Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Première partie. L'Arabie du sud

La vie culturelle en République Arabe du Yémen

Étienne Renaud

Texte intégral

1Le célèbre auteur égyptien Taha Husayn posait un jour la question : « Le Yémen a-t-il des poètes ?» La question visait principalement la poésie préislamique. Mais elle fut maintes fois reprise pour la poésie yéménite contemporaine, et témoignait d’une grave méconnaissance à l’égard d’une production littéraire très riche. Malheureusement, la culture yéménite n’a pas franchi les frontières et reste fort mal connue à l’étranger. Les pages qui suivent voudraient contribuer à combler cette lacune.

***

2Il est justice qu’un aperçu général de la culture yéménite commence par la poésie. Elle tient une place privilégiée dans l’activité littéraire et peut être considérée comme l’épine dorsale du mouvement littéraire qui a pris son essor avec la révolution de 1962.

3En effet, c’est en grande partie à travers la poésie que s’est cristallisée la prise de conscience nationale. Déjà en 1948, à la suite de l’assassinat de l’imâm Yahyâ et de la répression brutale menée par son fils Ahmad, l’élite intellectuelle avait été emprisonnée dans la forteresse de Hajja ; et là, avec des moyens de fortune, des « ’ulamâ’ » tels que le futur président de la République, le qâdî ‘Abd ar-Rahmân al-Iryânî, ou Ahmad al-Shâmî, Ibrâhîm al-Hadrânî, avaient dépensé une intense activité poétique. C’est même par des poèmes que certains prisonniers réussirent à toucher le cœur de l’imâm Ahmad, lui-même lettré accompli, pour adoucir leur sort et celui de leurs compagnons de captivité.

4C’est incontestablement le qâdî Muhammad Mahmûd al-Zubayrî qui est le père de la poésie yéménite moderne. Exilé au moment du coup d’État de 1948, il avait par sa plume soutenu l’activité des « Yéménites libres », à Aden comme au Caire.

  • 1 AL-ZUBAYRÎ (Muhammad Mahmûd). Thawrat al-shi’r. Le Caire, 1962, 162 p.

Nous avons refusé de vivre dans une nation
Foulée aux pieds par ses maîtres
Et nous sommes partis pour échapper à la bassesse
Fuyant la honte
Et combien de serpents rampaient autour de nous
Mais nous avons échappé à leur morsure.
La Révolution de la Poésie1

5Dans le même recueil, il écrivait dans le poème intitulé A ma Patrie :

J’adore mon pays. Je veux le ressusciter de mes poèmes
Et si j’écris
C’est pour que naissent les hommes de ma future Patrie.

  • 2 AL-MAQÂLIH (‘Abd al-’Azîz). Ma’rib tatakallam. S.L., S.D., 166 p.

6Zubayrî fut assassiné en 1965 ; il était devenu trop encombrant pour beaucoup par sa franchise et son intégrité. Mais la révolution avait « délié la langue des poètes », témoin ce poème du Dr‘Abd al-’Azîz al-Maqâlih Mârib parle, Mârib incarnant ici le meilleur de l’héritage yéménite2 :

Entends-tu enfin ces paroles de pierre,
Voix de celui qui se révolte
Voix de celui qui ressuscite
Voix de celui qui passe le pont du silence et de la confusion
Qui essaie de s’envoler, qui parle enfin,
Et sème aux ruines égarées les signes et les paroles
Fleurs de paix et d’amour.

7Et ces vers, intitulés Demain, de ‘Alî Ahmad ‘Afîf :

Patience. Mon peuple combattant
Porte en lui les blessures,
et le cri de ceux qui,
Souriants, sont montés sur l’échafaud.

8Mais la révolution ne résoud pas tout, et la poésie se fait l’écho des déceptions ultérieures :

L’instant de joie fut un instant très court
La Révolution n’a fleuri que pour s’étioler
Devant des maux plus graves.
(Ahmad al-Shâmî)
Dans ma main l’étoile, morne et sans éclat
Ne bat plus.
(Muhammad An’am Ghâlib)

9Et quelques années plus tard, le poète aveugle ‘Abd Allâh al-Baraddûnî écrit dans L’agression de l’intérieur :

Quand viendrai-je, si mon temps est passé avant l’heure ?
Sais-tu où l’on a détourné mes vaisseaux ?
Du futur, ils sont revenus à leur ancienne histoire...
C’est affreux d’ignorer ce qui se passe,
C’est pire encore de le savoir.

10Le même poète, avec bien d’autres, aborde une question à l’ordre du jour, celle de l’unité entre les deux Yémens, une fois franchi le cap de leurs révolutions respectives :

  • 3 AL-BARADDÛNÎ (‘Abd Allâh). Fî tarîq al-fajr. Sanaa, S.D., 152 p.

Amour et souffrance ont mêlé leurs deux âmes
Qu’est le Nord ? Qu’est le Sud ?
Deux cœurs qui ont rassemblé leurs joies et leurs peines
Ont été unifiés par la haine et par la souffrance,
Par l’Histoire et par Dieu.
Sur le chemin de l’aube3

11Concernés par l’arabisme, les poètes yéménites ne restent pas étrangers au drame palestinien :

Voilà vingt ans que je suis crucifiée
Sur la route entre la nuit et le jour.
Famille et enfants sans maison,
Contre le vent et le gel, nous n’avons comme abri
Que nos larmes.
(‘Abd al-’Azîz al-Maqâlih)

  • 4 ‘UTHMÂN (Muhammad ‘Abduh). Falistîn fî l-sijn. Pékin, 1971, 50 p.

12Témoin encore le recueil de ‘Abduh ‘Uthmân, Palestine en prison4.

13Au-delà des problèmes politiques, la poésie reflète une prise de conscience des problèmes sociaux. La paysanne de la vallée de ‘Abdallâh al-Malahî décrit la condition du journalier agricole, à la merci des gros propriétaires. Ailleurs, c’est la peinture de l’ouvrier émigré :

Vie sans jeunesse,
Usines créatrices de néant,
Exportant les hommes vers d’autres nations...
... Je suis une chanson triste,
une lettre d’exil.

14Dans plusieurs recueils d’une facture qui rappelle le poète syrien Nizzâr Qabbânî, Muhammad al-Sharafî prête sa voix à la femme yéménite, encore voilée et si peu maîtresse de son destin :

Qui me sortira de cet affreux étouffement ?
Qui me devinera sous mon voile et pourra enfin
S’enivrer de moi et de ma promesse pure ?

... Car voilà : nous sommes femmes,
Et tout est fini pour nous
Avant même que commence notre vie.

15Ailleurs, il fait parler le jeune époux, lui-même marié sans avoir pu choisir. On retiendra également ce poème sarcastique où l’héroïne, cachée des pieds à la tête dans son voile noir, est courtisée par les membres mêmes de sa famille.

16C’est encore Muhammad al-Sharafî qui s’en prend aux représentants d’une religion étriquée :

Je vous vomis, messieurs qui prenez de grands airs
Et criez au nom de la religion et de la loi.
Je vous vomis, car selon vous l’amour n’existe et ne vit
Que derrière des murs...

... Vous enfermez l’amour en l’homme
Vous assassinez la force créatrice de l’homme
Vous qui emplissez toutes les mosquées
Avec des milliers de sermons.

17Mais la poésie n’est pas toujours « engagée ». Parfois elle chante tout simplement l’amour du pays, la beauté de ses montagnes et de ses filles :

O Yémen,
Les lettres de ton nom sont comme tes montagnes
Tout mon amour leur appartient.

