Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Première partie. L'Arabie du sud

Quelques aspects de l’architecture domestique en République Arabe du Yémen

Lucien Golvin

Texte intégral

  • 1 Georges Marçais, article Dâr, in Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, t. II, pp. 116 à 119 ; (...)

1Ouvrons l’Encyclopédie de l’Islam au mot Dâr, nous lisons, sous la plume d’un des plus éminents orientalistes contemporains : « Alors que les demeures de nos villes d’Europe s’éclairent largement sur la rue, que l’agrément et le luxe des façades sont l’objet de recherches de l’architecte et, pour le maître du logis, un signe d’opulence, la demeure musulmane, même riche, présente l’aspect extérieur le plus sobre, des murs nus, que percent une porte massive perpétuellement close et des fenêtres étroites et rares. Tout l’intérêt de cette architecture domestique se reporte sur l’espace vide intérieur. La cour apparaît presque comme la pièce principale de l’habitation, et les façades qui l’encadrent offrent au constructeur un thème esthétique riche et varié, dont le charme n’est d’ailleurs accessible qu’aux hôtes du logis »1.

  • 2 Quelques fouilles archéologiques conduites sur le site de Mârib et trop vite interrompues ont déjà (...)

2Une telle définition ne peut certes pas être taxée de fantaisiste, mais elle s’adresse essentiellement au monde musulman méditerranéen fortement influencé de traditions gréco-latines. Elle s’applique encore assez bien aux pays musulmans du Proche-Orient qui ont hérité à la fois des sources transmises par Byzance et des sources plus anciennes encore, issues des vieilles civilisations mésopotamiennes. Il est de fait d’ailleurs que ces traditions ne se trouvaient nullement en contradiction avec celles de Médine où l’humble demeure-masjid du Prophète Muhammad accordait tant de place à l’espace vide de la cour. Nous n’aurions donc rien à objecter s’il n’y avait le Yémen et la révélation subite de la possibilité d’une autre source d’inspiration, puisée sans doute au plus profond de la tradition sémitique. Un jour peut-être, lorsqu’enfin on pourra prospecter les sites si prometteurs et si mal connus2, vestiges de civilisations dont on soupçonne à peine la richesse, on pourra mieux mesurer alors le poids de ces traditions locales apparemment très différentes de celles reçues au moment des grandes conquêtes musulmanes.

  • 3 Nous passerons sous silence l’habitat mobile du désert, la tente des nomades, d’ailleurs en voie de (...)

3Quoi qu’il en soit et pour en revenir aux définitions, on pourrait aisément inverser celle qui nous est proposée et, en parodiant Georges Marçais, constater qu’au Yémen « les demeures s’éclairent largement sur la rue, que l’agrément et le luxe des façades sont l’objet des recherches de l’architecte et, pour le maître du logis, un signe d’opulence »... Telle est du moins l’impression ressentie à Sanaa et dans les villes de la montagne car il convient de distinguer deux grands groupes d’habitat yéménite : 1 – L’architecture traditionnelle de montagne caractérisée par de hautes maisons à multiples étages, sans cour intérieure, 2 – L’architecture de la plaine côtière, la Tihâma, où l’on retrouve des types de maisons plus conformes à celles évoquées précédemment, généralement sans étage, précédées d’une cour fermée qui joue un rôle important dans la vie familiale et dont les façades donnant sur cet espace libre sont très décorées3.

L’HABITAT DE MONTAGNE

Sanaa

4Le type le plus impressionnant, et, sans doute, le plus parfait tant il semble parfois avoir inspiré les autres (?), est celui de la capitale Sanaa, bâtie à plus de 2 300 m d’altitude au pied du Jabal Nuqûm qui culmine aux environs de 3 000 m.

5Du haut d’une terrasse, celle du musée par exemple, le panorama de la ville ancienne est des plus saisissants (planches I et II).

6Sur le fond sombre de la montagne aux reflets rouges ou verts sans cesse changeants, se découpent, dans un ravissant désordre, de hauts cubes ocrés à terrasses blanches offrant un véritable bouquet de façades défoncées d’ouvertures multiples ornées de décors de briques que soulignent des badigeons de plâtre. Claustra artistiquement fouillés, vitraux colorés, auvents de bois abritant d’étroites fenêtres aux volets presque toujours fermés, larges baies éclairant de hardis belvédères juchés au sommet, sur la terrasse que protègent de beaux balcons joliment découpés, avant-corps en encorbellement sur la rue, décrochements de façades, superpositions de terrasses, c’est toute une symphonie d’ombre et de lumière rehaussée d’effets de couleur dont l’oeil ne peut se lasser. Les thèmes de cette symphonie ne varient certes pas à l’infini, ils apparaissent en leitmotives qui n’engendrent jamais l’uniformité. A chaque pas, dans les rues étroites et sombres, on découvre des variantes, des décors inattendus, originaux, des formes nouvelles, des décrochements de façades, des arrondis qu’on pourrait croire volontaires mais qui ne sont pourtant que l’effet de contraintes rencontrées par les bâtisseurs, apparemment jamais à court d’idées. De hauts minarets à décor de briques ou éclatants de blancheur se dressent au hasard d’une rue, surplombant des coupoles arrondies resserrées les unes contre les autres. Quelques jardins assez vastes aèrent la masse des hautes bâtisses accolées les unes aux autres. Ainsi dégagées, leurs façades rivalisent d’ingéniosité dans les dispositions de leur décor. A qui affichera le mieux son opulence, son originalité.

Planche I. – Sanaa, vues générales.

Planche II. – Sanaa, vue générale

Agencement général de la maison

7En fait, des principes généraux, guidés par les mœurs, sont admis partout et partout identiques.

8Un haut rez-de-chaussée peut atteindre six ou sept mètres, voire plus, généralement en pierre taillée. Au niveau de la rue, une entrée, un vestibule, dahlîz, conduisant à l’escalier, flanqué de pièces réservées au bétail : moutons ou chèvres, ânes ou mulets, bœufs, etc. Il est possible d’y trouver encore parfois une noria mue par un animal de trait et qui, autrefois, envoyait l’eau des puits dressés dans le jardin jusqu’aux étages supérieurs. On y peut voir encore également de vieux moulins : meules verticales entraînées par un chameau ou par un bœuf, mais, de nos jours, au niveau de la rue s’ouvrent surtout d’étroites boutiques, hânût, pl. hawinât, ou des magasins, petites épiceries, bijoutiers, coiffeurs, menuisiers, etc.

9Ce rez-de-chaussée, c’est le harr qui conduit également à l’escalier, durûj. Les étables n’ont généralement pas d’ouvertures ou elles sont à peine éclairées par d’étroites baies verticales placées très haut dans la pièce.

10A un étage intermédiaire, toujours dans cette partie que nous considérons comme le rez-de-chaussée, on trouve une ou plusieurs pièces mal éclairées par des sortes de meurtrières, très basses de plafond. On y emmagasine des produits alimentaires (céréales, fruits, huiles etc.) ; elles peuvent également servir de débarras, voire encore de logement à des domestiques. Plus haut, c’est l’étage d’habitation où il est fréquent de trouver, desservies par de vastes paliers (hijra), une salle de réunion, un diwân qui sert à de multiples usages et qui ouvre largement sur la rue par de nombreuses fenêtres surmontées de vitraux polychromes, et d’autres pièces plus étroites (amkina, pl. de makân) pouvant servir de chambres aux enfants ou de salles d’eau (bayt al-ma’ ou mustarâh ou encore zûlî). Les plafonds sont alors à trois mètres ou plus de hauteur.

11A partir de cet étage, on peut en trouver plusieurs autres aux dispositions assez identiques jusqu’à la terrasse occupée en partie par les cuisines et par la pièce d’honneur, le mufraj largement éclairé sur trois côtés par de vastes fenêtres et par de grands vitraux polychromes (‘aqd).

  • 4 Le mot shubbâk est également employé pour désigner ces organes saillants. Pour des raisons de meill (...)

12Au-dessus de l’entrée, et aux divers étages jusqu’à la terrasse s’avancent en encorbellement des sortes de cellules ajourées, maçonnées, qui servent à la fois de garde-manger et de poste d’observation pour les femmes ; ce sont les shubbâk-s (fig. 2) que remplacent ou que complètent souvent d’autres avancées sur la rue, généralement en bois ajouré, parfois très travaillé et beaucoup plus vastes que les shubbâk-s évoqués ci-dessus, ce sont les kushk-s, mieux connus ailleurs sous le nom de moucharabieh (fig. 3)4.

13Les principes de construction ne diffèrent guère d’une maison à une autre. Ils sont imposés par la nature des terrasses et des plafonds, qui utilisent des troncs d’arbres mal dégrossis en guise de poutres ; un lit de branches jetées en travers de cette armature, de la terre tamisée et bien tassée que recouvre un lit de plâtre (guss), et c’est tout. L’emploi de troncs d’arbres locaux limite singulièrement les possibilités des constructeurs, ces matériaux n’excédant guère plus de trois mètres cinquante de long dans les parties utilisables du tronc. Il s’en suit que les murs porteurs ne peuvent pas s’écarter au-delà de ces dimensions, sauf de rares exceptions.

14L’ossature d’une maison se résume ainsi aux quatre murs porteurs des façades et à un mur porteur transversal, c’est-à-dire parallèle à la façade principale. Naturellement, on peut trouver deux murs porteurs transversaux si les dimensions totales de la maison l’exigent, mais rarement plus.

15La cage de l’escalier, généralement, utilise un des angles postérieurs de l’immeuble ; un gros pilier carré qui peut traverser de haut en bas tout l’édifice, reçoit alors des volées de marches. C’est en fonction de ces divers supports que se répartissent les étages et les faux étages.

16Généralement, les cuisines se trouvent à la partie supérieure de l’immeuble, elles donnent souvent sur la terrasse.

17Toutes les ouvertures, aussi bien celles qui ouvrent sur l’extérieur que celles qui donnent sur le palier sont surmontées de vitraux polychromes (‘aqd) ou, mais de moins en moins, d’oculi obstrués par des plaques d’albâtre (qamarî) (fig. 4).

18Tels sont les principes généraux qui, comme tous les principes, admettent quelques variantes. Quant à la forme et aux matériaux, ils évoluent suivant quelques thèmes et suivant l’état de fortune du propriétaire.

19Une forme curieuse de maison qui semble en voie de disparition à Sanaa est la maison-tour, la nûba si fréquente encore dans les villages voisins. Toutes celles que nous avons visitées étaient entièrement construites en briques crues recouvertes d’un enduit de terre et de paille mêlées. Au-rez-de-chaussée, on trouvait le dahlîz et le harr avec ses écuries et ses magasins. Les pièces d’habitation proprement dites n’existaient guère avant six ou sept mètres de hauteur, de faux étages intermédiaires servant de réserves, voire de chambres. Bien qu’assez élevées, ces nûba ne comptent qu’un étage ou deux de pièces d’habitation, ces chambres étant desservies par des paliers hijra ; elles sont, en général, faiblement éclairées par d’étroites fenêtres en forme de meutrières, mais, au sommet, sur la terrasse, il arrive que l’on trouve un vaste mufraj de forme rectangulaire qui occupe à peu près la moitié du cercle supérieur et qui s’ouvre largement sur l’extérieur par de vastes fenêtres surmontées de ‘aqd (fig. 5).

20Comme partout ailleurs, les cuisines sont, en général, au niveau le plus élevé.

Fig. 1. – Sanaa : détails d’ouvertures des façades.

21L’ossature de ces fermes fortifiées est des plus simples. Le plan se résume naturellement à un cercle avec une seule ouverture, la porte d’entrée, épaisse et verrouillée avec soin. Au centre, c’est-à-dire selon le diamètre parallèle à la porte, un gros mur porteur, lui également percé d’une porte donnant sur une écurie en demi-cercle ; devant ce mur porteur, un dahlîz qui ouvre à droite sur un ou des magasins, à gauche sur l’escalier qui conduit aux étages supérieurs. Tout le rez-de-chaussée est plafonné de poutres perpendiculaires à la porte d’entrée ; c’est dire que le diamètre maximum de la tour n’excède généralement pas sept mètres. Dans le dahlîz et dans les pièces magasins on trouve des placards et, parfois, un puits.

22Aux étages d’habitation, l’espace utile comprend tout le cercle, ce qui peut donner trois pièces et un bayt al-mâ.

23Ces habitations, qu’on est tenté de considérer comme une forme ancienne en voie de disparition, ne sont égayées par aucun décor extérieur. Elles paraissent pauvres dans l’ensemble et, même dans les villages, elles sont, de nos jours, remplacées par des demeures plus accueillantes, assez semblables à celles de la ville.

