Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Annexes. Documents sur la stratégie méditérranénne de la France et de l’Allemagne

Annexe 2. "L’Europe et le Proche et Moyen-Orient Principes de la politique social-démocrate du Proche et Moyen-Orient" (septembre 1997)

Texte intégral

1La confrontation Est-Ouest ayant pris fin, une nouvelle définition des relations de l’Union européenne (UE) et de l’Allemagne avec ses voisins du Sud et de l’Est, depuis le Maghreb arabe et Israël jusqu’à l’Asie centrale, en passant par la Turquie, est devenue nécessaire. La plupart de ces Etats sont marqués par l’islam. Les relations interculturelles de l’Europe avec ces pays sont aussi étroitement liées aux conditions intraculturelles en Europe, dans la mesure surtout où celles-ci sont déterminées par les rapports entre religions chrétiennes et islamiques. Ces relations et conditions sont aussi déterminées par des conflits culturels ; il n’existe pas de conflit des cultures.

2Aussi la politique allemande à l’égard du Proche et Moyen-Orient a-t-elle désormais plus d’importance. Il lui appartient de façonner les relations avec les États du Proche et Moyen-Orient ainsi qu’avec le Maghreb, c’est-à-dire avec les 22 États membres de la Ligue arabe, la Turquie, l’Iran, l’Afghanistan et Israël. Ces États entretiennent des relations interculturelles avec les nouveaux États islamiques d’Asie centrale ainsi qu’avec les États des Balkans, à savoir l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine et la Macédoine dont un pourcentage élevé de la population se réclame de l’islam.

Le cadre politique global à l’issue de l’opposition Est-Ouest

3Sur le plan institutionnel, les relations de l’Allemagne et de l’Europe avec les États du Proche et Moyen-Orient s’inscrivent dans le cadre de l’Organisation des Nations unies (ONU) ainsi que de ses organisations spécialisées et parallèles, à savoir le Fonds monétaire international (FMI), l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la Banque mondiale ainsi que les organes subsidiaires des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

4Les relations de l’Union européenne avec les États du Proche et Moyen-Orient sont renforcées par la politique étrangère et de sécurité commune (PESO et déterminées, depuis novembre 1995, par la déclaration de Barcelone. S’agissant de la coopération en matière de sécurité, des contacts ont été établis avec l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), l’Union de l’Europe occidentale (UEO) et l’Organisation sur la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

5C’est dans le cadre de l’Internationale socialiste que les partis sociaux-démocrates et les partis socialistes d’Europe et de la région du Proche et Moyen-Orient mettent en œuvre la conception et la concrétisation de leurs relations.

6A l’issue de la confrontation Est-Ouest, le développement de la politique mondiale est marqué par une politique globale régionalisée, les Etats-Unis étant la seule puissance mondiale capable d’en assumer la direction. Cette nouvelle situation, compte tenu également des conditions géopolitiques, peut aboutir à des intérêts différents de l’Europe et des Nations unies vis-à-vis de la région du Proche et Moyen-Orient.

7Seule puissance militaire, les Etats-Unis peuvent, grâce à leur potentiel de force redoutable, influer à la fois sur les tensions dans la région du Proche et Moyen-Orient et les tensions entre l’Europe et les États de cette région, tout en poursuivant leurs intérêts globaux géostratégiques.

8En revanche, les liens entre l’Europe et l’espace du Proche et Moyen-Orient sont plus étroits et plus diversifiés. Ils sont déterminés par

  • la proximité géographique,
  • des intérêts de sécurité militaire, socio-économiques et écologiques,
  • des intérêts dans le domaine de l’énergie,
  • l’imbrication économique,
  • des interférences culturelles.