18Muhammad ‘Abduh ‘Uthmân

Et du même :
C’est une femme
Et avec elle l’odeur des champs et des arbres,
Toutes les belles chansons de liberté...
A la demande de l’aube, elle répond
Qu’elle vient de la montagne.

19Ailleurs, c’est l’inspiration à l’état pur :

Bénie soit la brûlure de cette soif grandissante
A l’heure où naît un poême...
A la fenêtre le jour se lève, O misérable geôlier
Entrent alors un nouveau soleil
Les bruits de la rue, la voix des petits marchands
La route qui s’étale
Les cafés
Les cris des écoliers
L’actualité des guerres dans un monde lointain...
Muhammad Shaltâmî ...

20ou cette nostalgie indéfinissable que tout homme porte en lui :

Y aura-t-il une fin à ces vagues sans suite
qui semblent se succéder éternellement ?
La vague ne connaît pas le secret de sa fin
Celle qui la suit lui ressemble
Chacun d’entre nous se fond dans la mer des souffrances
Comme un désir dissout au cœur de la nostalgie.
Idrîs Hanbala

21Et pour finir, ce petit poème de ‘Abd al-Wudûd Sayf :

Si en ma main j’avais un flambeau,
Je vous le donnerais, O vous qui veillez dans les ténèbres.
J’éclairerais pour vous la route,
Je vous protègerais,
Je verserais l’espoir en vos cœurs.
Mais je suis encore comme vous
Je cherche un chemin dans les ténèbres
Je cherche, au sein de la poussière,
Une larme unique.
Peut-être s’est-elle cristallisée
S’est-elle mise à illuminer...

  • 5 GHÂNIM (Muhammad ‘Abduh). Shi’r al-ghinâ’ al-san’ânî. Sanaa, Markaz al-dirâsât alyamaniyya, 448 p.

22Une bonne partie des poèmes cités ici sont en vers libres. Sous l’influence des autres pays arabes et de l’Occident, la nouvelle génération s’y sent plus à l’aise. D’une certaine façon, le Yémen connaît aussi sa « querelle des Anciens et des Modernes ». Certains regrettent un abandon trop rapide des formes tradition-nelles de la poésie et prônent une inspiration renouvelée dans un cadre classique. C’est en particulier l’avis du Dr Muhammad ‘Abduh Ghânim, auteur d’un livre très documenté sur La poésie du chant san’ânî5. En réalité, la production actuelle comporte toute une gamme de formes, avec une tendance marquée vers une prise de distance à l’égard des règles de la prosodie : si on ne trouve presque plus la poésie « verticale » (‘amûdî), avec un nombre donné de vers ayant tous la même rime et deux hémistiches, un bon nombre de poètes restent fidèles à la rime par groupes de deux vers (Baraddûnî, Ghânim, al-Shâmî...). La génération montante s’attache encore au rythme, dernier héritage du ‘arûd traditionnel. Mais certains ont déjà franchi ce dernier cap et écrivent de la poésie en prose (‘Abd al-Wudûd Sayf, Shawqî Shâ’if).

23Pour trouver une poésie plus ancrée dans le passé et les traditions, il faut parler maintenant de la poésie populaire.

24On pourrait croire, d’après ce qui a été dit précédemment, que la poésie est surtout le fait des milieux cultivés citadins. La réalité est tout autre, montagnes et vallées yéménites sont aussi le domaine d’une grande activité poétique. Il s’agit d’une tradition orale – le poète tribal sera parfois un analphabète –, encore mal connue et peu défrichée. A l’absence de documents écrits, s’ajoute souvent la difficulté de la langue : chaque région a son dialecte propre, et bien sûr, la poésie retient de ces dialectes les mots les plus spécifiques.

25Les poètes se produisent souvent dans les rencontres sociales : fêtes, mariages... Les inaugurations d’écoles, d’hôpitaux ou de projets d’adduction d’eau, sous l’égide des coopératives locales de développement, voient le plus souvent paraître un poète populaire, composant une ode de circonstance. Même les plaidoyers ou les requêtes peuvent être écrits en vers, pour toucher la corde sensible du destinataire. Il n’est pas rare d’assister à une joute oratoire entre deux poètes de village, bien dans la grande tradition arabe. La télévision diffuse assez largement de tels poèmes, à l’occasion notamment des fêtes publiques ou visites officielles dans les diverses régions.

26Un exemple représentatif de cette poésie de circonstance est Muhammad al-Dhahbânî dont plusieurs recueils ont été publiés. Mais la plupart du temps, la poésie populaire est une tradition orale, mouvante. Un poème en langue dialectale est une entité vivante, jamais achevée. Quand par hasard il est mis par écrit, c’est toujours avec de nombreuses variantes possibles.

27La poésie populaire présente un lien étroit avec la musique : on peut toujours mettre le poème en musique, pour un accompagnement au luth, ‘ûd. Parfois les mêmes paroles invitent à plusieurs mélodies.

28Les poèmes peuvent se classer en un certain nombre de genres caractérisés. Il y a bien sûr la poésie amoureuse, ghazal, visant à la description de la bien-aimée. On rencontre le poème à la gloire, madah, d’une personnalité ou pour pleurer sa perte, rithâ’. Plus développée est la malhama – la meilleure traduction est le mot épopée – retraçant souvent les exploits des ancêtres éponymes. On ne voit plus les antiques dâmigha vantant les vrais Yéménites et ironisant sur les Arabes du Nord. Mais le zâmil, sorte d’emblème tribal en forme de poème chanté, est très caractéristique du Yémen. Les soldats de l’Imâm marchaient en chantant des zâmils à la gloire de leur souverain. Dans les rassemblements populaires, par exemple les bains de Hammâm ‘Alî dans la région de Dhamâr, on voit les hommes de tribu arriver en chantant. Le zâmil, appelé razfa dans la région de Sa’da, est un chant collectif – connotation de la racine ZML – d’origine pré-islamique. Par ses rythmes et ses paroles, il fait vibrer la corde sensible du qabîlî (homme de tribu). C’est par un zâmil qu’on commence une guerre ou qu’on la finit, qu’on excite les passions entre tribus. C’est par le zâmil qu’on peut dans certaines régions inviter les villageois à quitter le fusil pour la truelle. Un poète populaire très prisé a composé un zâmil pour inviter les gens à adopter la monnaie de papier au lieu du célèbre riyâl Marie-Thérèse en argent.

29Quant au poème proprement-dit, qasîda, il décrit une attitude du cœur face à un événement. Il est de mise que le poète ne donne pas libre cours à son imagination, mais s’appuie plutôt sur la réalité des faits : un poème populaire se doit d’être clair, et on ne peut pas parler de symbolisme à son sujet.

  • 6 AL-SHAHÂRÎ (Fâtima). Bint al-yaman. Ta’izz, 63 p.

30Notons que les femmes peuvent participer à la poésie populaire. Au siècle dernier, dans la région centrale du Yémen, une poétesse du nom de Ghazal al-Maqdashiyyah était fort célèbre. Bien que d’une classe sociale inférieure, elle défendait avec véhémence l’honneur de son village. Un recueil de poésie dialectale de Fâtima al-Shahârî, qui fut préceptrice dans la Maison de l’Imâm, a été publié il y a quelques années sous le titre La fille du Yémen6. Ne pouvant, par respect des convenances, mettre sa photo, l’auteur a mis dans le recueil celle de son « cher époux ».

  • 7 Ahkâm ‘Alî Ibn Zâ’id. Publié par A. AGARICHEF, Moscou, 1968, 80 p.

31Un ensemble d’aphorismes écrits en vers est très célèbre et souvent cité. Il s’agit des Sentences de ‘Alî Ibn Zâ’id7, sorte de sage populaire. Sa biographie est entourée d’incertitudes, il s’agit plus probablement d’une figure légendaire cristallisant les traditions paysannes. Il a d’ailleurs un rival dans le sud du Yémen, Humayd Ibn Mansûr. Ces vers permettent de prévoir le temps qu’il fera, de déterminer la saison des semailles en fonction du calendrier stellaire.

32Mais la poésie populaire, la « vraie », n’est pas le fait des paysans sédentaires, mais des bédouins. C’est une idée bien ancrée, une sorte de mythe, que la poésie la plus pure vient de l’Est, des prairies d’or du Rub’ al-Khâlî, là où la langue arabe originelle ne s’est pas corrompue au contact d’autres civilisations. De même, on entend souvent dire au Yémen qu’Adam, père de l’humanité, parlait en poésie.

***

33Entre la poésie populaire et même tribale, en langue totalement dialectale, et la poésie classique, cette seconde appelée souvent hakamî, car elle se plie à la fois aux règles de la syntaxe et de la prosodie, se trouve un genre intermédiaire. On le désigne sous le vocable de humaynî, un mot purement yéménite d’étymologie inconnue et dont on peut tracer l’histoire jusqu’au xvie siècle. Certains auteurs appliquent le mot humaynî à toute poésie dialectale yéménite. Au sens strict, il s’agit d’un terme utilisé par les citadins pour un type particulier de poèmes, par opposition à la poésie populaire (sha’bî) ou tribale (qabîlî).

34La grande poésie humaynî vient probablement d’Andalousie. Certains vont jusqu’à prétendre qu’avant de transiter par l’Espagne, son origine était yéménite. Mais ce n’est pas prouvé. Elle est le fait de citadins lettrés, de la classe sociale des sayyids (descendants du Prophète) ou des qâdîs. C’est d’ailleurs une chose remarquable de voir des lettrés s’abaisser à écrire en dialectal. Il faut dire que la langue est un dialectal châtié, proche du littéraire. Les poèmes sont composés en vue d’une mise en musique. Quant à la forme, elle obéit à des modèles rigides. Les mubayyatât (de bayt, c.a.d. vers) sont des groupes de deux vers, chacun de deux hémistiches, d’un mètre donné. Les muwashshahât sont des vers en nombre variable, mais divisés en trois parties ayant la même forme.

35Le représentant le plus célèbre du genre humaynî est Muhammad Sharaf al-Dîn, un prince pacifique du xvie siècle, qui trouva un hâvre dans la poésie au milieu des rivalités ambitieuses de sa famille. Plus près de nous et second au classement – les Yéménites ont établi une fois pour toutes un palmarès – est ‘Abd ar-Rahmân al-Ânisî, chantre, depuis son exil en Tihâma, de la nature et des montagnes de son pays d’Ânis :

Comment peuvent dormir les yeux de celui qui aime ?
Les oiseaux m’ont dérangé par leur chant matinal.
Le passereau et la colombe chantent tristement.
Je leur ai dit : Par Dieu, avouez-moi donc,
Quelle nouvelle portez-vous ? Pourquoi ce chant triste et ces pleurs ?
Avez-vous un ami qui vous a quittés ou trahis ?

36Le palmarès comporte d’autres noms : le qâdî ‘Alî al-’Ansî, ‘Alî Ibn Hasan al-Khifanjî....

37Le genre n’est plus vraiment pratiqué de nos jours, mais il méritait une mention spéciale, non seulement pour son intérêt historique et linguistique, mais surtout parce que les poèmes humaynî sont réédités, lus et chantés, enregistrés sur disques et cassettes. Témoin le livre déjà mentionné de Muhammad ‘Abduh Ghânim sur le chant san’ânî.

38Ceci nous amène à dire un mot de la musique.

***

39Le moins qu’on puisse dire de la musique yéménite est qu’elle est profondément originale. Etant essentiellement pentatonique, et par là ayant peu de liens avec la famille modale du maqâm, elle est très distincte du reste de la musique arabe, encore que ses particularités tendent à s’estomper de nos jours, par suite de la pénétration des styles et de l’instrumentation étrangers. Le luth égyptien a presque totalement remplacé le ‘ûd san’ânî originel. Mais la musique yéménite demeure très intéressante dans sa singularité. On peut la reconnaître aisément par sa ligne rythmique et ses répétitions. Ses liens avec l’Afrique sont importants, en particulier en Tihâma.

40Étant donné que l’Imâm décourageait l’utilisation d’instruments (l’absence d’instruments est toujours une caractéristique de la région de Sa’da), la musique est donc à dominante vocale, même si l’accompagnement au tambour, marfa’, tabla, fait partie essentielle de la danse de la jambiyya (poignard courbe que porte tout Yéménite de bonne souche), de la musique populaire des villes et de celle des conteurs publics. L’usage du mizmâr, flûte de roseau traditionnelle dans le monde arabe, est répandu dans les campagnes et spécialement dans la région centrale. La lyre, tanbûra, est utilisée des deux côtés de la mer Rouge : on peut la considérer comme l’instrument de choix des pêcheurs, encore qu’on la trouve également chez les cultivateurs de la Tihâma. Elle est presque identique à la lyre mésopotamienne et de la Grèce antique. Dans la péninsule du Sinaï, elle s’appelle simsimiyya, et on en joue dans un style « yéménite ». De fait, une bonne partie du répertoire de cet instrument dans le Sinaï consiste en de vieux chants que l’on dit venir du Yémen.

41Kawkabân, à 40 km à l’ouest de Sanaa, est communément considéré comme le berceau artistique du Yémen et de nombreux artistes, fannân, sont de cette région ou aiment s’y rattacher par leurs ancêtres. Maintenant la musique a acquis droit de cité à Sanaa, où elle est orchestrée et dûment enregistrée sur des cassettes. La vente des cassettes de musique yéménite connaît une vogue extraordinaire et ces dernières années ont vu s’ouvrir à Sanaa des dizaines de petites boutiques qui vendent et copient les cassettes. Le style « sudiste » a son centre à Ta’izz, qui, devenu le grand marché du Sud, a attiré les artistes de Lahej, d’Aden et de Tihâma.

42La musique accompagne de nombreuses festivités, particulièrement la circoncision et le mariage. Les rues de Sanaa, le soir, résonnent souvent des échos de la zaffa, procession pour amener la fiancée à son nouveau domicile, sur un mode d’appel repris en chœur. La poésie populaire est, comme on l’a vu, très souvent mise en musique, tant le zâmil que la qasîda. Bref, la musique comme la poésie est partout présente dans la vie yéménite.

***

43Le théâtre au Yémen est encore dans l’enfance. Il ne sera donc pas difficile de retracer sa brève histoire. Les premières manifestations du théâtre pourraient remonter aux danses-pantomimes dans la région d’al-Baydâ’ et la Tihâma -particulièrement lors des fêtes annuelles aux tombeaux des sûfîs – et aux danses guerrières dans les tribus des plateaux. Mentionnons aussi des sketches comiques à l’occasion de fêtes. Du temps de l’imâm Ahmad, les quelques rares écoles montaient occasionnellement de courtes pièces sur des héros yéménites ou musulmans. Avec la révolution et le développement de la radio, s’est développé le genre du sketch radiophonique. En 1974, fut créé un embryon de théâtre national sous l’égide du ministère de la culture, et, avec l’arrivée de la télévision en 1975, de petites pièces télévisées virent le jour. Une pièce à épisodes sur Waddah al-Yaman, le poète yéménite victime de sa beauté, va être projetée sur le petit écran.

  • 8 GHÂNIM (Muhammad ‘Abduh). Al-malika Arwâ. Âmir Ibn ‘Abd al-Wahhâb. Masrahiyyât shi’riyya fî arba’a (...)
  • 9 GHÂNIM (Muhammad ‘Abduh). Sayf Ibn Dhî Yazan. Masrahiyya shi’riyya fî arba’a fusûl. Beyrouth, Dâr (...)

44Paradoxalement, ce ne sont pas les pièces qui manquent. Le Dr. Muhammad ‘Abduh Ghânim, déjà cité à propos de la poésie, a écrit plusieurs pièces en vers, dont quelques extraits ont été joués dans les écoles : La reine Arwâ, fameuse souveraine fâtimide de Jibla, ‘Âmir Ibn ‘Abd al-Wahhâb, sultan yéménite du xvie siècle8, et surtout Sayf Ibn Dhî Yazan, héros nationaliste du Yémen préislamique9. Il y a aussi la tentative intéressante de Muhammad Sa’îd ‘Abd al-Kafî avec Le rat au box des accusés. Ce rat fit une brèche dans la digue de Mârib, provoquant ainsi la rupture du fameux ouvrage... et l’exode des Yéménites vers la péninsule Arabique. L’auteur en profite pour passer en revue les figures principales de l’histoire yéménite.

  • 10 AL-SHARAFÎ (Muhammad). Ard al-jannatayn. Masrahiyya shi’riyya. Le Caire, 1971, 128 p.
  • 11 AL-SHARAFÎ (Muhammad). Harîq fî San’â’. Masrahiyya shi’riyya. Ta’izz, 1971, 95 p.

45Muhammad al-Sharafî qui, dans plusieurs recueils de poésie, s’est fait la voix de la femme yéménite, a composé plusieurs pièces, dont La terre des deux jardins10, publiée en 1971, qui met en scène l’imâm Ahmad et décrit la marche inexorable de la révolution à travers les tentatives de coups d’État (1948, 1955, 1961). De lui également, deux pièces en vers sur Muhammad al-Zubayrî. Sa pièce principale, Incendie à Sanaa,11 mérite une analyse plus détaillée car elle aborde courageusement les problèmes du Yémen contemporain. Sur la toile de fond de la sécheresse en Tihâma en 1969-1970, plusieurs personnages très typés s’affrontent. L’homme de religion incarne la réaction et l’obscurantisme. La sécheresse est pour lui un châtiment divin contre la dépravation des mœurs. Il trouve un allié dans le commerçant, homme influent et sans scrupules, dont le principal souci est de détourner à son profit l’argent collecté pour secourir les victimes de la sécheresse. En face d’eux, Ahmad, le jeune étudiant qui a étudié à l’étranger, incarne la bonne cause : il entend veiller à une juste répartition des fonds. Il aime Najwa, une étudiante en conflit avec sa famille et son milieu traditionnel, et qui lutte à ses côtés. Mais Ahmad, victime d’abord d’une cabale qui le conduit en prison, va « lâcher » et fera acheter finalement sa complicité par le commerçant – il a besoin d’argent pour la dot de Najwa – et, ce qui est pire, il fera profession de l’islam réactionnaire de l’homme de religion. Seule Najwa sortira les mains pures, figure de la Révolution qui avance.

46Ces pièces et plusieurs autres n’ont pas été jouées, par manque de moyens théâtraux, par manque également d’une politique culturelle encourageant le théâtre, et peut-être surtout parce que la société yéménite n’est pas encore mûre pour des manifestations théâtrales d’une certaine ampleur.

***

47De même que la société yéménite n’était pas prête pour le théâtre, on peut dire également qu’elle n’est pas prête pour le roman. Ce genre littéraire demande une conjonction de facteurs et en particulier une assise culturelle que le Yémen ne peut pas encore offrir à ses auteurs. Ce n’est pas par hasard si le roman s’est développé seulement au cours des deux derniers siècles dans la civilisation française.

48Les quelques tentatives yéménites de roman riwâya ne connaissent pas une large diffusion et ne sont en général que des nouvelles, qissa (pluriel : qisas) simplement un peu plus longues (à peine plus d’une centaine de pages), et qui n’entrent pas vraiment dans le genre du roman. Ce phénomène n’est pas isolé et beaucoup de pays arabes ont jusqu’à présent développé davantage la nouvelle que le roman proprement dit. C’est donc la nouvelle comme telle qui nous retiendra maintenant. Et là, il y a une ample matière. En plus d’une bonne vingtaine de recueils publiés jusqu’à présent, beaucoup de revues diffusent chaque mois l’une ou l’autre courte nouvelle. A l’inverse de la poésie qui a su se développer et se transmettre avant l’introduction au Yémen des moyens d’imprimerie, la nouvelle a dû attendre les années soixante et l’accès du Yémen aux imprimeries d’Egypte et du Liban, pour prendre son essor et connaître une notable diffusion.

49Muhammad Dahwân, actuel directeur des programmes à la télévision, a fait une excellente thèse en Sorbonne sur Les aspects sociaux dans la nouvelle yéménite contemporaine (1978), à laquelle ce développement empruntera beaucoup. Il écrit au début de son étude : « Chaque peuple, chaque groupe social a ses propres récits depuis qu’il a vu le jour. L’homme a commencé depuis longtemps à formuler des récits pour traduire ses étonnements, ses pensées, son passé et ses aspirations ». C’est bien de tout cela que la nouvelle yéménite entend se faire l’écho. Et si la poésie nous a déjà introduit par quelques touches dans les préoccupations de la littérature yéménite, si le théâtre nous a décrit des situations exemplaires et un peu exceptionnelles, la nouvelle permet une meilleure saisie des problèmes de la société à travers les faits et les ambiances de la vie quotidienne.

  • 12 DAMMÂJ (Zayd Mutî’). Tâhish al-hùbân. Majmû’at qisas qasira. Le Caire, 1974, 140 p.

50Les affrontements entre groupes sociaux sont au premier plan dans la nouvelle yéménite. De cela, le meilleur échantillon est peut-être la nouvelle de Zayd Mutî’ Dammâj intitulée Celui qui revient de la mer, extraite du recueil La bête de Hûbân12 (Hûbân étant un village de la région de Ta’izz). ‘Alî, fils d’un journalier agricole, a dû émigrer sous la contrainte de la pauvreté. De retour au pays avec un petit pécule, « portant chaussures et fumant des cigarettes d’Aden », il veut acheter un lopin de terre. Cette prétention constitue une menace pour le prestige du shaykh, qui pratique une politique de monopolisation de la terre. L’affrontement qui s’ensuit est diversement interprété par les gens du village ; beaucoup ne songeraient même pas à contester le droit du shaykh. D’où ce dialogue entre ‘Alî et l’un des paysans :

  • « De quel droit possède-t-il toutes les terres ?
  • Il est le shaykh de cette région.
  • J’ai parcouru le monde et je n’ai jamais vu une chose pareille.
  • Alors pourquoi es-tu revenu ? Il eût été mieux pour toi de vivre dans ce monde que tu as connu.
  • Ici, c’est mon pays.
  • Alors accepte son malheur.
  • Non... Je vais lutter contre toutes les causes de ce malheur, même si je perds tout ce que je possède ».

51Le shaykh porte plainte au juge et réussit facilement à acheter sa complicité. ‘Alî, abandonné par la communauté villageoise, tue le shaykh. L’auteur a bien sûr cherché à faire de cette mort un acte symbolique, voulant tuer par le même coup l’exploitation des paysans. Caricature peut-être, et problématique déjà dépassée ; la toile de fond est plutôt celle de la fin du régime de l’imâmat, comme dans plusieurs autres nouvelles qui décrivent les exactions des soldats de l’imâm. Mais le problème du statut foncier et de ses injustices reste à l’ordre du jour, comme est bien d’actualité la rivalité entre le pouvoir coutumier des shaykhs et la puissance que constitue l’argent rapporté d’Arabie Saoudite par les travailleurs émigrés.

52Dans une autre nouvelle du même recueil, Zayd Dammâj décrit maintenant les professions « mal aimées ». Il raconte l’histoire d’un fils de shaykh épris de la ville et qui souhaite avoir une boutique et « jeter bas le fusil et rompre avec les guerres entre tribus ». Le père ne peut tolérer que son fils s’abaisse à un métier indigne de son rang, mais le garçon s’entête et rompt avec sa famille.. Cette nouvelle décrit en passant le mépris pour le dawshân aux vêtements colorés, chargé dans les mariages et les fêtes publiques de battre tambour et de faire les annonces, mais qui est d’une classe inférieure. Ailleurs, nous voyons les akhdâm, parias au sang mêlé, qui nettoient les rues. « Leurs gourbis côtoient le cimetière de la ville, et l’on ne peut tracer de limite entre les gourbis et les tombes des morts ».

53A l’autre bout de l’échelle sociale se trouve la classe des sayyids, descendants du Prophète et qui constituent la noblesse de sang. La nouvelle de Muhammad Zurqa, Temps sans retour, nous livre un échantillon intéressant du comportement de ce groupe. La famille du sayyid Ismâ’îl vit en bon voisinage avec la famille Dabbâj, de simples citoyens. La jeune Miryam Dabbâj aime son cousin Sâlah parti défendre la révolution. En l’absence du cousin que l’on croit mort, une idylle se noue entre Miryam et le fils du sayyid. Mais le père ne veut pas entendre parler de cette mésalliance malgré les objurgations de son fils : « Pourrions-nous continuer à contraindre les autres à reconnaître nos privilèges seulement par notre appartenance à une famille ? ». La question n’est pas tant la situation matérielle des deux familles, déjà les Dabbâj sont plus riches que la famille Ismâ’îl, mais c’est le prestige qui est en cause. Cela n’empêche pas les rencontres entre les deux jeunes de se multiplier. Un jour Miryam se trouve enceinte. Sur ces entrefaites, Sâlah revient. C’est lui qui épousera Miryam, car le fils du sayyid a été « récupéré » par son milieu. L’enfant s’appelera ‘Adîl, nom symbolique qui concrétise l’espoir d’une génération plus juste.

  • 13 ‘ABD AL-WALÎ (Muhammad). San’â’, madîna maftûha. Riwâya. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1978, 90 p.
  • 14 ABD AL-WALl (Muhammad). Yamûtûn ghurabâ. Riwâya. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1978, 100 p.

54D’autres nouvelles décrivent l’aliénation d’une nouvelle classe sociale, celle du métis, fils de Yéménite ayant émigré en Afrique ou en Asie du Sud-Est, « enfant coupé d’un arbre sans racines, il n’est personne, il n’est rien ». Et derrière le problème du métis, il y a celui, plus général, de l’émigration dont la nouvelle yéménite parle abondamment. Sur ce thème, le meilleur porte-parole est sans conteste Muhammad ‘Abd al-Walî, lui-même de père yéménite et de mère éthiopienne. Muhammad Dahwân le qualifie à juste titre de « maître de la nouvelle yéménite contemporaine ». Il fut tué dans un accident d’avion en 1973. Son œuvre a été publiée en cinq recueils. En deux longues nouvelles, Sanaa, ville ouverte13 et Ils meurent étrangers14, il dépeint, avec une plume réaliste et plutôt amère, les raisons de l’émigation, la condition précaire du travail à l’étranger et les désillusions du retour. Ici, c’est un marin qui raconte sa première migration :

« J’ai quitté mon village à l’âge de dix ans pour aller vivre à Aden. Là, je travaillais dans la boutique d’un ami de mon père, qui était de notre village. Mon travail commence à cinq heures du matin et se termine à minuit. Les seuls moments où je peux me reposer, c’est quand je mâche le qât.

55Là, nous voyons un villageois cherchant quelqu’un qui lui prête de l’argent pour aller en Arabie Saoudite. Au passage, description des villages restés vides :

« Rien que des femmes qui pleuraient et des vieillards qui priaient Dieu de les sauver »,

56et une pointe sur l’épicier qui reste au village et prend son pourcentage sur les mandats envoyés par les hommes au loin. La vie à l’étranger est plutôt morose :

« ’Abduh passait toutes ses journées et ses nuits dans sa petite boutique. Il regardait avec admiration, sur le mur, la photo de la maison qu’il avait construite dans son village ».

57Il n’a parlé de ses rêves à personne :

« Il est silencieux comme la tombe et on ne connaît rien sur lui, que son sourire et son travail avec les clients ».

58Ailleurs, cette évocation :

« L’odeur de la terre et du café ne les quittait jamais ».

59Ces parfums du pays invitent tôt ou tard au retour. ‘Abduh écrit au village sans fixer la date :

« Laissons-les attendre, disait-il en souriant, dorénavant tout le village parlera de lui et tout le monde l’attendra ».

60Mais pour ‘Abduh, le retour n’aura jamais lieu. La veille du départ, on le trouve asphixié dans sa boutique. Et comme éloge funèbre, ce dialogue entre deux Ethiopiens à l’hôpital où l’on a transporté son corps :

« – Ces gens ont quitté leur terre, leur pays, leur famille pour courir derrière la bouchée de pain...
– Ils ont quitté leur terre parce qu’ils ne sont pas capables de faire face à leur situation avec courage. Un peuple qui quitte sa terre est un peuple traître à cette terre... Il est mort et n’a laissé derrière lui que des peines : une femme abandonnée, un fils qu’il ne connaît pas et une terre pour laquelle il n’a pas versé une goutte de sang. Il est mort étranger... Cette tombe n’est pas la sienne, ce n’est pas sa terre... Ce sont les tombes des Éthiopiens ».

61Dans une nouvelle déjà citée, Celui qui revient de la mer, ‘Alî, à son retour, a choisi la lutte. Mais pour d’autres, le choix est moins noble :

« On doit satisfaire sa femme avec des cadeaux, puis gaspiller tout le reste à des achats inutiles : radio, cassettes, qât ... pour épater les voisins. En très peu de temps, on se retrouve comme avant ».

PHOTOS 11, 12 et 13. – Scènes de rue à Sanaa, R.A.Y.

(Photos et légende : Paul Bonnenfant).

62Parfois, il faut repartir, pour arrondir le douaire de la fiancée et les dépenses du futur mariage. Ou bien, il y a un appel plus profond : quelque chose qu’on a entrevu et dont on ne peut plus se passer :

« La liberté, les avenues éclairées, les femmes, le bruit, la violence, la folle rapidité ».

  • * Voir à ce sujet le texte de Jon SWANSON sur l’émigration yéménite, ci-dessus.

63Si le sujet de l’émigration tient tant de place dans la nouvelle yéménite, c’est qu’il s’agit d’un phénomène social de première importance*. Très importante également est la question de la femme, cette femme yéménite « admirable sous son habit noir et triste comme sa vie ».

  • 15 AL-LAWZÎ (Hasan). Al-mar’a allatî raqadat fî wajh al-shams. Majmû’at qisas qasîra. Beyrouth, Dâr a (...)

64Hasan al-Lawzî, vice-ministre de la culture, nous parle, dans La femme qui courait dans l’éclat du soleil15, de Khadîja qui brûle son voile et fait la grève de la faim jusqu’à ce que ses parents la laissent sortir dévoilée. Avec le voile, le mariage forcé est également à l’ordre du jour. Dans une nouvelle de ‘Alî ‘Abduh, un jeune Yéménite n’arrive pas à comprendre que sa sœur épouse un « vieux turban ».

« Pour Sa’diyya, lui écrit sa mère, je ne souhaite que le bien-être, mais dis-moi, Sa’îd, que pourrions-nous faire alors que nos dettes et nos impôts deviennent de plus en plus lourds ? Que le Bon Dieu récompense le Hâjj Hazzâ’ qui nous remet nos dettes et nous débarasse des impôts. Comment subsisterons-nous si Sa’diyya ne l’épouse pas ? ».

  • 16 AL-IRYÂNÎ (Ramziyya). Dahiyyat al-jasha’. Qissa min wâqi’ al-hayât. Ta’izz, Dâr al-qalam, 1971, 80 (...)

65Même thème, mais cette fois sous la plume d’une jeune fille, Ramziyya Iryânî, dans un mini-roman Victime de l’avidité16. L’héroïne est une fille de quinze ans, privée d’instruction malgré son insistance, et mariée à un vieillard contre une forte somme d’argent. Après six mois de souffrances, elle réussit à s’enfuir ; elle pourrait être répudiée, à condition que le père rembourse la moitié du douaire. Mais il n’en a pas les moyens, et la fille finit par se suicider. On passera sur le romantisme un peu gauche de plusieurs scènes, pour retenir l’impression de fatalité qui pèse sur tout ce récit.

66Selon certains auteurs, la frustration dans la vie conjugale amène les femmes à rechercher d’autres consolations... « Fâtima traîne dans l’avenue principale, cherchant ce qu’elle ignore »... Et l’émigration forcée du mari en quête de travail est une autre épreuve pour le jeune couple yéménite. Il doit laisser son foyer « dont l’image s’éloigne et se brouille dans les brumes du passé ». S’il se distrait avec d’autres femmes, il entend que la sienne lui reste fidèle. C’est pourquoi cet émigré tue Hamîda, dans la nouvelle de ‘Abd al Wahhâb Dawrânî, La prison, quand, après avoir joyeusement chanté son nom sur la route de retour, il la trouve avec trois enfants qui ne sont pas les siens.

« Je suis celui qui s’en alla en pure perte pour toi ».

67Hasan al-Lawzî nous dépeint au contraire la fidélité de la femme, « bien que la vie conjugale soit devenue pour elle une fête qui n’a pas de date fixe ». Cette fidélité coûtera la vie de Subhiyya, de la main d’un amant évincé.

68Dans Dis-lui de rendre visite à ma tombe, de ‘Abd al-Walî, Hind part retrouver son mari. Mais elle n’a pas pu s’habituer. La voici de retour au village :

« Tu es très beau, mon village. Je reviens vers toi d’un pays à la figure peinte. Les ongles de ses femmes sont longs et pointus comme les griffes d’un chat, et leurs yeux ressemblent à ceux du bœuf de notre voisin... »

69Les mois passent, dans une attente usante qui conduit Hind vers la folie :

« Je partirai, je partirai vers un autre monde... au paradis, ou si tu veux en enfer, je ne sais pas... Je vais le chercher là-bas, je le trouverai, je tuerai les houris dans le paradis et les prostituées dans l’enfer ».

70De fait, il arrive que le retour n’ait jamais lieu. Muhammad Muthannâ reprend dans une nouvelle l’histoire d’un accident de camion surchargé qui, en 1973, avait causé la mort de soixante-dix travailleurs se rendant en Arabie Saoudite :

« Derrière la montagne, des enfants dormaient tranquillement, tout en rêvant des jouets promis par leur père ».

71Mais ce sang versé n’est pas perdu :

« La pluie l’a emporté au fond de la terre d’où ont germé le café et le blé ».

  • 17 AL-ZUBAYRÎ (Muhammad Mahmûd). Ma’sât wâq al-wâq. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1978, 220 p.

72La nouvelle yéménite couvre bien d’autres aspects de la vie sociale, qu’on ne peut développer ici. Mais il faut encore parler d’un type de nouvelle, qui a vu le jour au contact des idées nationalistes liées à la révolution : la nouvelle politique. Par un artifice littéraire, et le plus souvent pour exprimer par allusion des idées qui seraient mal reçues si elles étaient exposées au grand jour, les auteurs font appel au symbole. Ainsi la nouvelle politique est en même temps symbolique. Dans ce genre, il y a un antécédent célèbre : le poète Muhammad Mahmûd al-Zubayrî a écrit en 1959 un roman allégorique, La tragédie de Wâq al-Wâq, nom d’une île mythique que les géographes arabes plaçaient dans la mer de Chine17. Sur cette île s’affrontent des personnages fictifs, mais qui sont tous en fait des acteurs de la scène politique yéménite.

73Les deux novellistes les plus représentatifs du courant politique sont Muhammad Muthannâ et Muhammad ‘Abd al-Walî. Dans Le bateau, qui n’est autre que le symbole de la Révolution, le premier décrit un équipage disparate et hésitant – comme par hasard il y a un passager égyptien –, aux prises avec une mer inhospitalière. Des vents contraires, dont la direction est facile à interpréter, empêchent le bateau d’arriver à destination. Pour Muhammad ‘Abd al-Walî, dans Elle était belle..., la révolution est une belle jeune fille qui descend à la ville avec ses corbeilles de fruits. On apprend incidemment que sa mère, belle comme elle, est morte en 1948 (date de la première tentative avortée contre le despotisme de l’imâmat). Un commerçant lui fait des avances, puis un militaire. Mais elle se lasse de venir en ville, peu à peu elle prend de l’âge, « des rides apparaissent sur son visage ».

« Mais mon cœur est toujours jeune... Je suis toujours vierge. Aucun chevalier n’a su trouver le chemin de mon cœur... Sinon un chevalier inconnu... Il s’est égaré dans une des pages du livre que tu m’as prêté ».

74Le plus intéressant est que l’auteur, quelques années plus tard, a écrit une suite ... Et elle restera belle. « Qui es-tu ? » demande-t-on à la jeune fille :

« Je suis sa sœur, je suis née après ou avant elle, ... je ne sais pas ... je suis comme elle. Il est probable que je serais elle et qu’elle serait moi. Nous te dirons tout quand tu reviendras. Maintenant, ami, prends ta pioche et viens... La voie devant toi est ouverte et libre ».

***

75Pour compléter le tour d’horizon des différents genres littéraires, il convient d’ajouter un mot sur la critique. Echo de la production dans les différents domaines, la critique yéménite se contente encore le plus souvent de présenter les auteurs et leurs œuvres, et, quand elle se risque à un jugement, c’est essentiellement sur des bases subjectives.

  • 18 AL-SHÂMÎ (Ahmad). Min al-adab al-yamanî, naqd wa târîkh. Beyrouth, Dâr al-shurûq, 1974, 280 p.
  • 19 AL-MAQÂLIH (‘Abd al-’Azîz). Shi’r al-’âmmiya fî l-yaman. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1978, 480 p.

76D’une façon générale, la critique se trouve dans de brefs articles des revues et journaux. Mais on peut déjà compter six ou sept études – il s’agit plus exactement de présentations – sur la littérature yéménite. Mentionnons en particulier les Pages de littérature yéménite18 d’Ahmad al-Shâmî, et du Dr ‘Abd al-’Azîz al-Maqâlih, La poésie contemporaine au Yémen (thèse de magistère) et La poésie populaire au Yémen (thèse de doctorat)19. Tous ces ouvrages sont bien sûr en arabe.

  • 20 AL-BARADDÛNÎ (‘Abd Allâh). Madînat al-ghadd. Sanaa, Al-jîl al-jadîd, 1968, 144 p.
  • 21 AL-ZUBAYRÎ (Muhammad Mahmûd). Dîwân. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1978, 446 p.
  • 22 AL-BARADDÛNÎ (‘Abd Allâh). Diwân. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1979, 700 p. en 2 volumes.
  • 23 AL-MAQÂLIH (‘Abd al-’Azîz). Dîwân. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1977, 644 p.
  • 24 AL-MAQÂLIH (‘Abd al– Azîz). Qirâ’a fî adab al-yaman al-mu’âsir. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1977, 212 (...)

77A cette occasion, il est intéressant de donner un aperçu de l’activité d’édition d’ouvrages yéménites. Comme sur place les moyens d’édition sont très limités – les presses de Sanaa sont encore très artisanales –, les publications sont faites essentiellement au Liban et en Egypte. Plus de soixante recueils, dîwân, de poésie ont été publiés au cours de ces dix dernières années. Les tirages sont parfois considérables, tel le recueil La ville de demain20 de ‘Abdallâh al-Baraddûnî, dont les cinq éditions successives totalisent plus de 30 000 exemplaires. Des éditions complètes des œuvres de trois poètes majeurs, al-Zubayrî21, al-Baraddûnî22 et al-Maqâlih23, ont vu le jour entre 1977 et 1979, tirant à 4 000 exemplaires. De gros volumes comme les deux thèses d’al-Maqâlih ont tiré à 10 000 (sur la poésie contemporaine) et 6 000 (sur la poésie populaire), alors que son petit livre Une lecture de la littérature yéménite contemporaine24 a atteint la diffusion de 16 000 exemplaires en plusieurs éditions très diverses. Toujours dans le domaine de la littérature, signalons les six volumes parus jusqu’à ce jour dans la série Kitâb al-kalima, d’une typographie excellente.

  • 25 Citons à titre d’exemple les importantes chroniques d’Ibn Dayba (1461-1537) : AL-DAYBA’ (Abû al-di (...)
  • 26 ZABÂRAH (Muhammad). Nashr al-’arf li-nubalâ’ al-yaman ba’d al-alf. ilâ 1375 H. Ve partie : Le Cair (...)

78Mais l’activité d’édition ne se limite pas à la littérature. Un gros effort est fait pour les livres d’histoire : l’histoire du Yémen, au demeurant fort mouvementée, est riche en chroniques sur les différentes dynasties qui se sont partagé le pouvoir. Domaine immense, pour une bonne part encore sous forme de manuscrits. Le meilleur de cet héritage commence à être publié25. Autre genre bien yéménite : les biographies ou tarâjim qui relatent la vie, génération après génération, des hommes de lettres, juristes et hommes de religion. Certaines sont fort volumineuses, comme Les parfums de la noblesse yéménite après l’an mil, du sayyid Muhammad Zabârah26, qui représente plus de deux mille pages imprimées. Source très utile, non seulement pour l’histoire, mais aussi pour la théologie.

79Dans ce dernier domaine, les lettrés zaydites, sayyids ou qâdîs, et les imâms eux-mêmes, ont été particulièrement prolixes. Il serait hors de propos de développer ce sujet ici, mais il est intéressant de signaler que le zaydisme est la seule « école » islamique où l’effort personnel d’interprétation du Coran ou de la sunna soit encore permis. En termes techniques, on dit que bâb al-ijtihâd maftûh. C’est incontestablement une des raisons qui ont encouragé la production théologique et l’on ne peut que se réjouir de voir certains de ces traités enfin publiés.

80Le ministère de l’information et de la culture patronne un programme ambitieux : la publication de « cent livres » du patrimoine yéménite, à travers les genres (histoire, théologie, littérature...) et les époques. Parallèlement, le Centre d’études yéménites, dont on dira un mot plus tard, a entrepris plusieurs publica-tions, couvrant également un large éventail. Un des titres ne s’appelle-t-il pas Textes yéménites sur la campagne française d’Egypte (campagne de Napoléon) ?

81Après un bref voyage dans le monde du livre, quelques mots sur les journaux et revues. Il y a au Yémen deux quotidiens : La Révolution, organe du ministère de l’information, qui couvre tout le pays, et La République, journal local de Ta’izz. On y trouve peu d’articles de fond, excepté dans le supplément du jeudi à La Révolution, qui comporte souvent des pages sur la littérature. On compte un certain nombre de journaux et revues hebdomadaires, soit magazines d’actualité, soit publications au propos limité. Les revues mensuelles sont nombreuses et inégales. Au-delà des revues éphémères – combien de tentatives se sont arrêtées après quelques numéros –, une mention spéciale doit être faite de trois revues, qui ont véritablement une vocation culturelle et un très bon niveau. Al-yaman aljadîd, du ministère de l’information et de la culture, qui a vu le jour en mars 1972 et qui, bon an mal an, a fait paraître une quarantaine de numéros sur des sujets variés, allant de l’archéologie à la littérature, l’ethnologie et l’histoire. A vocation plus directement littéraire est la revue Al-kalima, dont le slogan est « la revue des Yéménites cultivés ». Commencée en 1970, la qualité tant du contenu que de la présentation a considérablement progressé à travers les quelque cinquante numéros parus jusqu’à présent. C’est une revue indépendante. Mais la revue la plus intéressante et la plus représentative est probablement Al-hikma (La sagesse). C’est en tous cas celle qui a la plus longue histoire. Elle avait commencé à paraître à Sanaa de 1939 à 1941, elle constituait alors le forum des progressistes. Elle contenait une rubrique littéraire qui continua par la suite sous forme manuscrite, Le courrier littéraire, entre Sanaa et Ta’izz. Après les deux révolutions du Nord et du Sud, la revue revit le jour à Aden. Peut-être s’agissait-il plutôt d’une reprise de nom que d’une véritable continuité, mais elle s’est trouvée être à nouveau un catalyseur d’idées. Elle est l’organe d’expression de l’Union des écrivains yéménites, union qui regroupe les deux Yémens. Cette hikma nouvelle manière a déjà vu 80 numéros. Son champ de préoccupations dépasse la littérature, mais une bonne partie est consacrée à des articles littéraires. Malheureusement, elle n’arrive que sporadiquement au Nord-Yémen et on peut dire que sa diffusion y est un baromètre des relations avec le Sud.

82Ce n’est pas seulement par l’imprimé que les échanges littéraires se développent au Yémen. La vie sociale est très intense, au cours des longues après-midi des séances de qât. Certaines de ces séances sont de véritables clubs littéraires : ainsi l’Union des écrivains yéménites tient salon chaque après-midi pour discuter les potins littéraires, lire en commun le manuscrit de tel nouveau livre, traiter des affaires de l’association. Il y a là quelque chose d’informel, mais de très vivant.

83Et bien sûr, la radio et la télévision prêtent leur concours à la diffusion de la culture. La télévision yéménite naquit en 1975 et adopta la couleur en 1979. Plusieurs émissions hebdomadaires sont consacrées à la culture : l’une s’intitule Un écrivain et son livre. Une autre, destinée à diffuser le folklore populaire, s’appelle Images de mon pays. La Revue de la semaine a toujours une rubrique Le livre de la semaine.

84On ne peut que mentionner en passant les centres culturels des principales villes, qui, dans l’état actuel de leur développement, sont plus des lieux d’enseignement que de culture proprement dite. Mais il est une institution qui présente un très grand intérêt pour la vie culturelle au Yémen : le Centre d’études yéménites. Fondé par décret ministériel en 1972, il est présidé maintenant par le Dr ‘Abd al-’Azîz al-Maqâlih, dont il a été souvent fait mention à propos de la poésie. Quatre mots pour résumer l’activité de ce centre, qui s’est considérablement étoffé au cours des dernières années : collection, puis archivage du patrimoine culturel yéménite (manuscrits, chants, poésie populaire...), documentation, recherche. Le Centre d’études yéménites a déjà patronné l’édition de plusieurs thèses ou recherches. Il publie également une revue (trois numéros jusqu’à ce jour).

85Le Centre d’études yéménites n’est pas la seule bibliothèque. Il existe aussi une bibliothèque nationale, et, bien sûr, la célèbre collection de manuscrits de la grande mosquée. Et il n’est pas inutile de dire un mot de l’Université, car elle cristallise une bonne partie du présent et du futur de la culture yéménite. Fondée en 1970, l’université de Sanaa comporte maintenant cinq facultés : loi religieuse et droit, sciences, sciences pédagogiques, lettres (avec une section d’histoire), économie et commerce. Le corps enseignant est à majorité égyptien, et les diplômes délivrés sont reconnus par la Ligue arabe. Pour l’année scolaire 1979-1980, 4 123 étudiants ont été inscrits dans les diverses facultés. 75 % des étudiants sont Yéménites. La proportion d’étudiantes ne dépasse pas 10 %. Certaines facultés éditent une revue, en particulier la faculté des lettres, qui organise également des manifestations culturelles, telle une exposition annuelle du livre.

***

86Pour clore ce chapitre, une constatation et un vœu : la révolution de 1962, et plus encore la fin de la guerre civile en 1970, ont suscité une éclosion spectaculaire de la vie culturelle yéménite qui a commencé à se mettre au diapason des autre pays. L’on doit souhaiter que cette nouvelle jeunesse d’une culture, qui a tant à dire de son passé et de son présent, connaisse dans les autres pays arabes l’écho qu’elle mérite.

Notes

1 AL-ZUBAYRÎ (Muhammad Mahmûd). Thawrat al-shi’r. Le Caire, 1962, 162 p.

2 AL-MAQÂLIH (‘Abd al-’Azîz). Ma’rib tatakallam. S.L., S.D., 166 p.

3 AL-BARADDÛNÎ (‘Abd Allâh). Fî tarîq al-fajr. Sanaa, S.D., 152 p.

4 ‘UTHMÂN (Muhammad ‘Abduh). Falistîn fî l-sijn. Pékin, 1971, 50 p.

5 GHÂNIM (Muhammad ‘Abduh). Shi’r al-ghinâ’ al-san’ânî. Sanaa, Markaz al-dirâsât alyamaniyya, 448 p.

6 AL-SHAHÂRÎ (Fâtima). Bint al-yaman. Ta’izz, 63 p.

7 Ahkâm ‘Alî Ibn Zâ’id. Publié par A. AGARICHEF, Moscou, 1968, 80 p.

8 GHÂNIM (Muhammad ‘Abduh). Al-malika Arwâ. Âmir Ibn ‘Abd al-Wahhâb. Masrahiyyât shi’riyya fî arba’a fusûl. Khartoum, University Press, 115 p.

9 GHÂNIM (Muhammad ‘Abduh). Sayf Ibn Dhî Yazan. Masrahiyya shi’riyya fî arba’a fusûl. Beyrouth, Dâr al-’ilm li-l-malâyîn, 125 p.

10 AL-SHARAFÎ (Muhammad). Ard al-jannatayn. Masrahiyya shi’riyya. Le Caire, 1971, 128 p.

11 AL-SHARAFÎ (Muhammad). Harîq fî San’â’. Masrahiyya shi’riyya. Ta’izz, 1971, 95 p.

12 DAMMÂJ (Zayd Mutî’). Tâhish al-hùbân. Majmû’at qisas qasira. Le Caire, 1974, 140 p.

13 ‘ABD AL-WALÎ (Muhammad). San’â’, madîna maftûha. Riwâya. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1978, 90 p.

14 ABD AL-WALl (Muhammad). Yamûtûn ghurabâ. Riwâya. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1978, 100 p.

15 AL-LAWZÎ (Hasan). Al-mar’a allatî raqadat fî wajh al-shams. Majmû’at qisas qasîra. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1977, 104 p. (Kitâb al-kalima, n° 5).

16 AL-IRYÂNÎ (Ramziyya). Dahiyyat al-jasha’. Qissa min wâqi’ al-hayât. Ta’izz, Dâr al-qalam, 1971, 80 p.

17 AL-ZUBAYRÎ (Muhammad Mahmûd). Ma’sât wâq al-wâq. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1978, 220 p.

18 AL-SHÂMÎ (Ahmad). Min al-adab al-yamanî, naqd wa târîkh. Beyrouth, Dâr al-shurûq, 1974, 280 p.

19 AL-MAQÂLIH (‘Abd al-’Azîz). Shi’r al-’âmmiya fî l-yaman. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1978, 480 p.

20 AL-BARADDÛNÎ (‘Abd Allâh). Madînat al-ghadd. Sanaa, Al-jîl al-jadîd, 1968, 144 p.

21 AL-ZUBAYRÎ (Muhammad Mahmûd). Dîwân. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1978, 446 p.

22 AL-BARADDÛNÎ (‘Abd Allâh). Diwân. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1979, 700 p. en 2 volumes.

23 AL-MAQÂLIH (‘Abd al-’Azîz). Dîwân. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1977, 644 p.

24 AL-MAQÂLIH (‘Abd al– Azîz). Qirâ’a fî adab al-yaman al-mu’âsir. Beyrouth, Dâr al-’awda, 1977, 212 p.

25 Citons à titre d’exemple les importantes chroniques d’Ibn Dayba (1461-1537) : AL-DAYBA’ (Abû al-diyâ ‘Abd al-Rahmân ibn ‘Alî), Kitâb qurrat al-’uyûn fî akhbâr al-yamân al-maymûn. Édité par le qâdi Muhammad AL-AKWA’ au Caire. lre partie : al-maktaba al-salafiyya, 1977, 410 p. 2e partie : matba’at al-sa’âda, 1977, 275 p. Cette chronique est essentiellement sur la dynastie de Tâhirides, à laquelle vint mettre fin la première occupation ottomane. – Bughyat al-mustafîd fî târikh madînat Zabîd. Sanaa, Markaz al-dirâsât al-yamaniyya, 1979, 233 p. chronique qui, comme son nom l’indique, relate l’histoire de Zabîd.
Ou encore ces pages d’histoire régionale : AL-WUSÂBÎ (Wajîh al-Dîn al-Hubayshî) Târîkh wûsâb, al-i’tibâr fî t.tawârîkh wa l-âthâr. Sanaa, Markaz al-dirâsât al-yamaniyya, 1979, 260 p. Wusâb est une région montagneuse qui se trouve à l’est de la Tihâma et au nord du wâdî Zabîd.

26 ZABÂRAH (Muhammad). Nashr al-’arf li-nubalâ’ al-yaman ba’d al-alf. ilâ 1375 H. Ve partie : Le Caire, Matba’at al-sa’âda, 1359 H. 818 p. 2e partie : Le Caire, al-maktaba al-salafiyya, 1376 H., 960 p.

Notes de fin

* Voir à ce sujet le texte de Jon SWANSON sur l’émigration yéménite, ci-dessus.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 590k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable