Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Première partie. L'Arabie du sud

Histoire et conséquences de l’émigration hors de la République Arabe du Yémen

Jon C. Swanson

Texte intégral

1Contrairement au cliché si répandu, tous les pays de la péninsule Arabique n’ont pas le bonheur de posséder des richesses pétrolières. La République Arabe du Yémen est l’un de ceux qui n’en possèdent pas. Dans une certaine mesure, le Yémen a néanmoins bénéficié du boom pétrolier en exportant sa main-d’œuvre chez ses voisins plus chanceux. Cette émigration est très ancienne au Yémen bien qu’elle n’ait jamais atteint auparavant l’importance qui caractérise la période actuelle. L’expérience ainsi vécue au Yémen a historiquement coïncidé avec celle de l’Arabie Saoudite et des États du Golfe, et lui est liée. Il existe cependant de grandes différences. L’enrichissement du Yémen est moindre que celui de ses voisins ; il s’est infiltré à la base de son économie par les envois de fonds des travailleurs, non en jaillissant au sommet sous forme de revenus pétroliers.

  • 1 J’aimerais remercier ici George Dorance, Dan et Najwa Varisco, Rick et Sheila Tutweiler qui ont do (...)

2Le présent article se divise en deux parties principales. La première relate l’histoire de l’émigration au Yémen jusqu’à nos jours, tandis que la seconde examine les conséquences actuelles de cette migration sur le plan économique et social. Il se fonde sur deux périodes de recherche. La première s’étend de janvier 1974 à juillet 1975 ; elle est centrée sur la province d’Ibb, au sud de la R.A.Y. La seconde période commence en juillet 1979 et se termine en septembre de la même année1.

HISTOIRE ET MODALITÉS DE L’ÉMIGRATION YÉMÉNITE

  • 2 Brice, A systematic regional geography, 1966, p. 252.

3L’émigration a probablement été une des caractéristiques de l’Arabie du sud-ouest tout au long de son histoire. Un géographe britannique, Brice2, a en effet qualifié cette région de « réservoir ethnique » et a soutenu que « l’influence du Yémen a pu être constatée, essentiellement à cause de l’émigration, très au-delà de ses frontières ». Nous allons examiner brièvement l’ancienne émigration hors du Yémen et étudier plus en détail la migration moderne et ses caractéristiques.

L’émigration ancienne hors du Yémen

  • 3 MacMichael, A history of Arabian Sudan, 1967, pp. 3-11.
  • 4 Landen, Oman since 1856..., 1967, p. 35.
  • 5 Gray. History of Zanzibar..., 1962, p. 11.

4D’après une légende, la migration hors du Yémen débuta lors de l’effondrement de la digue de Ma’rib, aux environs de 575 avant J.C. Il est toutefois probable qu’elle existait bien avant cet événement spectaculaire. Macmichael3 a trouvé trace d’une émigration des Arabes du sud-ouest en Ethiopie, au Soudan et en Nubie aux temps anciens ; il a même suggéré qu’ils contribuèrent fortement au peuplement de l’Égypte : « On devrait admettre qu’aux débuts de l’ère dynastique, un grand nombre d’Arabes pénétrèrent réellement en Egypte par la côte d’Erythrée et s’y établirent ». Une migration pré-islamique amena aussi des Yéménites vers l’est, où ils s’établirent en Oman4, et vers le sud, en Afrique de l’Est, où ils se livrèrent au commerce pour la coloniser ensuite5.

5Après la venue du Prophète, les Arabes du sud-ouest rallièrent les légions conquérantes de l’Islam et s’établirent partout au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Ibn Khaldûn, par exemple, descendait d’une famille hispano-arabe originaire de l’Hadramawt et certaines tribus mauritaniennes affirment encore aujourd’hui être originaires du Yémen.

6Ainsi, l’émigration a été un trait constant de l’histoire du sud-ouest arabique pendant plusieurs millénaires. Pourquoi en est-il ainsi ? Il n’est pas facile de l’expliquer d’une manière précise. Brice, nous l’avons vu, qualifie le Yémen de réservoir ethnique ; il propose une explication malthusienne. Il soutient que l’expansion de la population au cœur des hautes terres a pour conséquence d’obliger les gens de la périphérie à passer de l’agriculture à la vie pastorale, ce qui fait d’eux des nomades du désert ; cela constitue une des phases d’un « cycle nomade » qui les conduira à se réinstaller quelque part après plusieurs générations.

  • 6 Brice, A systematic regional geography, 1966, p. 76.

7L’exemple classique du cycle nomade se produit en Arabie. Les montagnes du Yémen, dans le coin sud-ouest de la péninsule, constituent la seule région d’Arabie ayant une pluviosité suffisante pour permettre une agriculture prospère, même sans irrigation. Une population, dense suivant les normes arabes, s’est donc établie sur les montages en terrasses et les hautes plaines de cette grande oasis de montagne. Mais cette population s’est multipliée par accroissement naturel ; elle a excédé la capacité du sol à la faire subsister. Une petite proportion des habitants a donc été amenée régulièrement à chercher en remplacement un autre mode de subsistance, le nomadisme6.

8L’insistance de Brice à considérer l’émigration comme la conséquence de l’accroissement démographique ne prend pas en considération les moyens sociologiques et technologiques que les hommes ont fréquemment employés pour réduire la fécondité et limiter le nombre d’habitants. De même que l’accroissement de la population, l’environnement est présenté comme une constante. Cela est probablement une erreur, car certains faits suggèrent que des fluctuations à long terme dans le climat du Yémen ont pu avoir d’importantes conséquences historiques.

  • 7 Dayton, The problem of climatic change..., 1975, pp. 33-60.

9Les arguments relatifs aux changements à long terme dans le climat de la péninsule Arabique et leurs conséquences pour l’émigration sont passées en revue par John Dayton, dans un article qui cherche à expliquer l’abandon des travaux d’irrigation à Ma’rib7.

  • 8 Dayton, Ibidem, p. 58.
  • 9 Dayton, Ibidem, pp. 39-42.

10Selon cet auteur, le déclin progressif des récoltes et le manque de pluie aboutirent à cet abandon. Le dessèchement croissant qui amena la grande migration des tribus arabes hors d’Arabie, vers le nord, était causé par la baisse des précipitations, mais on incrimina un seul événement dramatique, la rupture du barrage de Ma’rib8. Dayton avance que, dans certaines régions du globe, comme le Yémen, situées à la limite de grandes zones climatiques, une légère modification de la température a pu avoir des conséquences considérables sur le régime des pluies. Dans le cas particulier du Yémen, cela signifierait un léger déplacement vers le sud du régime de la mousson, auquel sont dues les précipitations sur les hautes terres. L’Arabie du Sud s’étend exactement le long de la ligne du front intertropical, c’est-à-dire entre le système comprenant la masse des terres sibériennes d’une part, et le système des moussons englobant l’Inde et l’Asie du Sud-Est d’autre part. Un déplacement du front de ces systèmes de quelque deux cents miles a pu avoir d’énormes effets sur les précipitations de l’Éthiopie et de l’Arabie centrale et méridionale (c’est-à-dire les chaînes de montagnes du Hijâz, du ‘Asîr et du Yémen). Ces régions reçoivent ce qui reste de pluie à la frange du régime de la mousson. Cela explique sans doute les variations de niveau du Nil au cours de longues périodes d’observation et, par conséquent, les périodes de sécheresse en Arabie9.

  • 10 Dayton, Ibidem, p. 39.

11Si les fluctuations du niveau du Nil peuvent vraiment être acceptées comme indices des cycles de sécheresse en Arabie, on peut en déduire qu’un cycle de temps sec puis humide d’approximativement deux cents ans ressort des enregistrements effectués depuis environ 600 ap. J.C., date à laquelle ils débutèrent, jusqu’aux environs de 1480, date où ils cessèrent10. On peut raisonnablement supposer que des améliorations climatiques de longue durée, embrassant plusieurs générations, amèneraient un accroissement de la population. Une détérioration subséquente des conditions de vie intensifierait alors la pression démographique : il est concevable que celle-ci ait pu être allégée par l’émigration.

12Il est impossible d’accepter ou de rejeter catégoriquement l’une ou l’autre de ces explications relatives à l’émigration pré-moderne, en raison du manque de preuves historiques concernant la population et l’amplitude de la migration, ou de données précises sur l’histoire climatique de l’Arabie du sud-ouest. Néanmoins, on sait qu’un processus de migration vers l’extérieur est fréquent dans les régions montagneuses. On est bien renseigné sur cette tradition en ce qui concerne l’Europe alpine par exemple, où l’on possède une documentation précise sur l’émigration pour une période s’étendant sur plusieurs centaines d’années.

  • 11 Dayton, Ibidem, p. 38.

13Il est également difficile de connaître avec certitude le rôle des variations climatiques dans l’émigration moderne au Yémen. On sait qu’au cours des cinquante premières années de ce siècle, le débit annuel du Nil a été notablement inférieur à celui des trente années précédant 190011. Plus récemment, au début des années 1970, une sécheresse provoquant la famine a sévi dans ce que l’on appelle la « ceinture sèche » au long de la frange sud du Sahara, jusqu’au Yémen ; elle fut largement relatée par la presse. Le témoignage de nombreux Yéménites des provinces de Ta’izz et de Ibb corrobore ces indices d’un cycle sec au Yémen. Ils assurent que les précipitations étaient plus abondantes il y a trente ans qu’elles ne le sont maintenant. Lorsque l’on insiste pour obtenir des détails, ils parlent de wâdîs, maintenant à sec, que l’on dit avoir coulé autrefois toute l’année ; ils montrent les canaux d’irrigation en ruine et les champs qui auraient été abandonnés à cause de la sécheresse des récentes années.

  • 12 Ces chiffres fournis par Rick Fahey, employé au service des eaux comme volontaire du « Peace Corps (...)

14Les relevés des précipitations effectués par le service des eaux de Ta’izz infirment ce témoignage car ils montrent très peu de différence dans la pluviosité au cours des décades 1944-53 et 1960-6912. On peut supposer que les champs plus verts des années passées peuvent être pour l’adulte le reflet mythique des jours heureux et plus sûrs de son enfance et que l’abandon des travaux d’irrigation est autant le résultat de la pénurie de travailleurs liée à l’émigration que la conséquence d’un climat plus sec. En outre, il semble bien qu’il n’y ait aucune corrélation entre le premier assaut du prétendu cycle sec et le développement de l’émigration, car celle-ci était bien commencée au début du xxe siècle. Quoi qu’il en soit, on peut affirmer avec certitude que l’émigration moderne a été causée autant par l’attrait de conditions favorables hors des villages que par la détérioration des conditions d’existence à l’intérieur du pays.