9De là la nécessité d’une politique harmonisée et cohérente de l’Union européenne à l’égard des États du Proche et Moyen-Orient. La politique commune de l’Union européenne ne doit pas faire face à des attentes différentes des États de la région du Proche et Moyen-Orient à l’égard d’États européens particuliers. L’Allemagne, tout comme d’autres États membres de l’Union européenne, doit faire valoir les liens et possibilités qui se sont créés tout au long de l’Histoire. Le récent développement favorable des relations entre les États du Proche et Moyen-Orient et l’Union européenne est étroitement lié au progrès du processus de paix au Proche-Orient entre Israël et les États arabes. Sur la base des principes de la conférence de Madrid et sous l’égide des États-Unis, Oslo I et Oslo II ont ouvert la voie à Israël pour une réglementation de ses relations avec la Palestine et la Jordanie. Des entretiens ont eu lieu également avec la Syrie. Oslo a rendu possible la rencontre des riverains de la Méditerranée à Barcelone et par la suite un dialogue direct, intense, sans conditions préalables, entre l’Union européenne et tous les États de la région du Proche et Moyen-Orient, sur l’ensemble des problèmes.

Principes de la politique étrangère sociale-démocrate ainsi que de la politique du Proche et Moyen-Orient

10Le programme fondamental de Berlin fixe les objectifs de principe de la politique étrangère sociale-démocrate. Lors des congrès du Parti, à Brème en 1991 et Wiesbaden en 1993, ont été adoptés les principes d’une politique sociale-démocrate à l’égard du Proche et Moyen-Orient. Les résolutions adoptées lors du xxe congrès de l’Internationale socialiste à New York, en septembre 1996, revêtent également une importance considérable.

11Les objectifs de la politique internationale de l’Allemagne tendent à la fois à assurer la paix dans le monde et à garantir les intérêts légitimes allemands.

12La paix entre Israël et les Arabes constitue l’un des problèmes les plus importants pour la paix dans le monde.

13Les objectifs, compte tenu des intérêts propres, sont les suivants :

  • sécurité,
  • sauvegarde durable de l’environnement et des ressources,
  • développement économique durable,
  • droits de l’Homme, pluralisme et démocratie.

Garantir la paix entre Israël et les Arabes

14La paix entre Israël et les États arabes est une condition nécessaire à la sauvegarde de la paix dans le monde. La reconnaissance mutuelle, en vertu de l’accord Oslo I de 1993 entre Israël et l’OLP, a considérablement fait progresser le processus de paix. Il importe maintenant de mettre en œuvre d’ici à 1999 le calendrier convenu selon Oslo II pour le retrait d’Israël de la Cisjordanie et de la bande de Gaza et d’arrêter la politique de colonisation israélienne dans les régions palestiniennes. Le peuple palestinien a droit à l’autodétermination et à son propre État. A cet effet, il faut résoudre le problème du statut de Jérusalem et des réfugiés palestiniens. Il faut œuvrer en faveur d’un traité de paix entre Israël et la Syrie ou encore le Liban, sur la base du principe « de la terre en échange de la paix » prôné par les gouvernements Rabin et Perez.

15L’Union européenne apporte son soutien au processus de paix sur le plan économique et politique. Si le processus de paix marque le pas, l’Europe s’en préoccupe à bon droit. Aussi l’Union européenne s’efforce-t-elle de garantir les accords conclus. La participation de la France au Comité de contrôle du respect du cessez-le-feu entre Israël et le Liban du mois d’avril 1996 ainsi que l’activité du plénipotentiaire de l’Union européenne dans le Proche-Orient constituent à cet égard des pas importants.

Les objectifs de la politique internationale allemande

16Actuellement, l’Allemagne et l’espace géopolitique de la Méditerranée sont étroitement imbriqués ; elle porte un grand intérêt à des relations de bon voisinage. Ses objectifs sont à cet égard un développement commun durable dans toutes ses dimensions économiques, écologiques, sociales et culturelles, ainsi que la sécurité commune. Néanmoins, l’Allemagne est consciente de son implication historique dans le conflit israélo-arabe. Cet espace revêt une importance considérable pour son approvisionnement en énergie, et plus particulièrement ses importations de pétrole, en dépit de la diversification. Il existe des liens socioculturels étroits du fait du pourcentage élevé de la population musulmane en Allemagne. Par ailleurs, des millions de touristes visitent les pays du Proche et Moyen-Orient. L’intérêt de l’Europe en matière de politique de sécurité est imputable à la menace des agents nucléaires, biologiques et chimiques (NBC), dont s’équipent divers États de la région, et au danger du terrorisme politique.

