Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Deuxième Partie : Le Sultanat D'Oman

L’Oman et l’Afrique Orientale au xixe siècle

Jean-Louis Miege

Texte intégral

  • 1 Sur ces relations au Moyen Âge, voir notamment : Martin (B.G.), Arab migration to East Africa in M (...)
  • 2 Parmi les centres les plus actifs du xve au xvie siècle, le port de Kilwa, voir Chittick, Kilwa an (...)
  • 3 Rotberg (R.I.) et hittickC (H.N.) editors, East africa and the Orient. Cultural syntheses in preco (...)

1L’importance et l’ancienneté de l’influence arabe sur l’Afrique orientale n’est plus à souligner1. Une très ancienne émigration de l’Arabie, surtout à partir du xe siècle, y fit s’installer réfugiés politiques et commerçants. Ils formèrent un ensemble humain peu nombreux mais actif. Sur la côte de Zanj, comme l’appellent les Arabes, ils créèrent des comptoirs, centres commerciaux et ports fortifiés. Plusieurs ruines de villes datant du xe au xive siècle ont été reconnues sur la côte avec leurs vestiges de remparts et d’entrepôts, de palais et de mosquées2. Ces groupes furent actifs dans les relations de l’Afrique de l’Est, tant avec le monde arabo-persan du Nord qu’avec l’ensemble indonésien ou chinois à l’Est3. L’installation des Portugais au xvie siècle laissa subsister nombre de ces « villes-états », dans des rapports complexes de suzeraineté, d’hostilité ou de collaboration.

  • * Voir la carte Territoires omanais vers 1850, p. 295.
  • 4 Gregson (R.E.), Trade and politics in South East Africa : the Moors, the Portuguese and the Kingdo (...)

2La reconquête omanie à la fin du xviie siècle et au début du xviiie siècle chassa les Portugais à la fois de leur position septentrionale (Hormuz et Masqat) et d’une partie de la côte orientale d’Afrique, de Mombassa (1695) à Zanzibar (1698). Après une tentative de retour en 1728, les Portugais furent définitivement éliminés à partir des années 1729-1730 de toute la côte au nord du cap Delgado*4.

  • 5 Sur les sultans de Kilwa, Alpers (E.), A revised chronology of the Sultans of Kilwa in the eightee (...)
  • 6 La famille des Barwânî aurait ainsi émigré de Masqat dans les dernières années du xviiie siècle.

3L’hégémonie omanie s’étend à Kilwa en 17855. Mais dans l’ensemble cette suzeraineté – plus que souveraineté – demeure lointaine. Elle s’exerce par l’intermédiaire des descendants arabes locaux et d’un petit groupe d’émigrés d’Oman. Ceux-ci n’auraient été que 300 en 1776, représentant les autorités de Masqat et engagés dans des rapports plus ou moins faciles avec les dirigeants arabes anciennement installés6.

  • 7 Sur la ville et son organisation : Berg (F.J.), The swahili community of Mombasa, 1500-1900, J. Af (...)
  • 8 La mise au point la plus récente et la plus complète est donnée par Bennett (N.R.), A History of t (...)

4Ainsi en est-il notamment avec l’administration de Mombassa sous la lignée des gouverneurs Mazrui7. La situation va se modifier dans la première moitié du xixe siècle par l’affirmation de la souveraineté de Sayyid Sa’îd, imâm de Masqat et suzerain héréditaire des colonies arabes de la côte africaine, et par sa création d’un véritable empire omano-africain. Sa période la plus brillante entre les années 1830 et 1870 sera marquée par l’immigration d’un nombre relativement important d’Arabes venus essentiellement d’Oman8 et de l’Hadramawt.

LA CRÉATION

  • 9 Sur ces étapes : Lorimer, Gazetteer of the Persian Gulf, t.I, p. 450 sq.
  • 10 Proclamée officiellement par le gouverneur (1814-1821) ‘Abdallâh b. Ahmad al-Mazrû’î, en 1814.
  • 11 Sir John Gray, The British in Mombassa, 1824-1825, Londres, 1957.

5La création de l’Empire omani s’effectua en plusieurs étapes9. Si Zanzibar reconnut, dès son avènement, l’autorité de Sayyid Sa’îd, Mombassa, sous la férule de ses gouverneurs héréditaires, conservait une véritable indépendance10. La première tentative de Sa’îd sur la ville amena celle-ci à rechercher la protection des officiers de marine britannique. Une sorte de protectorat anglais exista de façon informelle de 1824 à 182611. Le Gouvernement de l’Inde refusant d’assumer officiellement cette responsabilité, Sa’îd tenta, en décembre 1829, de s’emparer de la ville. Il fut repoussé, avec de lourdes pertes. Lors d’une seconde expédition sur la côte d’Afrique du printemps à l’automne 1832, Sayyid Sa’îd obtint la soumission de Mombassa et commença à préparer à Zanzibar sa future résidence en y contruisant un palais.

6La soumission de Mombassa ne fut que précaire. La ville, retournée aux Mazrui, s’opposa, en 1834, aux entreprises de l’Imâm. Ce ne sera qu’à son quatrième voyage en Afrique orientale (de novembre 1836 à septembre 1839) que Sa’îd pourra s’emparer définitivement de la ville, capturer et mettre à mort ses maîtres Mazrui.

  • 12 Sir John Gray, A History of Zanzibar, Londres, 1962.
  • 13 Voir le tableau généalogique, annexe 1. Sur cette mésentente et les menaces de conflits, de nombre (...)
  • 14 Bennett (N.R.). A History of the Arab State of Zanzibar, p. 65.

7A partir de 1840, c’est à Zanzibar que Sayyid Sa’îd passe la plus grande partie de son temps. Il y séjourne de l’automne 1840 au printemps de 1851 et de décembre 1852 au printemps de 1854. Retenu à Masqat jusqu’en 1856 par les affaires persanes, il fait voile une dernière fois pour Zanzibar en septembre, mais meurt en mer le 19 octobre, avant d’avoir pu atteindre l’île. De 1829 à sa mort en 1856, Sayyid Sa’îd avait passé les deux-tiers de son temps dans ses possessions africaines12. Zanzibar joua ainsi un rôle politique de plus en plus important et celui de véritable capitale de l’ensemble omano-africain des années 1840 aux années 1860. A la mort de Sayyid Sa’îd, ses possessions furent divisées entre ses deux fils, Thuwaynî qui eut le gouvernement d’Oman et Mâjid celui de Zanzibar et des possessions africaines. La mésentente des deux frères faillit, à plusieurs reprises, tourner au conflit ouvert13. La médiation anglaise permit le maintien de la paix. Elle aboutit finalement, le 2 avril 1861, à l’arbitrage de Lord Canning séparant définitivement les deux séries de possessions d’Arabie et d’Afrique. Il prévoyait le paiement par Zanzibar à Masqat d’un subside annuel de 40 000 dollars. Ce tribut maintenait la fiction de la suzeraineté d’Oman. Il ne fut payé que jusqu’en 1866 et officiellement aboli après 187014.

Carte n° 8. – Territoires omanais vers 1850.

8Si l’entité politique était rompue, de nombreux liens humains, économiques et culturels survivaient à cette dislocation de l’empire de Sayyid Sa’îd.

L’APPORT ADMINISTRATIF

  • 15 Elle avait été supprimée en 1824 à la suite du décès, presque aussitôt après leur arrivée, de troi (...)
  • 16 En même temps que sera maintenu le consulat anglais de Zanzibar. Double représentation qui marque (...)

9Que Zanzibar fut devenu le véritable centre du royaume de Sayyid Sa’îd à partir des années 1840 se marque à plusieurs traits. La ville devient la capitale diplomatique. C’est à Zanzibar qu’est transférée au printemps de 1840 la résidence britannique qui venait d’être recréée à Masqat15. Elle demeura la seule repré-sentation du Royaume-Uni dans le royaume jusqu’en 1861 où sera rétablie une résidence à Masqat16.

10D’autres consulats sont installés dans ces mêmes années, la représentation étrangère à Masqat se limitant à de simples agents consulaires généralement indigènes.

  • 17 Le revenu public s’augmentait des profits du commerce exercé pour le compte de Sayyid Sa’îd ainsi (...)

11La primauté croissante des possessions africaines se marque également dans le rôle qu’elles jouent dans les revenus du royaume. En 1832, la douane de Masqat fournissait environ 100 000 dollars, celle de Zanzibar 40 000. Deux ans plus tard, si les revenus annuels des douanes de Masqat étaient demeurés à peu près les mêmes, ceux de Zanzibar s’étaient élevés à 150 000 dollars17. Ils augmentèrent régulièrement les années suivantes jusqu’à atteindre plus de 200 000 dollars, le quintuple de ceux de Masqat.

  • 18 Bennett, op. cit., p. 54 sq. ; Bontinck, Tippo Tip, notamment dans les notes très riches ; Ingrams(...)
  • 19 Appelés Shihirîs, de la ville de Shihr sur la côte orientale du protectorat d’Aden. Le mot devint (...)
  • 20 Lorimer, op. cit., t. I., p. 249 ; Landen, Oman since 1856, p. 74 ; Bennett, New England Merchants (...)

12Cette création amena la constitution d’une administration pour laquelle il fut fait appel aux grandes familles omanies en charge des affaires à Masqat18. De même, quand le sultan commença, en 1865, à developper la ville de Dâr as-Salâm, il amena une garnison constituée d’Arabes hadramîs appelés Shihirîs19. D’autres, de même origine, constituèrent le personnel subalterne du port et de la ville. Ils furent rejoints par quelques Yémenites20.

  • 21 GERHOLM, Provincial Cosmopolitan, Peuples Méditerranéens, n° 9, 1979, p. 53 et 69.

13La pression démographique dans des territoires à ressources agricoles limitées provoquait au Yémen une émigration régulière. Elle avait été facilitée par les affinités religieuses avec les ismâ’îlites de l’Inde (Surat) et de l’Afrique orientale. Aux voyages d’origine religieuse s’ajoutaient dans les années 1860 des déplace-ments pour des motifs économiques. Cette émigration se lit dans les riches maisons villageoises comme dans l’abandon des terrasses cultivées21.

  • 22 Dans les années 1840, le sultan entretenait environ 400 hommes dans ses possessions africaines, pl (...)
  • 23 Brunet-Millon, p. 23. Il s’agit d’une sorte de lingua franco comprise par tous les marins du bassi (...)

14L’armée retenue dans les possessions africaines et qui eut à réprimer plusieurs révoltes, notamment des indigènes de Siwi, était composée en majorité de contingents balouches et de troupes venues de la région de Matrah22. Dans la marine militaire servaient des équipages composites constitués d’Indiens et d’Arabes. Il y était parlé une langue particulière à base d’omani23.

15Cette marine était importante. Elle atteignit son apogée dans les années 1840. Après que le Liverpool, navire de ligne de 74 canons (lancé à Bombay en 1826) eut été cédé au Roi d’Angleterre en 1836 en échange du Yacht Prince Regent, les deux principaux navires étaient le Shah Alam de 54 canons et la frégate Victoria de 32 canons construite à Bombay et acquise en 1843/44. Ils étaient entourés d’une douzaine de navires de moindre importance. La marine déclina rapidement à partir de la mort de Sayyid Sa’îd. Dans les années 1870, elle ne comptait plus que 5 à 6 navires dont le principal, le vapeur Thulé avait été donné au sultan de Zanzibar en 1866 par le gouvernement anglais de Bombay. Très éprouvée par le cylone de 1872, cette flotte ne fut plus, dès lors, que négligeable.

16Sayyid Sa’îd s’efforça d’affirmer son contrôle politique sur les régions côtières de Mogadiscio à Safala, par l’envoi de gouverneurs, walîs, dont les nominations furent multipliées entre 1829 et 1845. Des qâdîs furent envoyés d’Oman pour appliquer aux ibâdites la sharî’a.

  • 24 Ces Comoriens firent souche comme fonctionnaires du domaine omani. Ils renouèrent des liens avec l (...)

17Certains fonctionnaires vinrent plus tard des Comores ; ils remplissaient les postes modestes que les Omanis, devenus des latifundiaires et des courtisans, acceptaient mal24.

  • 25 Martin (B.G.), Notes on some members of the learned classes of Zanzibar and East Africa in the Nin (...)
  • 26 A.G. Martin, op. cit., in J. Afr. Hist., 1969, 3, p. 480. Sur l’ibâdisme de Zanzibar, Ingrams, op. (...)
  • 27 Sur ces problèmes administratifs et la nature du pouvoir omani sur les différentes régions constit (...)
  • 28 Terme repris par Alpers.

18Des lettrés et les responsables des écoles vinrent souvent aussi d’Oman25. Ils pénétraient dans l’intérieur avec les commerçants et constituaient le cœur des petites communautés arabes, relais de trafic caravanier et foyers d’islamisation. La confrérie Qâdiriyya fut répandue, après 1880, le long de la côte et dans l’intérieur par les disciples de shaykh Umays, originaire de Brava. Elle s’opposa à la Sâlihiyya prêchée par Muhammad ‘Abdallâh Hassan, le célèbre Mad Mullah de Somalie26. Les rapports demeuraient complexes entre Zanzibâr et les différents centres de la côte où les représentants du Sultan disposaient de plus ou moins d’influence réelle et devaient compter avec les forces locales27. Il se créa ainsi un ensemble politique original, diversement décrit à l’époque comme « État colonial arabe » ou « Arab dominated colonial settler society »28.

ZANZIBAR, ENTREPÔT MARITIME DE L’EMPIRE OMANO-AFRICAIN

  • 29 Mc Culloch, édition de 1867, article Mascate.
  • 30 Guillain, Documents sur l’Afrique orientale, t. III, p. 359 sq. Pour les années 1860, bonnes analy (...)

19Cet empire, étendu du rivage d’Hormuz jusqu’au Mozambique, dépend de la mer. Les navires, sous le pavillon rouge de l’imâm de Masqat, commerçent avec tous les ports du Golfe, ceux de l’Inde et jusqu’à Singapour et Java, et, vers le Sud à Madagascar et Maurice29. Les techniques de navigation entre Masqat, Matrah, Sûr et Zanzibar ont été bien décrites par Guillain30. Les grands bateaux partent les premiers, appareillant à partir de la seconde quinzaine de novembre et surtout en fin décembre-début janvier. Ils font généralement relâche à Meurka-Brava et surtout Lamu et Mombassa. Ils descendent presque tous jusqu’à Zanzibar où ils arrivent à la fin février. Ils apportent des étoffes, des tapis, des peaux et surtout des dattes d’Oman. Les bateaux de la mer Rouge partent généralement plus tard, en fin janvier, apportant café et verroterie, encens et gomme et faisant escale au Benadir.

  • 31 M.V. BB4 1125, rapport du commandant du croiseur Le Laclocheterie, 3 septembre 1880.

20La remontée se fait au printemps avec le renversement de la mousson. Les navires emportent ivoire, opale, girofle et esclaves. Une partie des dhows fait le commerce triangulaire Masqat-Bombay-Zanzibar, pour les plus forts sortis des chantiers de Bombay. Les navires de Matrah ou Masqat appartiennent à des membres de la tribu Banî Zaif, ceux de Sûr à des membres de la tribu Zanûba, négociants-armateurs. Les équipages étaient composés souvent non seulement d’Arabes mais aussi d’Indiens, la langue commune étant là aussi une forme d’omani compris par tous. Les différents types de navires utilisés sont bien connus31.

  • 32 Voir notamment l’épisode de la Caroline étudiée par F. Rebuffat à partir des Archives de la Chambr (...)

21Parmi les navires marchands se livrant au grand commerce, ceux qui appartiennent à Sayyid Sa’îd lui-même tiennent une place importante et vont jusqu’en Europe32.

  • 33 Loarer, L’île de Zanzibar, Revue de l’Orient X, 1851.
  • 34 Nous laissons volontairement de côté tout ce commerce européen développé à partir des traités de c (...)
  • 35 Schramm, Deutschland und Ubersee, p. 340.
  • 36 Bennett, op. cit., p. 391.
  • 37 Jusqu’en 1843, les caboteurs arabes furent pratiquement les seuls à desservir Mayotte, v. Annales (...)

22Le commerce de redistribution à partir de Zanzibar, sur les différents points de la côte, se fait par des boutres qui s’arrêtent à toute occasion de transaction, si mince soit-elle. Loarer a laissé un tableau imagé de cette quête33. La redistribution se fait aussi et de plus en plus pour les produits importés directement par les Européens ou les Américains, les cotonnades surtout34. Les firmes européennes de Zanzibar ont des correspondants arabes à Madagascar, où la maison Oswald utilise par exemple le marchand ‘Abdallah ibn Sâlah35. Aux Comores, Khalfân ibn ‘Alî qui commerce à Majunga est, en 1849, considéré comme un des plus actifs commerçants parmi les Arabes de Nossibé en liaison avec Zanzibar36. Ce négoce est assuré en majeure partie par des navires arabes dont certains commenceront, à partir de 1846, à jouir du pavillon français acquis à Mayotte37.

23Dans ce commerce d’entrepôt et de redistribution, Zanzibar se substitue à Masqat. L’évolution comparée du négoce des deux places montre bien ce relais pris par la nouvelle capitale.

  • 38 Voir annexe II.
  • 39 Annales du commerce extérieur, 1058, p. 5 ; A.E.P., Zanzibar 1.
  • 40 A.E.P., Zanzibar 2.

24Le grand commerce met en jeu, dans les années 1852-1857 en moyenne, entrées et sorties réunies, 150 navires européens représentant environ 40 000 tonneaux38, et 600 navires arabes, boutres et dhows, d’une jauge totale d’environ 25 000 tonneaux39. Le commerce de redistribution emploie essentiellement des navires arabes. A la mort de Sayyid Sa’îd, on peut estimer qu’un peu plus de la moitié des échanges maritimes de Zanzibar est assuré par les navires arabes40.

  • 41 A titre d’exemple, le relevé des entrées pour l’année 1861 établi par le consul de France et repro (...)

25Si des statistiques suivies sont pour le moment impossibles à dresser, les estimations et les relevés partiels des consuls fournissent des indications ponctuelles précises. Elles montrent la répartition géographique et l’activité des boutres. Dans les années 1860, environ 40 % des navigations arabes de Zanzibar se font avec Masqat et la mer Rouge, 38 % avec les îles du sud (Comores et Madagascar) et la côte du Mozambique, 22 % avec l’Inde41.

  • 42 Landen, Oman since 1856.

26Cette flotte de commerce de l’empire omano-africain, pour importante et active qu’elle fût, montrait des faiblesses croissantes. Celles-ci provenaient d’abord de sa dépendance de l’Inde britannique42.

  • 43 Sur le rôle des Messageries impériales puis maritimes, C.C.M., dossier Messageries maritimes.
  • 44 Sur la compagnie et l’action de Mackinnon en Afrique Orientale, v. Galbraith (J.S.), Mackinnon and (...)

27Les chantiers de Bombay construisaient et réparaient les navires les plus forts. Bombay et Calcutta fournissaient les marins les mieux entrainés. Cette dépendance allait s’accroître avec l’augmentation du tonnage des navires indigènes. Ces navires, plus forts et plus difficiles à manier, sont désormais la propriété des commerçants armateurs indiens. Les Arabes ne conservent plus que le contrôle des navires plus faibles, de 30 à 60 tonneaux en moyenne. La marine d’Oman souffrit aussi de la décadence puis de la fermeture des grands ateliers de Bombay, après la suppression de l’Indian Navy en 1863. Elle fut affectée par l’ouverture du canal de Suez qui, à partir des années 1870, donna un avantage certain aux navires européens. Elle fut surtout victime de la concurrence de la marine à vapeur qui s’imposa en deux phases dans les années 1860, avec le développement de l’activité de la Peninsular and Oriental Cy et des Messageries impériales maritimes43, puis, dans les années 1872-77, avec la création de la British Indian Navigation Steamship Cy de Mackinnon44.

28Le nombre des dhows diminua rapidement dans le grand commerce. Ils furent dès lors utilisés surtout pour le commerce côtier et pour le commerce illégal, notamment celui des esclaves, interdit sur tout le territoire du souverain de Zanzibar à partir de 1873. Mais l’action des patrouilles anglaises contre ce trafic porta un rude coup aux dhows et boutres arabes. Arraisonnés, détournés sur la moindre suspicion de traite, brûlés quand ils étaient convaincus de transporter des esclaves, ils furent de moins en moins rentables.

  • 45 Sur cette action, voir notamment le récit de Dougherty (J.H.), The East Indies Station : Or the Cr (...)

29Le consul américain à Zanzibar, Webb, affirmait que 71 navires arabes avaient été ainsi détruits par les patrouilles anglaises en 1868 et 186945. C’était la ruine de l’ancien système sur lequel s’était fondée la puissance omano-zanzibarite.

  • 46 Brunet-Millon, op. cit., à compléter et corriger par les sources anglaises, notamment Parliamentar (...)

30La navigation arabe se réfugia en partie sous le pavillon français, avec des navires armés à Sûr. Ces boutriers francisés virent leur nombre s’accroître considérablement à partir de 1873, passant d’une dizaine à cette date à 23 en 1891 et 44 en 1896. Leur activité constamment soupçonnée d’esclavagisme par les Anglais fut toujours fortement soutenue par les autorités françaises qui y voyaient un moyen d’influence. Ils créèrent un contentieux diplomatique franco-anglais qui prit un tour aigu dans les dernières années du siècle et finit par être tranché par la Cour de La Haye46.

LES ARABES ET LE COMMERCE INTÉRIEUR

  • 47 Ils tiennent une partie importante du commerce, des postes administratifs (douanes notamment), son (...)

31Dans le développement des échanges extérieurs, les Indiens, venus nombreux à partir des années 1840, contrôlent une part croissante des affaires47. Si les firmes indiennes sont parfois associées aux entreprises européennes pour leurs activités extérieures, elles s’appuient essentiellement sur les commerçants arabes pour tout ce qui concerne les échanges entre les côtes africaines et l’intérieur du continent.

  • Voir la carte Afrique équatoriale au xixe siècle, p. 302-303.
  • 48 Sur ces itinéraires et le « système oriental » de pénétration en Afrique centrale organisée par le (...)
  • 49 Cooper (F.), Plantation Slavery on the East Coast of Africa, New Haven, 1977, qui fournit le pourc (...)
  • 50 Bontinck, Tippo Tip, op. cit., p. 221, note 202.

32Ce sont les Arabes et leurs employés swahilis qui tiennent le commerce des caravanes avec l’arrière-pays. Ils poussent leurs entreprises suivant trois grands axes de pénétration économique. L’axe méridional partait de Kilwa Kiomani vers les régions du lac Malawi ; c’était surtout la route des esclaves. L’axe central s’enfonçait de Bagamoyo et Sadani vers les lacs Tanganyka et Victoria ; c’était la grande route de l’ivoire. Enfin, la troisième voie, quittant la côte à Pangani et Mombassa, allait vers le lac Victoria jusqu’aux territoires voisins de l’Éthiopie48. Ces caravanes étaient en partie financées par les Indiens, mais aussi des Omanis et quelques Balouches49. Des nombreux exemples de ces entrepreneurs arabes, retenons celui de Sa’îd ibn Habîb al-Khafîf qui, parti de Zanzibar vers 1845, traversa toute l’Afrique pour atteindre Benguela en avril 1852, ou celui d"Abd as-Salam, né à Surat d’une famille originaire de Masqat, pilote sur des bateaux faisant l’intercourse de l’Inde, du Golfe et de la côte africaine, installé à Zanzibar puis à Bagamoyo, et qui, associé à trois autres Arabes, lança une caravane jusqu’à Ujiji et, après avoir traversé le lac Tanganyka, atteignit Kazembe. Lui aussi poussa jusqu’à la côte atlantique50.

  • 51 Bennett, A history, op. cit., p. 85 sq.

33Dans cette pénétration, les Arabes avaient atteint Tabora dès 1825, occupé Ujuji en 1844, rejoint le Buganda. Ils exerçaient à l’ouest des grands lacs à partir de 1850, et, dans les années 1870, les dhows arabes à voiles carrées apparaissent sur le lac Victoria. Le drapeau rouge de Oman et Zanzibar dressé dans un village indiquait qu’il était réservé à l’exploitation commerciale d’un congénère arabe. Ainsi s’étendait indirectement la suzeraineté du Sultan. Les établissements arabes permanents de l’intérieur fournissaient des provisions et des porteurs pour les caravanes. Ils étaient, dès l’origine, des sociétés mixtes et de petits foyers d’islamisation51.

34Cette prise de possession commerciale rattachait ces régions de l’arrière-pays au système politico-économique centré sur la capitale africaine de Sa’îd ibn Sultân. Ce réseau de l’Afrique orientale s’articule ainsi à la fois sur le réseau côtier de Zanzibar et sur son réseau maritime rayonnant vers Masqat et Bombay. L’espace ainsi couvert est considérable. Cet ensemble qui rejoint le système luso-africain à l’ouest et touche presque à celui du Nil au nord, leur dispute le marché de l’Afrique centrale. Parmi ces trafiquants arabes, certains s’élèvent au niveau politique.

  • 52 Voir son arbre généalogique à l’annexe IV.
  • 53 Sur Tippo Tip, voir l’ouvrage fondamental de Bontinck. On lira aussi avec intérêt l’étude de Kimen (...)
  • 54 Cunnison (I.), Kazembe and the Arabs to 1870, in Stoks (E) et Brown (R.), ed., The Zambesian past, (...)
  • 55 Le fait marque ici aussi la pointe extrême de la poussée Sanûsiyya effectuée à la même époque en l (...)

35Parmi eux émerge le célèbre Tippo Tip. Né d’un père et d’une mère métis52, il associe dans ses traits physiques les caractéristiques de sa double origine. Sa richesse, son esprit d’entreprise et sa puissance lui assurent une influence politique53. Il s’en sert pour favoriser ses clients indigènes. Son ingérence dans les affaires Linda permet à son protégé, le prince Likwesa Mpanga de reconquérir le trône dont il avait été chassé54. Il sera un temps le véritable maître de la région des Stanley Falls. Son accord avec Stanley en février 1887, auquel il donne le sens d’une reconnaissance de la part des Européens des droits commerciaux acquis par les Arabes sur ce territoire, marquera, avec le dernier acte de son activité politique, le point extrême de l’influence arabe dans le centre africain. Désormais le reflux commence. L’influence arabe se trouve contenue ou refoulée par le système européen venu de l’ouest. Ces conflits expliqueront l’adhésion à la Sanûsiyya des Arabes commerçants de la traite au nord des Stanley Falls, dans les années 1885-189055. Ce commerce avec l’intérieur porte essentiellement sur l’ivoire et les esclaves.

  • 56 Sur tout le problème de ce négoce et ses fluctuations, voir l’article très dense de R.W. Beachey, (...)

36Le commerce de l’ivoire à partir de la côte orientale d’Afrique était ancien. Mais ce n’est qu’au xixe siècle qu’il prit un grand essor, tant du fait de la demande croissante en Amérique et en Europe que du développement des entreprises arabes de Zanzibar. Les exportations de Zanzibar atteignirent en 1859 488 600 livres pour une valeur de 3 700 000 francs or56. Elles s’accrurent assez régulièrement les années suivantes en quantité et plus rapidement encore en valeur, grâce à une poussée puissante et régulière des prix.

  • 57 Parmi ces très nombreuses études, les plus récentes : Alpers (E.A.), Ivory and Slaves in East Cent (...)

37Le commerce des esclaves est d’une plus grande importance, tant par son rôle économique que par ses conséquences humaines. Il a donné lieu dans la dernière décennie à de très nombreux travaux qui en ont précisé les modalités, l’ampleur et les variations57.

  • 58 Les accords entre le Royaume-Uni et Masqat fixèrent en 1822 les limites orientales de la traite lé (...)

38Retenons pour notre propos le rôle qu’il joue dans les relations entre Oman et la côte orientale d’Afrique. Il alimente en effet régulièrement et de façon licite jusqu’en 1847, de manière moins ouverte jusqu’en 1873 et par contrebande à partir de cette date, les marchés d’Arabie et, au-delà, par le relais de la redistribution d’Oman, les pays du Golfe, notamment l’Iraq58. Il constitue une des activités les plus lucratives des marchands arabes et une part notable du trafic des boutres. C’est lui qui fera la prospérité de Sûr dans les décennies 1870-1900.

  • 59 Beachey, The Slave Trade, op. cit., p. 261.

39L’estimation de ce commerce, assez sûre pour les années de commerce licite, à partir de la douane de Zanzibar notamment, devient aléatoire pour la période du trafic clandestin. Pour la période 1833 à 1847, on peut retenir le chiffre de 20 000 embarquements par an pour les exportations enregistrées en douane, auxquels pourraient s’ajouter une dizaine de milliers de départs clandestins59.

  • 60 Parliamentary Papers. Slave trade 1875, rapport de juillet 1874.
  • 61 A.M.P. BB4 969, rapport du 1er mars 1874.

40Pour la période suivante, les chiffres, moins sûrs, oscillent entre 12 à 15 000 par an au total. Après 1873, les estimations deviennent très contradictoires. Si les autorités anglaises, notamment les marins, avancent le chiffre de 10 000 transferts annuels de la côte d’Afrique orientale à Oman60, les Français, consuls et officiers de la station navale, pensent « à peu près fini le trafic des esclaves qui se faisait autrefois sur les côtes de Masqat » (Cdt. du Clorinte le 1.3.1874)61. Affirmation certainement trop optimiste. Il y eut, semble-t-il, un revif de ce commerce dans les années 1880, préludant à un effondrement après 1890 et une quasi disparition après 1902.

  • 62 Les principaux éléments d’estimation se trouvent notamment dans Beachey et Austen. Leurs chiffres (...)

41Au total, et malgré le degré d’approximation de ce nombre, c’est au minimum un total de un million de Noirs qui fut embarqué des possessions africaines du sultan de Zanzibar à destination de ses possessions d’Arabie et vers le Golfe, en l’espace de trois quarts de siècle, des années 1830 aux années 190062.

  • 63 En Hadramawt, par exemple, les esclaves travaillent la terre et une fois affranchis servent dans l (...)
  • 64 Landen, op. cit.

42Le transfert de ces masses humaines entraîna des conséquences multiples pour l’Afrique exportatrice, mais aussi pour l’Arabie importatrice. L’esclavage local s’en nourrit, dans l’agriculture et dans les activités domestiques63. Il forma aussi un élément notable des réexportations vers le Golfe et les différents pays arabes. L’afflux de ces Noirs – dont beaucoup d’autres arrivaient par les ports de la mer Rouge – modifia en partie la population et s’accompagna d’apports d’éléments de civilisation.64

43Le nombre d’esclaves exportés, pour important qu’il soit, ne représente qu’une part des captifs amenés jusqu’à la côte ou dans les îles de Zanzibar et Pemba. Une quantité importante est en effet utilisée comme esclaves domestiques et surtout sur les plantations. Il est impossible d’en évaluer le nombre. Dans les années 1840, le consul britannique citait le chiffre de 3 000 à 4 000 importés annuellement dans la seule île de Zanzibar par le Sultan et sa famille.

44C’est dans ce secteur agricole que se sont surtout développés les intérêts arabes comme se sont noués des liens particuliers entre les tribus nomades d’Oman, notamment celles de la Sharqîya et les Arabes d’Afrique orientale.

LES PLANTATIONS

  • 65 Sur cet aspect, l’apport essentiel de F. Cooper, Plantation Slavery on the East Coast of Africa, q (...)
  • 66 L’arbre aurait été introduit dans l’île à partir de la Réunion ou de Maurice en 1818 ; Tidbury (G. (...)
  • 67 La frasila pèse un peu moins de 16 kg (15,90 kg).

45Les Omanis développèrent d’abord dans les îles de Zanzibar et de Pemba, puis sur la côte voisine, une économie de plantations de type servile65. Avant 1820, quelques propriétaires arabes faisaient cultiver dans les environs des villes des terrains essentiellement consacrés à la production du riz. A partir de 1820, ils étendirent leurs propriétés, pour se consacrer à la plantation des arbres producteurs de clous de girofle66. La culture pris une grande extension dans les deux décennies suivantes avec une progression parallèle de la population d’esclaves. Les exportations de clous de girofle qui n’étaient que de 9 000 frasilas67 en 1839-40 atteignirent un chiffre record de près de 150 000 frasilas seize ans plus tard.

PHOTOS 14 et 15. – Deux témoins des relations entre l’Oman et l’Afrique de l’Est.

La porte ci-contre ferme l’entrée de la sabla (lieu de réunion d’une fraction de tribu) des Mahârma à Mudayrib, en Sharqîya d’Oman. Elle fut sculptée en Afrique orientale et importée en Oman, démontée, par le port de Sûr, ci-dessous, qui se livrait à un commerce important entre les deux parties de l’empire omano-africain de Sayyid Sa’îd (Photos et légende : Paul Bonnenfant).

Exportation de clous de girofle à Zanzibar
1839-40 9 000 frasilas
1843-44 30 000 -
1852-53 128 000 -
1856 142 857

  • 68 Le problème de la monnaie dépasse le cadre de cette étude. Les liens entre Masqat et Oman fixent l (...)

46La progression continua les années suivantes malgré la diminution régulière des prix (de 5 dollars Marie-Thérèse par frasila à 2 1/2 en 1856 et 1 1/2 dans les années 1870)68.

  • 69 Sur le détail par année et par lieu de production (Zanzibar ou Pemba), v. les Rapports consulaires (...)

1865 342 000 frasilas
1890 509 862 frasilas69

  • 70 Les estimations de la population de l’île pour les différentes périodes du xixe siècle sont très d (...)

47Les bénéfices du commerce de caravanes étaient investis dans cette culture. Vers 1850, les principales familles arabes de Zanzibar avaient des intérêts dans ces plantations. Le consul américain notait en 1847 que les Arabes étaient généralement « les lords du sol ». Les Arabes possédant de 200 à 300 esclaves contrôlaient la plupart des plantations. Certaines grandes propriétés possédées par la plus vieille communauté omanie de Zanzibar, les Hârthî, possédaient jusqu’à 1 500 esclaves sur leurs terres. La population d’esclaves de l’île doubla entre 1835 et 1857, passant de 100 à 200 000 individus et représentant alors les deux-tiers de la population totale de Zanzibar70.

  • 71 Rapports des consuls anglais.

48Dans les années 1860, d’autres groupes d’immigrés omanis, tels que les Âl Ruwâhî, Âl Riwâmî, Âl Mandhrî devinrent à leur tour cultivateurs de girofle. Parmi ces principaux planteurs se trouvaient les membres de la famille du Sultan et de son entourage, notamment le premier ministre Sayyid Sulaymân ibn Hamad. Celui-ci produisait de 5 000 à 6 000 frasilas par an sur ses terres cultivées par ses esclaves71.

  • 72 Cooper, op. cit., Middleton, op. cit. Il faudrait évidemment nuancer et distinguer notamment entre (...)

49Le contrôle du marché n’était pas sans créer des frictions entre les Shirâzis et les Arabes qui fournissaient l’essentiel de la production72. Les plantations de clous de girofle ont également stimulé les migrations de Oman vers Zanzibar tant de la part de propriétaires que pour l’encadrement des travailleurs captifs.

  • 73 Sur ce marché du coprah, cf. Mc Culloch.
  • 74 Loarer, op. cit., p. 23, n° 4.

50Les Arabes constituèrent dans le même temps d’importantes plantations de coprah à Lamu, Malindi et Mombassa, utilisant également la main-d’œuvre servile73. Les exportations de coprah doublèrent entre 1859 et 1868, passant de 90 500 dollars Marie-Thérèse à 200 00074.

  • 75 Bontinck, op. cit., p. 184, n°31.

51Les Arabes développèrent également des plantations autour des centres de l’intérieur, notamment de Tabora. C’est ainsi que « Salim Ben Sef ben Sleman El-bahari Harisi », de Birka en Oman, entrepreneur de caravanes, « grand propriétaire d’esclaves », possédait en 1878 à Tabora « d’immenses plantations de manioc et de froment »75.

LA PORTÉE DES RAPPORTS OMANO-AFRICAINS

52L’exposé de ces différentes activités et de ces liens entre l’Arabie orientale et l’Afrique orientale au milieu du xixe siècle risque de masquer un fait essentiel : l’entrelacs, souvent dans les mêmes mains, d’activités différentes. Armement de boutres et négoce vont souvent de pair. La traite des esclaves n’est qu’un aspect de ce trafic. Ses profits vont s’investir dans les plantations qui subsistent grâce à cette main-d’œuvre servile et qui fournissent à leur tour d’importants éléments du négoce.

53La fortune de ces Omanis – inséparable de celle des Indiens – provient de l’articulation de toutes ces activités. La défaillance de l’une ou de l’autre des parties du système provoquera la décadence de l’ensemble à partir des années 1875-1880.

  • 76 F.O., Rigby à Anderson, Zanzibar, 18.4.1861.
  • 77 A.E.P., Zanzibar, 2.
  • 78 Bennett, A History, op. cit., p. 67.

54La prospérité, à l’époque de l’apogée des années 1850-1880, augmente considérablement le nombre des Arabes installées sur la côte orientale d’Afrique. Ils étaient un millier environ dans les premières années du siècle. On en comptait plus de 5 000 à Zanzibar dans les années 1850 et peut-être une dizaine de milliers dans les années 1860. Certains destins de succès et d’opulence firent miroiter aux yeux de nombreux Omanis le mirage de fortunes rapides ou du moins de sorts plus heureux. Une sorte de fascination coloniale amena de nombreux immigrants dans les années 1855-1860. Le consul britannique Rigby, en 1861, attirait l’attention sur l’arrivée annuelle avec les vents de mousson « de milliers d’individus venus chercher fortune par tous les moyens possibles »76. Ils constituaient un petit peuple de boutiquiers, de porteurs, de domestiques, mais aussi des groupes de gens sans travail, armés, vivant d’expédients et que les consuls considéraient avec effroi77. Les plaintes se multiplièrent concernant l’insuffisance de la police et son impuissance à faire cesser les déprédations de ces inemployés et dénonçant les désordres qu’ils provoquaient78.

  • 79 Rapport de S.B. Mils signalé par Cooper, op. cit., p. 54.

55Mais il était impossible de contrôler les arrivées, faites par de nombreux petits navires et sur différens points de la côte. Cette immigration se poursuivit les années suivantes. Pour la seule année 1877, l’agent politique britannique de Masqat estimait que quelque 1 000 Arabes avaient émigré vers Zanzibar79.

  • 80 Une statistique anglaise de 1898 (Foreign office, Consular Reports, East Africa, 1898, pp. 38 sq.) (...)
  • 81 P.P. Zanzibar protectorate, 1921. Report on Non-native census. Pour l’évolution de cette populatio (...)

56La diminution de l’activité économique et de la prospérité ralentit ce courant sans toutefois l’interrompre. Si, dans les années 1880-1890, la domination politico-militaire des Arabes s’affirma dans l’intérieur, puis disparut devant l’occupation coloniale européenne, l’influence arabe demeura cependant active80. Le premier recensement systématique de la population de Zanzibar en 1921 comptait 18 884 Arabes (Omanis et Hadramis), dans l’île et à Pemba81. Au Kenya, à la même date, on en recensait 10 102 nés en Arabie, au Tanganyika 4 041.

  • 82 Pour l’influence en Afrique orientale, l’inventaire de Anene (J.C), The Omani Empire and its impac (...)
  • 83 Voir : Bonnenfant (Paul et Guillemette) et Al-Harthi (Sâlim ibn Hamad ibn Sulaymân), Architecture (...)
  • 84 Renseignements recueillis en Oman et plus spécialement dans la Sharqîya par Colette Le Cour Grandm (...)

57Ces liens étroits établis au xixe siècle entre Oman et l’Afrique orientale ont laissé, tant en Afrique orientale qu’en Oman, d’importantes traces et traditions82. En Oman, l’ampleur des revenus principaux ou complémentaires procurés par le commerce ou les plantations africaines explique l’importance des vastes demeures des principales oasis de la Sharqîya83, le creusement de nouveaux aflâj, l’extension des palmeraies84. Au Yémen, de semblable façon, le retour des émigrés enrichis en Afrique orientale s’accompagne de la construction de magnifiques maisons qui font contraste avec l’abandon de certaines cultures en terrasses dû aux départs.

58Il n’est pas sans intérêt de noter que la constitution de ce royaume maritime de Sayyid Sa’îd est à peu près contemporaine de l’œuvre de Muhammad ‘Alî en Égypte. L’un comme l’autre, ils s’efforçaient de contrôler les débouchés de l’Afrique centrale, ici par la voie de Zanzibar, là par la voie de Khartoum. L’un et l’autre tiraient parti du renouveau d’activité en mer Rouge et dans l’océan Indien occidental ; ils s’efforçaient avec plus ou moins d’ardeur, de suite et de succès, de moderniser leur État. Ils échouèrent l’un et l’autre, pour des causes diverses, certes, mais surtout parce que leurs entreprises se heurtaient à l’expansion européenne, qui va s’amplifiant et s’accélérant dans la décisive décennie 1875-1885. Ce n’est pas par hasard si la perte de l’indépendance de l’Égypte et de Zanzibar est quasi contemporaine. L’occupation européenne mettait momentanément fin à une remarquable expansion arabe vers l’Afrique centrale. Elle ne pouvait ni rompre tous les liens, ni empêcher de se perpétuer toutes les influences, actuelles ou futures.

Bibliographie

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

I. – Archives

Londres – Public Record Office – Foreign Office

FO 84 – Slave trade

FO 54 – Afrique

FO 107 – Zanzibar

Paris – Archives nationales (A.N.P.) F. 12 8972

Archives du ministère des affaires étrangères (A.E.P.)

– Mémoires et documents. Série Afrique, vol. 36, Traite des noirs

– Correspondance consulaire et commerciale

Zanzibar t. 1 – 1828-1851

t. 2 – 1852-1865

t. 3 – 1866-1874

– Correspondance politique des consuls

Zanzibar t. 1 – 1844-1859

t. 2 – 1860-1861

t. 3 – 1866-1869

Vincennes – Archives de la Marine (A.M.V.)

4 C5 et 4 C6 – notamment 4 C5 32 et 4 C6 2 BB7 9

Lorient – Archives de la Marine (A.M.L.)

Marseille – Archives de la chambre de commerce (C.C.M.) – Archives anciennes, H. 81

II. – Imprimés

Parliamentary Papers (Londres), notamment C 4917 1887 ; C 6211, 1890 ; C 6702, 1892 ; C 6955, 1893.

Diplomatic and consular reports (Londres).

Annales du commerce extérieur (Paris).

Annual colonial reports (Zanzibar).

Annales des voyages (Paris).

Annales maritimes et coloniales (Paris).

III. – Ouvrages et études

La bibliographie est considérable, tant pour l’émigration de Masqat et le rôle d’Oman que, surtout, pour Zanzibar et les entreprises africaines des Arabes. d‘une façon générale, nous ne citons pas les ouvrages anciens dont les éléments sont repris dans les travaux récents. Nous ne faisons exception que pour quelques ouvrages encore essentiels.

alpers (E.A.), Ivory and Slaves in East Central Africa : Changing Patterns of International Trade to the Later Nineteenth Century. Londres, 1975, 296 pp.

Anene (J.C.), The Omani Empire and its impact on East African societies, Africa in the nineteenth and twentieth centuries. A handbook for teachers and students, ed. Par J.C. anene et G.M. Brown, Londres, 1966, 555 p., p. 440-457.

Annales maritimes et coloniales 1832, II. Notice sur Mascate, p. 553-558 ; 1836, II. A propos du traité de commerce des Etats-Unis avec l’iman de Mascate (p. 675-677 ; 1837, II, 1, Lettre de M. Hersant sur Maskat, pp. 633-637 ; 1838, II, 1, Maskate, p. 472-480 ; 1839, II. 1, Rapport sur Mascate et Zanzibar, p. 446 sq. ; 1843, III. Cote de Zanzibar et Mascate, p. 818-860, etc...

Austen (A.), The islamic slave trade out of Africa (Red Sea and Indian Ocean / An effort at quantification. Conference on slavery and Related Institutions, Princeton, juin 1977.

Beachey (R.W.), The slave Trade of Eastern Africa. Londres, 1976, 2 vol. dont 1 de documents.

Bennett (N.R.) et brooks (G.E.), New England Merchants in Africa, 1802-1865. Boston, 1965.

Bennett (N.R.), Studies in East African History. Boston, 1963, 93 p.

Bennett (N.R.), A History of the Arab State of Zanzibar. Londres, 1978, 304 p.

Bennett (N.R.), The Zanzibar letters of Edward D. Ropes, jr. 1882-1892. Boston, 1973.

Birwood (D.), Remarks in connection with the trade between Bombay, the Gulf, the Red Sea and African coast, Transaction of the Bombay Geographical Society, janvier 1860.

Blij (H.J. de), Mombassa. An African city, 1968.

Bontinck (F.), L’autobiographie de Hamet ben Mohamed el Marjali Tippo Tip. Bruxelles, 1974.

Brunet-Millon (C.), Les boutriers de la Mer des Indes. Affaires de Zanzibar et de Mascate, Paris, 1903, 2e éd., 1910.

Ceulmans (P.), La question arabe et le Congo, 1883-1893, Ac. Royale Science Outre-Mer, Bruxelles, 1959.

Cerulli (E.), Somalia. Scritti vari Editi ed inediti, II, Rome, 1957, notamment pp. 231-292. Trad. italienne du Kitâb al-Zanuj.

Chittick (N.), Kilwa and the Arab Settlement of the East African Coast, Journal of African History, IV, 1963, pp. 179-190.

Cooper (F.), Plantation Slavery on the East Coast of Africa, New Haven, 1977.

Cuoq (J.M.), Les musulmans en Afrique, Paris, 1975.

Dougherty (J.A.), The East Indies Station : or the Cruise of H.M.S. Garnet, Malte, 1892.

Froelich (J.C.), Les Arabes en Afrique de l’Est, Revue française d’études politiques africaines, 27 mars 1968, pp. 26-40.

Galbraith (J.S.), Mackinnon and East Africa, 1878-1895. A study in the « New Imperialism », Londres, 1972.

Graham (C.S.), Britain and the Indian Ocean, Londres, 1967.

Gerholm (T.), Provincial Cosmopolitans. The impact of World Events on a small Yemeni Town, Peuples Méditerranéens, n°9, oct.-déc, 1979, p. 53 sq.

Gerholm (T.), Market, Mosque and Mufraj : Social Inequality in a Yemeni Town, Stockholm, 1977.

Gray (Sir J.M.), A History of Zanzibar, Londres, 1962.

Gregson (R.E.), Trade and politics in South East Africa, The Moors, the Portuguese and the Kingdom of Musenemutapa, African Social Research, Lusaka, n° 16, 12. 1973, pp. 413-446.

Guillain (R.), Documents sur l’histoire, la géographie et le commerce de l’Afrique orientale. Relation du voyage d’exploration à la côte orientale d’Afrique exécuté pendant les années 1846, 1847 et 1848, Paris, 3 vol., 1853.

Harlow (V.) et Chilver (E.M.), History of East Africa, vol. 2, Oxford, 1965.

Harris (L.), The Arabs and Swahili culture, Africa, XXXIV (1974), pp. 224-229.

Hourani (G.), Arab Seafaring in the Indian Ocean, Princeton, 1951.

Ingrams (W.H.), Zanzibar. Its History and its People, Londres, 1931, 2e ed., 1967.

Kimena (K.K.), Tippo Tip, Kinshasa, 1978.

Kimena (K.K.), Tippo Tip, traitant et organisateur d’État, Zaïre Afrique (Kinshasa), 11, 1979, pp. 555-570.

Kuczinski (R.R), Demographic Survey of the British Colonial Empire. Oxford, 1949, New York, 1977, vol. 2.

Landen (R.G.), Oman since 1856, Princeton, 1967.

Leslie (J.A.K.), A Survey of Dar es Salaam, Londres, 1963, 305 p.

Loarer, L’île de Zanzibar, Revue de l’Orient, vol. X, 1851.

Lodhi (A.Y.), The institution of Slavery in Zanzibar and Pemba, Uppsala, 1973.

Lorimer (J.G.), Gazetteer of the Persian Gulf, Omân and Central Arabia, Calcutta, 1915 ; réimpression, Gregg International and Irish University Press, 1970, 6 vol.

Lyne (R.N.), Zanzibar in contemporary Times. Londres, 1905.

Martin (B.G.), Arab migration to East Africa in medieval times, Int. J. Afr. Hist. Studies, 1975, VII, 3, pp. 367-90.

Martin (B.G.), Muslim Politics and resistance to colonial rule Shaykh Uway 1. Muh. al Barawi and the Qadiriyya Brotherhood in East Africa, Journal of African History, 10, 1969, pp. 471-486.

Martin (B.G.), Notes on some members of the learned classes of Zanzibar and East Africa in the Nineteenth century, A.H.S., IV, 1971, 3, pp. 531 sq.

Merriam (A.P.), Culture history of the Basongye, Bloomington, 1975.

Middleton (J.), Land Tenure in Zanzibar, Londres, H.M.S.O., 1961.

Miege (J.L.), Le commerce transsaharien de la Libye au xive siècle, R.O.M.M., septembre 1975.

Miege (J.L.), Les boutriers de Mascate et Zanzibar, Actes de la Table Ronde de Sénanque, 1979.

Miege (J.L.), Le settlement européen de l’ouest de l’océan Indien au xixe et début du xxe siècle, Mouvements de Populations dans l’Océan Indien, Actes du Congrès de St. Denis, 1972, Paris, 1979, pp. 395-432.

Monton (R.F.), The Shingwaya myth of the Miji Kenda origins : A problem of late nineteenth century Kenya... History, The Int. Journ. of African Hist. Studies, vol. 3 (1972).

Mungeam (G.H.), British rule in Kenya 1895-1912. The Establishment of Administration in the East Africa Protectorate, Londres, 1966.

Nouvelles Annales de Voyages, 1, 1843, pp. 257-308 : L’île de Zanzibar et le Sultan de Mascate.

Nwulia (D.E.), Britain and Slavery in East Africa, Washington, 1975, 224 p.

Oliver (R.) et Mathews (G.), History of East Africa, Oxford, vol. I. 1963, cf. Harlow.

Page (M.E.), The Manyema Hordes of Tippo Tip : A case study in social stratification and the slave trade in Eastern Africa. The Int. Journ. of African Hist. Studies, vol. VII, 1. 1974, pp. 69-84.

Parkin (D.), Politics of Ritual syncretism : Islam among the non-Muslim Giriama of Kenya, Africa, XL, 3 (1970) 217-33.

Rebuffat (F.), Les origines des relations commerciales entre la France et Zanzibar, L’expé-dition de la Caroline (1849), Provincia, Marseille, 1946.

Renault (F.), Lavigerie, l’esclavage africain et l’Europe, Paris, 1971.

Rotberg (R.I.) et hittickC (H.N.) ed., East Africa and the Orient, cultural syntheses in precolonial Times, 1974.

Rouaud(A.), Les Yemen et leurs populations, Paris, ed. Complexes, 1979, 224 p.

Schramm (P.E.), Deutschland und Ubersee, Braunscheweig, 1950.

Serjeant (J.B.), African Elements in the South Arabian Population, Proceedings of the Third International Conference of Ethiopian studies, Addis Abeba, 1966.

Swann (A.J.), Fighting the slave-hunters in Central Africa. A record of Twenty Six Years of Travel and Adventure Round the Great Lakes. Londres, 1879.

Trimingham (J.P.), Islam in East Africa, Oxford, 1964.

Waterfield (G.), Sultans of Aden, Londres, 1968, 267 p.

Notes

1 Sur ces relations au Moyen Âge, voir notamment : Martin (B.G.), Arab migration to East Africa in Medieval times, Int. J. of Afr. Hist. Studies, 1975, VII, 3.

2 Parmi les centres les plus actifs du xve au xvie siècle, le port de Kilwa, voir Chittick, Kilwa and the Arab settlement of the East African coast, J. Afr. Hist., IV, 1963, 2, pp. 179-190.

3 Rotberg (R.I.) et hittickC (H.N.) editors, East africa and the Orient. Cultural syntheses in precolonial times, 1974.

4 Gregson (R.E.), Trade and politics in South East Africa : the Moors, the Portuguese and the Kingdom of Musenemutapa, African social research (Lusaka), 16, 12-1973, pp. 413-446.

5 Sur les sultans de Kilwa, Alpers (E.), A revised chronology of the Sultans of Kilwa in the eighteenth and nineteenth centuries, Azania, V, 1967, p. 145.

6 La famille des Barwânî aurait ainsi émigré de Masqat dans les dernières années du xviiie siècle.

7 Sur la ville et son organisation : Berg (F.J.), The swahili community of Mombasa, 1500-1900, J. Afr. History, IX, 1. 1968, pp. 35-56.

8 La mise au point la plus récente et la plus complète est donnée par Bennett (N.R.), A History of the Arab State of Zanzibar, Londres, Methuen, 1978, 304 p.

9 Sur ces étapes : Lorimer, Gazetteer of the Persian Gulf, t.I, p. 450 sq.

10 Proclamée officiellement par le gouverneur (1814-1821) ‘Abdallâh b. Ahmad al-Mazrû’î, en 1814.

11 Sir John Gray, The British in Mombassa, 1824-1825, Londres, 1957.

12 Sir John Gray, A History of Zanzibar, Londres, 1962.

13 Voir le tableau généalogique, annexe 1. Sur cette mésentente et les menaces de conflits, de nombreux détails in A.E.P. Zanzibar 1, notamment rapport du commandant de la Cordelière, Zanzibar, 13 avril 1859.

14 Bennett (N.R.). A History of the Arab State of Zanzibar, p. 65.

15 Elle avait été supprimée en 1824 à la suite du décès, presque aussitôt après leur arrivée, de trois consuls installés successivement dans la ville. Le premier représentant anglais à Zanzibar fut le capitaine Hamerton arrivé en 1841 et nommé consul en 1843.

16 En même temps que sera maintenu le consulat anglais de Zanzibar. Double représentation qui marque bien la fin de l’empire omano-africain.

17 Le revenu public s’augmentait des profits du commerce exercé pour le compte de Sayyid Sa’îd ainsi que du rapport de ses plantations ; cf. infra.

18 Bennett, op. cit., p. 54 sq. ; Bontinck, Tippo Tip, notamment dans les notes très riches ; Ingrams (W.H.), Zanzibar, its History and its People, chapitre XVII, The Arabs of Zanzibar, en fournit la liste détaillée.

19 Appelés Shihirîs, de la ville de Shihr sur la côte orientale du protectorat d’Aden. Le mot devint un terme de mépris pour les Arabes omanis, LESLIE (J.A.K.), A survey of Dar es Salaam, p. 20.

20 Lorimer, op. cit., t. I., p. 249 ; Landen, Oman since 1856, p. 74 ; Bennett, New England Merchants, op. cit., p. 249 ; Rouaud (A.), Les Yemen et leurs populations, 1979, v. notamment p. 132.

21 GERHOLM, Provincial Cosmopolitan, Peuples Méditerranéens, n° 9, 1979, p. 53 et 69.

22 Dans les années 1840, le sultan entretenait environ 400 hommes dans ses possessions africaines, plus de la moitié stationnés habituellement à Mombassa, Bennett, A History, op. cit., p. 45.

23 Brunet-Millon, p. 23. Il s’agit d’une sorte de lingua franco comprise par tous les marins du bassin nord-ouest de l’océan Indien.

24 Ces Comoriens firent souche comme fonctionnaires du domaine omani. Ils renouèrent des liens avec l’Arabie du Sud, tout en conservant leurs attaches à la Grande Comore. Il furent un élément important des rapports entre l’Afrique, l’Arabie et les îles, cf. Alexandre, Table Ronde de Sénanque sur les Migrations dans l’océan Indien au xixe siècle, Aix, 1979. Voir également le manuscrit de Mohamed Bordhane Eddine M’Kelle, traduit et annoté par D.E. Gaba (Aix, 1977), Mohamed Bordhane Eddine M’Kelle était originaire de Mukallâ (Hadramawt), port de boutres. Son manuscrit date des années 1920 et souligne par tradition orale et aussi, peut-être, par expérience vécue, l’importance des liens humains et économiques entre Zanzibar et la Grande Comore.

25 Martin (B.G.), Notes on some members of the learned classes of Zanzibar and East Africa in the Nineteenth Century, A.H.S., IV, 1971, 2, pp. 531 sq. Les Omanis, ibâdites pour la plupart, étaient opposés aux confréries. La Shâdhiliyya était assez répandue à Zanzibar avant 1850 et à Kilwa. Elle était en liaison avec la Shâdhiliyya des Comores, cf. Martin, op. cit., The Journal of African History 1960, p. 479. La Qâdiriyya se manifesta vers 1880 à Zanzibar par l’intermédiaire de musulmans de Brava. De Zanzibar, elle gagna l’intérieur jusqu’à Maniema (Congo oriental). Elle profita de l’appui du sultan Sa’îd Barghash, cf. Cuoq, Les musulmans en Afrique, p. 468.

26 A.G. Martin, op. cit., in J. Afr. Hist., 1969, 3, p. 480. Sur l’ibâdisme de Zanzibar, Ingrams, op. cit., chap. XVI.

27 Sur ces problèmes administratifs et la nature du pouvoir omani sur les différentes régions constituant l’ensemble politique omano-africain, voir les remarques de Bennett, op. cit., p. 52, et les nombreuses notes de Bontinck.

28 Terme repris par Alpers.

29 Mc Culloch, édition de 1867, article Mascate.

30 Guillain, Documents sur l’Afrique orientale, t. III, p. 359 sq. Pour les années 1860, bonnes analyses dans les rapports de Fleuriot de langle (A.M.V.), Nicholls, Swahili Coast : Politics, Diplomacy and Trade on the East Africain littoral, 1798-1856, Londres 1971, pp. 262-3.

31 M.V. BB4 1125, rapport du commandant du croiseur Le Laclocheterie, 3 septembre 1880.

32 Voir notamment l’épisode de la Caroline étudiée par F. Rebuffat à partir des Archives de la Chambre de Commerce de Marseille : Les origines des relations commerciales entre la France et Zanzibar. L‘expédition de la Caroline (1849), Provincia (Marseille), 1946.

33 Loarer, L’île de Zanzibar, Revue de l’Orient X, 1851.

34 Nous laissons volontairement de côté tout ce commerce européen développé à partir des traités de commerce et d’amitié signés par Sayyid Sa’îd avec la Grande-Bretagne (1879), les États-Unis (1837), la France (1844) et les villes hanséatiques. Le commerce américain, longtemps prééminent, a été finement analysé à l’époque par Guillain dans ses articles des Annales maritimes et de la Revue coloniale, décembre 1843, et décrit à travers la correspondance de commerçants américains engagés dans ces échanges, principalement armateurs de Salem, dans l’ouvrage de Bennett. Sur le mouvement de la navigation étrangère à Zanzibar dans les années 1850, cf. annexe II.

35 Schramm, Deutschland und Ubersee, p. 340.

36 Bennett, op. cit., p. 391.

37 Jusqu’en 1843, les caboteurs arabes furent pratiquement les seuls à desservir Mayotte, v. Annales maritimes, 1843, II, 2, p. 42. La première manifestation écrite de cette francisation est constituée par un arrêté du gouverneur de Mayotte du 5 février 1846. Sur toute cette question, voir l’ouvrage partial mais bien documenté du côté français de Brunet de Millon, Les Boutriers de la mer des Indes. Affaires de Zanzibar et de Mascate. Paris, 1910 ; voir la mise au point de J.L. Miege in Actes de la table ronde sur l’océan Indien, Sénanque 1979, Aix 1980, à partir de documents d’archives anglaises. Sur les types de navires utilisés, bonne description de l’époque dans les Nouvelles annales maritimes, 2e semestre 1850, p. 251 sq. ; les indications de R. Le Baron Bowen, Arab Dhows of Eastern Arabia, American Neptune, vol. IX, 1941 ; Hawkins (C), The Dhows, 1978. L’étude de Mc Master (S.N.), The ocean going dhow trade to East Africa, East African Geographical Review, 4 avril 1966, pp. 13-24, fait une comparaison riche en aperçus de la situation actuelle et de la situation au xixe siècle.

38 Voir annexe II.

39 Annales du commerce extérieur, 1058, p. 5 ; A.E.P., Zanzibar 1.

40 A.E.P., Zanzibar 2.

41 A titre d’exemple, le relevé des entrées pour l’année 1861 établi par le consul de France et reproduit dans les Annales du commerce extérieur, n° 1538, provenance de l’Inde, 53, de Masquat, 71, de la mer Rouge, 20, de Brava, 7, du Mozambique 10, des Comores et de Madagascar, 45.

42 Landen, Oman since 1856.

43 Sur le rôle des Messageries impériales puis maritimes, C.C.M., dossier Messageries maritimes.

44 Sur la compagnie et l’action de Mackinnon en Afrique Orientale, v. Galbraith (J.S.), Mackinnon and East Africa, 1878-1895 : A study in the New Imperialism, Londres, 1972 et Fairnie, East of Suez, notamment p. 203 sur son contrat avec le gouvernement anglais pour un service mensuel entre Aden et Zanzibar, touché pour la première fois le 12 décembre 1872.

45 Sur cette action, voir notamment le récit de Dougherty (J.H.), The East Indies Station : Or the Cruise of H.M.S. Garnet, Malte, 1892.

46 Brunet-Millon, op. cit., à compléter et corriger par les sources anglaises, notamment Parliamentary Papers C 2380, 1905, Mascat Dhows ; Grant of French Flag. Arbitration. Agreement with France.

47 Ils tiennent une partie importante du commerce, des postes administratifs (douanes notamment), sont les banquiers et prêtent au Sultan. Sur leur activité, de nombreuses études ; voir notamment Mangat (J.S.), Aspects of the xixth Century Indian Commerce in Zanzibar, J. of African and Asian studies. ii, 1 § 1968, pp. 17-27. Des indications précises sur les plus riches et les plus influents de ces commerçants dans Bontinck, op. cit., notamment p. 339 sur Dewji Jamal qui assistait au conseil quotidien du Sultan.

48 Sur ces itinéraires et le « système oriental » de pénétration en Afrique centrale organisée par les commerçants arabes, les pages très denses de Vansina, L’Afrique centrale vers 1875 in La Conférence de géographie de 1876, Bruxelles, 1976.

49 Cooper (F.), Plantation Slavery on the East Coast of Africa, New Haven, 1977, qui fournit le pourcentage des propriétaires de caravanes.

50 Bontinck, Tippo Tip, op. cit., p. 221, note 202.

51 Bennett, A history, op. cit., p. 85 sq.

52 Voir son arbre généalogique à l’annexe IV.

53 Sur Tippo Tip, voir l’ouvrage fondamental de Bontinck. On lira aussi avec intérêt l’étude de Kimena, qui utilise essentiellement Bontinck, mais fournit le point de vue d’un Africain, Kimena (Kekwakwa Kinenge), Tippo Tip, Traitant et Sultan du Manyema, Kinshasa, 1979, 106 pages.

54 Cunnison (I.), Kazembe and the Arabs to 1870, in Stoks (E) et Brown (R.), ed., The Zambesian past, Manchester, 1966, pp. 226-237.

55 Le fait marque ici aussi la pointe extrême de la poussée Sanûsiyya effectuée à la même époque en liaison avec le commerce transsaharien, J.L. Miege, Le commerce transsaharien de la Libye au xixe siècle, Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, septembre 1975.

56 Sur tout le problème de ce négoce et ses fluctuations, voir l’article très dense de R.W. Beachey, East African Ivory trade in nineteenth century, in The Journal of African History, VIII, 2, 1967, pp. 269-290 ; voir également Bennett (N.R.), Studies in East African History, Boston, 1963, p. 89, The price of ivory in the Zanzibar Market, 1826-1897.

57 Parmi ces très nombreuses études, les plus récentes : Alpers (E.A.), Ivory and Slaves in East Central Africa, Londres, 1975 ; Beachey (R.W.), The Slave Trade of Eastern Africa, Londres, 1976 ; Austen(R.A.), The islamic slave trade out of Africa, Red Sea and Indian Ocean : an effort at quantification, Princeton, juin 1977 ; Nwulia (M.D.E.), Britain and Slavery in East Africa, 1977 ; Lodhi (A.Y.), The institution of Slavery in Zanzibar and Pemba, Uppsala, 1973 ; MIEGE (J.L.), Bourbon, Zanzibar et les Indes ; un système colonial au xixe siècle, Bloomington, 1980.

58 Les accords entre le Royaume-Uni et Masqat fixèrent en 1822 les limites orientales de la traite légale. Cette ligne Moresby (voir la carte) allait du cap Delgado en Afrique au nord de Surat en Inde. En 1839, elle fut, au nord, ramenée à l’ouest de Karachi. En 1847, entra en application le traité entre l’Angleterre et le sultan de Masqat ne permettant la traite qu’entre les différentes possessions du Sultan. Plusieurs mesures prises entre 1860 et 1868 limitèrent le trafic : réservé aux seuls sujets du Sultan et hors de la période des vents favorables de janvier à avril. En 1873, la traite fut abolie dans tout le domaine de Sayyid Barghash.

59 Beachey, The Slave Trade, op. cit., p. 261.

60 Parliamentary Papers. Slave trade 1875, rapport de juillet 1874.

61 A.M.P. BB4 969, rapport du 1er mars 1874.

62 Les principaux éléments d’estimation se trouvent notamment dans Beachey et Austen. Leurs chiffres sont sensiblement plus élevés que ceux que j’indique. Beachey, op. cit., p. 262, par exemple, avance pour l’ensemble du xixe siècle un total de 2 125 000 esclaves exportés de l’Afrique orientale.

63 En Hadramawt, par exemple, les esclaves travaillent la terre et une fois affranchis servent dans les gardes des sultans.

64 Landen, op. cit.

65 Sur cet aspect, l’apport essentiel de F. Cooper, Plantation Slavery on the East Coast of Africa, qui fournit de nombreux détails sur les propriétaires, l’occupation du sol, la production ; v. également Middleton (J.), Land tenure in Zanzibar, Londres, H.M.S.O., 1961.

66 L’arbre aurait été introduit dans l’île à partir de la Réunion ou de Maurice en 1818 ; Tidbury (G.E.), The clove tree, Londres, 1949.

67 La frasila pèse un peu moins de 16 kg (15,90 kg).

68 Le problème de la monnaie dépasse le cadre de cette étude. Les liens entre Masqat et Oman fixent les deux régions dans la zone du thaler de Marie-Thérèse dont on connaît l’importance.

69 Sur le détail par année et par lieu de production (Zanzibar ou Pemba), v. les Rapports consulaires annuels des consuls anglais, notamment F.O. 2129 où est récapitulée l’histoire du produit dans les deux îles jusqu’en 1897.

70 Les estimations de la population de l’île pour les différentes périodes du xixe siècle sont très différentes. Ingrams, op. cit., p. 27, fournit les principales. Nous ne pouvons reprendre ici les données complètes du problème et notamment des effets contraires du flux d’esclaves et des grandes épidémies subies par la population.

71 Rapports des consuls anglais.

72 Cooper, op. cit., Middleton, op. cit. Il faudrait évidemment nuancer et distinguer notamment entre l’île de Zanzibar où les rapports étaient mauvais, et celle de Pemba où ils demeurèrent meilleurs et où le nombre de cas d’associations sont indiqués, cependant que de nombreux Arabes s’y marièrent avec des Shirâzis ; v. notamment Bennett, A History, op. cit., p. 23 et Cooper, op. cit., p. 61.

73 Sur ce marché du coprah, cf. Mc Culloch.

74 Loarer, op. cit., p. 23, n° 4.

75 Bontinck, op. cit., p. 184, n°31.

76 F.O., Rigby à Anderson, Zanzibar, 18.4.1861.

77 A.E.P., Zanzibar, 2.

78 Bennett, A History, op. cit., p. 67.

79 Rapport de S.B. Mils signalé par Cooper, op. cit., p. 54.

80 Une statistique anglaise de 1898 (Foreign office, Consular Reports, East Africa, 1898, pp. 38 sq.) fournit les estimations suivantes : Lindi, 46 Arabes ; Kilwa, 664 ; Bagamogo, 384 dont 64 de Masqat et 320 de l’Hadramawt ; Tabora, 18 ; Saadani, 114 ; Tangani, 845 ; Mikindari, 130, etc... Un relevé allemand de 1900 indique 700 Arabes pour Kilwa et Lindi.

81 P.P. Zanzibar protectorate, 1921. Report on Non-native census. Pour l’évolution de cette population dans les premières années du xxe siècle les nombreuses informations fournies par Kuczinski, Demographic survey, vol. 2.

82 Pour l’influence en Afrique orientale, l’inventaire de Anene (J.C), The Omani Empire and its impact on East African Societies, Africa in the nineteenth and twentieth centuries, ed. par Anene (J.C.) et Brown (G.M.), Londres, 1966, pp. 440-457.

83 Voir : Bonnenfant (Paul et Guillemette) et Al-Harthi (Sâlim ibn Hamad ibn Sulaymân), Architecture and Social History at Mudayrib. The Journal of Oman Studies, vol. 3, part 2, 1977, pp. 107-135.

84 Renseignements recueillis en Oman et plus spécialement dans la Sharqîya par Colette Le Cour Grandmaison. D’autres indications mettent l’accent sur le revers de la médaille et insistent sur les effets négatifs de ces migrations : la décadence de Masqat concurrencé par Zanzibar, l’absentéisme en Oman de certains propriétaires qui préfèrent séjourner à Zanzibar, etc... cf. notamment Landen, Oman since 1856, pp. 127, 414 ; Cooper, op. cit., p. 54.

Notes de fin

* Voir la carte Territoires omanais vers 1850, p. 295.

Voir la carte Afrique équatoriale au xixe siècle, p. 302-303.

Table des illustrations

Légende Carte n° 8. – Territoires omanais vers 1850.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2347/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2347/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 811k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2347/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2347/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540