La période moderne

15La période moderne de l’émigration yéménite peut être divisée en deux phases. La première dura du milieu du xviiie siècle jusqu’au début des années 1970 : l’émigration se dirigea vers Aden et l’outre-mer. Une seconde phase, plus récente, commença à la fin des années 1960 : elle se fit à l’intérieur de la péninsule, vers l’Arabie Saoudite et les États arabes du Golfe, Kuwait, Bahrain, Qatar et les Émirats.

Aden et l’outre-mer*

  • * Voir aussi la contribution de Michel Tuchscherer sur la formation de la R.D.P. du Yémen.
  • 13 Thompson et Adloff, Djibouti and the Horn of Africa, 1968, pp. 5-6.

16L’émigration hors du Yémen fut causée par l’intrusion des puissances coloniales occidentales dans la région ; une date marquante fut la création d’une station britannique de charbonnage à Aden en 1839. Les Britanniques furent bientôt rejoints par les Français, qui acquirent une île au large de la côte Somalie en 1862, et plus tard le port de Djibouti, sur le continent, en 188413.

17Ces deux enclaves coloniales donnèrent des possibilités aux Yéménites. La demande de manœuvres à Aden fut satisfaite au début par des Arabes venant de la région avoisinant la ville. La rapide expansion de ce marché de main-d’œuvre est indiquée par un recensement : la population d’Aden monte de 1289 en 1839 à 16 627 en 1842. Au cours de cette même période, la population arabe s’accrut de 617 à 12 170 ; cependant, au cours des dernières années 1840 et au long des années 1850, les Arabes furent de plus en plus remplacés par des coolies indiens amenés sous contrat depuis le sous-continent ; la fraction arabe de la population retomba à 23 %. L’hégémonie arabe sur le marché du travail fut cependant rétablie vers 1880, date à laquelle leur pourcentage remonta à 38 % de la population totale de 34 711. Cette prédominance continua de croître tout au long du xxe siècle, si bien qu’en 1955 les Arabes représentaient 75 % des 138 000 habitants. La plupart de ces Arabes travaillaient encore comme salariés, mais certains étaient entrés dans le monde du commerce, dominé par les Indiens de l’Est et les Européens, tandis que d’autres étaient partis à l’étranger.

  • 14 Thompson et Adloff, Ibidem, pp. 31-37.

18Djibouti devint aussi un but pour les émigrants yéménites, plus spécialement après sa désignation comme capitale de la Côte française des Somalis, en 1897. Quoique sa population n’ait jamais pu se comparer à celle d’Aden, les Arabes en 1967 étaient au nombre de 8 000 pour un nombre total de 62 000. Parmi ces Arabes, beaucoup s’étaient lancés avec succès dans le commerce, certains même sur une très grande échelle14.

19Aden et Djibouti étant des ports internationaux, ils devinrent bien plus qu’une destination finale pour les hommes des tribus qui descendaient par les wâdîs des hautes terres jusqu’à la mer. Dans de nombreux cas, ils servirent de points de départ pour une migration au-delà des mers. Des navires qui faisaient relâche prenaient de temps en temps des hommes d’équipage arabes ; souvent, des manœuvres venus pour l’entretien se dissimulaient dans les grands cargos et ne se montraient que lorsqu’ils étaient en haute mer. Ces hommes débarquaient par la suite dans un port étranger et essayaient de s’établir. S’ils réussissaient, ils pouvaient faire venir des parents ou retourner au pays natal, riches d’argent et d’histoires sur le monde exotique au-delà de leur patrie montagneuse.

  • 15 Kuczynski, Demographic survey of the British Colonial Empire, 1949, p. 57.

20C’est ainsi que Djibouti devint une porte ouverte sur les autres parties de l’empire français et Aden une étape vers d’autres possessions britanniques. Il est difficile de juger avec précision du volume de cette migration, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, lors des recensements, les populations minoritaires étrangères sont fréquemment répertoriées dans les catégories « autres » ou « divers ». Ainsi, bien que l’auteur sache qu’il existait au Viet-Nam une minorité arabe petite mais non négligeable (en partie expulsée en 1976), elle n’est mentionnée nulle part. Ensuite, lorsque les recensements disponibles comportent une catégorie séparée « arabe », il n’y a aucune possibilité de savoir si les Arabes en question sont yéménites, hadramîs, omanîs ou de quelque région d’Afrique de l’Est parlant swahili15. Enfin, puisque la plupart des émigrants yéménites sont des hommes adultes, c’est-à-dire plus mobiles que le reste de la population, ils sont moins susceptibles d’être recensés.

21Alors qu’il est probablement impossible de connaître l’importance des communautés yéménites dans les territoires coloniaux, on sait que des enclaves yéménites étaient disséminées à travers l’Extrême-Orient, à Saigon, Singapour, Hyderabad, en Indonésie ; en Afrique, les Yéménites s’étaient établis à Madagascar, au Kenya, en Tanzanie, en Ouganda, en Ethiopie, au Soudan et même au Tchad.

  • 16 Bujra décrit avec quel soin la communauté hadramîe, en Malaisie, évita la création de liens défini (...)
  • 17 Paine, Entrepreneurial activity without its profits. In, The role of..., 1963, p. 52.

22Comme c’est souvent le cas pour des minorités non-européennes en milieu colonial, les Yéménites se trouvèrent fréquemment placés dans le rang social intermédiaire entre les impérialistes européens et la population locale. Comme ils n’avaient pas de liens avec celle-ci et dépendaient totalement des autres pour pouvoir séjourner dans le pays, on se servait d’eux pour dominer et exploiter la population colonisée. Leur assujettissement au pouvoir colonial garantissait leur loyauté dans les rôles militaires et para-militaires. C’est ainsi que de nombreux Yéménites entrèrent dans les « Trucial Oman Scouts », de l’autre côté de la péninsule Arabique. D’autres encore formèrent la garde du corps du sultan d’Hyderabad et, au Viet-Nam, beaucoup furent employés comme gardiens autour des docks, à Hanoï et Saïgon. En même temps, l’absence de liens sociaux avec le petit peuple local16 leur permettait de jouer à fond la carte de l’efficacité commerciale et de réussir dans les affaires. En bref, ils correspondaient au modèle des « libres entrepreneurs », étudié par Paine, dont « les intérêts ont un caractère spéculatif et sont poursuivis sans tenir aucun compte des valeurs locales »17. Ainsi, en Asie et en Afrique, les Yéménites occupèrent une sorte de « créneau » économique semblable à celui des Indiens de l’Est en Afrique orientale, des Libanais en Afrique de l’Ouest ou des Chinois en Asie méridionale.

23Néanmoins, les communautés yéménites d’outre-mer ne se sont nullement limitées à l’Afrique et à l’Asie. Quelques Yéménites s’embarquèrent sur des bateaux à destination de l’Europe et des États-Unis. Une colonie yéménite vit à Marseille et d’autres existent sans doute ailleurs en France, bien qu’elles soient vraisemblablement submergées dans le flot plus important de la population nord-africaine. En Grande-Bretagne, une communauté yéménite vit à Cardiff depuis des années et le boom industriel britannique d’après guerre a encouragé l’immigration dans d’autres villes industrielles, comme Sheffield et Birmingham. Les communautés yéménites de Grande-Bretagne ont été le sujet d’articles et de livres tels ceux de Collins (1957), Little (1947) et Serjeant (1944), quoique le meilleur article à ce jour soit celui de Dahaya (1964). Une étude sur les communautés arabes immigrées en Grande-Bretagne est en cours de préparation par Fred Halliday. On trouve aussi une communauté yéménite importante au États-Unis et elle mérite une mention particulière car nombre de mes informateurs étaient des émigrés revenant des États-Unis.

  • 18 Bishara, Yemeni farmworkers in California, 1975, p. 24.

24Il est difficile de situer quand les Yéménites commencèrent à arriver aux Etats-Unis. Pour Mary Bishara18, ce serait peu avant l’ouverture du canal de Suez en 1869 ; elle cite en exemple un vieux travailleur agricole de Californie, âgé de quatre-vingt dix ans, qui affirmait que son oncle était venu aux États-Unis bien des années avant qu’il n’y soit arrivé lui-même au début des années 1900. On sait que quelques Yéménites immigrés au début du siècle purent acquérir leur citoyenneté en combattant au cours de la première guerre mondiale. Puisqu’il n’existe pas de contingentement pour le Yémen, la plupart de ces premiers immigrants débarquèrent illégalement sur l’une des côtes ; ils pénétrèrent ensuite à l’intérieur, dans les régions agricoles de la vallée de San Joaquin en Californie, ou rejoignirent les centres industriels en plein développement de Buffalo, Détroit et de l’Ohio central. A l’ouest, ils trouvèrent des travaux temporaires, tandis qu’à l’est, ils avaient plus de chance de s’occuper dans les fonderies ou les usines d’automobiles.

  • 19 Coon, Measuring Ethiopia..., 1935, p. 260.

25Les étrangers en situation illégale furent tolérés aux États-Unis pendant les années du boom, vers 1920 ; toutefois après le rude coup de la dépression, de nombreux Yéménites furent raflés et expulsés. Carlton Coon19, au cours de son voyage au Yémen en 1933, décrit sa rencontre avec un homme parlant anglais, qui avait travaillé aux États-Unis. L’histoire de cet homme est typique de celle d’un grand nombre des premiers émigrés aux États-Unis rencontrés par l’auteur :

26« Je saute du bateau, il y a quatorze ans, à New York City. Je vais Station Grand Central. Je vois officier de police, fils de garce. J’ai grande peur dans mon ventre. Je grimpe sur train pour Cleveland. Je trouve du travail là, usine. Contremaître dit, Muhammed, fils de garce tu te payes ma tête tout plein. Tu connais rien travail. Je dis, Bon Dieu patron, donne moi du temps. Moi type intelligent. J’apprends vite. Contremaître bon gars. Il me donne du temps. J’apprends. Il prend moi dans sa maison, avec sa famille. Lui juste comme mon père. Après, je vais à Detroit, je travaille Henry Ford. Dix ans je travaille à usine Henry Ford. Alors ils ont licencié tout le monde. Pas de travail. L’homme de l’immigration, il m’attrape à Chicago. J’étais marié femme russe à Chicago. L’homme d’immigration, il me donne temps de ramasser mes affaires. Ma femme, elle pleurer comme l’enfer, fils de garce. Que diable je fais ici. Pas d’usine. Moi pas paysan ».