  • 5 En fait, on reconstruit fréquemment les maisons de ces quartiers où rares sont les immeubles de plu (...)
  • 6 C’est ainsi que les briques modelées à la main sont cuites dans des fours verticaux qui ne connaiss (...)

24A Sanaa, dans les quartiers dits anciens5, on peut encore trouver d’humbles maisons entièrement bâties en briques crues avec revêtements de terre mêlée à de la paille. La modestie du matériau n’exclut pas d’ailleurs le luxe d’un décor de briquetage rehaussé de plâtre, ni l’existence de beaux shubbâk-s. Ces maisons sont généralement moins hautes que les autres et elles tendent à disparaître. Pourrait-on penser que ces maisons représentent des techniques plus anciennes que celles de la pierre et de la brique cuite ? Je suis tenté de croire que ce serait une erreur. Une enquête effectuée l’an dernier auprès des briquetiers nous a convaincu de l’ancienneté de leurs installations et de l’archaïsme de leurs techniques, assez en retard sur ce que l’on peut trouver ailleurs dans le monde musulman6. Pour en revenir à ces maisons de terre, disons qu’il en existe également en ville dite moderne et que toutes les demeures de l’ancien quartier juif sont, sauf de rares exceptions, construites en briques crues.

Les matériaux

25De plus en plus, en dépit du coût très élevé de ces produits, c’est à la pierre taillée qu’on fait appel pour la construction des rez-de-chaussée.

26A Sanaa, on emploie plusieurs variétés de pierre :

  1. un grès blanc (hajar abiad) qui existe un peu partout, mais le plus prisé vient de Dhamâr ;

  2. un grès rouge plus ou moins foncé (hajar ahmar), abondant dans les montagnes voisines de Ta’izz ;

  3. une pierre noire (hajar aswad), cassante, trouvée aux alentours de Sanaa ;

  4. une pierre verte (hajar akhdar), basalte provenant de Hamdân ;

  5. une pierre rose (hajar ward), recueillie dans les environs de Sanaa ;

  6. une pierre grise, de très bonne qualité, dite habsh, abondante à Dhamâr ; c’est une lave très dure qu’on emploie pour les pignons des murs et pour les encadrements des portes et des fenêtres.

Fig. 2. – Shubbâk-s à Sanaa et à Jibla.

27La taille de la pierre s’effectue sur place, c’est-à-dire sur le chantier de construction, les tailleurs de pierre se trouvant constamment en rapport avec le maître d’œuvre, ustâ, qui indique les modules à respecter.

  • 7 Cette règle souffre quelques exceptions. Les propriétaires aisés construisent, de nos jours, toute (...)

28A partir des étages d’habitation, on emploie presque exclusivement des briques cuites carrées variant entre 16/16,5 cm et 19/19,5 cm7, mais il existe aussi des demi-briques. Ces produits sont modelés à la main et cuits dans de grands fours dépourvus de sole, qui se dressent dans deux quartiers de la ville, à Farwa Musayk, au-delà de Bâb Shu’ûb et dans le quartier de Safîya. Le matériau est grossier et très inégalement cuit, mais il résiste bien à la pluie, il est d’un emploi facile et il permet des combinaisons décoratives en relief du plus bel effet. Parallèlement et sur la même aire de travail, on exécute des briques qui ne seront pas cuites, mais seulement séchées au soleil.

29Tels sont les matériaux de base que complète un plâtre blanc d’excellente qualité guss, provenant de la tribu des Banî Hushaysh et qui est très employé pour les enduits, pour la confection des étagères et des consoles qui ornent les pièces de réception, pour les badigeons qui font resortir le décor des façades et, surtout, qui servent de grilles aux vitraux ‘aqd si courants à Sanaa.

Les ouvertures

30Les portes d’entrée sont généralement masquées par un petit jardinet ou une courette fermée qui précède la maison, mais souvent, elles donnent directement sur la rue. Elles sont fort bien appareillées de belles pierres taillées et elles se terminent au sommet par un grand arc largement ouvert, à claveaux de pierre. Le plus souvent, un seul vantail de bois, clouté ou non, permet l’entrée. Au beau milieu est fixé le heurtoir : une plaquette de fer allongée pouvant frapper la tête d’un piton rivé sur une épaisse planche découpée d’arrondis et de motifs terminaux en fleur de lys (fig. 6). Il arrive parfois que le linteau de bois porte des inscriptions en écriture cursive ; très souvent, un second heurtoir (un simple anneau de fer) se trouve plus bas sur la gauche, à meilleure portée des enfants qui désirent rentrer chez eux.

31Les fenêtres sont beaucoup plus complexes. Celles des pièces inférieures (à l’exclusion des diwân-s) sont étroites et peu élevées, à volets de bois presque toujours fermés ou seulement entrouverts. Elles sont carrées ou légèrement oblongues. Un auvent de bois les abrite du soleil ou de la pluie. Au-dessus sont des ouvertures qui diffusent la lumière. Autrefois, il s’agissait d’ouvertures circulaires simples, ou de deux superposées, obstruées par une plaque d’albâtre. Depuis le début du siècle, les ouvertures circulaires ont fait place de plus en plus à des arcs de plein cintre garnis de vitraux polychromes (‘aqd). Le plus souvent, on voit, sur la face intérieure, un ‘aqd polychrome ; quelquefois, ce sont deux vitraux. Il est assez rare qu’un seul de ces éléments garnisse la fenêtre en arc. Ces ouvertures, toujours très finement sculptées, diffusent sur les murs des reflets irisés du plus bel effet lorsque le soleil les traverse.

Fig. 3. – Sanaa : kushk-s.

32Les ‘aqd sont fabriqués un peu partout dans la capitale. Leurs formes, mais surtout leurs décors, varient à l’infini. La technique est simple. Elle consiste à couler, sur une planche légèrement inclinée, une couche de plâtre en forme d’arc sur une épaisseur de 5 cm environ. Dès que la prise est suffisante, un ouvrier trace le décor au couteau en s’aidant de règles et de compas. On évide ensuite, toujours au couteau, pour obtenir la grille qui, après séchage complet, sera posée à plat pour recevoir les verres colorés. Une couche assez mince de plâtre est ensuite étendue sur toute la surface, recouvrant les verres ; à nouveau, après la prise du plâtre, il faut dégager au couteau pour retrouver le décor de l’avers.

Les décors de briques

33Les maçons de Sanaa sont passés maîtres dans l’art de confectionner des frises décoratives par effet de briquetage en relief. Très variés, les motifs le plus souvent répétés sont à base de chevrons (simples, doubles, voire triples) de hauteur variable, bordés de listels en haut et en bas ; mais souvent le décor se complique d’entrelacs ou de formes géométriques empruntées au carré ou au losange ou à des motifs en svastikas, etc. Ces frises horizontales plus ou moins larges soulignent généralement la limite des étages ou couronnent le sommet des murs, mais il existe également des motifs décoratifs verticaux qui encadrent les ouvertures : chevrons superposés, décors en arcades et en fleur de lys, etc. Là encore, l’ingéniosité du constructeur varie à l’infini dans les limites offertes par la géométrie. Que cette illustration des façades ne soit pas seulement un simple décor, un simple goût de luxe, qu’elle ait un sens plus ou moins ésotérique, n’est pas impossible ; mais dans ce domaine où la magie originelle a pu singulièrement évoluer pour ne plus signifier que de vagues symboles, nous ne saurions pénétrer sans une longue préparation.

Les shubbâk-s (fig. 2, 3 et 4)

34Une des curiosités des façades de Sanaa réside dans ces sortes de placards saillants sur la rue, maçonnés de briques, parfois supportés par des consoles de briques et découpés en arcs rectilignes. Les briques ne sont pas accolées, du moins dans l’espace circonscrit par l’arc. Elles sont disposées de telle sorte que l’air et la lumière pénètrent et que l’on puisse regarder de l’intérieur. Leur partie inférieure, généralement faite de rondins de bois savamment espacés, permet d’observer tout le mur et notamment d’identifier la personne qui frappe au heurtoir du rez-de-chaussée. En général, ces shubbâk-s se trouvent donc dans l’axe de l’entrée. S’il y en a sur plusieurs étages, ils sont décalés pour permettre toujours la vision du seuil. Le visiteur agréé, on envoie un enfant tirer le loquet intérieur ou bien on utilise un stratagème ingénieux de cordons commandés de l’étage.

Fig. 4. – Sanaa : décors de façade, shubbâk-s et qamarî-s.

Les kushk-s (également appelés shubbâk-s)

35Plus rares, mais plus décoratifs, sont les moucharabiehs ou kushk-s qui, apparemment, sont un héritage des Ottomans. Entièrement en bois toujours très finement ouvré de perles et de pirouettes ou de motifs découpés, ils diffèrent des shubbâk-s maçonnés en ce sens qu’ils constituent une véritable cellule d’habitat protégé au-dessus de la rue. Les femmes peuvent s’y tenir, surtout l’été, pour y jouir, sans être vues, du spectacle de la rue et de la fraîcheur de la brise.

Les conduits d’évacuation

36Sur les façades donnant sur la rue, il n’est pas rare de trouver des sortes de larges canaux en forme de niches à fond plat descendant des étages supérieurs jusqu’à un exutoire au niveau de la rue. Ils servaient à l’évacuation des eaux usées et principalement aux excréments des latrines qui séchaient rapidement au soleil avant d’atteindre la fosse où elles étaient recueillies par les chauffeurs de hammâms. Le progrès (?) les a dotés, de nos jours, d’affreux tuyaux de zinc acheminant plus rapidement les déchets organiques, qui n’ont plus le temps de sécher, jusqu’à la fosse nauséabonde ; les chauffeurs des bains publics ont renoncé à les vider. Il n’est pas besoin de dire combien ces conduits modernes sont inesthétiques.

37D’autres exutoires des eaux usées, et principalement celles des terrasses, avancent dans la rue sous la forme de canaux de bois, sortes de fines gargouilles qui, au moment le plus inattendu, déversent sur la tête des passants des filets d’eau dont ils se passeraient volontiers.

Les terrasses

38Généralement elles sont bordées de murettes de briques ajourées formant souvent des arcades à demi obstruées par des briques espacées les unes des autres. La terrasse est le domaine des femmes qui ont cent raisons de grimper jusque là : lessive à faire ou à étendre au soleil, pots de fleurs à arroser, cuisine à préparer ou, simplement, courts instants de repos où l’on peut jouir en toute liberté de la vue magnifique sur la ville et sur ses environs et, au besoin, papoter avec quelque voisine.

Les pièces d’habitation

39Nous l’avons déjà dit sommairement, à chaque étage, on trouve un dégagement ou vestibule interne assez vaste qui dessert une grande pièce, puis une ou deux chambres, enfin une salle d’eau W.C. plus ou moins bien équipée.

40L’ameublement est pratiquement inexistant. Dans les grandes salles de réception, dîwân-s ou mufraj-s (fig. 5), la plupart du temps très éclairées, on ne trouve guère autre chose que des nattes ou des tapis. Des matelas étroits et bas, sarîr, font le tour de la pièce. Ils sont recouverts de tissus et de coussins polychromes, usâda. Aux murs sont des tentures, hittî, de couleur unie ou décorées, qui dissimulent la nudité des parois et qui les protègent de la saleté.

Fig. 5. – Sanaa : mufraj-s.

41Au centre, sur une natte ou sur un tapis, quelques tables basses supportent parfois un grand plateau de cuivre, un haut narguilé, un encensoir, et, assez souvent, un poste de télévision.

42De plus en plus, les salles d’eau sont équipées de douches ou de baignoires, ainsi que de chauffe-eau électriques. Les W.C. sont « à la turque ».

43Les petites pièces (amkina) sont réservées aux enfants, les adultes couchant dans la grande pièce commune (dîwân).

Les mufraj-s (fig. 5)

44Une des curiosités majeures de l’architecture domestique à Sanaa consiste dans ces vastes salles de réception juchées au sommet des immeubles, très largement éclairées par de vastes fenêtres sur trois côtés. Parfois, il s’agit de portes-fenêtres qui donnent accès à la terrasse. De là-haut, on jouit d’une admirable vue tout en savourant (les après-midi) le qât en compagnie d’amis, le tuyau du narguilé passant de bouche en bouche. On y boit aussi du thé brûlant ou un savoureux qishr, une espèce de décoction de gousses de café aromatisée au gingembre.

45Il semble que ces constructions étaient autrefois réservées uniquement à la classe riche et oisive des sayyids. Mais les temps modernes, où une classe de fonctionnaires ou de commerçants constitue une sorte de bourgeoisie inoccupée les après-midi, ont amené une certaine démocratisation qui a multiplié les mufrajs.