• Sécurité commune

17« Dialoguer » au lieu de « s’armer », tel est le principe de la politique étrangère et de sécurité commune de la gauche démocratique. Seul le dialogue peut mener à une politique de sécurité couronnée de succès entre les États de la région du Proche et Moyen-Orient et entre ces mêmes États et l’Europe. Les conditions nécessaires à cet effet sont l’établissement des relations diplomatiques, la capacité de dialoguer sur le plan politique et des gouvernements capables d’agir. Cependant, il faut faire en sorte que les États du Proche et Moyen-Orient se rendent compte que la reconnaissance inconditionnelle de l’ordre juridique de l’Allemagne et des autres États de l’Union européenne est la condition nécessaire au succès des relations diplomatiques. C’est le seul moyen de réaliser des progrès dans la politique des droits de l’Homme et d’améliorer les relations commerciales et économiques et la condition nécessaire à la diversité des contacts de la société civile.

18Des tentatives de lancer un processus de sécurité et de coopération avec la région du Proche et Moyen-Orient s’inspirant des principes de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) ont été inaugurées dès le milieu des années quatre-vingt. Dans la déclaration de Barcelone, la « sécurité et le partenariat politique » sont considérés comme étant l’un des principaux objectifs. Cependant, il n’est pas encore certain que la déclaration de Barcelone puisse servir de noyau en matière de sécurité et de coopération entre l’Europe et le Proche et Moyen-Orient. Ce processus requiert la participation de tous les États de l’espace commun.

19L’objectif visé pourrait être un code de conduite comparable à l’Acte final de la CSCE comportant le non-recours à la violence, la solution pacifique des conflits, la non-ingérence, la coopération interétatique ainsi que le respect du droit international et des traités conclus. Le processus doit s’accompagner de mesures de confiance. Les premiers pas sur le plan politique consistent à développer la coopération entre l’OSCE avec les États de cette région. Les expériences du centre de prévention des conflits de l’OSCE pourraient être appliquées à des cas de la région.

20La fin de l’ordre bipolaire, les deux guerres du Golfe, l’intégrisme politico-islamiste, qui trouve aussi son origine dans la paupérisation et la stagnation économique, ont pour effet que les pays du Proche et Moyen-Orient se sentent davantage menacés, notamment par les conflits régionaux entre États voisins. C’est ce qui explique leur armement accru tant dans le domaine conventionnel que dans le domaine des agents NBC. Les mesures de confiance pourraient favoriser le désarmement et la limitation des armements à la fois dans ces deux secteurs.

21Le terrorisme constitue pour l’Europe mais aussi pour les États de la région du Proche et Moyen-Orient un nouveau problème de sécurité. Ceci vaut pour le terrorisme politique pseudo-religieux individuel ou de groupe, ceci vaut pour le terrorisme d’État. Le terrorisme individuel ou de groupe est toujours synonyme de violence contre la population civile, hors de cause, dans le propre pays, (et) de violence contre des étrangers, hors de cause, en dehors du pays.

22Le terrorisme exige que le monopole de la force soit exercé par l’État. Il faut que se poursuivent les efforts des États du Proche et Moyen-Orient, tels que ceux de Scharm-El-Scheik, visant la lutte régionale et contractuelle contre le terrorisme. Dans ce domaine, l’Europe doit faire face à la contradiction résultant des objectifs poursuivis et des principes des droits de l’Homme : interdiction d’extrader même des terroristes vers des États où les menacerait la peine de mort, problème du droit de la résistance armée contre les gouvernements dépourvus de légitimation démocratique, démarquage entre actions terroristes et confrontations militaires, l’enjeu étant le renversement d’un gouvernement sans légitimation démocratique.

23La lutte contre le terrorisme d’État ou soutenu par un État requiert d’autres mesures que la lutte contre le terrorisme individuel. Les États du Proche et Moyen-Orient auxquels on reproche le terrorisme d’État peuvent faire l’objet de mesures prises sur le plan diplomatique international ou de mesures de boycottage économique. Cependant, l’efficacité de ces mesures n’est pas certaine. Le terrorisme d’État ne peut être exclu, en dernière analyse, qu’au moyen de la coopération de sécurité. Englober les États soupçonnés de terrorisme dans une coopération de sécurité suppose que l’on parvienne à faire prévaloir le droit international, la défense sans équivoque des droits de l’Homme et l’abstention des États occidentaux de l’opportunisme à deux voies. Le problème des agents NBC dans les États du Proche et Moyen-Orient relève aussi de la coopération de sécurité. Israël, mais également l’Iran, l’Iran et la Libye disposent ou sont en passe de disposer de ces agents.

• Sauvegarde durable de l’environnement et des ressources

24Avec la signature de l’Agenda 21, la communauté d’États internationale s’est engagée, lors de la Conférence sur l’environnement et le développement (en) 1992 à Rio de Janeiro, à pratiquer une politique de développement durable, de sauvegarde des bases d’existence naturelles en tant que condition du développement social et économique. La situation dans les États du Proche et Moyen-Orient montre à quel point il est urgent d’intégrer les questions de la protection de l’environnement et le ménagement des ressources dans les mesures et décisions de politique de développement.

25De grandes parties de la région souffrent du manque d’eau potable qui, la croissance démographique se poursuivant, à défaut d’adaptation de l’agriculture aux conditions données et dans le cas d’un développement économique peu soucieux du gaspillage des ressources, risque de prendre des proportions explosives. Les pronostics des Nations unies concernant la baisse continue des réserves d’eau par tête d’habitant, la controverse tournant autour des projets de construction de barrages et les négociations difficiles sur l’utilisation de l’eau du Jourdan laissent entrevoir tout le potentiel de conflit social, écologique, économique, politique et militaire.

26La nouvelle utilisation des terres, telle que la sédentarité de l’élevage ou la culture intensive, met en danger de vastes régions, notamment dans le Maghreb et en Arabie occidentale, du fait de la désertification croissante et de la régression des terres arables qui en résulte. La sécurité d’approvisionnement en denrées alimentaires s’en trouve également menacée.

27Aux points de rencontre de pays riches et de pays pauvres, qui caractérisent l’espace méditerranéen, une politique durable de coopération économique s’impose tout particulièrement. Une Méditerranée écologiquement protégée profite aux riverains tant du Nord que du Sud.

28Tous les efforts de l’Union européenne et d’autres États très développés en vue d’une politique durable resteront voués à l’échec si des pays de la région du Proche et du Moyen-Orient servent de terril aux déchets dont le problème n’a pas été résolu. La politique de développement durable est une pierre de touche de la crédibilité des États et entreprises dans les parties riches du monde.

• Développement économique durable

29Le développement favorable des relations israélo-arabes a amélioré en un premier temps les possibilités de la coopération économique avec les États du Proche et Moyen-Orient. En même temps se dégagent au niveau de l’économie mondiale, les conditions-cadres d’une économie de marché de plus en plus globalisée. Il en résulte que les économies nationales moins développées des États du Proche et Moyen-Orient doivent s’ouvrir sur le marché mondial. Pour faire face à ces défis, les États du Proche et Moyen-Orient doivent poursuivre avec une intensité accrue les processus de transformation nécessaires de leurs économies dans les secteurs de la production, des services et des capitaux. A cet effet, ils ont besoin d’aides financières et autres de la part des États très développés et surtout de l’Europe. Ainsi, pourra être évitée la rébellion contre les aspects antisociaux du capitalisme. L’Europe craint présentement la concurrence salariale et la migration des États du Proche et Moyen-Orient.

30Ces craintes n’ont plus de raison d’être si les économies de ces pays enregistrent à long terme des taux de croissance élevés, plus élevés même que ceux des États très développés d’Europe. Une condition nécessaire à cet effet est la capacité des États du Proche et Moyen-Orient d’exporter vers l’Europe. La migration prendra fin lorsque des perspectives économiques et un niveau de vie croissant s’offriront surtout à la jeune génération de ces États.

