Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La péninsule arabique aujourd’hui. Tome II

 | 
Paul Bonnenfant

Avant-propos

Paul Bonnenfant

Texte intégral

1Nous avons déjà souligné, dans le premier tome de La péninsule Arabique d’aujourd’hui, l’intérêt et l’originalité de cette région du monde arabe, située depuis 1973 au cœur de l’actualité internationale, dans tous les domaines :

  • Le volume des ressources pétrolières fait de cette région un des principaux fournisseurs mondiaux d’énergie.
  • Les flux monétaires engendrés par les hausses successives du prix du pétrole, réinvestis dans les économies des pays industrialisés ou économiquement dominés, donnent aux pays de la péninsule une place financière de premier plan dans l’économie mondiale, et leur procurent les moyens matériels d’un rôle diplomatique croissant, notamment dans les pays musulmans et en Afrique.
  • Les investissements et les marchés créés par les politiques de développement des États de la péninsule fournissent des débouchés considérables à la main d’œuvre des pays voisins et aux produits des pays industrialisés.
  • La péninsule Arabique borde la route maritime passant par le canal de Suez en un de ses points les plus étroits, la mer Rouge, et elle est riveraine de l’océan Indien, considéré par de nombreux observateurs comme une zone de conflits potentiels considérables, en Asie comme en Afrique. Son importance stratégique ne fait que croître.
  • Les événements survenus depuis 1978 en Afghanistan, en Iran, en Iraq et à La Mekke montrent le rôle considérable que peuvent jouer certaines tendances de l’Islam dans cette partie du monde.

2Mais la péninsule Arabique est la région la moins bien connue du monde arabe, malgré cette actualité. Seuls les Britanniques s’y intéressaient autrefois pour protéger leur route des Indes. Ayant perdu jusqu’en 1940 leur antique importance économique, les pays de la péninsule Arabique sont restés très fermés aux influences étrangères jusqu’à une date récente : l’Arabie Saoudite, le Yémen et l’Oman en sont les meilleurs exemples. Ces pays offrent l’intérêt d’avoir préservé leurs structures sociales sans changement important jusqu’au début de la redistribution des revenus pétroliers. Il est donc possible d’en obtenir des renseignements de premier plan sur l’organisation et le fonctionnement ancien des sociétés arabes.

3Dans le même temps, les changements économiques et sociaux engendrés par les politiques de développement suivies y revêtent une importance exceptionnelle. Les systèmes de production et les structures sociales, restés très protégés jusqu’en 1950 ou 1970 selon les pays, sont mis en cause dans tous les domaines : distribution de salaires réguliers, mise en place de structures gouvernementales centralisées supplantant les anciens pouvoirs tribaux et religieux locaux, émigration et urbanisation, montée de la consommation, scolarisation des garçons et des filles, voyages à l’étranger pour affaires, études ou tourisme, invasion des moyens de communication (radio, télévision, magnétophone, vidéo-cassettes, revue, journaux) là où ils étaient prohibés il y a dix ou vingt ans. L’intensité et la courte période durant laquelle ces mutations surviennent introduisent de considérables tensions et contradictions. Dans les pays producteurs de pétrole, la religion très vivante exalte le dépouillement mais la consommation règne en maîtresse sur la vie quotidienne. L’égalitarisme musulman et bédouin est proclamé mais au sein d’une inégalité croissante des revenus. La loi musulmane condamne l’intérêt mais les pays pétroliers sont parmi les plus riches du monde en capitaux à placer. La pureté du sang arabe est exaltée mais la société est investie par des étrangers non-arabes. Les dirigeants veulent le maintien des « valeurs religieuses et morales » de l’Islam au moment où les choix et mécanismes économiques les assaillent de toutes parts.

4Pour répondre à cette actualité et à cet intérêt, les deux tomes de La péninsule Arabique d’aujourd’hui s’adressent au public non spécialiste mais désireux de prendre une connaissance attentive de cette région du monde arabe.

