. Beyrouth, 1973.

Articles

Financial Time, numéro spécial, juin 1979.

Bahrain. MEED Special Report. Middle East Economic Digest. 22, n° 10, March 10, 1978, pp. 1-68.

Bahrain. Middle East Annual Review, tous les ans.

Rentz (G) et Mulligan (W.E.). Article : Al-Bahrayn. Encycl. de l’Islam, 2e éd., t. I, 1960, pp. 969-973.

Statistiques

The population of Bahrain.

Travels and Prospects. Manâma, January 1979.

Notes

1 Traduction de Metropolitan-State, terme souvent utilisé.

2 La première école primaire pour garçons fut ouverte en 1913 ; dix ans plus tard, ce fut celle pour filles. L’instruction secondaire débuta respectivement en 1939 et en 1951.

3 Sur ce Fonds, voir l’étude de Traute WOHLERS-SHARF. tome I, p. 319.

4 Les premiers forages eurent lieu dès 1932.

5 Dont deux réservés aux navires porte-containers.

6 Avec moins de ressources que ses riches partenaires, géographiquement excentré, il aurait été difficile à Bahrain d’exercer un quelconque leadership. De leur côté, ils avaient sans doute quelque méfiance envers ce voisin actif, mais aux idées par trop avancées.

7 Jusqu’en 1971, l’Iran considérait l’archipel comme l’une de ses provinces, n’ayant jamais reconnu la conquête des Âl Khalîfa. Le Shah renonça officiellement à ses prétentions sur l’archipel. On a vu récemment ce problème ressurgir, épiphénomène de la crise iranienne.

8 Il en est ainsi du pont-route qui doit relier l’île au royaume saoudien.

Notes de fin

* Voir la carte des îles Bahrain à la page 457.

Table des illustrations

Légende CARTE n° 12 – Bahrain.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2356/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2356/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2356/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2356/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540