Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Deuxième Partie : Le Sultanat D'Oman

Présentation du sultanat d’oman

Colette Le Cour Grandmaison

Texte intégral

1Vocation maritime et repliement sur soi : dualité inscrite dans la géographie de ce pays et dans son histoire religieuse et politique.

  • * Voir son article ci-dessous, p. 393.

2Le déploiement des façades maritimes s’oppose à l’isolement des massifs montagneux. Ce sont les communautés montagnardes qui, converties à l’ibâdisme un peu plus d’un siècle après l’Hégire, élirent leur premier imâm. L’histoire de l’Oman, dont J. Wilkinson nous rapporte les moments essentiels dans son article « Changement et continuité »*, illustre l’alternance de ces périodes : en proie à des difficultés internes, la communauté ibâdite se repliait sur elle-même ; à l’inverse, assurée de son unité, elle se lançait dans une politique d’expansion dont la conquête puis la reconquête des îles de la côte orientale d’Afrique soulignent l’ampleur et le pérennité.

  • Voir la carte du sultanat d’Oman à la page 267.

3A cette dualité de l’Oman du nord s’ajoute l’indépendance géographique des provinces septentrionale et méridionale du Sultanat : le Musandam et le Dhufâr. Le Musandam, coupé du reste du pays par les émirats de Sharja et de Fujayra, domine le détroit d’Ormuz. A l’opposé, le Dhufâr est rattaché à l’Hadramawt ; huit cents kilomètres d’étendues désertiques le séparent de l’Oman du nord. Les traits du relief contribuent à défier l’unité du pays.

4La construction de l’unité politique est la vocation actuelle du gouvernement du Sultanat. Elle suppose d’une part que les autonomies régionales soient rassemblées sous l’autorité du pouvoir central par le truchement d’une structure administrative unique, d’autre part que les dissidences provinciales – dont le Dhufâr annexé en 1879 est la plus célèbre – soient maîtrisées. Indépendance au nord, dissidence au sud, le Sultanat n’a pas à cet égard un destin exceptionnel par rapport aux autres pays de la péninsule Arabique où les unités politiques sont récentes, précaires, menacées par une tradition séculaire d’oppositions et de compétitions tribales.

5Cependant l’histoire de l’Oman est là qui nous parle de temps forts du pouvoir politique et religieux, d’une administration de l’Etat ibâdite mise en place dès le ixe siècle, de communautés villageoises « vigoureusement organisées », dont j’essaie dans mon article sur la société rurale omanaise de dégager la spécificité.

  • 1 Bathurst (R.D.). Maritime trade and imamate government : two principal themes in the history of Om (...)
  • 2 Kelly (j.B.). A prevalence of furies : tribes, politics and religion in Oman and Trucial Oman. In  (...)

6Deux lignes de forces, deux mouvements opposés président à l’histoire du pouvoir politique. Aux origines de l’État ibâdite, le pouvoir fut exercé par l’imâm. Chef spirituel et temporel, il était élu par les ‘ulamâ’ en raison de sa capacité à se conduire et à conduire la communauté des croyants selon la loi islamique. Au xviie siècle (1624), les Ya’âriba confisquèrent le pouvoir au profit de leur lignée. Ils le gardèrent jusqu’au milieu du xviiie siècle (1744) où les Âl Bû Sa’îd qui règnent encore aujourd’hui leur succédèrent. La transmission du pouvoir ne fut plus régie par une élection mais par l’ascendance familiale, scellant un clivage définitif entre les tenants de l’orthodoxie ibâdite et les chefs de tribus dont certains soutenaient la dynastie régnante1. La guerre civile d’une vingtaine d’années qui éclata en 1719 en fut la conséquence. Elle figea les opposants en deux factions2 – les Hinâwî et les Ghâfirî – dont les affrontements résonnent encore dans la mémoire collective. Les tentatives de restauration de l’imâmat jalonnent l’histoire de l’Oman puisque les derniers sursauts datent de 1913 et 1957.

7L’Oman et ses possessions insulaires d’Afrique constituaient une entité politique et économique : les deux volets d’un même diptyque. Cette entité fonctionna comme telle jusqu’en 1856 ; le sultan Sa’îd réussit encore à maintenir sous sa tutelle son royaume d’Arabie et ses établissements coloniaux. A sa mort, les deux volets devinrent indépendants. Le pouvoir fut scindé ; dès lors, il y eut deux sultans, l’un en Oman, l’autre à Zanzibâr.

  • Voir cette étude ci-dessous, pp. 293-318.

8L’étendue de l’empire marchand omanais en Afrique orientale, puis à partir du xixe siècle l’importance des revenus que fournissaient les établissements de la côte et de l’intérieur, firent que le centre de gravité de cet ensemble se déplaça de Masqat à Zanzibâr. Dans son article sur les relations entre l’Oman et l’Afrique orientale à leur apogée, J.L. Miège rappelle les étapes de la constitution de cet empire. Il fait l’analyse des fonctions commerciales maritimes et terrestres de Zanzibâr, aboutissement d’un vaste réseau de commerce interne ; il en retrace l’évolution.

9« La primauté croissante des possessions africaines » avait entraîné la suprématie de Zanzibâr. De 1840 à 1860, l’île fut non seulement le centre économique de l’empire omano-africain mais en devint la capitale diplomatique au détriment de Masqat. La complémentarité entre les deux volets du diptyque était rompue : le plus riche des deux l’avait emporté.

10Les restrictions de la traite qui intervinrent effectivement en 1873 portèrent une première atteinte à l’économie marchande d’Oman. Sa poursuite clandestine et le commerce des armes continuèrent d’approvisionner la cassette du Sultan, dans des proportions qui cependant étaient sans commune mesure avec l’abondance passée. L’économie de plantation dans les îles africaines, en dépit de l’intervention de la Grande-Bretagne et du protectorat établi en 1890, assura la survie de cette société omanaise qui n’avait plus que des liens ténus avec sa terre d’origine. La révolution de Zanzibâr (1964) la déposséda de ses terres. Ceux qui furent épargnés par les massacres fuirent définitivement ces îles où ils étaient nés.

11Entre temps, l’Oman, grâce au pétrole, avait retrouvé une nouvelle richesse. En 1973, le réajustement des prix a doté le pays de recettes s’élevant à plus d’un milliard de dollars. En quelques années, l’Oman est devenu un immense chantier. La brutalité de la croissance ne fut pas sans problèmes, comme le montre J. Wilkinson. Bruno Le Cour Grandmaison le souligne également dans son article sur l’économie omanaise, où il tente un bilan des réalisations et une évaluation des projets en fonction de ce fait majeur pour l’économie du pays : la limite des ressources pétrolières, donc la baisse des revenus dans un avenir à moyen terme.

12Il s’en est suivi un renversement des flux. Les revenus pétroliers dont dispose aujourd’hui la péninsule attirent les ressortissants arabes de la côte orientale d’Afrique ; ils battent le rappel de ces émigrés de longue date.

13Le centre de gravité s’est déplacé de la côte orientale d’Afrique vers la péninsule. Le plus riche des deux l’emporte à nouveau.

1. PRÉSENTATION GÉOGRAPHIQUE

1.1 Traits du relief et du climat ; la population

14L’Oman, qui s’étend sur près de 300 000 km2, étire ses 1 800 km de côtes entre 16°40 et 26°20 de latitude nord. Promontoire isolé et rocheux du cap Musandam, montagnes au nord, montagnes au sud, déserts au centre : sables des Wahîba à l’est, hamadas pierreuses et dunes du Rub’ al-Khâlî à l’ouest.

Le climat

  • 3 Renardet-SautiICE. Water Resources survey in north-east Oman. Interim Report, Mascat.

15Le climat de l’Oman est rude, caractérisé par des précipitations faibles, des températures élevées, des sécheresses périodiques. Le Dhufâr qui subit les effets de la mousson de juin à septembre est moins chaud et plus humide que l’Oman du nord où les pluies sont irrégulières, mal réparties dans le cours de l’année. La moyenne des précipitations pour cette région, de 1893 à 1976, se situe autour de 100 mm3 ; la moyenne des températures varie de 21° à 36°, les écarts diurnes-nocturnes étant plus réduits d’avril à octobre où les maxima dépassent 43° (juin, juillet). Les températures sont moins élevées au Dhufâr, le minimum étant de 13° en janvier, le maximum de 32° en mai. Des années de sécheresse se succèdent à intervalles plus ou moins réguliers. La tradition orale en fait état dans certaines régions (Sharqîya) ; elles sont confirmées par les études climatologiques.

La population

  • 4 International Bank for Reconstruction and Development.Current economic position and prospects of O (...)
  • 5 Statistical Year Book. Development Council, Technical Secretariat, Directorate General of National (...)
  • 6 Current economic position and prospects of Oman, op. cit., Statistical appendix, Table 1.1 : popul (...)

16Peu de population sur ces terres arides : 600 000, 800 000 peut-être selon l’estimation de certains organismes4, 1 500 000 selon les chiffres officiels du Sultanat5. Faible population nomade6, majorité de population sédentaire. Le peuplement est caractérisé par sa dispersion et par l’absence de foyers importants.

17Climat, relief et hydrologie se conjuguent pour conférer aux foyers de peuplement de l’Oman, comme l’ont noté tous les observateurs, les caractères d’isolats, et aux communautés humaines qui les habitent une autarcie d’insulaires.

1.2 Les grandes régions

La plaine de Bâtina

18Au nord-ouest de Masqat, la chaîne côtière dont les premiers contreforts se trouvent aux abords immédiats de la ville s’écarte de la côte pour céder la place à la plaine de la Bâtina qui s’étend sur 300 km, le long du golfe d’Oman jusqu’à la frontière des Émirats.

19La Bâtina est la région la plus peuplée et la plus active du pays ; à proximité immédiate de la côte, les palmeraies forment un cordon quasi continu. Agriculture, petit élevage et pêche ont été longtemps prospères dans cette région.

20Les conséquences de l’urbanisation récente commencent à se faire sentir :

  • des exploitations agricoles vouées au maraîchage se sont multiplées, tentant d’adapter de nouvelles techniques de culture aux productions légumières ; le marché de la capitale, proche, leur offre des débouchés rémunérateurs ;
  • les résidences secondaires ont également fait leur apparition, dévorant les terres situées à proximité de l’axe principal qui relie Masqat aux Émirats ;
  • la petite industrie s’est développée mais à un rythme moins rapide. Ces trois types d’occupation apparus au cours de ces dix dernières années se sont faits de manière linéaire de part et d’autre de la route ; ils donnent l’apparence d’une urbanisation continue. Ce n’est qu’une apparence car, en l’absence d’axes de pénétration, aucun développement nouveau ne s’est fait en profondeur.

21Bien que les ressources en eau soient relativement importantes, ce mode d’occupation est peu compatible avec une exploitation rationnelle de l’aquifère. Il en est résulté une surexploitation ponctuelle des ressources qui met en danger la palmeraie. Les analyses faites en certains points font apparaître une salinité accrue qui suggère que la rupture de l’équilibre n’est sans doute pas très éloignée. Si les tendances actuelles devaient se poursuivre et si les forages devaient se multiplier hors de tout contrôle, les conséquences pourraient être catastrophiques pour la palmeraie située à proximité de la côte, la première touchée par les remontées d’eau de mer.

22Les villes principales de la Bâtina sont : Sîb – où a été construit l’aéroport qui dessert Masqat – Barkâ’, Masna’a, Suwayq, Saham, Suhâr, Liwâ’ et Shinâs. Ces villes sont en croissance rapide. Celles qui sont situées à proximité de la capitale font preuve du plus grand dynamisme, en particulier Sîb dont une partie de la population active fait l’apprentissage des longs déplacements domicile-travail vers Ruwî et Masqat.

Carte n° 7 – Le sultanat d’Oman.

23La topographie de la capitale, bloquée au sud par les montagnes, crée une pénurie naturelle de terrains constructibles et explique que l’agglomération, dont la population dépasse 100 000 habitants, s’étale déjà sur une quarantaine de kilomètres.

Les massifs montagneux

24Les massifs montagneux occupent une partie importante du nord de l’Oman. Leur franchissement, difficile, contribue à isoler les régions les unes des autres. Certaines zones, jusqu’à une époque récente, n’étaient accessibles qu’à pied.

25Les obstacles du terrain sont tels que certains groupes de villages sont encore des isolats. Les récentes constructions de pistes d’altitude ont désenclavé la majorité d’entre eux. Cependant, les grands axes de communication empruntent les rares trouées naturelles.

a) Le Musandam

26Cette province septentrionale, pointe avancée de la péninsule Arabique, est isolée du reste du pays. Le jabal al-Harim culmine aux environs de 2 000 m. Le relief du Musandam est très tourmenté et confère à la région un caractère unique. Sa position stratégique ne l’est pas moins puisqu’il domine le détroit d’Ormuz.

27La population du Musandam est faible ; selon les différentes sources disponibles, elle ne dépasserait pas 15 000 habitants. Le manque d’eau et l’exiguïté des terres arables l’ont incitée depuis longtemps à l’émigration vers les Émirats. La pêche artisanale demeure active et trouve des débouchés rémunérateurs en Iran et dans les Émirats.

b) L’Hajar occidental (al-Hajar al-Gharbi)

28Formant un arc de cercle, l’Hajar occidental borde à l’ouest la plaine de la Bâtina. Ce massif est une chaîne volcanique et sédimentaire, coupée de hautes vallées. Comme la Bâtina, l’Hajar occidental s’étend sur 300 km, de la trouée de Sumâyil à la frontière des Émirats ; entre ces deux points, le franchissement en est malaisé.

29Le peuplement de cette zone de montagne est très faible. Deux modes le caractérisent :

  • des foyers situés en piémont, qui sont les plus importants : Nakhl et Rustâq en sont des exemples. Leur situation leur permet de profiter des ressources en eau dont la chaîne de l’Hajar assure la collecte. Ces villes, petites, assument des fonctions diversifiées combinant des activités marchandes, artisanales, administra-tives et religieuses. L’importance des constructions du passé témoignent de leur ancienne prospérité ;
  • des villages isolés, établis soit dans les hautes vallées, soit à flanc de montagne. Ces villages qui ne dépassent guère la centaine d’habitants sont remarquables car, en raison de l’altitude, ils bénéficient de conditions climatiques privilégiées. Les terres arables sont d’étendue restreinte mais dans certains d’entre eux, les paysans parviennent à faire trois récoltes de céréales par an. Comme ces communautés sont demeurées à l’abri des influences extérieures jusqu’à une date récente, elles sont parvenues plus qu’ailleurs en Oman à conserver l’ensemble de leurs activités. L’élevage y est encore intégré à l’agriculture, le petit artisanat actif, la gamme des productions étendue même si les quantités produites sont faibles. Les deux villages les plus représentatifs de ce type de peuplement sont Sindt et Shurayja, tous deux situés à 1 200 m.

30Les autres types d’implantation du massif sont de petits hameaux, surplombant quelques cultures en terrasse.

31L’élevage itinérant se pratique jusqu’à des altitudes élevées, parfois même au-delà de 2 000 m. Malgré son nom, le jabal Akhdar qui culmine à 3 000 m n’offre que des pâturages médiocres.

c) L’Hajar oriental (al-Hajar ash-Sharqî)

32L’Hajar oriental se situe dans le prolongement de l’Hajar occidental dont il n’est séparé que par la trouée du wâdî Sumâyil. Ce passage est la voie naturelle de pénétration la plus importante entre la côte et l’Oman intérieur. Plus au sud, le wâdi Dayqa franchit le Devil’s Gap mais comme le toponyme le suggère, il ne s’agit que d’un passage d’accès dangereux. Seules quelques caravanes s’y risquent à la période des basses eaux car, s’agissant d’un canyon, les crues y sont redoutables. Le wâdî Dayqa offre cette caractéristique unique en Oman d’être un fleuve permanent.

33La chaîne de l’Hajar oriental longe la côte et, à l’exception de la plaine de Qurayât, la montagne ne laisse place qu’à une étroite plateforme ; à certains endroits la montagne tombe directement dans la mer. Bien que moins haute que celle de l’Hajar occidental, cette chaîne est encore moins peuplée. Les foyers de peuplement de quelque importance sont Fanjâ’, Bid-Bid et Sumâyil, situés dans la trouée du même nom. Ces villages bénéficient d’abondantes ressources en eau, la palmeraie de Sumâyil étant l’une des plus riches d’Oman. Qurayât, situé à 80 km au sud-est de Masqat, est la plus grosse agglomération de cette région ; avec sa couronne de villages, il compte environ 25 000 habitants. Plus à l’est ne vivent que de très petites communautés de pêcheurs dont Tiwî, autrefois accessible uniquement par mer, est caractéristique.

34L’autre versant de l’Hajar délimite la Sharqîya ou région de l’est ; il est également peu peuplé. Les villages du wâdî Banî Khâlid sont les plus remarquables de ce versant par l’abondance de l’eau et la beauté de leur site. Cependant, ils ne disposent que de très faibles étendues de terres arables. La haute montagne n’est pas habitée ; à l’inverse de l’Hajar occidental, elle n’offre pas de pâturages accessibles.

d) Les plateaux intérieurs

35Au sud-ouest de la chaîne de l’Hajar s’étendent de vastes plateaux dont l’altitude moyenne est de l’ordre de 500 m. De Buraymî, à la frontière des Émirats, jusqu’à Bilâd Banî bû ‘Alî au seuil du désert des Wahîba, ces plateaux forment un ensemble homogène.

36Plus qu’ailleurs en Oman, la répartition des centres de peuplement y est commandée par le système d’irrigation, les galeries drainantes appelées aflâj (sing : falaj). La longueur de ces galeries explique la distance moyenne qui, dans cette région, sépare les oasis les unes des autres : une trentaine de kilomètres. L’importance des travaux de construction de ces galeries et leur entretien exigent une communauté suffisamment nombreuse pour en supporter la charge. Enfin la quantité d’eau produite, variable suivant l’importance des ouvrages et leur état, ne peut être accrue ou réduite ; elle fixe pratiquement de manière immuable une limite supérieure aux surfaces irrigables et partant la taille de l’oasis.

37Pour ces raisons, l’occupation des plateaux intérieurs de l’Oman présente une grande homogénéité des établissement humains : petites oasis en chaîne et agglomérations de 10 000 à 15 000 habitants. Les hameaux ou les exploitations isolés sont rares ; il s’en trouve cependant dans quelques sites où des puits ont été forés. Il s’agit là d’implantations récentes, car les conditions d’insécurité qui ont été longtemps celles de ces régions exigeaient que la population se regroupât.

