Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Première partie. L'Arabie du sud

La formation d’un état : la République Démocratique et Populaire du Yémen (1839-1981)

Michel Tuchscherer

Texte intégral

1Avec 290 000 km2, mais seulement 1,6 million d’habitants, la République Démocratique Populaire du Yémen est largement ouverte sur l’océan Indien, mais les immensités désertiques du Rub’ al-Khâlî la séparent des autres pays de la péninsule Arabique à l’exception de la République Arabe du Yémen. Nord et Sud-Yéménites se sentent en effet profondément liés à la fois par l’histoire et par la culture. Avec près de 300 000 habitants, la capitale regroupe près d’un cinquième de la population du pays dans ses différentes agglomérations.

  • 1 Voir la carte schématique d’Aden à la page 213.

2Crater, ou la véritable « ’Adan » pour les autochtones, se blottit au fond d’un volcan, ébréché du côté de l’océan, permettant ainsi à la brise marine d’atténuer les effets d’une fournaise permanente1. Ce quartier, toujours animé, abrite à la fois le souq parcouru par des rues en damier, et les fameuses citernes accrochées aux flancs du Jabal Shamsân, derniers vestiges d’un passé lointain. Le long du port, à Ma’allâ, les immeubles récents, hâtivement construits à la veille de l’indépendance, se dressent fièrement des deux côtés de l’avenue menant à Steamer Point ou Tawâhî, autrefois le cœur de la ville britannique. Aujourd’hui, autour d’une place poussiéreuse et la plupart du temps déserte sur laquelle l’ombre de rares bouquets de cocotiers paraît dérisoire, quelques bâtiments se succèdent à côté de l’hôtel Crescent aux façades couvertes de moucharabiehs. Les passagers des courriers en route pour l’Extrême Orient ont depuis longtemps cessé de se presser dans les boutiques où jaunissent encore quelques cartes postales. Face aux destroyers soviétiques amarrés dans le port, un marchand ambulant continue imperturbablement à vendre des « Fish and chips » aux badauds du port. A Khurmaksar, une immense esplanade destinée aux parades officielles, précède le quartier des représentations étrangères. Mais il faut se rendre à Shaykh ‘Uthmân pour retrouver un peu d’animation. Madînat al-Sha’b, l’éphémère capitale d’une Fédération mort-née, se vide chaque jour dès la fin des heures de bureau. A dix kilomètres de là, à l’autre extrémité de la baie, Little Aden porte toujours l’empreinte du colonisateur d’hier : derrière la raffinerie, le Club-House reste très britannique et, faute d’herbe, les sables sont régulièrement ratissés sur les pelouses du golf.

3Avec 50 000 habitants, Mukallâ est la deuxième ville du pays. A l’étroit entre la montagne et l’océan, la cité blanche s’est réfugiée sur une étroite langue de terre s’avançant vers le large, donnant au paysage un caractère sublime.

  • 2 Dans cette contribution, la quinzième lettre de l’alphabet arabe, le dâd, est transcrite dh.

4De Bâb al-Mandab au sixième gouvernorat, la côte, tantôt basse, tantôt rocheuse, n’abrite généralement que quelques villages de pêcheurs. Mais aux embouchures des wâdîs descendus des plateaux, la végétation tropicale s’étale soudain, luxuriante, sur de riches terres agricoles. Dans l’arrière-pays, les montagnes de Dhâl’a2 et Dathîna, encore arrosées par les pluies d’été, s’étagent en terrasses de qat, de sorgho et de caféiers, rappelant les paysages du Nord-Yémen avec ses villages de pierre perchés au sommet de pitons vertigineux. Mais ailleurs, plateaux de pierres et déserts de sable étendent à l’infini leur monotonie, entre-coupée seulement par de rares canyons, notamment l’extraordinaire wâdî Hadhramawt. Là, le vert profond des palmeraies et le blanc éclatant des cités se détachent sur le fond ocre des falaises escarpées. A l’extrémité orientale du pays, le sol pierreux se couvre peu à peu d’un tapis de végétation, annonçant déjà la savane du Dhufâr.

5Resté divers dans ses paysages, le Sud-Yémen l’était aussi, au siècle dernier, dans ses réalités politiques et sociologiques. La naissance de l’Etat unitaire moderne s’est faite progressivement à travers un long processus de changements dans lequel la présence britannique a joué un rôle décisif.

  • 3 Voir la bibliographie à la fin de l’article.
  • 4 Cette ville au nord d’Aden est également orthographiée adh-Dhâli’.

6Avant d’aborder l’étude du Sud-Yémen depuis le début de la présence britannique jusqu’à nos jours, il est nécessaire de faire quelques remarques préliminaires afin d’éviter toute confusion dans l’esprit du lecteur. Dans notre article nous utiliserons en effet fréquemment le terme de « souverains de l’Arabie du Sud » pour désigner tous ceux qui détenaient le pouvoir au moment de l’arrivée des Anglais et pratiquement jusqu’à l’indépendance en 1967. Mais ce terme recouvre en fait politiquement deux notions différentes. Il désigne d’abord les chefs des grandes confédérations tribales ou des tribus. Élus au sein du groupe tribal dominant, ils portent des noms divers suivant la région ou leur importance (shaykh mashâ’ikh, dawla, sultân...). Selon les règles de la démocratie tribale, ils ne sont que les « primus inter pares » d’une communauté faite d’hommes de tribus, propriétaires de leurs terres, solidaires de leur clan et fiers de leur liberté. Au contraire, les « suzerains désignés », pour reprendre ici une expression de Hamilton3, règnent sur un agglomérat de tribus différentes, sont étrangers à ces groupes, possèdent d’importants domaines fonciers et se succèdent au sein d’une même famille. Ils sont généralement les descendants de gouverneurs installés par les imâms zaydites lors de leur domination sur la région aux xvie et xviie siècles et portent le titre d’émir ou de sultan (Lahij, Dhâl’a...)4.

7Il est enfin nécessaire de définir les différents termes géographiques utilisés au cours de l’article. Durant la présence britannique, le terme « Arabie du Sud » était utilisé en opposition au « Yémen » des imâms ou des Ottomans. « L’Arabie Méridionale » recouvrait alors les deux ensembles. Quant aux termes de « Yémen du Nord » et « Yémen du Sud », ils sont apparus avec les mouvements nationalistes à l’issue de la seconde guerre mondiale et sous-entendent la volonté d’une réunification entre les deux États, non réalisée jusqu’à présent en raison de divergences politiques profondes.

8Au cours de notre article, nous allons voir comment cette entité étatique sud-yéménite a progressivement émergé à partir d’une société largement tribale dont la dissolution a été, sinon provoquée, du moins accélérée par la présence britannique. Cette lente transformation s’est manifestée à travers un certain nombre de phénomènes que nous évoquerons : développement de la ville d’Aden, renforcement puis déclin de l’autorité des « souverains », apparition de classes sociales nouvelles (prolétariat d’Aden, paysans sans terre, bourgeois, commerçants, militaires et fonctionnaires, intellectuels) et l’affaiblissement ou la disparition de classes traditionnelles (sayyids, sultans, chefs de tribus...), accélération de l’émigration, ouverture au commerce international, introduction d’idéologies nouvelles, formation de mouvements politiques et syndicaux.

Carte 3. – Aden, ville éclatée.

1. L’Arabie du Sud à la veille de l’arrivée des Anglais

1.1 La situation intérieure

9Depuis que les imâms de Sanaa avaient été expulsés de la région au début du xviiie siècle, l’autorité politique était entre les mains, soit de petites dynasties héréditaires, soit de confédérations tribales.

1.1.1 Les régions occidentales5

  • 5 Voir la carte « La R.D.P. du Yémen » à la page 215.
  • 6 Il s’agit des principautés ‘Abdalî (Lahij), Fadhlî (Shuqra), Amîri, Hawshabî et Dhâl’a.

10Les dynasties princières, reconstituées au cours des xvie et xviie siècles, exerçaient une autorité très localisée et souvent contestée sur des tribus et clans différents6. Établies le long des routes caravanières reliant la côte à l’intérieur, elles tiraient leurs ressources financières des droits de péages perçus sur le transit des marchandises, de l’exploitation des rares terres fertiles des wâdîs et des plateaux, et des droits imposés sur l’artisanat essentiellement textile, exercé principalement par les petites communautés juives établies dans les centres urbains. Médiateurs dans les multiples conflits tribaux, les princes recouraient quelquefois à des troupes de mercenaires pour régler leurs différends ou pour tenter de ramener sous leur autorité les clans dissidents.

11Le commerce était fort limité durant cette période de stagnation générale. Le port d’Aden, alors en plein déclin, était relié à Qa’taba par Musaymîr et Lahij. Par là transitaient les surplus de grains récoltés sur les hauts plateaux yéménites. Shuqra en pays Fadhlî et rivale d’Aden, exportait les grains et le café du pays Yâfa’î, tandis que le petit port d’Ahwar assurait un débouché maritime aux régions ‘Awlaqî.

  • 7 Les Yâfa î font remonter leur généalogie aux Himyarites tandis que les ‘Awlaqî se prétendent desce (...)

12Alors que les sultans avaient pu établir les liens avec les puissances étrangères grâce au commerce, les confédérations tribales des Yâfa’î et des ‘Awlaqî vivaient repliées sur elles-mêmes. Fiers de leurs généalogies remontant aux dynasties sud-arabes anciennes7, elles restaient divisées en de nombreux clans et tribus dépourvus d’autorité suprême, où le chef n’était que le primus inter pares. Mais les membres de ces différentes entités tribales maintenaient entre eux de solides liens de solidarité. Nombreux à émigrer vers l’Afrique Orientale ou l’Asie des moussons, ils étaient appréciés comme mercenaires.

13Ces tribus pauvres des plateaux faisaient de fréquentes incursions sur les terres fertiles voisines ou dans les centres mercantiles de Lahij, d’Aden et de Shuqra. A l’ouest d’Aden, les ‘Aqrabî et les Subayhî, beaucoup moins unis, représentaient néanmoins une menace permanente pour les centres urbains voisins.

Carte 4. – La République Démocratique et Populaire du Yémen.

1.1.2 Les régions orientales du Hadhramawt et du Mahra

14Le Hadhramawt, partagé entre ses riches vallées de l’intérieur et sa longue façade maritime, était, en ce début du xixe siècle, divisé en une multitude d’entités rivales. Placé sous l’autorité de la famille Kathîrî aux xvie et xviie siècles, puis pendant quelques décades sous celle des imâms de Sanaa, la région recouvrit son indépendance vers 1680 avant de se morceler en principautés rivales à partir de 1720.

  • 8 Les sayyids de l’Arabie du Sud se réclament de la descendance de Ahmad al-Muhâjir, lui-même descen (...)

15Au début du xixe siècle, quatre forces politiques et sociales dominaient le Hadhramawt. Les sayyids8 étaient respectés comme autorité à la fois morale et spirituelle. Conservateurs et propagateurs de la foi, ils avaient un rôle politique important dans la mesure où ils étaient appelés à agir en médiateurs dans les multiples conflits tribaux. Endogames, les sayyids étaient d’importants propriétaires terriens dans les vallées de l’intérieur du Hadhramawt.

  • 9 Le port de Shihr, historiquement le plus ancien, était sous la domination des Ahl Burayk, d’origin (...)

16Les Kathîrî, malgré la profonde désunion du clan, continuaient à dominer les régions autour de Say’ûn. Dans la partie occidentale de la vallée par contre, des clans Yâfa’î, amenés comme mercenaires durant les siècles précédents, avaient réussi à imposer leur autorité sur les environs de Shibâm et du Wâdî Du ‘ân. D’autres Yâfa’î s’étaient établis dans les villes côtières de Mukallâ et de Shihr9.

17D’importantes confédérations tribales demeuraient autonomes ou s’étaient liées à l’une des trois autres forces politiques. En raison de l’extrême pauvreté des zones de pâture, ces nomades s’étaient souvent alliés à des clans de pêcheurs établis sur la côte qui, en échange de quelques têtes de bétail et d’une protection contre les agressions extérieures, leur livraient du poisson séché pour compléter la nourriture des troupeaux de chameaux.

18A l’est, la confédération des Mahra, seul groupe parlant un dialecte sud-arabe issu des anciennes langues de l’Arabie pré-islamique, avait établi des liens d’allégeance envers le sultan de Qishn qui contrôlait également l’île de Socotra. Mais ces liens restaient largement formels.

19Malgré ses conflits sans nombre et ses divisions politiques, le Hadhramawt avait su maintenir une brillante tradition culturelle basée essentiellement sur la réflexion théologique et juridique, principalement dans les écoles religieuses, les Ribât, de Say’ûn et de Tarîm.

20Mukallâ, de création récente, se développa rapidement pour devenir le principal port de la région, déviant à son profit le commerce qui transitait par le port rival de Shihr. Dans les vallées fertiles de l’intérieur, les crues périodiques permettaient la culture des céréales, mais les palmiers-dattiers constituaient la principale richesse. Le tabac était déjà introduit à Ghayl Bâ Wazîr, près de Mukallâ.

1.1.3 L’émigration

  • 10 VAN DEN BERG. – Le Hadramawt et les colonies arabes dans l’archipel indien. Batavia, Imprimerie du (...)

21Depuis de nombreux siècles, l’Arabie du Sud déversait son trop-plein de population dans les zones voisines. La faiblesse des ressources naturelles et le retour périodique de grandes sécheresses accompagnées de famines catastrophiques entretenaient un courant d’émigration qui, au début du xixe siècle, s’intensifia en direction de l’Inde, de l’Extrême Orient et de l’Afrique Orientale. Mais l’Arabie du Sud était diversement affectée par ce phénomène ; les Yâfa’î surtout, mais aussi les ‘Awlaqî, se mettaient volontiers au service de princes et sultans indiens comme mercenaires. Au Hadhramawt même, l’émigration ne frappait pas seulement la paysannerie mais aussi l’élite intellectuelle des sayyids dont une partie se fixa en Malaisie, à Java, Zanzibâr et aux Comores10. Ils s’y livraient à de lucratives activités commerciales ou se lançaient même dans la politique. Certains princes malais avaient ainsi des origines hadhramîes. Généralement, ces émigrés ne coupaient pas tous les liens avec leur patrie d’origine. Souvent, ils revenaient pour investir leurs gains dans la construction de maisons ou l’achat de terres. Ils furent aussi un vecteur important pour la pénétration d’idées nouvelles dans la vieille société sud-arabe. Vers le milieu du siècle, les fortunes gagnées à l’étranger allaient servir à réaliser quelques ambitions politiques au Hadhramawt. Pour plusieurs ports, Shuqra, Ahwar, Mukallâ et Shihr, le transit ininterrompu d’émigrés représentait une source considérable de revenus.

1.2 Le jeu des grandes puissances en Arabie du Sud au début du xixe siècle

22Pour mieux saisir la situation de l’Arabie du Sud en ce début de siècle et la complexité des rivalités que s’y livrent les puissances de l’époque, il est nécessaire de jeter un rapide coup d’oeil sur l’évolution de l’ensemble de la péninsule Arabique durant le xviiie siècle.

1.2.1 Déclin du Yémen et apparition de forces nouvelles en Arabie

23L’imâmat zaydite, jadis grande puissance régionale, déclina rapidement au cours du xviiie siècle. Les raisons furent en partie d’ordre économique : lorsque les Européens commencèrent à planter le café dans leurs nouvelles possessions de Java, d’Inde et de l’île Maurice, le Yémen perdit subitement son ancien monopole.

24Privé d’une de ses sources essentielles de revenus, soumis à de graves dissensions internes, le Yémen se morcela politiquement et amorça un long repli sur lui-même. Le commerce jusqu’alors florissant avec l’Inde déclina rapidement et les nombreux marchands indiens établis sur les plateaux yéménites quittèrent le pays.

25Pendant ce temps, de nouvelles forces émergeaient du fond de l’Arabie. A partir du milieu du xviiie siècle, les wahhâbites, au nom d’un Islam purifié et régénéré, lançaient leurs attaques de plus en plus loin de leur Najd natal pour menacer directement l’imâmat zaydite à partir de 1800, puis le Hadramawt, qui fut même temporairement occupé en 1809. Mais bientôt les troupes de Muhammad ‘Alî venues d’Égypte portèrent un coup décisif aux Saoud du Najd avant de s’aventurer à leur tour vers le Yémen.

1.2.2 Les intrigues européennes autour de Bâb al-Mandab

26Le débarquement de Napoléon en Egypte en 1798 exacerba les rivalités entre puissances européennes au Moyen-Orient. La France ne cacha pas que son objectif était l’Inde où la principauté de Mysore, au sud, se déclarait volontiers l’alliée de Paris. Lord Wellesley, alors chargé d’étendre la domination britannique à partir de la côte orientale de l’Inde, s’était heurté à la résistance acharnée du prince de Mysore. Il fallait agir vite pour éviter que l’aide française ne lui parvienne. Durant 1799, les Anglais dépéchèrent donc un petit bataillon dans l’île de Périm, à l’entrée de la mer Rouge, pour bloquer celle-ci face à l’avance éventuelle des Français. Mais suite aux graves difficultés de ravitaillement, cette petite troupe dut être transférée l’année suivante à Aden. Les militaires britanniques furent retirés dès 1800, une fois le danger français disparu à la suite de la défaite d’Aboukir.

27Cette première expédition britannique sur les côtes de l’Arabie du Sud fit prendre conscience aux Anglais de l’importance de la région, au moment où ils édifiaient un immense empire colonial en Inde. A partir de cette date, ils encouragèrent les marchands indiens à visiter régulièrement les ports sud-arabes. En 1802, ils signèrent un premier accord de commerce avec les ‘Abdalî, les souverains de Lahij et d’Aden. La poussée wahhâbite vers le sud de la péninsule au début du siècle, puis l’apparition du danger égyptien, convainquirent les Anglais qu’il était dans leur intérêt de ne laisser s’établir aucune puissance dans cette partie de la péninsule. Les troupes égyptiennes, en effet, occupaient depuis 1832 la Tihâma yéménite et menaçaient de s’étendre vers le Hadhramawt et de là, vers Masqat, ville aux portes de l’Inde et dont le sultan était l’allié des Britanniques depuis une trentaine d’années.

28Mais les considérations stratégiques ne furent pas les seules à pousser les Anglais vers une présence plus active en Arabie du Sud. La navigation à vapeur, récemment introduite dans la marine britannique, nécessitait la recherche de ports pouvant servir d’entrepôt au charbon. En 1829, une première tentative d’introduire la vapeur sur la ligne Suez-Bombay fut faite, avec notamment des escales de soutage à Mukhâ et Mukallâ. Face à ces nécessités nouvelles, les Anglais tentèrent d’occuper l’île de Socotra en 1835, mais ils furent contraints à la retraite suite aux épidémies qui s’étaient déclarées parmi la garnison et aussi suite au refus du souverain local, le sultan de Qishn, de vendre son île. Enfin, l’industrie britannique, en pleine expansion, cherchait des débouchés pour sa nouvelle production de masse et espérait trouver en Arabie du Sud un marché prometteur.

2. De l’occupation d’Aden en 1839 aux accords frontaliers anglo-ottomans de 1914

29L’installation des Anglais resta contestée pendant plus d’une dizaine d’années, marquées par des attaques sporadiques contre la ville. Par la suite, Aden, qui n’était plus qu’un village, se développa rapidement mais pour devenir une ville étrangère, peuplée surtout d’Indiens et d’Européens, greffée sur un arrière-pays arabe qui lui tournait résolument le dos. Petit à petit, Aden réussit à drainer vers son port le commerce qui s’écoulait précédemment par d’autres voies. Après cette première pénétration commerciale, les Anglais étendirent peu à peu leur influence politique, soit directement en signant des traités de protectorat, soit indirectement par l’intermédiaire de sultanats alliés, notamment celui de Lahij. Enfin les Britanniques s’entendirent avec l’autre puissance présente dans l’Arabie Méridionale au début du xxe siècle, les Ottomans, pour délimiter sur le terrain leurs sphères d’influence respectives. Cette longue période favorisa en fait la gestation d’une future entité sud-yéménite, recentrée sur une capitale, Aden.

2.1 L’installation des Anglais à Aden

2.1.1 Une présence longtemps contestée

30Poussée par des ambitions commerciales, des soucis stratégiques et des contraintes techniques, l’Angleterre arriva rapidement à la conclusion qu’il fallait posséder un point d’appui en Arabie du Sud. Son choix se porta sur Aden plutôt que sur Périm ou sur Mukallâ en raison des facilités qu’offrait la ville, adossée à un arrière-pays fertile et pourtant proche de l’entrée sud de la mer Rouge. Il ne restait plus qu’à trouver le prétexte d’une intervention directe. Celui-ci se présenta en 1837 lorsque le navire d’un marchand indien, battant pavillon britannique, fut pillé après s’être échoué à proximité d’Aden. Les négociations entamées avec Sultân Muhsin, souverain de Lahij et d’Aden, n’aboutirent pas. Reprises une nouvelle fois fin 1838, elles n’eurent pas davantage de succès. Le 19 janvier 1839, le rocher d’Aden fut pris d’assaut et occupé par les troupes anglaises venues d’Inde.

31Sultân Muhsin n’était pas opposé au principe d’une présence britannique. Il souhaitait au contraire s’appuyer sur elle pour étendre et affermir son autorité en Arabie du Sud. Dans les négociations qui reprirent après l’occupation d’Aden, il recherchait une alliance avec les Britanniques. Mais en juin 1839, il dut finale-ment accepter la cession pure et simple d’Aden en échange d’un accord reconnaissant « les intérêts identiques » des deux signataires et contre le versement d’une allocation annuelle. Malgré ce premier accord, la « présence d’Européens chrétiens » fut rapidement mise en cause au nom de l’Islam. Dès novembre de la même année, le sultan de Lahij s’allia à différentes forces de l’arrière-pays, notamment au sultan Fadhlî, pour déclarer le jihâd contre les Britanniques. Des attaques eurent lieu contre Aden en mai et juin 1840, puis en août 1841 ; mais aucune n’aboutit en raison des vieilles querelles intestines qui, rapidement, opposèrent les sultans et les tribus davantage entre eux qu’aux Anglais. Les négociations reprirent une fois encore entre Sultân Muhsin et les Britanniques, pour aboutir en février 1843 à la signature du premier traîté d’amitié entre l’Angleterre et un souverain de l’Arabie du Sud.

32Durant l’été 1846, un dernier sursaut de résistance se manifesta contre la présence anglaise. Parti de la région de Mukhâ, Sayyid Ismâ’îl bin al-Hasan al-Husaynî prêcha le jihâd contre les Anglais, comme devait le faire quelques années plus tard le mahdî du Soudan. Rassemblant derrière lui une partie des populations de l’arrière-pays, ce mouvement populaire échoua rapidement. Il avait autant inquiété le sultan de Lahij lui-même que les Anglais.

33En occupant Aden, les Anglais se heurtèrent également à l’hostilité des puissances régionales. Bien que Muhammad ‘Alî eût été tenu régulièrement informé des tractations en cours, il refusa de souscrire au fait accompli. Dès 1840, il entra en contact avec l’imâm de Sanaa pour lancer le jihâd contre les Anglais. Mais engagé sur les fronts anatolien et syrien, le souverain égyptien dut rapidement ordonner à ses troupes de quitter le Yémen en cédant la Tihâma au sharîf d’Abu ‘Arîsh, dans l’Asîr. Proche des wahhâbites, celui-ci se retourna immédiatement contre l’imâm zaydite, levant ainsi les menaces immédiates contre Aden. La confusion la plus complète s’installa au Yémen. Répondant à l’appel de l’imâm, les Turcs se fixèrent à leur tour dans la Tihâma tandis que les luttes de clan plongeaient les hauts-plateaux yéménites dans le chaos le plus total. Jusqu’à l’occupation du Yémen par les Ottomans en 1872, la présence anglaise n’allait plus sérieusement être remise en cause à Aden.

2.1.2 Aden durant la période Haines (1839-1854)

  • 11 Créée en 1819 par les Anglais, la ville de Singapour se développa très rapidement pour devenir l’e (...)

34Dépendant directement de Bombay, Aden fut placée durant les quinze premières années de présence britannique sous l’autorité de Haines. Ce premier résident politique rêvait de faire de la ville le Singapour de l’Arabie11. Mais il dut déchanter rapidement. Aden ne réussit pas à drainer le commerce de l’Arabie du Sud. Les circuits traditionnels continuaient de fonctionner : l’essentiel du café yéménite transitait toujours par Mukhâ et Hudayda tandis que Shuqra et Ahwar demeuraient les débouchés des pays Yâfa’î et ‘Awlaqî et même de Sanaa. Les hésitations britanniques quant à l’avenir d’Aden n’incitèrent pas les commerçants à investir dans un port dont l’occupation s’avérait beaucoup moins nécessaire depuis la disparition de la menace égyptienne sur la péninsule Arabique. Les lourds droits de douane perçus à Aden, en s’ajoutant aux multiples péages de l’arrière-pays, freinaient considérablement le développement des activités commer-ciales.

35Jusqu’en 1850, la croissance du commerce fut liée soit à la présence d’une importante garnison, soit aux activités effectuées de l’autre côté du golfe, en Somalie. En effet tous les ans, des marchands indiens se rendaient à la foire de Berbera pour en ramener du ghee, de l’encens, du bétail, de la gomme arabique et du café du Harar.

36Isolée de l’arrière-pays qui n’avait pas encore accepté la présence britannique, Aden devait faire face à de difficiles problèmes d’approvisionnement : fruits et légumes venaient surtout de Bombay, tandis que la viande était importée de Somalie. Ce n’est que vers 1846 que quelques paysans et propriétaires fonciers de Lahij et d’Abyan se mirent à cultiver légumes et plantes fourragères pour le ravitaillement de la colonie britannique.

  • 12 En 1839, Aden comptait 1 289 habitants. En 1842, elle avait déjà 16 450 habitants et 3 500 militai (...)
  • 13 Les Banyans étaient des marchands itinérants indiens présents au Yémen lorsque ce pays s’était enr (...)
  • 14 La Hujariyya est la région située au sud de la ville de Ta’izz ; elle a toujours été largement tou (...)

37Ville couverte de ruines et en plein déclin en 1839, Aden décupla sa population durant les trois premières années de la présence britannique12. Si les Arabes représentaient encore la moitié de la population à ce moment, ils ne comptaient plus que pour le quart dix ans plus tard. Aden était dès lors devenue une ville étrangère. Les Somaliens affluaient en grand nombre, mais ce fut une population particulièrement instable, en renouvellement constant. L’élément indien fut bientôt prédominant : dans les souqs d’Aden, le gujrati, le goanais et le mahrate étaient davantage parlés que l’arabe. Petits commerçants banyans13 refluant du Yémen à la suite des troubles politiques, Parsis venus de Bombay pour se lancer dans les grandes affaires, hommes de troupes dans les garnisons ou fonctionnaires dans la nouvelle administration, les Indiens étaient devenus la première communauté de la ville. La population arabe était elle-même composée d’une majorité d’immigrés venus du Hadhramawt, de Lahij et de la Hujariyya14.

38A partir de 1850, le déclin accéléré de la ville de Mukhâ amena une vaste colonie de maçons yéménites. Ceux-ci contribuèrent largement à la reconstruction et à l’extension de la ville. Les juifs formaient un élément particulièrement dynamique. En relation avec les communautés urbaines juives de l’arrière-pays, ils étaient particulièrement bien placés pour tisser un réseau de liens nouveaux entre Aden et le reste du Yémen.

39Pendant quelque temps, cette population cosmopolite se contenta de vivre dans des habitations précaires avant de se lancer dans la construction d’immeubles en pierre à partir des années cinquante. Aden, jusqu’ici confinée au fond du Crater, commença à éclater : des fonctionnaires, fuyant la fournaise, s’établirent sur les collines dominant le nouveau dépôt charbonnier de Steamer Point créé en 1842.

40Placé sous l’autorité du gouvernement de Bombay, Haines s’appuyait sur une poignée de commerçants persans, parsis, juifs et arabes pour gouverner la ville. La nouvelle administration passa entre les mains des Indiens et bientôt la fonction de qâdî resta le seul poste d’importance entre les mains d’un Yéménite.

2.1.3 Le sultanat de Lahij, pivot de la pénétration britannique en Arabie du Sud

41Jusqu’à sa mort en 1847, Sultân Muhsin était resté méfiant vis-à-vis des Anglais. Mais son successeur, Sultân Ahmad, changea de politique et opta pour une véritable alliance avec les Anglais. Haines, le résident politique d’Aden, avait été pendant un temps, tenté par une entente avec l’imâm pour un partage de l’Arabie du Sud. Mais il cessa rapidement de miser sur les zaydites pour faire régner l’ordre parmi les tribus de l’arrière-pays. En 1848, Sultân Ahmad et Haines signèrent un accord dans lequel fut défini le rôle que les Anglais souhaitaient voir jouer par Lahij en Arabie du Sud. Le sultanat devait se renforcer au détriment de ses voisins pour devenir la principale puissance de la région. Sultân Ahmad s’engagea fort habilement, au nom d’un certain nombre de clans sur lesquels son autorité n’était que nominale, à faire cesser les raids contre les caravanes marchandes. Il pouvait donc espérer le soutien des Anglais pour asseoir son autorité sur ces clans demeurés jusqu’à présent récalcitrants. Les ‘Uzaybî furent les premiers à faire les frais de l’efficacité du nouveau système.

  • 15 Le sultan Fadhlî contrôlait les terres du delta d’Abyan et le shaykh des ‘Aqrabî celles de Bir Ahm (...)

42Quant aux Anglais, ils s’engagèrent à n’établir aucun lien avec un souverain de la région qui puisse être préjudiciable aux intérêts de Lahij. Cette position nouvelle du Sultân Ahmad fut consolidée par des mesures économiques. Lahij obtint le monopole de ravitaillement de la garnison d’Aden, au détriment de ses voisins, le shaykh des ‘Aqrabî et le sultan Fadhlî15. Le port d’Aden fut déclaré port franc en 1850, ce qui provoqua l’asphyxie progressive des ports voisins, ceux du territoire ‘Aqrabî, de Mukhâ, de Shuqra et d’Ahwar. Puis le sultan de Lahij édifia des tours de contrôle à Shaykh ‘Uthmân et Hiswa, à la sortie d’Aden. Il fut ainsi le seul souverain de la région à percevoir des droits de péage sur les marchandises en provenance du port britannique. Menacés dans leurs sources principales de revenus, les voisins de Lahij ne tardèrent pas à riposter : durant les années 1850-52, une vive lutte s’engagea pour le contrôle des voies commerciales vers l’intérieur. Mais le sultan de Lahij, bénéficiant du soutien britannique, réussit à s’imposer facilement. Il renforça ses liens avec plusieurs dynasties de l’intérieur en leur versant régulièrement des subsides. Il entra, de même, en relation étroite avec les shaykhs de la Hujariyya.

2.2 Extension de l’influence britannique en Arabie du Sud (1854-1914)

2.2.1 Aden bénéficie d’une conjoncture internationale favorable

43Le déclenchement de la guerre de Crimée en 1854 et la signature, la même année, de la concession pour le creusement du canal de Suez, marquèrent un nouveau départ dans les rivalités entre puissances européennes au Moyen-Orient et plus particulièrement dans la région de la mer Rouge.

44En 1854, les Anglais obtinrent du sultan de Masqat les îles Khurîyâ Murîyâ, au large du Dhufâr. En 1856, ils occupèrent l’île de Périm, en réponse aux négociations que menaient alors les Français avec l’imâm pour la cession du petit port de Shaykh Sa’îd à l’entrée de la mer Rouge. Quelques années plus tard, en 1859, des rumeurs circulèrent à nouveau sur une éventuelle installation française dans la baie même d’Aden. Les Anglais précipitèrent alors les négociations avec le shaykh des ‘Aqrabî pour l’achat du rocher de Little Aden, commandant l’entrée ouest de la baie. En 1881 enfin, les Anglais se firent accorder par le sultan de Lahij, les terres s’étendant autour de la baie et comprenant Hiswa et Shaykh ‘Uthmân.

  • 16 De 1899 à 1920, Muhammad ‘Abdillahi Hasan, surnommé le Mad Mulla par les Anglais, réussit à soulev (...)

45Bientôt Aden servit de base arrière à des opérations britanniques dans la région. En 1867-68, le passage et le stationnement des troupes engagées contre l’empereur d’Éthiopie Théodore eurent pour conséquence immédiate le développement des infrastructures portuaires d’Aden. A partir de 1899 et jusqu’en 1920, Aden servit à nouveau de base arrière aux opérations contre le Mad Mulla en Somalie16.

46Dans un climat de tension internationale persistante, Aden se transforma en véritable forteresse durant la fin du xixe siècle. Des garnisons pléthoriques furent installées sur l’isthme de Khurmaksar. L’extension des fortifications autour de Steamer Point suscita régulièrement les protestations des commerçants qui se plaignaient d’être gênés dans leurs activités. Mais pour les stratèges de Londres, l’importance d’Aden n’était que toute relative. Dans un rapport officiel établi en 1903, ils considéraient même le port d’Aden « comme d’importance fort douteuse ». Selon eux, Suez aurait été bloqué dès le début d’un conflit. Seules les voies terrestres à travers le Canada et la voie maritime autour du Cap auraient alors permis d’atteindre l’Empire des Indes. En temps de guerre, Aden devait uniquement servir à bloquer l’entrée sud de la mer Rouge à une puissance hostile. Cette prise de position explique que Londres ait toujours émis des réserves à l’encontre d’un interventionnisme plus actif en Arabie du Sud, tel que le souhaitaient Bombay et Calcutta. Aden devait uniquement servir de point d’appui à la politique internationale britannique et non pas devenir le point de départ d’une colonisation de l’arrière-pays.

47Parallèlement à ces activités militaires, Aden connut un rapide développement commercial. A partir du milieu du xixe siècle, la navigation à vapeur se généralisa. Au moment de l’ouverture de Suez, les navires à voile avaient pratiquement complètement disparu. Steamer Point, aménagé en dépôt de charbon depuis 1842, devint une escale essentielle pour les courriers reliant Suez à Bombay et à Calcutta, puis à l’Australie. Dès 1860, les transports de troupes et les courriers français vers l’Indochine et l’océan Indien, firent régulièrement escale dans le port britannique. Le trafic des passagers connut une croissance considérable, entraînant le développement de nombreuses activités annexes.

48Le port fut définitivement déplacé de son ancien site de Crater vers Ma’alâ et Steamer Point. Mais il se révéla très rapidement inadapté à la nouvelle navigation. Malgré l’urgence, les premiers travaux d’approfondissement de la baie ne furent entrepris qu’en 1890. C’est pourquoi, dès 1883 et pendant une trentaine d’années, l’île de Périm devint un redoutable concurrent pour Steamer Point dans ses activités de soutage.

49Le commerce sextupla entre 1850 et 1870. Il connut ensuite une progression certes moins rapide mais constante jusqu’au début de la première guerre mondiale. Aden se transforma en un immense entrepôt de la mer Rouge et une partie de l’Afrique orientale. Avec l’installation du télégraphe en 1870, Aden était reliée à tous les principaux marchés du monde, ce qui permit aux grosses maisons de commerce tenues par des Anglais, des Américains, des Italiens, des Indiens et des Français, de se livrer à de lucratives opérations spéculatives. Par Aden, on réexpédiait le café et les peaux d’Éthiopie et du Yémen, le safran de Sanaa, les gommes et l’encens de Somalie, les perles de Périm. A partir de ce port étaient redistribués les tissus européens, les céréales indiennes et les dattes du Golfe. Par cabotage, ces marchandises parvenaient dans les ports environnants dépourvus d’installations modernes capables d’accueillir les nouveaux bateaux à vapeur : Jedda, Hudayda, Zayla, Berbera et Mukallâ. L’essentiel du commerce d’importation portait sur les produits alimentaires ou le coton filé nécessaire à l’artisanat local (tisserands de Lahij, de Dhâl’a et du Hadhramawt). Aden n’importait pratiquement pas de produits d’équipement : l’appareil de production de son arrière pays n’avait guère évolué depuis l’arrivée des Anglais et ne nécessitait donc aucune importation de machines ou d’outils.

  • 17 Essentiellement de la Hujariyya, de Ta’izz et de Baydâ’.
  • 18 La ville, fondée en 1884, fut presque entièrement construite par des ouvriers yéménites.

50La population de la possession britannique s’accrut rapidement. En 1891, la ville comptait déjà 45 000 habitants. Indienne durant les premières années de sa colonisation, Aden retrouva bientôt un caractère plus arabe. De nombreux immigrés affluaient de l’arrière pays17 pour chercher du travail sur les chantiers ou dans le commerce ou pour émigrer vers Djibouti18 ou l’Afrique de l’Est et du Sud. Ces nouveaux arrivants se fixèrent surtout dans les quartiers en pleine expansion de Ma’alâ et de Steamer Point, puis, à partir de 1881, à Shaykh ‘Uthmân. Le phénomène migratoire dans l’arrière-pays était soumis au rythme des saisons. Avec le début des pluies en juin, les émigrés revenaient dans leur pays pour cultiver leur lopin de terre. Dès la récolte achevée, ils repartaient vers la ville ou à l’étranger. Ces mouvements provoquaient régulièrement des tensions sur le marché du travail d’Aden. Celui-ci était organisé selon le système des muqaddams : intermédiaires entre l’ouvrier et l’employeur, ils procuraient le travail aux immigrés, leur versaient les salaires et leur consentaient éventuellement des avances, tout en prélevant une commission importante. Les salaires, situés à un niveau très bas, n’avaient guère progressé entre 1840 et 1914. Les grèves, bien que fréquentes, étaient la plupart du temps inefficaces en raison de l’absence d’organisations ouvrières.

51L’aspect urbain d’Aden se transforma rapidement. En 1856, un incendie avait détruit toutes les huttes hâtivement édifiées depuis l’arrivée des Anglais. La reconstruction fut faite en pierre et, peu à peu, Aden prit l’aspect d’un établissement appelé à durer. Avec le développement de la bureaucratie, les bâtiments administratifs se multiplièrent. En 1868, s’acheva la construction de l’église anglicane qui dresse toujours sa silhouette familière au-dessus de la crique de Crater. Depuis l’indépendance du Sud Yémen, elle a été transformée en bibliothèque.

  • 19 Les hypothèses quant à leur origine sont fort divergentes. Selon certains, elles seraient d’époque (...)

52Avec l’accroissement de la population, l’approvisionnement de la ville en eau devint un problème critique. Redécouvertes en 1857, les fameuses citernes d’Aden19 furent remises en état de recueillir l’eau des rares pluies. Une canalisation fut posée depuis Shaykh ‘Uthmân, pour amener l’eau à la cité en rapide expansion. Avec le déplacement des activités portuaires de Crater à Ma’alâ et Steamer Point, de nouvelles agglomérations se développèrent autour de ces deux centres d’activité : le premier rassembla la main-d’œuvre Somalie et yéménite tandis que le second devint le lieu de résidence privilégié des Européens. Le développement de Shaykh ‘Uthmân, à la fin du siècle, accentua cet aspect de ville éclatée que la cité a conservé jusqu’à nos jours.

2.2.2 Des relations fluctuantes avec les Ottomans

  • 20 Ce terme de canton a été utilisé abusivement dans la rédaction de cette note diplomatique. Il corr (...)

53Depuis 1849, les Ottomans avaient repris pied dans le sud de la mer Rouge en occupant la plaine côtière de la Tihâma sur la rive Arabique, le port érythréen de Massawa et les îles Dahlaqs sur la côte africaine. Mais les armées de la Sublime Porte ne parvinrent pas à reconquérir les plateaux yéménites malgré le déclin de l’imâmat zaydite. La multiplication des prétendants au titre d’imâm, chacun s’appuyant sur un groupe tribal différent, avait en effet plongé le Yémen dans un indescriptible chaos. Ce vide politique, à proximité immédiate de leur possession sud-arabique, ne cessa d’inquiéter les Britanniques qui craignaient avant tout l’intervention au Yémen d’une autre puissance européenne. C’est donc avec soulagement qu’ils observèrent les troupes ottomanes dans leur progression vers Sanaa, au printemps de 1872. Mais Istanboul ne comptait pas en rester là. Dès que Ta’izz et Qa’taba, sur les marches méridionales, furent investies, les Ottomans poussèrent leurs troupes dans les territoires Subayhî, l’émirat de Dhâl’a et le sultanat Hawshabî. Au nom du panislamisme, ils revendiquèrent la suzeraineté sur « toute la péninsule Arabique, berceau de l’Islam ». Ils firent pression sur tous les souverains de la région pour qu’ils reconnaissent leur autorité. Bien que le geste n’eût qu’une portée symbolique, ils nommèrent un sayyid gouverneur du Hadhramawt au nom du sultan d’Istanboul. Ces revendications furent évidemment rejetées par Londres. Les Anglais avaient les plus grands doutes quant à la capacité des Ottomans à maintenir la région à l’abri des ambitions des autres puissances européennes. Londres réagit donc rapidement : en mai 1873, une note fut adressée au sultan ‘Abd al-Hamîd, demandant le « respect de l’indépendance des neuf cantons de l’Arabie du Sud »20. Ce document, établissant un protectorat de fait sur la région, allait bientôt se révéler comme décisif pour l’avenir de la région. Il marque la première étape dans la construction territoriale de la future entité sud-yéménite.

  • 21 Voir paragraphe 2.1.2.

54Cette liste de tribus et de principautés, abusivement appelées cantons, fut dressée non pas selon des critères économiques, mais uniquement selon des considérations politiques. En fait, la sécurité de l’établissement d’Aden dépendait uniquement de ses trois voisins immédiats, le shaykhat des ‘Aqrabî, le sultanat de Lahij et le sultanat Fadhlî. Mais les liens politiques que le sultan de Lahij avait réussi à tisser, à des niveaux différents, avec les chefs de l’arrière-pays21, imposaient alors le maintien, en dehors de la sphère ottomane, de ces neuf entités. Malgré cette note, les Ottomans pénétrèrent dans Lahij en octobre 1873, sous prétexte d’y assurer la protection d’un de leurs alliés issu de la famille régnante. Les Anglais dépêchèrent un petit détachement militaire sur place. Devant les risques d’escalade militaire, les Ottomans finirent par se retirer à la fois de Lahij et de l’ensemble des « neuf cantons ». Une longue période de détente suivit ce premier accrochage. Certes l’achat de Shaykh ‘Uthmân en 1881, puis la signature, de 1886 à 1889, d’une série d’accords de protectorats avec les principautés côtières, soulevèrent les protestations indignées des Ottomans. Mais ceux-ci tenaient surtout, par là, à signifier qu’ils n’avaient pas renoncé au principe d’une revendication sur ces régions de l’Arabie du Sud. Les infiltrations d’agents ottomans dans les « neuf cantons » ne cessèrent jamais totalement, de même que les pressions sur les différents souverains.

55La tension ne s’accrut subitement entre les deux puissances étrangères en Arabie du Sud qu’en juillet 1901. Les Anglais réagirent vigoureusement à une infiltration ottomane en territoire Hawshabî en y dépêchant un détachement militaire. Aden venait en effet de signer un accord de protectorat avec ce sultanat. A moins de perdre toute crédibilité dans la région, les Anglais se devaient d’intervenir fermement aux côtés de leur protégé menacé, d’autant plus qu’à Londres on était persuadé que le démantèlement de l’empire ottoman était imminent.

56Harcelés au Yémen par une nouvelle révolte zaydite, les Ottomans choisirent la voie de la conciliation dans cette affaire et proposèrent la création d’une commission mixte pour la fixation des frontières en Arabie du Sud. Après de multiples incidents, cette commission acheva ses travaux en 1904, reprenant en gros les limites territoriales déjà implicitement mentionnées dans la note de 1873. Sur une longueur de 138 miles, la commission définit la frontière entre le Yémen ottoman et l’Arabie du Sud sous influence britannique, soit depuis l’île de Périm jusqu’au Wâdî Banâ. Au-delà de ce wâdî, vers le désert du Rub’ al-Khâlî, on se mit d’accord sur une ligne provisoire d’orientation nord-est. Un procès-verbal fut signé entre les deux gouvernements en 1905, mais l’accord ne fut ratifié qu’à la veille de la première guerre mondiale, en mars 1914.

57L’entrée en guerre de l’empire Ottoman aux côtés de l’Allemagne, en octobre 1914, allait rompre une fois de plus le fragile équilibre qui s’était instauré dans le sud de la péninsule Arabique. En novembre, les Anglais bombardèrent des concentrations de troupes ottomanes à Shaykh Sa’îd, en face de l’île de Périm, puis ils instaurèrent un blocus naval sur toute la côte du Yémen. L’imâm Yahyâ, craignant d’éventuelles visées britanniques sur son pays, ne profita pas de la situation et se retrancha dans une stricte neutralité dans le conflit. En avril 1915, les Anglais occupèrent l’île de Kamarân, au nord de Hudayda, puis signèrent un traité avec le souverain idrîsside d’Abû ‘Arîsh(Asîr). Les Ottomans répliquèrent à cet encerclement en lançant une offensive à Lahij après avoir rallié au passage quelques clans Yâfa’î et Subayhî, trop satisfaits d’avoir enfin trouvé une occasion pour en découdre avec le sultan de Lahij. Devant la faiblesse de la résistance anglaise, ils parvinrent jusqu’à Shaykh ‘Uthmân, mais ils en furent rapidement délogés. Ils maintinrent par contre leurs positions à Lahij jusqu’à la fin de la guerre. Après cette brève offensive, le nouveau statu quo fut maintenu jusqu’à la fin des hostilités en 1918. Le véritable théâtre des opérations se trouvait en fait bien plus au nord, dans les régions désertiques entre l’Égypte et l’Iraq. L’Arabie du Sud ne joua donc qu’un rôle tout à fait marginal dans le déroulement du conflit mondial.

2.2.3 Un arrière-pays en lente transformation : l’émergence d’entités étatiques structurées

58Durant la seconde moitié du xixe siècle, on assista à une lente transformation de l’Arabie du Sud avec l’émergence de quelques principautés dominantes, prenant de plus en plus les traits de véritables États. Cette modification politique reposait d’abord sur une transformation des bases matérielles de l’existence en Arabie du Sud.

  • 22 Voir paragraphe 2.1.3. sur le rôle du sultanat de Lahij dans ce processus.

59Les voies commerciales traditionnelles en Arabie du Sud, source importante de revenus pour quelques sultans et les tribus nomades, perdirent l’essentiel de leur trafic avec la prospérité croissante d’Aden22. En plus, la réoccupation du Yémen par les Ottomans, en 1872, détourna à nouveau le transit du café yéménite des ports de l’Arabie du Sud au profit de Mukhâ et de Hudayda. Il en fut de même pour le safran, la cire et la garance produits dans les régions d’Ibb et de Sanaa. Par ailleurs, la production agricole locale souffrit d’une série de calamités naturelles entre 1863 et 1872, de sorte que les plateaux de Dhâl’a n’avaient plus d’excédents de grains à exporter.

Carte 5. – L’Arabie du Sud sous domination britannique. Protectorat de l’Ouest.

60Une évolution importante se dessina durant la même période en ce qui concerne la répartition des revenus de la terre, la principale richesse de l’arrière pays en Arabie du Sud. Le long de la frontière avec le Yémen ottoman, les agents du fisc de Sanaa collectaient fréquemment les impôts à la place des autorités locales. L’émir de Dhâl’a se voyait ainsi fréquemment privé d’une partie importante de ses revenus. Les Hawshabî et les Yâfa’î, quant à eux, perdirent une partie de leurs terres fertiles dans le Wâdî Tuban, le delta d’Abyan, lors de querelles tribales avec leurs voisins plus puissants, le sultan de Lahij et le sultan Fadhlî. Ces mêmes sultans furent aussi les principaux bénéficiaires des nouvelles terres mises en culture à partir de 1870 pour assurer un ravitaillement plus régulier de l’établissement d’Aden.

61Des paysans pauvres, ayant quitté leurs tribus, se fixèrent sur ces terres pour les mettre en valeur au bénéfice des sultans. Cette migration de paysans révélait en fait les premiers signes d’une lente dislocation de l’édifice tribal. Au Hadhramawt enfin, les émigrés achetaient de plus en plus de terres, amorçant une véritable spéculation foncière.

  • 23 Le sultan de Lahij livrait à Aden l’essentiel des besoins en fourrage et en légumes. Sur ses terre (...)

62La prospérité des sultanats côtiers était de plus en plus liée à la présence des Anglais. Dès 1870, le sultan de Lahij tirait les deux-tiers de ses revenus du commerce avec Aden et de divers monopoles de vente23.

63La baisse des revenus chez les souverains et les tribus de l’arrière-pays eut des conséquences sociales et politiques considérables. Incapables de maintenir leur domination sur les divers clans tribaux par le versement de subsides, les sultans durent faire face à des révoltes de plus en plus fréquentes, en particulier dans les territoires Hawshabî et ‘Amîrî (Dhâl’a). Les Subayhî et les Radfân coupaient fréquemment les voies commerciales et pillaient les terres agricoles. A partir de 1880, ce mouvement de désintégration de l’ancienne société s’accéléra brusquement : des armes modernes arrivaient alors massivement dans le pays par des voies clandestines à partir de Djibouti, devenue en quelques années le carrefour de tous les trafics illicites de la région. Ces armes passaient par les Subayhî avant d’être redistribuées progressivement à toutes les tribus de l’intérieur. En quelques années, le fusil cessa d’être l’apanage du seul sultan, ce qui entraîna un changement considérable dans le rapport de force entre tribus et souverains. Les vendettas personnelles se multiplièrent tandis que les vieilles querelles tribales se rallumèrent partout, plongeant le pays dans une insécurité jamais atteinte depuis le début du xixe siècle.

  • 24 L’imâm Yahyâ se révolta contre les Ottomans à partir de 1906. Trois ans plus tard, il contrôlait p (...)

64Pour tenter de sauver leur autorité chancelante, les sultans constituèrent de petites armées d’esclaves amenés d’Afrique et de mercenaires recrutés parmi les Yâfa’î et les ‘Awlaqî. Incapables de financer eux-mêmes ces troupes, ils firent appel aux Anglais, au sultan de Lahij, aux Ottomans ou même à l’imâm zaydite à partir de 190924.

65Facteur nouveau dans cette société sud-arabe en pleine évolution, les émigrés commencèrent à jouer un rôle de plus en plus important sur le plan politique. Ils mirent leurs capitaux à la disposition de souverains locaux pour la réalisation d’ambitions personnelles : ainsi, un riche yéménite établi à Hyderabad en Inde s’entendit avec le sultan de Lahij pour le financement d’un projet d’occupation de la Hujariyya. Ce projet avorta uniquement en raison de l’intervention ottomane en 1872.

66Au Hadhramawt, certains émigrés se constituaient de véritables fiefs par le rachat de vastes étendues de terre. Pour la famille Qa’itî, ce fut le point de départ pour la construction de l’État qa’itî centré sur Mukallâ.

  • 25 Avec les Yâfa’î, les liens étaient très anciens. La famille sultanale elle-même en était originair (...)

67Alors que l’ensemble des principautés s’affaiblissait, le sultanat de Lahij poursuivait son ascension sur le plan régional, multipliant les liens avec les souverains voisins25. Parallèlement, le sultanat se transforma progressivement en un État solidement structuré, devenant la première puissance économique et financière de l’arrière-pays adéni. A côté d’une petite armée bien équipée, le sultan possédait une garde personnelle formée d’esclaves. Un appareil administratif avait été mis en place tandis qu’une diplomatie active servait les ambitions régionales du sultan. En 1869, il tenta de provoquer la naissance d’un État shâfi’ite au sud d’Ibb puis, à partir de 1906, il soutint la révolte de l’imâm Yahyâ contre les Ottomans. Le sultan comprit aussi tout l’intérêt et toute l’influence qu’il pouvait acquérir à travers le trafic des armes. C’est pourquoi il s’efforça, avec plus ou moins de succès, de le contrôler en tentant d’imposer sa suzeraineté aux principaux trafiquants, les Subayhî. Ayant acquis une position privilégiée auprès des autorités d’Aden, il passa bientôt pour le représentant de l’ensemble des souverains de l’Arabie du Sud et assista, en tant que tel, au couronnement d’Édouard VII comme empereur de l’Inde, à Delhi, en 1903.

68Pendant la période 1850-1918, les autorités d’Aden étendirent progressivement leur zone d’influence, mais l’interventionnisme demeura dans les limites étroites. Pour Londres, encore davantage que pour Bombay, il ne pouvait être question d’une domination directe en dehors de la ville d’Aden. L’une des raisons était que l’Arabie du Sud n’offrait aucune perspective économique d’importance. Aden devait uniquement servir de point d’appui à une politique à vocation mondiale. Mais une telle perspective devait ménager les susceptibilités ottomanes en Arabie du Sud car la Sublime Porte était classée parmi les puissances amies jusqu’en 1914.

69Jusqu’en 1873, la présence britannique n’était active que dans le shaykhat ‘Aqrabî et les sultanats ‘Abdalî et Fadhlî, voisins immédiats d’Aden. Néanmoins aucun n’avait encore signé de traité de protectorat avec les Anglais. Les autres principautés et confédérations tribales n’avaient eu que des relations épisodiques avec les autorités d’Aden, soit par le versement irrégulier de subsides, soit par la signature d’accords ponctuels. Ainsi en 1855, l’émirat de Dhâl’a s’engagea à faire cesser le commerce des esclaves. Par contre les territoires ‘Alawî, ‘Awlaqî et du Haut Yâfa’ n’avaient encore établi aucun contact avec les Anglais.

70L’année 1873 marqua un tournant. Par une politique plus active, il s’agissait de limiter l’influence ottomane et surtout de prévenir l’établissement d’une autre puissance européenne en Arabie du Sud. Mais dès avant cette date, les Britanniques s’étaient donnés les instruments de cette nouvelle politique. En 1860, ils créèrent un Département arabe chargé de suivre l’évolution de l’arrière-pays et d’établir des contacts avec les souverains d’Arabie du Sud. Huit ans plus tard, le gouverneur disposait d’un petit contingent de forces spéciales pour d’éventuelles interventions au-delà d’Aden. Enfin, en 1869, fut ouverte à Aden la maison des hôtes, destinée à accueillir et à héberger toutes les personnalités de l’arrière-pays, de passage à Aden.

  • 26 Les Français s’installèrent à Djibouti en 1884. Au même moment, Allemands et Italiens s’intéressai (...)

71Une première série d’accords de protectorats fut signée dans les années 1870 avec les sultans Hawshabî et Fadhlî et l’émir de Dhâl’a. Il s’agissait de lier les princes à l’Angleterre avant qu’ils ne soient tentés de le faire avec une autre puissance, notamment avec les Turcs. L’arrivée de la France et de l’Allemagne dans la région26, à partir de 1880, inquiéta les Anglais. Ils se hâtèrent de leur barrer le chemin en Arabie du Sud en signant de nouveaux accords de protectorat avec ceux des princes côtiers qui étaient demeurés jusqu’alors en dehors du système. Du Mahra à Lahij, toutes les principautés côtières avaient dorénavant des liens avec les autorités d’Aden. Véritable cordon sanitaire, il empêchait toute prise de contact entre une puissance étrangère et une principauté de l’arrière-pays. Dans ces accords, les sultans s’engageaient à n’établir de relations qu’avec l’Angleterre ; en échange, ils percevaient quelques subsides annuels. En 1895, face à une recrudescence des activités ottomanes, d’autres accords similaires furent signés avec les principautés de l’intérieur (Hawshabî, ‘Alawî, Bas Yâfa’).

72Ultérieurement, les Anglais mirent à profit la bonne volonté ottomane lors du tracé de la frontière, pour placer sous leur protectorat les principautés les plus reculées (Bayhân, ‘Amîri, Haut Yâfa’ et Haut ‘Awlaqî). Ils établirent un premier « résident politique » à Dhâl’a, en le chargeant de surveiller l’application des accords récemment signés et l’évolution de la situation dans les différentes principautés. Mais à Londres, contrairement à Bombay, on estimait que cette politique allait trop loin et risquait, tôt ou tard, d’aboutir à une prise en main directe de l’Arabie du Sud, ce qu’on voulait éviter. Le résident politique et sa garde furent donc retirés au début de 1907, de même que les petites garnisons qu’on avait établies sur la route reliant Aden à Dhâl’a.

  • 27 Les Anglais arrangèrent notamment un compromis entre les Yâfa î et le sultan Fadhlî à propos des t (...)

73Malgré ces fluctuations dans la politique adoptée face à l’Arabie du Sud, l’Angleterre joua un rôle de plus en plus important dans l’évolution politique intérieure des différentes principautés. Ainsi, elle se posa en médiatrice dans les conflits internes et intervint ouvertement dans les successions27. En 1879, les Anglais placèrent leur favori sur le trône du sultanat Fadhlî et envoyèrent son malheureux rival en exil en Inde. Mais le facteur le plus important de l’interventionnisme britannique croissant fut la consolidation des différentes dynasties régnantes au détriment des clans et des tribus. Un moment inquiétés par le trafic clandestin de l’armement moderne, les sultans purent rapidement raffermir et renforcer leur pouvoir grâce aux canons et à l’argent britanniques. Ils purent rapidement mettre sur pied de petites armées locales, de sorte que le pays « ne sombra pas dans l’anarchie et le chaos », comme l’écrivaient alors les officiers anglais.

74Pendant cette période, le Hadhramawt évolua progressivement vers un partage entre deux États structurés, celui des Qa’itî et celui des Kathîrî. A partir de 1840, les émigrés, et plus particulièrement les mercenaires qui s’étaient mis au service du nizam d’Hyderabad en Inde, intervinrent directement dans la politique locale au Hadhramawt. Par l’introduction d’argent et de techniques militaires modernes, ils modifièrent radicalement l’ancien équilibre socio-politique.

75Ainsi Sâlah bin ‘Umar al-Qa’itî, originaire du Yâfa’, acheta des terres avec l’argent amassé en Inde, puis constitua une armée de mercenaires et d’esclaves basée à Hawta, capitale de son nouveau fief et ville située à l’intérieur de Hadhramawt. Son ambition de contrôler l’ensemble de la région se heurta bientôt à la détermination de Ghâlib al-Kathîrî, lui aussi établi à Hyderabad, mais descendant de la vieille dynastie Kathîrî. C’est pourquoi il prit appui sur la ville de Say’ûn pour se lancer dans la conquête du Hadhramawt. La lutte entre les deux rivaux se transforma rapidement en véritable guerre, particulièrement meurtrière du fait que chacun recourait à des troupes nombreuses et à un armement moderne importé par les ports de Shihr et de Mukallâ. Les vieilles rivalités tribales, accompagnées de raids et de pillages que réglementait un ancestral droit coutumier, cédaient brusquement la place à la guerre moderne, autrement dévastatrice.

76Les deux ports devinrent bientôt l’enjeu essentiel de la lutte. La bataille autour de Shihr, en 1866-67, marqua un tournant décisif dans cette guerre au profit des Qa’itî. Mais le conflit s’internationalisa rapidement. Les sayyids, qui avaient pris position en faveur des Kathîri, lancèrent un appel aux Ottomans. Ceux-ci dépéchèrent un navire de guerre devant Mukallâ et Shihr. Mais les Anglais firent pression sur Istanbul et les deux puissances finirent par s’entendre sur une non-intervention. Cet accord resta lettre morte. Lorsque les combats reprirent en 1873, à la fois sur terre et sur mer, Londres sortit de sa réserve pour appuyer le camp Qa’itî par souci d’écarter les Ottomans qui avaient acquis une certaine influence dans le camp adverse. En 1881, Mukallâ tomba définitivement entre les mains des Qa’itî. Dès lors, ils contrôlaient toute la côte et la partie occidentale de la vallée du Hadhramawt, tandis que les Kathîrî devaient se replier sur les trois villes de Shibâm, Say’ûn et Tarîm. Le souverain qa’itî s’allia résolument aux Anglais pour renforcer sa position nouvelle. En 1888, il signa un traité de protectorat avec Aden. Néanmoins le port de Mukallâ maintenait ses liens avec l’Inde. Marchands parsis et soldats indiens se pressaient dans la capitale qa’itî. Le sultan lui-même se rendait fréquemment sur ses domaines à Hyderabad.

  • 28 Afin de s’assurer de la fidélité des tribus, le sultan exigeait des chefs qu’ils envoient un de le (...)

77Mais la nouvelle principauté se dota rapidement de structures étatiques. La généralisation des systèmes d’otages28 permit de soumettre toutes les tribus voisines à la nouvelle autorité, renforcée encore par la création d’une armée moderne composée exclusivement de soldats indiens. Le pouvoir qa’itî s’appuya résolument sur les milieux commerçants et les émigrés, s’aliénant par là-même les milieux plus traditionnalistes regroupés autour des sayyids.

78Moins puissant et handicapé par l’absence de débouché maritime, l’État kathîrî prit une orientation plus traditionnaliste et pro-ottomane.

79Plus à l’est, le sultan de Qishn, souverain sur le Mahra et l’île de Socotra, signa en 1886 un traité de protectorat avec les Britanniques. Mais son autorité était plus nominale que réelle sur les tribus nomades Mahra.

3. Affermissement de l’emprise britannique sur l’Arabie du Sud (1918-1950)

80Après la première guerre mondiale, l’Angleterre évolua peu à peu d’une politique de prépondérance dans la région marquée par les traités de protectorats, vers une politique de prise en main directe, concrétisée par la signature des traités de consultation (advisory treaty). De même la ville d’Aden, de dépendance de l’Inde impériale, devint une colonie rattachée directement à la Couronne.

81Les anciennes structures sociales subirent une lente mais inéluctable érosion, tandis que se dessinaient peu à peu les traits d’une société nouvelle. Enfin, la question de l’unification du Yémen sous une même autorité se posa avec acuité après le retrait des Ottomans du Yémen en 1918.

3.1 L’Arabie du Sud : dépendance de l’imâmat yéménite ou de l’Inde impériale ?

3.1.1 Hésitations britanniques quant au statut d’Aden

82Colonisée à partir de l’Inde, Aden fut soumise, dès 1839, aux autorités de Bombay. Mais l’Arabie du Sud entrait aussi dans le jeu de la politique britannique définie à Londres. Cette ambiguïté fut à l’origine d’un long conflit de compétence durant l’entre-deux-guerres. Ni le Bureau colonial de Londres, ni la Présidence de Bombay, ni la Vice-Royauté de l’Inde ne voulaient assumer entièrement la charge financière de la présence en Arabie du Sud. Les autorités de Bombay ayant montré leur incapacité à empêcher l’avance ottomane durant la première guerre mondiale, les protectorats furent rattachés dès 1917 au Bureau colonial tandis qu’Aden restait sous la dépendance de l’Inde, de Bombay d’abord, puis de Delhi à partir de 1932. Ces tergiversations, outre leur cause financière, révélaient en fait deux conceptions politiques opposées : pour Londres, Aden était une ville arabe, rattachée à un arrière-pays arabe ; pour Bombay au contraire, la présence d’une influente communauté de commerçants et de fonctionnaires indiens donnait à la ville un caractère indien. Certains rêvaient même d’en faire un avant-poste pour une Inde dont on savait dès lors qu’elle accéderait un jour à l’indépendance. Le conflit fut définitivement tranché en 1937 : Aden, tout comme les protectorats, allait dépendre dorénavant du Bureau colonial de Londres.

  • 29 Signature en septembre 1925 d’un accord d’amitié et de commerce avec l’Italie, en novembre 1928 d’ (...)

83Le désintérêt que la Grande-Bretagne avait manifesté pour Aden à la fin du xixe siècle se renforça à l’issue de la première guerre mondiale. Au Moyen-Orient, la politique britannique s’appuyait désormais sur l’axe Le Caire-Bagdad. Les autres puissances européennes avaient en effet cessé d’être une menace dans la région par leur reconnaissance de la position privilégiée de la Grande-Bretagne dans la péninsule Arabique au cours des conférences d’après guerre. Les velléités italiennes, puis russes dans le Yémen de l’imâm Yahyâ29, n’étaient donc pas de nature à inquiéter sérieusement les Anglais à Aden. Toute la politique de Londres dans la région consistait dès lors à éviter la constitution d’ensembles arabes trop vastes, de contenir le nationalisme naissant et d’établir des relations correctes avec les principales puissances de la péninsule (imâmat yéménite, royaume saoudien, royaume du Hijâz). Dans ce contexte, Aden ne gardait qu’une importance toute relative. Il fallut attendre l’entrée en fonction de Reilly comme « résident politique » à Aden pour qu’une politique cohérente fût tracée. Elle comportait les points suivants : respect des traités de protectorat, respect des frontières de 1905, émancipation par rapport à l’Inde, paix intérieure.

3.1.2 Les revendications de l’imâm Yahyâ

  • 30 Le colonel Jacob avait été nommé officier politique à Dhâl’a en 1906, mais il fut retiré de ce pos (...)

84Le retour du Yémen à l’indépendance après l’effondrement de l’empire ottoman, à la fin de 1918, allait poser une nouvelle fois la question de la souveraineté sur l’Arabie du Sud. Dès février 1919, l’imâm Yahyâ envoya ses troupes dans les territoires Hawshabî, Dhâla’î et Yâfa’î. Les Anglais, qui n’avaient plus exercé aucune influence sur l’arrière-pays d’Aden depuis l’invasion ottomane de 1915, ne réagirent pas immédiatement. Ils hésitaient quant à l’attitude à adopter face à l’imâm. Le projet de constituer un état tampon shâfi’ite regroupant Ibb, Ta’izz et Lahij autour des souverains ‘Abdalî fut rapidement abandonné. Par ailleurs, la prise en main directe des protectorats paraissait trop coûteuse et contraire à la politique générale de l’Angleterre dans la péninsule. Il fallait donc engager des négociations avec l’imâm de Sanaa. Mais plusieurs obstacles se dressaient sur cette voie. Les Anglais occupaient le port de Hudayda depuis la fin de la guerre. Dans l’Asîr, ils continuaient de soutenir le souverain idrîsside d’Abû ‘Arîsh, ennemi héréditaire des zaydites. Dans la Tihâma enfin, ils fournissaient des armes aux tribus Zarânîq en rébellion contre l’imâm Yahyâ. Malgré ce climat difficile, les autorités d’Aden envoyèrent le colonel Jacob30 au Yémen, durant l’été 1919, pour négocier avec l’Imâm. Mais le diplomate britannique, retenu prisonnier par un chef rebelle de la Tihâma, ne put jamais parvenir à Sanaa.

85Malgré ce premier échec, les Anglais espéraient parvenir à un accord. Contrairement à ce que craignait l’Imâm, les Anglais n’avaient aucune ambition territoriale au Yémen mais tenaient à faire reconnaître leur présence à Aden et à maintenir les autres puissances européennes éloignées de la région. L’isolement dans lequel s’enfermait progressivement le Yémen n’était donc pas pour leur déplaire.

  • 31 La querelle entre Alawîs [sayyids] et Irshâdîs avait éclaté à Singapour en 1905 lorsqu’un Alawî du (...)

86En février 1922, ils décidèrent de repousser de nouvelles infiltrations zaydites en territoire hawshabî, en bombardant les positions ennemies avec leur aviation. Celle-ci intervenait ainsi pour la première fois en Arabie du Sud. Ils tentèrent parallèlement de limiter les incursions yéménites en distribuant des armes aux tribus hostiles aux zaydites. Mais ils furent incapables d’empêcher l’imâm Yahyâ d’occuper le sultanat de Baydhâ’ en juin 1923 et de pousser ses troupes vers les provinces orientales. Il adressa un manifeste aux habitants du Hadhramawt ; mélange d’arabisme et de panislamisme, ce document suscita le ralliement à l’imâm d’une partie des sayyids du Hadhramawt, alors en pleine lutte contre leurs rivaux, les Irshâdîs31. Malgré cette pression constante de l’imâm sur les protectorats, les contacts furent maintenus entre Aden et Sanaa. En 1926, un émissaire britannique, Clayton, se rendit dans la capitale zaydite, mais chacune des deux parties resta sur ses positions : l’imâm ne renonçait pas à ses revendications sur l’ensemble de l’Arabie du Sud, la Grande-Bretagne maintenait les accords de protectorat signés avec les différents souverains.

87Ce nouvel échec entraîna un durcissement de part et d’autre. L’imâm Yahyâ espérait bien trouver un appui décisif auprès de l’Italie lorsqu’il signa un traité avec ce pays en septembre 1926. Mais il ignorait que les effets de ce traité allaient immédiatement être limités par l’accord secret conclu l’année suivante entre l’Italie et la Grande-Bretagne, prévoyant des consultations réciproques sur toutes les affaires concernant la péninsule Arabique.

88En février 1928, prenant prétexte de l’emprisonnement par l’imâm de deux chefs de tribus des protectorats, les Anglais décidèrent de réagir avec fermeté contre les incessantes incursions zaydites. La Royal Air Force lança plusieurs raids contre les villes shâfi’ites du Yémen, en particulier Qa’taba et Ta’izz, et bombarda les troupes infiltrées dans les protectorats. Totalement démuni face aux avions britanniques, l’imâm se vit contraint d’évacuer la plupart des régions précédemment occupées, à l’exception de quelques villages frontaliers des plateaux Dhâl’a et Awdhalî. En 1932, il riposta en fermant le Yémen à tout commerce avec Aden.

89Mais menacé sur sa frontière nord par les Saoudiens, l’imâm Yahyâ se vit obligé, au sud, de négocier avec les Anglais. En février 1934, il signa un traité avec le gouverneur d’Aden, Sir Reilly : l’imâm s’engagea à retirer ses troupes des quelques villages encore occupés, de taire ses revendications sur l’Arabie du Sud pendant quarante ans, de fixer la frontière au-delà du wâdî Banâ, c’est-à-dire la zone non concernée par les accords de 1905, selon la ligne de statu quo au moment de la signature du traité, enfin de rouvrir la frontière au commerce en provenance d’Aden. En échange, il obtenait simplement la reconnaissance de sa souveraineté sur la ville de Baydhâ’ !

90Dans les années qui suivirent ce traité, l’imâm se montra de plus en plus préoccupé par le contrôle direct que l’Angleterre établissait sur les protectorats. Il tenta donc un coup de force en 1938 en occupant Shabwa, à la limite du Hadhramawt, mais ses troupes furent rapidement délogées.

  • 32 Muhammad Zubayrî et Ahmad Nu’mân créèrent à Aden le « Parti des Yéménites libres ».

91A partir de 1944, un nouveau point de discorde apparut entre les Anglais et l’imâm, lorsque les autorités britanniques acceptèrent la présence à Aden de l’opposition à la dynastie des Hamîd al-Dîn32. Ces opposants allaient jouer un rôle important dans la prise de conscience nationaliste en Arabie du Sud.

3.2 Profondes mutations en Arabie du Sud

92Tandis qu’Anglais et Yéménites s’affrontaient sur la question du statut de l’Arabie du Sud, la région elle-même subissait de profondes transformations. Les Anglais ne se contentaient plus d’assurer leur prépondérance sur la région à travers les traités de protectorat, mais s’acheminaient peu à peu vers une administration semi-directe. De même, les structures sociales et économiques de la société sud arabe connurent de lentes mutations qu’accompagnait une réorientation de la région vers le monde arabe au détriment des liens anciens avec l’Asie du Sud et l’Afrique orientale.

3.2.1 Des protectorats aux traités de consultation : l’établissement d’un gouvernement semi-direct en Arabie du Sud

93Durant la période de l’entre-deux-guerres, la Grande-Bretagne accrut considérablement son emprise sur l’Arabie du Sud. Elle voulait ainsi mettre en échec les revendications de l’imâm, étendre la zone de sécurité d’Aden et promouvoir des transformations de la société sud-arabe dans le sens d’« une modernisation ».

  • 33 Entre 1934 et 1937, les Britanniques bombardèrent successivement les Bakri, clan du wâdî Hardaba, (...)

94L’aide en armes et en argent que Londres accorda aux sultans et à diverses tribus se révéla rapidement inefficace pour contrer l’offensive des troupes et agents de l’imâm. Jugeant l’envoi de troupes régulières trop coûteuses, les Anglais optèrent pour l’emploi d’une nouvelle arme, moins coûteuse, l’aviation. Employée à partir de 1922, cette tactique se révéla efficace non seulement contre l’imâm, mais encore contre les tribus qui s’étaient jusqu’à présent montrées hostiles à la présence britannique, surtout dans les régions éloignées et périphériques par rapport à Aden33.

95Le recours à l’aviation imposa à son tour des contraintes politiques nouvelles. Le faible rayon d’action des avions nécessitait l’installation d’une série d’aérodromes le long des côtes, depuis Aden jusqu’à Mukallâ. Une donnée stratégique nouvelle venait renforcer cette nécessité. En effet, Aden ne comptait plus, pour sa défense, sur la marine, mais sur l’aviation dont la base principale pour le Moyen-Orient se trouvait en Iraq. Il fallait donc qu’un chapelet d’aérodromes reliât Aden à l’Iraq via le Dhufâr et le Golfe.

96La reprise du commerce avec le Yémen à l’issue du traité de 1934 impliquait le rétablissement de la sécurité sur les voies commerciales à partir d’Aden. Ce fut le point de départ d’une nouvelle série de bombardements de tribus hostiles.

  • 34 En novembre 1935, Riyadh et Aden tombèrent d’accord sur la fixation de la frontière commune en Ara (...)
  • 35 Sur le tracé de la frontière avec le Yémen voir le paragraphe 2.2.2 sur les relations des Britanni (...)

97Enfin, la fixation en 1934-35 des frontières de l’Arabie du Sud avec l’Arabie Saoudite34 et le Yémen35 marqua sur le terrain l’extension des pouvoirs centraux au détriment de l’autonomie des tribus, surtout nomades. Dans les confins du Rub’ al-Khâlî, les tribus avaient jusqu’à présent échappé à toute autorité centrale. Elles passèrent rapidement sous l’influence des nouveaux centres politiques de la péninsule, Riyadh, Sanaa et Aden.

  • 36 Dès 1929, les Anglais créèrent une force armée locale, les « Protectorate Levies », recrutés princ (...)

98Dans ce contexte nouveau, le rôle des souverains évolua également. A partir de 1934, les Anglais dotèrent plusieurs d’entre eux de forces armées locales36, leur permettant ainsi d’imposer par la force leur autorité aux tribus qui n’avaient jusqu’à présent reconnu en eux que des médiateurs éventuels dans les multiples conflits claniques.

  • 37 La trêve fut renouvelée par la plupart des tribus en 1940. Néanmoins les Abdât, sayyids d’Al-Ghurf (...)

99Le Hadhramawt n’échappa pas à ces bouleversements. En 1937, un officier britannique, Ingrams, réussit à mettre fin à des décennies d’anarchie et de guerres tribales en obtenant de la plupart des tribus une trêve de trois ans, renouvelée par la suite37. Limitée précédemment aux deux sultanats, l’influence anglaise s’étendit ainsi rapidement à travers le Hadhramawt. En signant un traité de consultation en 1938, le sultan de Mukallâ accepta que l’ensemble de ses décisions, à « l’exception de la religion et du droit coutumier », fussent supervisées par un « résident politique » britannique établi auprès de sa cour. Ces traités, complé-tant les précédents traités de protectorat, furent ensuite étendus à la plupart des entités sud-arabes. En 1951, le Haut Yâfa’ resta le seul à ne pas avoir accepté la présence de conseillers britanniques. Sous leur impulsion, la plupart des « États » se dotèrent des attributs d’un État, à savoir une armée, une administration rudimentaire, des voies de communication et éventuellement des écoles et des dispensaires.

  • 38 Le Protectorat Occidental comprenait : le sultanat de Lahij, le shaykhat ‘Alawî, l’émirat de Dhâl (...)
  • 39 Le Protectorat Oriental comprenait : le sultanat Qa’itî de Mukallâ, le sultanat Kathîrî de Say’ûn, (...)
  • 40 Le sultanat Qa’itî s’était doté, à partir de 1937, d’une structure administrative assez élaborée : (...)

100Dès 1929, les autorités britanniques tentèrent de promouvoir un début d’unification politique de l’Arabie du Sud. Ils réunirent les différents souverains à Lahij pour leur proposer un regroupement politique. Le projet demeura sans lendemain, mais les Anglais étaient alors soucieux d’assurer une plus grande cohésion de l’Arabie du Sud face à l’activisme de l’imâm Yahyâ. En 1937, un premier pas fut franchi par le regroupement des différents États en deux ensembles, le Protectorat Occidental38, placé sous l’autorité d’un « agent résident » à Aden, et le Protectorat Oriental39» contrôlé par le « résident conseiller » de Mukallâ. L’Angleterre ne se contentait plus d’exercer son contrôle sur les rela-tions extérieures des souverains sud-arabes et d’assurer la sécurité des voies commerciales. Elle intervenait maintenant directement dans les affaires intérieures des protectorats. Les résidents devenaient rapidement les organisateurs d’embryons étatiques basés sur des forces armées locales et un appareil administratif rudimentaire40. Ce faisant, ils accéléraient la balkanisation de l’Arabie du Sud.

Carte 6. – L’Arabie du Sud sous domination britannique. Protectorat de l’Est.

3.2.2 Changements sociaux en Arabie du Sud

101Comme nous venons de le voir, les États sud-arabes se consolidèrent grâce à l’intervention britannique. Mais au même moment, de profonds changements sociaux affectaient l’ensemble de l’Arabie du Sud. Aden, port insignifiant en 1839 lorsque les Anglais prirent le rocher d’assaut, s’était progressivement transformée en centre politique, économique et culturel pour l’ensemble de l’Arabie du Sud.

  • 41 Voir note 31 et paragraphe 1.1.2.

102Sayyids et tribus, les deux éléments dominants de la société sud-arabe pendant des siècles, perdirent définitivement leur prépondérance. Les sayyids, depuis leur apparition au xe siècle, avaient pu maintenir leur position privilégiée grâce à leur fonction culturelle et religieuse, et au rôle de médiateur qu’ils exerçaient dans les incessants conflits tribaux. Le renforcement de l’autorité des sultans et la prise de contrôle directe de la région par les Anglais rendirent cette fonction de médiation inutile41. De plus, la deuxième guerre mondiale porta un rude coup à la situation économique et financière des familles de sayyids. La plupart d’entre elles avait des membres émigrés en Indonésie ou en Malaisie où ils avaient souvent amassé des fortunes considérables dont bénéficiaient leurs familles restées en Hadhramawt. L’avance japonaise en Asie du Sud en 1942-43 leur fit perdre l’essentiel de leurs biens. Ils ne furent donc plus en mesure de soutenir financièrement la politique de leurs familles en Arabie du Sud.

  • 42 Les cinq garnisons créées sont : Al-’Ibr, Zamâkh, Thamûd, Habarût et Minwakh.

103Les tribus, elles aussi, virent leur autonomie traditionnelle se rétrécir rapidement. Elles passaient maintenant sous la dépendance de sultans dont l’autorité avait été renforcée grâce au soutien britannique, ou dans les zones d’influence de pouvoirs centralisateurs nouveaux s’étendant à partir de Riyadh, Masqat, Aden et Sanaa. Les tribus nomades étaient en outre profondément affectées dans leur économie traditionnelle. Une série d’années de sécheresse avait décimé leurs troupeaux. Mais certaines d’entre elles furent particulièrement touchées par l’introduction du camion comme nouveau moyen de transport après la réouverture du commerce avec le Yémen en 1934. Les nombreuses révoltes de ces tribus furent vigoureusement réprimées par les bombardements de la R.A.F. A partir de 1945, les nomades furent de plus en plus nombreux à s’engager dans les armées en voie de constitution à travers l’Arabie du Sud. D’autres se sédentarisèrent autour des garnisons militaires que les Anglais créèrent en plein désert face à l’Arabie Saoudite42. Signe de profonds changements, l’émigration s’accrut une nouvelle fois. Au début des années quarante, on estimait que 20 à 30 % de la population du Hadhramawt vivait à l’étranger. Mais l’attraction qu’avaient longtemps exercée l’Asie et l’Afrique orientale sur ce flux migratoire diminua considé-rablement. A l’issue de la seconde guerre mondiale, les émigrants se dirigeaient essentiellement vers Aden et vers les régions du nord de la péninsule Arabique où les gisements pétroliers venaient d’être mis en exploitation. Ces émigrés maintenaient généralement des liens solides avec leur région d’origine. Non seulement venaient-ils y investir des sommes considérables sous forme de construction et d’achat de terres, mais encore introduisaient-ils les idées nouvelles acquises à Singapour, Kuwait ou Zanzibâr, contribuant ainsi à l’ouverture de l’Arabie du Sud sur le monde moderne et favorisant l’apparition d’élites nouvelles.

104Cet éveil de l’Arabie du Sud fut accentué par l’introduction d’écoles. A Aden et à Ghayl Bâ Wazîr, près de Mukallâ, de nouvelles écoles ouvrirent leurs portes en 1937-38. Bientôt une petite élite de diplômés sud-arabes aspirait à occuper les postes administratifs que détenaient jusqu’à présent les Indiens et les Soudanais. De même, la politique d’arabisation des forces armées se traduisit bientôt par l’apparition d’officiers et de sous-officiers arabes. A Aden enfin, des commerçants venus du Hadhramawt et du Yémen s’enrichirent grâce à la prospérité du port, constituant les bases d’une bourgeoisie marchande locale.

3.2.3 Une conscience politique nouvelle en gestation

105Les transformations sociales, amorcées à l’issue de la première guerre mondiale, allaient peu à peu avoir des répercussions sur le terrain politique.

  • 43 Les sultans et émirs régnant sur des territoires dont leurs familles n’étaient pas originaires (Su (...)

106Avec l’arrivée d’un « résident politique », les souverains perdaient toute autonomie de pouvoir, même si leur autorité paraissait apparemment renforcée sur le plan local. Les Britanniques intervenaient maintenant systématiquement dans les questions de succession43 ; les souverains laissaient souvent poindre leur insatisfaction en se montrant réticents ou opposés aux projets de modernisation que leur suggéraient de réaliser les conseillers britanniques.

107Parmi les tribus, les révoltes étaient endémiques. Certaines n’hésitaient pas à s’allier aux Zaydites ou aux Saoudiens dans une vaine tentative de sauver leur autonomie face aux empiètements croissants d’un nouveau pouvoir centralisateur.

  • 44 En 1932 eurent lieu les premiers accrochages entre les deux communautés à Aden. La police, compren (...)

108L’Arabie du Sud prit peu à peu conscience de son appartenance au monde arabe après des siècles d’ouverture sur l’océan Indien. Les événements importants au Moyen-Orient avaient maintenant irrémédiablement des répercussions en Arabie du Sud. Ainsi, le problème palestinien provoqua de violents incidents entre communautés juives et musulmanes à Aden44. Puis, en 1946, les lycéens de la ville se mirent en grève lors du premier anniversaire de la création de la Ligue Arabe.

109Devant cette montée des périls, les Anglais prirent quelques mesures d’apaisement. Ils mirent en place les premières institutions politiques afin d’ouvrir la voie à une participation au pouvoir. En 1947, ils créèrent à Aden un conseil législatif de seize membres nommés parmi les notables de la ville. Trois ans plus tard, les premières élections municipales eurent lieu dans la ville. Mais ces mesures symboliques eurent l’effet contraire de celui escompté. Elles exacerbèrent le sentiment de frustration au sein de larges couches de la population. La participation politique, si timidement amorcée, restait en effet limitée à une étroite frange de la bourgeoisie adénie et aux étrangers. Par contre, travailleurs yéménites venus du nord et jeunes diplômés sortis des écoles récemment créées étaient tenus à l’écart de ces jeux politiques. En 1950 éclata le premier incident, signe d’une grave détérioration, lorsque le sultan de Mukallâ décida, à la fin de l’année, de choisir un Soudanais comme secrétaire plutôt qu’un Yéménite. De violentes émeutes de protestation agitèrent la ville pendant plusieurs jours, faisant les premiers martyrs d’un nationalisme naissant.

  • 45 Voir le paragraphe 2.2.1 sur le système des muqaddams.
  • 46 Ces mouvements étaient surtout de nature corporatiste et traduisaient autant des revendications d’ (...)

110Dans le monde du travail, les rapports entre employeurs et employés n’étaient plus réglés par l’ancien système des muqaddams45. En effet, il ne correspondait plus à un monde nouveau, aux structures de plus en plus complexes. Mais le syndicalisme n’était autorisé pour l’instant que pour les seuls Européens. En 1948, de multiples mouvements revendicatifs paralysèrent pendant quelques semaines l’activité économique de la ville d’Aden46.

  • 47 En 1940 parut le premier journal hebdomadaire, Fatât al-Jazîra, suivi ensuite par Al-Nahdha. Sawt (...)
  • 48 Parmi ces associations, notons : le « Club de la Jeunesse », fondé à Shihr en 1938 ; le club « Ans (...)

111Cette agitation sociale avait été précédée par une renaissance culturelle : au cours des années quarante, une presse et une littérature en langue arabe se développèrent à Aden et à Mukallâ47. Dans les clubs littéraires et les associations d’entraide48, nés durant cette même période, les débats tournaient autour de thèmes nouveaux tels que liberté, égalité, démocratie, lutte contre les « vieilles superstitions », progrès, sciences, rôle de la femme dans la société, régime constitutionnel.

  • 49 Voir le paragraphe 4.1.2.

112A partir de 1948 se constituèrent les premiers mouvements politiques49. Leur base et leurs préoccupations étaient soit régionales (Aden, Mukallâ), soit ethniques (indo-Pakistanais, Arabes), mais l’échec du coup d’État de Sanaa en 1948, puis la révolution égyptienne de 1952 allaient transformer ces associations en organisations nationalistes.

4. Nationalisme et lutte de libération nationale (1950-1967)

113A l’issue de la seconde guerre mondiale, Aden connut une période de prospérité économique sans précédent. Mais la colonie se transforma aussi en première base militaire anglaise du Moyen-Orient. Les grandes familles adénies, interlocuteurs privilégiés des Anglais, se trouvèrent bientôt dépassées sur le plan politique par de vigoureux mouvements à la fois syndicaux et politiques. Les réajustements successifs de la politique anglaise n’étaient en fait que de maladroits replâtrages. L’affrontement armé s’avéra finalement la seule issue possible.

4.1 Naissance des mouvements nationalistes

114L’ensemble de l’Arabie du Sud, largement demeuré à l’écart de l’évolution du monde arabe jusqu’aux années trente, connut ensuite une rapide évolution. Tous les mouvements ou événements survenus au nord de la péninsule Arabique eurent immédiatement des répercussions sur sa bordure méridionale. L’émergence dans l’imâmat zaydite, de mouvements réformistes et révolutionnaires d’ailleurs souvent établis à Aden, contribua largement à la naissance d’un nationalisme yéménite englobant l’ensemble de l’Arabie méridionale.

4.1.1 Aden et le développement de mouvements syndicaux ouvriers

115Après 1945, Aden connut un rapide développement économique. Les activités portuaires, liées à la découverte puis à l’exploitation du pétrole dans les régions du Golfe, et à la croissance du commerce mondial, s’accrurent très rapidement. La population passa de 80 000 habitants en 1945 à 225 000 en 1963. La proportion d’Indiens et de Somaliens décrut à la suite de l’arrivée massive de Yéménites, venus du Nord à la recherche d’un emploi. Ils constituèrent bientôt le tiers de la population de la ville. Malgré ces signes de prospérité, les hommes d’affaires se montraient réticents à effectuer des investissements à long terme. L’avenir d’Aden leur paraissait dès ce moment hypothéqué par la concurrence qu’allaient prochainement livrer les autres ports de la région, alors en voie de modernisation. De 1952 à 1954, la British Petroleum installa la seule grosse entreprise dans la colonie : la raffinerie de Little Aden afin de faciliter les opérations de soutage des navires.

116Ville marchande, Aden était aussi devenue un point stratégique important. Après l’évacuation de Suez, le quartier général des forces armées britanniques au Moyen Orient s’installa dans la colonie. En 1964, les troupes britanniques retirées du Kenya devenu indépendant vinrent encore grossir la garnison. Elle s’élevait alors à 8 000 hommes, sans compter leurs familles. Cette présence militaire massive fut un puissant stimulant économique, notamment dans les secteurs du bâtiment et des services.

  • 50 Les syndicats britanniques envoyèrent quelques cadres à Aden. Une forte communauté yéménite, essen (...)
  • 51 De nombreux Yéménites travaillaient à Djibouti où les syndicats s’étaient développés dès 1945.
  • 52 Des émigrés yéménites avaient participé aux mouvements révolutionnaires de l’immédiat après-guerre (...)

117C’est dans ce contexte social et politique nouveau que se développa le mouvement social, amorcé en fait par les jeunes partis politiques. La Ligue des fils de l’Arabie du Sud fut à l’origine des premiers syndicats, créés en 1953-54. Profondément influencé à la fois par le travaillisme britannique50, le syndicalisme à Djibouti51 et les mouvements révolutionnaires d’Indonésie et le Malaisie52, le syndicalisme adéni était extrêmement dispersé au départ. En mars 1956, la plupart des syndicats se regroupèrent au sein de l’A.T.U.C. (Aden Trade Union Congress) et déclenchèent une série de grèves qui ne cessèrent complètement qu’à la fin de l’année. Salariales, les revendications portaient aussi sur les conditions de travail. Les ouvriers yéménites réclamaient en outre l’arrêt de l’immigration des Indiens.

118Le syndicalisme, implanté surtout parmi la main-d’œuvre yéménite, était dirigé par quelques cadres et intellectuels. Son développement rapide enleva bientôt toute réalité au rôle d’interlocuteurs des Anglais que continuaient à jouer quelques familles adénies.

4.1.2 Multiplication des partis politiques

  • 53 Les Makkawî, Luqmân, Ja’far et Hasan ‘Alî principalement.

119Les premiers groupements politiques se créèrent en 1947 sur une base soit régionale (Parti national Qa’itî de Mukallâ), soit ethnique (Association islamique d’Aden, regroupant surtout les musulmans du continent indien). En 1950, deux courants politiques se dégagèrent. Le courant modéré, représenté par l’Association adénie, regroupait les grandes familles adénies53, les cadres et les minorités étrangères indiennes et somalies. A travers leur journal, Fatât al-Jazîra, ils revendiquaient un conseil législatif élu et une autonomie interne pour la ville d’Aden au sein du Commonwealth. En aucun cas, ils ne souhaitaient une association de la colonie avec l’arrière-pays dont ils ne voulaient pas financer le « retard économique ».

120Le courant nationaliste par contre, regroupé autour de la Ligue des fils de l’Arabie du Sud et indéniablement marqué par la révolution manquée de Sanaa, souhaitait une union sud-arabe sous la forme d’un Etat fédéral comprenant Aden et les deux protectorats. Influente parmi les petits cadres d’Aden, la Ligue fut longtemps le seul mouvement qui réussit à dépasser le seul cadre urbain en ralliant quelques sultans et même des paysans fixés sur les nouvelles terres mises en culture à Lahij et Abyan.

121Face à la dégradation rapide de la situation (grèves, mutineries parmi les Aden Levies en 1954, révoltes tribales), les Britanniques décidèrent de réagir en proposant une nouvelle fois un projet de fédération aux États des deux protectorats. Cette tentative resta aussi vaine que la première. A Aden, ils tentèrent de rallier le courant modéré par la tenue d’élections pour le renouvellement du conseil législatif. En excluant de la consultation les résidents de date récente, les Anglais exclurent en fait la plupart des travailleurs venus du Yémen ou des protectorats, alors qu’Indiens, Somaliens et Européens avaient le droit de vote. Cette discrimination, jugée scandaleuse, provoqua la constitution d’une coalition de divers groupes nationalistes, y compris la Ligue, dont le seul objectif commun était la mise en échec des élections de 1955, ce qu’ils réussirent. La Grande-Bretagne comprit dès ce moment qu’elle allait être obligée un jour de quitter l’Arabie du Sud. Encore fallait-il trouver un partenaire acceptable pour la passation des pouvoirs, le jour venu.

  • 54 Diverses coalitions virent successivement le jour : en 1958 ce fut l’Union populaire, en 1959 l’Un (...)

122Londres échafauda donc le projet d’une monarchie de l’Arabie du Sud sous le sceptre de l’imâm. Ce plan fut unanimement rejeté. La question de l’éventuelle association du Yémen à un ensemble sud-arabe indépendant provoqua en mars 1956 l’éclatement du fragile Front national unifié, coalition purement électorale comme nous venons de le voir. La Ligue souhaitait avant tout la naissance d’une entité sud-arabe indépendante. Les syndicats, fortement politisés et comprenant un grand nombre de Yéménites venus du nord, prônaient par contre une annexion de l’entité sud-arabe au Yémen, dès la chute de l’imâmat. L’A.T.U.C. tenta de regrouper les divers courants nationalistes favorables à ses options54 avant de créer, en juillet 1962, le Parti socialiste populaire (P.S.P.) dont l’idéologie était influencée à la fois par le travaillisme britannique, le nassérisme et le baathisme.

123La Ligue, affaiblie par de multiples divergences internes sur la question du Yémen, se montra de plus en plus réceptive aux thèses nassériennes après la naissance de la R.A.U. en 1958. Elle souhaitait notamment la création d’un État centralisé fort, capable de réaliser les réformes nécessaires à la modernisation du pays. Elle se montra donc particulièrement hostile à la fédération que l’Angleterre essayait de mettre sur pied dans le Protectorat Occidental à partir de 1958.

  • 55 Mouvement né dans les années cinquante parmi les Palestiniens, il s’étendit à l’ensemble du monde (...)

124Mais déjà les mouvements nationalistes étaient dépassés sur leur gauche par des organisations plus radicales : la section sud-arabe du Mouvement des nationalistes arabes55, créée en 1959, la section régionale du Ba’th et l’Union démocratique populaire, de tendance marxiste. Cette aile radicale lança quelques années plus tard la lutte armée contre les Britanniques, non pas à partir d’Aden, mais à partir des zones rurales que les multiples mouvements politiques modérés n’avaient pas réussi à pénétrer.

4.1.3 Difficile naissance de la Fédération de l’Arabie du Sud

  • 56 Le sultan fut, à partir de cette date, élu par un conseil de dignitaires et de notables regroupés (...)
  • 57 Les communautés hadhramies de Java et de Malaisie avaient développé un puissant courant réformiste (...)

125Dans les Protectorats, les activités politiques étaient interdites. Elles se déroulèrent donc souvent sous le couvert de clubs littéraires ou de jeunesse, regroupant quelques intellectuels formés dans les rares écoles locales ou à l’étranger, ou des émigrés revenus dans leur pays. Les revendications portaient essentiellement sur des intérêts locaux et demandaient une association de ces élites au pouvoir. A Lahij, ces mouvements réussirent à obtenir un régime constitutionnel en 195156. Au Hadhramawt, la bourgeoisie commerçante, composée surtout d’anciens émigrés, fit plusieurs tentatives en vue d’un regroupement des sultanats Qa’itî et Kathîrî57. Elle s’opposa aussi fermement à la présence d’étrangers au sein de l’administration locale.

  • 58 Ces terres furent mises en valeur par l’intermédiaire de puissants organismes fonctionnant selon l (...)
  • 59 Le coton fut introduit à Abyan en 1947, à Lahij en 1950.

126Les révoltes tribales se multiplièrent à partir de 1953 avec l’encouragement et l’aide matérielle de l’imâm. Le Yémen devint un refuge pour toutes les tribus en fuite devant les bombardements britanniques. Certains souverains amorcèrent un rapprochement avec la Ligue, ce qui leur valut d’être démis de leurs fonctions par les Britanniques. Ils allèrent ainsi grossirent les rangs des réfugiés au Yémen. En 1958, l’exil du sultan de Lahij, opposé à la création de la fédération et proche de la Ligue, porta un rude coup à la position britannique en Arabie du Sud. Allié quelquefois difficile, le sultanat s’était néanmoins toujours montré fidèle envers la Grande-Bretagne et avait servi de pilier à la pénétration étrangère dans la région. A part certains souverains, la Ligue avait également réussi à gagner à ses thèses quelques paysans d’Ahwar, Abyan et Lahij58. Cultivant principalement le coton59, ces paysans se plaignaient des prix trop bas que leur payaient les organismes de commercialisation gérés par des Anglais.

127Les Britanniques réagirent à cette détérioration générale en réanimant le projet déjà vieux de fédération. A partir de 1952, ils entamèrent des négociations avec les différents souverains, mais le projet se heurta à la vive hostilité de l’Imâm. Pour la première fois, celui-ci porta la question sud-arabe devant la Ligue Arabe et le Conseil de sécurité des Nations Unies. L’échec de l’aventure de Suez en 1956 mit fin pour quelque temps au projet.

  • 60 Cette coalition regroupa les souverains de Bayhân, ‘Awdhalî, Fadhlî, Bas Yâfa’, Dhâl’a et, Haut ‘A (...)

128Le rapprochement du sultan de Lahij avec l’Egypte et la Ligue des fils de l’Arabie du Sud, puis la crainte d’une éventuelle adhésion de Lahij à la R.A.U. lors de sa création, provoqua immédiatement une riposte de la part de certains souverains, notamment le sharîf de Bayhân60. Ils demandèrent à l’Angleterre la mise en place de la fédération. Cette démarche était en fait uniquement motivée par une crainte commune d’ennemis identiques : le Yémen et les mouvements nationalistes et progressistes. Mais aucun projet politique ne réunissait cette coalition hétéroclite de souverains aux intérêts divergents.

  • 61 D’importantes manifestations eurent lieu les jours suivants à Aden pour protester contre l’adhésio (...)

129La Fédération des émirats de l’Arabie du Sud fut inaugurée en février 1959. Les Anglais souhaitaient son élargissement avec notamment l’adhésion d’Aden, nécessaire pour assurer une quelconque crédibilité au nouvel édifice. Mais ils se heurtèrent à de fortes réticences. Les souverains des Protectorats craignaient l’adhésion de cette ville, « nid de syndicats et de partis politiques extrémistes ». La bourgeoisie d’Aden ne voulait en rien financer un arrière-pays pauvre et sous-développé. Les mouvements syndicaux et politiques d’opposition, enfin, ne voyaient dans le projet qu’« une machination du colonialisme britannique pour se maintenir coûte que coûte en Arabie du Sud ». L’adhésion fut finalement adoptée par le conseil législatif d’Aden, le 26 septembre 1962, le jour même de la chute de l’imâmat à Sanaa61.

130Cette Fédération, reposant exclusivement sur les forces conservatrices unies simplement par leur commune crainte de changement, se révéla totalement inefficace. Elle comportait les institutions suivantes :

  • un conseil suprême (un membre par État fédéré sauf pour Aden qui disposait de quatre). Organe exécutif, il avait aussi le rôle de gouvernement et regroupait en fait les souverains ;
  • un conseil fédéral formé de conseillers (six conseillers par État sauf pour Aden qui en disposait de vingt-quatre). Organe législatif non élu, il regroupait les notables, parmi eux les souverains, de sorte que la distinction entre les deux conseils était plus théorique que réelle.
  • 62 Al-Ittihâd est depuis devenue Madînat al-sha’b [la ville du peuple] et abrite aujourd’hui certains (...)

131La Fédération s’efforçait de promouvoir une union économique entre les États membres par l’abolition des douanes intérieures et par l’instauration d’une coopération économique. Mais les résultats étaient peu encourageants. En l’absence d’autorité centrale véritable, faute de moyens financiers et de cadres compé-tents, la Fédération n’était en fait qu’une juxtaposition de particularismes. La machine fédérale tournait à vide dans une capitale nouvellement sortie des sables, Al-Ittihâd (l’union)62, construite à la limite de l’état d’Aden et du sultanat de Lahij. La signature d’un traité de défense avec la Grande-Bretagne et le rapide développement d’une armée fédérale furent les seules réalisations concrètes.

4.2 La lutte de libération nationale (1963-1967)

4.2.1 La recherche d’une impossible solution politique

132A partir de 1960, l’A.T.U.C., dont près de de la moitié des effectifs était constituée par des ouvriers venus du Yémen du Nord, occupa le terrain qu’abandonnait la Ligue de l’Arabie du Sud, en perte de vitesse. Incapable de sortir de ses ambiguités quant aux relations du futur État sud-arabe avec son voisin yéménite, la Ligue était en outre soumise à une forte répression de la part des autorités coloniales. L’A.T.U.C. avait échoué les années précédentes à regrouper les différents mouvements nationalistes dans sa propre organisation politique, le Parti socialiste populaire de ‘Abd Allâh al-Asnaj. Le P.S.P. visait à une « libération totale d’Aden et de son arrière-pays » et à « l’unification des deux Yémen dès le renversement de l’imâm ». L’avènement de la république à Sanaa, le 26 septembre 1962, donna une formidable impulsion à ce courant. Le P.S.P., mobilisant les petits cadres et les ouvriers d’Aden, espérait amener les Britanniques à la négociation en doublant son action intérieure par des initiatives sur le plan diplomatique. Bénéficiant de l’appui de la R.A.U., le P.S.P. réussit, dès décembre 1963, à faire adopter par l’assemblée générale des Nations Unies, une résolution demandant l’autodétermination pour l’Arabie du Sud, l’édification d’un État unitaire et le retrait de la base britannique d’Aden.

  • 63 Jusqu’en 1964, seule la moitié des membres du conseil législatif était élue. Encore ne l’était-ell (...)
  • 64 Voir paragr. 4.1.2 sur le droit de vote à Aden.

133Comme elle l’avait fait précédemment pour la Ligue de l’Arabie du Sud, Londres répondit à ces initiatives par la répression. Les manifestations de l’A.T.U.C./P.S.P. furent durement réprimées, les dirigeants jetés en prison et de nombreux Yéménites déportés vers la frontière du nord. L’Angleterre espérait encore être en mesure d’amener la Fédération à l’indépendance, tout en conservant l’essentiel, c’est-à-dire la base militaire d’Aden. Pour la réalisation de cette politique, elle comptait s’appuyer sur les milieux les plus conservateurs : les partis représentés au conseil législatif d’Aden et les souverains. Mais elle oubliait que ces forces avaient non seulement cessé d’être représentatives63, mais encore étaient-elles divisées par de profondes rivalités internes. A Aden, les partis politiques conservateurs n’arrivaient pas à s’entendre sur l’importante question du droit de vote64. Quant aux souverains, ils étaient unanimement opposés aux « mesures de démocratisation » que voulait leur imposer Aden. Mais ils étaient aussi divisés entre eux sur la répartition des responsabilités au sein de la Fédération. Une fois de plus, les vieilles rivalités entre familles régnantes resurgissaient, alors que l’« institution sultanale » avait déjà perdu une bonne partie de ses bases sociales traditionnelles avec la montée d’élites nouvelles formées dans les écoles ou les armées locales, ou revenues de l’étranger.

  • 65 Des négociations infructueuses furent menées au Caire début juillet 1964, puis en novembre de la m (...)

134La perspective de l’arrivée au pouvoir des travaillistes en octobre 1964, à Londres, donna au P.S.P. une nouvelle raison d’espérer. Afin d’aborder les éventuelles négociations dans la meilleure position possible, les dirigeants du parti tentèrent en vain de regrouper les différents mouvements nationalistes au sein d’une même organisation65. En décembre 1964, le nouveau gouvernement travailliste assouplit sa position : les Britanniques lâchèrent la Fédération et acceptèrent d’envisager l’indépendance de l’Arabie du Sud sous la forme d’un Etat unitaire centralisé. Mais le maintien de la base rendit tout rapprochement avec les nationalistes modérés impossible. Il est à noter que même la bourgeoisie d’Aden, avec ‘Abd al-Qawî al-Makkawî à la tête du gouvernement local, adopta une position plus exigeante en demandant l’application de la résolution des Nations-Unies.

135Mais déjà les nationalistes modérés, ceux de la Ligue et du P.S.P., étaient dépassés par un mouvement plus radical.

  • 66 En juillet 1963, les troupes fédérales et britanniques intervinrent dans le sultanat du Haut Yâfa’ (...)
  • 67 Représentant du F.N.L. à l’étranger durant la période de la lutte armée, il devint le premier prés (...)
  • 68 ‘Alî ‘Abd al-Karîm al– Abdalî, sultan de Lahij démis en 1958, fut rejoint à Ta’izz en 1963 par ‘Ab (...)
  • 69 Lors de sa création, le F.N.L. regroupait les formations suivantes : Mouvement des nationalistes a (...)
  • 70 Depuis l’adhésion d’Aden à la Fédération, le gouverneur britannique portait le titre de haut-commi (...)

136Durant l’été 1963, les révoltes tribales s’étaient multipliées dans l’arrière-pays66 avec l’encouragement ouvert des républicains de Sanaa. Réservés au départ, les dirigeants de la jeune république yéménite, adoptèrent bientôt une attitude hostile envers les Britanniques et la Fédération de l’Arabie du Sud en raison du soutien qui parvenait au camp royaliste à partir d’Aden. Le sharîf de Bayhân joua un rôle important dans l’acheminement des armes au camp royaliste. Sanaa riposta à cette ingérence en créant « un ministère pour les affaires du Sud », poste occupé par un Yéménite du Sud, Qahtân al-Sha’bî67. Avec l’aide des Égyptiens qui avaient volé au secours de la révolution de Sanaa dès les premiers jours, les républicains faisaient parvenir armes et argent aux tribus en révolte et ouvraient leurs frontières aux populations civiles fuyant les opérations militaires que les Anglais menaient à partir de l’été 1963. Bientôt Ta’izz et Sanaa abritaient des représentants de toutes les oppositions nationalistes du Sud, dont quelques sultans68. En juin et juillet, des réunions eurent lieu dans les deux villes entre différents groupes qui se rassemblèrent pour donner naissance au Front national de libération69. Contrairement aux tendances nationalistes modérées, le F.N.L. estimait que seule la lutte armée pouvait amener l’Angleterre à céder. A partir d’octobre 1963, le F.N.L. commença à revendiquer des actions armées, d’abord limitées au Jabal Radfân. Mais au cours de l’été suivant, il étendit rapidement ses opérations vers les régions Dathîna, Dhâl’a, ‘Awdhalî et Hawshabî. A la fin de l’année, le F.N.L. porta la lutte au cœur même de la ville d’Aden en organisant quelques attentats spectaculaires, notamment contre le haut-commissaire britannique70. Avec le soutien de l’Égypte, le F.N.L. réussit également à se faire connaître sur le plan international.

137Dès lors, les nationalistes modérés, appuyés surtout sur la base ouvrière d’Aden, se virent débordés par un mouvement radical, essentiellement centré sur les zones rurales et bénéficiant de la sympathie du gouvernement égyptien. Les modérés tentèrent de réagir en regroupant toutes les forces au sein de l’Organisation de libération du sud occupé (O.S.L.O.), lors d’une réunion tenue à Ta’izz en mai 1965. Ce regroupement fut certainement encouragé par les Yéménites du Nord au moment où ceux-ci tentaient de trouver une voie moyenne pour se dégager de la tutelle de leurs alliés respectifs, les Égyptiens et les Saoudiens, afin de mettre fin à la meurtrière guerre civile entre républicains et partisans de l’imâm.

138Mais durant la seconde moitié de l’année 1965, les événements se précipitèrent. A Sanaa, les partisans de la troisième voie furent liquidés au profit d’une nouvelle ligne dure. A Aden, les Anglais répondirent par la répression à la vague d’attentats déclenchée par le F.N.L. Ils renvoyèrent le gouvernement Makkawî, suspendirent la constitution et imposèrent une administration directe.

  • 71 Cette rivalité au sein du F.N.L. refléta alors celle qui divisait le Mouvement des nationalistes a (...)

139L’Égypte, inquiète de la radicalisation du F.N.L., tenta à la fin de l’année une opération de fusion entre l’O.S.L.O. et le F.N.L. au sein d’une nouvelle organisation, le F.L.O.S.Y. (en anglais, Front of Liberation of Occupied South Yemen). Mais la plupart des dirigeants du F.N.L., regroupés autour de Qahtân al-Sha’bî, refusèrent cette initiative, point de départ de la rupture progressive avec l’Égypte71.

140Fin 1965, la situation, d’une confusion extrême, était déjà perdue pour l’Angleterre qui envisageait alors un éventuel repli de la base militaire sur l’île de Socotra. A Aden, les milieux conservateurs étaient divisés quant à l’attitude à adopter face aux Anglais et à l’arrière-pays : Makkawî et ses partisans défendaient une position de fermeté envers Londres et prônaient des réformes démocratiques dans les sultanats, car ils voyaient dans l’arrière-pays un important débouché commercial ; les éléments les plus conservateurs, par contre, regroupés autour du Parti du congrès populaire, souhaitaient le maintien d’une forte présence britan-nique et craignaient de devoir « payer » le développement de l’arrière-pays. Le F.L.O.S.Y., contrôlant largement les syndicats, maintenait son hostilité envers la Fédération et exigeait un règlement conforme à la résolution des Nations Unies. Mais ses positions étaient peu à peu entamées par le F.N.L., qui, en menant une véritable guérilla urbaine, prouvait aux yeux de l’opinion qu’il était seul capable d’initiatives au moment où la question semblait dans l’impasse.

  • 72 La rebellion du Radfân, durant l’été 1963, était d’abord dirigée contre l’émir de Dhâl’a qui tenta (...)

141Le F.N.L. puisait néanmoins l’essentiel de sa force de l’influence qu’il avait su établir en moins de deux ans, sur une grande partie des tribus. Face aux sultans dont certains s’étaient ralliés à la Ligue mais dont la plupart étaient néanmoins trop compromis avec les Anglais, le F.N.L. réussit à coordonner, puis à encadrer des révoltes qui, au départ, avaient souvent un caractère local72. Le Hadhramawt, marqué par le régionalisme, paraissait pour l’instant à l’écart de la tempête qui soufflait sur le Protectorat Occidental. La nouvelle du succès de la révolution de Sanaa avait certes donné naissance à quelques insurrections locales dirigées contres les sayyids, gros propriétaires fonciers. Mais l’actualité restait dominée par la fusion, annoncée en août 1964, entre les sultanats Qa’itî et Kathîrî après une interminable querelle sur la répartition des hypothétiques revenus pétroliers. Cette fusion laissait envisager un possible avenir séparé pour le Protectorat Oriental.

4.2.2 Le triomphe du F.N.L. et l’accès à l’indépendance (1966-67)

142L’année 1966 s’annonçait comme l’année décisive pour l’avenir de l’Arabie du Sud. Les deux fronts, F.N.L. et F.L.O.S.Y., firent vainement plusieurs tentatives d’union. En octobre, la rupture définitive était consommée, ce qui marqua le début de la lutte pour le pouvoir. Le F.L.O.S.Y., bénéficiant maintenant de l’appui de l’Égypte nassérienne et de la république de Sanaa, se lança à son tour dans la lutte armée. Le F.N.L., de son côté, avait connu une première crise interne au début de l’année. Plusieurs de ses dirigeants, après avoir signé un accord d’union avec le F.L.O.S.Y., furent désavoués par l’aile radicale. Ce fut la rupture avec l’idéologie nassérienne et le choix d’une révolution non seulement nationaliste mais aussi socialiste. Le F.N.L. parvint à étendre rapidement ses actions à d’autres régions. A partir de mai, il développa des foyers d’insurrection au Hadhramawt, à Socotra, puis au Dhufâr, région sous l’autorité du sultan de Masqat.

143Face à cette rapide évolution de la situation, les Britanniques annoncèrent en février qu’ils allaient accorder l’indépendance au début de 1968 et qu’ils renonçaient au maintien de la base militaire. Pour des raisons financières surtout, Londres venait de décider le retrait de toutes ses bases à l’est de Suez. Par ces concessions, les Anglais crurent pouvoir raffermir le courant des modérés afin de leur confier les rênes du pouvoir. Durant toute l’année 1967, ils s’efforcèrent donc de renforcer l’armée fédérale et la police qui étaient appelées à devenir les piliers du futur état indépendant. Mais cette ultime opération venait trop tard pour avoir une quelconque chance de réussite : l’Angleterre avait perdu tous ses alliés, aussi bien en Arabie du Sud que sur la scène internationale. L’année 1967 allait donc être celle de l’affrontement armé entre les deux organisations nationalistes rivales. L’ennemi colonialiste avait dès lors virtuellement cessé d’exister.

144Le F.L.O.S.Y. perdit rapidement la bataille. En effet, la défaite de l’Egypte en juin 1967, puis l’élimination du maréchal Sallâl en novembre, lui portèrent de rudes coups, alors que le F.N.L., contrôlant déjà largement les zones rurales, réussit durant l’été à infiltrer les bases mêmes de son rival : en juin, le F.N.L. contrôlait pendant quinze jours l’ensemble de Crater à Aden. Début novembre, la plupart des syndicats affiliés à l’A.T.U.C. et l’armée fédérale se rangèrent aux côtés du F.N.L. Quant aux instances fédérales, elles avaient virtuellement cessé d’exister dès le début de l’année. Pris de panique par l’avance du F.N.L., certains des sultans prirent la fuite dès le mois d’août. Ils furent suivis en novembre par une bonne partie de la bourgeoisie adénie.

  • 73 Mais les Britanniques confièrent les îles Khurîyâ Murîyâ, dépendantes de la colonie d’Aden depuis (...)

145Les Britanniques avaient amorcé le retrait de leurs unités à partir de l’arrière-pays dès juin ; le dernier soldat anglais quitta Aden le 30 novembre73. Le F.N.L. resta seul en lice pour s’emparer du pouvoir dans la nouvelle République Populaire du Sud Yémen. Le 7 décembre, le dernier soldat égyptien quittait le port de Hudayda. Une ère nouvelle commençait pour l’Arabie méridionale.

5. Le Sud Yémen indépendant : construction d’une démocratie populaire

5.1 La difficile naissance de la République Populaire du Sud Yémen (1967-70)

146Le nouvel Etat se trouva, dès sa création, confronté à de très graves problèmes à la fois sur le plan interne et sur le plan externe. Alors que. les dirigeants manifestaient leur volonté de rupture avec le passé, ils ne surent pas éviter une âpre lutte de tendances au sein du F.N.L. Celle-ci se solda, en 1969, par une première victoire de l’aile radicale.

  • 74 Les officiers de l’armée régulière, l’ancienne armée fédérale, restaient pour la plupart proches d (...)

147En décembre 1967, au lendemain de l’accession du pays à l’indépendance, la situation restait très tendue sur le plan politique, malgré la victoire écrasante du F.N.L. Dans les pays voisins, les réfugiés, venus du Sud-Yémen nouvellement indépendant, étaient d’ores et déjà nombreux : les sultans avaient presque tous trouvé refuge en Arabie Saoudite, de même que les cadres de l’ancienne Ligue de l’Arabie du Sud ; les partisans du F.L.O.S.Y., souvent aussi cadres de l’ancienne administration, s’étaient rendus en Egypte et au Nord-Yémen, tandis que les hommes d’affaires se fixaient à Ta’izz, Hudayda et Jedda. Ces réfugiés ne tardèrent pas à soutenir des mouvements d’opposition à partir de bases établies au Nord-Yémen et dans le sud de l’Arabie Saoudite. Tout aussi graves étaient les divergences au sein du F.N.L. Le récent accord conclu avec l’ancienne armée fédérale masquait difficilement les profondes divergences entre les cadres radicaux et les officiers74.

148Sur le plan extérieur, la République Populaire du Sud-Yémen se retrouva rapidement isolée à la fois au sein du monde arabe et sur le plan international. Les pays progressistes de la région, Egypte, Syrie et Algérie, se montrèrent fort réservés devant cette équipe qui venait d’éliminer leur favori, le F.L.O.S.Y. Au Nord-Yémen, le nouvel homme fort, Hasan al-’Amrî, ne cachait pas son hostilité envers les « marxistes d’Aden ». Le roi Faysal jeta immédiatement l’anathème sur les dirigeants du Sud-Yémen, coupables de soutenir activement la rébellion du Dhufâr et soupçonnés de vouloir semer la subversion dans l’ensemble de la péninsule Arabique. L’Occident ne reconnut le nouveau régime que du bout des lèvres. L’Angleterre, six mois après l’indépendance, suspendait toute aide financière. Les pays socialistes ne furent guère enthousiastes pour soutenir ces dirigeants, jeunes pour la plupart : Moscou, inquiétée par le caractère brouillon des premières mesures, par l’apparente inexpérience des gens du Front, préféra rester dans l’expectative.

149Graves sur le plan politique, les difficultés l’étaient encore davantage sur le plan économique. En cent trente ans de domination coloniale, les Britanniques avaient construit une économie entièrement centrée sur Aden et son port. En outre, l’exode de la quasi totalité de la communauté anglaise, suivie de celle des Indiens et des autres Européens, réduisit au chômage des milliers de Yéménites. De même, la fermeture du canal de Suez, depuis la guerre des six jours, paralysait presque totalement le port d’Aden. La victoire du F.L.N. sur son rival souleva un vent de panique parmi les hommes d’affaires, qui s’empressèrent de mettre leurs capitaux à l’abri des nationalisations attendues. Du jour au lendemain, le jeune État devait trouver des ressources propres pour subvenir à ses besoins alors que l’économie était, jusqu’à présent, totalement dépendante de l’étranger.

  • 75 Présidée par ‘Abd Allah al-Khamirî, cette cour condamna à mort plusieurs sultans dont le sharîf de (...)

150Face à ces multiples défis, le F.N.L. manifesta sa volonté de rupture avec le passé, dès les premiers jours. Une cour suprême fut mise en place pour juger ceux qui s’étaient compromis avec l’ancienne autorité coloniale75. Les six nouveaux gouvernorats devaient effacer à la fois les limites des anciens États et les vieilles divisions tribales. Le commandement général du Front, investi du pouvoir législatif, confia la présidence de l’État à Qahtân al-Sha’bî. Mais l’absence de solides institutions nationales ne put que favoriser la lutte de tendances au sein du F.N.L.

  • 76 Le conseil présidentiel comprenait les personnalités suivantes : Sâlim Rubayya’ ‘Alî, président ; (...)

151L’aile droite du F.N.L., regroupée autour du président et constituée de dirigeants ayant représenté le Front à l’étranger, avait réussi à prendre les rênes du pouvoir en s’appuyant sur l’armée et sur les cadres de l’administration. Influencés par le nassérisme de la charte nationale égyptienne, ces dirigeants se montraient modérés dans leur volonté de réforme, notamment dans le domaine agraire. Pour eux, la primauté devait revenir à un système étatique fortement centralisé au détriment de l’organisation politique du Front. L’aile gauche, largement inspirée par les thèses marxistes, prônait par contre la destruction de l’ancien appareil d’État et l’instauration d’un pouvoir populaire. Écartée de la direction de l’État, cette aile radicale fit du sixième gouvernorat, le Hadhramawt, une véritable base pour la conquête du pouvoir. Au début de 1968, elle transforma cette région en champ d’essai pour ses théories révolutionnaires : une réforme agraire radicale fut menée à bien tandis que des comités et une garde populaires étaient appelés à poursuivre et à défendre « la révolution prolétarienne ». Le pouvoir central, trop faible, ne réagit pas. En mars 1968, l’aile gauche remporta une importante victoire : elle réussit à faire triompher ses thèses lors du quatrième congrès du F.N.L. tenu à Zinjibâr, près d’Aden. Quelques officiers de l’armée tentèrent alors un coup de force : le 20 mars, ils arrêtèrent plusieurs dirigeants de l’aile gauche dont ‘Abd al-Fattâh Ismâ’îl. Mais le pouvoir central céda devant les manifestations de protestations déclenchées à travers le pays. Sur la médiation du président, les dirigeants arrêtés furent relâchés. Encouragée par ce geste, l’aile gauche, avec ‘Alî Nâsir Muhammad, ‘Ali ‘Antar et Sâlim Rubayya’, crut le moment propice pour le déclenchement d’un mouvement de rebellion armée dans les troisième et cinquième gouvernorats. Les deux tendances se réconcilièrent néanmoins rapidement durant l’été 1968 pour repousser l’invasion de troupes armées à partir de l’Arabie Saoudite et du Nord-Yémen. Ils réprimèrent en outre la rebellion de la tribu des ‘Awlaqî, elle aussi soutenue de l’étranger. Progressivement, l’aile gauche réussit à infiltrer l’armée. Ayant de ce fait perdu son principal appui, le président Qahtân al-Sha’bî fut contraint de démissionner lors du « mouvement correctif du 22 juin 1969 ». Il fut remplacé par un conseil présidentiel de cinq membres76. Cette première radicalisation de la révolution sud-yéménite s’accompagna d’une vaste purge des « éléments droitiers » au sein de l’armée et de l’appareil d’État. En novembre 1970, avec l’adoption de la première constitution, la République Populaire du Sud-Yémen se transforma en République Démocratique Populaire du Yémen, ce qui déclencha une première crise grave avec Sanaa, comme nous le verrons un peu plus loin. Les secteurs-clefs de l’économie, banques et ports, furent nationalisés et la réforme agraire, précédemment expérimentée au Hadhramawt, généralisée à l’ensemble du pays.

5.2 Mise en place des structures d’un « État démocratique » (1971-1978)

152A partir de 1971, avec une relative stabilisation politique, les dirigeants sud-yéménites s’efforcèrent de donner des structures nouvelles au jeune État et de développer une économie jusqu’à présent durement affectée par les crises successives que venait de traverser le pays.

153Sur le plan politique, ils créèrent progressivement des institutions démocratiques nouvelles et jetèrent les bases du futur parti unique. Mais ces efforts s’accompagnèrent d’une sourde lutte entre différentes tendances sur l’orientation générale du nouveau régime.

154En août 1971, ‘Alî Haytham, premier ministre et membre du conseil présidentiel, fut démis de toutes ses fonctions en raison de son opposition à une nouvelle épuration de l’armée et à une radicalisation de l’orientation du régime. Le conseil présidentiel fut alors réduit au triumvirat Sâlim Rubayya’ ‘Alî, ‘Abd al-Fattâh Ismâ’îl et ‘Alî Nâsir Muhammad. Le conseil suprême du peuple devint le nouvel organe législatif, mais avec des membres pour l’instant nommés. En 1973, le régime se consolida par la création de milices populaires. Les premières élections se déroulèrent finalement à la fin de 1976 et au début de l’année suivante pour la désignation des conseils locaux du peuple. Institués aux différents niveaux administratifs (markaz : district ; mudîriyya : département ; muhâfaza : gouvernorat), leurs attributions, limitées au niveau local, sont d’ordre économique, social et culturel. Ils regroupent la plupart du temps les notabilités du régime : membres du parti, de la milice et de l’armée. En décembre 1978, les premières élections nationales permirent de désigner les cent onze membres du nouveau conseil suprême du peuple, coiffé d’un présidium en remplacement de l’ancien conseil présidentiel.

155Mais le pouvoir politique véritable repose entre les mains du comité central et du bureau politique du parti socialiste yéménite, construit peu à peu à partir de 1969. Dès l’élimination, cette année-là, de Qahtân al-Sha’bî, les dirigeants sud-yéménites pratiquèrent une ouverture en direction du parti Ba’th et de l’Union démocratique populaire, d’obédience marxiste, deux groupuscules politiques qui n’avaient pas joué de rôle important jusqu’à cette date. Des postes ministériels furent attribués à chacune de ces formations. En 1975, elles furent intégrées dans le Front, rebaptisé pour la circonstance Organisation politique unifiée-Front national, dernière étape avant la naissance en octobre 1978 du parti unique, le Parti socialiste yéménite.

156Si la gestation de ces différentes institutions fut si longue, c’est qu’elle traduisait en fait d’âpres rivalités au sein des dirigeants : les partisans du modèle soviétique, regroupés autour du secrétaire général du Front, ‘Abd al-Fattâh Ismâ’îl, s’opposaient aux tenants d’une certaine ouverture vers l’Occident, les voisins conservateurs de la péninsule et la Chine. Ils étaient rassemblés autour de Sâlim Rubayya’ ‘Alî, leur chef de file. Ce dernier perdit la partie et fut liquidé physiquement en juin 1978, au cours d’un coup d’État avorté dont les circonstances restent pour l’instant non éclaircies.

  • 77 Sur l’économie de la R.D.P.Y., voir l’article De la rente pétrolière au développement économique : (...)

157Lors de la reprise en main du pays en 1971, l’économie de la R.D.P.Y. était toujours en ruine. Guerre de libération, fermeture du canal de Suez, fuite des cadres et des capitaux, boycottage par le monde occidental... autant de facteurs qui rendaient la situation extrêmement critique. Le problème le plus important demeurait la nécessaire réorientation de l’économie vers une mise en valeur de l’arrière-pays. Le premier plan triennal 1971-74, faute de ressources financières suffisantes, n’eut que peu de résultats positifs77. A part la mise en place de quelques infrastructures (routes surtout), les efforts portèrent sur le développement de quelques fermes d’Etat. Quelques timides mesures d’incitation à la production ont été prises en 1980 : les pêcheurs peuvent dorénavant écouler 20 % de leurs prises directement sur le marché sans passer par la commercialisation des coopératives ; le prix d’achat du coton auprès des petits exploitants a, de même, été considérablement relevé. Par ailleurs, les nombreux travailleurs émigrés dans les pays voisins producteurs de pétrole sont maintenant encouragés à rapatrier leurs gains.

158Mais l’écueil principal du développement en R.D.P.Y. demeure le financement du plan et dépend donc largement de l’état des relations avec les pays voisins, producteurs de pétrole.

5.3 Une politique étrangère progressivement mais résolument tournée vers les pays socialistes

159Avec le Yémen du Nord, les rapports ont, depuis l’indépendance, été hypothéqués par l’impossible réunification. Isolée à l’intérieur du monde arabe, Aden est par contre devenue l’un des meilleurs alliés de l’U.R.S.S. en dehors de l’Europe de l’Est.

  • 78 Au cours de ce conflit, l’île de Kamarân, jusqu’alors sous souveraineté sud-yéménite, passa sous l (...)
  • 79 A partir de 1979, Aden a réduit le soutien apporté au Front national démocratique, formation d’opp (...)

160Bien que prioritaire dans le programme du F.N.L. durant la lutte de libération nationale, la réunification des deux Yémen ne se réalisa pas après l’indépendance d’Aden en 1967. « Orientations politiques divergentes, manque de confiance réciproque... l’histoire contemporaine des deux Yémen est faite d’occasions manquées et de luttes fratricides ». A partir de 1968, les relations se dégradèrent rapidement entre les deux capitales, chacune soutenant les opposants du régime adverse. Le changement d’appellation du Sud-Yémen en République Démocratique Populaire du Yémen fut ressenti comme une véritable provocation à Sanaa et une volonté d’étendre le régime marxiste à l’ensemble d’un Yémen réunifié. Cette tension déboucha sur une guerre ouverte en septembre 197278, rapidement terminée par un accord sur l’unification signé à Tripoli sous les auspices du colonel Qadhâfi. Mais cet engagement demeura lettre morte. Malgré un rapprochement entre les deux frères ennemis sous la présidence de Hamdî, l’assassinat de celui-ci en 1977, puis de son successeur Al-Ghashmî en 1978, entraînèrent les deux pays dans une nouvelle guerre frontalière en février 1979, spectaculairement terminée par un nouvel accord d’unification signé entre les deux présidents à Kuwait. Mais les suspicions demeurent : les périodiques réunions des commissions d’unification restent purement formelles. Aden et Sanaa ont néanmoins amorcé un début de coopération économique et facilitent maintenant la circulation de leurs ressortissants entre les deux pays, tout en mettant en sourdine l’appui aux groupes d’opposition79.

161Au sein du monde arabe, les relations avec les pays progressistes, Algérie, Libye et Syrie, bien que cordiales, demeurent surtout formelles. Par contre les Palestiniens, et tout particulièrement le F.P.L.P. et le F.D.P.L.P., issus du Mouvement des nationalistes arabes, bénéficient du soutien ferme des autorités d’Aden.

162Aden fut longtemps considérée comme le foyer de la subversion dans la péninsule Arabique. Riyadh, jusqu’à la mort du roi Faysal, tenta par tous les moyens d’abattre le régime sud-yéménite. En 1969, les Saoudiens, dans une aventure militaire manquée, tentèrent de scinder le pays en deux à la hauteur du Hadhramawt. En mars 1976, les deux capitales parvinrent néanmoins à un accord pour l’établissement de relations diplomatiques. Comptant sur Sâlim Rubayya’ et ses partisans, les Saoudiens espéraient modifier l’orientation marxiste du régime par un afflux de pétrodollars. Mais ils durent vite déchanter. Gelées en 1978 à la suite de l’assassinat du président nord-yéménite, les relations entre Riyadh et Aden ont repris depuis, mais à un niveau extrêmement modeste.

163Malgré les différentes médiations, les relations n’ont pu être normalisées entre Masqat et Aden. Même si, sur le terrain, le Front de libération de l’Oman est quasiment éliminé, il continue de bénéficier du soutien des Sud-Yéménites.

164Le Kuwait, qui avait reconnu le F.N.L. dès 1963-64, n’a cessé d’apporter une aide financière à la jeune République sud-yéménite, aide d’autant plus appréciée qu’elle fut la seule de la part d’un pays conservateur de la région.

  • 80 A Sanaa, les éléments conservateurs avaient fermement établi leur pouvoir à partir de 1970, tandis (...)
  • 81 Les Soviétiques bénéficient de facilités militaires sur les aéroports et dans les ports de la R.D. (...)

165Si les rapports avec le monde socialiste sont aujourd’hui privilégiés, ils ne se sont resserrés que progressivement depuis l’indépendance, au rythme des convulsions internes. L’U.R.S.S., tout en fournissant une aide militaire limitée à partir de 1968, se montra longtemps hésitante devant la politique des nouveaux dirigeants, jugée aventuriste par Moscou, d’autant plus que les Soviétiques n’avaient pas encore fait leur choix entre Aden et Sanaa. Les liens ne se renforcèrent véritablement qu’à partir de 197080 pour s’étendre peu à peu aux domaines de la pêche, de l’agriculture, des ressources minières, de la santé, et tout particulièrement de l’armée. Après l’élimination de Sâlim Rubbaya’ ‘Alî en juin 1978, la signature du « traité d’amitié et de coopération », en octobre 1979, apporta le cadre juridique manquant à l’influence déterminante qu’exerce à présent l’U.R.S.S. dans les domaines politique, économique, diplomatique, militaire et idéologique de la R.D.P.Y. Les liens sont également étroits avec la R.D.A. dont les experts s’occupent notamment des questions de sécurité, tandis que les Cubains apportent leur concours à l’encadrement de la milice81.

  • 82 La Chine finança et construisit la route Aden-Mukallâ.

166Avec la Chine, la coopération économique se poursuit82, bien que les liens se soient relâchés en 1972, au moment où Pékin, modifiant l’orientation de sa politique étrangère, établit des relations diplomatiques avec l’Iran, les émirats du Golfe et l’Éthiopie encore impériale.

167Avec l’Occident enfin, les relations sont surtout commerciales. Le Japon fournit des voitures et de l’équipement en échange de droits de pêche. La République Fédérale Allemande a achevé, en 1980, la construction d’une brasserie. La France envoie régulièrement une mission archéologique sur les sites pré-islamiques de Shabwa et réalise plusieurs projets modestes à travers le pays.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Aitchison (C.U.). – A collection of treaties, engagements and sanads relating to India and neighbouring countries : Aden and the Southwestern coast of Arabia. – Lichtenstein, Krauss Hendeln, 1973, 663 p.

L’Arabie Méridionale : la colonie et les protectorats d’Aden. Documentation Française (Notes et Documents), 2186, 1956.

Area handbook for the Yemens. – Washington, U.S. Government Printing Office, 1977, 266 p.

Bujra (Abd Allah Said). – The politics of stratification : a study of political change in a South Arabian town. – Oxford, Clarendon Press, 1971, 201 p.

Bujra (Abd Allah Said). – Urban elites and colonialism : the nationalist elites of Aden and South Arabia. Middle Eastern Studies, 6, 1970, pp. 189-211.

Dostal (Walter). – Die Beduinen in Südarabien : eine ethnologische Studie zur Entwicklung der Kamelhirtenkultur in Arabien. – Wien, Verlag Ferdinand Berger, 1967, 199 p.

Gavin (R.J.). – Aden under British rule : 1839-1967. – London, Pall Mall Press, 1968, 196 p.

Habashi (M.O.). – L’évolution politique, économique et sociale de l’Arabie du Sud. – Alger, SNED, 1966, 474 p.

Halliday (Fred). – Arabia without sultans. – London, Pelican Books, 1974, 526 p.

Hamilton (R.A.B.). – The social organization of the tribes of the Aden Protectorate. Journal of the Royal Central Asia Society, 30, 1943, pp. 142-157.

Ingrams (Doreen). – A time in Arabia. – London, John Murray, 1970, 160 p.

Little (Tom). – South Arabia : arena of conflict. – London, Pall Mall Press, 1968, 196 p.

Plass (Jens). – Die Aden Grenze in der Südarabien Frage : 1900-1967. – Opladen, CW leske Verlag, 1967, 345 p.

Rouaud (Alain). – Les Yémen et leurs populations. – Bruxelles, éd. Complexe, 1979, 240 p.

Serjeant (R.B.). – Société et gouvernement en Arabie du Sud. Arabica, 14 (3), 1967.

Tuchscherer (Michel). – Les Yémen sur la voie de l’unité. L’Afrique et l’Asie Modernes, 124, 1980, pp. 1-13.

Viennot (Jean-Pierre). – Aden : de la lutte pour la libération à l’indépendance. Orient, 4, 1967.

Viennot (Jean-Pierre). – L’expérience révolutionnaire au Sud-Yémen. Maghreb Machreq, 59, 1973, pp. 71-77.

Notes

1 Voir la carte schématique d’Aden à la page 213.

2 Dans cette contribution, la quinzième lettre de l’alphabet arabe, le dâd, est transcrite dh.

3 Voir la bibliographie à la fin de l’article.

4 Cette ville au nord d’Aden est également orthographiée adh-Dhâli’.

5 Voir la carte « La R.D.P. du Yémen » à la page 215.

6 Il s’agit des principautés ‘Abdalî (Lahij), Fadhlî (Shuqra), Amîri, Hawshabî et Dhâl’a.

7 Les Yâfa î font remonter leur généalogie aux Himyarites tandis que les ‘Awlaqî se prétendent descendants du royaume de Ma’în.

8 Les sayyids de l’Arabie du Sud se réclament de la descendance de Ahmad al-Muhâjir, lui-même descendant du prophète et qui serait venu se fixer au Hadhramawt au xe siècle.

9 Le port de Shihr, historiquement le plus ancien, était sous la domination des Ahl Burayk, d’origine Yâfa’î. Une autre famille Yâfa’î, les Kasadî, régnait à Mukallâ.

10 VAN DEN BERG. – Le Hadramawt et les colonies arabes dans l’archipel indien. Batavia, Imprimerie du Gouvernement, 1886, 292 p. – Rééd. : Wesmead Farnborough Hants (England), Gregg International, 1969. – Voir la carte « La péninsule Arabique dans l’océan Indien », tome 1, p. 347.

11 Créée en 1819 par les Anglais, la ville de Singapour se développa très rapidement pour devenir l’entrepôt du monde malais.

12 En 1839, Aden comptait 1 289 habitants. En 1842, elle avait déjà 16 450 habitants et 3 500 militaires.

13 Les Banyans étaient des marchands itinérants indiens présents au Yémen lorsque ce pays s’était enrichi dans le commerce du café. Ils quittèrent le pays au cours de la première moitié du XXe siècle et beaucoup vinrent s’établir à Aden.

14 La Hujariyya est la région située au sud de la ville de Ta’izz ; elle a toujours été largement tournée vers le sud et vers Aden. Voir le texte de M. ESCHER ci-dessus.

15 Le sultan Fadhlî contrôlait les terres du delta d’Abyan et le shaykh des ‘Aqrabî celles de Bir Ahmad, toutes situées à proximité d’Aden. Elles auraient donc pu jouer le même rôle que celles de Lahij.

16 De 1899 à 1920, Muhammad ‘Abdillahi Hasan, surnommé le Mad Mulla par les Anglais, réussit à soulever les tribus de la Somalie britannique dans un mouvement en de nombreux points identique à celui du Mahdî du Soudan ou des Senoussis en Tripolitaine.

17 Essentiellement de la Hujariyya, de Ta’izz et de Baydâ’.

18 La ville, fondée en 1884, fut presque entièrement construite par des ouvriers yéménites.

19 Les hypothèses quant à leur origine sont fort divergentes. Selon certains, elles seraient d’époque pré-islamiques, selon d’autres elles auraient été construites au xiie siècle par les Ayyûbides.

20 Ce terme de canton a été utilisé abusivement dans la rédaction de cette note diplomatique. Il correspond en fait à des entités politiques plus ou moins structurées, principautés ou confédérations tribales, dont voici la liste : Subayhî, ‘Aqrabî, ‘Abdalî, Hawshabî, ‘Alawî, ‘Amîrî Yâfa’î, Fadhlî et ‘Awlaqî.

21 Voir paragraphe 2.1.2.

22 Voir paragraphe 2.1.3. sur le rôle du sultanat de Lahij dans ce processus.

23 Le sultan de Lahij livrait à Aden l’essentiel des besoins en fourrage et en légumes. Sur ses terres, il parquait le bétail amené de Somalie chaque année à la fin de l’hiver et qui était ensuite destiné à la consommation d’Aden. Il s’était en outre approprié le monopole de commerce sur du sel et de la potasse.

24 L’imâm Yahyâ se révolta contre les Ottomans à partir de 1906. Trois ans plus tard, il contrôlait près de la moitié du Yémen et notamment les régions orientales à partir desquelles il entra en contact avec certaines tribus et certains souverains de l’Arabie du Sud.

25 Avec les Yâfa’î, les liens étaient très anciens. La famille sultanale elle-même en était originaire. Au xviiie siècle, elle s’était appuyée sur cette confédération pour chasser de la région l’imâm de Sanaa. Mais le sultan de Lahij revendiquait aussi la suzeraineté sur les Subayhî et contrôlait une partie des terres du wâdî Tuban qu’il avait confisquées au sultan Hawshabî. Il intervenait d’autre part ouvertement dans les successions parmi ses voisins notamment chez les Hawshabî et les ‘Alawî.

26 Les Français s’installèrent à Djibouti en 1884. Au même moment, Allemands et Italiens s’intéressaient à la Somalie au sud du Cap Guardafui.

27 Les Anglais arrangèrent notamment un compromis entre les Yâfa î et le sultan Fadhlî à propos des terres d’Abyan. Ils réglèrent aussi la querelle entre le sultanat Hawshabî et le sultanat de Lahij portant sur la répartition de l’eau et des terres dans le Wâdî Tuban.

28 Afin de s’assurer de la fidélité des tribus, le sultan exigeait des chefs qu’ils envoient un de leurs parents en otage auprès de la cour. Ce système était également pratiqué par l’imâm du Yémen.

29 Signature en septembre 1925 d’un accord d’amitié et de commerce avec l’Italie, en novembre 1928 d’un accord avec l’URSS, en 1933 avec la Hollande et en 1936 avec la France.

30 Le colonel Jacob avait été nommé officier politique à Dhâl’a en 1906, mais il fut retiré de ce poste dès l’année suivante, lorsque l’Angleterre revint à une politique plus traditionnelle de non intervention directe.

31 La querelle entre Alawîs [sayyids] et Irshâdîs avait éclaté à Singapour en 1905 lorsqu’un Alawî du Hadhramawt refusa la main de sa fille à un marchand musulman indien sous prétexte qu’il n’était pas de même descendance. La communauté hadhramîe d’Extrême-Orient se mobilisa. Bientôt, la querelle prit une tournure plus politique avec la remise en cause de la position traditionnelle des sayyids par la classe sociale montante des hommes de tribus enrichis à l’étranger. En 1915, les anti-sayyids se regroupèrent en Indonésie au sein de l’association Al-Irshâd. Bientôt le conflit éclata au Hadhramawt même où sultans, sayyids, tribus et marchands se mobilisèrent en faveur de l’un ou l’autre des deux clans.

32 Muhammad Zubayrî et Ahmad Nu’mân créèrent à Aden le « Parti des Yéménites libres ».

33 Entre 1934 et 1937, les Britanniques bombardèrent successivement les Bakri, clan du wâdî Hardaba, les Qataybî du Jabal Radfân, les Ahl Haydara Mansûr (Sultanat Fadhlî), les Dathîna, les Subayhî, et les Sha’îrî (Dhâl’a).

34 En novembre 1935, Riyadh et Aden tombèrent d’accord sur la fixation de la frontière commune en Arabie du Sud selon le tracé de la ligne Ryan, toujours en vigueur à l’heure actuelle.

35 Sur le tracé de la frontière avec le Yémen voir le paragraphe 2.2.2 sur les relations des Britanniques avec les Ottomans, et le paragraphe 3.1.2 sur les relations entre l’imâm et les autorités d’Aden.

36 Dès 1929, les Anglais créèrent une force armée locale, les « Protectorate Levies », recrutés principalement parmi les ‘Awlaqî et les Awdhalî. Cette armée était destinée à faciliter les interventions directes dans l’arrière-pays. En 1934, l’armée du sultan de Lahij fut réorganisée, puis d’autres armées furent créées à Dhâl’ a et dans les sultanats Hawshabî et Fadhlî.

37 La trêve fut renouvelée par la plupart des tribus en 1940. Néanmoins les Abdât, sayyids d’Al-Ghurfa près de Say’ûn, tentèrent en 1940 d’imposer leur propre système de trêve en remplacement de celui des Anglais. Leur révolte ne fut finalement étouffée qu’en 1945, après le bombardement de leur place forte par la R.A.F.

38 Le Protectorat Occidental comprenait : le sultanat de Lahij, le shaykhat ‘Alawî, l’émirat de Dhâl a, le shaykhat Aqrabî, le sultanat Awdhalî, le sultanat du Haut Yâfa’, le sultanat du Bas Yâfa’, les sultanats du Haut et du Bas ‘Awlaqî et le shaykhat du Haut ‘Awlaqî.

39 Le Protectorat Oriental comprenait : le sultanat Qa’itî de Mukallâ, le sultanat Kathîrî de Say’ûn, le sultanat Mahra de Qishn et Socotra, le sultanat Wâhidî de Balhâf et le sultanat Wâhidî de Bi’r ‘Alî.

40 Le sultanat Qa’itî s’était doté, à partir de 1937, d’une structure administrative assez élaborée : le pouvoir exécutif était entre les mains du Sultan, assisté d’un conseil d’État de 11 membres (6 membres de droit : le résident britannique et son adjoint, le prince héritier, le secrétaire général du conseil d’État, le conseiller juridique et le trésorier ; et 6 membres nommés parmi les notables. Le territoire était divisé en 5 provinces (Shihr, Mukallâ, Du ân, Hajar et Shibâm) et comportait plusieurs villes autonomes et des tribus liées au sultan par traités. Les structures de l’État Kathîrî étaient nettement moins développées. Les villes de Tarîm, Say’ûn et Al-Ghurfa étaient placées directement sous l’autorité du sultan tandis que les confédérations tribales (Âl Kathîr, Âl ‘Awâmir, Âl Jabrî et Âl Bajrî) lui prêtaient simplement allégeance.

41 Voir note 31 et paragraphe 1.1.2.

42 Les cinq garnisons créées sont : Al-’Ibr, Zamâkh, Thamûd, Habarût et Minwakh.

43 Les sultans et émirs régnant sur des territoires dont leurs familles n’étaient pas originaires (Sultans de Lahij, Fadhlî, ‘Âmirî, Qa’itî, Kathîrî...) étaient nommés au sein de leur famille. Les chefs des clans et des tribus au contraire, issus de ces mêmes unités sociales, étaient désignés par des assemblées de notables.

44 En 1932 eurent lieu les premiers accrochages entre les deux communautés à Aden. La police, comprenant dès lors de nombreux Yéménites, refusa d’intervenir. En 1947 quelques journées de violence firent plus de cent morts dans les rues d’Aden.

45 Voir le paragraphe 2.2.1 sur le système des muqaddams.

46 Ces mouvements étaient surtout de nature corporatiste et traduisaient autant des revendications d’ordre social que d’ordre politique. Les menuisiers yéménites, par exemple, se mirent en grève pour protester contre la concurrence des menuisiers italiens.

47 En 1940 parut le premier journal hebdomadaire, Fatât al-Jazîra, suivi ensuite par Al-Nahdha. Sawt al-Yaman fut le porte-parole des réfugiés politiques venus du Yémen.

48 Parmi ces associations, notons : le « Club de la Jeunesse », fondé à Shihr en 1938 ; le club « Ansâr al-Adab al-Jadîd » d’Aden ; la « Société d’entr’aide hadhramie » ; le « Nâdî al-sha’b » à Lahij.

49 Voir le paragraphe 4.1.2.

50 Les syndicats britanniques envoyèrent quelques cadres à Aden. Une forte communauté yéménite, essentiellement implantée à Cardiff, joua aussi un rôle important.

51 De nombreux Yéménites travaillaient à Djibouti où les syndicats s’étaient développés dès 1945.

52 Des émigrés yéménites avaient participé aux mouvements révolutionnaires de l’immédiat après-guerre en Malaisie et en Indonésie.

53 Les Makkawî, Luqmân, Ja’far et Hasan ‘Alî principalement.

54 Diverses coalitions virent successivement le jour : en 1958 ce fut l’Union populaire, en 1959 l’Union nationale yéménite, en 1960 le Rassemblement national et en 1961 le Rassemblement des organisations nationales et populaires.

55 Mouvement né dans les années cinquante parmi les Palestiniens, il s’étendit à l’ensemble du monde arabe et se radicalisa. Il donna naissance entre autre au F.P.L.P. et au F.D.P.L.P. ; en Arabie du Sud, le M.N.A. fut une des composantes du Front national de libération. Cette origine explique en partie les liens étroits entre le régime sud-yéménite actuel et certains mouvements palestiniens.

56 Le sultan fut, à partir de cette date, élu par un conseil de dignitaires et de notables regroupés au sein d’un conseil législatif.

57 Les communautés hadhramies de Java et de Malaisie avaient développé un puissant courant réformiste et nationaliste. En 1927 à Mukallâ, puis l’année suivante à Singapour, ils se réunirent pour demander l’union entre les sultanats Qa’itî et Kathîrî.

58 Ces terres furent mises en valeur par l’intermédiaire de puissants organismes fonctionnant selon le modèle de la Jazîra soudanaise, mise en culture par les Anglais avant la seconde guerre mondiale.

59 Le coton fut introduit à Abyan en 1947, à Lahij en 1950.

60 Cette coalition regroupa les souverains de Bayhân, ‘Awdhalî, Fadhlî, Bas Yâfa’, Dhâl’a et, Haut ‘Awlaqî.

61 D’importantes manifestations eurent lieu les jours suivants à Aden pour protester contre l’adhésion à la Fédération en même temps que pour saluer la révolution à Sanaa.

62 Al-Ittihâd est depuis devenue Madînat al-sha’b [la ville du peuple] et abrite aujourd’hui certains ministères de la R.D.P.Y.

63 Jusqu’en 1964, seule la moitié des membres du conseil législatif était élue. Encore ne l’était-elle que par 10 000 électeurs sur une population de 220 000 habitants. En octobre 1964, seule la moitié de ces électeurs participa au scrutin, de sorte que les résultats furent contestés comme non représentatifs.

64 Voir paragr. 4.1.2 sur le droit de vote à Aden.

65 Des négociations infructueuses furent menées au Caire début juillet 1964, puis en novembre de la même année à Ta’izz. La Ligue refusa une fois de plus les propositions sur une unification immédiate des deux Yémen.

66 En juillet 1963, les troupes fédérales et britanniques intervinrent dans le sultanat du Haut Yâfa’ ; peu après, des révoltes éclatèrent parmi les tribus de Hawshabî et les Radfân.

67 Représentant du F.N.L. à l’étranger durant la période de la lutte armée, il devint le premier président de la République sud-yéménite en décembre 1967.

68 ‘Alî ‘Abd al-Karîm al– Abdalî, sultan de Lahij démis en 1958, fut rejoint à Ta’izz en 1963 par ‘Abd al-Hamîd al-Hawshabî, puis l’année suivante par le fils du sultan du Bas Yâfa’, Muhammad ‘Aydarûs, enfin Jabal al-’Awdhalî et Ahmad al-Fadhlî.

69 Lors de sa création, le F.N.L. regroupait les formations suivantes : Mouvement des nationalistes arabes dans le Sud-Yémen occupé, Formations tribales, Front nassérien, Organisation secrète des soldats et officiers libres, Front de réforme de Yâfa’, Organisation révolutionnaire des hommes libres du Sud-Yémen occupé, Front patriotique, Avant-garde révolutionnaire d’Aden, Organisation de la jeunesse du Mahra, Organisation révolutionnaire de la jeunesse du Sud-Yémen occupé.

70 Depuis l’adhésion d’Aden à la Fédération, le gouverneur britannique portait le titre de haut-commissaire.

71 Cette rivalité au sein du F.N.L. refléta alors celle qui divisait le Mouvement des nationalistes arabes, partagé entre des nationalistes progressistes proches du nassérisme et des révolutionnaires.

72 La rebellion du Radfân, durant l’été 1963, était d’abord dirigée contre l’émir de Dhâl’a qui tentait d’imposer son autorité aux tribus périphériques, dont celles du Jabal Radfân. Ce n’est qu’à l’automne de la même année qu’elle fut reprise en mains par les cadres du F.N.L.

73 Mais les Britanniques confièrent les îles Khurîyâ Murîyâ, dépendantes de la colonie d’Aden depuis 1854, au sultan de Masqat, tandis que l’île de Kamarân, au large de Hudayda, passa sous souveraineté nord-yéménite lors de la guerre de 1972 entre les deux Yémen.

74 Les officiers de l’armée régulière, l’ancienne armée fédérale, restaient pour la plupart proches du socialisme nassérien tandis que les cadres du F.N.L. prônaient des mesures plus radicales et s’appuyaient sur les organisations armées du Front, l’Armée de libération et les Fidâyin, qu’ils refusèrent de dissoudre ou d’intégrer à l’armée régulière.

75 Présidée par ‘Abd Allah al-Khamirî, cette cour condamna à mort plusieurs sultans dont le sharîf de Bayhân.

76 Le conseil présidentiel comprenait les personnalités suivantes : Sâlim Rubayya’ ‘Alî, président ; ‘Alî Haytham, ‘Abd al-Fattâh Ismâ’îl, ‘Alî ‘Antar, Muhammad Sâlih ‘Awlaqî.

77 Sur l’économie de la R.D.P.Y., voir l’article De la rente pétrolière au développement économique : perspectives et contradictions de l’évolution économique dans la péninsule, tome 1, pp. 135-139.

78 Au cours de ce conflit, l’île de Kamarân, jusqu’alors sous souveraineté sud-yéménite, passa sous l’autorité du gouvernement de Sanaa.

79 A partir de 1979, Aden a réduit le soutien apporté au Front national démocratique, formation d’opposition au gouvernement de Sanaa et regroupant plusieurs formations politiques. Sanaa, en échange, a cessé d’accorder des facilités sur son territoire aux groupes d’opposants au régime d’Aden.

80 A Sanaa, les éléments conservateurs avaient fermement établi leur pouvoir à partir de 1970, tandis qu’à Aden, l’aile radicale arrivée au pouvoir en 1969 avait consolidé sa position.

81 Les Soviétiques bénéficient de facilités militaires sur les aéroports et dans les ports de la R.D.P.Y. En 1980, les estimations sur le nombre de militaires soviétiques au Sud-Yémen variaient, selon les sources, de 4 000 à 8 000. Les Cubains et les Allemands de l’Est étaient respectivement estimés à 1 000.

82 La Chine finança et construisit la route Aden-Mukallâ.

Table des illustrations

Légende Carte 3. – Aden, ville éclatée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Carte 4. – La République Démocratique et Populaire du Yémen.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2342/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Carte 5. – L’Arabie du Sud sous domination britannique. Protectorat de l’Ouest.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2342/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Carte 6. – L’Arabie du Sud sous domination britannique. Protectorat de l’Est.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2342/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2342/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540