27L’émigration vers les États-Unis ne reprit qu’après la seconde guerre mondiale, quand ce pays eut noué des relations diplomatiques en règle avec le Yémen et qu’un quota eut été fixé. Chose intéressante, parmi les premiers immigrants yéménites de l’après-guerre, la plupart ne vinrent pas directement du Yémen mais du Viet-Nam. La communauté yéménite sur place découvrit que le consul des États-Unis n’insistait pas sur la nécessité de savoir lire et écrire l’arabe quand le visa était obtenu à Saigon, considération importante puisque de nombreux Yéménites sont illetrés aussi bien dans leur propre langue qu’en anglais. Après le décret de réforme de l’immigration, en 1965, et l’abolition du système des quotas, nombre de Yéménites profitèrent des nouvelles priorités et firent venir leurs frères et leurs fils aux États-Unis. A ce jour, on peut trouver des communautés arabes importantes à Detroit, Buffalo, San Francisco, Oakland, Brooklyn et la vallée de San Joaquin ; ils travaillent dans l’industrie automobile, dans des fermes, comme mariniers, dans les restaurants et le petit commerce.

Migrations à l’intérieur de la péninsule Arabique

28Avant 1970, l’émigration yéménite s’effectuait outre-mer et n’affectait qu’une portion limitée du pays, surtout les provinces du sud, le long de l’ancienne colonie britannique d’Aden. Ces dernières années, cependant, cette migration transocéanique a diminué en raison du déplacement en masse des paysans vers l’Arabie Saoudite et le Golfe. Une migration intra-péninsulaire limitée avait lieu depuis des années, mais avec les augmentations du prix du pétrole qui se produisirent au début des années 1970, les Saoudiens et leurs voisins du Golfe lancèrent d’énormes projets de mise en valeur et de constructions nouvelles, qui créèrent de nombreux emplois. Étant donnée leur population très faible, ces pays ne pouvaient pas satisfaire leur marché du travail en pleine expansion avec leurs seuls nationaux et ils durent importer des centaines de milliers de travailleurs.

  • 20 Halliday, Labor migration in the Middle East, 1977, p. 17.

29D’après Halliday, le groupe le plus important de ces travailleurs est celui du Nord-Yémen20. En dépit de terribles conditions de vie, de l’absence de syndicats (ils sont illégaux), de préjugés largement répandus et d’une discrimination patente dans les pays qui les reçoivent, les salaires payés sont suffisamment élevés pour attirer les travailleurs yéménites par dizaines de milliers.

  • 21 C.P.O., 1975.
  • Voir l’étude de H. Steffen et O. Blanc ci-dessus.
  • 22 En 1976, le gouvernement cessa de délivrer des passeports et des visas aux candidats à l’émigratio (...)

30Il est difficile de savoir avec quelque certitude combien de gens ont quitté le pays. On peut difficilement obtenir des renseignements chiffrés de l’Arabie Saoudite et des États du Golfe, ces pays ne désirant pas publier le nombre relativement grand de leurs hôtes travailleurs ! En même temps, l’évaluation des statistiques fournies par le gouvernement yéménite ne va pas sans difficultés. Les chiffres initiaux fournis après le recensement de 1975 fixaient à 1 230 00021 la population émigrée hors du pays. Toutefois, une équipe suisse a plus tard rabaissé ce chiffre à 385 000 migrants. Bien plus, il est vraisemblable que le nombre des émigrants s’est accru depuis 1975, en dépit des efforts du gouvernement pour le limiter22. Cela est corroboré par les chiffres concernant les envois de fonds qui montrent un accroissement important depuis 1975/76. L’équipe suisse, en extrapolant d’après ses informations de 1975, estime qu’en 1980 il y aura 575 000 émigrants en dehors du pays. Même si l’on tient compte des évaluations suisses les plus modérées, cela signifie que 25 % de la force de travail masculine du Yémen n’y réside pas.

31Tandis que l’ampleur de l’émigration suffit largement, à elle seule, à apporter des changements à longue échéance dans l’économie politique yéménite, le type d’émigration et les stratégies économiques des migrants eux-mêmes sont également importants. On doit souligner par exemple que le taux d’émigration n’a pas été uniforme dans le pays. Le rapport suisse de 1978 a montré que si certaines régions avaient envoyé plus de 15 % de leurs travailleurs à l’étranger, d’autres n’en avaient envoyé aucun. Cela montre, bien entendu, que l’on ne peut pas faire entièrement confiance à des statistiques établies au plan national pour évaluer les conséquences de l’émigration car elles tendent à noyer dans la masse les différences locales. Le manque d’uniformité dans l’émigration n’est qu’une des caractéristiques du processus qui mérite d’être pris en considération. Les paragraphes suivants examineront plus en détail les formes et les statégies de l’émigration yéménite.

Types de migration

  • 23 Gavin, Aden under British Rule, 1975, p. 59.
  • 24 Gavin, Ibidem, p. 190.

32Depuis le début de l’ère moderne, la migration yéménite a suivi en pratique le même modèle. Lorsqu’il décrit l’Aden de 1842, trois ans après sa transformation en port britannique, Gavin écrit : « La population d’Aden était extrêmement mêlée et mouvante. Ceux qui s’y étaient installés n’avaient que rarement amené leur épouse et, en 1842, les femmes ne représentaient que 27 % de la population »23. Il y avait encore peu de changement à la fin du siècle. Les hommes descendaient des montagnes et, « en moyenne... ils ne séjournaient pas plus de trois ou quatre mois dans la colonie, puis retournaient dans l’intérieur »24.

33L’émigration yéménite de nos jours se compose encore largement d’hommes adultes seuls ; elle a la même intermittence quoique la durée du temps passé à l’étranger soit passée de trois ou quatre mois à deux ou trois ans et même davantage. Les hommes répugnent toujours beaucoup à emmener avec eux leur femme et leur famille, et ils restent fermement attachés à l’idée qu’ils retourneront finalement dans leur pays.

34Ce n’est jamais le hasard qui détermine la destination du migrant quand il quitte son pays. Dans la plupart des cas, il emboîte le pas à d’autres et son adaptation à la société qui le reçoit est facilitée par les membres de sa famille, de son village ou de la région qui l’ont précédé. La migration hors du Yémen est donc d’un type courant, en « chaîne », et il n’est pas rare de trouver un village où l’émigration se limite à un ou deux pays d’accueil. A titre d’exemple, un village près de Yarîm a concentré son émigration sur le Soudan et un autre, que j’ai découvert près de Radâ’, a envoyé ses fils au Tchad.

  • 25 Watson, Emigration and the Chinese Lineage, 1975, et Dahaya, Pakistanis in Britain..., 1973.

35La stratégie économique suivie par la plupart des Yéménites à l’étranger, que ce soit en Europe, en Amérique, en Arabie Saoudite ou dans les États du Golfe, vise à minimiser les dépenses dans le pays d’accueil afin de maximiser la somme d’argent disponible au pays natal pour une consommation ostentatoire et – ou – pour un investissement. Dans ces conditions, l’ouvrier yéménite tolère volontiers des conditions de vie minimales à l’étranger afin de pouvoir économiser le plus possible. A Detroit, par exemple, on trouve des ouvriers de l’automobile, gagnant de 15 à 20 000 dollars par an, qui finissent par partager un appartement bon marché valant 90 dollars avec un et parfois deux autres hommes, tout en prenant un autobus pour aller au travail. Bien entendu, tous les Yéménites ne gagnent pas autant d’argent et ceux qui travaillent comme employés de restaurant ou ouvriers agricoles sont fréquemment obligés d’accepter les conditions d’existence les plus marginales afin d’amasser au moins quelques économies. Il est bien évident toutefois que la stratégie économique de l’émigré s’oriente davantage vers le pays d’origine que vers celui où il habite. Une telle volonté de retour n’est pas rare et a été décrite pour d’autres groupes ethniques25.

  • 26 Central Bank of Yemen, Annual Report, 1976, p. 106.
  • 27 Central Bank of Yemen, Annual Report, 1978,p. 105.
  • 28 Central Bank of Yemen, Ibidem, 1978, p. 116.
  • 29 Central Bank of Yemen, Ibidem, 1978, p. 114.

36Cette idée constante de revenir au pays et la stratégie économique qui l’accompagne ont eu un immense impact sur l’économie de la République Arabe du Yémen, spécialement depuis le début de la migration intra-péninsulaire qui s’est effectuée à grande échelle à partir de 1970. Les chiffres fournis par la Banque centrale du Yémen26 indiquent clairement l’accroissement fantastique des transferts (envois de fonds) qui a eu lieu au cours de ces dernières années. De l’année fiscale 1972/73 à celle de 1975/76, ces transferts sont passés de 124,7 millions de dollars U.S. à 522,8 millions. En 1977/78, les envois de fonds totalisèrent 1,4 milliard de dollars27. Parallèlement à cet accroissement des salaires rapatriés, on note une augmentation impressionnante de la valeur des importations ; entre l’année fiscale 1973/74 et celle de 1977/78, elles ont grimpé de 164,8 à 871,2 millions de dollars28. Cependant, au cours de la même période, les exportations ont constamment décliné, tombant de 12,26 millions de dollars en 73/74 à 7,39 millions en 1977/7829. Il en résulte un énorme déficit commercial qui a été entièrement financé par les envois de fonds des émigrés.

37Il est évident que le boom économique décrit ci-dessus a eu des conséquences positives pour la balance des paiements du Yémen et pour le niveau de vie de nombreux Yéménites. Nous allons montrer cependant qu’en dépit de ces avantages, l’émigration n’a que peu contribué au développement d’une auto-suffisance économique. En fait, un déclin de la production agricole s’est produit, qui a rendu le Yémen dépendant de l’exportation de sa main-d’œuvre. Actuellement, le pays n’est guère plus qu’une étape sur le chemin de retour à l’Ouest des pétro-dollars.

CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES DE L’ÉMIGRATION YÉMÉNITE

  • 30 Swanson, Emigration and economic..., 1979, et Some Consequences of Emigration..., 1979.

38Dans des publications antérieures30, j’ai montré qu’il existe quatre variables associées généralement à l’émigration :

  1. réduction de la main-d’œuvre disponible ;
  2. accroissement des capitaux, provenant des prévisions de consommation et (ou) des salaires rapatriés par les émigrés ;
  3. innovations résultant du retour des émigrés avec des idées nouvelles et des dispositions d’esprit modifiées ;
  4. compétences des rapatriés.