38Bien que cette région des plateaux forme géographiquement un tout, on y distingue plusieurs provinces qui correspondent à des entités historiques. Ce sont, d’ouest en est :

  • La Zâhira au nord-ouest. Ses principales agglomérations sont Buraymî, Qâbil, Dank et ‘Ibrî. En raison de la proximité des Émirats et de l’existence de bonnes voies de communication avec Dubayy et Abu Dhabi, l’émigration semble plus importante dans cette province que dans les autres et le déclin de l’économie rurale y est attesté par l’abandon de nombreuses exploitations.
  • L’Oman proprement dit est une province plus active. Dans les régions de Nizwâ et de Bahlâ’, l’agriculture se maintient et les villes sont numériquement plus importantes. Nizwâ, « capitale » de la province, compte environ 15 000 habitants. C’est le plus grand centre des plateaux intérieurs.
  • La Sharqîya semble une région très touchée par l’émigration. Aux alentours de 1947, des années de sécheresse répétées ont contraint une partie de la population masculine active à abandonner la province pour émigrer en Afrique orientale. Une longue tradition d’échanges a tissé des liens étroits entre les tribus de cette région et les îles de la côte orientale africaine.
    L’agriculture n’y est plus guère pratiquée ; seule la palmeraie fait l’objet d’un minimum de soins. Les champs extérieurs aux villages ne sont plus cultivés. L’essentiel des ressources des habitants provient du commerce, d’emplois salariés, de petites entreprises artisanales. Forte de ses traditions et d’un passé prospère, cette province semble attendre avec patience et tenacité qu’on lui trouve un nouvel avenir.
  • Le Ja’lân et Sûr. Le Ja’lân est une étroite vallée située au sud-est de l’Hajar oriental. C’est le débouché naturel de la Sharqîya en direction du port de Sûr. Ce port fut longtemps très actif, en relations régulières avec l’Inde et surtout l’Afrique. Sa rade offrait l’un des meilleurs abris de la côte, le dernier avant l’océan Indien. La construction de ports modernes à Masqat et à Salâla en a détourné le trafic ; aujourd’hui le port de Sûr n’est plus fréquenté que par quelques boutres qui persévèrent à commercer avec Bombay. La ville a conservé une activité de construction navale : boutres destinés au transport et embarcations de pêche. L’ouverture récente de routes bitumées a contribué à élargir les débouchés de la pêche locale. Dans cette ville en déclin, le marché au poisson constitue désormais une des principales activités.
L’Oman désertique

39Au sud-ouest d’une ligne qui passe approximativement par Adam, Mudaybî et al-Kâmil, on quitte les régions d’habitat permanent ; les sables, les dunes et les hamadas succèdent aux plateaux. Ces étendues immenses occupent les trois quarts du pays. Seuls les sables des Wahiba et les franges orientales du Rub’ al-Khâlî sont parcourus par quelques troupeaux.

40La principale richesse de l’Oman d’aujourd’hui, le pétrole, se trouve dans cette région. Les premiers forages productifs ont été découverts au sud de Nizwâ ; depuis de nouveaux gisements ont été mis en exploitation à proximité de la frontière d’Arabie Saoudite.

41Le nord et le sud de l’Oman n’étaient reliés que par une piste de plus de 850 km, difficile et mal entretenue. Aujourd’hui une route asphaltée est en cours de construction, qui établira une liaison rapide entre les deux parties du pays. Elle n’aura qu’une fonction de liaison puisque son tracé ne dessert aucune agglomératoion.

f) Le Dhufâr

42La topographie générale du Dhûfar est proche de celle du nord du pays : une plaine d’une dizaine de kilomètres de large longe la côte ; elle est bordée par une chaîne de montagnes de faible altitude. Au-delà s’étendent des plateaux désertiques.

43Cette province méridionale se distingue cependant tout à fait de l’Oman du nord :

  • par son climat, en premier lieu. Les effets de la mousson s’y font sentir de juillet à septembre. La province est alors plongée dans une brume épaisse qui se condense en fines gouttelettes dès qu’elle rencontre un obstacle. Bien que les précipitations annuelles ne dépassent pas 100 mm, cette condensation permet à certaines essences, inconnues sous cette latitude, de prospérer. Les principaux bénéficiaires de cette humidité sont les monts Qarâ’ et Qamar. Recouverts d’une végétation relativement abondante, ils offrent pendant une partie de l’année des pâturages d’une richesse inconnue dans le reste du pays ;
  • en second lieu, par son peuplement. Les trois principaux groupes qui la peuplent occupent des zones différentes : la plaine de Salâla et les villages de la côte sont habités par des sédentaires, agriculteurs, pêcheurs et commerçants ; les monts Qarâ’ constituent le terrain de parcours d’une population d’éleveurs de gros bétail, des pasteurs-bouviers ; enfin, au-delà de ces montagnes au relief usé, une population nomade clairsemée vit dans la partie désertique de cette province.
  • 7 Planhol (Xavier de), Les fondements géographiques de l’Histoire de l’Islam. Paris, Flammarion, 196 (...)

44Les origines, les modes de vie, la religion séparent ces trois groupes, les pasteurs-bouviers n’étant que peu ou pas islamisés ; leurs « contrastes sont restés vigoureusement affirmés en face du monde bédouin »7.

45L’économie du Dhûfar s’organisait autrefois autour de cette diversité. L’agriculture, la pêche et le négoce des produits d’importation faisaient la prospérité des populations sédentaires de la côte. Salâla – la capitale –, Raysût, Tâqa, Mirbât ont toujours eu une population de pêcheurs et les ressources maritimes y semblent plus importantes que dans le nord du pays. Une partie de cette production, en particulier les sardines séchées, est acheminée vers la montagne où, pendant la durée de la saison sèche, elle sert de complément alimentaire au bétail. Les éleveurs des monts Qarâ’, vivant de manière autarcique, ont jusqu’à maintenant peu exploité leurs troupeaux, pratiquant essentiellement un élevage « contemplatif ». Les nomades assuraient les transports dans la région et au-delà. Ils recueillaient également l’encens, les boswalias poussant ici en abondance.

46En dépit des développements récents et de la rébellion qui, pendant des années, affecta la région, ces économies complémentaires se maintiennent, ainsi que les échanges auxquels elles donnent lieu.

1.3 Le cadre administratif régional

  • 8 Wilkinson (John C.), The origins of the Omani State. In : The Arabian Peninsula : Society and Poli (...)

47La division de l’Oman du nord en wilâya remonterait au premier imâmat ibâdite de Julanda ibn Mas ‘ûd au viiie siècle8.

48Ces wilâya – circonscriptions administratives qui existent toujours – sont aujourd’hui au nombre de quarante, dont deux pour le sud du pays. L’Oman du nord, y compris le Musandam, en compte donc trente-huit, réparties entre les anciennes provinces.

49A la tête de chaque wilâya se trouve un gouverneur, wâlî, qui administre la circonscription, souvent assisté d’un adjoint, nâ’ib wâlî, et d’un juge, le qâdî. Jusqu’à une époque récente, le wâlî, nommé par le gouverneur et représentant du Sultan, ne devait pas être membre d’une des tribus tombant sous sa juridiction ; il était donc généralement étranger à la région, bien qu’il existât des exceptions à cette règle.

50Depuis 1970, cette organisation administrative ancienne a été étendue et renforcée par de nombreuses créations. Ainsi des municipalités ont été créées dans une dizaine de villes ; celle de Salâla fut une des premières. Les conseils municipaux sont nommés et habituellement formés des notables de la ville. Bien que les fonctions de ces municipalités soient encore limitées (contrôle de la construction, approvisionnement en eau potable, gestion des marchés, état sanitaire de la ville et collecte des ordures), cette création est importante puisqu’elle est la première tentative pour faire agir ensemble, au sein d’une même organisation, les représentants de tribus et de fractions souvent opposées. C’est la création d’une entité administrative qui tend à dépasser les vieux antagonismes tribaux en proposant aux intéressés la gestion commune de leur cité.

Les grandes étapes de l’histoire de l’oman

51Je ne rapporte ici que les étapes et les faits majeurs de l’histoire du pays. Le but est de mettre en place un cadre historique, de donner des repères qui permettent l’intelligence des transformations et du sens de l’évolution de ce pays.

52Je renvoie pour un plus grand développement et des analyses approfondies aux nombreux textes et ouvrages de spécialistes cités dans cette introduction et sur lesquels est fondée cette présentation succincte.

53Le peuplement de l’Oman à l’époque pré-islamique s’est fait selon différentes vagues de migrations dont la tradition n’a retenu que les deux principales : l’une venue du sud, l’autre du nord-ouest.

  • 9 Wilkinson (John C), ibid., p. 72, 73, 85.

54Le courant méridional qui, dans un premier temps, se fixa dans la province de Ja’lân était composé de tribus arabes appartenant aux groupes Azd (Mâlik ibn Fahm) et Qudâ’a9. Le courant septentrional pénétra dans le pays par la trouée de Buraymî. Il drainait des courants migratoires venus d’Arabie centrale vers Bahrain et des régions sédentarisées du Golfe. Deux tribus du groupe Azd pénétrèrent ainsi en Oman ; la première fut celle des Azd ‘Imrân qui avait établi avec les ‘Abd al-Qays de Bahrain des liens privilégiés. La seconde – une des vagues majeures de cette émigration arabe – fut celle des Shanû’a. Ces tribus se fixèrent dans les zones désertiques et montagneuses.

55Si les grands courants qui constituent le processus de peuplement sont connus, les étapes historiques de ces migrations, les origines de leurs héros fondateurs de lignées, relèvent partiellement du récit légendaire et de l’épopée.

56Ces tribus arabes furent au contact des Perses qui occupaient alors la frange côtière de la Bâtina et le port de Suhâr.

  • 10 Lombard (Maurice), L’Islam dans sa première grandeur (viiie-xie siècles). Paris, Flammarion, 1971, (...)
  • 11 Planhol (Xavier de), op. cit., p. 359.

57La reprise du contrôle des ports du Golfe entre le viiie et le xve siècle par différents peuples, dynasties ou groupes constitue l’histoire même du trafic marchand dans cette région du monde. Rappelons que « le déplacement des grands centres portuaires du Golfe en rapport avec les vicissitudes politiques et économiques (mouvement qarmate, lutte Samânides-Barluks...) »10 se fit globalement d’ouest en est. L’ensemble Basra– Ubulla– Abâdân fut supplanté par Sîrâf, remplacé à son tour par l’île de Qays – « ce grand hâvre du Golfe » – et enfin par Ormuz (Hormuz)11.

  • 12 Lombard (Maurice), op. cit., p. 60.

58Cet axe essentiel des échanges entre le Moyen-Orient, l’océan Indien et l’Extrême-Orient offrait des routes maritimes et terrestres alternativement ou conjointement utilisées selon les risques du moment. Les périls encourus sur l’une d’entre elles entraînaient la prédominance temporaire de l’autre. Ainsi, au viiie siècle, des incursions tibétaines répétées firent abandonner la voie terrestre du Moyen-Orient vers la Chine au profit de la voie maritime du Golfe. Dès cette époque, « des colonies de marchands musulmans et juifs » étaient établies à Canton12.

59Cette voie maritime dont le point de départ était Suhâr fut l’une des plus longues routes commerciales du monde.

  • 13 Aubin (Jean). La ruine de Sîrâf et les routes du golfe Persique aux xie et xiie siècles. Cahiers d (...)
  • 14 Bathurst(R.D.), op. cit., p. 93.

60Au xe siècle, Suhâr était un port actif. Entrepôt des marchandises importées d’Extrême-Orient, il était au centre d’un réseau d’échanges maritimes et caravaniers. Détruit par les Qarmates, reconstruit et occupé par les Perses, son rôle déclina au cours du xie siècle lorsque les ports omanais passèrent sous le contrôle des Banî Qaysar de Qays13. Le commerce avec l’Extrême-Orient cessa au milieu du xiie siècle et Suhâr fut détruit vers 122514.

  • 15 Aubin (Jean). Le royaume d’Ormuz. Mare Luso-Indicum (Centre de Recherches d’Histoire et de Philolo (...)

61Qalhât assura la relève. Il commerçait avec l’Inde, l’Insulinde et l’Afrique orientale. Les princes d’Ormuz qui, pendant presque trois siècles, imposèrent leur hégémonie, s’en étaient emparés15. L’invasion portugaise mit un terme à leur prospérité. La prise d’Aden (1513), puis d’Ormuz (1515) livra aux Portugais les « clés » de l’océan Indien.

La situation interne de l’Oman entre le ixe et le xviie siècle.

  • 16 Wilkinson (John C), op. cit., p. 80.

62Les tribus arabes, fixées en quelques points à l’origine, se dispersèrent sur l’ensemble du pays. Certaines d’entre elles se sédentarisèrent. Les traits du relief, qui entraînaient des difficultés de circulation entre les différentes provinces, accentuèrent les autonomies régionales. Depuis le xe siècle, note J. Wilkinson, les tendances régionalistes se développaient, renforcées par les liens que nouèrent les tribus vivant sur un même territoire16.

63La domination étrangère sur la côte et les ports de la Bâtina en faisait une enclave indépendante. Au sud-est, la Sharqîya, qui avait ses propres débouchés sur la mer, était déjà tournée vers l’océan Indien. Qalhât d’abord puis Sûr ensuite commercèrent avec les îles de la côte orientale d’Afrique.

  • 17 Wilkinson (John C), ibid., p. 81.
  • 18 Gardet (Louis). Les hommes de l’Islam. Paris, Hachette, 1977, p. 219 (Coll. Le Temps des Hommes).

64L’imâmat ibâdite médiéval se replia sur le Jawf, région isolée du massif de l’Hajar occidental17. A l’écart des influences étrangères du nord et des dissidences provinciales de l’est, il maintint une identité politique, religieuse et spirituelle. Son isolement était conforme au principe ibâdite de la clandestinité, du secret – kitmân -, la meilleure protection de la pureté de la foi18.

  • 19 Bathurst(R.D.), op. cit., p. 94.

65La discontinuité du pouvoir des imâms permit à certaines fractions tribales d’étendre leur zone d’influence, ainsi les Nabâhina et leurs chefs. Les imâms successifs19 ne réussirent pas à dominer ces rivalités. Ce ne fut qu’une longue suite de tensions et d’affrontements. « La stabilité ne revint en Oman qu’avec l’élection en 1500 de l’imâm Muhammad ibn Ismâ’îl » dont le mandat dura jusqu’en 1536.

Les Portugais dans le Golfe et en Afrique orientale (1505-1665).

  • 20 Aubin (J.). Le royaume d’Ormuz, op. cit., p. 160.

66En 1505, le gouverneur de Goa, Dom Francisco de Almeida s’empara de Mombasa ; quatre ans plus tard, il détruisait dans l’océan Indien la flotte égyptienne du dernier sultan mamlûk. En 1507, Alfonso de Albuquerque, pénétrant dans le Golfe, obtint la reddition de tous les ports omanais. La première garnison portugaise s’installa à Ormuz en 151520.

67Les Portugais occupaient alors les ports et les points stratégiques les plus importants du Golfe ; Ormuz, Bahrain, Masqat, Suhâr, Qalhât. Des révoltes se succédèrent ; des expéditions turques, dont l’une mit à sac le port de Masqat en 1551, tentèrent d’entamer la suprématie portugaise. Quoi qu’il en fut, les Portugais régnèrent pour un siècle et demi sur les eaux du Golfe et les mers du sud.

  • 21 Lombard (M.), op. cit., p. 185.

68Dépossédés de leur façade maritime et de leurs établissements africains, les Omanais se replièrent vers les montagnes. Mombasa, Zanzibâr, ces riches comptoirs tombés aux mains des Portugais, n’alimentaient plus la traite orientale pour le bénéfice des Omanais. Cette marchandise de haut prix qu’étaient les esclaves embarqués sur la côte des Zanj, était acheminée par plusieurs voies vers le Moyen-Orient. L’une des plus anciennes passait par le Golfe ; dès l’époque sassânide, les plantations de sucre du Khûzistân, fournisseur de tout l’Orient musulman21, absorbaient cette main-d’œuvre servile importée de la côte orientale d’Afrique. Si l’on songe que du vie siècle à la première décennie du xxe siècle, la traite orientale ne cessa pas, bien qu’elle ait connu des prospérités diverses, on mesure l’importance de cet échange en volume et en durée entre la côte orientale d’Afrique et la péninsule Arabique.

La dynastie des Ya’âriba (1624-1744)

69En 1624, le premier imâm Ya’rûbî, Nâsir ibn Murshid, fut élu à Rustâq. A l’inverse de ses prédécesseurs dont le gouvernement avait été limité aux villes de l’Oman intérieur, il mena une politique double : d’une part, la réunification sous son autorité des pouvoirs régionaux et tribaux, d’autre part, l’unité étant assurée, la reconquête de la puissance maritime. Cela impliquait en premier lieu la reprise des ports omanais, enclaves étrangères au sein du pays.

  • 22 Bathurst (R.D.), op. cit., p. 94.
  • 23 Bathurst (R.D.), op. cit., p. 105.

70Dans un premier temps, son but fut de contrôler certains points stratégiques du pays tels la trouée de Sumâyil, accès à la côte, et la route escarpée du wâdî ‘Aqq qui commandait la Sharqîya et le port de Sûr22. Dans un second temps, il étendit son pouvoir à l’Hajar occidental recouvrant autorité sur les tribus et les villes de ‘Ibrî, Bât, Bahlâ’, Yanqul et l’oasis de Liwâ’23. Cette tâche accomplie, il entreprit d’expulser les Portugais.

71L’hégémonie portugaise dans le Golfe avait subi une première atteinte lorsqu’en 1622 Ormuz passa aux mains des Perses et des Anglais. Les assauts omanais se succédèrent : Sûr et Qurayât furent attaqués en 1634, Suhâr en 1643, Masqat en 1643 et 1647. En 1650, avec la reprise définitive de Masqat, les imâms Ya’rûbî avaient reconquis leur façade maritime. Ils poursuivirent leurs envahisseurs sur mer, leur livrant une série de batailles et les attaquant jusque dans leurs possessions d’Afrique orientale. La chute de Mombasa en 1665 scella la capitulation portugaise et la fin d’une hégémonie de cent cinquante ans sur le Golfe, la mer d’Arabie et l’océan Indien.

72C’est à Sultân ibn Sayf I, qui avait succédé à son cousin Nâsir, que revint la gloire de cette reconquête. Stratège avisé, il déploya une intense activité dans le pays temporairement pacifié. Les aflâj furent réparés, les palmeraies agrandies. Il dota le pays d’une marine puissante qui assura ses victoires contre les Portugais. Le commerce se développa. Ses successeurs (onze imâms) poursuivirent son action.

  • 24 Landen (R.G.), Oman since 1856. Disruptive modernization in a traditional arab society. Princeton, (...)

73Le règne des Ya’âriba fut une époque de pouvoir fort et de relative sécurité. Oman se hérissa de tours, d’enceintes, de forts et de forteresses. Rustâq et Nizwâ furent tour à tour leur résidence. Le pays se construisit. « Ainsi, vers 1700, l’imâm d’Oman était devenu le chef d’un pouvoir économique et naval fort dont l’hégémonie s’étendait sur des milliers de miles le long de la côte de l’océan Indien, un « leader » qui avait plus en commun avec la dynastie marchande des princes d’Ormuz qu’avec les imâms du Julanda, lesquels avaient établi l’ibâdisme dans le sud-est de l’Arabie »24.

  • 25 Bathurst (R.D.), op. cit., p. 105.

74Une succession contestée fut à l’origine de la guerre civile qui ébranla le pays pendant vingt ans. Les tribus se soulevèrent, conduites par Khalaf ibn Mubârak, shaykh des Banî Hinâ, et Muhammad ibn Nâsir, shaykh des Banî Ghâfir. Deux fractions (Hinâwî-Ghâfirî) étaient nées sous la bannière desquelles se rangèrent les tribus du pays. Les deux chefs rivaux furent tués à la même bataille25, laissant le champ libre au jeune Sayf, élu imâm à Nizwâ en 1728.

75Une invasion perse conduite par Nadir Shah en 1737 menaça de nouveau l’autonomie du pays. Leur vainqueur, puissant personnage de la tribu des Âl Bû Sa’îd, reconquit l’indépendance.

L’avènement des Âl Bû Sa’îd (1749).

76Les auspices sous lesquelles s’ouvrit le règne de cette nouvelle dynastie furent, d’une part, les séquelles d’une guerre civile qui avait profondément divisé le pays, d’autre part, une puissance maritime incontestée.

  • 26 Landen (R.G.), op. cit., p. 61.

77Masqat devint le principal entrepôt et le premier port commercial du Golfe. A la fin du xviiie siècle, les cinq huitièmes du commerce international de cette région transitaient par Masqat26 qui avait supplanté Basra et Bûshir.

  • 27 Kelly (J.B.), op. cit., p. 108.

78Pour attirer commerçants et navigateurs, les autorités de la ville offraient protection contre les pirates qui sévissaient alors sur les routes maritimes, et traitement de faveur en matière de taxes douanières. L’émergence d’une classe de marchands, entreprenante et habile, accentua la prospérité de la frange côtière au détriment des provinces intérieures, scellant un clivage encore visible aujourd’hui. Les Âl Bû Sa’îd assirent leur pouvoir sur leurs entreprises maritimes et marchandes. Hamad, petit-fils de Ahmad ibn Sa’îd, premier imâm de la dynastie, fit de Masqat la capitale. « It was a change which symbolized the shift in the basis of ruling power in Oman from the land to the sea »27.

  • 28 Landen (R.G.), op. cit., p. 59.

79Sur le plan intérieur, les fils et les parents de Sultân, dès lors pourvus du titre de sayyid, furent nommés à des postes de responsabilité administrative : gouverneurs des principales villes. Une armée permanente, modeste certes, formée d’esclaves et de mercenaires, fut créée28.

80Sultân ibn Ahmad, qui s’était réservé Masqat, laissa à l’un de ses frères Rustâq et le titre d’imâm, à l’autre le gouvernorat de Suhâr. « C’était la première étape vers la décentralisation de l’autorité qui, depuis l’origine, était le principe directeur de la dynastie Âl Bû Sa’îd et qui devait le rester ». Cependant, les ambitions et les rivalités personnelles au sein de la famille régnante furent telles que plusieurs sultans consumèrent une partie de leur énergie à tenter d’obtenir obéissance et fidélité de leurs propres fils, neveux ou frères. Le recours au meurtre pour s’emparer du pouvoir ne fut pas exclu.

81L’intérêt que portaient les dirigeants à leurs possessions d’Afrique orientale, dont les revenus alimentaient généreusement leur cassette, devint croissant. Le sultan Sa’îd ibn Sultân fit de Zanzibâr non seulement son lieu de résidence privilégié, mais aussi la capitale de l’empire omano-africain.

L’expansion omanaise en Afrique orientale et la prospérité coloniale.

82Au cours du xviiie siècle, l’expansion omanaise sur la côte swahilie avait connu trois étapes de développement : une première étape où cette expansion était impulsée par l’unité politique retrouvée de l’Oman ; une seconde où l’unité intérieure rompue, les troubles de l’Oman retentirent sur les possessions africaines ; enfin, une troisième, où la faction gagnante en Oman renforça son autorité en Afrique orientale. Ce fut le début de la période la plus florissante de la présence omanaise sur la côte orientale, dont le milieu et la fin du xixe siècle marquèrent l’apogée.

  • 29 Coupland (Sir Reginald), The exploitation of East Africa, 1856-1890 (the slave trade and the scram (...)

83A cette apogée correspond une diaspora maxima des tribus omanaises. Elles occupaient les îles de la côte – contrôlant avec des succès divers les îles du nord – et s’étaient enfoncées jusqu’au Burundi et au Zaïre où les routes de la traite les avaient conduites29.

  • 30 Nicholls (C.S.). The Swahili coast. Politics, diplomacy and trade on the East African littoral, 17 (...)

84Autour de 1860, l’ampleur du négoce s’intensifia. L’île de Zanzibâr, fief politique des Omanais où certaines fractions avaient fait souche depuis plusieurs générations, prit un grand essor économique. Elle devint le principal entrepôt de la côte orientale, au débouché des routes de l’intérieur du continent par lesquelles étaient acheminés les esclaves et l’ivoire30. En cinquante ans, les revenus que tiraient les sultans des taxes douanières de Zanzibâr furent multipliés par cinq.

85Le développement des plantations de coprah puis de girofle dans l’île – qui devint en un demi-siècle le plus gros producteur du monde – augmenta la demande de main-d’œuvre servile. Le sultan Sa’îd avait introduit le girofle (l810) ;sa réussite encouragea la communauté omanaise à suivre son exemple. De 1835 à 1845, les plantations – mashamba – se multiplièrent. Les Hârthî, la tribu omanaise la plus anciennement installée dans l’île, se transformèrent également en planteurs, « grands propriétaires fonciers et grands possesseurs d’esclaves ».

  • 31 Cooper (Frederick). Plantation slavery on the EAst coast of Africa. New Haven and London, Yale Uni (...)

86« En 1860, le système de la traite centré sur Zanzibâr remplissait deux fonctions : l’une interne de pourvoyeuse de main-d’œuvre pour les plantations, l’autre externe de fournisseur de la traite internationale »31. Les restrictions de ce trafic humain, que les Anglais avaient entamées vers 1820 devinrent effectives sous le règne du sultan Barghash en 1873. Le trafic fut officiellement aboli en 1897 à Pemba et à Zanzibâr, en 1907 au Kenya.

  • 32 Cooper (F.), op. cit., p. 54 et Bennett (norman R.). A history of the Arab state of Zanzibar. Lond (...)

87La prospérité de cette économie stimula les migrations omanaises. A la fin du xviiie siècle, environ 1 000 Arabes dont 300 Omanais vivaient dans l’île ; un siècle plus tard, on en comptait 5 00032. Après 1860, le déclin de l’économie omanaise accentua encore le flux migratoire, les propriétaires absentéistes étant alors la majorité dans les oasis de l’Oman.

  • 33 Bennett(N.R.), op. cit., p. 115.

88Vers 1880, la population cosmopolite de l’île comptait entre 200 000 et 300 000 habitants, la ville même de Zanzibâr en ayant environ 120 00033 : Indiens ismâ’îliens et Hindous, Arabes et Omanais, une importante population d’esclaves et une centaine de missionnaires européens... Les Omanais, en plus de leur pouvoir économique, constituaient l’aristocratie politique, religieuse et intellectuelle de l’île. Commerce, traite et transactions, esclaves et plantations, jeux de l’esprit et de pouvoir, tout contribuait à brosser un tableau opulent de cette société coloniale à la vie aisée.

89Cette opulence suscita la convoitise. La Grande-Bretagne qui, selon le journal égyptien « Al Marousah », avait « mis la patte sur les affaires du sultan d’Oman », la mit aussi sur ces terres de cocagne.

Suprématie britannique et rivalité française.

90En 1890, Zanzibâr devint protectorat britannique. Dans le Golfe, à cette époque, la politique de la Grande-Bretagne obéissait à un puissant impératif : la protection de ses intérêts en Inde et de la route terrestre qui y conduisait. La vice-royauté était établie à Calcutta.

  • 34 Archives du ministère des affaires étrangères. Lettre du 17/2/1903.

91Le Golfe était alors considéré « comme un lac anglais » dont le consul britannique de Bûshir avait été surnommé « le roi non couronné »34.

  • 35 Cité par : Busch (Briton Cooper). Britain and the Persian Gulf, 1894-1914. Berkeley, Univ. of Cali (...)

92Les intérêts internationaux, cependant, entrèrent en jeu et firent peser diverses menaces sur la suprématie britannique en général et le Golfe en particulier. La France, l’Allemagne, la Russie tsariste se retrouvèrent autour de cet axe stratégique, vérifiant la remarque de Bismarck selon laquelle : « En dehors des Balkans, il y a dans les affaires internationales trois principaux nids de guêpes : le Maroc et la Méditerranée, le golfe Persique et la doctrine américaine de Monroe »35.

  • 36 Busch (B.C), op. cit., p. 49.

93La Russie y convoitait un débouché. « Its interest outside Europe proper lay in the vast arc running from Constantinople and the Straits through Persia, Afghanistan, Tibet and the Far East »36. A l’instar des Allemands qui cherchaient un terminus sur le Golfe au projet de chemin de fer de Baghdad, les Russes envisageaient la construction d’une ligne ferroviaire au travers de l’Iran qui s’achèverait sur un port en eau chaude, soit à Bandar ‘Abbâs, soit à Châh Bahâr.

94La France, dont les enjeux commerciaux dans l’océan Indien étaient très importants, voulut établir un relais postal à l’entrée du Golfe, puis un dépôt de charbon en Oman pour approvisionner ses bateaux (1899). Le traité franco-omanais de 1844 donnait l’autorisation aux citoyens français d’acquérir des « propriétés » en Oman. Cette affaire, autour de laquelle s’agitèrent le ministre des affaires étrangères français, the Home and India Office, les agents français et britannique dans le Golfe, le vice-roi des Indes Lord Curzon, devint « l’incident de Masqat ». Les Anglais ne remportèrent pas une victoire décisive mais l’incident illustra la politique impérialiste que pratiquait la Grande-Bretagne dans le Golfe. La France eut son dépôt de charbon mais pas de base navale.

  • 37 Busch(B.C), ibid., p. 162.
  • 38 Busch(B.C), ibid., p. 184.

95Le pavillon de complaisance français sous lequel se pratiquait encore au début du xxe siècle le trafic clandestin des esclaves indisposait profondément les Anglais. Les manœuvres habiles du consul français de l’époque, Ottavi, déjouaient les stratégies anglaises. Lord Curzon, dans une lettre privée, le qualifiait « de petit Levantin vipérin »37. Après la capture par les Portugais du Mozambique de douze boutres de Sûr battant pavillon français et transportant des esclaves, les relations franco-britanniques s’envenimèrent. Le litige fut soumis à la cour de La Haye qui ne trancha pas en faveur des Anglais. « Si la Grande-Bretagne avait gagné sur terre, la France l’avait emporté sur mer »38.

  • 39 Busch(B.C), ibid., p. 302.

96Le trafic des armes dans le Golfe augmenta considérablement à partir de 1907. L’entente franco-britannique signée en 1904 exigeait, pour que ce trafic cessât, que la France ait donné son accord. Il y eut des tentatives d’échanges entre puissances coloniales : le commerce des armes dans le Golfe contre le territoire de Gambie en Afrique occidentale, enclave britannique dans une colonie française, le Sénégal. En 1908, 80 000 fusils passaient à Masqat. Des négociations eurent lieu entre le gouvernement britannique et le Sultan, mais le trafic ne cessa effectivement qu’en 1913. Dans cette région du monde, « l’influence française disparut avec le dernier fusil »39.

97Le sultan Faysal, privé des ressources que lui avaient procurées, un temps encore, la traite clandestine et le trafic des armes se trouva démuni. Les tribus de l’intérieur mirent à profit cette faiblesse pour tenter en 1913 de restaurer l’imâmat.

La période contemporaine (1913-1970).

98Le shaykh Sâlim ibn Râshid al-Kharûsî, élu imâm en 1913 par les tenants de l’orthodoxie ibâdite, fit peser une telle menace sur le pouvoir que la Grande-Bretagne dépêcha en Oman des régiments indiens. Un conclave avait ratifié la restauration de l’imâmat et déposé le Sultan. Le sultan Taymûr, qui avait succédé à son père Faysal mort en octobre 1913, ne contrôlait plus que la frange côtière : Masqat, Matrah, Suhâr, Sûr. Les tribus de l’intérieur s’emparèrent des ports de Barquâ’ et de Qurayât. Il fallut l’intervention britannique pour arrêter les forces conservatrices qui avaient donné assaut à Masqat en janvier 1915.

99La première guerre mondiale détourna l’attention de cette région du monde. Le sultan Taymûr entama des négociations avec les partisans de l’imâmat, l’agent britannique local devant servir d’intermédiaire. Les requêtes de la coalition conservatrice furent partiellement intégrées au traité de Sîb : retrait des troupes britanniques, refus des ingérences anglaises qui autorisaient « l’interdit » (l’alcool et le tabac), refusaient le « toléré » (le trafic des esclaves et des armes), dénonciation de la faillite économique et de la hausse du niveau de vie, corruption de la justice, pouvoir illégal du Sultan, faveurs accordées aux gens de cour, dépenses excessives des listes civiles et militaires... Le Sultan rejeta ces diverses requêtes.

100Les années qui suivirent furent marquées par la guerre civile et l’effondrement de l’économie extérieure. Les gouvernements de l’Imâm et du Sultan signèrent en 1920 le traité de Sîb qui reconnaissait leur double existence et mit fin aux hostilités.

  • 40 Landen (R.G.), op. cit., p. 407.

101L’état déplorable des finances du Sultanat pesait lourdement sur les villes de la côte. Le sultan Taymûr accorda à la compagnie d’Arcy un permis de prospection pour le pétrole, le gaz et différents minéraux. En 1937, son fils Sa’îd accorda une nouvelle concession de 75 ans pour la prospection, la production et le transport au Petroleum Development (Oman et Dhufâr). Ultérieurement les concessions furent exploitées par les Américains40.

  • 41 Kelly (J.B.). Eastern Arabian Frontiers. London, Faber and Faber, 1964, 319 p., bibliogr., index.

102La détermination des limites des concessions pétrolières opposa compagnies et États. La « dispute de Buraymî » (1949-1955) illustra cette course aux concessions41. D’âpres batailles furent menées, qui dépassaient le territoire de l’oasis de Buraymî et concernaient les frontières des régions désertiques du Rub’ al-Khâlî. Les relations entre la Grande-Bretagne et l’Arabie Saoudite furent rompues et rétablies en 1963 quand la question des frontières vint devant les Nations Unies.

103Bien que le sultan Sa’îd ait repris en 1957 le contrôle politique de l’ensemble du pays, la situation économique était toujours stagnante en 1960. En 1967, les puits de Fahûd, Nâtih et Yibâl entrèrent en production. Le Sultan qui, pour se libérer de ses dettes et de la tutelle britannique, avait réduit son gouvernement à une huitaine de personnes et imposé au pays comme à lui-même des conditions drastiques, disposait enfin de ressources. Il fut destitué en 1970 et son fils Qâbûs lui succéda.

3. PRINCIPAUX TRAITS DU RÉGIME ACTUEL

104L’Oman est une monarchie. Depuis l’accession au pouvoir du sultan Qâbûs, cette monarchie s’est libéralisée. L’appareil d’État a vu se multiplier les ministères et les conseils.

105Les options de politique antérieures, c’est-à-dire le rejet des apports occidentaux que le jeu des puissances étrangères et la précarité de ses finances avaient inspirés au sultan Sa’îd, maintinrent pendant trente-cinq ans le pays et sa population dans un réel isolement. Ne bénéficiant plus des revenus de son commerce extérieur, le pays s’abîma dans le dénuement. Absence de ressources et isolement se conjuguèrent jusqu’à ce que les premiers gisements de pétrole soient exploités.

106Après 1970, la politique nouvelle prit le contre-pied de celle qui était poursuivie antérieurement. Les revenus pétroliers (95 % des recettes de l’État), avec le réajustement des prix de 1973, mirent à la disposition du souverain des sommes considérables qui permirent de financer un gigantesque programme d’équipement dont le pays était totalement dépourvu : réalisation d’un réseau interne et externe de communications modernes, création d’équipements et de moyens de production, formation des hommes et promotion des institutions indispensables.

3.1. L’appareil d’État

107Les structures administratives mises en place après le coup d’État semblent avoir davantage relevé d’une politique d’urgence que d’un grand dessein de politique intérieure dont les étapes se réaliseraient méthodiquement.

108Deux périodes sont à distinguer :

  • celle des premières années du règne où des structures provisoires furent créées. Elles répondaient à une nécessité immédiate ; certaines eurent une vie éphémère.
  • celle des années suivantes où furent mises en place les institutions qui constituent aujourd’hui l’appareil d’État.
  • 42 Townsend (John). Oman. The making of the modem state. London, Croom Helm, 1977, p. 79.

109La multiplicité des tâches à accomplir éclaire cette phase de transition. L’ampleur des projets et la hâte qui présidèrent à la réalisation confinèrent souvent à l’anarchie42.

110La rébellion du Dhufâr menaçait doublement le pouvoir puisque des infiltrations des mouvements d’insurrection s’étaient faites jusque dans le nord du pays. La réduction de cette rébellion impliquait d’accorder la priorité à l’armée et à l’armement ; l’équipement social de cette province, susceptible d’en rallier les populations, était une autre priorité. Ces deux impératifs expliquent l’importance de la part du budget de l’État consacrée pendant plusieurs années consécutives aux équipements militaires, et l’avantage accordé à la province du Dhufâr en matière d’équipements sociaux et culturels.

111Immédiatement après l’accession au pouvoir du sultan Qâbûs, un Interim Advisory Council fut constitué, suivi de la création du Dîwân, le cabinet du Sultan, et de deux ministères : le ministère de l’intérieur qui supervisait les 40 wâlîs responsables des wilâya, et le ministère de la justice responsable des qâdîs.

112Un premier ministre fut nommé en la personne de Sa’îd ibn Târiq, oncle paternel du Sultan. Cette tentative se solda par un échec.

113Six nouveaux ministères furent rapidement adjoints à ceux qui existaient déjà : l’éducation, la santé, le travail, les affaires sociales, l’économie, l’information et les affaires étrangères.

114Cependant, le souverain garda le contrôle des affaires étrangères et des finances. Toutes les questions de sécurité interne et externe du pays relevaient -et relèvent encore – de sa seule autorité bien qu’un conseil de la défense nationale ait été constitué, dont le rôle est essentiellement limité à des fonctions de coordination entre les différentes instances qui sont sous sa responsabilité.

115En 1974, huit nouveaux ministères vinrent compléter l’appareil d’État. Aujourd’hui celui-ci comprend :

  • un conseil des ministres ;
  • une vingtaine de ministères dont un ministère des dotations religieuses (awqâf) et des affaires musulmanes ;
  • des conseils nationaux et spécialisés : les conseils du développement, des finances et de la défense sont des conseils nationaux ; celui du gaz naturel, de l’agriculture et de la formation, des conseils spécialisés.

116Enfin, la région de la capitale est administrée par un conseil spécialisé : le gouvernorat de la capitale.

117L’institut d’émission de l’Oman s’est transformé après 1975 en banque centrale d’Oman. La banque omanaise de développement a pour tâche d’encourager et de promouvoir l’initiative privée en organisant le crédit à moyen terme, en prêtant son assistance technique aux études de projets. Deux fonds de développement ont été créés ; l’un est destiné à intervenir dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage, l’autre dans celui de la pêche maritime.

118Trois remaniements ministériels ont eu lieu : le premier en 1974 avec création de nouveaux ministères, le second en 1978, le plus récent en mai 1979 : deux « Deputy Prime Minister » ont été nommés.

119Bien que d’importants changements aient été opérés dans la structure du gouvernement et que les institutions mises en place tendent à répartir – du moins en droit – les responsabilités et les décisions de la direction de l’Etat, le gouvernement reste conservateur et le pouvoir est essentiellement personnel.

120A l’inverse de quelques États du Golfe qui ont décidé la création d’assemblées élues ou consultatives – donc choisi une forme plus démocratique de gouvernement – le sultan Qâbûs n’a jamais envisagé de constituer une assemblée de notables représentant l’ensemble du pays, encore moins d’avoir une représentation populaire. Les turbulences politiques et religieuses passées de certains chefs de tribus expliquent aisément sa défiance à leur égard. Il gouverne dans la tradition des Âl Bû Sa’îd qui s’appuyèrent toujours sur les membres de leur lignée – en dépit des rivalités internes qui auraient pu faire quelque peu douter de leur loyauté – et sur la bourgeoisie marchande côtière. La majorité des portefeuilles ministériels leur ont été donnés et rares sont encore aujourd’hui les représentants des tribus de l’intérieur qui siègent au gouvernement.

3.2 La politique économique et sociale

La politique économique

121La politique économique de l’Oman telle qu’elle a été esquissée au début des années 70 s’inscrivait dans une triple perspective :

  • doter le pays d’infrastructures économiques et sociales ;
  • utiliser au mieux la période de prospérité due au pétrole afin de créer une économie nouvelle qui puisse survivre au déclin prévisible de la production pétrolière ;
  • jeter les bases d’un État moderne en dotant le pays d’institutions susceptibles de contribuer à l’organisation de son propre développement.

122C’est en 1975 que, pour la première fois, cette politique fut normalisée et présentée dans le cadre du premier plan quinquennal 1976-1980.

123Ce plan innovait dans la mesure où il tentait d’introduire une certaine coordination entre les différents projets de l’État, en définissant des objectifs et en proposant des moyens financiers et institutionnels pour y parvenir. Une résolution du conseil de développement, en date de 1975, résume les principales options qui ont servi de ligne directrice à l’établissement de ce premier plan quinquennal. Ce sont :

  • la mise en valeur des ressources nouvelles afin de compenser la baisse de la production pétrolière ;
  • l’accroissement de la part des investissements générateurs de revenus en particulier dans l’industrie, les mines, l’agriculture et la pêche ;
  • le développement des ressources en eau ;
  • l’achèvement des infrastructures de base en cours de réalisation.

124Ces actions prioritaires étaient assorties d’options de politique sociale et régionale qui concernaient :

  • une répartition géographique plus large des investissements jetant les bases de la croissance régionale ;
  • le maintien des foyers de peuplement existants, en évitant un exode massif vers les principaux pôles d’attraction urbains ;
  • le développement des ressources humaines afin d’accroître la participation des nationaux à la croissance économique ;
  • l’encouragement à l’initiative privée nationale.

125Aujourd’hui, le premier plan est arrivé à son terme. La comparaison entre les objectifs et les réalisations fait apparaître des écarts :

  • Le niveau prévu des investissements publics n’a pas été atteint. La raison principale semble en avoir été la lenteur excessive de l’élaboration des projets. Cela est plus particulièrement vrai des projets de production : les projets de cimenterie, de raffinerie et d’exploitation des gisements de cuivre accusent des retards de cinq ans.
  • La réduction prévue des dépenses militaires n’a pas été réalisée dans les limites assignées par le plan quinquennal.
  • Aucun projet significatif n’a été lancé qui aurait pu contribuer à amorcer le processus de rénovation de l’économie rurale. C’est sans doute dans ce secteur que l’on constate les retards les plus alarmants. En particulier, le plan est arrivé à son terme sans que l’objectif prioritaire de développement des ressources en eau ait reçu un commencement d’exécution.
  • Les objectifs de répartition géographique des investissements ont été partiellement atteints grâce au déploiement des infrastructures, mais les programmes destinés à doter les régions de moyens de production n’ont pas été élaborés.
  • La politique de revitalisation des différents foyers de peuplement s’est effectivement traduite par la construction de pistes, la réalisation d’équipements scolaires et hospitaliers et l’électrification rurale. Par contre, les projets visant à rénover l’appareil productif et à relancer l’activité économique ne se sont guère concrétisés.
  • Dans le domaine institutionnel, l’appareil d’État a été, comme nous l’avons vu, entièrement rénové. Des institutions spécialisées ont été créées (banque centrale, banque de développement, fonds spécialisés) qui n’ont pas toujours répondu à leur vocation, étant plus préoccupées de rentabilité à court terme que de développement.

126L’objectif prioritaire qu’était la revitalisation des foyers de peuplement n’a pas été atteint en raison des retards pris dans l’exécution des programmes générateurs d’activité économique. La capacité de l’administration à concevoir puis à exécuter les programmes régionaux semble avoir été très en dessous de ce qu’aurait exigé une politique de régionalisation des investissements. L’absence de personnel qualifié, l’insuffisance de l’appareil administratif, le peu d’intérêt manifesté par l’administration centrale pour les moyennes ou les petites réalisations, voire les conflits d’intérêt, expliquent en partie le décalage entre les objectifs de la politique et les réalisations effectives.

La politique sociale

127En 1970, bien que l’Etat fut doté d’importantes ressources, le pays présentait encore trois carences fondamentales :

  • l’enseignement était, à l’exception de l’école coranique, inexistant ;
  • les soins médicaux n’étaient dispensés qu’à un petit nombre de résidents de la capitale ;
  • enfin, l’essor économique qui s’annonçait risquait de laisser à l’écart du mouvement la majorité des nationaux démunis de qualification professionnelle et peu adaptés, en raison de leurs activités rurales, au travail salarié.

128La politique sociale et culturelle de l’Oman des années 70 a retenu ces trois priorités.

a) L’enseignement scolaire

  • 43 Le système éducatif s’inspire de l’organisation britannique qui comporte 3 niveaux : primary, inte (...)

129Compte tenu de la situation de départ caractérisée par l’absence d’établissements scolaires, la modernisation du pays passait par la réalisation d’un programme ambitieux. Cet objectif prioritaire était arrêté dès 1970 lorsque les bases d’un enseignement primaire furent jetées. Deux ans plus tard, le cours « moyen »43 faisait son apparition, puis le secondaire dès 1974.

130Les constructions scolaires n’ont pas toujours pu précéder l’ouverture des écoles et l’enseignement est encore souvent dispensé sous la tente. Les responsables du ministère n’ont pas eu le temps d’adapter les programmes et, pour cette raison, manuels et matériel pédagogique ont été importés. Pendant la phase initiale, l’administration centrale a été submergée par l’ensemble des tâches qui lui incombaient. Cependant des résultats qualitatifs ont été obtenus ; lors de la rentrée scolaire de 1978, les filles représentaient pour l’ensemble du pays plus de 35 % des élèves inscrits.

b) La santé

131Des équipements de santé ont été construits dans tout le pays et dotés de personnel étranger pour la plupart. En moins de dix ans, tous les foyers de peuplement importants ont eu accès à la médecine préventive et curative. En l’absence de statistiques médicales, il est difficile de mesurer l’impact des pro-grammes de santé. Cependant, il semble que la morti-natalité et la mortalité infantile aient été réduites dans des proportions considérables.

c) La formation des nationaux

132La réalisation des grands projets, qui a donné au pays un essor économique sans précédent, a fait appel à une majorité de travailleurs étrangers. En 1976, ces derniers représentaient encore 75 % de la force de travail. Le premier objectif de la politique de l’emploi a donc été d’associer les nationaux à leur propre développement afin de les intégrer à l’économie nouvelle et d’opérer l’indispensable redistribution de revenu.

133Dans ce but, des écoles techniques ont été organisées, des cours d’alphabétisation des adultes ont été ouverts et le gouvernement a exigé que les entreprises étrangères organisent pour leur personnel omanais une formation sur le tas. Malgré les efforts entrepris, les résultats ont été modestes : faute de tradition industrielle, les écoles techniques ont eu des difficultés à adapter leurs programmes. Le recrutement s’est heurté à l’absence de candidats disposant d’un niveau de formation générale suffisant. Enfin, les entreprises, dont la plupart n’offraient que des activités temporaires de chantier, ont rarement fourni le cadre adéquat pour une formation pratique.

134Le relèvement progressif du niveau de formation et l’apparition d’emplois à caractère permanent modifient actuellement les conditions difficiles qui ont été celles des services de la formation professionnelle, l’objectif de « l’omanisation » n’ayant pas été atteint. Dans l’administration elle-même, 36 % des emplois sont encore tenus par des étrangers.

135Par rapport à l’ensemble des dépenses civiles, les sommes allouées aux budgets d’équipement et de fonctionnement de la santé, de l’enseignement et de la formation s’élevaient respectivement en 1978 à 12,5 % et à 19 %.

136L’expérience de ces premières années a montré que dans le domaine social les aspects financiers n’ont jamais freiné les réalisations. Le frein s’est avéré être la capacité limitée de conception et de gestion des administrations de tutelle.

3.3. Les grandes options de politique étrangère

137Récemment apparu sur la scène internationale dont il avait été coupé par un isolement politique de presque trente ans et un marasme économique encore plus ancien, l’Oman est conscient de sa vulnérabilité. L’étroite tutelle politique et financière dans laquelle la Grande-Bretagne a maintenu le pays pendant tout le xixe siècle a fortement contribué à cet isolement.

138La politique extérieure de ces dix dernières années a reflété trois catégories d’exigences liées :

  • à la situation interne et à la guerre du Dhufâr ;
  • à l’économie pétrolière et au développement ;
  • à la position stratégique de l’Oman, renforcée par l’effondrement de l’Iran impérial.
  • 44 Townsend (John), op. cit., p. 87.

139Immédiatement après son accession au pouvoir, le sultan Qâbûs, alors assisté du premier ministre Sa’îd ibn Târiq, inaugura une politique d’ouverture au niveau régional et international44.

140La rébellion du Dhufâr, qui avait éclaté en 1964, contrôlait en 1969 les deux tiers de la province. En 1970, la ville de Salâla était assiégée par les rebelles ; des infiltrations de ce mouvement avaient gagné les provinces du nord. L’influence soviétique à Aden et la volonté du Front de libération (devenu le N.D.F.L.O.A.G.) d’instaurer des régimes progressistes dans l’ensemble de la péninsule Arabique contraignirent dans l’urgence le régime de Masqat à nouer des alliances et à trouver des appuis militaires.

  • 45 Kelly (J.B.). Arabia, the Gulf and the West. A critical view of the Arabs and their oil policy. Lo (...)

141Dans la péninsule, les Émirats Arabes Unis, puis l’Arabie Saoudite, effrayés de l’éventuelle « contagion révolutionnaire »45, octroyèrent des subsides. La Jordanie accorda son soutien politique, mais seul l’Iran put dépêcher en nombre suffisant des troupes qui permirent aux Omanais de contenir puis de réduire les maquis du Dhufâr. La rébellion fut vaincue en 1975 et le cessez-le-feu prononcé en mars 1976.

142Ainsi les débuts de la diplomatie omanaise furent-ils difficiles. La situation interne avait imposé le recours à une intervention étrangère qui sapa les efforts entrepris par ailleurs pour rapprocher le pays de la communauté arabe.

143Admis à la Ligue arabe en 1971, en dépit de l’opposition de l’Iraq et du Yémen du Sud, l’Oman a confirmé le caractère original et non conformiste de sa diplomatie. La menace qu’avait fait peser le Yémen du Sud, pays socialiste dans la mouvance de l’Union Soviétique, sur sa frontière méridionale détermina sa prise de position dans le camp occidental. Pays non aligné dans le monde arabe, il fut le seul à approuver la politique du président Sadate et le traité de paix israélo-égyptien.

144En dépit de cette position et de son souci d’indépendance économique -l’Oman n’est pas membre de l’O.P.E.P. –, le pays entretient actuellement des relations normales avec les pays de la Ligue arabe. L’opposition de certains régimes socialistes, que son régime conservateur avait provoquée, s’est estompée. L’Iraq, un de ses plus violents détracteurs, s’est rapproché du Sultanat au cours des derniers mois de 1980, Bagdad ayant pris ses distances vis-à-vis de Moscou.

  • § Voir à ce sujet la contribution de Henri Labrousse sur la Place stratégique de la péninsule Arabiq (...)

145L’évolution régionale a conféré une importance toute particulière à la situation géographique et à la position stratégique de l’Oman. La révolution iranienne a créé dans cette région du monde où les puissances internationales ont depuis le xixe siècle des enjeux politiques et économiques essentiels, ce que Z. Brzezinski a appelé un « arc de crise ». L’invasion soviétique en Afghanistan a conduit l’Oman à traiter avec les États-Unis et à obtenir leur protection (traité signé le 4 juin 1980). Il a octroyé aux forces américaines, en cas de besoin, l’accès aux ports de Mutrah et de Raysût, et celui des bases de Sîb, Thamarît et de l’île de Masîra. Ces facilités aéro-navales consenties par l’Oman ont été assorties d’une aide économique de la part des États-Unis. L’Oman constitue en effet un des maillons essentiels du dispositif stratégique américain dans le Golfe et l’océan Indien§.

  • 46 Le Monde, n° 10991, 1-2/6/1980.

146Les tensions qui s’exercent sur le Golfe – cette zone vitale pour les économies occidentales et japonaise et les pays producteurs de pétrole – ont renforcé la cohésion actuelle de ces derniers. L’Oman poursuit depuis ces dix dernières années une politique d’ouverture vis-à-vis des autres États du Golfe. Des projets communs ont vu le jour en matière de défense et d’économie. Certains n’ont pas abouti. Ils sont cependant l’expression de la prise de conscience de leurs intérêts communs. Un des derniers en date est la création par les sept États arabes du Golfe d’un marché commun visant à une « intégration économique dans la région »46.

147Cette solidarité qu’entretient l’Oman avec ces États ne se fait pas au détriment de ses anciennes allégeances. Le souvenir et la vivacité de ses attaches africaines et insulaires lui font également maintenir une certaine solidarité avec les pays de l’océan Indien.

148La politique actuelle de l’Oman confirme sa vocation : ouverture sur les mers du sud et permanence des liens avec les pays de la péninsule Arabique.

Notes

1 Bathurst (R.D.). Maritime trade and imamate government : two principal themes in the history of Oman to 1728. In : Hopwood(Derek), ed. et alii, The Arabian Peninsula : Society and Politics, London, George Allen and Unwin, 1972, p. 102, Studies on Modem Asia and Africa, n° 8.

2 Kelly (j.B.). A prevalence of furies : tribes, politics and religion in Oman and Trucial Oman. In : The Arabian Peninsula : Society and Politics, op. cit., p. 107.

3 Renardet-SautiICE. Water Resources survey in north-east Oman. Interim Report, Mascat.

4 International Bank for Reconstruction and Development.Current economic position and prospects of Oman. May 1974, Report n° 393a-OM, statistical appendix, Table 1.1, p. 3.

5 Statistical Year Book. Development Council, Technical Secretariat, Directorate General of National Statistics, Sultanate of Oman, sixth issue 1397 AH/1977 AD, p. 1.

6 Current economic position and prospects of Oman, op. cit., Statistical appendix, Table 1.1 : population by regions, 1971, p. 1.

7 Planhol (Xavier de), Les fondements géographiques de l’Histoire de l’Islam. Paris, Flammarion, 1968, p. 81 (Coll. Nouvelle bibliothèque scientifique).

8 Wilkinson (John C.), The origins of the Omani State. In : The Arabian Peninsula : Society and Politics, op. cit., p. 76.

9 Wilkinson (John C), ibid., p. 72, 73, 85.

10 Lombard (Maurice), L’Islam dans sa première grandeur (viiie-xie siècles). Paris, Flammarion, 1971, p. 55 (coll. Champs).

11 Planhol (Xavier de), op. cit., p. 359.

12 Lombard (Maurice), op. cit., p. 60.

13 Aubin (Jean). La ruine de Sîrâf et les routes du golfe Persique aux xie et xiie siècles. Cahiers de Civilisation Médiévale, II/3, 1959, p. 299.

14 Bathurst(R.D.), op. cit., p. 93.

15 Aubin (Jean). Le royaume d’Ormuz. Mare Luso-Indicum (Centre de Recherches d’Histoire et de Philologie de la IVe section de l’E.P.H.E.), tome II, 1973, p. 112.

16 Wilkinson (John C), op. cit., p. 80.

17 Wilkinson (John C), ibid., p. 81.

18 Gardet (Louis). Les hommes de l’Islam. Paris, Hachette, 1977, p. 219 (Coll. Le Temps des Hommes).

19 Bathurst(R.D.), op. cit., p. 94.

20 Aubin (J.). Le royaume d’Ormuz, op. cit., p. 160.

21 Lombard (M.), op. cit., p. 185.

22 Bathurst (R.D.), op. cit., p. 94.

23 Bathurst (R.D.), op. cit., p. 105.

24 Landen (R.G.), Oman since 1856. Disruptive modernization in a traditional arab society. Princeton, Princeton University Press, 1967, p. 56.

25 Bathurst (R.D.), op. cit., p. 105.

26 Landen (R.G.), op. cit., p. 61.

27 Kelly (J.B.), op. cit., p. 108.

28 Landen (R.G.), op. cit., p. 59.

29 Coupland (Sir Reginald), The exploitation of East Africa, 1856-1890 (the slave trade and the scramble), Northwestern Univ. Press, 1967. Beachey (R.W.), The slave trade of Eastern Africa, London Rex Collinge, 1976 (dans ces deux ouvrages, cartes des États africains en 1886 et des routes maritimes et terrestres de la traite). – Voir aussi ces routes de la traite ci-dessous, p. 302-303.

30 Nicholls (C.S.). The Swahili coast. Politics, diplomacy and trade on the East African littoral, 1798-1856. London, George Allen & Unwin, 1971.

31 Cooper (Frederick). Plantation slavery on the EAst coast of Africa. New Haven and London, Yale Univ. Press, 1977, p. 114.

32 Cooper (F.), op. cit., p. 54 et Bennett (norman R.). A history of the Arab state of Zanzibar. London, Methuen & Co, 1978, p. 116 (Studies in African History, 16).

33 Bennett(N.R.), op. cit., p. 115.

34 Archives du ministère des affaires étrangères. Lettre du 17/2/1903.

35 Cité par : Busch (Briton Cooper). Britain and the Persian Gulf, 1894-1914. Berkeley, Univ. of California Press, 1967, p. 1.

36 Busch (B.C), op. cit., p. 49.

37 Busch(B.C), ibid., p. 162.

38 Busch(B.C), ibid., p. 184.

39 Busch(B.C), ibid., p. 302.

40 Landen (R.G.), op. cit., p. 407.

41 Kelly (J.B.). Eastern Arabian Frontiers. London, Faber and Faber, 1964, 319 p., bibliogr., index.

42 Townsend (John). Oman. The making of the modem state. London, Croom Helm, 1977, p. 79.

43 Le système éducatif s’inspire de l’organisation britannique qui comporte 3 niveaux : primary, intermediate, secundary.

44 Townsend (John), op. cit., p. 87.

45 Kelly (J.B.). Arabia, the Gulf and the West. A critical view of the Arabs and their oil policy. London, Weidenfeld and Nicolson, 1980, p. 158.

46 Le Monde, n° 10991, 1-2/6/1980.

Notes de fin

* Voir son article ci-dessous, p. 393.

Voir la carte du sultanat d’Oman à la page 267.

Voir cette étude ci-dessous, pp. 293-318.

§ Voir à ce sujet la contribution de Henri Labrousse sur la Place stratégique de la péninsule Arabique dans l’océan Indien, tome I de cet ouvrage, pp. 343-367.

Table des illustrations

Légende Carte n° 7 – Le sultanat d’Oman.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540