5Le premier tome, dont le lecteur trouvera un peu plus loin un rappel du sommaire, obéit à une volonté de présentation systématique de la péninsule prise dans son ensemble, même si tous les aspects n’ont pu être traités.

6Ce tome II, Etudes par pays, offre comme son nom l’indique vingt-deux études sur les divers États de la péninsule. Elles ont été regroupées en quatre ensembles : l’Arabie du Sud, le sultanat d’Oman, les États du Golfe et l’Arabie Saoudite. La présentation de chaque pays est accompagnée d’une carte et d’une chronologie, pour permettre au lecteur de le situer dans l’espace et dans le temps. Chaque étude est suivie d’une orientation bibliographique ; le lecteur désireux de trouver une bibliographie plus complète pourra se reporter à la Bibliographie de la péninsule Arabique, Science de l’homme, préparée par le C.E.R.O.A.C. d’Aix-en-Provence et en cours de parution par fascicules.

7Tous les aspects n’ont pu être traités. Il n’est d’abord pas possible de tout écrire en un seul ouvrage, cela est évident. Ensuite, certains sujets, initialement prévus pour leur importance ou leur intérêt, n’ont pu trouver de personnalité scientifique qui accepte de les traiter : ce fut le cas par exemple du pèlerinage à La Mekke, ou de la vie culturelle en Arabie Saoudite. Il faut souligner à ce propos que la péninsule reste dans son ensemble très mal connue dans tous les domaines des sciences de l’homme. Nous espérons que ces études suggèreront sa diversité géographique, historique, religieuse, économique et culturelle, souligneront l’ampleur des transformations actuelles et susciteront d’autres recherches sur cette partie du monde arabe.

SOMMAIRE DU TOME I

8Présentation géopolitique de la péninsule Arabique, par Pierre Marthelot. L’Islam dans la péninsule Arabique, par Pierre Rondot.

9Brève histoire du pétrole dans la péninsule Arabique, par Michel Chatelus.

10De la rente pétrolière au développement économique : perspectives et contradictions de l’évolution économique dans la péninsule, par Michel Chatelus.

11Présentation démographique des pays de la péninsule Arabique, par Philippe

12Fargues.

13Les travailleurs immigrés de la péninsule, par Serge de Klebnikoff.

14Idéologie et pouvoir en Arabie Saoudite et dans son entourage, par Olivier carré.

15Du Cadi au Caddie : attitudes envers la modernisation dans les pays arabes du Golfe, par Yves Schemeil.

16La solidarité des pays producteurs de pétrole et des pays en voie de développement : les fonds d’aide multilatérale, par Geneviève Cayre.

17Les fonds nationaux arabes de développement : la coopération Financière des pays arabes et la période post-pétrolière, par Traute Wohlers-Scharf.

18Place stratégique de la péninsule Arabique dans l’océan Indien, par Henri Labrousse.

LES COLLABORATEURS DU TOME II

19Les études du tome II de La péninsule Arabique d’aujourd’hui ont été rédigées par les auteurs suivants, dans l’ordre alphabétique :

20Antoine Aubry, réside à Bahrain depuis de nombreuses années.

21Olivier Blanc économiste et démographe, chef du Centre de coordination de la statistique à Berne, Suisse.

22Paul Bonnenfant, chercheur au C.N.R.S, directeur du C.E.R.O.A.C. d’Aix-en-Provence, spécialisé dans la sociologie de la péninsule Arabique actuelle.

23André Bourgey, agrégé de géographie, directeur du C.E.R.M.O.C. de Beyrouth.

24Lucien Champenois, diplomate, Ministère des relations extérieures, Paris.

25Hermann A. Escher, géographe, Département fédéral des affaires étrangères, Suisse.

26Lucien Golvin, professeur honoraire à l’Université de Provence, chaire d’art et d’histoire de la civilisation musulmane.

27Gilbert Grandguillaume, sociologue, enseignant à l’Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris.

28Frauke Heard-bey, chercheur en histoire sociale au Centre de documentation et de recherche d’Abu Dhabi, Émirats Arabes Unis.

29Bruno Le cour grandmaison, économiste, a été pendant quatre ans conseiller économique auprès du Conseil de développement du sultanat d’Oman, Masqat.

30Colette Le cour grandmaison, chercheur au C.N.R.S., rattachée au L.A.P.E.M.O. d’Aix-en-Provence, recherches sur l’ethnologie de la péninsule Arabique, spécialement en Oman.

31Jacques Lonchampt, ingénieur de l’École centrale de Paris, nombreuses missions d’études en Arabie Saoudite.

32Jean-Louis Miege, Professeur à l’Université de Provence, directeur de l’I.H.P.O.M., directeur de la Maison de la Méditerranée d’Aix-en-Provence.

33Anie Montigny-Kozlowska, anthropologue, chercheur au Qatar.

34Gerald J. Obermeyer, historien, enseignant et chercheur à l’Université américaine de Beyrouth, Liban.

35Étienne Renaud, ancien élève de l’École polytechnique de Paris, a séjourné huit ans en République Arabe du Yémen.

36Christian Robin, chercheur au C.N.R.S., enseignant à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, spécialisé dans les langues et l’histoire de l’Arabie préislamique.

37Jean-Louis Soulie, diplomate, ancien ambassadeur de France à Jedda.

38Hans Steffen, démographe à l’Office fédéral de la statistique, Berne, Suisse.

39Jon C. Swanson, anthropologue, chercheur au Center for International Development, Cornell University, Ithaca, New York.

40Michel Tuchscherer, professeur d’arabe et chercheur, a séjourné six ans en Arabie Saoudite et en République Arabe du Yémen.

41John C. Wilkinson, historien et géographe, École de géographie de l’Université d’Oxford.

42Les auteurs ont la responsabilité scientifique de leur texte.

43Les manuscrits ont été harmonisés et préparés pour l’impression par P.B. Les épreuves ont été relues par les auteurs, par Louis Bonnenfant, par P.B. et par Jacqueline Quiles, collaboratrice technique au C.E.R.O.A.C. d’Aix-en-Provence, qui a également regroupé les corrections.

44L’index en fin d’ouvrage a été préparé par Jacqueline Quiles. Sa saisie informatique a été effectuée par Mireille Leblanc sur programme d’Alain Beyma, avec l’ordinateur du G.I.S.-I.R.M. d’Aix-en-Provence.

45Les cartes ont été préparées par les personnes indiquées sous chacune d’elles. Le dernier nom à droite indique le dessinateur ou le cartographe.

46Toutes les photographies et légendes, en couverture et dans le livre, sont de P.B., à l’exception de celles qui illustrent l’étude de Lucien Golvin sur l’architecture yéménite.

47La maquette de couverture est l’œuvre de Mary Mamarbachi, Maram cinema & tv, Rauchech, Scherbatli Bldg., POB 116625, Beyrouth, Liban.

48Les trois textes donnés en anglais par leurs auteurs ont été traduits en français par Louis Bonnenfant. La traduction a été revue par le professeur Gilbert Delanoue pour le texte de Jon C. Swanson, par Anne Sauvy-wilkinson pour l’étude de John C. Wilkinson, par le bureau de traduction des éditions du C.N.R.S. pour celle de Frauke Heard-bey. Que tous, et particulièrement Louis Bonnenfant, soient remerciés pour ce travail long et ingrat.

49Merci également au professeur Michel Chatelus et à Philippe Fargues qui ont bien voulu relire et commenter certains textes.

50L’ensemble des travaux a été coordonné par Paul Bonnenfant, qui remercie tous les collaborateurs de l’ouvrage. Il remercie également MM. André Raymond et Gilbert Delanoue, professeurs à l’Université de Provence et successivement directeurs du C.E.R.O.A.C, qui ont encouragé ce travail à ses diverses étapes.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable