Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Première partie. L'Arabie du sud

La démographie de la République Arabe du Yémen

Hans Steffen et Olivier Blanc

Texte intégral

1. INTRODUCTION

  • 1 Les termes « Yémen » et « Yémen du Nord » seront, dans cette étude, exclusivement utilisés pour dés (...)

1La République Arabe du Yémen est située au sud-ouest de la péninsule Arabique dont elle occupe un angle montagneux au relief brisé et bouleversé1. Pendant des siècles, ce pays n’a guère été accessible aux étrangers. Son isolement l’a souvent fait considérer comme le « pays inconnu ». Bien peu de ses caractéristiques géographiques, démographiques et sociales avaient pu être établies avec quelque précision jusqu’à tout récemment.

2Cependant, après la révolution de 1962 et surtout après la guerre civile qui se termina en 1969, le gouvernement du Yémen a développé ses contacts avec l’extérieur et a ouvert les portes du pays aux mutations sociales et économiques pour faire de la République un État moderne.

  • 2 « The Housing and Population Census received full support from the political leadership of the coun (...)

3C’est dans le cadre de cet effort de modernisation qu’il faut inscrire le premier recensement du Yémen, effectué en 1975. Jusqu’alors, les estimations de la population yéménite étaient toujours restées extrêmement vagues, variant entre 4 et 9 millions d’habitants. Il est évident qu’en regard de ses projets de développement, le gouvernement du Yémen attendait avec le plus grand intérêt un comptage et une meilleure connaissance de la population du pays, dont allait dépendre nombre de décisions politiques, économiques, sociales et administratives2.

4Le recensement de 1975, bien qu’il ait été effectué avec attention et engagement de la part des participants, s’est heurté à de nombreuses difficultés, d’ordre géographique particulièrement. Les cadres disponibles ne permettaient pas de définir les arrondissements de comptage, ni de fixer avec précision les positions des quelque 50 000 villages que 5 000 étudiants, enseignants secondaires et fonc-tionnaires devaient visiter pour dénombrer et questionner les habitants. De plus, de nombreux hameaux situés dans des régions abruptes et isolées des montagnes étaient très difficilement accessibles. Enfin, quelques tribus du nord-est du pays s’opposèrent au recensement et refusèrent la visite des agents recenseurs.

  • 3 Annuaire démographique des Nations Unies, 1975. New York, 1976, p. 163.

5Face à ces difficultés rencontrées dans le déroulement des travaux, l’organisation centrale de planification reconnut très vite l’importance d’un contrôle de la qualité des résultats provisoires. Ce contrôle apparut d’autant plus de circonstance que le comptage provisoire révéla un nombre d’habitants sensiblement inférieur aux estimations antérieures. En effet, le recensement donnait une population totale de 4,52 millions d’habitants alors qu’en 1975, par exemple, les Nations Unies estimaient la population de la République à 6,67 millions3.

  • 4 Steffen (Hans). Population Geography of the Yemen Arab Republic, the Major findings of the Populati (...)

6Afin d’examiner la qualité et la fiabilité des résultats qui pouvait étonner plusieurs, le gouvernement de la République Arabe du Yémen pria le gouvernement suisse de désigner un groupe de géographes et démographes pour procéder à des contrôles du recensement. Ces contrôles, effectués notamment sur la base de photos aériennes et d’échantillons sur le terrain, révélèrent que, d’une manière générale, le recensement avait été conduit avec une remarquable précision et que le chiffre provisoire de 4,52 millions d’habitants ne devait pas être très éloigné de la réalité. On profita de ces contrôles pour inclure dans le dénombrement les habitants que l’on n’avait pas été en mesure d’atteindre lors du recensement, ainsi que pour corriger quelques lacunes, omissions ou erreurs de calculs. De ces travaux postérieurs au recensement, on est arrivé à la conclusion que la population de la République Arabe du Yémen s’élevait à 4 705 000 habitants en février 1975, non compris les émigrants temporaires ne dépassant pas le nombre de 385 0004.

7L’objectif de notre contribution est de présenter quelques-uns des résultats importants du recensement de 1975, complétés par ceux d’enquêtes plus récentes, et de corriger, dans la mesure du possible, des estimations et des opinions qui ne semblent pas toujours pouvoir trouver leur confirmation dans les faits observés. Pour cela, nous avons retenu un certain nombre de caractéristiques que nous avons groupées en trois volets : la distribution de la population, des indications sur les taux démographiques et, enfin, une vue générale des mouvements migratoires.

2. LA POPULATION DU YÉMEN ET SA DISTRIBUTION RÉGIONALE EN 19751

2.1. Vue générale

  • 5 Steffen (Hans) et alii, Preliminary Report No 4 : The Mashriq, p. 23. Report of the Airphoto Interp (...)

8Selon le recensement de 1975, la population de la République Arabe du Yémen atteignait le nombre de 4 520 000 habitants. Ce nombre est légèrement inférieur à celui que les contrôles ultérieurs du groupe d’experts suisses ont permis d’établir. A ces 4,52 millions, on a ajouté 137 000 personnes oubliées dans les régions recensées, alors que les habitants des territoires qui n’avaient pas été pris dans le dénombrement ont été estimés à quelque 48 000 individus. C’est donc par une augmentation de l’ordre de 185 000 personnes, soit 4 %, que l’on a déterminé la population de facto du Yémen au 1er février 1975, en élevant le chiffre du recensement à 4 705 000 habitants5.

  • 6 Steffen (Hans) et alii, Preliminary Report No 5 : Population Data Bank, p. 27. Report of the Airpho (...)

9Bien que le nombre de ses habitants soit sensiblement inférieur aux estimations qui étaient généralement prises en considération dans le passé, la République Arabe du Yémen est relativement peuplée par rapport aux autres pays de la Péninsule. Ainsi qu’il ressort du tableau n° 1, les 4,7 millions de Yéménites occupent quelque 135 000 km2, alors que pour l’ensemble de la Péninsule, grande de 3 millions de km2, la population ne doit guère dépasser 12 millions de personnes6. Bien que très inégalement réparti sur le territoire, ainsi que nous le verrons plus loin, le peuplement du Yémen, avec 35 habitants au km2, dépasse largement la densité de population de ses voisins, chez qui on ne compte que 3 à 5 personnes au km2.

10Les écarts des densités de peuplement entre les provinces du Yémen illustrent la concentration de la population dans les régions les plus favorisées du pays du point de vue climatique et géographique. Si les provinces de Ta’izz et de Sanaa enregistrent le plus grand nombre d’habitants, respectivement 882 000 et 831 000 habitants, elles ne précèdent que de peu le territoire d’Ibb qui, notablement plus petit, a une densité de population de plus de 120 personnes au km2. Par contre, à l’opposé, la province de Ma’rib sur le versant est du pays ne compte guère que 70 000 habitants, soit à peine 2 personnes au km2 sur un territoire qui en compte près de 40 000.

11Si, avant 1975, on pouvait déjà se rendre compte du poids démographique différent des régions du pays, le recensement a certainement permis de mettre en relief les caractéristiques et les facteurs de la distribution régionale de la population yéménite auxquels, parmi d’autres considérations, on devra certainement prêter attention dans le cadre des efforts de développement souhaités par le gouvernement de la République.

2.2. La distribution régionale de la population

12Les facteurs déterminant les formes de distribution géographique d’une population sont complexes et varient dans le temps aussi bien que les caractéristiques de cette population elle-même. Des trois principaux groupes de facteurs, démographiques, socio-économiques et géographiques, les derniers ne sauraient être ignorés dans le cas du Yémen. En effet, le climat, la distribution des pluies et l’hydrographie d’une part, le relief, la nature et la qualité des sols d’autre part, ont exercé, et exercent toujours une grande influence sur la distribution régionale de la population d’un Yémen encore essentiellement agricole.

  • 7 Estimations moyennes de 1975 tirées de l’Annuaire démographique des Nations Unies, 1976, pp. 70-73. (...)

TABLEAU 1
Population, accroissement, densité et proportions hommes/femmes de la République Arabe du Yémen et de quelques pays du Moyen-Orient7

TABLEAU 1Population, accroissement, densité et proportions hommes/femmes de la République Arabe du Yémen et de quelques pays du Moyen-Orient7
  • 8 Steffen (Hans), Geiser (Urs), Dubach (Werner) et alii. Final Report of the Airphoto Interpretation (...)

TABLEAU 2
Résultats principaux du recensement de la population de la République Arabe du Yémen en 1975, par provinces8

TABLEAU 2Résultats principaux du recensement de la population de la République Arabe du Yémen en 1975, par provinces8

13Le temps où les Yéménites dépendaient presque entièrement de la production locale de nourriture n’est pas très éloigné et la démarcation actuelle des zones de peuplement est encore très illustrative de l’importance de la prospérité agricole des différentes régions, liée aux conditions physiques et climatiques du lieu. Au cours de ces dernières années, la dépendance du milieu naturel tend néanmoins à diminuer, du fait de l’urbanisation croissante et des possibilités de travail que l’ouvrier yéménite trouve dans les pays voisins riches en pétrole. Mais, étant donné que les migrants laissent normalement leur famille dans leur village d’origine, la relation étroite existant entre les conditions du milieu naturel et la densité de la population n’a pas encore été sensiblement modifiée. La plus grande partie de la population du Yémen reste dès lors toujours concentrée dans les régions les plus fertiles du pays qui représentent environ un huitième du sol national.

14Du point de vue géographique, on peut, ainsi que le montre le tableau n° 3, diviser le Yémen en trois grandes zones, elles-mêmes composées d’un certain nombre de régions que l’on distingue notamment en fonction de l’altitude.

TABLEAU 3
Population et densité de peuplement des régions géographiques de la République Arabe du Yémen en 1975

TABLEAU 3Population et densité de peuplement des régions géographiques de la République Arabe du Yémen en 1975

a) La plaine côtière (Tihâma)

15Le Yémén possède sur la mer Rouge une façade maritime d’environ 500 km. La bande côtière, la plaine de Tihâma, est entièrement contenue dans l’escarpement occidental et s’étend de la frontière saoudienne au nord à celle de la République démocratique populaire du Yémen au sud. Bordée de récifs coralliens et large d’environ 50 km, cette plaine est dotée d’un climat chaud et humide. Son sol, manquant d’eau, n’est cultivé qu’à proximité des « oueds » qui se forment à la suite des chutes de pluie sur les montagnes.

16Couvrant 20 300 km2, la plaine de Tihâma compte 730 000 habitants, soit une densité de 36 habitants au km2, une moyenne qui est proche de celle du pays tout entier. Les principaux points de concentration de la population sont constitués principalement par le port de Al-Hudayda, d’une part, et de l’autre, par les territoires bordant les « oueds » qui traversent la plaine d’est en ouest ; sur ces terres, les paysans cultivent principalement le millet, le maïs, le sorgho et le coton.

b) Les escarpements occidental et méridional

17Quittant la plaine, on s’élève dans une région montagneuse dont les chaînes de sommets dépassent parfois 3 500 m d’altitude et dont le relief s’étend sur quelque 100 à 150 km à l’intérieur du pays. Cette zone couvre la plus grande partie des escarpements occidental et méridional. C’est la région du pays qui possède le meilleur climat de toute la péninsule Arabique : tempéré et humide en été, relativement sec en hiver. La mousson s’y manifeste et les précipitations sont assez abondantes. Cela explique que cette région soit la mieux cultivée, celle à qui on a donné, dans l’Antiquité, le nom d’« Arabie heureuse ». C’est elle aussi qui comprend le plus de villes et qui est la plus peuplée. Les hauteurs occidentales des provinces de Ibb, de Al-Mahwît et de Ta’izz notamment enregistrent des densités de peuplement qui oscillent entre 80 et 130 habitants au km2. A quelques villes qui sont autant de centres régionaux et locaux, s’ajoutent une multitude de villages accrochés aux pentes abruptes ou perchés au sommet des montagnes. Ces villages sont entourés ou surplombent un nombre impressionnant de jardins en terrasses où poussent le sorgho, le millet, le café et le qât, ainsi que les bananes, les agrumes et le maïs que les paysans cultivent sur de petits lopins de terre irriguée.

c) Les hauts plateaux centraux

18Ces hauts plateaux couvrent une région qui est délimitée à l’ouest par la chaîne principale de montagnes, à l’est par le massif de Khawlân et au sud par le col de Sumâra. La zone se divise en plusieurs plaines intérieures situées à des hauteurs variant entre 1 800 et 2 400 m d’altitude. Ces plaines se prêtent bien à la culture des céréales de toutes sortes, des légumes et des fruits (raisins, bananes, pêches, etc.). Le relief moins accidenté de cette partie centrale du pays a permis d’y établir l’axe nord-sud des communications. C’est à son point de rencontre avec l’axe est-ouest (Al-Hudayda – Ma’rib) qu’est située Sanaa, la capitale de la République.

d) L’escarpement oriental

19La concentration de population des hauts plateaux centraux fait rapidement place à un peuplement qui se disperse de plus en plus du nord à l’est. Si les hauteurs du nord (Barat, Kitâf notamment) comptent encore quelque 11 habitants au km2, la moyenne tombe à 3 dans les régions orientales proches du désert. La diminution progressive du peuplement doit certainement être mise en relation avec l’importance des « oueds » qui, nés dans la montagne, arrosent un certain nombre d’oasis pour se perdre ensuite dans le désert. Cette partie peu peuplée de l’escarpement oriental est caractérisée par des différences élevées de température, entre la chaleur du jour et la fraîcheur des nuits. C’est sur ces vastes étendues, peu fertiles et précédant le désert, que sont établies quelques tribus pratiquant l’élevage des moutons, des chèvres et des chameaux.

2.3. La distribution de la population par unités villageoises et urbaines

20A la vue générale de la distribution de la population du Yémen dans les principales régions géographiques du pays, il convient d’ajouter quelques caractéristiques des formes communautaires de cette population.

21Pour cela, il s’agit tout d’abord de définir des formes de classement établies en fonction des options ou des buts que l’on veut atteindre. On tend ainsi à donner plus d’importance à certaines variables géographiques, économiques ou démographiques, selon que l’on s’intéresse par exemple à l’aménagement agricole, à la régionalisation économique, à l’urbanisation ou à la distribution spatiale du développement. Dans le cas du Yémen, l’intérêt est certainement multidimensionnel, mais on se trouvait placé, en 1975, devant de nombreuses difficultés dues en particulier à la connaissance limitée que l’on avait de la géographie des unités villageoises et administratives.

  • 9 Commune autonome : en arabe qarya. Hameau sans autonomie administrative : en arabe mahalla.

22A l’occasion du recensement, on a relevé plus de 50 000 villages avec des noms individuels. On a tenté alors de les classer en communes et en hameaux, selon leur fonction administrative. Les résultats n’ont pas été satisfaisants, car la classification des hameaux subissait des variations considérables d’une région à l’autre. Dans la province de Ta’izz par exemple, les communes autonomes comprenaient généralement plusieurs villages, tandis que dans d’autres régions, dans les provinces de Ma’rib, Al-Baydâ’ et Sa’da notamment, chaque village formait une unité administrative, c’est-à-dire une commune ou une subdivision de district, même s’il n’était constitué que de quelques maisons seulement9.

23Aussi, il a été jugé préférable de retenir le nombre d’habitants des unités communautaires, de renoncer à l’utilisation du critère de la hiérarchie administrative et de négliger dès lors la différence entre hameaux et communes. Les villages et les villes ont donc été classés uniquement en fonction du nombre de leurs habitants, ainsi que le montre le tableau n° 4.

TABLEAU 4
Population des unités villageoises et urbaines de la République Arabe du Yémen, en 1975

TABLEAU 4Population des unités villageoises et urbaines de la République Arabe du Yémen, en 1975

24Il ressort de ce tableau que la plupart des Yéménites vivent dans de très petites communautés villageoises. Plus de la moitié d’entre eux résident dans des villages dont le nombre d’habitants n’est pas supérieur à 200, les villages jusqu’à 500 personnes regroupant à eux seuls les trois-quarts de la population du pays. La République Arabe du Yémen est donc un pays essentiellement rural. Quant à l’urbain, il est constitué surtout par trois villes de plus de 50 000 habitants, celles-ci ne représentant toutefois que 6 % de la population du pays en 1975.

25De nombreuses raisons expliquent la grande dispersion de la population yéménite en de multiples villages et petits habitats. La plupart sont issues des conditions géographiques et climatiques du pays.

26Les terrains crevassés et montagneux n’offrent que peu de place pour l’établissement et l’extension des villages. Les paysans sont donc obligés de construire leurs maisons près des terrasses de terre arable qu’ils cultivent. De plus, la disponibilité limitée d’eau potable est également un facteur influençant la grandeur de nombreux villages.

27A ces limitations directement dues au milieu naturel, il faut ajouter aussi des caractéristiques économiques de la population. Jusqu’à tout récemment, celle-ci a vécu essentiellement dans une économie agricole autarcique. Les échanges interrégionaux et le commerce étaient relativement limités et ne pouvaient guère provoquer ou nécessiter l’établissement de grands centres urbains, industriels ou commerciaux, en dehors des cités de Sanaa, Al-Hudayda et Ta’izz.

28Enfin, la culture et les coutumes du pays ont été et sont encore des facteurs déterminants de la forme d’habitat de la population yéménite. C’est le cas notamment de la division de la population en d’innombrables tribus et sections de tribus qui vivent, ensembles homogènes, dans des villages fortifiés et bien séparés les uns des autres, cela particulièrement dans les régions du nord et de l’est du pays. Cette forme d’organisation sociale est encore renforcée, dans les montagnes, par l’individualisme d’une population qui préfère nettement la vie tribale et villageoise à la concentration urbaine.

29La région du district de Turbat ash-Shamâ ‘itayn est certainement un bon exemple de l’interaction entre les facteurs relevés plus haut et la distribution de la population, ainsi que le montre le tableau récapitulatif n° 5.

30Les petits villages de la région de Turba ne dépassant pas 250 habitants représentent 86 % de la population. Ils sont dispersés sur l’ensemble du territoire du district et leur concentration géographique est notamment d’autant plus forte que l’abondance des sources d’eau est grande. Composés souvent de quelques habitations seulement, de nombreux hameaux sont fixés sur des terres rocailleuses ou sur des résurgences rocheuses, entre les terrasses de terre arable. Sur les terres plates de ce district, au contraire de ce que l’on trouve dans d’autres régions situées au nord de la capitale Sanaa, l’habitat est très dispersé et les maisons sont disposées à de notables distances les unes des autres. A ces petits hameaux, l’une des caractéristiques du Yémen, s’ajoutent des villages plus importants qui, eux, sont d’une manière générale situés en bordure des plateaux et zones cultivées du plateau de Turba.

31La dispersion actuelle de la population du Yémen en de multiples communautés villageoises permet de maintenir jusqu’à un certain degré les structures traditionnelles de l’organisation sociale, contrepoids certes nécessaire à l’introduction des techniques occidentales dans l’effort de développement entrepris depuis le début des années soixante-dix. Elle n’en pose pas moins de considérables problèmes d’organisation dès que l’on veut relier les villages et les hameaux isolés par des réseaux de routes, d’électricité, d’eau ou de téléphone, si l’on veut construire des écoles, centres agricoles ou dispensaires.

32L’accès au développement implique nécessairement que le Yémen, comme tant d’autres pays, connaît et connaîtra une redistribution géographique de sa population, illustrée par une concentration croissante des habitants dans certaines régions du pays et plus particulièrement dans les villes.

2.4. Les villes et l’urbanisation

33L’urbanisation représente aujourd’hui l’une des grandes questions démographiques, autant par l’ampleur qu’elle a prise dans la plupart des pays des cinq continents que par ses conséquences difficiles à évaluer. Le phénomène est particulièrement important dans les pays en voie de développement où, dans plusieurs cas, il conduit à ce que plusieurs appellent déjà une « sur-urbanisation », dont les implications économiques et sociales sont une source croissante de préoccupation.

34Le Yémen n’est pas resté à l’écart de l’urbanisation et, comme dans tous les pays de cette région du globe, on y assiste à une concentration de la population dans les milieux urbains. Toutefois, le phénomène n’est ici qu’à ces débuts et l’ampleur de son déploiement laisse supposer que, sous certaines conditions, il pourra être maîtrisé en fonction d’un développement équilibré du pays et de ses régions.

  • 10 Cf. [4], p. 11/8.

TABLEAU 5
Caractéristiques géographiques et démographiques du district de Turba (situé au sud de la province de Ta’izz)10

TABLEAU 5Caractéristiques géographiques et démographiques du district de Turba (situé au sud de la province de Ta’izz)10
  • 2 L’« urbain » est défini ici par le total des villages ayant plus de 2 000 habitants.

TABLEAU 6
Population urbaine2 et rurale de la République Arabe du Yémen de 1970 à 1980

TABLEAU 6Population urbaine2 et rurale de la République Arabe du Yémen de 1970 à 1980

TABLEAU 7
Mouvement naturel et balance migratoire de la population urbaine et rurale de la République Arabe du Yémen

TABLEAU 7Mouvement naturel et balance migratoire de la population urbaine et rurale de la République Arabe du Yémen
  • 3 hypothèse pour la détermination de l’excédent naturel moyen : 24 ‰ par an
  • 4 estimations
  • 5 solde net de la migration internationale (voir tableau n° 13).

Note*3
Note**4
Note***5

35Le vaste effort de modernisation entrepris au Yémen depuis bientôt deux décennies a eu une influence importante sur une société restée jusqu’alors essentiellement médiévale. Il a été accompagné d’une urbanisation qui s’est portée principalement sur les trois grandes villes du pays, ainsi que le montre le tableau n° 6.

36Le « boom économique » des dernières années est ainsi associé à une augmentation du nombre d’habitants des trois villes que l’on estime de l’ordre de 10 % par année. L’on peut dès lors penser que la part urbaine de la population du Yémen ne cessera d’augmenter et que, de 12 % au moment du recensement de 1975, elle passera à 15 % de la population totale en 1980. Cette croissance urbaine s’appuie surtout sur le développement de la capitale Sanaa, de Al-Hudayda, principal port du pays et de Ta’izz, ville importante du sud, qui toutes vont plus que doubler leur population entre 1970 et 1980.

37La croissance de l’urbain s’explique tout d’abord par des facteurs démographiques ; d’une part elle est due au mouvement naturel de la population urbaine elle-même ; d’autre part elle provient surtout du solde de la balance migratoire qui représente l’un des éléments déterminants de la redistribution de la population du pays.

38Le tableau n° 7 illustre bien les composantes du fort mouvement de concentration dans les trois principales cités. Les villages enregistrent une balance migratoire très nettement négative, à l’instar du pays tout entier d’ailleurs. Par contre, les villes et plus particulièrement les trois plus importantes doivent près des deux tiers de leur croissance à la migration. Le poids toujours plus grand que prennent ces trois cités, illustré en termes démographiques par un solde migratoire fortement excédentaire, est bien sûr lié à leur développement économique de la récente décennie.

3. ASPECTS DÉMOGRAPHIQUES

39Les caractéristiques géographiques de la population de la République Arabe du Yémen ont déjà illustré quelques-unes des transformations profondes que vit cette population à la suite de l’ouverture du pays au développement économique et à la modernisation de ses structures. Les aspects démographiques et les caractéristiques familiales sont d’autres domaines où l’impact de la modernisation n’est certainement pas sans importance. Bien qu’il soit impossible d’étudier leur évolution sur une longue période et d’en déduire ainsi des considérations définitives, plusieurs éléments démographiques ont pu être saisis au cours des travaux du recensement de 1975 et constituent un aperçu utile de maintes caractéristiques de la société yéménite des années soixante-dix.

40Une famille est généralement définie comme un groupe de personnes dans un ménage, qui sont liées jusqu’à un certain degré par le sang, le mariage ou l’adoption. Le recensement de 1975 a, pour la première fois, permis d’établir quelques données sur la structure de la famille au Yémen. Le dépouillement complet des données qui y sont relatives n’ayant pas pu être accompli jusqu’à maintenant, les résultats des tableaux suivants sont issus d’un échantillon de 3 % des questionnaires. Ces résultats n’en révèlent pas moins divers éléments intéressants des caractéristiques familiales yéménites.

PHOTOS 5 et 6. – Le massif du jabal Harâz, près de Manâkha (R.A.Y.)

Ci-dessus, retour du marché de Manâkha par l’ancienne route turque. Ci-dessous, cultures en terrasses après les pluies d’août (Photos et légende : Paul Bonnenfant)

3.1. Structure par âge et sexe de la population du Yémen

41De grandes difficultés sont apparues lors du recensement pour établir l’âge des personnes comptées. En effet, celles-ci ne possédaient pas de certificats de naissance et, d’une manière générale, elles ne connaissaient guère, ni leur date de naissance, ni celle de leurs enfants ou des autres membres de leur famille. Les villageois, particulièrement, eurent quelque peine à estimer leur âge et les erreurs qui semblaient se produire le plus systématiquement tendaient à vieillir le questionné. On peut associer de telles erreurs au fait que les personnes âgées jouissent d’un grande estime ; des chefs de famille ou des grands-parents avaient donc tendance à s’attribuer un âge sensiblement plus avancé qu’ils n’avaient en réalité. On a pu aussi constater que les jeunes enfants étaient également reportés avec un âge plus élevé. Chaque fois que cela fut possible, les agents recenseurs tentèrent d’estimer le plus exactement possible les âges en utilisant des faits historiques connus des villageois. De même, les responsables des travaux apportèrent des corrections à l’aide de techniques mises au point pour de telles situations. Malgré ces efforts, la distribution par âge de la population du Yémen souffre encore de nombreuses erreurs. Il n’en reste pas moins qu’elle apporte d’intéressantes informations sur la structure de cette population et qu’elle peut, en dépit de ses imperfections, représenter un instrument utile pour l’analyse et pour l’estimation d’autres caractéristiques démographiques.

42Il ressort du tableau n° 8 que la distribution par âge de la population du Yémen correspond bien à celle que l’on peut rencontrer dans un pays en voie de développement. Elle comprend une forte proportion d’enfants au-dessous de 15 ans ; environ 47 % de la population yéménite appartient aux classes d’âges de 0 à 14 ans, proportion qui est très semblable à celle que l’on rencontre dans de nombreux pays arabes du Proche et du Moyen-Orient.

43Les âges intermédiaires de la pyramide, de 15 à 64 ans, représentent la tranche de population dite économiquement active. Représentant environ 50 % des habitants, elle illustre la structure démographique d’un pays jeune où le rapport de dépendance, voisinant le seuil de 100, est largement supérieur à celui d’un pays développé dont la population vieillie est plus fortement concentrée dans les âges actifs.

44Une troisième caractéristique ressort de la distribution par âge de la population du Yémen. Il s’agit de la différence dans les proportions des âges actifs intervenant entre les hommes et des femmes. Alors que dans les jeunes groupes d’âges, les garçons sont sensiblement plus nombreux que les filles et que dans les âges au-dessus de 65 ans, les proportions sont à peu près identiques, les groupes d’âges intermédiaires montrent une disparité importante entre les sexes, révélatrice de l’impact que représente l’émigration chez les hommes en âge de travailler.

TABLEAU 8
Population résidente par sexe et par classe d’âge de la République Arabe du Yémen
(dérivée d’un échantillon de 3 % tiré du recensement de février 1975)

TABLEAU 8Population résidente par sexe et par classe d’âge de la République Arabe du Yémen(dérivée d’un échantillon de 3 % tiré du recensement de février 1975)

45Les classes de 15 à 64 ans chez les hommes, qui sont entamées par l’émigration sont donc la cause d’un rapport hommes/femmes très faible puisqu’on ne compte que 910 hommes pour 1000 femmes selon le recensement de 1975. Cette disparité à l’échelon du pays, qui est la conséquence directe du flux des migrants yéménites vers des lieux de travail étrangers, est également apparente à l’échelon régional où elle illustre non seulement le départ des migrants vers l’extérieur, mais également le mouvement migratoire à l’intérieur du pays. Lorsqu’on prend en considération les provinces, seule celle de Al-Hudayda présente un surplus d’hommes, tandis que la province de Al-Baydâ’ enregistre la disparité la plus prononcée, ne comptant que 821 hommes pour 1000 femmes. A l’échelon des districts, les différences sont encore plus grandes. Dans les trois grandes villes au contraire, on compte des proportions de 1 300 à 1 400 hommes pour 1 000 femmes. Ces villes sont les points d’arrivée de nombreux migrants ruraux célibataires ou ayant laissé leur famille à leur lieu habituel de résidence ; ces migrants sont sans nul doute attirés par les possibilités qu’offre le développement économique de ces zones urbaines. A la concentration des travailleurs dans les régions les plus favorables du point de vue économique, il faut opposer près de 140 districts ruraux où le déficit en hommes atteint des proportions parfois très importantes. Dans plusieurs d’entre eux, l’effectif masculin de la population ne dépasse guère 80 % du féminin.

3.2. Mariage et polygamie

46La République Arabe du Yémen ne connaît pas d’âge minimum pour le mariage. En 1975, plus de 5 % des filles et environ 1 % des garçons de moins de 15 ans étaient déjà mariés. Chez les jeunes de 25 à 29 ans, seules 4 femmes sur 100 n’avaient pas encore été mariées ; la proportion s’élevait à 14 % chez les hommes. Cette différence met en relief un décalage de l’ordre de 3 à 5 ans de l’âge au mariage entre les deux sexes ; on ne compte plus que 5 hommes sur 100 encore célibataires dans la tranche d’âge de 30 à 34.

47La proportion des Yéménites qui ne se marient jamais est en définitive très faible et, d’une manière générale, on peut dire que chaque jeune Yéménite, homme ou femme, est supposé se marier, et cela principalement lorsqu’il atteint un âge situé entre 15 et 29 ans.

48Il convient de relever que l’âge du mariage diffère quelque peu selon les régions du pays. Dans la plaine côtière de Tihâma, où le prix pour une épouse est bas et la construction d’un logement relativement facile, la plupart des hommes se marient avant d’atteindre leur vingtième année. Dans d’autres régions, par contre, le coût de l’épouse, particulièrement, est plus élevé. Dans de nombreux cas, les jeunes hommes doivent alors s’expatrier en Arabie Saoudite notamment pour travailler et économiser l’argent nécessaire pour leur mariage. Facteurs économiques du mariage et émigration s’allient donc dans certaines provinces pour augmenter assez rapidement l’âge auquel le Yéménite prendra épouse.

49Lors du recensement de 1975, on enregistra 786 000 hommes et près d’un million de femmes mariés, soit une différence d’environ 200 000 unités en faveur des dernières. Or, la polygamie est peu importante ; seule une part restreinte de ces 200 000 femmes mariées relevait de ce type de statut matrimonial. En effet, on ne comptait en 1975 que 4,3 % des hommes mariés à plus d’une femme : 35 000 vivaient en état de polygamie avec 75 000 femmes. Il en résulte qu’on peut raisonnablement supposer que les 160 000 autres femmes mariées l’étaient avec des hommes absents lors du recensement et travaillant notamment à l’étranger.

  • 11 Cf. [4], p. 1/79.

TABLEAU 9
Population de la République Arabe du Yémen au-dessus de 10 ans par état civil, âge et sexe11
(dérivée d’un échantillon de 3 % tiré du recensement de février 1975)

TABLEAU 9Population de la République Arabe du Yémen au-dessus de 10 ans par état civil, âge et sexe11(dérivée d’un échantillon de 3 % tiré du recensement de février 1975)

TABLEAU 10
Yéménites mariés selon leur éducation scolaire et le nombre de leurs épouses
(dérivée d’un échantillon de 3 % tiré du recensement de février 1975)

TABLEAU 10Yéménites mariés selon leur éducation scolaire et le nombre de leurs épouses(dérivée d’un échantillon de 3 % tiré du recensement de février 1975)

TABLEAU 11
Quelques mesures démographiques de la population de la République Arabe du Yémen selon les estimations de divers auteurs et organismes

TABLEAU 11Quelques mesures démographiques de la population de la République Arabe du Yémen selon les estimations de divers auteurs et organismes

50Du point de vue géographique, la polygamie est surtout pratiquée dans les tribus du nord et de l’est du pays ; elle est par contre rare dans le sud et dans la plaine de Tihâma. Le tableau n° 10 présente une intéressante distribution des hommes mariés selon leur formation scolaire et le nombre de leurs épouses. La tendance d’avoir plus d’une femme est plus grande chez les hommes sachant lire et écrire que chez les autres, une caractéristique qu’il s’agirait encore de relier aux conditions économiques et sociales des individus. Chez les Yéménites ayant une formation scolaire, ce sont surtout les hommes disposant d’une éducation coranique et ceux appartenant aux échelons supérieurs de la hiérarchie sociale qui vivent en état de mariage polygamique.

3.3. Natalité et mortalité

51Aucune statistique précise n’existe dans ces domaines au Yémen. De plus, les questions usuelles au sujet de la mortalité et de la fécondité n’ont pas été retenues dans le questionnaire du recensement de 1975. Il résulte de ceci que les composantes naturelles de la croissance démographique ne peuvent être qu’estimées. Ces estimations ont été réalisées par divers chercheurs qui utilisèrent les résultats de quelques enquêtes partielles. Elles sont brièvement résumées au tableau n° 11.

  • 12 Attar(M.S.). Le sous-développement économique et social au Yémen. Alger, ed. Tiers-Monde, 1964, pp. (...)
  • 13 Allmann et Hill. Fertility, Mortality, Migration and Family Planning in the Yemen Arab Republic. Am (...)
  • 14 Central Planning Organization, Ta’dâd al-masâkin wa as-sukkân, an-natâ’ij al-awwalîya, San’â’, 1976
  • 15 Myntti (Cynthia), Demographic Surveys carried out in the Yemen Arab Republic :Breast feeding and Fe (...)

52Relevant avec raison que la définition de ces phénomènes démographiques avait plus pour but la détermination d’un ordre de grandeur que l’établissement de dimensions précises et chiffrées, Attar fut l’un des premiers à établir quelques estimations, mais celles-ci étaient essentiellement basées sur des statistiques établies dans l’ancien protectorat britannique d’Aden12. Allman et Hill, en 1977, dérivèrent des estimations d’une enquête socio-démographique dans la capitale Sanaa, ainsi que de leurs propres enquêtes et observations13. Quant aux évaluations à caractère officiel, elles remontent au projet de recensement de la population et elles furent élaborées par les responsables de ce projet ; ceux-ci utilisèrent notamment la distribution par âge obtenue au recensement, des données connues des pays ayant des aspects démographiques semblables à ceux du Yémen, ainsi que diverses tables standards des Nations Unies14. Enfin, en 1978, Myntti réalisa une enquête dans trois villages du pays et procéda à l’interview de 377 femmes. Il ressort principalement de cette enquête que les changements économiques et sociaux ayant pris place dans les régions rurales avaient eu d’heureux effets sur la mortalité et que l’espérance de vie dans ces régions ne devait plus être très différente de celle des populations urbaines15.

53Ainsi que le montre le tableau n° 11, les diverses sources s’accordent à relever que la natalité du Yémen est élevée et qu’elle s’inscrit entre 44 ‰ et 50 ‰. Elle apparaît comme l’une des plus fortes du monde et la plupart des auteurs s’accordent à l’expliquer par les raisons suivantes :

  • une famille nombreuse est considérée comme une bénédiction au Yémen. Les fils en particulier sont vus comme un important élément de filiation et de continuité de la famille ;

  • dans les tribus, les enfants mâles sont de futurs combattants qui augmentent leur puissance. Quant aux filles, elles peuvent procurer des alliances intéressantes à travers les liens du mariage ;

  • les enfants représentent une forme d’assurance-vie pour leurs parents, autant en prenant leur succession dans l’activité agricole qu’en leur remettant une part des gains réalisés lors de leur séjour à l’étranger ;

    • 16 Cf. [13], pp. 10-15.

    enfin, il faut relever que la mortalité infantile est élevée. On l’estime entre 155 ‰ et 210 ‰. Allman et Hill, dans cet ordre d’idée, ont constaté lors de leur enquête que, des 945 enfants que 183 femmes questionnées avaient mis au monde, seuls 623 avaient survécu, soit à peine les deux tiers16.

54Il résulte de ces divers facteurs que les parents au Yémen sont habitués à avoir un grand nombre d’enfants dont seuls quelques-uns pourront survivre. Ainsi, toujours lors de leur enquête, Allman et Hill ont constaté que les femmes de plus de 45 ans avaient en moyenne accouché de 10 à 11 enfants dont seuls 6 avaient finalement survécu.

  • 17 Myntti (Cynthia). Demographic Surveys carried out in the Yemen Arab Republic : Contraception in Yem (...)

55On ne relève que peu de signes évidents d’un contrôle volontaire et conscient de la natalité. Myntti mentionne cependant que 9 % des femmes mariées, dans son échantillon, utilisaient l’une ou l’autre méthode de contraception et que la plupart des femmes étaient conscientes de la relation existant entre la nourriture de l’enfant au sein et la prolongation de la période d’infécondité après l’accouchement17.

  • 18 David (C. & P.). Preliminary Results of a Survey to Determine Women’s Attitudes to Family Planning. (...)

56De même que la question de limiter la reproduction, la contraception est un sujet controversé au Yémen. Si les autorités religieuses, d’une manière générale, désapprouvent un contrôle de la natalité, les femmes elles-mêmes ne sont guère prêtes à envisager un tel contrôle : sur 500 femmes interrogées quant au nombre d’enfants qu’elles désireraient avoir, David par exemple nota qu’un tiers d’entre elles refusèrent de répondre, estimant que la décision était dans les mains de Dieu18. On peut résumer les raisons de la retenue des femmes yéménites en face du contrôle des naissances par trois importants facteurs : les convictions religieuses, la crainte de maladies et l’interdiction de l’époux.

  • 19 Myntti (Cynthia). Demographic Surveys Carried out in the Yemen Arab Republic : Emigration and Ferti (...)

57Toutefois, en dépit de ces limites et de ces résistances, de nombreux hôpitaux et cliniques du pays ont introduit les principes du « planning » familial dans les conseils qu’ils prodiguent à leurs patientes. Dans de nombreux cas, les Yéménites constatent qu’une meilleure hygiène et les soins médicaux augmentent les chances de survie de leurs enfants et que, par conséquent, une certaine limitation des naissances ne nuit pas à la fondation d’une famille, que l’on souhaite néanmoins toujours nombreuse. En outre, si la migration des travailleurs yéménites ne semble pas, de par l’absence prolongée de l’homme, avoir une influence notable sur la reproduction, il est fort possible que l’amélioration du niveau de vie des Yéménites, particulièrement des travailleurs migrants, conduise à une modification de la hiérarchie des valeurs et que, peu à peu, les parents placent plus d’importance dans une meilleure situation économique de leur famille, dans un accroissement de leur possibilité matérielle d’acquisition de biens d’investissement et de consommation et dans une meilleure éducation scolaire de leurs enfants19.

58Un tel changement, dont les manifestations concrètes ne sont pas absentes dans une partie de la société yéménite actuelle, aura des conséquences non seulement sur l’évolution de la natalité, mais également sur la mortalié qui, encore élevée, est estimée à un taux s’inscrivant entre 21 ‰ et 27 ‰ pour l’ensemble du pays. Si elle est particulièrement importante au cours des premiers mois d’existence et des très jeunes âges, la mortalité atteint des taux différents selon les régions du pays, son importance étant liée autant aux conditions géographiques et climatiques qu’au développement de l’infrastructure sanitaire. Dans cet ordre d’idée, on relève des variations assez sensibles entre la plaine de Tihâma et les montagnes. Dans cette plaine, sous un climat tropical, les conditions de santé sont plus sévères que dans les zones montagneuses ; de nombreuses maladies infectieuses sont liées notamment au type d’approvisionnement d’eau qui a lieu essentiellement sous la forme de puits à ciel ouvert.

59Il ne fait aucun doute que le développement de l’infrastructure prévu par le gouvernement du Yémen et la lutte contre les principales maladies (schistomasia, malaria, tuberculose, dysenterie) seront des facteurs déterminants de la baisse de la mortalité, de celle des jeunes enfants tout particulièrement, et de l’augmentation d’une espérance de vie qui se situe encore autour de 40 ans. Une telle évolution sera d’autant plus rapide que le Yémen pourra disposer du personnel qualifié en matière de santé et que les moyens de communication permettront d’atteindre les populations de toutes ses régions.

4. LES MOUVEMENTS MIGRATOIRES AVEC L’ÉTRANGER6

  • 6 Sur ce sujet, voir aussi la contribution de Jon SWANSON ci-dessous.

60La migration internationale est certainement l’un des aspects démographiques du Yémen auxquels les milieux officiels et les spécialistes portent un grand intérêt. Non seulement, ces mouvements migratoires sont d’importants facteurs de la redistribution géographique de la population, mais ils ont et auront de nombreuses implications dans d’autres domaines démographiques, de même que dans maints secteurs de l’économie et des structures sociales de la population du Yémen.

  • 20 Statistical Yearbook of the Yemen Arab Republic, 1976. Sanaa, 1976, p. 35.

61Jusqu’au recensement de 1975, on estimait qu’un million à un million et demi de travailleurs yéménites résidaient à l’étranger20. Or, ce recensement a permis de constater que ces estimations étaient exagérées. En ce qui concerne la migration à court terme notamment, on est arrivé à la conclusion qu’environ 385 000 personnes seulement séjournaient temporairement à l’extérieur des frontières, ce qui représente déjà près d’un tiers de la population masculine âgée de 20 à 64 ans.

62Bien que les estimations dérivées du recensement aient ramené le phénomène migratoire à une ampleur sensiblement plus faible que celle indiquée par les évaluations précédentes, la migration internationale des Yéménites reste une question de grande importance. Nous en abordons ici trois aspects : l’émigration à long terme, l’émigration à court terme et, enfin, quelques effets et implications de cette dernière.

4.1. L’émigration à long terme

  • 21 Tarcici (A). The Queen of Sheba’s Land Yemen (Arabia Felix). Beirut, 1972, p. 161.

63C’est la plus ancienne. Avant la révolution de 1962, les difficultés économiques et les faibles possibilités d’emploi dans les activités agricoles figuraient parmi les causes les plus importantes de l’émigration yéménite. Ainsi, des milliers de familles décidèrent de quitter les régions montagneuses pour s’établir dans le protectorat d’Aden, situé au sud du pays, où elles espéraient trouver de plus grandes possibilités de gain et un niveau de vie plus élevé. En 1955, par exemple, on comptait quelque 50 000 Yéménites à Aden. Mais pour beaucoup, le port d’Aden ne constituait qu’une étape ; ils traversèrent l’océan et se rendirent à Zanzibâr, à Dâr as-Salâm, à Mombasa ou à Djibouti. De fortes colonies yéménites s’établirent aussi à l’intérieur de l’Afrique orientale, en Éthiopie, au Soudan, au Kenya et en Tanzanie. On rencontre également des travailleurs originaires du Yémen en Asie, aux États-Unis et dans de nombreux ports de l’Europe occidentale21.

  • 22 Cf. [4], p. 1/171.

TABLEAU 12
Estimation du nombre d’émigrants à long terme de la République Arabe du Yémen par pays de destination en 197522

TABLEAU 12Estimation du nombre d’émigrants à long terme de la République Arabe du Yémen par pays de destination en 197522

64Bien que l’on puisse avoir de bonnes raisons de penser que l’émigration à long terme a été d’une notable importance, peu de détails sont connus sur les émigrants, dont l’effectif lui-même est difficile à estimer. En ce qui concerne les relations avec la mère patrie, les contacts entre les émigrés et leur parenté restée au Yémen furent souvent interrompus après quelques années. On peut dire que ce type d’émigration, en dehors de tous les aspects démographiques et économiques qu’il comporte pour le pays de départ, ne joue pas un rôle aussi important que l’émigration temporaire dans la transformation des structures du Yémen actuel.

  • 23 Au début de 1976, le comité international de la Croix Rouge, par exemple, a rapatrié 601 Yéménites (...)

65Néanmoins, des « retours » de l’émigration à long terme peuvent se produire lorsque des changements politiques ou économiques contraignent des Yéménites à revenir dans leur pays d’origine. Au cours des années soixante-dix, on estime que près de 150 000 émigrants à long terme ont repris le chemin du Yémen, la plupart venant du Yémen du Sud, de l’Ethiopie, du Soudan, mais aussi des Etats-Unis, d’Angleterre ou d’Asie23. Sans doute, de tels « retours », particulièrement ceux de pays économiquement avancés, pourraient revêtir une certaine importance dans le cadre du développement économique et social du pays. Cependant, on a pu observer qu’une grande proportion des émigrants à long terme de retour au pays y établissent leur famille, mais repartent comme émigrants temporaires vers les pays pétroliers voisins.

TABLEAU 13
Estimation de l’émigration à court terme et à long terme de la population de la République Arabe du Yémen entre 1970 et 1980

TABLEAU 13Estimation de l’émigration à court terme et à long terme de la population de la République Arabe du Yémen entre 1970 et 1980

4.2. L’émigration temporaire ou à court terme

66Une telle émigration a toujours existé en parallèle à celle à long terme, mais elle a particulièrement augmenté au cours des années soixante-dix, les pays arabes riches en pétrole devenant les principaux points d’arrivée des migrants yéménites. Par une politique de salaires attractifs, ces pays réussirent à attirer en quelques années des centaines de milliers de travailleurs. Plusieurs institutions ont évalué le flux de migrants temporaires du Yémen à plus d’un million de personnes.

67Or, le recensement de 1975 a permis de ramener ce chiffre à quelque 385 000 seulement. Cette nouvelle estimation s’appuie sur l’exploitation de la question relative au nombre de personnes d’un ménage qui se trouvaient à l’étranger au moment du recensement et sur une estimation des émigrants temporaires en séjour au Yémen à ce même moment.

68De plus, en déterminant une population de l’ordre de 4,70 millions de personnes, le recensement jetait un sérieux doute sur la valeur d’estimations chiffrant l’émigration temporaire à un million ou un million et demi de travailleurs yéménites. En outre, l’état civil offre une possibilité de contrôle des estimations. Après déduction des mariages polygames, la différence de quelque 160 000 unités entre le nombre d’époux et d’épouses en faveur de ces dernières est une indication certainement raisonnable d’une part importante de l’effectif des hommes travaillant à l’étranger. Enfin, lorsque l’on compare les structures des âges des hommes et des femmes, on constate un déficit des premiers qui s’élève à environ 300 000 individus dans les groupes d’âges de 15 à 59 ans. Ce déficit peut sans doute être lié à l’absence des travailleurs de ces classes d’âge au moment du recensement.

69Il résulte donc de ces quelques informations sur le nombre total des habitants du pays, sur l’état civil et sur la pyramide des âges, dressés sur la base du recensement de 1975, que l’ampleur de la migration internationale temporaire des Yéménites ne saurait dépasser quelques centaines de milliers de travailleurs.

70Cette évaluation a été complétée par une estimation de l’évolution de la migration internationale entre 1970 et 1980. Cette estimation est présentée au tableau n° 13. Elle est basée sur le nombre annuel des passeports délivrés par le département d’émigration et les missions diplomatiques du Yémen, et, parmi d’autres points de repère, sur l’exploitation du « bench mark » du recensement.

71Ainsi que le tableau n° 13 le met en relief, l’effectif total des Yéménites à l’étranger a augmenté de 250 000 personnes entre 1970 et 1980, passant d’un demi million à 750 000. Cette évolution est le résultat du déclin de la migration à long terme, compensé par un fort développement de celle à court terme. Alors que les migrants à long terme passaient de 328 000 en 1970 à moins de 200 000 en 1980, en partie en raison de nombreux retours au pays, le nombre des migrants temporaires a quadruplé au cours des années soixante-dix. De quelque 150 000 qu’ils étaient en 1970, ils sont estimés à plus de 500 000 dix ans plus tard.

4.3. De quelques effets et implications de la migration temporaire des travailleurs yéménites

72La migration temporaire présente à la fois des avantages indéniables et des problèmes délicats à la République Arabe du Yémen.

73D’une manière générale, le pays bénéficie de l’émigration à travers les transferts d’épargne des travailleurs à l’étranger, mais, d’autre part, l’économie n’est pas sans souffrir dans ses efforts de développement de l’absence de près de 30 % de sa population active masculine. L’analyse des effets directs et indirects de la migration temporaire de la force de travail d’un pays n’est pas aisée et les opinions quant aux avantages et aux inconvénients sont multiples et souvent contradictoires. Dans le cas du Yémen, elle est rendue d’autant plus difficile que l’on ne dispose que de peu d’informations sur le plan économique et social. Nous allons néanmoins tenter de mettre en relief quelques éléments qui peuvent entrer en considération dans les conséquences résultant de la migration temporaire des travailleurs yéménites vers les pays du Golfe riches en pétrole.

a) Effets sociaux

74L’émigration permet aux jeunes hommes de sortir des structures sociales et tribales et d’établir une existence économique plus indépendante. A l’étranger, les émigrants font connaissance avec une vie industrielle dominée par le salaire plutôt que par la coutume et la tradition. Grâce aux expériences acquises, les émigrants peuvent souvent donner des impulsions novatrices après leur retour au pays et promouvoir des développements positifs dans maints domaines, notamment l’hygiène, la santé publique, l’éducation, le développement agricole et commercial. Mais d’autre part, ils peuvent aussi mettre en question le système social et tribal de leur région d’origine ou s’efforcer d’affaiblir le rôle des tribus et des shaykhs.

b) Effets sur le marché du travail

  • 24 En rapport avec le manque important de main-d’œuvre, une délégation yéménite, sous la direction du (...)

75L’émigration de plus d’un tiers de la population active masculine a causé assez rapidement une pénurie sensible de main-d’œuvre et a provoqué une forte hausse des salaires dans le pays. En quelques années seulement, le salaire quotidien des ouvriers agricoles, par exemple, est passé de YR 5 (1 US $ environ) à plus de YR50. En 1976 et 1977, le gouvernement du Yémen a tenté de limiter l’émigration par une suspension de la délivrance de nouveaux passeports. Cependant, beaucoup de Yéménites contournèrent cette mesure en se rendant en Arabie Saoudite sous prétexte de pèlerinage24.

76Particulièrement préoccupante est la pénurie de main-d’œuvre dans l’agriculture. Dans ce secteur, il y a un risque certain que la hausse des salaires locaux et les produits agricoles importés menacent gravement l’agriculture yéménite traditionnelle, établie sur des milliers de terrasses soigneusement entretenues depuis des siècles. L’abandon des terres peut en effet conduire à un processus irréversible : l’érosion commence tout d’abord à ronger les murailles de quelques terrasses ; puis, des pentes entières sont menacées de destruction et il n’est alors plus guère possible d’éviter l’écroulement de centaines de terrasses qui auraient pu être sauvées si des mesures économiques et techniques préventives avaient été prises.

  • 25 Importations et exportations de produits agricoles au Yémen :

77En outre, l’abandon de nombreux terrains marginaux a également entraîné une diminution importante de la production agricole et a certainement augmenté la dépendance du Yémen envers l’importation de biens de consommation. Entre 1964 et 1971 par exemple, la valeur des produits agricoles importés est passée de 9 millions de riyals yéménites (environ 2 millions de US dollars) à YR 91 millions ; en 1977, les importations agricoles se sont élevées à YR 981 millions, soit près de 200 millions d’US dollars25.

c) Transferts d’épargne privée

78Si l’émigration temporaire prive le Yémen de milliers de travailleurs, elle lui fournit un flux considérable d’épargne privée. Selon la statistique de la banque centrale du Yémen, les versements effectués par les émigrants travaillant à l’étranger ont augmenté de YR 237 millions (US $ 53 millions) en 1970/1971 à YR 6 350 millions (US $ 1 411 millions) en 1977/1978. La plus grande partie des versements provenait des émigrants yéménites employés en Arabie Saoudite.

79Le tableau n° 14 offre une comparaison des transferts privés des années 1970/1971 à 1977/1978 avec une estimation du nombre d’émigrants temporaires pour les mêmes années.

80L’épargne moyenne par émigrant était quasi stationnaire entre 1970 et 1973. Puis une forte augmentation s’est manifestée à la suite de la hausse du prix du pétrole en 1973/1974. Selon les émigrants yéménites travaillant en Arabie Saoudite, le salaire quotidien s’élevait au début des années soixante-dix à SR 10 environ. A la suite de la hausse du prix du pétrole, il passa de SR 20 en 1974 à SR 80 en 1976 pour atteindre SR 100 en 1978. L’épargne moyenne présentée également au tableau n° 14 confirme cette évolution ; on peut également remarquer que cette épargne représente 30 à 50 % du salaire.

  • 26 Cf. [4], p. 1/174.

TABLEAU 14
Transferts privés et épargne moyenne des émigrants temporaires de la République Arabe du Yémen26

TABLEAU 14Transferts privés et épargne moyenne des émigrants temporaires de la République Arabe du Yémen26
  • 7 25 jours ouvrables par mois.

Note*7

81A part les transferts en monnaie, il faut aussi prendre en considération une grande quantité de marchandises achetées en Arabie Saoudite et rapportées souvent par des transports spéciaux au Yémen :couvertures, étoffes, matelas, tapis, thermos, lampes à pétrole, radios, postes de télévision et bijouterie sont parmi les objets les plus fréquemment achetés par les travailleurs yéménites pour leur ménage resté au Yémen.

d) Utilisation de l’épargne des migrants temporaires du Yémen

82Le tableau n° 15 montre l’évolution très rapide du revenu domestique brut et des transferts de monnaie dans le cadre de l’économie de la République Arabe du Yémen. Il met en relief également la grande importance de l’épargne privée des émigrants à l’égard de l’augmentation du pouvoir d’achat des Yéménites au cours des années soixante-dix. Du fait qu’une grande partie de cette épargne n’entre pas dans le système bancaire, la monnaie en circulation a également augmenté de manière considérable : de YR 296 millions en 1971, elle est passée à YR 2 340 millions en 1976, soit de US S 470 par tête d’habitant.

83Il n’est guère possible de déterminer avec précision sous quelle forme l’épargne des migrants est effectivement utilisée dans le pays. On peut néanmoins distinguer trois grands groupes :

  1. Une part importante est utilisée pour l’achat de produits de consommation :

  • des produits alimentaires qui ne peuvent pas être acquis par les ménages agricoles de toutes les régions : huile, café, viande, maïs, sucre, condiments ;

  • des produits alimentaires dont la production a diminué par suite de la diminution de la main-d’œuvre disponible dans le pays : sorgho, millet, froment, œufs notamment ;

  • du matériel et des équipements pour le ménage : pétrole, bois, étoffes, couvertures ;

  • des produits de consommation de luxe : qât (drogue légère), parfums, habits.

  1. Dans les régions où l’épargne des émigrants joue un grand rôle, les prix pour la dot et la parure de la mariée ont enregistré une hausse considérable ces dernières années. Alors qu’au début des années soixante-dix, un jeune homme devait disposer de YR 2 000 à 5 000, il doit compter maintenant sur YR 30 000 à 40 000. Il est donc compréhensible que beaucoup de jeunes hommes mentionnent le « besoin d’épargner pour le mariage » comme l’une des principales raisons d’émigrer. En 1976, le gouvernement du Yémen a tenté de réduire cette relation entre mariage et émigration en limitant le prix de la dot et de la parure à la somme maximale de YR 4 000. Mais l’arrêté présidentiel n’a jamais pu être imposé dans la pratique.

  2. L’épargne des émigrants pourrait jouer un rôle fondamental dans le développement du pays, si elle pouvait être attirée dans le financement de projets d’industrialisation. Cependant, on observe que les dépenses pour les produits de consommation sont beaucoup plus importantes que celles pour les investissements. Ces derniers ont lieu en général dans des domaines tels que :

  • la construction de maisons avec une certaine spéculation sur les terrains,

  • l’achat de voitures et de camions,

  • les machines agricoles : tracteurs, pompes, systèmes d’irrigation, etc.,

  • les magasins et petits ateliers privés.

  • 27 Statistical Yearbook of the Yemen Arab Republic. Sanaa, 1978, p. 150.

TABLEAU 15
Revenu domestique brut et transferts de monnaie privés par habitant de la République Arabe du Yémen en 1971 et 197727

TABLEAU 15Revenu domestique brut et transferts de monnaie privés par habitant de la République Arabe du Yémen en 1971 et 197727

e) Inflation et commerce international

84La hausse rapide du pouvoir d’achat de la population a bien sûr causé une sensible augmentation de l’activité économique au Yémen. Mais, pour le moment, ni la production agricole, ni l’industrie ne sont en mesure de satisfaire l’accroissement de la demande de produits de consommation. Le pays est dès lors contraint d’effectuer d’énormes importations ; celles-ci ont été accompagnées d’une forte inflation qui s’est élevée à des taux de 30 à 50 % par année depuis 1974.

  • 28 Cf. [4], p. 1/77.

85En 1976, le Fonds monétaire international étudia ce problème et élabora un programme anti-inflationniste comprenant trois recommandations principales28 :

  • l’accroissement des importations pour mieux satisfaire l’augmentation de la demande de biens de consommation ;

  • l’augmentation des impôts pour diminuer une partie du pouvoir d’achat ;

  • la restriction du nombre d’émigrants temporaires pour réduire la pénurie d’actifs dans le pays.

86Il ne fait aucun doute que le programme proposé par le F.M.I. présente une démarche intéressante. Néanmoins, compte tenu de la situation spécifique du pays, de ses structures, de ses possibilités sur le plan économique comme sur celui de son organisation administative, voire de ses traditions, on peut se demander si ce programme pourra trouver une réelle et efficace application, correspondant aux véritables objectifs de la République Arabe du Yémen. Si la restriction du nombre d’émigrants temporaires semble pouvoir apporter quelques possibilités de solution, dans la mesure où elle est complétée par des actions de développement économique intérieur, les deux autres recommandations du F.M.I. semblent avoir plus de difficulté à trouver une application qui contribue intensément à résoudre les problèmes économiques actuel du Yémen, notamment une meilleure distribution régionale de son développement.

TABLEAU 16
Exportations, importations et balance du commerce international 1969-1978 de la République Arabe du Yémen

TABLEAU 16Exportations, importations et balance du commerce international 1969-1978 de la République Arabe du Yémen

f) Considérations générales

87Nous avons abordé brièvement cinq effets et implications de la migration temporaire des travailleurs yéménites pour mettre en relief l’importance de ce phénomène, tant dans la vie sociale du pays qu’à l’échelon micro-économique ou à celui de l’économie nationale. Il ne fait aucun doute que des mesures et des solutions à divers niveaux doivent être prises et trouvées afin que la migration temporaire s’inscrive harmonieusement dans les efforts que le gouvernement de la République déploie pour le développement du pays. En effet, cette migration, par ses caractéristiques économiques et sociales, ne devrait pas venir contrecarrer ce développement, notamment comme agent inflationniste ou facteur troublant une politique équilibrée d’investissement. Mais il est évident qu’aujourd’hui encore, le rôle et les conséquences de la migration temporaire au Yémen sont mal connues dans les nombreux domaines où une influence directe ou indirecte peut se manifester. Il nous semble donc que des études plus poussées, sous la forme d’enquêtes auprès des migrants et d’analyses des divers aspects de cette migration, s’avèrent nécessaires pour en mieux connaître les facteurs, composantes et conséquences. Le résultat de ces études serait une information précieuse pour déterminer quelle place et quelle importance la migration représente et représentera dans l’évolution économique et sociale du Yémen. De plus, après avoir eu une meilleure connais-sance de la population par le recensement de 1975, le gouvernement de la République disposerait de données adéquates sur l’un des caractères de la population du Yémen, dont nous avons tenté de mettre en relief, plus haut, l’importance dans quelques domaines économiques et sociaux.

Bibliographie

Herrmann (Jens). Ambition and reality, Plannification for Health Services. Berne, 1979.

Green (J.W.). Local Initiative in Yemen : Exploratory Studies of Four Local Development Associations. Mimeographed, 1975, Washington.

Ghaleb (Anam Mohamed). Government Organizations as a Barrier to Economic Development in the Yemen Arab Republic. NIPA, Sanaa, Bochum, 1979.

Notes

1 Les termes « Yémen » et « Yémen du Nord » seront, dans cette étude, exclusivement utilisés pour désigner la République Arabe du Yémen. D’autre part, le terme « Yémen du Sud » est employé pour désigner la « République Démocratique et Populaire du Yémen » qui comprend l’ancienne colonie britannique d’Aden.

2 « The Housing and Population Census received full support from the political leadership of the country, the various ministries, officiais and local administrators. The people all over the country were enthusiastic and welcomed the census in various ways... » extrait de » Preliminary Results of the Housing and Population Census, Sanaa, Central Planning Organization, 1975.

3 Annuaire démographique des Nations Unies, 1975. New York, 1976, p. 163.

4 Steffen (Hans). Population Geography of the Yemen Arab Republic, the Major findings of the Population and Housing Census of February 1975 and of Supplementary Demographic and Cartographic Surveys, Beiheft Nr 39 zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients, L. Reichert, Wiesbaden, 1979, pp. 56-60.

5 Steffen (Hans) et alii, Preliminary Report No 4 : The Mashriq, p. 23. Report of the Airphoto Interpretation Project of the Swiss Technical Co-operation Service. Berne, 1977.

6 Steffen (Hans) et alii, Preliminary Report No 5 : Population Data Bank, p. 27. Report of the Airphoto Interpretation Project of the Swiss technical Co-opération. Berne, 1977.

7 Estimations moyennes de 1975 tirées de l’Annuaire démographique des Nations Unies, 1976, pp. 70-73. – Pour plus de détails concernant la péninsule Arabique, voir la contribution de Philippe FARGUES, tome 1 de cet ouvrage, pp. 155-189.

8 Steffen (Hans), Geiser (Urs), Dubach (Werner) et alii. Final Report of the Airphoto Interpretation Project of the Swiss Technical Coopération Service. Berne, 1978, cf p. 1/53.

9 Commune autonome : en arabe qarya. Hameau sans autonomie administrative : en arabe mahalla.

10 Cf. [4], p. 11/8.

11 Cf. [4], p. 1/79.

12 Attar(M.S.). Le sous-développement économique et social au Yémen. Alger, ed. Tiers-Monde, 1964, pp. 59-64.

13 Allmann et Hill. Fertility, Mortality, Migration and Family Planning in the Yemen Arab Republic. Amman, The Population Council, 1977, pp. 10-15.

14 Central Planning Organization, Ta’dâd al-masâkin wa as-sukkân, an-natâ’ij al-awwalîya, San’â’, 1976.

15 Myntti (Cynthia), Demographic Surveys carried out in the Yemen Arab Republic :Breast feeding and Fertility. Mimeographed Paper, Sanaa, 1978/1.

16 Cf. [13], pp. 10-15.

17 Myntti (Cynthia). Demographic Surveys carried out in the Yemen Arab Republic : Contraception in Yemen. Sanaa, 1978/2.

18 David (C. & P.). Preliminary Results of a Survey to Determine Women’s Attitudes to Family Planning. Sanaa, 1978/3.

19 Myntti (Cynthia). Demographic Surveys Carried out in the Yemen Arab Republic : Emigration and Fertility. Sanaa, 1978/3.

20 Statistical Yearbook of the Yemen Arab Republic, 1976. Sanaa, 1976, p. 35.

21 Tarcici (A). The Queen of Sheba’s Land Yemen (Arabia Felix). Beirut, 1972, p. 161.

22 Cf. [4], p. 1/171.

23 Au début de 1976, le comité international de la Croix Rouge, par exemple, a rapatrié 601 Yéménites du Vietnam du Sud, qui, après un séjour de plusieurs années, étaient forcés d’abandonner ce pays pour des raisons politiques. Dans la plupart des familles, il n’y avait que les époux qui étaient d’origine yéménite et comprenaient la langue arabe.

24 En rapport avec le manque important de main-d’œuvre, une délégation yéménite, sous la direction du ministre de la planification, se rendit à fin 1977 au Pakistan afin de discuter de la possibilité de recruter de la main-d’œuvre pakistanaise pour le Yémen.

25 Importations et exportations de produits agricoles au Yémen :
Image 16.png

26 Cf. [4], p. 1/174.

27 Statistical Yearbook of the Yemen Arab Republic. Sanaa, 1978, p. 150.

28 Cf. [4], p. 1/77.

Notes de fin

1 Voir la carte de la R.A. du Yémen, p. 7.

2 L’« urbain » est défini ici par le total des villages ayant plus de 2 000 habitants.

3 hypothèse pour la détermination de l’excédent naturel moyen : 24 ‰ par an

4 estimations

5 solde net de la migration internationale (voir tableau n° 13).

6 Sur ce sujet, voir aussi la contribution de Jon SWANSON ci-dessous.

7 25 jours ouvrables par mois.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1Population, accroissement, densité et proportions hommes/femmes de la République Arabe du Yémen et de quelques pays du Moyen-Orient7
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-1.png
Fichier image/png, 15k
Titre TABLEAU 2Résultats principaux du recensement de la population de la République Arabe du Yémen en 1975, par provinces8
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre TABLEAU 3Population et densité de peuplement des régions géographiques de la République Arabe du Yémen en 1975
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-3.png
Fichier image/png, 15k
Titre TABLEAU 4Population des unités villageoises et urbaines de la République Arabe du Yémen, en 1975
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-4.png
Fichier image/png, 12k
Titre TABLEAU 5Caractéristiques géographiques et démographiques du district de Turba (situé au sud de la province de Ta’izz)10
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-5.png
Fichier image/png, 22k
Titre TABLEAU 6Population urbaine2 et rurale de la République Arabe du Yémen de 1970 à 1980
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-6.png
Fichier image/png, 13k
Titre TABLEAU 7Mouvement naturel et balance migratoire de la population urbaine et rurale de la République Arabe du Yémen
Légende Note*3Note**4Note***5
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-7.png
Fichier image/png, 10k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre TABLEAU 8Population résidente par sexe et par classe d’âge de la République Arabe du Yémen(dérivée d’un échantillon de 3 % tiré du recensement de février 1975)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-10.png
Fichier image/png, 20k
Titre TABLEAU 9Population de la République Arabe du Yémen au-dessus de 10 ans par état civil, âge et sexe11(dérivée d’un échantillon de 3 % tiré du recensement de février 1975)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-11.png
Fichier image/png, 20k
Titre TABLEAU 10Yéménites mariés selon leur éducation scolaire et le nombre de leurs épouses(dérivée d’un échantillon de 3 % tiré du recensement de février 1975)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-12.png
Fichier image/png, 8,9k
Titre TABLEAU 11Quelques mesures démographiques de la population de la République Arabe du Yémen selon les estimations de divers auteurs et organismes
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-13.png
Fichier image/png, 17k
Titre TABLEAU 12Estimation du nombre d’émigrants à long terme de la République Arabe du Yémen par pays de destination en 197522
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-14.png
Fichier image/png, 9,1k
Titre TABLEAU 13Estimation de l’émigration à court terme et à long terme de la population de la République Arabe du Yémen entre 1970 et 1980
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-15.png
Fichier image/png, 15k
Titre TABLEAU 14Transferts privés et épargne moyenne des émigrants temporaires de la République Arabe du Yémen26
Légende Note*7
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-16.png
Fichier image/png, 12k
Titre TABLEAU 15Revenu domestique brut et transferts de monnaie privés par habitant de la République Arabe du Yémen en 1971 et 197727
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-17.png
Fichier image/png, 10k
Titre TABLEAU 16Exportations, importations et balance du commerce international 1969-1978 de la République Arabe du Yémen
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2338/img-18.png
Fichier image/png, 11k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540