Les cuisines

46Nous avons dit qu’en général elles se trouvaient au sommet des maisons, voire sur la terrasse, ceci pour préserver les pièces d’habitation des fumées et des odeurs, mais cette disposition, là encore, peut varier, surtout si plusieurs ménages (naturellement apparentés étroitement) cohabitent dans l’immeuble. Il n’est pas rare, de nos jours, de trouver des cuisines à l’étage, évolution que facilite l’emploi de plus en plus répandu d’appareils ménagers modernes. Ceci évite une trop grande promiscuité et, sans doute moins de déplacements aux ménagères qui, cependant, semblent parfois regretter leurs « perchoirs » voisins de la terrasse où elles pouvaient se retrouver et bavarder tout en surveillant la cuisson des aliments.

47A l’extérieur, ces cuisines se distinguent par les trous de fumées disposés en quinconces, noircis par un emploi fréquent. Ces trous noirs défoncent une des façades latérales et se trouvent assez dissimulés aux regards des passants de la rue. Ils peuvent se confondre avec des trous de même forme qui éclairent la cage d’escalier et qui, eux, se trouvent aussi bien en façade le cas échéant.

Les escaliers

48Ils sont toujours faits de marches de pierre, souvent d’un seul bloc. Tournant autour d’un pilier carré, ils sont à volées droites de quatre à six marches, entrecoupées, aux angles, de paliers permettant de souffler. Ces paliers sont éclairés soit par les trous évoqués ci-dessus, soit par des ouvertures plus grandes parfois garnies de vitraux colorés.

Fig. 6. – Sanaa : marteaux de portes, serrures, cloutage.

Autres communs

49A Sanaa, certaines maisons possèdent des caves. Je n’ai pas eu l’occasion d’en visiter, mais ces sirdâb existent. Il n’est pas rare de trouver des jardinets, voire des jardins attenants aux maisons de la ville. Ces espaces, mieux cultivés autrefois qu’aujourd’hui, disposent de grands puits à traction animale qui déver-saient, voici peu d’années encore, l’eau des dalw (seaux de cuir) dans des rigoles ou dans un bassin. Ces puits maçonnés se composent de deux murs parallèles qui se dressent en gradins jusqu’à la partie où est fixé le treuil ou l’axe de la poulie. Un long plan incliné, creusé en terre, permettait le va-et-vient de l’animal.

L’ancien quartier juif de Sanaa

  • 8 Après le départ massif des juifs (dit « opération du tapis volant »), ce quartier a été récupéré pa (...)

50On ne peut évoquer l’architecture domestique de Sanaa sans parler de l’ancien quartier juif où les maisons différaient très sensiblement de celles des quartiers arabes8.

51La communauté juive (une des plus anciennes au Yémen) était, comme un peu partout en terre d’Islâm, soumise à quelques contraintes.

521° Elle devait se concentrer dans un espace bien défini, assez éloigné des quartiers musulmans (ce qui n’excluait pas la possession de magasins ou boutiques en ville arabe).

532° Elle devait se soumettre à des prescriptions spéciales dont certaines concernaient l’habitat. Interdits les immeubles à étages multiples, interdits les hauts mufraj-s, interdits les matériaux nobles tels que pierre taillée ou briques cuites avec les décors qu’on en peut tirer.

54De ce fait, presque toutes les maisons de ce quartier sont bâties en briques crues dissimulées sous un épais enduit de terre mêlée à de la paille. Il arrive cependant que des moellons de pierre constituent la partie inférieure, mais ils disparaissent sous l’enduit uniforme. Les façades sobres sont loin d’être sans intérêt avec leurs fenêtres étroites à volets de bois que surmontent des ouvertures carrées ou arrondies en oculi garnies d’albâtre. Rarement ces ouvertures s’embellissent de claustra de plâtre et encore plus rarement de bandeaux décoratifs géométriques en chevrons, mais il arrive qu’une frise d’arcades bordant une petite terrasse-cour agrémente l’extérieur.

55La porte d’entrée qui donne directement sur la rue étant franchie, on pénètre dans un harr ouvrant sur une écurie et sur une ou des pièces-réserves ; au fond, un jardinet bien enclos où s’ébattent quelques volailles apparaît à travers une porte ouverte. L’escalier débouche à droite et conduit d’abord à un faux étage appelé le sahel où se trouve un puits. Plus haut, on atteint la terrasse cimentée desservant, à droite, une grande pièce surélevée qui sert aux réceptions ; c’est un mufraj auquel on accède par trois marches. Attenant à cette construction, au-dessus du sahel se trouvent la cuisine assez semblable à celles de la ville arabe, avec sa hotte, son long fourneau maçonné et ses ustensiles en fer-blanc. Sur le côté gauche de la cour appelée hâwî, quatre portes ouvrent sur un dîwân de vastes dimensions, éclairé par cinq fenêtres. On y trouve un grand placard, khizâna, ainsi qu’une banquette de pierre, daqqa, qui occupe un des petits côtés et qui sert de lit. Au sol, de grands tapis polychromes, farsh, des tentures multicolores aux murs et, sur la daqqa, des coussins usâda. Au centre de la pièce un grand plateau de cuivre, mi’shara.

56La chambre suivante, à côté de la précédente, s’ouvre également sur le hâwî ; elle servait autrefois de kanîsa ou chapelle-synagogue privée, mais c’était aussi un salon de réception dans le cours de la journée ; les claustra sur la rue et celles des niches placards qui défoncent les murs sont ornées du sceau de Salomon. La kanîsa, actuellement, est devenue un salon à multiples usages : salle de réunion le jour, salle à manger à l’heure des repas, chambre à coucher la nuit. Elle est donc meublée à peu près comme la pièce précédente ; une porte, sur le mur de droite, conduit à d’autres pièces, tandis que, entre les deux salons principaux donnant sur la cour, une ouverture basse conduit à une salle d’eau en contrebas, c’est le mustarâh.

57Toutes les portes sont peintes en bleu et surmontées d’un réseau d’ouvertures en losange. Elles sont à deux battants et sont cloutées, leur cache-joint central est sculpté. A droite de la terrasse, sur le rebord du beau balcon ajouré en arcades, des pots de fleurs s’alignent, il s’agit surtout de plantes aromatiques : basilic, mais aussi d’arbustes divers et de géraniums.

58A n’en pas douter, nous avons là une maison assez riche, les autres étant en général plus modestes, mais elle donne une idée certainement exacte des dispositifs de l’habitat juif.

59Actuellement, beaucoup de ces demeures font l’objet de restaurations qui en dénaturent le style. On introduit des vitraux, on surélève pour construire un mufraj ou bien, pire, on démolit carrément l’édifice (s’il ne s’écroule pas de lui-même) et on le remplace par une belle maison de pierre taillée et de briques cuites. Il est à craindre que, dans quelques décades, ce quartier aura pratiquement disparu et aura fait place à des maisons modernes plus luxueuses et plus confortables.

L’évolution de la construction à Sanaa

60Il est de fait que l’on construit beaucoup à Sanaa, surtout dans les abords immédiats de la capitale. Certes, on peut noter une évolution sérieuse des techniques qui font de moins en moins appel aux immeubles en hauteur dépassant trois étages, mais on reste fidèle, jusqu’ici, au matériau noble, la pierre de mieux en mieux taillée et appareillée et dont on tire des effets décoratifs en jouant avec les divers coloris naturels. On reste également très attaché aux ‘aqd-s qui surmontent de grandes fenêtres largement ouvertes sur l’extérieur. On utilise un matériau nouveau qui fait fureur pour les portes d’entrée ou les portails de magasins, c’est le fer forgé plaqué sur d’épaisses tôles. On en tire des dessins les plus divers, y compris des personnages, le tout rehaussé de peintures vives : vert clair, rouge, blanc et bleu.

61Des immeubles administratifs modernes, banques, postes, ministères, donnent le ton, de même que l’aérodrome civil qui ne manque pas d’allure, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, et où l’on a largement fait appel au talent des fabricants de vitraux.

62Le béton n’a, jusqu’ici, fait qu’une timide apparition. On l’emploie surtout dans de grands édifices pour constituer la cage-ossature qui renforcera la tenue des murs de pierres. Les quelques notes discordantes que l’on doit à ce matériau, si envahissant ailleurs, se rencontrent surtout à proximité de la place centrale, le Maydân al-tahrîr et le long de la grande artère (boulevard al-Mughnî). Espérons que le triste exemple de Hudayda suffira à dissuader les bâtisseurs de demain et à les persuader qu’ils possèdent, à leur portée, les plus beaux matériaux souhaités : grès colorés, basaltes, laves et qu’ils n’oublieront pas l’art de tirer de la brique les plus beaux effets.

Les autres villages de la montagne1

  • 1 Pour les situer, voir la carte de la République Arabe du Yémen, p. 7.

63Si nous nous sommes assez largement étendus sur l’architecture domestique de la capitale, c’est que nous allons trouver ailleurs des similitudes qui nous éviteront des redites et qui nous dispenseront de longs développements.

64Ces similitudes peuvent d’ailleurs se résumer en quelques notes : partout où la pierre abonde, elle constitue l’élément essentiel de la construction. Les maisons sont à étages multiples, parfois d’une hauteur impressionnante, même sur les pitons les plus escarpés tel Hajjar, à l’ouest de Shahâra au nord de la capitale. Partout, nous trouvons le harr ou rez-de-chaussée réservé aux animaux domestiques et aux pièces servant de magasins. Partout on trouve des étages d’habitation à partir d’une hauteur assez considérable (6 à 7 mètres). Partout, naturellement, nous trouvons des terrasses pas mieux construites qu’à Sanaa. Partout ou presque, nous pouvons noter l’emploi de vitraux polychromes qui remplacent les anciennes ouvertures rondes à albâtre ; partout enfin, on peut rencontrer de grandes salles communes où l’on aime recevoir des amis ou des parents, mais les mufraj-s supérieurs dominant tout le village n’existent que rarement. Par contre, on peut voir de nombreux shubbâk-s, à défaut de kushk-s pratiquement inconnus.

  • 9 On pourrait s’étonner, en effet, de ne pas trouver ici la mention de centres aussi impressionnants (...)

65Pour des raisons que l’on pourra comprendre sans doute aisément, nous limiterons notre enquête à quelques cités de montagne choisies au nord, à l’ouest et au sud de la capitale. Plus précisément, nous nous en tiendrons aux villages de Thulâ’, de Manâkha, de Ibb et de Jibla, ce choix arbitraire pouvant, nous en avons conscience, soulever bien des objections9.

Planche III. – Thulâ’, vue générale.

Thulâ’ (planches III et IV)

66A quelque soixante kilomètres au nord-ouest de Sanaa sans quitter la montagne, après avoir côtoyé ou surplombé de nombreux villages admirables au hasard de la route sinueuse, on atteint une barre montagneuse au pied de laquelle se blottit le village de Shibâm et au sommet de laquelle se découpe le village de Kawkabân. A droite, un rocher énorme dressé sur la haute plaine semble protéger la petite cité de Thulâ’. Sur tous les mamelons, entre Shibâm et Thulâ’, des villages plus ou moins importants dressent la haute silhouette de leurs maisons de pierre.

67Thulâ’ a une histoire bien sûr, mais il semble qu’aux yeux des habitants, celle-ci commence avec la fortune politique du président Ibrâhîm al-Hamdî, tragiquement assassiné en 1977. Le souvenir de celui qui avait tant espéré pour son pays est partout : voici sa maison, très humble, celle de ses frères, voici ses enfants et là-haut, au plus haut du rocher, comme un défi au destin, l’orgueilleuse tour et son mufraj battu par les vents, où l’homme venait méditer sur l’avenir de sa petite nation menacée de toutes parts.

68L’arrivée sur Thulâ’ est saisissante. La ville, encore entourée de remparts, étage ses hautes demeures de pierre sur l’escarpement d’une vaste dépression (ou d’un effondrement) qui a découpé toute la vallée d’une falaise abrupte formant un immense cirque. Dominant l’ensemble des maisons, se dresse presqu’à la verticale l’imposant et massif piton rocheux qui culmine à quelque 3 000 m, le village se trouvant à une cote voisine de 2 700 m.

69Bien sûr, ce qu’il convient de faire au plus tôt en arrivant à Thulâ’, c’est d’escalader le rocher par un chemin étroit et escarpé à travers les rochers, épreuve redoutable, mais nécessaire si l’on veut avoir une vue globale de la ville. Elle s’étale au détour du sentier entre deux masses rocheuses qui la découpent ; elle apparaît enfin, lorsqu’on atteint le sommet, dans toute sa splendeur. Les ombres mauves du jour naissant glissent entre les terrasses à multiples décrochements, le soleil frappant les façades roses, fouillant l’ombre bleutée des rues, découpant des figures étranges, cernant des volumes juxtaposés ou isolés les uns des autres dressés à des hauteurs des plus diverses.

70Au-delà du village s’étendent les cultures en terrasse dans la plaine défoncée par d’importants accidents géographiques, laissant en place quelques mamelons où l’on aperçoit de nombreux villages se confondant avec le sol : Surm, Habâba, Rûna, Watar, Bayt Bahr, etc.. et, au fond, la barre rocheuse que découpent les hautes bâtisses de Kawkabân. A l’arrière-plan, quelques massifs pyramidaux, puis, à l’horizon, l’énorme masse du Jabal an-Nabî Shu’ayb, point culminant de la péninsule Arabique (3 770 m).

71La silhouette des habitations offre ici des caractères originaux, parfois surprenants. Il n’est pas rare de trouver, en effet, des façades étranges divisées en deux sortes de tours carrées que relient entre elles des balcons défoncés de niches aveugles ; la forme générale, le décor d’une richesse peu commune suggèrent l’idée de quelque basilique médiévale miraculeusement transportée en ce lieu. Toute la partie inférieure, qui peut compter parfois plus de huit mètres de hauteur, n’est percée que de rares ouvertures, le plus souvent étroites et hautes : c’est le harr bien connu qui contient à mi-hauteur des magasins-réserves, voire un appartement secondaire éclairé par une fenêtre que surmonte un ‘aqd étiré en hauteur. Le plancher de l’étage est souligné extérieurement par une ligne en dents d’engrenage. L’étage proprement dit, celui réellement habité par la famille, est largement éclairé par des doubles fenêtres à volets de bois que surmonte un seul grand arc défoncé d’oculi et de trous en forme de pétales (fig. 7). Nulle part ailleurs au Yémen on ne peut trouver d’ouvertures semblables. Au centre, c’est-à-dire entre ces ouvertures jumelées, un triptyque se compose de deux fenêtres à volets de bois surmontées de ‘aqd étroits et hauts, séparées par une niche aveugle.

Planche IV. – Thulâ’, maisons de pierre.

72Le niveau de l’étage suivant est, ici, souligné par une double rangée à dents d’engrenage. La façade se défonce de six grandes fenêtres inscrites dans de hautes niches à fond plat. Ces six ouvertures à volets de bois sont coiffées d’arcs défoncés de niches aveugles, garnies de plaques d’albâtre ou qu’éclairent des vitraux. Le constructeur semble s’être efforcé de varier le décor de chaque fenêtre. Elles éclairent un immense mufraj ou, parfois, deux mufraj-s accolés. Une dernière ligne à dents d’engrenage annonce le dernier étage, celui où se dressent les deux corps de bâtiment formant des tours carrées reliées par des arcades ainsi que nous l’avons déjà dit. Chaque façade de ces deux corps de bâtiment séparés est percée de fenêtres à ‘aqd et de décors losangés verticaux.

73Il ne s’agit pas là d’un thème unique répété continuellement. Il ne serait pas faux de dire que chaque maison a ses caractères propres et qu’elle utilise à sa façon les techniques connues, les formes traditionnelles de décor, par le jeu de combinaisons originales qui font le charme de la ville. Voici une façade à décors losangés verticaux et à fenêtres surmontées d’arcs à triple voussure en creux comme l’on pourrait en voir à Palerme à la période arabo-normande. En voici d’autres avec loggias et balcons. Plus loin, les ouvertures sont des œils-de-bœuf superposés inscrits dans de hautes niches verticales à fond plat, et là, en plein centre de la façade, une énorme rosace digne de nos cathédrales... ! (fig. 9) Chaque quartier, chaque rue, réservent une surprise.

74Dès l’entrée, au fond de la place, l’orgueilleux fondouk qui, dit-on, fut un des palais de l’imâm Yahyâ au début de ce siècle, rappelle davantage l’architecture de la capitale bien qu’il en diffère, notamment par les matériaux d’où la brique est exclue comme partout d’ailleurs à Thulâ’. Les décors, et notamment les frises à chevrons, sont obtenus par effet de pierres savamment taillées et fort bien appareillées en relief. De grandes ouvertures dans la façade principale avec balcons et shubbâk-s sont également originales, mais le mufraj supérieur que l’on doit à l’imâm Yahyâ semble directement importé de Sanaa. Deux autres beaux mufraj-s ou diwân-s se trouvent à l’intérieur de ce bel édifice. Quant aux cuisines, on les rencontre au second niveau d’habitation. Actuellement il y en a deux, l’une ancienne, équipée, selon la tradition, d’une hotte recouvrant un vaste fourneau maçonné ouvert en haut de grands trous ronds, les tannûr-s. Le matériel ancien, grands chaudrons, casseroles, jarres est toujours là, Mais l’autre cuisine, qui seule fonctionne actuellement, est équipée d’une cuisinière à gaz butane et d’ustensiles modernes. Dans l’ancienne cuisine, la hotte se prolonge d’un conduit de fumée passant à travers le mur de la façade ouest et montant verticalement jusqu’à hauteur de la terrasse ; un peu avant d’atteindre ce niveau, le mur est percé de trous en quinconces qui évacuent les fumées vers l’extérieur. Il n’y a donc pas de cheminée sur la terrasse.

75Entre ces deux cuisines, on trouve le bayt al-mâ’ ou hammâm dans lequel on peut voir une baignoire maçonnée, une douche et les W.C.

Fig. 7. – Thulâ’ : décors de façade.

76Au rez-de-chaussée, une immense écurie large de 3,50 m et longue de plus de 12 m est admirablement voûtée d’une série d’arcs de plein cintre parallèles supportant de grandes dalles qui constituent le plafond.

77Bien qu’antérieur au règne de Yahyâ, le fondouk n’est pas la plus ancienne maison de Thulâ’. Une importante demeure au nord de la ville, à proximité d’un grand bassin et de la porte dite bâb al-miyâh, est donnée comme la doyenne du village. On va jusqu’à prétendre qu’elle a plus de mille ans !... On ne saurait accueillir une telle affirmation sans beaucoup de circonspection. Quoi qu’il en soit, cette énorme bâtisse carrée aux grands murs de pierre n’est agrémentée que par un très sobre décor : quelques frises à dents d’engrenage, une frise en zigzag, des ouvertures étroites sauf sur un côté où, manifestement, on a dû modifier le thème original.

78On entre par le côté ouest que précède un petit jardin. Un beau dahlîz à grands arcs transversaux conduit, au fond, à l’escalier, et, sur les côtés, aux étables ou écuries. Les marches de l’escalier sont de belles dalles monolithes. Les murs qui le bordent sont revêtus de cimaises en ciment compact rouge veiné, sculpté de rainures ou, par endroits, de figures (épées entre autres). On passe deux étages d’habitation pour atteindre la terrasse supérieure cimentée où l’on remarque quatre cuisines disposées aux quatre points cardinaux, occupées par quelques femmes ou jeunes filles. Ces cuisines, noires de fumée malgré les hottes ou les trous d’évacuation pratiqués à travers le mur de façade, sont encore équipées à la mode ancienne : larges et longues hottes qui surplombent de grands fourneaux maçonnés avec les tannûr-s et les ustensiles qui s’y adaptent.

79Quatre ménages (certainement très apparentés) occupent l’immeuble mais cela représente, nous affirme-t-on, enfants compris, près de cinquante personnes (chiffre non contrôlé).

80L’originalité (jamais rencontrée ailleurs) réside dans l’existence, au centre de la terrasse, d’une sorte de margelle sur plan carré, d’environ 3 X 3 m, protégeant un trou qui plonge jusqu’au sol. On ne peut parler de patio car, apparemment, on n’utilise pas cet espace vide bordé, sur ses côtés, à hauteur des étages, de grilles de pierre protégeant les galeries qui desservent les diverses pièces. C’est un puits de lumière et d’aération.

81En descendant d’un étage, on trouve deux mufraj-s accolés l’un au bout de l’autre le long de la paroi ouest du bâtiment. L’un, celui du sud, est éclairé par de nombreuses fenêtres surmontées de vitraux (‘aqd), le second ayant, par contre, conservé tous ses trous ronds à albâtre et ses ouvertures anciennes. L’un et l’autre sont meublés de tapis et de coussins et ont chacun leur narguilé. Il est clair (et ceci nous a été confirmé) que ces deux pièces de réunion n’en faisaient qu’une seule primitivement ; elle comptait alors plus de 20 mètres de long sur une largeur de 3,50 m.

82Les portes d’accès, massives, sont très richement sculptées. Au centre des panneaux épais s’étale l’étoile de David ; ailleurs, le décor utilise des éléments géométriques et floraux. On nous dit que c’était là le travail des artisans juifs d’autrefois.

83Nous redescendons par un second escalier plus étroit que le premier pour sortir à travers un second harr, sur la façade est de la maison. Le dahlîz, comme le précédent, est traversé par de grands arcs et la porte, sur la rue, est cloutée avec un beau marteau au centre.

Fig. 8. – Thulâ’ : façade de maison.

84Doit-on voir dans cet édifice ancien le type même de la construction traditionnelle ? Rien n’est moins sûr tant il semble qu’on ait affaire à une demeure particulièrement riche, celle à n’en pas douter d’un notable, propriétaire terrien, dont l’opulence affichée était sans doute exceptionnelle. Il n’en reste pas moins que cet immeuble revêt une importance capitale pour l’étude de l’architecture domestique traditionnelle à Thulâ’.

85L’introduction de vitraux colorés, à Thulâ’, ne semble pas antérieure au début du xxe siècle. Il n’est pas impossible que cette mode ait pénétré à Thulâ’ au moment où l’imâm Yahyâ restaurait l’actuel fondouk. Quelques artisans spécialisés sont installés dans le village et hors de l’enceinte. Ils exécutent des ‘aqd et autres shaqûs (étroites fenêtres à claustra de verres colorés) exactement dans les mêmes conditions qu’à Sanaa. Peut-être ont-ils appris leur métier dans la capitale ?

86Nous avons dit combien le président Ibrâhîm al-Hamdî aimait son village natal. On lui doit un hôpital moderne fort bien construit par les maçons du lieu, ainsi que de nombreuses plantations d’arbres. Sans doute aussi est-il à l’origine des constructions extra-muros : écoles, magasins, boutiques modernes qui, sans copier servilement les techniques traditionnelles, sont restées fidèles à la pierre locale. Ces constructions qui ne s’élèvent pas en étages, ne gênent en rien le panorama de la ville. Espérons que cette sagesse se perpétuera encore longtemps. Comme dans la capitale, on est friand ici de ces grandes portes de fer ornées de dessins en fer forgé et recouvertes de peintures vives.

87Tous les villages environnants, et surtout Shibâm que surplombe Kawkabân, mériteraient qu’on s’y arrête quelque peu, mais il ne nous a pas semblé que, sur le plan de notre enquête, ils présentent un intérêt supérieur à celui de Thulâ’.

Manâkha et sa région (pl. V)10.

  • 10 Cf. Gerholm (bibliographie).

88Lorsqu’on se rend de Sanaa à Hudayda par la « route chinoise », on traverse des zones montagneuses et on escalade, puis on dévale, un col impressionnant aux vallées grandioses peuplées de petits villages pittoresques, mais rien ne peut égaler la vallée dantesque de Manâkha avec ses aiguilles, ses pitons, ses précipices sillonnés de terrasses concentriques savamment étagées, porteuses de riches cultures, café (qui recule devant l’invasion du qât), dhura (sorgho), seigle, haricots, lentilles, sésame, luzerne, oignons, fèves, pommes de terre qui, d’étages en étages, de paliers en paliers montent à l’assaut de la montagne ou plongent au plus profond des ravins. Des villages ? On les découvre peu à peu, accrochés à quelque plateau ou juchés au plus haut des pics dans des positions invraisemblables de hardiesse. Hajjara, au plus haut d’une falaise à pic, paraît ne plus appartenir au domaine terrestre avec ses maisons qui découpent le ciel, ancrées au rocher, au-dessus des brumes, comme un défi à la pesanteur ; malheureusement, Hajjara n’offre pas à ses visiteurs audacieux les charmes de Manâkha et, lorsque après une ascension par un chemin difficile, souvent impraticable lorsqu’il pleut, on atteint ce nid d’aigle, on n’y trouve rien qui ne soit déjà connu ailleurs.

89A Manâkha, comme à Thulâ’, nous retrouvons une belle architecture de pierre, mais ici les effets décoratifs se résument le plus souvent à des badigeons de plâtre sur le sombre des façades (basaltes ou grès verts locaux). Cependant, quelques maisons portent des décors en relief : frises en zigzag, entrelacs losangés obtenus par appareillage de pierres taillées. Les ouvertures des étages habités sont généralement étroites : fenêtres rectangulaires à volets de bois que surmonte une arcade allongée en hauteur et obstruée de plaques d’albâtre ; mais, ici également, on note l’apparition de vitraux de couleur, plus discrets qu’à Sanaa ou qu’à Thulâ’, et l’emploi d’auvents de bois protégeant les fenêtres. En général, on compte trois étages d’habitation au-dessus du harr toujours très élevé.

Fig. 9. – Thulâ’ : façade de maison.

90Quelques maisons moins anciennes s’ouvrent un peu plus largement par de grandes fenêtres surmontées de ‘aqd-s qui éclairent un mufraj juché au sommet ou à mi-hauteur. Les cuisines se trouvent le plus souvent à hauteur des terrasses. Ces maisons étagées sur les diverses courbes de niveau épousent la forme de ces paliers antiques, c’est dire que les façades sont diversement orientées, désordre qui n’est pas le moindre charme du lieu.

91Juste en face du village, comme un décor de théâtre, se découpe sur le fond bleuté des montagnes lointaines, au-delà de la grande vallée embrumée, un hameau aux demeures espacées, juchées à la limite d’une large terrasse arrondie en cirque.

92Le fondouk de Manâkha est une belle maison traditionnelle assez semblable à celles que l’on peut voir dans la cité. On y accède par un court chemin pierreux difficile, zigzagant au flanc d’une terrasse. La porte franchie, on se trouve dans une petite cour à droite de laquelle une pièce largement ouverte sert de cuisine. A gauche s’ouvre l’escalier de pierre. Pas de dahlîz ni d’étables. On peut supposer que l’aménagement en fondouk de la maison a amené la suppression de ces annexes inutiles. Il faut monter assez haut pour atteindre un vaste dîwân largement éclairé sur trois de ses côtés par de grandes fenêtres surmontées de ‘aqd-s à vitraux polychromes. En ce lieu, les après-midi, se réunissent, couchés sur des matelas recouverts de tentures multicolores, les amateurs de qât, fumeurs de narguilé et buveurs de thé, friands d’histoires. Un poste de radio diffuse les nouvelles et surtout de la musique. Des fenêtres, la vue sur la montagne est extraordinaire. Sur le même palier se trouvent une chambre et un bayt al-mâ’. L’étage supérieur n’est occupé que par trois chambres bien éclairées par des fenêtres à vitraux (‘aqd) uniquement meublées de matelas-mousse et de couvertures, des tapis isolant du sol. Les murs sont défoncés de placards béants.

93Certaines autres maisons, apparemment plus récentes, disposent de deux mufraj-s, voire de plus. Ces demeures cossues sont en pierres fort bien taillées, jouant admirablement avec la couleur naturelle, et appareillées avec soin, le joint n’apparaissant pratiquement pas.

94A proximité du souk aux étroites rues tortueuses si pittoresques, les maisons ne comptent guère plus d’un étage éclairé de fenêtres surmontées d’ouvertures arquées garnies d’albâtre. Le harr fait place, ici, à des magasins aux portes de bois.

95Quelques bâtiments publics récents conservent fort heureusement la belle architecture de pierre où le vert et le rouge de certaines pierres forment des frises sur le fond ocré des murs. Ces grandes bâtisses modernes ont la sagesse de ne pas se dresser en hauteur, préservant ainsi le panaroma de la cité.

Planche V. – Manâkha

La montagne au sud de Sanaa

96La « route allemande » qui relie Sanaa à Ta’izz, en traversant ou en empruntant la dorsale montagneuse du nord au sud, offre également des paysages grandioses, notamment au passage des cols de Yaslah et, surtout, de Sumâra (2 771 m). Il faudrait s’arrêter à Ma’bar et visiter ses fermes fortifiées en terre, hauts troncs de pyramides aux terrasses crénelées ; il faudrait s’arrêter à Dhamâr (fig. 10) et voir sa belle architecture de pierre menacée par les constructions modernes... Nous sauterons cependant jusqu’à Ibb et Jibla après la longue traversée du col de Sumâra.

Fig. 10. – Dhamâr : fenêtres.

97L’ancienne ville ne se révèle pas d’emblée et l’on pourrait fort bien l’ignorer de la route qui traverse des quartiers modernes très décevants. Il faut quitter cet axe et, par des chemins tortueux, monter à gauche sur les flancs de la montagne, puis redescendre légèrement pour découvrir les restes des anciens remparts et, derrière ces grands murs, les hautes demeures, vestiges d’une époque en voie de disparition (pl. VI et fig. 11).

98Ici encore, c’est la pierre qui constitue l’élément unique de la construction, une pierre sombre, un basalte ou une lave, mais aussi une pierre rouge, des grès aux teintes presque irréelles, que recouvrent parfois fâcheusement des badigeons de plâtre.

99Le décor se résume à des frises de denticules ou à des dents d’engrenage qui marquent la limite des étages.

Planche VI. – Ibb.

Fig. 11. – Ibb : une rue.

100Ce qui frappe au premier abord, c’est la dimension des fenêtres, en général assez proches de celles des demeures occidentales, avec volets de bois ouverts. Des auvents en bois les protègent, mais ces ouvertures sont relativement peu nombreuses. Elles sont toujours surmontées d’arcs formant niches à fond plat que défoncent, soit un œil-de-bœuf, soit deux superposés, soit, enfin trois disposés en triangle (fig. 11) ; mais tout le reste des façades s’éclaire de niches du même genre, qui ne surmontent aucune fenêtre.

101Derrière la porte du sud aux grosses tours rondes s’étagent ainsi de hautes maisons de pierres grises avec des éléments roses. Les plus élevées disposent, au sommet, d’un mufraj largement éclairé assez semblable à ceux de Sanaa. Les étages sont généralement soulignés par des frises horizontales de denticules parfois doubles.

102Dans d’autres quartiers, on peut noter, au premier étage, deux grandes fenêtres avec auvent et, au-dessus, cinq arcades en niches à fond plat défoncées d’un simple œil-de-bœuf.

103Loin d’être monotones, ces façades offrent diverses combinaisons originales, soit dans la disposition des fenêtres rarement jumelées, soit surtout, dans la forme des niches à fond plat et de leurs ouvertures. Le plus souvent, il s’agit d’arcs de plein cintre historié, comme nous l’avons dit précédemment, d’un œil-de-bœuf ou de deux, voire de trois.

104Il arrive que le dispositif ornemental constitue un véritable triptyque composé d’un grand arc en niche percé de trois oculi en triangle surmontant une fenêtre à volets de bois, flanquée de deux autres niches plus étroites à double œil-de-bœuf superposés.

105Comme partout, le harr occupe tout le rez-de-chaussée, mais il est le plus souvent constitué par un ou deux magasins ou par quelques boutiques d’artisans ou de commerçants.

106Assez souvent le bord de la terrasse supérieure est souligné par une frise à denticules simple ou double ou par un décor horizontal à dents d’engrenage.

107A l’intérieur, on trouve, comme ailleurs, des dîwân-s ainsi que des chambres desservies par un escalier de pierre avec paliers-dégagements. Les cuisines se placent la plupart du temps à l’étage supérieur.

108Malheureusement, ces belles maisons ne semblent plus représenter qu’un passé qu’on voudrait oublier. La ville moderne, le long de la route, s’est laissé séduire par le béton et par la banalité d’une architecture froide, sans identité, dépourvue de tout intérêt.

Jibla (planches VII et VIII)11

  • 11 Une importante étude a été récemment consacrée à l’architecture de Jibla. Non publiée encore, elle (...)

109Ces amères réflexions sont bien vite oubliées lorsqu’après avoir parcouru quelques kilomètres à travers une riche campagne, on découvre Jibla, blottie au flanc de la montagne qu’elle escalade au-dessus de la vallée d’une rivière charmante, bordée de grands arbres à travers lesquels on entrevoit la ville.

Planche VII. – Jibla.

Fig. 12. – Jibla : décor de façade.

110Jibla vit dans le passé, dans le souvenir de la fameuse reine ‘Arwa, une maîtresse femme, à n’en pas douter, qui, au xiie siècle exerça une autorité intelligente, bien que contestée, sur l’ensemble du Yémen. La cité a gardé pieusement sa légende et son tombeau se dresse à l’intérieur de la salle de prière de la grande mosquée, au centre de la ville. Cette dernière offre une telle variété de façades décorées qu’elle mériterait, à elle seule, une longue monographie. Ces façades s’étagent les unes au-dessus des autres dans un charmant désordre que crèvent d’étroites venelles sinueuses pour atteindre d’abord la grande mosquée d’où la vue sur les parties basses de la ville est saisissante, puis il faut aller encore plus haut pour avoir une belle vue d’ensemble du sommet de l’important fondouk. Les minarets ocrés, finement décorés de bandeaux géométriques en relief, surmontent les cubes plus ou moins élevés des maisons ; certaines de celles-ci constituent de véritables manoirs.

111Il est naturellement impossible de détailler ouvertures et décor. Disons que celui-ci se résume, sur quelques beaux édifices, en frises horizontales faites d’un alignement de carreaux de pierre disposés sur une pointe (fig. 12). Parfois, ces mêmes dispositions s’inscrivent dans de grands carrés contenant deux ou quatre carreaux qui agrémentent les surfaces nues entre les fenêtres. Celles-ci se répartissent assez diversement en groupes de deux ou de trois sur trois façades. Ce sont de grandes fenêtres protégées généralement par des auvents de bois, parfois aussi munies de grilles de bois ouvré à travers lesquelles on peut voir sans être vu. Elles sont toutes surmontées de niches arquées à fond plat que défoncent des oculi en albâtre.

112Le matériau est uniquement la pierre, un moellon bien taillé, fort bien appareillé, où domine le rose. Parfois, un badigeon de plâtre dissimule couleur et appareil.

113Quelques immeubles imposants méritent une mention spéciale ; tout d’abord, l’imposant fondouk dans la partie haute de la ville. Il compte quatre étages de chambres. En bas, le harr a fait place à une salle de restaurant et aux cuisines. On y trouve aussi, tout naturellement, les réserves de provisions.

114Les deux premiers étages s’éclairent, sur la façade principale, de groupes de deux et de trois fenêtres à auvent surmontées d’un arc-niche percé d’un œil-de-bœuf en albâtre.

115Les deux autres étages offrent des groupes de deux fenêtres de part et d’autre d’une grande baie centrale vitrée que surmonte un grand arc à oculi d’albâtre.

116A l’intérieur, à chaque étage, on trouve d’assez vastes paliers-dégagements éclairés par des œils-de-bœuf donnant accès aux chambres aux murs défoncés de niches verticales, les unes aveugles, constituant des placards, les autres, percées de fenêtres surmontées d’un œil-de-bœuf.

117Une belle maison, très décorée de frises de carreaux posés sur une pointe et de carrés à décor semblable, offre une façade fort curieuse. Au centre, c’est un grand arc en forme de niche que défonce un œil-de-bœuf surmontant deux fenêtres arquées à auvents de bois. De part et d’autre de ce motif axial, on trouve deux groupes de deux fenêtres, puis trois fenêtres à grilles de bois ajouré que surmontent de grands arcs à trois oculi disposés en triangle.

Planche VIII. – Jibla.

118Au troisième étage, ces fenêtres sont séparées par des niches aveugles décorées, le niveau étant souligné par une double frise en dents d’engrenage. Nulle part ailleurs on ne trouve, sur les terrasses, ces imposants mufraj-s si fréquents ailleurs. Quant aux cuisines, il semble qu’il n’y ait pas de règle définie concernant leur position ; on les rencontre cependant le plus souvent au dernier étage, sur les terrasses.

119Une maison, dans la partie basse de la ville, mérite une mention spéciale. Le portail d’entrée, en particulier, est en arc brisé avec un large bandeau décoré sur l’extrados. Une belle porte en bois sculpté à beau heurtoir la ferme. Au-dessus, un grand panneau sculpté (sans doute de plâtre) est percé d’oculi et d’ouvertures rectangulaires ; à droite du portail s’étale une grande étoile de Salomon. S’agit-il d’une ancienne synagogue ? Rien n’est moins sûr.

120Mais bien d’autres immeubles mériteraient d’être mentionnés ici.

121Les shubbâk-s sont fréquents, mais l’un d’eux ne manque pas d’intérêt dans le faubourg qui avoisine le pont de pierre. Il est tout en pierres disposées en carreaux et il se présente sous la forme d’une sorte d’échauguette au profil ovoïde, reposant sur trois larges consoles moulurées, en pierre également, entre lesquelles le regard peut glisser. Sur ses flancs, deux ouvertures carrées permettent à l’air et à la lumière de pénétrer (fig. 2).

Ta’izz (fig. 13 et 14)

122Dans un site grandiose que domine l’imposant Jabal Sabir, Ta’izz est une ville moderne restée cependant assez fidèle aux belles pierres roses très soigneusement taillées et fort joliment appareillées.

123Des anciens quartiers, il reste malheureusement fort peu de choses si ce n’est de rares maisons à étages multiples, défoncées de triptyques curieux : au centre, à l’intérieur d’une niche à fond plat, un grand oculi appareillé surmonte deux fenêtres jumelées, également appareillées (fig. 14). De part et d’autre de ce motif axial, deux niches en arc de plein cintre sont historiées d’un réseau losangé. Le sommet des murs est couronné d’un large bandeau également historié de réseaux losangés. Au moins l’une de ces maisons possédait, au dernier étage, un patio à ciel ouvert, mais il est impossible de savoir si cela était courant autrefois.

124Abandonnons, pour un instant, cette architecture de montagne où triomphe la pierre et, à Sanaa surtout, la brique cuite, pour voler d’un coup d’aile au nord du pays, en moyenne montagne, et découvrir une architecture étrange, en terre battue, celle de Sa’da.

Sa’da (planche IX)

125C’est la seule ville de la République Arabe du Yémen qui ignore la pierre et la brique. Ici, les hautes maisons à étages multiples ne connaissent que le pisé dont elles tirent des effets décoratifs assez sobres mais surprenants. On opère par lits successifs superposés. Le matériau est une terre ocrée parfois tirant sur la terre de Sienne, mêlée à de la paille hachée, une sorte de boue que l’on tasse. Elle est gâchée sur l’aire et des aides se passent, à la chaîne, les mottes compactes jusqu’au maître d’œuvre qui les agglutine aux précédentes et les façonne de telle sorte qu’elles forment un lit horizontal bien égalisé et bien vertical sur les côtés postérieurs et antérieurs. On abat les angles vifs et le bord extérieur horizontal. Le lit terminé, qui n’offre nulle part de solution de continuité, on passe à un second lit exécuté dans des conditions identiques, sans coffrage. Chaque lit compte de 40 à 45 cm de haut et à peu près autant d’épaisseur. Le constructeur a soin de bien marquer les lits superposés par une rainure surtout obtenue lorsqu’on abat les angles vifs sur l’extérieur ainsi qu’il a été dit. Chaque lit doit sécher un ou plusieurs jours suivant la saison avant qu’on y superpose une autre couche.

Fig. 13. – Ta’izz : décor de vieille maison.

Planche IX. – Sa’da.

126Sans doute pour rompre la monotonie de ces longues rainures horizontales, l’homme de l’art retrousse les lits vers les angles par un décalage habile.

127Au sommet, à hauteur des terrasses, des merlons en gradins blanchis au plâtre soulignent les angles et le centre des murs.

Fig. 14. – Ta’izz : décor de vieille maison.

128Il arrive que des badigeons de plâtre, voire des enduits dissimulent la construction, mais, dans l’ensemble, l’appareillage est apparent, et les habitants de Sa’da ne semblent pas le moins du monde se choquer d’exposer aux regards le matériau rustique qu’est la terre battue, bien au contraire.

129Toutes les ouvertures sont pratiquées en cours de construction.

130De nombreuses maisons se dressent en tronc de pyramide, agrémentées d’ouvertures carrées plus ou moins grandes surmontées d’arcs en albâtre et, plus rarement, d’arcs à vitraux polychromes. Ici encore, on trouve la disposition classique du harr que surmontent les pièces de réception (dîwân) ou les chambres.

131Sans qu’on puisse parler de patios, beaucoup d’immeubles disposent de terrasses-dégagements qui desservent les pièces supérieures.

132Quelques décors en relief, répétition d’un même motif, agrémentent parfois le bord d’une terrasse ou soulignent un étage. Les shubbâk-s sont des sortes de cages en treillis de baguettes de bois, les kushk-s sont pratiquement inconnus.

133Tranchant singulièrement avec cette architecture de terre, la mosquée dresse ses coupoles, dont certaines sont côtelées, et ses étranges merlons que surplombent les hauts minarets ronds.

Conclusion sur l’architecture domestique de montagne

134L’exception de Sa’da ne fait, en somme, que confirmer la règle. En montagne, on construit en dur, presque toujours en pierre et, à Sanaa, en pierre et en briques. Chose étrange, les immeubles, toujours occupés par les membres d’une même famille (ce qui peut comporter plusieurs ménages) sont hauts et à étages multiples. Dans le cas de plusieurs ménages, chacun d’eux occupe un étage, constituant ainsi une cellule autonome. Cette originalité, la République Arabe du Yémen n’est pas la seule à pouvoir s’en vanter ; on trouve des immeubles traditionnels peut-être plus élevés encore en République Démocratique et Populaire du Yémen, en particulier à Mukallâ et à Shibâm ; on en trouvait également autrefois en Arabie Saoudite, à La Mekke, à Médine, à Jedda, etc.. Mais ils se font de plus en plus rares dans ce pays assoiffé de modernisme. Cependant, sauf erreur de ma part, ces diverses architectures n’offrent pas de façades aussi richement décorées que celles de Sanaa et des villages voisins de la capitale, ou que celles des cités évoquées précédemment : Thulâ’, Ibb, Jibla, Ta’izz, Manâkha etc.

135Il est permis de se demander sur quel critère on se fonde pour opérer un rapprochement, voire postuler une filiation avec l’architecture babylonienne. Que sait-on de l’architecture domestique de Babylone ? On connaît des plans relevés au cours de fouilles, mais que se passait-il au-dessus ? Les maquettes en argile recueillies en divers endroits n’attestent nullement des édifices élevés à étages multiples.

136L’illusion ne viendrait-elle pas de récits plus ou moins légendaires concernant les migrations des peuples et surtout des essais de restitutions qui, d’ailleurs, ne concernent que des palais ou des temples très élevés et hérissés de merlons ?

137La visite des sites babyloniens et la lecture de quelques ouvrages spécialisés nous conduisent à penser que la maison babylonienne disposait d’une cour plus ou moins fermée autour de laquelle se répartissaient les pièces d’habitation. Sauf erreur, elles ne dépassaient guère la hauteur d’un étage sur rez-de-chaussée. Le site d’Assur n’offre rien de plus convaincant que les ruines de Babylone.

  • 12 Certaines stèles monolithiques d’Aksum présentent, en forme de décor, des maisons à étages multiple (...)

138Seuls, en définitive, les temples et les palais attestent des constructions massives, étagées sur des hauteurs impressionnantes. Bref, on ne peut se persuader d’une filiation Babylone-Yémen en ce qui concerne l’habitat domestique populaire. Les grands travaux de Mârib, d’époque sabéenne, les remparts de Barrakeich, ont-ils ou non subi l’influence de l’Orient antique ? Tant que ces vestiges n’auront pas été mieux étudiés, tant qu’une étude comparative n’aura pas été entreprise par des spécialistes, il paraît présomptueux de se montrer affirmatif dans un sens ou dans un autre. On a déjà pu s’apercevoir que les anciennes écritures sud-arabiques n’avaient qu’un rapport peu évident avec celles révélées par les alphabets cunéiformes de mieux en mieux connus. Serait-il absurde d’imaginer une civilisation sud-arabique originale avec ses caractères propres, peut-être marqués et influencés par des civilisations indiennes, éthiopiennes12 orientales et autres... Des emprunts certes (il n’existe pas de création spontanée), mais des emprunts assimilés, repensés, pour former des ensembles nouveaux, originaux, nourris de vieilles traditions locales actuellement inconnues.

  • 13 Nous nous bornerons à renvoyer le lecteur à l’article de O. Löfgren. Ghumdân, Encyclopédie de l’Isl (...)

139L’existence de maisons à étages multiples à la période antéislamique nous est attestée par la description bien connue du fameux palais de Ghumdân à Sanaa, dont maints auteurs musulmans médiévaux ont pu admirer encore les ruines remontant à la période himyarite13 ; sans doute cette construction prestigieuse n’était-elle que le reflet d’une architecture bien connue à l’époque.

140Un auteur persan du début du ixe siècle a assez longuement décrit la ville de Sanaa et les mœurs de ses habitants, nous ne citerons qu’un passage de sa description :

  • 14 Ibn Rusteh, Les atours précieux, traduction G. Wiet, Le Caire, 1955, pp. 122 à 127. Texte arabe, Bi (...)

141« Sanaa est une ville populeuse, pourvue d’excellents logements qui s’étagent les uns au-dessus des autres. Les maisons sont pour la plupart décorées de peintures, construites en briques et plâtre ou en pierres d’appareil. Quelques-unes ont leur fondation en briques et plâtre, mais pour le plus grand nombre, elles sont en belles pierres d’appareil. Les rez-de-chaussées sont pour certaines bâtis en briques et plâtre, pour d’autres seulement en plâtre. Les toitures sont protégées contre les pluies fréquentes par un lit de petits graviers... Dans chaque maison il y a un puits d’eau potable... »14.

142Compte-tenu de quelques affirmations quelque peu douteuses, on pourrait appliquer cette description à la ville actuelle.

143D’autres voyageurs, à des périodes plus récentes, ont donné également des descriptions assez conformes à la précédente.

144A n’en pas douter, Sanaa a des traditions millénaires qui, on peut le penser, sont celles de la montagne yéménite depuis Ta’izz jusqu’à Sa’da (si l’on s’en tient à la République Arabe du Yémen).

145Le rapprochement entre cette architecture arabe de montagne et l’architecture berbère du Haut Atlas marocain a déjà été évoqué et il est certain qu’il s’impose à ceux qui ont eu la bonne fortune de parcourir les deux pays.

  • 15 Cf. D. Jacques-Meunié. Greniers-citadelles du Maroc, publication de l’Institut des Hautes Études du (...)
  • 16 Cf. D. Jacques-Meunié, op. cit., photos 80 et 93.
  • 17 Il n’est pas fait mention ici de Fustât (xiie siècle) où, selon maints auteurs musulmans et, entre (...)

146Une architecture de pisé comme on en peut voir à Imgounn ou à Ait Sedrane, où l’on retrouve des lits apparents de pisé, ici, ayant conservé les trous de coffrage (donc technique différente de celle du Yémen), évoque sans conteste celle de Sa’da. A la Qal’a de Imgounn15 on trouve les mêmes tours en troncs de pyramide, les mêmes créneaux et merlons sur la terrasse, des façades décorées (sur des thèmes décoratifs différents) mais qui, sans doute, obéissent au même souci prophylactique. Les villages d’Agouti ou d’Aït Hadiddou ne dépareraient pas non plus les belles montagnes yéménites16. Il serait vain de tirer cependant des conclusions dans l’état actuel des recherches, c’est-à-dire tant que nous ne serons pas en possession de monographies sérieuses et tant que nous ne connaîtrons pas mieux les migrations des peuplades de l’Arabie en direction de l’Ouest. Certains groupes berbères et plus particulièrement les Sanhâja aux xie et xiie siècles se disaient d’origine himyarite (w Allâh a’lam !). Il se peut d’ailleurs que ces ressemblances ne soient que pures coïncidences. Nous venons de voir que les techniques du pisé diffèrent très sensiblement et, au Haut Atlas marocain, la construction en belle pierre taillée est pratiquement inconnue. Il reste cependant étrange qu’en deux points aussi éloignés du monde islamique on découvre des thèmes architecturaux apparemment inconnus ailleurs, notamment la construction en étages superposés. Bien souvent, en plein cœur de la montagne yéménite, on ne peut s’empêcher, en regardant ces montagnards rudes, secs, les jambes fluettes, mais infatigables marcheurs et remarquables grimpeurs, l’air farouche, d’évoquer les Berbères du Haut Atlas marocain. Parenté lointaine ? ... illusions ? ... le problème est posé17.

L’ARCHITECTURE DOMESTIQUE DE LA TIHÂMA

147Au fur et à mesure que l’on descend vers la Tihâma (la plaine littorale de la mer Rouge), l’habitat tend à diminuer en hauteur. Dans les vallées inférieures à 1 000 m d’altitude, où les cultures tropicales apparaissent (bananiers, palmiers, orangers, citronniers, etc), les maisons se réduisent souvent à un cube de pierre et ne comptent qu’un seul étage au-dessus des écuries. Bâjil, qui n’est guère à plus de 150 m au-dessus du niveau de la mer, annonce des techniques de construction nouvelles, celles des villes de la plaine côtière. A vrai dire, il reste fort peu de maisons traditionnelles dans cette cité en pleine expansion économique, mais la ville est loin d’être sans intérêt et, si nous la passons presque sous silence, c’est que ces demeures anciennes ne sont qu’un reflet de ce que nous trouverons à Zâbid et à Hays (sans doute faudrait-il mieux les analyser pour en juger définitivement).

148Comme toute généralisation implique des réserves, nous dirons que les ports de la côte, Hudayda, Mukhâ, conservent de vagues souvenirs de constructions traditionnelles à étages multiples, sans doute pas très différentes de celles de la montagne ; mais Mukhâ n’est plus que ruines et Hudayda, entièrement remodelée, n’est plus qu’une de ces villes modernes, aux immeubles de ciment armé, d’une banalité affligeante...

149Parler de l’architecture domestique de la Tihâma sans évoquer, ne serait-ce que très brièvement, les huttes et les villages de huttes si pittoresques, serait à coup sûr, donner une idée très imparfaite du pays. Carrées ou rondes, faites essentiellement de paille de dhura sur une armature de branches, elles ponctuent la plaine de leurs formes tassées. Les plus étonnantes, à n’en pas douter, sont les huttes de Zuhra, dans la partie nord de la Tihâma. Groupées en villages autour d’une mosquée construite en dur et blanchie au plâtre, elles affectent extérieurement la forme de cônes pointus, une sorte de casque de Gaulois que prolonge une tige dressée comme un paratonnerre. La paille est l’élément essentiel de la construction. Elle est maintenue en place par un habile réseau de cordages.

150Mais l’intérêt majeur de ces demeures rustiques réside à l’intérieur, où le matériau disparaît sous un épais enduit de plâtre. Sur ce fond clair, on a peint d’étranges dessins aux couleurs vives, rêves d’évasion de sédentaires ou souvenirs de pèlerinage. Au sommet, des cercles concentriques ou des figures en zigzag parallèles, entre lesquelles jouent quelques représentations figurées très réalistes : avion, bateau, hélicoptère, bouteilles thermos, automobile, camion, tracteur, narguilé, tout évoque à la fois le progrès et la tradition, l’aspiration à une vie qu’on espère plus facile, naïveté touchante parce que réelle. La guerre civile a inspiré des scènes sanglantes, visions d’horreur ou espérances d’un monde meilleur ? ...

151Plus bas, dans la cloison, accrochées à des pointes recourbées, fichées dans l’enduit, des assiettes de faïence décorées pendent au bout de ficelles. Leur nombre situe l’état d’aisance de leur propriétaire. D’où proviennent-elles ? Leur chatoiement réchauffe le cœur à la lueur vacillante d’une chandelle ou d’une lampe à gaz. Le mobilier ? ... des lits de cordes tressées tendues sur un bâti de bois supporté par quatre pieds. On s’y assied le jour, on y dort la nuit, la plupart du temps hors de la hutte, en plein air car, ici, on ne connaît jamais le froid ni même la fraîcheur. Un petit enclos indépendant à ciel ouvert, c’est la cuisine, un second, c’est ... la salle d’eau ? un troisième, plus vaste, est réservé aux animaux domestiques : vaches, moutons, chèvres, poules.

152Parfois, plusieurs huttes apparentées sont concentrées dans un seul enclos protecteur.

Bayt al-faqîh

153Voici quelques décades encore, Bayt al-Faqîh était le grand marché du café où les mandataires venaient des pays les plus éloignés apprécier la marchandise et passer commande. Des théories de mulets ou de chameaux apportaient de la montagne la précieuse marchandise en vogue en Occident depuis le xviie siècle. La petite cité n’a pas tout à fait oublié ces temps heureux, et, les jours de marché, on voit les sacs s’aligner, pleins de bunn que des acheteurs soupèsent en connaisseurs et inspectent d’un œil soupçonneux, mais le cœur n’y est plus ni l’espoir de fortunes gagnées dans un commerce qui devient de plus en plus difficile.

154Le centre administratif mis à part, l’architecture, ici, ignore la hauteur. Les maisons basses se dissimulent aux regards indiscrets derrière de hauts murs qu’agrémente pourtant une belle porte à doubles battants sculptés de motifs floraux. Un linteau de bois à décor épigraphique et un grand cadre de briques et de plâtre historié de dessins géométriques jouant avec les caractères anguleux d’une écriture stylisée surmontent ces entrées (fig. 15).

155Écriture, sculptures ne sont pas simples décors, ils constituent autant de signes prophylactiques qui assurent la tranquillité du foyer et éloignent les mauvais génies.

156Si, par chance, on est admis à franchir le seuil de la porte qui donne sur la rue, on découvre, au fond d’une petite cour, la façade d’une maison de briques cuites fort joliment décorée de beaux dessins géométriques ; au centre, la porte unique donne accès à l’intérieur par une ou deux marches. De part et d’autre de l’entrée : des fenêtres barreaudées, encadrées de dessins obtenus par effets de briques, des motifs en forme de calices reposant sur des tiges dressées ou des sortes de fleurs de lys aux pointes lancéolées se recourbant sur des volutes sans fin comme si elles voulaient saisir et étouffer l’esprit malin dont on redoute les artifices. De vieilles femmes, accroupies sur une pierre bordant l’escalier, veillent à ce que l’on n’aille pas au-delà de ce qui est permis à l’étranger inconnu. Leur accueil, d’abord très réservé, ne tarde guère à se faire très sympathique après quelques minutes de conversation.

Zabîd (planches X et XI)18

  • 18 Cf. J. Chelhod (bibliographie).

157La ville la plus attachante de la Tihâma, c’est Zabîd avec ses remparts encore assez bien conservés par endroits, avec ses îlots de verdure piqués au centre d’une des plus curieuses architectures. La vieille capitale intellectuelle, métropole shâfi’ite qui s’enorgueillit d’une longue histoire, tente de survivre à son passé et même de revivre après bien des années de décadence. Elle offre aux regards des visiteurs des cellules autonomes, généralement de hauts murs aveugles, pas assez élevés cependant pour protéger du regard les parties hautes des façades et empêcher d’admirer, de la rue ou de la place, la richesse des façades décorées. En général, la maison ne compte qu’un rez-de-chaussée, mais assez fréquemment, un corps de bâtiment se surélève d’un étage et se dresse en tronc de pyramides qui n’est pas toutefois sans évoquer les mastabas de l’Égypte antique, surtout lorsque la brique, matériau essentiel, n’est recouverte d’aucun enduit.

Fig. 15. – Bayt al-Faqîh : panneaux sculptés surmontant les portes.

158A Zabîd, c’est à qui rivalisera d’ingéniosité pour orner la façade principale de la salle de réception, celle qu’on aborde après avoir traversé la cour quelquefois plantée d’un palmier. La composition décorative procède généralement d’une répartition en triptyque ; au centre, l’entrée, large et haute, flanquée de deux fenêtres. L’encadrement rectangulaire de ces ouvertures latérales ainsi que celui de la porte se prolongent vers le haut par des niches à fond plat à voussures multiples, en arcs brisés assez voisins de ceux que l’on trouve en Égypte à la période fâtimide. Ces voussures sont magnifiées d’une superposition de lobes parfois stylisés en rayons concentriques en briques de chant. Plus haut, c’est une symphonie de petites arcades, de zigzags, de chevrons, de losanges, tous obtenus par appareillage de briques cuites.

159Ce matériau est fabriqué sur place, mais on chercherait vainement l’emplacement de fours semblables à ceux de Sanaa. Ici, paraît-il, on cuit sous un feu de branchages et de bouses de vaches les briques modelées à la main comme partout ailleurs.

160Des panneaux séparent les ouvertures des façades, celle du centre, la porte, se trouvant encadrée par des compositions superposées où l’on peut voir le sceau de Salomon ou des losanges parfois séparés par des treillis. Une frise horizontale de denticules ou de losanges alignés souligne la terrasse nue.

161Les maisons de Zabîd ont des murs très épais destinés à protéger l’intérieur contre la chaleur accablante l’été et encore passablement forte l’hiver. Pour des raisons d’aération et de ventilation, les plafonds sont hauts, les pièces relativement vastes et les baies suffisantes pour que l’air circule abondamment le soir ou le matin avant l’aube. La porte principale, la seule qui donne accès de l’extérieur vers l’intérieur, est généralement à deux battants. Celle qui donne sur la rue, la bawwâba, et qui précède la cour intérieure, se trouve rarement dans l’axe de la façade. Elle troue un mur de briques nues, sans aucun décor, soit sur un des côtés, soit dans un axe parallèle à celui de la façade mais suffisamment décalé pour qu’on ne puisse pas voir l’intérieur de la maison. Certaines de ces bawwâba-s sont surmontées d’arcs brisés à triple voussures lobées. Le plus souvent, elles ouvrent sur un corridor bordé de banquettes où le maître du logis aime à s’allonger pour fumer son narguilé.

  • 19 On pourra noter que ce vocable est celui-là même employé au Caire pour désigner les parties en suré (...)

162Le corps de bâtiment principal contient une belle pièce de séjour et, surtout, de réception, c’est le liwân19 qui compte environ 8 X 9 m. On y accède par quelques marches qui précèdent la porte d’entrée de la façade. Attenant à cette grande pièce (mais pas toujours), on trouve deux autres vastes chambres généralement réservées aux femmes et aux travaux féminins : cuisine, lessive, couture, etc. Ces pièces ouvrent sur la cour, qui elle-même fait partie intégrante de l’habitat. On y trouve, entre autres, le four à pain. Quelques volailles s’y ébattent.

Planche X. – Zabîd.

163L’intérieur du liwân est presque aussi riche que sa façade extérieure : étagères de plâtre sculptées, niches superposées, et, surtout, mobilier qui, dans les maisons relativement aisées, comprend des lits à balustrades ajourées, des armoires en bois très finement sculptées de décors géométriques ou d’une flore stylisée, des coffres qui ne manquent pas de valeur. Dans les maisons pauvres, seuls les lits en cordes tressées tendues sur un cadre supporté par quatre pieds, recouverts de tentures bariolées et de coussins, constituent le mobilier. De hautes niches verticales tiennent lieu d’armoire, mais partout on trouve l’indispensable narguilé.

164Quelques ensembles plus riches comportent des chambres d’hôte, réservées surtout aux parents en visite.

165La plupart des façades (et souvent même des murs latéraux) sont enduits de plâtre qui dissimule la brique, mais bien des maisons conservent à l’état brut le matériau de construction laissant ainsi voir toute l’habileté du constructeur pour appareiller la brique et en tirer les effets décoratifs les plus étonnants ; la couleur ocrée de ces demeures ne constitue pas le moindre charme de la cité.

166Un ou deux immeubles dépassent tous les autres en hauteur ; on y compte deux étages d’habitation, le dernier s’ouvrant par de larges fenêtres munies de vitraux colorés, c’est un mufraj assez inattendu en ce lieu ; on peut certes penser qu’il s’agit d’une mode empruntée à la montagne, mais lorsqu’on connaît le souverain mépris de la Tihâma pour le reste du pays, et l’indépendance en quelque sorte viscérale des habitants de Zabîd à l’égard de la capitale, l’on peut en douter, à moins qu’il ne s’agisse tout bonnement d’un fonctionnaire muté là par son administration ? ... Il semble plus probable cependant que l’inspiration soit venue d’Hudayda ou de l’ancienne Mukhâ.

Hays

167Il faut découvrir Hays avant d’arriver à Zabîd, faute de quoi l’effet de surprise est manqué. Les quelques belles maisons de briques aux façades décorées n’offrent rien en effet qui ne soit déjà connu au voyageur qui s’est attardé à Zabîd. Mais peut-être qu’un séjour plus prolongé révèlerait quelques originalités qui échappent au premier coup d’œil. Quoi qu’il en soit, la charmante cité vaut le crochet au sortir de la « route russe » qui conduit d’Hudayda à Ta’izz, ne serait-ce que par le pittoresque de ses mosquées aux beaux minarets octogonaux et aux coupoles multiples éclatantes de blancheur.

Réflexions sur les maisons de la Tihâma

168Devant l’étonnante variété et la richesse des décors de briques des façades, devant le dispositif des maisons qui réintroduisent ici la notion traditionnelle de la cour, espace de vie qui constitue une partie intégrante de l’ensemble, devant des cellules-habitat, fermées sur elles-mêmes, isolées de la rue et, le plus souvent, des voisins, on reste perplexe.

Planche XI. – Zabîd.

169Il est bien évident que ce type de construction est tourné vers l’Afrique, vers cette Éthiopie toute proche, mais sans doute aussi vers le Soudan et l’Égypte plus lointaine, voire vers des pays plus éloignés encore. Y a-t-il un rapport entre les belles maisons de briques à façade décorées de Tozeur (Sud tunisien) et celles de la Tihâma ? Là encore, il faudrait interroger les migrations protohistoriques ou historiques pour en juger, mais ce domaine est encore si obscur ! ...

170D’autres chercheurs, espérons-le, découvriront peut-être des liens de parenté plus évidents ; mais comment devant ces arcs brisés (qu’on appellerait arcs persans ailleurs) et ces lobes qui creusent les voussures, devant ces niches décoratives, comment ne pas songer aux belles façades décorées de petites mosquées fâtimides du Caire ou à quelque mausolée mamlûk égyptien ? ...Là encore on ne s’en tirera que par des analyses très poussées qui me paraissent s’imposer.

171Il est permis de penser que, quelles que soient la nature et l’origine des influences (qui sans doute sont multiples) là encore, les emprunts ont été amalgamés, interprétés et qu’ils ont donné naissance à des formes originales nouvelles qu’on ne saurait trouver absolument identiques ailleurs.

CONCLUSION SUR L’ARCHITECTURE DOMESTIQUE AU YÉMEN

172Au terme de ce survol de l’architecture domestique au Yémen, nous avons conscience de n’avoir rien résolu concernant les parentés possibles. Un fait paraît évident, c’est l’existence de deux grands groupes d’habitat distincts. A partir de là, des suppositions, des hypothèses, des points d’interrogation.

173Pouvons-nous, cependant, considérer comme axes de recherches : 1 – Un habitat de montagne constituant en quelque sorte des variations sur un thème commun, architecture à étages multiples dont les racines semblent puiser leur sève dans un fond local multimillénaire, héritier possible et probable de vieilles civilisations sud-arabiques, elles-mêmes complexes et fort mal connues. 2 – Un habitat de plaine littorale qui paraît résolument tourner le dos à la montagne proche pour s’ouvrir sur l’Occident africain.

174Au-delà de ces deux voies qui restent à explorer, tout n’est encore qu’obscurité.

175Avril 1980

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

Fort peu d’études ont été jusqu’ici consacrées à l’habitat yéménite, mais il semble que, depuis ces dernières années, quelques équipes se soient attelées à cette recherche, ce qui laisse présager quelques publications de qualité.

Nous nous bornerons à citer :

Bel (José-Marie). Le Yémen du Nord et l’architecture de la région montagneuse. Les éléments décoratifs et fonctionnels de l’habitat traditionnel de deux bourgs types de la région montagneuse du Nord-Yémen : al-Thula et al-Tawilah, maîtrise d’arts plastiques. Université de Paris I, 1978-1979 (texte polycopié).

Bonnenfant (Paul et Guillemette). Les artisans du plâtre à Sanaa, Yémen. Revue des études islamiques, XLV/2, 1977, pp. 247-262, 23 ill.

Bonnenfant (Guillemette et Paul). Les vitraux de Sanaa. Premières recherches sur leurs décors, leur symbolique et leur histoire. Paris-Valbonne, éd. du C.N.R.S., 1981, 98 p., plus de 150 ill. (Mémoires du Centre de recherches archéologiques de Valbonne).

Chelhod (Joseph). Introduction à l’histoire sociale et urbaine de Zabîd. Arabica, t. XXV, 1979, pp. 48 à 88, 4 pl.

City of Sanaa, pub. Middle East Center of Cambridge, 1976.

Costa (Paolo) i Vicario (Ennio). Yemen, paese di costruttori, Milano, Electra Editrice, 1977 (existe en traduction anglaise).

Fayein (Claudie). Yémen. Paris, éd. du Seuil, 1975 (Petite Planète).

Gerholm (Tomas). Market, Mosque and Mafrag. Social Inequality in a Yemeni Town. University of Stockholm, 1977, 217 p., bibliogr. (Stockholm Studies in Social Anthropology, 5).

Golvin (Lucien). Aperçu sur les techniques de construction à San’â (République Arabe du Yémen). Bulletin d’Études Orientales, tome XXXI, 1979, pp. 81-111.

Hirschi (Max) et Trampczynska-Hirschi (Suzanne). Architectures, formes d’habitat espaces et groupements urbains traditionnels au Yémen du Nord, mémoire de 3e cycle, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, mai 1978, 2 vol. polycopiés, 541 p.

Manzoni (Renzo). El Yémen : tre anni nell’Arabia felice. Escursioni fatte dal Settembre 1877 et Marzo 1880. Roma, Botta, 1884, vi-446 p.

Marechaux (Pascal). Villages d’Arabie Heureuse, Paris, Chêne-Hachette, 1979 (existe en traductions allemande et anglaise).

Rathjens (Carl) et Wissmann (Hermann von). Jewish Domestic Architecture in San’â, Yemen, with an Introduction and an Appendix on 17th century documents relating to Jewish Houses in San’a by Goitein, S.D., Jerusalem, The Israel Oriental Society, 1957 (Oriental Notes and Studies, n° 7).

Rouaud (Alain), Les Yémen et leurs populations, Bruxelles, éditions Complexe, 1979.

Serjeant (R.B.). Building and Builders in Hadramaout. Le Museon (Louvain), LXII, 1949, pp. 275-284.

Notes

1 Georges Marçais, article Dâr, in Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, t. II, pp. 116 à 119 ; citation : p. 116 col. 2.

2 Quelques fouilles archéologiques conduites sur le site de Mârib et trop vite interrompues ont déjà pu révéler la hardiesse des constructeurs sabéens. Mais, tout aussi impressionnant est le site de Barrakeich avec ses hautes murailles datant de la fin du IIe millénaire av. J.C. (époque minéenne) où, jusqu’à ce jour, il est très difficile de fouiller. Il en va de même à Ma’în et à Qarna, sans parler des sites guère mieux connus du Hadramawt où les vestiges au sol sont si éloquents ! Les objets recueillis jusqu’à ce jour au musée archéologique de Sanaa ne font qu’aviver les regrets de ne pouvoir lever le voile de mystère qui plane sur un passé si mal connu et si peu prospecté.

3 Nous passerons sous silence l’habitat mobile du désert, la tente des nomades, d’ailleurs en voie de disparition.

4 Le mot shubbâk est également employé pour désigner ces organes saillants. Pour des raisons de meilleure compréhension, nous adoptons le terme (vraisemblablement d’origine turque) de kushk bien connu à Sanaa.

5 En fait, on reconstruit fréquemment les maisons de ces quartiers où rares sont les immeubles de plus de cent ans, ce qui fait qu’ils n’offrent nulle part l’aspect délabré des vieilles cités.

6 C’est ainsi que les briques modelées à la main sont cuites dans des fours verticaux qui ne connaissent pas l’emploi de soles ce qui, naturellement, présente de sérieux inconvénients lors de la cuisson.

7 Cette règle souffre quelques exceptions. Les propriétaires aisés construisent, de nos jours, toute la façade en pierre de taille ornée alors, non plus par des effets de briques, mais par des effets décoratifs obtenus par la taille de la pierre et par l’alternance calculée des couleurs naturelles du matériau. A l’opposé, certaines maisons continuent à utiliser, sur un soubassement de pierre taillée, la brique crue, toujours confectionnée à la main dans divers faubourgs de la capitale. Ce matériau rustique présente un sérieux avantage sur tous les autres, au point de vue thermique.

8 Après le départ massif des juifs (dit « opération du tapis volant »), ce quartier a été récupéré par quelques familles musulmanes assez modestes. A l’heure actuelle, la tendance est à la démolition des anciennes demeures ou à leur aménagement, pour les remplacer par des maisons plus modernes, en pierre taillée (cf. Rathjens, bibliographie).

9 On pourrait s’étonner, en effet, de ne pas trouver ici la mention de centres aussi impressionnants que ceux de la dépression de wâdî Dhahr avec son fameux Qasr al-Hajar connu de tous les touristes, ou ceux de Shahâra et des cités environnantes. Tout bien pesé (et peut-être à tort), il ne nous a pas paru évident que ces sites prestigieux apportaient des particularités architecturales dignes d’être retenues dans cet aperçu.

10 Cf. Gerholm (bibliographie).

11 Une importante étude a été récemment consacrée à l’architecture de Jibla. Non publiée encore, elle n’a pas été retenue ici.

12 Certaines stèles monolithiques d’Aksum présentent, en forme de décor, des maisons à étages multiples avec alternance de pierres et de bois. De semblables dalles ont été recensées à Debra Damo, Debra Libranos, Imrahanna Krostos, Asmara, etc. Cf. Altere Denkmâler Nordabessiniens (Deutsche Aksum Expedition, band II) pp. 168-94, cité par K.A.C Creswell, Early Muslim Architecture, nouvelle édition, t.I, vol. 1, pp. 3 et note 2.

13 Nous nous bornerons à renvoyer le lecteur à l’article de O. Löfgren. Ghumdân, Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, II, pp. 1 121-1 122 ; retenons des descriptions diverses des auteurs musulmans quelque peu emphatiques certaines précisions intéressantes : 1 – la multiplicité des étages ; 2 -la variété des matériaux de construction ; 3 – l’existence d’un pavillon supérieur (qui n’est pas sans évoquer les actuels mufraj-s).

14 Ibn Rusteh, Les atours précieux, traduction G. Wiet, Le Caire, 1955, pp. 122 à 127. Texte arabe, Bibliotheca Geographorum Arabicorum, Leyde, p. 109.

15 Cf. D. Jacques-Meunié. Greniers-citadelles du Maroc, publication de l’Institut des Hautes Études du Maroc, 1951, 2e tome, photos 72 et 74 ainsi que E. Laoust. L’habitation chez les transhumants du Maroc central, in : Hespéris, t. XVIII, pl. XLIII, XLIV et XLV.

16 Cf. D. Jacques-Meunié, op. cit., photos 80 et 93.

17 Il n’est pas fait mention ici de Fustât (xiie siècle) où, selon maints auteurs musulmans et, entre autres : le persan Nàsir-I-Khusraw et les Al-Qudâ i, Ibn Hawwal, etc. repris par Maqrizî, il aurait existé des maisons de 5, 6, voire 7 étages. Notre silence volontaire s’explique par la configuration même de ces demeures telles que nous les révèlent les fouilles de Aly Bey Bahgat et Albert Gabriel : Fouilles d’al-Foustât, Paris, de Boccard, 1921. Il s’agit de demeures à cour centrale assez exiguë, souvent agrémentées de bassins. Il est impossible de supposer, autour de ces patios, des corps de bâtiment à multiples étages. Il se peut alors que de telles demeures se soient trouvées ailleurs sur le site très étendu d’al-Fustât, mais aucun vestige n’en a été encore découvert (du moins à notre connaissance).

18 Cf. J. Chelhod (bibliographie).

19 On pourra noter que ce vocable est celui-là même employé au Caire pour désigner les parties en surélévation de la pièce d’honneur, la qa’a (cf. A. Lezine. les salles nobles des palais mamlouks, in : Annales islamologiques, t. X, Le Caire, 1972, pp. 63-148 ainsi que J. Revault et B. Maury, Palais et Maisons du Caire, I, 1975, II, 1977 et III, 1979, publication de l’Institut français d’Archéologie Orientale du Caire).

Notes de fin

1 Pour les situer, voir la carte de la République Arabe du Yémen, p. 7.

Table des illustrations

Légende Planche I. – Sanaa, vues générales.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Planche II. – Sanaa, vue générale
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 1. – Sanaa : détails d’ouvertures des façades.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 2. – Shubbâk-s à Sanaa et à Jibla.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 3. – Sanaa : kushk-s.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 4. – Sanaa : décors de façade, shubbâk-s et qamarî-s.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 5. – Sanaa : mufraj-s.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 6. – Sanaa : marteaux de portes, serrures, cloutage.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Planche III. – Thulâ’, vue générale.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Planche IV. – Thulâ’, maisons de pierre.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 7. – Thulâ’ : décors de façade.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 8. – Thulâ’ : façade de maison.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 9. – Thulâ’ : façade de maison.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Planche V. – Manâkha
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 10. – Dhamâr : fenêtres.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-15.png
Fichier image/png, 26k
Légende Planche VI. – Ibb.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 11. – Ibb : une rue.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Planche VII. – Jibla.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 12. – Jibla : décor de façade.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Planche VIII. – Jibla.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 13. – Ta’izz : décor de vieille maison.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Planche IX. – Sa’da.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 14. – Ta’izz : décor de vieille maison.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 15. – Bayt al-Faqîh : panneaux sculptés surmontant les portes.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Planche X. – Zabîd.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Planche XI. – Zabîd.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2341/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540