39Ce dernier point n’a rien à voir avec la présente étude car peu de Yéménites acquièrent des techniques à l’étranger ; si c’est le cas, celles-ci sont inadaptées à la situation locale. Les émigrés aux Etats-Unis, par exemple, ont pu travailler comme mariniers, salariés agricoles, ouvriers dans des usines d’automobiles ou comme employés de restaurant, tous travaux qui n’ont pas d’équivalents au Yémen ou sont caractérisés par un statut inférieur et un bas salaire dans le contexte yéménite. Il en est de même pour les émigrés en Arabie Saoudite ou dans le Golfe qui sont généralement employés comme manœuvres non qualifiés, et sont donc incapables de revenir dans leur patrie avec une quelconque connaissance technique monnayable sur le marché du travail.

40En ce qui concerne les idées des rapatriés, je peux affirmer que les émigrés ne répugnent pas à introduire des changements dans la société quand ils ont l’argent nécessaire pour garantir de tels investissements et un espoir raisonnable de gains.

  • 31 Michapoulos, Labor migration..., 1968.
  • 32 Griffin, On the emigration of the peasantry, 1976, p. 354.

41Cette étude a montré sans aucun doute que les deux premières variables de la liste, main-d’œuvre et apport de capitaux, étaient de la plus haute importance. Ces variables ont-elles des effets positifs ou négatifs sur le développement économique ? Les économistes ne sont généralement pas d’accord sur ce sujet. Certains pensent que l’émigration ne peut être que bénéfique pour les pays pauvres en leur fournissant une importante source de revenus. D’autres estiment que les effets de l’émigration sont au mieux superficiels et n’apportent que peu de bienfaits vraiment sains au pays d’émigration. Dans une certaine mesure, ces différences dépendent des critères utilisés pour juger cette émigration. Michapoulos, par exemple, fait ressortir les conséquences positives de l’émigration en ce qui concerne la balance des paiements, puis soutient que le seul critère valable pour en juger les effets est de déterminer si elle améliore ou non le sort des émigrés et de leur famille sans pour autant épuiser l’offre locale de main-d’œuvre qualifiée31. Keith Griffin a une attitude semblable en affirmant qu’aussi longtemps que les salaires de l’émigré excèdent le produit marginal de son travail « chacun en tire bénéfice et en principe personne n’y perd »32.

Le niveau de vie

42Si l’on s’en tient à ce critère, on pourrait juger que l’émigration yéménite est un succès complet. Tout d’abord le Yémen possède peu de travailleurs qualifiés et il y a peu de doute que le niveau de consommation a sensiblement augmenté dans les villages d’émigrés. Il est difficile de savoir combien d’argent est expédié car cela dépend de l’endroit où l’émigré travaille et de la nature de son travail. Un émigré aux États-Unis, qui travaille dans la marine marchande ou comme ouvrier dans l’industrie automobile, peut épargner de 7 000 à 10 000 dollars par an et même davantage. D’autre part, un travailleur en Arabie Saoudite peut revenir chez lui après un an ou deux, avec seulement quelques milliers de riyals yéménites.

43L’une des priorités majeures quant aux envois de fonds est l’amélioration du niveau de vie ; la nourriture vient en tête de liste de cette catégorie de dépenses. Les informations concernant la nutrition suggèrent qu’une déficience en calories d’origine protéinique était endémique chez les enfants yéménites jusqu’à une date aussi récente que 1972. On a de bonnes raisons de croire que l’émigration a eu un impact positif sur le plan de la nutrition au Yémen. Lorsque l’on parcourt des villages où l’émigration vers les Etats-Unis est assez ancienne, on a la nette impression que les enfants d’émigrés sont généralement plus grands et plus robustes que leurs pères. Le montant croissant des importations de denrées alimentaires en République Arabe du Yémen montre une amélioration dans ce domaine pour l’ensemble du pays.

44Les chiffres fournis par la Banque centrale du Yémen indiquent que les valeurs des importations de denrées alimentaires a décuplé depuis l’exercice fiscal 1971-1972. En outre, cette augmentation a eu lieu malgré une émigration constante et importante de consommateurs adultes masculins au cours de la même période. Il n’est pas douteux qu’une partie de cet accroissement est la conséquence de l’inflation mondiale des prix et du déclin de la production locale, faute d’une main-d’œuvre suffisante. Il est toutefois à peu près certain qu’une partie de ces dépenses est due à des niveaux de consommation plus élevés.

  • 33 Central Bank of Yemen, Annual Report. 1976, p. 124.

45Si les habitants du Yémen se nourrissent mieux grâce aux envois de fonds des émigrés, ils s’habillent également mieux. Entre les années 1971-72 et 1975-76, les importations de coton, de laine et de textiles synthétiques se sont accrues près de six fois, passant de 3,7 millions à 21,8 millions de yards33.

46Le logement est un autre domaine dans lequel l’émigration a amélioré le niveau de vie. Les émigrés yéménites, comme ceux de bien d’autres pays dans le monde, ont une grande prédilection pour les maisons vastes et soignées. Leur préférence va à des maisons comportant plusieurs étages, de nombreuses fenêtres, construites en pierres dans le style traditionnel.

47Une conséquence probable de l’amélioration du niveau de vie esquissée ici est l’abaissement de la mortalité infantile, et donc un accroissement de la population. Cela est rendu possible en raison d’une alimentation et d’un logement meilleurs, mais aussi parce que les services de santé et les possibilités de se procurer des médicaments se sont améliorés. Le Yémen a de plus en plus de médecins et le nombre des hôpitaux va croissant, tout au moins dans les villes importantes ; les soins médicaux de base, dont la qualité varie considérablement, sont plus accessibles maintenant qu’ils ne l’ont jamais été et davantage de gens ont les moyens d’en profiter. La construction de nombreuses routes rend accessibles les services médicaux à un nombre croissant de gens. Toute une série de produits pharmaceutiques, y compris les sulfamides et les antibiotiques, sont en vente libre et disponibles dans toutes les grandes villes, comme dans de nombreux marchés ruraux.

48S’il existe les moyens matériels de maintenir la vie au cours des années d’enfance à risques de mortalité élevés, il y a plus important encore : ce sont les incitations économiques à élever une famille nombreuse. Un homme ayant de nombreux fils peut les envoyer en Arabie Saoudite ou dans le Golfe et accroître substantiellement les revenus de la maisonnée. S’il est lui-même émigré, envoyer ses fils travailler au loin pourra lui permettre de rentrer chez lui définitivement.

PHOTOS 7, 8, 9 et 10. – Le qât en République Arabe du Yémen.

Le qât est un arbuste (Catha Edulis Förskal) qu’on voit en haut à droite de la photo 7. On cueille les feuilles tendres à l’extrémité des rameaux ; elles sont emmagasinées longtemps dans la bouche par grosses chiques (photos 7 et 10). Drogue légère, le qât se consomme en longues séances d’après-midi, qui sont un fait majeur de la vie sociale yéménite. Il engendre une culture spéculative et une commercialisation très animée (photos 8 et 9) (Photos et légende : Paul Bonnenfant).

L’investissement rural et urbain, le développement économique

49Puisqu’il semble que l’émigration a des conséquences bénéfiques pour l’émigré et sa famille, il reste à déterminer si la société dans son ensemble profite autant des flux migratoires. En effet, on peut attendre davantage de l’émigration qu’une simple amélioration du niveau de vie pour ceux qui ont réussi à partir à l’étranger. On peut se demander également, et c’est peut-être une question encore plus importante, si l’émigration peut contribuer à un développement à long terme et à quelque indépendance économique. Dans les zones urbaines, cela se traduirait par des investissements dans des entreprises productives, ce qui réduirait la dépendance vis-à-vis des importations en les remplaçant par des produits locaux. Dans le secteur rural, cela signifierait des investissements accroissant la production ou le rendement de l’agriculture.

  • 34 Castles et Kosack, Immigrant workers..., 1973, p. 412.
  • 35 Bohnung, Some thoughts... et Basic aspects...
  • 36 Friedlander, Labor, migration and economic growth..., 1965, p. 33.
  • 37 Griffin, On the emigration of the peasantry, 1976.
  • 38 Kindleberger, Europe’s postwar growth..., 1967, pp. 103-106.
  • 39 Miracle and Berry, Migrant labour and economic development, 1970, p. 95.
  • 40 Paine, Exporting workers : the Turkish case, 1974.

50Castles et Kosack34 déclarent que le manque de travail est si grand dans la plupart des pays pauvres que l’émigration n’est guère susceptible de réduire le chômage. Bohnung35 partage ce pessimisme en affirmant que l’émigration augmente sans doute plus la dépendance économique qu’elle ne la réduit. Friedlander36, Griffin37, Kindleberger38, Miracle et Berry39, ainsi que Paine40, se limitant principalement à leurs propres observations dans le secteur rural, estiment tous que l’émigration à l’étranger peut, sous certaines conditions, jouer un rôle positif, sinon déterminant, dans un développement à long terme. Leur argument essentiel est que le rendement agricole et la production elle-même peuvent être accrus à condition que l’émigration réduise l’offre de main-d’œuvre et accroisse les salaires locaux ; l’élévation des salaires réduira les bénéfices et imposera d’accroître le rendement par la réunification des terres et la mécanisation.

  • 41 Une discussion un peu plus détaillée sur les effets de l’émigration dans le secteur rural a paru d (...)

51Dans les villages que j’ai étudiés, seul le premier terme de cette équation s’est trouvé confirmé ; avec des variations locales, les salaires se sont accrus41. Toutefois ces augmentations n’ont pas été accompagnées d’un remembrement des terres ou d’une mécanisation importante. En fait, bien au contraire, il y a eu une inflation du coût des terrains, et la mécanisation paraît s’effectuer plus parce que l’on dispose d’une technologie adaptable aux conditions de l’environnement local qu’en raison du déclin des bénéfices. Comme nous le verrons, les seules vraies conséquences de l’élévation des salaires ont été la réduction de la production et une dépendance accrue à l’égard des importations.

52Si l’on examine tout d’abord la question des terres, il est clair que l’émigration a eu un effet contraire à celui suggéré par Griffin, Kindleberger, et les autres auteurs cités. Au lieu de permettre le remembrement des terrains, elle a amené l’inflation des prix et la cristallisation des critères de la propriété terrienne. L’échec des économistes à prévoir ce résultat provient de ce qu’ils se sont contentés de considérer les envois de fonds comme un facteur important pour le développement économique des sociétés migrantes ; de fait, l’émigration a créé un surplus d’argent liquide au Yémen. Malheureusement, ce surplus s’accompagne d’un manque de possibilités d’investissements viables. C’est la terre qui constitue un des seuls investissements possibles et c’est pour le paysan un choix particulièrement tentant.