31Avec la conférence de Barcelone a été tracé un cadre à la coopération entre l’Union européenne et les États du Proche et Moyen-Orient visant l’intégration économique, d’ici à 2010, des riverains du Sud et de l’Est de la Méditerranée en une zone de libre-échange. Cependant, pour atteindre ce but, un transfert bilatéral accru de know-how économique et technique doit être instauré dans le cadre de l’Union européenne et des pays du Proche et Moyen-Orient. Sont notamment nécessaires une formation et qualification professionnelles orientées vers l’avenir ainsi que des mesures d’infrastructures fondamentales non agressives. L’Allemagne doit maintenir l’objectif des 0,7 % du produit national brut (PNB) affectés à l’aide au développement. Au niveau des gouvernements, l’Allemagne peut œuvrer, dans le cadre de négociations, en faveur de la création de conditions-cadres conformes aux principes de l’État de droit, politiquement et économiquement efficaces. Ainsi pourraient être encouragés la participation, la démocratie et le respect des droits de l’Homme et inaugurées des réformes visant à lutter contre la misère et la destruction de l’environnement ainsi qu’une politique démographique et la limitation de dépenses militaires excessives. Les expériences du passé ont montré que le fait de lier l’aide au développement à la protection des droits de l’Homme, plutôt nuisible à la population qu’au gouvernement, a un résultat douteux. Il sera plus efficace de passer, si elles existent, par les organisations non gouvernementales qui œuvrent en faveur des objectifs énoncés.

32Les accords d’association avec l’Union européenne et la coopération dans le cadre de la déclaration de Barcelone comportent des problèmes pour les États du Proche et Moyen-Orient lorsqu’ils sont tenus d’ouvrir leurs marchés aux produits européens. Une plus stricte réciprocité et des marchés de plus grande taille dans les États du Proche et Moyen-Orient sont donc indispensables en matière de politique commerciale. La mise à l’écart d’États particuliers, la Libye par exemple, de la coopération économique avec l’Europe constitue une entrave.

33Les conférences économiques de Casablanca, d’Amman et du Caire ont imprimé un vigoureux élan à la coopération régionale.

34Des opérations triangulaires en faveur des États du Proche et Moyen-Orient plus démunis à l’aide de capitaux provenant des riches États arabes pétroliers et du know-how européen sont souhaitables.

• S’engager activement en faveur des droits de l’Homme, de la démocratie et du pluralisme

35Durant des décennies, les sociétés des États du Proche et Moyen-Orient étaient marquées par l’étranger, ce qui a entravé leur développement et modernisation. La culture et la civilisation de l’Empire ottoman, qui englobait la quasi-totalité du territoire des pays du Proche et Moyen-Orient, les a marqués de son empreinte durant les derniers siècles La décolonisation et l’indépendance n’ont pas pu empêcher qu’ils subissent la tension de la bipolarité du conflit Est-Ouest, le principal but étant de consolider leur situation frontalière face à la partie opposée en non pas d’encourager la démocratie ou le pluralisme. La fin de la confrontation Est-Ouest et l’euphorie accompagnant la victoire des démocraties occidentales leur ont imprimé une nouvelle orientation. Cette période de bouleversements, marquée par l’introduction d’éléments de l’économie de marché et la libéralisation économique, suscite aussi des amorces de pluralisme et de démocratisation. Le futur développement économique peut aussi donner naissance à l’intérieur à une libéralisation sociétale et politique. Le développement en Turquie, où le milieu économique et des affaires réclame de plus en plus la démocratie, en fournit l’exemple.

36Compte tenu de l’Histoire et de l’écart entre les niveaux de développement, à une époque où la globalisation s’accroît dans tous les domaines, le rapprochement culturel entre sociétés marquées par le christianisme et les Lumières et sociétés islamiques s’avère fort difficile. L’apparition dans les pays musulmans du fondamentalisme politique et extrémiste qui, s’appuyant sur les ruines d’idéologies importées, propage le modèle d’une société reposant sur les fondements et les lois de l’islam, rend de plus en plus malaisée la tolérance culturelle de l’individu et des peuples.

37L’importance des droits de l’Homme s’est amenuisée dans la politique internationale de l’Allemagne et de l’Europe. Depuis la « déclaration universelle des droits de l’Homme » adoptée en 1948 par les Nations unies, toute une série de pactes internationaux, accords et déclarations proclamés par la communauté des peuples est venue élargir et renforcer le cadre juridique.

38Cependant, il existe toujours une tension entre la conception éclairée d’un monde sécularisé dans lequel l’individu est au centre de l’action sociétale et les conceptions islamiques de la société qui ignorent la conception culturelle de la séparation de l’Église et de l’État et pour lesquelles la collectivité (Umma) prime le droit de l’individu. A ces fondements culturels s’ajoute l’expérience historique de la colonisation par le monde occidental, fournissant l’exemple négatif du respect des droits de l’Homme égaux pour tous.

39La déclaration finale de la Conférence des droits de l’Homme à Vienne en 1993 a réaffirmé, après des controverses serrées, le caractère universel de tous les droits de l’Homme et des libertés fondamentales et constaté que : il convient certes de ne pas perdre de vue l’importance des particularités nationales et régionales et la diversité des conditions historiques, culturelles et religieuses, néanmoins les États sont tenus, sans considération de leur ordre politique et culturel, d’encourager et de protéger tous les droits de l’Homme ainsi que les libertés fondamentales.

40Aujourd’hui encore, les États occidentaux réagissent souvent différemment aux violations des droits de l’Homme, selon leurs intérêts politiques et leurs possibilités d’exercer une influence. La politique allemande et européenne en matière des droits de l’Homme doit appliquer les mêmes critères pour tous les États et agir comme le requiert la situation. Peut-être sera-t-il possible ainsi d’empêcher que soient assimilées l’universalité des droits de l’Homme et l’hégémonie occidentale. Le dialogue interculturel doit reposer sur la représentation morale commune de l’idée de vérité et de justice et sur des « règles communes pour lutter contre l’assassinat, la fraude, la torture, l’oppression et la tyrannie ».

41La communauté de croyance islamique, qui compte un million de personnes en Allemagne, a droit au respect de sa religion et de sa culture. C’est précisément pour cette raison qu’il convient d’approfondir et d’encourager la connaissance de leur culture soi-disant étrangère. Voilà une tâche importante à remplir par les écoles et au-delà : initiation à la religion, l’art, la culture et l’histoire de l’islam, à la fécondation réciproque séculaire de ces deux mondes et la prise de conscience des racines communes. Un institut culturel germano-islamique interdisciplinaire se consacrant plus particulièrement à l’Arabie et la Turquie, pourrait être utile à cet égard. Par ailleurs, l’Europe doit réclamer le respect et l’égalité de traitement d’autres communautés religieuses dans les États islamiques, également dans tous les domaines de la jurisprudence.

42Le principe de la « souveraineté nationale » ne doit plus être employé abusivement à l’avenir pour tolérer les génocides. Des mécanismes internationaux doivent être mis en place destinés à la fois à les prévenir et les empêcher. En dépit des disparités culturelles entre l’Europe et les États marqués par l’islam, il devrait être possible de s’entendre sur les droits sociaux, le droit des enfants et des femmes. Les droits des femmes relèvent de la notion des droits de l’Homme.

43C’est pourquoi il s’impose de soutenir dans les États du Proche et Moyen-Orient les organisations démocratiques indépendantes de l’État en tant que partie de la société civile, comme par exemple les syndicats indépendants, les organisations pour la défense des droits de l’Homme, les organisations pour la protection de l’environnement, les organisations des femmes, les organisations caritatives. L’aide accordée à ces organisations est susceptible d’encourager une lente ouverture vers plus de pluralisme de la société.

Les États européens de tradition islamique

44Le rapport entre religions chrétiennes et islamiques déterminent aussi certaines parties de l’Europe et plus particulièrement dans les États des Balkans. L’Albanie est un pays à prédominance musulmane. En Macédoine et Bosnie-Herzégovine, un fort pourcentage de la population est musulmane. Avec près d’un million d’Albanais du Kosovo, une partie de la population de la Serbie est également musulmane.

45Le processus d’unification européenne devrait réserver également à ces États européens la possibilité d’accéder à égalité de droits à l’Union européenne. Aux fins de leur adhésion, il faut qu’ils se rapprochent progressivement des normes sociétales et économiques de l’Union européenne. Pour l’Union européenne, leur adhésion représente, dans le domaine de la politique de sécurité, une importante pacification du Sud-Est de l’Europe, grâce aussi à l’accélération du développement économique de cette région. En un premier temps, il faudrait intégrer la Bosnie-Herzégovine, la Serbie, la Croatie et la Slovénie, en tant que riverains de la Méditerranée, dans les meilleurs délais, dans le processus de Barcelone.

46La reconnaissance du caractère européen des États des Balkans de tradition islamique est un élément-clé du rapport entre l’Union européenne et la Turquie. La religion ne peut alors pas faire obstacle à l’adhésion. Ce qui est déterminant, c’est la volonté sans réserve d’œuvrer en faveur de la paix en Europe, notamment aussi à l’égard de la Grèce, et le respect de la Charte européenne des droits de l’Homme.

Conflits régionaux au Proche et Moyen-Orient

47L’Europe ne peut pas ignorer les conflits qui sévissent au Proche et Moyen-Orient. Ceci est manifeste depuis la création de l’État d’Israël et de fait pour le conflit entre Israël et Arabes. Il faut que l’Europe prenne position. Voici les conflits permanents qui requièrent son engagement :

• Le problème Kurde

48Il constitue jusqu’à cette date un potentiel de conflit au Proche-Orient. Les Kurdes y sont opprimés sur le plan politique et culturel et même persécutés. L’Europe doit s’employer en faveur du respect des droits de l’Homme et de la protection des minorités tels que définis par les accords internationaux. L’autonomie culturelle et surtout la liberté de parler la langue maternelle ainsi que l’autonomie administrative locale doivent être possibles dans les régions où la population kurde est majoritaire.

• Iran

49L’Iran constitue une puissance régionale du Moyen-Orient, qui jouit d’un certain pouvoir militaire et d’un rayonnement religieux, politique et culturel considérable. La protection des droits de l’Homme et la fin du terrorisme d’État comptent parmi les importantes revendications de l’Europe à son égard.

50Les opérations militaires dirigées contre la population kurde dans la région frontalière de l’Iran ainsi que la persécution et l’anéantissement de la direction politique des Kurdes en Iran sont inadmissibles.

• Irak

51L’Irak est tenu de se conformer aux résolutions des Nations unies et de garantir les droits de l’Homme fondamentaux. Dans la mesure où elles concernent l’approvisionnement de la population, les sanctions à l’égard de l’Irak doivent être allégées. Ceci est un impératif moral. Cependant, une des conditions à remplir est que les allégements profitent à tous les Irakiens, y compris les Kurdes dans le nord et les Chiites dans le sud du pays.

• Afghanistan

52La longue guerre civile ayant fait suite à l’invasion soviétique en 1979 marque une responsabilité de la communauté internationale. Les principaux États avoisinant l’Afghanistan ainsi que d’autres États doivent mettre fin à l’aide prêtée sous forme d’armes et d’assistance financière aux diverses parties impliquées dans la guerre civile. La communauté internationale, sous l’égide des Nations unies, s’efforce de trouver une solution internationale. Le but devrait consister à mettre sur pied avec tous les participants un calendrier en vue de la paix garantie par les Nations unies. L’aide apportée aux milices Taliban n’est aucunement justifiée. Une solution durable suppose que tous les États impliqués fassent preuve de leur volonté de paix, qui seule peut susciter des conditions politiques compatibles avec la Charte des Nations unies.

• Le problème Sahraoui

53Ce problème constitue un obstacle à la coopération des États du Maghreb. Les Sahraouis ont droit à l’autodétermination politique dans le cadre des décisions des Nations unies. Les conditions de vie des habitants du Sahara occidental doivent s’améliorer.

• Algérie

54Depuis l’interruption des élections de 1991, des dizaines de milliers de personnes innocentes ont trouvé la mort à l’occasion des graves affrontements continus entre le pouvoir étatique et les islamistes militants. La légitimation au moyen d’élections démocratiques constitue une importante condition à remplir pour qu’un avenir pacifique devienne possible en Algérie.

• Soudan

55Le conflit aigu entre le nord et le sud du pays doit être réglé par la voie de négociations, les droits ethniques, religieux et culturels ainsi que la décentralisation de l’État étant garantis. L’Europe peut y contribuer. En même temps, cette voie encouragera le Soudan à se démarquer clairement du terrorisme.

56Source : Europa und der Nahe und Mitüere Osten. Europe and the Middle East. L’Europe et le Proche et Moyen-Orient. Bonn, SPD-Bundestagsfraktion, 1997.

57Le présent texte reproduit la version française du document, après correction de quelques fautes ou coquilles. Le style de la traduction a été respecté.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540