53Au Yémen rural comme dans la plupart des sociétés paysannes, la propriété terrienne est synonyme de pouvoir et de prestige. Chez l’émigrant attaché à l’idée du retour, il existe un puissant désir de traduire la richesse gagnée à l’étranger en signes et en marques traditionnels de rang social. Dans les trois villages que j’ai examinés, les gens se plaignaient de la rareté des terres disponibles à l’achat. On disait qu’autrefois les terrains changeaient de propriétaire plus librement car les familles s’élevaient et déclinaient au sein du système socio-économique. Quelques-uns des premiers émigrés ont pu accroître leurs propriétés, mais maintenant, par contre, chacun peut tenir bon sur sa terre ; en effet, si un individu se trouve dans une situation où la propriété de sa terre est menacée, il peut toujours rétablir sa position en partant pour le Golfe ou l’Arabie Saoudite. En raison de la volonté de la plupart des gens de garder leurs terrains, les prix ont monté en flèche. Au début des années 1960, un bon terrain était vendu de 100 à 200 riyals yéménites par shakla ou qasaba, unité de superficie d’à peu près 18,5 pieds de côté. En 1974-75, un terrain semblable était généralement coté 1 000 riyals yéménites par shakla, soit à peu près 221 dollars. Bien plus, ces prix sont bon marché si on les compare aux cours actuels. En octobre 1976, un ami de l’auteur habitant un village A à quelques miles d’un village B paya 75 000 riyals yéménites pour 30 shakla de terres irriguées de première qualité, soit près de 70 000 dollars l’acre. Bien que la terre occupe sans aucun doute une place spéciale dans l’échelle des valeurs des paysans yéménites émigrants, ce serait une erreur de considérer l’inflation du coût des terres simplement en fonction d’une tradition liée à une Weltanschauung qui conduit des paysans simples, sans imagination, à faire des choix irrationnels. Il faut plutôt souligner que l’inflation au Yémen rural résulte avant tout du manque d’autres investissements possibles. De nombreuses preuves indiquent en effet que l’émigré et sa famille sont plus que désireux d’investir dans des innovations techniques au niveau local. Toutefois, ces investissements échouent souvent car la technologie disponible n’est pas adaptée aux conditions de vie du pays ou parce qu’elle ne fournit pas de bénéfice raisonnable.

54Les innovations techniques peuvent s’appliquer aux secteurs agricole ou non agricole de l’économie villageoise. L’introduction de moulins à grain mécaniques est la principale application au secteur non agricole. Autrefois, les femmes transformaient le grain en farine en l’écrasant à la main avec des pierres à moudre, opération qui était exténuante et prenait beaucoup de temps. Quand on introduisit les premiers moulins, ils furent à la fois lucratifs et populaires. Ils sont restés populaires mais ne sont plus lucratifs car, dès qu’ils eurent démontré leur rentabilité, beaucoup d’autres s’empressèrent d’en acheter et les bénéfices furent bientôt réduits à un niveau très bas.

55Les techniques agricoles modernes disponibles au Yémen se limitent principalement aux équipements d’irrigation et aux tracteurs, ces derniers servant surtout au labour. Il arrive souvent, néanmoins, que de telles innovations ne conviennent pas aux terrasses escarpées du Yémen qui exigent beaucoup de travaux uniquement manuels.

56Le désir d’investir dans l’agriculture n’est pas lié à l’attrait de hauts salaires ; il résulte plutôt de la possibilité d’appliquer une technologie adaptée aux données particulières de l’environnement. En effet des salaires plus élevés sont davantage susceptibles de réduire la production que d’augmenter le rendement.

57Depuis 1973, il existe au Yémen un fossé grandissant entre le prix des grains et les salaires journaliers. Ceux-ci sont de nos jours douze fois plus élevés qu’en 1976, tandis que le prix des grains est resté constant. La conclusion à en tirer est évidente. Dans un système d’agriculture intensive comme celui qui prévaut dans la plus grande partie du Yémen, sinon la quasi-totalité, une rapide escalade des salaires associée à une élévation relativement modeste du prix des grains ne pourra avoir comme résultat qu’une tendance accélérée à abandonner la culture. Dans de telles circonstances, il paraît donc inévitable que seuls les meilleurs champs continueront à être cultivés dans l’avenir, tandis que les terrains les moins productifs seront abandonnés.

58Mes propres observations le confirment. Les statistiques gouvernementales relatives aux importations de céréales amènent à la même conclusion.

59C’est seulement au cours de l’exercice fiscal 1974-75, année exceptionnellement pluvieuse, que les importations de céréales fléchirent nettement au-dessous de celles de la période financière précédente.

60Il ne fait aucun doute que cet accroissement est dû en partie à une consommation accrue, surtout si l’on tient compte du fait que nombre d’hommes émigrèrent durant cette période. Néanmoins, une partie au moins de ce recours à des importations de grains doit être imputée au déclin de la production locale tel qu’il est indiqué ici. On doit aussi souligner que l’augmentation des importations de denrées alimentaires ne se limite pas aux céréales. Au cours des cinq années qui se sont écoulées entre les exercices 1971-72 et 1975-76, l’importation de fruits frais est passée de 1 000 à 7 140 tonnes, celle des fruits secs de 6 300 à 17 000 tonnes et les fruits en conserve de 9 000 à 11 800 tonnes. Les importations de sucre raffiné ont progressé d’une manière phénoménale, de 17 800 à 127 900 tonnes, si bien que les enfants yéménites peuvent maintenant bénéficier des mêmes dents gâtées que les enfants des pays plus « développés ».

L’investissement urbain

  • Voir plus bas l’explication de de terme.

61Les possibilités d’investissements ruraux étant limitées, les villes de Ta’izz et de Sanaa en particulier sont devenues des objectifs de plus en plus populaires pour les capitaux rapatriés. Le champ des possibilités d’investissement dans les centres urbains est malheureusement à peine plus grand qu’à la campagne. En outre, la plupart du temps, les types d’investissements possibles contribuent peu au développement d’une auto-suffisance économique. Au contraire, dans presque tous les cas, ils canalisent les capitaux vers la propriété immobilière ou vers des activités capitalistes de compradores d’un genre ou d’un autre. Les exemples qui suivent sont typiques des possibilités d’investissement qui s’offrent à l’émigré, entrepreneur en puissance, et montrent les principaux obstacles qui s’opposent à son succès.

62Comme l’on pouvait s’y attendre, l’investissement urbain que préfèrent les émigrants retournés au pays natal est constitué par le domaine foncier et immobilier. Si certains possèdent des entreprises en plus de leur propriété, le terrain reste l’investissement favori. Généralement, cette propriété se compose d’un bâtiment récent avec un espace pour une ou plusieurs boutiques au rez-de-chaussée et un appartement à l’étage. La plupart des émigrés ne possèdent qu’un bâtiment de ce genre, mais quelques-uns en ont plusieurs.

63Malheureusement, le coût de ce type d’investissement s’est élevé de façon si vertigineuse, depuis 1976 environ, que maintenant bien peu d’entre eux, sauf les plus riches, peuvent y faire face. Les prix du terrain, de la main-d’œuvre et des matériaux de construction ont tous grimpé. Cette montée commença au début des années 70 et fit un bond terrible après la grande valse des prix du pétrole en 1974, quand les pétrodollars commencèrent à inonder la péninsule. Le salaire d’un bon ouvrier du bâtiment à Ta’izz, en 1974, était de 5 riyals yéménites par jour (R.Y. = 0,225 dollar) ; au début de 1975, il était de 6 R.Y. et à la fin de cette même année, il était passé à 8 R.Y. En 1976, le salaire journalier des manœuvres s’éleva de plus de 300 % et passa à 25 R.Y. tandis qu’en 1977 il fit plus que doubler et atteignit 60 R.Y. par jour ! La main-d’œuvre qualifiée est encore plus chère. Un maçon qui gagnait 30 riyals par jour en 1975 en reçoit maintenant entre 250 et 300.

64Le prix des terrains à bâtir, en ville, a aussi démesurément augmenté. Bien sûr, les prix diffèrent selon les emplacements, mais quelques exemples suffiront pour donner une idée de l’ampleur de cette spéculation. En 1974, le principal informateur de l’auteur paya 700 R.Y. par shakla pour un emplacement de situation moyenne et même au-dessous de la moyenne, à la lisière de Ta’izz. Ce prix équivalait à 13,7 dollars l’acre. Quand il arriva aux Etats-Unis à la fin de 1976, il estimait que le prix d’un terrain semblable devait s’élever à environ 8 000 R.Y. par shakla, ou 337 dollars l’acre. Un autre informateur dont le terrain est mieux situé, près de l’hôpital chinois nouvellement construit, avait payé 16 000 R.Y. par shakla soit 73 dollars l’acre en 1974. Aujourd’hui, il estime que la valeur d’un tel terrain est d’au moins 20 000 R.Y. par shakla soit 916 dollars l’acre. Ce ne sont pas seulement les coûts des terrains à bâtir et de la main-d’œuvre qui ont augmenté, mais également ceux des matériaux de construction, qu’ils soient importés, ou plus encore d’origine locale. Un chargement de calcaire rose, la pierre favorite servant au revêtement des constructions dans la zone de Ta’izz, est passé de 120 R.Y. par camion en 1974 à 600 R.Y. en 1977. Les coûts de la construction ont fini par monter à des hauteurs si astronomiques que la propriété individuelle a virtuellement été éliminée en tant qu’investissement possible pour la plupart des émigrants.

65Le marché de détail offre un autre débouché aux investissements émigrés. Mais la concurrence y est très forte et l’on enregistre davantage d’échecs que de réussites. La plupart des petits commerçants vendent des marchandises diverses, des vêtements, du sucre, de la farine, des cigarettes, des batteries de cuisine, etc. Au Yémen, ce type de boutiques existe réellement par centaines et le marché est si fragmenté que les bénéfices ont sombré au niveau le plus bas. Les seuls profits réels sont pour la plus grande partie réalisés par les compradores qui disposent de capitaux importants et importent les marchandises directement du Japon, d’Allemagne, d’Australie, de France et d’ailleurs pour les revendre en gros aux petits boutiquiers.

66Le transport constitue un troisième secteur d’investissement dont la popularité va croissant. De plus en plus d’émigrés achètent des Landrover, des Landcruiser Toyota et même des poids lourds. De tels véhicules sont surtout utilisés pour transporter dans les campagnes les marchandises importées de l’étranger et ramener dans les villes leur cargaison humaine. Étant donné que la valeur des importations yéménites est montée de 908 millions de dollars au cours de l’exercice 1972-73 à 3,78 milliards en 1975-76 (Banque centrale du Yémen, 1976, p. 74) et si l’on considère la croissance rapide du réseau routier au Yémen, le transport doit paraître un bon investissement. Cependant, le nombre de camions importés dans le pays s’est élevé constamment : 372 véhicules en 1971-72, 1964 en 1975-76 (Banque centrale du Yémen 1976, p. 126). Le marché du transport semble, lui aussi, se diriger vers la fragmentation et les faibles profits. Des amis yéménites installés aux États-Unis ont donc abandonné leur plan d’achat de camions, estimant que les coûts ne font que croître alors que les taux de frêt restent stables.

Les banques, le gouvernement et le développement

67Si l’entreprise privée, dans l’ensemble, n’a pas favorisé le développement économique et l’auto-suffisance du Yémen, des institutions publiques telles que les banques et le gouvernement n’ont fait guère mieux. En 1976, l’avoir total bancaire au Yémen égalait 185 millions de dollars U.S. contre 82 millions l’année précédente. Pour ces deux années, 70 % de ces avoirs étaient constitués par des dépôts en compte courant ou affectés à un projet, tandis que 30 % seulement étaient des dépôts à terme ou des comptes d’épargne, soit un montant relativement faible si l’on considère le fait que presque toutes les transactions au Yémen s’effectuent en espèces plutôt que par chèque. Néanmoins, ces 30 % représentent une augmentation de 12 % par rapport à 1973 et reflètent partiellement le fait que le taux d’intérêt pour les dépôts d’un an était passé de 7 à 9 % en avril 1975 (Banque centrale du Yémen, 1975, p. 36). Il est toutefois douteux qu’un taux d’intérêt, même de 9 %, puisse attirer les économies au-dessus d’un certain niveau, étant donné le taux élevé de l’inflation. On peut également se demander si une augmentation des dépôts d’épargne stimulerait de quelque manière le développement économique, quand on considère la façon dont sont utilisés les dépôts bancaires. En 1976, moins de 3 % des prêts consentis furent utilisés pour financer un développement industriel et cela représenta une augmentation de 2 % sur l’année précédente ; 71 % des prêts versés furent utilisés au financement des importations et des exportations et la plupart des autres allèrent à des entrepreneurs, au transport et aux services. Une banque industrielle fut instituée en 1976 pour « fournir des prêts aux entreprises industrielles » (Banque centrale du Yémen, 1976, p. 36). Réussira-t-elle ou non ? Il faudra voir. Le principal rôle des banques dans l’économie du Yémen est en ce moment de favoriser le secteur import-export et non de promouvoir le développement.

68La politique économique du gouvernement n’a fait guère plus pour encourager la croissance économique. Ce que l’on peut dire d’elle en fait, c’est qu’elle a une saveur parfaitement mercantiliste et qu’elle aurait certainement l’approbation de ceux qui croient que le développement du tiers monde devrait reprendre en compte la phylogenèse économique de l’Occident. Suivant en cela le modèle classique du xviiie siècle, la plupart des revenus du gouvernement (soit plus de 80 % ces dernières années) proviennent des impôts indirects ; la plus grande partie en est fournie par les taxes d’importation. Cette source de revenus s’est accrue prodigieusement depuis le début de la décade. Mais en dépit de ces hausses massives, seuls 5 à 6 % du budget de la R.A.Y. ont été alloués aux services économiques d’ordre général et rien n’a été affecté au soutien du développement industriel.

69Les associations de développment local constituent une initiative gouvernementale qui a eu un succès limité. Comme leur nom l’indique, ces associations sont organisées sur le plan local. Elles sont composées des représentants élus des diverses communes, ‘izal, d’une région ; elles sont coordonnées au sein de la Confédération yéménite des associations de développement. Elles financent des projets de développement par des fonds provenant des taxes sur l’importation et sur la production, des cotisations des membres et de contributions privées. La majeure partie des projets financés à ce jour a été concentrée sur des installations électriques, l’approvisionnement en eau à usage domestique, les installations sanitaires, les écoles et les routes. Bien que de telles activités aient certainement amélioré la qualité de la vie pour de nombreux Yéménites, elles ont peu fait pour une augmentation de la production agricole qui aurait permis au Yémen de réduire sa dépendance vis-à-vis des importations.

70En résumé, bien que l’émigration ait augmenté les niveaux de consommation au Yémen, il apparaît qu’elle a peu contribué au développement d’une autosuffisance économique, que ce soit dans le domaine public ou dans le domaine privé. Les faibles possibilités d’investissement dans les zones rurales ou urbaines ont entraîné la fragmentation du marché et l’inflation des prix de la propriété immobilière. De plus, dans les zones rurales, la montée des salaires a conduit au déclin de la production par l’abandon des champs à faible rendement. C’est ainsi que le Yémen devient de plus en plus tributaire des importations de denrées alimentaires. Cette dépendance est encore aggravée par la politique bancaire axée principalement sur le maintien du commerce extérieur, alors que le gouvernement central est incapable d’avoir un rôle direct en canalisant ses revenus accrus vers des projets de développement économique. Le résultat de tout ceci, c’est que le Yémen, en dépit de l’énorme afflux d’argent liquide en provenance de l’étranger, est incapable de transformer cette richesse en investissements productifs.

Conséquences sociales de l’émigration

71Le manque de main-d’œuvre et les envois de fonds ont eu aussi des conséquences sur l’organisation sociale du Yémen. On ne connaît pas, cependant, la nature précise de ces transformations d’une façon aussi détaillée qu’il serait souhaitable, et une bonne part de l’analyse qui est présentée ici est fondée sur des impressions personnelles. Aussi les paragraphes qui suivent doivent-ils être considérés non comme des assertions définitives, mais plutôt comme des hypothèses susceptibles d’être soit confirmées, soit amendées. Cela dit, il m’apparaît que, dans les milieux ruraux, se produit actuellement un éclatement des relations socio-politiques traditionnelles, la paysannerie se transformant, au moins en partie, en un prolétariat international. D’autre part, il semble que, dans le milieu citadin, une élite marchande nationale a surgi et agit comme intermédiaire entre le marché international dominé par les Européens et les Japonais d’un côté, et le petit peuple local de l’autre.

Changements sociaux dans le milieu rural

72Les tensions économiques entraînées par l’émigration de main-d’œuvre semblent affecter, dans le secteur rural, les liens sociaux tant verticaux qu’horizontaux. En premier lieu, l’émigration amène le fait que Watson appelle « nivellement » (leveling) dans son ouvrage Emigration and the Chinese lineage (1975). Ce concept implique non pas que l’émigration conduirait à une redistribution de la richesse aux dépens d’élites paysannes plus aisées, mais bien à une égalisation des revenus grâce aux envois de fonds. Ce processus de nivellement s’accompagne, au Yémen, d’une érosion de la structure traditionnelle du pouvoir. Il serait bien sûr faux de prédire la disparition de toute différence de classe dans les zones rurales, car il est indéniable que certains traits de la hiérarchie sociale gardent leur importance. Cependant, à mesure que la culture du sol deviendra une source secondaire de revenu, à la campagne, les frontières entre les classes tendront certainement à s’estomper et les élites traditionnelles verront peu à peu leur pouvoir diminuer.

73Un des traits caractéristiques du Yémen était que ce pays comportait, traditionnellement, des zones de pouvoir très localisées, à peine pénétrées par le gouvernement central qui, du reste, avait été si faible pendant la plus grande partie de son histoire qu’on pouvait le considérer comme presque inexistant. Le caractère marginal du pays par rapport à ses voisins a eu comme conséquence fatale que toute production dépassant les exigences de la subsistance et des autres besoins globaux a été très réduite. En outre, la nature montagneuse du pays favorise le développement, dans les différentes régions, de systèmes politiques autonomes qui s’opposent ou tentent de mettre une limite à la collecte des impôts qu’exigerait une structure de pouvoir plus centralisé et fondé sur une base territoriale plus large. Il en résulte que souvent le pouvoir central estime que le coût auquel se monterait la mobilisation des forces nécessaires pour vaincre la résistance de telle région et collecter les sommes qu’elle doit, dépasse les excédents qu’il souhaite s’approprier. Face à une situation de ce type, le gouvernement central compose avec les structures locales de pouvoir, lesquelles acceptent de payer un minimum de tribut en échange d’un maximum d’autonomie.

74Sur le plan local, le shaykh ou son préposé exerce le pouvoir, en jugeant les contestations et en faisant appliquer les décisions judiciaires. Si c’est nécessaire, le shaykh sert aussi d’intermédiaire auprès du gouvernement central, qui reconnaît son autorité en se basant sur sa capacité à payer le tribut. Bien qu’il y ait certainement des écarts, les différences de revenus au niveau local sont généralement réduites. Bien entendu, le shaykh peut posséder davantage de terres, une maison plus grande, et jouir, d’une façon générale, d’un niveau de vie plus élevé ; cependant, son pouvoir repose dans une large mesure sur sa capacité à redistribuer les richesses parmi un groupe choisi de clients et de parents qui lui prêtent leur appui politique.

75On dit que, dans une pièce pleine d’hommes qui meurent de faim, celui qui possède une miche de pain est roi. Il en était ainsi au Yémen, où les shaykhs locaux, qui avaient la haute main sur tous les surplus, même les plus minces, assuraient le maintien du statu quo. Les paysans les plus pauvres et les classes inférieures acceptaient une telle situation, car les ressources économiques qu’il aurait fallu pour défier l’autorité du shaykh leur faisaient défaut.

76L’émigration menace cet équilibre de trois manières. Tout d’abord, les envois de fonds fournissent une source externe de revenus qui permet aux paysans de se soustraire au shaykh local et de chercher à se faire rendre justice en dehors de son domaine, ou par l’intermédiaire des tribunaux de sharia plus directement contrôlés par le gouvernement. En effet, ces tribunaux sont l’une des voies par lesquelles les paysans ont tenté d’obtenir des terrains, compte tenu de l’exiguïté du marché. On dépense des milliers de riyals pour faire transférer un cas d’une juridiction à une autre. Dans le passé, les paysans ayant des ressources limitées ne pouvaient pas suivre des procédures judiciaires aussi coûteuses ; ils étaient plus ou moins forcés de s’en tenir aux décisions du shaykh local. Une seconde conséquence de l’émigration est qu’elle permet aux paysans d’avoir leur propre clientèle et de développer leur propre base de pouvoir, concurrente de celle du shaykh. Le troisième aspect est que l’émigration peut se révéler si lucrative que les propres parents et clients du shaykh choisissent d’émigrer, érodant ainsi la base de son pouvoir.

77La riposte du shaykh à de tels assauts contre son rôle traditionnel est variable. Dans de nombreux cas, il se contente d’acquiescer et d’accepter l’inévitable. Deux des trois villages que j’ai étudiés en détail ne reconnaissaient plus l’autorité du shaykh. Questionnés, les villageois répliquèrent en riant : « Oh, nous avions bien un shaykh, mais nous n’en avons plus besoin ! » Dans d’autres circonstances, spécialement quand le shaykh a été autrefois puissant, il peut essayer d’arrêter l’érosion de son pouvoir en recourant à l’aide d’autres shaykhs ou à celle du gouvernement central. Dans certains cas, les paysans répondent par une résistance armée : le shaykh est forcé de se retirer, ou bien il est assassiné, ou encore obligé de s’enfuir dans une grande ville. Ce dernier cas se produisit dans le troisième village que j’ai étudié : le shaykh, craignant d’être assassiné par les rebelles de l’endroit, se sauva et se fixa dans la capitale.

78Bien que l’émigration paraisse contribuer à la restructuration des rapports de puissance traditionnels, ses conséquences sont plus limitées en ce qui concerne le statut hiérarchique. Comme la plupart des sociétés paysannes, le Yémen s’est organisé traditionnellement en groupes professionnels endogames, dont le statut social diffère suivant le degré d’accès aux moyens de production, c’est-à-dire la terre. Si l’on simplifie à l’extrême, ces groupes comprennent les sâda, descendants du Prophète, les qabâ’il, membres de la tribu, et les khaddâm, gens de « services », bouchers, barbiers et tous ceux qui s’adonnent aux tâches secondaires concernant les hommes et les animaux. Les deux premiers groupes, bien qu’ils accomplissent souvent des fonctions différentes, peuvent être considérés comme jouissant en gros d’un statut égal, alors que le dernier groupe est tenu en basse estime. Comme l’émigration, et par conséquent les salaires de main-d’œuvre, sont devenus plus importants, les niveaux de revenus de la catégorie « services » commencèrent à approcher et parfois même surpasser ceux des sâda et des qabâ’il. En raison des conditions économiques sommairement décrites ci-dessus, des lois complexes qui régissent les achats, et de la mauvaise volonté générale manifestée par les deux premières catégories sociales, les khaddâm ont rarement pu acquérir ce qui est, dans la société paysanne, la source essentielle du prestige, à savoir la terre. Pour cette même raison, ils ne sont pas parvenus à effacer les inégalités de statut en se mariant dans un groupe supérieur, quoique de telles alliances ne soient pas inconnues et qu’on puisse penser qu’elles seront de plus en plus nombreuses. En résumé, bien que de nombreux khaddâm chanceux tentent d’abandonner leur statut en s’installant dans le relatif anonymat des villes, il paraît probable que des vestiges de la hiérarchie des anciens statuts se maintiendront aussi loin qu’on puisse prévoir et resteront un facteur de clivage social, alors même que la prolétarisation se poursuivra.

79L’afflux d’argent liquide dans les campagnes du Yémen a également provoqué une détérioration des liens sociaux horizontaux chez les paysans. Eric Wolf a décrit le fonds de ressources destiné aux cérémonies (ceremonial fund) comme étant cette part de l’économie domestique rurale qui sert à maintenir les liens sociaux entre les paysans ; liens qui, dans le contexte d’une économie agraire limitée, peuvent avoir de l’importance en ce qu’ils maintiennent la possibilité d’accéder à des ressources essentielles, surtout en temps de disette. Cet auteur estime également que les dépenses faites pour les cérémonies sont les premières à être modifiées par les paysans quand la situation économique générale change. Il apparaît qu’au Yémen l’importante augmentation des envois de fonds a rendu les paysans moins dépendants des liens sociaux qui renforcent l’entraide, et a abouti à la détérioration de ces liens.

80C’est dans le cas du mariage que cette détérioration est la plus manifeste. Au Yémen, on arrangeait ordinairement les mariages en tenant compte des avantages politiques et économiques à long terme que pouvaient s’en promettre les familles des conjoints. La valeur, ou le prix, de l’épouse était établie de façon à refléter ces avantages et à consolider l’alliance. Par exemple, dans le cas du mariage avec la fille de l’oncle paternel (bint ‘amm), on était moins attaché, à l’ordinaire, aux considérations d’argent, parce qu’un tel mariage offrait l’avantage de conserver la propriété de la terre à l’intérieur de la famille. Il y a peu d’années, on pouvait encore négocier un mariage pour quelques milliers de riyals. Jusqu’en 1975, il était possible de négocier un mariage avec la fille de l’oncle paternel (bint ‘amm) pour 12 000 riyals yéménites seulement ; quand un homme d’un des villages étudiés dépensa 30 000 ryials pour épouser la fille d’un shaykh fortuné, on pensa qu’il avait payé une somme exorbitante. Cependant, depuis cette époque, il y a eu une incroyable inflation du prix des épouses, à tel point qu’en 1976 le gouvernement al-Hamdî essaya d’imposer un plafond de 3 000 riyals yéménites pour les contrats de mariage. Mais il fut impossible de faire respecter cette limite, et, depuis 1976, il y a eu une montée spectaculaire des prix. Des sommes de 70 000, 80 000 et même 100 000 riyals yéménites sont maintenant habituelles. Que signifie donc cette inflation ? Cette étude tend à montrer que l’énorme montée du prix de la mariée ne représente pas une valeur accrue de l’alliance, mais plutôt la commercialisation totale du mariage. La considération des avantages économiques et politiques est devenue secondaire depuis que l’agriculture n’a plus l’importance qu’elle avait, et les hommes qui ont des filles à marier essaient maintenant d’obtenir le prix le plus élevé possible sur le marché du mariage. Non seulement le montant de la valeur de la mariée a augmenté, mais, dans certains cas, la somme réservée à la célébration du mariage a diminué. Il y a quelques années, lorsque la fille d’un de mes amis épousa son cousin dans un village tout proche et vivant sur le même wâdî, les gens se plaignirent que seuls des parents des conjoints avaient été invités au mariage et non le village tout entier, comme auparavant. Dans ce cas particulier, le père de la mariée avait des intérêts commerciaux dans la ville de Ta’izz, et avait choisi de conserver ses ressources en vue d’un investissement ultérieur dans ses entreprises.

81Le problème reste le même que plus haut : attendu que la culture du sol devient un mode secondaire de production, il n’est plus aussi important qu’autrefois de maintenir des alliances qui étaient traditionnellement conclues pour assurer le succès du travail de la terre et procurer la sécurité au paysan.

82On constate également un déclin des relations sociales qui affecte directement les travaux de la terre. Un des villages étudiés par l’auteur en 1975 était caractérisé par une irrigation extensive au moyen de l’eau de deux wâdîs coulant toute l’année. Les villageois participaient tous à l’entretien des digues et des canaux d’irrigation. La diminution de la main-d’œuvre disponible et l’importancee des envois de fonds au cours de la dernière décennie incitèrent de nombreux villageois à acheter des pompes mécaniques et à puiser l’eau d’irrigation directement dans le lit du wâdî. De ce fait, on a laissé le système traditionnel d’irrigation se détériorer, et, comme il n’y a pas eu mise en culture de nouvelles terres, la productivité a décru. Aussi, les paysans sans pompe se plaignent qu’acheter l’eau à ceux qui en possèdent leur revient plus cher que les revenus des récoltes. Par conséquent, de nouvelles baisses de production sont à craindre car ceux pour qui l’achat d’une pompe ne se justifie pas économiquement laissent leurs terrains en friche.

83La demande de main-d’œuvre en Arabie Saoudite et dans les États du Golfe a donc relégué l’agriculture au rang de mode de production secondaire et a transformé une grande partie de la paysannerie yéménite en un prolétariat international. De plus, cette transformation s’est accompagnée, au moins en partie, d’une désintégration des liens de parenté verticaux et horizontaux qui, traditionnellement, assuraient la cohésion de la société yéménite en milieu rural.

Changements sociaux en milieu urbain

84Si un processus de nivellement est en cours à la campagne, c’est tout le contraire qui a lieu dans les centres urbains où le développement d’une bourgeoisie marchande a été accéléré par l’émigration. Comme je l’ai signalé précédemment, les émigrants sont rarement capables de transformer l’argent gagné à l’étranger en investissements rentables. En conséquence, une grande partie de leurs revenus est dépensée en biens de consommation. Toutefois, les principaux bénéficiaires de telles dépenses sont rarement la myriade de petits détaillants qui se font concurrence les uns aux autres sur un marché hautement fractionné. C’est bien davan-tage un plus petit groupe de compradores capitalistes qui contrôle l’ensemble du commerce d’import-export. Malheureusement, on connaît peu de choses sur ce groupe, sur son importance, ou sur sa richesse relative. Il est tout simplement impossible d’obtenir des chiffres sur ce sujet.

85Il faut souligner qu’il y a peu, en réalité, de relations organiques entre les paysans et le prolétariat d’une part et ces princes du négoce de l’autre. Dans le contexte de l’économie yéménite, les premiers n’ont d’autre fonction que d’être le principal canal par lequel s’opère le retour des pétrodollars vers l’Occident.

CONCLUSIONS ET HYPOTHÈSES

86Les changements économiques et sociaux qui résultent de l’émigration, et le fait que le pouvoir central soit incapable d’assurer pour l’avenir l’indépendance économique du pays, n’entraîneraient peut être que des ébranlements politiques mineurs si le marché du travail, dans les autres parties de la péninsule, pouvait continuer à absorber un grand nombre de travailleurs yéménites. Certains économistes sont même d’avis que l’avenir du Yémen est de servir de réserve de main-d’œuvre à ses voisins du Nord ; selon eux, on peut prévoir que les économies de l’Arabie Saoudite et des États du Golfe vont continuer à croître, et dès lors, il est, pour le Yémen, inadéquat et superflu de se fixer comme objectif une plus grande autosuffisance économique.

  • § Cf. l’étude sur Les travailleurs immigrés de la péninsule, de Serge de Klebnikoff, tome I de cet o (...)
  • 42 On peut penser qu’étant donné le nombre considérable d’émigrants dans ces pays et les substantiell (...)

87Il est possible que le marché du travail saoudien continue à s’étendre, mais rien ne garantit que la demande de travailleurs yéménites restera constante. Les pays pétroliers, ces dernières années, se sont préoccupés de plus en plus de l’élévation du coût de la main-d’œuvre, et ils se sont tournés de plus en plus vers des sources non arabes pour pourvoir à leurs besoins§. A cet égard, le Pakistan et l’Inde ont pris beaucoup d’importance. Les économies et les ressources en main-d’œuvre de ces deux pays écrasent celles du Yémen et sont bien plus capables de supporter les effets inflationnistes dus à l’exportation de la main-d’œuvre et aux envois de fonds. Leurs travailleurs se contentent de salaires plus faibles que ceux de leurs concurrents yéménites. A l’heure actuelle, l’ouvrier yéménite moyennement qualifié reçoit 22 à 33 dollars par jour en Arabie Saoudite. Par contre, l’Indien et le Pakistanais se contentent du tiers ou de la moitié de cette somme. La conclusion est évidente : les travailleurs yéménites seront progressivement remplacés par d’autres, sauf dans le cas où les Saoudiens et les autres pays pétroliers du Golfe prendraient la décision politique de restreindre l’immigration sud-asiatique42. Cette éviction des travailleurs yéménites est déjà chose faite à Bahrain. Un travailleur yéménite m’a raconté récemment qu’après avoir travaillé plusieurs années dans ce pays, il n’avait plus trouvé un emploi justifiant sa présence. Tous les travaux avaient été accaparés par les Indiens et les Pakistanais.

88Au début, l’émigration avait contribué à la stabilité politique au Yémen. A la suite d’une guerre civile dont la conclusion est restée incertaine, les paysans mécontents de leur situation politique et économique découvrirent qu’ils pouvaient améliorer leur condition matérielle, indépendamment du gouvernement, en quittant le pays. L’inefficacité et la corruption furent alors tolérées, tandis que les mouvements insurrectionnels naissants perdaient leur force à cause de l’émigration.

89Cependant, face à cette inflation croissante, le rêve de l’émigrant – investir de façon fructueuse l’argent qu’il a gagné et rester chez soi – s’est évanoui, et il se trouve enfermé dans le système migratoire. Toutefois, si la possibilité de l’émigration venait à disparaître entièrement, l’économie yéménite courrait grand risque de s’effondrer. Il est invraisemblable que les Yéménites, désormais habitués à un niveau de vie plus élevé, acceptent de revenir à la situation politique et économique d’antan. Par contre, ce qui risque de se produire, c’est une crise, à peu près classique, due à des aspirations croissantes, qui pourrait aboutir à un conflit étendu et peut-être même à une nouvelle guerre civile.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bishara (Mary). – Yemeni farmworkers in California. MERIP Reports, 34, 1975, pp. 22-26.

Bohning (W.R.). – Some thoughts on emigration from the Mediterranean Basin. International Labour Review, vol. 111, 3, 1975, pp. 251-277.

Bohning (W.R.). – Basic aspects of migration from poor to rich countries : facts, problems, policies. Genève, International Labour Organization, 1976, World Employment Programme, WEP 2-26, WP 6.

Brice (William C.). – A systematic regional geography. London, University of London Press, vol. 3, South-west Asia, 1966.

Castles (S.) and Kosack (G.). – Immigrant workers and class structure in W. Europe. London, Oxford University Press, 1973.

Central Bank of Yemen.Annual reports. Sanaa.

Collins (S.). – Coloured minorities in Britain. London, Butterworth, 1957.

Coon (Carlton). – Measuring Ethiopia and flight into Arabia. Boston, Little, Brown and Co. 1935.

Dahaya (B.). – Yemenis in Britain : an Arab migrant community. Race, 6, 1, 1964, pp. 177-190.

Dahaya (B.). – Pakistanis in Britain, transients or settlers ? Race, 14, 3, 1973, pp. 241-277.

Dayton (John). – The problem of climatic change in the Arabian Peninsula. Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 5, 1975, pp. 33-76.

Friedlander (Stanley). – Labor, migration and economic growth : a case study of Puerto Rico. Cambridge (Mass.), Massachusetts Institute of Technology, 1965.

Gavin (R.J.). – Aden under British Rule 1839-1967. New York, Barnes and Noble, 1975, 472 p., index, bibliographie, notes.

Gray (John). – History of Zanzibar from the Middle Ages to 1856. London, Oxford University Press, 1962.

Griffin (Keith). – On the emigration of the peasantry. World Development, 4, 5, 1976, pp. 353-361.

Halliday (Fred). – Labor migration in the Middle East. MERIP Report, 59, 1977, pp. 3-17.

Kindleberger (C.P.). – Europe’s postwar growth. The role of labor supply. Cambridge (Mass.), Harvard, 1967.

Kuczynski (R.R.). – Demographic survey of the Bristish Colonial Empire. London, Oxford University Press, vol. II, East Africa, etc., 1949.

Landen (Robert Geran). – Oman since 1856. Disruptive Modernization in a Traditional Arab Society. Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 1967, 488 p., index, bibliographie, cartes.

Little (K.A.). – Negroes in Britain. London, Kegan Paul, 1947.

Macmichael (H.A.). – A history of Arabian Sudan. London, Franck Cass and Company Ltd, 1967.

Michalpoulos (Constantine). – Labor migration and optimum population. Kyklos, 21, 1, 1968, pp. 130-146.

Miracle (M.P.) and Berry (S.S.). – Migrant labour and economic development. Oxford Economie Papers, 22, 1, 1970, pp. 86-108.

Paine (Robert). – Entrepreneurial activity without its profits. In : Barth (Fredrik), ed. The role of the entrepreneur in social change in Northern Norway. Oslo, Norwegian University Press, 1963.

Paine (Suzanne). – Exporting workers : the Turkish case. London, Cambridge University Press, 1974.

Serjeant (R.B.). – Yemeni Arabs in Britain. The Geographical Magazine, 17, 4, 1944, pp. 143-147.

Swanson (Jon C). – Emigration and economic development : the case of the Yemen Arab Republic. Boulder, Colorado Western Press, 1979.

Swanson (Jon C.). – Some Consequences of Emigration for rural economic development in the Yemen Arab Republic. Middle East Journal, 33, 1, 1979, pp. 34-43.

Thompson (Virginia) and Adloff (Richard). – Djibouti and the Horn of Africa. Stanford, California, Stanford University Press, 1968.

Watson (James L.). – Emigration and the Chinese lineage. Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 1975.

Notes

1 J’aimerais remercier ici George Dorance, Dan et Najwa Varisco, Rick et Sheila Tutweiler qui ont donné leur point de vue sur certains points de cette étude. Je suis bien entendu seul responsable de ses conclusions.

2 Brice, A systematic regional geography, 1966, p. 252.

3 MacMichael, A history of Arabian Sudan, 1967, pp. 3-11.

4 Landen, Oman since 1856..., 1967, p. 35.

5 Gray. History of Zanzibar..., 1962, p. 11.

6 Brice, A systematic regional geography, 1966, p. 76.

7 Dayton, The problem of climatic change..., 1975, pp. 33-60.

8 Dayton, Ibidem, p. 58.

9 Dayton, Ibidem, pp. 39-42.

10 Dayton, Ibidem, p. 39.

11 Dayton, Ibidem, p. 38.

12 Ces chiffres fournis par Rick Fahey, employé au service des eaux comme volontaire du « Peace Corps », montrent qu’à Ta izz au moins, il tomba plus d’eau (24,1 cm) entre 1944 et 1953 qu’entre 1960 et 1969 (23,2 cm).

13 Thompson et Adloff, Djibouti and the Horn of Africa, 1968, pp. 5-6.

14 Thompson et Adloff, Ibidem, pp. 31-37.

15 Kuczynski, Demographic survey of the British Colonial Empire, 1949, p. 57.

16 Bujra décrit avec quel soin la communauté hadramîe, en Malaisie, évita la création de liens définitifs avec la population locale ; elle alla jusqu’à obtenir d’un qâdî local une fatwa affirmant que l’Islam interdit le mariage d’un Arabe avec un non-Arabe, même si ce dernier est musulman.

17 Paine, Entrepreneurial activity without its profits. In, The role of..., 1963, p. 52.

18 Bishara, Yemeni farmworkers in California, 1975, p. 24.

19 Coon, Measuring Ethiopia..., 1935, p. 260.

20 Halliday, Labor migration in the Middle East, 1977, p. 17.

21 C.P.O., 1975.

22 En 1976, le gouvernement cessa de délivrer des passeports et des visas aux candidats à l’émigration. On m’a même raconté que des immigrants s’étaient vu retirer leur passeport à leur retour. On peut se demander toutefois si de telles mesures ont sérieusement abaissé l’émigration ; en fait, le résultat a sans doute été d’accroître les migrations illégales.

23 Gavin, Aden under British Rule, 1975, p. 59.

24 Gavin, Ibidem, p. 190.

25 Watson, Emigration and the Chinese Lineage, 1975, et Dahaya, Pakistanis in Britain..., 1973.

26 Central Bank of Yemen, Annual Report, 1976, p. 106.

27 Central Bank of Yemen, Annual Report, 1978,p. 105.

28 Central Bank of Yemen, Ibidem, 1978, p. 116.

29 Central Bank of Yemen, Ibidem, 1978, p. 114.

30 Swanson, Emigration and economic..., 1979, et Some Consequences of Emigration..., 1979.

31 Michapoulos, Labor migration..., 1968.

32 Griffin, On the emigration of the peasantry, 1976, p. 354.

33 Central Bank of Yemen, Annual Report. 1976, p. 124.

34 Castles et Kosack, Immigrant workers..., 1973, p. 412.

35 Bohnung, Some thoughts... et Basic aspects...

36 Friedlander, Labor, migration and economic growth..., 1965, p. 33.

37 Griffin, On the emigration of the peasantry, 1976.

38 Kindleberger, Europe’s postwar growth..., 1967, pp. 103-106.

39 Miracle and Berry, Migrant labour and economic development, 1970, p. 95.

40 Paine, Exporting workers : the Turkish case, 1974.

41 Une discussion un peu plus détaillée sur les effets de l’émigration dans le secteur rural a paru dans le numéro d’hiver du Middle East Journal, 1979.

42 On peut penser qu’étant donné le nombre considérable d’émigrants dans ces pays et les substantielles différences de salaire, une décision de cet ordre serait en tout état de cause impossible à mettre en vigueur.

Notes de fin

* Voir aussi la contribution de Michel Tuchscherer sur la formation de la R.D.P. du Yémen.

Voir l’étude de H. Steffen et O. Blanc ci-dessus.

Voir plus bas l’explication de de terme.

§ Cf. l’étude sur Les travailleurs immigrés de la péninsule, de Serge de Klebnikoff, tome I de cet ouvrage, et les contributions sur les émirats du Golfe, au tome II.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2339/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 393k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable